Your SlideShare is downloading. ×
Biotech - Enjeux pour les Mascareignes (2014)
Biotech - Enjeux pour les Mascareignes (2014)
Biotech - Enjeux pour les Mascareignes (2014)
Biotech - Enjeux pour les Mascareignes (2014)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Biotech - Enjeux pour les Mascareignes (2014)

329

Published on

Quels enjeux pour les biotechnologies dans les Mascareignes (2014) ?

Quels enjeux pour les biotechnologies dans les Mascareignes (2014) ?

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
329
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. BIOTECHNOLOGIES by WWW.AFRIKASOURCES.COM - Juillet 2014 Tapez pour saisir le texte D'une   manière   générale,   il   existe   deux   types   d'innovation   technologique:   graduelle   et   perturbatrice.  Les  changements  graduels  mènent   à   un   perfectionnement   des   processus   et   des   produits.   Les   technologies   perturbatrices   engendrent  des  changements  radicaux  et  brusques   qui   mettent   en   cause   des   systèmes   sociaux,   é c o n o m i q u e s ,   e n v i r o n n e m e n t a u x   e t   gouvernementaux  plus  vastes.   La   plupart   des   analystes   considèrent   que   quatre   technologies   émergentes   (les   technologies   numériques,   les   biotechnologies,   les   nanotechnologies  et  les  neurosciences)  pourraient   provoquer   des   changements   sociaux   et   économiques   perturbateurs  au   cours   des  10   à  15   prochaines  années. Ces   technologies   auront   une   incidence   sur   pratiquement  tous  les  secteurs  de  l'économie.  L'un   des  aspects  les  plus  perturbateurs  de  certaines  de   ces  technologies  est  leur  propension  à  accroître  la   productivité   avec   un   moindre   effectif.   L'intelligence   artificielle   (comme   le   logiciel   Siri   d'Apple)   conjuguée   aux   analyses   de   données   pourrait   changer   radicalement   le   secteur   des   services  en  réduisant  l'effectif.  Dans  de  plus  en  plus   de   secteurs,   l'impression   tridimensionnelle   pourrait  avoir  des  conséquences  économiques  sur   les   industries   manufacturières   et   modifier   leur   implantation   territoriale.   La   biologie   synthétique   pourrait   changer   l'économie   et   la   circulation   des   matières   premières   dans   les   domaines   de   l'agriculture,   de   la   foresterie,   de   l'énergie   et   des   mines.   Les   gouvernements,   les   entreprises   et   la   société  devront  travailler  de  concert  pour  veiller  à   ce   que   des   politiques   et   des   institutions   innovatrices  soient  en  place  afin  de  suivre  la  vague   des   changements   technologiques.   Les   10   à   15   prochaines   années   constitueront   une   ère   de   transition.   Presque   toutes   les   grandes   infrastructures   utiles   à   des   domaines   tels   que   le   perfectionnement   professionnel,   les   soins   de   santé,   les   transports   et   la   sécurité   subiront   probablement   des   pressions.   Sous-­‐estimer   le   rythme  du  changement  ou  ne  pas  en  tenir  compte   pourrait   très   bien   menacer   notre   compétitivité,   notre  état  de  préparation  et  notre  résilience. Encore  peu  connu  du  grand  public,  le  marché  des   biotechnologies   offre   pourtant   des   perspectives   énormes.  Et  la  France  recèle  dans  ce  domaine  de   véritables   pépites   :  notre   pays   est   le  deuxième   acteur  économique  mondial  pour  des  sciences  de   la  vie.
  • 2. Club Export Réunion et CCIFM Au cœur des Mascareignes, dans le sud- ouest de l’océan Indien, les deux îles-sœurs, Maurice et La Réunion cherchent aujourd’hui les voies du rebond économique plus d’un demi-siècle après leur « décolonisation ». Ces territoires aux histoires nourries des belles heures de la Compagnie des Indes, choisirent pour l’une l’indépendance de l’Angleterre (en 1968), et pour l’autre, l’intégration à la République Française et à l’Europe. Elles connaîtront alors des destins aussi proches que parallèles. Travaillant à développer les liens entre les deux îles, la CCIFM (Maurice) et le Club Export de La Réunion organisent pour la 3ème année consécutive des échanges entre les opérateurs économiques réunionnais et mauriciens. Les Rencontres de 2014 font suite aux deux précédentes éditions, dont la dernière s’est déroulée le 14 et 15 novembre 2013. Les Rencontres Réunion/Maurice 2014 auront pour thème «Développement durable et biotechnologies» et se tiendront à La Réunion du 13 au 16 novembre 2014. Sewen  Solutions by  AFRIKASOURCES Prospectif Architecte  de  votre  croissance Outil  d’aide  d’aide  à  la  décision   «Straight  to  the  point»  «Out-­‐of-­‐the-­‐box  thinking» Multiculturel  car  créole Créateur  de  solutions Définition  générale  des  biotechnologies   Les   biotechnologies   sont   l’ensemble   des   méthodes   et   des   techniques   qui   utilisent   comme   outils   des   organismes   vivants   (cellules  animales  et  végétales,  micro  organismes…)  ou  des  parties   de  ceux-­‐ci  (gènes,  enzymes…).    Elles  permettent  la  mise  au  point   et   le   développement   de   nouveaux   produits   pour   la   santé   de   l’Homme,  pour  la  qualité  et  la  sécurité  de  son  alimentation,  et  pour   la  protection  de  son  environnement.   L’OCDE   définit   les   biotechnologies   comme   «   l’application   des   principes   scientifiques   et   de   l'ingénierie   à   la   transformation   de   matériaux   par   des   agents   biologiques   pour  produire   des   biens   et   services   ».   Ces   biotechnologies,   ou   «   technologies   de   bioconversion  »  comme  leur  nom  l'indique,  résultent  d'un  mariage   entre  la  science  des  êtres  vivants  -­‐  la  biologie  -­‐  et  un  ensemble  de   techniques   nouvelles   issues   d'autres   disciplines   telles   que   la   microbiologie,   la   biochimie,   la   biophysique,   la   génétique,   la   biologie  moléculaire,  l'informatique… Selon   le   cabinet   Ernst   &   Young,   «   les   entreprises   de   biotechnologies  se  définissent  comme  des  entreprises  utilisant  les   techniques  modernes  de  biologie  pour  développer  des  produits  ou   services   pour   la   santé   humaine   et   animale,   la   productivité   agricole,   la   transformation   alimentaire,   les   ressources   renouvelables,   la   production   industrielle   ou   la   gestion   de   l’environnement.   L’instrumentation  médicale,  les   grandes  firmes   pharmaceutiques,  agroalimentaires  et  de  production  ne  sont  pas   prises  en  compte  ».   A  quoi  servent  les  biotechnologies  ? Les  sciences  du  vivant  doivent  répondre  à  plusieurs  défis  majeurs  : • en   matière   de   santé   (maladies   émergentes,   maladies   neurodégénératives,   sûreté   et   sécurité   alimentaire,   qualité   nutritionnelle...), • en   matière   d'indépendance   énergétique   vis-­‐à-­‐vis   des   sources   fossiles  (biocarburants  et  précurseurs  pour  la  chimie), • en  matière  de  développement  durable  (agriculture  innovante  et   respectueuse  des  exigences  environnementales  et  sanitaires). Biotechs  françaises  et  modèle  américain Le  modèle  de  développement  couramment  évoqué  lorsque  l’on   parle   de   “biotech”   est  celui  des   réseaux  américains   tels   que   la   Silicon  valley:  des  firmes  tournées  vers  la  recherche  active,  c’est-­‐ à-­‐dire  engagées  dans  la  course  aux  brevets  et  aux  publications,   financées  par  du  capital  risque  puis  introduites  en  Bourse.   Si   ce   modèle   reste   parfaitement   pertinent   aux   États-­‐Unis,   la   même   recette   ne   peut   être   appliquée   au   secteur   des   biotechnologies   européen.   En   effet,   le   contexte   légal,   institutionnel  et  économique  n’est  pas  le  même.   En   France,  par  exemple,   le   secteur  des   biotechnologies   reste   très  circonscrit  et  compte   peu  d’entreprises  cotées.  Leur  taille   modeste  ne  leur  permet  pas  de  générer  beaucoup  d’emplois  et   même   les   alliances   entre   biotechs   et   avec   des   partenaires   installés   (par   exemple   des   majors   de   l’industrie   pharmaceutique)   notamment   au   sein   des   pôles   de  
  • 3. compétitivité   ne   leur   suffisent   pas   à   atteindre   une   taille   critique.   Par   conséquent,   le   modèle   de   développement   à   l’américaine   ne   peut   être   répliqué   tel   quel.   En   revanche,   certaines   biotechs   françaises   basées  sur  un  modèle  de  développement  qui  leur  est   propre   fonctionnent   parfaitement:   c’est   notamment   le  cas  des  petites  biotechs  qui  fournissent  des  services   aux  grands  laboratoires. Financer  les  projets  Biotech Identifiés  comme  "prioritaires"  par  le  Gouvernement,  cinq   axes   stratégiques   permettront  à  la   France   d’augmenter   son  potentiel  de  croissance  :  l'enseignement  supérieur  et   la   formation,   le   développement   durable,   la   recherche,   l'industrie  et  les  PME  et  l'économie  numérique.  A  travers   ce   programme,  l’Etat   s’adresse   aux   générations   futures   afin  de  leur  permettre  de  défendre  leurs  chances  et  celles   de  la  France  dans  le  monde  de  demain. Le   programme   Investissements   d'Avenir,   c'est   35   milliards  d’euros  sur  dix  ans  pour  financer  l'innovation   en   France,   renforcer   la   productivité,   la   capacité   d’innover  et  accroître  la  compétitivité  des  entreprises. Via   divers   supports   publics   comme   les   Investissements   d’avenir,  la  France  espère  faire  émerger  une  bio-­‐économie   basée  sur  la  connaissance   du  vivant  et  sur  de  nouvelles   valorisations  des  ressources  biologiques  renouvelables. L’un  des  objectifs  est  de  permettre  à  la  France  de  rétablir   sa   compétitivité   sur   le   plan   mondial   en   lançant   des   programmes   de   recherche   ambitieux   dans   le   domaine   de  la  génétique  et  des  biotechnologies. On  espère   ainsi  offrir  aux  chercheurs   les   plates-­‐formes   technologiques   de   niveau   international   dont   ils   ont   besoin,  notamment  pour  le  séquençage,  le  génotypage,   l'analyse  bioinformatique,  l'imagerie  cellulaire,  ou  encore   l'exploration  fonctionnelle,  le  criblage  et  la  production  de   cellules  souches. Les   autorités   souhaitent   aussi   réussir   la   transition   industrielle   biotechnologique   en   finançant   des   démonstrateurs.  C'est   une   étape   cruciale   qui   exige   le   plus   souvent   une   recherche   technologique   de   pointe   pour  passer  du  micro-­‐incubateur  au  prototype   de  cuve   industrielle,  notamment  pour  les  biocarburants  de  3ème   génération  issus  des  algues,  la  production  de  précurseurs   chimiques  issus  des  plantes  ou  encore  les  biothérapies. Au  niveau  européen Pour  répondre  aux  défis  posés  par  la  crise  économique,   les  enjeux  écologiques  et  les  problématiques  sociales,  la   Commission   Européenne   a   dressé   pour   la   prochaine   période  de   programmation  2014-­‐2020  une   stratégie   de   "croissance  intelligente  durable  et  inclusive"  :  la  stratégie   Europe  2020  qui  prend  le  relais  de  l'agenda  de  Lisbonne. La   «   smart   specialisation   »   a   ainsi   pour   objectif   de   renforcer  la  diversité  régionale,  en  évitant  que  plusieurs   régions   n’investissent   dans   des   activités   similaires.   A   l'inverse,   la   concentration   des   actifs   régionaux   doit   permettre   d'atteindre   une   masse   critique   dans   des   domaines  d'excellence  au  rayonnement  mondial. A  l'opposé  d'une  stratégie  top-­‐down,  la  S3  repose  sur  un   processus  dynamique  de  "découverte  entrepreneuriale",   impliquant   les   acteurs   publics,   économiques   de   la   recherche   et  de  l'enseignement.   Il  s'agit  concrètement   de  renforcer  les  échanges  et  les  collaborations  entre  ces   acteurs  et  leur  capacité  à  innover  grâce  à  des  politiques   d'incitation  et  de  soutien  bien  pensées.   A  La  Réunion Depuis  novembre  2010  et  sur  recommandation  de   la  Commission  européenne,  La  Réunion  s’est  dotée   d’une   Stratégie   régionale   d’innovation   (SRI).   Elle   vise  à  structurer  le  territoire  ou  à  améliorer  «  notre   machine   régionale   à   innover   »  pour   atteindre   un   nouvel   acte   de   développement.   L’objectif   est   également  de  créer  l’environnement   qui  dynamise   le  processus  d’innovation  à  La  Réunion.  La  SRI  est   un   document   stratégique   comprenant   un   socle   macro-­‐économique,   8   grandes   orientations   et   17   propositions  d’actions.  Sa  mise  en  œuvre  est  placée   sous  l’autorité   d’un   comité  de  pilotage  réunissant   l’État,  le  Conseil  régional  et  le  Conseil  général.   La  responsabilité  opérationnelle  de  la  mise   en  œuvre   est  confiée  au  Comité  régional  pour  l’innovation  (CRI)   dont   le   pilotage   est   assurée   par   NEXA,   l’Agence   Régionale  de  Développement  et  de  l’Innovation.
  • 4. OUTRE-MER Grâce à ses Outre-mer, la France est la deuxième puissance maritime derrière les États-Unis, avec 11 millions de km² sur tous les océans. Ces territoires recèlent au large des hydrocarbures et des ressources précieuses, comme les « métaux mineurs et les terres rares », indispensables au développement d’industries comme la chimie, la pharmacie, l’aéronautique, les nouvelles technologies. « Si la France faisait valoir ses droits sur 2 millions de km² supplémentaires et accédait à ces richesses, cela pourrait profiter aux populations locales qui auraient là des opportunités de formation et d’emploi. » Les  Biotechnologies  dans  les  Mascareignes Le  secteur  des  biotechnologies  à  La  Réunion  repose  sur  un  fort  potentiel  mais   se   révèle   encore   peu   structuré   et   avec   un   tissu   d’entreprises   composés   essentiellement  de  start-­‐ups. A  lui  seul,  l’agro-­‐nutrition  regroupe  le  quart  des  dépenses  de  recherche  de  l’île  :   les   autres   grands   secteurs   qui   font   l’objet   de   dépenses   de   recherche   sont   l’observation  de   la  terre  et  la  santé  (source  :  IEDOM  –   mars  2013).  En  effet,   outre  l’Université  et  plusieurs  centres  de  recherche  public,  le  secteur  compte  la   seule   structure   de   recherche   privée   de   l’île   :   le   Groupement   d’intérêt   économique  «  eRcane  »,  acteur  majeur  de  la  filière  canne  à  sucre.   Des   recherches   en   biotechnologies   sont   réalisées   par   le   CYROI   structuré   autour   du   cyclotron   et   pourront   également   s’appuyer   sur   la   plate-­‐forme   mutualisées  privée  ECO-­‐EX.   En   appui   aux   secteurs   les   plus   dynamiques   de   son   économie,   des   «écosystèmes  d’innovation»  ont  émergé  afin  d’appuyer  et  de  coordonner  les   initiatives   locales   dans   cette   démarche.   En   intégrant   des   secteurs   tels   que   l’agro-­‐alimentaire  (eRcane,  l'Armeflhor,  CRITT),  les  ressources  naturelles  (pôle   de   compétitivité   Qualitropic),   les   énergies   renouvelables   (cluster  Temergie,   projet   Energreen),   les   ressources   de   la   mer   (ARDA,   ARVAM),   l‘innovation   (Technopôle),   le   bâti  tropical  (Cirbat),   ces   structures   alimentent  les   axes   et   projets   de   recherche.   Elles   constituent   maintenant   des   écosystèmes   d’innovation  dynamiques  et  aptes   à  favoriser  la  valorisation  économique  des   potentiels   de   La   Réunion,   et   à   anticiper  le   développement   durable   de   ces   secteurs  d’activités. La  Réunion  dispose  en  outre  de  ressources  naturelles  exceptionnelles  qui  sont   un  atout  pour  un  développement  durable  générateur  d’activités  et  d’emplois,   de  plus  d’autonomie  vis-­‐à-­‐vis  de  l’extérieur  et  qui  mettent  en  valeur  les  forces   du   territoire.  Qu’il   s’agisse   de   s’appuyer   sur   les   savoirs   locaux,   riches   d’un   métissage   culturel   singulier,   de   développer   les   énergies   renouvelables,   un   tourisme   responsable,   une   agriculture   vivrière   bio,   toutes   ces   activités   reposent  sur  la  connaissance   et  la  préservation  d’une  biodiversité  unique.  La   conservation   de   cette   biodiversité,   forte   d’une   grande   variété   d’espèces   endémiques,  liée  à  l’insularité  et  à  la  diversité  des  milieux  et  habitat  naturels,   constitue  de  toutes  les  façons  une  responsabilité  vis-­‐à-­‐vis  des  biens  communs   de  l’humanité.   Du  coté  mauricien,  au  fil  des  années,  l’Ile  a  fait  d'importants  progrès  en  ce  qui   concerne   l'application  de   la   biotechnologie,   ce   qui   a   conduit   à   l'émergence   d'une  industrie  biotechnologique  dans  quatre  principaux  domaines,  à  savoir  la   biotechnologie   rouge   (le   secteur  de   la   santé),  la   biotechnologie   blanche   (le   secteur  industriel),  la  biotechnologie  verte   (l'agriculture)  et  la  biotechnologie   bleue  (le  secteur  maritime). Il  existe   actuellement  environ  une  vingtaine   d’entreprises  engagées   dans  les   applications   biotechnologiques   à   Maurice.   Elles   emploient   près   de   1.300   personnes  et  elles  génèrent  des  revenus  à  hauteur  de  100  millions  de  dollars.   Leurs   diverses   activités   comprennent   la   bioinformatique,   les   contrats   de   recherche,   les   essais   cliniques,  la   fabrication  pharmaceutique,   la  fabrication   des   dispositifs   médicaux,   les   engrais   biologiques   et   la   fabrication   de   biocarburants.  Au  cours  des  trois  dernières  années,  Maurice  a  attiré  près  de  30   millions  de  dollars  US  en  termes  d'IDE  dans  le  secteur  de  la  biotechnologie. Le  Board  of  Investment  s'est  engagé  à  donner  tout  le  soutien  requis  en  vue  du   développement   de   cette   industrie   et   il   a   facilité   la   réalisation   des   projets   d'investissement   dans   diverses   activités.   Le   BOI   a   également   travaillé   en   étroite  collaboration  avec  toutes   les   parties   prenantes  pour  l'élaboration  du   cadre  juridique  et  réglementaire.

×