• Like
Sfsic2012 theviot anais
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Sfsic2012 theviot anais

  • 414 views
Published

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
414
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
9
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Militer sans machine ? Résister aux pratiques militantes en ligne au sein du Parti Socialiste Congrès de la société Française des Sciences de lInformation etde la CommunicationTheviot Anaïs, Sciences po Bordeaux, Centre Durkheim 31 mai 2012 Free Powerpoint Templates
  • 2. Les prémices du Web politique en France• Les élections municipales de 2001 (Ethuin, Lefebvre, 2002)• L’élection présidentielle de 2002« Alors qu’aux municipales de 2001 moins de 1% des listes étaient présentes sur le web, un an après, aux présidentielles, tous les candidats avaient un site et se servaient de l’internet pour faire connaître leurs programmes, offrir le téléchargement de tracts ou encore discuter avec les électeurs » (Gonié, 2005)Dans une « newsletter » daté du 22 mars 2002, Lionel Jospin affirmait que « présider autrement » commence par « faire campagne autrement » et qu’Internet était selon lui « un des moyens de faire campagne autrement »• 2004: phénomène du weblog en politique (Greffet, 2006)• 2005: campagne sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe (Fouetillou, 2008)• Election présidentielle de 2007 (Yanoshevsky, 2009; Vaccari, 2008)Budget consacré au Web lors de la campagne de 2007 de Ségolène Royal: 900 000 eurosDésirs d’Avenir: « Les activités sociales de militantisme ont été sémiotisées : quittant les lieux de réunion, les préaux et les marchés chers au folklore des partis, elles ont migré vers l’écrit des ‘forums participatifs’, des listes électroniques, de discussion, des blogs » (Beauvallet, 2007).
  • 3. Multiplication des outils numériques pour faire campagne• 2008: succès de la campagne de Barack Obama sur les réseaux sociaux- 5 millions de « fans » sur Facebook.- 572000 commentaires postés sur le mur Facebook de Barack Obama.• 2010: les partis politiques français créent leur propre réseau en vue de l’élection présidentielle de 2012- les Créateurs du possible pour l’UMP- les Démocrates pour le Modem,- Think Centre pour le Nouveau Centre,- Villepincom pour la République solidaire...- La Coopol pour le PS« Cest un outil qui permet une meilleure organisation pour les militants,  cest-à-dire quon leur permet déchanger entre eux, de porter  entre eux des actions, des manifestations, des groupes de travail,  des groupes de réflexion, pas seulement sur leur territoire, mais  un peu partout en France (…). » Martine Aubry, Première secrétaire du Parti socialiste, le 12 janvier 2010. « Course politique virtuelle » (Barboni, Treille, 2011)
  • 4. Une numérisation progressive du PS ?1998: création d’une section virtuelle, Temps réels (Beauvallet, Ronai,2005)2006: l’adhésion à 20 euros sur le Net (Barboni, Treille, 2011)2007: élection présidentielle « participative » de Ségolène Royal avecDésirs d’Avenir.2010: création du réseau social socialiste, la Coopol« Quand on a lancé la Coopol, j’ai commencé à faire le tour des Fédération pour faire desréunions de formation. En expliquant à quoi ça servait, comment ça fonctionnait et ce genre dechoses. »Entretien avec Mathieu Deghan, responsable des réseaux sociaux à la Direction du Web duPS2012: TousHollande.fr / Nouveau site du PS
  • 5. ProblématiqueLa création récente de ce réseau social partisan au PS et la montée enpuissance du militantisme en ligne annoncent-elles « un devenir machine »du militantisme ?Helen Margetts parle de « cyber-parti » - un parti tendrait à se détacher desstructures traditionnelles et des modes de communication en face à face etprivilégierait la machine sans intermédiaire humain (Margetts, 2006).Le PS serait-il en train de se transformer en « cyber-parti » ?Ou existe-t-il des résistances au sein même du PS devant lanumérisation du parti ?
  • 6. MéthodesA partir de ma recherche doctorale « Militer sur le Net au PS et à l’UMP »- 41 entretiens semi-directifs:• 9 entretiens à la Direction du Web du PS et au QG de campagne Web de Hollande• Entretiens avec des militants socialistes suite (ou non ) au questionnaire- Questionnaire diffusé auprès des militants PS (n=489) des Fédérations de Paris, Gironde et Alpes-Maritimes 2 modes de passation:• en ligne (Facebook, Coopol, forum politiques, sites d’actualités politiques…)• hors ligne (section, Convention sur le projet du PS, Fête de la rose, meeting des primaires…) En ligne Hors ligne Adhérents Non-adhérents adhérents Non-adhérentsPS 364 110 125 0 Questions fermées / questions ouvertes - trois rubriques se reportant:• à leur représentation du militant et à leurs pratiques du militantisme• aux différentes dimensions de l’usage d’Internet, de façon globale et dans le cadre spécifique de leur activité militante ;• aux caractéristiques sociodémographiques (sexe, âge, niveau d’études, CSP …) ;- Deux mois dobservation participante à la Direction Web du PS (du 15 mars au 21 mai 2012)
  • 7. Des critiques des militants face à la numérisation du PS- Des promesses de plus d’horizontalité déçues: «Nous allons introduire de lhorizontalité dans un système pyramidal» Valério Motta, lors du lancement de la Coopol en 2010« Internet na rien changé. Les cadres sont peu présents ou distants sur Internet. Cest seulement un bon moyen pour garder contact avec des militants que lon connait déjà ; mais ça on pouvait le faire sans Internet. »Marie, 52 ans, adhérente au PS dans la Fédération de Paris depuis 2001. Entretien du 9 février 2012- « perte de sens » du militantisme: plus ponctuel, plus individualiste« Le passage à une société plus individualiste favorise loutil internet, comme espace de militantisme. Mais, pour me déplacer à des meetings, tracter régulièrement depuis quelques semaines dans le cadre des primaires socialistes, le "militantisme assis" na aucun sens si Internet devient le seul espace. »Fabrice, 36 ans, adhérent PS de la fédération de Paris depuis 2001- Espace privilégié de la rumeur et de la désinformation« Nimporte quoi peut sexprimer sur internet. Pour cette raison, beaucoup de rumeurs non contrôlées enflent de manière anonyme. Pourquoi alors s’informer sur Internet ? Je préfère aller en réunion de section. »Jean-Christophe, adhérent PS depuis 2007 dans la fédération des Alpes Maritimes. Entretien du 23 novembre 2011.
  • 8. Une numérisation peu effective- Des outils numériques créés par le PS peu performants« La coopol, moi le premier, j’y vais pas. Dans le fonctionnement, ça déconne. On te dit : « le groupe machin truc a changé ». Ouais, enfin, c’est cool. Ils ont changés une virgule dans l’intitulé du groupe, tu reçois 5 mails de mises à jour. L’information n’a aucun intérêt. En tant que secrétaire de section, t’es bombardé de mails qui ont des intérêts assez divers : entre le militants qui te dit « j’ai oublié la date de la réunion », que tu lui as quand même donné la veille ; mais comme ils ont pas lu le mail, ils te renvoient un mail pour te dire qu’ils ont oublié la date. Bon, tu réponds. Tous les courants t’envoient des messages. Au final t’es bombardé de mails. Ça sert [sic] à rien et c’est une perte de temps. C’est une fausse bonne idée. »Patrick, secrétaire de section de la Fédération de Paris. Entretien du 27 mai 2011- Recours au TIC pour ne pas avoir l’air en retard, mais réelle utilité?« Franchement, non. La Coopol, non. On ne l’utilise pas. (…) Si on reste dans un cocon entre nous… Au jour d’aujourd’hui aller sur la Coopol pour mettre des choses que tout le monde va adorer parce que c’est notre candidat, ça sert à rien. (…) Et pour la mobilisation, on a toushollande. »Membre de la cellule web de Hollande pour la campagne présidentielle de 2012, responsable du pôle « influence ». Entretien du 2 mars 2012.MAIS … seulement 4% des adhérents-répondants disent « ne jamais utiliser Internet dans le cadre de leur activité militante ».A nuancer…
  • 9. Multiplication des outils numériques.. Mais un seul utilisé! Une minorité de militants compétents sur le web « C’est aussi une question de génération. Je pense à Marie Odile, elle a unecinquantaine d’années, clairement elle se sert du mail parce que professionnellement,elle peut [sic] pas faire autrement. Facebook, ça l’intéresse [sic] pas du tout. Twitter, ellene sait même pas ce que sait. Et la coopol ; elle te dit « écoute t’es gentil, mais envoiemoi un mail ». Entretien avec Julien, secrétaire de section de la Fédération de Paris, le 30 mai2011 97% des adhérents interrogés utilisent au moins une fois parsemaine leur boite mail; alors que 8% utilisent la Coopol au moins unefois par semaine.
  • 10. ConclusionTous les partis politiques sont sur Internet « obligatoire de campagne » - ne pas avoir l’air en retardMais les potentialités de l’outil en termes d’horizontalité et de communication plus directe entre instance nationale et militants- citoyens, non exploitées<peur de la perte de contrôleRésistances aux outils numériques au sein des instances dirigeantes du parti PS est bien loin de devenir un « cyber-parti » « le contact humain, au cœur même du socialisme »
  • 11. Bibliographie indicativeBARBONI T. et TREILLE E., « Lengagement 2.0 », Revue française de science politique, vol 60, n°6, 2010, pp. 1137 - 1157BASTIEN F., GREFFET F., « Les campagnes électorales à lère dInternet: une comparaison des sites partisans en France et au Québec », Hermès 54, 2009BLANCHARD G., « La mise en oeuvre de la communication électronique des partis politiques français : le poids des pratiques politiques et organisationnelles », Les Enjeux de l’information et de la communication, octobre 2009DUTTON W. H., “Network rules of order: regulating speech in public electronic fora”, Media, Culture & Society, vol. 18, n° 2, pp. 269-290, 1996ETHUIN N. et LEFEBVRE R., « Les balbutiements de la cyberdémocratie électorale. Contribution à une analyse des usages politiques d’Internet : le site de Martine Aubry lors des élections municipales de mars 2001 », in SERFATY V. (dir.), L’Internet politique, des Etats-Unis à l’Europe, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002FUCHS D. et KAASE M., “Electronic Democracy”, Communication présentée au 17ème Congrès Mondial de l’Association internationale de Science Politique, Québec, 1-6 Août 2000GAXIE D., Le Cens caché Inégalités culturelles et Ségrégation politique, Seuil, 1993 (1978)GAXIE D., « Cognitions, auto-habilitation et pouvoirs des « citoyens » », Revue française de science politique, vol. 57, n° 6, décembre 2007, pp. 737-757GRANJON F. « L’Internet militant. Entretien avec Fabien Granjon », Matériaux pour lhistoire de notre temps. 2005, N. 79. pp. 24-29GRANJON F., LInternet militant Mouvement social et usages des réseaux télématiques, Paris, Editions de lApogée, 2001GREFFET F., « Les partis politiques français sur le web », in ANDOLFATTO D., GREFFET F., OLIVIER L. (dir.), Les partis politiques, Quelles perspectives ?, Paris, LHarmattan (Collection « Logiques Politiques »), 2001, pp. 161-177ION J., FRANGUIADAKIS S., VIOT P., Militer aujourd’hui, dirigé par MUXEL A., et PERRINEAU P., CEVIPOF coll Autrement, 2005LEFEBVRE R., SAWICKI F., La société des socialistes: le PS aujourdhui, Broché, 2006LEVY P., Cyberdémocratie, Editions Odile Jacob, Paris, 2002MARCOCCIA M., « Les webforums des partis politiques français: quels modèles de discussion politique? », Mots. Les langages du politique, n°80, La politique mise au Net, mars 2006NOELLE NEUMANN E., « La spirale du silence. Une théorie de l’opinion publique », Hermès, n°4, 1989, pp.181-189SAUGER N., « Les partis sur le Net : première approche des pratiques virtuelles des partis politiques français », in SERFATY V. (dir.), L’Internet en politique, des États-Unis à l’Europe, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg (Collection «Sociologie politique européenne »), 2002, pp.179-195SERFATY V., « Les blogs et leurs usages politiques lors de la campagne présidentielle de 2004 aux États-Unis », Mots. Les langages du politique, n° 80, La politique mise au net, mars 2006. Mis en ligne le 01 mars 2008. URL : http://mots.revues.org/index501.htmlTHEVIOT A., « S’adresser directement au citoyen pour être élu - Internet dans la campagne des régionales 2010 en Aquitaine », 4ème congrès des associations francophones de science politique, ST 21 (‘Regards citoyens et parlementaires sur la représentation’), 20, 21, 22 avril 2011, BruxellesWOJCIK S., « Compétence et citoyenneté. Esquisse d’une analyse critique des travaux sur les dispositifs participatifs en face-à-face et en ligne », Atelier La parole profane, Congrès SQSP, Montréal, 02/05/08