• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Livre Blanc Investissements Turquie
 

Livre Blanc Investissements Turquie

on

  • 4,171 views

Livre  Blanc sur les « Investissements  ...

Livre  Blanc sur les « Investissements 
français  en  Turquie :  retour  d’expérience ». Publié par la mission économique de Turquie, UBIFRANCE et la Chambre de Commerce Franco-Turque. Février 2010.

Statistics

Views

Total Views
4,171
Views on SlideShare
4,170
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 1

http://www.lmodules.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Livre Blanc Investissements Turquie Livre Blanc Investissements Turquie Document Transcript

    •               Investissements français en      Turquie : retour d’expérience        Livre Blanc           [Tapez le nom de l'auteur]    [Tapez le nom de la société]    [Sélectionnez la date]             
    • Préface          C’est un grand plaisir pour moi de préfacer cette excellente initiative  que  constitue  ce  premier  Livre  Blanc,  intitulé  « Investissements  français en Turquie : retour d’expérience ». Tout le mérite en revient  à  la  section  des  Conseillers  du  Commerce  Extérieur  de  la  France  en  Turquie et tout particulièrement à son Président de 2008 à novembre  2009.  Gérard Lanfrey a en effet, eu la bonne idée de réaliser, avec le  concours  de  la  Chambre  Française  de  Commerce  en  Turquie,  de  la  Mission  Ubifrance  à  Istanbul  et  du  Service  Economique  Régional  de  l’Ambassade de France en Turquie, cette étude qui constitue une documentation unique sur  la manière dont les entreprises françaises conduisent leurs investissements en Turquie.    Si nos relations économiques avec la Turquie reposent sur des bases solides et diverses, ce  livre  Blanc  vise  à  pallier  une  certaine  méconnaissance  des  entreprises  françaises  quant  à  l’accès au marché turc.      Ce  document  se  démarque  des  guides  juridiques  ou  fiscaux.  Le  parti  retenu  a  en  effet  été  celui  de  relater  des  expériences,  les  succès  mais  aussi  les  difficultés  rencontrées  par  nos  entreprises.  Les  témoignages  recueillis  auprès  de  43  entreprises  donnent  une  opinion  générale globalement positive sur l’opportunité d’investir en Turquie.    Au‐delà des chiffres, ce document nous éclaire sur l’histoire de l’investissement français en  Turquie et permet, dans le même temps, de découvrir au hasard des expériences des uns et  des  autres  ce  qu’est  la  Turquie  d’aujourd’hui,  à  savoir  une  économie  dynamique,  la  17e  économie mondiale, membre du G20 et dont l’ambition est de devenir en 2050 l’une des 10  premières économies mondiales. Un pays où les élites sont parfaitement formées et qui est  également  un  formidable  pont  entre  l’Europe  et  le  Moyen‐Orient  avec,  dans  ce  pays  stratégique,  Istanbul  qui  est  devenue  aujourd’hui  une  grande  métropole  d’envergure  mondiale.    Investir  en  Turquie,  ce  n’est  pas  seulement  conquérir  un  marché  intérieur  de  72  millions  d’habitants,  bénéficier  d’un  coût  de  la  main  d’œuvre  ou  d’un  savoir‐faire  attractifs,  c’est  aussi trouver une excellente base pour lancer des investissements au Moyen Orient, en Asie  centrale ou en Afrique.    La  présence  de  nos  sociétés  en  Turquie  a  été  multipliée  par  vingt  au  cours  des  vingt  dernières années. Désormais au second rang des investisseurs étrangers, avec près de 300  2   
    • entreprises  implantées  employant  plus  de  70 000  salariés,  notre  pays  mobilise  dans  ce  domaine des capitaux d’un montant très significatif. Les témoignages rapportés dans le Livre  Blanc montrent qu’une marge de progression importante existe encore. Malgré la récession  qui  a  frappé  la  Turquie  durant  l’année  2009,  un  nombre  croissant  de  nos  entreprises  envisagent une progression rapide de leurs chiffres d’affaires dans les années à venir.     Les témoignages recueillis montrent également que travailler en Turquie n’est pas toujours  aisé.  Les  difficultés  sont  nombreuses,  qu’il  s’agisse  des  pesanteurs  administratives,  d’obstacles non tarifaires ou de la protection de la propriété intellectuelle.     Le  message  principal  de  ce  Livre  Blanc  est  que  les  difficultés  normales  d’accès  au  marché  turc  n’empêchent  pas,  bien  au  contraire,  nos  entreprises  de  réussir  et  d’envisager  l’avenir  avec  sérénité.  Elles  ont  toutes  pris  conscience  que  se  priver  d’aller  en  Turquie  signifierait  renoncer à des opportunités majeures et négliger le carrefour stratégique que constitue ce  grand  pays  ami.  Oui,  ce  Livre  Blanc  est  bien  une  invitation  à  poursuivre  notre  offensive  économique  pacifique  dans  ce  grand  partenaire  de  la  France  dont  le  rapprochement  avec  l’Union européenne permet aussi de multiplier les opportunités de travail en commun.                                                3   
    • Introduction  La  Turquie  est  devenue  depuis  plusieurs  années  une  destination  attractive  pour  les  investisseurs.  Un  contexte  politique  stabilisé,  ainsi  que  des  résultats  économiques  impressionnants obtenus grâce à la mise en œuvre de politiques de gestion rigoureuse, ont  en  effet  permis  d’améliorer de façon  significative  l’afflux des  IDE en Turquie.  Depuis  2005,  les flux d’IDE dirigés vers le site turc ont connu une accentuation notable, qui a culminé en  valeur absolue à 22 Mds USD en 2007 et est demeurée à un bon niveau en 2008, à 18,2 Mds  USD.     Des IDE d’origine française qui fournissent un socle d’implantation solide    L'essor des investissements français en Turquie date de la seconde moitié des années 80. La  présence  française  est  ainsi  plus  récente  que  celle  de  certains  concurrents  européens  (Allemagne,  Italie,  notamment),  mais  elle  a  connu  des  avancées  importantes  au  cours  des  quinze  dernières  années.  Le  nombre  d’implantations  est  ainsi  passé  de  15  en  1985  à  un  chiffre  voisin  de  300  aujourd’hui,  concentrant  plus  de  70.000  emplois.  Les  investissements  français  en  Turquie  sont  répartis  pour  63  %  dans  les  services    (dont  27  %  consacrés  à  des  activités  d’import  et  d’export)  et  pour  37  %  dans  l’industrie.  Les  principaux  secteurs  concernés  sont  l’automobile  (y  compris  les  équipementiers),  le  BTP  (matériaux  de  construction,  pour  l’essentiel),  les  services  financiers  (banque,  assurance),  le  textile,  le  matériel électrique, les TIC, et les services de transport et de logistique.     Selon  les  statistiques  françaises,  les  opérateurs  nationaux  ont  investi  657  MEUR  sur  le  territoire turc en 2008, soit 0,5% des flux d’IDE dirigés vers le reste du monde. La Turquie se  classe ainsi au 25ème rang des destinations mondiales (28ème en 2007) privilégiées par notre  pays au cours de l’exercice.   En termes de stocks, notre pays occupe fin 2008 le 2ème rang des investisseurs étrangers en  Turquie, derrière les Pays‐Bas. La Turquie représente ainsi, pour l’IDE français, le 24ème  site  d’accueil à l’échelle mondiale.   Ces  chiffres  minorent  néanmoins  le  poids  réel  de  nos  investissements,  qui  transitent  en  grande partie par des pays tiers et ne sont donc pas comptabilisés comme français. Surtout  l’investissement  tel  qu’il  est  mesuré  ne  donne  pas  une  image  fidèle  de  la  présence  et  de  l’activité  de  nos  entreprises,  dont  l’intensité  capitalistique  est  extrêmement  variable  selon  les secteurs.     Les entreprises françaises ont une carte importante à jouer avec la Turquie   Pour  les  démarches  d’investissements  des  opérateurs  français,  la  Turquie  affiche  des  facteurs  d’attractivité  nombreux  :  un  potentiel  de  développement  et  de  demande  locale  élevé, par suite de l’existence d’une population jeune, ouverte sur le monde et sur le modèle  de  consommation  occidental  ;  des  déterminants  favorables  pour  la  gestion  des  relations  sociales  ou  partenariales  (cadre  juridique  proche  des  standards  européens,  outil  industriel  développé et diversifié, tissu d’entreprises particulièrement dense, façonné autour de PME,  4   
    • ressources  humaines  aux  fortes  capacités  d’adaptation,  qualifiées,  travailleuses  et  motivées).    A l’ensemble de ces atouts s’ajoutent les capacités de rayonnement offertes  par un pays «  carrefour»,  situé  à  la  croisée  de  plusieurs  continents  et  susceptible  de  favoriser  des  synergies  profitables  avec  les  grands  ensembles  régionaux  voisins  (Union  pour  la  Méditerranée,  ensemble  EUROMED,  BSEC,  Proche  et  Moyen  Orient,  pays  d’Asie  centrale).  Economie  émergente,  de  grande  taille  et  proche  de  l’Europe,  elle  représente,  pour  les  opérateurs  français,  une  destination  particulièrement attrayante.  Au‐delà,  des  liens  d’histoire  particulièrement  anciens  et  des  liens  de  culture  étroits  illustrés  par  la  présence  d’une  tradition  francophone  toujours  vivace  ne  peuvent  qu’aider  notre  pays  et  ses  entreprises à se rapprocher davantage encore, pour l’avenir, d’un partenaire qui a vocation à  tenir une place éminente dans l’effort d’internationalisation du tissu économique français.    Pour  donner  une  image  plus  fidèle  du  développement  de  la  présence  des  entreprises  françaises  en  Turquie,  dans  toutes  ses  dimensions,  le  Service  Economique  Régional  d’Ankara de l’Ambassade de France en Turquie, la Mission économique‐Ubifrance d’Istanbul,  les Conseillers du commerce extérieur de Turquie et la Chambre de Commerce et d’Industrie  française  en  Turquie  ont  conjointement  décidé  de  la  rédaction  d’un  livre  blanc.  Ce  document,  public,  a  été  établi  principalement  sur  la  base  d’un  questionnaire  envoyé  aux  responsables  de  43  sociétés  françaises  implantées  en  Turquie,  ainsi  que  par  le  bais  d’entretiens  réalisés  en  face‐à‐face  avec  certains  d’entre  eux.  Ces  sociétés  ont  été  sélectionnées  pour  obtenir  un  échantillon  représentatif  de  notre  présence  –  même  s’il  est  nécessairement  imparfait  –  en  termes  de  secteur  d’activité,  de  taille  et  de  localisation  géographique.  On  y  retrouve  aussi  bien  CarrefourSA,  premier  employeur  français  du  pays,  avec un peu plus de 7200 salariés, que des entreprises qui y comptent moins de 10 salariés.  Même  si  aucune  entreprise  ayant  échoué  dans  son  implantation  en  Turquie  n’a  été  interviewée – l’intégralité du travail de recherche pour ce rapport ayant été réalisé sur place  –  il  a  été  pris  soin  de  ne  pas  écarter  les  témoignages  d’entreprises  qui  ont  connu  ou  connaissent  encore  des  difficultés,  parfois  importantes,  du  fait  de  leur  implantation  en  Turquie.  La  liste  des  entreprises  interviewées  figure  en  annexe  à  ce  rapport ;  s’y  ajoutent  quelques autres qui ont souhaité témoigner de manière anonyme.  Le  rapport  s’articule  autour  de  quatre  grandes  questions,  auxquelles  il  s’efforce  de  répondre  objectivement,  à  la  lumière  des  expériences  vécues  par  les  entreprises  rencontrées :    Depuis quand et où les entreprises françaises s’implantent‐elles en Turquie ?   Pourquoi ces entreprises viennent‐elles en Turquie ?   Quelles sont les difficultés rencontrées et quelles solutions ont pu être trouvées ?   Quel est l’impact de ces implantations, pour les entreprises comme pour l’économie  française ?  5   
    • Le  développement  des  implantations  françaises  en  Turquie  est  un  phénomène encore récent (I)    Les trois vagues successives d’implantation    Les groupes précurseurs des années 1980    L’essor  des  investissements  français  en  Turquie  date  de  la  2e  moitié  des  années  quatre‐ vingt.  En  effet,  au  cours  des  deux  dernières  décennies,  les  sociétés  françaises  ont  pris  le  chemin de la Turquie où le nombre des implantations tricolores s’est accru de 15 en 1985 à  près de 290 fin 2008. L’effectif total employé par les implantations françaises en Turquie –  tous types de structures confondus – dépasse aujourd’hui les 70 000 salariés.   Dans la chronologie des implantations françaises, deux entreprises font figure de pionniers,  avec une implantation antérieure aux années 1980    Air  France,  avec  l'ouverture  d'une  liaison  aérienne  avec  la  Turquie  dès  1933, fait  figure  de  pionnière parmi les entreprises françaises présentes en Turquie. En effet, d'après le rapport  d'exploitation  d'Air  France  du  31  décembre  1933,  la  ligne  Bucarest‐Istanbul  est  exploitée  trois fois par semaine en correspondance avec la ligne Paris‐Bucarest. Bien que la desserte  de la Turquie par Air France soit suspendue en 1935 suite à la concurrence d'une ligne créée  par  la  Lufthansa  entre  Berlin  et  Istanbul,  celle‐ci  reprend dès  la  fin  de  la  deuxième  Guerre  Mondiale. En octobre 1946, la France et la Turquie signent un accord sur les communications  aériennes entre les deux pays qui prévoit notamment une route Paris‐Ankara via Marseille,  Tunis, Le Caire, et une route Paris‐Istanbul‐Ankara, via  l'Europe Centrale.  La création de la société Oyak‐Renault, détenue à l’époque à hauteur de 44% par Renault,  43%  par  Oyak  (caisse  de  retraite  de  l'armée)  et  13%  par  la  banque  turque  Yapı  Kredi,  inaugure  la  présence  industrielle  française  en  Turquie.  Au  début  de  l'aventure  du  groupe  français et selon la législation de l'époque, il fallait obligatoirement, pour pouvoir s'installer  en Turquie,  avoir un partenaire local, le partenaire étranger ne pouvant être majoritaire non  plus.  À  cette  époque,  Oyak  souhaitait  mettre  sur  pied  son  propre  projet  d'investissement  dans  le  secteur automobile  avec  une  tentative d'alliance pour  obtenir une  licence.  Ceci  en  vue  de  créer  une  usine  automobile  en  Turquie  centrée  essentiellement  sur  une  activité  d'assemblage des véhicules qui seraient ensuite commercialisés sur le marché turc à partir  de pièces et organes détachés. Vu l'ampleur de l'investissement, les discussions conduites à  la base en vue de la conclusion d'un contrat de licence ont subitement changé de direction  pour  basculer  vers  une  négociation  visant  un  partenariat.  Les  responsables  de  Renault,  informés  du  projet  d'investissement  d'Oyak  dans  l'industrie  automobile,  ont  alors  proposé  un rendez‐vous de prise de contact. Ce n’est toutefois que lorsque les négociations initiales  engagées avec un autre constructeur européen ont achoppé, que les contacts entamés entre  Oyak  et  Renault  ont  pu  aboutir  en  1969,  posant  la  première  pierre  du  partenariat  franco‐ turc.  6   
    • Bien que la Turquie soit liée à l'Union européenne par un accord d'association depuis 1963,  la présence d’entreprises françaises et étrangères est restée très limitée durant les années  1960  et  1970.  Mises  à  part  les  exceptions  précitées,  c'est  donc  seulement  vers  la  fin  des  années  1980,  mais  surtout  les  années  1990  que  s’est  enclenché  le  premier  véritable  mouvement d'implantation de nos entreprises en Turquie, avec l'arrivée de grands groupes  industriels.       Chaîne de montage de l’usine Oyak‐Renault à Bursa  Les grands groupes industriels ouvrent la voie à la fin des années 1980    Il faut attendre la fin des années 1980 et l'ouverture économique décidée à cette époque,  notamment  en  ce  qui  concerne  les  importations,  (voir  encadré)  pour  que  les  premiers  grands  groupes  industriels  français  arrivent  sur  le  marché  turc.  Dès  1988,  Rhone  Poulenc,  déjà présent sur le marché pharmaceutique local, de la vaccination, des produits chimiques  et  des  pesticides,  en  collaboration  avec  la  plus  grande  entreprise  pharmaceutique  turque  Eczacıbaşı,  renforce  son  implantation  en  Turquie.  La  filiale  turque  de  Rhodia  reprend  en  1998 les activités chimie de Rhone Poulenc.  Disposant  de  nombreux  réseaux  en  Turquie  depuis  plusieurs  années,  Saint‐Gobain  PAM  y  ouvre  un  bureau  de  représentation  à  Istanbul,  en  1987.  Initialement  situé  au  Liban,  mais  déplacé à cause de la guerre civile, ce bureau a pour objectif de promouvoir des produits tels  que les canalisations et les équipements pour le marché de l’eau, et s’inscrit donc dans une  logique de représentation régionale.   Sanofi‐Aventis,  un  des  leaders  mondiaux  dans  le  domaine  pharmaceutique,  s’implante  lui  aussi en Turquie à la fin des années 1980. Le groupe y accorde des licences de fabrication à  7   
    • des  entreprises  turques,  avant  d’en  reprendre  le  contrôle  et  créer  lui‐même  une  filiale  et  une implantation industrielle en coopération avec Zentiva Eczacıbaşı.  Dans  le  secteur  automobile,  l'équipementier  Valéo  réalise  en  1989  son  premier  investissement  en  Turquie  et  fonde  une  coentreprise  avec  des  partenaires  locaux  avant  le  rachat de 100% des parts dès 1993.   Dans la perspective de développer ses parts de marchés au sein d’un pays à fort potentiel de  croissance,  L'Oréal  crée  une  filiale  en  Turquie  en  1990.  D'abord  créée  pour  permettre  un  accès direct au marché turc des cosmétiques et la vente de la plupart de ses produits phares,  la  filiale  initie  par  la  suite  un  processus  de  production  pour  certaines  lignes  comme  les  produits capillaires.     Le régime des importations en Turquie  Depuis  les  années  1980,  la  Turquie  a  progressivement  libéralisé  son  régime  des  importations.  Un  accord    douanier  est  entré  en  vigueur  le  1er    janvier  1996  avec  l’Union  européenne, qui a conduit à la suppression progressive et réciproque des droits de douane  sur  les  produits  industriels  importés  et  la  part  industrielle  des  produits  agricoles  transformés  (les  services,  les  produits  agricoles  et  la  part  agricole  des  produits  agro‐ industriels  ne  sont  pas  concernés).  En  vertu  de  cet  accord,  la  Turquie  harmonise   progressivement ses droits de douane pour les importations en provenance de pays tiers  avec  le  tarif  extérieur  commun  de  l’UE.  La  Turquie  a  adopté  en  2002  le  système  de  préférences généralisées (SPG) établi par l’Union européenne, qui consiste à appliquer des  tarifs douaniers préférentiels à des pays tiers. Le SPG concernait en 2002 l’importation de  2450  produits  industriels,  en  provenance  de  178  pays  comprenant  les  pays  en  développement et les pays les moins avancés / PMA (afin de favoriser leurs exportations).  En 2003, 428 produits ont été ajoutés à cette liste. Les produits industriels de Macédoine et  de  Bosnie‐Herzégovine  ont  obtenu  la  possibilité  de  rentrer  sans  droits  de  douane  sur  le  marché turc.      La grande vague des années 1990    Le premier afflux significatif d'implantations françaises en Turquie intervient dans le courant  des années 1990, dans tous les secteurs, mais avec une intensité qui dépend de la maturité  des marchés et des conditions d'accueil des investissements étrangers.     La  présence  française  se  diversifie  sectoriellement,  mais  les  grands  groupes  prédominent  encore    Alors  que  les  grands  groupes  industriels  avaient  initié  le  processus  d'implantation  des  entreprises en Turquie, l'arrivée de Groupama en 1991 témoigne de la progressive ouverture  à d'autres secteurs de l'économie. En 1991, Gan prend ainsi une participation de 30% dans le  capital de Güneş Sigorta, qui a été progressivement renforcée par achat de titres en bourse  pour atteindre un total de 36% du capital.  Dans le domaine de la construction, le cimentier Vicat réalise son premier investissement en  Turquie  en  1991,  avec  le  rachat  d'une  participation  majoritaire  dans  Konya  Çimento,  peu  après le processus de privatisation de l'industrie cimentière dans le pays.   8   
    • L’année  1991  est  aussi  marquée  par  l’arrivée  d’un  des  plus  grands  groupes  français,  le  pétrolier  Total.  Les  deux  entreprises,  Total  et  Elf,  présentes  depuis  1991,  ont  fusionné  en  2002 sous le nom de Total Oil Türkiye à la suite de la fusion intervenue à l’échelle mondiale.   Sodexo, un des leaders mondiaux des services de restauration collective, fait aussi partie des  entreprises  françaises  qui  ont  choisi de  se  développer  en  Turquie dès  le  début  des  années  1990.  Arrivée  en  1992  avec  pour  seule  activité  la  restauration  collective,  l’entreprise  a  progressivement étendu ses activités dans le pays.   Dans le cadre de sa stratégie de développement international, Carrefour ouvre son premier  hypermarché  en 1993  à  Istanbul  puis  son premier  centre  commercial deux  ans  plus  tard  à  Adana. En 1996, Carrefour prend le nom de CarrefourSA en Turquie après la création d’une  coentreprise avec le groupe Sabanci.   Michelin,  dont  les  pneumatiques  sont  commercialisés  en  Turquie  depuis  1936  par  des  importateurs, décide d’ouvrir une agence commerciale à Istanbul en 1996 et tirer avantage  d’une présence directe dans le pays.      L’importance du secteur automobile en Turquie  L’automobile est un secteur particulièrement dynamique en Turquie, puisqu’il regroupe 15  constructeurs  (dont  5  fabriquent  des  voitures  particulières)  et  plus  d’un  millier  d’équipementiers.  Cette  activité  représente  le  1er  poste  d’exportations  du  pays  (devant  l’habillement)  avec  21,2  Mds  USD  (TIM,  chiffres  2007)  et  le  1er  poste  d’échange  entre  la  France et la Turquie.  L’industrie de l’équipement automobile s’est développée à partir des années 1970, du fait  de l’implantation des constructeurs automobiles – principalement Renault et Fiat ‐ qui ont  attiré  dans  leur  sillage  un  certain  nombre  d’équipementiers  mondiaux.  Il  s’agissait  alors  d’une  industrie  d’assemblage,  orientée  uniquement  vers  le  marché  local  et  protégée  par  des barrières douanières. L’entrée en vigueur, en janvier 1996, de l’accord douanier avec  l’Union européenne a provoqué une mutation rapide du secteur. La Turquie est devenue  aujourd’hui une plate‐forme de production de véhicules destinée tant au marché local qu’à  l’exportation,  notamment  vers  les  marchés  d’Europe  de  l’Ouest.  Entre  2000  et  2007,  les  exportations  de  véhicules  automobiles  ont  été  presque  multipliées  par  plus  de  8  et  représentent  aujourd’hui  75  %  de  la  production.  Quant  aux  importations,  qui  ne  représentaient  que  11  %  des  ventes  locales  en  1995,  elles  se  sont  renforcées  depuis  l’entrée en vigueur de l’accord d’union douanière et représentent aujourd’hui environ 58 %  des  ventes.  Oyak‐Renault  est  le  1er  fabricant  local  de  véhicules  particuliers  (et  le  2ème  producteur automobile en Turquie après Ford), avec 42 % de la production en 2007, suivi  de  Toyota  (25  %  des  VP)  et  de  Tofas‐Fiat  (16  %).  Sur  le  plan  géographique,  les  équipementiers  automobiles  se  concentrent  principalement  dans  la  région  de  Marmara,  notamment à Bursa où l’on trouve 2 unités de production d’automobiles (Fiat, Renault) et  2 zones industrielles dédiées. Les autres sites de production sont situés à Adana, Ankara,  Istanbul, Izmir, Kocaeli, Konya et Manisa.          9   
    • L'approfondissement des années 2000    Les  années  2000  sont  marquées  par  l’arrivée  de  nombreuses  entreprises  françaises  en  Turquie. Jusqu’alors largement dominés par des grands groupes, les investissements français  se  diversifient  et  des  entreprises  de  taille  plus  modeste  font  leur  apparition  en  grand  nombre. Le processus de diversification sectorielle continue.    Des entreprises de taille plus modeste s'implantent    Bien  que  filiale  d’un  des  géants  mondiaux  du  domaine  agroalimentaire,  Danone  Hayat  représente cette dernière génération d’investissements français de plus petite taille, qui se  sont  multipliés  ces dix  dernières  années.  D’abord  établie  sous  la forme d’une  coentreprise  avec  le  groupe  Sabanci  entre  1998  et  2004,  Danone  Hayat  a  continué  en  tant  que  filiale à  100% de la maison mère, dans la production et la commercialisation d’eau minérale, à partir  de 5 usines de production réparties entre  Istanbul, Pozanti, Hendek, Bolu, Izmir et Finike.   Parmi les exemples les plus emblématiques de cette évolution du profil des entreprises qui  investissent  en  Turquie  depuis  une  dizaine  d’année  figure  Aromatech,  créée  en  France  en  1987,  avec  pour  objet  la  production  d’arômes  pour  l’industrie  alimentaire.  Cette  société  compte  aujourd’hui  6  filiales  dans  le  monde :  en  Algérie,  Chine,  Etats‐Unis,  Thaïlande,  Tunisie et depuis 1999, en Turquie. Après plusieurs années de collaboration avec un agent  local,  le  groupe  Aromatech  a  décidé  de  construire  sur  place  un  centre  de  recherche,  développement et de production.     L’aventure d’Aromatech en Turquie  La  société  Aromatech  a  été  créée  en  1987.  Son  siège  social  est  basé  dans  le  Sud  de  la  France,  à  Grasse,  capitale  mondiale  des  arômes  et  des  parfums.  Une  région  dynamique,  dont l’image de marque est reconnue dans le monde entier grâce au savoir‐faire unique de  ses  industriels  et  à  la  qualité  de  ses  produits  aromatiques.  Depuis,  Aromatech  s’impose  comme l’un des principaux acteurs de l’industrie des arômes alimentaires.    Aromatech est présent en Turquie depuis 1999, date de création de la seconde filiale du  groupe à Istanbul. Elle est aujourd’hui un acteur important sur le marché national et dans  la région, avec une part croissante de chiffre d'affaires sur des pays tels que l'Ouzbékistan,  le Turkménistan, l'Azerbaïdjan, la Syrie... et l’Irak.    Le  Groupe  Aromatech  a  exposé  au  salon  Gateway  to  Iraq,  4ème  salon  international  du  Commerce  et  de  l’Industrie  en  Irak  et  2ème  salon  international  de  l’alimentation  et  des  technologies, qui a eu lieu du 21 au 24 mai 2009 à Gaziantep, Middle East Exhibition Centre  (Turquie).    Durant ce salon Gateway to Iraq, Aromatech Turquie a exposé sur le Pavillon France et a  proposé  sur  son  stand  des  dégustations  de  ses  derniers  développements  d’arômes  pour  boissons, sirops, eaux aromatisées, thés glacés, biscuits, confiserie...  10   
    •   Au début de l’année 2009, Aromatech Turquie s’est installée dans ses nouveaux locaux sur  3 niveaux à Istanbul. Après 2 mois de travaux et d’importants investissements réalisés afin  d’aménager  l’usine  de  production  selon  les  normes  HACCP,  Aromatech  Turquie  est  actuellement  opérationnelle.  Ce  déménagement  a  été  accompagné  d’acquisitions  de  nouveaux  matériels  de  production  et  de  laboratoires.  Ces  nouveaux  locaux  permettent  également  à  Aromatech  Turquie  d’agrandir  ses  laboratoires  d’applications  et  de  développement d’arômes salés.     Le  secteur  vétérinaire  suscite  aussi  l’intérêt  d’investisseurs  français.  Ceva  Santé  Animale,  implanté à Libourne, en Gironde, rachète en 2005 un important laboratoire vétérinaire turc,  Dogu  Ilaç  Veteriner  Ürünleri  (DIF).  Présent  depuis  le  début  des  années  1990  en  Turquie  à  travers un réseau de distributeurs, le groupe français préfère lui aussi créer une filiale, CEVA  DIF  ILAC  A.S.  Cette  filiale,  qui  emploie  aujourd’hui  53  personnes,  fait  fabriquer  par  trois  façonniers  turcs  –  contrat  de  manufacturing  –  certains  de  ses  produits  pharmaceutiques  vétérinaires (soit environ 50% de ses produits).        CEVA DIF ILAC A.S. à la rencontre de nouveaux clients et des éleveurs      Le sous‐secteur du retraitement des déchets industriels est également en pleine expansion  en Turquie, grâce notamment au renforcement des normes environnementales édictées par  les  autorités  turques.  C’est  sur  ce  créneau  qu’opère  Chimirec‐Ekasan,  filiale  du  groupe  français Chimirec depuis 2006 et qui emploie aujourd’hui 24 personnes en Turquie. Après le  rachat  d’une  société  turque  existante,  Chimirec‐Ekasan  s’est  spécialisée  dans  la  vente  de  services  pour  la  collecte  et  le  transit  de  déchets  industriels  dangereux.  Parmi  ses  clients  figurent de grands groupes français, comme Total Oil Türkiye, et étrangers, comme Siemens,  Coca Cola, ainsi que de nombreuses entreprises locales.  En  2006  et  2007,  deux  groupes  français,  Darty et  Sephora,  ont  effectué  un  investissement  remarqué en Turquie dans le secteur de la distribution.  Darty, spécialiste de la distribution  de produits électrodomestiques, après avoir ouvert ses premiers magasins en Italie (2004) et  en  Suisse  (2005)  choisit  la  Turquie  en  mai  2006  pour  continuer  son  développement  international. La société mère, Kesa Electricals, ouvre le premier magasin Darty à Istanbul en  11   
    • décembre  2006.  En  février  2009,  l’enseigne  comptait  11  magasins,  dont  3  en  dehors  d’Istanbul  (à  Ankara,  Izmir  et  Izmit)  et  un  site  commercial  marchand.  Sephora,  marque  du  groupe français LVMH, après une ouverture puis une fermeture d’un magasin en 2000‐2001,  revient  en  Turquie  en  2007,  sous  la  forme  d’une  coentreprise  avec  UNITIM,  groupe  spécialisé  dans  la  distribution  de  marques  étrangères  en  Turquie.  Cette  filiale  de  Sephora  France possède aujourd’hui 6 magasins en Turquie, à Ankara, Istanbul et Izmir.  Le  secteur  agricole  fait  aussi  partie  des  secteurs  dans  lesquels  les  entreprises  françaises  investissent en nombre. Vilmorin, quatrième semencier mondial, producteur et distributeur  de  plantes  potagères  et  de  grandes  cultures  innovantes  dédiées  aux  marchés  des  productions  maraîchères  et  agricoles,  a  débuté  en  Turquie  en  1986  en  partenariat  avec  la  société Anadolu Tohum à hauteur de 33%. Avec la crise de 2001, les parts de Vilmorin sont  passées  à  47,5%  avant  un  rachat  et  une  implantation  avec  100%  de  capitaux  français  désormais.  Cette  entreprise  fournit  un  service  complet  de  produits  et  de  conseils  aux  agriculteurs  turcs.  La  société  emploie  17  ingénieurs  agronomes  et  des  techniciens,  soit  au  total 45 personnes en contact direct sur le terrain avec les agriculteurs.      Les investissements français et étrangers alimentent de nouveaux investissements français    Le développement important des investissements français durant les années 1990 a entraîné  l’arrivée  d’autres  entreprises  françaises  sur  le  territoire  turc,  venues  fournir,  au  plus  près,  des biens ou services aux entreprises préalablement installées.  PROteameast Istanbul Logistics & project Ltd représente une bonne illustration d’entreprises  françaises  de  taille  plus  limitée  mais  qui  constitue  un  vivier  essentiel  pour  attirer  d’autres  investissements  en  Turquie.  Cette  entreprise  prestataire  de  services  dans  les  métiers  du  transport et de la logistique, installée en Turquie depuis 2003, travaille en effet avec d’autres  sociétés françaises pour lesquelles elle sert parfois d’agent de mise en relation vis‐à‐vis des  entreprises  turques.  Ses  activités,  diversifiées,  couvrent  le  secteur  des  transports  internationaux par la route, la mer, les airs. Elle s’est aussi spécialisée dans le transport de  colis hors gabarits (poids et/ou dimensions), le groupage aérien entre la France et la Turquie  et  les  opérations  de  douane  associées  à  ces  processus.  Si  les  entreprises  qui  font  appel  à   l’expertise de PROteameast sont originaires de différents pays, on retrouve toutefois parmi  sa  clientèle  bon  nombre  d’entreprises  françaises  (Alstom,  Ondeo,  Saint‐Gobain,  Air  Liquide…).       12   
    •     L’ENTREPRISE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE PROTEAMEASTEAST     La  société  A.  Raymond, spécialiste des  systèmes  de fixation par  clipage et  collage,  d’abord  pour  le  marché  automobile,  puis  pour  l’industrie  et  le  bâtiment,  fait  aussi  partie  des  entreprises  françaises  arrivées  récemment  en  Turquie.  Après  l’achat  de  terrain  et  la  construction de l’usine à Gebze en 2005, le groupe, qui emploie 47 personnes en Turquie, a  pu commencer son activité fin 2006. A. Raymond s’est installée en Turquie sur la demande  de  son  client  Delphi,  un  des  plus  grands  concepteurs  et  fournisseurs  de  pièces  détachées  destinées au marché automobile.   Cet investissement est donc indirectement lié à la forte présence française dans le secteur  automobile turc. De manière plus générale, l’implantation de Renault en Turquie il y a 40 ans  a  attiré    de  nombreux  équipementiers  français :  Valeo,  Faurecia,  Plastic  Omnium,  MGI  Coutier, Mecaplast, EM Technologies.   Présent en Turquie depuis juillet 2002, le groupe de logistique (stockage, supply‐chain, etc.)  et de transport GEFCO,  illustre le cas d’une entreprise ayant fait le choix, à l’origine, de venir  en  Turquie  pour  accompagner  le  développement  des  activités  du  groupe  PSA.  Offrant  des  prestations  de  services  au  marché  automobile  en  priorité,  GEFCO  a  aussi  développé  son  activité vers d’autres secteurs.   SNOP Izmit Metal, implantée à Gebze, fait partie des entreprises les plus récemment arrivées  dans  le  secteur  automobile.  Ce  groupe,  fournisseur  de  pièces  de  structure  automobile,  a  aussi choisi de rejoindre la Turquie en 2008 pour accompagner Renault.      Les sociétés qui avaient déjà investi développent leur présence    La plupart des grands groupes implantés en Turquie depuis la fin des années 1980 ou durant  les années 1990 ont choisi de développer et / ou de diversifier leurs activités depuis le début  des années 2000. Une fois présentes sur le marché local, les entreprises françaises profitent  du potentiel de l’économie turque pour accroître leurs activités.  C’est notamment le cas  du cimentier Vicat. Après avoir réalisé son premier investissement  en  Turquie  à  Konya  en  1991,  grâce  au  rachat  d’une  part  majoritaire  dans  Konya  Cimento,  Vicat rentre au capital de la société Bastas Cimento à Ankara dès 1994, pour devenir ensuite  majoritaire en 1997.  Sodexo,  qui  emploie  plus  de  3500  personnes  actuellement,  a  vu  ses  activités  rapidement  évoluer. En 1992, date d’arrivée du groupe en Turquie, seule la restauration collective faisait  13   
    • partie  des  activités.  Progressivement  le  management  de  service  est  venu  s’agréger  aux  activités de Sodexo. Ce marché a été ouvert par Sodexo, qui en demeure le leader.  Après avoir ouvert son premier hypermarché en 1993 à Istanbul, Carrefour, qui est devenu  CarrefourSA après la création d’une coentreprise avec le groupe Sabanci en 1996, n’a cessé  d’accroître  son  activité.  La  partie  la  plus  visible  de  ce  développement  sont  les  opérations  immobilières et l’ouverture de nouveaux magasins dans la plupart des régions de Turquie. Le  16  avril  2009,  Carrefour  a  ainsi  ouvert  son  23ème  hypermarché  à  Pendik,  dans  la  banlieue  d’Istanbul.  Dans  la  catégorie  supermarché,  CarrefourSA  Express  a  ouvert  sa  100ème  implantation à Ankara en février 2008. Le groupe français a aussi procédé à l’ouverture en  Turquie de certaines autres de ses marques, comme le premier supermarché Champion en  2000 ou à l’acquisition de la chaîne de supermarchés Gima en 2005.    Les grands groupes confirment leur intérêt pour la Turquie    La  fin  des  années  1990  et  le  début  des  années  2000,  s’ils  ont  permis  la  diversification  sectorielle et l’arrivée d’entreprises de moins grande taille, ont aussi été caractérisés par des  investissements,  plus  ou  moins  importants,  de  grands  groupes  français,  comme  ALSTOM.  ALSTOM entretient depuis très longtemps des liens étroits avec la Turquie, sans forcément y  être implanté : les trains électriques E‐8000, dont le contrat a été signé en janvier 1952, sont  toujours en service commercial et les centrales hydro‐électriques Seyhan 1 et 2, en service  depuis  1956,  fournissent  toujours  au  réseau  turc  une  puissance  de  120  Méga  Watts.  C’est  donc dès les années 1950, date à partir de laquelle le besoin de partenaires industriels s’est  fait  sentir  que  ce  pays  a  pris  de  l’importance  pour  ALSTOM.  Mais  c’est  seulement  depuis  1999  qu’a  été  créée  la  filiale  de  droit  turc  ALSTOM  Turquie.  Si  ALSTOM  ne  produit  pas  en  Turquie, elle est présente aujourd’hui pour la vente d’équipements électromécaniques pour  la production d’énergie électrique – notamment des turbines et générateurs – ainsi que pour  la fourniture de service de maintenance et de réhabilitation de centrales électriques, pour la  vente  de  matériel  ferroviaire  roulant  ainsi  que  pour  certaines  infrastructures  ferroviaires  (partie électromécanique : électrification, pose de la voie, signalisation).      14   
    • Un exemple d’investissement majeur en Turquie : AREVA T&D  Le  27  juillet  2008,  M.  Zafer  Caglayan,  Ministre  de  l’industrie  de  Turquie,  et  M.  Ghislain  Lescuyer,  Vice‐président  Exécutif  de  la  Business  Unit  Produits  d’AREVA  T&D,  ont  posé  la  première pierre de la nouvelle usine de transformateurs de distribution de Gebze, dans la  région  de  Kocaeli.  Cette  cérémonie  d’ouverture  s’inscrivait  dans  un  programme  d’investissement  de  75  millions  d’euros,  destiné  à  faire  de  Gebze  la  plus  grande  zone  industrielle d’AREVA T&D à ce jour.  AREVA  T&D  est  parfaitement  positionné  pour  accompagner  l’essor  de  la  demande  d’électricité en Turquie. Ce programme d’investissement massif va lui permettre de doubler  ses capacités dans cette région, tout en continuant à exporter ses produits dans le monde  entier.  Le programme  sera  en  outre  secondé  par  un  plan de  recrutement  ambitieux  : 850  nouveaux  emplois  directs  vont  être  créés,  ce  qui  portera  l’effectif  total  à  2400  salariés.      «  Cette  nouvelle  usine  est  un  investissement  clé,  destiné  à  satisfaire  la  demande  toujours  plus forte d’équipements électriques en Turquie, où nous sommes présents depuis cinquante  ans. De plus, elle renforcera l’orientation stratégique mondiale d’AREVA T&D qui fait de la  Turquie  un  pôle  régional  pour  suivre  notre  croissance  dans  la  région  et  dans  le  monde  entier.»  a  souligné  Philippe  Guillemot,  Président‐Directeur  Général  d’AREVA  T&D.    Le  pôle  Transmission  et  Distribution  d'AREVA  joue  un  rôle  actif  dans  le  monde  entier.  Il  conçoit,  fabrique  et  met  en  service  une  gamme  complète  d'équipements,  systèmes  et  services lors des divers stades du transfert d'électricité, du générateur à l'utilisateur.    La présence des constructeurs automobiles français en Turquie n’est pas seulement assurée  par  Renault.  Le  groupe  Peugeot,  devenu  PSA,  est  implanté  en  Turquie  depuis  les  années  1980. En 1981, Peugeot a démarré une activité industrielle à travers un licencié, Karsan, pour  la production de véhicules utilitaires. Plus récemment, en 2007, le constructeur s’est associé,  dans  le  cadre  d’un  accord  de  coopération,  au  tandem  Tofas‐Fiat,  pour  la  production  d’un  véhicule  utilitaire  d’entrée  de  gamme,  le  Bipper,  commercialisé  sur  les  marchés  étrangers  par chacun des trois partenaires. En matière commerciale, on retiendra, de 1995 à 2000, la  présence en Turquie de deux réseaux de distribution distincts : d’une part, le réseau Peugeot  Otomotiv  AS,  filiale  à  100%  du  groupe  PSA,  qui  a  distribué  pendant  5  ans  les  véhicules  particuliers Peugeot, et d’autre part, Karsan Pazarlama pour la production et la distribution  des véhicules utilitaires. En mars 2000, la société Peugeot Otomotiv Pazarlama AS, filiale du  groupe PSA, en joint‐venture avec le groupe Kiraça, voit le jour pour distribuer la totalité de  la gamme de produits Peugeot. Depuis décembre 2002, avec la cession des parts de Kiraça,  la société est devenue filiale à 100% du groupe PSA.   Dans  le  domaine  bancaire,  le  groupe  BNP‐Paribas  a  manifesté  de  longue  date  son  intérêt  pour le marché turc. Paribas fut l’un des actionnaires historiques de la Banque Ottomane et  la BNP a conclu en 1985 un accord de partenariat avec AK Bank pour créer ce qui devait par  la suite devenir la BNP AK DRESDER Bank A.Ş (fusionnée avec AK Bank en 2005). Le groupe a  15   
    • ouvert  un  bureau  de  représentation  à  Istanbul  en  1989.  A  l’automne  2004,  il  s’est  porté  acquéreur  de  50%  du  holding  de  tête  du  groupe  bancaire  TEB,  opération  concrétisée  en  février 2005. Le groupe TEB, qui compte aujourd’hui près de 7000 employés, offre une large  gamme  de  services :  leasing  (TEB‐leasing),  factoring  (TEB‐factoring),  assurance  (TEB‐ Insurance),  opération  de  haut  de  bilan  (TEB  Investment).  L’établissement  est  également  présent  dans  l’activité  de  conseil  financier  et  de  la  gestion  d’une  clientèle  de  particuliers  haut de gamme (gestion de fortune).   Les investissements personnels de Français en Turquie    Même si le phénomène existe depuis plusieurs années, en particulier depuis l’ouverture de  l’économie  turque  à  la  fin  des  années  1980,  un  nombre  non  négligeable  d’entreprises  ont  été  créées  en  Turquie  avec  des  capitaux  français,  parfois  sous  forme  d’investissement  personnel.  Bien  que  souvent  de  petite  taille,  leurs  activités  diverses  n’en  demeurent  pas  moins essentielles pour le développement des implantations françaises en Turquie.  Le cabinet de conseil « LDS Consulting & Business Developement Ltd », implanté en Turquie  depuis 1992, fait partie de ces entreprises de petites tailles qui contribuent à faciliter l’accès  au  marché  turc  pour  les  grands  groupes  et  les  PME  françaises.  Après  avoir  quitté  l’administration  française  en  1990  et pris  la direction, pour  deux  ans,  d’un  groupe  français  présent  en  Turquie,  Yves‐Marie  Laeounan  fonde  en  1992  avec  des  partenaires  turcs  une  activité de conseil en implantation, orientée vers les sociétés françaises. Avec de nombreux  clients tel que Sodexho – entreprise de restauration collective, devenue Sodexo –, Carrefour  ou  encore  Saint‐Gobain,  Yves‐Marie  Laouenan  et  ses  partenaires  ont  permis  d’apporter  l’expertise ainsi que la connaissance du terrain tant recherchées des nouveaux investisseurs.  Si    PROteameasteast  Istanbul  Logistics  &  project  Ltd.  représente  une  catégorie  atypique  puisque  l’entreprise  n’a  pas  de  société  mère  en  France,  elle  n’en  demeure  pas  moins  une  bonne  illustration  de  l’arrivée,  ou  la  naissance,  sous  forme  d’investissements  personnels,  d’entreprises  françaises  de  taille  plus  limitée  en  Turquie  mais  qui  constitue  un  vivier  essentiel pour attirer d’autres investissements.   En 2005, M. Vincent lance sa propre agence de publicité « Bed and Breakfast » après avoir  découvert  le  potentiel  de  l’économie  turque  quelques  années  auparavant  en  tant  qu’expatrié,  d’abord,  pour  une  agence  basée  à  Paris,  puis  pour  une  agence  américaine.  Si  « Bed and Breakfast » n’a pas de maison‐mère en France, elle inscrit sa présence en Turquie  dans  le  cadre  d’un  partenariat  avec  le  groupe  français  de  communication  Aastuce,  qui  possède 49% de son capital.     Interview de Yves‐Marie Louenan, LDS Consulting & Business Development Ltd.  « Nommé en Turquie en 1986 par la DREE (Ministère de l’Economie et des Finances) en tant  que  Chef  du  Poste  d’Expansion  Economique  d’Istanbul,  j’ai  décidé  de  quitter  l’administration  française  début  1990  pour  prendre  la  direction  de  la  filiale  turque  de  Ciments  Français  (2500  salariés),  constituée  à  la  suite  de  la  privatisation  de  trois  cimenteries  acquise  par  ce  groupe  à  l’Etat  Turc.  Lors  de  la  cession  du  groupe  Ciments  Français à la société italienne ITALCIMENTI, j’ai dû quitter mes fonctions fin 1992.   16   
    • J’ai  alors  fondé  à  Istanbul  avec  des  partenaires  Turcs  (un  avocat,  un  cadre  bancaire  et  plusieurs  hommes  d’affaires)  une  activité  de  Conseil  en  Implantation,  orientée  vers  les  sociétés Françaises.  Mon  premier Client  fût SODEXHO  (Restauration  Collective)  dont  je  rencontrai  le  Président  Pierre BELLON pour l’informer d’une opportunité d’implantation au travers d’un partenariat  avec une Fondation Educative Turque. Conclu après un an de négociations, ce partenariat  fût dissous deux ans plus tard lorsque SODEXHO racheta les parts de son associé local, ce  qui permit à ce Groupe Français de devenir aujourd’hui le premier ou le deuxième opérateur  de son secteur en Turquie, où il emploie plus de 5000 salariés.   Mon  deuxième  Client  fût  le  Groupe  CORA‐MATCH  (supermarchés  et  hypermarchés)  pour  lequel  j’ai  recherché  et  contribué  à  négocier  un  partenariat  local  et  jeté  les  bases  d’un  programme de développement immobilier.  CORA‐Match  ayant  renoncé  à  son  projet  d’implantation  deux  ans  après  pour  des  raisons  « intestines », j’ai alors présenté deux projets majeurs d’implantation immobilières mis au  point pour ce Groupe à CARREFOUR Turquie, qui en fît l’acquisition, ce qui m’a également  amené  ensuite  à  engager  une  collaboration  libre  avec  CARREFOUR  Turquie  pour  trois  autres sites (m’associant personnellement dans l’acquisition de deux d’entre eux, pris à bail  ensuite par CARREFOUR).  Par la suite, et après l’entrée de la Turquie dans l’Union Douanière,  j’ai également coopéré  avec le GIE DOUANEXPORT, SLIGOS et BULL pour la négociation de la cession aux Douanes  de Turquie de «SOFIX », système d’automatisation des procédures douanières.  A  la  suite  du  décès  de  mon  principal  associé  Turc  en  2004,  j’ai  engagé  une  collaboration  libre  au  sein  de  ma  structure  avec  un  autre  associé,  Jacqueline  de  SORIA  (HEC  ISA ;  précédemment  en  charge  du  développement  « Turquie »  pour  le  Groupe  ACCOR  et  également  CCEF),  qui  y  exerce  aujourd’hui  une  activité  indépendante  dans  le  secteur  de  l’Hôtellerie et du Tourisme, tout en contribuant à des projets communs.  Depuis trois ans, notre Cabinet s’est adapté à l’évolution du marché :  ‐  en  2006‐2007,  nous  avons  piloté  l’implantation  industrielle  de  deux  PME  françaises  du  secteur  de  la  sous‐traitance  automobile  (A‐RAYMOND,  Grenoble  /  EMT  Composants  –  CAEN),  pour  lesquelles  nous  avons  développé  des  prestations  de  « sourcing »  de  sites  industriels  et  organisé  et  supervisé  la  construction  de  leurs  usines  respectives  (6.500  m2  couverts chacune)  dans des zones industrielles d’IZMIT.  ‐ en 2007‐2008 : sourcing de deux sites industriels dans la région d’Istanbul pour des filiales  locales de production du Groupe Saint Gobain.  ‐ en 2007‐2008 : initiation et aide à la négociation d’une prise de participation de 50% dans  17   
    • la  société  turque  POLAT  ENERJI  A.S  par  EDF  E.N.,  dont  nous  hébergeons  aujourd’hui  la  structure  d’investissement  locale,  dans  laquelle  nous  détenons  une  participation.  Cette  opération, qui gère aujourd’hui une production de 50 MW qui sera portée à 120 MW d’ici  quelques mois et à près de 400 MW en 2012) se donne pour objectif de devenir le premier  opérateur  du  secteur  de  l’énergie  éolienne  en  Turquie  et,  également,  de  développer  ultérieurement dans ce pays une activité de référence dans le secteur de l’Energie Solaire   (Photo‐voltaïque) ».    La présence géographique de nos entreprises se diversifie peu    La présence française en Turquie peut être estimée, selon les dernières données recueillies  par  la  Mission  économique  –  Ubifrance  d’Istanbul,  fin  2008,  à  près  de  290  entreprises  employant près de 70.000 personnes, contre 258 fin 2007 et 240 fin 2006. En 1985, au début  de l’ouverture internationale de l’économie turque, seulement 15 sociétés françaises étaient  implantées.   La répartition géographique de la présence française reste très inégale sur le territoire turc,  à  l’image  des  inégalités  dans  le  développement  économique  du  pays :  Istanbul  concentre  71%  des  implantations  françaises  contre  7%  pour  la  capitale  Ankara,  5%  pour  la  région  d’Izmir, 5% pour la région de Bursa, et 7% pour le reste du pays. A titre comparatif, fin 2007,  la  répartition  géographique  de  l’ensemble  des  entreprises  présentes  en  Turquie  était  la  suivante :  Istanbul  (18,7%) ;  la  région  de  Marmara  (15,3%) ;  la  région  égéenne  (16,5%) ;  la  région méditerranéenne (12,8%) ; l’Anatolie de l’Ouest (10,3%) ; l’Anatolie centrale (4,8%) ;  la région de la Mer Noire (10,8%) ; l’Anatolie de l’Est (5%) et l’Anatolie du Sud‐Est (5,8%).    Parmi  les  entreprises  françaises  interrogées,  présentes  en  Turquie  et  implantées  dans  une  autre ville qu’Istanbul, on peut citer les exemples suivants :    La  région de  Kocaeli‐Gebze,  qui  constitue  en quelque  sorte un  continuum  industriel  de  près de 200km avec la région d’Istanbul, est une région à forte implantation industrielle.  Les  entreprises  françaises  y  sont  présentes,  notamment  depuis  la  fin  de  la  crise  qu’a  connue  la  Turquie  en  2001.  Chimirec‐Ekasan,  qui  s’est  spécialisée  dans  la  vente  de  service  pour  la  collecte  et  le  transit  de  déchets  industriels  dangereux,  est  présent  à  Gebze  depuis  2006 ;  SNOP  Izmit  Metal,  également  implantée  à  Gebze,  fait  partie  des  entreprises les plus récemment arrivées en tant que fournisseur de pièces de structure  automobile. Areva T&D, même si son siège social ne se situe pas dans cette région, y est  fortement  implantée,  notamment  depuis  la  construction, lancée  en  juillet  2008,  d’une  nouvelle usine de transformateurs (cf. encadré)   La  région  de  Bursa  est  marquée  par  l’activité  de  nombreuses  entreprises,  françaises  et  étrangères,  dans  le  secteur  automobile :  plusieurs  filiales  de  sociétés  françaises  y  sont  présentes  et/ou  exercent  une  activité  de  production  comme  Renault,  Plastic‐Omnium,  Valeo, Peugeot.    La  région  d’Izmir  et  plus  généralement  la  région  égéenne :  on  constate  une  augmentation  récente  des  investissements  français  dans  cette  région  qui  semble  bénéficier  des  nombreux  atouts.  Elle  présente  en  effet  l’avantage  d’une  moindre  18   
    • saturation  qu’Istanbul  et  dispose  d’infrastructures  de  grande  qualité,  notamment  de  l’ouverture sur la mer Egée grâce au port d’Izmir, le plus important de Turquie. Parmi les  entreprises  interrogées,  la  réussite  de  l’implantation  de  Schneider  Electric,  présente  depuis  1987,  semble  avoir  favorisé  de  nouveaux  investissements,  plus  récents :  GFI  aerospace,  devenue  LISI  aerospace,  a  racheté  en  2001  FT  Bestas,  une  usine  où  sont  fabriquées  des  fixations  pour  l’industrie  aéronautique ;  Larth  havlu,  filiale  du  groupe  Atlantic  Industries,  fabrique  dans  la  région  d’Izmir,  des  sèche‐serviettes  depuis  l’été  2007 ;   A noter, enfin, l’investissement de Veolia Eau en 2003 dans la région d’Izmir : le groupe  français  exploite  et  gère  les  services  eau  et  assainissement  avec  le  syndicat  de  communes de Cesme et Alaçati.    Schneider a créé un réseau de 100 partenaires et exporte à partir de la Turquie  Schneider  Electric,  l’un  des  premiers  fabricants  mondiaux  d’équipements  de  distribution  électrique et d’automatismes industriels (marques Merlin Gerin, Square D, Télémécanique)  est implanté en Turquie depuis 1987. A l’époque, le groupe, qui a réalisé en 2002 plus de 9  milliards  d’euros  de  chiffres  d’affaires,  arrive  en  Turquie  en  créant  en  direct  une  filiale  baptisée Schneider Electric Turquie détenue à 100% par Schneider Electric SAS. L’objectif  est de profiter de l’essor économique du pays, de mettre un pied sur un territoire au fort  potentiel  industriel.  Bref  de  capter  la  demande  d’un  pays  émergent  où  les  dépenses  en  matériels électriques sont toujours très importantes.   Au  fil  des  années,  la  présence  de  Schneider  va  se  renforcer,  accompagnant  le  développement du pays, la demande en équipements électriques évoluant parallèlement à  la  montée  en  puissance  du  réseau  électrique  du  pays  ainsi  que  du  développement  du  secteur du BTP. Aujourd’hui, Schneider dispose d’une organisation commerciale complète  avec 13 agences et un réseau de 100 partenaires, d’un site de production avec une usine à  Izmir  ainsi  que  d’un  centre  de  distribution  près  d’Istanbul.  Le  numéro  1  mondial  des  disjoncteurs, interrupteurs et autres prises électriques emploie désormais un total de 400  personnes en Turquie.   «  Le  bilan  est  positif  »  juge  le  groupe  lorsqu’on  l’interroge  sur  les  principaux  enseignements  de  sa  présence  dans  le  pays.  Il  souligne  notamment  la  qualité  du  site  de  production d’Izmir. L’usine a été choisie pour satisfaire les besoins mondiaux de Schneider  Electric pour la fourniture de tableaux de moyenne tension. Un signe de reconnaissance du  travail fourni à Izmir et du savoir‐faire turc.     La capitale, Ankara, accueille aussi quelques entreprises françaises : Vicat, présent dans  le  secteur  cimentier, du  béton  prêt  à  l’emploi et  des  granulats  en  Turquie depuis  1991  suite à acquisitions et développement organique ; Lafarge est présent dans le secteur du  19   
    • plâtre grâce à la coentreprise établie avec Dalsan : si le siège et une usine sont à Ankara,  le groupe possède aussi une autre usine à Gebze.   Relativement  peu  d’entreprises  françaises  sont  présentes  dans  les  autres  régions  de  Turquie. Özmaya Sanayi A.S, filiale à 100% du groupe Lesaffre, qui possède, depuis 1992,  une usine à Amasya, un bureau commercial à Ankara, une compagnie de distribution à  Istanbul, Izmir et à Ankara, et dont la direction générale et une usine de production sont  à Ceyhan (Adana) est l’exception qui confirme la règle.    Témoignage de Jose Juan Berruga, Directeur général d’Özmaya  La Turquie est une puissance mondiale en levure    « Sa  consommation  annuelle  est  l’une  des  plus  importantes  du  monde  et  sa  capacité  de  production  installée  est  pratiquement  trois  fois  supérieure  à  la  demande  interne.  La  Turquie est donc l’un des plus grands exportateurs de levure de boulangerie du monde. Le  secteur  de  la  boulangerie  en  Turquie  est  en  train  de  changer  très  rapidement  et  de  s’orienter vers la spécialisation et la diversification pour abaisser les coûts de production  et  élargir  la  gamme  de  pains  proposés.  En  même  temps,  les  exigences  de  respect  des  réglementations  sanitaires  deviennent  chaque  jour  plus  importantes.  Dans  ce  contexte,  nous  avons  décidé  d’accompagner  les  boulangers  dans  leur  démarche  pour  les  appuyer  techniquement et commercialement en diversifiant et en adaptant notre offre de produits  et  services.  La  compagnie  Özmaya  est  détenue  à  100  %  par le  Groupe  français  Lesaffre,  leader mondial dans la production de levures de boulangerie. Lesaffre a acheté les usines  d’Amasya et de Ceyhan en 1992 et a investi un total de 100 M EUR. Aujourd’hui, Özmaya  est  leader  sur  le  marché  turc  et  exporte  ses  plus  de  10  types  de  levures  vers  plus  de  25  pays  d’Afrique,  du  Moyen  Orient  et  d’Asie  centrale.  Nous  avons  été  les  premiers  à  commercialiser les produits dérivés de nos unités de dépollution des eaux résiduaires, dans  les  domaines  de  l’alimentation  animale  et  des  fertilisants.  Forte  d’une  équipe  de  300  collaborateurs et d’un réseau de plus de 250 distributeurs, Özmaya base sa stratégie sur  une  technologie  leader  et  sur  la  connaissance  du  métier  de  la  boulangerie,  grâce  à  son  centre de recherche en boulangerie situé à Ceyhan. »                    20   
    • Le poids de la Turquie pour nos sociétés reste encore modeste, avec quelques  exceptions, mais son importance est stratégique     Le  caractère  récent du phénomène  d’implantation  des  sociétés françaises  en  Turquie  et  le  manque de maturité de certains marchés, qui commencent juste à décoller, expliquent que  la Turquie ne représente encore, bien souvent, qu’une petite fraction de l’activité mondiale  de nos sociétés.   A quelques exceptions près, la Turquie ne contribue encore que faiblement à l’activité globale  de nos sociétés    Quelques groupes se singularisent par le fait que la Turquie représente déjà une fraction très  importante de leur chiffre d’affaires, supérieure à 10%.   C’est le cas d’Anadolu Tohum, société spécialisée dans la production et la vente de graines et  de  semences  agricoles.  Le  chiffre  d’affaires  réalisé  par  cette  entreprise,  filiale  à  100%  de  Vilmorin,  représente  en  effet  18%  du  chiffre  d’affaires  de  cette  dernière1.  Cette  situation  reflète  l’importance  du  marché  turc  pour  les  semences  et  la  fourniture  de  services  aux  exploitations agricoles. Anadolu Tohum, en plus de produire des graines, fait bénéficier aussi  ses  clients  de  ses  activités  de  conseils  aux  agriculteurs,  grâce  à  l’expérience  de  ses  17  ingénieurs agronomes.     L’expansion internationale de Vilmorin  Le français Vilmorin est devenu, grâce à l’intégration en 2006 du pôle « grandes cultures »  de son actionnaire principal, la coopérative Limagrain, le 4ème semencier mondial, derrière  les géants américains Monsanto, Pionner (Dupont) et le suisse Syngenta.   La  stratégie  de  Vilmorin  passe  par  la  recherche,  un  large  portefeuille  de  marques  et  l’expansion  à  l’international.  Le  groupe,  déjà  présent  dans  de  nombreux  pays  comme  les  Etats‐Unis, l’Australie, Israël, le Japon et plusieurs pays européens, est parti à la conquête  du marché indien en 2006.   Son implantation progressive en Turquie s’est faite en trois phases principales :    - Création  en  1986  de  la  société  Anadolu  Tohum  Üretim  ve  Pazarlama  inc.  en  partenariat avec deux entrepreneurs locaux. Vilmorin détient le tiers des parts de la  société. Les activités de la nouvelle société sont les suivantes : création de nouvelles  marques sur le marché turc, production, conditionnement, distribution, importation  et  exportation  de  semences  végétales.  Anadolu  Tohum  entre  sur  le  marché  des  semences en important les produits de la société Vilmorin.   - Avec  la  crise  de  1994,  l’actionnariat  d’Anadolu  Tohum  évolue ;  Vilmorin  détient  désormais 47% du capital, le solde  appartenant à l’entrepreneur Yavuz Batur.  - Dans le cadre d’une stratégie de développement à l’international, Vilmorin, devenu                                                              1  Même si Vilmorin fait partie du groupe Limagrain, seul le chiffre d’affaires de Vilmorin est considéré ici.  21   
    • le 4ème semencier mondial, a acquis, en 2007, la totalité du capital d’Anadolu Tohum  afin  de  conforter  ses  positions  en  Turquie.  Celle‐ci  est  ainsi  devenue  une  filiale  à  100% française.     La  semence  potagère  constitue  l’activité  principale  d’Anadolu  Tohum.  Celle‐ci  s’adresse  aussi  bien  aux  professionnels  de  l’agriculture  qu’aux  jardiniers  et  aux  agriculteurs  amateurs. Anadolu Tohum est présente à tous les niveaux du marché des semences avec  186  points  de  vente,  13  chaînes  de  distribution  et  106  magasins.  Elle  dispose  également  depuis  2004  d’un  centre  de  recherche  et  développement  à  Antalya.  Elle  travaille  sur  le  marché  turc  via  12  marques  dont  les  plus  connues  sont  Vilmorin,  Anadolu,  Vita,  Genta,  Green  Way,  Ferry  Morse,  Mantel  Holland,  Helin  et  Elfer.  Son  effectif  est  constitué  de  65  personnes dont 17 agronomes permanents.      Le  cimentier  Vicat  fait  aussi  figure  d’exception  avec  plus  du  quart  de  ses  ventes  ciment  réalisées en Turquie. Depuis 1991 et son entrée au capital de Konya Cimento, puis en 1994  dans Bastas Cimento à Ankara, la Turquie représente une composante majeure du groupe.  Quelques autres groupes réalisent en Turquie un chiffre d’affaires non négligeable, compris  entre 2% et 10% de leur total mondial.  C’est notamment le cas d’Özmaya, filiale turque de Lesaffre, qui représente presque 10% de  l’activité mondiale du groupe. C’est aussi le cas d’Oyak Renault qui a réalisé, en 2008, 6,9%  de son chiffre d’affaire total en Turquie. Avec un chiffre d’affaires de plus de 2,6 milliards €  en  2008,  la  Turquie  représente  aujourd’hui  l’un  des  principaux  marchés  pour  Renault  et  constitue une base de production et d’exportation d’une grande compétitivité qui contribue  très favorablement aux résultats du groupe.  A  un  niveau  moindre,  on  peut  citer  CEVA  DIF  ILAC  A.S.,  filiale  de  Ceva  Santé  Animale,  présente  depuis  le  début  des  années  1990,  et  qui  réalise  4,1%  du  chiffre  d’affaires  de  la  maison mère en Turquie, grâce à la vente de ses produits pharmaceutiques vétérinaires.   Le secteur des banques et des assurances,  où deux établissements réalisent plus de 2% de  leur  chiffre  d’affaires,  est  significatif.  La  joint‐venture  établie  entre  TEB  et  BNP  Paribas  réalise presque 3% du chiffre d’affaires du Groupe BNP Paribas. Groupama, implanté depuis  bientôt  20  ans  dans  le  secteur  de  l’assurance,  réalise  2,7%  de  son  chiffre  d’affaires  en  Turquie.  Pour  l’immense  majorité  des  groupes,  la  contribution  de  la  Turquie  au  chiffre  d’affaires  mondial  demeure  très  modeste,  avec  moins  de  2%.  Appartiennent  notamment  à  cette  catégorie  les  grands  groupes suivants  :  Peugeot  (0,5%),  Total  (0,9%) ;  Valeo (1%),  Alstom  (0,8%), Carrefour (1,2%).   Pour les PME, la situation est en réalité assez peu différente, avec une grande majorité qui  réalise  en  Turquie  moins  de  2%  du  chiffre  d’affaires,  comme  Chimirec‐Ekasan  (1,7%),  A.Raymond (1%), SNOP (1,3%).             22   
    • Vicat et l’ouverture internationale  La production de ciment est la principale activité du groupe Vicat depuis plus de 150 ans,  avec  la  découverte  du  ciment  artificiel  en  1817,  par  Louis  Vicat  puis  la  création  de  la  Compagnie Vicat en 1853.   D’abord située en Rhône‐Alpes, l’activité de l’entreprise s’est rapidement étendue sur tout  le territoire français entre 1960 et 1980. Depuis 1974 et l’acquisition d’une cimenterie aux  Etats‐Unis, le groupe n’a cessé d’accroître sa présence à l’international. Ainsi Vicat a investi  en Turquie en 1991 et 1994,  au Sénégal en 1999, en Suisse en 2001, en Egypte et en Italie  en 2003, au Mali en 2004, au Kazakhstan en 2007 puis en Inde en 2008.  Le groupe emploie aujourd’hui 6700 personnes à travers le monde, dont 1400 en Turquie,  et dispose d’une capacité de production de 21 millions de tonnes de ciment.    La Turquie représente néanmoins déjà un enjeu jugé stratégique  L’implantation récente de nos entreprises laisse envisager un renforcement du poids de la  Turquie dans les activités     >>  L’activité  en Turquie  de  la  majorité  de  nos entreprises  est  encore modeste  en  termes  relatifs,  mais  sa  croissance  est  bien  souvent  telle  que  celles‐ci  anticipent  une  situation  passablement différente d’ici quelques années seulement.  Si  la  contribution  à  la  croissance  des  entreprises  françaises  de  leurs  implantations  turques  est  encore  modérée,  parce  qu’elle  est  atténuée  par  la  taille  relative  des  opérations  en  Turquie, elle pourrait devenir majeure d’ici quelques années, sous réserve naturellement de  profiter de la croissance du marché turc. Ce réservoir de croissance, qui existe dans d’autres  pays émergents, est d’autant plus valorisé que la croissance demeure atone et en tout cas  structurellement inférieure sur les  marchés européens et américains, qui sont plus matures  voire saturés.     >> L’impact de la présence en Turquie dépasse l’enjeu du seul marché turc  Le caractère stratégique d’une présence en Turquie ne se résume en effet pas à un pari sur  un  gain  de  croissance  –  profitable  si  possible.  Certaines  caractéristiques  du  pays  –  notamment  la  faiblesse  de  ses  coûts  conjuguée  à  un  niveau  de  développement  déjà  élevé  dans certaines régions – expliquent en effet qu’une implantation puisse avoir des effets sur  la compétitivité d’ensemble d’une entreprise. Ces effets peuvent être de deux ordres :   ‐ Directs,  si  l’implantation  en  Turquie  permet  soit  d’améliorer  la  compétitivité‐prix  par  l’optimisation de la politique d’achat ou par l’exportation de produits finis à moindre  coût, soit de développer des capacités d’innovation ;  ‐ Induits,  et  souvent  initialement  non  prévus  lors  de  l’implantation,  si  celle‐ci  favorise  l’obtention  de  marchés  en  pays  tiers,  par  le  contact  avec  des  clients  ou  des  23   
    • prescripteurs  turcs,  ou  plus  profondément  la  réévaluation  de  la  stratégie  de  développement international en fonction de l’analyse des forces et des faiblesses des  principaux concurrents turcs.  L’analyse des motifs de l’implantation de nos entreprises en Turquie montre précisément la  richesse de l’enjeu.                                            24   
    • L’accès  au  marché  turc  demeure  la  motivation  principale  de  l’implantation, mais d’autres facteurs jouent un rôle croissant (II)    Un  examen  d’ensemble  des  motivations  des  sociétés  françaises  dans  leur  démarche  d’implantation  en  Turquie  permet  d’en  distinguer  quatre,  qui  correspondent  chacune  à  la  recherche de l’optimisation d’une fonction de base de l’entreprise :    vendre : l’implantation permet d’aborder le marché turc dans les meilleures conditions,  en prolongeant une démarche d’exportation depuis la France qui rencontre souvent des  limites ;   produire : dans un certain nombre de cas, l’établissement d’une unité de production en  Turquie ne  répond pas  uniquement  –  voire aucunement  –  à une  stratégie  de  vente en  Turquie, mais à la volonté de créer une base d’exportation à faible coût d’investissement  et de fonctionnement.   acheter : certaines sociétés consacrent une part significative de leurs moyens en Turquie  au « sourcing » ou recherche de fournisseurs pour l’ensemble de leurs entités mondiales.   innover :  certaines  entreprises  commencent  à  développer  en  Turquie  une  véritable  capacité d’innovation, qui va au‐delà de l’adaptation des produits au marché local.   Pour nos entreprises, la Turquie est donc à la fois un marché, une base de production à coût  relativement  bas,  une  plate‐forme  d’achat  au  meilleur  prix  et  un  réservoir  de  capacité  d’innovation. Plus marginalement, pour quelques grands groupes, l’implantation en Turquie  répond  également  à  des  considérations  stratégiques  d’identification  et  d’observation  de  concurrents turcs mais  surtout étrangers émergent.  Les  témoignages  des  entreprises  consultées  montrent  que  les  poids  relatifs  des  quatre  principaux  motifs  d’implantation  sont  très  inégaux.  L’attrait  du  marché  turc  se  détache  nettement  et  cette  situation  devrait  perdurer  dès  lors  que  le  développement  économique  accroît les débouchés commerciaux sur place. En dynamique toutefois, l’implantation de nos  entreprises  semble  se  complexifier  et  s’enrichir,  prenant  mieux  en  compte  les  possibilités  d’exportation, d’innovation et de sourcing qu’offre la Turquie.    Les  implantations  répondent  principalement  à  une  ambition  commerciale  en  Turquie    La production locale n’est, dans l’ensemble, que très faiblement exportée    Chaque entreprise a certes des produits, une culture et une histoire qui lui sont propres  et  qui  influencent  son  modèle  de  développement  en  Turquie.  Il  existe  néanmoins  des  tendances  lourdes  et  beaucoup  suivent  des  schémas  d’implantation  comparables.  La  dynamique  de  développement  la  plus  fréquemment  rencontrée  commence  par  des  exportations  vers  la  Turquie depuis  une  base française  ou  européenne ;  à  ce  stade,  un  simple bureau de représentation peut suffire pour assurer la liaison avec les clients ou  avec un réseau de distribution externe. Une deuxième étape est parfois franchie avec la  création  d’une  filiale  commerciale,  ce  qui  permet  de  facturer  en  monnaie  locale  et  25   
    • surtout d’étoffer la présence commerciale pour démarcher plus activement les clients ou  mieux contrôler les distributeurs.  Mais  rapidement,  un  constat  fréquent  se  dégage :  pour  vendre  en  Turquie,  il  faut  y  produire,  et  ce  pour  de  multiples  raisons :  compétitivité‐coût,  maîtrise  des  délais  de  livraison,  offre  d’un  service  après‐vente  performant,  réactivité à  l’évolution  de  la  demande ou encore exigences des autorités en termes de localisation.  Les entreprises,  notamment  celles  qui  produisent  des  biens,  préfèrent  donc  souvent  une  exploitation  directe en Turquie que de servir seulement le marché turc depuis la France.   Il  est  en  effet  frappant  de  constater  que  l’essentiel  des  capacités  de  production  des  entreprises  française  présentes  en  Turquie  répond  à  cette  logique  commerciale,  ce  qu’atteste  la  faiblesse  des  taux  d’export.  La  quasi‐totalité des  entreprises  industrielles  indique  exporter  hors  de  Turquie  moins  du  quart  de  leur  production  et  ce  chiffre  est  d’ailleurs  même  le  plus  souvent  inférieur  à  10%.  Parallèlement,  aucun  cas  d’export  de  services à partir de Turquie n’a été identifié.  La  deuxième  caractéristique  majeure  de  la  production  (mais  aussi  de  services)  par  nos  entreprises en Turquie est qu’elle s’accompagne fréquemment d’exportations à partir de  la France ou d’Europe, soit pour les produits finis les plus hauts de gamme, soit pour des  composants critiques. L’exemple de L’Oréal témoigne de ce phénomène : si l’entreprise  est présente en Turquie pour la vente de presque toutes les marques du groupe, elle doit  importer bon nombre de ses produits, sa capacité de production en Turquie se limitant,  pour l’instant, aux produits capillaires.  La  situation  reste  donc  très  éloignée  d’un  schéma  de  délocalisation  où  la  Turquie  prendrait le relais de la France comme base exportable.     Quel marché ?    Les opportunités d’investissements concernent de nombreux secteurs en Turquie, aussi bien  pour la production de biens que de fournitures de services. Il ne s’agit pas ici de répertorier  et de classer les secteurs qui devraient faire l’objet d’investissements plus massifs de la part  des  sociétés  françaises,  mais  plutôt  de  montrer,  à  partir  d’exemples  d’entreprises  rencontrées, la diversité et l’attractivité du marché turc.  L’accompagnement des clients historiques    Bien souvent, l’idée de venir en Turquie est suggérée, avec plus ou moins d’insistance, par  certains clients français ou internationaux.  Tel  a  été  le  cas  en  particulier  des  équipementiers  automobiles,  comme  Valéo,  dont  l’implantation  en  Turquie  en  1989  a  été,  certes  guidée  par  l’ambition  de  développer  les  marchés  voisins  d’Iran,  de  Russie,  de  Roumanie  et  du  Moyen‐Orient,  mais  motivée  en  premier lieu par le besoin de fournir les clients locaux comme Renault. Le groupe Renault a  aussi  encouragé  l’arrivée  d’autres  entreprises  françaises  comme  SNOP  Izmit  Metal,  implantée  à  Gebze  et  dont  l’activité  principale  est  de  fournir  des  pièces  de  structure  automobile.  La  société  A.  Raymond,  spécialiste  des  systèmes  de  fixation  par  clipage  et  collage,  d’abord  pour  le  marché  automobile,  puis  pour  l’industrie  et  le  bâtiment  fait  aussi  partie des entreprises françaises arrivées en Turquie à la demande de son client Delphi, un  26   
    • des  plus  grands  concepteurs  et  fournisseurs  de  pièces  détachées  destinées  au  marché  automobile.   Dans le domaine des services, de nombreux exemples témoignent aussi de l’importance de  l’accompagnement des clients historiques. Tel est le cas du groupe de logistique (stockage,  supply‐chain, etc.) et de transport GEFCO, présent en Turquie depuis juillet 2002 et qui a fait  le choix, à l’origine, de venir en Turquie pour accompagner le développement des activités  du groupe PSA.   Le marché proprement turc    Avec une population de 71,5 millions d’habitants, âgés de moins de 25 ans pour plus de la  moitié,  le  marché  turc  constitue,  en  soit,  un  des  marchés  les  plus  attractifs  pour  les  entreprises  françaises  et  étrangères.  La  très  grande  majorité  des  entreprises  contactées  citent la taille et le dynamisme du marché turc comme première justification pour le choix  de leur implantation. Complémentaire de la taille du marché, la proximité géographique de  la  Turquie  avec  la  France,  et  donc  de  l’Europe,  figure  aussi  en  tête  de  la  liste  de  ces  justifications :  la  Turquie  est,  en  effet,  non  seulement  très  proche  de  la  France,  mais  constitue aussi un carrefour commercial stratégique.  Le  marché  turc  est  devenu  aussi  particulièrement  attractif  pour  les  entreprises  françaises  depuis la mise en œuvre des réformes structurelles à la suite de la grave crise économique et  financière de 2001 .On constate d’ailleurs que de nombreuses implantations de PME, se sont  matérialisées depuis la fin de cette crise. La perspective du rapprochement avec l’ensemble  européen a aussi favorisé la dynamique de rattrapage et accéléré l’effort d’harmonisation du  tissu économique pour se mettre en adéquation avec les standards mondiaux.   Ce  double  mouvement  a  eu  des  effets  particulièrement  positifs  sur  le  développement  d’opportunités  sur  le  marché  turc,  et  qui  explique,  en  partie,  la  croissance  constatée  ces  dernières  années.  Cités  par  de  nombreuses  entreprises  françaises,  les  chiffres  de  la  croissance  turque  ont  été  en  effet  impressionnants  jusqu’à  l’automne  2008 :  l’expansion  moyenne du PIB a été de sept points par an, entre 2002 et 2006.   De nombreux secteurs à forte croissance suscitent un intérêt tout particulier de la part des  entreprises françaises, mais aussi étrangères, pour le marché turc. C’est le cas, par exemple,  du secteur de l’énergie : si le bouquet énergétique turc fait la part belle aux énergies fossiles  qui  représentent  70%  de  l’ensemble,  les  investissements  dans  les  infrastructures  hydroélectriques  ainsi  que  dans  les  énergies  renouvelables  sont  une  des  priorités  du  gouvernement depuis quelques années.                         27   
    • Focus sur les énergies renouvelables en Turquie  Hydroélectricité  Potentiel hydroélectrique de la Turquie :  brut : 433 Md kWh/an ;  technique : 216 Md kWh/an ;  économique : 150 Md kWh/an.  En 2007, les 148 centrales hydroélectriques installées sur le territoire, qui représentent une  capacité  installée  de  13  393  MW,  ont  produit  près  de  47  590  GWh.  La  Turquie  utilise  aujourd’hui seulement 32 % de son potentiel économique. 158 centrales hydroélectriques  sont actuellement en construction ce qui représente une capacité installée additionnelle de  6 564 MW et une production additionnelle de 23 620 GWh/an. La valorisation du potentiel  hydroélectrique de la Turquie demeure une priorité majeure du nouveau gouvernement.    Eolien  La  Turquie,  considérée  comme  un  pays  plutôt  riche  en  potentiel  éolien,  dispose  actuellement d’une puissance éolienne installée de près de 200 MW. Selon les évaluations  conduites  par  l’association  des  investisseurs  privés  du  secteur  éolien  et  hydraulique  (RESSIAD) sur la base de mesures du vent depuis 7‐8 ans, les experts estiment que près de  10  000  MW  (soit  30  milliards  de  kWh  par  an)  pourraient  être  produits  par  des  turbines  éoliennes  en  Turquie.  Ce  chiffre  correspondrait,  selon  l’association,  en  valeur  à  près  de  2  Md  USD  par  an.  Les  études  de  faisabilité  sur  le  développement  de  l’énergie  éolienne  en  Turquie,  menées  par  l’EIE  (Direction  générale  des  études  pour  les  travaux  électriques  du  ministère  de  l’Energie  et  des  Ressources naturelles),  sont pour  les  investisseurs  des pistes  de  réflexion  intéressantes  sur  le  choix  des  sites  à  un  fort  potentiel.  Un  atlas  éolien  de  la  Turquie recoupe les données de base utiles pour tout investisseur : carte des vents, zones  naturelles protégées, réseau de transport d’électricité.    Solaire  Le  potentiel  de  production  d’énergie  solaire  est  relativement  important  en  Turquie.  Des  études ont ainsi montré que la Turquie recevait en moyenne 2 640 heures d’ensoleillement  par  an  avec  une  intensité  de  3,6  kWh/m²/jour.  Le  solaire  thermique  et  l’utilisation  de  collecteurs pour l’eau chaude des habitations sont répandus sur le territoire turc.    Géothermie  La Turquie possède un potentiel géothermique considérable estimé à près de 31 500 MW th  (7e potentiel à l’échelle mondiale). La direction générale de la recherche et de l’exploration  minière en Turquie a identifié, à ce jour, 170 champs géothermiques avec des températures  pouvant  monter  jusqu’à  292°C.  Ils  sont  situés,  pour  la  plupart,  dans  les  régions  de  la  mer  Egée  et  de  l’Anatolie  centrale,  autrement  dit  dans  les  zones  où  la  concentration  démographique est la plus élevée. Le potentiel de développement est donc important pour  le  chauffage  urbain  et  la  production  électrique.  Dans  le  cadre  de  la  libéralisation  des  marchés  de  l’énergie,  la  Turquie  a  lancé  en  août  2008  un  projet  de  privatisation  de  33  champs et 32 puits géothermiques appartenant actuellement à MTA (société nationale pour  l’exploration minière).    28   
    •   Le secteur du transport fait aussi partie des secteurs turcs en forte croissance : si le transport  routier  représente  à  lui  seul  95%  du  transport  de  passagers  et  de  marchandises,  sa  croissance,  de  8%  chaque  année  en  moyenne  selon  la  direction  des  routes,  a  un  impact  direct sur les investissements publics dans tous les sous‐secteurs du transport. De nombreux  projets  autoroutiers,  ainsi  que  des  travaux  de  doublement  de  voies  des  routes  sont  actuellement en cours.   Le secteur ferroviaire fait aussi l’objet de développements importants. Au total, le ministère  turc  des  Transports  évalue  à  près  de  20  Mds  USD  les  investissements  à  réaliser  dans  le  secteur  ferroviaire  sur  les  10  à  15  prochaines  années,  afin  de  rendre  le  transport  sur  rail  attractif et de corriger la domination quasi‐totale de la route pour le transport des passagers  et  des  marchandises.  Dans  un  contexte  budgétaire  contraint,  le  gouvernement  turc  peut  compter  sur  l’implication  des  bailleurs  multilatéraux,  et  en  particulier  de  la  BEI,  qui  a  annoncé  que  sa  priorité  en  Turquie  irait  dans  les  prochaines  années  au  financement  des  projets  relevant  des  réseaux  transeuropéens.  Parmi  les  projets  en  cours  ou  en  cours  d’achèvement,  il  faut  souligner  le  projet  Marmaray    –  construction  d’un  tunnel  sous  le  Bosphore,  dédié  au  rail  –  ainsi  que  le  projet  de  ligne  à  grande  vitesse  reliant  Ankara  à  Istanbul.  Dans  le  domaine  des  services,  on  peut  souligner  la  taille  encore  modeste  du  secteur  de  l’assurance, qui présente cependant un fort potentiel et se développe rapidement. La prime  annuelle  de  cotisations  d’assurance  est  en  effet  encore  très  faible  en  comparaison  des  standards européens :  ‐ la prime moyenne par habitant est de 75,3€ contre 1333,5€ en Europe en 2007 (OCDE)  ‐ la prime d’assurance en % du PIB (taux de pénétration) est de 1,7% pour la Turquie contre  10,3% pour la France et 15,7% pour la Grande‐Bretagne en 2007 (OCDE).   Très actif en Turquie, Groupama n’a cessé de croître ces dernières années. Le groupe croit  en  effet  depuis  longtemps  au  potentiel  de  développement  du  marché  de  l’assurance en  Turquie  :  dès  1991,  Gan  a  pris  une  participation  de  30%  dans  le  capital  de  Günes.  Cette  participation a été progressivement renforcée par achat de titres en bourses pour atteindre  un  total  de  36%  du  capital.  En  2006  et  dans  le  cadre  du  programme  de  privatisation,  Groupama a remporté la vente aux enchères des participations de l’Etat dans Basak Sigorta  (56,67%)  et  dans  Basak  Emeklilik  (41%).  Si  2007  a  été  marquée  par  le  changement  de  marque  « Basak  Groupama »,  2008  s’est  en  revanche  caractérisée  par  les  acquisitions  de  Güven Sigorta et de Güven Hayat, qui ont renforcé la position de Groupama en Turquie : le  groupe  est  ainsi  devenu  le  5ème  assureur  dommages  du  marché  turc  et  consolide  sa  2ème  place sur le marché de l’assurance vie.    Les assurances : un marché à fort potentiel en Turquie  Le marché turc de l’assurance est encore modeste, mais il présente un fort potentiel et se  développe rapidement. Alors que la Turquie est la 17ème économie du monde par son PIB, le  marché turc de l’assurance ne figure qu’au 35ème rang mondial – 27ème en IARD (incendie,  accident,  risques  divers)  et  42ème  en  vie.  L’assurance  n’est  pas  encore  entrée  totalement  dans les mœurs en Turquie, tant pour des raisons religieuses que culturelles (importance de  la solidarité familiale), mais le marché progresse très rapidement : +27 % en moyenne par  an depuis 2001 (à titre de comparaison avec des marchés de taille similaire : +18 % par an  29   
    • pour la Grèce, +20 % pour la République tchèque). En 2006, la prime d’assurance moyenne  par habitant était de 89,2 USD en Turquie, (489,3 USD en Grèce), soit un chiffre proche de  ceux des marchés roumain (94,5 USD) et bulgare (100 USD). Cette même année, les primes  ont représenté 1,6 % du PIB en Turquie : cela est loin de la moyenne de l’Union européenne  (8,3 % du PIB), mais se compare avec les ratios habituels de pays émergents (autour de 2 %  pour des pays comme la Russie, la Grèce ou la Roumanie). Une cinquantaine de compagnies  d’assurance  opèrent  en  Turquie,  mais  le  marché  est  très  concentré,  les  10  premières  entreprises représentant respectivement 74 % et 89 % des marchés IARD et vie. Parmi ces  10  entreprises,  seules  deux  ne  comptent  pas  de  participation  étrangère  à  leur  capital.  En  effet,  après  une  période  d’hésitation  les  opérateurs  étrangers  ont  investi  massivement  le  marché turc de l’assurance (depuis 2006) et sont entrés au capital de certaines des 10 plus  grandes compagnies turques. C’est le cas de Groupama et d’Axa, mais aussi d’Ergo/Munich  Re, d’Eureko de Mapfre, de Zurich, et d’ING. Cette intrusion des compagnies étrangères ne  concerne  pas  que  le  «  top  ten  »  puisque,  sur  50  compagnies  d’assurance  «  actives  »  en  Turquie, presque la moitié d’entre elles compte une participation étrangère.  Le  gouvernement  a  adopté  une  nouvelle  loi  sur  les  assurances  en  juin  2007.  Cette  loi  modifie de nombreux aspects de l’assurance en Turquie, et touche à la fois à la création des  sociétés,  leur  fonctionnement  et  leur  cessation  d’activité.  La  loi  stipule  qu’un  certain  nombre  d’obligations  imposées  dans  la  perspective  de  l’adhésion  de  la  Turquie  à  l’Union  européenne  pourront  être  adoptées  par  simple  décision  du  Conseil  des  ministres.  Aucun  nouveau  texte  relatif  aux  assurances  ne  devra  dès  lors  être  soumis  au  Parlement  avant  l’adhésion du pays à l’UE. Parmi les mesures du ressort du Conseil des ministres, on relèvera  la  suppression  des  discriminations  qui  frappent  les  compagnies  étrangères  et  l’adoption  d’un système de libre prestation de services.    La grande majorité des entreprises envisage une progression rapide de leur chiffre d’affaires  en Turquie durant les prochaines années.    En  dépit  de  la  récession  que  traverse  la  Turquie,  la  grande  majorité  des  entreprises  interrogées  anticipe  une  forte  augmentation  du  chiffre  d’affaires  en  Turquie  au  cours  des  années à venir.    Le  groupe  Accor,  présent  en  Turquie  depuis  1992  avec  la  fondation  de  sa  filiale  Accord  Service Turquie, même s’il qualifie de « bonne », en termes de chiffre d’affaires, sa situation  en Turquie, envisage une marge de progression très importante dans les prochaines années.  En effet, au regard de la taille du pays et de la taille du marché potentiel, l’activité du groupe  recèle un fort potentiel de croissance. Comme pour d’autres sociétés françaises, les phases  d’expansion ont plusieurs fois été entrecoupées de phases plus difficiles, en période de crise,  ce qui explique que le potentiel, dans beaucoup de secteurs, reste à développer. Après une  phase de démarrage assez difficile  au début des années 1990, la phase de  développement  jusqu’à la crise de 2001 a été particulièrement bénéfique : c’est durant cette période que le  Ticket  Restaurant,  avantages  consentis  aux  salariés  des  grandes,  puis  des  moyennes  entreprises.  La  période  qui  a  suivi  la  crise  de  2001  a  aussi  été  caractérisée  par  une  forte  croissance de l’activité du Ticket Restaurant et d’autres innovations. Sodexo a pour objectif,  30   
    • à l’horizon 2015, de multiplier par deux le chiffres d’affaires et par trois le résultat net. Pour  cela,  la  société  se  base  sur  son  savoir‐faire  et  son  image  mais  aussi  sur  la  diversification  rapide de ses activités : en 1992, en effet, seule la restauration collective faisait partie des  activités,  alors  qu’aujourd’hui  le  management  de  service  est  venu  s’agréger  aux  autres  activités.   Le  cabinet  de  conseil  Gide  Loyrette  rejoint  les  précédentes  analyses et  insiste  sur  un  potentiel encore inexploité. Satisfaite de ses résultats, la société espère multiplier par trois  ses  activités  en  Turquie  au  cours  des  trois  prochaines  années,  notamment  par  l’intensification de la fonction « d’accompagnement de clients ».  Véolia, arrivée en Turquie en 2003 avec la signature d’un contrat d’exploitation des services  Eaux  et  Assainissement avec  le  syndicat  de  communes de  Cesme  et  d’Alaçati  –mer  Egée  –  qualifie  le  pays  de  stratégique  pour  les  années  à  venir,  compte  tenu  des  besoins  des  collectivités  en  termes  d’infrastructures  –eau,  assainissement  –  et  de  l’harmonisation  avec  les normes européennes. La taille de la société, qui emploie actuellement 80 personnes en  Turquie, pourrait « décupler » dans les années à venir.  Dans le secteur de la distribution, CarrefourSA,  qui emploie plus de 7200 personnes et dont  la présence remonte à 1993, planifie de doubler, au minimum, son parc de magasins grâce à  la croissance organique mais également en raison de la concentration, dans les prochaines  années,  du  marché.  La  chaîne  de  super  et  hyper  marchés  prévoit  d’acheter  des  chaines  concurrentes dans les prochaines années.  Le secteur automobile, malgré sa relative maturité, est aussi unanime, quant aux possibilités  de  développement du marché  turc :  Renault  estime  en  effet  que  le  marché  local  n’est  pas  saturé  et  possède  un  potentiel  de  développement.  Pour  atteindre  le  même  taux  de  motorisation  que  des  pays  comparables,  plus  de  15  millions  de  véhicules  supplémentaires  pourraient  être  vendus  en  Turquie.  Peugeot  confirme  cette  tendance  et  au  vue  de  la  progression  de  ses  ventes  réfléchit  à  une  possible  implantation  industrielle  en  Turquie.  Le  groupe ne produit pas, ou ne fait produire de véhicule particulier.  Le groupe Rhodia pourrait lui aussi, si l’opportunité se présente, évoluer vers une présence  industrielle,  en  fonction  des  évolutions  positives  suivantes :  segment  en  forte  croissance,  clients  multinationaux  implantés  en  Turquie,  opportunité  de  rachat  d’une  société  turque  opérant sur un de leurs marchés.    Le marché turc est souvent vu comme une plateforme stratégique et une  passerelle pour l’accès aux marchés d’Asie centrale, du Moyen‐Orient et  des Balkans.    Comme cela a été évoqué, les entreprises françaises qui exportent une part significative de  leur production turque ne constituent pas une majorité. Celles qui exportent l’essentiel de  leur production vers la France sont très rares.  Pour une infime minorité d’entreprises, la Turquie est principalement une base d’exportation  à bas coût vers la France    Implantée  dans  la  région  d’Izmir,  FT  Bestas,  filiale  du  groupe  LISI  Aerospace  a  racheté  en  2001 une usine productrice de fixations aéronautiques de grande qualité. Si la production de  31   
    • cette usine de sous‐traitance est exportée à 95% vers la France, il s’agit d’une implantation  de croissance externe pour le groupe, puisque celle‐ci n’a pas conduit à une baisse d’activité  ou  une  fermeture  d’usine  en  France.  Par  cette  implantation,  présente  uniquement  en  Turquie  dans  la  phase  de  production,  le  groupe  est  venu  chercher  dans  la  région  égéenne  des coûts plus bas que ceux pratiqués en France.      Les fixations et les composants d’assemblage pour l’aéronautique :  le groupe LISI – Aerospace    Le marché mondial des fixations et composants d'assemblage aéronautique est estimé à  plus  de  2  milliards  d'euros.  Avec  près  de  15%  de  part  de  marché,  LISI  AEROSPACE  est  numéro trois mondial et détient en particulier des positions fortes chez AIRBUS et chez les  motoristes européens.   Aux  Etats‐Unis,  LISI  AEROSPACE  est  historiquement  présent  dans  les  fixations  de  structures, et consolide ses positions chez BOEING.  Après  plusieurs  années  de  développement,  LISI  AEROSPACE  est  devenu  aujourd'hui  un  partenaire des motoristes et équipementiers Américains.  Dans  le  marché  "niche"  des  fixations  et  composants  d'assemblage  destinés  à  la  compétition  automobile,  qui  partage  avec  le  monde  aéronautique  les  matériaux  et  des  process de haute technologie, LISI AEROSPACE est devenu le numéro un mondial  depuis  l'acquisition de la société américaine A‐1.  LISI AEROSPACE est fournisseur de rang I et ses principaux clients ont pour nom AIRBUS,  BOEING,  EMBRAER,  BOMBARDIER,  DASSAULT,  GEAE,  PRATT  &  WHITNEY,  ROLLS  ROYCE,  SAFRAN,  EUROCOPTER  et  tous  les  équipementiers  mondiaux  du  secteur  aéronautique.  Le groupe compte aussi parmi ses partenaires FERRARI, RENAULT SPORT, BMW, TOYOTA  RACING DIVISION ainsi que d'autres écuries et équipementiers comme PANKL.      Dans le cas de Sencora, société de droit turc de construction de bateaux – yachts et péniches  –  l’implantation  en  Turquie  ne  semble  pas  correspondre  à  un  choix  tactique  mais  à  une  nécessité  absolue,  pour  des  raisons  de  coûts.  En  effet,  pour  le  Président  de  cette  société  détenue  à  96%  par  la  maison  mère  française,  il  n’aurait  pas  été  possible  de  créer  Sencora  avec un centre de production en France. Cela signifie que les emplois qui ont été créés en  France  pour  commercialiser  les  bateaux  produits  ne  l’auraient  sans  doute  pas  été  sans  la  création  d’un  site  de  production  en  Turquie.  Ce  dernier,  situé  sur  les  bords  de  la  mer  de  Marmara, à Yalova, emploient actuellement 115 personnes.    Comme  pour  le  cas  précédent,  cette  implantation  ne  peut  être  assimilée  à  une  délocalisation.  De  fait,  les  cabinets  d’avocats  français  implantés  en  Turquie  confirment  l’extrême rareté des cas de délocalisations de production depuis la France au cours des dix  dernières années.      32   
    • Pour un nombre croissant d’entreprises françaises, le marché turc est souvent considéré  comme une base d’exportation régionale stratégique    Plus de la moitié des groupes contactés, même s’ils n’exportent pas ou prou leur production  turque  dans  la  région,  citent  la  position  stratégique  de  la  Turquie  pour  la  conquête  de  nouveaux marchés. Cela signifie que, le volume des exportations de nos entreprises, à partir  de la Turquie, pourraient augmenter significativement au cours des prochaines années.     Dans le secteur du transport‐logistique, la Turquie occupe depuis plusieurs années déjà une  place  de  choix.  Pour  PROteameast,  entreprise  prestataire  de  services  dans  les  métiers  du  transport et de la logistique, la Turquie est qualifiée de « pays pivot », et « pays carrefour »  qui  permet  de  développer  l’activité  et  les  offres  de  services.  D’abord  implantée  pour  le  marché turc, l’entreprise, qui travaille aussi bien avec des sociétés françaises que turques, se  développe vers les pays d’Asie centrale mais aussi l’Iran. Selon son directeur général, l’Irak  deviendra  dans  un  avenir  proche  une  grande  opportunité  d’affaires.  Cet  enthousiasme  est  partagé par GEFCO qui, malgré la crise économique, insiste sur le caractère dynamique du  marché  turc  en  matière  de  transport.  Grâce  au  développement  des  ports  –  Mersin  sur  la  méditerranée,  et  les  ports  de  la  Mer  Noire  –  et  à  l’extension  des  réseaux  routiers  et  ferroviaires,  la  Turquie  renforce  sa  position  de  base  logistique  internationale  et  de  couloir  entre  l’Europe  et  l’Asie.  Pour  GEFCO,  la  Turquie  pourrait  devenir  le  centre  d’une  base  régionale incluant les Balkans, les Républiques turcophones, l’Iran et l’Irak. Situé au cœur de  cette zone, GEFCO Turquie pourrait avoir, d’ici quelques années, complété son implantation  géographique  en  Anatolie  et  y  disposer  de  sites  structurés  et  d’un  capital  humain  expérimenté et être ainsi à même de faire face à une hausse de ses activités dans la région.     Le  secteur  automobile  est  depuis  plusieurs  années  déjà  concerné  par  les  exportations  régionales à partir de la Turquie. Si la production automobile des usines Renault de Bursa a  toujours  été  destinée  au  marché  local  en  priorité,  la  part  exportée  est  désormais  en  croissance  régulière.  Bursa  tient  désormais  aussi  le  rôle  de  plate‐forme  régionale  de  production  et  d’exportation  en  raison  de  sa  proximité  avec  les  nombreux  marchés  de  perspectives de croissance importante comme l’Europe de l’Est – Russie, Roumanie, Hongrie,  Pologne  …  ‐  mais  aussi  le  Moyen‐Orient,  les  pays  du  Golfe,  les  Républiques  d’Asie  turcophone  ainsi  que  le  Maghreb.  Les  exportations  du  groupe  Oyak  Renault  se  dirigent  aujourd’hui  pour  31%  à  destination  de  la  France  et  pour  69%  à  destination  des  pays  tiers,  essentiellement les pays cités précédemment.  Valeo  Otomotiv,  dont  la  part  des  exportations  vers  les  pays  tiers  est  de  73%  a,  dès  son  implantation  en  Turquie  il  y  a  20  ans,  souhaité  développer  et  suivre  les  marchés  iranien,  russe, roumain et du Moyen‐Orient à partir de la Turquie. Tel est toujours le cas aujourd’hui.    La plupart des autres domaines industriels sont aussi concernés par ce phénomène. Forte de  son implantation en Turquie et en pleine croissance, Aromatech exporte environ 15% de sa  production vers les pays de la région – Europe de l’Est, Moyen‐Orient et Asie centrale.   Dans  le  secteur  de  la  construction,  Lafarge  Dalsan  exporte  30%  de  sa  production  vers  la  Bulgarie,  la  Russie,  la  Géorgie,  Israël,  la  Syrie,  l’Egypte  et  la  Jordanie,  à  partir  de  ses  deux  usines  de  plâtre  situées  près  d’Ankara  et  à  proximité  d’Istanbul.  Vicat,  exporte  11%  de  sa  production dans la région.  33   
    • Legrand, implanté en Turquie pour la fabrication de matériel électrique basse tension, insiste  aussi sur le fait que « passer à côté » du marché turc aurait des conséquences négatives pour  l’entreprise. Celle‐ci se priverait non seulement du marché local, mais aussi d’une formidable  plate‐forme régionale. Legrand Turquie exporte une partie de sa production vers l’Europe du  Sud et le Moyen‐Orient.  Dans le secteur alimentaire, l’entreprise Özmaya, qui représente 10% de l’activité mondiale  du  groupe  Lesaffre,  occupe  une  position  stratégique  en  Turquie :  cette  implantation  lui  a  permis non seulement d’exporter en 2008 pour plus de 27 millions d’euros dans les pays du  Moyen‐Orient, d’Asie centrale et même d’Afrique de l’Est, mais a aussi facilité l’ouverture de  deux usines de production en Iran ces dernières années.  Dans le secteur de l’énergie, l’implantation de Total en Turquie, si elle permet l’exportation  de  lubrifiants,  fabriqués  dans  la  région  d’Izmir,  vers  Israël  et  le  Nord  de  l’Irak.  Mais  cette  présence en Turquie répond surtout à une volonté du pétrolier français d’avoir une position  forte dans ce pays stratégique, situé sur une des grandes voies de passage du pétrole et du  gaz en provenance du Moyen‐Orient et de Russie.       Si certaines entreprises souhaitent faire de la Turquie une plate‐forme  mondiale d’achats pour améliorer leur compétitivité globale, ce  phénomène reste toutefois limité    Le fait de produire en Turquie implique de développer localement une fonction achat, car la  capacité à se fournir sur place est un élément de la compétitivité des produits et des services  offerts, en termes de coûts ou de maîtrise des délais ; ainsi, presque toutes les entreprises  qui  produisent  en  Turquie  y  « sourcent »  également  leur  fournitures  nécessaires  à  cette  production.  Ceva  Dif  Ilaç,  comme  la  plupart  des  entreprises  qui  produisent  en  Turquie,  achète  « localement »  pour  50%  des  composants.  De  même,  Larth  Havlu  Radyator  achète  sur  place  les  matériaux nécessaires  au  processus  de  production  de  son usine  d’Izmir.  Pour  beaucoup d’entreprises, importer des produits nécessaires à la fabrication alors que ceux‐ci  sont  disponibles  sur  place  serait  une  aberration  économique  qui  mettrait  en  danger  la  productivité et, de manière générale, la viabilité de l’implantation en Turquie.    Un  autre  type  de  « sourcing »  se  développe  également  en  Turquie,  mais  de  manière  plus  marginale.  Il  s’agit,  pour  certaines  entreprises,  de  s’approvisionner  directement  dans  un  pays,  non  pas  seulement  pour  le  processus  de  fabrication  établi  dans  ce  pays,  mais  pour  l’ensemble  des  activités  du  groupe  en  France  et  à  l’international,  avec  pour  objectif  un  accroissement global de la productivité‐coût.   Ce  phénomène,  très  répandu  en  Chine,  semble  se  développer  progressivement,  mais  de  manière  beaucoup  plus  limitée,  en  Turquie.  Alstom  Turquie,  qui  ne  dispose  pas  de  sites  industriels  en  Turquie,  achète  ainsi  depuis  plusieurs  années  des  sous‐ensembles  pour  ses  usines  en  France.  Larth  Havlu  Radyator  réfléchit  aussi  actuellement  à  la  possibilité  de  développer ce type de sourcing pour approvisionner d’autres usines, hors de Turquie.  D’autres  sociétés  françaises  ont  depuis  longtemps  développé  ce  système  d’approvisionnement  international  à  moindre  coût,  même  s’il  reste  très  minoritaire  en  nombre.  C’est  notamment  le  cas  de  Carrefour  qui  a  créé  en  Turquie  une  filiale  dédiée  au  34   
    • sourcing (Carrefour Global Sourcing), totalement indépendante de la filiale distribution. Elle  exporte  environ  pour  60  millions  d’euros  par  an  dans  le  monde  entier,  mais  surtout  vers  l’Europe.  D’une  manière  générale,  ce  type  de  sourcing  est  largement  développé  dans  la  grande distribution.  Il  l’est  aussi  dans  le  secteur  automobile,  comme  en  témoigne  l’existence  en  Turquie  de  la  centrale  d’achats  pour  la  Turquie  et  les  autres  implantations  du  groupe,  Renault‐Nisan  Purchasing Organisation, RNPO.  Dans un secteur très différent, celui des levures de boulangerie, Özmaya développe aussi ce  type  d’activité.  Le  groupe  achète  en  Turquie  et  importe  aussi  depuis  l’étranger.  Certains  produits et  services  sont  achetés  à travers  le  département  d’achats du groupe,  qui  a  aussi  pour mission de référencer certains fournisseurs turcs qui livrent ensuite à d’autres sociétés  du groupe dans le monde.    La fonction achats est donc essentielle pour les entreprises qui produisent en Turquie. Son  développement  sous  la  forme  de  sourcing  international,  moins  marqué  que  dans  d’autres  grands pays émergents, semble progresser dans certains secteurs.    La Turquie commence à accueillir quelques centres d’innovation d’entreprises  françaises, mais de manière limitée    Comme on l’a vu, le suivi du marché impose presque systématiquement d’installer sur place  une fonction d’adaptation des produits aux besoins et aux goûts des clients. Cette structure  peut  soit  travailler  de  manière  autonome,  soit  servir  de  relais  à  des  équipes  qui  restent  basées en France.   Un  pas  supplémentaire,  que  peu  d’entreprises  françaises  ont  franchi,  consiste  à  créer  en  Turquie un véritable centre de recherche appliquée qui va au‐delà de la simple adaptation  des produits au marché.    La  grande  majorité  des  entreprises  contactées  déclare  en  effet  avoir  développé  de  petites  installations  de  recherche  et  développement  (R&D).  Bien  que  très  utiles  pour  l’adaptation  des produits au marché locaux, ces structures sont encore peu développées. Legrand, dont  le  site  de  production  de  matériel  électrique  basse  tension  est  implanté  à  Gebze,  consacre  une faible part des ses activités à la R&D.  Dans le domaine des cosmétiques, L’Oréal accorde aussi une place limitée à la recherche et  développement  sur  son  site  de  production,  mais  uniquement  pour  les  produits  capillaires,  seul domaine pour lequel le groupe produit en Turquie.  Dans  le  domaine  de  la  construction,  Lafarge  Dalsan  et  Vicat  ont  eux  aussi  des  activités  de  R&D.  Pour  le  premier,  ces  activités  se  limitent  au  domaine  des  équipements.  De  la  même  façon, pour le second, la R&D n’intervient qu’à la marge dans le processus de production et  de vente.  Le  développement  d’une  fonction  de  R&D  concerne  aussi  le  secteur  des  services.  Les  partenariats  établis  par  Sodexo  avec  des  universités,  notamment  sur  la  productivité  des  ressources  humaines  et  sur  le  respect  de  l’environnement,  peuvent  être  assimilés  à  de  la  R&D.  Concernant  le  domaine  des  banques  et  assurances,  TEB  a  lancé  une  étude  –  actuellement au stade de projet – pour développer un logiciel à destination de son réseau en  35   
    • Turquie.  Chez  Groupama  aussi,  la  R&D  passe  souvent  par  l’utilisation  des  nouvelles  technologies :  son  département  d’innovation  marketing  et  technologiques  a  permis  le  lancement du service SMS 6767 qui permet à tout abonné de se faire envoyer ses références  et d’obtenir aussi de nouvelles propositions d’offres de la part de Basak Groupama Sigorta.    Le  secteur  automobile  pourrait  connaître  dans  les  prochaines  années  un  bond  de  ses  activités  de  R&D.  Il  vise  certes  à  produire  2  millions  de  véhicules  dans  les  années  à  venir,  mais  espère  surtout  développer  la  R&D  et  devenir  ainsi  un  pôle  d’excellence.  Selon  le  directeur  général  d’Oyak  Renault,  cet  objectif  ambitieux  demande  beaucoup  d’investissements  en  termes  d’infrastructure,  de  logistique  et  sur  la  R&D ;  l’Etat  turc  commence  à  prendre  en  compte  sérieusement  ces  requêtes.  Le  directeur  général  de  Peugeot  Otomotiv  estime  lui  aussi  que  beaucoup  reste  à  faire  en  matière  de  R&D ;  des  activités  qui  doivent  notamment  être  développées  avec  les  fournisseurs  turcs  locaux.  Interrogé  sur  son  évolution  future  en  Turquie,  le  fournisseur  de  produits  automobiles  français  A.Raymond,  estime  d’ailleurs  que  l’activité  du  groupe  ira  dans  le  sens  d’une  meilleure prise en compte du R&D pour ses activités en Turquie.    Dans les secteurs agricole et agro‐alimentaire, le développement de centres de recherche et  développement  semble  plus  systématique  pour  les  entreprises  françaises  implantées  en  Turquie.  Ceva  Dif  Ilaç  travaille  actuellement  sur le  développement  local  de  deux  nouveaux  produits  depuis  plus  d’un  an.  Anadolu  Tohum  effectue  localement  des  recherches  sur  les  semences  légumières,  ainsi  que  sur  les  engrais.  Si  l’entreprise  dispose  d’un  site  à  Istanbul  avec  une  usine  de  conditionnement  de  semences  qui  fait  également  la  formulation  et  l’emballage  d’engrais,  le  site  de  recherche,  consacré  à  100%  aux  variétés  légumières,  est  implanté lui à Antalya.  Dans  le  domaine  alimentaire,  l’extension  d’Aromatech  en  Turquie  s’est  accompagnée  de  l’acquisition  de  nouveaux  matériels  de  production  et  de  laboratoire.  Ces  nouveaux  locaux  permettent également à Aromatech Turquie d’agrandir ses laboratoires d’applications et de  développement d’arômes salés. Özmaya Sanayi dispose déjà d’un grand centre de recherche  de boulangerie à Ceyhan, dans le Sud de la Turquie.    Le caractère mondial de la recherche, fondé sur des centres d’innovation qui travaillent en  réseau, est désormais  souvent  reconnu  comme  un facteur‐clé  de  succès.  Ainsi  les  activités  des  centres  de  recherche,  jusqu’ici  relativement  limitées,  pourraient  connaître  un  développement rapide. On peut cependant penser qu’il ne s’agira pas, dans la très grande  majorité  des  cas,  de  délocalisation  des  capacités  de  recherche  en  Turquie,  principalement  par crainte d’une violation des droits de propriété intellectuelle, soit existants, soit à venir :  la recherche est souvent considérée comme le nerf de la guerre, l’activité qui par excellence  doit rester en France ou du moins en Europe ou en Amérique du Nord.        36   
    • L’implantation : difficultés rencontrées et solutions trouvées (III)    Malgré quelques périodes de récession et la grave crise financière de 2001‐2002, la Turquie  a connu globalement des années marquées par une forte croissance, notamment celles qui  ont été encadrées par les deux derniers plans du FMI.  La Turquie est désormais une économie ouverte, au moins en théorie. Avec la libéralisation  de  l’économie  et  la  maturation  des  marchés,  les  conditions  d’implantation  se  sont  nettement améliorées. Un gros effort de clarification et de modernisation du cadre juridique  a été accompli dans de très nombreux domaines.  L’implantation  reste  toutefois  dans  de  nombreux  cas  gênée,  voire  contrainte,  par  les  lourdeurs  des  procédures  parfois  peu  transparentes  de  l’administration  turque.  Dans  le  même temps, tout investissement en Turquie demeure exposé à des risques particuliers en  matière de partenariats, de propriété intellectuelle et de ressources humaines. L’expérience  de  nos  entreprises  montre  toutefois  qu’il  existe  des  solutions  pour  limiter  l’occurrence  et  l’effet de ces risques.    Des pesanteurs administratives multiples qui handicapent parfois les  implantations et l’activité économique    L’insertion progressive de la Turquie dans le commerce mondial, le fait qu’elle soit membre  de  l’Organisation  mondiale  du  commerce  et  de  l’OCDE  ainsi  que  l’existence  d’un  accord  d’union douanière avec l’UE, n’empêchent pas ce pays d’avoir encore recours à des réflexes  protectionnistes dans certains secteurs et de multiplier les entraves au commerce, parfois en  violation manifeste de principes auxquels elle a officiellement adhéré. Les difficultés d’accès  au marché, et celles liées, plus simplement, aux lourdeurs administratives sont nombreuses  et de plusieurs ordres. Sans vouloir dresser un tableau exhaustif des dysfonctionnements, on  reprendra  ci‐après,  à  titre  illustratif,  quelques  difficultés  auxquelles  certaines  entreprises  françaises ont été confrontées.     Les principaux problèmes pour  l’accès au marché    Des exigences administratives tracassières sur le contrôle des produits à l’importation…    Prétextant ne pas pouvoir réaliser le contrôle des produits diffusés sur son marché local, la  Turquie  multiplie  les  procédures  de  contrôles  au  moment  de  leur  importation.  Ces  tracasseries  administratives,  allongent  les  délais,  augmentent  les  coûts  de  l’importation  et   conduisent in fine à des pratiques de caractère protectionniste.    dans le domaine agricole :   Le  ministère  de  l’Agriculture  se  distingue  par  sa  propension  à  édicter  des  normes,  le  plus  souvent  de  caractère  sanitaire,  qui  constituent  autant  d’obstacles  à  la  libre  circulation  des  marchandises.  À  titre  d’exemple,  tout  produit  agricole  ou  agroalimentaire  importé  doit  obtenir  un  certificat  de  contrôle  préalable  (licence  d’importation).  Cette  exigence  est  étendue  aux  produits,  notamment  en  verre,  qui  entrent  en  contact  avec  les  produits  37   
    • alimentaires  comme  les  plats,  mais  aussi  les  cendriers  qui  sont  susceptibles  d’être  sur  la  table. Par ailleurs, comme le ministère de l’Agriculture ne reconnaît pas, dans la plupart des  cas,  les  certificats  d’analyse  émis  par  les  organismes  et  par  les  laboratoires  européens,  les  contrôles  qu’il  réalise  dans  ses  propres  laboratoires  se  traduisent  par  un  allongement  des  délais,  des  surcoûts,  voire  des  contestations  sur  les  résultats  des  analyses.  Les  difficultés  rencontrées  en  raison  de  la  complexité  des  formalités  administratives,  tant  aux  douanes  qu'au ministère de l’agriculture, sont très fréquentes.   Toujours  dans  le  domaine  agricole,  la  viande  et  les  animaux  vivants  sont  interdits  à  l’importation  en  Turquie  depuis  1996,  sous  prétexte  de  la  maladie  ESB,  dite  de  la  "vache  folle". En raison de cette interdiction, la Turquie ne respecte pas l’engagement d’importation  portant sur 19 000 tonnes de viande et sur 5 000 tonnes d’animaux vivants, qu’elle a souscrit  à l’occasion de l’accord de concessions agricoles signé avec l’UE en 1998. En représailles, l’UE  a été conduite à mettre en place des mesures de compensations comme des restrictions à  l’importation des concentrés de tomates et de pastèques originaires de Turquie.   dans le domaine industriel  Pour  les  produits  industriels  provenant  des  pays  de  l’UE,  l’Institut  turc  de  la  normalisation  (TSE)  réclame  des  échantillons,  pour  chaque  catégorie  de  produits  importés,  afin  de  les  soumettre  à  des  analyses.  Ces  échantillons  ne  sont  pas  restitués  aux  importateurs,  malgré  leur valeur parfois élevée (cas des montures optiques, par exemple).  Soucieuse d’harmoniser ses procédures techniques avec celles de l'UE et d’apporter toutes  les  garanties  nécessaires  pour  la  sécurité  du  consommateur,  la  Turquie  exige  le  marquage  "CE"  sur  certaines  catégories  de  produits  (machines,  équipements  électriques,  jouets…).  Comme  les  produits  importés  des  pays  tiers  sont  également  soumis  à  cette  exigence,  l’obtention de certificats de conformité auprès du TSE, imposée sans préavis de préparation,  s’est traduit en 2004 par un fort engorgement des bureaux de douane.    Un fonctionnement général de l’administration complexe et aléatoire    D’une manière générale, réussir à obtenir les permis de travail nécessaires ne va pas de soi.  Malgré  les  facilités  introduites  récemment  dans  la  législation  pour  la  création  de  sociétés  (suppression  de  l’autorisation  préalable  d’investissement,  suppression  de  l’obligation  de  verser  50  000  USD  au  titre  de  chacun  des  associés  étrangers),  l’ouverture  d’un  bureau  de  liaison reste encore aléatoire. À titre d’exemple, le transfert de la compétence sur les permis  de  travail  au  ministère  du  Travail,  a  allongé  la  durée  requise  pour  l’obtention  des  autorisations.  Plusieurs mois  de  démarches peuvent être  nécessaires pour  l’aboutissement  de cette démarche.   Les  entreprises  rencontrées  citent  fréquemment  les  difficultés  auxquelles  elles  ont  été  confrontées  pour  l’obtention  de  permis  de  travail,  mais  pas  de  manière  systématique.  Groupama  a  du  y  faire  face  pour  chacun  des  six  expatriés  qu’elle  emploie.  Özmaya  Sanayi  rencontre aussi des difficultés accrues depuis le changement de ministère compétent et le  nécessaire accord des chambres professionnelles. Ces dernières exercent un certain contrôle  corporatiste, plus ou moins prononcé, et plus ou moins favorable à l’arrivée d’investisseurs  étrangers, selon les fédérations concernées. Cette complexification de la procédure a poussé  Özmaya  à  déléguer  l’obtention  des  permis  de  travail  à  un  cabinet  d’avocat,  alors  que  l’entreprise effectuait elle‐même cette démarche avant la réforme.   38   
    • Pour  Areva,  au  contraire,  l’obtention  de  permis  de  travail  n’a  jamais  posé  problème.  Pour  faciliter  la  réussite  de  cette  démarche,  Areva  conseille  une  participation  systématique  à  toutes  les  associations  et  instances  diverses,  telles  que  les  associations  d’exportateurs,  les  associations d’ingénieurs ou les chambres de commerce.     Mention  peut  être  faite  aussi  que  l’embauche  de  certaines  catégories  professionnelles  est  rendue plus difficile du fait d’une priorité accordée aux personnes de nationalité turque. Les  ingénieurs  sont,  à  cet  égard,  tout  spécialement  visés.  Le  recrutement  de  cette  catégorie  professionnelle particulière reste possible, mais après un processus long et compliqué. Il est  donc  conseillé  de  recourir  à  des  cabinets  spécialisés  pour  maximiser  les  chances  de  dénouement positif lorsqu’une telle démarche est engagée.     L’obtention des permis de travail n’est qu’un des aspects de la complexité et de la lourdeur  administrative.  Malgré  sa  très  bonne  connaissance  du  pays  et  de  son  administration,  le  président  de  Sencora  déplore  encore  « la  longueur  et  la  complexité  pour  l’obtention  de  toutes les autorisations nécessaires ». Pour certaines entreprises, la complexité peut même  se  transformer  parfois  en  instabilité  administrative.  Ainsi,  Larth  Havlu  Radyatör  a  vu  récemment le statut administratif de ses terrains changé : acquis dans les « règles de l’art »,  ils  sont  aujourd’hui  considérés  comme  agricoles,  ce  qui  fait  planer  sur  l’entreprise  une  menace d’expulsion.    La lourdeur et la complexité de l’administration turque trouve parfois son origine dans son  caractère  fragmenté :  il  s’agit  là  d’un  cloisonnement  extrême  entre  les  différents  services  administratifs  qui  a  pour  conséquence  l’accumulation  des  délais  et  la  « fameuse »  lenteur  bureaucratique. Areva souligne avoir déjà rencontré des oppositions entre les exigences du  service du feu et celles du service de l’eau en matière de réglementation liée à la sécurité.  Pour  passer  outre  ces  contradictions  et  ne  pas  être  en  infraction  à  l’une  des  deux  législations, la société doit alors se résoudre à faire un choix et obtenir une dérogation vis‐à‐ vis de la législation qui n’a pu être respectée. Il n’est cependant pas toujours aisé de trouver,  au sein de l’administration, l’agent susceptible de prendre la responsabilité d’accorder cette  dérogation.   Problèmes de l’attribution peu transparente des marchés publics    Plusieurs  entreprises  françaises  qui  sont  amenées,  dans  l’exercice  de  leurs  activités  en  Turquie,  à  répondre  à  des  appels d’offres  pour  l’obtention de  marchés publics,  jugent  peu  transparent  cet  ensemble  de  procédures.  Alstom  a  notamment  eu  la  mauvaise  expérience  d’assister à l’attribution de quelques gros contrats à la concurrence – en particulier coréenne  ‐  et  notamment  sur  financements  européens.  Le  président  d’Alstom  Turquie  considère  d’ailleurs ce manque de transparence et de rigueur dans les appels d’offres publics –aucun  problème grave n’est à signaler par contre sur le sérieux du secteur privé – comme l’une des  principales faiblesses de la destination Turquie à l’heure actuelle. Cela nuit à l’ensemble de  l’économie  turque  qui  dispose  pourtant  de  nombreux  atouts,  aussi  bien  en  termes  d’infrastructures  qu’en  termes  d’acteurs  locaux  professionnels  et  dynamiques.  Véolia  regrette  aussi,  en  plus des  insuffisances  du  cadre  contractuel,  ce  manque  de  transparence  dans l’attribution des marchés publics.    39   
    • Cette  problématique  de  la  transparence  dans  l’attribution  des  marchés  publics  doit  être  rapprochée  d’une  autre  difficulté  souvent  relevée.  Si  la  Turquie  a  signé  la  Convention  de  l’OCDE  sur  la  lutte  contre  la  corruption,  certaines  entreprises  ont  souligné  les  difficultés  rencontrées,  notamment  vis‐à‐vis  des  administrations  locales.  La  Turquie  reste  classée  en  61ème  position  sur  un  total  de  180  pays  dans  le  classement  général  de  l’indice  2009  de  perception de la corruption, publié par Transparency International.  Le cadre légal favorise lui‐même quelques fois un autre type de corruption. Si l’entreprise X,  qui peut être une entreprise française travaillant en Turquie, lance un appel d’offres, elle ne  peut,  selon  la  loi,  attribuer  le  marché  avant  d’avoir  soumis  l’ensemble  des  offres  à  la  municipalité,  officiellement  pour  s’assurer  que  l’entreprise  choisie  in  fine  est  bien  fiable.  Grâce  à  cette  procédure,  la  municipalité  a  ensuite  toute  loisir  de  faire  payer  les  soumissionnaires,  qui  acceptent  souvent  pour  pouvoir  être  recommandés  auprès  de  l’entreprise X.     Les principaux risques d’une implantation    Excepté le problème du rapport avec l’administration, quelque soit le pays, toute démarche  d’implantation commerciale ou industrielle comporte des risques, politiques, réglementaires  concurrentiels, etc…La Turquie ne fait pas exception. Si l’on peut identifier des étapes bien  différenciées dans le mouvement d’implantation en Turquie, il serait en revanche erroné de  croire que nos entreprises, une fois installées en Turquie, y ont un développement continu :  beaucoup ont connu des accidents de parcours et toutes ont dû s’adapter aux mutations de  l’environnement des affaires.  Parmi les différents risques liés à l’implantation, trois méritent un examen plus approfondi :    les conflits avec le partenaire local ;   les atteintes à la propriété intellectuelle ;    les difficultés de gestion des ressources humaines.    La question centrale du partenariat capitalistique    Faut‐il  prendre  un  partenaire  turc ?  Si  certains  seraient  tentés  d’apporter  une  réponse  catégorique, d’autres envisagent une réponse adaptée en fonction du secteur concerné. Sur  les 20 dernières années, on constate qu’une première phase d’implantation s’est faite sous  forme  de  coentreprises.  Les  filiales  à  100%  se  sont  développées  et  sont  aujourd’hui  privilégiées car  elles  permettent  de  ne  pas  avoir  à  gérer  des  partenaires  fréquemment  critiqués.     La coentreprise, une solution  initiale d’implantation souvent critiquée    Longtemps, et dans de nombreux secteurs, la forme de la  coentreprise avec un partenaire  turc  a  été  imposée  aux  sociétés  étrangères  désireuses  de  dépasser  l’étape  du  bureau  de  représentation et de créer une filiale en Turquie. Aux yeux des autorités, ce type de sociétés  présente l’avantage de favoriser les transferts d’expérience, de méthode et de technologie  vers  les  entreprises  turques.  Mais  ces  structures  juridiques  peuvent  aussi  profiter  aux  40   
    • entreprises étrangères, qui s’appuient souvent sur le réseau relationnel de leur partenaire à  la  fois  pour  pénétrer  plus  vite  le  marché  et  pour  assurer  l’interface  avec  les  autorités  administratives et politiques. Bien souvent, la coentreprise est donc un moyen, classique et  accepté sinon choisi, d’intégration locale des entreprises étrangères.   L’expérience  des  entreprises  françaises  en  Turquie  a  montré  plusieurs  types  de  difficultés,  plus ou moins sévères, avec leurs partenaires turcs :    le  plus  souvent,  le  partenaire  n’apporte  pas  la  valeur  ajoutée  attendue  en  termes  relationnel commercial et institutionnel ; il est « dormant » ;   des divergences de fond quant à la stratégie à conduire apparaissent aussi fréquemment.  De  nombreuses  sociétés  françaises  indiquent  que  les  partenaires  turcs  cherchent  souvent à maximiser leurs dividendes à court terme, au détriment d’investissements de  long terme ;    dans  quelques  cas,  le  partenaire  développe  des  pratiques  douteuses  ou  profite  de  la  structure commune pour monter de son côté une activité concurrente.  Ces  problèmes  ont  parfois  conduit  des  entreprises  françaises,  notamment  des  PME,  à  se  retirer de Turquie. Mais dans la majorité des cas, il a été simplement mis fin au partenariat  et l’entreprise française a continué seule ses activités.  Danone  Hayat  a  débuté  ses  activités  en  Turquie  sous  la  forme  d’un  joint‐venture  avec  le  groupe Sabanci. A la suite de nombreux problèmes, la coentreprise a cessé de fonctionner  en 2004 et Danone Hayat continue son activité depuis lors sous la forme d’une filiale à 100%  d’une entreprise française.  Bed & Breakfast a aussi connu des difficultés, à deux reprises. Pour le président de la société,  le partenariat s’est avéré être un exercice difficile en Turquie : des promesses, souvent faites  au début, n’ont pas été tenues au cours du partenariat. Selon lui, le point le plus important  est de contrôler l’aspect financier du partenariat sans quoi des mauvaises surprises peuvent  se produire.  Même si le partenaire choisi se révèle être honnête – c’est la grande majorité des cas – les  divergences  de  fond  quant  à  la  stratégie  à  suivre  apparaissent  souvent.  Pour  Sodexo  par  exemple,  il  existait  un  partenariat,  au  début  de  l’implantation,  en  1992 :  60%  des  capitaux  étaient détenus par Sodexo et le solde par le partenaire. En raison de différence de culture  et d’approche commerciale, la relation s’est mal passée et, après la crise de 1994, ils se sont  séparés.  Ce  fut  le  cas  aussi  pour  PROteameast,  qui  a  connu  quelques  problèmes,  par  le  passé,  avec  un  partenaire,  dont  la  vision  à  court  terme  et  le  besoin  de  retour  sur  investissement ont rendu la relation difficile.    L’expérience  de  Total  Oil  en  Turquie  montre  que,  pour  un  même  secteur,  un  partenariat  peut être une réussite ou non. Les deux entreprises Total et Elf étaient présentes en Turquie  depuis 1991 avant de fusionner en 2002 sous le nom de Total Oil Turkiye. Avant cette fusion,  les  deux  filiales  avaient  été  conçues  avec  des  partenaires  locaux  différents.  En  termes  de  relations, celles‐ci étaient correctes entre Total et son partenaire et excellentes du côté Elf  avec  le  groupe  Selyak.  Depuis,  Total  Oil  Turkiye  n’a  plus  de  partenaires  et  est  une  filiale  à  100% du groupe Total.    41   
    • Si des problèmes peuvent exister dans la relation de partenariat, plusieurs filiales françaises  témoigne  d’un  partenariat  très  positif  sans  lequel  leur  développement  en  Turquie  n’aurait  pas été aussi rapide.  Selon  le  directeur  général  de  Renault,  le  partenariat  établi  depuis  40  ans  avec  Oyak  est  « solide  et  réussi ».  A  l’époque  de  l’implantation  de  Renault  en  Turquie,  il  fallait  obligatoirement disposer  d’un  partenaire  local,  le  partenaire  étranger  ne  pouvant  pas  être  majoritaire  non  plus.  Depuis  40  ans,  les  équipes  travaillent  dans  un  esprit  positif  et  de  coopération.  Dans  un  domaine  complètement  différent,  le  secteur  agricole,  Vilmorin  a  débuté  en  1986  un  partenariat  avec  la  société  Anadolu  Tohum  à  hauteur  de  33%,  puis  de  47,5% après la crise de 2001. En 2007, l’implantation est devenue une implantation à 100%  française. Le partenariat se passe très bien en pratique puisqu’il a permis aux partenaires de  vivre de leur métier.   Le  partenariat  facilite  très  souvent  l’intégration  d’une  entreprise  étrangère  sur  un  marché  nouveau,  dont  l’organisation  et  le  fonctionnement  peuvent  s’avérer  très  différents :  ce  fut  notamment le cas pour Sofra Yemek. Son directeur estime que le partenariat a été très utile  dans  les  premières  années  de  création  de  l’entreprise :  connaissance  du  marché,  aide  à  la  prise  rapide  de  décision,  prise  de  risques  mesurés.  Beaucoup  « d’erreurs  de  jeunesse  ont  certainement été évitées ». Même témoignage de la part du directeur de Dalsan Alçi Sanayi  (Lafarge)  pour  qui  le  mode  d’implantation  –  un  partenariat  50/50  –  a  constitué  un  moyen  d’accélérer  le  développement  et  de  le  sécuriser,  en  s’appuyant  sur  un  partenaire  connaissant parfaitement l’environnement local.    Pour les entreprises dont les métiers concernent la distribution de biens de consommation,  la coentreprise avec un partenaire dans le même domaine d’activité – ou complémentaire –  semble nécessaire pour permettre  d’accroître  les  parts de  marchés.  Le groupe  Carrefour a  connu  des  difficultés  pour  l’ouverture  des  ses  premiers  magasins  en  Turquie  (création  du  premier  hypermarché  Carrefour  en  1993).  Mais  la  coentreprise  créée  avec  le  groupe  Sabanci, en 1996, a permis une progression plus rapide des parts de marché.  La vague des filiales à 100%    Beaucoup de sociétés ont progressivement racheté les parts de leurs partenaires. Ce fut le  cas des nombreuses entreprises citées plus haut, qui n’ont eu d’autre choix que de racheter  l’ensemble  des  parts  dans  des  partenariats  jugés  problématiques.  Plusieurs  sociétés  sont  désormais passées au statut de filiales à 100%. Valéo avait ainsi des partenaires locaux entre  1989 et 1993 avant de devenir une filiale à 100% française.     Les atteintes à la propriété intellectuelle    Un arsenal législatif anti‐contrefaçon existe,  mais il est mal appliqué    L’ensemble législatif turc relatif à la propriété intellectuelle est généralement conforme aux  standards  internationaux  et  aux  normes  européennes  ;  des  instruments  juridiques  permettent  de  lutter  efficacement  contre  la  contrefaçon.  Cependant  les  moyens  d’application de la législation restent trop limités et la contrefaçon constitue encore un frein  42   
    • important  au  développement  des  entreprises  étrangères  et  françaises  sur  le  marché  turc.  Les principaux produits contrefaits en Turquie concernent les domaines de la confection, de  la cosmétique, de la maroquinerie, ainsi que des pièces de rechange pour les véhicules. Ces  marchandises alimentent pour une grande partie les marchés des pays de l’Est par le biais du  commerce "à la valise", et dans une moindre mesure, le marché local. Les sociétés françaises  ont  encore,  vis‐à‐vis  du  marché  turc,  une  certaine  appréhension  liée  à  la  mauvaise  réputation de la Turquie en matière de contrefaçon.   Pour les PME/PMI exportatrices, d’autant plus sensibilisées à ce problème qu’elles n’ont pas  toujours  les  structures  nécessaires  pour  lutter  contre,  la  contrefaçon  constitue  encore  un  frein  important à  leur prospection  et  à  leur  développement  sur  le  marché  turc.  Quant  aux  grands  groupes  français  implantés  en  Turquie,  ils  n’hésitent  plus  à  se  servir  des  outils  juridiques.  Mais  l’avancée  de  ces  démarches  juridiques  permet  rarement  d’aboutir  à  des  résultats  tangibles.  Des  démarches  visant  à  prévenir  la  circulation  de  produits  contrefaits  semblent parfois plus efficaces. Notamment pour les produits contrefaits qui passent par la  Turquie. L’Oréal obtient par exemple de bons résultats en passant par un cabinet d’avocat  qui travaille en coopération directe avec les douanes : ces dernières sont systématiquement  averties quand des produits suspects entrent ou sortent du territoire turc.     La problématique de la copie touche même le secteur des services. Le directeur général de  Bed  &  Breakfast  considère  par  exemple  qu’il est  très difficile de protéger  les  idées dans  le  domaine  de  la  publicité.  En  répondant  à  des  appels  d’offres,  les  entreprises  prennent  le  risque de voir leurs idées utilisées à terme même si une autre entreprise est sélectionnée.  Même si les travaux ont été notariés au préalable, il est très difficile d’obtenir gain de cause  par la suite.    Des progrès ont été réalisés et un relatif optimisme semble prévaloir    La  formation  des  juges  et  des  procureurs  dans  les  domaines  de  la  propriété  intellectuelle  s’est  améliorée  et  des  actions  de  formation  sur  les  modalités  d’application  des  règles  anti  piratage  ont  été  organisées  par  le  ministère  de  la  Culture  et  du  Tourisme,  auxquelles  ont  participé des sociétés d’auteurs, des juristes dans le domaine de la propriété intellectuelle et  les forces de sécurité d’Istanbul et d’Ankara. Après l’affectation de juges qualifiés auprès de  tribunaux  spécialisés  à  Istanbul,  Ankara  et  Izmir,  les  tribunaux  sont  devenus  opérationnels  fin  2003.  En  outre,  l’Institut  turc  des  brevets  poursuit  sa  campagne  de  sensibilisation  du  grand public au sein de plusieurs universités et chambres de commerce. Même si la plupart  des entreprises contactées continuent d’évoquer la question de la contrefaçon en Turquie,  beaucoup précisent que les problèmes rencontrés sont de moins en moins perceptibles. Le  directeur  général  de  Valéo  considère  par  exemple  qu’au  vu  des  progrès  réalisés  ces  dernières  années,  les problèmes de produits  ou  de  services  contrefaits devraient  diminuer  dans  les  années  à  venir.  Son  groupe n’a pas été  confronté  à  des  situations  de  violation de  propriété intellectuelle depuis quelques années  43   
    • Le défi des ressources humaines    A l’inverse de la propriété intellectuelle, l’enjeu de la gestion des ressources humaines est  encore largement méconnu. Il est pourtant essentiel pour toute entreprise, notamment lors  d’une implantation à l’étranger.     Recruter, former et conserver ses employés     Des ressources humaines de qualité  D’une  manière  générale,  il  existe  en  Turquie  un  formidable  réservoir  de  main  d’œuvre  relativement  bon  marché  ainsi  que  de  nombreuses  ressources  qualifiées :  employés,  techniciens,  ingénieurs  ou  cadres.  La  grande  majorité  des  chefs  d’entreprises  contactés  citent la grande qualité des ressources humaines turques parmi les principales forces de la  destination Turquie.  L’encadrement  turc  est en  effet bien  formé  –  plusieurs  grandes  universités  offrent  un  très  bon  niveau  d’éducation  –  et  souvent,  l’éducation  reçue  est  similaire de  celle  dispensée  en  Europe.  La  quasi‐totalité  des  responsables  français  en  Turquie  interrogés  critiquent  le  caractère  « paternaliste »  et  souvent  autoritaire  de  l’encadrement  turc.  Le  manque  d’initiative et de vision à long terme sont aussi des reproches très courants. L’importance à  accorder  aux  relations  personnelles  de  même que  la  nécessité  de  motiver  ses  « troupes »,  sont des conseils que l’on retrouve dans plus de la moitié des entretiens réalisés.  S’agissant  des  employés  turcs,  le  caractère  respectueux  et  discipliné,  qui  peut  avoir  pour  corollaire  le  manque  d’initiatives,  voire  dans  certains  cas  la  « peur  panique »  du  chef,  paraissent très répandus. Le dévouement et la grande capacité d’engagement au service de  l’entreprise,  la  jeunesse  et  le  dynamisme,  le  faible  absentéisme  sont  cités  parmi  les  principales qualités.     Des pénuries sont constatées dans certains domaines spécialisés  Si  les  qualités  des  ressources  humaines  en  Turquie  ne  sont  que  très  rarement  mises  en  doute,  notamment  celles  des  employés,  il  n’en  demeure  pas  moins  un  réel  problème  de  pénurie  dans  certains  secteurs.  Cela  se  traduit  notamment  par  une  rotation  très  rapide  et  par des niveaux de salaires très élevés pour les cadres supérieurs. Si la destination Turquie  peut  être  privilégiée  par  certaines  entreprises  françaises  pour  une  main  d’œuvre  non  qualifiée, disponible en grand nombre et peu chère, il n’en va pas de même pour les cadres.  Le groupe Carrefour rencontre par exemple des problèmes de recrutement avec une pénurie  constatée  de  cadres  de  haut  niveau  sur  certaines  fonctions  –  marketing,  ressources  humaines, finances – qui se traduit par des niveaux de rémunération élevés et une certaine  infidélité. Michelin connaît aussi des difficultés pour recruter des directeurs financiers ou des  responsables  informatiques.  Pour  cette  entreprise  aussi,  le  manque  de  candidats  entraîne  une élévation des rémunérations. Sephora souligne aussi le faible niveau de formation dans  certains  secteurs.  Valéo précise  qu’en  raison  de  la  jeunesse  de  la  population  turque,  il  y  a  peu  de  difficultés  à  trouver  du  personnel :  il  est  cependant  parfois  difficile  de  trouver  du  personnel qualifié lorsqu’on a besoin de recruter des profils spécialisés.     L’importance accordée à la formation professionnelle  44   
    • La plupart des entreprises françaises présentes en Turquie accordent une grande importance  à la formation de leurs cadres et de leurs employés. Cela se traduit souvent par des périodes  de formation en France ou à l’étranger. Parfois, des cadres dirigeants turcs sont amenés à  occuper  des  postes  de  direction  au  sein  du  groupe,  à  l’étranger,  ou  en  Turquie,  comme  l’actuel DG de Renault Turquie qui a débuté sa carrière il y a 20 ans comme jeune ingénieur à  l’usine Renault de Bursa, avant de faire sa carrière dans les usines Renault en France, puis de  revenir en Turquie afin d’y prendre son poste actuel.  A  titre  d’illustration,  Legrand  apparaît  très  actif  dans  ce  domaine :  si  dans  le  sens  France‐ Turquie, l’entreprise a souvent recours à des experts venus de France, l’envoi en formation  en  France  ainsi  que  le  développement  des  compétences  grâce  au  programme  Talentis  permet à des nombreux cadres turcs de bénéficier de programmes de formation. Du point  de vue de l’évolution de carrière, 4 anciens employés turcs de la filiale travaillent aujourd’hui  en  France.  Si  l’implantation  Dalsan  Lafarge,  qui  produit  du  plâtre,  est  trop  petite  pour  permettre de telles évolutions, la division ciment de Lafarge en Turquie a longtemps favorisé  la  carrière  de  cadres  supérieurs  turcs,  en  France  et  dans  le  monde :  un  ancien  DG  de  la  division ciment en Turquie est aujourd’hui DG de la filiale ciment au Royaume‐Uni. Toujours  dans  le  secteur  de  la  construction,  la  mobilité  des  cadres  turcs  de  Vicat  se  limite  pour  l’instant aux filiales du groupe du Moyen‐Orient.   Dans  tous  les  secteurs,  des  échanges  et  autres  programmes  de  formation  à  l’étranger  existent :  dans  le  secteur  de  la  distribution,  l’exemple  de  Darty  montre  que  le  fort  développement  sur  un  marché  encore  relativement  immature  devrait  permettre  la  formation  de  nombreux  cadres  turcs,  notamment  des  directeurs  de  magasins  et  des  directeurs  achats.  L’entreprise  envoie  aussi  régulièrement  des  équipes  achats,  ventes  et  logistiques – environ une vingtaine de personnes – pour suivre des formations entre 5 et 7  jours  par  an  en  France.  En  matière  d’assurance‐crédit,  la  division  assurance  de  la  Coface  envisage le début des échanges de cadres entre la France et la Turquie pour un futur proche.  Même si l’implantation de la branche Coface n’est effective que depuis 2007, l’établissement  forme  déjà  des  cadres  turcs  dans  les  locaux  français  de  la  Coface  (« Université  Coface »).  Gefco  est  aussi  très  actif  depuis  le  début  de  son  implantation  en  Turquie.  L’entreprise  a  organisé pour son personnel de nombreuses formations en France – opérations, commerce,  qualité  etc.  –  et  a  reçu  en  Turquie  plusieurs  formateurs  dans  le  domaine  de  ressources  humaines, d’informatique, d’audit, de qualité, de marketing etc.   Cette liste, loin d’être exhaustive, montre l’importance accordée à la gestion des ressources  humaines turques par les entreprises françaises qui s’implantent en Turquie ; ces entreprises  sont en effet composées en quasi‐totalité de cadres et d’employés turcs.    Quel équilibre entre Turcs et expatriés ?    Parce qu’il existe un consensus pour dire « qu’il faut être turc sur le marché turc », la plupart  des  entreprises  françaises  considèrent  qu’il  faut  rechercher  une  « turquisation »  maximale  des  effectifs  de  leurs  implantations  en  Turquie.  Certains  représentants  d’entreprises  contactées pensent même que le nom français de leur société peut parfois porter préjudice  à  leur  développement  en  Turquie,  notamment  lors  des  phases  de  crispations  politiques  bilatérales.  Accessoirement,  des  considérations  de  coût  conduisent  à  limiter  le  nombre  d’expatriés, même si ces derniers peuvent aussi être remplacés par des contrats locaux.   45   
    • A titre d’illustration, sur ses quelques 3500 salariés, Sodexo ne compte aucun expatrié : dès  le  début  de  l’implantation,  M.  Esref  Hamamcioglu  a  été  recruté  par  la  société  mère  en  France pour lui confier la responsabilité de l’implantation en Turquie. Ce fut le premier non  expatrié  dans  l’histoire  de  la  société  Sodexo  à  être  embauché  pour  diriger  une  filiale  du  groupe à l’étranger.   Renault,  qui  emploie  plus  de  6200  salariés,  ne  compte  dans  ses  rangs  que  7  expatriés  actuellement.  Même  si,  au  cas  particulier,  ce  très  faible  chiffre  tient  aussi  au  fait  que  des  missions de longue et courte durée sont fréquentes. L’observation des autres implantations  françaises confirme toutefois cette tendance : le nombre d’expatriés français en Turquie est  très  faible.  Pour  les  grands  groupes  français,  quelques  expatriés  sont  envoyés  en  Turquie ;  pour les PME, un ou deux expatriés, en moyenne, assurent le relais avec la maison mère.  L’implantation  d’Alstom  en  Turquie  compte  un  nombre  important  d’expatriés,  30  sur  des  effectifs de 167 personnes. Ceci constitue une exception qui ne devrait pas perdurer. Cette  situation  est  le  fruit  des  projets  récents  que  le  groupe  a  gagnés :  il  devrait  réduire  ses  effectifs d’expatriés dans les mois qui viennent dans la mesure il est tout à fait possible de  trouver  des  employés  turcs  très  qualifiés  pour  les  postes  actuellement  confiés  à  des  expatriés.  Mais  la  volonté  des  sociétés  françaises  d’accroître  encore  la  « turquisation »  de  leur  personnel rencontre des limites :    en  premier  lieu,  la  plupart  des  entreprises  contactées  recommandent  une  démarche  progressive  en  ce  sens :  à  ses  débuts,  la  nouvelle  implantation  nécessite  un  suivi  très  étroit, qui ne peut être assuré que par des expatriés. Plusieurs des entreprises arrivées  en Turquie après la crise de 2001 sont encore dans cette situation.    en  second  lieu,  peu  de  sociétés  envisagent  une  « turquisation »  complète  de  leur  management  dans  les  prochaines  années,  à  la  fois  en  raison  des  difficultés  de  recrutement et de fidélisation déjà évoquées, mais aussi, pour certaines de différences  culturelles.  Cette  dernière  préoccupation  a  toutefois  été  assez  rarement  citée  pendant  les entretiens.    On  relèvera,  in  fine,  que  les  volontaires  internationaux  en  entreprises  (VIE)  peuvent,  pour  certains,  constituer  une solution  alternative  d’appui très  appréciée :  ceux‐ci  constituent  en  effet  des  viviers  de  jeunes  cadres  formés  dans  les  écoles  de  commerce  et  les  universités  françaises  et  qui,  souvent,  s’acclimatent  bien  et  apprennent  rapidement  la  langue  turque,  quand ils ne sont pas déjà binationaux. Il existe plusieurs cas de VIE qui, une fois leur contrat  achevé, sont restés au sein de l’entité qui les avait accueillis, en France ou à l’étranger.  46   
    • L’impact  des  implantations  en  Turquie  apparaît  au  total  assez  largement  positif    pour  les  entreprises  comme  pour  l’économie  française (IV)      De nombreuses entreprises françaises réalisent des profits en Turquie    Peu  d’entreprises  acceptent  de  communiquer  des  informations  précises  sur  les  profits  qu’elles  réalisent  en  Turquie.  L’enquête  menée  dans  le  cadre  du  Livre  Blanc  a  permis  de  recueillir une série de commentaires utiles pour dresser un tableau, certes impressionniste,  mais dans l’ensemble assez positif de la situation.  La majorité des grands groupes estiment avoir une rentabilité qualifiée de « satisfaisante »  comme pour Alstom, Accord, Peugeot, Michelin, Carrefour, voire très satisfaisante ou même  supérieure  aux  attentes  pour  Renault  et  Groupama.  Le  chiffre  d’affaires  de  la  TEB  est  en  forte  progression  et  supérieur  aux  prévisions  de  départ,  notamment  grâce  à  la  stratégie  d’ouverture  d’agences.  L’implantation  de  Total  en  Turquie  semble,  quant  à  elle,  particulièrement réussie surtout ces dernières années où les résultats sont très satisfaisants.   Du côté des PME interrogées, plusieurs affichent leur satisfaction, avec des résultats positifs  mais certaines reconnaissent des marges plutôt faibles, voire des pertes, souvent en raison  du caractère récent de l’implantation. Beaucoup de PME citées dans l’enquête comptent en  effet  moins  de  5  ans  de  présence  en  Turquie.  C’est  le  cas  par  exemple  de  Bed&Breakfast,  arrivée  en  2005,  dont  le  chiffre  d’affaires  est  satisfaisant  mais  dont  les  marges  sont  « très  faibles »,  comparées  à  celles  réalisées  en  France.  Pour  Aromatech,  malgré  un  chiffre  d’affaires  encourageant,  le  résultat  net  de  l’entreprise  reste  irrégulier.  Dans  le  secteur  automobile, mis à part le « passage à vide » que représente la crise actuelle, pour SNOP et  A.Raymond,  il  est  encore  trop  tôt  pour  porter  un  jugement  avéré.  PROteameast  bénéficie  d’un bon chiffre d’affaires mais le résultat net est plutôt limité, principalement à cause de la  forte concurrence de ce secteur d’activité.  Une caractéristique, qui concerne aussi bien les grands groupes que les PME, est que malgré  la  profitabilité  satisfaisante  de  nos  entreprises,  toutes  estiment  que  le  potentiel  de  la  Turquie devrait permettre d’obtenir des résultats bien meilleurs dans les prochaines années.  Sofra précise que le chiffre d’affaires est insuffisant par rapport à la taille du marché et que  la marge de progression est encore importante.     L’impression  positive  que  dégage  ce  tableau  est  sans  doute  légèrement  biaisée  par  la  discrétion  de  quelques  entreprises  en  situation  financière  difficile  –  une  seule  entreprise  annonce  clairement  des  pertes  nettes.  Ce  constat  recoupe  néanmoins  assez  largement  les   statistiques et les travaux de l’OCDE sur la rentabilité des entreprises en Turquie.       47   
    • Du point de vue de l’économie française :    ‐Les effets sur l’emploi    Les  effets  de  nos  investissements  en  Turquie  sur  l’emploi  en  France  sont  complexes  à  analyser. Ils apparaissent néanmoins, au total, plutôt bénéfiques.    Les cas de délocalisations sont restés très rares, et on peut estimer, dans le cas de la Turquie,  qu’il  n’y  a  pratiquement  pas  eu  d’effet  de  substitution  avec  l’emploi  en  France.  Pour  l’ensemble des observateurs, présents parfois depuis plusieurs dizaines d’années en Turquie,  ce pays ne peut, en aucun cas, être considéré comme une terre de délocalisations pour les  entreprises  françaises.  On  remarquera  à  cet  égard  qu’il  existe  de  nombreux  cas  d’entrepreneurs  turcs  qui  ont  eux‐mêmes  délocalisé  leur  production  dans  des  pays  voisins  comme la Bulgarie ou la Roumanie, afin de profiter  d’une main d’œuvre plus attractive en  termes  de  coûts.  Plusieurs  entreprises  françaises  implantées  en  Turquie  mettent  en  garde  contre la désinformation au sujet des salaires en Turquie : si certaines entreprises venaient  effectivement  chercher  en  Turquie  des  salaires  peu  élevés  il  y  a  vingt  ans,    ce  n’est  plus  vraiment  le  cas  ces  dernières  années.  Ceci  est,  en  tout  cas,  particulièrement  vrai  pour  l’encadrement turc, qui bénéficie de salaires très proches de ceux de leurs collègues français.  La main‐d’œuvre non qualifiée reste relativement bon marché mais n’intéresse que peu les  entreprises françaises. Ces dernières recherchent dans la majorité des cas une main d’œuvre  qualifiée et spécialisée.  Parmi  les  entreprises  intérrogées,  une  seule  considère,  en  partie,  son  implantation  en  Turquie  comme une  délocalisation,  c’est‐à‐dire qu’elle  s’est  traduite par  une  fermeture  ou  une  baisse  d’activités  en  France.  SNOP  Izmit  Metal  reconnaît  en  effet  une  perte  d’emploi  dans ses sites de production français mais note les gains sur son site de développement et  au sein de son pôle commercial en France. FT Bestas, implantée à Izmir, a racheté une usine  productrice  de  fixations  aéronautiques  qui  exporte  95%  de  sa  production  vers  la  France.  Cette implantation, considérée comme une usine de sous‐traitance, a permis au groupe LISI  Aerospace de pouvoir être compétitif sur toute une gamme de produits, grâce à son unité de  production  à  bas  coût  sur  la  mer  Egée.  Le  groupe  déclare  que  cette  implantation  a  une  influence positive sur l’emploi en France.  Si ces rares exemples peuvent  ressembler à de la délocalisation, la plupart des entreprises  françaises  qui  produisent  en  Turquie  sont  toutefois  tournés  vers  un  marché  local  qui  peut  difficilement être couvert depuis la France. C’est notamment le cas des marchés de services,  de produits alimentaires, de sous‐traitance automobile, etc. L’exemple de Lafarge Dalsan est  particulièrement intéressant à cet égard : l’entreprise ne pourrait envisager de produire des  plaques de plâtres en France pour les exporter ensuite vers la Turquie. Par contre, certains  types  de  plaques,  à  forte  valeur  ajoutée,  mais  dont  le  volume  de  vente  ne  justifie  pas  la  production locale, sont importés de France.    Une proportion importante des implantations françaises en Turquie importe de France tout  ou partie de ce qu’elle vend en Turquie. Le bilan d’Alstom est par exemple largement positif :  pour servir le marché turc, le groupe exporte largement à partir de la France et d’autres pays  européens, ce qui constitue bien entendu un apport positif à l’emploi en France et dans l’UE.  Même constat pour de nombreuses implantations, comme le groupe Rhodia, qui ne produit  48   
    • pas  en  Turquie  et  importe  une  grande  partie  de  France  ce  qui  est  ensuite  revendu  en  Turquie. Même Sencora, dont la production s’effectue exclusivement en Turquie, estime que  l’impact  de  son  implantation  est  positif  pour  l’emploi  en  France.  Comme  pour  d’autres  entreprises, l’investissement en Turquie pour la partie production a permis de développer le  pôle  commercial  de  l’entreprise  en  France,  qui  n’aurait  d’ailleurs  tout  simplement  pas  pu  être créée si la production avait dû être réalisée en France.    Par  contre  et  comme  en  témoignent  les  exemples  Accor,  Carrefour,  Darty,  Sodexo  et  TEB,  l’impact  semble être  assez  neutre  en  terme d’emploi pour  la  France,  dans  le  secteur de  la  distribution comme dans celui des services.    ‐L’effet d’entraînement des PME    De  manière  générale,  l’implantation  d’entreprises  françaises  en  Turquie  facilite  tendanciellement  celles  des  suivantes :  la  connaissance  de  l’environnement  des  affaires  se  diffuse  progressivement  et  les  services  aux  entreprises  s’étoffent.  Comme  on  l’a  vu  précédemment,  le  secteur  automobile  reste  la  meilleure  illustration  de  ce  schéma,  avec  l’implantation de Renault, qui a ensuite attiré de nombreux équipementiers comme Valeo,  Faurecia,  Plastic  Omnium,  MGI  Coutier,  Mecaplast,  EM  Technologies.  Les  activités  de  Peugeot en Turquie ont aussi permis l’arrivée de grands groupes français, dont Gefco, lequel  a ensuite diversifié ses activités dans le pays.  La  présence  française,  notamment  industrielle,  a  aussi  permis  le  développement  des  sociétés françaises de services, comme les banques et les cabinets d’avocats francophones.  La  TEB,  qui  fait  bénéficier  aujourd’hui  les  entreprises  d’offres  mieux  adaptées  que  celles  proposées  par  les  banques  locales,  n’est  qu’un  exemple  parmi  d’autres.  Les  sociétés  de  conseil, comme LDS Consulting, et les cabinets d’avocats comme Gide Loyrette ou Koçlu &  Antonetti fournissent d’autres illustrations de ce vivier d’entreprises françaises essentielles  pour préparer l’arrivée des futurs investisseurs français.    ‐Les flux financiers rapatriés    Les implantations de nos sociétés en Turquie donnent lieu à rapatriement de flux financiers à  différents niveaux. En premier lieu, la plupart des sociétés semblent pratiquer la facturation  des prestations croisées internes, ce qui revient majoritairement à rémunérer les sièges, tant  pour  le  soutien  en  back‐office  que  pour  des  missions  d’appui  ad  hoc.  Si  cet  aspect  de  la  comptabilité  des  entreprises  est  difficile  à  cerner,  il  représente  néanmoins  des  volumes  financiers  probablement  très  significatifs.  Toujours  en  amont  du  résultat  net  des  entités  turques, des redevances sont aussi régulièrement versées pour l’utilisation de la technologie  détenue  par  les  maisons‐mères,  à  fortiori  lorsque  l’implantation  a  été  réalisée  en  coentreprises.  En revanche, les profits semblent  assez rarement rapatriés en France in fine: les nombreux  projets  de  développement  conduisent  en  effet  bon  nombre  de  sociétés  à  réinvestir  localement  leurs  profits.  Ceci  vaut  tout  particulièrement  pour  tous  les  groupes  installés  depuis quelques années seulement.     49   
    • ‐Les effets induits          Comme mentionné à plusieurs reprises, la présence en Turquie permet souvent de renforcer  à  la  fois  la  compétitivité  des  produits  en  France  et  sur  d’autres  marchés  occidentaux,  notamment  par  la  baisse  du  prix  des  fournitures.  Mais  l’implantation  en  Turquie  induit  d’autres effets, plus originaux (cf. encadré)  Parmi  ceux‐ci,  le  plus  remarquable  est  le  bénéfice  que  commencent  à  tirer  certaines  entreprises de leur présence en Turquie en accédant à des marchés en pays tiers auxquels  elles n’auraient pas pu prétendre  faute d’une telle présence. Pour PROteameast, entreprise  prestataire  de  services  dans  les  métiers  du  transport  et  de  la  logistique,  la  Turquie  est  qualifiée  de  « pays  pivot »,  et  « pays  carrefour »  qui  permet de  développer  l’activité  et  les  offres  de  services.  D’abord  implantée  pour  le  marché  turc,  l’entreprise,  qui  travaille  aussi  bien  avec  des  sociétés  françaises  que  turques,  se  développe  vers  les  pays  d’Asie  centrale  mais  aussi  l’Iran.  Selon  son  directeur  général,  l’Irak  deviendra  dans  un  avenir  proche  une  grande opportunité d’affaires. Cet enthousiasme est partagé par GEFCO qui, malgré la crise  économique,  insiste  sur  le  caractère  dynamique  du  marché  turc  en  matière  de  transport.  SNOP, grâce à sa présence en Turquie, est actuellement consultée sur des projets roumains  et iraniens. Quant à Alstom, sa présence en Turquie lui donne accès à des projets en dehors  de  la  Turquie,  grâce  notamment  à  des  partenariats  noués  avec  les  grands  groupes  turcs  actifs à l’export.    Au final est permis de penser que ce type d’effet induit sera amené à se multiplier, de  concert avec le développement des entreprises à l’international.    Alstom : des effets induits originaux  Même si ses activités en Turquie remontent à plusieurs dizaines d’années – notamment la  fourniture des trains électriques, qui date des années 1950 – Alstom ne s’est implantée en  Turquie qu’en 1999. Une implantation directe qui a eu pour conséquence certains effets  induits  inattendus :  la  Turquie,  pays  qui  a  un  fort  besoin  d’investissement  en  infrastructures  d’énergie  et  de  transport  pour  accompagner  son  développement,  constitue la porte d’entrée en Europe pour les concurrents asiatiques (chinois, coréens et  japonais)  d’Alstom.  Cette  présence  « en  direct »  revêt  donc  une  importance  particulièrement importante pour le groupe français.    50   
    • Conclusion      Dix‐septième  économie  mondiale  aux  portes  de  l’Europe,  la  Turquie  est,  en  raison  de  l’importance  de  sa  population  et  du  dynamisme  de  son  économie,  un  partenaire  de  toute  première importance pour notre pays. La volonté des autorités turques, suite à l’ouverture  des  négociations  avec  l’Union  européenne  en  octobre  2005,  a  entraîné  l’accélération  des  réformes  structurelles  et  institutionnelles  lancées  par  le  gouvernement.  La  dynamique  de  rattrapage et l’effort d’harmonisation du tissu économique sur les standards internationaux  permettent  d’envisager  de  nouvelles  perspectives.  Tout  indique  que  ce  mouvement  de  modernisation va se poursuivre.     Les 43 entreprises interrogées – et plus largement les 300 sociétés françaises qui ont fait le  choix de venir s’installer en Turquie – ont bien compris l’importance actuelle de l’économie  turque,  qui  selon  certaines  estimations,  pourrait  devenir  la  9ème  économie  mondiale  (3ème  économie européenne) en 2050. Avec une population forte de 71,5 millions d’habitants, âgé  de moins de 25 ans pour plus de la moitié, la Turquie dispose en effet d’un marché intérieur  dynamique qui offre des perspectives commerciales importantes. La Turquie, pays charnière  entre l’Europe et l’Asie, peut également constituer une première étape pour les entreprises  françaises  afin  d’atteindre  des  marchés  plus  éloignés  (Proche  et  Moyen‐Orient,  Asie  Centrale, Afrique), et où très souvent les entreprises turques possèdent une légitimité et une  certaine expérience liées à l’histoire. Ces deux opportunités ‐ auxquelles il convient d’ajouter  la présence d’une main d’œuvre bien éduquée et disciplinée  ‐  font de la Turquie un pays de  destination d’avenir pour nos entreprises en quête permanente de nouveaux marchés.     Ce  Livre  Blanc  n’a  pas  caché  les  difficultés  en  Turquie  qui  sont  inhérentes  à  toute  implantation dans un pays étranger. Il a essayé cependant de montrer que celles‐ci peuvent  être surmontées. Pour ce faire, une meilleure connaissance de la Turquie, de son économie  et  de  ses  coutumes  est  nécessaire  pour  quiconque  souhaite  s’installer  dans  ce  pays.  La  présence  tardive  des  entreprises  françaises  par  rapport  à  nos  concurrents  s’explique  principalement  par  ce  manque  de  connaissance  de  l’économie  de  notre  partenaire  et  des  succès  rencontrés par nos  entreprises  sur  le  marché  turc.  L’organisation  de  la  Saison  de  la  Turquie dans notre pays jusqu’au 31 mars 2010 vise à combler cette « ignorance ».     Au  final,  cette  publication  se  veut  d’abord  un  outil  à  disposition  des  entreprises  qui  souhaitent  bénéficier  d’un  « retour  d’expérience »  sur  les  investissements  français  réalisés  en Turquie.      51   
    • Annexe Liste des entreprises interrogées  1  Accor    Johan VAUCANSON  2  Air France – KLM  Gérard LANFREY  3  Alstom  Gilberto RICCOBONO  4  A.Raymond  Izzet KOHEN   5  Areva  Bertrand FILET  6  Aromatech  Thomas LANGLOIS  7  Atlantic Industrie  Bruno COUTURE  (Larth Havlu)   8  B&B Reklamcilik  Stéphane VINCENT  9  Carrefour  Guillaume VICAIRE  10  Ceva Santé Animale  Eric BADIN  11  Chimirec Développement  Laurent GARDES  12  Coface  Belkis ALPERGUN  13  Danone  Yesim GÜRA  14  Darty   Nedim ESGIN  15  Eurest (Sofra)  Jean‐François DELETTRE  16  Gefco   Fulvio VILLA  17  Gide Loyrette  Rémy FEKETE  18  Groupama  Jean‐René DE CHARRETTE  19  Lafarge  François OUIN  20  LDS  Yves‐Marie LAOUENAN  21  Legrand  Tarik LAOUEDJ  22  Lessafre Int.   José J. BERRUGA  (Ozmaya Sanayi)  23  Lisi Aerospace   Jean‐Marie FERNANDEZ  (FT Bestas)  24  L’Oréal   Matthieu SERRES  25  Michelin  Jérôme LAURENT   26  Peugeot   Jean‐Pierre Vieux  27  Proteam  Jean‐Michel PATALANO  28  Renault   Tarik TUNAOGLU  29  Rhodia   Christian PASTRE  30  Saint‐Gobain Pam  Bruno LANGLAIS  31  Sanofi Aventis  Olivier GUILLAUME  32  Sencora  Pierre LUNEAU  33  Sephora  Loïc BOSSIERE  34  Signature   Simon ALBAREL  35  Snop  Lambruck DJELLAL   36  Sodexo  Esref HAMAMCIOGLU  37  Veolia  Vincent RULLET  38  Vicat  Philippe LATOURNARIE  39  Vilmorin  Frédéric SAVIN  (Anadolu Tohum)    52   
    • Cet ouvrage a été réalisé en collaboration entre le Service Economique Régional d’Ankara, la  Mission  économique‐UBIFRANCE  d’Istanbul,  les  Conseillers  du  commerce  extérieur  de  la  France en Turquie et la Chambre de Commerce et d’Industrie française en Turquie.  Il  se  fonde  sur  un  questionnaire  et  des  entretiens  individuels  réalisés  auprès  de  43  entreprises, dont la liste figure en annexe p. 54 (à l’exception de 4 entreprises qui n’ont pas  souhaité être citées).   Les  entretiens  ont  été  réalisés  par  Jean  Maurice  Verbois  et  Jérémy  Perret  pour  le  Service  Economique  Régional  d’Ankara,  ainsi  que  par  Axel  Baroux  pour  la  Mission  économique  UBIFRANCE d’Istanbul, Gérard Lanfrey pour la section Turquie des CCE  et Raphaël Esposito  pour la Chambre de Commerce Française en Turquie.   L’envoi,  le  traitement,  l’analyse  des  questionnaires  et  la  rédaction  principale  du  présent  document ont été effectués par Jérémy Perret, finalisés par Pierre‐Henri Varenne, et revus  par Patrick Pillon.                                        53   
    •     Sommaire  Le développement des implantations françaises en Turquie est un phénomène encore récent (I)……...6  Les trois vagues successives d’implantation ....................................................................................... 6  Les groupes précurseurs des années 1980  ..................................................................................... 6  . Le régime des importations en Turquie .............................................................................................. 8  La grande vague des années 1990 .................................................................................................. 8  L’importance du secteur automobile en Turquie  ............................................................................... 9  . L'approfondissement des années 2000  ........................................................................................ 10  . L’aventure d’Aromatech en Turquie ................................................................................................. 10  Un exemple d’investissement majeur en Turquie : AREVA T&D....................................................... 15  La présence géographique de nos entreprises se diversifie peu ...................................................... 18  Le poids de la Turquie pour nos sociétés reste encore modeste, malgré une importance stratégique  croissante .......................................................................................................................................... 21  A quelques exceptions près, la Turquie ne contribue encore que faiblement à l’activité globale  de nos sociétés .............................................................................................................................. 21  La Turquie représente néanmoins déjà un enjeu jugé stratégique .............................................. 23  L’accès au marché turc demeure la motivation principale de l’implantation, mais d’autres facteurs  jouent un rôle croissant (II) .................................................................................................................... 25  Les implantations répondent principalement à une ambition commerciale en Turquie ................. 25  La production locale n’est, en moyenne, que très faiblement exportée ...................................... 25  Quel marché ? ............................................................................................................................... 26  La grande majorité des entreprises envisage une progression rapide de leur chiffre d’affaires en  Turquie durant les prochaines années. ......................................................................................... 30  Le marché turc est souvent vu comme une plateforme stratégique et une passerelle pour l’accès  aux marchés d’Asie centrale, du Moyen‐Orient et des Balkans. ...................................................... 31  Pour une infime minorité d’entreprises, la Turquie est principalement une base d’exportation à  bas coût vers la France .................................................................................................................. 31  Pour de plus en plus d’entreprises françaises, le marché turc est souvent vu comme une base  d’exportation régionale stratégique ............................................................................................. 33  Si certaines entreprises souhaitent faire de la Turquie une plate‐forme mondiale d’achats pour  améliorer leur compétitivité globale, ce phénomène reste toutefois limité .................................... 34  54   
    • La Turquie commence à accueillir quelques centres d’innovation d’entreprises françaises, mais de  manière limitée ................................................................................................................................. 35  L’implantation : difficultés rencontrées et solutions trouvées (III) ........................................................ 37  Des pesanteurs administratives multiples qui handicapent parfois les implantations et l’activité  économique ....................................................................................................................................... 37  Les principaux problèmes pour l’accès au marché ....................................................................... 37  Problèmes de l’attribution peu transparente des marchés publics .............................................. 39  Les principaux risques d’une implantation ....................................................................................... 40  La question centrale du partenariat capitalistique ....................................................................... 40  Les atteintes à la propriété intellectuelle ...................................................................................... 42  Le défi des ressources humaines ................................................................................................... 44  L’impact des implantations en Turquie apparaît au total  assez largement positif, pour les entreprises  comme pour l’économie française (IV) .................................................................................................. 47  De nombreuses entreprises françaises réalisent des profits en Turquie .......................................... 47  Du point de vue de l’économie française : ........................................................................................ 48  ‐Les effets sur l’emploi .................................................................................................................. 48  ‐L’effet d’entraînement des PME .................................................................................................. 49  ‐Les flux financiers rapatriés  ......................................................................................................... 49  . ‐Les effets induits .......................................................................................................................... 50      55