Mise à jour etude filiere Tic Réunion aout 2000
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Mise à jour etude filiere Tic Réunion aout 2000

  • 834 views
Uploaded on

Une étude REGION REUNION par LOUIS HARRIS

Une étude REGION REUNION par LOUIS HARRIS

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
834
On Slideshare
834
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
4
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEMISE A JOUR DE L’ETUDE SUR LA FILIERE DES TIC A LA REUNION – Présentation des résultats – REGION REUNION Août 2000 0
  • 2. RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEDans le cadre de son engagement historique dans le développement des nouvelles technologies de lacommunication à la Réunion, le Conseil Régional de la Réunion souhaite ré-évaluer le poids de la filièreNTIC sur l’île.C’est dans ce contexte que la Région Réunion consulte l’institut LOUIS HARRIS Réunion afin de sevoir proposer une étude qui aura pour objectifs :ν De mesurer l’évolution de la filière,ν De recenser les entreprises inscrites dans ce secteur afin de collecter des données sur leur activité et desuivre leur dynamique de développement,ν D’identifier les défauts d’offre sur ce secteur et les freins au développement à la Réunion. 1
  • 3. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEBILAN DE LA PHASE QUANTITATIVE 2
  • 4. RAPPEL DE LA MÉTHODOLOGIE DE LA PHASE QUANTITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEν Constitution d’un fichier global d’entreprises sélectionnées selon leur code APE à partir des différentessources disponibles (INSEE, CCI, CPI, PROTEL, SESSI).ν Envoi à 1 981 entreprises, sélectionnées selon leur code APE, d’un premier questionnaire visant àrecueillir des informations d’ordre général sur l’entreprise. Cette première phase de questionnement apermis de proposer une option de définition de leurs activités dans la filière des TIC.ν Une première relance a été effectuée par téléphone pour augmenter le retour des questionnaires,identifier les domaines d’activité des entreprises questionnées ainsi que les motifs de non-réponse.νAprès un premier bilan effectué conjointement avec le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre, sur la basedes retours de questionnaires et de la pertinence du code APE (comme identifiant des entreprises TIC), undeuxième questionnaire a fait l’objet d’un envoi plus ciblé sur certaines APE.ν Envoi à 498 entreprises retenues pour la phase 2 du questionnaire n°2 (visant à recueillir desinformations plus détaillées sur l’entreprise).νUne seconde relance téléphonique a été effectuée pour augmenter le taux de retour des questionnaires,proposer une aide à leur administration et connaître les activités actuellement exercées au sein desentreprises questionnées.ν Au bilan, le présent rapport porte sur les réponses de 171 entreprises de la filière (dont 169 ayantrépondu au questionnaire n°1 et 129 au questionnaire n°2). 3
  • 5. PRECISION SUR LA MÉTHODOLOGIE DE LA PHASE QUANTITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEPréPrécision pour le calcul de certains indicateurs :νPour différents indicateurs, que vous trouverez ci-après, les résultats peuvent être présentés sans les 13plus grandes entreprises du secteur :IBM, France Télécom, SFR, Bull, Omicrone, Stor informatique, Alcatel réseau d’entreprises, SPIE,Pipangaï, Alcatel, Canal Réunion, Canal Satellite et Antenne Réunionν Cette méthode nous a permis de disposer de moyennes (sur les 97% des autres répondants) sansl’influence de ces structures.Redressement :ν L’échantillon constitué par les 171 répondants à l’enquête a été redressé informatiquement sur lastructure par poids des classes APE, du périmètre de la filière arrêté par le précédent comité de pilotage. 4
  • 6. PRECISION SUR LA MÉTHODOLOGIE DE LA PHASE QUANTITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEMéthode de calcul du Chiffre d ’ Affaires de la fili ère d’ filièν Par domaine d’activité principaux [Fabrication de matériel, Distribution et diffusion, Ingénierie et étudestechniques, Prestations techniques, Op érateurs de réseaux, Édition et production, Télé services et téléactivités, Formation et recherche, Services spécialisés et autres domaines], hors les 13 entreprises les plusimportantes de la filière. Ajout des chiffres daffaires des 13 structures les plus Extrapolation à importantes Hors FT lensemble de leffectif du domaine dactivité Chiffre dAffaires CA déclaré par répondant Extrapolation aux non- filière Global filière répondants Moyenne 5
  • 7. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUESYNTHESE DES RÉSULTATS 6
  • 8. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEνLa filière des TIC est estimée à environ 380 entreprises à la Réunion (endénombrement sur le fichier SIRENE-CCI).νSur les 171 entreprises répondantes, 82% de ces entreprises déclarent la totalité de leurCA en activités TIC. Et 88% de ces mêmes entreprises déclarent réaliser au moins 80%de leur CA en activités TIC.1/3 de ces entreprises déclarent réaliser la plus grande partie de leur chiffre d’affaires dans la distribution deνmatériel et la diffusion de logiciel.ν 21% déclarent réaliser la plus grande partie de leur chiffre d’affaires dans l’édition et à la production.ν 16% déclarent réaliser la plus grande partie de leur chiffre d’affaires dans les prestations techniques.ν8% déclarent réaliser plus de 50% de leur chiffre d’affaires dans des domaines n’appartenant pas aux TIC.Ce sont principalement des agences de publicité et des organismes de formation. 7
  • 9. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEνLe CA du secteur est estimé à environ 2,5 milliards de FF (Hors FT) (Base : CAdéclaré en 99)ν Le CA (Hors opérateurs de réseaux télévision et téléphone) est estimé à environ1,8 milliards de FF (base : CA déclaré en 99)νRappel 96 : CA global de 1,7 milliards et 600 MF (hors opérateurs télécoms) pourune centaine d’entreprises. 8
  • 10. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEν Base 383 entreprises constituant la filière des TIC à la Réunion regroupées sur leur activité principale déclarée Réunion 0,01% Téléservices et téléactivité 0% 0,20% Services spécialisés 1% 2% Formation et recherche 5% 2% Ingénierie et études techniques 4% 2% Edition et production 21% 4% Autres Domaines Hors TIC 11% 4% Fabrication de matériel 2% 11% Prestations techniques 16% 28% Opérateurs de réseau (Hors FT) 7% 46% Distribution et diffusion 34% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% % du CA sur le global CA filière % deffectif dans la classe 9
  • 11. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEν Effectif salarié, masse salariale et productivité moyenne par salarié salarié 1999 2000 Rappel 96Effectif salariéTotal filière 3500 - 700Total hors les 13 sociétés les plus importantes 2000 2600 (+30%) -Moyenne de leffectif salarié par société total filière : 9 - 7Moyenne hors les 13 sociétés les plus importantes 5,5 7 -Masse salariale moyenne hors les 13 sociétés les plus importantes 147 KF - -Masse salariale moyenne sur les répondants parmi les 13 sociétés 166 KF - 165 KFles plus importantesProductivité moyenne total filière 715 KF - 648 KFProductivité hors les 13 sociétés les plus importantes 585 KF - -NB : Pour les indicateurs à la baisse en moyenne (masse salariale, CA moyen…) la baisse s’explique par la taille modestedes nouveaux entrants. 10
  • 12. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEν Effectif salarié déclaré par tranche 1999 2000 O 22% 11% 1-2 16% 23% 3-5 19% 24% 6-9 13% 11% 10-19 10% 12% 20 et + 19% 20% 11
  • 13. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELe nombre de domaines d’activités déclarés parentreprise 1 seul activité Les activités exercées au sein des entreprises 31% Plus de 6 activités Prestations techniques 9% 70% Edition et production de 4 à 5 activités 2 activités 60% 20% 18% Distribution et diffusion 61% 50% 54% Formation et recherche 3 activités 49% 22% 40% Ingénierie et études techniques 34% Services spécialisés 30% 29% Fabrication de matériel 20% 18% Téléservices et En moyenne 2,8 activités exercées 17% téléactivités 10% 9% Opérateurs de réseaux 6% 1% 0% Autres activités Activités 12
  • 14. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE DESCRIPTION DES ENTREPRISES DE LA FILIEREν 65% des entreprises ont été crées avant 1997. Et 25% d’entre elles ont moins de 3 années d’existence.ν1 entreprise sur 3 créée depuis 1997 (étude précédente) soit une croissance de 50% des effectifsd’entreprises.ν 88% ont la forme de société (SA 18% – SARL 70%)ν 56% de celles-ci ont moins de 200 KF de capital social.ν 26% sont filiale d’un groupe. 13
  • 15. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE Etablissement public/GIE 1% Eurl 1% Forme juridique SNC 1% SEM 2% Association SARL 3% 70% Entreprise individuelle 4%NSP2% SA 18% Moins de 200 KF de capital 56% Plus de 200 KF de capital 39% Capital social 200 KF de capital 3% 14
  • 16. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE Année de création Plus de 2 ans dexistenceMoins de 2 ans 75% dexistence 25% Soit 1/3 des entreprises crées depuis la dernière enquête (1996) 15
  • 17. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE LOCALISATION – Chiffre d’Affaires – FILIALESν78% des entreprises de la filière sont situées dans le Nord (arrondissement Insee de Ste-Suzanne-LePort) (St-Denis pour 64%).ν 59% ont un seul site d’activité, celui-ci est situé a pour 89% dans la Zone Nord (St-Denis pour 63%).ν 63% déclarent également réaliser la majeur partie de leur CA dans la Zone Nord (St-Denis pour 49%)ν 10% ont au moins une filiale ou un établissement en dehors de la Réunion. 16
  • 18. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE Implantation des entreprises de TIC Zone Est Zone Ouest 4% 7% Zone Sud 11% Commune où l’on réalise la plus grande partie du CA70% Zone Nord 78%60%50%40% 63%30%20%10% 1% 13% 2% 1% 14% 8% 4%0% Zone Nord Zone Sud Zone Ouest Zone Est Toute lîle Variable Métropole NSP 17
  • 19. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUERépartition des entreprises selon le chiffre d’affaires CA HT réalisé en 1999 Hors les 13 sociétés les plus importantes Tous répondants 20 MF et plus De 10 à 20 MF De 5 à 10 MF De 3 à 5 MF De 1 à 3 MF De 500 à 999 KF Moins de 500 KF 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 18
  • 20. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELa répartition du CA entre les secteurs public, privé et les collectivités est la suivante : Tous répondants Hors les 13 plus importantes Pourcentage moyen du Pourcentage moyen du Répondants CA HT réalisé auprès Ecart type Répondants CA HT réalisé auprès de Ecart type de chacun des secteurs chacun des secteurs Secteur public 107 27% 24,9 86 24% 24,6 Entreprises privées 117 61% 27,7 104 63% 27,7 Particuliers 92 13% 22,3 61 14% 21,6 19
  • 21. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEL’ENVIRONNEMENT DU SECTEUR 20
  • 22. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE « Le secteur vu par les acteurs » n = 171 (taux de non réponse de 24,3%) Forte Légère Stagnation Léger déclin Fort déclin NSP croissance croissanceOpérateurs de réseaux 45% 8% 3% 1% - 18%Distribution et diffusion 29% 21% 12% 1% - 13%Téléservices et téléactivités 28% 20% 7% 0% 1% 19%Prestations techniques 26% 27% 8% - - 14%Services spécialisés 22% 22% 14% 1% - 17%Ingénierie et études techniques 20% 31% 8% 1% 1% 15%Edition et production 14% 25% 17% 2% 1% 17%Formation et recherche 10% 29% 16% 3% 1% 17%Fabrication de matériel 6% 13% 26% 6% 3% 21% 21
  • 23. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Stratégie et gestion »Le degré de dépendance vis à vis du fournisseur est faible (20% pour les répondants).En ce qui concerne le nombre de clients nécessaire pour couvrir 80% du chiffre d’affaires il est de 21 à100 clients.73% des entreprises travaillent avec au moins 6 fournisseurs de TIC dans une année dont la majorité sontdes sociétés de prestations informatiques. L’endettement lorsqu’il est déclaré est faible , sous les 20% du CA Effectif Moyenne Ecart-type Par rapport aux fournisseurs 80 14% 15,1 Par rapport aux clients 79 14% 18,7 Par rapport aux banques et autres 79 9% 14 établissements financiers Par rapport à vos partenaires 60 2% 9,5 22
  • 24. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Les relations avec le monde de l’éducation et la recherche et développement» développement»1 entreprise sur 2 déclare mener des actions de partenariat avec le monde de l’éducation. En majorité, cesont des relations établies avec des lycées (52%), des centres de formation continue (49%) et l’universitéà (16%).Ces structures sont majoritairement localisées à la Réunion (93%) puis en métropole (16%)Contrairement à 1996 , 1 entreprise sur 3 déclare effectuer des travaux de recherche et dedéveloppement, qui sont menés en interne (79%), par l’intermédiaire de la maison mère (16%) ou parl’intermédiaire de l’université (16%)Ces structures de Recherche et Développement sont majoritairement localisées à la Réunion (77%), enmétropole (36%) et dans d’autres pays d’Europe (11%). 23
  • 25. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELE VOLET EMPLOI & FORMATION 24
  • 26. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Part des sociétés ayant l’intention d’embaucher dans les trois p rochaines années » Non réponse 4% Non Oui 21% 75% 25
  • 27. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Part d’embauche au cours des 12 derniers mois» (sur les répondants) répondants) NSP 6% A essayé dembaucher 61% Na pas essayé dembaucher 33% 26
  • 28. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Les nouveaux métiers nécessaires au développement de l’activité » l’activité Répondants n = 127 Admnistrateur et ingénieur réseaux 19% Vendeurs commerciaux spécialisés TIC 14% Ingénieurs et techniciens en informatique 13% Infographiste 12% Développeur web 12% Développeur 8% Formateurs 5% E business 4% Consultants 4% Webmaster 3% Administratif 2% Ingénieurs et techniciens en audiovisuel 2% Ingénieurs et techniciens en télécommunications 1% Rédacteur 1% Ingénieurs et techniciens en système de 1% Divers 8% NSP 12% 27
  • 29. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Difficultés pour recruter du personnel » Répondants n = 78 Aucune difficulté 24% Peu de difficultés 27% Beaucoup de difficultés 50% Répondants « Raisons des difficultés » n = 60 Manque de formation des candidats 57% Manque dexpérience professionnelle des 51% candidats Manque de candidats 48% Manque de spécialisation des candidats 41% Niveau de rémunération demandé 16% NSP 2% Autres raisons dont : 5% Manque de motivation 3% Manque de dynamisme 1% Autres < 1% 1% 28
  • 30. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Part des sociétés ayant mis en place des actions de formation » Répondants Oui 50% Non 46% NSP 4% 29
  • 31. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« Thèmes de ces actions de formation » Répondants n = 64 Réseaux 49% Systèmes et langages 46% Création de pages WEB 29% Conduite de projets informatiques 18% Réalisation audiovisuelle 14% Infographie 10% NSP 4% Autres thèmes dont 13% : Secrétariat bureautique 3% Formation sur logiciels spécifiques 3% Perfectionnement sur les métiers de la 3% téléphonie Perfectionnement dans les métiers du 2% numérique Autres < 1% 2% 30
  • 32. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELA PERCEPTION DU SECTEUR PAR LES ACTEURS & L’ORGANISATION DU SECTEUR 31
  • 33. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELES FORCES/OPPORTUNITES PERCUES PAR LES ACTEURS Tous n = 171 Développement des services à haut débit 46% Volonté politique de développer les TIC 42% Structuration de la filière 28% Offres de formation performante 25% Université performante 12% Aucun 3% Autres 5% NSP 4% 32
  • 34. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELES FAIBLESSES/MENACES PERCUES PAR LES ACTEURS Tous n = 171 Létroitesse du marché local 45% Le manque de financement 40% Le manque de formations spécialisées 22% Le manque de candidats à lembauche 22% Le manque de structuration de la filière 18% Limplantation de nouvelles entreprises à la Réunion 13% Lendettement de votre entreprise 13% Léloignement (insularité) 12% La concurrence des pays de la ZOI 10% La concurrence des pays dAsie 6% Le manque de dynamisme de lUniversité 6% Charges sociales importantes 3% Lourdeurs administratives 2% La concurrence de lAfrique du Sud 1% Manques daides 1% Déréglementation des télécom 1% Manque de documentation spécialisée 1% Pas de participation aux salons professionnels hors dpt 1% Fuit des cerveaux en métropole ou à létranger 1% Manque de volonté pour développer les TIC 1% Les sondages à répétition 1% Abandon du minitel par france telecom 1% Travail au noir de la concurrence 1% Divers 0,9% NSP 5% 33
  • 35. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE L’ORGANISATION DU SECTEUR25% des entreprises déclarent être affiliées à au moins un syndicat ou à au moins une association (En majorité l’ARTIC) Intention de collaboration53% des entreprises ont une intention positive de participer à une association professionnelle.41% des entreprises ont une intention positive de communiquer des informations à un observatoire des TIC16% des entreprises ont une intention positive de participer financièrement à un service de veille technologique 34
  • 36. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE« SENTIMENT D’APPARTENANCE A UNE FILIERE TIC » A le sentiment dappartenir à une NSP filière 9% 45% Na pas le sentiment dappartenir à une filière 46% 35
  • 37. MONOGRAPHIE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEν Pour ses acteurs la filière est : en forte croissance 40% juste naissante 39% en légère croissance 15% en phase de maturité 6% NSP 10% Représente un poids économique comparable 63% Ne représente pas un poids économique comparable 27% Poids de la filière TIC par rapport aux autres grandes filières économique à la Réunion 36
  • 38. LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEBILAN ET CONCLUSIONS DE L’ETUDE QUALITATIVE 37
  • 39. RAPPEL DES OBJECTIFS DE L’ETUDE QUALITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELes objectifs de létude étaient les suivants : • Etablir un état des lieux du secteur des NTIC à la Réunion tel que vu par ses acteurs – Etat desprit des acteurs – Situation actuelle et développement du secteur – Manques, besoins éventuels • Cerner les perspectives de développement perçues (moteurs et freins exprimés) • Définir les attentes du secteur, en général et notamment face aux pouvoirs publics 38
  • 40. RAPPEL DE LA MÉTHODOLOGIE DE L’ETUDE QUALITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEDeux discussions dynamiques de groupe dune durée de 3 heures ont été réalisées les 15 et 16 mai à St Denis.La situation de groupe permet de faire émerger : les fondements d’image, les attitudes, les comportements, les compromis àl’œuvre, les positions rigides ou celles susceptibles d’évoluer face à l’univers – NTICLes techniques projectives utilisées pour l’animation de groupe permettent de dépasser les rationalisations propres à undiscours « réfléchi » et d’atteindre le niveau d’expression le plus spontané des attentes et représentations de chacun.Enfin, la méthode permet d’être en prise directe avec l’information, avec la possibilité de suivre « à chaud » la réunion grâce àune retransmission en vidéo.2 animateurs pour une équipe complète garante d’une efficacité maximaleØ Un responsable métropolitain assisté par un animateur réunionnais chargé de la prise de note et assurant la connaissancedes spécificités du marché local.L’analyse et la synthèse des résultats de cette étude ont été assurées par le département d’Études Qualitatives LOUISHARRIS France, par des analystes spécialisés. 39
  • 41. RAPPEL DE LA MÉTHODOLOGIE DE L’ETUDE QUALITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUE• Un groupe auprès de "professionnels" du secteur (opérateurs, fournisseurs daccès, hébergeurs - développeurs de sites, développeurs de solutions réseaux…). Les professionnels présents à ce premier groupe étaient : Société Catégorie France TELECOM Opérateur réseau filaire XTS - NETWORK Opérateur alternatif MEDIALIGHT Concepteur de site IBM @ commerce IO NET FAI• Un groupe auprès dutilisateurs "grands comptes" : responsables réseau / informatiques de collectivités locales, hôpital, université, grandes entreprises publiques / privées. Les utilisateurs présents à ce second groupe étaient : Société Catégorie UPS TRANSPORT CHD - Felix Guyon SANTE CREDIT AGRICOLE BANQUE UNIVERSITE ENSEIGNEMENT/RECHERCHE MONDIAL ASSISTANCE SECURITE EDF ADM MAIRIE DE ST-DENIS ADM ADECCO INTERIM 40
  • 42. CONCLUSIONS DE LA PHASE QUALITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUELe secteur NTIC à la Réunion porte sur lui-même un regard très confiant • Du fait du marché local jugé très prometteur • Du fait des ressources locales, fortement valoriséesDans un contexte douverture des potentialités / des opportunités (mondialisation, amélioration desinfrastructures réseau : SAFE notamment), ce secteur se sent à même de se développer à linternational. Il seconsidère ainsi comme un secteur clé de léconomie réunionnaise, à même de briser les freins traditionnels dedéveloppement de la région.Plusieurs problèmes énoncés (niveaux de formation, contenu régional, etc) semblent devoir être résolus àlavenir de par une maturation progressive du marché, amenant ses diverses composantes à séquilibrer / àsharmoniser.En revanche, et soutenu par la jeunesse du secteur et son caractère mouvant, on note de fortes attentes vis-à-vis des pouvoirs publics, perçus comme des intervenants indispensables pour assurer une évolution / undéveloppement optimal du secteur au niveau local.Ces attentes, dans un contexte de crainte de la concurrence internationale (Ile Maurice notamment),deviennent particulièrement aiguës. Les pouvoirs publics, dans ce cadre, sont perçus comme un acteur seul àmême de garantir la survie du secteur et non plus seulement son bon développement. 41
  • 43. CONCLUSIONS DE LA PHASE QUALITATIVE LOUIS HARRIS R E U N I O N BLEUEFace à un manque de reconnaissance perçu, ainsi quà labsence dactions / de programme concret mis enœuvre au niveau politique, on note un sentiment dabandon / disolement. Ce sentiment engendre un discourstrès critique vis-à-vis de la sphère politique.PROTEL souffre encore dune ambiguïté qui distancie aussi bien les professionnels que les "grands comptes".En effet, PROTEL est perçu à vocation avant tout représentative / institutionnelle. Ses activités actuelles sontde fait difficiles à légitimer, dautant quelles entrent en concurrence avec celles des entreprises locales. Il semble ainsi opportun, pour les acteurs institutionnels • De manifester une reconnaissance du secteur à un niveau institutionnel, ceci afin – Dexprimer symboliquement la prise de conscience de limportance du secteur au niveau local – Daffirmer sa volonté de soutien du projet "NTIC" / son implication dans les facteurs de réussite de ce projet • Dengager des actions fédératrices (colloques, séminaires), ceci afin – De cautionner / concrétiser le contenu des discours "pro-NTIC" actuellement perçus comme dénués de suite – De responsabiliser les acteurs du secteur face à leur développement versus le recours actuel à la sphère politique 42