Your SlideShare is downloading. ×
58                    Technologies de l’informationTECHNOLOGIES CLÉS                         et de la communication
Technologies de l’informationet de la communication13. Robotique                                                        23...
Contexte et enjeux                                                   rise ce patrimoine dans les différents ministères pou...
Technologies                                                                                                              ...
nord-américains issus directement ou indirectement de l’indus-                    trie logicielle (Google, Facebook, Amazo...
Technologies                                                                                                              ...
avènement du PC, Unix, arrivée des progiciels de gestion, vague         • aval (maintenance, infogérance…).               ...
Technologies                                                                                                              ...
sont nécessaires pour permettre une véritable migration vers        etc.). Les bénéfices sont aussi importants dans les se...
Technologies                                                                                                              ...
L’avènement de l’informatique en nuage nécessite aussi une ges-      très performantes pour les handicapés. C’est le début...
Technologies                                                                                                              ...
Il faut donc pouvoir s’appuyer sur des infrastructures télécom/IT    Principaux atouts de la France                    dan...
Technologies                                                                                                              ...
L’infrastructure de communication de haut niveau an France              Freins économiques à la diffusion                 ...
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Technologies Tic clés 2015
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Technologies Tic clés 2015

1,923

Published on

Published in: Business
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
1,923
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
45
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Technologies Tic clés 2015"

  1. 1. 58 Technologies de l’informationTECHNOLOGIES CLÉS et de la communication
  2. 2. Technologies de l’informationet de la communication13. Robotique 23. Nanoélectronique14. Technologies réseaux sans fil 24. Technologies de numérisation15. Réseaux haut débit optiques de contenus16. Objets communicants 25. Sécurité holistique17. Technologies 3D 26. Virtualisation et informatique en nuages18. Interfaces homme-machine 27. Logiciel embarqué et processeurs19. Ingénierie de systèmes complexes associés et systèmes de systèmes 28. Valorisation et intelligence20. Calcul intensif des données21. Progressive/Intelligent Manufacturing 29. Portail, collaboration22. Optoélectronique et communications unifiées Position de la Attrait du marché France modeste moyen Leader/Co-leader 17 24 19 fort 27 14 21 23 20 Enjeux Dans le peloton 16 13 Productivité et 29 15 développement économique 18 22 Réduction de la 26 25 consommation énergétique 28 En retard Accès à l’information et aux contenus Court terme Moyen terme Long terme Time to Market [0 – 2ans] [2 – 4ans] [4 – 6ans] TECHNOLOGIES CLÉS 59
  3. 3. Contexte et enjeux rise ce patrimoine dans les différents ministères pour le péren- niser, mais le met aussi à disposition d’entreprises pour qu’elles Le secteur des technologies de l’information et de la communi- créent de la valeur sur cette base, à l’instar de Lexsi. cation (TIC) est devenu un segment majeur de l’économie des Cette transversalité des TIC a été comprise par les différents principaux pays industrialisés avec une contribution directe acteurs du marché et les pouvoirs publics avec la création d’Allis- de 5,9 % du PIB en Europe (et 7,5 % aux États-Unis). Au-delà du tene, alliance visant à décloisonner la recherche dans les TIC. secteur lui-même, les TIC contribuent au développement de Les modèles d’innovation ont en effet fortement évolué durant tous les autres secteurs économiques, les TIC représentant en ces dernières années. La recherche dans les TIC a longtemps été effet plus de 50 % de la croissance de la productivité en Europe structurée autour de grands laboratoires privés ou académiques (source : Commission Européenne). et des initiatives publiques (CEA, Plan Calcul etc.), concentrant Le développement du secteur des TIC s’est appuyé sur de grandes alors l’essentiel des ressources financières et des connaissances évolutions économiques structurantes. Les économies d’échelle techniques. Avec la plus grande diffusion de la connaissance, la et les progrès technologiques obtenus dans le cadre de la fabri- mobilité des travailleurs et l’appui de nouvelles sources de finan- cation des composants et des terminaux qui permettent d’une cement (capital-risque, etc.), la recherche s’est en partie décon- part, de réduire les coûts unitaires et d’attirer logiquement plus centrée. Si les innovations incrémentales sont encore dévelop- d’utilisateurs, et d’autre part, d’en accroître fortement les per- pées par les laboratoires des grands groupes, les innovations formances (Loi de Moore : doublement des performances tous de rupture viennent de plus en plus souvent de petites socié- les deux ans depuis trente ans). La révolution numérique, avec tés qui travaillent avec des laboratoires publics. Par ailleurs, le la numérisation accrue des contenus et services et le dévelop- développement de certaines innovations, dans des cycles de pement de l’internet, a permis par ailleurs d’étendre très large- vie de produits parfois très courts, est parfois extrêmement ment la diffusion des TIC au-delà des grandes entreprises auprès coûteux et/ou implique de nombreuses connaissances techni- du grand public et des PME. ques alors qu’il est impossible de disposer de toutes les exper- Les technologies numériques et IP (Internet Protocol) permettent tises. L’innovation nécessite donc une plus grande collabora- de promouvoir de nouveaux modèles économiques (micro-paie- tion entre les différents acteurs. ment en ligne, abonnement illimité, etc.) ou d’améliorer consi- Le secteur des TIC recouvre l’ensemble des filières relatives aux dérablement les modèles existants (mesures statistiques dans technologies, aux contenus et aux services numériques, soit : la publicité, etc.). L’abonnement est particulièrement répandu • l’électronique industrielle et les composants ; dans les services TIC, permettant de réduire le risque de l’inves- • l’électronique grand public, les équipements audio et vidéo tissement initial et de garantir des revenus récurrents. Les TIC par exemple ; profitent ainsi des caractéristiques intrinsèques du numérique • le matériel informatique : serveurs, PC et périphériques, équi- impliquant des coûts marginaux de stockage ou de duplica- pements de transmission de données ; tion de l’information quasi nuls et de coûts de traitement et de • les équipements de télécommunication : équipement de communication très faibles. réseaux, terminaux, logiciels et services associés ; Il est donc possible de bénéficier de coûts de transaction très • les logiciels et les services informatiques embarqués, infras- faibles sur Internet (en comparaison des solutions hors ligne) et tructure ou applicatifs, professionnels et grand publics (dont de proposer une combinaison à faible coût de différents conte- notamment jeux vidéo) ; nus et services numériques, et de leurs données associées. Il • les services Internet logiciel comme les moteurs de recherche s’agit ainsi de réutiliser des données ou informations déjà exis- ou les réseaux sociaux ; tantes en provenance de tiers (services commerciaux, services • les services de télécommunication : téléphonie fixe et mobile ; publics, etc.) sans avoir à recréer de zéro les données. La réu- transmissions de données ; tilisation de ces données, notamment les données personnel- • les services et contenus multimédia : télévision, vidéo, cinéma, les, est donc au cœur des enjeux économiques pour diminuer musique numérique, radio, livre numérique, etc. ; le coût de développement des services. Elle soulève toutefois • la simulation, la modélisation et le calcul intensif. aussi des questions sur les limites des usages de ces données, Selon l’Idate, le marché mondial des TIC a pesé 2 791 Md€ en encadrés en France par la CNIL. Les capacités de copie des don- 2009. nées (brutes et contenus numériques) sont par ailleurs à mettre en balance avec le respect de la propriété intellectuelle. Les TIC permettent aussi de répondre au moins en partie à de grands enjeux sociétaux comme notamment l’amélioration de la qualité de vie via l’accès et l’échange d’information, le déve- loppement durable (via la limitation des déplacements grâce aux échanges distants), la conservation du patrimoine ou encore la fourniture d’outils permettant d’accélérer le développement de nouveaux modèles d’innovation ouverte (open innovation). Ainsi l’APIE (Agence du patrimoine immatériel de l’État) numé-60 TECHNOLOGIES CLÉS
  4. 4. Technologies de l’information et de la communication Tableau 1 : Marché mondial des TIC Le marché se décompose en quatre types de matériels :Md€ 2007 2008 2009 2010 – les clients, les PC, les Mac, les terminaux passifs ;Services de télécommunication 928 963 980 1 007 – les serveurs, le plus souvent sous OS Linux, Unix ou Windows,Équipements de télécommunication 225 237 226 236 pour gérer centres de données et applications ;Logiciels et services informatiques 605 636 619 625 – les macroordinateurs ou serveurs centraux transactionnels,Matériels informatiques 293 302 280 280 marché dominé par IBM, souvent le point central du systèmeServices audiovisuels 258 272 269 282 d’information d’un grand compte ;Électronique grand public 242 259 254 254 – les supercalculateurs, dévoués au calcul à haute intensité, enÉlectronique industrielle et composants 184 194 163 209 particulier dans les domaines scientifiques et militaires.Total 2 735 2 863 2 791 2 893 • Le marché se banalise fortement avec une demande qui, sousSource : IDATE, PAC et WSTS l’effet de l’informatique en nuage, s’oriente vers des centres de données automatisés et mutualisés reposant sur des matérielsLe secteur des TIC n’a pas échappé à la crise mondiale, accu- standardisés. De ce fait, la croissance attendue du marché d’icisant un recul de l’ordre de 1,6 % au niveau mondial (après des à 2014 ne sera guère que de 1% par an.croissances de 4 à 7 % par an les années précédentes). Seuls les • L’autre changement majeur est la fusion progressive des mar-marchés émergents (qui pèsent environ 25 à 30 % des marchés chés télécoms et informatique, une situation d’autant plus accen-TIC) ont affiché une croissance en 2009. tuée par l’utilisation croissante du Cloud Computing et des diversLa plupart des sous-segments des TIC ont logiquement accusé appareils mobiles. Ainsi, Cisco est rentré dans le marché des ser-une décroissance en valeur en 2009 tout en affichant toutefois veurs informatiques avec UCS (systèmes réseaux et informati-de (parfois fortes) croissances en volume. Les perspectives res- ques intégrés pour centres de données) et HP a racheté 3Com,tent cependant positives pour le secteur des TIC, avec une crois- un concurrent l’Alcatel-Lucent.sance attendue de 3,8 % par an d’ici à 2013. Les services télécomsLes équipements de télécommunication Le marché mondial des services télécoms (voix et données surLes équipementiers répondent aux évolutions des réseaux fixes réseaux fixes et mobiles) est celui qui a le mieux résisté à la criseet mobiles par de nouveaux équipements toujours plus per- avec une croissance de l’ordre de 2 % au niveau mondial en 2009.formants. Toutefois, la pression sur les prix reste forte en raison Cette résistance forte provient notamment des pratiques d’abon-notamment de la crise et de mouvements de consolidation chez nement très répandus sur le fixe comme sur le mobile. Toutefois,les opérateurs. Le segment des équipements télécoms a été l’un la plupart des marchés les plus avancés (sauf États-Unis, Francedes plus affectés par la crise, avec un recul de 6 % en 2009. et Corée du Sud) ont vu leurs revenus baisser en 2009.La concurrence des acteurs chinois (ZTE, Huawei) et des acteurs Les marchés traditionnels de téléphonie sont en déclin, à l’ins-comme Cisco et HP est par ailleurs de plus en plus forte et l’in- tar de la téléphonie fixe. Les services mobiles, tirés par les déve-dustrie ne compte désormais plus que quelques acteurs mon- loppements dans les pays émergents, représentent d’ailleursdiaux, dont notamment le franco-américain Alcatel-Lucent et désormais la plus grande partie du marché (54 % des télécoms).les européens Nokia, Siemens Network et Ericsson. De nouveaux marchés viennent toutefois prendre le relais desLes équipementiers s’adaptent aux exigences des opérateurs, technologies traditionnelles, avec notamment le transfert versdésormais plus sélectifs, cherchant à réduire leurs coûts et à l’IP autour du développement de la voix sur IP et de l’internetgagner en efficacité. Les dépenses s’orientent ainsi majoritai- mobile, et surtout de l’accès haut débit (près de 20 % du mar-rement vers les infrastructures tout-IP et les services mana- ché total des télécoms).gés. Les contrats d’externalisation des réseaux et de partage Les marchés en Europe sont dominés par quelques acteursdes infrastructures se multiplient, offrant un nouveau rôle aux paneuropéens (France Telecom, Telefonica, Vodafone, etc.) etéquipementiers. des acteurs essentiellement locaux (Free, Bouygues Telecom, Fastweb, etc.).Les équipements informatiques Les opérateurs télécoms se sont engagés dans de nombreuses diversifications distribuées notamment dans leurs offres multi-Tout comme les équipementiers télécoms, les équipementiers produits (triple play, etc.), allant même jusqu’à proposer des servi-informatiques sont engagés dans une course permanente à la ces de contenu ou des solutions appliquées à d’autres industriesperformance stimulée par la pression sur les prix. La crise les a (santé, énergie, etc.). Ces initiatives restent encore modestes enlourdement affectés avec une décroissance de près de 8 % de termes de revenus générés, mais illustrent les capacités d’inno-leurs revenus. vation transversale des opérateurs autour de l’internet.Le marché du matériel informatique reste très largement dominé Si la dynamique des services télécoms reste forte, elle ne béné-par des constructeurs-assembleurs américains (HP, IBM, Dell, ficie toutefois que peu aux opérateurs télécoms et aux acteursApple…), leurs deux compétiteurs asiatiques (Lenovo, Acer) et français, en dehors des services d’accès au réseau. Les acteursquelques spécialistes locaux (Hitachi, Fujitsu-Siemens, Bull…). dominants sur le service sont en effet le plus souvent des acteursLa plus grande partie des composants est fabriquée en Asie,en particulier à Taïwan. TECHNOLOGIES CLÉS 61
  5. 5. nord-américains issus directement ou indirectement de l’indus- trie logicielle (Google, Facebook, Amazon, etc.). Grâce à l’inter- net, n’importe quel acteur peut en effet adresser à distance le marché mondial des services. Les services et contenus médias Le secteur des médias et des contenus accélère sa migration vers l’internet, aussi bien dans les solutions ouvertes que sur les services managés des opérateurs (télévision sur IP, etc.). Le marché mondial n’a pas échappé à la crise avec un recul par exemple des services de télévision de 1,2 % en 2009, notam- ment du fait de la baisse de la publicité (- 9,5 %). Le marché doit aussi faire face à des difficultés plus structurelles avec une destruction de valeur avec le passage au numérique (décou- plage, piratage, etc.). Le secteur de la vidéo s’organise différemment en fonction de la nature des contenus. Les contenus de qualité (dits premium), via par exemple la télévision à péage ou plus marginalement par la vidéo à la demande autour des films, des séries ou du sport, bénéficient encore d’une forte croissance et génèrent des revenus élevés. Les autres contenus sont monétisés par la publicité, qui bénéficie essentiellement aux plus gros acteurs et reste très dépendante de l’environnement économique glo- bal mais aussi des évolutions des différents supports de publi- cité (média, hors média, etc.). Le développement de solutions de télévision de rattrapage (catch-up TV), offerte par de nom- breuses chaînes et opérateurs, offre aussi de nouveaux relais de croissance pour le développement de la publicité. Enfin, si les contenus générant des revenus importants sont encore fortement d’origine professionnelle, la production de contenus amateurs et/ou personnels est devenue très forte Internet se développe notamment grâce aux différents modèles en volume, entraînant une forte explosion du contenu dispo- publicitaires d’affichage (i.e. publicité média) et de liens spon- nible et consommé. sorisés (i.e. publicité hors média ; Google étant la référence sur Les marchés européens sont généralement dominés par des ce dernier point talonné par Facebook), combinant ainsi des acteurs essentiellement nationaux (TF1, BBC, etc.) en ce qui outils statistiques avancés de mesure de la performance avec concerne la diffusion des contenus (radio, télévision, presse des services populaires générant de nombreuses données et numérique, etc.) et la production locale. Les acteurs nord-amé- de pages vues. ricains jouent toutefois un rôle majeur dans la production de Le marché de la publicité en ligne a été affecté par la crise mais contenus (films, séries, musique, etc.), avec une diffusion quasi reste en bonne croissance (+12 % malgré la crise). Disposant des mondiale permettant de disposer de ressources accrues, qui sont services les plus populaires, les acteurs nord-américains domi- ensuite en partie investies dans des technologies de pointe. Des nent le marché en ligne. acteurs majeurs locaux sont par ailleurs bien positionnés sur la distribution de contenus numériques avec un rayonnement La publicité international comme Dailymotion, Deezer, Spotify. La publicité n’est pas à proprement parler un segment du sec- teur TIC, mais un des modèles économiques majeurs, notam- Les services Internet ment pour les médias et le Web. La croissance du temps passé L’usage du Web sur fixe et plus récemment sur mobile (via un sur les différents supports permet d’ailleurs de proposer désor- navigateur web ou des applications) est désormais ancré dans mais des solutions transverses à différents supports. le marché de masse, les plus jeunes passant même désormais Le marché de la publicité qui permet de créer de la notoriété plus de temps sur Internet que devant le téléviseur. Les servi- autour de ses produits et services ou de générer des ventes est ces comme la messagerie électronique, les moteurs de recher- très directement lié à la bonne santé économique des annon- che, le commerce électronique, les réseaux sociaux ou la vidéo ceurs de tous les secteurs. La crise économique s’est matérialisée en ligne sont particulièrement populaires. par un déclin de nombreux marchés publicitaires (TV, presse),62 TECHNOLOGIES CLÉS
  6. 6. Technologies de l’information et de la communication Ce marché est structuré en couches, dont les plus hautes, celles avec qui interagissent les utilisateurs, dépendent des cou- ches les plus basses. Ces couches sont : • les logiciels applicatifs, qui sont utilisés par l’utilisateur final (métier, progiciels intégrés, bureautique...) ; • les logiciels outils, qui servent à développer et gérer les appli- cations et les données ; • les logiciels systèmes, qui servent à opérer et gérer les maté- riels informatiques. Ce marché, comme bien d’autres, a été révolutionné par l’arri- vée concomitante d’Internet et de la « serviciation ». Internet a permis l’éclosion de concepts comme l’informatique en nuages, le logiciel libre mais aussi une distribution toujours plus pous- sée du calcul et du stockage. Cette même distribution s’est trou- vée être le cœur des architectures orientée services ou SOA en anglais, le modèle actuel du développement logiciel, celui où le logiciel est « servicié ». SOA, l’informatique en nuage et logiciel libre redistribuent les cartes sur un marché qui devenait oligopolistique et très large- ment dominé par les entreprises américaines, en particulier sur les couches d’infrastructures (nécessaires aux applications) ou middleware, c’est à dire les logiciels outils et systèmes. Ces trois concepts peuvent être des moyens forts pour que l’Europe et la France en particulier, comble leur retard. La crise a vu le marché se contracter de 5 % en 2009, mais le taux de croissance annuel moyen pour les années à venir devrait tourner aux alentours de 3 à 5 % en France et en Europe de l’Ouest. Le jeu vidéoamplifié par une migration vers l’internet. Le jeu vidéo représente l’essentiel du marché grand publicAu-delà de l’impact en termes de revenus, l’internet a des consé- du logiciel, avec environ 5 % du marché du logiciel (environquences directes sur le marché de la publicité traditionnelle 38 milliards d’euros en 2010). Il a ainsi dépassé le marché mon-qui en adopte de plus en plus les principes (outils, mesure de dial du cinéma.la performance, etc.). L’évolution du marché est très liée aux phénomènes cycliquesDans le domaine des régies et des agences publicitaires, que d’apparition de nouvelles plateformes (Wii, PS3, etc.), mais lace soit sur des supports média traditionnels ou numériques, la croissance reste forte grâce aux développements sur de nou-France dispose d’acteurs de référence comme Publicis. veaux supports : jeu sur mobile et jeu en ligne (des jeux mas- sivement multijoueurs aux jeux basiques financés par la publi-Les logiciels cité en passant par les mondes virtuels et les jeux sur réseauxLe segment du logiciel est celui où la valeur ajoutée est la plus sociaux).forte. Mais, à l’instar d’un grand nombre de segments informa- Près de 40 % des revenus de l’industrie proviennent désormaistiques, il se banalise et se consolide assez vite. Simultanément, de solutions dématérialisées. La dynamique reste globalementle logiciel apporte une valeur ajoutée de plus en plus impor- forte pour la partie logicielle, alors qu’elle est plus mitigée pourtante au sein d’autres industries : il représente ainsi 30 % de la les ventes de matériel, les consoles étant concurrencées par desvaleur ajoutée d’un A 380 d’Airbus et jusqu’à 20 % de la celle terminaux non dédiés (téléphone mobile, tablette, etc.).d’une Série 7 de chez BMW. Le jeu vidéo est un secteur majeur en termes d’innovations, avecCe marché se segmente en trois niveaux selon le niveau de des retombées dans les autres secteurs, autour par exemple devaleur ajoutée et les volumes (son corollaire, qui y est inverse- la 3D (moteur, etc.) ou des interfaces hommes-machines.ment proportionnel) :• logiciels banalisés (navigateurs, bureautique, utilitaires…) ; Les services informatiques• progiciels (SAP, Catia, Oracle BD…) ; Les services informatiques sont très liés aux autres segments• développement spécifique (avionique, systèmes de scoring de l’informatique et notamment à celui du logiciel. Ainsi, lefinancier…). service informatique a suivi toute les vagues technologiques : TECHNOLOGIES CLÉS 63
  7. 7. avènement du PC, Unix, arrivée des progiciels de gestion, vague • aval (maintenance, infogérance…). Internet, SOA et maintenant l’informatique en nuage. Ces tech- On peut aussi segmenter les services informatiques, comme le nologies, en devenant de plus en plus proches des besoins logiciel, en trois segments selon leurs utilisations : métiers, incorporent de plus en plus de services informatiques. • applications ; Par conséquent, le service informatique n’a cessé d’augmen- • outils ; ter sa part dans la dépense informatique globale des entrepri- • systèmes. ses en passant de 29 % du marché IT total en France en 2000 à On différentie aussi l’informatique de gestion de l’informati- 36 % en 2009 (source PAC). que scientifique, technique, industrielle et embarquée (STIE). Les services autour des technologies de l’information repré- Ce dernier segment est une spécialité française et est très lié sentent 350 000 emplois, soit les trois quarts des emplois de la aux secteurs clients : aérospatial, défense automobile, finance, filière TIC d’après le Syntec. C’est une filière très diplômée : 62 % télécoms… Des secteurs industriels où la position de la France de bac + 3, voire à 42 % de bac + 5. Cette tendance se renforce est bonne, voire excellente. et les qualifications sont de plus en plus duales avec l’ajout de Les services sont généralement liés aux technologies logicielles compétences métiers. à des niveaux variables selon les technologies en question, leur Les services informatiques se décomposent en plusieurs banalisation, leur personnalisation et le niveau de complexité. phases : Au niveau du marché, un euro de licence logicielle génère en • amont (conseil, définition, conception…) ; moyenne cinq euros de services. C’est un marché important : • projet (intégration, forfait, assistance, formation…) ; en France le marché des services informatiques pèse près de 25 Md€ (source PAC). La crise a impacté sévèrement ce marché avec une décrois- sance de 3 % en Europe de l’Ouest. Cependant, malgré la pres- sion sur les prix exercée, les délocalisations (Inde, Europe de l’Est, Maghreb…) et l’informatique en nuage, ce marché va res- ter dynamique sur le long terme. En effet, l’évolution démogra- phique va raréfier les compétences alors que celles-ci, dans le même temps, évoluent fortement vers des expertises techno- logies pointues ou des expertises duales, métier et informati- que. Cette montée en compétence est essentielle pour la com- pétitivité de la branche qui est soumise à la fois à la pression des délocalisations vers des destinations moins chères (comme l’Inde ou le Maghreb) et à celle de l’automatisation croissante des logiciels et des matériels dont le résultat le plus visible est l’informatique en nuage. La formation est un point clé dans la compétitivité de ce seg- ment dans le futur. Services, logiciels et matériels sont très fortement liés et peu- vent difficilement exister séparément. Ainsi tout investissement dans des technologies de pointe, comme par exemple la valori- sation et l’intelligence de l’information, impactera directement et fortement les services associés : audit, conseil, conception, développement, intégration, déploiement, maintenance, opti- misation… Par ailleurs, certaines technologies comme la robo- tique doivent pour s’imposer en France accroître le nombre d’intégrateurs et de compétences en services. L’électronique industrielle et les composants Le chiffre d’affaires des fabricants français de composants a chuté de 13 % en 2009, dans les mêmes proportions que le marché mondial. Le secteur, fortement dépendant de la conjoncture, a subi de plein fouet les effets de la crise économique mondiale. En effet, il a été frappé par l’assèchement des commandes en provenance des secteurs clients majeurs (tels que l’automobile par exemple). Il est cependant reparti64 TECHNOLOGIES CLÉS
  8. 8. Technologies de l’information et de la communicationen 2010, du fait notamment d’un fort rattrapage du faible on cherche désormais à s’adapter à la contrainte économiqueniveau d’activités de l’année précédente (déstockage, etc.). par une meilleure maîtrise des coûts (CAPEX et OPEX), notam-Le secteur des composants électroniques inclut les composants ment chez les opérateurs télécoms.passifs (condensateurs, self, résistances, circuits imprimés, …) et Dans les pays émergents, notamment en Chine (pour les télé-les composants actifs (puces électroniques). Ces derniers repré- coms) ou en Inde (pour l’informatique), la croissance du secteursentent plus de 90 % du chiffre d’affaires des fabricants fran- TIC reste forte. Cette dernière s’appuie notamment sur un mar-çais. Il s’agit d’un segment totalement mondialisé, en croissance ché intérieur gigantesque comme futur relais de croissance, unrégulière de 6 % par an mais très cyclique (le chiffre d’affaires, fort retard au niveau du taux d’équipements, comme d’ailleursde 270 Md$ en 2008, est tombé à 226 Md$ en 2009 et devrait dans tous les pays émergents, et une économie numériquedépasser 300 Md$ en 2011 d’après le WSTS). tournée vers l’exportation. Ce phénomène de globalisation,Il est caractérisé par des coûts d’investissement industriel et de présent dans d’autres industries, a des répercussions majeuresR&D considérables, conduisant à une concentration progres- à la fois sur l’industrie et sur les marchés. De nouveaux indus-sive sur quelques acteurs mondiaux (Intel, Samsung, Toshiba, triels majeurs issus des pays émergents deviennent concurren-Texas Instruments, TSMC, STMicroelectronics…) et à une sépa- tiels. Les consommateurs et/ou les autorités nationales impac-ration graduelle entre activités de conception et activités de tent directement la conception des nouveaux produits, aussifonderie afin d’en partager les coûts – bien que la maîtrise des bien en termes de standards, de fonctionnalités que de prix desdeux par une même société confère des avantages compétitifs produits. Pour répondre aux attentes des pays émergents, il faut(exemple Intel, Samsung). en effet pouvoir être compétitif en termes de prix. Dans les deux cas, pays émergents et pays avancés, les cyclesL’électronique grand public d’innovation deviennent de plus en plus courts, avec notam- ment un remplacement rapide des terminaux d’électroniqueComme pour les équipements télécoms, la crise a impacté le sec- grand public. Ceci impose aux acteurs des évolutions dans leursteur de l’électronique grand public (EGP) en 2009 avec un recul approches de l’innovation et des coûts associés.de 2 % en valeur, malgré une forte progression en volume des L’industrie des TIC repose par ailleurs de plus en plus sur desventes de nouveaux terminaux, autour notamment des écrans revenus issus de la monétisation des produits grand public,plats, des lecteurs DVD Blu-Ray et des smartphones, ainsi que via notamment des transferts des autres industries (loisirs,dans une moindre mesure en volume des liseuses de livres élec- culture, commerce, etc.). En dehors de quelques applicationstroniques ou des téléviseurs connectés. phares (moteur de recherche, commerce électronique, annuai-La concurrence sur les prix reste forte, notamment du fait de la res, etc.) s’appuyant sur des modèles déjà bien établis (publicité,banalisation et de la concurrence asiatique, même si des acteurs micro-paiement, etc.), les revenus unitaires générés autour d’unnord-américains restent engagés sur du haut de gamme (Apple, service donné sont encore faibles.RIM, etc.). Les acteurs européens majeurs sont peu nombreux Dans un contexte de probable augmentation des coûts de l’éner-en dehors de Nokia sur les téléphones mobiles et de quelques gie, les acteurs prennent ainsi de plus en plus en compte le coûtacteurs comme Archos sur les lecteurs multimédias ou Bookeen économique des consommations énergétiques des grandessur le livre numérique. infrastructures TIC (datacenters, réseaux, serveurs cloud, etc.) etLes terminaux sont de plus en plus sophistiqués, avec de nom- déploient des solutions plus vertes (green ICT), répondant parbreux composants permettant des usages multimédias tout extension aux contraintes environnementales.en étant connectés à Internet en permanence. De nombreux Les TIC peuvent en effet avoir un effet de levier considérablecapteurs (géolocalisation, RFID, grandeurs physiques, biologi- autour des problématiques de développement durable et contri-ques, etc.), éventuellement utilisés en réseaux, permettent par buer à une réduction des émissions carboniques par une réduc-ailleurs de collecter des informations supplémentaires sur leur tion des déplacements (visioconférences, télé-relève). Les TICenvironnement direct. pourraient contribuer à réaliser un tiers des réductions d’émis-La connectivité intégrée (éventuellement sans fil) à ces terminaux sions de GES (gaz à effet de serre) fixées par le gouvernementpermet d’acquérir directement des contenus et services, de plus à l’horizon 2020. Dans le même temps, le secteur des TIC doiten plus via des plates-formes associées, entraînant une nouvelle apprendre à gérer les consommations qu’il induit, puisqu’il repré-organisation dans l’approche de la chaîne de valeur. sente près de 15 % de la consommation électrique (source : OCDE) via les nombreux équipements, réseaux et datacenters.Un environnement économiqueet écologique en pleine évolution Des consommateurs toujoursAprès des années de très forte croissance, le secteur des TIC ne plus exigeants dans un contexteprogresse plus qu’au même rythme que le PIB dans les paysavancés, sauf pour les segments logiciels et services informa- d’accélération technologiquetiques, qui sont généralement sur un multiple de 2 à 2,5 fois Le secteur des TIC est engagé dans une course à la perfor-le PIB. Bien que le secteur des TIC dispose encore de plusieurs mance (débit, qualité de service, qualité d’image, capacité dessegments susceptibles d’agir en tant que relais de croissance, processeurs, mémoires, CPU, etc.). Ces performances accrues TECHNOLOGIES CLÉS 65
  9. 9. sont nécessaires pour permettre une véritable migration vers etc.). Les bénéfices sont aussi importants dans les secteurs non le tout numérique et le tout IP de tous les contenus et servi- marchands, autour des services publics accessibles sur Internet ces. L’innovation s’inscrit en effet dans un contexte de conver- (emploi, impôts, culture, etc.) ou des politiques publiques par gence numérique et d’explosion des usages des contenus et exemple l’environnement (prévention des catastrophes) ou des services numériques via des accès Internet divers et des la prise en compte du vieillissement de la population (main- terminaux multiples. tien à domicile). Si certaines des innovations s’inscrivent dans une logique Enfin, pour les pays industrialisés, les modèles traditionnels d’offre, de nombreuses innovations cherchent à mieux adres- (agriculture, industrie lourde) laissent progressivement place ser l’évolution de la demande. Les consommateurs cherchent à une tertiarisation de l’économie. Les TIC permettent aussi de en effet des solutions de plus en plus adaptées à leurs besoins. contrebalancer le vieillissement de ces économies. Les pouvoirs Les industriels doivent donc prendre en compte les grandes publics poussent en faveur de nouvelles approches autour de tendances sociétales. l’économie de la connaissance, pour laquelle les TIC jouent un L’individualisation est en effet de plus en plus prononcée et rôle d’accélérateur. implique une personnalisation forte des produits et services. Cette dépendance croissante de pans entiers de l’économie Cette individualisation se retrouve dans les produits eux-mêmes, vis-à-vis des TIC, impose une fiabilité et une disponibilité accrue mais aussi dans la nature de la consommation dans le temps tant pour les infrastructures (réseaux et logicielles) que pour les (exemple : dé-linéarisation des contenus) et dans l’espace. Le applications. La sécurisation et la souveraineté de la France sur nomadisme se développe grâce aux capacités de transport sans les TIC sont donc des enjeux importants. remettre en cause la nécessité d’accès à l’information, d’où des besoins en connectivité plus forte. La crise a par ailleurs accé- léré la prise en compte des considérations économiques dans le choix des produits. Les grandes tendances La fracture numérique est enfin toujours importante entre les technophiles à la recherche de la dernière innovation, les plus d’évolution du secteur aisés se tournant vers des offres haut de gamme ou encore À l’horizon 2015-2020, le paysage du secteur TIC devrait s’ins- les plus âgés recherchant avant tout des solutions simples crire dans un contexte de nouvelles infrastructures plus perfor- d’usage. Les industriels doivent donc adopter de plus en plus des mantes avec notamment : approches segmentées capables de cibler des niches de • des composants électroniques de petite taille supportant des marché valorisant avec des critères différents les produits et capacités de calcul plus importantes ; services TIC autour d’offres modulables. • une connectivité Internet très haut débit sans couture et nomade dans les grandes villes et au-delà, profitant des technologies Des bénéfices économiques électroniques de base (nano, opto, etc.) ; • des réseaux tout IP permettant de réduire les coûts et offrant et sociétaux au-delà des TIC des performances accrues ; Les TIC jouent un rôle majeur dans le développement de • une plus grande efficacité énérgétique des composants, sys- la société en assurant une plus grande disponibilité de l’infor- tèmes et réseaux, permettant un développement optimisant mation et en favorisant les échanges. Leur adoption n’est les consommations de ressources ; toutefois pas encore totalement généralisée, notamment • une informatique de plus en plus ouverte et de plus en plus auprès de certaines parties du grand public ou des PME, en mode « nuage ». C’est la principale « révolution » de l’infor- faute de ressources financières mais aussi le plus souvent de matique depuis l’avènement d’Internet ; capacités techniques et de connaissance des outils dispo- • une proximité très forte avec les métiers à mesure que nibles. Une diffusion plus large des TIC implique des exter- les TIC deviennent de plus en plus critiques dans leur nalités positives (effet réseau), mais aussi une baisse des fonctionnement. coûts unitaires. Les acteurs doivent donc chercher à favoriser L’informatique devient une industrie de plus en plus « lourde », la promotion et l’adoption de leurs technologies par le plus basée de plus en plus sur le facteur capital. Selon la théorie grand nombre. de l’avantage comparatif de David Ricardo, ce devrait être un L’impact des TIC va bien au-delà du secteur lui-même avec une avantage pour la France, car c’est un pays ou le facteur travail contribution forte à la productivité de tous les autres secteurs est cher et de plus en plus rare, mais où le facteur capital est verticaux, en offrant des outils d’échange, de simulation et de relativement abondant. La France doit donc miser sur ses cen- stockage de l’information. Les bénéfices des TIC se retrouvent tres informatiques industrialisés (type informatique en nuages), donc dans tous les pans de l’économie, du transport (gestion pour éviter que ces travaux ne se délocalisent. des trajets et itinéraires) à l’aéronautique (conception en 3D des avions) en passant par le commerce (gestion des stocks Des composants plus puissants en temps réel) l’énergie (réseau électrique intelligent) ou la santé (suivi à distance des personnes à risque, télémédecine, Les innovations dans le secteur de la micro-nanoélectronique suivent deux tendances complémentaires :66 TECHNOLOGIES CLÉS
  10. 10. Technologies de l’information et de la communication• « More-Moore » : accroissement de la densité d’intégration des La « révolution » de l’informatiquepuces qui comportent plusieurs centaines de millions, voirequelques milliards, de transistors ; en nuages• « More-than-Moore : intégration de fonctions nouvelles, tel- L’informatique en nuage est la prochaine vague architectu-les que des capteurs (images, puces ADN…), des actuateurs rale informatique.(MEMS/NEMS), des circuits RF, des mémoires non volatiles, desempilements 3D de composants…Les composants optoélec- Figure 1 : Vue architecturale et historique de l’alignement de l’informatique et des métierstroniques entrent dans cette catégorie.La course à l’intégration n’est accessible qu’à un nombre tou-jours plus restreint d’acteurs industriels en général largementsoutenus par les États, contrairement à celle de la diversifica-tion fonctionnelle qui est davantage accessible.Internet toujours plus présentEn s’appuyant sur Internet, le secteur TIC proposera ainsi desproduits et services convergents dotés de multiples fonction-nalités et capables de combiner différentes applications, ser- Source : PACvices et contenus (intégration sans couture, etc.). La disponi-bilité accrue de contenus sous forme numérique, enrichie etinteractive, permettra de stocker le patrimoine culturel mais De plus en plus d’entreprises se tournent vers l’informatiqueaussi le « patrimoine numérique » personnel de chaque indi- en nuage pour des raisons de coûts (promesse de « variabilisa-vidu, autour notamment de solutions de stockage et de distri- tion » des coûts), de capacité et de facilité d’utilisation. La com-bution avancées de contenus médias et personnels en ligne. binaison de l’informatique en nuage et du logiciel libre pour-Le contenu est alors accessible à travers différents terminaux rait être une innovation destructrice telle que la conçoit Josephet différents réseaux ou architectures (internet mobile, cloud), y Schumpeter, c’est à dire une innovation capable de changer lescompris à travers des distributions hybrides combinant Internet positions sur le marché.et réseaux terrestres pour mélanger les flux de contenus et les Le Cloud Computing représentera en 2020 entre 20 % et 25 %méta-données.Les solutions les plus avancées permettront du marché informatique.ainsi un accès permanent à toute application en fonction du L’informatique en nuage est vue comme prioritairepar les acteurscontexte d’usage (réseau disponible, débit disponible, termi- du secteur informatique, comme en témoignent les opérationsnal disponible, etc.). spectaculaires de rachat de fournisseurs de technologie ou laL’usager disposera de différentes solutions intuitives pour mieux mise en place d’alliances stratégiques.interagir avec les différents services numériques autour : Ceci implique la construction de centres de données fortement• d’environnements 3D interactifs (monde virtuel, conférence 3D, automatisés. La qualité et la capacité de l’infrastructure réseauserious gaming, réalité augmentée, etc.), permettant des simula- sont critiquesafin de conserver et attirer les investissements liéstions, des immersions et des interactions virtuelles, assurant une au Cloud Computing ; d’où une convergence croissante entremeilleure collaboration tout en limitant les déplacements ; l’informatique et les télécoms.• d’interfaces évoluées des principaux terminaux EGP pilotés au À l’instar des réseaux haut débit, les infrastructures d’informa-doigt, au mouvement de la main et/ou à la voix ; tique en nuage doivent être perçues par les pouvoirs publics• de moteurs de recherche intelligents, permettant de trouver comme un investissement important pour conserver et accroî-plus efficacement une information, en tenant compte de critè- tre la compétitivité du pays. Ainsi, les aides publiques, la fisca-res personnels et du contexte, indépendamment de la langue lité et une réglementation adaptées sont très importantes pouret du support de l’information ou du contenu. que la France accueille ces investissements ; des investissementsEnfin, le développement des TIC bénéficiera aussi aux autres sec- au moins équivalents à ceux qui sont courants dans des indus-teurs avec une connectivité au-delà des ordinateurs, des télé- tries plus en vue comme l’automobile. À titre d’exemple, IBMphones mobiles et de l’électronique grand public. En s’appuyant va investir 300 M€ en Europe dans ce type d’infrastructure etsur la connectivité Internet et l’intégration de composants élec- le gouvernement français prévoit d’en investir 780 M€ au titretroniques, de nombreuses machines vont devenir communican- des investissements d’avenir.tes, permettant une automatisation plus forte et un suivi (voire Le Cloud Computing offre aux entreprises innovantes la capacitéun contrôle) à distance, y compris pour des machines en mou- d’être plus réactives, d’expérimenter de nouveaux services et devement. Le suivi concernera des objets en mouvement dans le les déployer massivement sans investir dans des salles informa-cadre d’applications logistiques. tiques. Il abaisse les barrières à l’entrée sur l’édition et la com- mercialisation de logiciel en mode Software as a Service (SaaS). Il permet à des petites entreprises, par exemple dans le secteur du multimédia, de recourir à des moyens de calcul intensif. TECHNOLOGIES CLÉS 67
  11. 11. L’avènement de l’informatique en nuage nécessite aussi une ges- très performantes pour les handicapés. C’est le début de l’ère de tion différente des données, la matière première de l’informati- la cybernétique, les systèmes de systèmes extrêmement com- que et une approche globale, holistique, de la sécurité. plexes, à la fois vivants, mécaniques, électroniques et informa- C’est aussi une question de souveraineté nationale, car si des tiques. À plus court terme, il est indispensable pour améliorer données stratégiques, que se soit pour une société ou pour le la compétitivité d’augmenter le taux d’usage des robots dans gouvernement, sont hors du territoire national, il y a des risques les entreprises. plus importants d’espionnage et de cyber criminalité. Par son optimisation, l’informatique en nuage permet de bais- ser les coûts d’infrastructure pour concentrer les budgets infor- matiques sur les projets qui impactent directement l’activité de Les tendances l’entreprise et lui font gagner en compétitivité. Ainsi ces technologies sont vues comme prioritaires par le com- technologiques mission européenne d’après l’étude The future of the Software et les technologies clés and Software based Services in Europe réalisée en 2010. Les principales technologies « capacitantes » pour le secteur TIC à prendre en compte dans la mise au point des produits et Figure 2 : Les six priorités de la DG7 de la Commission services évoqués auparavant sont notamment : européenne • les nanotechnologies permettant notamment la miniatu- risation des composants tout en proposant des performan- ces accrues. Par exemple, la filière des matériaux issus du gra- phène, qui pourraient avoir un impact aussi important dans les TIC que le sicilium ; • l’infrastructure télécom et les technologies de base associées dans le domaine de l’optique et de la radio longue portée pour la connectivité des personnes et des objets et des machines, et la distribution de contenus numériques éventuellement lourds Source : Commission Européenne/PAC (vidéo, 3D, etc.) ; les technologies réseau de routage (réseau cœur et réseau d’agrégation) sont aussi importantes dans un contexte de potentielle saturation des réseaux ; À plus long terme • les architectures de communication sans fil très faible consom- Au-delà de l’horizon 2015-2020, le développement du secteur mation, avec notamment les composants RFID (Radio Frequency TIC devrait s’appuyer sur des outils encore plus performants et Identification) et les technologies radio de courte portée per- une diffusion plus large de l’internet à encore plus d’objets dans mettant de rendre communicants les objets, notamment ceux le cadre de l’internet des objets, permettant à tout objet d’être dépourvus d’électronique embarquée ; connecté et de fournir et d’échanger de manière transparente • les outils de numérisation et de conversion, permettant de des informations via Internet, aussi bien dans des environne- transformer les contenus existants dans différents supports ments professionnels que grand public (maison intelligente- numériques ; domotique, courses dans le commerce de détail, etc.). • les moteurs 3D permettant de créer et d’exécuter des contenus D’autres innovations permettront d’aller plus loin dans les usa- 3D et les solutions de réalité augmentée dans le cadre de simu- ges multimédias avec notamment l’affichage 3D relief sans lations industrielles ou de développement multimédia ; lunettes, permettant une immersion accrue à domicile ou dans • les interfaces homme-machine tactiles et interactives (poin- des lieux publics. tage, etc.) permettant de simplifier les usages de technolo- L’autre évolution majeure qui se prépare est la robotique. Ainsi gies complexes ; après s’être couplée avec les télécoms dans le « nuage », l’in- • les nanotechnologies permettant notamment la miniatu- formatique va fusionner avec l’électronique et la mécanique. risation des composants tout en proposant des performan- La robotique repose en particulier sur l’intelligence artificielle ces accrues ; et dispose de très nombreuses applications : militaire, sécurité, • l’architecture orientée services, ou SOA en anglais, qui décom- industrie, environnement hostiles, aide à la personne… pose les logiciels en briques modulaires et standardisées à la L’étape suivante, qui est déjà en préparation dans certains labo- manière d’un Lego ; ratoires, sera l’intégration de l’informatique, de la robotique et • la virtualisation, qui est l’OS des architectures en nuages ; des organismes vivants. Ainsi le laboratoire d’optogénétique • les outils sémantiques, capables de permettre une meilleure de Stanford a réussi à prendre le contrôle du cerveau d’une interaction entre l’homme et la machine ; souris - dont une partie du cerveau avait été modifiée géné- • les moteurs de recherche, qui sont assez complémentaires des tiquement par un virus - au moyen d’implants optiques. Cela outils sémantiques et qui proposent une nouvelle manière d’ex- devrait permettre le développement de prothèses robotiques ploiter le volume toujours plus important de données ;68 TECHNOLOGIES CLÉS
  12. 12. Technologies de l’information et de la communication• le logiciel libre, qui mutualise la R&D et la maintenance pour ainsi que des composants électroniques spécifiques pour l’af-certains logiciels, en particulier les logiciels d’infrastructure, là fichage des informations, par exemple pour la 3D.ou la présence française est très faible ; Cette intégration dans les produits nécessite à la fois une miniatu-• les mathématiques appliquées à l’informatique, car pour repous- risation des capteurs et composants qui ne doivent pas changerser sans cesse les limites de l’informatique, il faut des algorith- fondamentalement la nature du produit, ainsi qu’une réductionmes de plus en plus sophistiqués ; des coûts unitaires de ces composants (la valeur de l’électro-• le calcul intensif ; nique devant rester marginale par rapport à celle du produit,• l’intelligence artificielle, de plus en plus présente dans nos sys- dont le coût unitaire est parfois très faible). L’intégration dans lestèmes de plus en plus automatisés et humains. produits et services implique aussi des performances accrues, notamment des terminaux, pour gérer en temps réel les conte-Ces différentes technologies prennent place dans les serveurs nus volumineux.et les terminaux EGP, mais aussi éventuellement dans n’importe Il est important que ces technologies soit les plus standardiséesquelle machine ou n’importe quel objet grâce à l’ajout de com- possibles, à l’instar de ce qui se fait dans les autres industries.posants de connectivité dans tous les terminaux EGP, mais aussi Cette intégration de systèmes de systèmes de plus en plus com-dans des machines (le plus souvent utilisables sans connectivité, plexes nécessite d’importantes capacités à modéliser cette com-comme par exemple une voiture ou un compteur électrique) plexité et à la gérer.et des capteurs RFID, sur des étiquettes ou des tags, collés ou Si des modifications des produits et objets sont nécessaires,intégrés dans le produit. D’autres capteurs peuvent être ajou- il ne s’agit pour autant que de la partie émergée de l’iceberg.tés sur les terminaux, notamment pour favoriser la création de Tous ces terminaux, machines et objets devront se connectercontenus ou informations numériques (caméra, scanner, etc.), à Internet pour aller chercher ou échanger des informations. TECHNOLOGIES CLÉS 69
  13. 13. Il faut donc pouvoir s’appuyer sur des infrastructures télécom/IT Principaux atouts de la France dans le réseau Internet et/ou dans les réseaux des opérateurs de produits de distribution avancée (CDN, serveurs cloud). dans les TIC L’intégration des nouvelles technologies dans les produits et ser- La France occupe la première position dans l’industrie euro- vices n’est donc possible que si cette infrastructure mutualisée péenne des composants électroniques (électronique industrielle) est utilisable à des coûts raisonnables, ce qui suppose notam- et accueille sur son territoire des acteurs majeurs de recherche ment des coûts d’investissements limités. Elle requiert aussi (CEA Leti, CNRS LAAS…) et industriels (STMicroelectronics, d’être déployable à grande échelle, ce qui suppose une bonne Soitec, NXP, Atmel, Freescale, Altis, Ipdia, etc.). La position euro- gestion des grands volumes de données récoltées dans les sys- péenne dans la micro-nanoélectronique est toutefois en retrait tèmes d’information et une prise en compte des données dans dans le monde. les processus de décision. La France est par ailleurs très bien représentée dans certains Enfin, l’intégration dans les processus suppose une évolution domaines des composants électroniques, notamment au ni- des compétences des concepteurs et développeurs des futurs veau des cartes à puce, cartes sans contacts et du RFID (Gemalto, produits et services associés. Il s’agit en effet d’avoir une mai- SK, Tagsys, Pôle SCS, etc.), tout en étant impliquée sur l’ensemble trise simultanée de nombreuses technologies (matériel, logiciel, de la micro-électronique (ST Microelectronics, Soitec, etc.). contenu et réseau) permettant le développement d’applications, La France est un des pays de référence dans le domaine des services et contenus multimédias enrichis, en prenant en compte télécommunications autour d’opérateurs et d’équipemen- une multitude d’interfaces. Cette maîtrise des compétences peut tiers majeurs avec un rayonnement mondial (France Télécom, se faire aussi bien par des doubles ou triples compétences que Alcatel-Lucent, Sagem, Thales, etc.) et profite d’un marché par des bonnes organisations de travail en équipe. La formation assez développé de services télécoms, notamment en haut est donc critique pour le développement des TIC. débit, sur lequel des innovantes majeures comme l’IPTV ont L’utilisateur doit par ailleurs être capable d’utiliser les nou- été développées. veaux produits et services, sans forcément maîtriser l’ensem- ble des technologies. Les industriels doivent donc proposer Figure 4 : Taux de pénétration du haut débit en 2009 des solutions intuitives centrées sur les usages plus que sur en % de la population les technologies. Analyse de la position de la France Le poids de la R&D Source : IDATE Les efforts de R&D dans les TIC en France se situent légèrement au-dessus de la moyenne européenne, mais restent en retrait par rapport à d’autres pays comme les États-Unis, le Japon et sur- Figure 5 : Nombre de foyers TV recevant les programmes tout la Corée du Sud. La France n’est pas représentée dans tous de télévision sur leur poste principal par l’intermédiaire les segments (faible par exemple en électronique grand public d’un abonnement ADSL ou en logiciels middleware), mais dispose en revanche d’acteurs industriels ou de laboratoires de recherche reconnus comme des acteurs de référence mondiale dans certains sous-segments majeurs pour le développement de l’industrie des TIC. Figure 3 : Poids de la R&D dans les TIC en % du PIB Source : IDATE d’après opérateurs Source : The 2010 Report on R&D in ICT in the European Union70 TECHNOLOGIES CLÉS
  14. 14. Technologies de l’information et de la communicationLa France est aussi dans les pays majeurs en ce qui concerne le C’est aussi une des plus importantes industries du service infor-développement des objets connectés, autour du M2M (Machine- matique au niveau mondial, derrière les États-Unis et le Japon,to-Machine) et de l’Internet des objets, autour des opérateurs, et l’une de celles qui s’est le plus internationalisé à l’instar d’unde fournisseurs de modules M2M (Gemalto, etc.), et de jeunes Capgemini ou d’un Atos Origin. Selon PAC, en chiffres d’affai-pousses (Violet, WiThings, etc.). res services informatiques, ces sociétés sont respectivementDans le domaine du contenu numérique, la France dispose septième et treizième acteurs mondiaux.d’un rayonnement mondial au niveau de la 3D, de la réalité Enfin, et c’est peut-être là l’atout majeur de la France, il y a aussivirtuelle et de la réalité augmentée via des acteurs majeurs dans l’hexagone d’excellentes compétences informatiques et(Dassault Systems, Thales, Total Immersion, etc.) et une forma- une des meilleures écoles de mathématiques au monde. En effettion reconnue internationalement mais aussi dans la concep- la France est le second pays qui a le plus gagné de médaillestion et la fabrication de systèmes de vidéo et d’image numé- Fields, avec onze médailles (dont celle de 2010) contre treizerique pour les professionnels (Technicolor, etc.). La France est pour les États-Unis, le premier de ce classement. L’informatiqueaussi un acteur majeur dans le domaine de la numérisation de étant une évolution connexe des mathématiques, celles-cicontenu, autour notamment de la vidéo (INA) et des livres (BNF). sont donc vitales pour des technologies telles que l’algorith-Europeana, projet de bibliothèque numérique leader en Europe, mique, les systèmes complexes, les systèmes de systèmes,compte aujourd’hui plus de sept millions d’œuvres numérisés l’intelligence artificielle…dont 30 % ont été fournis par la France. Dispositifs d’accompagnement Figure 6 : Poids des pays fournisseurs de contenus De nombreux dispositifs d’accompagnement permettent à dans Europeana, juin 2010 l’industrie française d’accélérer son développement dans l’in- dustrie des TIC : • pôles de compétitivité (Images et Réseaux, Cap Digital, Systematic, SCS, AESE, Finances@innovation, Medicen, Advancity, etc.) ; • ANR (Agence nationale de la recherche) ; • soutien aux projet de R&D stratégique du ministère de l’Industrie ; Source : Europeana • Rapid (Régime d’appui aux PME pour l’innovation duale) du ministère de la Défense ; • AII (Agence de l’innovation industrielle) ; • appels thématiques du gouvernement (Serious Game, NFC/La France occupe une position moyenne en général dans les RFID, etc.) ;matériels, logiciels, et services informatiques en deçà de l’Alle- • volet numérique du grand emprunt (infrastructure télécom,magne et de la Grande Bretagne, légèrement au dessus de son numérisation, etc.) ;poids au niveau du PIB (6 % de la dépense informatique mon- • Clusters Eurêka (Celtic, Itea, Medea/Catrene, Euripides, etc.) ;diale selon PAC). • FTI Carene et Artemis ;Dans ce domaine, les principaux atouts de la France sont son • institut de recherche technologique du grand emprunt ;expertise quasiment unique (à part les États-Unis) dans les • réseaux de recherche (RNTL, Riam, RNRT) ;systèmes embarqués les plus complexes qui sont utilisés par • instituts Carnot ;l’aérospatial et le militaire : ce marché représente plus de 15 % • société civile du calcul intensif ;de la dépense informatique globale, un des taux les plus élevés • FSI (Caisse des dépôts) ;au monde (données PAC). La France possède des champions de • Oséo ;niveau mondial dans ce domaine, comme Altran. • crédit d’impôt recherche (CIR) ;C’est aussi le pays le plus intensif en logiciel libre au monde (nom- • statut des jeunes entreprises innovantes (JEI).bre de projets par rapport à la population) selon une étude deGeorgiaTech publiée en 2009. Cela lui permet de combler cer-taines de ses faiblesses dans les logiciels d’infrastructure. Facteurs de diffusionLa France est aussi un des pays où la pénétration des architec- Plusieurs facteurs majeurs doivent contribuer à l’essor de cestures orientées services est la plus forte (d’après le Gartner), ce technologies. La mise en place de standards ou au moinsqui lui permet d’avoir des systèmes plus efficaces et plus alignés de solutions interopérables permet d’accélérer la diffusionavec les besoins métiers mais aussi d’aller plus facilement vers des technologies, en s’appuyant ainsi sur une production del’informatique en nuages. masse et des prix unitaires plus faibles (aussi bien en matériel qu’en logiciel). Un résultat analogue peut être obtenu via une bonne organisation de l’écosystème, via notamment des plates- formes autour d’un acteur majeur. TECHNOLOGIES CLÉS 71
  15. 15. L’infrastructure de communication de haut niveau an France Freins économiques à la diffusion est aussi un atout pour la diffusion des TIC. Les principaux freins à la diffusion des technologies évoquées La fiscalité française autour de l’innovation est l’une des plus sont d’ordre technique et économique. D’un point de vue tech- intéressantes en Europe et aide de nombreuses jeunes pous- nique, les performances réellement constatées ne sont pas tou- ses à se développer. jours au rendez-vous en dehors des laboratoires de test, notam- L’un des facteurs les plus importants est la présence en France ment pour les solutions sans fil. D’une manière générale, les d’un nombre important de grandes entreprises mondiales, voire déploiements à grande échelle de certaines technologies res- de champions, dans des domaines très consommateurs de TIC tent complexes et leur usage parfois peu aisé pour le grand comme le militaire, l’aérospatial, les télécoms, la finance… public. La cohabitation d’un nombre croissant d’applications, Un autre facteur majeur est la capacité des développeurs, voire de services et de terminaux par utilisateurs rend complexe l’in- éventuellement des utilisateurs, à maîtriser les différentes tech- troduction de toute nouveauté. nologies clés au cœur de la convergence numérique. La mise Le problème est toutefois souvent avant tout économique, la en place de formations pluridisciplinaires va clairement dans plupart des limitations techniques (des exceptions existent tou- ce sens. tefois autour par exemple du spectre ou des grands systèmes Le dernier facteur, et sûrement le plus important est l’arrivée dans d’information) pouvant être résolues par des investissements la vie active d’une classe d’âge -la génération Y- qui a grandi, et supplémentaires. Mais la difficulté provient justement de ce ce dès le plus jeune âge avec les TIC. Ces jeunes actifs ont une que de nombreux services et produits TIC s’appuient sur des affinité particulière pour l’utilisation des TIC et surtout les avan- modèles économiques instables et/ou nécessitent des inves- tages qu’ils procurent. Ils devraient fortement participer à la tissements initiaux colossaux (fibre, LTE, RFID, etc.). diffusion des TIC dans notre économie. L’informatique en nuages va nécessiter de lourds investisse- ments et peu d’entreprises en seront capables. De plus le pas-72 TECHNOLOGIES CLÉS

×