• Save
Le e-commerce à madagascar en 2013 - FIM
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le e-commerce à madagascar en 2013 - FIM

on

  • 859 views

Le développement du commerce électronique à Madagascar

Le développement du commerce électronique à Madagascar

Statistics

Views

Total Views
859
Views on SlideShare
854
Embed Views
5

Actions

Likes
1
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 5

http://ecommerce-madagascar.blogspot.com 5

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Le e-commerce à madagascar en 2013 - FIM Le e-commerce à madagascar en 2013 - FIM Presentation Transcript

    • E-commerce un axe pour ledéveloppement des TIC?Foire Internationale de MadagascarJeudi 23 mai 2013
    • une association au service de la filièreCréée en 1997 l’ARTIC soutient des actions visant à développer laperformance de la filière numérique réunionnaise.Ses missions :• Contribuer à faire de la Réunion une terre d’excellence• Favoriser le développement de la filière numérique• Faire connaître le savoir-faire des entreprises numériques• Promouvoir les TIC et aider les réunionnais à se les approprier.• Aider au développement des compétences dans lesorganisations et les accompagner dans l’identification et lepartage des bonnes pratiques.
    • En détail…Soirées deréseautage85 adhérentsE-commerceCentresd’appels
    • Habaka, anciennement dénommé Malagasy i-Hub, est un projet né en 2011,initié à la base par des acteurs indépendants du web malagasy (blogueurs ettravailleurs indépendants dans les nouvelles technologies).Depuis ses débuts en tant que Malagasy i-Hub, Habaka a déjà organiséplusieurs évènements dont des BarCamps (dont un co-organisé avecl’émission l’Atelier des médias / RFI), des conférences (Foire Internationale deMadagascar 2012 et salon it-B 2012) et un concours international(Apps4Africa 2011). Il a aussi donné des formations et participe actuellementau développement d’une plateforme locale de crowdsourcing. Habaka («espace », cloud…) reste convaincu que Madagascar a sa carte à jouer dans ledomaine des nouvelles technologies, notamment pour apporter des solutionsaux défis majeurs du pays, mais aussi de placer la grande île sur l’échiquiermondial de l’innovation technologique.HABAKA
    • GOTICOMCréé en 2000, le Groupement des Opérateurs en Technologies de l’Information et de laCommunication ou Goticom est une association visant la redynamisation du secteur des TICs àMadagascar. Rassemblant aujourd’hui près de 80 entreprises, le Goticom regroupe lesentreprises qui oeuvrent dans les divers segments des technologies de l’Information et de laCommunication comme les équipementiers, les BPO, les SSII ou les call centers. Les instituts deformations et de recherches ainsi que les groupements sectoriels oeuvrant dans le mêmedomaine sont aussi appuyés par l’association.Le Goticom a pour objectif de favoriser l’intégration de Madagascar dans le domaine desnouvelles technologies dans l’Océan Indien comme dans le monde, mais aussi d’améliorer lesrésultats du secteur par le développement économique de ses membres. Les activités del’association sont ainsi diversifiées, notamment dans la formation, la recherche et ledéveloppement, la promotion d’entreprise, la veille technologique et la contribution jusqu’à laconception, l’élaboration et le suivi du Plan Directeur National du plan développement du Tic àMadagascar.Concrètement, le Goticom accompagne et améliore les infrastructures de communication, ainsique le cadre réglementaire et l’environnement des affaires liées aux TICs. Les qualités desformations ayant trait aux domaines sont également renforcées et le Goticom travaille pour unemeilleure visibilité des entreprises de TICs à Madagascar.
    • SILICON VILLAGECabinet conseil en stratégie digitale- stratégie e-business : développement du chiffre daffaire via de nouvelles activités.Vous êtes un éditeur de solution, de contenus ou de services en phase de développement ? Nous vousaccompagnons dans létablissement des stratégies de développement : technique, commercial et financier.- stratégie e-marketing : notoriété et visibilité de la marque, communication corporateMise en œuvre de tout type dopération, du marketing viral et social aux relations publiques sectorielles.- stratégie e-commerce : vente en ligne, b-to-c ou b-to-b, sur les marchés locaux ou internationauxBien comprendre les enjeux du métier : optimiser votre trafic, votre taux de conversion et la satisfaction de vosclients !- développement doutil-métierInterconnectez vos bases de données & vos procédures pour créer de nouveaux services et améliorer votrefonctionnement interne.- portail dinformation ou de serviceMedia existant ou naissant, léconomie digitale est une économie déchelle. Comment atteindre les différentspalier ? Comment dimensionner vos équipes et vos investissement pour les différentes étapes de votredéveloppement ?
    • • les biens culturels• les appareilstechnologiques• le tourisme et les voyages• supermarchés en ligne• les produits dimprimerie• vêtements• équipement de la maison.• développement dephotographies numériques• téléchargement demusique• la VOD• Véhicule, pièces autos,…Définition du e-commerceVente en ligne d’unproduit ou d’unservice.
    • Quelques points clés :• Recrutement etfidélisation du client• Contrainteslogistiques• Sécurité des comptesclients et dupaiementSchéma e-commerce
    • e-commerce en France• 32,6 millions d’internautes français achètent en ligne• 123 000 sites e-commerce (985 000 commerces)• Dépenses en ligne des Français sont élevées : 12,1 milliards deuros au premier trimestre 2013,une hausse de 14% par rapport à la même période lan dernier• 8% de la vente de détail et 20% des ventes de détail sont influencées par Internet.• 21% (16 Md€) dans le tourisme et 57% ont préparé leur voyage sur internet.• Vecteur d’emploi… 84 000 salariés fin 2012. Hausse des recrutements pour 2013
    • • M-commerce, en particulierles tablettes (59% sonte-acheteurs)• Evolution du paiementen ligne• Le coaching en ligne• La géolocalisation (achats de proximité)• Les places de marché (+60% Q4 2012)Les tendances e-commerce
    • Quel e-commerce àla Réunion ?PopulationsPratiquesActeurs du marché
    • • 200 000 abonnés ADSL• 170 000 smartphones• Déploiement des tablettes tactiles• 282 000 utilisateurs de facebookPas de problème d’équipement pour acheter enligne.Contexte Réunion
    • Quel e-commerce à la RéunionEntre400 000 et550 000internautes
    • Quel e-commerce à la RéunionEtude TIC TRACK – 4eme trim. 2010 – IPSOS pour la Région Réunion
    • Quel e-commerce à la RéunionEtude TIC TRACK – 4eme trim. 2010 – IPSOS pour la Région Réunion
    • Quel e-commerce à la RéunionEtude TIC TRACK – 4eme trim. 2010 – IPSOS pour la Région RéunionEntre80 000 et110 000 acheteurschaque mois
    • Historique non exhaustifdes acteurs du e-commerce réunionnais
    • • Les leaders du marché sont en métropole avecune audience parfois meilleure en local.• 500+ acteurs locaux actifs (14 237 commerces).• Des petites structures de 1 à 4 personnes.• Peu ou pas de «point relais».• Octroi de mer• Des milliers de colis chaque jour• CA : pas de chiffres disponibles (280 M€ ?)Eléments Réunion
    • Quel e-commerce àMadagascar ?PopulationsPratiquesActeurs du marché
    • Le point de vue des utilisateursIl existe plusieurs freins au développement du e-commerce à Madagascar, dont le cadrerèglementaire inexistant , le faible taux debancarisation (3% de la population) et le taux depénétration d’internet qui reste encore trèsmarginal.
    • Des initiatives voient le jour• Le e-commerce à Madagascar n’attend pas que le cadrelégislatif soit présent car les acteurs sont là : banques,professionnels du web, e-commerçants, logistique• On a un embryon de e-commerce à Madagascar mais toutpasse essentiellement par le système D :– Passer par le système de mobile money pour certains e-commerçants– Utiliser les cartes bancaires proposées par des banques localespour effectuer des paiements en ligne, avec tout de mêmecertaines limites– Passer par des initiatives privées de banques locales quis’associent à des acteurs de la logistique dans la chaîne devaleur du commerce en ligne (exemple : la BMOI et DHL pourpackyellow.com)
    • ENVIRONNEMENTJURIDIQUE RELATIF AU E COMMERCEPOURQUOI UNE REGLEMENTATION SPECIFIQUE AU COMMERCE ELECTRONIQUE• Les transactions électroniques introduisent une nouvelle dimension juridique• Les lois nationales en vigueur conçues pour le papier peuvent ne pas être applicables pour lecommerce électronique• Les incertitudes juridiques peuvent dissuader les consommateurs d’acheter des produits ou desservices sur internet et les entreprises de se lancer sur le marché du commerce électronique• L’existence d’un environnement juridique approprié donne l’assurance qu’un ensemble de règles etde règlement est en place et permet au secteur d’être concurrentiel et favoris la croissanceéconomiqueRenforcement de la confiance et de la sécurité par :• L’authentification et la sureté des documents électroniques• La reconnaissance de la validité des messages électroniques et une garantie de l’égalité detraitement entre utilisateurs de documents papiers et usagers de l’internetHISTORIQUE• Salon EBIT de 2010 avec une conférence sur le commerce électronique• Projet de mise en place du Comité de Pilotage pour le Développement du Commerce Electronique• Etat des lieux du cadre juridique impactant le commerce électronique• Projet de loi sur les transactions électroniques
    • LES TEXTES EN COURS D’ELABORATIONLes textes finalisés au niveau du Comité de Pilotage :• Finalisation du projet de loi sur les transactions électroniques• Finalisation du projet de loi sur la protection des données à caractèrepersonnel• Finalisation du projet de loi sur la dématérialisation des procéduresadministrativesLes textes en cours de finalisation au niveau du Comité de Pilotage :• Projet de texte sur la cybercriminalité• Les autres textes qui doivent être adoptés :• Le projet de loi sur la protection des consommateurs• La loi sur les télécommunications• La loi sur la protection des donnéesLa loi sur la concurrence qui est déjà promulguée ainsi que son décretd’application, mais dispositions ineffectives faute de mise en place d’un organismeprévu par la loi.
    • LES PERSPECTIVES• Une volonté de l’administration et du secteur privé d’avancer• Mise en place d’une vision de développement d’une industriedes TICs et du Commerce Electronique (politique et stratégienationale)
    • Le e-commerce,un nouveaumarchéUn axe de développementéconomique
    • Risques & opportunitésConcurrence extérieure & faible structuration de la filièreRisques :– Dépendance à des plateformes de vente en ligne– apparition d’intermédiaire de paiement non autorisé (marchénon régulé)– superposition d’acteurs et commission sur commission– les commerçants malgache n’ont pas conscience du phénomène– Evasion commerciale (l’argent sort du pays)Opportunités :– Livraison (possibilité, surcoûts et délais) aléatoire– Déploiement des cartes bancaire et bancarisation– Sécurisation des transactions électroniques
    • OpportunitésMarché localUn segment de la population demandeur• Une prise en main rapide d’Internet auprès de la génération Y• Contexte de crise économique structurelle• La « prime au premier entrant »Un marché ouvert• Peu de secteurs exploités à ce jours• Un réseau de TPE / PME diversifiées, souples et dynamiques• Des prestataires de développement web de qualités sur le territoire
    • Lancer sone-commerceDes outils et desambitions cohérents
    • Les attentes des e-consommateurs• choix• prix concurrentiel• Disponibilité et livraison• confiance dans les conditionsdéchange/garantie
    • La concurrence économiqueà son maximumVotre marché n’est plus votre secteur géographique !• Tous les e-commerçants de la Grande Ile, à un clic de souris de vous• La différence se joue sur l’offre et les prix2 modèles économiques-type• Plus de volume, moins de marges• Plus de public sur des produits à forte valeur ajoutée Un investissement à moyen / long-terme, qui doit porter ses fruits !
    • Une stratégie à moyen-termeComme dans le commerce traditionnel : un pariéconomique• Un investissement de départ dans la plateforme• Plusieurs métiers spécifiques (prestataires existants)• Un suivi quotidien• Un marketing récurrentUn nouveau processus de vente• Préparation des commandes• Importance du SAV, du dynamisme du site et du e-marketing
    • Réussir ou échouer ?1. Etre visible des consommateurs• Technique & marketing2. Savoir vendre• Procurer une expérience de marque au client• Ou apporter une offre commerciale sans équivalent3. Accompagner le client dans l’acte d’achat• Un service performant, conforme aux habitudes des consommateurs
    • Une gestion quotidienneUn site bien référencé et accessible sur toutes les plateformes Un suivi technique et des mises à jour régulièresAnticiper la logistique Préparation et livraison des commandes Une Gestion de stock rigoureuse Partenariat avec un livreurUn système d’information rigoureux Suivi des clients, des paiements, des livraisons
    • Structurer lafilièreDes pistes pourl’avenir
    • Accompagnerles commerçants malgachesCréer un cadre juridique• Les mauvaises expériences donnent une mauvaise image du secteur• Former aux spécificités du métierStructurer les procédures de livraison• Livraison sous 24/72h dans l’ensemble du territoire• Créer un réseau de points-relaisDévelopper l’achat local en ligne• Consolider la confiance (secteur bancaire & tiers de confiance)• Créer des « points d’accès » à bas coût pour les internautes
    • Un cercle vertueuxDiffuser le réflexe de « l’achat local en ligne »
    • Misaotra !Merci !
    • Nos sourcesSources :• Internetworldstats.com - Miniwatts Marketing Group• Banque Centrale de Madagascar (BCM)• Office Malagasy d Etude et de Regulation des Telecommunication• Facebook Inc, Paypal Inc - PayPal (Europe) S.à r.l. & Cie, S.C.A• Habaka, Goticom, MTPNT.gouv.mg