Your SlideShare is downloading. ×
Bisaillon_Engagement_Climoilou
Bisaillon_Engagement_Climoilou
Bisaillon_Engagement_Climoilou
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Bisaillon_Engagement_Climoilou

473

Published on

Conférence de clôture de Robert Bisaillon lors de la journée sur l'engagement étudiant à l'automne 2009 au Cégep Limoilou.

Conférence de clôture de Robert Bisaillon lors de la journée sur l'engagement étudiant à l'automne 2009 au Cégep Limoilou.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
473
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Conférence de clôture de Robert Bisaillon Journée sur l’engagement étudiant 15 octobre 2009 Cette synthèse des propos entendus est produite à froid, sans le recul qui permettrait que je ne me mette point en danger; en même temps, c’est aussi le but de l’exercice. Aussi, j’essaierai de traduire ce que j’ai entendu, en espérant ne pas trop trahir l’essentiel des présentations et des échanges. La communication qui suit se présentera en cinq temps. PREMIER TEMPS Le thème de votre journée Les organisateurs de cette journée ont eu raison de parler de regards sur l’engagement. En effet, ces regards sont multiples, différents et convergents à la fois, comme en ont fait foi les propos entendus en vox pop, que ce soit sur ce qu’est l’engagement, sur ce qui le favorise et sur les écueils constatés. De ce point de vue, il faut se garder des définitions normatives ou convenues qui ne couvrent que partiellement la réalité. Mais au préalable, plutôt que de parler du métier d’étudiant comme espace de son engagement, je nous invite à jeter un premier regard sur ce qu’est un étudiant du collège : - Il s’agit d’un jeune adulte, tantôt plus jeune, tantôt plus adulte, c’est-à-dire encore en développement de son identité. - Il s’agit d’un jeune en transition à plusieurs égards et le plus souvent en rupture avec son environnement familier. - L’étudiant possède déjà un bagage intellectuel, plus ou moins assuré selon sa formation antérieure, et qui le dispose plus ou moins à entreprendre des études supérieures. - Il est à la fois déjà orienté selon son projet professionnel et les mécanismes de sélection qu’il a traversés et désorienté devant la réalité de sa nouvelle marge de manœuvre, de son nouvel encadrement et de son nouveau milieu. - Il aspire à concilier toutes les sphères de sa vie, sans en sacrifier aucune : études, travail, loisirs, amours. - Il est encore en apprentissage et des défis de formation sont encore interreliés avec les défis de sa vie. - Il est également encore à la recherche de relations significatives, sur le plan affectif comme sur le plan intellectuel. Le collège, face à cet étudiant, peut être un lieu difforme comme il peut être un lieu d’engagement. P a g e |1
  • 2. DEUXIÈME TEMPS L’engagement est un construit, à travers les études ou d’autres activités, au collège comme dans d’autres milieux. D’ailleurs, cette notion d’engagement n’est pas univoque selon les propos que j’ai entendus. Pour certains, l’engagement étudiant sera davantage relié aux études, surtout dans les cas où beaucoup d’heures de cours et d’études sont requises et où des stages d’application sont proposés; il s’agit alors d’un engagement matériel ou physique objectivement plus exigeant. Pour d’autres, l’engagement étudiant va de pair avec le besoin ressenti à un moment donné de se prendre en charge. Pour d’autres, cet engagement se manifestera tout simplement dans le temps passé physiquement dans les locaux du collège, temps qui traduira un certain bien-être. Pour d’autres, l’engagement vient du sentiment d’appartenance ressenti dans la participation à un programme, à un club sportif, à un comité, en tant que lieux d’une prise de responsabilité. Chez certains, l’engagement se traduira par toute forme d’aide à ses pairs, ou par la participation à des activités parascolaires. Mais, et ce constat rejoint 76% des étudiants et du personnel, c’est d’abord dans l’investissement consacré à ses études que l’étudiant manifeste son engagement. Une réserve cependant, qui témoigne peut-être de l’air du temps : il est peu question de l’engagement étudiant collectif, militant et mobilisé. Toujours néanmoins l’engagement se manifeste lorsqu’on voit du SENS à s’investir dans quelque chose, quand on a un projet ou quand on est en projet. TROISIÈME TEMPS Les facteurs qui stimulent l’engagement Chez les étudiants, ce sont, dans l’ordre, les enseignants, les amis et la famille. Chez le personnel, ce sont, dans l’ordre, les amis, la famille et les enseignants. Il s’agit d’un constat que j’ai fait tout le long de ma carrière et quel que soit l’ordre ou le milieu d’enseignement : les enseignants ne s’attribuent jamais une influence à la hauteur de celle que les étudiants leur accordent. Constat majeur et ambigu en même temps : nous pouvons être ou ne pas être des moteurs de l’engagement des étudiants, au moins en ce qui concerne leurs études. Constat qui entraîne aussi une question : au fait, qu’en est-il de notre propre engagement auprès des jeunes, de nos collègues, de la communauté du collège P a g e |2
  • 3. QUATRIÈME TEMPS Les conditions favorables à l’engagement Paradoxalement par rapport au constat qui vient d’être souligné, mais heureusement, selon le personnel enseignant, c’est d’abord le soutien qu’il apporte aux étudiants qui est la condition la plus favorable, selon le sondage effectué; les activités sportives, culturelles et communautaires suivent de très près. Chez les étudiants, autre paradoxe : c’est l’accessibilité des lieux et l’atmosphère qui y règne qui arrivent en première place, ensuite les activités du programme d’études et le soutien des enseignants. En définitive, il n’y a pas vraiment de contradiction, mais une question de degré entre un facteur et une condition favorable. CINQUIÈME TEMPS Les champs déterminants pour l’engagement étudiant Sans prétendre épuiser ce sujet, qui demanderait un approfondissement, quatre champs ressortent comme des lieux privilégiés pour l’engagement étudiant : - La promotion des services aux étudiants, qui sont nombreux et qui constituent ensemble un puissant réseau d’aide individuelle et collective à la vie des étudiants. Que ce soit pour des besoins relatifs à la santé, physique et psychologique, à l’orientation ou de nature financière, du personnel engagé est à la disposition des étudiants. - L’encadrement académique qui, au-delà du dépistage précoce des difficultés d’apprentissage, passe par l’ouverture et l’attention aux préoccupations et besoins des étudiants et la valorisation de leurs progrès, même les plus petits. - La hauteur des exigences en lien avec les pratiques éducatives : c’est ici que se manifeste la valeur ajoutée d’un collège, comme nous l’enseigne la littérature à ce sujet. Il s’agit du contrat qui lie ce qui est exigé des étudiants et notre propre engagement professionnel. Ce contrat s’établit d’abord sur la croyance dans le développement intellectuel des élèves plutôt que sur la critique de leur bagage antérieur. Parce que le collège se situe dans l’enseignement supérieur bien davantage que dans l’enseignement ultérieur, il devrait privilégier le choc cognitif et la confrontation intellectuelle afin de développer la capacité autonome de réfléchir – le savoir, source de liberté -. À cet égard, la solidarité et la collégialité des personnels sont exemplaires pour les étudiants et font du collège plus qu’un établissement de passage. EN CONCLUSION Je rappelle les propos d’une ancienne étudiante venue témoigner, lors de la plénière d’ouverture, des bienfaits de son engagement au Cégep Limoilou : un regard critique sur elle-même et la société, des relations sociales enrichies et, selon ses mots : « une certaine sagesse ». Bref, son engagement lui a permis de se construire. Je reviens enfin sur la question du sens, qui doit venir de haut, être inscrite dans la mission du collège, mais surtout traverser la solidarité professionnelle et la responsabilité institutionnelle. Ainsi, notre engagement constitue notre parole donnée aux étudiants. P a g e |3

×