Alléger la Ville - Les 4 territoires d'innovation

741 views
658 views

Published on

Ce document rend compte des 4 territoires d'innovation de l'expédition Alléger la Ville, qui seront travaillés et approfondis durant les prochains mois.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
741
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
24
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Alléger la Ville - Les 4 territoires d'innovation

  1. 1. Les territoires d’innovation Septembre 2012
  2. 2. Rappel : les grandes questions de l’expédition•  Quelle peut être la contribution dune innovationascendante et décentralisée à lobjectif dune villedurable et désirable ? •  Quelles idées neuves, quelles transformations, quelles avancées vers la "ville durable" émergent-elles (ou pourraient-elles émerger) de linnovation décentralisée ? •  Comment contribue-t-elle à impliquer activement les citoyens dans la construction de la ville durable ?•  Quest-ce qui doit changer si linnovationdécentralisée devient lune des priorités ?   •  Dans quelles conditions peut-elle se développer plus fortement / passer à léchelle / sarticuler avec dautres initiatives, ainsi quavec les grands dispositifs urbains ? •  Comment les modèles "top down" (smart city, etc.), les infrastructures et les infostructures, la gouvernance urbaine, doivent-ils évoluer pour rendre cela possible ? •  Quels nouveaux rôles pour les acteurs publics ?
  3. 3. Les grands défis urbains•   Environnement     •   Comment  fait-­‐on  aussi  bien/mieux  dans  un  contexte  de  ressources  limitées  ?     •   Une  ville  plus  durable,  en  termes  d’habitat,  de  mobilité,  d’énergie,  de  services,  qui  “consomme  moins”   •   Assurer  le  mainBen  de  la  biodiversité,  la  qualité  de  l’air  et  de  l’eau   •   Réduire  radicalement  les  émissions  de  CO2  et  des  rejets  polluants   •   Le  recyclage,  les  circuits  fermés  et  les  énergies  renouvelables  •   Cohésion  et  opportunités  sociales   • Répondre  à  des  modes  de  vie  plus  éclatés,  plus  divers   •   De  nouvelles  gouvernances     •   Maintenir  et  renforcer  le  lien  social   •   Maintenir  une  vitalité  démocraBque,  donner  des  opportunités  d’expression  et  de  développement  personnel   •   GaranBr  l’accès  de  tous  aux  ressources  de  la  ville  •   Développement  économique   •   Etre  un  territoire  aOracBf  pour  les  entreprises,  qui  s’appuie  sur  la  créaBvité  et  l’innovaBon  •   Technique   •   Rendre  plus  "intelligents"  les  grands  systèmes  urbains,  décloisonner  les  services,  les  infrastructures…          
  4. 4. Mais il y a bien d’autres défis…  •   Innover  pour  desserrer  les  contraintes  des  raretés  •   De  nouvelles  gouvernances  qui  exploitent  l’autonomie  croissante  des  acteurs  •   Une  ville  agile,  “hackable”,  ouverte,  mobile,  frugale,  qui  redistribue  le  pouvoir  •   Aller  au-­‐delà  de  la  ville  subie  pour  aller  vers  une  ville  souhaitable  et  désirée  •   Un  laboratoire  grand’ouvert  d’idées  durables  et  désirables  •   Comment  la  ville  peut-­‐elle  s’adapter  aux  nouveaux  usages  et  aux  nouvelles  praBques  de  consommaBon,  de  producBon?    •   Redistribuer  des  capacités  d’acBon  et  d’innovaBon  aux  individus  •   L’évoluBon  des  modèles  top-­‐down,  des  infrastructures,  des  infostructures  et  de  la  gouvernance  urbaine  pour  une  arBculaBon  avec  l’innovaBon  ascendante  •   Des  modèles,  des  méthodes  pour  la  co-­‐créaBon  et  la  collaboraBon  entre  des  acteurs  divers  et  de  nouvelles  formes  collecBves  
  5. 5. Une multitudes de projets, d’initiatives et de tendancesLe  “Smart”  urbain  -­‐>  Une  dimension  “systémique”  -­‐>  La  “smart  city”  comme  ville  capable  de  voir  ce  que  nous  ne  voyons  pas,  capable  de  faire  ce  que  nous  ne  pouvons  pas  -­‐>  Op>misa>on,  automa>sa>on  et  contrôle  -­‐>  Des  objets  plus  ou  moins  dépendants  les  uns  des  autres,  et  plus  ou  moins  dépendants  du  système      De  grands  systèmes  interdépendants  Les  smartgrids  :  monitoring  énergéBque,  du  plus  top-­‐down  à  des  disposiBfs  de  partage  d’informaBon  Les  villes  smart  ex-­‐nihilo  :  de  Masdar  ou  PlanIT  à  la  ville  sans  habitants  Smart  buildings  Usines  de  retraitement  et  recyclage  Big  Data  :  des  données  partout,  que  la  ville  doit  gérer  Systèmes  d’informaBon  urbains    D’autres  objets/systèmes  intelligents  De  la  voiture  connectée  à  la  voiture  sans  chauffeur  (Google  Car)  ApplicaBons  et  services  au  service  de  la  mobilité  intelligente  
  6. 6. Les tendances de la « ville durable »  Les  “grandes  tendances”  Eco-­‐quarBers  Encouragement  des  mobilités  “douces”  :  Vélib’,  “marchabilité”  Voitures  électriques,  hybrides...  Energies  renouvelables  LogisBque  urbaine  plus  “durable”,  soluBons  pour  la  gesBon  du  dernier  km      Ce  qui  passe  inaperçu,  ce  qui  émerge  du  “bo9om-­‐up”    L’agriculture  urbaine  La  guerilla  gardening  L’économie  du  partage,  plus  durable  :  autopartage,  covoiturage,  les  jardins  partagés,  etc.  Le  mouvement  des  villes  en  transiBon  Le  toit  à  tout  faire  :  producBon  d’énergie,  espace  d’agriculture  urbaine,  récupéraBon  des  eaux  de  pluie...    L’habitat  groupé  L’éolien  citoyen  
  7. 7. La ville légère, de multiples autres initiatives « bottom-up »…Des  ac<ons  spontanées  :     •  Des  capteurs  citoyens  (Barcelone,  Citypulse,  Float  -­‐  capteur  cerf-­‐volant)   •  la  consommaBon  collaboraBve,  usage  et  partage  /  P2P   •  Les  circuits  courts  :  Cradle  to  cradle,  mais  aussi  AMAP,  Ruche  qui  dit  oui!   •  Des  projets  “open  source”  :  open  energy  /  projets  open  source  locaux  ou  communautaires   •  Le  crowdfunding  comme  levier  de  l’innovaBon  ascendante   •  Des  lieux  éphémères,  pop-­‐up  :  commerces,  espaces  de  restauraBon,  librairies...   •  La  visualisaBon  des  flux  et  des  data   •  Des  disposiBfs  hackables  /  hackés  :  staBonnement  via  Kinect   •  Des  espaces  pour  l’innovaBon  ascendante,  autour  du  “faire”  :  Makerspaces,  FabLabs...   •  De  nouveaux  lieux  pour  de  nouveaux  services  :  Repair  Café,  etc.   •  Et  parfois  même,  l’innovaBon  sous  contrainte...  Detroit.      Des  ac<ons  et  ini<a<ves  qui  s’ar<culent  déjà  avec  les  autorités  (la  ville  légère  existe  déjà  !)  :     •  Des  lieux  publics  “mutants”.  Des  bibliothèques  se  transformant  en  Fab  Labs,  devenant  des  lieux  fournissant  un  accès  à   l’informaBon,  au  idées,  mais  aussi  aux  technologies.   •  Le  crowdsourcing  comme  moyen  de  parBcipaBon  “urbaine”   •  Des  invitaBons  au  “hacking”  (Appel  à  projet  Mairie  Paris,  SF  BeOer  Streets)   •  L’open  data  /  applicaBons  à  parBr  de  données  ouvertes   •  L’appariBon  du  Chief  InnovaBon  Officer  
  8. 8. Alléger la ville§ La  maDère  Les  coûts,  les  ressources  uBlisées,  les  circuits  économiques  § Les  échelles  et  les  enjeux  Des  peBts  acteurs,  des  micro-­‐coordinaBons  légères,  des  soluBons  locales  et  globales  ;  Arrêter  de  penser  “gros  système”,  plutôt  penser  “mulBtude  de  peBts  projets”      § L’ambiance,  l’atmosphère  urbaine,  les  rigidités,  pour  plus  d’agilité  Les  lourdeurs  et  les  procédures  administraBves  (  “ce  n’est  pas  à  la  ville  de  tout  faire”  exemple  :  SF  BeOer  Streets  ),  les  réglementaBons,  les  condiBons  d’accès  aux  données,  fichiers  (open  data),  applicaBons  …  § Les  objets,  services,  plateformes...  
  9. 9. 4 TERRITOIRES D’INNOVATION  
  10. 10. Plug-in City : la ville « à terminer » Concevoir  des  systèmes  urbains  ouverts,  acDonnables  et  améliorables  par  les  uDlisateurs            • PotenBel  de  la  mulBtude  et  de  la  surtraitance      • A  l’image  de  l’internet,  déporter  l’intelligence  à  la  périphérie  des  systèmes  urbains  • Open  Data,  hackathons….    • API  :  ouvrir  les  données,  les  applicaBons…  • “Hacker  la  ville”  :  Paris,  Montréal…  • Des  ouBls,  des  représentaBons,  des  index  pour    faciliter  lusage  de  ces  ressources  par  des  acteurs  non  spécialisés           Comment  ajouter  du  jeu,  et  des  joueurs,  dans  les  systèmes  urbains  intelligents  ?  •    Faut-­‐il  seulement  op>miser  les  systèmes  urbains,  ou  les  transformer,  ou  les  deux  à  la  fois  ?  • •  Comment  ouvrir  les  systèmes  urbains  pour  les  améliorer  à  la  marge,  la  périphérie  ?    •  Quelles  méthodes,  quels  ou>ls  juridiques,  quels  équipements  sont  à  concevoir  et  déployer  pour  aLeindre  cet   objec>f  ?    
  11. 11. Micro/local/partiel : l’espace des micro-coordinations légères Prendre  la  mesure  des  innovaDons  locales  et  favoriser  leurs  arDculaDons  et  la  “pollinisaDon”             • Une  mulBtude  d’iniBaBves  locales,  “parBelles”       • Concevoir  des  passerelles  entre  les  iniBaBves     • Cartographier  les  ressources,  les  iniBaBves  et  les     acteurs  du  territoire   • Des  ouBls,  des  espaces,  des  disposiBfs  de  pollinisaBon   • PermeOre  des  partenariats  légers         •  Comment  meLre  ces  ini>a>ves  en  réseau?  Comment  leur  donner  les  moyens  de  se  développer  ?   •  Comment  rendre  «  duplicables  »,  adaptables  ces  micro-­‐ini>a>ves?  Comment  favoriser  leur  pollinisa>on  ?  •  Comment  cartographier  les  ressources  locales,  horizontales  ?  Quels  ou>ls  doit-­‐on  concevoir  pour  réaliser  ceLe   cartographie?  •  Quels  nouveaux  disposi>fs  physiques  et  numériques  doit-­‐on  meLre  en  place  pour  accompagner,  ou>ller  et  s>muler   l’innova>on  ascendante  ?  
  12. 12. La ville agile Hybrider  les  cultures  de  l’innovaDon,  pour  permeKre  à  tous  les  acteurs  urbains  de  devenir  “agiles”      • Méthodes  d’innovaBon  ouverte  et  de  coproducBon  • Développement  agile  :  réacBvité,  plasBcité,  expérimentaBon,  apprenBssage  • S’appuyer  sur  l’agilité  des  citadins  :  iniBaBves  “ludiques”,    détournement,  temporalités  courtes  et  éphémères,  engagement  “par  projet”  • Modèle  du  libre  et  l’innovaBon  collaboraBve    • Des  disposiBfs  pour  le  “learning  by  doing”    • Laboratoires  de  usages  comme  lieux  de  fricBon    •  Quelles  idées  neuves  peuvent  émerger?  Comment  la  ville  et  les  opérateurs  peuvent-­‐ils  s’inspirer  de  l’agilité  des   ini>a>ves  citoyennes?  Comment  impliquer  les  citoyens  dans  ceLe  ville  “agile”?  •  Quels  lieux,  quels  disposi>f,  quels  ou>ls  doivent  apparaître  pour  permeLre  l’hybrida>on  des  cultures  des  différents   acteurs?  •  Quels  ou>ls  et  équipements  doivent-­‐être  mis  en  oeuvre  pour  faciliter  le  développement  de  nouveaux  services,   disposi>fs  de  manière  agile  ?  •  Quel  niveau  d’intégra>on  de  ces  méthodes  “agiles”  les  acteurs  publics  et  privés  peuvent-­‐ils  adopter?    
  13. 13. Une frugalité désirable : faire mieux avec moins?     Faire  mieux  avec  moins,  tout  en  rendant  ce  chemin  de  la  frugalité  “désirable”  par  tous  •  Baisse  des  ressources  financières,  énergéBques,   spaBales  •  Des  communautés  déjà  engagées  dans  la  frugalité    •  Des  espaces  pour  la  réparaBon,  le  recyclage,  la   redistribuBon  •  L’exploitaBon  de  «  l’excess  capacity  »  •  «  Form  follows  energy  »  va  «  Form  follows  funcBon  »  •  Une  logisBque  «  frugale  »  •  Le  numérique  facilitateur  de  la  frugalité  •  Comment  inciter  et  valoriser  les  comportements  frugaux  pour  les  rendre  désirables?     Comment  repenser  les  services,  objets  et  espaces  pour  répondre  à  des  usages  plus  collabora>fs  et  frugaux?  •    Quels  leviers  sont  à  ac>onner  pour  mieux  pouvoir  exploiter  les  ressources  disponibles  (espace,  logements,  énergie,  •  mobilité...)?  •  Quels  rôles  pour  les  acteurs  économiques  dans  la  frugalité  ?    

×