Your SlideShare is downloading. ×
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

La strategie regionale d'innovation la reunion

1,666

Published on

La Stratégie Régionale d’Innovation adoptée en août 2010 par l’Etat, La Région et le Département, expose les orientations et actions à mettre en œuvre à l’horizon 2030, pour engager La Réunion dans un …

La Stratégie Régionale d’Innovation adoptée en août 2010 par l’Etat, La Région et le Département, expose les orientations et actions à mettre en œuvre à l’horizon 2030, pour engager La Réunion dans un nouvel acte de développement.


« Réussir la révolution culturelle, industrielle et territoriale de l’innovation et de la R&D » tel est l’enjeu dressé pour l’avenir.


Une démarche participative a été menée pendant quinze mois. Plus de 150 participants, 50 réunions de travail, une conférence-débat…ont permis d’aboutir à ce document de plus de 100 pages.

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
1,666
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
23
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LA STRATÉGIE RÉGIONALE D’INNOVATION DE LA RÉUNIONPublication : 12 août 2010 1
  • 2. 2
  • 3. sommaire INTRODUCTION.....................................................................................................................4 La Stratégie Régionale d’Innovation dans son contexte................................................................... 4 Définition de l’innovation et état d’esprit............................................................................................ 6 Méthodologie de travail......................................................................................................................... 7 CHAPITRE 1 – SYNTHESE DES STRATEGIES MACRO-ECONOMIQUES...........................................8 Préambule................................................................................................................................................ 8 1-1 - L’ouverture sur le monde............................................................................................9 . 1-2 - Vers l’excellence réunionnaise....................................................................................10 1-3 - Le territoire réunionnais dans de nouvelles dimensions............................................11 CHAPITRE 2 – ORIENTATIONS STRATEGIQUES. ...............................................................................12 . 2-1 - Etat des lieux...............................................................................................................12 A - Préambule..................................................................................................................................... 12 B - Le système d’innovation : les acteurs et leurs relations.......................................................... 13 B-1 - La « production de connaissances ».......................................................................................... 13 B-2 - La « demande de connaissances »............................................................................................ 16 B-3 - Les intermédiaires facilitateurs d’innovation............................................................................ 16 2-2 - Fondamentaux............................................................................................................20 2-3 - Huit orientations stratégiques....................................................................................21 A - Elever le niveau de qualification en correspondance avec les réalités et potentialités économiques particulièrement celles des Domaines d’Activité Stratégique..................... 23 B - Construire des outils innovants pour lutter contre l’illettrisme.............................................. 23 C - Optimiser la ressource locale par la mise en réseaux des structures et des outils............. 24 D - Mettre les entreprises en situation d’innover........................................................................... 24 E - Créer les conditions de réalisation des projets (d’amont en aval)........................................ 25 F - Concrétiser l’approche intégrée de l’aménagement du territoire....................................... 25 . G - Doter La Réunion d’une plus grande visibilité en matière d’innovation.............................. 26 H - Inscrire l’innovation dans la cohérence et la durabilité........................................................... 26 CHAPITRE 3 – FICHES ACTIONS.........................................................................................................27 1 - Faire connaître et renforcer les capacités de recherche publique Réunionnaise.................................... 29 2 - Créer une structure de la recherche : cellule technique de réponse aux appels à projets.................... 31 3 - établir le concept de « docteur conseil »...................................................................................................... 33 4 - Lancer des concours de créativité pour susciter l’esprit d’innovation et d’entreprenariat.................... 35 . 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de production................................................................... 37 6 - Organiser et exporter la filière « ingénierie de formation »........................................................................ 39 7 - Renforcer l’émergence et la mise en œuvre d’innovations notamment dans les entreprises.................. 41 . 8 - Prospecter activement toutes les entreprises............................................................................................... 43 9 - Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprise à l’innovation.......................................................... 45 10 - Créer une aide financière d’amorçage et animer le réseau (RDT)............................................................. 47 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovation........................................................ 49 12 - Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiques............................................................. 51 13 - Développer et concrétiser une culture de projet en matière d’aménagement, fédérant l’ensemble des acteurs de la sphère publique et de la sphère privée..................................................... 53 . 14 - Structurer les aménagements pour favoriser les domaines d’activité stratégique................................. 55 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagement.................................................................................. 57 16 - Structurer une filière « équipement et matériaux urbains »........................................................................ 59 17 - Développer et animer les réseaux de tous types......................................................................................... 61 CHAPITRE 4 – GOUVERNANCE PILOTAGE DURABLE DE L’INNOVATION ET FINANCEMENT.....63 4-1 - Gouvernance - pilotage durable de l’innovation. ......................................................63 . A - Organisation et fonctionnement............................................................................................... 64 . B - La connaissance des données de l’innovation........................................................................ 65 . C - Gestion, évaluation et évolution de la SRI................................................................................ 65 4-2 - Financement. ..............................................................................................................66 . PERSPECTIVES.....................................................................................................................................69 ANNEXES.............................................................................................................................................71 Annexe 1 - Organisation de la démarche SRI. .....................................................................71 . 1. 1 - Gouvernance mise en place pour l’élaboration de la SRI...................................................... 71 1. 2 - Calendrier et méthodologie de travail pour l’élaboration de la SRI.................................... 72 . 1. 3 - Démarche participative : liste des participants aux réflexions............................................... 72 Annexe 2 - Synthèse intégrale des stratégies macro-économiques....................................77 Annexe 3 - Les composantes globales du système d’innovation : indicateurs macro-économiques...........................................................................................104 Glossaire. .........................................................................................................................................115 . 3
  • 4. La Stratégie Régionale d’Innovation dans son contexte Comme tout territoire, La Réunion est confrontée, d’une part à la généralisation et à INTRODUCTION l’accélération des échanges, et d’autre part aux évolutions démographiques, économiques et climatiques, aux échelles régionale et planétaire. Dans ce contexte, son développement se poursuit selon le paradigme actuel «agir local, penser global», un diptyque basé sur un progrès économique et social durable et une ouverture internationale. Région ultra-périphérique européenne, La Réunion n’est pas aux confluents des grands axes d’échanges internationaux. Son ouverture au Monde, indispensable à un développement durable et équitable, nécessite la connexion du territoire à un axe international de transferts. S’ouvrir au Monde et répondre aux défis territoriaux auxquels sa population doit faire face1 nécessite aujourd’hui une stratégie de développement basée sur d’autres voies que celles qui prévalaient jusqu’alors. Depuis 20 ans, de nombreuses étapes de structuration et de réflexion ont été franchies, de nombreux projets de développement ont été pensés à l’horizon 2030-20402. Des projets résumés en quelques mots clefs : développement économique endogène ouvert à la région et au monde, innovation et transfert de technologies dans les domaines d’activité stratégique, développement durable et équitable de notre territoire. La recherche, l’innovation et le transfert de technologies constituent les moteurs de ce mouvement vers une société de progrès humain universel. Pour que La Réunion soit une locomotive du co-développement régional, le défi de notre société est de réussir la révolution culturelle, industrielle et territoriale de l’innovation et de la R&D. L’innovation est un processus de longue haleine qui suppose notamment le changement, la créativité, la réactivité, le courage et l’engagement. Les Réunionnais ont toujours su innover dans le passé et encore aujourd’hui. Toutefois, conscients de nos forces, de nos faiblesses et portés par nos valeurs, il est nécessaire d’accélérer notre dynamique : faire plus, mieux et plus vite. Qu’elle procède d’une contrainte ou d’une opportunité, l’innovation est d’abord anticipation et envie. Ces principes s’appliquent d’ailleurs également à la Stratégie Régionale d’Innovation elle- même, qui doit être réactive et évolutive. Au cœur de cette démarche d’élaboration d’une société économique et industrielle, à haute valeur ajoutée pour le territoire, doit donc se trouver une stratégie partagée et consensuelle, une stratégie régionale de l’innovation et du développement moderne de La Réunion, nouvel acte de son développement structurel. Pour établir ce virage devenu nécessaire, et dans l’esprit de notre modèle réunionnais dual de compétitivité et de solidarité, il faudra résolument s’engager et investir prioritairement dans la recherche, l’innovation, et le transfert de technologies. Les objectifs sont d’accroître la valeur ajoutée territoriale et régionale et d’aller à la conquête de marchés régionaux et internationaux. Pour y parvenir, une stratégie à retours de bénéfices pour le territoire, en matière de recherche d’innovation et de transfert de technologie, est le véritable nouvel enjeu de développement. En outre, La Réunion doit être ambassadrice et co-élaboratrice d’un développement régional également moderne. Et pour réussir son intégration régionale avec la plus grande éthique, c’est sans naïveté économique, sans complexe et avec un esprit de conquête et d’entreprise que La Réunion sera le maillon fort de l’Europe dans l’océan Indien. Dans cet esprit, les premiers objectifs de notre Stratégie Régionale d’Innovation (SRI) consistent à structurer le territoire pour atteindre ce nouvel acte de développement, et à créer l’environnement qui dynamise le processus d’innovation à La Réunion. Souhaitée par les pouvoirs publics, la SRI a associé pendant quinze mois des représentants locaux du monde économique, social, de la recherche et de la formation. Le document présente d’une part les objectifs partagés pour le territoire et décline d’autre part les orientations stratégiques phares. Enfin, il précise les éléments concrets de mise en œuvre via notamment une gouvernance appropriée. Cette stratégie vise le court, le moyen et le long terme. 1 Les défis territoriaux : c’est sans doute, l’emploi des jeunes, condition sine qua non du développement durable qui est le défi majeur de notre territoire (36% de la population a moins de 20 ans). Citons également : la qualification et la professionnalisation, le maintien de la cohésion sociale, la gestion environnementale (gestion des déchets, gestion de l’eau, gestion de l’énergie), l’aménagement du territoire pour une économie moderne, pour un développement durable. 2 Ile Verte, PR2D, PRERURE, GERRI4
  • 5. Origine et contexte de la démarcheL’Etat, la Région et le Département de La Réunion se sont engagés, en partenariat, dans desorientations stratégiques déclinées dans les Programmes Européens 2007-2013 au sein d’unestratégie intégrée pluri-fonds. La recherche-innovation est un thème qui y est affirmé.La Stratégie Régionale d’Innovation permet de décliner ces orientations et prend enconsidération, en outre, le contexte suivant :• Faire de l’Europe l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamiquedu monde, capable d’une croissance économique durable, accompagnée d’une améliora-tion quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale (Conseileuropéen de Lisbonne de mars 2000) avec deux objectifs principaux : la croissance et l’emploi(Conseil européen de mars 2005) ;• Répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futu-res à satisfaire leurs propres besoins. Le développement durable s’appuie sur quatre piliers,économique, social, environnemental et international, lesquels doivent se renforcer mutuelle-ment. (Conseil Européen de Göteborg en décembre 2001).• Contribuer à limiter nos émissions de CO2 sans compromettre notre développement(Sommet de Copenhague 2009).« Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrirqu’à inventer ».Gaston Berger - Industriel, philosophe et administrateur français. Inventeur notamment duterme « prospective ». 5
  • 6. Définition de l’innovation et état d’esprit L’existence de nombreuses définitions de l’innovation a conduit l’ensemble des acteurs locaux à réfléchir à une définition reflétant le contexte réunionnais. La définition suivante a été élaborée et choisie : «L’innovation c’est la valorisation d’une idée, nouvelle dans son usage et/ou dans son utilité, pour le développement économique, mais aussi social et culturel » Cette définition élargie met en exergue le fait que l’innovation n’est pas seulement technologique ; l’application au contexte et à la temporalité, c’est-à-dire l’usage, constitue une forme d’innovation. Enfin, la valorisation de l’idée n’est pas uniquement liée à un développement économique, il s’agit de considérer aussi l’innovation non marchande dans le sens du progrès humain. Enfin, l’innovation est un état d’esprit qui touche tant le secteur privé que public : elle touche tout un chacun. Etat d’esprit L’innovation est un processus historique à La Réunion puisque ses handicaps structurels et de compétitivité, mais surtout sa situation régionale, ont souvent poussé ses hommes à inventer, à réinventer et à adapter les produits, les procédés ou les services dont elle avait besoin (idées provenant parfois d’ailleurs). Notre dynamisme est bien présent mais souvent méconnu et pas suffisamment reconnu. Ces handicaps ont motivé un soutien historique et public fort, par la mise à disposition de ressources humaines et financières. La Réunion bénéficie et utilise à ce titre divers outils et dispositifs régionaux, nationaux ou européens. L’ambition de mettre en œuvre une Stratégie Régionale d’Innovation passe par un management territorial de l’innovation assorti d’un suivi rigoureux des actions et de leurs effets. C’est dans un esprit de fédération de l’ensemble des partenaires socio- économiques, techniciens et politiques que la démarche a été menée. Nos exemples d’innovation parpaings en scories surveillances épidémiologiques coupeuses de cannesvariétés génétiques de cannes à sucre centrales thermiques bagasse-charbon machine à samoussas progiciels daéronautique brevets dans le BTP menuiseries tropicales procédés d’extractions énergie thermique des mers énergie renouvelable huiles essentielles fermes solaires peinture tropicale informatique charcuteries de volaille halal outils de sécurité climatisations solaires (notamment le SWAC) Agile groupe de dialogue inter-religieux méthodes d’organisation et de gestion interprofessions agroalimentaires outils de maîtrise de l’énergie dans les bâtiments équipements de pointe (Cyclotron, pôle de protection des plantes) dessins-animés… « En une génération seulement, l’île est passée de la dévalorisation de soi à la conscience de soi, à la reconnaissance de soi ; c’est essentiel de se sentir bien pour progresser. La Réunion d’aujourd’hui est dans une parfaite continuité historique en inventant les moyens de sa réussite future. Il faut que La Réunion politique ne reste pas à côté de cet élan, les politiques doivent redevenir des porteurs de rêves. Nous sommes les ancêtres des Réunionnais du futur. » Daniel Vaxelaire - journaliste, écrivain et « Grand témoin réunionnais » aux Premières Assises Régionales pour l’Innovation - octobre 20096
  • 7. Méthodologie de travailLa Réunion a choisi une méthode originale d’élaboration de sa Stratégie Régionale d’Innovationprivilégiant la mobilisation et la participation des acteurs locaux aux différents stades de ladémarche. Une démarche participative souhaitée pour : • Instaurer un dialogue approfondi afin de permettre la remontée d’éléments de diagnostic et l’émergence directe de propositions partagées, • S’appuyer sur le travail en réseau des structures et des individus, et le renforcer, car il est le seul gage de synergie, de cohérence et de durabilité de la démarche.Le Comité Régional pour l’Innovation qui a été spécialement créé (CRI, cf. Annexe 1.1), est unorgane de réflexion associant des représentants du monde économique et social, du mondede la recherche et de la formation, des institutions et des personnes qualifiées. Etapes de la démarche :• Une synthèse stratégique nécessaire :Fort des différentes réflexions déjà engagées par les acteurs économiques et politiques locauxces dernières années, le CRI a souhaité placer la SRI en totale adéquation et cohérence avecces programmes et priorités stratégiques. Les buts à atteindre sont identifiés, les diagnosticsdéjà dressés. Il a été choisi de se baser sur une synthèse des stratégies macro-économiquesexistantes, qui constitue le socle de la Stratégie Régionale d’Innovation. L’innovation doit êtreun moyen et un critère transversal à toute initiative et tout domaine d’activité stratégique. Ainsi,à titre d’exemple, La Réunion a également retenu le thème de l’aménagement du territoirecomme sujet particulier de réflexion : ce thème étant considéré comme source et moyend’innovation.• La mise en cohérence des actions phares :En accord avec les critères et les valeurs fondamentales portés par notre projet stratégique,ont été retenues et mises en cohérence les propositions issues des réflexions des groupesde travail constitués au cours de la démarche, et qui ont été mobilisés. Les premières AssisesRégionales pour l’Innovation rassemblant l’ensemble des participants, ont également permisune vision d’ensemble des travaux et un recul notamment avec le regard de profanes, et depersonnalités extérieures à l’île.Plus de 150 participants, bâtisseurs de la SRI.Plus de 50 réunions de travail.1 site intranet technique recensant l’ensemble des contributions et rapports.1 conférence-débat régionale et son site internet. Démarche Enjeux pour le territoire, état des lieux participative Programmes Opérationnels Européens Synthèse des stratégies macro-économiques Réflexions Groupes de travail issues des travaux, issus des enjeux Processus de révision et Propositions d’évaluation d’orientations, Valeurs Fondamentaux, Cibles… Propositions de fiches-actions, Ouverture Regards extérieurs Orientations stratégiques de la SRI et fiches-actions Programmation : court, moyen, long terme Calendrier et points de repères Calendrier et points de repères (détails en annexe 1) (détails en annexe 1) Lancement de la démarche 2 décembre 2008 Réflexions par groupes de travail Groupes thématiques 1. Attractivité du système de formation réunionnais à l’innovation, 2. Percolation de l’innovation dans les TPE/PME, 3. Aménagement, organisation et attractivité du territoire réunionnais. de fév. à sept. 2009 Groupes transversaux 4. Financement des entreprises et innovation, 5. Gouvernance – pilotage durable de l’innovation. de sept. à nov. 2009 Premières Assises Régionales pour l’Innovation 13 octobre 2009 Adoption de la SRI Août. 2010 7
  • 8. SYNTHESE DES STRATEGIES MACRO-ECONOMIQUESCHAPITRE 1 Point de départ de la Stratégie Régionale d’Innovation, une synthèse des différentes stratégies macro-économiques existantes pour La Réunion a été réalisée afin de mieux poser le projet de développement du territoire. La version complète de cette synthèse se trouve en annexe 2. En substance après le préambule, elle comporte trois parties : une affirmation d’une volonté d’ouverture sur le monde, une recherche d’excellence pour toute l’économie de La Réunion, et une approche du territoire et des hommes. Préambule Un changement de modèle économique pour la prochaine génération réunionnaise : un objectif et un diagnostic partagés. Il y a 25 ans, La Réunion s’inscrivait dans les principes d’ajustement structurel de la politique régionale européenne, et recherchait leurs applications optimales à sa situation économique, sociale et territoriale. Ainsi, elle a conduit pendant 20 ans un développement marqué par l’objectif de rattrapage du niveau européen : réalisation des infrastructures fondamentales, mise en place du cadre de formation, modernisation de l’agriculture et création d’un secteur industriel d’import-substitution. A partir de 2005, cet objectif a évolué vers la construction d’un modèle économique et social dont la compétitivité et la performance auraient de plus en plus à se fonder sur la valorisation des atouts spécifiques de La Réunion au sein de son espace géographique, tout en ne négligeant pas la nécessaire solidarité interne et externe. Cette orientation majeure se retrouve dans l’ensemble des documents stratégiques existants pour La Réunion et produits tant par les principales institutions réunionnaises, que par le monde économique (Cf. schéma ci-dessous). Elle a été reprise dans la Stratégie Intégrée des programmes européens pour la période 2007/2013. Elle incite à approfondir la logique de l’article 299-2 du traité d’Amsterdam, par une plus entière prise en compte des spécificités réunionnaises dans la détermination et par la mise en œuvre des leviers de sa compétitivité au niveau des politiques communautaires. De façon générale, ces « exercices stratégiques » établissent le même diagnostic quant aux faiblesses structurelles et spécifiques d’un territoire de petite taille, éloigné de l’Union Européenne, connaissant un relief et un climat difficiles, tout en devant faire face à des enjeux démographiques importants, principalement un marché étroit et des coûts de production élevés. Ils soulignent aussi les enjeux essentiels liés à la nécessaire intégration de l’économie réunionnaise à son environnement géographique proche, à l’économie européenne ainsi qu’à l’économie mondiale. Les trois grands axes stratégiques ressortant de ces documents sont déclinés successivement ci-après. Le socle de la SRI : Schéma Plan Réunionnais La Réunion GERRI, d’Aménagement de Île verte, Réunion 2030 et de Développement du monde de lÉtat Développement Durable, économique Durable du Conseil du Conseil Régional Général Synthèse des stratégies macro-économiques8
  • 9. 1-1 - L’ouverture sur le mondeLa Réunion sera confrontée à des évolutions inéluctables de son environnement extérieur.En effet, l’étroitesse du marché local, le développement important des échanges mondiaux,tout comme l’évolution des règles encadrant ces échanges, rendent impératif son insertionéconomique tant dans son environnement régional que mondial.L’économie réunionnaise doit s’ouvrir sur des cibles hiérarchisées. Bien que n’ayant pas terminéson rattrapage des standards européens, elle doit cependant dépasser le lien d’échangeprivilégié entretenu avec l’Hexagone et avec l’Union Européenne pour se tourner vers sonenvironnement régional et international. En premier lieu, les îles qui lui sont voisines, puisl’océan Indien et les pays émergents ; l’Australie ou la Nouvelle Zélande sont autant d’autrescibles envisageables.L’ouverture optimale de l’économie réunionnaise se fera par l’ouverture des entreprises, deshommes et des infrastructures.L’ouverture des entreprises réunionnaises doit permettre de compenser les menaces liées auxdifférentiels de coûts de production sur le marché local. Elle peut notamment se réaliser dans unestratégie de « co-développement » ou de « relais » de l’aide communautaire au développementou au commerce. Pour passer d’une « ouverture subie » à une « ouverture voulue », un travailde communication, d’accompagnement technique, financier, et de formation doit être menévis-à-vis des entreprises. Parmi les pistes opérationnelles : communiquer sur les expériencesinternationales réussies, généraliser un dispositif de diagnostic des entreprises candidates àl’ouverture, constituer des groupements d’entreprises visant à atteindre une masse critiqueà l’international, ou encore valoriser le potentiel de la diaspora en l’utilisant comme réseauopérationnel de « réceptifs ».L’ouverture des hommes doit se réaliser par le développement des formations aux langueset aux techniques de l’international afin de soutenir la réalisation de parcours internationaux.Ceux-ci se concevant tant depuis La Réunion que vers La Réunion, via le développement deformations de haut niveau attractives à l’international.L’ouverture optimale des infrastructures est le corollaire à un nécessaire changement d’échelledu développement de l’île. Les stratégies mettant en place des plateformes portuaires,aéroportuaires et numériques à l’échelle de l’océan Indien s’avèrent être des options pertinentes,mais qui nécessitent des efforts de planification, notamment financière.L’innovation est une condition de l’ouverture.La Réunion doit s’y positionner en centre d’expérimentation. La petite taille du marchéintérieur et l’existence de coûts de production élevés rendent la généralisation de l’innovationnécessaire à la réalisation d’une ouverture durable de l’économie réunionnaise. En s’appuyantsur les domaines d’activité stratégique (DAS), les pôles stratégiques à structurer à l’échelle del’océan Indien correspondent aux expertises réunionnaises identifiées comme étant les pluspotentiellement concurrentielles.En résumé, La Réunion souhaite se positionner en pôle d’excellence, d’innovation et dedémonstration en matière de développement durable : il s’agit d’un projet de développementsociétal qui dépasse la seule dimension économique. 9
  • 10. 1-2 - Vers l’excellence réunionnaise L’excellence se conçoit au niveau des ressources humaines et de leur avenir à l’échelle internationale. La Réunion dispose d’un appareil de formation français et européen. Sa capacité de réponse aux enjeux de développement économique et d’épanouissement de la future société réunionnaise n’en est pas pour autant certaine. En matière de recherche et d’enseignement supérieur, la définition de priorités fortes est essentielle pour assurer le rayonnement de La Réunion. Elle doit viser la création de filières à très forte valeur ajoutée et être conjointement pensée avec le Conseil régional et les acteurs économiques. Dans les formations généralistes et professionnalisantes, la difficulté permanente de jonction entre la fin des études et l’entrée en activité rend nécessaire de délivrer les diplômes à même de répondre aux besoins de l’économie pendant une période donnée, sans pour autant négliger l’organisation d’une mobilité plus équilibrée. La mise en place d’un système de « formation tout au long de la vie », associant formation initiale et formation continue est proposée, pour « réarmer » les hommes dans l’optique d’un débouché professionnel. La nécessité de traiter à la base le système de l’exclusion apparaît dans l’ensemble des documents stratégiques : il faut pouvoir tout en visant l’excellence, lutter contre l’exclusion, facteur pesant sur la performance de l’économie et sur l’épanouissement de la société réunionnaise. Il faut maîtriser l’illettrisme, qui apparaît à tous les stades de la vie, par la mise en œuvre de dispositifs intégrant écoles, familles, et acteurs locaux. Il faut pouvoir renouveler l’économie d’insertion, en coordonnant les différentes actions sur le territoire et en professionnalisant les structures, tout en adoptant une logique de prestation de services. Le secteur marchand ne pouvant absorber tous les effectifs peu qualifiés, la recherche d’un modèle d’« économie sociale et solidaire » doit permettre, tout en recherchant l’employabilité, d’ouvrir des parcours d’intégration en réponse aux besoins de cohésion sociale, de qualité des modes de vie, de sécurité collective nécessaires au développement de La Réunion. Identifiés comme les secteurs d’entraînement du développement futur, les domaines d’activité stratégique (DAS) ont en commun un potentiel d’exportation et de rayonnement dans le long terme et un positionnement de haute valeur ajoutée. Ils découlent notamment de l’adoption de solutions avantageuses face aux contraintes imposées par l’éloignement, le relief et la petite taille du territoire. Ils offrent aussi l’avantage d’orienter le développement de La Réunion vers l’exploitation d’une diversité de niches à forte valeur ajoutée. Les DAS identifiés présentent également des enjeux forts de mutualisation et d’interactivité. Pour profiter de leurs effets d’entraînement, leur interaction avec les secteurs traditionnels doit être favorisée, ainsi que la structuration d’actions en réseau. En interne, les réseaux d’acteurs doivent pouvoir établir des actions communes basées sur la mutualisation. En externe, différents réseaux sont à renforcer dans une optique de compétitivité des ressources (réseaux de recherche formation) ou de constitution d’une capacité de veille et de proposition réglementaire. Les DAS • Agro nutrition en milieu tropical • Pêche • Santé • TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) • Energie - Environnement • Tourisme durable • Ingénierie - Formation • Services à la personne Le modèle économique à venir, tenant compte des orientations de l’Europe, mais aussi de la nécessaire intégration économique de La Réunion dans sa zone géographique, ne doit pas se construire en rupture avec l’économie actuelle. Il doit au contraire pouvoir se faire en s’appuyant tant sur le potentiel d’innovation important de l’import-substitution que sur le dynamisme d’un tissu constitué à 90 % de TPE, qui doivent profiter des leviers de la formation, de la valorisation de la recherche, de l’accès à l’internationalisation et du financement. Deux secteurs primordiaux pour la cohésion territoriale, portent en eux des potentialités liées à l’innovation : l’agriculture et le BTP. L’importance de ces deux secteurs se traduit non seulement dans leur rôle de « vecteur de développement » pour les DAS (via le développement durable) mais aussi dans les liens étroits qu’ils entretiennent avec la donne publique pour leur propre avenir.10
  • 11. 1-3 - Le territoire réunionnais dans de nouvelles dimensionsLe capital jeunesse, le capital social et le capital culturel du territoire réunionnais sont deséléments fondamentaux. La jeunesse de la population est un atout certain à condition degarantir les conditions de sa participation au développement et à la production de richesses.Dans le même temps, son épanouissement dans la connaissance de l’Histoire et de la Cultureréunionnaises est un facteur essentiel de cohésion.Le capital territoire est à équilibrer entre les enjeux de préservation et ceux de compétitivité.Couplé à son infrastructure de recherche, le gisement unique de diversité que présente LaRéunion, largement pris en compte par les politiques publiques (Parc National des Hauts ; Parcmarin ; candidature à l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO ; « point chaud » de labiodiversité), lui confère un potentiel de pôle d’expérimentation. Sa gestion optimale doit êtreguidée par la recherche d’équilibre entre sa préservation et les enjeux liés à l’aménagement(social et économique) et à la valorisation du potentiel d’énergies renouvelables.Pour passer du gisement énergétique au « territoire-laboratoire », un changement d’échelleest nécessaire. La réalisation du modèle énergétique sous tendu par le PRERURE (autonomieénergétique à 89 % en 2030) implique l’adoption d’axes forts pour l’innovation tant en matièrede MDE que d’adaptation des techniques de production d’énergies renouvelables. Réalisercette stratégie impose un volontarisme appuyé, voire des expérimentations à différentsniveaux : renouvellement de la gouvernance opérationnelle et institutionnelle, adaptationsde la réglementation, adoptions de nouveaux modes de financement, évolution du modèleéconomique énergétique vers une combinaison harmonieuse entre production centralisée etproduction décentralisée (énergies renouvelables, valorisations des déchets).La compétitivité et l’attractivité du territoire sont à trouver dans un aménagement équilibrédu territoire. En tant qu’outil d’aménagement, le SAR révisé a pour ambition de traduire lesprincipes d’attractivité et de compétitivité inscrits au projet de développement de long terme.Il impose la définition par les acteurs locaux des modes de mise en œuvre des grandes optionsd’aménagement retenues. Dans un contexte d’espace utile « rare », il prévoit de défendredavantage la valorisation des atouts et complémentarités de chaque microrégion, que leurrééquilibrage (notion de solidarité territoriale). Cette solidarité territoriale doit en premier lieus’exprimer par la fluidification des déplacements, permise notamment par le développementde l’intermodalité des transports en commun.Pouvoir inventer la ville réunionnaise du XXIe siècle comme étant une Réunion-métropole dansl’océan Indien. La définition d’une « ville réunionnaise », garantissant tant l’épanouissementsocial et intellectuel de sa population que l’attractivité et la croissance économiques, est aucentre des réflexions menées en matière d’aménagement. Les principes de mixité « sociale etfonctionnelle » et d’appropriation par les habitants et usagers de la ville en guident le travail.Le territoire réunionnais doit créer les conditions d’un développement économique enprofondeur et reconstituer des pôles économiques. L’existence d’une offre « émiettée » pourl’accueil d’activités affecte l’attractivité du territoire et la prospection de projets d’envergure.La hiérarchisation des zones selon la dépendance des activités accueillies à proximité du portest essentielle. De plus, la notion de Pôle d’Intérêt Régional (PIR), à constituer dans chaquemicrorégion, établit les critères de taille critique minimale, d’activités prioritaires et d’exigencede qualité nécessaires à un rayonnement à l’échelle régionale, sinon internationale. D’autresprincipes caractérisent la métropole réunionnaise de demain : la réalisation de pôles urbainsmoteurs, à même d’intégrer une fonction de services qui s’avère majeure dans l’économieréunionnaise, l’intégration de l’espace touristique à l’échelle du territoire, le maintien d’uneéconomie et d’une surface agricoles « intégrées » au projet de développement. Répondre àces enjeux essentiels d’aménagement induit la mise en œuvre d’une capacité de gouvernanceà l’échelle du territoire de plus en plus organisée en mode projet.La Réunion doit tendre vers un « grand territoire » à l’échelle du monde. L’ensemble desdocuments stratégiques dessinent les contours d’une Réunion dépassant le simple cadreinsulaire, et « amplifiant son territoire ».Projeter La Réunion à l’échelle du monde est rendu nécessaire en raison de la diminutionprogressive des concours financiers publics impactant la dynamique économique auxéchéances 2013 – 2014 (réformes de la PAC et du régime actuel de l’octroi de mer, fin del’actuelle programmation des fonds structurels, …). Elle est également nécessaire au regardde l’évolution des rapports d’échanges entre La Réunion et les pays voisins. Sur ce point, lesaccords APE basés sur l’élimination asymétrique des barrières tarifaires entre La Réunion et lespays ACP, imposent la mise en œuvre d’une forte capacité de soutien aux possibilités d’échangesentre les entreprises réunionnaises et les unions économiques voisines (« joint venture »). Cetimpératif d’ouverture doit guider la construction de pôles d’excellence compétitifs et attractifsà l’échelle mondiale et dont la formation est un pilier fondamental.Réaliser cette ouverture implique également un approfondissement des possibilités offertespar nos acquis :• L’utilisation du cadre d’action multilatérale que constitue la COI en matière de politiqueénergétique, de sécurité alimentaire et de prévention des risques,• L’extension des relations économiques internationales à partir des ancrages individuelsqu’ont réussi les entités réunionnaises « tête de pont » dans l’environnement india-océanique,en Europe et en Amérique,• Le renforcement des liens économiques et culturels avec les pays d’origine de peuplementde La Réunion ainsi qu’avec une diaspora réunionnaise importante. 11
  • 12. ORIENTATIONS STRATEGIQUES CHAPITRE 2 2-1 - Etat des lieux A - Préambule Si les grandes priorités stratégiques de l’action publique sont posées dans la synthèse des stratégies macro-économiques, les « composantes globales » du système d’innovation ont été toutefois analysées en s’inspirant du guide méthodologique établi par l’Agence pour la Diffusion de l’Information Technologique (ADIT) pour l’établissement des Stratégies Régionales d’Innovation. Il convient de souligner la difficulté d’obtention des indicateurs chiffrés qui demeurent incomplets pour La Réunion et de préciser que le court délai de réalisation n’a pas permis d’apporter, à ce stade, des éléments qualitatifs ou quantitatifs complets abordant l’ensemble des champs couverts par la définition large de l’innovation retenue par le Comité Régional pour l’Innovation ; la mise en place d’indicateurs étant nécessaire. L’annexe 3 présente l’ensemble des éléments recueillis. Un changement de paradigme à opérer, un benchmark pertinent difficile La Réunion doit passer d’une logique de rattrapage à une logique de compétitivité. Sa multiple appartenance (France, Europe, océan Indien) rend difficile l’analyse partagée d’indicateurs globaux de région à région ou de région à pays, nous conduisant à inventer notre propre stratégie. Cependant, même si la comparaison, notamment d’indicateurs chiffrés, est difficilement exploitable, elle reste utile. C’est dans cet esprit d’ouverture qualitative que deux représentants de régions européennes ont été conviés à nos Premières Assises Régionales pour l’Innovation qui se sont tenues le 13 octobre 2009. Le Pays-basque espagnol et la région du Trentin en Italie ont été choisis pour leur politique engagée, leur structuration et leur forte progression en matière d’innovation. Les discussions et comparaisons ont notamment porté sur : • les « fondamentaux immatériels » que sont l’environnement juridique et fiscal ; les liens entre le niveau national et régional en matière de recherche et d’innovation ont été comparés; • les « fondamentaux physiques » tels que le niveau des infrastructures publiques et l’importance de l’appareil éducatif et de recherche ; les budgets alloués à la recherche et développement, • Les « fondamentaux microéconomiques et relationnels » avec notamment une comparaison des liens entre les laboratoires de recherche et les entreprises. Ainsi, l’ensemble du système d’innovation a été balayé et des liens avec ces régions seront conservés à titre de référence. Le système régional d’innovation1 en t n em m ron Environnement ond vi i En al Créativité Coo-pétition PIB par tête Structures Revenus Spécialisation Fina Productivité Diversification Culturel n cier Ressources Acteurs Humaines Interactions Ressources Qualifications Réseaux Financières Output Dynamique J ur Innovation Innovation l ca id is qu i F Connaissances e N at i o n a l Le système régional dinnovation Source : Rapport CAE 1 Source : rapport CAE T. Madiès et J-C Prager, cité12
  • 13. B - Le système d’innovation : les acteurs et leurs relationsLes éléments de diagnostic suivants émanent d’une part de l’analyse d’éléments provenantde divers documents existants (produits par les acteurs locaux) et d’autre part de la démarcheparticipative engagée depuis 2009 par le Comité Régional pour l’Innovation. La réalisationd’enquêtes spécifiques et les réflexions partagées ont permis d’étayer ces données, notammentvia les groupes de réflexions thématiques portant sur la formation, la percolation de l’innovationdans les TPE/PME ou encore sur l’aménagement, l’organisation et l’attractivité du territoireréunionnais (Cf. les détails de la méthodologie employée en annexe 1.2).Selon la méthode de l’ADIT, sont successivement analysés les « producteurs de connaissances »,la « demande de connaissances » et enfin les facilitateurs d’innovation (systèmes, réseaux oumoyens intermédiaires de « transfert et diffusion de connaissances »). Dans un environnementglobal sensibilisé à la culture de l’innovation, l’analyse de ces données confrontées aux enjeuxdu territoire et à nos valeurs fondamentales, nous permet de proposer aux institutions desorientations ciblées pour mener à bien la stratégie d’innovation (cf. chapitre 2-3 Huit orientationsstratégiques).Pour aller au delà de cette structuration, il s’agit bien, pour La Réunion, de renforcer lesliens entres acteurs, considérant chacun comme étant à la fois demandeur et producteurde connaissances et d’innovation et d’apprécier le territoire dans sa globalité à travers lesrésultats du système. Les facilitateurs d’innovation constituent notamment des facteurs clés defonctionnement du système d’innovation. Le cœur du système : acteurs et réseaux2 Institutions Gouvernance Programmes dactions Réseaux - Transfert de connaissances : Pôles de compétitivité, associations, SPL, clusters Infrastructures (CRT, CDT, ...), Incubateurs,... Entreprises Production Grandes entreprises de connaissances TPE/PME Enseignement supérieur Centres de recherche, autresB-1 - La « production de connaissances »En 2009, le nombre de personnes travaillant dans le domaine de la recherche-développement,soit comme chercheurs et enseignants-chercheurs, soit comme ingénieurs, techniciens ouadministratifs est estimé à 1400 ; ce qui représenterait proportionnellement à notre régionun effectif employé trois fois plus faible que dans la France entière2. La recherche-innovations’appuie essentiellement à La Réunion sur la recherche publique.Les « producteurs de connaissances » sont les suivants : l’université de La Réunion, le CentreInternational de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), l’Institut deRecherche pour le Développement (IRD), l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitationde la Mer (délégation réunionnaise de l’IFREMER), le Bureau de Recherches Géologiques etMinières (antenne de La Réunion du BRGM).D’autres organismes publics sont associés aux laboratoires de recherche de l’universitécomme : le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l’Institut Physique du Globede Paris (IPGP, représenté ici par l’Observatoire du Piton de la Fournaise), l’Institut National dela Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) et Météo France (une cellule de recherche surles cyclones qui comprend 13 personnes a été mise en place en 1998).On peut citer également le Centre de Recherche et de Veille sur les Maladies Emergentes del’océan Indien (CRVOI, GIS : Groupement d’Intérêt Scientifique).2 Source : DRRT 13
  • 14. Niveaux national et régional Si les lois nationales de décentralisation ont permis de transférer ou de partager de nouvelles compétences entre l’Etat et les collectivités locales, le système reste relativement centralisé. A été effectivement mise en exergue à travers les réflexions de la SRI, la rigidité du système de recherche français notamment en termes de gouvernance et d’évaluation. « Il n’existe pas de Comité de coordination des activités au niveau régional et on constate aujourd’hui une concertation insuffisante. Le Conseil régional a proposé de mettre en place un «Comité Consultatif Réunionnais de la Recherche et de l’Innovation» (CCRRI), regroupant l’ensemble des acteurs publics et privés de la recherche. Cette instance souple et ouverte aurait pour objectifs de favoriser la réflexion, les échanges, la mise en réseau, l’émergence de recherches pluridisciplinaires et une certaine coordination pour établir une vision cohérente et prospective du «système» réunionnais de R&DTI.». Extrait des POE 2007-2013. Même si la recherche fondamentale est primordiale et peut constituer à La Réunion le positionnement phare de notre stratégie, la recherche-développement (davantage applicative) peut être largement développée si : • l’environnement et les cadres réglementaires sont davantage incitatifs, • l’environnement favorable à l’innovation est préalablement préparé et organisé3. La coordination entres les structures de gouvernance est donc primordiale pour atteindre ces objectifs. Université, évolution et ambition L’université de La Réunion a connu un développement considérable depuis sa création en 1982 (année de la transformation du centre universitaire de La Réunion en université de plein droit). Les premières thèses, qui ont vu le jour en 1995/1996 avec 6 soutenances, passent très rapidement à 30 en 1998/1999. Grâce aux soutiens des collectivités, les projets de recherche et les laboratoires ont connu le même développement récent. Depuis, la formation doctorale s’est structurée et les grands organismes extérieurs établis dans l’île, ont participé avec l’université au développement de la recherche (création d’UMR, de plateaux techniques partagés, …). Avec un peu plus de 12 000 étudiants inscrits à la rentrée 2009 et 1080 personnels dont 430 personnels d’enseignements et de recherche titulaires et 326 personnels administratifs, l’université de La Réunion occupe une place dominante4 dans le dispositif de la recherche et de l’innovation à La Réunion. Avec un budget de 35,5 M€ en 2008, elle représente un potentiel stratégique pour la recherche, la formation et l’insertion professionnelle des jeunes réunionnais. En outre, l’université de La Réunion détient 7 brevets dont 3 en pleine propriété et 4 en co-propriété. 50 contrats par an sont en moyenne signés, principalement avec les autres organismes de recherche, pour atteindre 400 000 € de chiffre d’affaires annuel. L’université a franchi les étapes premières de son développement. Les orientations nationales sur le fonctionnement des universités nécessitent aujourd’hui un pilotage différent, encore plus ouvert au monde économique. En dépit de cette jeunesse, de cette taille et de son éloignement des universités françaises et européennes son ambition est grande, mais réaliste : être l’université française et européenne d’excellence de l’océan Indien. Centres de recherche • Le Cirad est implanté depuis 48 ans à La Réunion et représente le deuxième acteur principal du paysage de R&D. Il est l’organisme de recherche national qui dispose de l’implantation la plus importante avec près de 250 personnes et un budget annuel moyen d’environ 14 M€. En tant qu’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), il construit sa programmation en partenariat avec le tissu local et les problématiques des entreprises ou interprofessions. Il est, avec l’université de La Réunion, également détenteur de plusieurs brevets initiés par des équipes réunionnaises mais dont les dépôts sont pour la plupart réalisés en France hexagonale. D’autres acteurs de la recherche sont amenés à se rapprocher de l’université et du monde économique parmi lesquels : • l’IRD : l’effectif 2009 est de 38 personnes dont une vingtaine de permanents, le budget étant d’un peu plus de 1 M€, • l’IFREMER : délégation implantée à La Réunion depuis 1968, elle comprend 13 personnes dont 7 permanents pour un budget 2008 d’environ 700 000 €, • le BGRM : présent depuis les années 1950, il compte aujourd’hui 9 personnes pour un budget 2008 de près de 1,4 M€, 3 cf 2.3 les huit orientations stratégiques 4 L’université regroupe 4 unités de formation et recherche, 3 instituts, 1 école d’ingénieurs, 18 laboratoires de recherche reconnus par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dont 5 unités mixtes de recherche. Elle est désormais structurée en pôles d’excellence et propose 3 fédérations de recherche : biodiversité- santé, Observatoire des Milieux Naturels et du Changement Global ; Observatoire des sociétés de l’Océan Indien.14
  • 15. Dans le secteur de la santé, la montée en puissance récente de la recherche hospitalo-universitaire est à souligner : les structures suivantes sont concernées :• le Groupement d’Intérêt Public Cyclotron Réunion Océan Indien : il a été créé en 2004 puisinauguré fin 2007 - début 2008. Cette plateforme technologique qui a une capacité d’accueilde 120 chercheurs et de 4 start-up, a un budget de fonctionnement de 2,2 M€. Elle fédèrel’université de La Réunion et le Centre Hospitalier Régional de La Réunion,• le GIS CRVOI créé en 2007 et hébergé au CYROI, fédère huit agences et établissementspublics de recherche œuvrant dans les domaines des sciences de la vie et les partenairesinstitutionnels de l’île,• le Centre Hospitalier Régional de La Réunion. Notons qu’en collaboration avec l’universitéet grâce au soutien de l’ARS Réunion/Mayotte, il a créé en 2008 la Délégation à la RechercheClinique et à l’Innovation (DRCI).• l’Inserm : le Centre d’Investigation Clinique-Epidémiologie Clinique de La Réunion (CIC-EC) est une structure de recherche créée en 2004 en partenariat avec le CHR de La Réunion etl’Union Régionale des Médecins Libéraux de La Réunion (URMLR).Recherche privéeLa recherche privée organisée est rare du fait de la nature du tissu économique composé de TPE.L’actuel Groupement d’Intérêt Economique « eRcane » est la seule structure organisée.Son conseil d’administration est composé des deux sociétés sucrières réunionnaises et desreprésentants des planteurs. La station d’essai a vu le jour en 1929. Puis en 1973, elle a pris lenom de Centre d’Essai de Recherche et de Formation (CERF). Ce dernier a progressivementétendu ses compétences au domaine industriel. En 2009, soucieux de visibilité et reconnaissanceinternationale, il prend le nom d’eRcane et se positionne comme un centre de recherche tournévers l’avenir, en quête de productivité sucrière et de nouvelles valorisations de la canne à sucretant dans les utilisations alimentaires que non alimentaires (chimie verte).La recherche et développement dans le domaine culturel et artistique :L’École Supérieure des Beaux Arts de La Réunion (ESBAR)L’ESBAR s’est constituée progressivement entre 1987 (ouverture de la formation professionnelle)et 2003 : dernière année d’obtention de l’habilitation pour les enseignements menant auxdiplômes d’un cursus complet. L’école compte environ 150 étudiants répartis sur les 5 annéesde formation, et une équipe de quarante professeurs, chercheurs et techniciens encadrantl’enseignement et les travaux de création et de recherche. Le budget annuel s’établit autourde 2,5 millions d’euros.En sa qualité d’école de la pensée et de la création, elle est engagée dans la recherche bien qu’ausein des écoles d’art, cette activité demeure encore expérimentale sur le plan académique.Une plateforme destinée à la Recherche et Création permet l’accueil de jeunes artistes etscientifiques chercheurs en post-diplôme ou en formation doctorale voir post-doctorale. Plusqu’une base logistique technique et organisationnelle, elle se veut être un lieu de convergencede talents internationaux, un point de rencontre d’expertises multiples et variées afin des’affirmer comme un véritable espace d’incubation de projets artistiques et scientifiques nourrisd’interculturalité. Ce vaste chantier qui mobilise déjà universitaires, chercheurs, et artistescréateurs est réalisé en étroite collaboration avec des partenaires du monde économique,scientifique et institutionnel locaux, nationaux et internationaux.La plateforme de recherche aborde les thèmes suivants :• « Paysage, environnement, design et création plastique » : réussir le défi de la création et de l’innovation permanente en étant au fait des évolutions technologiques et de veiller à ce que les jeunes créateurs soient également des outils de création,• « Paysage culturel, économique et design », en partenariat : mise en place d’un atelier de recherche et de création en design et prototypage,• « Paysage de la création et de l’édition numérique », avec des partenariats locaux et extérieurs, c’est notamment dans ce cadre qu’a été développé, le plus grand Cyberdôme de Motion Capture / 3D temps réel français. Ce premier prototype de 15 mètres de diamètre est utilisé pour les travaux de recherche notamment autour de ce que pourraient être des productions audiovisuelles à fonctions collaboratrices.5 Pôles de recherche du Cirad : « qualité des productions agricoles et alimentaires tropicales », « risqueenvironnemental, agriculture et gestion intégrée des ressources », « protection des plantes ». 15
  • 16. Champs de recherche et lien avec les Domaines d’Activité Stratégique (DAS) Agro-nutrition en Observation Energie Ingénierie de la milieu tropical, des milieux et Environnement, formation, Pêche, valorisation - Tourisme durable, Service à la Santé Gestion intégrée (urbanisme, personne, de territoires à bâtiment) TIC fortes contraintes - Université - Université - Université - Université de La Structures de de La Réunion de La Réunion de La Réunion Réunion (UFR recherche (UFR sciences et (une fédération (UFR sciences sciences et Techniques, ESIROI- de recherche et Techniques, Techniques, IDAI, IUT), spécialisée) UFR Sciences de fédération de - CIRAD, - Observatoire des l’Homme et de recherche OSOI, - IRD, Sciences de l’Univers l’environnement, ESIROI-STIM) - Inserm CIC-EC, –Observatoire ESIROI- CODE, IUT, - autres organismes - CRVOI de physique de IAE) de recherche - Clinique Oméga l’Atmosphère de la (CIRAD, …). de l’Obésité, Réunion, - ESBAR - IFREMER, - CIRAD, - ARVAM, - IRD, - ARDA - Parc National, - eRcane - Conservatoire Botanique National des Mascareignes (CBNM), - ARVAM, - IPGP - Observatoire du Piton de la Fournaise, - Météo-France, … - Qualitropic, - Pôle régional mer, - Cluster Témergie - ARTIC Facilitateurs - CRITT, - SEASOI - GIP Gerri - IRTS - Technopole de la surveillance - Technopole de la - Organismes de Réunion, environnementale Réunion, formation (CCIR, - Incubateur, assistée par satellite Incubateur, CNAM…) - CYROI, dans l’océan - CRITT, - ILOI - ARDA, Indien (plateforme - ARER, - Cyberdôme - APLAMEDOM, technologique), - ADEME, - ... - ARMEFLHOR, - Conservatoire - Pôle Innovation de … Botanique National la CMA, (cirbat) des Mascareignes - IRT, (CBNM), ... - … B-2 - La « demande de connaissances » Les entreprises réunionnaises sont très dynamiques, mais forment un tissu économique fragile qui repose sur de petites, voire très petites entreprises (85 % des entreprises ont moins de 10 salariés, 66 % des entreprises sont des travailleurs indépendants sans salarié). Leur renouvellement est rapide (faible taux de survie) et l’ancienneté des entreprises est faible. Ces facteurs ne favorisent donc pas l’innovation en entreprise à La Réunion. Les principaux besoins des entreprises dans le domaine : commercial, marketing, technique, juridique, humain ou financier ont été recensés. Nous retiendrons les éléments suivants : • Les comportements des entreprises vis-à-vis d’un développement par l’innovation sont très hétérogènes. Ils sont liés à leur stade de développement : degré de structuration, de maturité (notamment sur leur marché) et d’ouverture. L’innovation au sens large est présente sous différentes formes mais sans être nommée comme telle. Aussi, la conscientisation à l’innovation est primordiale ainsi que la valorisation de cette démarche risquée. • Dans un système de recherche et d’innovation qui parait complexe et peu lisible en termes d’acteurs et d’outils, l’accompagnement et le suivi de la gestion du projet innovant, sont soulignés comme étant importants, car des conseils professionnels sont nécessaires. B-3 - Les intermédiaires facilitateurs d’innovation Le transfert et la diffusion de connaissances Les structures de production, de transfert et de diffusion de connaissances sont : • Le Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie (CRITT6 ) adossé à la Chambre de Commerce et d’Industrie, est à la fois producteur, transfert et diffuseur de connaissances via : son pôle agroalimentaire, sa halle de technologie et prototypage, son laboratoire d’étalonnage, ses informations dans le domaine de la qualité (normes) ou de la protection intellectuelle (label CRT7 ), 6 CRITT Réunion se compose d’un pôle agroalimentaire, d’un pôle Qualité Sécurité Environnement et Métrologie, d’une Agence Régionale d’Information Scientifique et Technique et d’un pôle Design Industriel et de prototypage rapide. 7 Les labels Centre de Ressource Technologique (CRT) et Cellule de Diffusion Technologique sont délivrés par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. La Réunion ne compte pas de Plates-formes Technologiques (PFT).16
  • 17. • l’Association Réunionnaise de Développement de l’Aquaculture (ARDA, également à l’origined’essaimage d’entreprises et détentrice du label CRT8),• l’Agence pour la Recherche et la Valorisation Marine (ARVAM : organisme privé associatif àl’origine d’essaimage d’entreprises),• Le Pôle d’Innovation pour l’Artisanat et les petites entreprises «Construction Durable en milieutropical » qui a été labellisé en juillet 20098 est un producteur de connaissances et égalementune structure de transfert et de diffusion. Ce Centre d’Innovation et de Recherche de BâtiTropical (CIRBAT), spécialisé dans l’adaptation aux contraintes tropicales des matériaux deconstruction et dans leur mise en œuvre ainsi que dans les normes intégrées de développementdurable est un centre de ressources matériel et humain (plateforme technique, formation, veille,documentation etc.),• L’eRcane,• le Centre Technique Interprofessionnel de la Canne et du Sucre (CTICS),• la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles(FDGDON).Les transferts de connaissances, facilitateurs d’innovation et organismes assurant une fonctionde conseil ou d’intermédiaire :• L’association Qualitropic pôle de compétitivité Agronutrition en milieu tropical9• L’association Technopole de La Réunion (site Nord et Sud)• L’Incubateur Régional de la Réunion, (label CDT)• le « cluster » Témergie,• le Pôle Innovation de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (cirbat).Enfin, les diffuseurs de connaissances sont les suivants :• L’association Sciences Réunion (Centre de la culture scientifique, technologique et industrielle),• L’Observatoire Réunionnais de l’Air (ORA),• « Kelonia » (centre à vocation régionale sur les tortues marines),• Le Conservatoire Botanique National de Mascarin (CNBM pour la sauvegarde des espèces végétales endémiques et indigènes des îles Mascareignes),• Le Muséum d’Histoire Naturelle (recherches sur la biodiversité de la faune à La Réunion)• La Maison du Volcan (vitrine scientifique sur la volcanologie).• L’Institut de L’image de l’Océan Indien (ILOI)Cinq constats ressortent de l’analyse du système de transfert et d’accompagnement :1. Un décalage existe entre les attentes des entreprises innovantes et les réponses du secteurpublic dans 4 items : les caractéristiques du langage (effort didactique et de lisibilité nécessaire),dans le temps (durée de l’accompagnement, continuité et cohérence du soutien), dans l’espace(difficultés d’accès à l’information, multiplicité des acteurs), et dans les moyens (exigencesadministratives en inadéquation avec le tissu des TPE/PME).2. L’organisation de l’accueil des porteurs de projets innovants n’est pas suffisammentstructurée et la réponse publique est encore floue pour l’extérieur (connaissance des structuresd’accompagnement entre elles à améliorer, évolution nécessaire des rôles, pas de suiviterritorial, formation des accompagnants à l’innovation à organiser…).3. Le nombre optimal de projets n’est pas encore atteint au regard des besoins et del’investissement minimum nécessaire pour y répondre. La masse critique des projets n’est pasencore atteinte au vu du potentiel d’évolution et d’innovation de certaines entreprises.4. La culture de l’innovation auprès des jeunes et auprès des salariés n’est pas encore ancréenotamment en vue d’entrepreneuriat.5. La culture de résultats au service de l’intérêt général et le travail en réseau ne sont pas suffi-samment développés au sein des structures de diffusion, de transfert et d’accompagnement.Le système d’accompagnement des porteurs de projets actuellement en place doit, si l’on veut accélérernotre compétitivité, se rendre d’une part lisible, visible, accessible. D’autre part, l’amélioration de sonefficience avec des moyens appropriés, axés sur le transfert et la valorisation notamment économique desprojets est également nécessaire.Il faut souligner la jeunesse de la constitution du système d’innovation à La Réunion et la dynamique récentedes acteurs et des outils. Par exemple, le pôle de compétitivité Qualitropic créé en 2005, a augmenté dedeux tiers le nombre de ses adhérents entre 2006 et 2008 et l’équipe est passée de 1 à 5 personnes en 4ans. De même, la programmation ou la réalisation de plate-formes techniques dédiées à la recherche sesont multipliées ces dernières années (Antenne SEAS OI, Observatoire du Maïdo, CYROI…) ; elles sonttoutes ouvertes sur l’extérieur.8 Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi9 Le pôle de compétitivité accompagne des projets dans le domaine des valorisations alimentaires et non alimentairesdes ressources agricoles et marines de l’océan Indien. 17
  • 18. Forces en présence en Recherche-Développement-Innovation10 • Structures de valorisation / transfert Pôle de compétitivité QUALITROPIC Cluster Témergie AD, SR21... CRITT Réunion ARDA (CRT) • Structures techniques Technopole de soutien labellisées incubateur (CDT) Université de La Réunion, CIRAD, IRD, IFREMER, BRGM OVPH - IPGP Météo France - OSU, INSERM - CYROI - CRVOI - MNHN Entreprises - Associations • Potentiel de R&D public et privé Les activités publiques et privées de conseils aux entreprises Le secteur privé (consultants) est peu présent sur l’accompagnement des entreprises à l’innovation en raison de l’insuffisance d’une masse critique de projets. Par ailleurs, la compétence ou spécialité « innovation » est peu présente dans le portefeuille des cabinets de consultants privés à La Réunion. En particulier, aucun n’est spécialisé en propriété intellectuelle ou en conseil juridique. Pour pallier ce manque, on peut noter que les structures d’accompagnement de développement et d’innovation ont su passer, ces dernières années des conventions avec des cabinets métropolitains d’expérience. Ces derniers, grâce à la mutualisation de clientèles et l’activation des réseaux locaux, viennent régulièrement sur l’île conseiller les porteurs de projets et les entreprises. Les organismes financiers On retrouve à La Réunion la plupart des dispositifs d’ingénierie financière dont les modalités de fonctionnement sont encore insuffisamment connues des accompagnateurs et innovateurs. Le panel est le suivant : • pour l’amorçage : prêt d’honneurs, Business Angels, FIP, crédits relais…, • pour la phase de développement : crédits relais, obligations convertibles en actions, capital risque (FCPR, FIP), banques commerciales …, • pour la phase de maturité : dispositifs fiscaux nationaux ou locaux, banques commerciales. Pour la plupart, ils ne disposent pas de « compartiment » spécifique dédié à l’innovation. Les constats et besoins recensés portent sur : • le financement de la culture de l’innovation, • l’accompagnement et la priorité de rendre plus lisible la chaîne du financement de l’innovation pour un porteur de projet. Les professionnels devant s’inscrire dans un pilotage en réseau, • le reporting, l’évaluation, l’homogénéisation des critères des dossiers d’évaluation et l’instauration d’une politique globale, • le financement des phases de démarrage/faisabilité et de la phase de pré-lancement commercial. Alors qu’en France métropolitaine et dans l’ensemble des régions, OSEO constitue l’agence principale d’accompagnement et de financement de l’innovation, il faut souligner que le retrait politique d’OSEO innovation en 2008 dans tout l’Outre-mer et le transfert d’une partie des compétences vers l’Agence Française de Développement, ne contribuent pas au principe de continuité territoriale et d’égalité de traitement. Cela constitue une incohérence dans la volonté de développement de nos territoires par l’atteinte de compétitivités. Enfin, il faut noter qu’à La Réunion les banques ne sont nullement des banques d’affaires. La prise de risque dans des projets innovants est rare. 10 source DRRT18
  • 19. La culture de l’innovation Les coopérations entre entreprises sont en progression dans les domaines d’activité stratégique structurés, toutefois on ne peut pas parler d’habitudes installées. L’essentiel du tissu économique étant des TPE, il convient d’approfondir les rapprochements tout en définissant les savoir-faire et les objectifs communs. L’innovation a toujours été présente à La Réunion. « La Réunion est une île, par définition un endroit cloisonné, petit, perdu au milieu de l’océan Indien, fracturé, fractionné. Une série de difficultés qui ont engendré de manière automatique des innovations réunionnaises qui ne datent pas d’hier. Il y avait de l’innovation avant qu’il n’y ait des hommes : innovation ethnologique, innovation des « frottements transversaux » (sans s’en apercevoir, La Réunion est en avance au niveau de son métissage, c’est un atout pour son futur) et enfin, innovation technique qui date des débuts de la colonisation. La Réunion s’adapte très rapidement aux mutations de la société. » Daniel Vaxelaire « Grand témoin réunionnais » Au-delà de la culture de l’innovation, une culture d’entrepreneuriat est également à développer auprès des jeunes et ce dès le plus jeune âge. L’enjeu serait de passer d’une logique de création d’entreprises individuelles à des entreprises plus structurées et dont le taux de survie serait meilleur qu’à l’heure actuelle. Pour conclure l’état des lieux sur l’environnement global de l’innovation à La Réunion, il faut prendre conscience non seulement du caractère récent de la genèse du système mais également du développement rapide de l’ensemble des acteurs et indicateurs11. Labellisation du pôle dinnovation pour lartisanat et Genèse des moyens et réflexions les petites entreprises (CIRBAT) pour l’émergence d’un système d’innovation Validation de la à La Réunion feuille de route stratégique de Qualitropic Lancement du GIP GERRI Réflexion prépara- toire à la SRI par la Installation du réunion des grands Cyberdôme projets réunionnais (motion capture) (PR2D, Réunion Ile Verte, SDADD…) en Label CRT au une synthèse des CRITT Réunion et stratégies macro- à l’ARDA économiques Création du Pôle de Création du Création de protection des cluster Temergie l’Association Réunion plantes (3P, CIRAD) (énergies Angels affiliée au renouvelables) réseau France Angels Création de Création du Pôle l’Incubateur de compétitivité Inauguration du CYROI Régional Réunion Qualitropic Création de la abrité par la (Agro-nutrition Développement du CIR, des Création de la Technopole Technopole en milieu tropical) bourses CIFRE, des post-doc…Création de société capital de La Réunionl’université de Création de Inauguration risque SCR Réunion (label CDT) Thèses et HDR soutenues à l’université en nombre toujours croissantLa Réunion PROTEL de la MRST développement agréé RETIS Structuration de la Recherche en pôles d’excellence1982 83 84 ... 1990 91 1992 ... 96 1997 1998 1999 2000 - 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 - 2009 « Le dispositif de R&DT de La Réunion s’est fortement développé sur la période 1993-2003 avec une accélération depuis 2000. (…) Nous constatons donc une évolution favorable des forces de recherche dans l’île avec un doublement du potentiel en 10 ans (…). Malgré ces évolutions positives, nombreux sont ceux qui considèrent que le dispositif existant reste sous-dimensionné. Il existe encore des besoins non satisfaits pour mieux exploiter les potentialités en matière de recherche qu’offre La Réunion en tant que telle mais également en tant que base pour la coopération scientifique dans la zone océan Indien » - Extrait des POE 2007-2013. 11 Si l’on en croit notamment les indicateurs suivants : nombre de crédit d’impôt recherche, nombre d’entreprises avec un statut de JEI, nombre de conventions Cifre… 19
  • 20. 2-2 - Fondamentaux La synthèse des stratégies macro-économiques s’appuie sur trois dimensions que sont l’Ouverture, l’Excellence et le Territoire. L’appartenance multiple et la solidarité en constituent les valeurs fondamentales. Ces dernières sont retranscrites dans les orientations phares et les fiches-actions de la SRI et à travers les notions de : Co-développement Le développement gagnant-gagnant est entendu à différents niveaux : • au niveau local, où le développement par l’innovation doit prendre en compte l’ensemble de la population et ses caractéristiques variées. Il s’agit de prendre en compte les différents niveaux d’accès à la technologie, l’innovation sociale et pas seulement technologique par exemple, • au niveau régional, pour davantage interagir avec notre environnement proche qu’est la zone océan Indien où les liens culturels et économiques sont existants mais insuffisants notamment sur le thème de l’innovation, • au niveau national et européen, pour davantage faire prendre conscience que La Réunion apporte une valeur ajoutée, particulièrement en matière de recherche-innovation. réseau Il s’agit dans cette notion d’inscrire dans la durabilité notre capacité à innover. Elle passe par la création, la consolidation ou la pénétration de réseaux et surtout par l’instauration et la généralisation d’un mode de travail en réseau sous un « mode-projet », ceci sur les différentes dimensions exprimées ci-dessus. Cette valeur est conditionnée à un mode de gouvernance allant dans ce sens. L’animation de réseaux doit permettre de créer de la valeur ajoutée dans un objectif déterminé et dans le respect de chacun (l’adhésion de l’ensemble des acteurs sur le savoir, pouvoir, vouloir et continuer à coopérer est essentielle). accessibilité, visibilité et lisibilité L’accessibilité pour tous et en toutes conditions (espace-temps), La visibilité pour l’attractivité interne et externe, La lisibilité pour une meilleure compréhension. Ces notions permettent d’interpeller les politiques publiques, les moyens et les outils du territoire. Le domaine de l’innovation se doit d’être exemplaire. Ces notions permettent d’accroître la compétence collective du territoire et visent à créer un environnement qui soutienne la réactivité, l’adaptabilité et l’opportunité des acteurs institutionnels et socio-économiques. Elles visent à inscrire La Réunion dans une démarche de compétitivité. Dans la mise en œuvre des orientations phares et des fiches-actions de la SRI, et plus généralement dans le pilotage d’un projet innovant (produit, procédé, service, méthode, organisation), ces notions doivent transparaître depuis la phase de « conception » jusqu’à la phase de « développement » du projet. Il est en effet considéré que la phase « commercialisation/ gestion » est par essence de nature à fonctionner de manière autonome. En vue d’une application réussie, doivent systématiquement être abordées ou vérifiées les étapes suivantes : • L’obligation ou l’envie de faire, • La motivation à faire, • Le savoir faire, • Le pouvoir faire (y inclus l’organisation, le financement), • La valorisation (l’évaluation). Cette approche créative doit être complétée par une approche inhérente à l’ouverture de La Réunion sur le monde par une transposition et un lien avec l’extérieur, ce qui permet de renforcer la SRI par un cercle vertueux : Obligation ou Savoir-faire envie de faire externe inexistant Le constat d’un savoir-faire à l’extérieur de La Réunion Motivation doit permettre d’identifier à faire comment est né ce savoir-faire depuis l’envie ou l’obligation Savoir-faire externe identifié de faire, afin de le transposer ou de l’adapter à La Réunion. Savoir-faire local valorisé Le constat d’un savoir-faire inexistant à l’extérieur de La Réunion laisse le champ libre à la création d’un savoir-faire propre à l’île. Pouvoir faire20
  • 21. 2-3 – Huit orientations stratégiquesLa Stratégie Régionale d’Innovation doit structurer le territoire pour atteindre un nouvel actede développement, et créer l’environnement qui dynamise le processus d’innovation à LaRéunion. Elle accompagne la mise en œuvre de notre projet de territoire et les objectifs qu’il sefixe, dans notre modèle réunionnais de compétitivité.Le travail mené de 2009 à 2010 (établissement de la synthèse des stratégies macro-économiquestenant compte du diagnostic territorial, état des lieux de l’innovation et analyse des réflexionset propositions issues de la démarche participative) a été analysé en tenant compte de nosvaleurs fondamentales et des orientations des programmes opérationnels européens pour lapériode 2007-2013.Huit orientations stratégiques phares se sont dégagées de cette analyse pour répondre auxtrois grands objectifs d’amélioration de la compétitivité réunionnaise que sont la compétitivitéhumaine, la compétitivité économique et la compétitivité territoriale. La recherche de l’atteintede ces trois objectifs et des orientations stratégiques associées doit être engagée en parallèle.La « percolation » est bien l’un des buts recherchés de notre Stratégie Régionale d’Innovationcomme l’a révélé l’état des lieux de l’innovation et selon notre volonté de développement :« Le modèle réunionnais de compétitivité alliera la stimulation concurrentielle des acteurséconomiques et la performance sociale et territoriale fondée notamment sur la poursuite d’unepolitique de rattrapage volontariste. De ce fait, il s’inscrit dans une double logique d’efficacitépublique et de performance globale dans un contexte très différent de celui des régionscontinentales européennes. Il s’agit bien de construire un modèle original qui se fonde sur lesocle de normes sociales, économiques et environnementales existantes en France, qui refusetoute approche dogmatique, qui privilégie une approche offensive, respectueuse de l’égalitédes chances et qui vise un positionnement de plateforme de l’Europe dans l’océan Indien.La compétitivité humaine se traduit tout d’abord par la recherche d’une élévation constantedes niveaux de qualification. Elle vise également une plus grande efficacité des politiquespubliques liées aux conditions de vie des habitants (éducation, insertion, logement, cadrede vie,…) afin de réduire les inégalités sociales et de renforcer la cohésion sociale, atout duterritoire à valoriser.La compétitivité économique vise à inscrire, dans une stratégie de préparation, des entreprisesà une plus forte ouverture internationale non seulement pour qu’elles puissent se redéployervers de nouveaux horizons, mais aussi pour qu’elles consolident leurs assises dans l’économielocale.La compétitivité territoriale consiste à rechercher les fonctionnalités optimales de l’espace :transports internationaux des personnes et des biens, déplacements sur le territoire ; gestion desdéchets ; approvisionnement en énergie, en eau ; accès aux TIC, protection de la biodiversité ;prévention des risques » Extrait des POE 2007-2013.Le tableau ci-après met en correspondance ces orientations stratégiques phares ainsi que les17 fiches-actions préconnisées et présentées au chapitre suivant.Les huit orientations stratégiquesA - Elever le niveau de qualification en correspondance avec les réalités et potentialités économiques particulièrement celles des Domaines d’Activité StratégiqueB - Construire des outils innovants pour lutter contre l’illettrismeC - Optimiser la ressource locale par la mise en réseau des structures et des outilsD - Mettre les entreprises en situation d’innoverE - Créer les conditions de réalisation des projets (d’amont en aval)F - Concrétiser l’approche intégrée de l’aménagement du territoireG - Doter La Réunion d’une plus grande visibilité en matière d’innovationH - Inscrire l’innovation dans la cohérence et la durabilité 21
  • 22. Orientations stratégiques COMPETITIVITE COMPETITIVITE COMPETITIVITE HUMAINE ECONOMIQUE TERRITORIALE A B C D E F G H Elever le Construire Optimiser la Mettre les Créer les Concrétiser Doter la Inscrire niveau de des outils ressource entreprises en conditions de lapproche Réunion lInnovation qualification innovants locale par la situation réalisation intégrée de dune plus dans la en correspon- pour lutter mise en dInnover des projets laménage- grande cohérence et dance avec contre réseau des (damont en ment du visibilité en la durabilité les réalités et lillettrisme structures et aval) territoire matière potentialités des outils dinnovation économiques, particulière- ment celles des DAS Fiches-actions concernées Fiche-action n°1 : Faire connaître et renforcer les capacités de recherche publique réunionnaise Fiche-action n°2 : Créer une structure de la recherche : cellule technique de réponse aux appels à projets Fiche-action n°3 : Etablir le concept de "docteur conseil" Fiche-action n°4 : Lancer des concours de créativité pour susciter l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriat Fiche-action n°5 : Amener la culture de l’innovation sur les lieux de production Fiche-action n°6 : Organiser et exporter la filière "ingénierie de formation" Fiche-action n°7 : Renforcer l’émergence et la mise en œuvre d’innovations notamment dans les entreprises Fiche-action n°8 : Prospecter activement toutes les entreprises Fiche-action n°9 : Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprises à l’innovation Fiche-action n°10 : Créer une aide financière d’amorçage et animer le réseau (RDT) Fiche-action n°11 : Mener une politique de communication spécifique sur l’innovation Fiche-action n°12 : Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiques Fiche-action n°13 : Développer et concrétiser une culture de projet en matière daménagement, fédérant lensemble des acteurs de la sphère publique et de la sphère privée Fiche-action n°14 : Structurer les aménagements pour favoriser les domaines d’activité stratégi- que Fiche-action n°15 : Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagement Fiche-action n°16 : Structurer une filière "équipement et matériaux urbains" Fiche-action n°17 : Développer et animer les réseaux de tous types22
  • 23. Il a été choisi, en clé de lecture de ce tableau, de le commenter à travers les trois objectifspoursuivis relatifs à la recherche de compétitivité. Compétitivité humaineL’amélioration de la compétitivité humaine passe par le développement des savoir-fairede notre population. Les orientations phares sont les suivantes :A - Elever le niveau de qualification en correspondance avec les réalités et lespotentialités économiques particulièrement celles des domaines d’activité stratégiqueL’innovation est active dans un ensemble comprenant des hommes formés et fortementqualifiés et des professionnels compétents (pour savoir innover) confrontés à la compétition(pour devoir et vouloir innover) et soutenus par un territoire (pour pouvoir innover).En lien avec les réalités économiques et l’état des lieux, les publics concernés par cetteorientation sont :• Les salariés ou les dirigeants des entreprises pour les sensibiliser et les accompagner à l’innovation par des modules de formation et à travers la prescription pertinente de formation en général,• Les accompagnateurs d’entreprises en vue d’améliorer leur professionalisation,• L’ensemble de la population via le lancement de concours de créativité et la mise en place d’une communication adéquate pour le territoire et via le développement de réseaux.Dans leur mise en œuvre, ces actions pourront être particulièrement ciblées ou phasées selonles domaines d’activité stratégique définis pour le territoire.Fiches-actions concernées par l’orientation A12N° 7 - Renforcer l’émergence et la mise en œuvre d’innovations notamment dans les entreprisesN° 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de productionN° 9 - Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprises à l’innovationN° 4 - Lancer des concours de créativité pour susciter l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriatN° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovationN° 17 - Développer et animer les réseaux de tous typesN° 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagementB - Construire des outils innovants pour lutter contre l’illettrismeAvec pour objectif d’élever le niveau de qualification, donc l’employabilité de la population,notre stratégie d’innovation se doit de prendre en compte les 100 000 illettrés existants à LaRéunion. Elle propose donc de mettre à la disposition des acteurs de La Réunion des méthodeset des outils innovants en vue d’une réduction des inégalités et d’aider à la réinsertion.L’ambition étant de rebâtir le rêve pour ceux qui sont sortis du système et ce, par l’innovation,tout en restant cohérent avec les initiatives portées par les autres acteurs de ce domaine. Deplus, cette démarche pourrait se révéler bien utile dans le cadre d’un co-développement dansla zone océan Indien.Cela implique donc l’utilisation ou la généralisation de méthodes de formation exemplaireset modernes, se basant sur la professionnalisation mais également sur l’envie d’apprendre (etnon pas seulement sur l’obligation) par des moyens ludoéducatifs notamment. Une orientation« lutte contre l’illettrisme » pourrait d’ailleurs être donnée à certains concours de créativité, afinque les jeunes publics formulent eux-mêmes des propositions innovantes en la matière.Plusieurs actions sont proposées, notamment une labellisation des structures de formation, etla création de modules de vulgarisation et de sensibilisation (communication adaptée) pourfavoriser les retours d’expériences positifs et valoriser les savoir-faire des salariés via un accèsfacile et pratique (médias).L’action de communication sur l’innovation vise tous les publics. Un programme d’actionspécifique peut également être encouragé pour se former via des techniques de simulations(connaissances présentes sur l’île) dont une utilisation particulière avec les médias permettraitd’insérer par l’action.Le développement de réseaux de tous types peut également être encouragé en vue d’uneinsertion sociale en favorisant par exemple la mobilité (réinsérer par l’action : participation à unprojet à vocation humanitaire dans un pays en voie de développement, … ).Enfin, la mise en place d’une démarche innovante de lutte contre l’illettrisme ne peut êtreenvisagée sans un engagement politique fort et volontariste, qui devrait donc se traduire dansles différentes politiques publiques menées sur le territoire.Fiches-actions concernées par l’orientation BN° 4 - Lancer des concours de créativité pour susciter l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriatN° 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de productionN° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovationN° 17 - Développer et animer les réseaux de tous types12 Par ordre d’introduction dans le texte 23
  • 24. Compétitivité économique L’amélioration de la compétitivité économique réunionnaise à travers la recherche-innovation, passe par l’établissement d’une « percolation » effective de l’innovation entre le monde de la recherche-formation et celui de l’entreprise. Elle doit se faire entre : 1. La recherche et l’innovation, c’est à dire entre les laboratoires et les entreprises dans une dynamique applicative, 2. L’entreprise et l’innovation, c’est-à-dire entre les entreprises et la volonté d’innover et de rentrer dans le cercle vertueux de l’innovation (obligation ou envie de faire, motivation à faire, savoir-faire, pouvoir faire et valorisation ; (cf. 2-2 fondamentaux). 3. Entre l’idée et sa transformation et concrétisation en projet économiquement viable et potentiellement rentable. 4. L’innovation et le territoire, en ayant une approche innovante de l’aménagement du territoire et en valorisant l’innovation comme facteur d’attractivité interne et externe de ce territoire. La percolation de l’innovation dans le tissu socio-économique peut procéder de différentes approches via : • Les structures d’accompagnement de développement de l’innovation et leur mise en réseau, • L’entreprise considérée en tant que cible de la politique de l’innovation, • Les projets considérés depuis leur conception jusqu’à leur développement. C - Optimiser la ressource locale par la mise en réseau des structures et des outils Cette orientation s’incrit dans la consolidation des structures d’accompagnement et des acteurs de la recherche, afin de conforter la visibilité, la lisibilité et l’accessibilité des dispositifs de soutien à l’innovation. Elle procède d’abord d’une plus grande ouverture et communication des outils de l’innovation, organisée de manière active vers les entreprises. Elle passe ensuite par le renforcement des capacités des structures, suivant un mode d’organisation transversal (réseau), et le développement de ressources humaines, techniques, financières ou réglementaires à destination des entreprises : création d’une structure d’accueil des chercheurs ou experts internationnaux, création d’une cellule technique ad hoc commune à l’ensemble des organismes de recherche et consacrée au montage de projets de recherche pour mobiliser des financements nationaux et/ ou internationaux, mise en place d’un réseau de prescripteurs associés ou encore de formation à l’innovation. Enfin, cette orientation procède de la capacité du tissu socio-économique à s’organiser pour être mieux à même de participer au développement du territoire et de valoriser son savoir- faire, y compris à l’export. Fiches-actions concernées par l’orientation C N° 1 - Faire connaître et renforcer les capacités de recherche publique réunionnaise N° 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de production N° 8 - Prospecter activement toutes les entreprises N° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovation N° 17 - Développer et animer les réseaux de tous types N° 2 - Créer une structure de la recherche : cellule technique de réponse aux appels à projets N° 9 - Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprises à l’innovation N°10 - Créer une aide financière d’amorçage et animer le réseau (RDT) N° 6 - Organiser et exporter la filière «ingénierie de formation» N° 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagement N°16 - Structurer une filière «équipement et matériaux urbains» D - Mettre les entreprises en situation d’innover L’organisation et la performance des structures et des outils d’accompagnement et de développement de l’innovation ne peut se passer d’une intervention ciblant plus spécifiquement l’entreprise. La mise en situation d’innovation suppose de doter l’entreprise des moyens humains et matériels lui permettant de concevoir et de réaliser un projet innovant. Cette orientation passe par un soutien à l’entrée dans le cercle vertueux de l’innovation, en développant « l‘envie de faire », mais également par une incitation plus forte à innover, voire contraignante, traduite dans les politiques publiques. La capacité de l’entreprise à innover doit ensuite être non seulement motivée et soutenue, mais surtout dotée des moyens humains et financiers requis. De même, le territoire doit être en mesure d’intéresser les entreprises à innover, en leur permettant de réaliser leur projet au niveau de son organisation et de ses capacités d’accueil. La dynamique n’est cependant pas seulement individuelle, elle est également collective  : la structuration des filières dans certaines thématiques est une démarche innovante de renforcement de la compétitivité des entreprises, tant sur le marché local que sur le marché export.24
  • 25. Fiches-actions concernées par l’orientation DN° 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de productionN° 7 - Renforcer l’émergence et la mise en œuvre d’innovations notamment dans les entreprisesN° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovationN° 12 - Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiquesN° 8 - Prospecter activement toutes les entreprisesN° 3 - Etablir le concept de «docteur conseil»N° 14 - Structurer les aménagements pour favoriser les domaines d’activité stratégiqueN° 6 - Organiser et exporter la filière «ingénierie de formation»N° 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagementN° 16 - Structurer une filière «équipement et matériaux urbains»N° 17 - Développer et animer les réseaux de tous typesE- Créer les conditions de réalisation des projets (d’amont en aval)Avoir une approche de l’innovation plus concentrée sur le « projet » suppose d’abordercelui-ci depuis l’amont (la conception) jusqu’à l’aval (la réalisation, le développement, lacommercialisation).Dans ce contexte, les actions préconisées visent d’abord à favoriser l’émergence de projets deforte valeur ajoutée (technologiques ou non). La valorisation de l’excellence de la recherchelocale, notamment universitaire, l’immersion d’acteurs de la recherche en entreprise,spécialement au travers des « docteurs-conseils », et la capacité de sécuriser les retombéesdes projets (via un soutien amont et aval en matière de propriété intellectuelle) concourentà cet objectif.En phase de réalisation, puis de développement, l’accompagnement financier des projets doitnaturellement être renforcé. De même, en écho avec l’orientation précédente (D), l’organisationdu territoire doit être conçue de telle manière qu’elle permette l’éclosion et le développementde projets innovants, notamment par la mise à disposition d’espaces sécurisés, aménagés etéquipés.Fiches-actions concernées par l’orientation EN° 1 - Faire connaître et renforcer les capacités de recherche publique réunionnaiseN° 2 - Créer une structure de la recherche : cellule technique de réponse aux appels à projetsN° 3 - Etablir le concept de «docteur conseil»N° 4 - Lancer des concours de créativité pour susciter l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriatN° 7 - Renforcer l’émergence et la mise en œuvre d’innovations notamment dans les entreprisesN° 9 - Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprises à l’innovationN° 10 - Créer une aide financière d’amorçage et animer le réseau (RDT)N° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovationN° 13 - Développer et concrétiser une culture de projet en matière d’aménagement, fédérant l’ensemble des acteurs de la sphère publique et de la sphère privéeN° 14 - Structurer les aménagements pour favoriser les domaines d’activité stratégique Compétitivité territorialeL’amélioration de la compétitivité territoriale, passe par une meilleure organisation duterritoire, qui le rende attractif aussi bien pour les opérateurs locaux que pour des acteursexternes. D’une manière plus générale, la réussite de la Stratégie Régionale d’Innovationprocède de son intégration cohérente dans des politiques publiques conçues pour ledéveloppement durable de l’ensemble du territoire.F - Concrétiser l’approche intégrée de l’aménagement du territoireL’aménagement du territoire est une composante essentielle du développement local et ne serésume pas à sa seule dimension équipementière.Une approche innovante de l’organisation du territoire et de son aménagement doit permettre,par exemple, de favoriser des conceptions novatrices en matière d’urbanisme et de gestiondes déplacements, l’implantation de bâtiments HPE/HQE, la création de pôles d’intérêtéconomique régionaux intégrés, connectés aux réseaux de communication et permettant lacroissance d’activités en lien avec les stratégies de développement des différents DAS, etc.Cette approche passe en premier lieu par une nouvelle méthode de travail collaboratif,impliquant l’ensemble des parties prenantes (institutionnelles, administratives et privées), pourla conception de l’aménagement territorial, non seulement au niveau régional mais égalementau niveau des micro-régions.Elle doit être concrétisée par la réunion des savoir-faire en matière d’équipements, afind’optimiser les ressources et de tendre vers une approche durable de l’aménagement duterritoire. Cette structuration d’une « filière aménagement » est aussi susceptible d’êtrevalorisée à l’export, vers des territoires dont les caractéristiques géographiques sont similairesà celles de La Réunion et vers lesquels un benchmarking est envisageable.Fiches-actions concernées par l’orientation FN° 12 - Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiquesN° 14 - Structurer les aménagements pour favoriser les domaines d’activité stratégiqueN° 13 - Développer et concrétiser une culture de projet en matière d’aménagement, fédérant l’ensemble des acteurs de la sphère publique et de la sphère privéeN° 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagementN° 16 - Structurer une filière «équipement et matériaux urbains» 25
  • 26. G - Doter La Réunion d’une plus grande visibilité en matière d’innovation La Réunion se doit de poursuivre son développement dans une perspective durable, tout en recherchant une plus grande visibilité internationale. Son positionnement sur la scène mondiale doit d’une part lui permettre de valoriser et d’exporter son savoir-faire en matière de biens et de services et d’autre part, d’attirer de nouveaux savoir-faire (personnes qualifiées, entreprises, laboratoires, etc.) ayant identifié un intérêt à venir s’établir et à rester sur le territoire réunionnais. Une stratégie de marketing territorial est d’ores-et-déjà lancée, permettant d’identifier et de caractériser La Réunion avec la marque « we’reunion13 ». Elle devra être confortée en s’appuyant sur des démarches concertées de l’ensemble des parties prenantes de la SRI. Il s’agit d’abord de rendre lisible les politiques publiques en matière d’innovation et d’identifier et valoriser les structures de recherche et l’expertise locale dans des domaines ciblés. Les orientations C et D ont pu mettre en exergue le potentiel export que revêt une structuration des différentes filières, particulièrement dans les DAS, l’aménagement du territoire et la formation professionnelle. Cette structuration doit donc être appréhendée, non seulement au regard de son utilité en vue d’optimiser les ressources locales, mais également comme un outil de conquête de parts de marché à l’export, valorisant le savoir-faire réunionnais dans la zone océan Indien et au-delà. En second lieu, il s’agit de rendre attractif le territoire réunionnais pour des opérateurs externes, en valorisant ses capacités d’accueil et en rendant lisible les instruments d’encadrement et de soutien de l’innovation à La Réunion.Elle doit ainsi être en mesure de valoriser ses caractéristiques géographiques, son environnement institutionnel et socio-économique, afin de se positionner de manière incontournable pour la réalisation des stratégies d’acteurs extérieurs (investisseurs privés, institutionnels, laboratoires de dimension européenne, etc.). Fiches-actions concernées par l’orientation G N° 12 - Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiques N° 6 - Organiser et exporter la filière «ingénierie de formation» N° 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagement N° 16 - Structurer une filière «équipement et matériaux urbains» N° 1 - Faire connaître et renforcer les capacités de recherche publique réunionnaise N° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovation N° 17 - Développer et animer les réseaux de tous types H - Inscrire l’innovation dans la cohérence et la durabilité La SRI ne saurait à elle seule permettre d’atteindre l’ensemble des défis et des objectifs de développement socio-économique de La Réunion. Elle peut constituer l’un des principaux leviers de la réussite du projet de territoire, à condition qu’elle s’intègre de manière cohérente dans un ensemble plus large, constitué des politiques publiques et des initiatives privées qui fondent le projet de développement de La Réunion. Dès lors, en tant qu’élément fondamental des politiques publiques, l’innovation n’a pas vocation à constituer une politique en propre mais à irriguer de manière cohérente l’ensemble des politiques de développement. Cette cohérence doit également être garante de durabilité : le soutien à l’innovation ne doit pas être envisagé à court terme, mais bien dans une logique de long terme au service du territoire, donc dans une logique de développement durable. Les outils d’assistance technique, les démarches qualité de labellisation ou la création d’outils d’évaluation des projets, procèdent également de cette préoccupation. La communication qui pourra être faite autour de la SRI devra naturellement refléter ces principes de cohérence et de durabilité dans lesquels doit s’inscrire l’innovation. Fiches-actions concernées par l’orientation H N° 12 - Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiques N° 2 - Créer une structure de la recherche : cellule technique de réponse aux appels à projets N° 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de production N° 9 - Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprises à l’innovation N° 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovation 13 Créée en septembre 2009, la plateforme de communication territoriale WE’REUNION fédère les principaux acteurs de l’économie réunionnaise et plus de 300 ambassadeurs ; elle permet une visibilité renforcée du produit économique « Réunion » sur la scène internationale en proposant une stratégie, des outils et des projets commun. www.wereunion.re26
  • 27. FICHES ACTIONSCHAPITRE 3 Les 17 fiches-actions sont exposées ci-après. Dans une approche complémentaire plus pragmatique, les huit orientations renvoient à 17  fiches-actions exposées ci-après. Ces dernières décrivent des actions-clés préconisées par le Comité Régional pour l’Innovation, et notamment, elles indiquent : les éléments de contexte, la description de l’action, ses conditions de réalisation, les structures concernées par sa mise en œuvre, les premiers critères d’évaluation envisagés, les moyens nécessaires ou encore le financement envisagé. Il appartiendra à la nouvelle gouvernance de mettre en œuvre la Stratégie Régionale d’Innovation de La Réunion à travers la définition d’un programme d’actions et de contrats d’objectifs, s’appuyant notamment sur ces fiches-actions et orientations. Chaque fiche-action est décrite et fait référence aux orientations phares. Légende La couleur des fiches est liée à leur origine. Elle correspond aux groupes thématiques engagés dans la démarche participative ( cf. annexe 1.3) : fiche liée au groupe thématique sur l’attractivité et la performance du système de formation, fiche liée au groupe thématique sur la percolation de l’innovation dans les TPE/PME, fiche est liée au groupe thématique sur l’attractivité, l’organisation et l’aménagement du territoire, la dernière fiche jaune est transversale aux groupes thématiques. Les dix sept fiches-actions 1 - Faire connaître et renforcer les capacités de recherche publique réunionnaise 2 - Créer une structure de la recherche : cellule technique de réponse aux appels à projets 3 - établir le concept de « docteur conseil » 4 - Lancer des concours de créativité pour susciter l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriat 5 - Amener la culture de l’innovation sur les lieux de production 6 - Organiser et exporter la filière « ingénierie de formation » 7 - Renforcer l’émergence et la mise en œuvre d’innovations notamment dans les entreprises 8 - Prospecter activement toutes les entreprises 9 - Professionnaliser les accompagnateurs d’entreprise à l’innovation 10 - Créer une aide financière d’amorçage et animer le réseau (RDT) 11 - Mener une politique de communication spécifique sur l’innovation 12 - Introduire l’innovation comme objectif des politiques publiques 13 - Développer et concrétiser une culture de projet en matière d’aménagement, fédérant ... l’ensemble des acteurs de la sphère publique et de la sphère privée 14 - Structurer les aménagements pour favoriser les domaines d’activité stratégique 15 - Paramétrer et exporter le savoir-faire aménagement 16 - Structurer une filière « équipement et matériaux urbains » 17 - Développer et animer les réseaux de tous types 27
  • 28. 28
  • 29. THèME CONCERNé ATTRACTIVITé ET PERFORMANCE DU SYSTèME DE FORMATION RéUNIONNAIS OBJECTIFS Créer un environnement de recherche de qualité FICHE ACTION NO 1 POURSUIVIS Améliorer l’attractivité régionale, nationale et internationale de la recherche publique réunionnaise FAIRE CONNAÎTRE ET RENFORCER LES CAPACITéS DE RECHERCHE PUBLIQUE Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION RéUNIONNAISE eléments La spécificité réunionnaise a pour points forts sa jeune population issue des sociétés indo-océaniques, structures Organismes de recherche de contexte son environnement : volcan et biodiversité ; son expertise du domaine de la santé et recherche sur les concernées maladies émergentes ; sa situation géographique au carrefour d’échanges de la zone océan Indien. par la mise Cependant, la recherche réunionnaise manque de visibilité au niveau régional (sur notre territoire + en œuvre zone OI), national (éloignement et isolement) et international (situation particulière d’un pays Nord dans une zone Sud). Une première étape est d’ores et déjà engagée à travers la création de trois structures fédératives de recherche au sein de l’université et avec la publication récente de l’évaluation des unités de recherche par l’AERES. Il faut davantage s’appuyer sur nos atouts pour renforcer notre attractivité et Chef de file 1. Université de La Réunion favoriser de nouveaux partenariats. potentiel 2. DRRT Description L’étape suivante proposée serait de : 1. Créer une structure visant à : •assurer l’accueil logistique et administratif des chercheurs ou experts internationaux (inspiration du Financement envisagé : dispositif STUDIUM en région Centre), Etat, PCRDT, POE (Feder) •favoriser la venue de doctorants et post-doctorants étrangers au sein des laboratoires universitaires (prospection). 2. Soutenir l’implantation de nouvelles structures de recherche à La Réunion, y compris dans des elément de calendrier : domaines exogènes pour compléter les acquis des structures existantes. Court terme Conditions Implication des organismes de recherche, de réalisation L’appui de l’université sur ses trois structures fédératives constituées : Observatoire des Sociétés de l’océan Indien ; Observatoire des Milieux Naturels et des Changements Globaux ; Biodiversité et Santé. ressources Ingénieurs de recherche nécessaires pour la Personnels administratifs mise en œuvre Critères Nombre de chercheurs accueillis de la zone OI, l’Europe, du reste du monde (seniors, post-doctorants, d’évaluation envisagés doctorants) Nombre et qualité des conférences internationales organisées, Nombre et qualité des publications (notamment collaboratives), ...29
  • 30. 30
  • 31. THèME CONCERNé ATTRACTIVITé ET PERFORMANCE DU SYSTèME DE FORMATION RéUNIONNAIS À L’INNOVATION FICHE ACTION NO 2 OBJECTIFS Créer un environnement de recherche de qualité POURSUIVIS CRéER UNE STRUCTURE DE LA RECHERCHE : CELLULE TECHNIQUE DE RéPONSE AUX Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION APPELS À PROJETS eléments Les financements nationaux et européens ne sont pas suffisamment mobilisés. Or, ils participent à structures Organismes de recherche de contexte l’attractivité et à la reconnaissance du territoire comme terre de recherche et d’innovation. concernées Réseau Enterprise Network Les organismes de recherche ont du mal à mobiliser du temps humain et le montage de projets de par la mise Autres structures recherche (notamment collaboratifs) nécessite une technicité propre. en œuvre Monde économique Description Créer une structure ad hoc commune à l’ensemble des organismes de recherche et l’université. éventuellement Cette cellule technique serait dotée d’une feuille de route précise. Elle serait consacrée à mobiliser davantage les financements nationaux, européens et mondiaux (ANR par exemple…) via le montage administratif des dossiers de candidature (sorte de « back-office ») pour les chercheurs. Elle n’aurait Chef de file CRI pas vocation à communiquer sur les projets. potentiel Cette structure pourrait étendre ses compétences et proposer ses prestations à la demande des entreprises. Financement envisagé : POE, organismes de recherche, Etat, Région Conditions implication des organismes de recherche dans la mutualisation des équipes physiques (avec de réalisation l’accord des centres décisionnaires métropolitains pour certains centres de recherche). elément de calendrier : Cette fédération locale et la réponse aux appels à projets sont des éléments qui doivent Court terme apparaitre dans les feuilles de route des structures concernées. ressources Mise à disposition de personnels nécessaires pour la mise en œuvre Critères Nombre de candidatures aux appels à projets identifiés, d’évaluation envisagés Nombre de projets sélectionnés, Montant des financements obtenus et mobilisés, …31
  • 32. 32
  • 33. THèME CONCERNé ATTRACTIVITé ET PERFORMANCE DU SYSTèME DE FORMATION RéUNIONNAIS OBJECTIFS Se donner des moyens pour réussir la percolation : FICHE ACTION NO 3 POURSUIVIS favoriser les liens entre les étudiants et le monde économique Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION ETABLIR LE CONCEPT DE « DOCTEUR CONSEIL » eléments Les étudiants, notamment les doctorants, sont insuffisamment sensibilisés dans leur parcours au structures Université de La Réunion de contexte monde de l’entreprise. Le secteur public ne pouvant absorber dans l’avenir la totalité des docteurs, il concernées Monde économique et de l’emploi est essentiel de préparer leur entrée dans le secteur privé. A ce jour, il est estimé à 20 le nombre de par la mise Organismes de recherche docteurs en recherche d’emploi (chiffre AERES). en œuvre Description Est proposé pour professionnaliser les doctorants et docteurs, de : • conforter la mise en place et promouvoir le contrat doctoral à La Réunion qui renforce l’attractivité Chef de file Université de La Réunion du doctorat (1/6 de l’activité du doctorant peut être réalisée au sein d’une entreprise), potentiel • créerun « pool de matière grise » type « docteur conseil » mobilisable par les partenaires ou les entreprises. Etendre la possibilité du statut « docteur conseil » à l’ensemble des doctorants (modification règlementaire car le statut est destiné uniquement aux docteurs) en vue de prospecter Financement envisagé : une idée innovante. Le pool proposerait des prestations à caractère scientifique, juridique, Etat, PCRDT économique ou autre pour l’émergence de projets innovants ou leur développement. • Renforcer l’implication des entreprises aux Doctoriales® : davantage préparer des doctorants de l’université de La Réunion à l’après-thèse, sensibiliser aux opportunités professionnelles existantes en dehors du secteur public, notamment par la participation des entrepreneurs à la formation des elément de calendrier : doctorants. Court terme – moyen terme Conditions Partenariat avec le monde économique. de réalisation ressources Soutien financier aux bourses doctorales et post-doctorales nécessaires pour la mise en œuvre Taux d’emploi des jeunes docteurs réunionnais (amélioration du taux d’emploi), Critères Nombre de bourses CIFRE, d’évaluation envisagés Nombre de contrats doctoral, Nombre d’entreprises accueillant ou établissant des contrats avec les docteurs, …33
  • 34. 34
  • 35. THèME CONCERNé ATTRACTIVITé ET PERFORMANCE DU SYSTèME DE FORMATION À L’INNOVATION OBJECTIFS Ouverture du monde de la formation sur l’entreprise et la société FICHE ACTION NO 4 POURSUIVIS LANCER DES CONCOURS DE CRéATIVITé POUR SUSCITER L’ESPRIT D’INNOVATION Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION ET D’ENTREPRENARIAT eléments L’innovation se crée à partir de l’idée. Dans son rapport à Christine LAGARDE, Ministre de l’Economie, structures Structure de formation et de contexte de l’Industrie et de l’Emploi, Pascal MORAND, économiste et directeur général d’ESCP Europe, concernées d’insertion dévoile le retard important du système éducatif français à encourager la créativité et le cloisonnement par la mise établissements scolaires entre les domaines des Sciences et Techniques avec ceux de l’Art et de la Culture. en œuvre Monde économique Description La culture de l’innovation chez les jeunes doit être suscitée, encouragée puis accompagnée. Elle doit être utilisée pour l’entrepreneuriat. Chef de file Sciences Réunion Il s’agit d’organiser sur l’ensemble du territoire des concours de créativité et de création d’entreprise potentiel et de récompenser les meilleurs projets. Les cibles étant les jeunes : collégiens, lycéens et étudiants, chômeurs… Financement envisagé : Redéploiement des moyens actuels Etapes proposées : • organiser et intégrer des séances de créativité/ brainstorming dans les cursus scolaires, • sélectionner les projets réalisables (jury, concours), • accompagner en amont les projets sélectionnés et simulation à l’entreprenariat en partenariat avec les structures adéquates (sur les thématiques : étude de marché, financière, technique …). elément de calendrier : Court Terme Conditions Implication des partenaires de réalisation Gestion coordonnée de l’ensemble des initiatives publiques ou privées valorisant les projets d’esprit d’innovation et de créativité (ex : les concours innovants). Afficher un partenariat de communication exemplaire entre les différentes institutions au profit de l’intérêt général. ressources Redéploiement des moyens nécessaires pour la Mission à intégrer dans la feuille de route générale des structures mise en œuvre Critères Nombre de concours lancés, d’évaluation envisagés Nombre de projets candidats, Nombre de projets concrétisés, …35
  • 36. 36
  • 37. THèME CONCERNé ATTRACTIVITé ET PERFORMANCE DU SYSTèME DE FORMATION RéUNIONNAIS OBJECTIFS Développer et/ou valoriser les compétences des salariés FICHE ACTION NO 5 POURSUIVIS Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION AMENER LA CULTURE DE L’INNOVATION SUR LES LIEUX DE PRODUCTION eléments Il s’agit d’innover dans le système de formation : la « prescription de formations » par les organismes structures Organismes de formation de contexte concernés doit se baser, notamment pour la formation professionnelle, davantage sur les compétences concernées Monde économique des salariés via l’analyse de leur travail quotidien et l’intégration de savoirs d’expérience (cœur de par la mise métier et carte d’activité de l’entreprise) que sur la prescription de formations préétablies et sur en œuvre catalogue. Il s’agit de rapprocher la formation et le travail par la professionnalisation. Description Il est proposé de : Chef de file CARIF-OREF potentiel 1/ Inscrire les organismes de formation continue dans une démarche qualité originale, de labellisation (accompagner, valoriser démarche qualité et généraliser les initiatives), 2/ Respecter en méthodologie, les étapes de la professionnalisation avant toute prescription de Financement envisagé : formation (analyse du travail, évaluation du travail, parcours de formation dont formation en situation A définir nouvelle et débriefing entres salariés et entreprise) et notamment de : • créer des modules de vulgarisation des concepts accessibles aux premiers niveaux de qualification, • rapprocher les organismes de formation, les apprentis, via le partage de savoir-faire et le partage des attentes. elément de calendrier : Court terme ou moyen terme 3/ Créer des modules de communication et de sensibilisation à destination des salariés pour valoriser leur savoir- faire et à destination des illettrés pour une réinsertion par l’envie (communiquer et diffuser des reportages sur les expériences concrètes en vue de véhiculer une culture de l’innovation). Conditions Etapes préalables : de réalisation 1/ Démarche qualité : établir un diagnostic des besoins dans l’accompagnement à la professionnalisation et mettre en place un label qualité pour la création d’organisme de formation indispensable à l’obtention agrément préfecture. 2/ Adhésion des consultants-formateurs des organismes de formation et des financeurs de la formation. Mesure à caractère normatif ou contractuel ou d’ordre règlementaire ressources A définir nécessaires pour la mise en œuvre Critères Taux d’insertion des formations, d’évaluation envisagés …37
  • 38. 38
  • 39. THèME CONCERNé ATTRACTIVITé ET PERFORMANCE DU SYSTèME DE FORMATION RéUNIONNAIS OBJECTIFS Ouverture du monde de la formation sur l’entreprise et la société FICHE ACTION NO 6 POURSUIVIS Développement de nouveaux marchés Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION ORGANISER ET EXPORTER LA FILIèRE «INGéNIERIE DE FORMATION» eléments La Réunion via sa position géographique avantageuse (zone océan Indien) et la qualité de son structures Organismes de formation (dont de contexte système éducatif (compétences et structures) peut réellement valoriser et exporter (créations de concernées université, rectorat) nouveaux marchés) sa plateforme d’excellence moyennant une organisation en conséquence. par la mise IRTS La création et la valorisation d’un laboratoire social régional est envisageable. La création de en œuvre … passerelles avec les pays de la zone constitue un enjeu fort qui peut être concrétisé dans ce domaine dans un esprit de co-développement. Description - La filière formation doit se fédérer et s’organiser pour définir notamment une stratégie partagée en Chef de file SR21 - ARDI interne et à l’export. Est proposé de : potentiel • Créer un consortium d’organismes de formation pour l’international afin de répondre à la demande (zone OI et +), • Définir la zone d’exportation et d’offres de formation (développer l’ingénierie de formation sociale régionale), Financement envisagé : • Définir un plan de développement des compétences linguistiques et autres. A définir. - Pour l’externe, il s’agirait d’exporter dans la zone nos savoir-faire et l’excellence réunionnaise via la réponse à des appels d’offres. Est proposé : • Une veille pour le positionnement de La Réunion, • Une organisation permettant de répondre en commun aux appels d’offres de formations spécifiques elément de calendrier : pour les pays demandeurs. Court terme ou moyen terme - Enfin, le marketing territorial doit être utilisé dans la zone en : • Diffusant des informations et des compétences d’expertises de La Réunion dans les domaines identifiés et selon les cibles choisies (presse, salon etc.) • Consolider les réseaux concernés et instaurer une relation de suivi (transmission d’annuaires des diplômés, sujets de recherche, mémoires, thèses). Conditions Implication et mutualisation des acteurs locaux de réalisation Partage du diagnostic et du positionnement stratégique Création de passerelles entre les formations concernées. ressources Mission à intégrer dans la feuille de route du chef de file. nécessaires pour la Financement complémentaire à envisager dès que le cluster sera créé. mise en œuvre de Critères A définir d’évaluation envisagés ...39
  • 40. 40
  • 41. THèME CONCERNé PERCOLATION DE L’INNOVATION DANS LES TPE/PME OBJECTIFS Créer un environnement favorable à l’innovation dans l’entreprise FICHE ACTION NO 7 POURSUIVIS Favoriser l’émergence d’innovation à tous les niveaux de l’entreprise et développer les compétences des salariés Augmenter le nombre d’entreprises innovantes Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION RENFORCER L’éMERGENCE ET LA MISE EN ŒUVRE D’INNOVATIONS NOTAMMENT DANS LES ENTREPRISES eléments Un projet innovant nécessite d’appliquer une gestion de projet spécifique qui n’est pas forcément structures Monde économique de contexte acquise par l’entreprise notamment les TPE/PME. concernées Université de La Réunion Le tissu du conseil privé à La Réunion est restreint et ne présente pas les compétences spécifiques par la mise Organismes de formation du management de l’innovation ; de plus il est coûteux. en œuvre Enfin, l’ensemble des salariés doit se sentir concerné et impliqué dans une démarche d’innovation, Voire les structures de développe- d’amélioration, de progrès ; ce qui n’est pas suffisamment le cas. ment et d’innovation Description Est proposé de : Université de La Réunion - créer des modules de formation courts et flexibles à l’innovation (formation professionnelle) Chef de file pour les chefs d’entreprises, salariés, cadres intermédiaires et autres. Les modules auraient une potentiel dimension généraliste ayant trait à l’émergence ou à la gestion de projets innovants : modules de veille, management stratégique, marketing de l’innovation, méthode de créativité, propriété intellectuelle… - favoriser les démarches d’innovation participative via la formation des salariés pour qu’ils soient Financement envisagé : capables de mettre en place dans leur structure un nouveau système (de management des idées POE (FSE) par exemple). Ceci passerait par plusieurs étapes : élaboration de l’offre de formation, mise en place du parcours de formation et mise en place d’un suivi personnalisé des « stagiaires » de type « coaching ». elément de calendrier : Ces ingénieries de formation seraient mises en place en collaboration avec l’IAE et l’université. Court terme Conditions Etude de marché favorable de réalisation ressources Enseignant chercheur et consultant spécialisé. nécessaires pour la Témoignages de dirigeants d’entreprises mise en œuvre Critères Nombre de candidats à la formation, d’évaluation envisagés Nombre de personnes formées, Nombre d’innovations mises en œuvre et gains potentiels réalisés, Bilan qualitatif et quantitatif en fin d’année, - ...41
  • 42. 42
  • 43. THèME CONCERNé PERCOLATION DE L’INNOVATION DANS LES TPE/PME OBJECTIFS Augmenter le nombre d’innovateurs sur le territoire FICHE ACTION NO 8 POURSUIVIS Avoir une démarche pro-active vers le tissu local Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION PROSPECTER ACTIVEMENT TOUTES LES ENTREPRISES eléments Le tissu économique local est constitué à 95 % de TPE/PME. Il est nécessaire d’aller à la rencontre structures Structures de développement et de contexte de ces entreprises qui parfois ne s’ouvrent pas à l’extérieur (IPSOS « enquête sortie de crise ») et qui concernées d’innovation. ne se déplacent pas vers les acteurs économiques locaux – pourtant source de conseils et d’aide par la mise Les organismes publics ou pratiques. Le montage de projets innovants est complexe. en œuvre parapublics d’appui aux entreprises L’innovation concerne des pratiques et des savoir-faire « de terrain », aussi il est nécessaire d’aller ou consulaires. détecter sur place l’innovation potentielle pour pouvoir mieux la soutenir et l’accompagner, cela en toute confidentialité et avec la confiance du dirigeant. Les idées de projets innovants sont parfois nombreuses mais le chef d’entreprise ne les exploite pas suffisamment pour différentes raisons (enquête SRI entreprise). Les projets ont un degré de Chef de file CRI maturation souvent très long, il est donc nécessaire de maintenir la sensibilisation au plus près de potentiel l’entreprise via des visites régulières. La prospection doit être entendue avec la définition élargie de l’innovation. Financement envisagé : Description Former, utiliser, et suivre le réseau de partenaires prospecteurs (construire une « force de vente » Redéploiement des moyens financiers pour l’innovation). Donner l’envie et la possibilité d’innover au chef d’entreprise et à son équipe : • Aller sur le terrain et gagner la confiance des entreprises, • Expliquer l’intérêt d’innover (dé-diaboliser la peur de l’échec, parler en terme d’apport économique : CA, emploi, de gain, d’investissement, de valorisation financière, rassurer sur la confidentialité, etc.) • Etablir un diagnostic innovation, sensibiliser aux méthodes d’innovation (système de management elément de calendrier : des idées, créativité, par exemple) Court terme • Suivre les impacts et donner rapidement suites aux besoins de l’entreprise. Conditions Implication des partenaires et mise en réseau des visites, de réalisation Faisabilité d’un outil commun de gestion ? ressources Mission à intégrer dans les feuilles de route des outils en charge de l’accompagnement de nécessaires pour la l’innovation. mise en œuvre Critères Nombre d’entreprises visitées par an, d’évaluation envisagés Nombre de diagnostics innovation réalisés, Nombre de projets innovants engagés, …43
  • 44. 44
  • 45. THèME CONCERNé PERCOLATION DE L’INNOVATION DANS LES TPE/PME OBJECTIFS Développer et/ou valoriser les compétences des salariés du domaine FICHE ACTION NO 9 POURSUIVIS de l’innovation ou de l’accompagnement d’entreprise Créer un environnement favorable à l’innovation pour l’entreprise Mieux accompagner les entreprises Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION PROFESSIONNALISER LES ACCOMPAGNATEURS D’ENTREPRISE À L’INNOVATION eléments Un projet innovant nécessite un accompagnement spécifique. Il est parfois difficile d’évaluer un projet structures Structure de développement et de contexte innovant : sa faisabilité, les facteurs clés de succès, les compétences des porteurs de projets etc. concernées d’innovation Les accompagnateurs (de créateurs d’entreprises ou d’entreprises déjà existantes) ne sont pas par la mise Organismes de formation particulièrement formés localement à l’ensemble des composantes de la gestion d’un projet innovant. en œuvre Arvise Ce public peut manquer d’expérience et de conseils dans l’accompagnement de projet notamment CARIF très innovants ou dans des secteurs spécifiques (accompagnement commercial, marketing, business plan, financiers). Une approche de formation au niveau du territoire est pertinente. SR21 - ARDI A déterminer Description 1. Mettre en place des modules de formation pour l’ensemble des accompagnateurs (de Chef de file créateurs et d’entreprises) sur : potentiel • l’évaluation et la gestion de projets innovants : peuvent être abordés les éléments suivants avec plusieurs niveaux d’approfondissement : management stratégique, étude de marché et démarche commerciale, business plan / financement du projet, marketing de l’innovation, évaluation et prévision des ressources humaines, propriété intellectuelle… • la détection d’innovation dans l’entreprise, pour susciter en amont, l’émergence d’idées nouvelles. Financement envisagé : Peuvent être abordés des formations de sensibilisation au système de management des idées, ou OPCA, Etat, Région, POE autres méthodes d’innovation. 2. Créer des outils d’aide à l’évaluation : Proposer un diagnostic global « innovation » pour toute prospection d’entreprise, formalisé et elément de calendrier : harmonisé au niveau territorial. Court terme Dans cet esprit, y inclure une grille d’analyse des savoir-faire et des compétences dans l’entreprise ou pour un créateur d’entreprises (si possible) : il s’agit de se baser sur une analyse sur la base de la GPEC. Conditions Adhésion de la démarche du public cible, de réalisation Rédaction d’un cahier des charges précis avec les partenaires. ressources A déterminer nécessaires pour la mise en œuvre Critères A déterminer d’évaluation envisagés45
  • 46. 46
  • 47. THèME CONCERNé PERCOLATION DE L’INNOVATION DANS LES TPE/PME OBJECTIFS Accompagner les entreprises à l’innovation FICHE ACTION NO 10 POURSUIVIS Conforter les entreprises à potentiels et favoriser leur développement • CRÉER UNE AIDE FINANCIÈRE D’AMORÇAGE POUR LES ENTREPRISES AFIN Orientations TITRE DE L’ACTION DE DéMONTRER LA FAISABILITé D’UNE IDéE INNOVANTE A B C D E F G H • CRÉER LE RÉSEAU DE PARTENAIRES PRESCRIPTEURS ASSOCIÉ PERMETTANT UNE UTILISATION SIMPLE DE CETTE AIDE EN RéSEAU eléments Il est nécessaire d’augmenter le nombre d’entreprises innovantes (sensibilisation) et de les faire de contexte adhérer au réseau d’information et d’accompagnement mis en place. structures Structure de développement et Le diagnostic préconise de créer une aide financière d’amorçage pour vérifier la faisabilité des concernées d’innovation projets innovants détectés provenant des entreprises ou créateurs d’entreprise (anté-création) et par la mise Organismes publics ou parapublics avant leur accompagnement potentiel ultérieur (via l’Incubateur, le concours national d’aide à la en œuvre d’appui aux entreprises création d’entreprise de technologies innovante, le pôle de compétitivité, AFD-OSEO, …). Il n’y a pas de Réseau de Diffusion Technologique à La Réunion. Il faut renforcer la fédération des PME (sollicitation et utilisation de acteurs et des outils via une aide mobilisable par tous (cela pourrait permettre sur certains projets, l’aide) de relier les acteurs et de les connecter davantage, mais aussi de suivre les prospections à travers un outil commun). Chef de file A déterminer Description Est proposé de : potentiel - Créer une aide financière d’amorçage des projets innovants estimée entre 1 000€ et 10-15 000€. Le modèle du Réseau de Développement Technologique existant en métropole et non présent à La Réunion pourrait être pris comme exemple sur son fonctionnement (réseau d’outils prescripteurs d’aide) et sur la nature de l’aide. Toutefois il devra être adapté à la définition large de l’innovation Financement envisagé : choisie localement et ainsi s’ouvrir à des innovations à caractère social et culturel et pas seulement POE (Feder), AFD-OSEO technologique (envisager ou non le rattachement au réseau national dans ces conditions). L’aide dont les critères seraient précisés ultérieurement, pourrait financer des études amont (techniques maquette, juridiques : concernant la propriété intellectuelle particulièrement : études d’antériorité, 1er brevet, des études commerciales, de marché) ou être un fonds de trésorerie (création d’entreprise, aide à l’activité et au fonctionnement). elément de calendrier : - animer et suivre le réseau de prescripteurs Court terme Conditions Faisabilité juridique de cette mesure financière (rattachement à un régime d’aide notamment). de réalisation Adhésion des autres réseaux déjà en place (points chances…) et participation des acteurs- prescripteurs. Intégration dans leur feuille de route. Financement associé à l’animation du réseau et outils associés. ressources 1 ou 2 conseillers en innovation et 1 secrétaire nécessaires pour la mise en œuvre Critères Nombre de membres du réseau (prescripteurs et TPE/PME), d’évaluation envisagés Nombre de projets innovants menés grâce au réseau, …47
  • 48. 48
  • 49. THèME CONCERNé PERCOLATION DE L’INNOVATION DANS LES TPE/PME OBJECTIFS Augmenter le nombre d’innovateurs sur le territoire - Faciliter l’accès FICHE ACTION NO 11 POURSUIVIS à l’information et la lisibilité Agir sur la perception de l’innovation Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION MENER UNE POLITIQUE DE COMMUNICATION SPéCIFIQUE SUR L’INNOVATION eléments Les entreprises pensent majoritairement qu’innover est important (enquête SRI et CCIR) mais elles structures CRI de contexte ne le mettent pas suffisamment et aisément en actions ou en traduction opérationnelle dans leur concernées entreprise. L’information est éparpillée auprès de nombreux acteurs. Un besoin d’informations par la mise (orientation ou éléments) fiables et à jour a été exprimé. en œuvre Il est nécessaire de conforter les chefs d’entreprise dans l’idée d’innover et de les aider concrètement au passage à l’acte, avant de pouvoir les accompagner. Disposer de repères, de témoignages ou de visuels permet de véhiculer l’intérêt d’innover et d’indiquer que c’est possible et réalisable à La Réunion. L’action de communication sur l’innovation vise tous les publics. Chef de file CRI potentiel Description Est proposé : • un plan de communication de la sri : avec notamment la diffusion de la définition large de l’innovation, des succès-stories, d’outils pratiques (cartographie, sites des partenaires etc.) pour les entreprises (qui fait quoi, cadre d’intervention, méthodes d’innovation, développer des réseaux Financement envisagé : sociaux)…, • un plan de communication (partenariats médias) pour les projets innovants, POE (Feder) • un plan spécifique (médias audiovisuels) pour se former via des moyens ludo-éducatifs et des techniques de simulation. Les cibles sont principalement les entreprises qui pourraient ou qui souhaiteraient entrer dans cette elément de calendrier : démarche d’innovation. La cible pourait également être les futurs entrepreneurs ou la population. Court terme Il s’agit de véhiculer un état d’esprit mais en même temps de donner des éléments concrets pour convaincre et aider à aller au bout de son idée innovante, c’est-à-dire vers une valorisation économique. • Au niveau territorial : obligation des membres du CRI à intégrer les axes du plan de communication Conditions dans leurs actions respectives. Le portail devra respecter le travail des acteurs ou des outils de réalisation économiques s’ils sont concernés (logo, interview), • Analyse des sites actuels et engagement des partenaires sur les limites et outils du portail. Suffisance d’exemples locaux, • pour les innovateurs : protection de l’innovation réalisée, accord de diffusion au regard du phasage du projet et des apports potentiels de cette communication. Animateur de réseau, implication de l’ensemble des partenaires et des entreprises (à travers leur ressources témoignage). nécessaires pour la Mise en place, maintenance et alimentation du portail. mise en œuvre Nombre de visiteurs sur le portail (suivi statistique), lisibilité du dispositif (enquête de satisfaction), Critères Nombre d’entreprises candidates au plan de communication, d’évaluation envisagés Nombre d’entreprises innovantes (croissance de la mobilisation du Crédit d’Impôt Recherche par exemple), Qualitatif : impact ressenti sur les entreprises et autre public, image de La Réunion à l’extérieur ...49
  • 50. 50
  • 51. THèME CONCERNé PERCOLATION DE L’INNOVATION DANS LES TPE/PME OBJECTIFS Créer un environnement favorable à l’innovation FICHE ACTION NO 12 POURSUIVIS Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION INTRODUIRE L’INNOVATION COMME OBJECTIF DES POLITIQUES PUBLIQUES eléments L’innovation est souvent assimilée à l’excellence et réduite à sa dimension soit marchande, ou en lien structures Institutions publiques de contexte avec la recherche. Dès lors, tout plan d’action en ce domaine peut relever d’une approche sectorisée, concernées Gouvernance de la SRI (collectivités dont la mise en œuvre relève de spécialiste, à quelque niveau de gouvernance du système. par la mise locales) en œuvre Or, l’innovation dans la définition retenue dans la SRI, et compte-tenu de son rôle transversal pour la mise en œuvre de la stratégie globale de développement de La Réunion, doit, au même titre que l’environnement, être prise en compte dans l’ensemble des politiques publiques. Chef de file Gouvernance de la SRI ou CRI potentiel Description Il est proposé d’aboutir à une prise en compte transversale de l’innovation dans les politiques publiques et de : • Définir et faire agréer au niveau des institutions locales une grille d’analyse opérationnelle déclinant Financement envisagé : la définition de l’innovation, POE, Etat, Collectivités locales. • Introduire, par étape, un critère de sélectivité et/ou de bonification en faveur des projets où la dimension innovation est présente avec, pour priorités : l’attribution de financements au secteur privé, elément de calendrier : les politiques d’aménagement. Court terme Conditions Adhésion des partenaires publics, de réalisation Grille d’analyse. ressources A définir nécessaires pour la mise en œuvre Critères Nombre de dispositifs ou mesures modifiés, d’évaluation envisagés Nombre de partenaires impliqués, …51
  • 52. 52
  • 53. THèME CONCERNé AMéNAGEMENT, ORGANISATION, ATTRACTIVITé DU TERRITOIRE RéUNIONNAIS OBJECTIFS Percolation de l’innovation dans le domaine de l’aménagement du territoire : FICHE ACTION NO 13 POURSUIVIS valoriser l’aménagement du territoire en tant que composante du développement, au-delà de sa dimension équipementière DéVELOPPER ET CONCRéTISER UNE CULTURE DE PROJET EN MATIèRE D’AMéNAGEMENT, Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION FéDéRANT L’ENSEMBLE DES ACTEURS DE LA SPHèRE PUBLIQUE ET DE LA SPHèRE PRIVéE eléments Le territoire régit l’efficacité du système économique et social local ; ses caractéristiques structures Agorah, de contexte ultrapériphériques le rendent extrêmement vulnérable et peuvent réduire sa capacité à soutenir les concernées EPFR, gains de performance socio-économiques. Elles imposent par ailleurs d’appréhender son organisation par la mise EPCI, à partir d’une vision collective globale, dépassant les intérêts sectoriels ou locaux. en œuvre AD, Cet impératif d’envisager le territoire en tenant compte des caractéristiques et des évolutions SR21 - ARDI (notamment démographiques) de La Réunion a conduit à développer des pratiques et outils innovants qu’il convient de valoriser et de mieux coordonner pour gagner davantage en efficacité. CERBTP, La révision du Schéma d’Aménagement Régional au cours de l’année 2009, en parallèle des travaux Monde économique, de la SRI, a également permis d’identifier de nouvelles pistes de travail pour innover en matière Département, d’aménagement. Région, Etat. Description Il est proposé de permettre l’appropriation et la pratique de la culture de projet dans les organisations publiques ou mixtes, par : Chef de file Région CRI • Le développement d’outils d’aide à la décision, d’information, de mise en œuvre et potentiel d’évaluation, • L’organisation et la qualification de la conduite de projets d’aménagement, par une démarche ensemblière permettant une approche multicritères intégrant les projets dans une perspective globale et intégrée. Financement envisagé : Etat, Région, POE Conditions Adhésion de l’ensemble des acteurs privés et publics à la démarche, particulièrement les de réalisation collectivités ; Prise en compte de ces objectifs dans les feuilles de route des structures concernées, y compris les établissements de formation des personnels territoriaux. elément de calendrier : Moyen-long terme ressources Affectation de personnels et réorganisation des structures nécessaires pour la Redéploiement mise en œuvre Financements complémentaires pour le développement d’outils opérationnels Critères Nombre de projets conçus et réalisés dans le cadre de la démarche, d’évaluation envisagés …53
  • 54. 54
  • 55. THèME CONCERNé AMéNAGEMENT, ORGANISATION, ATTRACTIVITé DU TERRITOIRE RéUNIONNAIS OBJECTIFS Développer des facteurs d’attractivité interne FICHE ACTION NO 14 POURSUIVIS Décliner par l’aménagement du territoire les stratégies macroéconomiques de développement de La Réunion STRUCTURER LES AMéNAGEMENTS POUR FAVORISER LES DOMAINES D’ACTIVITé Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION STRATéGIQUE eléments L’aménagement du territoire en milieu insulaire impose de concilier l’urbain, l’économique, l’agricole structures Etat de contexte et l’environnement, ainsi que les facteurs de mobilités interne et externe (réseaux routiers et concernées Collectivités numériques, infrastructures portuaires et aéroportuaires). L’aménagement doit répondre aux priorités par la mise Monde économique de développement par le soutien aux domaines d’activités stratégiques. en œuvre Structures d’évaluation et de Sont particulièrement stratégiques : d’une part les Pôles d’Intérêt Régional (PIR) mis en exergue par planification (EPFR, Agorah) le SAR et dédiés aux activités de production, sur un principe de taille critique, et d’autre par les Zones d’Activités (ZA) de plus petite taille pouvant avoir comme vocation (plus secondaire) de répondre aux Organismes de recherche et besoins de proximité voire de sous-traitance des entreprises des PIR ; zones déterminantes dans la d’expertise technique logistique et l’aménagement global. Description 1/ Il est proposé d’aboutir à une «qualité d’enseigne» des PIR, en faisant un facteur d’attractivité pour les projets réunionnais ou exogènes ; les opérateurs des PIR doivent devenir de véritables Chef de file 1/ Conseil Régional conducteurs de projets, l’infrastructure devenant ainsi un véritable produit économique : potentiel 2/ Conférence régionale des zones - Créer et aménager ces zones par thématiques (4 pôles14), en combinant les conditions de d’activité réalisation (proximité des réseaux, disponibilités des ressources), aux stratégies de développement des DAS. - Définir des stratégies opérationnelles favorisant les DAS et l’attractivité à l’égard des porteurs de projet extérieurs. Financement envisagé : - elaborer les programmations et les modes opératoires adéquats à ces stratégies ; Ressources des collectivités, POE - Proposer aux opérateurs des modalités incitatives de financement et d’accompagnement. - Mutualiser les démarches de commercialisation de l’ensemble des PIR dans une stratégie régionale de promotion du territoire réunionnais (marketing territorial). 2/ Il est proposé pour les zones d’activités, de : elément de calendrier : - Mettre en place, dans la gestion des PIR, un observatoire des filières de sous-traitance et de Court terme ou moyen terme prévision des besoins ; - Complémentairement, mettre en place un outil de précision des projets de création de zones d’activité «de second rang». Conditions Adhésion et concertation étroite des acteurs publics et privés à la démarche (AMO ensemblière des de réalisation projets structurants). Coordination de l’ensemble des démarches PIR au niveau de la Conférence des ZA de La Réunion. Respects de critères thématiques (DAS). Disponibilité d’outils d’évaluation et d’analyse technique sur les conditions d’aménagement des ZA. ressources Mission à intégrer dans la feuille de route des structures concernées nécessaires pour la Redéploiement des financements mise en œuvre Financements complémentaires le cas échéant 14 pôle aéro-technopolitain du Nord, pôle Coeur d’agglomération Critères A définir selon les outils d’évaluation à mettre en place et stratégies opérationnelles définies au (Zones arrière-portuaires-Cambaie) dans l’ouest, pôle de Pierrefonds dans le sud et Beauvallon dans l’Est. d’évaluation envisagés niveau des PIR.55
  • 56. 56
  • 57. THèME CONCERNé AMéNAGEMENT, ORGANISATION, ATTRACTIVITé DU TERRITOIRE RéUNIONNAIS OBJECTIFS Développement de nouveaux marchés FICHE ACTION NO 15 POURSUIVIS Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION PARAMéTRER ET «EXPORTER» LE SAVOIR-FAIRE AMéNAGEMENT eléments Les besoins liés à la démographie et à la mise à niveau des équipements de La Réunion ont suscité structures Etat de contexte le développement d’un important secteur du BTP. Les difficultés liées aux caractéristiques de l’île concernées Région, (relief, climat) ont entraîné la capitalisation de savoir-faire de haute qualité technique (ouvrages d’art, par la mise EPCI, communes, construction sur pentes, etc). On doit y ajouter les techniques de prévention des risques, y compris en œuvre Monde économique, les dispositifs de prévention des cyclones. Le déterminisme naturel s’est doublé du volontarisme se FRBTP, traduisant depuis une dizaine d’années en faveur de technicités «durables» (énergie et environnement, TIC, résorption d’habitat insalubre). Cette montée en qualité est impulsée par la commande publique ARMOS, en premier lieu, et développée par une technostructure de mise en œuvre diversifiée : agences EPLOI techniques, opérateurs publics et privés, bureaux d’études, enseignement professionnel. Le but de Organismes de formation l’action est : • de structurer la filière locale afin de pérenniser et sécuriser son activité et sa capacité d’emploi dans le moyen terme ; Chef de file Conseil Régional • de valoriser la technicité et les savoir-faire capitalisés pour positionner la filière dans le potentiel co-développement régional. Description Le premier travail consiste à définir le champ de la filière, à en déterminer les acteurs et à quantifier, en termes de flux financiers, de ressources humaines et de qualifications techniques. En second lieu, il est nécessaire de caractériser les interactions administratives, économiques et Financement envisagé : techniques reliant les différents acteurs de la filière, ainsi que ses connexions avec des acteurs Collectivités, POE extérieurs dans le champ économique, celui de la formation et celui de la recherche. A priori, les principales catégories d’acteurs «entrant» dans la filière sont : • l’Etat et les collectivités locales, «effecteurs» de la commande publique, • les aménageurs et les promoteurs constructeurs, • les entreprises du secteur du BTP, les équipementiers, les producteurs de matériaux et leurs elément de calendrier : sous-traitants Court terme • les entreprises du secteur de la maintenance et de l’entretien • les institutions financières intervenant dans le financement du bâtiment et de l’aménagement. Etablir une stratégie opérationnelle ; • planification moyen terme sur le marché intérieur • structuration de la filière • stratégie d’intervention «à l’export», dans le domaine de «l’aménagement durable tropical» : bench-mark et actions en co-développement. Conditions Implication des collectivités publiques dans la structuration de la filière de réalisation ressources A définir nécessaires pour la mise en œuvre Critères Etude sur «périmètre» et interactions d’évaluation envisagés ...57
  • 58. 58
  • 59. THèME CONCERNé AMéNAGEMENT, ORGANISATION, ATTRACTIVITé DU TERRITOIRE RéUNIONNAIS OBJECTIFS Développement de nouveaux marchés FICHE ACTION NO 16 POURSUIVIS Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION STRUCTURER UNE FILIèRE «éQUIPEMENT ET MATéRIAUX URBAINS» eléments La Réunion est largement dépendante d’apports de matériaux venant de l’extérieur. structures Chambres consulaires, de contexte Pour certains produits, cette dépendance peut-être réduite par le développement de filières de concernées Monde économique, production faisant appel à la ressource naturelle locale. On citera notamment les minéraux volcaniques par la mise FRBTP, (pouzzolane), le bois, les composés de végétaux. Le passé récent a donné lieu à des tentatives en ce en œuvre Ecole des Beaux Arts. domaine, de faible ampleur ou peu durables, du fait qu’elles ne s’inscrivaient pas dans une stratégie de filière intégrée. Opérateurs : En effet, la filière peut être étendue à la fabrication d’éléments destinés aux aménagements urbains, Région et autres collectivités notamment dans le champ du mobilier urbain. Cette démarche de rationalisation par la production endogène est alors indissociable d’un travail sur l’urbanisme, les espaces publics, les usages et les repères architecturaux constitutifs d’un «référentiel» de la ville réunionnaise. L’utilisation des matériaux locaux, contribuant à l’instauration d’une identité Chef de file Consulaires urbaine réunionnaise. potentiel Description - Recensement des filières potentielles d’import substitution dans le domaine des matériaux Financement envisagé : de construction et éléments d’équipements pour l’aménagement et la construction, inventaire A déterminer des savoir-faire, - Etudes de faisabilité économique, - Opérations pilotes. elément de calendrier : Court terme Conditions Garantir une commande public-privé assurant le démarrage et la pérennisation des filières. de réalisation Travail intégré avec les directions de projet urbain. Brevets ressources A définir nécessaires pour la mise en œuvre Critères Filières de production en activité pérennisable d’évaluation envisagés59
  • 60. 60
  • 61. THèME CONCERNé TRANSVERSAL OBJECTIFS Faire rayonner La Réunion dans son environnement et au niveau international pour FICHE ACTION NO 17 POURSUIVIS recevoir les bénéfices à court, moyen et long termes des expériences extérieures et des réseaux construits Développer l’attractivité de La Réunion notamment de ses structures économiques et de recherche Augmenter le niveau de compétence interne DéVELOPPER ET ANIMER LES RéSEAUX DE TOUS TYPES (À VOCATION TECHNIQUE, Orientations A B C D E F G H TITRE DE L’ACTION POLITIQUE, SOCIAUX, CULTUREL …), OPéRER L’OUVERTURE DE LA RéUNION eléments L’île doit aller au delà de sa relation privilégiée avec la France et l’Union européenne qui depuis structures a.c. Université de La Réunion de contexte la dernière cinquantaine d’année s’est concentrée sur la remise à niveau des standard sociaux et concernées Organismes de formation infrastructurels tirant la croissance par la consommation et la commande publique. Ainsi,l’ouverture par la mise DRRT, services de mobilité aux marchés et mondes extérieurs est un enjeu phare pour l’île. La portée et l’ambition du en œuvre préfecture, autre ? développement de La Réunion dépassent désormais la seule mesure de son territoire physique. Le renforcement de l’influence pour les bénéfices du territoire est à organiser. b. Organismes de formation, collectivités, services de mobilité Description Cette mesure de soutien et de valorisation des réseaux de tout type, consiste à compter sur la préfecture volonté et les compétences des Réunionnais eux-mêmes pour faire progresser leur île. Il s’agit d’investir sur le long terme - pour un retour de toute nature que ce soit - dans les prochaines années d. Acteurs économiques, acteurs (retour économique direct: développement de marché, implantation de nos entreprises, retour en politiques, outils mandatés compétences ou savoir et savoir-faire : mobilité, attractivité du territoire : développement du tourisme, zone d’activité, pôle d’intérêt régional, retour en investissements financiers : prise de participation, retour matériels : infrastructures, équipement etc.). Les actions proposées sont les suivantes : e. Monde économique : entreprises (hors grand groupe, conditions a. Favoriser la mobilité des personnes formées localement (jeunes docteurs, chercheurs financière TPE/PME uniquement au notamment), sens communautaire) et outils de b. Favoriser la mobilité des personnes sorties du système en vue de les réinsérer par l’action l’accompagnement, animateurs de c. Accompagner le retour de ceux qui le souhaitent, filière (association ou autre : ARTIC, d. Encourager la veille et le lobbying politique et technique sous toutes ses formes (humains, AD, Qualitropic, cluster…) matériels, structures,…) e. Favoriser la participation dans des salons ou manifestations internationales, favoriser les contacts avec les innovateurs de pointe ou les leaders en France, en Europe et à l’étranger : notamment f. Associations (Réunionnais du dans la Zone OI et les pays cibles, encourager les entreprises réunionnaises à faire partie de monde et autre), SR21, ou toute réseaux locaux et étrangers autre structure à but non lucratif f. Soutenir et valoriser la diaspora réunionnaise : ambassadeurs de La Réunion, création d’associations de réunionnais dans le monde, réseaux sociaux en lien avec l’extérieur, encourager l’innovation sociale CRI Chef de file potentiel Conditions Mise en place d’un observatoire de suivi et d’évaluation des mesures (en cohérence avec l’ensemble de réalisation des mesures SRI) ressources A définir Financement envisagé : nécessaires pour la Redéploiement feuille de route, POE Feder et/ou FSE mise en œuvre elément de calendrier : Court terme Critères Nombre de projets ou de personnes suivis, d’évaluation envisagés ...61
  • 62. 62
  • 63. GOUVERNANCE - PILOTAGE DURABLE DE L’INNOVATION ET FINANCEMENTCHAPITRE 4 4-1- Gouvernance - pilotage durable de l’innovation Afin de mettre en œuvre les orientations et les fiches actions préconisées par la SRI, mais aussi de pouvoir assurer son processus de révision ou d’approfondissement, une gouvernance adaptée et originale doit être mise en place. Cette dernière repose sur un double niveau de pilotage, stratégique et opérationnel en lien avec l’ensemble des outils de développement et d’innovation existants. Indissociable d’un processus de pilotage stratégique et fonctionnel, le pilotage de la connaissance et de l’évaluation est incontournable. Ainsi, la production et le suivi d’indicateurs d’évaluation liés à la SRI est une nécessité. En ce sens, des moyens matériels et humains doivent être mis en place au niveau du nouveau Comité Régional de l’Innovation en prévoyant leurs articulations avec le Comité de Pilotage. L’idée d’une organisation sous la forme d’un observatoire régional de développement par l’innovation est à approfondir. Il aurait pour but d’assister les niveaux stratégique et opérationnel au regard de leurs compétences respectives. Son objectif primordial étant de fournir les éléments nécessaires au suivi, à l’évaluation et à la révision de la SRI. Pour ce qui est de l’évaluation de la SRI proprement dite, elle devra être assurée par un organisme indépendant. Pour sa part, la révision de la SRI devra s’appuyer sur la méthodologie participative et la dynamique enclenchée, portées par le CRI. Nouveau schéma de Gouvernance de la SRI : Le Préfet de Région La gouvernance Le Président du Conseil stratégique : Comité Régional de Pilotage Le Président du Conseil « COPIL » Général - - des personnes qualifiées - - La gouvernance opérationnelle : Comité Régional de Le Président du CRI est l’Innovation nommé par la gouver- « CRI » nance stratégique Secretariat du CRI - Les outils opérationnels organisés en réseau : Structures - d’accompagnement - de développement et d’innovation 63
  • 64. A - Organisation et fonctionnement Le fonctionnement du processus est le suivant : 1. SRI et Programme d’actions Sur la base de ce document stratégique, le CRI soumet au COPIL un premier document opérationnel ou « programme d’actions ». Celui-ci prévoit les actions à réaliser dans un temps déterminé (1 à 3 ans) et identifie les objectifs et les indicateurs de suivi globaux. 2. Contrats d’objectifs, appels à positionnement et feuille de route des structures d’accompagnement de développement d’innovation A partir du programme d’actions, validé par le COPIL, le CRI propose au COPIL des contrats d’objectifs portant sur une ou plusieurs actions. Le COPIL lance alors un appel à positionnement afin que les structures d’accompagnement de développement et d’innovation expriment leur intérêt à participer à la réalisation des actions concernées. Le contrat d’objectifs signé entre le membre du COPIL et la structure d’accompagnement, engage les financeurs de la structure (Etat ou Région ou Département, membre du COPIL) à intégrer ce contrat d’objectifs dans la « feuille de route » qu’il donne à la structure exécutrice (cette feuille de route incluant des missions susceptibles de relever tant de la SRI que d’autres stratégies). Il y a ainsi cohérence entre l’engagement pris collectivement au niveau stratégique et la feuille de route donnée à chacun des outils. A noter que le contrat d’objectifs prévoit par ailleurs les modalités du travail en réseau entre les structures. Il permet ainsi de clarifier les fonctions de chacune des entités concernées et d’assurer la cohérence nécessaire à la réalisation des actions pour la mise en œuvre de la SRI. Principes clés de mise en œuvre de la SRI : Les valeurs clés de succès du fonctionnement : un engagement formalisé à tous les niveaux Le respect des valeurs est indissociable d’une bonne gouvernance de l’innovation. Conditionnant le fonctionnement attendu et les évolutions à venir du système de gouvernance, elles constituent autant de facteurs clés de succès. Le principe fondateur est celui d’un fonctionnement partenarial en réseau garant de l’efficience du système et de l’établissement de la confiance. Afin de recevoir l’adhésion de tous les partenaires dans l’esprit du développement du territoire, doivent être élaborés et adoptés (signés) : a. Un protocole d’engagement politique pour l’innovation Impliquant le niveau stratégique, il permettra d’engager ses membres dans les valeurs et les objectifs définis par la SRI. b. Une charte d’éthique pour l’innovation S’adressant aux instances de la gouvernance opérationnelle, elle permettra de les engager dans ces valeurs et ces objectifs afin de garantir la déclinaison opérationnelle dans le respect des feuilles de route de chacun. c. Une charte d’éthique et de travail en réseau pour l’innovation Impliquant les structures d’accompagnement de développement et d’innovation, elle sera déclinée dans les feuilles de route et précisera le fonctionnement adopté lié à la SRI et les valeurs clés qui lui sont associées.64
  • 65. « Les résultats de Autres valeurs clés (sans hiérarchie) : la SRI doivent être collectifs et considérés • Le partage de la connaissance et le respect comme étant de la confidentialité au service de l’intérêt • L’efficacité et la performance général » • La lisibilité et la transparence • L’indépendance, l’équité et la confiance légitime • L’harmonie et l’éthiqueB - La connaissance des données de l’innovationDans le cadre de l’établissement de la SRI, il a été constaté un manque de données, fiables et àjour, concernant les indicateurs d’innovation tels que préconisés par la Commission européenne.Les seules statistiques disponibles fournies par l’INSEE n’étaient en effet pas suffisantes pourappréhender les caractéristiques du système régional de l’innovation de La Réunion, de surcroîten lien avec notre définition originale de l’innovation et nos objectifs stratégiques.Le recueil d’informations qualitatives et quantitatives se devra d’être organisé. Le Comité dePilotage devra mettre à disposition du CRI les moyens (humains et financiers) lui permettantd’obtenir les données nécessaires au processus de suivi, d’évaluation et de révision de la SRI.L’obtention de ces données permettra, à court et à moyen termes :• L’établissement d’un tableau de bord de l’innovation avec l’ensemble des indicateurs clés(création d’indicateurs, suivi des mesures, suivi des pratiques…),• La préconisation d’études spécifiques en vue soit d’approfondir l’état des lieux, soit d’effectuerune veille prospective de suivi des tendances internationales en matière d’innovation,• La préconisation de production de nouveaux indicateurs,• L’établissement de rapports à destination du COPIL.C - Gestion, évaluation et évolution de la SRIGestionLa mise en œuvre des orientations de la SRI passe par une programmation. La plupart desactions démarreront dans les trois prochaines années et produiront leurs effets dans la durée.EvaluationL’évaluation qui doit se faire par un organisme indépendant, doit permettre de vérifier si lesobjectifs visés par la stratégie menée produisent leurs effets, en particulier en ce qui concernesa pertinence, son suivi opérationnel et son efficience.L’évaluation doit répondre à trois fonctions essentielles :• soutien au pilotage de la mise en œuvre de la stratégie,• suivi des réalisations des actions décidées,• évaluation de la politique dans sa globalité en vue de corrections.EvolutionLes évolutions du territoire (internes et externes) en regard avec sa situation initiale et lesévaluations de la SRI, justifieront la mise à jour tant des stratégies macro-économiques que dela stratégie d’innovation elle même.Cette réflexion sur l’innovation est effectivement à inscrire dans la durée, non seulementvia la participation constante des acteurs à la performance du système local d’innovation,mais aussi dans une gouvernance rigoureuse et souple privilégiant le travail en réseau. Continuer la démarche participativeUn évènement régulier devra être organisé pour permettre la rencontre et le dialogue entreles différents acteurs impliqués dans le développement du territoire et de l’innovation. Cetévènement doit s’ouvrir à des expériences et des regards externes à l’image des PremièresAssises Régionales pour l’Innovation. Il constitue un point d’étape indispensable au partagedes constats et à la mise en marche du processus dynamique d’évolution, de révision doncd’innovation de la SRI elle-même. 65
  • 66. 4-2 - Financement La Stratégie Régionale d’Innovation procède de la volonté de rendre le territoire réunionnais attractif et efficient, en s’appuyant sur deux moteurs essentiels : les domaines d’activité stratégique d’une part et le fonctionnement des outils d’accompagnement et de développement de l’innovation d’autre part. Le financement de ces deux moteurs et ses modalités (aide directe ou intermédiée, niveau, conditions d’éligibilité, etc.) sont naturellement étroitement liés à la gouvernance de la SRI. Ils relèvent en outre de différents critères de base découlant des fondamentaux du projet de territoire (présentés dans le tableau ci-après). Dans un souci de rationalisation et de coordination des soutiens publics, l’effet de levier recherché ou son impact, peut être envisagé via la réorientation de moyens budgétaires (d’actions existantes) et/ou via l’affectation de moyens supplémentaires, selon les mesures. Ces modalités seront précisées dans chaque contrat d’objectifs (programmation des actions) préparé par le Comité Régional pour l’Innovation et validé par le Comité de Pilotage. Les fiches-actions présentées au chapitre précédent n’identifient donc les sources de financement qu’à titre indicatif. Orientations pour le financement En liaison avec la valeur fondamentale de Co-développement Au niveau local La participation du secteur privé au financement de l’innovation doit être encouragée. Au niveau régional La dimension « régionale » (R&D dans la zone ou mise au point d’innovation pour les marchés de la zone OI…) peut apporter une valeur ajoutée dès lors qu’elle contribue à l’atteinte des objectifs de développement locaux (exemple via la fiche-action n°15). Au niveau national L’accès et la mobilisation de financements nationaux ou et européen européens ainsi que le pilotage de projets de recherche et d’innovation collaboratifs sont encouragés (exemple via la fiche-action n°2). En liaison avec la valeur Les contrats d’objectifs et les feuilles de route des structures fondamentale de d’accompagnement de développement et d’innovation, réseaux pourront prévoir la notion de travail en réseau comme condition d’accès au financement, afin d’améliorer la cohérence du système (exemple via la fiche-action n°17). Pourra également être instauré un « critère d’innovation » pour l’attribution de financements (accompagnement à l’investissement matériel, à l’équipement en TIC, au recrutement, à l’appel à des conseils extérieurs etc.). Ce « bonus innovation » pourrait ainsi permettre de rendre plus favorable l’octroi de financement, selon des indicateurs et des critères définis - en cohérence avec les observations et évaluations de la SRI - (exemple via la fiche-action n°12). En liaison avec la Dans le cadre d’appels à projet, il est proposé de détecter valeur fondamentale dans les projets, a priori non éligibles, s’il existerait des d’accessibilité, visibilité innovations qui seraient jugées stratégiques pour le et lisibilité territoire mais dont les cadres d’intervention existants et ceux découlant des fiches actions proposées ne permettraient pas le soutien. La méthodologie de diagnostic serait à définir avant l’appel à proposition (à titre d’exemple : une thématique jugée a priori émergente mais ne disposant pas encore de marché, ou une technologie émergente mais disposant d’un marché dont la demande est mature). Il est donc recommandé que le financement de ces situations exceptionnelles soit expressément prévu et précisément encadré.66
  • 67. Financement des orientations spécifiques préconisées ExemplesAffecter des moyens• Animation de nouvelles filières porteuses,• Cellule technique de réponse aux appels à projets de recherche,• Formations à l’innovation,• Amorçage pour établir la preuve de concept ,• …Réorienter les moyens• Lancement de concours de créativité tous publics,• Assurer une prospection et une information auprès des entreprises,• ... 67
  • 68. 68
  • 69. Ce document stratégique expose les orientations phares retenues par le Comité Régional pourPERSPECTIVES l’Innovation et permettant de créer l’environnement qui dynamise le processus d’innovation à La Réunion. Huit orientations stratégiques relatives à l’amélioration de la compétitivité territoriale, la compétitivité économique et la compétitivité humaine de La Réunion y sont déclinées. Dix sept fiches-actions sont également proposées en vue d’une mise en œuvre. Cette stratégie est vivante : elle nécessite d’être réactive pour répondre aux nécessaires évolutions que connaitra l’ile. En ce sens, le travail qui a été réalisé ne peut être considéré comme terminé. Il appartient à la gouvernance proposée, laquelle devra être mise en œuvre rapidement, de poursuivre le travail engagé dans le but de donner à La Réunion et à ses habitants tous les atouts de leur réussite. Notre Stratégie Régionale d’Innovation est le résultat d’un travail collectif, chaque acteur ayant pleinement pris la mesure des enjeux de développement pour La Réunion. Si l’on veut passer d’une logique de rattrapage à une logique de compétitivité, et si l’on veut pleinement s’engager dans un développement durable par l’innovation, il appartient désormais à l’ensemble des acteurs de s’approprier ces résultats. 69
  • 70. 70
  • 71. Annexe 1 - Organisation de la démarche SRIANNEXES 1-1 - Gouvernance mise en place pour l’élaboration de la SRI La démarche a été placée sous l’autorité d’un Comité de Pilotage (COPIL) composé de l’Etat, du Conseil régional et du Conseil général. Il a tenu un rôle stratégique, budgétaire et décisionnel et a validé la Stratégie Régionale finalisée. Le Comité Régional pour l’Innovation (CRI) a tenu un rôle méthodologique, il a formulé ses propositions et a impliqué les acteurs locaux. Il était composé de représentants du monde économique et social et du monde de la recherche, et également de personnalités qualifiées. Il s’est réuni en présence des membres du Comité de Pilotage. Enfin, pour élaborer ses propositions, le CRI s’est appuyé sur les travaux et les réflexions des Groupes de Travail. Les propositions de la SRI ont été ouvertes à discussion avec les acteurs intéressés par le développement sociétal, économique et organisationnel de La Réunion, au cours des premières Assises Régionales pour l’Innovation qui se sont tenues le 13 octobre 2009. L’animation et la coordination de l’élaboration de la SRI ont été confiées à la SR21 qui a assuré la mission de secretariat technique. Comité de pilotage Comité Régional pour l’Innovation (CRI) Etat Région Président : Le Président du CESR Département • Les Chambres consulaires (CCI, CMA, CA) • L’université de La Réunion • Le Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie • Les organismes de recherche (le B2C3I) • La Réunion Economique • L’Agence Française de Développement (pour OSEO) • La Jeune Chambre Economique • L’AFECEI Etablissement de crédits Premières Assises Organisation des réflexions Régionales pour Réseaux de partenaires l’Innovation Attractivité Percolation de Aménagement, du système l’innovation organisation et de formation dans les TPE/ attractivité du à l’innovation PME territoire Financement et Gouvernance de l’innovation Secrétariat technique SRI (SR21) 71
  • 72. pour lélaboration de la SRI de La Réunion 1-2 - Calendrier et méthodologie de travail pour l’élaboration de la SRI Adoption 13 octobre 2009 12 août 2010 de la Synthèse 1ères Assises Adoption 02 déc 2008 des stratégies Régionales pour de la SRI Lancement officiel macro-économiques lInnovation et avis de la SRI Méthodologie : choix et organisation Réflexions Synthèse Mise en cohérence Avis dexpert Démarche participative Arbitrages le 10 déc 2008 Adoption des Synthèses des 9 déc 2009 Analyse stratégie groupes de travail Etat davancement globale, enjeux (rédaction des propositions et de la SRI projet de fiches actions) Comité National de Suivi Points détape avec le niveau national et européen : dont Commission Européenne (DG Régio) Points détape avec le Comité de Pilotage (COPIL : Etat, Région et Département) Points détape avec le Comité Régional pour lInnovation (CRI) oct nov déc jan févr mars avril mai juin juill août sept oct nov déc jan févr ... juill août 2008 2009 2010 25-27 mai 2009 Groupes de travail Conférence et avis dexpert sur le travail en réseau Thématiques Groupe de travail 1 : Attractivité et performance du système de Groupes de travail formation réunionnais à linnovation Transversaux Réflexion avec luniversité de La Réunion et Remontée des Table ronde élargie GT4 : Financement préconisations des entreprises et innovation Groupe de travail 2 : Percolation de linnovation dans les TPE-PME Remontée des GT5 : Gouvernance préconisations Enquête pilotage durable de Entreprises / Focus Groupes linnovation Groupe de travail 3 : Aménagement, organisation, attractivité du territoire réunionnais Démarche participative (réunions de groupes, contributions directes, travail en réseaux) 1-3 - Démarche participative : Sur la base d’une analyse et synthèse des stratégies macro-économiques, cinq groupes de travail thématiques ont été mis en place par le Comité Régional pour l’Innovation pour l’élaboration de la SRI : Groupe de travail 1 : Attractivité du système de formation réunionnais à l’innovation, Groupe de travail 2 : Percolation de l’innovation dans les TPE/PME, Groupe de travail 3 : Aménagement, organisation et attractivité du territoire réunionnais. Ces groupes étaient composés de personnalités variées du monde socio-économique, institutionnel et du monde de la recherche, qui sont intervenus à titre intuitu personae. Les membres du Comité Régional pour l’Innovation sont également invités ainsi que les membres du Comité de Pilotage. En transversalité ont été menées des réflexions sur les thèmes suivants : la recherche, l’enseignement supérieur et le travail en réseau. Groupe de travail 4 : Financement des entreprises et innovation Groupe de travail 5 : Gouvernance - pilotage durable de l’innovation72
  • 73. Liste des personnes ayant participé à l’élaboration de la Stratégie Régionale d’Innovation (décembre 2008 à novembre 2009) Nom, Prénom Structure/Organisme/Entreprise Comité de Pilotage ADAMADORASSY Serge Conseil Général BALLANDRAS Jean Préfecture/SGAR CESARI Maya Conseil Régional FOCK Eric Conseil Régional GUILLAUMIN Patrick Conseil Régional GUILLERY Sylvie Préfecture/SGAR LAJOIE Gilles DRRT LOCATE Ismaël Conseil Général OUDARD Bruno Conseil Général Comité Régionalpour l’Innovation CERISOLA Maurice Réunion économique DUBOIS Corinne Chambre des Métiers et de l’Artisanat DUPONT Guy Personne qualifiée GRONDIN Katia Jeune Chambre économique GULTZGOFF Germain Réunion économique HAM-CHOU-CHONG Gilles CCI - CRITT HERVE Patrick Personne qualifiée LEBOUCQ Philippe AFD LEMAIRE Sylvie Conseil Régional MAGAMOOTOO Eric Chambre de Commerce et d’Industrie MANDRET Gilles CIRAD / B2C3I MINATCHY Jean-Yves Chambre d’Agriculture MONDON Jean-Raymond Président du CRI MOSER Jean-François Réunion économique MOUTOUCOMARAPOULE Françoise Conseil Régional NEDELLEC Jean Louis BRGM / B2C3I PACAUT Pascal AFD PARISOT Eric Chambre d’Agriculture PAYET Serge Personne qualifiée PICARDO Bernard Chambre des Métiers et de l’Artisanat ROBERT Roland Conseil Général ROCHDI Mohamed Université ROCHE Régis Jeune Chambre économique SAURIER Olivier AFD SERAPHINE Alain Personne qualifiée SERRE Ludovic CCI EEN Réseau Europe Entreprise Network STRASBERG Dominique Université VUILLEMIN Jérôme Chambre des Métiers et de l’Artisanat Invités extérieurs PRAGER Jean-Claude ADIT LE BOTERF Guy LE BOTERF Conseil SALVATORI Gianluca EURICSE DE MAIDAGAN Xabier Innobasque Seulliet éric La Fabrique du Futur VAXELAIRE Daniel Ecrivain Groupe de Travail n°1« Attractivité et performance du système de formation réunionnais à l’innovation » ABDALLAH Clément ARZILLI Gérard AUDIFAX Nadège BOYER Harry DEBRAY Olivier DESCAMPS-JULIEN Blandine DUNAND-ROUX Sandrine FRUTEAU Colette GEORGES-SKELLY Michel GIRIER Monique GRONDIN Katia 73
  • 74. GUYON Marie-Claude LAPORTE Gilbert LAW YEN Johnny PAYET Harry SANTONI Guy-Luc TENART Virginie VIENNE Dominique Groupe de Travail n°2 « Percolation de l’innovation dans les TPE/PME » ATHEAUX Gwen BENIZEAU Jean-Lou BOULET Fabrice CADIVEL Illya CELESTE Alain CESAR David CHOW-CHEUK Ingrid CLERVIL Henri DANIEL Nathalie DASILVA Franck DESCAMPS-JULIEN Blandine DELABAERE Françoise DELFORGES Bruno DELHOM Tristan DONADIEU François DUCHIER Yves ESPITALIER Gilles FREDUREAU Pascal GALAUP Laurence GIRAUD Marc GOULAMALY Abde Ali HOAREAU William LABEDAN Réné LAURIOT Benjamin LAW DUNE Miguy LE NIVET Marie-Noëlle LEPERLIER Marie-Denise LESIZZA Jean-Luc LEDENON Jean-Paul MAILLOT martine MARTEAU-PETIT Mireille MERALLI-BALLOU Pulchérie MILLOT Bruno MIRANVILLE Frédéric MOURRON Frédéric NONET Joëlle OUDIN Dominique QUELO Vincent RIO Dominique ROBINET-LEMETTER Odile ROUSSELOT Jacques SIEGMUND Bernard SURJUS Pierre Jacques TARNUS Evelyne TAYE Thierry TECHER Christian THIBIER Fabrice TIANO Sophie TOURET Richard VACARME Dominique Groupe de travail n°3 «Aménagement, organisation et attractivité du territoire réunionnais» ALLIOUX Karine BIALECKI David BRET Laurent CHEYSSIAL Attila CHICHERY Mathieu 74
  • 75. DAMBLANS Gwenaëlle DESNOST Florence DUVAUT Daniel HENRIETTE Clency HUSS Christophe JEAN-PIERRE Philippe LAMOTTE Didier LIAUME Sylvain MARCHAL Thierry OBERLE Michel RIVIERE Nathalie SANTONI Guy-Luc TATARD Jean-Claude WUILLAI Eric Groupe de travail n°4«Financement et innovation» ARLES Pierre AERTS Michel BENG THI Marine BERFROI Jimmy BLIN Thierry CHARRAS-GILLOT Thierry CHOW-CHEUK Ingrid CLERVIL Henri COLLAVINI Lionel DELABAERE Françoise EVRIN Laurence FARA Christian GRONIER HOAREAU Didier LENORMAND Danièle MANDRET Gilles MARTEAU-LAMARCHE Mireille MANDOCE Alain MOURRON Frédéric OBERLE Michel PAPAMA Patrick PORCHER Richard RAMY Pascal ROSA Anthony SERY Dominique TIANO Sophie TOURET Richard TURPIN Monique Groupe de travail n°5« Gouvernance / Pilotage durable de l’innovation  » BIALECKI David BOYER Michel CUCCHI Alain DELABAERE Françoise DESNOT Florence LALA Abdoullah LE NIVET Marie-Noëlle LENORMAND Danièle MARTEAU-LAMARCHE Mireille OBERLE Michel PAPAMA Patrick PEGUILLAN Elisabeth POUJADE Jean Paul THIBIER Fabrice 75
  • 76. Secrétariat technique AYAPERMAL Aïcha SR21 LEUNG-THEUNG-LONG Véronique SR21 SERIZIER Philippe SR21 SOUBOU Marcel SR21 STERN Véronique SR21 76
  • 77. Annexe 2 – Synthèse intégrale des stratégies macro-économiques Cette synthèse donne les points de convergence des orientations stratégiques phares et consensuelles sur lesquels la Stratégie Régionale d’Innovation doit s’appuyer. Ces orientations sont issues des différents projets de développement du territoire établis et partagés par les acteurs locaux. sommaire de la synthèse Préambule Un changement de modèle économique pour la prochaine génération réunionnaise : un objectif et un diagnostic partagés 1. 1-1 : Des évolutions inéluctables L’ouverture sur 1-2 : Des cibles hiérarchisées le monde 1-3 : Ouverture des entreprises, des hommes et des infrastructures 1-4 : L’innovation, condition de l’ouverture : La Réunion, laboratoire et « vitrine » 2. 2-1 : Les ressources humaines et leur avenir à l’échelle internationale Vers l’excellence A/ Publics peu formés, « économie d’insertion », maîtrise de l’illettrisme : réunionnaise traiter à la base le système de l’exclusion B/ Formations généralistes et professionnalisantes C/ Enseignement supérieur, recherche et enjeux économiques 2-2 : Développer un pôle d’avenir par l’interactivité des DAS et des secteurs traditionnels A/ Les Domaines d’Activité Stratégique, secteurs d’entraînement du développement futur - Caractéristiques communes - Les DAS, enjeux communs et interactivité - Les Domaines d’Activité Stratégique - DAS B/ Des secteurs traditionnels, socle de l’innovation et de la compétitivité externe - Construire le modèle économique à partir du tissu existant - Deux secteurs primordiaux pour la cohésion territoriale : agriculture et BTP 3. 3-1 : Un capital-territoire Le territoire - Capital jeunesse, capital social, capital culturel réunionnais dans - Le capital naturel : enjeu de préservation, enjeu de compétitivité de nouvelles - Du gisement énergétique au « territoire-laboratoire » dimensions 3-2 : Compétitivité et attractivité du territoire de l’île - Équilibre et solidarité du développement territorial - Les déplacements, clé de la solidarité territoriale - Inventer la ville réunionnaise du XXIe siècle - Un développement économique en profondeur pour le territoire réunionnais 3-3 : Un « grand territoire » à l’échelle du monde - La nécessité - La réalité : les acquis Observation conclusive 77 / 26 77
  • 78. Un changement de modèle économique pour la prochaine génération réunionnaise : un objectif et un diagnostic partagés Préambule Des prises de La Réunion a fait siens il y a un quart de siècle les principes d’ajustement structurel de la conscience politique régionale européenne. Elle a recherché leur application optimale à sa situation économique, sociale et territoriale. C’est selon cette trame qu’elle a conduit, pendant 20 convergentes ans, un développement marqué par l’objectif de rattrapage du niveau européen, fondé sur la réalisation des infrastructures fondamentales, sur la mise en place du cadre de formation, sur la modernisation de l’agriculture et sur la création d’un secteur industriel d’import-substitution. à partir de 2005, au terme de trois « exercices européens », les acteurs réunionnais, institutions et société civile, prennent conscience de la nécessité d’un nouveau modèle économique. Le POE 2007-2013, dans sa présentation stratégique, pose l’impératif « d’adapter les standards de compétitivité attendus des régions d’Europe continentale et d’inventer de nouveaux paramètres de performance tenant compte de la nécessaire solidarité ». Cette dynamique doit « s’inscrire dans une logique de valorisation des atouts et de performance fondée sur la spécificité d’un modèle économique et social réunionnais au sein de son espace géographique ». Cet objectif, mis en exergue de l’actuelle programmation des fonds structurels, reprend pour le moyen terme les fondements communs aux stratégies de long terme développées par les principales institutions réunionnaises, sous le prisme d’ « angles d’attaque » diversifiés et de leurs compétences respectives : • Le Schéma d’Aménagement et de Développement Durable du Conseil général présente un plan d’action d’aménagement répondant aux nouveaux enjeux de développement de la population et des territoires réunionnais ; • Le Plan Réunionnais de Développement Durable (PR2D), produit d’une réflexion concertée conduite par le Conseil régional, traite des axes et des problématiques d’actions d’un modèle de développement durable réunionnais ; • « La  Réunion Ile Verte  », qui émane du monde économique, développe et approfondit la notion de Domaines d’Activité Stratégique (mis en évidence dans le cadre du PR2D), vecteurs d’excellence, d’ouverture et d’équilibre dans le développement durable ; • Enfin « Réunion 2030 - GERRI » initié par l’état en concertation avec ses partenaires est une déclinaison des orientations du Grenelle de l’Environnement, posant l’excellence énergétique comme moteur de positionnement et d’identité pour La Réunion. Des facteurs Les facteurs internes relèvent du dynamisme et de la vulnérabilité d’un petit territoire isolé inéluctables, Les contraintes exogènes du développement économique figurent dans tous les documents à saisir en de programmation depuis l’engagement il y a 20 ans des politiques d’ajustement structurel : opportunités Les contraintes géographiques (relief, aléas climatiques, risques géologiques) pèsent sur les plutôt qu’à subir  réponses aux besoins d’équipements structurants et accentuent les tensions sur un espace utile réduit ; L’isolement, l’insularité contraignent l’économie locale à composer avec la faiblesse du marché intérieur, la recherche de valeur ajoutée et l’interdépendance des activités devant compenser l’insuffisance de « taille critique économique » ; L’arrivée de 180 000 nouveaux Réunionnais à l’horizon 2025 sur ce territoire restreint et contraint entraîne des obligations fortes pour l’aménagement du territoire et l’intégration sociale comme pour l’emploi, afin de valoriser cette importante ressource humaine. Les facteurs extérieurs traduisent la dépendance croissante de La Réunion au monde, et relèvent des « grands défis du 21e siècle » : La mondialisation des échanges et de l’économie prend des formes multiples : • L’ouverture par les nouvelles technologies de la communication et de l’information, une organisation des marchés ouvrant de plus en plus le champ à la concurrence, • La montée des grandes puissances asiatiques qui impacte désormais directement les conditions du développement de l’économie réunionnaise, • La concrétisation la plus directe à laquelle elle doit faire face est la mise en œuvre des Accords de Partenariat Economiques (APE). Les risques de rupture de ressources énergétiques placent le développement des énergies renouvelables au cœur des stratégies économiques et sociales ; L’évolution du contexte environnemental et climatique induit une nouvelle donne géostratégique dans laquelle La Réunion ne doit pas voir son isolement s’accentuer.78
  • 79. Des enjeux Les « exercices stratégiques » élaborés par les décideurs réunionnais mettent en évidence desfondamentaux enjeux fondamentaux  Nécessité pour l’économie réunionnaise d’une transition active de l’économie résidentielle à la création de richesses  : l’économie doit se structurer et saisir les opportunités offertes par le développement durable, afin de créer de nouvelles activités et engendrer des emplois durables ; Une démarche constante de «  mise à niveau  » et une capacité d’adaptation aux mutations induites par les exigences du développement et aux incertitudes de son évolution : c’est ce que La Réunion a déjà su faire depuis deux générations ; Poursuivre jusqu’à son achèvement le grand chantier infrastructurel entrepris sur le long terme lors des précédentes programmations européennes ; Prendre enfin la mesure de l’évolution des politiques de soutien publiques (diminution des aides européennes et nationales) : financements d’état de plus en plus contraints, restriction progressive des crédits communautaires, alourdissement des charges pesant sur les grandes collectivités locales. Il devient nécessaire de « chercher à modifier les contextes règlementaires des dispositifs nationaux et européens pour les rendre plus stimulants et favoriser leur impact en termes de création d’emplois et de richesses à La Réunion, en veillant au maintien de la cohésion sociale ». Ce processus incite à aller au plus loin dans la logique de l’article 299-2 du traité d’Amsterdam, dans la prise en compte de la singularité de la situation économique des RUP, et d’aller vers la mise en œuvre de la compétitivité réunionnaise par des mesures en rapport avec sa pleine spécificité, au-delà des déclinaisons dérogatoires du droit commun en vigueur aujourd’hui. Compétitivité humaine, compétitivité économique, compétitivité territoriale : l’ensemble des documents stratégiques met l’accent sur l’importance des enjeux transversaux, qu’ils portent sur le potentiel humain, l’organisation du territoire, ou le positionnement de La Réunion dans le contexte international ; ce qui implique un projet partagé par tous, avec le « ciment » de la compatibilité avec la culture réunionnaise. 79
  • 80. 80
  • 81. 1 L’ouverture sur le monde L’ouverture a figuré au premier rang des objectifs prioritaires de La Réunion dès les premières programmations européennes. Les stratégies récentes en accentuent le caractère impératif, avec une perception plus précise des menaces et des nécessités, ainsi que des moyens à mettre en œuvre. « La portée et l’ambition du développement de La Réunion, dé- passent désormais la seule mesure de son territoire physique. » 81
  • 82. 1-1 : Des La petite taille du marché local et les modifications dans les échanges internationaux (APE, évolutions mondialisation) appellent de telles évolutions. La réalisation de l’ouverture est maintenant encadrée par les règles européennes et mondiales et le « calendrier OMC » (mise en place des inéluctables Accords de Partenariat économique entre l’Union Européenne et les pays de l’Afrique Australe et Orientale, échéances de la PAC, des fonds structurels européens, renégociation des accords sucriers). 1-2 : Des cibles L’île doit aller au-delà de  sa relation privilégiée avec la France et l’Union Européenne. Ces hiérarchisées cinquante dernières années ont principalement été consacrées à la mise à niveau des standards sociaux et infrastructurels – non encore atteints – tirant la croissance par la consommation et la commande publique. Pour asseoir son développement et réussir son entrée dans l’économie de la connaissance, « La Réunion doit relever le défi de son intégration régionale et mondiale ». La «  construction d’une communauté économique de l’océan Indien et de ses rives  » est une priorité stratégique partagée par la quasi-totalité des documents qui établissent cependant une hiérarchie des cibles : d’abord les îles voisines puis l’océan Indien, ensuite les pays ou continents d’où viennent des composantes de la population réunionnaise (la Chine, l’Inde, l’Afrique). Cependant, la conquête d’autres espaces n’est pas exclue : l’Europe, certes, mais aussi les pays pauvres ou émergents et les pays plus lointains, comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande. 1-3 : Ouverture L’ouverture implique d’abord « l’internationalisation des entreprises » des entreprises, des hommes et L’enjeu est d’inciter des entreprises installées sur le marché local à aborder un marché régional où, sur des filières similaires à celles de La Réunion, leur capacité concurrentielle directe subit des infrastructures le handicap du différentiel de coût de production. Si la dissymétrie instaurée par les APE dans les tarifs douaniers et les difficultés liées à la solvabilité des pays tiers voisins ne favorisent pas des modes simples de pénétration de ces marchés, des synergies et complémentarités peuvent être recherchées dans le cadre de stratégies communes (co-développement) et dans le cadre de la programmation de l’aide communautaire au développement (FED) et au commerce (Aid for Trade). Un travail de communication, d’accompagnement technique et d’évaluation objective des risques et opportunités pour chaque secteur et chaque entreprise doit donc être mené pour « passer d’une « ouverture subie » à une « ouverture voulue ». Parmi les pistes opérationnelles : communiquer sur les expériences internationales réussies, généraliser un dispositif de diagnostic des entreprises candidates à l’ouverture, constituer des groupements d’entreprises visant à atteindre une masse critique permettant d’être représentatif sur le marché international, ou encore valoriser le potentiel de la diaspora en l’utilisant comme réseau opérationnel de « réceptifs ». L’internationalisation de l’économie suppose aussi d’accepter la réciprocité  : l’ouverture de marché intérieur à la concurrence, l’apport d’investissements étrangers, sous réserve de préserver les équilibres sociaux et économiques de l’île. « L’ouverture des hommes » passe par un travail de fond sur la formation : enseignement des langues ; formation aux techniques de l’international ; enfin montée en puissance des formations de haut niveau pour générer une attractivité internationale. Ce dernier aspect est essentiel pour assurer une mobilité équilibrée, où La Réunion trouve son bénéfice par l’attractivité des élites et non par leur « rétention ». Le changement d’échelle des infrastructures, en lien avec le développement des liaisons vers d’autres pays développés ou émergents est un facteur essentiel de l’ouverture physique réalisable sur les trois modes numérique, maritime et aérien : • Le devenir de Port Réunion est à la croisée des chemins dans les proches années. L’option de long terme pour un équipement dédié au projet de rayonnement de l’économie réunionnaise dans son contexte régional suppose une stratégie et une prise de risque collectives par rapport à des échanges maritimes internationaux aux évolutions très difficilement projetables. • Le renforcement de l’ouverture des aéroports à l’international avec pour objectif, «  le développement d’un concept de plateforme externalisé sur la métropole voire plus largement l’Europe et encore plus l’océan Indien, et l’Asie figure parmi les dossiers territoriaux prioritaires. » • Le positionnement de La Réunion comme «  carrefour numérique  » de l’océan Indien est un enjeu essentiel d’influence dans l’économie de l’information dans le Sud-ouest océan Indien, en concurrence avec celle des grands pays émergents, Inde et pays du Golfe Persique en premier lieu. Elle est également une condition sine qua non de la participation de La Réunion à l’économie numérique mondialisée. La Réunion doit réussir à se placer sur le chemin des grands axes d’échanges internationaux.82
  • 83. 1-4 : L ’innovation, Les différents documents insistent sur le fait que la stratégie d’ouverture de La Réunion n’est condition réalisable qu’à la condition d’une généralisation du principe d’excellence (voir ci-dessous). Les handicaps de la taille de l’île et de ses coûts de production peuvent être partiellement surmontés de l’ouverture : par une politique d’innovation qui, tout en renforçant la durabilité de l’attractivité du territoire, La Réunion, contribuera à son efficacité dans l’ouverture. laboratoire Les propositions dans ce sens sont nombreuses d’un document à l’autre : et « vitrine » • « Vendre La Réunion comme terre d’accueil des TIC », en en faisant un outil de coordination et de savoir-faire réunionnais à l’export (projet d’un pôle innovation numérique réunionnais) • Affirmer la santé comme axe majeur de co-développement : « Le positionnement au cœur de l’océan Indien, allié à la qualité de la médecine sur l’île doivent inciter à la mise en place d’un secteur de recherche-développement autour des questions de santé en milieu tropical. Cet axe majeur offre des possibilités y compris économiques réelles, face aux besoins des pays pauvres mais aussi des pays émergents de la zone »  • Développer la capacité exportatrice de l’agro-alimentaire en jouant sur le dynamisme du pôle agro-nutrition en milieu tropical • Renforcer l’excellence environnementale de La Réunion en mutualisant avec les pays voisins la gestion des déchets, leurs flux et les capacités de retraitement et de valorisation C’est dans le domaine énergétique que cette valorisation du capital d’innovation de La Réunion dans un processus d’ouverture est la plus fortement projetée : le programme GERRI, déclinaison du cadre national défini par le « Grenelle de l’environnement », et s’appuyant sur le travail de fond décennal du PRERURE15 en matière d’autonomie énergétique de La Réunion, entend « ouvrir la voie pour des solutions pérennes duplicables  » dans le champ des énergies renouvelables et de leur application (transports-déplacement, construction-urbanisme et tourisme). Il s’agit de « faire de La Réunion un espace d’excellence, d’innovation et de démonstration en matière de développement durable ». GERRI, qui a donc pour ambition d’élever « ce  département, le plus peuplé et le plus moderne de l’Outre-mer français » au niveau mondial « pour être identifié et reconnu », se présente comme une réponse à un besoin sociétal, s’adressant à « une population métissée, jeune, familiarisée avec 15 la feuille de route du PRERURE, récemment votée en août 2009 par l’Assemblée Plénière du Conseil Régional, s’intitule STARTER : Stratégie pour l’Autonomie Energétique, la Relance et la Transition de l’Economie Réunionnaise. 83
  • 84. 84
  • 85. 2 Vers l’excellence réunionnaise L’objectif d’excellence amène à préciser la notion de « compétitivité réunionnaise » impliquant une interaction étroite de la productivité économique, de la cohésion sociale et de la formation. Elle procède de deux impératifs : celui de cohérence et de continuité en termes de rattrapage, celui de réponse aux nouveaux défis en termes de com- pétitivité, dans une optique d’ « intéressement » de tous au progrès de La Réunion. La compétitivité humaine se traduit d’abord dans la recherche d’une élévation constante des niveaux de qualification. Elle vise également une plus grande efficacité des politiques publiques liées aux condi- tions de vie des habitants (éducation, insertion, logement, cadre de vie,…) et à la réduction des inégalités sociales, la cohésion sociale constituant en elle-même un atout de développement à valoriser. 85
  • 86. 2-1 : Les ressources les standards européens et désireuse de s’investir dans un projet fédérateur ». humaines et leur La Réunion bénéficie, dans son contexte régional, d’un dispositif de formation qui reflète l’acquis de avenir à l’échelle son intégration dans le système institutionnel national et européen depuis la départementalisation, internationale aux différents niveaux de l’appareil ; le plus récent et le plus sensible étant, il y a moins de vingt ans, la création d’une université qui, avec les autres filières d’enseignement supérieur, rassemble aujourd’hui plus de 15 000 étudiants. Cependant, l’ensemble des documents stratégiques porte une interrogation sur l’adéquation d’ensemble de ce dispositif aux enjeux du développement futur, tant en termes d’épanouissement de la future génération réunionnaise que de compétitivité du territoire, illustrés notamment par la problématique mobilité/attractivité. C’est dans le champ même du dispositif de formation que le besoin d’innovation est le plus évoqué. A/ Publics peu formés, « économie d’insertion », maîtrise de l’illettrisme : traiter à la base le système de l’exclusion Les stratégies portées par les collectivités locales réunionnaises mettent en garde contre un dispositif d’excellence «  bâti sur le sable  » parce qu’il esquiverait le problème de la réduction du fort effectif d’exclus qui perdure à La Réunion : facteur latent de fragilité de l’équilibre social, réduction à la base du potentiel de performance économique, coût public stérile, autant de freins pour une attractivité proclamée. Maîtriser l’illettrisme  L’illettrisme est un phénomène complexe, difficile à cerner dans sa définition, sa mesure (toutefois l’estimation d’un « volant » de 120 000 illettrés, sans tendance à la réduction, est partagée) et ses facteurs. Les diagnostics se rejoignent sur deux points : • L’illettrisme est un phénomène d’érosion des fondamentaux d’insertion sociale et économique des personnes qui intervient à tous les stades de la vie. Il concerne donc aussi bien le système scolaire que les dispositifs d’insertion – avec un « trou » entre sortie du système scolaire et âge du droit au RMI – et les employeurs. • Au premier stade, on ne saurait cantonner la responsabilité de la maîtrise de l’illettrisme à la seule éducation nationale  : elle est à placer dans le cadre d’un accompagnement périscolaire rénové, c’est-à-dire dans un dispositif intégré regroupant l’école, les politiques familiales et les politiques territoriales de proximité. Renouveler l’économie d’insertion La réduction des moyens publics affectés aux emplois aidés a poussé dans les dernières années à la réflexion sur le remodelage du dispositif. Sans que les voies et moyens en aient encore été trouvés, les préconisations convergent sur trois points : • assurer une professionnalisation tant des structures d’encadrement que des personnes • placer l’orientation et le financement de ces emplois dans une logique de prestation de service • mettre en place une coordination d’ensemble, organisée selon ces objectifs, regroupant les demandes et organisant une offre adaptée, en assurant l’interface avec les dispositifs de formation. Il serait illusoire de croire que de tels dispositifs «  révèlent  » un marché venant absorber et solvabiliser dans l’économie marchande l’ensemble de l’effectif de personnes peu qualifiées. La construction d’un «  nouveau modèle d’économie sociale et solidaire  » est sous-tendue par une notion d’apprentissage de la citoyenneté et de nouvelle éducation populaire. Il doit viser, parallèlement à l’acquisition d’une « employabilité », d’autres formes d’intégration, à rechercher dans les enjeux de cohésion sociale, de qualité des modes de vie, de sécurité collective nécessaires au développement de La Réunion. B/ Formations généralistes et professionnalisantes Une préoccupation immédiate porte sur l’enseignement supérieur, où l’on constate à la fois que de très nombreux étudiants - pourtant souvent issus de l’enseignement secondaire professionnel - s’orientent vers des filières généralistes dans l’espoir de trouver un emploi à terme. Et que de plus, il y a permanence dans la difficulté de jonction entre le terme des études généralistes et l’entrée en activité.86
  • 87. Les améliorations à apporter dans l’avenir relèvent de deux axes d’action :• l’organisation d’une mobilité équilibrée ;• le développement de modules de professionnalisation « adaptables », selon une temporalitéadéquate, aux besoins de la société et du marché, dispositif déjà expérimenté, ce qui impliquedeux préalables :Un processus réactif d’homologation de tels diplômesUn dispositif de pilotage fort, permettant un repérage efficace des besoins. Cela suppose laresponsabilisation des acteurs socio-économiques dans cette gouvernance. En premier lieu,l’ensemble des branches professionnelles de La Réunion doit être en mesure de mieux préciserles besoins de qualification, à court et moyen termes, localement et à des échelles plus étenduesdu marché.C/ Enseignement supérieur, recherche et enjeux économiquesLa conviction est partagée que le devenir de l’économie réunionnaise est fortement conditionnépar la création de filières à forte valeur ajoutée, et par l’attractivité régionale de pôles d’excellence :ce qui implique la mise en œuvre de priorités fortes, et donc de choix. Le dispositif d’enseignementsupérieur et de recherche doit entrer dans un système solidaire l’engageant tout particulièrementaux côtés :• du Conseil régional, poursuivant un processus de définition plus approfondi de ses prioritésstratégiques dans le domaine de l’économie, de la recherche et de l’innovation, afin d’améliorerla visibilité de l’excellence dans ces domaines ;• du monde économique, qui, à travers le projet Ile Verte, se dote progressivement des moyensde définir collectivement les besoins et les moyens lui permettant d’atteindre les objectifs dedéveloppement durable qu’il s’est fixé.Les clés de choix ne seront pas simples pour autant. Il faudra optimiser et arbitrer la répartition del’effort futur entre :Des pôles d’enseignement/recherche directement utiles au développement économiqueréunionnaisDes spécialisations sans retombées économiques directes, mais liées à l’identité forte de LaRéunion tenant à son patrimoine tant culturel que naturel, et contribuant à son image et à sonattractivité.Le constat de «  pertes en ligne  » dans le système actuel, mais surtout l’accélération de laconnaissance, accentuent l’importance de la notion de formation tout au long de la vie. C’estdans ce cadre que pourrait s’inscrire un retour adapté de certains diplômés vers le système deformation, dans l’optique de les « réarmer » pour un débouché professionnel.Mais la mise en œuvre de la formation tout au long de la vie ne saurait se réduire à un dispositifpalliatif des lacunes et cloisonnements du système actuel. Elle peut être le cadre de référenced’un fonctionnement impliquant l’ensemble des niveaux de formation initiale et continue,fonctionnement qui nécessiterait principalement :• le développement du concept d’apprentissage• l’implication de l’ensemble des entreprises, pour la promotion de l’entrepreneuriat auprès desscolaires et des universitaires, comme pour la définition et le financement des formations. 87
  • 88. 2-2 : Développer un L’ensemble des stratégies de long terme met en évidence deux moteurs essentiels : pôle d’avenir par •L’identification, l’organisation, le renforcement des Domaines d’Activité Stratégique (DAS). C’est l’interactivité des la condition indispensable à un positionnement concurrentiel et attractif de La Réunion dans le DAS et des secteurs contexte régional et mondial traditionnels • La mise en réseau, l’interactivité de l’ensemble des acteurs du développement économique (entreprises, institutions, appareil de recherche et de formation). La conscience de cette nécessaire solidarité se manifeste par la référence récurente aux «  clusters  ». Les principes de «  réseaux qualifiants » à la base des Pôles de compétitivité sont effectivement porteurs de dynamisme. C’est dans la combinaison efficace de ces deux facteurs que réside le principal gisement d’innovation en faveur de la compétitivité économique de La Réunion, et de la création d’emplois qualifiants et pérennes. A/ Les Domaines d’Activité Stratégique, secteurs d’entraînement du développement futur Les différentes démarches stratégiques proposent plusieurs nomenclatures de DAS, dont le nombre et le « périmètre » ont été plus ou moins directement liés aux évolutions des normes et des programmes gouvernementaux. Ils présentent des caractéristiques communes et des enjeux communs dont découle leur nécessaire interactivité. Caractéristiques communes  • L’ouverture  Tous les DAS identifiés l’impliquent, notamment à l’échelle du marché de l’océan Indien, et du potentiel de coopération régionale (cf. supra). • Le choix du long terme Cette orientation ne vise pas des produits déterminés, dont on peut difficilement dessiner à ce stade les contours des différents marchés qui s’annoncent et les quantifier. Elle porte sur le positionnement sur des bassins de marché, sur les facteurs de productivité, sur la montée en qualification générale, processus à évolution progressive nécessitant le «  maintien du cap  » dans la durée. Elle passe donc par la définition d’objectifs stratégiques, desquels découlent des plans d’actions phasés, des objectifs opérationnels et des moyens et outils, financiers et réglementaires. • La haute valeur ajoutée La Réunion (et donc l’Europe) peut devenir une plate-forme à haute valeur ajoutée dans l’océan Indien, dans une «  course-poursuite  » avec les grands pays émergents d’Asie et d’Afrique. L’investissement dans l’immatériel (services, ou ingénierie intégrée aux segments à forte valeur ajoutée des process industriels) permet de pallier aux contraintes insulaires et à l’absence de matières premières. • La diversité La Réunion peut miser sur une juxtaposition d’économies de « niches », suffisante pour accélérer sa dynamique de développement à son échelle, avec une vulnérabilité bien moindre que celle du modèle mono productif. • L’utilisation des contraintes pour construire des avantages La complexité des opérations d’aménagement, l’application des normes européennes, la nécessité de développer des alternatives énergétiques, demain l’enjeu de restauration de la sécurité sanitaire face aux risques épidémiologiques, ou la prévention des aléas climatiques et autres risques naturels, engendrent des savoir-faire constituant autant de « souches d’excellence ». Plus généralement, la micro-insularité et la tropicalité, caractérisant l’ensemble de l’activité réunionnaise, ont toujours imposé à La Réunion un « devoir d’innovation ». Ce devoir doit être accentué pour faire d’une contingence un atout technique et économiquement valorisable.88
  • 89. Les DAS, enjeux communs et interactivitéDans leur diversité, les DAS identifiés présentent des enjeux de mutualisation et d’interactivité.• Les effets d’entraînementLes DAS constituent des moteurs de création de richesse. Pour qu’ils soient réellement les agentsdu changement structurel, il faut mettre en place les conditions, sous deux aspects :• l’interaction avec les secteurs traditionnelsles DAS trouvent une large part de leur potentiel de développement dans leurs applicationsdans les secteurs traditionnels  : c’est en particulier le cas des TIC, des filières énergétiques etenvironnementales, de l’ingénierie.Réciproquement, c’est l’intégration de nouveaux paramètres de performance qui permettra auBTP, à l’agriculture ou au secteur des services aux entreprises d’être mieux armés tant pour leurmaintien sur le marché intérieur que dans leur « internationalisation ».• l’action en réseau : elle doit se situer à deux niveaux :En interneL’économie réunionnaise restera une économie de petites unités ; dans tous les domaines, c’estla capacité à monter des actions collectives et à les soutenir financièrement et techniquement quifondera le développement des DAS.Avec l’extérieurL’alliance industrie – recherche – centres de formation, principe des pôles de compétitivité estgénéralisable à l’ensemble des activités, à condition de trouver leur ressource dans les partenariatsextérieurs.• La veille stratégique et technologiqueLa capacité structurante des DAS pour l’économie réunionnaise ne doit pas cacher l’importanteévolutivité de ces secteurs, et l’obligation d’une adaptation constante des acteurs pour les valoriserpleinement au plan économique. Certains secteurs illustrent particulièrement cet aspect : l’essorrécent des TIC était lié à l’accompagnement de l’équipement de la société et de l’économie,leur potentiel sera de plus en plus lié aux productions, et notamment à l’interface entre création,technologie et diffusion.• Les normes nationales et européennesElles appellent (notamment pour la pêche, les normes énergétiques et environnementales, lesservices à la personne) une capacité de proposition en vue de leur adaptation à notre environnementrégional et géographique.• La formationSon importance a été déjà amplement soulignée, à propos de l’enjeu plus général de l’ouverturedes personnes et des entreprises.•L ’aménagement du territoireIl interfère les DAS, en réciprocité :De par l’enjeu de qualité d’aménagement d’un «  territoire contraint  », il en constitue un largeterrain d’application Il conditionne l’attractivité et la performance des activités  : disponibilité de foncier dédié,structuration des pôles de services et d’échanges, fluidité des infrastructures internes,développement des infrastructures de liaisons externes (cf. supra).•L ’enjeu du financementIl suppose une remise à plat de la prise de risque financière, priorisée sur des projets relevant desobjectifs stratégiques et d’innovation, avec des outils financiers publics relayés par des partenariatsfinanciers privés ouverts sur l’extérieur. 89
  • 90. Les DomaiNes D’aCTiViTÉ sTraTÉGiQUe - Das agro-nutrition en milieu Le « tronc commun économique » • l’amélioration des process, de tropical, seul pôle de du pôle est bien la « nouvelle la production à la distribution, en compétitivité outre-mer économie tropicale » : la logique passant par la transformation, afin des pôles de compétitivité est avant de réduire les rejets polluants, et Le pôle de compétitivité tout une logique industrielle, au d’accroître l’efficacité économique Qualitropic labellisé par le CIADT sens actuel du terme. L’assise de et écologique des filières (analyse du 12 juillet 2005 regroupe compétitivité des projets se situe à du cycle de vie, normes sanitaires, plusieurs secteurs économiques la dimension du bassin de l’océan conditions de production moins de La réunion, soit en tant indien, et dans le potentiel de consommatrices d’énergie, méthodes qu’activités agro-alimentaire, partenariat avec ses pays. plus respectueuses de soit en tant qu’organismes de L’agrément en 2006 par l’ANR du la ressource…). recherche. Concernant les activités projet de R&D relatif à la valorisation • la réduction/limitation de la agroalimentaires, il s’agit de filières de l’acide aconitique dans ses dépendance vis-à-vis de l’extérieur traditionnelles (canne à sucre, élevage applications à la nutrition, est le par la production – substitution et alimentation du bétail) mais aussi premier exemple d’une nouvelle d’intrants pour l’agriculture et les de filières à potentiel identifié (pêche, orientation du potentiel de R&D autres secteurs économiques : plantes médicinales, exploitation de agroalimentaire de La Réunion. industrie, bâtiment… (additifs, la biomasse). à la fin 2009, le pôle détergents issus de la chimie verte). comptait environ 63 entreprises Le pôle vise dans les années à venir adhérentes sur un potentiel de la valorisation optimale, alimentaire Les objectifs stratégiques 80. L’implication des structures de et non alimentaire,des ressources de la filière, de diversification recherche et centres de transfert agricoles et marines de l’océan et renforcement de la sécurité de technologie se retrouve dans Indien par le biais de l’accroissement alimentaire de l’île, de contribution les projets : de la valeur ajoutée produite à La à son autonomie énergétique ou de • de l’université de La Réunion, Réunion en investissant dans les trois valorisation de la multifonctionnalité • des organismes de recherche : thématiques ci-après : de l’agriculture, sont largement CIRAD, IRD, IFREMER, CERF ... • le développement de la liés au pôle de compétitivité, • le groupe d’intérêt économique production locale en visant à la mais relèvent également d’autres CERF (Centre d’Essai de Recherche et valorisation maximale des co-produits logiques d’intervention et d’acteurs de Formation) devenu eRcane (100% à horizon 2030, « 0 déchets ») institutionnels ou privés. • du CRITT agroalimentaire issus de la canne, des effluents d’élevage et de la transformation agroalimentaire. Pêche est en mesure de jouer un rôle étendre leur « rayon d’action » de plate-forme technique dans le sur l’ensemble de l’océan Indien. C’est probablement le secteur montage de filières pêche. L’objectif Cela implique en priorité une où l’écart est le plus fort entre le est de pouvoir concrétiser la réalité action auprès de la Commission potentiel de La Réunion et son d’une telle stratégie lorsque la CTOI Européenne relative à sa politique niveau de valorisation. La Réunion sera amenée à établir des quotas. de cessation des aides à est en ce domaine de plain-pied l’accroissement de la flotte de avec l’ensemble des pays de Des préalables à la mise en œuvre pêche, logique découlant de l’océan Indien, dont la ressource est d’une telle stratégie sont cependant l’épuisement de la ressource dans aujourd’hui exploitée à 97 % par des nécessaires : les eaux du continent européen et pays non riverains. ne s’appliquant pas à notre zone. •L ’organisation de la profession De même, se combine l’enjeu Sur cette base, doit être développée • Le renforcement des capacités d’un développement à long terme une activité export, fondée sur de la pêche réunionnaise et la nécessité de prendre position un principe de production de hauturière. rapidement dans la mise en place qualité labellisée, impliquant une Bien que très encadrée au niveau d’accords de coopération au action concertée sur les marchés national, elle dispose encore de niveau de la zone océan indien. et une haute valeur ajoutée de la capacités de développement Ainsi, La Réunion peut jouer un filière de conditionnement et de à envisager en synergie avec rôle structurant auprès des pays transformation du produit. les orientations en matière « détenteurs » de la ressource. d’aménagement en infrastructures La France de par la superficie de • La constitution d’une flottille portuaires. ses eaux territoriales autour de La de navires. Ils doivent être Réunion, Mayotte et les Iles éparses, suffisamment autonomes pour90
  • 91. santé paramédicaux. Le constat de base Indien, adossé au CYROI17 . est celui de la pénurie durable de La Réunion possède des atouts ces professionnels en Europe, en • recherche et gestion de la santéà valoriser dans le domaine de France en général et à La Réunion. publique. Les exigences croissantesla santé, notamment avec les La profession reste attractive à La en matière de sécurité sanitaire,constituants d’un pôle d’excellence : Réunion, du fait d’un niveau de de traçabilité dans le domaine de rémunération supérieur à celui de la la consommation, de prévention,• Le CmrU16, projet structurant métropole, et surtout d’une image nécessiteront le développementpour la région océan indien beaucoup plus valorisée dans la correspondant de la capacité enqui est un projet universitaire à société locale. Les besoins, intégrant laboratoires.vocation régionale. Le projet de l’objectif des « rattrapages »CHRU (Centre Hospitalier Régional cumulés du secteur hospitalier • Développement de l’offre dans Universitaire rassemblant l’ensemble (court et moyen séjours, accueil les secteurs de la gériatrie, dedes disciplines Médecine, Chirurgie personnalisé) sont de l’ordre la gérontologie et du handicap.et Obstétrique) est d’abord une de 600 emplois/an. Dans ce domaine du médico-réponse aux besoins en formation Ils sont également importants pour social, relevant de la compétencemédicale du million de Français les kinésithérapeutes, les cadres de l’état et du Département, leprésents dans l’océan Indien hospitaliers, et dans le domaine de facteur essentiel est l’augmentation(Réunion et Mayotte), mais aussi des l’imagerie médicale. des besoins endogènes liés à lapays francophones de la zone : (les mutation démographique, tant enSeychelles, les Comores, Maurice, • La recherche biomédicale et en matière de structures de soins etMadagascar). Il viendra conforter santé. La fédération Environnement, d’hébergement que de personnels.une avance technologique hors de Biodiversité et Santé, groupementportée des pays voisins de l’océan de laboratoires universitaires,Indien (cyclotron, service de soins du CHR et du CRVOI, centreaux grands brûlés, etc…). de recherche et de veille sur les• La formation de personnels maladies émergentes dans l’océan 16 CMRU : Centre Médical Régional Universitaire 17 Cyclotron Réunion Océan Indien (plus d’informations sur http://www.cyroi.fr)TiC (Technologies del’Information et de Source : étude TIC Région en 2005 Canal de communication aula Communication) service de la société réunionnaise, la filière TIC peut constituer un La filière TIC ne cessera de se réel catalyseur et une passerelledévelopper sur le long terme pour entre les autres secteurs d’activitésaméliorer les conditions générales stratégiques : Poids dans • En matière énergétique,d’accès à internet dans un contexte le CA (modélisation, simulation et calculgénéral d’une demande croissante. des rendements énergétiques, Distribution télémétrie, télémesures,En 2005, le chiffre d’affaires total 48%de la filière est estimé à 1,065 et diffusion domotique …)milliards d’euros et multiplié par • En matière d’agro-nutrition3 par rapport à 2000 (hors France Fabrication de 26% (modélisation en recherche variétale,Télécom). Les opérateurs de réseaux matériels gestion des flux et logistique destélécom et télévision représentent Prestations entreprises agroalimentaires …) ;5% des entreprises techniques 10% • En matière de tourismede la filière et réalisent la moitié (commercialisation de l’offre via lesde ce chiffre d’affaires. édition et solutions d’e-tourisme …). production 7%La formation dans la filière TIC peut Mais les TIC constituents’appuyer sur l’école d’ingénieur Formation également un secteur d’activités et recherche 4% à part entière, qui définitESIROI-STIM18 et l’UFR Sciences etTechniques. également sa propre logique de Services spé- développement, et pour lequel il cialisés 4% convient de valoriser le potentiel d’innovation, de création hardware, Téléservices et software et multimédia. Cette télé activités 1% valorisation passera notamment par le développement d’un outil dédié Ingénierie et de coordination et de promotion du études techni- 0% savoir-faire réunionnais à l’export ques (Pôle d’Innovation Numérique Réunionnais). 18 En savoir plus : http://esiroi.univ-reunion.fr/stim/ 91
  • 92. Énergie - environnement des bâtiments, en préfiguration la représentativité de son tissu, d’une réglementation thermique la cohérence de ses actions, la a) Énergie : atteindre l’autonomie applicable dans les DOM, La définition d’une stratégie et la énergétique à l’horizon 2030 Réunion a mené des actions mise en capacité de se positionner La réunion dispose d’une de recherche qui ont conduit à collectivement, au travers d’un vraie antériorité sur le sujet l’élaboration de règles techniques et véritable pôle d’excellence des énergies renouvelables la définition d’un label expérimental, environnemental. (production, maîtrise) et de ECODOM19 , appliqué dans tous la maîtrise de la demande en les DOM. Les enseignements de Des actions sont effectuées dans électricité la phase expérimentale ECODOM divers domaines a donné lieu à la mise en place • Transport (fret, individuel, • Les énergies non fossiles sont de l’outil PERENE pour optimiser collectif) : gestion des réseaux, majoritaires avec notamment 20% la conception thermique et développement de modes de de la production électrique en énergétique des bâtiments à transports propres bagasse et 24% en hydraulique. La Réunion20 • Déchets : conception et utilisation de produits recyclables, limitant la • Une démarche concertée a été stockage production de déchets, menée par le comité de maîtrise de L’enjeu dans les années à venir valorisation, recyclage ou réduction l’énergie (EDF, ADEME, Région), qui est de rapprocher le stockage • Gestion économe de l’eau porte aussi bien sur la promotion de l’énergie à la fois du lieu de • Qualité de l’air de la construction bioclimatique production et du lieu d’utilisation. (confort thermique et bâtiment C’est ce qui explique la complexité D’autre part, considérant que économe en énergie) que sur des questions liées à la mobilité les activités productrices de Gaz l’utilisation rationnelle de l’énergie et au stockage embarqué. C’est à Effet de Serre (GES) seront dans le bâtiment (intégration de également le sujet majeur des progressivement taxées, le « crédit solutions à énergie renouvelable problématiques liées à l’habitat. carbone » de La Réunion doit à la comme la production d’eau chaude Dans les structures insulaires fois être valorisé et renforcé. sanitaire solaire ou l’utilisation de non connectées à des réseaux brasseurs d’air en lieu et place de la frontaliers, la problématique du 3 axes stratégiques sont ainsi climatisation). stockage, individuelle ou collective, identifiés : peut s’avérer être un enjeu de Production de l’énergie société du fait de l’absence totale • La sobriété en matières De nombreux types de production de dispositifs de « sécurité » en cas premières (économie des existent, sont développés et de fragilisation légère ou extrême matériaux) doit permettre rentables : du réseau (cyclones, pannes d’optimiser l’utilisation des produits • Fermes éoliennes techniques, incendie sur une unité issus du recyclage, en travaillant sur • Hydroélectricité dont la production de production majeure). les différents maillons de la chaine peut encore être optimisée productive (amont, producteur- • Filière solaire et photovoltaïque La création en 2008 d’une structure recycleur, et aval), ainsi que sur les Il existe aujourd’hui une industrie Temergie (technologie des matières premières primaires ou en pleine émergence qui dépasse énergies maîtrisées, des énergies secondaires, locales ou importées. le stade d’une simple industrie renouvelables et gestion isolée de • La « décarbonisation » de transformation limitée à l’énergie de La Réunion) participera de l’économie, par une production l’assemblage. La réunion dispose au développement économique qui utilise moins d’énergie grise et d’une vraie expertise en matière par une meilleure coordination des par le développement de produits d’industrie de fabrication dans acteurs de la R&D et des acteurs et modes de production non le domaine du solaire et du industriels. Elle valorisera à l’échelon générateurs de GES. photovoltaïque. mondial la filière énergie grâce à un • Le positionnement La moitié des chauffe-eau solaires adossement à « Capenergies », pôle à l’international, par l’acquisition de France sont installés à La de compétitivité de la région PACA. de recettes financières pour La Réunion. La Réunion possède Réunion permettant d’alimenter les deux plus grosses fermes b) environnement : diminuer un fonds environnemental photovoltaïques d’Europe. l’impact environnemental de La incitant à réduire davantage les • Des programmes expérimentaux réunion, depuis la maîtrise de la émissions de GES, ainsi que par sont lancés sur des sujets novateurs : ressource jusqu’à la revalorisation la valorisation à l’international géothermie (volcan), énergies tirées des sous-produits de l’expertise réunionnaise ; des mers et océans (ETMO). soit dans le cadre d’une gestion Le pôle de compétitivité agro- Les contraintes géographiques mutualisée de la collecte, du tri et nutrition en milieu tropical et socio-économiques de La du recyclage de déchets dans la développe des applications sur les Réunion lui imposent de renforcer ZOI, soit par la promotion du savoir- biocarburants tirés de la canne à considérablement son secteur faire réunionnais et le transfert sucre. environnemental, ce qui constitue d’expertise vers les pays de la zone une opportunité importante OI et les micro-économies insulaires maîtrise de l’énergie d’innovations et de développement en général. Pour réduire au maximum la économique et social. L’organisation consommation énergétique des filières doit permettre d’assurer 19 Pour plus d’information, consulter http://www.promotelec.com/produits/labels/labels_4. asp ou http://www.arer.org/news/affiche_news.php?article=105 20 Pour plus d’information, consulter http://lpbs.univ-reunion.fr/grandsprojets/PERENE.htm, http://www.reunion.equipement.gouv.fr/les_grands_dossiers/projets_chantiers/optimisation_ thermique/optimisation_thermique.htm ou http://www.arer.org/moteurrecherche/affiche.92 php?article=106
  • 93. Tourisme durable • Goulet d’étranglement obère directement la progression de de la desserte aérienne. la capacité hôtelière. Celle-ci sera C’est une des grappes d’activités La diversification des provenances également fonction, à terme, du bonprésentant un grand potentiel touristiques européennes par fonctionnement des mécanismesd’emplois, dans les perspectives rapport à la dominante actuelle de reprise de structures hôtelièrestracées par le Schéma de France métropolitaine, comme la créées en défiscalisation.Développement et d’Aménagement possibilité de liaisons transversalesTouristique (SDAT). Celui-ci donne de dimension régionale, • L’année 2006 a montré à quelun objectif de 600 000 touristes conditionnent fortement la point la fonction touristique étaiten 2010 et d’un million en 2020, faisabilité de réalisation des objectifs assujettie au maintien de la qualitéavec un effectif d’emplois passant du SDAT. Dans le court-moyen et de l’image de la destinationde 10 000 à 20 000, pour un terme, cet état de fait accentue Réunion en matière de sécuritésecteur dont les recettes sont déjà l’opportunité des produits combinés sanitaire et physique (perte du tierssupérieures en 2003 au montant de avec Maurice, dont la desserte est d’effectif venu en 2005 dont 50% del’ensemble des autres exportations beaucoup plus diversifiée. tourisme d’agrément).(310 million d’euros contre240 million d’euros pour l’ensemble • « sur-place » actueldes autres exportations). de la création de chambres. L’absence de solutions foncièresC’est aussi celui qui présente les (alors que les besoins à l’échéanceplus grandes vulnérabilités : 2020 sont estimés de 80 à 150 ha)ingénierie-Formation • La valorisation des compétences des économies resteront importants des structures publiques et semi- pour les générations futures, a deux La capacité de conseil, d’aide publiques dans des stratégies aspects :à la décision, d’accompagnement de coopération régionale • l’importance, qui va au-delà dude projets, concentrée à La Réunion (collectivités publiques, opérateurs seul marché de l’ingénierie de laest importante, notamment dans d’aménagement, agences veille commerciale, en amont desles domaines régis plus ou moins techniques). L’existence de cadres appels d’offresdirectement par les politiques de droit public inspirés du droit • le renforcement du rôle d’unpubliques. On constate que les français constitue une facilité échelon réunionnais de PMEbesoins en formation des pays d’« entrée » dans certains pays de la d’ingénierie, par rapport à l’offreémergents de la zone océan Indien zone ; des cabinets nationaux ; c’estsont particulièrement importants. • Le développement d’une stratégie la question d’intégration deLa mise en œuvre du potentiel de commerciale de l’ingénierie compétences réunionnaises.marché peut se décliner à deux marchande où les besoinsniveaux : d’accompagnement de l’émergenceservices à la personne • de l’évolution démographique, besoins sont autant qualitatifs que et des besoins liés aux classes quantitatifs. Les services à la personne d’âge impliquant le plus, les métiers • du développement deconstituent l’un des potentiels d’accompagnement de la personne l’urbanisation et des modes de viemajeurs de l’économie • les moins de 6 ans se situeront qui lui sont liés.résidentielle. en 2025 à un niveau quantitatif sensiblement équivalent à celui La valorisation de ce potentielLeur développement constitue d’aujourd’hui. C’est l’occasion supposera notamment lela meilleure solution d’évolution d’opérer un rattrapage du fort développement des formationsdes « emplois sociaux », sur des déficit d’accompagnement de cette de tout niveau, et la structurationlogiques non-marchandes ou population enfantine par rapport du secteur associatif « employeurmarchandes (cf. supra). aux ratios métropolitains ; » aux plans financier, techniqueLa croissance du potentiel d’emplois • les plus de 65 ans, dont l’effectif et économique, dans les secteursproviendra en effet : devrait tripler à l’horizon 2025, les marchands et non-marchands. 93
  • 94. B/ Des secteurs traditionnels, socle de l’innovation et de la compétitivité externe Construire le modèle économique à partir du tissu existant Le changement d’échelle de l’économie réunionnaise par l’ouverture à l’international et par le vecteur des secteurs d’avenir ne peut procéder d’une rupture. L’économie réunionnaise des secteurs productifs et de service s’est créée il y a une génération. C’est à partir de ce tissu qu’il faut construire le modèle économique futur. Deux aspects principaux sont à prendre en compte : • L’import-substitution, creuset de la compétitivité Les exemples de réussite d’entreprises réunionnaises préfigurant un modèle ouvert sur le monde et illustrant la capacité de La Réunion à se positionner sur des filières à forte valeur ajoutée illustrent des processus où la solidité technique et financière de ces entreprises s’est forgée sur le marché intérieur. Il y a donc un « fil conducteur » de valorisation des savoir-faire de l’interne à l’externe à établir dans la gouvernance du projet de développement. • L’économie réunionnaise, avant tout un tissu de TPE C’est le cas de 90 % des entreprises réunionnaises. Tous les principes de progression soutenus par les différents documents stratégiques sont donc à interpréter selon le prisme de leur possibilité d’appropriation par ce « corps social entrepreneurial », qu’ils concernent : la formation, la valorisation de la recherche, l’accès à l’internationalisation, le financement de l’entreprise. Ce constat amène à renchérir sur l’impératif de mise en réseau, à commencer par ses concrétisations les plus élémentaires de mise en commun de moyens ou d’organisation coopérative pour l’achat de matériels ou d’intrants. Deux secteurs primordiaux pour la cohésion territoriale : agriculture et BTP La fonction de vecteur de développement du BTP et de l’agriculture pour les DAS n’est qu’un des aspects de l’importance de ces deux secteurs, tant dans le champ du développement durable (économie, développement social, équilibre environnemental), que du fait de la connexion de leur devenir avec la donne publique. • L’agriculture La poursuite d’une activité agricole vivace et innovante, quelles que soient les incertitudes qui caractérisent son avenir à court et moyen termes, est considéré comme primordiale par l’ensemble des réflexions stratégiques : pour des raisons qui tiennent à son rôle de sécurisation territoriale (environnementale, paysagère et identitaire), mais aussi du fait même des opportunités ouvertes, sur le plan économique, par l’incertitude même de son positionnement. Sur ce dernier point, trois enjeux apparaissent : La perspective d’une évolution de l’économie principalement sucrière à une économie cannière placée à la fois dans le cadre de l’agronomie, et dans celui, plus large, de la « chimie verte » Les potentialités de « cultures de niches », analogues aux créneaux identifiés dans la perspective de l’internationalisation du secteur secondaire Enfin la résurgence de la préoccupation de sécurité alimentaire et d’économie de subsistance, tant à l’échelle de l’île qu’en matière de solidarité régionale. Quelles que soient les temporalités de cette évolution, la pérennité de l’activité agricole relèvera essentiellement de la robustesse et de l’adaptabilité de l’exploitation agricole autonome, sur la base de systèmes d’exploitation mettant en œuvre une pluri-activité ou une spécialisation ajustée aux enjeux de demain (tourisme durable, énergie, spéculations de production agricole,…).94
  • 95. • Le BTP Le secteur du BTP est la « partie émergée » d’une filière infrastructures-aménagement-habitatqui a concentré à La Réunion un fort capital d’ingénierie à partir des années 1970.De ce fait, la filière se trouve associée à des réalisations qui comptent parmi les manifestationsles plus visibles d’un savoir-faire réunionnais, notamment dans les domaines des grandesinfrastructures de transport et des bâtiments publics.La filière BTP a fait preuve d’exemplarité notamment sur le plan de la « régularisation » du statutdes personnels et de l’anticipation des besoins en ressources humaines et en formation.Le corollaire de cette modernisation rapide est une grande sensibilité de la filière aux variationsde la commande publique dont les effets sont amplifiés par son manque de structuration enprofondeur, ce qui obère sa capacité à profiter de son rôle de vecteur porteur des nouvellestechnologies de l’énergie et de l’environnement.Les voies de progression de la filière BTP portent donc sur cette structuration, sous deuxaspects :Une organisation plus mutualisée des petites unités permettant une moindre vulnérabilité auxaléas du marchéLa reconstitution d’un tissu de PME réunionnaises maîtrisant les savoir-faire et leur valorisationdans le bassin régional. 95
  • 96. 96
  • 97. 3 Le territoire réunionnais dans de nouvelles dimensions 97
  • 98. 3-1 : Un capital- Implicitement les modèles antérieurs de développement reposaient sur une notion de territoire compétitivité « consommatrice » de potentiel naturel (notion de « croissance cannibale », espace, ressources énergétiques et environnementales). Cela n’écartait pas des programmes des mesures importantes de maîtrise des effets de nuisance engendrés par ces dynamiques. Cette acception défensive – qui opérationnellement reste nécessaire – se double aujourd’hui d’une approche plus intégrée, fondée sur la valorisation réciproque de l’homme et du territoire qu’il habite. Le territoire prend ainsi la dimension d’un capital, intervenant dans toutes les formes de développement économique et social. C’est en fait la vision de développement durable appliquée au développement territorial. Déjà à l’ordre du jour dans les régions continentales, son importance est accentuée dans des territoires insulaires restreints où la carence de matières premières ne saurait être assimilée à une absence de capital territorial. Capital jeunesse, capital social, capital culturel La forte permanence dans le long terme d’une forte population jeune est perçue comme une chance, notamment vis-à-vis d’une Europe, matrice du modèle de développement actuel mais dont la dynamique est obérée par un déséquilibre démographique marqué par le vieillissement. Chance, à la condition expresse « d’inventer les voies qui permettront de faire de ces populations des acteurs du développement et de la production de richesse ». Ce potentiel de jeunesse est une des composantes fortes d’un capital social où ni les inégalités économiques ni les dérives d’aménagement n’ont engendré pour l’heure de phénomène grave de ségrégation et de violences urbaines comme on les observe dans toutes les régions « en développement ». La culture est au fondement du processus de développement, et ce à partir de l’acquisition des savoirs fondamentaux et de la connaissance de l’histoire de « son territoire de vie », en référence à l’île comme aux origines de son peuplement. Le projet de société doit ainsi prendre force dans l’identité réunionnaise et réciproquement la renforcer, le croisement culturel spécifique à La Réunion lui permettant de mieux prendre place dans le monde, avec le concours des technologies nouvelles. Mais il faut pallier le danger de « la rapidité du processus de développement », allié à l’importation de normes valables sur des territoires où le temps d’évolution a été beaucoup plus long, qui conduit à un risque de «décrochage social ». Le capital naturel : enjeu de préservation, enjeu de compétitivité Depuis deux décennies la préservation et la valorisation de la richesse de la biodiversité - terrestre et marine - de La Réunion sont inscrites dans la mise en œuvre des politiques publiques. La prise de conscience universelle de l’enjeu de sauvegarde de la biodiversité place aujourd’hui La Réunion dans une position éminente : l’originalité du « gisement  » qu’elle constitue se conjugue avec son infrastructure de recherche pour lui conférer un potentiel de pôle d’expérimentation. Parallèlement, cette affirmation de l’identité de La Réunion, dans le contexte des nouveaux défis mondiaux comporte des « retombées » de notoriété et d’attractivité indirectes mais notables en terme de compétitivité. Une singularité analogue existe dans le domaine des risques naturels, où la nécessité de prévention croissante, due à l’exposition aux aléas climatiques tropicaux comme à l’activité volcanique, a engendré un « appareil » technique et organisationnel exemplaire. La responsabilité à l’égard d’un capital naturel considérable a conduit à la création du Parc National des Hauts, de même qu’au Parc marin ; il induit la candidature de La Réunion à son inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Il reste aujourd’hui à déterminer, en termes de gestion du territoire, les équilibres, l’articulation, les arbitrages à opérer entre une large partie de l’espace réunionnais ainsi sanctuarisé, et d’autres enjeux primordiaux : celui de la valorisation optimale de l’ensemble du potentiel d’énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermique, hydroélectrique), et celui du bon fonctionnement d’une « métropole annulaire » en cours de structuration, en proximité extrême voire en interpénétration des espaces à protection forte. Du gisement énergétique au « territoire-laboratoire » Le PRERURE (Plan Régional de prospection des énergies Renouvelables et de l’Utilisation Rationnelle de l’énergie), lancé en 2002, apparaît comme le précurseur de la démarche conduite quelques années plus tard à l’échelle de stratégies globales de développement. Il régit un changement de modèle énergétique à 25 ans conduisant à une autonomie énergétique à 89 %. Les axes d’actions portent sur l’innovation et l’adaptation des techniques de production d’énergies renouvelables à La Réunion, l’incitation à la MDE, et la gestion du transport dans le domaine des déplacements sur l’option régionale majeure pour les transports en commun. La mise en œuvre de cette stratégie a pour implications et corollaires : • Des mesures volontaristes (Conseil régional, GERRI) en termes de labellisation et d’appui financier, concernant la production d’énergies alternatives, la MDE et les transports • Des mesures d’adaptation de la règlementation nationale sur l’énergie à la réalité socio- économique et climatique de La Réunion, éventuellement par voie d’expérimentation98
  • 99. • La conduite de la transition vers une maximisation des énergies alternatives, qui doit s’opérer sans risque de sinistres de distribution • L’ « aggiornamento » des principes de l’aménagement du territoire et de la gestion urbaine : la généralisation de la production décentralisée met en question l’adéquation des réseaux à la nouvelle donne. Plus largement, les stratégies de développement soulignent le besoin d’un équilibre entre modes centralisés et décentralisés pour l’ensemble des domaines concernant l’environnement et ses réseaux, qu’il s’agisse de l’AEP, de l’assainissement, des déchets ménagers. Et plus largement, la composante environnementale doit s’inscrire parmi les ressorts économiques majeurs de l’aménagement du territoire • L’essor d’une capacité productive et technique de la part de l’économie réunionnaise, pour tous les secteurs d’entreprise (industriels, agricoles et de service), « fléchée » par le programme Ile Verte dans une optique d’interdépendance des secteurs • Une gouvernance institutionnelle et opérationnelle renouvelée (cf. infra).3-2 : Compétitivité La loi de 1984 a institué pour les DOM les Schémas d’Aménagement Régional (SAR), opposables aux et attractivité du documents de planification locaux. En regard notamment des régions métropolitaines dépourvues d’outil d’Aménagement du Territoire à l’exception de l’Ile-de-France, le SAR responsabilise territoire de l’île l’ensemble des décideurs sur une vision commune et cohérente du développement territorial. Il constitue un atout pour La Réunion. Les réflexions stratégiques de développement sur le long terme sont concomitantes de la révision du SAR en vigueur depuis 1995, dont le cahier des charges exige d’ailleurs qu’elle traduise le projet économique de long terme de La Réunion. L’implication simultanée des décideurs dans les deux « exercices » a pour effet : d’obliger de traduire les choix d’attractivité territoriale dans les principes forts du SAR de décider les modes de mise en œuvre des grandes options d’aménagement, qu’un document règlementaire ne saurait à lui seul réaliser. Équilibre et solidarité du développement territorial L’ensemble des orientations stratégiques convient, en raison de la rareté de l’espace utile, d’un principe général de « valoriser les atouts de chacun des territoires ». Elles appellent à mettre l’action publique au service d’un développement intégrant ces singularités, plutôt qu’à celui « d’une tentative d’homogénéisation qui ne tiendrait pas compte d’avantages compétitifs différents ». Les principes directeurs du SAR comme de l’ensemble des politiques d’aménagement du territoire passent ainsi de la notion de « rééquilibrage » à celui de « solidarité territoriale », sous-tendue par la complémentarité des potentiels des micro-régions. Il est nécessaire à travers la révision du Schéma d’Aménagement Régional de créer une nouvelle dynamique tenant compte des principes même d’innovation : anticipation, réactivité, créativité, durabilité ... Les déplacements, clé de la solidarité territoriale La fluidification des déplacements – à l’échelle de l’ensemble de l’île comme à l’intérieur des espaces agglomérés – est la condition première sans laquelle il est vain de parler de solidarité territoriale et de valorisation des atouts de chaque sous ensemble régional. Cette nouvelle fluidité suppose d’abord le renforcement et le renouvellement des infrastructures de liaison terrestre. Mais celle-ci doit s’accompagner d’une mutation des modes de déplacement privilégiant le transport en commun. C’est donc l’intermodalité des transports en commun, construite à long terme reliant les pôles Est (Saint-Benoît) et Sud (Saint-Joseph), passant par le Nord (Saint-Denis) et l’Ouest (Saint-Paul) qui constitue la base de la solidarité territoriale revendiquée. Inventer la ville réunionnaise du XXIe siècle : une métropole dans l’océan Indien À la différence de naguère, les réflexions prospectives n’hésitent pas à aborder la question de la « ville réunionnaise ». Cette « ouverture » tient d’abord au fait que les démarches de réflexion récentes sur le développement de la ville mettent de côté les approches habituelles, traitant de l’accident plus que de l’essence. Les questions relatives aux formes urbaines, ou à la densification en elle-même, ou aux rapports de force institutionnels engendrés par la hiérarchie de l’armature urbaine, sont des aspects opérationnels incontournables. Mais les traiter en première approche détourne du débat fondamental : quelle doit être la valeur ajoutée de la ville pour le citoyen réunionnais, quelle peut être son apport en terme d’attractivité de La Réunion ? C’est en ces termes que les documents récents réintroduisent le débat. 99
  • 100. La réflexion sur la ville s’inscrit dans la question de l’égalité des chances, de l’accès au savoir et à la culture : « Le monde se construit autour des villes. Elles constituent les lieux de concentration de l’intelligence, des savoirs, de l’innovation, et au final de la croissance et du développement ». La construction d’un tel modèle urbain et de l’enjeu de développement qu’il porte doit se faire selon le « fil rouge » de la mixité (sociale et fonctionnelle) et de l’appropriation de la ville par ses habitants et ses usagers. Elle induit plusieurs impératifs opérationnels : • Définir et mettre en œuvre une structuration d’armature urbaine offrant les concentrations de fonctions et pôles d’échanges aux niveaux adéquats. Cet objectif de structuration est désormais au premier rang des préconisations de la révision du SAR. Seul le changement d’échelle en matière de fluidité des déplacements le rendra accessible ; • La possibilité de réaliser l’équipement nécessaire (principalement en matière d’énergie et d’environnement) et les dispositifs de gestion urbaine qui doivent l’accompagner ; • La capacité à financer les outils du savoir et de la formation. Un développement économique en profondeur pour le territoire réunionnais « Reconstituer des pôles économiques » Le défaut de structuration qui caractérise l’ensemble du territoire urbanisé de La Réunion affecte notamment les structures d’accueil d’activités économiques : l’émiettement de l’offre fait obstacle à la prospection fiable de projets d’envergure. Le POE 2006-2013 prévoit l’élaboration d’un Schéma Portuaire de Long Terme pour la période post 2015. Cette procédure, de même qu’elle doit permettre de resituer la logique de développement de Port Réunion au service du positionnement économique de l’île dans le contexte régional, est l’occasion de reconstruire une armature de zones d’activité échelonnées en profondeur. Cette organisation spatiale, pour être efficace, doit hiérarchiser la proximité d’implantation des activités par rapport à l’infrastructure portuaire selon leur niveau de dépendance technique et économique de la rupture de charge. Cette stratégie, à opérer en concertation avec l’ensemble des collectivités et structures économiques concernées, s’inscrit dans les perspectives ouvertes par : la création à court et moyen termes de nouveaux axes de liaison interurbains la faisabilité de plates-formes de développement « délocalisant » une partie du dédouanement dans les micro-régions Est et Sud. Les conditions de constitution de pôles économiques, visant à réaliser les « Pôles d’Intérêt Régionaux » - soit un par micro-région - dont le principe figurait déjà au premier SAR, sont essentiellement : • un seuil critique de superficie • des critères de sélection des activités implantées, avec priorité aux activités productives • des critères de qualité tels que l’accessibilité, la proximité des pôles de recherche, la qualité environnementale et architecturale, les services de haut niveau, et l’existence d’une stratégie de gestion/promotion de ces pôles économiques • la valorisation des potentiels des territoires environnants, sans spécialisation stérilisante. • Les implantations tertiaires au cœur du pôle urbain réunionnais La Réunion ne se démarquera pas d’une structure d’activité composée à 80% d’activités tertiaires. Le dynamisme de ce secteur est totalement interdépendant de la réussite de pôles urbains attractifs, notamment pour l’extérieur. • Un espace touristique à l’échelle de l’ensemble de l’île Tourisme de découverte, de parcours, produit composé : le développement touristique réunionnais ne peut se limiter à la fixation sur quelques « resorts ». Il doit s’intégrer à un espace dense, tant du point de vue urbain que du patrimoine naturel. La « vigilance touristique » (notamment du point de vue de la préservation de la qualité paysagère) concerne donc l’ensemble des activités d’aménagement. • Un espace agricole mieux intégré au projet global de développement L’ensemble des orientations stratégiques appelle à la vigilance sur le caractère essentiel du maintien de l’espace agricole, qui se double de sa vulnérabilité face à l’urbanisation non maîtrisée. Au-delà de la nécessaire compétitivité des systèmes d’exploitation, la condition du devenir de cet espace est liée à sa prise en compte dans des projets globaux de territoire, en raison notamment de la multifonctionnalité de l’activité agricole moderne. Dans la formulation de leurs stratégies d’évolution du modèle réunionnais à long terme, les différentes institutions ont été amenées à évoquer, au moins dans leurs principes, les mutations du dispositif opérationnel de développement qu’elles impliquent. Elles appellent « l’innovation dans l’organisation des acteurs et des hommes ». D’abord par un besoin de gouvernance à l’échelle de l’ensemble de La Réunion, dans un cadre de solidarité renouvelé : une telle gouvernance, respectueuse de l’exercice des différents niveaux100
  • 101. de compétence institutionnel, doit permettre l’utilisation plus efficace des outils de développement (financement, animation économique et sociale, aménagement), dont La Réunion est dotée d’une gamme complète mais insuffisamment armée en regard des besoins. Puis par le développement de la culture et des démarches de projet, au cœur des organisations comme dans les dispositifs de gouvernance. C’est la condition d’une association de l’initiative privée aux projets de développement, le financement public ne pouvant plus suffire à soutenir seul l’effort d’investissement d’intérêt général. La réalisation de l’objectif précédent exige une plus forte maîtrise locale des leviers de financement publics et para-publics du développement. Cela porte sur les dispositifs de financement de l’économie (garanties ou capital-risque) comme sur le financement de la ville et de l’aménagement. Cela a pour corollaire une meilleure implication du financement privé local dans certains de ces outils, qu’il s’agisse d’épargne locale ou de stratégies d’investisseurs locaux. 3-3 : Un « grand Toutes les stratégies faisant l’objet de la synthèse présentée, « dessinent » le contour d’un territoireterritoire » à l’échelle – rapport de l’homme à son espace de vie – qui dépasse désormais le cadre insulaire. Ce nouveau du monde périmètre découle à la fois de la nécessité et de la réalité du développement de La Réunion. La nécessité • Les entreprises doivent trouver des créneaux de compétitivité dans les pays du bassin de l’océan Indien, voire ailleurs. S’obstiner à ne compter que sur le marché intérieur serait nier l’évidence du plafonnement de la commande publique locale et du nourrissement de l’économie résidentielle par les transferts nationaux et communautaires. • Le « butoir », ou le point d’inflexion, est localisable dans le temps. Il est dicté par le terme de l’actuelle programmation des fonds structurels en 2013 de même que celle de la PAC, ainsi que par les échéances de renouvellement de dispositifs spécifiques, tels que l’octroi de mer en 2014. Cette conjonction d’échéances oblige à raisonner sur une hypothèse de confrontation de l’économie réunionnaise au marché à l’échéance de 2014. Il est bien sûr nécessaire d’anticiper sur des politiques de soutien de la compétitivité de l’économie réunionnaise dans ce contexte. Elles seront vraisemblablement différentes des paramètres établis depuis 30 ans. Il sera alors enfin temps de prendre la mesure des termes de la reconnaissance des RUP par le traité de Maastricht, sur la base d’un positionnement sur leur « marché régional naturel ». • L’expérience des négociations APE montre la difficulté à prendre en considération les intérêts défensifs de La Réunion, la politique européenne se heurtant au paradoxe d’imposer à la seule région communautaire de l’océan Indien le respect des standards nationaux et communautaires, tout en ouvrant les frontières de son marché, sans prévoir la même réciprocité à des pays, aux standards socio-économiques, environnementaux ou sanitaires substantiellement moins contraignants, eu égard à leur niveau de développement. Le réalisme amène à focaliser l’effort sur : un positionnement clair de la Commission Européenne sur les règles d’origine ; le positionnement rapide sur les APE complets et la période « post APE », consistant notamment dans l’appui aux « joint-ventures » des entreprises réunionnaises, individuellement ou collectivement, avec les entreprises des nouvelles unions économiques en gestation dans notre zone géographique. Cet aboutissement a plusieurs ressorts • la mise en œuvre d’actions de marketing territorial pragmatiques • le regroupement des initiatives réunionnaises dans des actions collectives • l’accessibilité du financement des actions à des intervenants financiers détenteurs d’une véritable compétence de capital-risqueurs. • On a longtemps pensé que l’isolement géographique de La Réunion serait indéfiniment compensé par la solidarité nationale et trouverait grâce auprès du marché des échanges internationaux. L’actualité récente a montré à la fois les limites des marges de manœuvre en matière de « continuité territoriale », les perspectives de renché rissement du transport aérien et les risques de marginalisation de La Réunion – comme de l’ensemble insulaire de l’océan Indien – par rapport à la desserte maritime commerciale. Face à cela, les initiatives d’organisation locales à l’échelle des intérêts de la région Sud – océan Indien deviennent nécessaires. L’isolement peut être rompu par une volonté politique forte et coordonnée avec les pays de la zone afin de pouvoir notamment se placer sur route et les flux de passages. • La confrontation des Réunionnais – « naturellement » de ceux qui sortent du système de formation supérieure, mais aussi bien leur ensemble – avec l’extérieur est une nécessité, non seulement à des fins d’ « aguerrissement » mais afin qu’ils prennent conscience de l’acquisition de compétences de base qui justifient leur compétitivité dans tout contexte d’économie concurrentielle. • Ce qui précède a pour corollaire que la possibilité d’emplois valorisants pour les Réunionnais, qu’ils soient formés à La Réunion ou en dehors, dépend de la constitution à La Réunion de pôles d’excellence attractifs à l’échelle internationale. 101
  • 102. • La condition d’un positionnement heureux des Réunionnais dans ce contexte dépend largement de leur formation, initiale ou postérieure : formation linguistique, formation à l’international, formation par « immersion » hors Réunion, formation tout au long de la vie à tous niveaux. La réalité : les acquis Face à cette nécessité, les acquis de La Réunion pour « l’amplification de son territoire  » sont objectivement présents. Ils doivent être rappelés : • Le cadre de la COI Les sujets proposés à la coopération des États de l’organisation traitent de plus en plus de thèmes liés au devenir socio-économique de la région, sur des stratégies impliquant « France Réunion » : politique énergétique, sécurité alimentaire, prévention des risques. • Les marchés acquis Malgré la modestie de la part exportée de l’économie réunionnaise – hormis le cas particulier de la production sucrière – des « têtes de pont » se sont établies depuis vingt ans, dans les pays de l’environnement india-océanique, en Europe et en Amérique. À partir de ces ancrages individuels, La Réunion peut construire des relations économiques plus étendues. • La pluralité ethnique Facteur d’équilibre social, la diversité des origines s’accompagne de relations culturelles et économiques fortes avec les pays d’origine – d’Afrique, d’Asie et d’Europe – dont le potentiel est loin d’être entièrement utilisé. • De la même façon, ce n’est que récemment que l’on a pris conscience de l’importance de la diaspora réunionnaise et de sa « valorisation ». Celle-ci peut prendre des formes multiples : mise en place de « référents » dans les pays prospectés, investissements, suivi des personnes formées. C’est aussi par la constitution de réseaux externalisés que La Réunion pourra le mieux pallier son éloignement. Cette diaspora peut en constituer le socle. Ces acquis permettent à La Réunion de se positionner de manière positive dans une perspective offensive.102
  • 103. Passer du « rattrapage du niveau européen » au « standard européen de compétitivité » suppose non seulement la réalisation des plans prévus mais encore un travail en réseaux différents de ceux créés à l’occasion du « rattrapage ».OBSERVATIONCONCLUSIVE Les différences tiennent à : • la nature de la réorientation : réseaux verticaux (Réunion, Métropole, Europe) pour le rattrapage et réseaux horizontaux (Réunion, Monde) pour la compétitivité (avec le concours de la métropole et de l’Europe). Les critères de comparaison ne seront plus, dans tous les cas, les mêmes. • la contraction espace-temps : le temps de la mondialisation, le temps de la mutation de la financiarisation, le temps des technologies plus prégnantes (nanotechnologie, image et virtualité pour un travail collaboratif planétaire), le temps de la fusion et des métissages des espaces et des temps, des marchés de l’offre et de la demande, des idées, des pensées, écrits et créations. Un monde plat, où seules les communautés, les cultures, les ethnies et les religions resteront en opposition, est en marche ; sauf ici peut-être. Si nous reprenons les différents rapports d’évaluation des politiques régionales dans de nombreux domaines, force est de constater que, pour une grande part, leur réalisation partielle est due au jeu des acteurs non mis en réseau pour les objectifs affichés. La Stratégie Régionale d’Innovation (SRI) doit être le pari du « comment passer du rattrapage à la compétitivité » sous le double aspect des préconisations des différents plans évoqués et de la création de réseaux nouveaux qui permettront leur réalisation : • Le processus d’innovation se doit de renforcer sa démarche d’appropriation collective pour sortir des risques velléitaires des plans adoptés. • La constitution, le management de nouveaux réseaux doit aussi faire partie, de manière prioritaire, de nos innovations. 103
  • 104. Annexe 3 – Les composantes globales du système d’innovation : indicateurs macro-économiques Les données chiffrées obtenues sont celles fournies en particulier par l’INSEE. Comme indiqué en chapitre 2.1, ces indicateurs demandent à être affinés et confrontés avec l’ensemble des producteurs et utilisateurs de données. (CRIES-R)21 I) Indicateurs généraux démographiques et d’activité 1. Evolution de la population et de ses composantes Le taux de croissance de la population est un révélateur majeur du dynamisme d’une région, que ce soit grâce à la croissance « naturelle » de cette population (excédent des naissances sur les décès), ou grâce aux mouvements migratoires. La croissance démographique est un facteur d’emplois et de richesses, et la pression démographique est également un facteur puissant d’innovation. Au 1er janvier 2006, la population de La Réunion est estimée à 785 200 habitants (1, 25 % de la population totale française). Elle connaît une forte augmentation : 79 000 habitants de plus entre les 1er janvier 1999 et 2006. Cette progression a cependant connu un ralentissement au cours de la dernière année (+1,37 %) comparativement aux années précédentes. Si la population de La Réunion est jeune (35 % de moins de 20 ans), la part des plus de 60 ans est en constante augmentation. Taux de variation annuel moyen de la population (%) La Réunion Ens. des DOM Métropole Variation totale 1999-2006 1,55 1,47 0,64 1990-1999 1,87 1,50 0,37 1982-1990 1,86 1,99 0,51 1974-1982 1,07 0,72 0,46 Due au mouvement naturel 1999-2006 1,41 1,30 0,39 1990-1999 1,58 1,45 0,36 1982-1990 1,79 1,52 0,41 1974-1982 1,96 1,53 0,40 Due au solde migratoire 1999-2006 0,14 0,17 0,25 1990-1999 0,29 0,05 0,01 1982-1990 0,07 0,47 0,1 1974-1982 -0,89 -0,80 0,07 Source : Insee Réunion 21 Comité Régional d’Information et d’Etudes Statistiques-Réunion104
  • 105. Evolution démographique selon le scénario central La Réunion 2005 2010 2015 2020 2025 20300 - 19 ans 276 411 273 078 272 346 274 494 275 411 269 21120 - 39 ans 227 609 227 747 235 624 246 074 256 691 256 97740 - 59 ans 185 459 220 104 241 262 251 443 247 522 251 23260 - 74 ans 62 129 74 693 93 356 115 831 146 561 173 87675 ans ou plus 22 987 28 290 36 591 45 516 57 262 75 092ensemble 774 596 825 922 879 179 933 358 983 447 1 026 388Projection de population, scénario centralSources : revue n°132 (nouvelles projections 2030) 2. PIB par habitant Le Produit Intérieur Brut, somme de la valeur ajoutée produite en région en mesure le niveau de développement économique. Sa croissance correspond à la création de valeur et de richesses, et est un des objectifs centraux des politiques économiques. Malgré une croissance continue, le PIB par habitant réunionnais est, en 2005, inférieur à la moyenne française et à la moyenne européenne. Produit intérieur brut par habitant (en euros) Unité : euros par tête Comptes définitifs (en base 95) 1998 2000 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Evolution (%) 07/08Union 16936 18996 20671 21601 22400européenne(27 pays)France 21904 23726 25706 26587 27348La Réunion (*) 10 958 11 946 13 887 14 611 15 475 16260 17146 18200 5,8% (*) Les habitants sont les résidents réunionnais au 1er juillet de l’année considérée. (*) Ratios calculés avec les compte de la France en base 1995 afin d’assurer l’homogénéité avec les comptes des DOM. PIB en SPA (standard de pouvoir d’achat) en euros La RéunionAnnées 2002 2003 2004 2005 2006PIB SPA 9 702,6 9 534,9 10 445,0 10 986,8 11 410,7PIB SPA par 13 000 12 600 13 600 14 100 14 600habitantSource : site eurostat (cf. page 104) 105
  • 106. 3. Le taux d’emploi Le taux d’emploi constitue un indicateur synthétique de l’utilisation de la main d’œuvre dans l’économie. En 2006, avec un taux d’emploi global de 43,1 %, La Réunion est encore loin du niveau national (63 % en 2005), du niveau européen (64,3 %) ainsi que les objectifs fixés pour 2010. 4. La productivité : le PIB par emploi et son évolution Le PIB par emploi est la mesure principale de la productivité du travail. Avec 59 200€ en 2006, La Réunion se situe au-dessus de la médiane européenne qui est de 51 239€ qui partage les régions européennes en deux, la moitié d’entre elles présentant un PIB par emploi inférieur à ce chiffre, l’autre moitié un PIB par emploi supérieur. Cependant, La Réunion se situe en-dessous de la médiane française qui est de 61 344€. En 2006, la croissance économique de La Réunion est estimée à 4 %( <2% en France). Avec une croissance de 5 % entre 1999 et 2004, La Réunion est une des régions françaises les plus dynamiques. L’investissement est le principal pourvoyeur de croissance. Viennent ensuite, la consommation des ménages et la production des acteurs non marchands. Le premier atout de La Réunion est la croissance de sa population (population jeune qui atteindra 1 million d’habitants d’ici 2030). La Réunion présente également une bonne productivité, à ce jour, et a connu une forte croissance ces dernières années. Malheureusement, ces bonnes performances ne se retrouvent pas entièrement au niveau du PIB par habitant. PIB par habitant et par emploi en euro 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007(1) 2008 PIB par habitant 13 682 14 236 14 340 14 611 15 475 16 260 17 146 18200 PIB par emploi 47 804 49 340 51 546 54 400 57 300 59 200 60 400 Source : Insee (1) : estimation d’emploi provisoire emploi : estimation d’emploi salarié et non salarié PIB : comptes définitifs pour 2003, 2004, 2005 comptes rapides pour 2006 et 2007 II) La structure des activités économiques 1. Répartition de l’activité par grands secteurs Emploi par activités économiques, 2004 Agriculture Industrie (yc Services Sans construction) réponse Union 6% 27 % 66 % 1% européenne (27 pays) France 4% 24 % 70 % 2% La Réunion (*) 2% 17 % 81 % 0% Source : Insee106
  • 107. Effectifs des établissements (effectifs au 31/12/07) agriculture, industrie Construction Commerce services Total sylviculture, pêcheLa réunion 3 496 16 820 19 362 30 028 142 302 212 008 Source : Clap 2007 Le secteur tertiaire représente aujourd’hui 80 % de la population active employée et cette pondération sera confirmée à l’avenir. 2. répartition de l’activité par taille d’établissement au 1er janvier 2006 Avec presque 64 % d’entreprises unipersonnelles et 30 % ayant 1 à 9 salariés La Réunion doit faire face de manière accentuée à une des faiblesses du système productif français mais également européen, à savoir la faible taille de ses entreprises, qui sont majoritairement de Très Petites Entreprises (moins de 10 salariés -TPE). 1à9 10 à 49 50 à 199 200 à 499 500 ou Total 0 salariés salariés plus La réunion 63,56% 29,68% 5,53% 1,21% nd nd 100% France 56,80% 35,52% 6,37% 1,06% 0,19% 0,06% 100% Source Insee, Ter Réunion 2007/2008 répartition de l’activité par taille d’établissement au 1er janvier 2006 à La réunion 0 salarié 1% 1 à 9 salariés 6% 64% 1 à 49 salariés 30% 50 à 199 salariés nd 200 à 499 salariés nd 500 et plus 107
  • 108. 3. Eléments sur les principales grappes d’activité Chiffres clés / emplois DAS (hors formation-ingénierie) : Domaines d’Activité Emplois % de la population Stratégique active employée (2005) Tourisme Plus de 6000 2,8 % Services à la personne : • Services aux particuliers (dont hôtels restaurants compris dans tourisme) 16 621 7,9 % • Santé action sociale 17 080 8,1 % TIC 5 650 2,7 % Agro nutrition en milieu tropical Industrie agroalimentaire 4 440 2,1 % Environnement et énergies renouvelables : • Energie, 1 706 • Dont MDE et ENR 800 0,81 % Pêche 1 260 0,6 % Santé / Effectifs de la fonction publique hospitalière 6 048 2,9 % TOTAL 58 805 27,9 % Poids des filières IAA dans l’économie réunionnaise : représente 35 % des emplois et 42 % du chiffre d’affaires du secteur industriel. (Source Insee 2007) III) Les ressources humaines 1. Ressource Humaine en sciences et technologie avec niveau supérieur, avec diplôme universitaire En tenant compte la part des RHST avec niveau supérieur en « terme d’éducation » sans compter la part RHST en « terme d’occupation », on obtient un taux de 19 % (en % de la population active). Ressource Humaine en fonction du dernier diplôme obtenu pour les personnes de 15 ans ou plus effectifs année Source : Insee Réunion On constate un faible niveau de qualification et de culture générale d’un trop grand nombre de Réunionnais face à une élite locale très qualifiée. A titre indicatif, en 2008, on comptait 300 étudiants inscrits en doctorat (dont la moitié en lettres, langue et sciences humaines) On compte un nombre moyen de doctorants soutenant une thèse porté à : 30 à 50 /an. En 2007, La Réunion comptait 4 nouveaux boursiers CIFRE (Source : Association nationale de la recherche et de la technologie) et 5 nouveaux allocataires de recherche du MESR (Source : MESR- DGES)108
  • 109. 2. Emplois dans les secteurs de haute technologie(industrie manufacturière et services) Nombre d’emplois Poste et télécommunications 3835 informatique et activités connexes 630 recherche et developpement 289 Industrie aérospatiale 4 produits pharmaceutiques 45 ordinateurs et machine de bureau 64 matériel de radio, télévision et télécommunication 148 instruments scientifiques, médicaux, optiques et horlogerie 321 Total services haute technologie 5336 Total emplois 212008 Part des industries manu et services (haute technologie) 2,52 % Source : Clap 2007 La part de l’emploi dans les secteurs de haute technologie (en % de la population active) estestimée à 2,52. (soit 5 336 emplois sur un total emploi de 212 008).Le niveau de formation par poste occupé n’est pas disponible22.3. Nombre de chercheurs des secteurs public et privéEn 2009, l’estimation globale porte à plus de 1400 le nombre de personnes travaillant dansle domaine de la recherche et du développement à La Réunion (soit comme chercheurs etenseignants-chercheurs, soit comme ingénieurs, techniciens et administratifs).La recherche publique constitue l’essentiel de la capacité de recherche du territoire.22 Cette donnée n’est pas disponible à ce jour. Une étude serait nécessaire. 109
  • 110. 4. Flux de formation et sortie niveau doctorat, master et études ingénieurs ETUDIANTS ETRANGERS 550 3500 La Réunion a un potentiel de ressources nouvelles de haut niveau de qualification par an. Le nombre d’étudiants inscrits en enseignement supérieur (niveau5&6 de la CITE98) est de 15 568 pour l’année 2005-2006. L’université de La Réunion accueille un nombre d’étudiants étrangers estimés à 559 représentant 46 nationalités différentes dont 329 de la zone océan Indien. EVOLUTION EFFECTIFS (Projection 2020) 25000 20000 20000 15000 12000 BACHELIERS 12000 ETUDIANTS 10000 10676 10569 10186 8815 9000 8000 7034 7229 6246 5467 5000 4804 3665 1949 0 1980 1985 1990 1995 1997 2000 2005 2006 2010 2015 2020 Source Université de la Réunion- Insee Ter 2007/2008 5. Taux de participation des 25-64 ans à la formation continue Formation tout au long de la vie (rapportée à la population active) : En 2005, 3,1% des actifs réunionnais ont eu l’occasion de participer à une session de formation au cours des 4 semaines précédant l’enquête. Il s’agit d’une performance faible comparée à d’autres DOM (Martinique : 5,20 ; Guadeloupe : 3,68) et RUP (Canaries : 13,92) IV) Les ressources financières Dans le cadre de la stratégie intégrée des POE, le montant affecté la recherche innovation est de 16,4 M€ pour les projets programmés au 05/11/2009 sur un montant prévisionnel total de 75.27  M€ pour la période 2007-2013. Le montant estimatif de l’investissement de l’association Reunion Angels est de 10 000 € par dossier, l’objectif allant de 7 à 15 projets/an. V) Les données d’environnement de l’innovation La capacité culturelle et technique de diffusion des innovations dans l’économie s’avère être essentielle mais ne peut être appréciée aujourd’hui que par des éléments partiels, concernant le niveau d’éducation de la population ou le pourcentage de ressources humaines en sciences et technologie, déjà vu plus haut. On dispose d’informations chiffrées sur l’utilisation de technologies structurantes comme l’Internet, qui est un puissant vecteur de changement et d’innovation tant dans le comportement des ménages que celui des entreprises. 1. Le pourcentage de ressources humaines en science et technologie Ce point a déjà été abordé dans la partie III sur les ressources humaines. 2. Niveau d’internationalisation de l’innovation apprécié par les partenariats dans les projets européens Participation des entreprises et laboratoires de La Réunion au 7è PCRD, FP7 : à ce jour, ces données ne sont pas complètement disponibles. Quelques données existantes : En 2008 la recherche halieutique de l’IRD est une composante forte du paysage scientifique réunionnais et régional dans l’océan Indien. Avec ses partenaires, l’institut participe à la création du Pôle Régional Mer (PRM), inscrit au CPER 2007-2013 et pilote le projet « RUN Sea Science » 2009-2011 inscrit au 7ème PCRD (« Capacities, Regpot 2008-1 »).110
  • 111. 3. Le pourcentage des ménages disposant d’un accès à Internet à haut débitEnquête TIC_Track Région 3TRIM 2008 effectué par IPSOSEn 2008, 62 % des Réunionnais de 15 ans et plus déclarent disposer d’un abonnement Internet àleur domicile. Ils n’étaient que 35 % en 2004. Cette progression effective des connexions, resteun marché toujours aussi dynamique sur longue période mais qui se stabilise sur les dernièresobservées. Aujourd’hui, les intentions d’équipement demeurent stables. Un quart des non équipésd’Internet au foyer ont l’intention de s’abonner dans les 3 mois à venir dont 7 % certainement.« Le fossé numérique » entre les ménages selon la catégorie socioprofessionnelle et l’âge du chefde famille est encore considérable.82 % des foyers connectés à Internet surfent désormais en haut débit contre 56 % en 2006.54 % de satisfaits en moyenne sur la qualité et vitesse de connexion (dont 14 % « très »).Concernant le montant de la facture, 6 3% la trouve chère en 2008 (hausse par rapport 2007)Les motivations des Réunionnais pour accéder à Internet à domicile, sont avant tout pour desbesoins privés, pour garder contact avec des proches, rechercher des informations, répondreaux besoins professionnels, télécharger des documents, effectuer des opérations bancaires etachats.4. Les usages de l’Internet par les entreprisesDans les entreprises, le recours aux technologies de l’information améliore d’une manièreconsidérable la capacité à recueillir, traiter et exploiter l’information, à travailler en réseau, àpersonnaliser le traitement de la clientèle.Une enquête « diffusion et usages des TIC dans les entreprises réunionnaises » réalisée en 2005par l’Observatoire du Développement de La Réunion (ODR), demandé par le service TIC de laRégion Réunion, a permis d’apprécier l’évolution des usages de leur site Internet.Près des deux tiers des entreprises réunionnaises interrogées sont dotées d’une connexion internet.La mise en place des connexions Internet dans les entreprises interrogées n’a réellement connuson essor qu’à partir de 2000. Avant cette date, moins d’une entreprise sur dix était équipée. Lorsde l’enquête réalisée en 2003, le taux d’équipement était de 51 %.L’ADSL s’est largement développé depuis 2003 : ce type de connexion devance désormais la lignetéléphonique classique. En 2005, près de six entreprises sur dix disposent d’une connexion ADSLcontre moins de trois entreprises sur dix en 2003.Le développement de sites Internet dans les entreprises réunionnaises est encore faible. Environ 22% des entreprises réunionnaises interrogées en ont développé un, alors que le taux d’équipements’élevait à 13 % en 2003.Fonctionnalités des sites internetDe manière générale, lorsque les entreprises ont développé un site Internet, les fonctionnalitésles plus répandues sont les basiques présentations de l’entreprise (93,8%) et informations àdestination des clients (77,8 %). Les fonctions plus complexes telles que le catalogue en ligne(51%), les réservations (25 %) ou les commandes en ligne (22%) sont moins répandues. Il convienttoutefois de noter que ces fonctionnalités sont en progression depuis 2003.Qui sont les entreprises non équipées ?- Les entreprises qui n’appartiennent pas à un groupe,- Celles du secteur de la construction,- Les entreprises dont la moyenne d’âge des équipes est supérieure à 45 ans,- Celles dont le chef d’entreprise n’éprouve aucun intérêt pour les TIC et pour lesquelles les TICne font pas partie de la stratégie.VI) Le « résultat innovation » de la régionIl s’agit de l’output du système d’innovation, c’est-à-dire des résultats obtenus par l’économierégionale en termes d’innovation, tels que l’on peut mesurer par un faisceau d’indicateursclassiques (comme les brevets, publications scientifiques,…). Indice output innovation de La Réunion : 0,32 à titre indicatif Nombre de brevets déposés : moyenne de 10 brevets/an (1996 – 2008) Nombre de dessins et modèles déposés : moyenne de 57/an (1995 – 2008) Nombre de marques déposées : moyenne 214/an (2002-2008)VII) La dynamique de « l’innovation »1. Taux de croissance prévu de la populationSur la période 2004-2030, l’Insee prévoit une croissance de la population réunionnaise de 35 % soitune estimation de projection de la population à 1 026 000 habitants.La Réunion a une population jeune et nombreuse ce qui représente un fort potentiel dedéveloppement et production de richesses. 111
  • 112. 2. Taux d’investissement par rapport au PIB PIB (1995-2004) – IDE 2005 La France métropolitaine reste le premier investisseur à La Réunion avec 80 % du stock d’Investissement Direct Extérieur (IDE). On constate un accroissement de la part européenne et un recul de celle de l’océan Indien. Avec 98 entreprises sur 206 et un stock de capital évalué à 400 millions d’euros, les services restent le secteur où les capitaux extérieurs sont les plus importants. En effet, dans un contexte de foncier rare, la dématérialisation d’une activité de services représente un atout considérable. Associée à une main d’œuvre des mieux qualifiées de la région, le secteur est le plus dynamique avec 200 nouveaux postes créés dans les services financiers, services des télécommunications et immobiliers. Taux d’investissement par rapport au PIB (FBCF) FBCF Agriculture 7228 Industrie 932115 Construction 1457967 PIB ( Ressources )....12 060 729 Commerce 0 FBCF/PIB. ...............0,22 . Services 310748 Total 2 708 058 Année 2005 - en milliers d’Euros - Prix courants Source : COMPTE ECONOMIQUE DEFINITIF 3. Taux de croissance annuel moyen du ratio RD/PIB On compte en 2007, environ 15 millions d’euros de budget de la recherche publique, tous secteurs et organismes confondus. PIB en 2007 : 12,88 milliards d’euros. Estimation du budget du Conseil Régional pour la R&D : 13,2 millions €/an en moyenne de 2002 à 2006. Budget université en 2008 : 35,5 M€ Budget annuel CIRAD environ 14 M€ (50 % apportés par Cirad (dont l’Etat), 30 % région et 20 % UE) Budget IRD : 1,1 M€ hors salaires Budget IFREMER : environ 700 K€ Le budget annuel du BRGM (Réunion et Mayotte) est de l’ordre de 2 M€. 4. Taux de croissance annuel moyen de la part des RHST dans la population active 600 500 Industrie aérospatiale produits pharmaceutiques 400 ordinateurs et machine de bureau 300 matériel de radio, télévision et télécommunication 200 instruments scientifiques, 100 médicaux, optiques et horlogerie 0 Total Effectifs au 31/12/03 Effectifs au 31/12/07 Source Clap 2003 - 2007 Champ : Niveau établissement112
  • 113. 35 % de la population a moins de 20 ans et on compte un potentiel de ressources à haut niveau dequalification 15 000 personnes/an. 7000 nouveaux entrants sur le marché de l’emploi/an.10. Nombre d’entreprises créées dans les secteurs technologiquement innovant Nombre créations d’entreprises de haute technologie......................................... 10 . Nombre créations d’entreprises de moyenne haute technologie. ....................... 21 . Total HT MHT............................................................................................................. 31 Total entreprises créées en 2008.............................................................................. 6155 . Champ : entreprises appartenant aux secteurs de moyenne haute et de haute technologie Source : Sirene 2008 Synthèse des composantes globales Atouts Faiblesses La jeunesse et la croissance de la population Le taux de chômage trois fois supérieur au (une transition démographique inachevée taux national (24,2 % contre 8,1 % en 2007); avec une progression de 800 000 à 1 million il est particulièrement fort chez les jeunes : d’habitants de 2009 à 2030) ; 49,1 % de chômage chez les moins de 25 ans ; La vitalité des entreprises avec une croissance du PIB de 5 % en moyenne ces Le niveau du nombre de RMIstes (67 000) et dernières années (hors crise) ; de la population vivant en dessous du seuil national de pauvreté (52 %) ; Une relativement bonne productivité (supérieure à la moyenne européenne) ; Un nombre élevé d’illettrés (100 000) ; Bon taux d’investissement notamment pour Le taux d’emploi éloigné du niveau national le domaine BTP ; et européen ; Une recherche publique qui constitue Le PIB par habitant en 2005, très inférieur à l’essentiel de la capacité de recherche du la moyenne française et à celle européenne ; territoire ; Le tissu économique composé à 64 % Un bon taux de diffusion d’internet dans la d’établissements unipersonnels (peu population et les entreprises d’industries) ; Un secteur tertiaire qui représente Les emplois liés à des activités de haute aujourd’hui 80 % de la population active technologie relativement faibles ; employée ; Un grand nombre de Réunionnais avec un Existence de structures de transfert, faible niveau de qualification face à une élite diffusion et d’appui de l’innovation ; locale très qualifiée ; Une recherche privée peu développée L’existence et la structuration de pôles sauf pour des branches structurées (la d’excellence qui favorisent les échanges canne à sucre par exemple ou la filière bois recherche-entreprises ; menuiserie dans le domaine de l’artisanat) ; Une conscience forte et partagée de la « Le fossé numérique » entre les ménages nécessité de continuer à se positionner sur selon la catégorie socioprofessionnelle une dynamique d’innovation et de travailler et l’âge du chef de famille encore en réseau. considérable. 113
  • 114. 114
  • 115. glossaire AEP Alimentation en Eau Potable ANR Agence Nationale de la Recherche APE Accords de Partenariat Economique CA Chambre de l’Agriculture CCIR Chambre de Commerce et de l’Industrie de La Réunion CDT Centre de Diffusion Technologique CERF Centre d’Essai, de Recherche et de Formation CESR Conseil Economique et Social Régional CIADT Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire CIFRE Conventions Industrielles de Formation par la Recherche CIR Crédit d’Impôt Recherche CIRAD Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement CMA Chambre de Métiers et de l’Artisanat COI Commission de l’océan Indien CRI Comité Régional pour l’Innovation CRT Centre de Ressources Technologiques CRITT Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie CTOI Commission des Thons de l’océan Indien CYROI Cyclotron Réunion océan Indien DAS Domaines d’Activité Stratégique ECODOM Label pour la promotion des constructions bioclimatiques, économes en énergie et productrices d’eau chaude solaire ESIDAI Ecole Supérieure d’Ingénieurs en Développement Agroalimentaire Intégré ETMO Energie Thermique des Mers et Océans FED Fonds Européen de Développement FUI Fonds Unique Interministériel GERRI Grenelle de l’Environnement à La Réunion - Réussir l’Innovation ou Green Energy Revolution - Reunion Island GIP Groupement d’Intérêt Public GIS Groupement d’Intérêt Scientifique GT Groupe de travail HPE - HQE Haute Performance Energétique - Haute Qualité Environnementale IAE Institut d’Administration des Entreprises IFREMER Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer IRD Institut de Recherche pour le Développement IRTS Institut Régional du Travail Social IUT Institut Universitaire Technologique MDE Maîtrise de l’Energie MRST Maison Régionale des Sciences et de la Technologie OMC Organisation Mondiale du Commerce PAC Politique Agricole Commune PACA Région Provence Alpes Côte d’Azur Pays ACP Pays de l’Afrique, Caraïbes et du Pacifique PERENE Performance Energétique des Bâtiments - référentiel technique PIB Produit intérieur Brut115 115
  • 116. PIR Pôle d’Intérêt Régional POE Programme Opérationnel Européen PR2D Plan Réunionnais de Développement Durable PRERURE Plan Régional des Energies Renouvelables et d’Utilisation Rationnelle de l’Energie R&D Recherche et Développement RDT Réseau de Développement Technologique RETIS Réseau constitué de France Technopoles Entreprises Innovation (FTEI) et France incubation RMI Revenu Minimum d’Insertion RUP Région Ultra-Périphérique SAR Schéma d’Aménagement Régional SDADD Schéma Départemental d’Aménagement et de Développement Durable SDAT Schéma de Développement et d’Aménagement Touristique SRI Stratégie Régionale d’Innovation TIC Technologie de l’Information et de la Communication UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture ZOI Zone océan Indien116
  • 117. 117
  • 118. 118

×