Les CAE, une réussite née en Rhône-Alpes
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Les CAE, une réussite née en Rhône-Alpes

on

  • 452 views

Communiqué de presse UR SCOP Rhône Alpes

Communiqué de presse UR SCOP Rhône Alpes

Statistics

Views

Total Views
452
Views on SlideShare
452
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Les CAE, une réussite née en Rhône-Alpes Les CAE, une réussite née en Rhône-Alpes Document Transcript

  • Lyon, le 29 novembre 2012Communiqué de presseLes Coopératives d’Activités et d’Emploi, une réussite née en Rhône-AlpesEntreprendre  de  manière  individuelle tout  en  choisissant  le  statut  de  salarié  et  en  bénéficiant  d’un  réseau  actif  pour  se  lancer ?  C’est possible grâce aux Coopératives d’Activités et d’Emploi (CAE). Si près de 70 entreprises existent aujourd’hui en France et accompagnent plus de 6 500 porteurs de projets, Rhône‐Alpes se signale tout particulièrement sur le sujet. Après en avoir été le berceau en 1995, la région fait toujours preuve d’une forte dynamique et annonce un plan de développement ambitieux : multiplier par 4 le nombre de personnes accompagnées d’ici 2020.   Un contrat sectoriel dédié à l’économie sociale et solidaire, une initiative unique en France Cette  dynamique  s’inscrit  dans  une  stratégie  partagée  entre  le  Conseil  Régional  Rhône‐Alpes,  l’Etat  et  la  CRESS  Rhône‐Alpes,  pour  le développement  de  l’ESS  déployée  à  travers  un  plan  d’actions  pluriannuel :  le  Contrat  Economique  Sectoriel  pour  l’économie  sociale  et solidaire en Rhône‐Alpes. Une initiative unique en France, renouvelée en 2011, qui place Rhône‐Alpes aux avant‐postes de la dynamique de développement  de  l’ESS  et  permet  d’affirmer  le  rôle  de  l’ESS  comme  celui  d’une  économie  à  part  entière  participant  à  l’efficacité économique.   Rhône‐Alpes, berceau de la coopérative d’activités et d’emploi C’est  Guy  Babolat,  Président  de  l’Union  Régionale  des  SCOP  et  Dirigeant  de  la  SCOP  Bourgeois  (74)  qui,  dès  1993,  a  l’idée  de construire une alternative collective pour des porteurs de projets individuels : « A plusieurs, on est plus fort. A l’avant‐garde dans le développement de toutes les formes coopératives, l’Union régionale a tenu à impulser puis à accompagner une dynamique où la question centrale est de permettre à l’entrepreneur individuel de bénéficier de la force que donne l’entrepreneuriat collectif ». Ceci débouche alors sur ce concept nouveau de  Coopérative d’emplois et sur la création en 1995, des 2  premières CAE, SMTS et Cap Services.  Un modèle né d’un constat : créer seul est difficile… Alternative  collective  à  la  création  d’activité  individuelle  en  proposant  un  cadre  économique,  un  statut  social  et  professionnel sécurisant pour le porteur de projet, la Coopérative d’Activités et d’Emploi a transformé le champ de l’entreprenariat. Vincent  Lacombe,  entrepreneur  salarié  qui  a  créé  à  30  ans  la  société  innovante  Digiscan,  spécialisée  dans  la  numérisation  3D raconte : «  Cette formule m’a tout apporté ! Dans un premier temps, le soutien et les formations nécessaires pour devenir un vrai chef d’entreprise, mais aussi, le cadre légal et juridique pour exercer. ». Aujourd’hui, Vincent Lacombe est associé de la coopérative d’activités Cap Services (Lyon).  Un constat confirmé par Laurence Ducrot, la dirigeante de Cabestan, CAE spécialisée dans le BTP : « L’atout de la coopérative c’est d’abord de ne pas être seul dans sa démarche de création et de pouvoir réellement se concentrer sur son seul « métier ». Après, bien sûr, viennent les valeurs coopératives, la possibilité de travailler ensemble et de mutualiser les moyens.»   … mais qui va au delà Au final cet accompagnement permet :  ‐  de pérenniser des emplois : 67% des personnes qui testent le système créent une activité dans la CAE, ou décident d’en  sortir pour créer une entreprise ou reprendre un emploi,  ‐  de favoriser l’entrepreneuriat au féminin, puisque 50% des entrepreneurs des CAE sont des femmes, quand l’INSEE  évalue  à 30% la proportion de femmes chefs d’entreprises, tous secteurs d’activités confondus (chiffres 2012).  Sur  les  56  000  entreprises  en  Rhône‐Alpes,  70%  sont  le  fait  d’entrepreneurs  individuels  (CF.  Site  INSEE).  Mais  si  la  création d’entreprise,  enjeu  majeur  de  société,  s’est  aujourd’hui  démocratisée,  la  question  de  la  pérennité  reste…  La  CAE  représente  une vraie force pour cette pérennité et une vraie solidarité à laquelle aucun travailleur indépendant ou auto‐entrepreneur ne pourrait prétendre…    Contacts presse :   Dépêches      Bérengère Vital / Florence Le Berre    Tél : 04 37 49 02 02    Mail : depeches@depeches.fr   Si on compte aujourd’hui 67 CAE en France, Rhône‐Alpes présente une maturité unique dans le secteur avec* :  ‐  1/3 des CAE françaises sont implantées sur son territoire, ‐  35% du chiffre d’affaires généré par les CAE françaises  (total 2010 en France : 63,5M d’euros de CA) ‐  19% des « entrepreneurs‐salariés » de CAE (sur environ 3 250 entrepreneurs‐salariés en France), ‐  une croissance du chiffre d’affaires des CAE de 28% en moyenne (entre 2008 et 2010).  * chiffres de l’étude réalisée par le cabinet BPI en 2012, pour l’Union Régionale des SCOP. 
  •  2011-2013, un Contrat économique sectoriel pour l’économie sociale et solidaire enRhône-AlpesNé d’une volonté rhônalpine, le contrat économique sectoriel souligne l’importance de l’Economie sociale et solidaire en Rhône‐Alpes qui représente près de 20 000 associations, plus de 2 000 coopératives, environ 850 mutuelles et une centaine de fondations. Ce sont plus de 225 000 salariés soit 12% du total des salariés du privé en Rhône‐Alpes. Pour la période 2011‐2013,  le contrat se dote d’une enveloppe de 33,8 millions deuros, cofinancée par la Région pour près de 8 millions d’euros, par l’Etat pour 3,5 millions d’euros et par les acteurs locaux de l’ESS pour 22,3 millions d’euros. Le  contexte  économique  et  social  de  ces  dernières  années  a  légitimé  l’ESS  comme  l’une  des  réponses  à  l’élaboration  d’un  modèle  de développement innovant :  ‐ en permettant la création et la pérennisation d’emplois de qualité ;  ‐ en assurant la promotion de l’innovation sociale par une gouvernance et un dialogue social performants ;  ‐ en repensant le rapport entre production et consommation et la complémentarité entre économie productive et économie de  proximité ;  ‐ en retrouvant une « intelligence du collectif », en favorisant les pratiques de mise en réseau, de mutualisation et de coopération ;  ‐ en intégrant davantage les mutations environnementales ;  ‐  en préservant et renouvelant le tissu économique des territoires par le soutien à un entrepreneuriat pluriel, source de création  de richesses et d’emplois locaux.  Ce sont autant d’enjeux qui ont conduit à l’élaboration de ce second Contrat Sectoriel et qui prolongeront l’effort de structuration de l’ESS engagé depuis 2007 :  ‐ au niveau culturel, par une représentation et une définition partagée de l’ESS ;  ‐  au niveau organisationnel, par le développement des moyens et compétences des réseaux ;  ‐ au niveau économique, par la production des conditions de mise en œuvre d’une dynamique de création et de développement  des entreprises du secteur ;  ‐ au niveau socio‐professionnel, par le développement de la gestion des ressources humaines et de la gouvernance des entreprises  cohérentes avec les principes et les valeurs de l’ESS. 3 axes stratégiques pour le Contrat Economique Sectoriel pour l’économie sociale et solidaire en Rhône‐Alpes :  ‐ Axe 1 : Agir pour promouvoir l’ESS Le Contrat Sectoriel prévoit le déploiement d’une communication ciblée, afin de renforcer la différenciation de ce champ par rapport à l’économie traditionnelle.  ‐ Axe 2 : Agir pour dynamiser l’économie rhônalpine Pour participer au développement économique régional, l’ESS doit pouvoir s’appuyer sur son environnement local, au plus près des territoires et en adéquation avec les besoins des populations.  ‐ Axe 3 : Agir pour contribuer à l’innovation sociale et à des emplois de qualité Le Contrat Sectoriel se base sur des valeurs, une éthique et les pratiques exemplaires pour conjuguer performance économique et qualité d’emploi.   èreUn exemple d’action du premier contrat économique sectoriel : Transméa, 1  société de capital risque dédiée à la reprise d’entreprise par les salariés : Transméa apporte un accompagnement et un financement adaptés aux salariés qui souhaitent reprendre leur entreprise. Cet outil vise la transmission d’entreprises saines et la reprise d’entreprises en difficulté en Rhône‐Alpes.  http://www.transmea.coop/      Témoignage de Cyril Kretzschmar, Conseiller délégué à la nouvelle économie, aux nouveaux emplois, à  lartisanat et à léconomie sociale et solidaire à la Région Rhône‐Alpes   Les coopératives dactivités et demploi apportent une réponse très actuelle aux besoins de nombreuses personnes  en recherche dun autre cadre pour entreprendre. Désireux de liberté car ayant souvent expérimenté les limites de  lautorité  hiérarchique,  souhaitant  également  participer  à  une  aventure  collective,  les  créateurs  des  entreprises  daujourdhui  connaissent  encore  mal  le  potentiel  des  formes  coopératives.  Les  CAE  offrent  à  la  fois  un  lieu daccompagnement privilégié des projets, un levier pour la création coopérative et de fortes opportunités pour la mutualisation de nombreuses  fonctions  de  développement.  La  Région  Rhône  Alpes  soutient  le  développement  des  CAE  car  elles  contribuent  à  la démocratisation des démarches de création dentreprise et à lextension des formes coopératives.   http://www.rhonealpes.fr/100‐economie‐sociale‐et‐solidaire.htm 
  • Porteurs de projets et dirigeants de Coopératives d’Activités et d’Emploitémoignent…  Témoignage de Audrey Trivez, Gemini a  Après 6 ans d’études de stylisme, un moment passé dans les costumes, Audrey Trivez, 30 ans, décide il y a 4 ans, de lancer sa propre marque Gemini a, d’abord axée sur les vêtements et aujourd’hui les bijoux. « Mon projet était cohérent, et l’équipe de Cap Service y a tout de suite cru ».  « Ce sont des amies créatrices qui m’ont parlé de la formule en coopérative d’activités. « J’ai fait une réunion d’information et eu un bon feeling avec Cap Service. » « J’ai trouvé que Lyon présentait une meilleure dynamique pour la création d’entreprise que Paris, plus d’aides, plus d’énergie… » « Je  n’ai  pas  eu  envie  de  créer  autrement  que  par  la  CAE.  Le  système  coopératif  me  correspondait  bien.  Créer  seul  est vraiment difficile. Je suis déjà seule sur mon activité et j’aimais l’idée d’avoir une équipe avec qui partager mes doutes et mes envies. Ils ont toujours  été  là  quand  j’en  ai  eu  besoin  et  m’ont  énormément  aidé  sur  les  aspects  gestion  administrative,  communication. Aujourd’hui  encore,  avec  des  rendez‐vous  mensuels,  on  définit  le  nouveau  système  de  communication.  Je  sens  que  l’équipe continue toujours à croire en mon projet. Je me sens vraiment appuyée. »   Aujourd’hui,  Audrey  a  gardé  une  activité  parallèle,  mais  les  prévisions  2013  devraient  lui  permettre  de  vivre  pleinement  de  son activité de création. « Pour l’instant, je veux poursuivre en coopérative. Je suis d’ailleurs devenue entrepreneur‐salariée de la CAE il y a un an et demi. Après, mon envie est d’ici  1 ou 2 ans de  créer une entreprise à part entière. Alors seulement… je quitterai la coopérative.   www.geminia.fr   Témoignage Vincent Lacombe, Digiscan 3D  Après  une  thèse  en  paléontologie,  Vincent  Lacombe,  veut  créer  son  entreprise  avec  le  souhait  de  mettre  en  application  les connaissances  apprises.  Il  se  tourne  vers  la  numérisation  3D  et  la  digitalisation  d’objets  de  haute  qualité  que  ce  soit  dans  l’art (musées privés et nationaux), les recherches scientifiques ou l’industrie.  « Tout naturellement, lorsque j’ai entrepris ma démarche d’entrepreneur, je me suis tourné vers Pôle Emploi. Ce sont eux qui m’ont dirigé vers Cap Services. » « Je  n’avais  pas  d’a  priori  donc  une  fois,  renseigné  sur  les  différentes  formes  d’entreprenariat,  j’ai  trouvé  que  la  coopérative d’activités représentait pour moi le choix idéal. Et je ne le regrette pas, la coopérative m’a tout apporté ! Dans un premier temps, le soutien et les formations nécessaires pour devenir un vrai chef d’entreprise, mais aussi, le cadre légal et juridique pour exercer. »  5 ans après, Vincent Lacombe fait toujours partie de la coopérative d’activités Cap Services, sans avoir le souhait d’en sortir.  « Je suis passé par toutes les étapes, de la personne souhaitant tester son projet à aujourd’hui, où j’atteins le cadre ultime de la création et depuis 1 an et demi, je suis salarié‐associé et prends ainsi part aux orientations de la SCOP. » « Je  n’ai  pas  de  raisons  de  quitter  Cap  Services.  Grâce  à eux,  dès  que  j’ai  une  question  j’ai  une  réponse !  Mon  envie  est  simple : continuer à réussir à travailler  comme aujourd’hui. Et ce n’est pas parce qu’on travaille seul au sein d’une coopérative,  qu’on ne peut pas travailler avec de grosses structures et sur des projets d’envergure. »  Un  discours  prouvé  par  l’exemple :  Vincent  travaille  actuellement  avec  des  musées  de  renom  à  Paris,  tels  Le  Louvres,  le  musée Rodin ou le Musée du quai Branly.   www.digiscan3d.fr   Témoignage de Stéphanne Duché, porteuse de projet chez Solstice (26)  Après un parcours dans l’hôtellerie et les vins, Stéphanne décide de se lancer seule en tant que sommelière indépendante et guide de terroir. Il y a 6 mois, elle intègre en phase de test la CAE Solstice. « J’avais soif d’indépendance et à 40 ans, je souhaitais avoir une plus grande liberté d’action, de planning et pouvoir mettre à profit mon potentiel, sans freins. » «  Je ne trouvais pas très fiable la solution d’auto‐entrepreneur et puis, je recherchais à travailler en lien avec mes valeurs. C’est le Comité de Bassin d’Emploi qui m’a aiguillée vers Solstice.» « Ce qui m’a convaincue dans la coopérative c’est d’un côté les risques limités, mais surtout le fait d’être guidée et encadrée à notre demande. En ça, les 3 associés de la CAE m’ont vraiment soulagée et aidée à avancer. »  « Appartenir à une entité me motive, il y a des entrepreneurs de tous âges, dans tous les secteurs, c’est enrichissant et cela permet aussi des opportunités de réseau. »  Aujourd’hui, Stéphanne est convaincue par le concept : « J’ai pu quitter un mi‐temps complémentaire pour me consacrer à 100% à mon projet et atteindre ainsi bientôt, en restant dans la coopérative, mon rythme de croisière.»      
  •   Témoignage  de  Laurence  Ducrot,  dirigeant  de  Cabestan,  CAE  spécialisée  dans  le  BTP  depuis  2003.  Pour comprendre comment Laurence Ducrot s’est retrouvée à la tête d’une coopérative d’activités  spécialisée dans le BTP, il faut revenir un peu en arrière. «  Dès les années 90, j’ai fait partie d’un  réseau d’entreprises et dassociations très dynamiques et innovantes sur Grenoble. Une des SARL  du  groupement  développait   un  concept  où  tous  les  salariés  étaient  associés,  mais  où  chacun  développait  son  activité.  À  l’époque    on  ne  connaissait  pas  le  statut  SCOP  mais  l’idée  était  la  même. En 1995, cette société, SMTS devient une SCOP et se spécialise dans le BTP.  Pour ma part, javais  créé  une  entreprise  dinsertion  et  participé  à  divers  projets  collectifs.  Fin  2001  jai  été  amenée  à  diriger  SMTS.  Ce  chemin parcouru  explique  mon  choix,  en  2003,  de  me  positionner  comme  dirigeante  de  la  coopérative  d’activités  Cabestan  créée  à Grenoble  avec le soutien de 8 CAE de la région Rhône Alpes afin d’apporter  une réponse adaptée aux activités du bâtiment. »  « Avec Cabestan, la vocation est d’emblée régionale avec une envie d’ouverture. Deux autres antennes régionales ont été ouvertes (Auvergne  et  Lorraine)  et  fin  2011,  le  CA  de  la  SCOP  représente  5,7  millions  d’euros  (prévisions  2012  de  6,5  millions),  avec  un nombre d’entrepreneurs qui varient entre 140 et 150. »  « L’atout  de  la  coopérative  dactivités  et  dentrepreneurs  c’est  d’abord  de  ne  pas  être  seul  dans  sa  démarche  de  création  et  de pouvoir réellement se concentrer sur son seul « métier » sans avoir à gérer d’emblée les aspects administratif et juridique.  Ceci, bien sûr, en développant les valeurs coopératives, et la possibilité de travailler ensemble et de mutualiser les moyens. Le collectif permet aussi à des porteurs de projets soit de même métier, soit de métiers différents de répondre de façon commune à un gros appel d’offre. Ainsi, c’est un soutien sur tous les aspects de la création ».   www.cabestan.fr/