La génération numérique en france. usages d'internet et comportements face aux moteurs de recherche. sophie mateo
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

La génération numérique en france. usages d'internet et comportements face aux moteurs de recherche. sophie mateo

on

  • 18,358 views

 

Statistics

Views

Total Views
18,358
Views on SlideShare
17,936
Embed Views
422

Actions

Likes
6
Downloads
306
Comments
2

15 Embeds 422

http://www.ergophile.com 162
http://owni.fr 83
http://www.marketing-digital.fr 58
http://porlastardes.blogspot.com 34
http://www.scoop.it 29
http://blog.profiltechnology.com 21
http://storify.com 16
http://michelpanouillot.com 8
http://static.slidesharecdn.com 3
http://www.la-revanche-des-sites.fr 2
http://1912823811.nvmodules.netvibes.com 2
http://www.lmodules.com 1
http://www.netvibes.com 1
http://feeds.feedburner.com 1
http://www.slideshare.net 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • @ladesi
    Oh mon dieu... un message que je vois avec trois ans de retard !!! Toutes mes excuses :-( J'espère que ton mémoire c'est bien passé, et que désormais tu travailles sur quelque chose qui te plaît !
    Pour répondre à ta question, je l'ai présenté au MBA- MCI (Marketing et Commerce sur Internet) au Pôle Universitaire Léonard de Vinci, à Paris. Voici le lien : http://www.ilv.fr/mba/mci

    Merci d'avoir lu mon travail :-)
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • Coucou Sophie!!
    Je suis étudiante étrangère à l'Université de Poitiers. Je suis en train de rédiger mon mémoire d'études sur la communication transgénérationnelle par internet dans la famille.J'ai trouvé ton document et je te félicite pour le très bon travail! je voudrais te demander dans quelle Université as tu présenté ton travail?
    J'éspere pouvoir rentrer en contact avec toi. Ciao.'
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

La génération numérique en france. usages d'internet et comportements face aux moteurs de recherche. sophie mateo La génération numérique en france. usages d'internet et comportements face aux moteurs de recherche. sophie mateo Document Transcript

  • La génération numérique en France Usages d’internet et comportements face aux moteurs de recherche Sophie MATEO MBA Marketing et Commerce sur Internet Pôle Universitaire Léonard de Vinci Part time 2008-2009
  • 2
  • Table de matières Remerciements ............................................................................................................................................ 5 Nuage de tags ............................................................................................................................................... 6 Recommandations synthétisées.................................................................................................................. 7 Introduction ................................................................................................................................................. 8 CHAPITRE I : Une nouvelle génération ................................................................................................ 16 L’ordinateur est à l’origine d’une révolution culturelle : ........................................................................ 18 La génération numérique........................................................................................................................ 19 Caractéristiques des enfants numériques .......................................................................................... 19 L’apprentissage par la génération numérique .................................................................................... 23 CHAPITRE II : Evolution de l’équipement multimédia des 6-14 ans et leurs usages : ..................... 27 Usage des médias des 8-14 ans : ............................................................................................................ 27 Equipement des ménages français au fil des années scolaires : ............................................................ 29 Appropriation des médias audiovisuels par les 6-14 ans :...................................................................... 31 Importance du sexe de l’enfant dans la compréhension des dynamiques culturelles........................... 32 Influence de la catégorie socioprofessionnelle des parents dans l’usage des médias des enfants ....... 33 Consommation des médias par âge ........................................................................................................ 35 CHAPITRE III : Ordinateur et Internet :.............................................................................................. 37 Ordinateur :............................................................................................................................................. 37 Equipement dans les ménages français au fil des années scolaires ................................................... 39 Usages variés de l’ordinateur selon les années scolaires ................................................................... 40 Internet ................................................................................................................................................... 41 Activités sur internet........................................................................................................................... 43 Consommation de l’outil internet :..................................................................................................... 46 Usage du média Internet par les jeunes ............................................................................................. 49 Âge moyen sur Internet ...................................................................................................................... 49 Environnement familial et scolaire & accompagnement des enfants sur Internet : .......................... 50 Le suivi parental .................................................................................................................................. 50 Activités sur internet des filles et des garçons ................................................................................... 51 Freins et motivation des enfants sur internet .................................................................................... 51 CHAPITRE IV : LES MOTEURS DE RECHERCHE POUR ENFANTS ......................................... 56 Moteurs de recherche ............................................................................................................................ 56 3 View slide
  • Fonctionnement d’un moteur de recherche ...................................................................................... 57 Évolution vers le web sémantique ...................................................................................................... 58 Moteurs de recherche pour enfants : ..................................................................................................... 59 Analyse sur le fonctionnement des moteurs de recherche pour enfants .......................................... 59 Les moteurs de recherche sont-ils adaptés aux enfants ?...................................................................... 63 Requêtes des enfants sur les moteurs de recherche et sur leurs sites préférés .................................... 66 Le top 100 des requêtes monde ........................................................................................................ 66 CHAPITRE V : Etude qualitative sur les enfants numériques ............................................................ 70 Objet de l’étude ...................................................................................................................................... 70 Recrutement des participants................................................................................................................. 70 Demande d’entretien aux parents ...................................................................................................... 71 Méthodologie et analyse des résultats ................................................................................................... 73 Entretiens semi-directifs en individuel ............................................................................................... 73 Déroulement des entretiens ............................................................................................................... 73 CHAPITRE VI : Analyse des résultats et constats ................................................................................ 76 Sur internet en général ........................................................................................................................... 76 Sur les moteurs de recherche en particulier........................................................................................... 82 Conclusions ................................................................................................................................................ 86 Outils/ logiciels et supports de travail pour les entretiens et le montage vidéo.................................... 88 BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................... 89 ANNEXES ................................................................................................................................................. 92 4 View slide
  • Remerciements J'exprime mon extrême reconnaissance pour toutes les personnes qui, d'une façon ou d'une autre, ont participé à mon projet de MBA entre octobre 2008 et avril 2010 : sans leur contribution, jamais ce projet n'aurait pu aboutir. Un grand merci à : Mireille Bré, pour son aide financière et ses encouragements de mère Gabriele Ginella, pour tous les soirs et week-ends où il m’a encouragé en me poussant à me dépasser pour continuer à avancer Enrique Nalda (Google France), pour m’avoir aidé à trouver cette formation qui ciblait exactement mes attentes Marie Loisel (Google France), pour son soutien lors du financement de ces cours et pour son aide pour l'organisation de mon temps de travail et d'étude Hilary Hutchinson (Google, Inc.), pour son inspiration pour ce travail de recherche et pour ses encouragements Vincent Marchand, pour son aide au montage de la vidéo (véritablement la synthèse de tout le travail de fond de cette thèse professionnelle) Laurent Pichot, pour ses corrections et l’amélioration de mon style Et bien sûr aux enfants protagonistes de l’étude qualitative : • Apolline • Andy • Nina • Théo • Juliana • Yolanda • Damy 5
  • Nuage de tags 6
  • Recommandations synthétisées Nous vivons en plein bouleversements sociologiques et techniques à cause des nouvelles technologies, notamment internet, qui font que la nouvelle génération, la génération numérique, s’éloigne de la précédente de par sa façon d’utiliser les médias, de communiquer. En revanche, la génération précédente, les parents de cette « nouvelle génération », appelée aussi « génération numérique », n’est pas à la hauteur de répondre encore à la forte demande de maîtrise dont les enfants ont besoin pour bien s’approprier des outils numériques qui sont à la portée de leur main. Où se trouve le clash entre générations : le problème est que les parents, les enseignants, les adultes en général, ne savent pas encore se servir des outils informatiques comme le font les jeunes. Le clash se trouve entre les immigrants et les natives. Dans cette nouvelle ère de l’internet, où les moteurs de recherche sont considérés comme la porte d’entrée à l’information sur internet, la façon de rechercher n’est pas encore maîtrisée par tous (grands et petits) et ceci fait qu’une amélioration soit nécessaire pour une bonne utilisation. Cette amélioration devrait venir de la part de la réponse des moteurs de recherche, et d’un apprentissage responsable sur comment formuler les requêtes afin d’avoir les meilleurs résultats. Les enfants, qui sont nés avec internet, sont des utilisateurs plus que fréquents des moteurs de recherche, mais rencontrent souvent des difficultés face à la façon d’écrire leurs requêtes. Les moteurs de recherche devraient leur faciliter la tâche, on mettant à leur disposition des outils tels qu’une saisie plus facile, des pages de résultats plus dégagées mais plus en accord avec la requête. L’amélioration viendrait aussi de la part des parents, des enseignants, qui devraient être plus présents sur les nouvelles technologies et apprendre rapidement à les maîtriser, autrement ils seront dépassés et un problème d’autorité pourrait s’approfondir : puisque cette génération maîtrise les outils mieux que la précédente. 7
  • Introduction J’ai choisi ce sujet par une convergence de trois circonstances : La première est liée à mon activité professionnelle : Je travaille depuis trois ans chez Google France et je m’occupe, dans l’équipe commerciale, de l’optimisation des campagnes AdWords. Ce qui veut dire que je dois être à la page de la façon dont les internautes font leurs requêtes sur le moteur de recherche, afin de proposer à mes clients de nouvelles pistes pour optimiser leur budget. Nous avons accès à de base de données au niveau mondial sur les requêtes, et j’ai toujours aimé les explorer. Avec le temps, je m’aperçois qu’il existe une évolution sur la façon de taper les requêtes : si en 2006 les requêtes comportaient un ou maximum deux mots-clés, les requêtes en 2008- 2009 sont de plus en plus longues, plus ciblées. Les internautes deviennent de plus en plus mûrs, et améliorent leur façon de rechercher. Je trouve très intéressant le fait de voir cette évolution, qui s’effectue d’une manière collective mais sans partage d’information : chaque internaute évolue dans sa façons de rechercher, mais il n’y a pas une mise en commun. C’est « l’évolution du pronétariat ». En avril 2009, lors que je cherchais le sujet qui me passionnerait pour ma thèse professionnelle, j’ai lu un article d’Hilary Hutchinson1 sur la façon dont les enfants font leurs recherches sur internet avec les interfaces de mots-clés. C’est un travail de recherche entre l’Université de Maryland et Google et j’ai voulu en faire la traduction de l’article pour notre blog. Ce projet a été mené sur un groupe de 7 filles et 5 garçons de 7 à 11 ans, ce qui est un groupe de travail de taille réduite. L’idée de faire les mêmes tests et de comparer les résultats entre des enfants aux Etats Unis et des enfants en France et voir si les conclusions étaient similaires m’a paru alléchante. J’ai envoyé un mail pour demander la permission à Hilary Hutchinson, et j’ai posté la traduction de son article sur notre blog du MCI2. En voici l’article : 1 Hilary Hutchinson : http://hcil.cs.umd.edu/trs/2009-04/2009-04.pdf. En annexe 1 2 Annexe « l’article qui inspiré le sujet de thèse » et sur le blog MCI : http://www.blogmci.com/index.php?post/2009/04/10/Comment-les-enfants-font-leurs-recherches-sur-internet- avec-les-interfaces-de-mots-cles-: 8
  • Comment les enfants font leurs recherches sur internet avec les interfaces de mots-clés : Par Sophie Mateo, Promo MBA Part time 2008 le vendredi 10 avril 2009. L'utilisation d'internet par les enfants est un constat tout à fait banal ; mais comprendre leurs difficultés pour rechercher est une autre chose. 12 enfants de Washington D.C. ont participé à l'étude : • 5 garçons • 7 filles La répartition des âges (diverses études prouvant les différences comportementales entre ces âges) : • 4 enfants : 7 ans • 4 enfants : 9 ans • 4 enfants : 11 ans L'étude réalisée par la Human-Computer Interaction Lab de l'Université de Maryland et par Google avec Hilary Hutchinson, User Experience Researcher, nous révèle quelques résultats très intéressants sur certains freins pour une recherche optimale par les enfants comme : • l'orthographe • la frappe • la formulation de requêtes • comment déchiffrer les résultats Résultats de l'étude : 8 points principaux : 1. Interaction des enfants avec l'écran et le clavier : Un des constats les plus frappants de l'étude est l'impact du manque d'interaction écran-clavier. Les enfants de tout âge confondu, ne savent pas où se trouvent les lettres sur le clavier, donc ils 9
  • écrivent lettre par lettre. Une fois tout écrit, c'est alors qu'ils regardent ce qu'il se passe à l'écran avant de cliquer pour lancer la requête. Néanmoins, pour les requêtes plus complexes, ils jettent de temps en temps un coup d'œil à l'écran, mais pas suffisamment longtemps pour voir l'auto complétion proposée souvent par les moteurs de recherche. 2. Connaissance et usage de Google : La plupart des enfants connaissait la recherche sur Google avant le test. 10 sur 12 utilisaient Google régulièrement, même si la plupart ne sont pas très familiers avec toutes les fonctions. Seulement 1 ne l'avait jamais utilisé. En demandant aux enfants d'expliquer comment fonctionne Google, • 7 enfants ont fait allusion à la zone d'insertion de texte. • seulement 4 ont mentionné la page de résultats, • 3 connaissaient les différents filtres comme Google Images, Maps, News ou autres. • 1 seul a su décrire le bouton "J'ai de la chance". • La perception globale du moteur de recherche Google est positive, pouvant se résumer ainsi : • "Google c'est facile et j'aime Google" • "Je peux trouver beaucoup de choses" 3. Sens de frustration pendant la recherche : Ce qui frustre le plus les enfants, c'est de ne pas trouver ce qu'ils recherchent. ''* "Il n'y a pas ce que l'on cherche" • "Google comprend tout l'internet, Ce qui n'est pas sur Google, n'est nulle part." Les enfants de tout âge ont été très précis en décrivant la source de leur frustration : • difficulté à savoir à quoi servent les boutons arrière et avant • difficulté à savoir que faire en cas de message d'erreur 10
  • Au cas par cas, chaque tranche d'âge trouvait sa propre frustration : • celle des plus jeunes venait du fait de la difficulté dans l'orthographe ou, en moindre proportion, des messages d'erreur dans le navigateur • celle des plus âgés venait du fait de ne pas arriver à trouver l'information souhaitée 4. L'orthographe et la saisie des mots : Quasiment tous les enfants tapent avec deux doigts et ne regardent uniquement que leurs claviers, en cherchant à trouver la bonne lettre. Presque tous étaient conscients que la maîtrise de la frape peut bien leur aider dans leurs recherches. Tous les enfants de 7 ans ont des fautes de frape, et ce n'est que vers les 11 ans que ceci commence à s'améliorer. Les requêtes mal écrites où l'enfant recevait le message "Essayez avec cette orthographe" venaient à leurs secours, sauf quand les erreurs étaient trop importants, où les orthographes proposées étaient trop éloignées du sujet. Les recherches sur la fonction "Essayez avec cette orthographe" ou la saisie semi- automatique montrent que ce sont des outils nécessaires en vue de la mauvaise frape de l'internaute moyen, mais montrent aussi qu'aux yeux des enfants ces outils ne se font pas trop remarquer par les enfants. 5. Le champ de saisie de la requête : La majorité des enfants de l'étude tapaient leur requête à l'intérieur du champ de requête de la page d'accueil. Ceux qui utilisent la barre de navigation le font en connaissant l'url du site à visiter, et n'ont pas eu besoin de passer par la recherche par un moteur de recherche. Afin d'effectuer une deuxième recherche, certains enfants cliquaient sur le bouton "précédent" et pour être à nouveau sur la page d'accueil. Les recherches dans la barre d'outils étaient moins fréquentes ; cette partie étant moins visible aux yeux et à la compréhension d'un enfant. 6. L'approche des enfants lors de requêtes complexes : Une demande complexe a été posée aux enfants : "Quel jour de la semaine sera l'anniversaire du vice- 11
  • président l'année prochaine ?" Aucun n'a su répondre. Seulement un des enfants de 9 ans a tenté de raisonner en disant que la recherche devait se diviser en deux étapes. La réponse aurait nécessité de 3 requêtes indépendantes : 1. qui est le vice-président 2. quel est le jour de son anniversaire 3. un calendrier de la prochaine année Les enfants ne se sont pas forcés à trouver la réponse, et certains ont répondu : "Personne met cette information sur internet parce que personne ne s'intéresserait à ça." Jusqu'à présent, aucune étude n’a été menée au sujet des limites des enfants sur les requêtes à mots-clés multiples. Néanmoins, pour ce type de demande, les enfants ont privilégié le langage naturel aux mots-clés : ils ont copier-coller la question dans le navigateur : ...quel jour de la semaine...?" 7. Comment les enfants utilisent les résultats ; La plupart des enfants n'est pas allée à la deuxième page de résultat et n'a presque vu que les premiers cinq résultats. Les enfants ont rapidement estimé que, s'il n'y a pas de réponse, c'est parce ce que celle-ci ne se trouve pas sur internet, ce qui prouve une espèce de foi absolue dans la technologie. 8. Ce que enfants et parents attendent des outils de recherche : Les enfants attendent quelque chose de plus adapté à eux, une sorte d’"outil magique" où ils pourraient avoir des inputs visuel/ audio ou un affichage plus adapté. Un des enfants a souligné qu'une solution pourrait être un seul résultat, mais le meilleur. Quelques idées plus imaginatives : • des outils de recherche télépathique • plus de boutons sur le clavier • ou des microphones magiques pour transcrire les requêtes 12
  • Développement de futures interfaces de recherche : 1. Chercher d'autres méthodes de recherche : Pour les enfants, d'autres méthodes de recherche sont souhaitables : • moins de résultats mais plus pertinents • amélioration de la saisie semi-automatique • possibilité de cliquer sur des catégories prédéfinies • possibilité de faire une recherche audio 2. Explorer d'autres algorithmes de saisie semi-automatique : La saisie semi- automatique telle qu'elle est aujourd'hui, n'est pas adaptée pour les enfants de 7 à 11 ans, qui regardent l'écran uniquement quand ils finissent d'écrire leur requête. Une solution pourrait être de donner des suggestions après un certain temps, ou quand ils cliquent sur le bouton "rechercher". Ceci pourrait cerner les fautes d'orthographe et proposer des suggestions pour les requêtes plus complexes. Une autre solution pourrait être de proposer la saisie semi-automatique en bas de l'écran bien visible, visant à attirer l'attention de l'enfant. 3. Limiter ou étendre les résultats de recherche : Les résultats montrent que présenter les résultats à la verticale et par page n'est pas la meilleure approche pour les enfants. Le plus adapté serait : • une seule page • des résultats avec moins de texte et moins de liens Toutefois, pour indiquer aux enfants l'existence d'autres pages, il faudrait développer une nouvelle interface adaptée. 4. Interface ciblée par âges Si la question de la sécurité reste une préoccupation majeur, une interface appropriée pour les enfants ne l'est pas moins. Les enfants ont du mal à faire des recherches par mots-clés, Une adaptation temporaire de l'interface pourrait les aider dans leurs recherches, avec plus d'options visuelles et 13
  • audio. Pour les résultats, étant donné que leur attention se focalise uniquement sur les premiers résultats, il faudrait adapter le contenu des réponses à leur niveau de lecture. Conclusions et prochains développements : Cette première étude a révélé plusieurs problèmes critiques des enfants dans leurs recherches sur internet, comme l'orthographe ou le fait de ne pas regarder l'écran durant la saisie. Ceci prouve que des outils tels que la saisie semi-automatique passe inaperçu pour les enfants. L'étude montre aussi que les enfants ne savent pas encore comment trouver un résultat qui demande l'addition de plusieurs recherches. En ce qui concerne les résultats de recherche, les enfants ne s'aperçoivent que des 3 ou 4 premiers résultats de la première page, et se sentent frustrés si ceux-ci ne leur offrent pas le résultat souhaité. Nous cherchons à trouver le raisonnement sur lequel les enfants se basent pour déterminer si un résultat est bon ou mauvais ; de la même façon que nous cherchons à trouver des différences de comportement entre filles et garçons, ou entre enfants de différents niveaux socioculturels. L'idée principale étant de développer des solutions adaptées à une meilleure expérience de recherche des enfants. source : How Children Search the Internet with Keyword Interfaces Venons-en à la troisième raison : je voulais faire des recherches sur la Génération Numérique d’aujourd’hui. Pourquoi aujourd’hui ? Parce que le décalage n’a jamais été et ne sera jamais aussi clair que maintenant. Peut être que dans quelques années, le gouffre sera moins grand entre les parents « immigrants » et les enfants « natifs », donc c’est maintenant qu’on peut voir la problématique en temps réel. Sans doute dans quelques années on verra les conséquences (et non pas aujourd’hui, à cause du manque de perspective et de recul), mais c’est maintenant que tout se déroule. 14
  • Face à la question de si les moteurs de recherche étaient aujourd’hui adaptés aux enfants, ou si une nouvelle interface serait mieux pour les enfants, j’ai analysé les quelques moteurs de recherches pour enfants en ligne aujourd’hui en France, qui, à mon avis, ne proposent pas une solution à la problématique de la façon de taper les mots-clés sur le moteur de recherche, appart le fait d’avoir des couleurs ou des dessins naïfs. De plus, aucun des enfants de notre enquête n’en avait jamais entendu parler. 15
  • CHAPITRE I : Une nouvelle génération Caractéristiques de toute nouvelle génération, d’après le rapport Bourgogne3 : Une génération peut être définie comme “ un groupe de pairs bien représentés au sein d’une société, nés au cours d’une période correspondant à la durée normale du passage de l’enfance à l’âge adulte, et qui ont en commun une certaine personnalité collective4 ”. La durée n’est pas toujours la même. Une génération peut s’étendre sur une période de temps plus ou moins longue, selon le temps qu’elle met à atteindre la maturité et selon les aléas de l’histoire. Selon cette étude, une nouvelle génération naît tous les vingt ans. Alors que certains traits, valeurs et comportements sont communs à plus d’une génération, il est reconnu que chaque génération possède un nombre important de caractéristiques qui lui sont propres. Quelques chiffres représentatifs de la population française : les statistiques de l’INSEE au 1er janvier 20055 montrent que la population française est répartie de façon égalitaire entre les trois tranches d’âges principales : • Juniors : 0 – 24 ans : 31,71% de la population • Majors : 25 -50 : 34,56% de la population • Seniors : plus de 50 ans : 33,73% de la population La tranche d’âge des juniors peut se subdiviser de la suivante façon : • 0 – 3 ans : les doudous : 5,09% de la population française • 4 – 11 ans : les doulescents ou adonaissants : 9,76% • 12 – 17 ans : les adolescents : 7,71% 3 Guy Paré : Génération Internet : la prochaine grande génération. Rapport Bourgogne, 2001. http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2001RB-03.pdf 4 Référence dans ce rapport à Howe et Straws : MIllennials rising. The next great generation. Vintage, 2000. 5 er Analyse de la répartition de la population française. Statistiques de l’INSEE au 1 janvier 2005 d’après Yohan Gicquel : « Le marketing des juniors », Ed. Génie des Glaciers 2006. 16
  • • 18 – 24 : les adulescents : 9,15% on y entre de plus en plus jeune et on y sort de plus en plus tard (YGOL : youngs getting older later) versus KGOY (kids getting older younger). Les doulescents ou adonaissants, qui feront le focus de notre étude, représentent presque dix millions d’enfants en France. Ils appartiennent à une génération révolutionnaire, car elle porte un modèle de société inconnue de leurs parents. En France, presque aucun de ces enfants n’est tenu à l’écart de la reconfiguration du quotidien imposé par les nouvelles technologies. En moins de dix ans, l’internet, la téléphonie mobile, les supports numériques et leur mise en réseau généralisée ont provoqué des bouleversements sans doute irréversibles dans l’accession aux savoirs et le statut des relations. Le rapport actuel des jeunes avec les médias traditionnels (en incluant le livre), la relation avec leur entourage et leurs proches, leur rapport à l’information, le savoir et le divertissement, ne sont pas les mêmes que ceux de leurs parents. Des nouveaux codes sont apparus, qui leur sont propres de façon naturelle. Ce sont des natifs du numérique, tandis que leurs parents essayent d’adopter ce nouvel univers. L’empire du livre s’est vu contesté depuis l’apparition des médias audiovisuels, au premier rang desquels il faut classer la télévision, le mass media par excellence. Cette nouvelle manière de penser, par superposition d’images qui défilent face à un spectateur passif, trouble par son irréversible essor un ordre trop bien établi, celui du livre. Les changements s’opèrent de façon de plus en plus rapide : si la radio a nécessité 38 ans pour atteindre les 50 millions d’auditeurs, et la télévision l’a fait en 13 ans pour atteindre autant de spectateurs, internet, pour sa part, n’a nécessité que de 5 ou 6 ans pour un même nombre d’utilisateurs. C’est pour cela que notre cible, les enfants de 8 à 11 ans, ne connaissent pas le monde sans internet, sans téléphone portable ou d’appareils photo autres que les numériques. Depuis 2001, où se sont généralisés l’ADSL (Internet à haut débit) et la troisième génération de téléphonie mobile, nous sommes entrés dans une nouvelle ère : la 17
  • société de l’information qui englobe tous les systèmes (médiatiques, culturels, économiques, technologiques) et nous y avons accès tous les jours, 24 heures sur 24. Le multimédia finit par se transformer en seul média pour définir cette nouvelle donne médiatique, qui rassemble, unifie écoute de musique, radio, télévision, vidéos, informations, communication, expression de soi, téléphone, etc. jusque-là éparses. Comme le dit si bien Pascal Lardellier : « Une culture d’un nouveau genre s’est produite : la culture du troisième type, qui recycle, mixe et régurgite tout ce qui vient au Net, énorme matrice médiatique qui malaxe et mêle sans distinction le public et l’intime, l’infime et l’infâme. » 6. L’ordinateur est à l’origine d’une révolution culturelle : Il a d’abord transformé la relation aux médias. Ainsi, la « navigation » sur les supports électroniques (cd-rom ou dvd) ou sur les sites internet est très différente de la « lecture » des livres, des journaux et des magazines, ou de la « consultation » des dictionnaires ou encyclopédies. La linéarité a fait place à la circularité, rendue possible par les liens hypertextes. La dimension multimédia permet d’accéder à tous les types d’information : texte, image fixe, séquence animée, son. Enfin, le mode de navigation n’est pas fermé ou limité, mais totalement ouvert. Le nombre de combinaisons possibles des différents éléments est infini ; ce qui fait d’internet un outil d’une extraordinaire puissance, avec des usages multiples et personnalisés. La contrepartie est que la culture générale ainsi constituée est fragmentée, parcellaire. Elle constitue une mosaïque plutôt qu’une image d’ensemble cohérente, telle que la fournit la « culture » traditionnelle. L’une des caractéristiques des innovations technologiques majeures est qu’elles remettent en question les modes de vie et les références culturelles. L’imprimerie a 6 Pascal Lardellier : Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados. Editions Fayard, 2006. Page 47. 18
  • modifié le rapport à la connaissance. Le téléphone a transformé les relations entre les individus. L’ordinateur, même s’il efforce de reproduire l’esprit humain et de se montrer « convivial », impose une logique et une culture différentes de celles qui prévalaient avant lui. Si internet a eu cette formidable pénétration sociale, c’est parce que les moyens techniques sont désormais efficaces techniquement pour mettre en place les TIC (techniques de l’information et de la communication). Mais cela dit, ça fait plus de 20 ans, depuis les années 80, que nous parlons de société de l’information, d’idéologie de la communication. Les TIC, si on considère qu’elles ont véritablement émergées à partir de 1996, ont explosé à partir de l’an 2000. La génération numérique Selon l’étude Ado Techno Sapiens7 (données 2007, publiées en 2008), en France, la génération numérique ou « Ado Techno Sapiens » se compose de quelques 8.900.000 jeunes de 8 à 19 ans. Caractéristiques des enfants numériques Cette génération est révolutionnaire, car elle porte un modèle de société inconnue de leurs parents. Quels sont les tenants et les aboutissants de cette nouvelle révolution en marche : presque aucun des enfants de 8-18 ans n’est tenu à l’écart de cette lame de fond, technologique mais pas seulement, et il y a une reconfiguration du quotidien imposé par ces technologies. 7 Données issues du billet « les jeunes et le numérique », paru le 12 août 2009 sur : « http://mariannedamit.blogspot.com/search/label/L'essor%20de%20nouveaux%20média%20(internet%20et%20 mobile) 19
  • En moins de 10 ans, l’avènement d’internet, de la téléphonie mobile, des supports numériques et leur mise en réseau généralisée ont provoqué des bouleversements sans doute irréversibles dans l’accession aux savoirs et le statut des relations. Le rapport avec les médias traditionnels (en incluant le livre), la relation avec autrui, le rapport à l’information et au divertissement, ne sont pas ceux de leurs prédécesseurs. Des codes nouveaux se réinventent grâce aux médiations techniques, très ludiques, des écrans. L’empire du livre s’est vu contesté depuis l’apparition des médias audiovisuels, au premier rang desquels il faut classer la télévision, les mass media par excellence. Cette nouvelle manière de penser, par superposition d’images qui défilent face à un spectateur passif, trouble par son irréversible essor un ordre trop bien établie, celui du livre. La radio a nécessité de 38 ans pour atteindre les 50 millions de spectateurs. La télévision l’a fait en 13 ans. Et pour internet, seulement 4 ans ont été nécessaire. Depuis 2001, la généralisation de l’ADSL (Internet à haut débit) et de la troisième génération de téléphonie mobile, nous sommes entrés dans une nouvelle ère : la société de l’information qui englobe tous les systèmes (médiatiques, culturels, économiques et technologiques) et nous y avons accès tous les jours, 24 heures sur 24. Le multimédia finit par se transformer en uni-média pour définir cette nouvelle donne médiatique, qui rassemble, unifie des choses jusque-là éparses. Si internet a eu cette formidable pénétration sociale, c’est parce que les moyens techniques sont désormais efficaces techniquement pour mettre en place les TIC (Information et de Communication). Mais cela dit, ça fait plus de 20 ans, depuis les années 80, que nous parlons de société de l’information, d’idéologie de la communication. 20
  • Les TIC, si on s’accorde à considérer que celles-ci ont véritablement émergé à partir de 1996, pour exploser en 2000. Nous nous trouvons indéniablement devant une authentique révolution, à la fois médiatique et économique, mais aussi culturelle et sociale. Les dangers que les parents craignent sont majoritairement dû à leur incompétence (en tant qu’immigrants) à manier ces outils. Comme le résume très bien Pascal Lardellier, si les enfants étaient à la maison à lire Victor Hugo ou à démonter un moteur, ils ne s’affoleraient pas, mais le fait est qu’ils sont obnubilés par quelque chose qui leur échappe. Leur accès à la connaissance est marqué par la globalité et l’instantanéité et aussi par le manque de méthode de travail. Ils vivent dans un environnement beaucoup plus multiculturel, plurilingue, et sans frontière. La population internationale de leurs collectivités virtuelles témoigne de l’orientation mondiale de leurs recherches d’information, de leurs activités et de leurs communications. Internet invite les jeunes à passer de la sphère nationale à la sphère mondiale. Enfants de familles où les deux parents sont actifs sur le plan professionnel, ils ont un emploi du temps chargé de sorte qu’ils sont toujours sous la supervision d’un parent, d’un membre de la famille, d’un professeur, d’un entraîneur, d’une gardienne ou d’un psychologue. De ce fait, les enfants ont le sentiment d’avoir peu de temps libre, beaucoup de devoirs, beaucoup d’activités programmées d’avance. Sous-ligner aussi que leur niveau d’éducation est plus élevé que la moyenne des générations précédentes. Sur le plan racial, la génération Internet est sans doute celle de l’assimilation : Le caractère international de leurs collectivités virtuelles sur la Toile témoigne de la portée mondiale de leur recherche d’information, d’activités et de communication. 21
  • L’apprentissage des nouvelles technologies est quasi intuitif pour ces jeunes. Tout comme la télévision a marqué la jeunesse des baby-boomers, la Toile fait partie intégrante de la vie des jeunes de la génération Internet. Ils ne regardent presque plus la télévision comme leurs parents à leur âge ; ce qu’ils aiment le plus d’Internet c’est son interactivité8 Les jeunes de la génération Internet appartiennent à une multitude de collectivités de toutes sortes sur la Toile. Certains membres de ces collectivités sont des jeunes rencontrés à l’école, mais cela peut faire place à d’autres membres. Le fait d’être des chercheurs actifs d’information au lieu d’être des capteurs passifs les rend indépendants et autonomes. Leur accès sans précédent à l’information leur donne aussi la capacité d’acquérir le savoir nécessaire pour vérifier les informations qui pourraient leur sembler erronées. L’occasion qui leur est donnée de se construire une identité et de s’attribuer des rôles dans une collectivité virtuelle les aide aussi à s’affirmer lorsqu’ils se trouvent dans d’autres contextes sociaux. Plusieurs pratiques culturelles des jeunes sont partagées par la plupart des jeunes partout dans le monde, même si elles peuvent être localement adaptées de différentes manières9. Les jeunes de la génération Internet sont nés dans un monde qui se réinvente constamment. Ils sont à peine sensibles au changement, l’absence d’Internet leur paraîtrait anormale. Ils aiment l’imprévu et la transformation constante du paysage. Ils cherchent sans cesse de nouvelles façons de faire les choses et ont une forte propension à l’innovation et à la créativité. Ils n’ont pas peur du changement et l’utilisent comme moteur constant d’innovation. Selon Florence Hermelin, en charge de l’expertise consommateurs dans son étude « Dans la tête des Digital Natives » et DGA de SixandCo : 8 Tapscott, Don : Grown up digital. McGraw-Hill, 2009. 9 “Several youth commodities and practices are shared by most young people all over the world, even if they can be appropriated locally in different ways”. Livingtone, Sonia. Kids online. The Policy Press, UK. 2009. Page 32. 22
  • En tant que Digital Natives, les jeunes sont les pionniers d’une nouvelle ère et vulgarisent auprès de leurs aînés, dans un contexte d’accélération lié à la crise, de nouvelles pratiques, de nouveaux réflexes et de nouvelles exigences10. L’étude Médiappro11 nous explique que parler de « révolution digitale » n’est pas pertinent pour les jeunes, les TICs s’intègrent parfaitement dans leur culture sans faire de bouleversements. Le jeune a donc une perception du large potentiel d’Internet mais un usage très restreint. L’attrait du net pour un jeune se situe dans le pouvoir de piloter lui-même son programme même s’il garde une navigation prudente et instantanée, sans objectif précis. Plus le milieu familial du jeune est cultivé, plus les parents suscitent la discussion avec leurs enfants. Ceux-ci auront une appropriation d’Internet plus réfléchie. L’apprentissage par la génération numérique Pour mieux comprendre cet apprentissage, nous pouvons nous pencher sur l’étude Bourgogne12 qui analyse l’œuvre de Tapscott (créateur du terme anglophone « digital native » dans son œuvre Growing up digital). Selon cet auteur, l’utilisation des media faite par les jeunes de la génération numérique pointe clairement vers un apprentissage interactif. Ceci est particulièrement vrai dans les cas ci-dessous : • De l’apprentissage linéaire à l’apprentissage ludique Si l’approche traditionnelle au savoir a toujours été linéaire, comme la lecture d’un livre ou le visionnage d’une vidéo explicative ou de formation, de nouvelles façons d’accumuler le savoir et la connaissance sont à présent disponibles pour la nouvelle 10 http://www.offremedia.com/media/deliacms/media/1053/105393-092d8d.pdf 11 http://www.mediappro.org/ Étude réalisée entre 2005 et 206 Between January 2005 and June 2006, universities, government ministries, associations and foundations from 9 European countries - Belgium, Denmark, Estonia, France, Greece, Italy, Poland, Portugal and United Kingdom – collaborated on an applied research project for media education called Mediappro (“media appropriation”). Étude complète : http://www.mediappro.org/publications/finalreport.pdf 12 Rapport Bourgogne. Op cit. 23
  • génération. En effet, l’enrichissement de la connaissance s’effectue de manière plus parsemée : l’intégration du savoir dans une structure cohérente s’effectue telle la préparation d’une bouillabaisse, en ajoutant des informations issues de sources très diverses et en tirant ensuite une conclusion. Grâce au lien hypertexte, véritable cœur de l’utilisation et du développement d’internet, la pédagogie classique se réinvente ; il est à noter que celle-ci peut être un facteur innovant d’amélioration des communications scolaires et académiques. Elle contribue ainsi à élargir ou à redessiner la configuration de la classe, en favorisant notamment le travail d’équipe. Elle est en mesure de transformer l’apprentissage en un processus continu en permettant à chaque élève ou étudiant d’apprendre à son niveau et à sa propre vitesse : c’est une incroyable souplesse qui leur est ainsi donnée. Cette nouvelle génération bénéficie d’un apprentissage qui se veut convivial mais avant tout ludique. Chaque activité est un jeu en puissance : tout a vocation à être drôle et amusant pour captiver l’attention. Selon Pascal Lardellier13, la culture numérique est ludique en elle-même : on ne fait que jouer d’une façon ou d’une autre. A côté d’un livre, plus austère, ou d’un programme à la télévision qui pousse à la passivité, l’interface avec de nombreux écrans a quelque chose d’intrinsèquement ludique. • De l’assimilation de concepts à l’exploration et à la découverte Plutôt que d’être passif face à son instructeur, l’élève ou étudiant est actif et construit lui-même son savoir. Le constructivisme, par opposition à l’instructionnisme, stipule que les gens apprennent mieux en faisant, c'est-à-dire en étant actifs, plutôt qu’en étant passifs et simples récepteurs d’informations. • Dans la relation de transfert du savoir, passage du centre de gravité du professeur à l’étudiant Une méthode d’apprentissage centrée sur l’étudiant est plus motivante et fait appel à une participation active sous forme de discussions, de débats et de recherche sur 13 Pascal Lardellier : Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados. Editions Fayard, 2006. Page 58. 24
  • différents sujets. L’éducation de masse est le produit de l’économie industrielle ; elle s’inspire de la production de masse, du marketing de masse et des médias. Cependant, dans son livre The Digital Economy, Tapscott explique qu’à travers le monde, les entreprises s’orientent vers une approche individuelle et personnalisée. Selon la théorie de Tapscott, une éducation pleinement centrée sur l’élève commencerait par l’évaluation de ses capacités, de son milieu social, ainsi que tout autre facteur pouvant avoir une incidence sur sa capacité à apprendre. Cette éducation particulière pourrait faire appel à des logiciels capables de structurer et prendre en compte l’expérience scolaire de chaque enfant. Ne nous trompons pas : l’importance du professeur n’est nullement remise en cause ; bien au contraire, son importance n’en sortira que grandie s’il réussit à s’adapter et à incorporer de nouvelles compétences et méthodes d’enseignement. Néanmoins, il est important de se rappeler que cette vision éducative reste idéalisée et très irréaliste. Elle trouverait difficilement sa place dans le système d’éducation actuel ; celui-ci étant bien plus en phase avec l’éducation de masse. • Au lieu de mémoriser, apprendre à apprendre Si nous prenons l’évolution récente de la société, il faut bien se rendre compte que apprendre à analyser et à synthétiser l’information est devenue bien plus importante que de simplement la mémoriser. En effet, celle-ci étant disponible à tout moment, la mémorisation « par cœur » est devenue tout à fait obsolète. C’est ainsi que l’analyse et la synthétisation de l’information prennent toutes leurs lettres de noblesse. Ainsi, Florence Hermelin nous présente de manière concise cet argument : Grâce à la capacité de stockage de plus en plus importante dans un espace de plus en plus limité et le moindre besoin de se souvenir puisque tout est disponible, les Digital Natives ont un rapport nouveau à la mémoire14. Néanmoins, afin de porter un jugement plus juste et impartial sur cette génération numérique sur laquelle nous n’avons pas de recul, il est intéressant de mentionner quelques caractéristiques supplémentaires véritablement associées à cette génération : l’impatience, l’exigence accrue, la hantise de « perdre son temps », le 14 http://www.offremedia.com/media/deliacms/media/1053/105393-092d8d.pdf 25
  • manque de concentration et l’impossibilité de se dédier à une seule tâche à la fois en profondeur. Les membres de cette génération ne fonctionnent qu’en multitâche ; ils ne peuvent que faire plusieurs choses à la fois, en mélangeant les côtés rébarbatif et amusant. 26
  • CHAPITRE II : Evolution de l’équipement multimédia des 6-14 ans et leurs usages : Usage des médias des 8-14 ans : Le niveau d’utilisation des médias des jeunes est souvent supérieur à celui des adultes, notamment pour ce qui est de l’audiovisuel et de l’informatique. Néanmoins, il y a eu très peu d’études d’effectuées sur leur pratique : en effet, la sociologie s’est peu intéressée aux moins de 15 ans, la plupart des enquêtes nationales portant sur la population « jeune » se sont limitées aux 15-25 ans15. Le temps que les moins de 20 ans consacrent aux activités médias « classiques » (télévision, radio et presse) et multimédia (internet, jeux vidéo, mobile) représente un tiers du temps dédié aux loisirs. La télévision : La part de la télévision dans la consommation des médias est en chute libre : les 15-24 ans figurent parmi les plus petits consommateurs de télévision. Selon Médiamétrie, ils consacrent une heure et demie de moins par jour sur le petit écran que la moyenne des téléspectateurs, soit une heure cinquante-trois contre trois heures vingt-quatre. Leurs chaînes de prédilection sont M6 et TF1, ainsi que celles présentent dans la TNT, dont W9. Si nous nous penchons sur les programmes plébiscités par cette tranche d’âge, nous constatons que les 15-24 ans ont une nette préférence pour les séries américaines et la télé-réalité16. Selon Dominique Pasquier17, la télévision mise de plus en plus sur la diffusion de programmes spécifiques pour chaque type de public : • M6, ciblant les moins de 25 ans, télévision préférée des petits • Les chaînes destinées à la jeunesse diffusées par câble ou satellite • Les 3.400 heures de programmes jeunesse (dessins animés et autres) offertes par les chaînes hertziennes 15 Octobre, Sylvie. Les loisirs cultures des 6-14 ans. Ministère de la culture et de la communication. La Documentation française. 2004, Paris. Page 11. 16 Pas de données trouvées sur les enfants de moins de 15 ans. 17 Pasquier, Dominique : Cultures lycéennes, la tyrannie de la majorité. Éditions Autrement, 2007. Page 26. 27
  • La radio : En moins de vingt ans, la structure d’écoute radiophonique a profondément changé : moins de 7% des 11-19 ans écoutent les radios généralistes nationales (RTL, RMC, Europe1, France Inter). Ceux-ci plébiscitent les radios à dominance musicale (Virgin Radio, Fun Radio, NRJ, Skyrock, RTL 2, RFM) et des radios locales. La presse et la lecture : L’évolution technologique a transformé la place de l’écrit : le développement de l’audiovisuel a modifié la relation à la connaissance et à l’information en privilégiant l’image par rapport aux textes et en favorisant les formats courts (clips vidéo, reportages d’actualité, etc.) Malgré la pression parfois exercée par les parents pour inciter leurs enfants à lire et à prendre du plaisir à la lecture, les jeunes trouvent à la télévision ou dans les jeux vidéo une satisfaction plus immédiate. Cette attitude est aussi de plus en plus apparente chez les adultes. Cependant, les Français apprécient toujours les livres. On constate d’ailleurs que ceux qui disposent du maximum d’équipement culturel (téléviseur, lecteur DVD et ordinateur) sont aussi ceux qui lisent le plus. Mais beaucoup considèrent que la lecture nécessite un effort plus grand que les autres loisirs ; la longueur des textes peut parfois représenter un obstacle. Ainsi, certains éditeurs ont pris en compte cette évolution en proposant des livres plus courts. Ce raccourcissement des textes et des formats est généralement associé à une baisse des prix : cette évolution répond directement aux demandes du public pour un livre plus court et moins cher, s’adressant aussi bien aux jeunes rebutés par la lecture et aux adultes pressés, qu’aux français soucieux d’un prix abordable pour un livre. Parmi les lecteurs les plus assidus de livres, la part des personnes se connectant quotidiennement à internet (75%) est plus élevée que la part des gens n’étant pas connectés (57%). En France, parmi les 70.705 titres publiés en 2007, quasiment autant de livres sont dédiés à la jeunesse (12.428) qu’aux ouvrages de littérature (14.012). La presse jeune, ayant connu un véritable essor lors des vingt dernières années, représente aujourd’hui 105 titres et diffuse 108 millions d’exemplaires par an. 28
  • Elle se spécialise désormais sur des tranches d’âge de plus en plus réduites. La tranche d’âge la plus importante se situant entre trois et quatre ans ; ainsi, trente-cinq titres s’adressent spécifiquement aux dix-douze ans. Les thématiques principales sont : les animaux, la nature, les langues, la lecture, la découverte des sciences, les activités pratiques, la musique, les stars, l’actualité, la mode et la beauté18 19. Quand bien même, il est reconnu que les enfants lisent de moins en moins, jamais il n’a été autant nécessaire pour eux de savoir lire, écrire et pouvoir développer un sens du jugement. Savoir pointer et cliquer sur un lien internet n’est pas suffisant en soi : il faut surtout pouvoir choisir le lien adéquat parmi une multitude de possibilités. Il faut pouvoir pointer, lire, penser et cliquer. De nouvelles façons de communiquer se développent : la communication écrite, surtout utilisée à un niveau personnel et informel, n’offre pas la même subtilité que la communication en face à face ou au téléphone, les inflexions de la voix ne pouvant être retranscrites à l’écrit. Privé des expressions du visage, du langage corporel, de l’intonation de la voix, et de l’environnement matériel, le jeune internaute doit inventer et utiliser son clavier de manière optimale. C’est ainsi qu’est née une nouvelle écriture, de nouvelles combinaisons de caractères, de nouvelles abréviations et de nouveaux acronymes. Ces néologismes ayant pour but d’intégrer à la communication écrite certaines des subtilités et des émotions présentes dans l’échange direct20. Equipement des ménages français au fil des années scolaires : CP : dès le CP, près de sept enfants sur dix possèdent un matériel audio, un enfant sur deux a des jeux vidéo, près d’un sur cinq une télévision dans sa chambre et un sur dix un ordinateur. La compétence technique des enfants étant faible à leur âge, les 18 Mermet, Gérard : Francoscopie 2010, Tous sur les français. Larousse, Paris 2009. Page 447-449. 19 Dominique Pasquier, op.cit. 20 Annexe 29
  • parents privilégient les équipements les plus simples et le moins coûteux. Les enfants sont très encadrés dans leurs consommations par les parents. Ceux-ci accompagnent leurs enfants dans cette utilisation, que ce soit dans la manipulation des outils les plus techniques comme un ordinateur (neuf enfants sur dix utilisent l’ordinateur en compagnie de leurs parents) ou dans la consommation de médias plus classiques (la quasi-totalité des enfants de cet âge regarde la télévision ou écoute de la musique avec leurs parents). Pour l’usage de la télévision, l’encadrement des enfants de CP est très fort : plus de neuf enfants sur dix sont soumis à des interdictions en matière de programme. L’initiation de la part des parents se trouve surtout dans le domaine de la musique. CM1 : En CM1, une première évolution s’opère avec un début d’autonomie des enfants et des équipements de plus en plus individualisés. De plus, il faut noter que les enfants s’approprient les éléments les plus technologiques, notamment pour la musique. Ainsi, le pourcentage d’enfants possédant radioréveils et/ou baladeurs est multiplié par deux, par rapport au CP. 5ème : C’est à peu près en classe de 5ème que commence à s’affirmer une « culture de la chambre » dans laquelle les médias tiennent une place importante. Ainsi, les jeunes préadolescents possèdent quasiment tous un matériel audio, trois quarts ont des jeux vidéo, un tiers une télévision, et un peu moins d’un sur cinq un ordinateur. Cette évolution en équipement technologique reflète étroitement le relâchement des contraintes imposées par les parents, que ce soit en termes de temps ou de contenu. Cet équipement est surtout l’indicateur d’un nouvel équilibre au sein de la famille, entre équipement familial et équipement personnel, espace familial et espace individuel. Le jeune adolescent se voit reconnaître une compétence dans trois domaines : l’usage de l’outil, le choix des programmes et une compétence d’auditeur/spectateur liée aux consommations solitaires. 30
  • Appropriation des médias audiovisuels par les 6-14 ans : L’attachement à la musique occupe la première place, suivi du multimédia (jeux vidéo et ordinateur) : plus de la moitié des enfants déclarant que s’ils ne pouvaient plus écouter de musique (tout support confondu) cela leur manquerait beaucoup ; contre quatre sur dix pour la radio, et plus d’un tiers pour les jeux vidéo et pour l’ordinateur. La télévision, première consommation médiatique, occupe la dernière place en termes d’attachement : plus de la moitié des enfants qui la regardent tous les jours déclarent éprouver pour elle un attachement modéré. Les deux consommations médiatiques à fort potentiel d’attachement (radio/musique et multimédia) ont en commun d’être les plus autonomes par rapport à la sphère familiale : les 6-14 ans disposent d’équipements personnels. Parmi toutes leurs activités autour des médias, la consommation télévisuelle apparaît comme la moins significative et la moins importante aux yeux des jeunes du CM2 à la 3ème alors même qu’il s’agit d’un média facile d’accès, tant matériellement – équipement de la quasi-totalité des foyers- que techniquement, les enfants apprenant très tôt le maniement de la télévision. Il en va différemment de l’écoute musicale ou des jeux vidéo et de l’ordinateur, dont les consommations semblent plus constitutives de la culture jeune et de la construction des identités d’âges et de sexe. La télévision est le média le plus familial ; ce côté familial et convivial se renforce au fil du temps, du CM2 à la 3ème. Avec l’âge, les enfants sont de plus en plus nombreux à regarder la télévision en famille, et ce, de plus en plus souvent. Cette tendance traduit également la mutation des goûts des enfants vers ceux des adultes et une souplesse des parents autorisant ainsi de plus en plus leurs enfants à regarder la télévision en soirée. Par ailleurs, l’usage de la vidéo ou dvd fait progresser l’usage de la télévision entre amis de cet âge. D’autres consommations médiatiques s’adressent plus à un public jeune qu’à un public familial : écoute musicale, jeux vidéo et informatique s’inscrivent dans l’interaction avec le groupe de pairs, qu’il s’agisse de copains ou de frères et sœurs qui partagent 31
  • les caractéristiques de la classe d’âge. Les enfants sont de plus en plus nombreux à réaliser leurs consommations entre copains et le font de plus en plus souvent. Le passage à l’adolescence est marqué par la progression des consommations solitaires. Elle concerne globalement l’ensemble dés médias : télévision, radio, musique, jeux vidéo, ordinateur ; mais c’est particulièrement vrai pour la musique et l’ordinateur. La forte segmentation de l’offre radio ou musicale et la moindre implication des adultes dans le domaine des pratiques informatiques domestiques de loisir fait de ces champs d’activité pour les moins de 15 ans des espaces d’affirmation des goûts, des comportements et des consommations. Importance du sexe de l’enfant dans la compréhension des dynamiques culturelles Celle-ci se définit sur trois niveaux : tout d’abord, il y a un « sexe » des pratiques ; ensuite la répartition des responsabilités éducatives est sexuellement inégalitaire ; enfin, les stéréotypes véhiculés par l’éducation varient fortement en fonction du sexe de l’enfant. Les contraintes liées au sexe sont ainsi inscrites tout à la fois dans les objets, leurs usages et les normes d’usage. La différence d’équipement entre filles et garçons renseigne déjà sur le genre de consommation médiatique : les filles ont un plus faible usage des jeux vidéo et des console de jeux, ce qui explique qu’elles sont également moins équipées personnellement d’écrans de télévision. En revanche, elles disposent, bien plus que les garçons, de vidéothèques et de discothèques personnelles, de même que d’équipements audio. La multitude d’usages possibles de l’ordinateur favorise son appropriation par ces dernières, surtout quand l’école les incite à l’utiliser, incitation qui compense leur faible attirance pour les outils technologiques. La culture de la chambre des filles est donc plus développée que celle des garçons. Filles versus garçons : les plus gros consommateurs d’internet ont une vie culturelle très active et sont de grands consommateurs de culture et de médias. Les filles qui, traditionnellement, préfèrent les activités de communication, commencent à se 32
  • tourner vers les jeux et les garçons apprécient de plus en plus les chats et les forums. Internet demeure pour les jeunes un divertissement avant tout, puis un outil pour la recherche et l’aide aux devoirs. Les pratiques de communication sont le prolongement de la vie quotidienne des jeunes et chaque type de pratique est utilisé en fonction de l’objectif du message (rester en contact ou demander conseil, chatter, obtenir des informations, discuter sur un forum, envoyer un email pour les communications privées et/ ou formelles). Influence de la catégorie socioprofessionnelle des parents dans l’usage des médias des enfants L’équilibre instauré entre équipement familial et équipement de l’enfant varie en fonction des cultures de classe à l’égard des médias. Deux postures s’opposent sur ce registre : celle qui renvoie la consommation au champ de loisir et de la détente, et celle qui l’englobe dans un projet éducatif. La télévision : Ainsi, en matière de télévision, les ouvriers semblent privilégier pour leurs enfants la libre disposition d’un instrument de loisir, face à d’éventuels désaccords sur le choix des programmes au sein de la famille. Ce sont en effet les enfants d’ouvriers qualifiés qui sont les plus forts détenteurs de télévision personnelle (plus d’un tiers des enfants d’ouvriers en possède une dans leur chambre). Chez les agriculteurs, les cadres et les professions intellectuelles supérieures et les professions libérales, la télévision est plus qu’ailleurs un objet familial et l’équipement personnel de l’enfant est rare, soit parce que la consommation télévisuelle est collective, soit parce que les parents souhaitent avoir sur elle un contrôle. Dans ce contexte, il existe une plus forte utilisation de dvd, d’autant que dans ces familles, le temps que l’enfant passe en l’absence de ses parents est important. Les jeux vidéos : pour les jeux vidéo, les enfants de chefs d’entreprise, de contremaîtres et agents de maîtrise sont particulièrement nombreux à en posséder, alors que les cadres et professions intellectuelles supérieures sont plus réticents à mettre ces jeux à disposition de leurs enfants. La réticence des cadres tient plus à une posture éducative 33
  • qu’à un effet de revenu (prix de vente s’échelonnant de 60€ à plusieurs centaines d’euros). Le baladeur : la moitié des 6-14 ans possède un baladeur. Cette individualisation de l’usage audio est favorisée par l’espace privé dont jouit l’enfant, c'est-à-dire sa propre chambre. L’ordinateur multimédia : les parents qui utilisent le plus l’outil informatique professionnellement, sont les parents qui le font entrer dans leur espace privé et dans celui de leurs enfants. Les parents qui accompagnent le plus les pratiques de leurs enfants se recrutent parmi ceux qui exercent des professions où l’ordinateur est un outil de travail : chefs d’entreprise, professions libérales, cadres et professions intellectuelles supérieures, et techniciens. Ainsi, les ménages les plus équipés sont les plus dotés en capital économique et culturel mais également ceux qui font de l’ordinateur domestique un usage professionnel ou para-professionnel : plus de neuf foyers sur dix sont équipés chez les cadres, professions libérales, plus de huit sur dix chez les artisans et plus de sept sur dix chez les agriculteurs et commerçants. L’ordinateur est également très présent dans les ménages exerçant des professions techniques : neuf ménages sur dix sont équipés chez les techniciens, huit sur dix chez les contremaîtres et agents de maîtrise. Des différences plus significatives apparaissent quant aux usages de ces équipements. Ainsi, à taux d’équipement domestique identique, ce sont les techniciens, plus que les cadres, qui déclarent que leur enfant dispose d’un ordinateur personnel ou réservé. Il est fort probable qu’il ne s’agisse pas là de multi-équipement, mais que l’enfant soit l’utilisateur principal, voire unique, de l’ordinateur domestique, exerçant alors non seulement un rôle de prescription en matière d’achat mais également un rôle de formation auprès de ses parents. Pour comprendre le rapport des 8-11 ans aux médias, il ne faut pas seulement considérer l’équipement mais également l’usage qu’ils vont en faire, notamment à travers les modèles de consommation parentale, une sorte de « culture domestique » à laquelle ils se trouvent confrontés. 34
  • Consommation des médias par âge L’analyse des fréquences de consommations audiovisuelles (télévision, musique et radio, ordinateur, jeux vidéo) permet de distinguer quatre rapports aux médias chez les enfants : Faibles consommateurs : 5% des enfants du CP à la 6ème. Ce sont surtout les plus jeunes, qui sont plus étroitement soumis aux injonctions parentales et n’ont pas encore un usage autonome des outils médiatiques. En raison de la faiblesse de leur équipement en ordinateur et en vidéo, leurs consommations médiatiques se reportent sur la télévision et l’écoute musicale sur des matériels familiaux, plus facilement contrôlables par les parents. Les jeux vidéo et l’ordinateur sont quasi absents, et les rares utilisations se font à un rythme mensuel. Consommateurs modérés : 30% des élèves du CP à la 6ème. Ce groupe se subdivise en deux : 1. Posture plus répandue dans les milieux à faible capital économique et culturel et dans les zones rurales : des enfants moins équipés que la moyenne et qui concentrent leurs consommations sur un petit nombre de médias. Cette posture tend à faiblir en raison de l’accroissement tendanciel de l’équipement. Elle est aussi plus répandue chez les filles, qui se tiennent à l’écart des consommations de jeux vidéo et concentrent leurs consommations médiatiques sur les consommations musicales et télévisuelles. 2. Des enfants faibles consommateurs d’un plus grand nombre de médias. Consommateurs réguliers : 35,5% des élèves du CP à la 6ème. Plus nombreux en zone urbaine, et dans les foyers plus dotés en capital économique et culturel et équipés en nouveaux médias. L’offre à laquelle ils sont confrontés est plus riche, notamment en informatique, et est en croissance à mesure que les compétences d’usage et de réceptions augmentent. Tous regardent la télévision (99%), presque tous écoutent de la musique ou de la radio (98,5%), et jouent à des jeux vidéo (83%) et les trois quarts (74%) utilisent un ordinateur. Les rythmes de consommation varient en fonction des médias et des familles : dans les foyers moins équipés en ordinateur, la télévision occupe le 35
  • quotidien des enfants. L’écoute musicale gagne le quotidien de tous les membres de ce groupe, notamment parce qu’elle peut être une activité secondaire par rapport à d’autres consommations médiatiques (l’ordinateur notamment) et parce que son statut ne semble pas être de substitution comme celui de la télévision. Forts consommateurs : 29,5% des élèves du CP à la 6ème, pour lesquels les consommations de médias sont à la fois multiples et quotidiennes. 82% d’entre eux écoutent de la musique, 66,5% regardent la télévision, 42% jouent à des jeux vidéo et 29% utilisent l’ordinateur quotidiennement. Les garçons sont plus nombreux que les filles dans ce groupe. Il faut noter également un plus fort investissement informatique pour les enfants de la 6ème que des classes précédentes. Ces enfants sont plus nombreux dans les zones urbaines où se trouvent une concentration des catégories socioprofessionnelles les plus équipées. Ils sont particulièrement nombreux dans les foyers à fort capital économique (chefs d’entreprise, professions libérales) très équipés. Plus l’enfant grandit, plus il est soumis à une abondance de l’équipement domestique et personnel. Notons également que les parents reconnaissent ouvertement les compétences de leurs enfants au niveau technique et technologique ; cette reconnaissance permet le développement de transmissions croisées intergénérationnelles. Celles-ci favorisent l’automatisation des consommations de l’enfant, tant en quantité et en temps, qu’en contexte de consommation ou en choix de contenu. Près de la moitié de ces enfants est issue de familles consommatrices régulières de médias audiovisuels. 36
  • CHAPITRE III : Ordinateur et Internet : Ordinateur : Le nombre de familles qui possèdent un ordinateur à la maison en France est de 76%. La France se trouve juste derrière l’Irlande (88%) et le Royaume Uni (83%), suivi de l’Allemagne (68%) et des Pays Bas (60%) Selon les données de Francoscopie, en France, deux ménages sur trois, soit 65% des ménages, disposent d’un ordinateur en 2009. À noter, les ménages les moins équipés sont ceux comptant le moins de personnes. Une véritable révolution numérique s’est engagée depuis 1990. Notons que le sous-équipement concerne principalement les ménages de retraités. Selon l’étude Ado Techno Sapiens21 (données 2007, publiées en 2008), la génération numérique ou « Ado Techno Sapiens » se compose de quelques 8.900.000 jeunes français de 8 à 19 ans. Selon l’étude Consojunior 2008 de TNS, sept enfants sur dix ont accès à Internet à la maison. Le développement de l’équipement numérique des ados de 8 à 19 ans a progressé à un rythme très rapide entre 2000 et 2007 : • 59% des jeunes possèdent un mobile contre près de 16% en 2000 (les plus âgés étant les plus équipés, le potentiel de croissance du marché de la téléphonie reste très grand chez les 8-11 ans). Ci-dessous, le pourcentage de possession d’un téléphone portable par tranche d’âge22 : o 2% des 6-8 ans23 o 19 % des 9-10 ans 21 Données issues du billet « les jeunes et le numérique », paru le 12 août 2009 sur : « http://mariannedamit.blogspot.com/search/label/L'essor%20de%20nouveaux%20média%20(internet %20et%20mobile) 22 mariannedamit.blogspot.com 23 Annexe 3. Etude Ipsos et e-Enfance : Les enfants et internet: modes d’utilisation et dangers encourus selon les parents. Décembre 2008 (http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles/images/2756/diaporama.htm) 37
  • o 49% des 11-12 ans o 78% des 13-14 ans o 95% à partir de 15 ans • 89% des jeunes sont connectés à Internet aujourd’hui contre 27% en 2000. Ceci illustre remarquablement la progression fulgurante d’Internet dans les foyers. • Près de huit enfants sur dix âgés de 8 à 19 ans avaient une console de jeux en 2008. La console de jeux vidéo est entrée dans les foyers depuis bien longtemps (une vingtaine d’années) ; il n’est donc pas étonnant qu’en 2000, 59% des adolescents possédaient déjà une console. Les pratiques ont cependant continué de progresser jusqu’à 2006 (76%) et on observe depuis, un taux de possession de consoles en légère baisse, certainement dû au fait que les jeunes sont de plus en plus nombreux à jouer aux jeux vidéo sur Internet : o 71% des enfants jouent aux jeux vidéo sur Internet, selon leurs parents (d’après l'étude Ipsos-e-enfance24). Parmi eux, un sur cinq joue à des jeux de rôle en réseau type World of Warcraft ou Dofus. Ce chiffre monte à 31 % chez les garçons. o Les 4-14 ans jouent environ deux heures par semaine. Il est utile de rappeler que le marché du jeu vidéo est cyclique et suit de près les innovations des consoles. o 41 % des parents trouvent que leurs enfants jouent trop longtemps sur leurs consoles, ordinateurs ou mobiles (chiffre qui monte à 52 % pour les parents de garçons). Pour environ un quart (24 %) des parents de garçons, les jeux vidéo sont un sujet de dispute important au sein de la famille. o Moins d’un parent de garçons sur deux (47%) estime que leur fils préfère rester en famille ou voir des amis plutôt que de jouer aux jeux vidéo. • 61% des jeunes possèdent un lecteur MP3, contre 10% en 2004. De ce 61%, 56% ont entre 7 et 14 ans. 24 Études Parents, février 2009, IPSOS. 38
  • Equipement dans les ménages français au fil des années scolaires L’ordinateur est un média que les parents des 6-14 ans n’ont pas connu dans l’univers domestique de leur propre enfance ou adolescence. L’irruption de la micro- informatique dans les foyers français date des années 1980, de manière plutôt limitée. La miniaturisation des équipements et leur simplification d’utilisation ont considérablement fait progresser la domestication de ces outils. Souvent, l’enfant dispose d’un ordinateur réservé, qu’il s’agisse de l’ordinateur familial dont il est l’utilisateur principal ou le multi-équipement. Le taux d’équipement des foyers des 8-11 ans est remarquablement élevé si on le compare à celui de l’ensemble de la population française. L’équipement informatique du foyer est ainsi étroitement lié à la présence d’enfants. Le prix moyen d’un ordinateur a chuté de 16% en 2008, à 652€, grâce à l’arrivée en 2007 d’une nouvelle génération de portables, les netbooks, dont le prix moyen est de 340€ seulement. 230.000 unités ont été achetées au premier trimestre 2009. SI les achats d’ordinateur de bureau sont en recul, ceux des portables poursuivent leur forte croissance (les trois quarts sont vendus à des particuliers), en parallèle, les usages nomades des nouvelles technologies se développent considérablement. Simultanément, le taux de multi-équipement a augmenté : ainsi, 20% de la population possède plus d’un ordinateur, contre 16% en 2006. Cette évolution est surtout liée au succès de l’ordinateur portable. Le taux d’équipement français (68%) est légèrement inférieur à la moyenne de l’Union européenne (70,3%), et sensiblement inférieur à celui des pays nordiques (80%), des Pays Bas (83%), ou du Royaume-Uni (75%). Il restait cependant supérieur à celui de l’Espagne (60%). Le fossé numérique : l’équipement des ménages varie en fonction de l’âge : 92% des 12-17 ans sont équipés, contre 67% des 18 ans ou plus, seulement 17% des 70 ans ou plus (Crédoc, juin 2008). Ces écarts reflètent les différences générationnelles. 39
  • La présence d’enfants est une forte motivation à l’acquisition : neuf personnes sur dix dans les ménages composés d’au moins quatre personnes ont accès à un ordinateur à la maison. Les habitants de l’agglomération parisienne et des autres grandes agglomérations sont plus fréquemment équipés que le reste de la France. Usages variés de l’ordinateur selon les années scolaires CP : en CP, moins de six enfants sur dix utilisent l’ordinateur à la maison et seul un sur dix possède son propre ordinateur. A cet âge, ce sont les usages ludiques qui dominent largement (68%), les usages mixtes étant minoritaires (29,5%), et les usages proprement (para)scolaires inexistants. CE2 : un premier renversement s’opère en classe de CE2 quand les usages mixtes deviennent majoritaires (51%), même si le pôle ludique est encore très présent (47%). 6ème : le passage au collège sonne l’avènement d’une ère dans laquelle le ludique et l’éducatif se mêlent étroitement, le ludique pur tendant à disparaître (69,5% contre 19,5%). C’est à partir de la classe de 5ème que les impératifs scolaires sont plus présents : 14% des usages informatiques sont exclusivement scolaires et 68% sont des usages mixtes. En 4ème, les demandes spécifiques du jeune expliquent l’accroissement du taux d’équipement personnel (un adolescent sur cinq est équipé à partir de cet âge). Les demandes scolaires s’accentuent : que ce soit pour de la recherche documentaire, de la production de documents de synthèse ou d’analyses, l’ordinateur et la navigation sur internet s’avèrent tout simplement indispensables. L’équipement informatique de l’enfant vient alors mettre en avant la culture de la chambre, puisque dans huit cas sur dix l’ordinateur y trouve sa place25 . 25 Octobre, Sylvie. Op.cit. 40
  • Internet La démocratisation de l'ADSL et la baisse des tarifs ne sont évidemment pas étrangères à cette ascension du haut débit : on trouve maintenant sur le marché des offres haut débit avec téléphonie pour un prix avoisinant les trente euros. Selon l’article de lemondeinformatique.fr analysant l’étude Médiamétrie26, toutes les couches de la population accèdent aujourd'hui au Web. Sur les 29 millions d'internautes en 2009, l'Observatoire des Usages Internet révèle l'augmentation sensible du poids des seniors, des femmes, des catégories sociales modestes et des zones en dehors des grandes agglomérations. L’utilisation massive de l’internet concerne toutes les couches de la population : • Séniors (plus de 50 ans) : de 16,5% à 29%. • Femmes : de 39,2% à 48,3%. • Catégories socioprofessionnelles les plus modestes : de 13% à 34,1%. La région parisienne, qui captait à l'origine 35,1% des internautes, est retombée à 20,7%. Ce recul démontre la conquête réalisée par le nouveau média au plan national. Deux éléments principaux déterminent l’équipement informatique. Tout d’abord, le revenu : en effet, les ménages à faible revenu sont moins équipés que les ménages les plus à l’aise financièrement. Ensuite, il faut prendre en compte le rôle majeur que joue la familiarité professionnel à l’outil : les plus équipés se retrouvent ainsi parmi les professionnels ayant un usage régulier de l’ordinateur. Les retraités sont ceux qui équipent le plus leurs petits-enfants, même si c’est cette catégorie qui est véritablement la plus éloignée des nouvelles technologies27. La volonté des séniors est de permettre à leurs petits-enfants de ne pas subir de fossé technico-culturel avec les enfants de leur âge. 26 http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-l-etude-mediametrie-demontre-la-generalisation-de-l- usage-d-internet-en-france-28665.html Edition du 28/05/2009 - par Serge Leblal et Relaxnews 27 Octobre, Sylvie. Op. cit. 41
  • Depuis ces dix dernières années, internet est devenu tout à fait incontournable en France. Ainsi, il ne faut oublier que de 1999 à 2009, le nombre d'internautes connectés de manière mensuelle est passé de 3 à 29 millions. La France a une population de 64,4 millions d’habitants et un nombre d’internautes de 37 millions (soit 57,4% de la population28 française en 2008). Il est très intéressant de noter que le nombre d’internautes en 2013 est estimé à 40,8 millions, soit 62,1% de la population29. La population internaute est plus nombreuse chez les jeunes que chez les personnes plus âgées. La quasi-totalité des adolescents (98%) est aujourd’hui internaute (Crédoc)30. L’usage de l’ordinateur est très lié à internet : L’usage de l’ordinateur coïncide très largement avec celui d’internet : 92% des personnes ayant accès à un ordinateur se connectent au réseau. Début 2009, plus de 16 millions de foyers français pouvaient se connecter à internet, soit une progression de 19% en un an (Médiamétrie). Cette population ayant accès à internet représente près de six foyers sur dix. La quasi-totalité des 29,3 millions d’internautes à domicile disposent d’une connexion à haut débit. Le développement du multimédia (texte, son, images fixes et animées) a été une motivation majeure pour la croissance de l’utilisation d’internet. L’ordinateur connecté au réseau est devenu un instrument d’éducation et de communication : il a remplacé le minitel, le fax et le répondeur. Il est aussi un centre de loisirs avec les jeux vidéo, l’écoute de la musique ou le visionnage de photos et/ou de films. 29 eMarketer chiffres pour 2008. 30 Mermet, XXX. Op. cit. 42
  • Les usages d’internet se sont élargis avec le développement de la téléphonie et la réception de la télévision sur l’ordinateur. L’ordinateur connecté peut en effet être utilisé dans le cadre de trois fonctions majeures : information (et formation) ; travail et loisir. C’est cet usage transversal qui explique son succès et qui préfigure le rôle considérable qu’il jouera à l’avenir dans la vie individuelle et collective. Activités sur internet Usages d’internet par les français : Les formes de communication informative et interactive, désignées par le terme de web 2.0, connaissent un fort engouement. Le site emblématique de cette approche est l’encyclopédie collective Wikipedia, dont chaque article est rédigé par des internautes et peut être enrichie par tous ceux qui le consultent (crowdsourcing). Le nombre de visiteurs uniques était de 8 millions en juin 2007 (Médiamétrie). Au sein de l’Union européenne, la population internaute française est jugée plutôt compétente quant au maniement de l’outil internet (Eurostat, 2007). Ainsi, 12% des personnes âgées de 16 à 74 ans (contre une moyenne de 8% en Union européenne), est en mesure d’effectuer les tâches suivantes : recherche d’information grâce à un moteur de recherche ; envoi d’un courrier avec un document en pièce jointe ; envoi d’un message sur un forum de discussion ; utilisation d’un logiciel de téléphonie (Skype par exemple) ; utilisation d’un logiciel en peer to peer pour échanger des films ou de la musique ; et création d’une page web. Principales activités sur internet des français : • 77% : courrier électronique et recherche d’information sur le web. • 38% : achats en ligne • 31% : communication et échanges avec d’autres internautes • 29% : gestion du quotidien • 18% : téléchargement • 13% : accès aux programmes multimédia • 3% : développement d’un réseau social 43
  • La plupart des personnes disposant d’une connexion s’en sert pour rechercher des informations. Elles utilisent pour cela les moteurs de recherche ou se rendent directement sur les sites en question. Le courrier électronique est un usage quotidien pour la plupart. Un nombre croissant d’internautes fréquente des forums de discussion. Les principaux usages sont liés à la gestion de la vie quotidienne, qu’il s’agisse des loisirs ou du travail. En 2008, 13% des internautes se servaient d’un logiciel de type Skype ou Messenger pour téléphoner. Pour se divertir, 37% des internautes ont téléchargé de la musique sur internet au cours de l’année, de façon licite ou non. Un internaute sur quatre, soit 8 millions de personnes, déclare l’avoir fait pour des films. Un peu plus de cinq millions de français regardent la télévision sur internet. Ces pratiques sont toutefois nettement moins fréquentes pour les plus de 25 ans. Usages d’internet des jeunes français : Les jeunes internautes sont deux fois plus nombreux que la moyenne des internautes à s’intéresser aux rencontres en ligne, aux jeux en ligne, à la lecture en continu de vidéo ou musique, aux téléchargements de contenus ou de logiciels, au chat, à la participation à un forum ou à un blog. Ainsi, un adolescent sur deux a mis en place un blog ; un jeune de 18-24 ans sur trois a créé un site personnel (contre moins de 5% pour les internautes âgés de 40 ans et plus). Selon Techno Conso Junior, la recherche est la fonction la plus utilisée par les enfants sur internet. Les activités par ordre d’importance sont : • Recherche : 68% des enfants utilisent Internet pour leurs recherches contre 41% en 2002. • Communication entre amis : cette activité n'arrive qu'en deuxième position, malgré la forte dépendance des jeunes envers les messageries instantanées (26% en 2001 contre 55% en 2008). • Jeux vidéos : près de la moitié des jeunes de 8 à 19 ans jouent à des jeux vidéo sur Internet (20% jouent sur leur mobile) • Gestion d’un blog : 28% des 8-19 ans gèrent un blog régulièrement 44
  • Selon Catherine Ducerf : « Les blogs comme les sites communautaires sont les nouvelles tribunes des adolescents angoissés. Les jeunes ne sont pas très optimistes sur leur avenir, ils savent que la conjoncture économique ne leur est pas favorable. Cette génération a trouvé une échappatoire dans cet univers parallèle. Ils inventent leur monde sur des blogs ou des sites communautaires… D’ailleurs, ils font preuve d’une imagination débordante. »31. Pascal Lardellier précise que les blogs sont essentiellement collégien et à l’intérieur de ce groupe d‘âge, particulièrement féminin. Ainsi, en 2005, 21% des filles de 11-15 ans avaient un blog, contre 12% des garçons du même âge32. Les jeunes participent assidument aux sites communautaires (25 % des jeunes sont liés à un site communautaire) : ces sites se sont fait connaître en très peu de temps. Ainsi, Facebook, à titre d’exemple, est devenu incontournable en quelques mois seulement. Il faut prendre en compte que l’âge minimum d’inscription est de 13 ans33 d’un point de vue strictement légal. Ce qui attire les enfants sur le web, c’est la variété, le jeu, le challenge, la création, la recherche d’information et la socialisation. C’est pendant les années collège que les adolescents de 11-15 ans ont le plus d’activités sur Internet pour rester connectés à leurs amis après l’école : • 33% des collégiens gèrent régulièrement des blogs • 31% pratiquent régulièrement des jeux vidéo en réseau. • 32% des jeunes de 15 à 20 ans déclaraient fréquenter souvent les blogs • 63% des collégiens se connectent plusieurs fois par semaine et 60% utilisent régulièrement MSN. Les 6-14 ans comptent parmi les internautes les plus actifs de la population française, nettement plus que ce que leurs aînés immédiats –les 15-18 ans-, déclaraient en 1997. 31 Enquête sur http://www.dyn-com.com/dyncom114/commerce.htm 32 Pascal Lardellier : Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados. Librairie Arthème Fayard, 2006. Page 189. 33 Annexe: La pratique déjà développée des réseaux sociaux commence à susciter de fortes inquiétudes Source : http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/communiques/communiques/2009/slides-etude-credoc-2009.pdf 45
  • La fin des années 1990 et le début des années 2000 ont vu la multiplication des équipements grâce à une baisse des prix du matériel d’équipement informatique34. Consommation de l’outil internet : Deux tiers des internautes français se connectent tous les jours : Fin 2008, les français passaient en moyenne 2h17 par jour à surfer sur internet. Cela représente moins de temps que celui consacré à la télévision mais plus qu’à d’autres activités : • Télévision : 3h 07 par jour • Radio : 1h 20 par jour • Socialisation avec ses amis ou sa famille : 59 minutes par jour • Musique : 55 minutes par jour • Lecture : 38 minutes par jour Les internautes quotidiens sont nettement plus fréquents parmi les cadres supérieurs (83%), les diplômés du supérieur (74%) et les jeunes de 17-24 ans (71%). 67% des internautes déclarent être en ligne sept jours sur sept. La consommation principalement hebdomadaire pour la cible des enfants : D’après eMarketer35, les enfants internautes âgés de 8 à 17 passent 42 heures pas semaine sur internet ; la perception de leurs parents de ce temps passé sur internet est de 23 heures. Nombre d’heures hebdomadaires Selon les estimations des parents, leurs enfants passent en moyenne six heures par semaine sur internet, sans différence notable selon le sexe de l’enfant : 6-8 ans : 2 heures 34 La diminution des prix informatiques a été importante et continue depuis la fin des années 1990. D’après l’indice des prix de l’Insee, les matériels de traitement de l’information y compris les micro-ordinateurs sont passés d’une base 100 en 1998 à 74,3 en 1999, 62 en 2000, 58 en 2001 et 42 en 2002. En 4 ans, les prix moyens ont donc été divisés par deux (Octobre, Sylvie. Op. cit.) 35 Annexe : Temps passé sur internet enfants de 8 à 17 ans. Octobre-décembre 2008. 46
  • 9-10 : 4 heures 11-12 : 4 heures 13-14 : 8 heures 15-23 : 10 heures D'après leurs parents, 44 % des 6-8 ans surfent sur Internet et 70 % des moins de 11 ans. Selon leurs parents, seul un tiers des moins de 11 ans surfe seul. CP : Si 42% ne disposent d’aucun équipement informatique à la maison, ils sont encore plus nombreux à ne pas utiliser l’ordinateur (54%). CM1 : Ce n’est qu’en CM1 que niveau d’équipement et augmentation de la pratique coïncident. Leur rythme est principalement hebdomadaire : près du tiers des 6-14 ans utilise l’ordinateur une ou deux fois par semaine, un quart à un rythme mensuel et un dixième au quotidien, que ce soit dans un registre ludique ou scolaire. La fréquence d’utilisation est liée à la compétence technique et à l’intensité des besoins informatiques générés par l’école. Ainsi, plus les enfants acquièrent des compétences techniques, plus ils vont utiliser internet. On peut ainsi distinguer quatre rapports à l’informatique domestique : 1. Non-consommateurs : un tiers des 6-14 ans est non-consommateur. Ces enfants se recrutent parmi les foyers qui ne sont pas équipés de matériel informatique mais également, pour les plus jeunes, dans des foyers équipés en matériel informatique mais où l’enfant n’a pas accès à l’ordinateur ou n’a pas développé d’intérêt envers l’informatique, en raison précisément de son jeune âge. 2. Consommateurs hebdomadaires (une ou deux fois par semaine) : un quart des 6-14 ans (26%) est consommateur hebdomadaire. Leur proportion varie peu selon l’âge et le sexe de l’enfant. Il s’agit d’enfants qui entretiennent un rapport distancé avec l’ordinateur, notamment pour des raisons de contexte familial (familles peu consommatrices d’informatique). 3. Consommateurs mensuels (une ou deux fois par mois) : les consommateurs mensuels regroupent 32% des 6-14 ans. Ils se recrutent plutôt au collège, au 47
  • moment où le taux d’équipement et la compétence d’usage se sont accrus et où les injonctions scolaires nécessitent le recours au multimédia. On trouve plus de filles dans ce groupe, ainsi que des enfants d’artisans, de professionnels libérals et de techniciens. 4. Consommateurs quotidiens : le groupe de consommateurs quotidiens rassemble 11% des 6-14 ans. Ce sont majoritairement des collégiens et en particulier ceux du dernier cycle du collège (4ème et 3ème). A cet âge, les adolescents sont mieux équipés en matériel informatique, plus compétents sur le plan technologique et connaissent plus finement l’offre multimédia. Les plus férus d’ordinateur sont les fils ou filles de chefs d’entreprise, de professions libérales, de cadres et de techniciens. Les forts consommateurs de 6-14 ans sont en effet issus des ménages qui sont eux-mêmes les plus consommateurs d’informatique de loisir. Les fournisseurs d’accès à internet français offrent l’un des réseaux les plus rapides du monde et en termes de coût moyen d’abonnement mensuel, la France se situe en 8ème position en 2007, avec un prix moyen avoisinant les $37, contre $31 en Finlande, $32 en Allemagne et $53 aux Etats-Unis. En juin 2008, la plupart des collèges et des lycées offrent désormais une connexion à leurs élèves ; 84% des 12-17 ans disposaient d’un accès à internet à l’école, 85% avaient accès à une salle informatique. Six étudiants de 18 ans sur dix avaient cette facilité sur leur lieu d’études, mais 12% n’avaient pas accès à internet ni à leur domicile ni sur leur lieu d’études. La part de ceux qui bénéficient d’un double accès continue en revanche d’augmenter au fur et à mesure qu’un nombre croissant d’étudiants sont équipés en matériel informatique (45% en 2007 et 31% en 2005). L’utilisation d’internet depuis un lieu public (cybercafé, bibliothèque, bureau de poste, etc.) reste occasionnelle. L’utilisation d’internet est deux fois plus répandue chez les jeunes et les étudiants que dans le reste de la population. La connexion grâce à une borne Wi-fi publique reste assez rare (6%, mais 14% chez les diplômés du supérieur), tout comme celle par le biais d’un téléphone portable (5% des internautes). Au total, seul un internaute français sur 48
  • six a navigué sur le web sur son portable en 2007, un taux plutôt stable depuis 2005. Les plus concernés étaient les moins de 25 ans (36%), les étudiants (33%), les cadres supérieurs (27%) et les habitants des grandes agglomérations. Usage du média Internet par les jeunes Où utilisent internet les enfants Selon une étude menée par la Commission européenne en 200836, l’usage d’internet par les enfants français se fait principalement : • A la maison, sur l’ordinateur familial : 76% • A l’école : 55% • Chez un ami : 26% • A la maison, sur son propre ordinateur : 17% • A la bibliothèque ou dans un lieu public : 9% • Dans un cybercafé : 2% • Autre : 6% Âge moyen sur Internet Selon l’étude réalisée par l’association e-Enfance en partenariat avec Ipsos37, les enfants vont sur internet dès l’âge de 6 ans. L’âge moyen à partir duquel les enfants commencent à utiliser internet, sans différence notable selon le sexe de l’enfant, est : • De 6-8 ans : 44% • De 9-10 : 26% • De 11-12 : 19% • De 13-14 : 9% • De 15-23 : 2% 36 eMarketer : Source : Towards a safer use of the internet for children in the EU – a parents’ perspective. December 2008. http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl_248_en.pdf. Annexe 37 Les enfants et internet: modes d’utilisation et dangers encourus selon les parents. Décembre 2008 (http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles/images/2756/diaporama.htm) 49
  • Environnement familial et scolaire & accompagnement des enfants sur Internet : L’enfant partage son temps entre l’institution scolaire (environ mille heures par an) et le cercle familial où il est encadré principalement par la mère. Avec l’apparition d’un nouveau schéma familial caractérisé par la généralisation du travail des femmes (quatre mères sur dix travaillent à temps plein), des familles élargies, recomposées ou monoparentales, les enfants disposent de plages horaires non encadrées plus fréquentes et plus longues. Les 8-11 ans sont majoritairement urbains et habitent pour la plupart dans des agglomérations de taille moyenne ou importante, qui permettent l’accès à une variété d’équipements et de services culturels ou de loisirs. Bénéficier d’un espace privatif dans la maison favorise le développement de comportements culturels autonomes. Le suivi parental Les parents des 8-11 ans sont très présents auprès de leur enfant, qu’il s’agisse de suivi scolaire ou extrascolaire. Cette implication repose dans six cas sur deux sur les seules épaules de la mères ; dans un peu moins d’un tiers des cas, cette responsabilité est partagé par les deux parents. Le suivi par la mère culmine à deux moments : en CE2 puis à l’entrée en 6ème, au moment où la complexité du système scolaire s’accroît. Quant au père, il semble intervenir comme un recours ultérieur, puisque son intervention culmine en 4ème. Les relations entre parents et enfants sont structurées par le sexe du parent, par le type de suivi et par la combinaison âge/sexe de l’enfant. Si les mères sont toujours plus impliquées dans le suivi du travail scolaire, les activités extrascolaires de l’enfant sont, elles, prises en charge de manière plus partagée entre les deux parents. Les filles sont 50
  • moins suivies par leurs parents au niveau scolaire et bénéficient plus de la présence de leur mère dans le champ extrascolaire38. Accompagnement des enfants sur la toile : plus de 50% des internautes de 2 à 10 ans surfent accompagnés de leurs parents. • Entre 2 et 6 ans, les enfants internautes sont entre 70% et 90% à surfer accompagnés de leurs parents. • Entre 7 et 10 ans, ils sont entre 50% et 70%. • A partir de 10 ans, les enfants gagnent en autonomie et le nombre d’enfants qui surfent seuls dépasse celui des enfants qui surfent avec leurs parents. Activités sur internet des filles et des garçons Les filles développent très tôt des usages bureautiques liés au travail scolaire, usages qui restent primordiaux pour elles, tandis que les garçons favorisent des usages ludiques à travers les jeux vidéo. C’est donc le pôle ludique qui prime pour les garçons et celui du travail pour les filles. Les garçons valorisent par ailleurs les usages actifs de l’ordinateur : ils surfent plus sur internet, téléchargent plus des documents, tandis que les filles préfèrent la participation à des chats ou forums internautes et quand elles grandissent les échanges par courriel. Freins et motivation des enfants sur internet Une étude mené en 2003 par Christel de Lassus39, membre du Centre de Recherche DMSP, est l’un des premiers chercheurs français à s’être intéressé aux atteintes des enfants sur Internet a réalisé une étude qualitative auprès d’enfants internautes âgés de 8 à 11 ans, qui a permis de clarifier les freins et les motivations des enfants à l’égard de ce nouveau média. Bien que son étude ne constitue qu’une première étape 38 Octobre, Sylvie. Op. cit. 39 Christel de Lassus : Les attentes des enfants: les motivations et les freins à l’égard du Web 51
  • exploratoire pour mieux comprendre ce phénomène, les résultats obtenus permettent d’énumérer les principales attentes des enfants à l’égard d’Internet. Les enfants, filles et garçons confondus, partagent une vision positive et sereine d’internet. Internet offre la possibilité de faire toutes sortes de choses. C’est un moyen de communiquer, de découvrir, connaître, s’informer, rechercher, explorer et s’amuser. Les motivations 1. le plaisir de la recherche : c’est la principale motivation. Dans l’amusement du jeu, la principale motivation, deux postures selon filles et garçons : o Les garçons retrouvent d’un côté la gaieté des sites et la compétition, très structurante pour l’imaginaire de l’enfant. o Les filles retrouvent leur motivation dans le jeu liée à la réalisation de soi (plus réaliste, plus concrète) dans des activités créatives : o coloriage o création de pages personnelles o création d’économiseurs d’écrans 2. la recherche d’information : c’est la deuxième grande motivation des enfants à utiliser internet. Elle peut aller de la recherche scolaire (exposés, dossiers) ou concerner les idoles des enfants. Les filles sont plus enclins à chercher de l’information sur des people, tandis que les garçons cherchent plus d’information sur les vedettes sportives, mais en moindre proportion. 3. la recherche de variété : ce média leur apporte des possibilités perçues comme illimitées, et un renouvellement incessant, qui leur permet de trouver en permanence des nouvelles activités. 4. l’ouverture au monde : avec le mail, les chats et les forums, internet développe un réseau de pairs et d’amis qui est essentiel à leur âge. L’usage de la messagerie électronique et des forums de discussions dépend de l’expertise et de la tendance à la communication plus que de l’âge de l’enfant. 52
  • 5. l’appropriation d’internet : certains parents considèrent ce média comme plus utile à leurs enfants qu’à eux-mêmes, ce qui fait des enfants les spécialistes à la maison de ce nouveau média. Cette expertise est aussi dû au fait que les parents ont du mal à aider l’enfant en cas de blocage, ou que c’est un apprentissage inversé : ce sont les enfants qui exliquent à leurs parents comment surfer ou envoyer un mail sur internet. De plus, l’apprentissage de l’utilisation de ces outils se fait généralement en famille, l’enfant pouvant jouer un rôle d’expert, en plus d’avoir l’air plus âgé, plus responsable. 6. Le caractère visuel : est aussi une motivation pour les enfants, qui ont été bercés par les images depuis leur naissance (télévisions, vidéo, jeux comme Gameboy ou Playstation). Les freins Certains facteurs peuvent entrainer la non-utilisation d’internet pendant plusieurs semaines, malgré l’accès offert par les parents au domicile. Ils peuvent être : 1. La difficulté d’utilisation : o les enfants ne savent pas rechercher efficacement de nouveaux sites. o ils n’utilisent pas très bien les moteurs de recherche : la plupart du temps ils les utilisent pour retrouver l’adresse de leurs sites habituels, mais ne sauront pas chercher de nouveaux. o de ce fait, ils limitent leur espace internet, alors qu’ils le souhaitaient illimité. La propre perception de la méconnaissance et de ses maladresses vont limiter l’enfant dans sa navigation, en l’incitant à s’éloigner d’internet au profit de la télévision ou des cd-rom, ou des activités hors ligne (activités sportives ou autres). 2. Le mauvais repérage sur internet : o Les enfants ont du mal avec les adresses de sites (difficulté à retenir les adresses, difficulté dans l’orthographe). o Ne connaissant pas encore certains signets (favoris) ils n’ont pas de sites répertoriés dans leur ordinateur et ne savent pas utiliser l’historique de leur navigation.. 53
  • o Les bandeaux et bannières publicitaires se confondent souvent avec des fonctionnalités. Leur caractère animé ou attirant les fait cliquer dessus de façon instinctive, sans se donner la peine de lire le texte, puisque le visuel prime sur l’écrit. En cliquant sur les bannières, ils s’éloignant de leur centre d’intérêt sans savoir comment retracer leur chemin. 3. La lenteur de navigation : un grand frein pour cette tranche d’âge est la lenteur du temps de chargement. Les sites pour enfants ont souvent un temps de chargement assez lent, du fait d’avoir un grand nombre d’images qui ralentissent le temps de chargement. L’immédiateté étant importante, surtout pour les jeux, l’attente se trouve dans les premiers freins à l’utilisation d’internet. 4. La complexité des sites : si les premières pages qu’un enfant visite, à savoir la page d’accueil ou les moteurs de recherche, ne sont pas conçus pour les enfants ; les sites destinés aux enfants ont souvent une mauvais ergonomie (pas très bien construits, une typographie trop petite difficile de lire à l’écran, mauvaise ergonomie, difficulté de navigation. Les sites pour enfants, construits par des adultes, ne tiennent pas compte des capacités cognitives des enfants (par exemple un lien hypertexte indiquant le mécanisme d’aide). 5. L’absence d’aide : les enfants ne savent pas résoudre de soucis liés à une mauvaise connexion, un blocage ou un manque de compréhension. Soit ils ne souhaitent pas demander de l’aide (par indépendance ou par crainte que leurs parents leur disent « assez pour aujourd’hui ! » ou parce que les parents s’y connaissent moins qu’eux sur internet ; de la sorte qu’ils finissent par s’éloigner de l’outil informatique pendant quelques jours/ deux semaines, le temps de trouver un ami qui sache réparer l’affaire. La perception des risques est plutôt faible au départ mais s’accroît si on y réfléchit avec lui et font finalement l’objet de demande d’informations. Ce sont les risques sociaux évoqués par les medias qui sont centraux. Les plus méfiants sont les plus faibles utilisateurs. Le jeune ne met pas tous les risques sur le même niveau (racisme plus préoccupant que la pornographie ou pédophile donc il semble très attaché aux droits de l’homme mais fait preuve d’une certaine naïveté, il ne voit pas tout de suite la 54
  • contradiction entre le respect des minorités par exemple et la garantie en même temps, de la liberté d’expression). Résultats frappants : Pour les jeunes, la censure et le contrôle ne s’appliquent pas au cyberespace, ils fonctionnent plutôt dans un contexte de décisions responsables et de prise de risque calculé. Ils vivent le désir de contrôle de leurs parents comme une attitude paternaliste qui démontre un manque de respect pour leur aptitude à faire des choix, comme rejeter tel ou tel contenu. Leurs parents n’ont pas été confrontés dans leur jeunesse à ce genre de choix donc c’est normal qu’ils manifestent de l’incompréhension, disent-ils. Ils ne veulent pas être isolés des contenus inappropriés et préfèrent qu’on leur enseigne en toute situation dès leur plus jeune âge, le jugement critique nécessaire pour faire des choix éclairés. Perceptions des risques chez les jeunes : Deux tiers des jeunes sont concernés de la protection de leur vie privée et voudraient qu’on les informe pour savoir comment protéger leurs données personnelles. Mais beaucoup (70 %) ne voient aucun mal à fournir des renseignements personnels pour gagner un concours s’il a été renseigné par les amis ou s’il provient d’une grande firme commerciale qu’ils perçoivent comme familières et amicale, persuadés qu’une grande entreprise ne voudrait pas nuire à ses clients. 55
  • CHAPITRE IV : LES MOTEURS DE RECHERCHE POUR ENFANTS Moteurs de recherche Un moteur de recherche est un logiciel permettant de retrouver des ressources (pages web, forums Usenet, images, vidéo, fichiers, etc.) associées à des mots-clés. La façon dont le moteur de recherche va trouver les ressources et à l’aide de « robots », encore appelés bots, spiders, crawlers ou agents qui parcourent les sites à intervalles réguliers et de façon automatique (sans intervention humaine, ce qui les distingue des annuaires) pour découvrir de nouvelles adresses (URL). Ils suivent les liens hypertextes (qui relient les pages les unes aux autres) rencontrés sur chaque page atteinte. Chaque page identifiée est alors indexée dans une base de données, accessible ensuite par les internautes à partir de mots-clés. Nous pouvons citer par exemple Google. On appelle également moteurs de recherche des sites web proposant des annuaires de sites web : dans ce cas, ce sont des ressources humaines qui répertorient et classifient des sites web jugés dignes d'intérêt et non des robots d'indexation — on peut citer par exemple Yahoo! Au sens propre, un moteur de recherche est un serveur ou groupe de serveurs qui se consacre au référencement automatique des pages Internet. Ces moteurs renvoient des listes de liens correspondants à la demande. L'enregistrement dans ces moteurs se fait par des robots qui parcourent internet et indexent les pages. Le nombre de pages traitées est en général considérable. L'efficacité des réponses dépend des algorithmes d'indexation des pages et de tri des résultats. Les principaux Moteurs de Recherche sont Altavista et Altavista France (qui développent aussi un répertoire) et Google (avec présentation des résultats selon la fréquentation des sites, très efficace), mais aussi Excite, Hotbot, Northern Light, Webcrawler. 56
  • Fonctionnement d’un moteur de recherche Le fonctionnement d'un moteur de recherche se divise en trois étapes : 1. L'exploration ou crawl : le web est systématiquement exploré par un robot d'indexation suivant récursivement tous les hyperliens qu'il trouve et récupérant les ressources jugées intéressantes. L'exploration est lancée depuis une ressource pivot, comme une page d'annuaire web. Un moteur de recherche est d'abord un outil d'indexation, c'est-à-dire qu'il dispose d'une technologie de collecte de documents à distance sur les sites web, via un outil que l'on appelle robot ou bot. Un robot d'indexation dispose de sa propre signature (comme chaque navigateur web). Googlebot est le user agent (signature) du crawler de Google. 2. L'indexation des ressources récupérées consiste à extraire les mots considérés comme significatifs du corpus à explorer. Les mots extraits sont enregistrés dans une base de données organisée comme un gigantesque dictionnaire inverse ou, plus exactement, comme l'index terminologique d'un ouvrage, qui permet de retrouver rapidement dans quel chapitre de l'ouvrage se situe un terme significatif donné. Les termes non significatifs s'appellent des mots vides. Les termes significatifs sont associés à une valeur de poids. Ce poids correspond à une probabilité d'apparition du mot dans un document. Cette probabilité est indiquée sous la forme d'une "fréquence de terme", ou "inverse de fréquence de terme" et est souvent calculée par la formule TF-IDF. 3. La recherche correspond à la partie requêtes du moteur, qui restitue les résultats. Un algorithme est appliqué pour identifier dans le corpus documentaire (en utilisant l'index), les documents qui correspondent le mieux aux mots contenus dans la requête, afin de présenter les résultats des recherches par ordre de pertinence supposée. Les algorithmes de recherche font l'objet de très nombreuses investigations scientifiques. Les moteurs de recherche les plus simples se contentent de requêtes booléennes pour comparer les mots d'une requête avec ceux des documents. Mais cette méthode atteint vite ses limites sur des corpus volumineux. Les moteurs plus évoluées utilisent la formule TF-IDF 57
  • pour mettre en perspective le poids des mots dans une requête avec ceux contenus dans les documents. Pour améliorer encore les performances d'un moteur, il existe de nombreuses techniques, la plus connue étant celle du PageRank de Google qui permet de pondérer une mesure de cosinus en utilisant un indice de notoriété de pages. Les recherches les plus récentes utilisent la méthode dîtes d'analyse sémantique latente qui tente d'introduire l'idée de co-occurrences dans la recherche de résultats (le terme "voiture" est automatiquement associé à ses mots proches tels que "garage" ou un nom de marque dans le critère de recherche). Des modules complémentaires sont souvent utilisés en association avec les trois briques de bases du moteur de recherche, donc les plus connus sont : 1. Le correcteur orthographique : il permet de corriger les erreurs introduites dans les mots de la requête, et s'assurer que la pertinence d'un mot sera bien prise en compte sous sa forme canonique. 2. Le lemmatiseur : il permet de réduire les mots recherchés à leur lemme et ainsi d'étendre leur portée de recherche. 3. L'anti dictionnaire : utilisé pour supprimer à la fois dans l'index et dans les requêtes tous les mots "vides" (tels que "de", "le", "la") qui sont non discriminants et perturbent le score de recherche en introduisant du bruit40. Évolution vers le web sémantique De plus en plus de producteurs de contenu, à la suite des recommandations du W3C sur le Web sémantique, indexent leurs bases avec des métadonnées ou des taxinomies (ontologies), en vue de permettre aux moteurs de recherche de s'adapter aux analyses sémantiques. Il convient de préciser que ces formes de recherches et d'analyses de corpus d'informations par voie informatique ne sont encore que des potentialités. De 40 Wikipedia. 58
  • nombreux algorithmes ou méthodes de travail devront être mis au point avant de pouvoir créer un système de recherche d'information véritablement sémantique. En effet, par comparaison avec des recherches plein texte, de véritables recherches réalisées sur le web sémantique devraient être beaucoup plus conviviales pour l'utilisateur: contrairement à un moteur interrogé en mode similarité (requête par mot clé appelant la fourniture de documents pertinents) un système sémantique n'impose pas à l'utilisateur de fournir les éléments de la réponse sous forme de mots clés. • L'utilisateur d'un système sémantique doit pouvoir directement poser sa question en langue naturelle. • Un véritable moteur de recherche sémantique ne fournit pas de liste de pages répondant à une question mais la réponse précise. Il n'existe pas encore à proprement parler de moteur de recherche sémantique. Mettre au point un véritable moteur de recherche capable de comprendre et de fournir du sens et capable de comprendre une question en langue naturelle ou d'adapter une réponse en fonction d'un ensemble d'information) est encore difficile. Quelques tentatives existent néanmoins pour chercher à répondre par des formes intermédiaires à cette problématique du sens dans la recherche d'information: Moteurs de recherche pour enfants : Analyse sur le fonctionnement des moteurs de recherche pour enfants Nous avons analysé quelques moteurs de recherche conçus pour enfants afin de voir les résultats proposés. Partant de la requête « elefan », mal orthographiée (sans accent et sans « ph », tel qu’un enfant de sept ou huit ans l’écrirait quand il commence à apprendre à lire) nous avons analysé les résultats proposés. Nous avons choisi de ne pas entrer dans le détail de l’ergonomie web, même si certains sites sont à améliorer, mais nous avons préféré de nous concentrer sur les résultats de la requête d’un point de vue de la pertinence. Voici les résultats : 59
  • Yahoo kids : (vidéo en annexe). Aucun résultat sous la recherche « elefan ». Askkids : (vidéo en annexe). Aucun résultat. 60
  • Kidrex : (vidéo en annexe) nous renvoit vers la page de résulat Google.com, avec comme résultat « Did you mean « elephant » ? Babygo : (vidéo en annexe). Aucun résultat. Possibilité d’autocomplexion. 61
  • Takatrouver : (vidéo en annexe). Aucun résultat. Sensé viser la tranche d’âge 6-10 ans. 6 Furty : (vidéo en annexe). Sensé être spécialisé dans le domaine animalier. Aucun résultat. 62
  • Kidadoweb : (vidéo en annexe). Aucun résultat. Sauf Kidrex (qui utilise Google), aucun des moteurs de recherche présents ne nous montrent de bons résultats. Ce qui prouve que, tels qu’ils sont conçus aujourd’hui, ces moteurs de recherche n’ont aucune valeur ajouté pour son utilisation par un enfant oteurs enfant. Les moteurs de recherche sont sont-ils adaptés aux enfants ? L’article de Hilary Hutchinson qui a inspiré notre sujet de thèse professionnelle41 montre que : Les enfants se trouvent parmi les utilisateurs d’internet les plus fréquents, même si la navigation et la recherche sur le web représentent pour eux des difficultés. Face à la popularité d’internet et des interfaces basées sur la recherche par mots-clés, de nouvelles analyses se font nécessaires face aux difficultés clés, retrouvées par les enfants. Cet artic présente les résultats de notre première article 41 Hilary Hutchinson : http://hcil.cs.umd.edu/trs/2009 http://hcil.cs.umd.edu/trs/2009-04/2009-04.pdf 63
  • étude pour comprendre comment les enfants âgés de 7, 9 et 11ans recherchent sur internet avec des interfaces de mots-clés. Notre recherche a révélé que même si les enfants d'aujourd'hui sont confrontés à l’ordinateur depuis leur plus jeune âge, ils retrouvent, face à la recherche de l’information dont ils ont besoin, des obstacles tels que l'orthographe, la faute de frappe, la formulation de requête ou le filtrage des bons des mauvais résultats lors de leurs requêtes42. Afin de rendre hommage à cet article, qui est à l’origine de notre thèse professionnelle, nous avons voulu faire des tests similaires en collaborant avec des enfants français des mêmes âges (7- 11 ans). Et ceci pour voir si les résultats entre enfants Etats-uniens et Français mènent aux mêmes conclusions. L’étude d’Hilary Hutchinson que nous avons traduit a eu un rétrolien de la part du blog « concepteur-rédacteur, » en voici les conclusions43 : • L’enfant de moins de 11 ans ne regarde pas l’écran quand il tape une requête. Il fixe son clavier pour être sûr de sa frappe. La saisie semi- automatique est alors inutile puisqu’il ne regarde l’écran qu’une fois sa requête tapée en entier. 42 Traduction de l’introduction du document cité : Hilary Hutchinson : http://hcil.cs.umd.edu/trs/2009- 04/2009-04.pdf: En annexe 1. Children are among the most frequent users of the Internet, yet searching and browsing the web can present many Challenges. (…) With the current Popularity of the open Internet and keyword-based interfaces for searching it, more critical analysis of the challenges children face today is needed. This paper presents the findings of our initial study to understand how children ages 7, 9, and 11 search the Internet using keyword interfaces in the home. Our research has revealed that although today’s children have been exposed to computers for most of their lives, spelling, typing, query formulation, and deciphering results are all still potential barriers to finding the information they need. 43 http://www.concepteur-redacteur-blog.com/2009/04/30/enfants-web-profils-comportements/ 64
  • • Les enfants pensent que “si quelque chose n’est pas sur Google, c’est nulle part., • Les enfants de moins de 8 ans sont frustrés face aux messages d’erreurs, qui les déroutent, les bloquent dans leur navigation. • Les enfants utilisent plus le langage naturel que le langage par mots-clés : ils ont tendance à privilégier une requête d’ordre sémantique. • Les enfants ne vont jamais en deuxième page de résultat et ne regardent généralement pas plus bas que les cinq premiers résultats. • Les enfants rêvent d’une recherche et d’une navigation “magique”, qui leur permette par exemple d’obtenir un seul résultat (le meilleur), de retranscrire les requêtes vocalement. Les leçons de cette étude : • Améliorer la recherche semi-automatique en plaçant la box texte en bas de l’écran, pour attirer leur regard pendant la frappe • Proposer moins de résultats, moins de liens, avec plus de vidéos et d’images • Adapter le contenu des réponses au niveau de lecture • Proposer une recherche ou une navigation vocale • Ne pas demander à un enfant de moins de 11 ans de trouver une réponse qui demande plusieurs étapes de recherche Dans le chapitre Etudes qualitative nous vous présentons nos conclusions. 65
  • Requêtes des enfants sur les moteurs de recherche et sur leurs sites préférés Le top 100 des requêtes monde En décembre 2009, Symantec, éditeur de logiciels antivirus et de solutions de sécurité, notamment de logiciels de contrôle parental comme OnlineFamily.Norton, a publié un classement des 100 mots-clés les plus recherchés sur près de 15 millions de recherches Internet faites par des enfants. Le service de surveillance parentale OnlineFamily.Norton n’est pas invisible pour l’enfant : sa présence est signalée sur l'écran et des chiens animés préviennent l'enfant lorsqu'il s'éloigne des chemins balisés par ses parents44. 44 http://www.rtbf.be/classic21/article_mais-que-cherchent-nos-enfants-sur-le-net?id=1582 66
  • Top 100 des requêtes faites par des enfants jusqu’à 18 ans 1. YouTube 26. YahooMail 51. MeganFox 76. WatchaSay 2. Google 27. JustinBieber 52. SesameStreet 77. FamilyGuy 3. Facebook 28. Addictinggames 53. Poptropica 78. TaylorSwiftYouBelongWithMe 4. Sex 29. Facebookcom 54. Target 79. BestBuy 5. Porn 30. Webkinz 55. Eminem 80. TaylorLautner 6. YouTubecom 31. Yahoocom 56. Music 81. Rihanna 7. Yahoo 32. Boobs 57. Fireflies 82. Pussy 8. MySpace 33. MSN 58. DisneyChannel 83. Gmailcom 9. eBay 34. HannahMontana 59. YouBelongWithMe 84. Lego 10. YouTube 35. Dictionary 60. Utube 85. GummyBearSong 11. Wikipedia 36. Walmart 61. Weather 86. Thriller 12. MichaelJackson 37. SelenaGomez 62. iTunes 87. You’reajerk 13. TaylorSwift 38. Dictionarycom 63. Beyonce 88. Nigahiga 14. Gmail 39. MySpacecom 64. Pokemon 89. Girls 15. PartyintheUSA 40. NewMoon 65. BritneySpears 90. Freeonlinegames 16. MileyCyrus 41. Runescape 66. Twitter 91. NewMoontrailer 17. ClubPenguin 42. LilWayne 67. Hotmailcom 92. Translator 18. Miniclip 43. GoogleMaps 68. DemiLovato 93. Disney 19. Fred 44. Down 69. Funny 94. Askcom 20. Games 45. GoogleEarth 70. BlackEyedPeas 95. PaparazziLadyGaga 21. Facebooklogin 46. NortonSafetyMinder 71. Onetime 96. PokerFace 22. Googlecom 47. Mapquest 72. CartoonNetwork 97. ChrisBrown 23. Hotmail 48. BoomBoomPow 73. JonasBrothers 98. iPodTouch 24. LadyGaga 49. Craigslist 74. Halo 99. Photbucket 25. Amazon 50. Twilight 75. wwwyoutubecom 100. Bing Selon Marian Merritt, chargée de la sécurité sur internet chez Symantec « Le fait que YouTube soit en tête n'est pas une surprise. Les enfants utilisent YouTube comme un point de départ aussi bien pour s'amuser que dans un but éducatif ». Ce qui constitue une surprise, en revanche, est la propension des enfants à utiliser les moteurs de recherche pour taper les noms de moteurs de recherche, comme Google ou Yahoo, ce qui laisse à penser qu'ils ne maîtrisent pas forcément toujours le fonctionnement d'internet. 67
  • Top 25 des requêtes par sexe: Garçons Filles 1 Youtube Youtube 2 Google Google 3 Facebook Facebook 4 Sex Taylor Swift 5 Porn Sex 6 eBay Youtube.com 7 Yahoo Party in the USA 8 Youtube.com Miley Cyrus 9 Wikipedia Yahoo 10 MySpace MySpace 11 You Tube Justin Bieber 12 Miniclip You Tube 13 Michael Jackson Michael Jackson 14 Gmail Lady Gaga 15 Games Club Penguin 16 Addicting games Hannah Montana 17 Boobs New Moon 18 Runescape Fred 19 Club Penguin eBay 20 Amazon Wikipedia 21 Facebook login Gmail 22 Hotmail Webkinz 23 Google.com Selena Gomez 24 Fred Porn 25 Yahoo Mail Facebook login 68
  • Top 25 des requêtes par tranche d’âge : 13-18 ans 8-12 ans Moins de 7 ans 1 Youtube Youtube Youtube 2 Facebook Google Google 3 Google Facebook Facebook 4 Sex Sex Porn 5 MySpace Club Penguin Club Penguin 6 Porn Youtube.com Yahoo 7 Yahoo You Tube Webkinz 8 Youtube.com Miniclip You Tube 9 eBay Yahoo Games 10 Wikipedia eBay Miniclip 11 Taylor Swift Porn Nick Jr 12 You Tube Michael Jackson Youtube.com 13 Party in the USA Fred Gmail 14 Michael Jackson Webkinz Cartoon Network 15 Google.com Wikipedia Poptropica Michael Jackson 16 Lady Gaga Miley Cyrus eBay 17 Facebook Login Gmail Disney Channel 18 Gmail Party in the USA Cbeebies 19 Miley Cyrus Games Hotmail 20 Facebook.com Taylor Swift Hannah Montana 21 Justin Bieber Addicting games Lego 22 Lil Wayne Hotmail Disney 23 Hotmail Poptropica Yahoo Mail 24 MySpace.com MySpace Facebook Login 25 New Moon Hannah Montana MySpace 69
  • CHAPITRE V : Etude qualitative sur les enfants numériques Objet de l’étude Voici le but concret de notre étude : la réalisation d’une enquête similaire à celle faite par Hilary Hutchinson et comparer les résultats de l’étude sur les enfants des Etats-Unis avec ceux des enfants français des mêmes âges. Voici notre apport. Recrutement des participants Le recrutement c’est fait par réseau de connaissances : nous avons fait une demande par e-mail (annexe) aux élèves du MBA MCI Léonard de Vinci et dans le cadre de notre activité professionnelle, chez Google France, les parents ayant des enfants de 8 à 11 ans étant des utilisateurs habituels d’internet. Nous pensions que notre échantillon n’allait pas répondre à la moyenne des enfants français de ces âges, étant donné que la plupart des parents appartient au monde de l’internet ou se trouve très proches de celui-ci, mais les entretiens nous ont montré que la plupart des enfants sont souvent seuls devant leurs ordinateurs. Même si le plus souvent l’ordinateur se trouve dans une salle de passage, les parents ne surveillent pas de près les activités des enfants sur internet. Nous avons travaillé sur un échantillon de taille réduite qui n’a pas d’objet de représentativité au sens statistique du terme, mais qui répond à des critères de pertinence de la structure de la population étudiée, compte tenu du problème spécifique d’étude. L’échantillon répond aux critères suivants: • Enfants de 8 à 11 ans (filles et garçons) • Utilisateurs fréquents d’internet et ayant un ordinateur à la maison avec connexion internet • Dans la région parisienne, ayant comme langue maternelle le français. 70
  • La demande aux parents a été faite par mail, afin de leur donner une idée précise de l’objet et du déroulement de l’entretien : Demande d’entretien aux parents Voici le corps du texte que chaque parent a reçu pour formaliser ma demande. Tous sont d’accord (les enfants aussi) pour que leur entretien soit diffusé sur internet. « L'entretien, idéalement, se fait chez l'enfant, sans les parents dans la pièce. Une fois l'entretien fini, c'est alors que j'aimerais bien filmer ou écouter les parents (un ou les deux), pour qu'ils me donnent leur avis, leurs points de vue sur l'utilisation d'internet par leur enfant, ou des idées générales sur internet et les enfants, ou sur leur propre usage par rapport à l'enfant. L'entretien est un entretien semi-directif : • depuis quand ils utilisent internet, où, s'ils utilisent seuls ou accompagnés, combien d'heures par semaine, si aussi à l'école, si à l'école ils en parlent avec leurs camarades. • les choses qu'ils aiment faire sur internet (jouer, écouter de la musique, lire des histoires, voire de vidéos, faire des recherches, flanner, etc.) • leurs sites préférés et comment ils les ont connu Focus sur les moteurs de recherche : • à quoi ça sert, lesquels ils utilisent, et pourquoi. Leur montrer quelques moteurs de recherche pour enfants. Qu'ils me parlent de ces moteurs, s'ils le connaissent ou pas, comment ils les trouvent, ce qui a l'air bien, moins bien. • comment ils effectuent une recherche et comment ils trient les résultats (pourquoi ils cliquent ici et pas là-bas). 71
  • • quelques questions sur l'ergonomie des moteurs de recherche : si la typographie est trop petite ou sur les couleurs leur plaisent, si les boutons sont facilement identifiables, l'affichage des résultats, les problèmes d’erreurs. • écoute sur comment ils imaginent un moteur de recherche pour mieux trouver l'information. Mes outils : • caméra vidéo et trépied pour l'enregistrement de l'entretien en premier plan de l’enfant • mon propre ordinateur : pour la partie de recherche sur moteurs de recherche, pour pouvoir enregistrer le test (logiciel Viewletbuilder). Une heure et demie devrait être plus que suffisant. » Les enfants qui ont collaboré à notre étude sont (par ordre de visite) : Prénom Fille Garçon Age Yolanda X 11 Nina X 9 Apolline X 8 Théo X 10 Juliana X 11 Damy X 11 Andy X 9 8 ans 9 ans 10 ans 11 ans 1 2 1 3 72
  • Méthodologie et analyse des résultats Entretiens semi-directifs en individuel Nous avons choisi de réaliser des entretiens individuels semi-directifs avec quelques éléments de l’entretien non-directif (questions ouvertes du type : « c’est quoi internet ? ») afin de favoriser la prise de parole de l’interviewé, en recadrant le sujet en cas de besoin ; et directifs avec des questions/ réponses pour les enfants ayant plus de difficulté à s’exprimer sur des questions ouvertes sur questionnaire. Les entretiens se déroulent dans un milieu confortable pour l’enfant : chez lui, à l’emplacement où se trouve l’ordinateur ou à l’endroit de leur choix (souvent leur chambre). Déroulement des entretiens Les entretiens se sont divisés en deux étapes : Sur internet en général Dans la première, nous avons posé une série de questions ouvertes ou plus concrètes aux enfants sur une durée d’environ trente minutes. Voici les questions sur leur connaissance et leur usage d’internet : • Qu’est-ce que c’est pour toi internet ? • Depuis quand tu utilises internet ? Combien d’heures par semaine tu passes sur internet ? • Dans quelle pièce se situe l’ordinateur • Avec qui t’as appris à utiliser internet, et vers qui tu vas quand tu rencontres un problème ? • Connais-tu ces sites : o Google o Wikipedia o Youtube o Facebook 73
  • • Cite tes sites préférés et comment tu les as connu • As-tu une adresse mail ? • Utilises-tu des chats pour communiquer? Si oui, est-ce que tu connais tout le monde avec qui tu chates, ou tu a connu des nouveaux ami(e) par internet ? • Est-ce que tu télécharges sur internet ? • Est-ce que tu sais ce qu’est un blog ? Est que t’en as un ou tu en lis ? Sur les moteurs de recherche en particulier Questions théoriques : Nous avons ensuite posé aux enfants des questions sur leurs usages des moteurs de recherche. Voici les questions générales : • C’est quoi un moteur de recherche et comment ça fonctionne ? • Cite les moteurs de recherche que tu connais et que tu utilises. • Est-ce que tu trouves toujours ce que tu cherches ? Si tu ne trouves pas, tu fais quoi ? • Quand le moteur de recherche te donne une réponse, c'est où que tu cliques ? • Comment tu écris tes requêtes sur un moteur de recherche, tu fais plutôt des phrases longues ou des mots-clés ? • Quelles fonctionnalités tu ajouterais à un moteur de recherche ? • Tu connais des moteurs de recherche spécialement dédiés aux enfants ? • Tu penses qu'il devrait avoir un moteur de recherche spécialement dédié aux enfants ? Questions pratiques : test sur ordinateur avec deux questions de recherche : Nous avons choisi de poser deux questions pratiques sur des recherches sur moteur de recherche : • « Trouver de l’information générale sur les dauphins, avec des images » : comment procéder à la recherche par mots-clés. Une fois la recherche lancée, sur quels liens cliquer et pourquoi. • « Trouver le jour de la semaine où le président de la République fêtera son anniversaire en 2010 ». Cette recherche nécessite deux recherches 74
  • indépendantes. L’intérêt dans ce cas étant de voir comment les enfants procèdent dans leur raisonnement. 75
  • CHAPITRE VI : Analyse des résultats et constats D’après les entretiens, voici les conclusions que nous tirons, en les contrastant avec les contrastant données précédemment trouvées. Sur internet en général Sur notre échantillon de sept enfants, nous avons trouvé des comportements très homogènes par âges, qui sont en accord avec les études cités dans le chapitre. les Chaque enfant a cité ses sites préférés, sans limitation du nombre (étant la moyenne quatre). Voici la liste complète, le graphique pour une vision plus claire des tendances, suivie des impressions générales des enfants : Youtube, MSN, Jeux.fr, Google et Facebook, les sites plus appréciés des enfants : 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 76
  • Le favori, Youtube : tous les enfants l'ont mentionné, à l'exception des deux enfants les plus jeunes (8 et 9 ans) comme leur site préféré. Les enfants qui l'ont cité, apprécient que l’on puisse voir à la carte ses clips musicaux préférés, des dessins animés, des spots publicitaires qu’ils aiment et des films. Ils ne sont pas gênés par les bannières publicitaires, et le fait de d'avoir quelques films coupés en différentes parties ne les dérange pas non plus, puisqu'ils trouvent qu'elles sont numérotées et mises en ordre, dans l'encadré à droite. Selon les enfants les plus âgés (11 ans) le fait de ne pas toujours connaître le mot-clé précis n'est pas non plus un obstacle pour faire leur recherche. Quand ils ne trouvent pas parce qu’ils ne connaissent pas les mots précis, ils cherchent par similitudes et savent qu’ils finiront par trouver autre chose d’aussi bien, ou ils découvrent. Comme le dit Yolanda (11 ans) « Youtube t'ouvre à des tonnes de musiques différentes ». Youtube est vu comme une discothèque, une fenêtre que l'ont tient ouverte en bas de page, pendant que l'on fait autre chose, et que l'on regarde de temps en temps pour lancer une nouvelle recherche, mais qu'on peut laisser comme musique de fond. Un autre usage de Youtube, est le fait de pouvoir revoir des séries télé, des dessins animés ou des émissions de catch, football ou moto quand on veut, ou de les visionner pour la première fois si l'on a raté l'épisode à la télévision. En comparant Youtube à la télévision, tous les enfants préfèrent se servir de leur ordinateur pour faire leurs recherches sur Youtube ou pour voir des émissions que regarder la télévision : « Je préfère internet à la télé, on peut faire plus de choses. On ne choisit pas ce qu’il y a à la télé, et sur internet on peut faire plus de choses » (Damy, 11 ans). « Je préfère internet à la télé. La télé je la regarde parfois, plus ou moins une demi-heure. Plus, je m’ennuis» (Apolline, 8 ans). Jeux.fr : Si Youtube est le premier site de préférence des enfants les plus âgés, Jeux.fr est le premier des plus petits (Apolline, 8 ans, et Andy, 9 ans). Aucun des enfants plus âgé ne l’a cité. Pour les plus petits c’est une plateforme de jeux interactifs et connaissent deux ou trois sites en plus du même style (jeux.com, miniclip.com, jeuxjeuxjeux.com). Ils ont connu les sites de jeux par des ami(e)s. 77
  • MSN : Seulement les enfants de 11 ans l'ont cité comme "préférés". Ceux qui l'utilisent, n'utilisent pas ou très peu le mail. Ils ne chattent pas avec des gens qu'ils ne connaissent pas dans la vie réelle, et leurs conversations sont faites de phrases courtes "Ça va ?", "Tu fais quoi ?", en utilisant le langage propre (émoticons, mots raccourcis). Ils chattent avec des ami(e)s et la famille. Ils n'utilisent pas le chat pour s'échanger des liens, d'ailleurs ils ne partagent pas ou peu leurs expériences sur internet. Wikipedia : Malgré que dans notre tableau il ne soit mentionne qu’une fois comme site préféré, tous, à l'exception de notre collaboratrice la plus jeune, de huit ans, en font l'usage fréquent pour leurs devoirs et exposés de l’école. Pour tous, Wikipedia est « la » référence, et consultent ce site avant tous les autres, ou presque uniquement comme source de documentation fiable. D’ailleurs, aucun ne se pose la question de la fiabilité, tout ce que dit Wikipedia est vrai. En revanche, aucun ne connaît le principe de fonctionnement du site. Yolanda nous raconte : « J’ai connu Wikipedia par une amie On y trouve une tonne de thèmes, toujours pour l’école. Je ne compare pas les résultats avec d’autres sites, les autres recherches que je fais sont plus aléatoires, jusqu’à trouver ce que je pense être vrai ». « C’est un site où on peut faire toutes els recherches qu’on veut. Il raconte toute la vie, et toutes les choses de la personne. Je l’utilise pour l’école, pour tout type de recherche, pour les devoirs et les exposés (exposé sur Mozart, devoirs de science) » (Nina, 9 ans). « C’est un moteur de recherche où on peut chercher plein de choses dessus, plein d’information et des photos. C’est fiable » (Théo, 10 ans). «Wikipedia c’est toujours vrai, c’est la vérité. Pour les devoirs je suis obligé d’utiliser Wikipedia, je ne connais pas d’autre site » (Andy, 9 ans). Facebook : parmi les trois filles de 11 ans, deux ont mentionnée Facebook comme un de leurs sites favoris. La troisième n'avait pas la permission d'ouvrir de compte quand nous avons fait nos entretiens, mais a pu l'ouvrir en novembre est très active aujourd'hui. 78
  • Yolanda : « Facebook c'est interdit au moins de 18 ans [nous avons su que l’âge minimum est de 13 ans]. J’ai envie d'avoir un compte, mais mes parents ne me laissent pas. Facebook c'est une ouverture sur le monde, on arrive à rencontrer beaucoup plus de monde sur Facebook que sur les chats. Pour les groupes et les rassemblements c'est génial. Mes deux parents sont sur Facebook. Ils reçoivent dans leur boîte mail des messages de travail, et sur Facebook ceux des amis. Le danger de Facebook : les photos que tout le monde peut voir de soi sur des situations embarrassantes. Nous nous sommes demandés si l'effet "Facebook" était plutôt une question d'âge ou de sexe, étant donné que le seul garçon de 10 ans que nous avions interviewé n'aimait pas ce site. Nous avons demandé aux trois filles de notre enquête si elles avaient plus d'amies que d'amis, et les trois nous ont répondu que les répartitions sont équitables. Ces réponses nous inclinent à penser que Facebook est lié à l'entrée dans l'adolescence, comme un échange des sites de jeux vers des sites de communication. La moyenne du nombre d'ami(e)s sur Facebook est de 200. Blogs : En France, Skyblog a beaucoup compté sur l’émergence du phénomène « blog », en incitant les jeunes à créer leurs blogs, et en leur offrant une aide logistique et technique gratuite. La plateforme Skyblog héberge plus de deux millions de blogs45. C’est la plateforme la plus connus en France pour les blogs de jeunes et, comme Facebook, le format blog est plus connu des plus âgés que des plus petits. L’idée générale de ceux qui savent ce qu’est un blog est qu’il s’agit d’un « journal intime », une « page perso interactive ». Les plus petits de notre enquête ne connaissent pas, n’ont jamais entendu parler. Juliana, 11 ans, l’a cité comme un de ses sites préférés, comme lectrice de blogs de façon aléatoire sur Skyrock et nous a raconté qu’elle on avait un, mais qu’elle l’a effacé, parce qu’il était « vieux ». Dans la même tranche d’âge, Yolanda (qui n’avait pas d’adresse mail, ni de compte sur Facebook à ce moment-là et qui se connecte à internet tous les jours) voudrait créer non un blog, mais plusieurs, avec diverses thématiques : 45 Pascal Lardellier : Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados. Librairie Arthème Fayard, 2006. Page 187. 79
  • « Je n’aimerais pas uniquement faire un blog mais quatre. Un sur des affaires récentes (la programmation télé, les films), un pour les adolescents, un plus ténébreux et féérique, le troisième avec des jeux, qui serait comme une vie mais dans les anciens temps. Et le quatrième plus personnel, mais qu’il ne soit pas dans les premières pages, pour que moins de gens viennent, un blog personnel ». Elle voudrait que ses parents ne puissent pas voir ce blog plus personnel : « Les parents veulent absolument voir tout ce que l'on dit ». Elle sait qu’ « il faut quand même faire attention à ce que l'on met sur son blog parce que tout est ouvert ». La troisième des jeunes qui connaît les blogs n’a pas une idée très positive à ce sujet : «Un blog c’est une page où on met des images, des vidéos. C'est comme un profil pour montrer au gens ce que l'on aime. Ça ne sert pas à grande chose ». Les sites préférés de nos collaborateurs français sont en parfait accord avec les données de Symantec sur les mots-clés le plus recherchés : Youtube, Google, Facebook, Wikipedia, Miniclip et jeux (pour la recherche « games » en anglais). Dans la répartition par audiences, les 8-11 ans sont les plus présents dans Nous voyons à nouveau que cinq des sites présents dans le choix des enfants de notre enquête sont aussi très dans le top 30 des données de Médiamétrie sur la répartition des audiences : • Jeux.fr 15.48% • Google 4.47% • YouTube 4.31% • Skyrock 4.16% • Prizee.com 3.63% • Wikipedia 2.41% 80
  • Les 8-11 ans sont environ 5,2% des internautes français. Selon la composition de l’audience des sites en pourcentage, voici le top 30 selon Médiamétrie (en pourcentage)46 : 1 Jeux.fr 15.48 2 RealGames Network 7.67 3 Disney Online 6.00 4 BigPoint.com 5.48 5 Jeuxvideo.com 4.73 6 Google 4.47 7 YouTube 4.31 8 Skyrock 4.16 9 Centerblog.net 4.07 10 Blinko 3.73 11 Kazeo 3.64 12 Prizee.com 3.63 13 MSN/Windows Live/Bing 3.54 14 AOL 3.36 15 Visicom Media 3.17 16 Bestofmedia 3.04 17 TF1 / Wat 3.00 18 2xMoinsCher.com 2.87 19 Orange 2.82 20 Dailymotion 2.78 21 eBay 2.76 22 CommentCaMarche 2.76 23 LaPoste.net 2.59 24 Lo.st 2.54 25 Ados.fr 2.49 26 IncrediMail 2.47 27 Alice FR 2.45 28 Wikipedia 2.41 29 Free 2.40 30 Mininova.org 2.39 46 Annexe : Ranking des sites web sur le nombre de visiteurs uniques mensuels, pour le mois de juin 2009. Données Médiamétrie/ Netratins juin 2009, ciblage des 8-11 ans. 81
  • Connaissance des sites Les enfants connaissent une moyenne de 10-15 sites qu'ils visitent régulièrement. La plupart des autres sites, sont des sites qu'ils trouvent au fur et à mesure de la recherche par mots-clés sur le moteur de recherche Google. C'est le seul moteur de recherche qu'ils utilisent, et pratiquement qu’ils connaissent. Pour tous les autres, le mot "moteur de recherche" était nouveau, et ne connaissaient que Google comme le début de toutes leurs sessions sur internet). Les enfants les plus petits, quand ils trouvent des sites qui les intéressent, ne savent pas sauvegarder l'adresse du site pour le visiter à nouveau ou pour le partager. S'ils aiment bien le site, pour le retrouver la prochaine fois, ils écrivent sur une feuille de papier. « Je connais dix sites. Pour connaître d'autres sites, il faut qu'on te les dise » (Andy 9 ans). Sur les moteurs de recherche en particulier Nous avons demandé aux enfants sur quel page/ site internet ils souhaitaient démarrer la recherche, ils ont tous répondu « Google ». Les tests ont démarré sur la page d’accueil classique de www.google.fr, non personnalisée. A noter que certains enfants avaient sur leurs ordinateurs, la page d’accueil personnalisée (souvent I-Google), celle-ci personnalisée par leurs parents. Sur la préférence de navigateur les enfants ne savaient pas répondre, nous avons utilisé Chrome. Voici les comportements des enfants face à nos deux questions : 1. « Trouver de l’information générale sur les dauphins, avec des images » 2. « Trouver le jour de la semaine où le président de la République fêtera son anniversaire en 2010 » La façon d’interroger Google pour la première question a été pareille par tous les enfants : ils ont cherché un seul mot-clé : « dauphins ». Il y a eu des doutes sur 82
  • l’orthographe (« dophin », « daufin »), mais tous sont familiarisés avec la phrase « Essayez avec cette orthographe ». Aucun des enfants n’a pris plus de dix secondes à trouver « Wikipedia » et cliquer dessus, tous expliquant que ce site à de l’information sur tout. La saisie est très lente sur tous (sauf une) des enfants : puisqu’ils ne savent pas où se trouvent les lettres sur le clavier, ils sont obligés de chercher une par une les lettres sur le clavier, donc il n’y a aucune interaction écran-clavier, comme c’est mentionné sur l’article de Hilary Hutchinson. Nombre de mots-clés Quand il s'agit d'une recherche générique, les enfants tapent normalement un mot-clé, et cliquent directement sur un des trois premiers liens proposés. Ils ne vont jamais jusqu'au bout de la page de résultat, tous disent que "les meilleurs résultats sont en début". Une fois la recherche lancée et le résultat affiché, la seule référence qu'ils ont de site "garanti" est Wikipedia. Le problème sur des résultats de qualité se trouve plutôt sur une recherche plus complexe. Ddans le cas de notre enquête, la question des enfants a été posée au moteur de recherche des suivantes façons : Première partie de la requête : pour savoir le jour de l’anniversaire de Nicolas Sarkozy : • « anniversaire de nicolas sarkozy » • « date anniversaire Nicolas Sarkozy » • « jour du cinquantième anniversaire » • « jour d'anniversaire de Nicolas Sarkozy » • Un des enfants a dû cerner sa requête à plusieurs reprises, puisque les réponses avec à sa requête : « quel jour de la semaine le president soufflera ces bougie en 2010 » ne donnait aucun résultat pertinent. Avec notre aide, en trois pas, l’enfant à saisie : o « quelle est le jour de l'anniversaire du president » o « quelle est le jour de l'anniversaire du president de la republique de France » 83
  • o « quelle est le jour de l'anniversaire du president de la republique de france Nicolas Sarkosy » Avec la première Où nous pouvons constater que, face à une recherche plus complexe, les enfants peuvent avoir tendance à taper des phrases entières, ce qui donne des résultats qui peuvent s’éloigner de la réponse recherchée. Deuxième partie de la requête : une fois ils ont trouvé la date de l’anniversaire, tous les enfants ont trouvé le jour de la semaine, non sans nous demander de l’aide en cherchant : • « calendrier 2010 » • « 28 janvier 2010 » A l’exception d’un enfant, qui a regardé la date dans un calendrier papier. Interaction parents - enfants Les enfants de notre enquête, dont la moitié des parents sont liés au monde de l'internet ou de l'informatique, ne partagent pas leur temps sur internet avec leurs parents. Quand ils ont des problèmes face à l'ordinateur, ils font appel à leurs parents en cas de blocage technique, mais pas dans leurs recherches. Ce qui fait que les enfants soient assez démunies face à la façon de construire leurs requêtes. Rapport des enfants avec la véracité des résultats Le questionnement ne se pose pas sur la véracité des données. Le fait d’avoir accès illimité aux informations ne signifie pas disposer d’un accès automatique au savoir, il faut faire preuve de discernement et, entre 8 et 11 ans, les enfants ne savent pas forcément le faire sans une aide externe qui n’ont pas, puisque leurs parents sont à un stade de « immigration » vers les outils informatiques et l’internet. 84
  • Les enfants internautes, très homogènes Nous nous rendons compte que les enfants internautes sont assez homogènes, tous connaissent les mêmes sites et en font un usage similaire. Il y a une « mondialisation » des usages d’internet, dans lequel le les grands sites s’adaptent à tous les pays, à toutes les cultures. Les enfants ont en général une meilleure compréhension du monde contemporain47, moins centrée localement. Ceci reflète la mutation de notre société vers une macro vision plus large que se font les enfants du monde, mais qui devient à la fois moins profonde. La nouvelle génération semble avoir moins besoin de références dans un ensemble global, mais appréhendent leur environnement comme une grande base de données dont tout est mélangé et où il faut savoir trouver le bon mot-clé qui déclenche la réponse correcte. Ceci déclenche en même temps une dispersion du savoir, de la connaissance et des rapports avec la connaissance. De plus, le rapport avec le savoir devient instable48 : ce qui est un jour sur un page peut ne pas l’être le lendemain, mais ceci perd aussi son importance, puisque autre chose, de façon apparaîtra sous nous yeux. Une recherche qui donne des résultats par « serendipity » nous donne un nouveau résultat. Les enfants numériques seront les premiers à apprécier le web sémantique qui pourra leur aider à formuler des phrases entières avec des résultats pertinents et contextuels. 47 AZUMA, Hiroki. Génération Otaku : les enfants de la postomodernité. Hacette Littératures, Haute Tension, 2001. Page 14 48 De Rosnay, Joel. La révolte du pronétariat : Des mass média aux média des masses. Librairie Arthème Fayard, 2006. Page 108. 85
  • Conclusions Après avoir analysé le marché mondial, le marché local français et surtout, après avoir fait notre étude qualitative auprès de jeunes internautes, nous trouvons des similitudes entre l’analyse globale et les enfants en particulier. Une homogénéisation des comportements se trouve très évidente (les plus petits utilisent internet pour jouer, les plus grands de notre tranche d’âge sont plus penchés sur la communication –par Messenger et Facebook-, par le loisir de la musique et les films -grâce à Youtube- et par les recherches pour l’école –Google et Wikipedia-. Les enfants ne connaissent pas beaucoup de sites, et ne savent pas faire très bien se servir des moteurs de recherche. Aucun des enfants ne connaît les moteurs de recherche pour enfants, mais les moteurs présents ne sont pas adaptés à leur orthographe souvent incorrecte ou ne savent pas donner une réponse à un requête de plus de cinq mots-clés, souvent plus, écrite sous forme de phrase telle qu’ils la poseraient à l’oral. Les enfants ont besoin d’un soutien pour apprendre à manier ces outils et en tirer le meilleur parti, mais cette aide vient difficilement des parents ou de l’enseignement, qui se trouve souvent au même niveau que les enfants, et ne savent pas faire mieux. Il serait nécessaire que l’apprentissage s’effectue part les parents et le corps enseignant, de façon à ce que les enfants puissent s’appuyer sur eux pour optimiser leurs recherches. Ils doivent apprendre le ciblage des sujets, la pertinence des mots- clés, le choix des sites. Les enfants devraient aussi apprendre la dactylographie en même temps qu’ils apprennent à lire et à écrire puisque, de plus en plus, leur milieu d’apprentissage se créé et se développe avec l’ordinateur. En ce qui concerne les moteurs de recherche, ceux qui sont conçus pour les enfants devraient se développer plus sur la partie technique et proposer des résultats adaptés aux enfants. Les moteurs de recherche en général, et ceux pour enfants en particulier, devraient tenir en compte l’orthographe des enfants, en même temps que leur aider à 86
  • l’améliorer. Pour citer un exemple possible d’amélioration, Google, pourrait proposer, après son : « Essayez avec cette orthographe » à l’enfant de récrire sa requête correctement, de façon à ce que l’enfant prenne en compte l’importance de l’orthographe pour avoir le résultat désiré. Aujourd’hui les moteurs de recherche pour enfants se contentent d’appliquer une interface graphique ludique et colorée. L’enfant a besoin d’une réponse pertinente à sa demande, et, pour le moment, aucun des moteurs pour enfants n’apporte de réponse adaptée. L’avancement vers le web sémantique est peut être la réponse espérée par les enfants. Dans tous les cas, même si les moteurs de recherche ont encore un long chemin devant eux pour s’améliorer, même si les moteurs de recherche nous proposent parfois des réponses hors sujet à notre demande, le secret de la bonne réponse se trouvera toujours dans la bonne requête. 87
  • Outils/ logiciels et supports de travail pour les entretiens et le montage vidéo Afin de mener à bien les entretiens, nous avons utilisé : • Caméscope Flip Video HD résolution de 1280 x 720. 30 frames per second (constant frame rate, progressive scan) avec trépied pour caméra fixe. Cet instrument nous a permis d’avoir l’intégralité des discours des enfants pour son analyse postérieure et pour nous libérer de la prise de notes, qui nous aurait obligé à regarder le papier au lieu de regarder les enfants dans leur comportement spontané face aux questions. • Logiciel Avid Mediacomposer • Ordinateur portable X-200 Lenovo, avec clavier « querty » (ceci n’a été un problème que pour un seul des enfants, qui apprenait –à l’aide de son père- lae dactylographie. Cours que, par ailleurs, nous considérons devraient faire partie de l’éducation scolaire des enfants dès leur plus jeune âge). • Viewletbuilder version 4 Qarbon : Afin de pouvoir analyser dans un second temps la façon de rechercher des enfants, nous avons utilisé ce logiciel qui nous a permit d’enregistrer les sessions de travail en format .html. De cette façon nous avons pu concentrer notre attention sur les enfants sans interruption, soit pour répondre à leurs questions et doutes, soit pour voir en temps réel leur raisonnement de recherche, et l’expression corporelle (façon de taper sur le clavier, façon de regarder l’écran) qui va avec. 88
  • BIBLIOGRAPHIE • AZUMA, Hiroki. Génération Otaku : les enfants de la postomodernité. Hachette Littératures, Haute Tension, 2001. • DE ROSNAY, Joël. La révolte du pronétariat : Des mass média aux média des masses. Librairie Arthème Fayard, 2006. DE SINGLY, François : Les adonaissants. Ed.Hachette Litérature, 2006. • DE SINGLY, François : Les adonaissants. Hachette Littératures, 2001. • EVRARD, Yves, et ALL : Market. Fondements et méthodes des recherches en marketing. Dunod. Paris, 2009. • HENNO, Jacques. Les 90 questions que tous les parents se posent : téléphone mobile, internet, jeux vidéo. Ed. Télémaque. Paris, 2008. • GICQUEL Johan : Le marketing des juniors. Ed. Génie des Glaciers, 2006. • LARDALLIER Pascal : Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados. Editions Fayard, 2006. • LIVINGSTONE, Sonia. Kids online : opportunities and risks for children. The Policy Press, 2009. • MERMET Gérard : Francoscopie 2010, Tous sur les français. Larousse, Paris 2009. • PIAGET, Jean et INHELDER Bärbel : La psychologie de l’enfant. Paris, PUF, 1966. • OCTOBRE, Sylvie. Les loisirs cultures des 6-14 ans. Ministère de la culture et de la communication. La Documentation française. 2004, Paris. • PASQUIER, Dominique : Cultures lycéennes, la tyrannie de la majorité. Éditions Autrement, 2007. • SAPENA, Nathalie : L’enfant jackpot. Protégeons nos enfants contre les abus de la société marchande. Flammarion, 2005. • TAPSCOTT, Don. Grown up digital: How the net generation is changing the world. McGraw-Hill, 2009. 89
  • Source principales internet • ASSADI, Houssem, BEAUDOIN, Valérie : Comment utilise-t-on les moteurs de recherche sur internet ? Cairn, nº 116. Réseaux 2002. ISSN 0751-7971 http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RES&ID_NUMPUBLIE=RES_116&ID_AR TICLE=RES_116_0171 • BIGOT Régis, CROUTTE Patricia : La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2008). CREDOC. http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-credoc-2008-101208.pdf • BONNER, Nicolas, MOREAU Fabienne. Quel avenir pour les moteurs de recherche? http://hal.inria.fr/docs/00/04/35/61/PDF/49.pdf • British Library and JISC (Joint Information Systems Committee) : Information behaviour of the researcher of the future. UCL, 2008. http://www.bl.uk/news/pdf/googlegen.pdf • DE LASSUS, Christel : Les enfants et l’attitude envers le site web : conception et test d’une échelle de mesure. Centre de recherche DMSP. Cahier n°314. Avril 2003. • DINET, Jérôme. Les « nouveaux outils » de recherche documentaire sont-ils compatibles avec les stratégies cognitives des élèves ? http://hal.inria.fr/docs/00/00/26/65/PDF/HyperAp4p149.pdf • HASCOËT Mountaz et BEAUDOIN-LAFON Michel : Visualisation interactive d’information. http://www.revue-i3.org/volume01/numero01/article01_01_03.pdf • HENNO, Jacques : Les 90 questions que tous les parents se posent : téléphone mobile, internet, jeux vidéos. Éditions SW Télémaque, 2008. • HERMELIN, Florence. Dans la tête des digital natives. http://advertising.microsoft.com/france/conference_digital_natives • IFOP : Les parents et les usages d’Internet de leurs enfants. Présentation de l’Ifop pour la Délégation Interministérielle à la Famille. Mars 2005. http://www.travail- solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/usages_internet_enfants.pdf 90
  • • JOUËT Josiane et PASQUIER Dominique : Les jeunes et la culture de l’écran. Enquête national auprès des 6-17 ans. Réseaux n1 92-93. CNET/ Hermès Science Publications. 1999. http://www.persee.fr • JOURDAIN, Camille : Les Enfants Et Internet : Motivations, Freins Et Profils. Posté le Mardi 21 avril 2009. http://www.camillejourdain.fr/les-enfants-et-internet- motivations-freins-profils/ • LE DEUFF Olivier. CULTURE DE L’INFORMATION ET WEB 2.0. Quelles formations pour les jeunes générations ? http://gdrtics.u-paris10.fr/pdf/doctorants/2007/papiers/LE_DEUFF_O.pdf • LIVINSTONE, Sonia. Présentation : Une enquête européenne. Réseaux, Année 1999, Volume 17, Numéro 92. Pages 19 – 23. http://www.persee.fr • MARTIN Olivier : L’Internet des 10-20 ans : Une ressource pour une communication autonome http://www.cairn.info/article_p.php?ID_ARTICLE=RES_123_0025 • METTON Céline : Les usages de l’Internet par les collégiens : Explorer les mondes sociaux depuis le domicile. http://www.cairn.info/article_p.php?ID_ARTICLE=RES_123_0059 • PARET, Guy. Rapport Bourgogne : Génération internet : la prochaine grande génération. Cirano : Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations, 2001. http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2001RB-03.pdf 91
  • ANNEXES Annexe : Notes extraites des vidéos Yolanda, fille. 11 ans. • internet : ça sert à chercher vaguement et on trouve précisément. • internet c'est un moteur de recherche et après on peut trouver en mettant vague: par exemple : "film français pour les enfants" sur google et plein de films arrivent et après on choisit. • 11 ans, utilise internet à 7 ans. • c’est comme faire du piano mais ne savait pas en faire. • les sites ont évolué. • utiliser l'ordi tôt c'est mieux • avec son père • le site quand elle était petite : des poneys, avec des petites familles. pour cet âge là c'est bien. • par semaine: 10 13h par semaine, min 6 h. • travail dessus: wikipedia pour les exposés. • wikipedia: par une amie. on y trouve une tonne de thèmes. toujours pour l'école. • wikipedia c'est un site de recherche, comme une bibliothèque virtuelle. • pas de site qu'elle compare toujours avec wikipedia. les autres recherches sont plus alléatoires, jusqu'à trouver ce qu'elle pense être vrai. • elle cherche sur Google. • sites préférés : • Youtube • Equideo (jeu virtuel de l'équitation) • des sites de chat • N'a pas d'adresse mail, utilise celle de son père (ce qu'elle n'aime pas) mais aura msn • son père filtre ses messages pour être sûr que ce sont ses amis qui lui envoient des e-mails. Ne chatte pas avec des inconnus. 92
  • • parle souvent de youtube ou de sites de musique, en parle pas souvent • partage les vidéos ? ne sait pas faire et ni elle ni ses amis ont de mail (de compte) • Youtube c'est génial, son site favori. par une amie. on peut le voir autant de fois et quand on a envie. • ne sait pas pourquoi les films se voyent par parties, mais cela ne gêne pas, si c'est la partie 1 juste à côté il y a la partie 2. Ce n'est pas pire qu'à la télé, qui se coupe avec de la pub. • Pub sur internet ? dans des encadrés, mais pas sur Youtube, seulement si on a envie. • comment fait la recherche sur youtube : michael jackson, mais ne connaissait pas le nom de la chanson "Thriller". a tapé MJ et après il y a la correction. comme il y a des photos, on sait ce que c'est. • Si on ne sait pas, on découvre. Youtube t'ouvre à des tonnes de musiques différentes. • où tu cliques : en haut en bas, à gauche, ça dépend. Les choses les plus connues sont en première page. • N'utilise pas beaucoup internet pour les devoirs de l'école (surtout pour les mathématiques), seulement pour l'histoire. Demande pas souvent à ses parents. Plus des livres à la bibliothèque ou sur internet. • Quels sont les mots-clés : quand la Reine Elyzabeth II elle tape "elizabeth II". Elle fait des recherches pas très précises. Si elle ne trouve pas, clique sur la page d'avant pour ajouter d'autres mots-clés. • Tu trouves toujours : la plupart du temps oui. Sur Google passe à la prochaine page "Next". Parfois la réponse est à la dernière page. • Moteur de recherche pour les enfants : ça dépend du niveau de l'enfant. A 6, 7, 8 ans oui. Ce serait un moteur plus simple, avec des choses qui leur intéressent, adaptés à leur âge. Il devrait être tactile, des gros boutons, plus de dessins fantastiques, qu'on puisse parler au lieu de parler, parce qu'à 6 7 ans on a beaucoup de fautes d'orthographe et le moteur aujourd'hui, ne comprend pas la requête. Un moteur de recherche qui comprenne les enfants, parce que les enfants font tous les mêmes fautes. 93
  • • Google corrige si c'est avec des petites fautes, mais si ce sont des grosses fautes, ne comprend pas la requête, et c'est très frustrant, parce que ça n’a rien à voir avec le sujet ; ou on reste bloqué si le lien ne s'ouvre pas. • Blog : c'est comme un site sauf que c'est son blog à soi (un site c'est plus grand, plus ouvert et plus facile à trouver). Le blog il faut savoir comment il s'appelle. N'a pas de blog, voudrait en faire un, bien fait, et bien référencé. sujet : pas uniquement 1, mais 4. Une partie avec des affaires récentes (la programmation, les films) , des parties pour les adolescents ; un plus ténébreux et féérique (mais des féés pas très connues), avec des jeux. Ce serait comme une vie mais dans les anciens temps. Pas encore d'idées de noms de blogs "notre monde", "l'autre univers". 3ème blog : pas dans les premières pages, pour que moins de gens vienne, un blog personnel. • Elle lit beaucoup des blogs (de ses ami(e)s et de séries, ou on l'on raconte des films et des séries. • Elle voudrait avoir un blog où ses parents ne rentrent pas. Les parents veulent absolument voir ce que l'on dit. Il faut quand même faire attention à ce que l'on met sur son blog. • Son père est très fort à l'ordinateur, mais sa mère se débrouille moins bien qu'elle. Tout le monde utilise internet à la maison, mais c'est sûr que sa mère vient de connaître internet, et moi depuis que j'ai 6 ans je vais dessus. Petite sœur (2 ans) regarde avec elle des vidéos et écoute de la musique. • Facebook : c'est interdit au moins de 18 ans. A envie d'avoir un compte, mais ses parents ne la laisse pas. C'est une ouverture sur le monde, on arrive à rencontrer beaucoup plus de monde sur Facebook que sur les chats. Pour les groupes et les rassemblements c'est génial. Les deux parents sont sur Facebook. Par mail ses parents reçoivent des mail de travail, et par Facebook c'est des amis. • Le danger Facebook : les photos que tu le monde peut voir sur des situations embarrassantes. • Grande utilisatrice : presque tous les jours. Tests moteurs de recherche : • saisie clavier en regardant uniquement le clavier. La saisie est très lente. 94
  • • Sur la double recherche : les enfants restent bloqués (ne pensent pas à faire une double recherche) : « Est-ce que je peux chercher en deux temps? » • Première recherche : "l'aniversaire du president de la republique" • clique sur le premier lien. Quelques commentaires de la mère de Yolanda • C'est difficile d'évaluer le niveau de connaissance sur internet. • Les sites préférés de Yolanda: o Youtube o Wikipedia o "Secret story" o Gully pour voir des séries Opinion sur le niveau de connaissance des enfants aujourd'hui : une connaissance très différente de celle d’avant. Avant : construire des choses avec ses mains, c'est une intelligence liée à des choses concrètes (une petite cabane) ce qui développe l'intelligence et l'imagination. Il y avait plus de travail physique qui se perd. Les enfants de cette génération sont moins toniques. Ils ont perdu des choses, ils y ont gagné d'autres. Ils ont gagné en ouverture sur le monde, mais le dialogue passe par la machine, ils perdent dans la relation avec l'autre en direct. L'addiction d'internet des enfants lui fait peur. Nina, fille. 9 ans. • Internet : un site où on peut faire des recherche et des jeux. Utilise internet depuis qu'elle a 6 ans. • A un ordinateur à elle, portable, qu'elle utilise 3 fois par semaine, pour faire des recherches et écouter de la musique. Elle utilise internet surtout le matin, avant 95
  • de partir à l'école. Sans internet elle serait un peu ennuyée, mais pas trop. Il a un autre ordinateur à la maison, celui de ses parents. • A une adresse e-mail et chat même avec ses parents sur MSN quand elle est dans une autre pièce de la maison. Elle partage des liens avec ses ami(e)s. • Blogs : ne connaît pas. • Sites préférés : • jeux.fr (jeux de course, de mode). Une cousine lui a montré. Parle souvent d'internet avec ses ami(e)s. Il est plein de couleurs, il y a une colonne pour puzzles, une colonne pour créer des vêtements, une autre pour faire des courses. • Youtube : un site où on peut rechercher toutes les musiques qu'on veut. L'utilise le matin avant d'aller à l'école, pour écouter de la musique ou si elle a raté un épisode de ses dessins animés préférés qu'elle a raté • Wikipedia : c'est un site où on peut faire toutes les recherches qu'on veut. Il raconte toute la vie, et toutes les choses de la personne. Elle l'utilise pour l'école, pour tout type de recherche, pour les devoirs et les exposés. (exposé sur Mozart, devoirs de sciences, etc.) • Utilise Google, qui sert à faire des recherches, mais ne sait pas ce que est un moteur de recherche. « Google est un site où on peut faire des recherches ». Fait des requêtes avec plusieurs mots-clés (par exemple "âge de mozart en telle année" et pas simplement "mozart" parce que dans la réponse il y aurait toute sa vie). Elle est rapide à la frappe, avec plusieurs doigts, c'est son père qu'il lui apprend. La « autocomplexion » de Google lui sert pour taper les mots qu’elle ne sait pas orthographier. Comment améliorer Google : • Ce qui ne marche pas avec Google : Si on ne tape pas bien, ça va donner un autre résultat que celui que l'on recherche. Ne trouve pas toujours ce qu'elle recherche sur Google. Parfois elle ne trouve pas ce qu'elle cherche parce que les mots sont compliqués à comprendre. Quand elle ne trouve pas, elle demande de l'aide pour l'orthographe ou pour savoir où cliquer de préférence. 96
  • • Aimerait faire des recherches avec un casque et un micro, oralement. • Et aimerait pouvoir choisir la couleur, les motifs, qu'on puisse même les dessiner et après pouvoir les effacer. Moteurs de recherche pour enfants : n’en connaît pas. Utilise toujours Google. Elle n'utiliserait pas un moteur de recherche pour enfants, mais le conseillerait à des enfants plus petits : 4 ans. Pour les enfants de 6 ans ils peuvent utiliser internet avec des adultes pour qu'ils leur disent comment on utilise, comment on fait des recherches. Elle a apprit à utiliser l'ordinateur avec son père et toute seule. Quand elle a des doutes ou elle ne sait pas chercher, elle demande à son père. Sur internet, il n'y a pas de publicité. ☺ Appolline, fille, 8 ans • Utilise internet 2 ou 3 minutes par jour pour voir si elle a des e-mails. • Ne regarde pas la télévision plus d'une demi-heure par jour (ça l'ennuit). • « C’est quoi Internet » C'est un site où on peut faire ce que l'on veut dessus : jouer, travailler. • Sites préférés : o Jeux.fr o le site de Barbie : aime bien les jeux (jeux où il faut chercher). Aimait beaucoup les Barbies, a cherché sur internet pour voir s'il y avait des jeux. o avezvousdejavu : des vidéos avec des choses drôles, des bouts de dessins animés. • Ne parle pas d'internet avec ses ami(e)s, c'est plutôt quelque chose qu'elle fait toute seule. • Moteur de recherche : un site qui recherche les sites qu'on veut. • Pour trouver un site il faut écrire ce que l'on veut comme site et il va chercher. 97
  • • Google : c'est un site où on peut travailler, jouer, regarder les e-mails (a une adresse e-mail, qu'elle utilise pour échanger des mails avec sa famille). • N'est pas facile à utiliser, il y a beaucoup de réponses, elle prend la première, et regarde les suivantes. Elle tâtonne jusqu'à trouver ce qu'elle recherche. • N'utilise pas internet à l’école, mais pour les exposés de l'école elle en a besoin. • Elle ne connaît pas de moteur de recherche pour les enfants. • Youtube : ne connait pas. • Wikipedia : ne connait pas. • Chat : connaît, mais ne les utilise pas. • Blog : ne connaît pas • Facebook : connaît. Ses parents lui ont proposé d'ouvrir un compte, mais n'aime pas encore. • L'ordinateur est dans la chambre de ses parents. Elle y va toute seule. Test sur moteur de recherche : « quelle est le jour de l'anniversaire du president de la republique de france Nicolas Sarkosy » pour la recherche dans le calendrier du jour de la semaine, elle regarde un calendrier papier ☺ Théo, garçon, 10 ans • Utilise internet de temps en temps (3 heures par semaines). Utilise internet depuis les 7 ans. • L'ordinateur est dans le salon et il faut des comptes rendu de ce qu'il fait sur internet. • Internet c'est pour beaucoup de choses. • A appris internet avec son père en commençant par : o Google Earth o Google Maps o Gmail 98
  • • Sites préférés : o Lequipe.fr o Fifa0'.com (sites de jeux de football) o Youtube o Google • Moteur de recherche : sert à trouver sur tous les domaines, on tape le nom et on trouve. • Exemples : sites de jeux vidéos, Youtube, Google images. On écrit sur l'endroit où il faut écrire. Si ça montre plusieurs choses, on donne des précisions. Ça ne dit pas des choses très précises de ce que l'on veut, mais ça informe. • Quand il fait des fautes d'orthographe il tombe sur des sites qui n'ont rien à voir avec sa recherche. • Dans Google, il clique presque toujours sur le premier lien. • Aime bien quand pour les fêtes il y ait des dessins. • Mail : a une adresse mail qu’il n’utilise jamais. • Pour améliorer le moteur de recherche. Aimerait bien si au lieu d'écrire on pourrait parler. Mais ce n'est pas encore au point. Pour ses recherches, il saisit un mot-clé, si ça ne marche par, revient en arrière pour ajouter des précisions. • N'aime pas Facebook. • Blogs : ne connaît pas. • Youtube : site pour recherche n'importe quelle vidéo. Il regarde surtout des vidéos de football, moto, catch. • Utilise le chat : souvent avec la famille ou son père qu'on il voyage. Moins avec les amis. • Moteurs de recherche pour enfants : ne connaît pas. • A l'école il utilise rarement internet. En revanche, pour l'école doit faire des recherche sur des personnages (da Vinci, Galileo, etc.) Va sur Wikipedia pour les recherches. • Wikipedia : moteur de recherche où on peut chercher plein de choses dessus, plein d'information, des photos. C’est fiable. 99
  • Juliana, fille, 11 ans • Utilise internet depuis les 7 ans, 30 minutes tous les soirs. • Internet sert à chercher des choses, alors que la télé sert à regarder des choses, tranquilles, sans rien à faire. Avec internet il faut réfléchir, faire des choses. Sur internet on cherche ce que l'on veut, quand on veut, pas comme la télé. • L'ordinateur est dans le salon, mais elle l'utilise toute seule. A appris avec sa sœur, la regardant faire. Après elle a fait toute seule, en l'imitant. • Elle (sa soeur) allait sur MSN, elle faisait des recherches • Internet pour chercher : pour faire des recherches, des sites de vidéos, de jeux • Sites préférés : o Youtube pour la musique (mets la musique et baisse la page) o Facebook pour communiquer o Messenger o Skyrock o Google pour faire des recherches • Mail : a une adresse mail mais ne l’utilise presque pas. • Blogs : un site où on peut mettre des photos et parler à nos amis, et faire des commentaires et voir les photos des autres. o Elle avait un blog sur Skyblog et l'a effacé parce qu'il était vieux. Elle racontait des choses qu'elle aime, mettait des vidéos, des photos. Elle regarde les blogs des ses ami(e)s, mais ne regarde pas les blogs de gens qu'elle ne connaît pas. • Facebook : elle a environ 100 amis, les connaît tous. Met des photos parce que seuls ses amis peuvent les voir. • Moteur de recherche : Google, Messenger. Des sites où on peut faire des recherches. Le moteur de recherche parfait : il donnerait exactement ce que l'on cherche. On écrit un mot-clé et il peut y avoir plusieurs sites pour nous donner des informations. Pour faire sa requête, elle saisit un mot-clé ; si ça ne marche par, elle revient en arrière pour ajouter des précisions. Clique presque toujours le premier lien. 100
  • • Moteurs de recherche pour enfants : ne connaît pas. Il y a des sites pour les enfants, avec des dessins animés, mais n’a jamais entendu parler de moteurs de recherche spécifique pour les enfants. • Chat : l'utilise uniquement avec les gens qu'elle connaît. • Utilise internet à l'école : pour faire des présentations. Parfois pour l'école doit faire des recherches sur des personnages historiques. Va sur Wikipedia pour les recherches. o Wikipedia : moteur de recherche où on peut chercher plein de choses dessus, plein d'information, des photos. C'est très fiable. • jeux.fr est un site de jeux très connu. Test sur moteur de recherche pour Théo et Juliana : o « nom du président » = Wikipedia, on va voir le jour où il est né. o « date anniversaire Nicolas Sarkozy » o « jour du cinquantième anniversaire » o « jour d'anniversaire de Nicolas Sarkozy » • Une fois ils ont trouvé : • "28 janvier 2010" pour savoir le jour de la semaine : ok jeudi. Damy, fille, 11 ans • Utilise souvent internet, une heure par jour, vers 18h. • A commencé à utiliser internet à 6 ans à l'école. • Utilisait des sites comme www.jeux.fr • Est plus souvent sur internet qu’à regarder la télévision. Préfère internet à la télé, on peut faire plus de choses. On ne choisit pas ce qu'il y a à la télé, et sur internet on peut faire plusieurs choses. • Internet c'est sur l'ordinateur qui permet de faire plein de choses : o on peut faire des jeux o on peut aller sur des sites • Sites préférés : o Facebook 101
  • o MSN o Prizee (site de jeux. Il faut s'inscrire et plus on joue, plus on gagne des points) o Itunes o Youtube o Deezer • A connu ces sites par des ami(e)s ou parce que tout le monde on parle. • Facebook : un site où on peut parler avec ses amis, des jeux, de quiz, envoyer des messages. On mantient le contact. A une centaine d'ami(e)s sur Facebook. • Youtube : regarder des vidéos de musique, des pubs, etc. • A une adresse mail sur MSN mais utilise plus le chat. A créé son adresse avec son père. • Wikipedia : un site pour faire des recherches. L'utilise souvent pour les devoirs. C'est une ressource sûre, mais ne connaît pas le concept. • Blog : Une page où on met des images, des vidéos. C'est comme un profil pour montrer au gens ce que l'on aime. Ça ne sert pas à grande chose. Ne vas pas dessus, ne l'intéresse pas. A des ami(e)s qui en ont. • Moteur de recherche : un site où on écrit et après on a plein de résultats. o Connaît Google, Yahoo. Il y a plein de résultats : 1000, 10000... Elle clique sur les premiers liens. o Requêtes : ne saisie pas trop de mots-clés, simplement un ou deux. Recherche souvent des photos sur Google Images. • Ne sait sur le moment pas comment améliorer un moteur de recherche. • Mais sur Google Images : o Quand on tape un mot on peut voir une image de quelqu'un : il faudrait garder mieux la privacité. o Sur Google Images n'aime pas qu'il faut cliquer beaucoup avant de pouvoir enregister l'image. • Elle n'aime pas la publicité qui clignote de partout. Andy, garçon, 9 ans 102
  • • Internet c'est dès que t'allumes un ordinateur et tu cliques sur le E bleu et après il y aurait internet. • Est sur internet 5 fois par semaine, le soir. • Sites préférés : o aloshow.com (malcolm, séries 2) o miniclip.com (des jeux) o jeu.fr et jeux.fr o jeuxjeuxjeux.fr o stardoll (pour habiller les garçons et les filles) o Aime bien regarder les séries de la télé sur son ordinateur. o Ce qu'il préfère faire sur internet c'est regarder des clips de la musique et faire des jeux. • Comment il a connu les sites : les invente, des ami(e)s de sa soeur. A l'école il parle parfois d'internet pour partager les liens : il les écrit sur un papier. • Facebook : un site où on se parle avec ses amis et on dit tout ce que l'on veut et partager des vidéos. N'a pas de compte Facebook, mais l'aura à 10 ans. • N'a pas de mail, ni MSN. • N'utilise pas encore souvent internet pour les devoirs de l'école, seulement une fois : a utilisé Wikipedia : • Wikipedia : un site avec toute l'information : l'espace, les écrivains... o C'est toujours vrai, c'est la vérité. o Pour les devoirs je suis obligé d'utiliser Wikipedia, je ne connais pas d'autres sites. • Youtube : site de musique. Je mets "fatal bazzuca" et je clique. • Préfère la télé qu'internet. Internet il faut chercher, et si on ne connaît pas les sites on ne peut rien faire. • Moteur de recherche : tu tapes Google et après tu marques et tu fais entrée et tu vas sur le site que t'as tapé. Tu tapes « youtube » et il t'emmène vers Youtube, ou « tous les sites de jeux ». Après, pour ne pas oublier les sites pour les partager, il les notes sur une feuille de papier. • Des fois ça "déconne" et il faut éteindre l'ordinateur. • Le moteur ne donne pas de résultats si on fait des fautes d'orthographe. 103
  • • Utilise Google Images. • Blog : le confond avec son dossier d'images sur son ordinateur :) Sinon, ne connaît pas. • Publicité : il n’y a pas de publicité sur internet. N'aime pas les choses qui clignotent sur les côtés parce que ça peut être des virus ☺ • Quand il ne sait pas, il tape au hasard ou va sur les sites qu'il connaît. • Je connais 10 sites. Pour connaître d'autres sites il faut qu'on te les dise. Test sur moteur de recherche : ils ont tapé « anniversaire de nicolas sarkozy » cliquent sur « joyeux anniversaire Nicolas Sarkozy » qui dit la date d'anniversaire. Et après ont cherché un "calendrier 20102" et on cherché et trouvé :) 104
  • Annexe : Médiamétrie/ Netratins juin 2009, ciblage des 8-11 ans Ranking des sites web sur le nombre de visiteurs uniques mensuels, pour le mois de juin. Données Médiamétrie/ Netratins juin 2009, ciblage des 8-11 ans : Composi tion Audienc Couvertur Pages vues Affinité audienc Supports e (000) e (%) (000) audience e (%) Jeux.fr 283.05 15.61 10 942.58 297.27 15.48 RealGames Network 167.61 9.24 1 220.53 147.32 7.67 Disney Online 90.82 5.01 1 562.75 115.19 6.00 BigPoint.com 77.63 4.28 2 893.04 105.19 5.48 Jeuxvideo.com 156.87 8.65 3 994.36 90.85 4.73 Google 1 361.53 75.06 109 484.78 85.76 4.47 YouTube 651.51 35.92 39 234.70 82.84 4.31 Skyrock 361.44 19.93 91 418.49 79.86 4.16 Centerblog.net 93.92 5.18 304.76 78.19 4.07 Blinko 64.80 3.57 182.58 71.57 3.73 Kazeo 51.92 2.86 207.00 69.85 3.64 Prizee.com 66.69 3.68 4 918.96 69.71 3.63 MSN/Windows Live/Bing 824.46 45.45 30 191.33 67.93 3.54 AOL 251.79 13.88 11 273.59 64.54 3.36 Visicom Media 46.57 2.57 272.21 60.96 3.17 Bestofmedia 211.41 11.66 1 550.72 58.29 3.04 TF1 / Wat 328.61 18.12 7 998.60 57.70 3.00 2xMoinsCher.com 58.95 3.25 244.24 55.16 2.87 Orange 546.93 30.15 23 362.65 54.14 2.82 Dailymotion 265.09 14.62 2 378.39 53.31 2.78 eBay 349.51 19.27 19 053.00 53.06 2.76 CommentCaMarche 290.05 15.99 1 378.09 52.96 2.76 LaPoste.net 80.34 4.43 2 968.62 49.72 2.59 Lo.st 53.92 2.97 1 183.28 48.75 2.54 Ados.fr 40.10 2.21 474.43 47.73 2.49 IncrediMail 43.24 2.38 586.00 47.47 2.47 Alice FR 84.68 4.67 2 726.83 47.05 2.45 Wikipedia 357.39 19.70 11 451.26 46.35 2.41 Free 418.11 23.05 6 764.90 46.18 2.40 Mininova.org 34.49 1.90 289.91 45.94 2.39 ImageShack 51.47 2.84 247.27 45.46 2.37 Microsoft 325.86 17.97 976.15 45.39 2.36 GameDuell 53.68 2.96 330.59 45.38 2.36 Yahoo! 378.41 20.86 7 795.52 44.83 2.33 Tele Loisirs 93.13 5.13 827.60 44.21 2.30 105
  • Radins.com 50.97 2.81 912.73 43.77 2.28 Kijiji 55.54 3.06 860.51 43.22 2.25 365 / Sportweek 40.98 2.26 352.30 40.69 2.12 Deezer 115.65 6.38 1 591.53 40.65 2.12 Meteo France 160.70 8.86 962.52 40.56 2.11 Voila 193.97 10.69 1 471.83 39.33 2.05 Leboncoin.fr 169.05 9.32 10 633.89 39.18 2.04 Shopping.com 78.49 4.33 230.96 38.95 2.03 Xooit.com 30.05 1.66 2 412.32 38.69 2.01 Butineo 28.88 1.59 291.47 37.76 1.97 Unblog.fr 54.93 3.03 352.23 37.25 1.94 Kiabi.com 94.16 5.19 1 881.78 36.89 1.92 Facebook 311.41 17.17 20 119.07 36.49 1.90 NRJ 82.24 4.53 4 267.76 36.38 1.89 Credit Agricole 128.93 7.11 1 167.14 36.28 1.89 Overblog 177.48 9.79 799.39 36.06 1.88 Apple 87.61 4.83 954.12 35.77 1.86 Mediastay 26.60 1.47 83.66 35.44 1.85 Ulimit 43.26 2.39 135.09 35.21 1.83 Youporn.com 31.11 1.72 591.68 34.81 1.81 Yakaz 25.67 1.42 96.16 34.69 1.81 Mailorama 31.27 1.72 148.32 34.49 1.80 Ask.com 69.28 3.82 314.35 34.41 1.79 France Televisions 148.39 8.18 1 171.12 34.29 1.79 Megaupload.com 38.51 2.12 447.91 34.10 1.78 Le Figaro 117.74 6.49 727.51 33.89 1.76 PriceMinister 158.78 8.75 1 887.48 33.03 1.72 PMU 52.07 2.87 294.17 32.69 1.70 Vente-privee.com 101.17 5.58 2 994.25 32.41 1.69 3 Suisses 142.82 7.87 2 055.04 32.39 1.69 Mozilla 115.37 6.36 299.90 32.12 1.67 E-monsite.com 29.61 1.63 123.74 32.10 1.67 simyo 32.17 1.77 101.27 31.84 1.66 Banque Populaire 51.01 2.81 727.30 31.64 1.65 Megasonnerie.com 23.21 1.28 34.61 31.63 1.65 Forumactif.com 62.69 3.46 694.40 31.60 1.65 AlloCine 97.31 5.36 1 024.86 31.58 1.64 Blanche Porte 25.48 1.40 85.24 31.37 1.63 La Redoute 128.41 7.08 3 822.96 30.99 1.61 Fox Interactive Media 81.36 4.49 361.10 30.45 1.59 Amazon 129.77 7.15 2 285.40 30.29 1.58 Paperblog 32.33 1.78 127.51 29.83 1.55 Caisse D Epargne 67.76 3.74 1 196.50 29.54 1.54 L Equipe 68.65 3.78 3 777.96 29.47 1.53 M6 78.00 4.30 745.90 29.32 1.53 Quelle.fr 47.27 2.61 1 079.82 29.21 1.52 106
  • ShowRoomPrive.com 28.42 1.57 302.21 29.09 1.51 Marche.fr 31.28 1.72 112.25 28.93 1.51 Ouest France 21.24 1.17 203.42 28.24 1.47 Weborama 32.15 1.77 50.66 28.20 1.47 Reverso 34.64 1.91 440.65 28.11 1.46 WordPress.com 38.25 2.11 72.04 28.08 1.46 Boursorama 38.43 2.12 965.46 28.08 1.46 Samsung 20.48 1.13 60.22 27.97 1.46 caf.fr 57.70 3.18 761.11 27.34 1.42 CANAL + 62.81 3.46 416.33 27.06 1.41 Megavideo 25.03 1.38 205.18 26.99 1.41 Cityvox 44.73 2.47 126.17 26.99 1.41 Dromadaire 30.45 1.68 390.09 26.96 1.40 Femme Actuelle 25.44 1.40 436.24 26.86 1.40 Ebuyclub.com 23.11 1.27 305.34 26.82 1.40 SFR 118.92 6.56 1 676.97 26.70 1.39 Plurielles 42.62 2.35 254.50 26.68 1.39 auFeminin 140.40 7.74 885.65 26.45 1.38 Direction x 27.92 1.54 135.22 26.44 1.38 Eveil et Jeux 60.88 3.36 379.99 26.40 1.37 Clubic.com 62.19 3.43 195.23 26.30 1.37 Assurance Maladie 45.15 2.49 733.70 26.27 1.37 Vertbaudet 32.90 1.81 587.93 26.21 1.36 NotreFamille.com 32.35 1.78 203.30 26.18 1.36 cherchons.com 38.07 2.10 97.05 26.16 1.36 IKEA 27.86 1.54 693.95 26.07 1.36 Vivastreet 55.44 3.06 444.82 25.97 1.35 Club-Internet 29.54 1.63 515.02 25.96 1.35 Doctissimo 107.69 5.94 375.13 25.78 1.34 Presse Regionale 137.56 7.58 1 018.25 25.54 1.33 Kingolotto 43.57 2.40 646.40 25.53 1.33 Meteo Consult 42.11 2.32 401.70 25.42 1.32 iFrance 23.21 1.28 70.50 25.39 1.32 Pixmania 68.03 3.75 657.95 25.36 1.32 ZDNet France 22.27 1.23 109.58 25.16 1.31 LeGuide 61.89 3.41 370.46 24.99 1.30 Sante-Medecine.net 21.54 1.19 36.51 24.97 1.30 AdultFriendFinder.com 19.19 1.06 89.44 24.80 1.29 generation-nt.com 27.68 1.53 70.91 24.70 1.29 Premiere. 55.07 3.04 194.42 24.66 1.28 20 minutes 46.58 2.57 310.46 24.58 1.28 Cofidis 26.98 1.49 145.35 24.25 1.26 Envie de Plus 21.17 1.17 25.98 23.97 1.25 CanalBlog 74.56 4.11 239.46 23.89 1.24 Yves Rocher 33.41 1.84 506.23 23.72 1.24 Numericable 19.08 1.05 97.41 23.70 1.23 107
  • CNET 23.11 1.27 38.96 23.51 1.22 Intermarche 23.58 1.30 120.54 23.43 1.22 Videos-de-sexe.3x.fm 17.50 .96 40.11 23.39 1.22 Fnac 95.75 5.28 1 019.62 23.35 1.22 Adobe 70.19 3.87 202.25 23.31 1.21 Credit Mutuel 45.70 2.52 631.52 23.29 1.21 L Internaute Magazine 161.69 8.91 2 459.01 23.21 1.21 elite-auto.fr 23.17 1.28 44.71 23.12 1.20 Cdiscount 87.67 4.83 3 862.56 22.86 1.19 autodeclics.com 20.95 1.16 23.97 22.77 1.19 Pure People 30.99 1.71 147.07 22.66 1.18 TripAdvisor 18.59 1.02 362.99 22.53 1.17 Belambra-vvf 23.04 1.27 80.87 22.40 1.17 Promovacances 38.51 2.12 148.99 22.37 1.16 La Maison de Valerie 33.87 1.87 153.49 22.36 1.16 trombi.com 32.95 1.82 194.21 22.19 1.16 Rue du Commerce 61.62 3.40 452.53 22.13 1.15 Voici 30.08 1.66 201.21 22.06 1.15 Simpleo 24.55 1.35 44.58 22.03 1.15 Francaise des Jeux 50.37 2.78 488.90 21.79 1.13 Fashionshopping.com 19.78 1.09 65.99 21.75 1.13 LCL 29.96 1.65 311.19 21.64 1.13 AchatVIP.com 25.67 1.42 126.35 21.26 1.11 Alapage 22.86 1.26 314.88 21.22 1.11 cuisineAZ.com 34.55 1.90 225.62 21.06 1.10 Twenga 35.84 1.98 170.60 20.87 1.09 LVMH Group 24.68 1.36 322.04 20.82 1.08 Shopoon 31.60 1.74 79.34 20.63 1.07 Le Monde 53.19 2.93 147.84 20.59 1.07 Achetezfacile.com 20.29 1.12 43.97 20.56 1.07 Gagnez 300 euros 25.41 1.40 75.36 20.39 1.06 Hewlett Packard 18.66 1.03 21.12 20.36 1.06 01net 67.60 3.73 318.13 20.23 1.05 Blogger 82.23 4.53 298.29 20.16 1.05 Pole Emploi 53.83 2.97 730.13 20.14 1.05 Le Journal des Femmes 51.28 2.83 348.47 20.01 1.04 GO Voyages 15.29 .84 37.87 19.93 1.04 Delamaison.fr 15.00 .83 75.10 19.82 1.03 Maty 18.51 1.02 36.21 19.67 1.02 Topannonces.fr 16.81 .93 90.87 19.58 1.02 Le Post 28.54 1.57 76.96 19.53 1.02 Mistergooddeal 34.22 1.89 273.76 19.46 1.01 Modanoo 21.53 1.19 29.29 19.00 .99 OVH 32.93 1.82 307.35 18.84 .98 Brandalley.com 24.21 1.33 223.77 18.77 .98 108
  • Neuf Telecom 36.84 2.03 282.83 18.70 .97 Conversis hosting 14.33 .79 32.25 18.63 .97 CNRS 14.56 .80 40.96 18.63 .97 PayPal 35.61 1.96 109.05 18.61 .97 LePoint 22.99 1.27 253.65 18.47 .96 Supertoinette 26.34 1.45 168.71 18.33 .95 Livejasmin.com 15.12 .83 37.72 18.28 .95 education.gouv.fr 19.32 1.06 40.41 17.94 .93 Elle 19.94 1.10 342.83 17.89 .93 OSTG 14.15 .78 24.01 17.87 .93 Planet.fr 16.87 .93 175.46 17.79 .93 ViaMichelin 68.72 3.79 1 217.63 17.68 .92 Site des marques 15.53 .86 20.16 17.67 .92 impots.gouv.fr 72.75 4.01 2 262.77 17.57 .91 E.Leclerc 15.69 .87 154.68 17.36 .90 Lacentrale.fr 17.87 .98 473.20 17.27 .90 PagesJaunes 143.60 7.92 1 676.94 17.26 .90 Wikio 23.26 1.28 56.08 17.24 .90 Bananalotto 20.50 1.13 244.61 17.23 .90 Porn.fr 16.97 .94 84.86 17.12 .89 Futura-Sciences 23.51 1.30 291.09 16.84 .88 Radio France 17.23 .95 129.54 16.83 .88 Hardware 24.19 1.33 27.44 16.64 .87 Eurosport 22.61 1.25 295.36 16.60 .86 SNCF 20.29 1.12 44.27 16.48 .86 Kingofortune 14.07 .78 75.16 16.38 .85 Air France 18.65 1.03 269.31 16.36 .85 Evene.fr 18.69 1.03 122.50 16.35 .85 RTL.fr 26.30 1.45 114.09 16.24 .85 Yes! Messenger 12.82 .71 14.65 16.21 .84 OLX 12.51 .69 19.99 16.20 .84 Easyflirt 21.20 1.17 311.84 16.14 .84 Vistaprint 13.25 .73 34.54 16.11 .84 La Banque Postale 42.92 2.37 541.24 16.01 .83 Spartoo 38.30 2.11 346.52 15.99 .83 Bouygues Telecom 37.64 2.07 131.51 15.89 .83 be2 14.24 .79 29.28 15.83 .82 Liberation 24.04 1.33 74.33 15.82 .82 Boulanger 20.77 1.15 149.60 15.82 .82 Mappy 83.32 4.59 686.32 15.75 .82 Webmarchand / Shopwahl 12.75 .70 34.10 15.41 .80 Auchan 19.39 1.07 153.30 15.29 .80 Decathlon 20.34 1.12 135.32 15.18 .79 Voyages-Sncf.com 58.45 3.22 633.92 14.96 .78 Magicmaman.com 17.48 .96 173.96 14.96 .78 109
  • DirectGroup Bertelsmann 18.82 1.04 137.39 14.77 .77 AnnoncesJaunes 22.23 1.23 106.13 14.50 .76 Booking.com 15.98 .88 68.76 14.44 .75 Shopzilla.com 29.26 1.61 116.08 14.38 .75 Nouvelobs.com 37.28 2.06 763.72 14.36 .75 Surinvitation 10.52 .58 25.43 14.32 .75 WebRankInfo 12.78 .70 18.06 14.29 .74 Opodo 15.58 .86 41.01 14.22 .74 Nespresso 23.08 1.27 156.34 13.84 .72 finances.gouv.fr 17.94 .99 125.25 13.84 .72 Carrefour 33.85 1.87 128.92 13.75 .72 EDF 17.58 .97 70.76 13.69 .71 Societe Generale 34.83 1.92 519.50 13.67 .71 Experts-univers.com 13.37 .74 41.67 13.65 .71 750g.com 19.16 1.06 72.83 13.64 .71 L Express.fr 33.94 1.87 105.34 13.50 .70 123 people 15.00 .83 49.25 13.35 .69 SeLoger / Immostreet 19.39 1.07 218.53 13.15 .68 Leroy Merlin 22.62 1.25 194.08 13.14 .68 interieur.gouv.fr 10.87 .60 45.70 12.99 .68 France Telecom 29.37 1.62 182.11 12.93 .67 PornAttitude 13.18 .73 48.20 12.84 .67 Online.net 11.37 .63 104.81 12.66 .66 LA POSTE 31.92 1.76 189.05 12.62 .66 Sarenza 12.09 .67 123.47 12.54 .65 lastminute.com 14.60 .81 116.16 12.20 .64 Le Journal du Net 23.72 1.31 135.74 12.11 .63 Education.fr 10.49 .58 82.85 12.10 .63 Expedia 16.05 .88 52.91 12.10 .63 Sofinco 10.55 .58 22.82 12.08 .63 Voyagermoinscher 15.12 .83 61.23 12.02 .63 Mail Performance 12.02 .66 51.73 11.85 .62 Maximiles 13.94 .77 134.16 11.78 .61 France 24 9.08 .50 24.85 11.73 .61 Badoo 16.75 .92 90.29 11.47 .60 Le Money Mag 8.69 .48 18.06 11.45 .60 QYPE 10.74 .59 28.25 11.43 .60 La Tribune 8.68 .48 106.93 11.31 .59 L Etudiant 9.07 .50 27.75 11.19 .58 urssaf.fr 18.84 1.04 313.67 11.12 .58 Societe.com 14.57 .80 25.01 11.07 .58 RMC 8.71 .48 49.23 10.85 .56 Picasa 10.09 .56 206.99 10.81 .56 Pourtoutvousdire 11.00 .61 14.64 10.75 .56 VoyagePrive 13.67 .75 274.74 10.70 .56 110
  • Castorama 15.55 .86 91.65 10.56 .55 Emailvision 9.69 .53 9.69 10.45 .54 BNP PARIBAS 23.66 1.30 386.02 9.72 .51 RATP 15.55 .86 255.34 9.69 .50 Groupe CIC 11.84 .65 131.80 9.50 .49 EDG b2b 8.43 .46 106.07 9.42 .49 Accorhotels.com 10.03 .55 95.43 9.35 .49 Gralon 8.49 .47 44.43 9.32 .49 Caradisiac 15.91 .88 28.57 9.25 .48 Droit-Finances.net 18.78 1.04 43.15 9.17 .48 Monster 7.24 .40 16.29 9.06 .47 Flickr 8.79 .48 22.77 8.65 .45 Six Apart 10.85 .60 107.57 8.64 .45 ParuVendu 7.73 .43 126.50 8.50 .44 AvendreAlouer 7.56 .42 49.57 8.22 .43 321 Auto 6.43 .35 32.77 8.12 .42 LDLC 6.34 .35 51.80 7.79 .41 Renault 6.14 .34 51.81 7.75 .40 Cadremploi 6.37 .35 40.56 7.57 .39 Conforama 7.39 .41 232.47 7.53 .39 edatis 7.40 .41 10.12 7.44 .39 Le Guide du Routard 6.70 .37 28.44 7.38 .38 Viadeo 8.47 .47 8.47 6.99 .36 Nouvelles Frontieres 5.88 .32 8.93 5.95 .31 Europe 1 5.53 .30 13.66 5.92 .31 Rue89 4.55 .25 4.55 5.84 .30 Les Echos 7.99 .44 25.39 5.69 .30 24h00.fr 4.18 .23 10.57 5.05 .26 le 118 000 7.30 .40 42.23 4.72 .25 Service-Public.fr 6.49 .36 11.41 4.26 .22 Darty 5.62 .31 22.36 3.98 .21 Legifrance 4.23 .23 4.23 3.93 .20 Peugeot 2.84 .16 2.84 3.85 .20 Look Voyages 1.86 .10 3.71 2.04 .11 hotfrog 1.55 .09 1.55 1.78 .09 e-sante .00 .00 .00 .00 .00 france- abonnements.fr .00 .00 .00 .00 .00 Particulier a Particulier .00 .00 .00 .00 .00 111