Plusieurs poètes, écrivains, artistes et musiciens se sont inspirés de la Grèce. A
titre indicatif , on cite trois poètes ...
tout le monde occidental à avoir détaché la poésie
du poème épique et du mythe religieux et à avoir
tenté d'exprimer par c...
Le collage, c'est Max Ernst qui en avait été l'initiateur, au sein du
mouvement surréaliste, en associant d'anciennes zinc...
Georges Séféris
un poète qui a suivi le mouvement
du symbolisme, a pris le Prix
Nobel en 1963. Il dit :
« J’appartiens à u...
Yiannis Ritsos
un poète dont l’œuvre,
exprimant son idéologie
communiste, s’est ouverte à
des influences nouvelles, et
s’e...
Belle mais étrange patrie
Que celle qui m’a été donnée
Elle jette les filets pour prendre des
poissons
Et c’est des oiseau...
Nicos Engonopoulos, le retour
d’Ulysse
Théophilos Hadjimichael, rue de
Mytilène
Nikiforos Lytras, barque à voile
Yannis Ts...
Grèce: le voyage, la poésie, la musique, la peinture…
L'Odyssée d'Homère, Chant 1.
ἄνδρα μοι ἔ ννεπε, μοῦζα, πολύηροπον, ὃ...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Poètes Dionyssia

245
-1

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
245
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Poètes Dionyssia

  1. 1. Plusieurs poètes, écrivains, artistes et musiciens se sont inspirés de la Grèce. A titre indicatif , on cite trois poètes de « la génération des années trente », dont bien des poèmes ont été mis en musique par le grand compositeur grec MikisTheodorákis: Odysséas Elytis ayant un style personnel et identifiable, ce qu’il nomme « la métaphysique solaire», mais aussi influencé par le mouvement du surréalisme, a obtenu le prix Nobel de littérature. Il dit : « [..] qu’il me soit permis, je vous en prie, de parler au nom de la luminosité et de la transparence. Car c’est ces deux états qui ont défini l’espace où j’ai vécu et où il m’a été donné de m’accomplir […] Une image de la mer, telle que nous la trouvons dans Homère, parvient intacte jusqu'à nous. Rimbaud dira "une mer mêlée au soleil". Sauf que lui ajoutera: "c'est là l'éternité." Une jeune fille tenant une branche de myrte chez Archiloque survit dans un tableau de Matisse. Et l'idée méditerranéenne de pureté nous est ainsi rendue plus tangible. D'ailleurs, l'image d'une vierge de l'iconographie byzantine est- elle si différente de celle de ses sœurs profanes?». C’est le poète que les grecs surnomment « le poète de la mer Égée », comme happé malgré lui par la beauté de la Grèce et de ses gens. Elytis est l'héritier direct de la tradition antique : « En tant que poète lyrique, je ne peux penser sans émotion que l'art que je pratique est né ici, dans l'espace égéen ; je pourrais dire aussi sur la terre de ma patrie, si l'on considère que Sappho à Lesbos aussi bien qu'Archiloque à Paros sont les premiers de
  2. 2. tout le monde occidental à avoir détaché la poésie du poème épique et du mythe religieux et à avoir tenté d'exprimer par cette voie leurs sentiments et leur monde intérieur. Pour un poète, cela a beaucoup d'importance et j'ai bien peur que les Européens ne réalisent pas toujours que l’Égée est bien le berceau de la tradition artistique qui s'est continuée jusqu'à ce jour. Et pour nous, Grecs, l'importance est encore plus grande, car la langue grecque s'est maintenue dans la même continuité. Ce qui a pris naissance avec Archiloque et Sappho s'est continué sans interruption jusqu'à nous, au point qu'il n'y a pas eu un seul siècle sans création poétique en langue grecque. » En exil à Paris, en 1969, pendant la dictature en Grèce, il a écrit son œuvre majeure, Axion Esti, mis en musique par Mikis Theodorákis, s’agissant du destin de la Grèce. Elytis a aussi créé des collages, inspirés de son pays: « (…) si je n'étais pas devenu poète, j'aurais pu être un bon peintre (…) Mais je n'ai pu réaliser cette ambition, même en amateur. Tout simplement parce que je ne possédais pas la technique. C'est pourquoi, quand je voulus à tout prix aller dans cette voie, je me tournai vers les procédés du collage.
  3. 3. Le collage, c'est Max Ernst qui en avait été l'initiateur, au sein du mouvement surréaliste, en associant d'anciennes zincographies pour créer de nouvelles images transcendantales (…) je fis ainsi quelques compositions que j'appelais collages »
  4. 4. Georges Séféris un poète qui a suivi le mouvement du symbolisme, a pris le Prix Nobel en 1963. Il dit : « J’appartiens à un petit pays. C’est un promontoire rocheux dans la Méditerranée, qui n’a pour lui que l’effort de son peuple, la mer et la lumière du soleil. C’est un petit pays mais sa tradition est immense. Ce qui la caractérise, c’est qu’elle s’est transmise à nous sans interruption. La langue grecque n’a jamais cessé d’être parlée. Elle a subi les altérations que subit toute chose vivante. Mais elle n’est marquée d’aucune faille. Ce qui caractérise encore cette tradition, c’est l’amour de l’humain ; la justice est sa règle. Dans l’organisation si précise de la tragédie classique, l’homme qui dépasse la mesure doit être puni par les Erinnyes. Bien plus, la même règle vaut pour les lois naturelles. “Le soleil ne peut pas dépasser la mesure, dit Héraclite, sinon les Erinnyes, servantes de la justice, sauront le ramener à l’ordre.” […] Dans son œuvre, il essaie de combiner ses propres expériences avec l’histoire et la mythologie. Une de ses principales sources d’inspiration est l’Odyssée d’Homère, notamment pour montrer comment la personnalité humaine n’a pas changé à travers les siècles. L’héritage du monde antique ne sert pour lui qu’à humaniser le monde contemporain : J'ai fait mes premiers pas sur la poussière millénaire sous l'ombre grandiose des ruines sacrées. J'ai joué dans le stade antique, sur la terre foulée par les dieux et les héros. J'ai entendu les pierres raconter au vent les mythes et les légendes. Sous la lumière pâle et reposante du soleil couchant ou dans l'éclat du soleil de l'été, Mes yeux innocents considéraient comme naturelle la beauté indicible des statues et des monuments Naturel comme le mouvement de la mer et l'odeur des pins … La flamme sacrée s'est allumée et l'humanité s'est couverte de lumière. Et la voie qui mène à l'humanisation de l'homme s'est ouverte… (Je suis né à Olympie) Le paysage grec l’inspire profondément : Encore un peu Et nous verrons les amandiers fleurir Les marbres briller au soleil La mer, les vagues qui déferlent. Encore un peu Élevons-nous un peu plus haut. (Traduction Jacques Lacarrière)
  5. 5. Yiannis Ritsos un poète dont l’œuvre, exprimant son idéologie communiste, s’est ouverte à des influences nouvelles, et s’est rapprochée par certains aspects du surréalisme. En Grèce, son œuvre a rencontré un vaste écho populaire avec plusieurs de ses poèmes mis en musique par Theodorákis. Sa renommée s'est étendue au-delà de son pays, notamment en France, sous l’impulsion d’Aragon qui, en 1968, l’a salué comme « le plus grand poète vivant ». Entre 1945 et 1947, il a écrit « Romiosini» (La Grécité), un terme qui va au-delà de l'idée de la simple appartenance à la nation hellène∙c’est le chant de la souffrance des Grecs, celui de leur Résistance pendant la guerre mais aussi le chant de la lutte du peuple grec au fil de l’histoire (poème mis en musique par Mikis Theodorákis). Chez Ritsos on reconnaît toujours le paysage grec: Ces arbres ne peuvent se rassasier de moins de ciel, Ces pierres ne peuvent se rassasier sous les pas étrangers, Et ces hommes ne peuvent se rassasier que de soleil, Et ces cœurs ne peuvent se rassasier que de justice. Ce pays est aussi dur que le silence, Il serre contre son sein ses dalles embrasées, Il serre dans la lumière ses vignes et ses olives orphelines, Il serre les dents. Il n’y a pas d’eau. Seulement de la lumière. Le chemin se perd dans la lumière. Métal est l’ombre de l’enclos. Ne pleure pas sur la Grèce, - quand on croit qu’elle va fléchir, Le couteau contre l’os et la corde au cou, La voici de nouveau qui s’élance, impétueuse et sauvage, pour harponner la bête avec le trident du soleil.
  6. 6. Belle mais étrange patrie Que celle qui m’a été donnée Elle jette les filets pour prendre des poissons Et c’est des oiseaux qu’elle attrape Elle construit des bateaux sur terre Et des jardins sur l’eau Belle mais étrange patrie Que celle qui m’a été donnée Elle baise le sol en pleurant et puis elle s’exile aux cinq chemins elle s’épuise puis toute sa vigueur reprend Elle menace de prendre une pierre Elle renonce aussitôt Elle fait mine de la tailler Et des miracles naissent Belle mais étrange patrie Que celle qui m’a été donnée Avec une petite barque Elle atteint des océans Elle cherche la révolte Et s’offre des tyrans Elle enfante cinq grands hommes et puis elle leur brise l’échine quand ils ne sont plus elle chante leurs louanges Belle mais étrange patrie… Odysséas Elytis, Belle mais étrange patrie En avant! Aidez-nous à soulever le soleil au-dessus de la Grèce ! En avant ! Aidez-nous à soulever le soleil au-dessus du monde ! Car voyez : sa roue s'est embourbée au plus profond, son axe a sombré au plus profond du sang. En avant les amis! A lui seul le soleil ne peut se lever. Donnez de l'épaule et du genou pour le tirer de la boue, donnez du genou et de l'épaule pour le tirer du sang. Voyez : nous, ses frères de sang, nous appuyons sur lui. En avant, frères, voici que son feu nous a cernés, en avant, en avant, voici que sa flamme nous a enveloppés. Ángelos Sikelianós, Pneumatiko Emvatirio
  7. 7. Nicos Engonopoulos, le retour d’Ulysse Théophilos Hadjimichael, rue de Mytilène Nikiforos Lytras, barque à voile Yannis Tsarouxis, maison à Caryatides
  8. 8. Grèce: le voyage, la poésie, la musique, la peinture… L'Odyssée d'Homère, Chant 1. ἄνδρα μοι ἔ ννεπε, μοῦζα, πολύηροπον, ὃ ς μάλα πολλὰ πλάγτθη, ἐ πεὶ Τροί ης ἱ ερὸ ν πηολί εθρον ἔ περζεν· πολλῶν δ᾽ ἀνθρώπφν ἴ δεν ἄζηεα καὶ νό ον ἔ γνφ, πολλὰ δ᾽ ὅ γ᾽ ἐ ν πό νηῳ πάθεν ἄλγεα ὃ ν καηὰ θσμό ν, ἀρνύμενος ἥν ηε υστὴν καὶ νό ζηον ἑ ηαί ρφν… Dis-moi, Muse, cet homme subtil qui erra si longtemps, après qu'il eut renversé la citadelle sacrée de Troiè. Et il vit les cités de peuples nombreux, et il connut leur esprit ; et, dans son coeur, il endura beaucoup de maux, sur la mer, pour sa propre vie et le retour de ses compagnons… Y.Gaitis, Ulysse et les Sirènes Ulysse et les sirènes, vase à figures rouges, Vème siècle AV JC, British Museum,Londres J.W.Waterhouse, Ulysse et les Sirènes

×