Magazine du régiment de marche du Tchad

14,009 views
13,794 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
14,009
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
19
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Magazine du régiment de marche du Tchad

  1. 1. editorial 3 prises d’armes 6 pass-com rmt 6 8 pass-com cies 10 ceremonies 2008 12 jpo 14 sport besh 16 bazeilles 18 PROJECTIONS 20 22 : 2 ème CIE 28 : 3 ème cie 34 : cea 37 : ccl 40 : 4 ème cie 46 : 1 ère cie 11 ème compagnie 52 la reservE 54 5 ème ET 9 ème CIE 58 l’amicale LE SERMENT DE KOUFRA 2008 en bref Directeur de la publication : COL H.de MEDLEGE 60 Directeur de la redaction : pam LTN P.AMEZTOY. Conception graphique : a l’honneur CCH P.PELLETIER Photographe : CCH P.PELLETIER revue de presse CCH L.LEQUEMENER 1CL Z.BONCOURRE
  2. 2. EDITORIAL Mes chers marsouins, Après le retour des Cobras du Sénégal, le point d'orgue de l'année 2008 fut, sans nul doute, la projection de plus de 600 d'entre nous au Liban et en Afghanistan. Le remarquable travail des Dragons sur la Blue Line libanaise, les escarmouches essuyées par les Scorpions dans la région de Kaboul, les combats auxquels ont participé les Démons, renforcés des Milans dans la vallée d'Uzbeen, sans oublier l'appui constant des Atlas, resteront les moments forts de cette année 2008. Pendant ce temps, la 11ème Compagnie n'a cessé de former nos futurs marsouins et chefs d'é- quipes, même durant la base arrière du régiment. Dans cette école inté- grée, plus de 222 marsouins ont été formés en cette année 2008. L'aventure continue, puisque quatre mois plus tard, la 3ème compagnie est repartie en Guyane au 9ème de Marine afin de participer aux actions de lutte contre l'orpaillage clandestin ; de même, le détache- ment OMLT de la brigade, formé par le RMT et armé par nos personnels à plus de 50%, s'est envolé en Afghanistan pour aider l'armée afghane à se structurer. De nombreux historiens s'accordent sur l'année 1914 comme date de bascule dans le XXème siècle. De même, le 11 septembre 2001 est considéré comme la date symbole de l'entrée dans notre siècle. Pour le RMT, le 17 mars 2009 aura clôturé une année 2008 riche en événements. En effet, la commémoration de Koufra, en présence de notre CEMAT, aura été l'occasion de se souvenir de notre passée ancien et glorieux, mais aussi de nos actions récentes, pour l'honneur de notre drapeau. L'avenir, qui se prépare au présent, sera celui de tous les défis : validation du système Félin pour l'ar- mée de terre, engagements opérationnels d'automne, cinq incorporations en douze mois, renouvelle- ment complet de l'état-major du régiment et, en fond de tableau, déménagement pour la base de Meyehneim en 2010. C'est pour moi l'occasion de vous rappeler que les nombreuses missions que nous assumons sont salutaires dans un régiment comme le nôtre. Bref, en 2009 comme en 2008, courez, tirez et manoeuvrez au mieux en ayant le souci de l'excellence et la bonne humeur aux lèvres pour qu'au nom de Dieu vive le régiment du Serment en particulier et la Coloniale en général. Colonel Henry de MEDLEGE Chef de corps du Régiment de marche du Tchad 3
  3. 3. 4
  4. 4. Président des officiers Mes très chers camarades, des réformes de " l' outil militaire " qui aura un impact important sur la vie et l'organisation du régiment du Notre année 2008 fut intense, passionnante et éprou- Serment, qui 10 ans après son arrivée en Picardie , aper- vante. çoit simultanément le sommet des Vosges et la beauté du bassin alsacien. Nous aurons un rôle primordial pour L'épisode douloureux de l'embuscade en Afghanistan et les années à venir du Régiment, par la cohérence et le le retour au pays de nos " compagnons " nous ont rap- sérieux de nos propositions et par notre pragmatisme. pelé, s'il le fallait, la spécificité de notre engagement au sein des armées et des Troupes de Marine en particu- " Servir le RMT, préparation à l'engagement au combat, lier. Ils ont aussi souligné l'importance de la solidarité à nous jamais rien d'impossible….. ", alors à ceux qui LCL Thierry CAMPELLO, et de la fraternité d'Armes au moment des épreuves. sont arrivés au PAM, je dis aux noms des Officiers, POF du RMT. Ces valeurs nécessitent d'être cultivées au quotidien car bienvenue chez les Marsouins de Leclerc, et à ceux qui elles ne s 'improvisent pas et ne se décrètent pas non vont nous quitter, bon vent pour votre nouvelle mission plus. Comme l'ont souligné nos chefs : " Ils sont partis et merci. trop tôt, mais en ayant vécu leur passion ". LCL CAMPELLO, POF du RMT Nous sommes engagés maintenant et même au centre Président des sous-officiers Affecté depuis 2006 au RMT pour la 2eme fois horripilateurs pour ne pas dire dresser les poils. Nous et après un passage au service général me voici votre nous devons de donner l'exemple. Donc je compte sur président. Pour les plus jeunes au régiment j'ai déjà vous pour faire effort dans ce domaine. Fort de l'adage " occupé la fonction de 2002 à 2004 donc je ne suis pas il vaut mieux être critiqué qu'ignoré " je ne suis pas prêt en terre totalement inconnue. Seul, je ne peux rien. de changer d'avis car je suis sûr que les 9 lignes au-des- L'efficacité et surtout la crédibilité du PSO repose sus servent la cause des sous-officiers. presque entièrement sur vous. Donc merci à ceux qui ont fait l'effort de se déplacer pour participer à l'élection A l'heure où je tape ces quelques mots certains parmi du président des sous-officiers. Je n'ai pas d'autre cheval vous sont inscrits au tableau d'avancement ou au TSHM de bataille que celui de servir au mieux les intérêts des voire les deux. Je félicite donc les heureux élus. sous-officiers en général et ceux du RMT en particu- En 2009, il y aura deux projections : la 3ème Cie en liers. Mais il y a une chose qui me tient à cœur au risque Guyane et dans le 2ème semestre normalement un gros ADC Alain CHAMPION, de passer pour le ronchon rétrograde, c'est la tenue. élément du régiment en Afrique. Cela laisse supposer PSO du RMT. Nous avons le droit de penser ce que nous voulons de la que le régime d'activité ne va pas baisser et comme qualité de nos équipements et je n'ai jamais dit qu'ils nous savons le faire serrons les rangs pour que le corps étaient au top niveau. Je comprends très bien quelques des sous-officiers du régiment encore une fois soit à la aménagements au titre du confort mais de là à voir fleu- hauteur de sa réputation et des attentes qui sont mises en rir des tenues aux quelles même les forces spéciales n'a- lui. Un de mes chefs a dit un jour " refuser de devenir vaient pas pensé... Cela me fait contracter les muscles meilleur c'est déjà cesser d'être bon " ADC CHAMPION, PSO du RMT Président des EVAT Chers Evat du Régiment de marche du Tchad, renouvelés, je sais que c'est très ennuyeux mais malheu- l'année 2008 qui s'achève a été riche en évènements. reusement les places sont limitées avec le coût et, surtout En début d'année la 1ère compagnie nous est revenue du avec les critères strictes imposés. Sénégal après 4 mois d'une mission intéressante. Mais Bon vent aux EVAT de la 3ème compagnie qui partis en le plus gros de cette année a été la projection du régi- Guyane après les fêtes. Profitez en bien, bonne mission ! ment en Afghanistan (Pamir XIX). Les événements qui Je félicite tous mes camarades qui ont participé aux dif- s'y sont déroulés nous ont mis face à la réalité de notre férentes missions extérieures, aussi la base arrière qui métier et la perte de notre camarade au combat, le CPL s'en est bien sortie pour satisfaire toutes nos familles, et BAOUMA a été là pour nous le rappeller. aussi les nouveaux promus. La base arrière n'a pas été en reste avec le décès tra- CCH Tété PRINCE - gique du CCH POLET. Pour conclure, je suis comme d'habitude à votre disposi- AGBODJAN, Je vous demande à tous d'avoir une pensée particulière tion pour plus de renseignements concernant tous les PEVAT du RMT. pour nos deux camarades. domaines. Le TSHM est, cette année, conséquent, surtout pour les CCH PRINCE, PEVAT du RMT EVAT plus anciens qui ne sont jamais partis en séjour après plusieurs années de service. Je suis vraiment désolé pour mes camarades du millésime 1999, pour les sup 11ans qui n'ont pas été 5
  5. 5. e samedi 27 septembre 2008 a eu lieu la Honneurs au drapeau rendus par autorités civiles et militaires L passation de commandement du RMT entre le colonel Olivier de CEVINS, quittant le commandement, et le colonel Henry de MEDLEGE recevant le commandement. Cette cérémonie, présidée par le général SAINTE-CLAIRE DEVILLE, commandant la 2ème Brigade Blindée, s’est déroulée avec rigueur et émotion. Lors de cette prise d’armes le général SAINTE- CLAIRE DEVILLE a remis l’insigne de chevalier de l’ordre national du mérite à l’adjudant-chef CHAMPION. Pour finir le RMT, avec toutes ses compagnies, a défilé en chantant devant les autorités et les familles. L’Adc CHAMPION est décoré de l’insigne de chevalier de l’ordre national du mérite. 6
  6. 6. Mise en place de la compagnie de commandement et de logistique Arrivée du drapeau du régiment Remise du calot TDM au Major général de la Marine, caporal d’honneur des TDM Défilé en chantant du régiment La section équestre du régiment Le Major général de la Marine et le Père de l’Arme entourant le nouveau chef de corps 7
  7. 7. u cours de l’année 2008, plusieurs passa- pagnie de combat du Régiment de marche du (BOI) depuis 1998. Le capitaine DESSENNE est A tions de commandement ont eu lieu. Ces cérémonies formelles et traditionnelles marquent le début d’un nouveau cycle de deux ans Tchad. Le capitaine MAUREL a débuté sa carriè- re comme Élève Officier de Réserve à SAUMUR où il a reçu sa première formation avant d’être titulaire de la médaille de la Défense Nationale (bronze) et de la médaille des Services Militaires Volontaires (bronze). Dans le civil, il travaille pour la compagnie emmenée par son nouveau affecté au 1er Régiment de Cuirassiers à St WEN- comme Inspecteur des Permis de Conduire et de la chef. Le fanion qui lui est remis à cette occasion DEL (Allemagne) comme chef de peloton. En Sécurité Routière pour le Ministère de l'Ecologie, est le symbole de ce temps de commandement qui 1999, il est affecté au 1er Régiment de Chasseurs du Développement et de l'Aménagement Durable débute, de l’autorité du nouveau chef et des d’Afrique à CANJUERS comme chef de peloton à (MEDAD). Il est marié et père de deux enfants. responsabilités qui lui incombent alors. Chaque l’instruction. Il est « activé » au titre de l’article compagnie du régiment possède son propre fanion 11ème COMPAGNIE 15-2 en 2000, année au cours de laquelle il rejoint de couleur caractéristique. Le jeudi 27 novembre 2008, a eu lieu la passation l’École d’Application de l’Infanterie et choisit les de commandement de la 11ème compagnie entre 9ème COMPAGNIE troupes de marine. Il est affecté en 2001 au le capitaine Emmanuel DUBOIS, quittant le com- Le jeudi 06 mars 2008 a eu lieu la passation de Régiment de marche du Tchad où il sert comme mandement, et le capitaine Fabrice REVEL, pre- commandement de la 9ème compagnie. Lors de chef de section puis officier adjoint à la 3ème nant le commandement. Présidée par le colonel de cette cérémonie le capitaine Luc NEUVILLE a compagnie jusqu’en 2004. Il part alors pour un MEDLEGE, cette cérémonie s’est déroulée au pris le commandement de la nueve. Arrivé au séjour outre-mer de deux ans en Martinique au quartier Berniquet et a été clôturée par un défilé en RMT en août 2005 en tant qu’officier adjoint de la 33ème RIMa de FORT-DE-FRANCE. Il y occupe chantant. Le capitaine REVEL est arrivé au RMT 9ème compagnie, il a effectué son service national un poste de chef de section jusqu’à l’été 2006 où en août 2008 et a rejoint rapidement l’école d’ap- au 403 RA de Chaumont en 1981. Libéré de ses il rejoint le RMT pour y servir comme officier plication de l’infanterie de MONTPELLIER pour obligations militaires il quitte le service actif en adjoint à la Compagnie de Commandement et de y suivre le cours de formation des futurs comman- 1982, date à laquelle il est nommé sergent. Il est Logistique puis à la 4ème compagnie de combat. dants d’unité. Engagé en 1983 à l’école nationale affecté le 01/08/82 à l'organe mobilisateur du 5ème COMPAGNIE technique des sous-officiers d’active, il choisit RMT. Engagé dans les réserves de l'armée de terre Le vendredi 13 juin 2008 a eu lieu la passation de l’arme des troupes de marine à l’issue de sa scola- au titre des troupes de marine, il est nommé ser- commandement de la 5ème compagnie. Lors de rité. Pendant sa première partie de carrière il sert gent-chef en 1986 puis est nommé adjudant en cette cérémonie, le capitaine DESSENNE a pris la comme sous-officier technicien sur blindés au sein 1990. En 1992 il sert au 70ème RIMa en tant que tête de la 5ème compagnie. Arrivé au RMT en des régiments d’infanterie, de cavalerie et d’ar- lieutenant. En 1996, il est muté à la BRI LOG EM mars 2007 en tant qu’officier de la compagnie, il a tillerie des TDM. Depuis son passage dans le n°1 et est nommé capitaine en 1999. Il rejoint le effectué sa Préparation Militaire Supérieure en corps des officiers de carrière, il a servi comme RMT 2008. Le capitaine NEUVILLE est titulaire 1989 à Sissonnes. Incorporé en décembre 1993, il chef de section, puis officier adjoint en compagnie de la médaille de la Défense Nationale (bronze), a été Elève Officier de Réserve (EOR) à l'Ecole de combat au RMT entre 2001 et 2006. Il rentre de la MSNV (or) et de la médaille de la Jeunesse d'Application des Transmissions (EAT) de d’une mission de deux ans en Guadeloupe où il et des Sports (or). En 2008, il est promu chevalier Montargis, puis a été affecté au 28ème Régiment occupait les fonctions d’officier supérieur adjoint. dans l'ordre national du Mérite. Dans le civil le de Transmissions d'Orléans comme chef de cent- Depuis son entrée en service, le capitaine REVEL capitaine NEUVILLE est enseignant, est marié et re Nodal en compagnie de maillage. A l'issue de a servi en métropole, à l’étranger (Djibouti, Tchad, père de 6 enfants. son service national, il a été affecté à la Direction Côte d’ivoire, Allemagne, Balkans), dans les 4ème COMPAGNIE des Transmissions et de l'Informatique (DTEI) de départements et territoires d’outre-mer (Guyane, Le 11 avril 2008, au cours d’un cérémonie militai- Lille, puis au 41ème Régiment de Transmissions Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe) et totalise une re au Quartier Berniquet, le capitaine Julien MAU- de Senlis, où il y occupait un poste d'officier trai- dizaine d’années de service hors métropole. Il est REL prenait le commandement de la 4ème com- tant au sein du Bureau Opération Instruction marié et père de deux enfants. 8
  8. 8. Remise du fanion de la 4ème CIE par le Remise du fanion de la 5ème CIE par le Remise du fanion de la 9ème CIE par le COL de CEVINS au CNE MAUREL LCL VALLI au CNE DESENNE COL de CEVINS au CNE NEUVILLE Remise du fanion de la 11ème CIE par le COL de MEDLEGE au CNE REVEL Rassemblement de la 11ème CIE le 27 novembre 2008 Rassemblement de la 4ème CIE le 11 avril 2008 9
  9. 9. 25 aôut 2008 - Libération de PARIS 8 mai 2008 - ISSY-LES-MOULINEAUX 10
  10. 10. 14 juin 2008 - Cérémonie de la 2ème BB à Orléans 11 novembre 2008 - ISSY-LES-MOULINEAUX 11 novembre 2008 - NOYON 11
  11. 11. 5000 visiteurs en 2 jours pour les JPO Les 29 et 30 mars 2008, le Régiment de marche du Tchad organisait ses traditionnelles journées portes ouvertes (JPO). En raison du départ en opération extéieure du régiment, ces dernières étaient pour la première fois organisées en mars et non pas comme habituellement en juin. Les deux journées ont été rythmées de démonstrations dyna- miques, d’essais de matériel et d’un son et lumière le samedi soir. Malgré une météo peu favorable, les habitants du noyonnais ont répondu présent pour venir découvrir le RMT. La capacité d’adaptation et l’accueil chaleureux des marsouins du régiment ont contribué une fois de plus au succès de ces JPO. Tirage au sort du jeu concours Démonstration du cynogroupe DEMONSTRATIONS DYNAMIQUES, PRESENTATIONS DE MATERIELS 12
  12. 12. Spectacle son et lumière Tableau vivant : prise de Koufra LS, ANNIMATIONS, JEU CONCOURS, SPECTACLE SON ET LUMIERES 13
  13. 13. SPORTS LES CLUBS SPORTIFS ET ARTISTIQUES DU REGIMENT TYPE D’ACTIVITES EPREUVES DATES ET LIEU NB PARTICIPANTS ET/OUCLASSEMENTS accès aus installations sportives (salle de musculation) tous les mardi et vendredi de 9h30 à 10h30 (hors FITNESS vacances scolaires). NATATION accès à la piscines de Noyon (hors vacances scolaires) tous les lundi de 9h30 à 10h30. tous les soirs de la semaine (sauf samedi et dimanche) de 18h30 à 20h00. MUSCULATION championnats de 55 ADHERENTS 30/31 mai 2008 France de force athlé- 1er juin 2008 tique entrainement tous les vendredi de 8h00 à 9h30 sur le stade régimentaire. RUGBY championnat de France 3ème poule 41 ADHERENTS militaire tournoi de rugby à 7 28 juin 2008 à Senlis championnat de France DUATHLON militaire Saint-Maixent 5 participants ACTIVITES DIVERSES TYPE D’ACTIVITES EPREUVES DATES ET LIEU NB PARTICIPANTS ET/OU CLASSEMENTS CHALLENGE run & bike- football 12 novembre 2007 SPORTIF volley ball SEMI MARATHON 6 mars 2008 530 participants DE KOUFRA championnat RTNE 15 mai 2008 à Chalons 5 participants en Champagne VTT championnat de france 16 au 18 juin 2008 1 participant militaire. CHALLENGE SPORTIF football - volley ball 3 juillet 2008 footing lourd- rencontres de 4 septembre 2008 sports collectifs BAZEILLES 2008 . 14 décembre 2008 à 40 participants CORRIDA Issy les Moulineaux Championnat de France VTT Championnat de France de force athlétique 14
  14. 14. SECTION EQUESTRE REGIMENTAIRE TYPE D’ACTIVITES EPREUVES DATES ET LIEU NB PARTICIPANTS ET/OU CLASSEMENTS SAUT D’OBSTACLES 29 novembre 2008 à AU PROFILS DE LA l’ecole militaire de SCH QUACH: 8ème sur 45 participants CABAT PARIS COURSES D’ORIENTATION EPREUVES DATES ET LIEU NB PARTICIPANTS ET/OU CLASSEMENTS GS1 20 mars 2007 à Epinal 7 participants RTNE 6 et 7 mai 2008 à Belfort 6 participants CHAMPIONNAT DE 21 et 22 mai 2008 1 participants FRANCE Equipe de rugby régimentaire Arrivée du SGT BOUVIER vainqueur du semi-marathon de Koufra SAISON DE CROSS EPREUVES DATES ET LIEU NB PARTICIPANTS ET/OU CLASSEMENTS CROSS GS 1 25 octobre 2007 25 participants dont 5 féminines 20 novembre 2007 à Mailly le camp 12 participants . CROSS RTNE Haguenau 4 féminines- 4 véterans CROSS NATIONAL 4 et 5 decembre 2007 à Chamonix 4 féminines et 4 véterans A.D.T 5 et 6 decembre 2007 à Montpellier 8 participants CHAMPIONNAT DE FRANCE 6 et 7 fevrier 2008 au Mans 5 participants : SGT (F) FRESSARD- CCH (F) HUBATZ- CPL(F) TETUANUI- SCH BARRAILLER- SGT BOUVIER INTERARMEES GS1 12ème par equipe : LTN JACAMON (14°)-SCH JIMENEZ(17) -SCH LIGNON(20) - cross long senior 8400 m 16 octobre 2008 à Chalons en SGT BOUVIER(22) -CCH FEAU(30) -CCH DASSE(36) -CCH DE ABREU. cross court senior 4800 m Champagne 8ème par equipe CPL MOREAU(10°) CPL MATHIEU (28°) ADJ METZ (30°) cross vétéran 7700m ADJ CLEYET (7°) CROSS RTNE 6ème par équipe cross long senior 10070m SCH CANOEN (25°), SCH DE ABREU (31°), LTN JACAMON (35°) SCH LIGNON (41°), SCH JIMENEZ (69°) cross court senior 4900m 13 novembre à Charleville-Mezières 19ème par équipe 1cl QUESNEL (50), CPL MATHIEU (59), ADJ METZ (65), CCH FEAU (584) cross vétéran 9180m ADJ CLEYET (19) Championnat de France Armée de terre 16 par équipe cross long senior 8950m 3 décembre 2008 à Choisy le Roy SCH CANOEN (67), LTN JACAMON (101), SCH BOUVIER (131), SCH LIGNON (132), CCH DE ABREU (138) 4 décembre 2008 à Montlhéry ADJ CLEYET (53 V1 et 58 au général) cross vétéran 9180m 15
  15. 15. Le BESH BUREAU ENVIRONNEMENT SOCIAL ET HUMAIN par le Lieutenant DONAT 'année 2008 est finie, " c'est une de vices et compagnies qui composent le régi- non plus le caporal-chef POLLET de la L plus à mettre dans le paquetage ". Le Bureau Environnement Social et Humain (BESH) souhaite une bonne année à tous les militaires et civils du régiment ment, puis deux rendez-vous entre épouses de militaire où le BESH a pu resserrer les liens avec ces dernières afin de diffuser d' avantage d'information sur les aides dont il 1ère Cie qui nous quitté au mois de mai. Un grand merci à la CIAF et à l'assistante sociale qui ont su aider les parents de défunts et permis aux familles de venir ainsi qu'à leur famille. dispose. aux différentes cérémonies d'adieu. Cette année aura été marquée par le chan- Pour rester encore dans les festivités, le Actuellement, le caporal-chef PRINCE, gement d'appellation de l'ancien BRCP, Noël des enfants cette année a eu lieu le 3 président des EVAT et dirigeant la cellule devenant ainsi un service à part entière où décembre. Un peu tôt, mais cela a permis accueil, monte régulièrement des mis- sont centralisés tous les bureaux concernant de réunir le maximum de familles pour ce sions afin de rendre visite au caporal la condition du personnel. Les missions du jour de fête. Un regret cependant, l'activité T'SIAO encore à l'hôpital à Paris après un bureau restent les mêmes, c'est-à-dire l'ac- fut marquée notamment par l'absence des grave accident. cueil des nouveaux arrivants, l'aide aux papas de la 4ème Cie partis s'entraîner sur un L'année 2009 ne laissera pas le BESH familles, les conseils juridiques, les rela- terrain de manœuvre extérieur. Il est à noter tranquille. Les bureaux sont déjà à pied tions avec l'IGESA et les instances de que cette année, le père noël a été débordé d'œuvre pour satisfaire les différentes concertation, le logement, les présidents de par le nombre de cadeaux à distribuer, et demandes, telles que la mesure du moral catégorie et enfin une collaboration impor- c'est de bonne augure pour l'année prochai- au sein du régiment, ou encore les besoins tante avec l'assistante sociale. Tout le tra- ne. en logement pour la future garnison, et vail exécuté dans les différents bureaux est Ce résumé des différentes activités du dés le début d'année la préparation des un travail quotidien, car la mise à jour des BESH ne peut pas être clôturé sans rappe- journées portes ouvertes. Bref, le travail listes est un travail de longue haleine avec ler, malheureusement, le rôle important de l'ancien BRCP est un travail exécuté les comptables des compagnies entre autre. tenu par l'ensemble des bureaux qui le com- dans l'ombre des compagnies, mais nous Malgré notre isolement (si ! Nous sommes pose pour gérer la perte de deux de nos per- espérons tous que ce travail vous permet à coté de l'infirmerie, là vous connaissez sonnels dans l'année écoulée. Tout le d'avoir des conditions de vie plus confor- pour les VSA), nous pouvons tout de même monde a en mémoire le caporal BAOUMA tables. A bientôt pour les prochains son- rencontrer les autres personnels du régi- de la 2ème Cie décédé lors d'un accrochage dages ou mises à jour… ment grâce au privilège du bureau de parti- en Afghanistan, mais il ne faut pas oublier ciper au maintien de la cohésion de l'unité, et il s'y est largement employé en 2008. Au moment de la projection du régiment pour l'Afghanistan et le Liban, le BESH, via la cellule information et aide aux familles (CIAF) a organisé deux goûters des familles afin de maintenir un lien avec ces dernières et surtout pour les rassurer sur les conditions de vie de leurs maris. S'est ensuite enchainée la soirée des arrivants, pour une présentation approfondie des ser- 16
  16. 16. e 4 septembre 2008, le régiment a l’insigne de l’ordre national du mérite au L célébré les combats de Bazeilles au quartier Berniquet. Cette journée placée sous le signe de la cohésion et du défi sportif a permis aux marsouins de se major BERNIER, la médaille de la défen- se nationale avec étoile de bronze au ser- gent-chef JOURDAN et une lettre de Témoignage de Satisfaction au sergent- retrouver tous ensemble. La matinée a chef ALEXANDRE. commencé par un 8 km treillis rangers et a continué par des activités cohésion. Pour clôturer cette journée, une cérémo- nie a été présidée par le Lcl VALLI chef de corps par suppléance. Celui-ci a remis Remise de décorations (MAJ BERNIER - SCH JOURDAN - SCH ALEXANDRE) Garde au drapeau du régiment 17
  17. 17. l est 20 h 00, la nuit est fraîche, l'éclai- Remise de la medaille ISAF-OTAN au CNE LE ROUX par le général SHOELSTEINER I rage tamisé et les flambeaux brillent de mille feux. Le chef de corps accompa- gné du général STOLLSTEINER arrive. La cérémonie de Bazeilles peut commencer. Nombreux étaient les officiels civils et mili- taires qui ont assisté avec beaucoup d'atten- tion à la cérémonie. C'était l'occasion pour les commandants d'unité de se voir remettre la médaille OTAN " non-article 5 ". La fête de Bazeilles a été embellie par des chants magistralement exécutés par les unités pré- sentes. Un dépôt de gerbe a permis de rend- re hommage aux 10 soldats du BATFRA morts pour la France. La soirée s'est pour- suivie par une brochette partie réunissant l'ensemble du bataillon et les invités. 18 Rassemblement de la CCL
  18. 18. LTN JEFFROY et sa garde prétorienne Rassemblement de la compagnie d’éclairage et d’appui L’ADC NEVEU, L’ADC PARUITE et le CCH DALLE 19
  19. 19. EFFECTIFS OPEX / MCD AFGHANISTAN 450 marsouins LIBAN AFGHANISTAN 160 marsouins Mission OTAN ( ISAF International Security Assistance Force) contribuer à la recons- SENEGAL 160 marsouins truction et à la stabilisation du pays. Durant la mission PAMIR XIX, le régiment formait l'ossature du Bataillon français avec deux compagnies de combat (2ème et 3ème compagnie) , une unité de soutien logistique et un état-major P 22 à 27 : 2 ème COMPAGNIE P 28 à 33 : 3 ème COMPAGNIE P 34 à 36 : CEA P 37 à 39 : CCL 20 La 1èrecompagnie au Sénégale Le LTN JEAN CDS à la 2ème compagnie
  20. 20. LIBAN SENEGAL Mission ONU : la FINUL (Force Intérimaire MCD au Sénégal : la 1ère compagnie a parti- des Nations Unies au Liban. ) cipé aux missions des forces françaises du CAP Vert. La 4ème CIE a participé au mandat DAMAN VI au Sud Liban au sein d'un GTIA armé par la 2ème brigade blindée. P 46 à 49 : 1 ère COMPAGNIE P 40 à 45 : 4 ème COMPAGNIE L’ADJ NEVEU La 4ème compagnie en patrouille 21
  21. 21. Noyon, le 10 décembre 2008. non seulement un souvenir doulou- reux mais aussi le sobre rappel que L'année 2008 s'achève à Suippes notre métier n'est pas tout à fait dans le froid avec le retour aux fon- comme les autres et que cela justi- damentaux du combat mécanisé. fie une instruction et un entraîne- ment toujours plus absolus. Les Une année très dense pour les Démons retourneront un jour en Démons qui ont sillonné la France Afghanistan même si d'ici là, ils de la Champagne à la Courtine en auront à remplir des missions, passant par Bitche, Coëtquidan et qu'on ne choisit pas, en Afrique ou bien sûr le Royaume de l'insolence, ailleurs et qu'ils auront migré à l'Afghanistan. Colmar où nos anciens se distin- guèrent il y a 60 ans. PAMIR XIX a été une mission com- plète tant elle a vu chacun d'entre Nous préparer au déménagement nous vivre son engagement à fond. tout en développant notre capacité Le Caporal BAOUMA décédé ce opérationnelle : tel est notre objectif matin du 19 août est bien sûr très des mois à venir. présent dans nos esprit. Mort en vallée d'Uzbin aux côtés de nos camarades de Carmin 2, il a fait le CNE de SAINT BLANQUAT sacrifice de sa vie. La fierté et l'émotion de ses parents Le caporal Mélam BAOUMA rencontrés à Kaboul sont pour nous 21 août 2008, cour des Invalides -Hommage aux soldats morts pour la France en Afghanistan 22
  22. 22. L’ADC RUBIO et le CCH LIOGI Pendant la période de quatre mois en AFGHANIS- TAN, sur le camp de Warehouse, la mission de la section commandement de l'adjudant-chef GILLET a été principalement de soutenir les sections afin de leur permettre d'évoluer dans les meilleures condi- tions possibles. Nous avons effectué des liaisons lorsque les sec- tions partaient sur le terrain pour plusieurs jours, pour amener les repas et autres besoins ressentis par nos marsouins (médicaments, cigarettes…). Au quotidien, nous devions faire le suivi des véhicules de la compagnie, sous le regard bienveillant de l'ad- judant chef RUBIO. Le pool transmissions, aux ord- res du sergent PIEDOIE, maintenait le contact entre le capitaine et les différents sections en patrouille en effectuant une permanence 24H/24. Le bureau comptable sous les ordres du sergent BERGERON gérait, comme à son habitude, la vie Le CCH BOLO courante de la compagnie, employait neuf interprè- tes et diffusait le courrier officiel et personnel aux sections. Nous nous sommes relayés au sein de la section pour que chaque soir, la " popote des démons " soit ouverte afin de maintenir la cohésion de la compagnie en passant d'agréables soirées tous réunis. Le mandat PAMIR XIX s'est, à tous les niveaux, parfaitement bien passé et au retour de permission, la section a préparé la revue d'évaluation tech- nique. Tous les matériels y sont passés ; de la ges- tion du magasin optique optronique du caporal-chef HOUDELETTE, à l'armurerie, tenue par le caporal- chef DE BRUYN et de son garde magasin, le capo- ral MALET. Cette nouvelle équipe particulièrement motivée, sous les ordres de l'officier adjoint logis- tique, a permis le bon déroulement de la revue. Le SGT BERGERON Pour conclure l'année 2008, la fraîcheur de Suippes fut la bienvenue. L’ADC GILLET 23
  23. 23. CHECK POINT Charlie 4 près notre mission de fin d'année à VIGIPIRATE, A nous avons commencé 2008 par un partenariat pour les élèves du premier bataillon de Saint Cyr Coétquidan pendant cinq semaines. Cela nous a permis de nous entraîner au combat à pied et de retravailler nos fondamentaux pour une bonne partie des fonctions de la compagnie ? Très intéressant et assez rustique nous Le CPL LEA Le CCH ALBERTINI avons pu faire progresser tous nos hommes au cours de cette mission. Une bonne ambiance et une popotte bien fournie ont fait le reste. Projeté en six semaines en Afghanistan, nous avons tout de suite pris en compte la mission de contrôle de zone dans le désert du Deh Sabz. Notre zone section s'est rapidement étendue car nous avons repris le secteur allemand. L'ambiance générale était bonne. Les quelques problèmes récurrents d'il y a quelques années étaient les mêmes. Beaucoup de soucis de voisinage entre les pachtounes, les Kutchis et les Tadjicks créaient une petite tension que les policier du KCP essayaient de contenir sans que les soldats de PAMIR puissent en avoir connaissance. Tout le mandat se fera sous le signe du changement. Quelques opérations ont permi de montrer notre présen- ce et surtout de contrôler la Deh Sabz et les chemins L’ADJ LECOURIC d'accés. Le déploiement d'une compagnie en Surobi début août va accroître nos missions. Le lundi 18 août à 17H00, lors de l'embuscade de Carmin 2 et de Rouge 4, Rouge 1 était sur l'axe BOTTLE lorsque l'appel radio du CDU nous déroute sur l'aéroport de KAIA pour une prise de contact avec les équipages des deux Caracals qui vont nous héliporter soit sur la FOB MASSU ou sur la zone de contact de Carmin et de Rouge 4.L'ordre est finalement d'héliporter deux groupes de 8 hommes pour aller sur la FOB TORA. Une fois sur place, nous recevons pour mis- sion d'escorter et de sécuriser la zone d'installation de la SAM du 35ème RAP. Après 1H30 de trajet sur des pistes accidentées, nous arrivons sur notre première position. A l'aube, nous avons rechangé de position jusqu'au moment où les mortiers de 120 crachaient leurs obus sur Le SCH BARTHELEMY et le CCH BARBET l'ennemi. Les marsouins de la compagnie sont prêts à continuer. Patrouilles de jour et de nuit nous ont tenus en haleine jusqu'à la fin du mandat avec le renforcement de la com- pagnie de Surobi. Les dernières patrouilles furent en par- tie effectuées pour transférer notre zone à l'ANA (armée national afghane) dès le 12 octobre. Nous n'étions plus habitués au froid de l'est de la France. Cette période a été bien profitable et a permis de se pré- parer au futur partenariat avec l'EAI à Hamelburg. La mise en pratique au village de combat de jour comme de nuit a été bénéfique et le bivouac tactique à - 8 °C a per- mis de symblotter les duvets. 24
  24. 24. Rouge 2 - section du LTN ROULLET Arrivée à Kaboul : le soleil filtre par les cette matinée du 11 juillet, la chaleur est réquisitionnée sur une mission de rou- hublots, la descente de l'avion est déjà étouffante, les Caracals approchent tine vers TARAKEL, les premières sereine mais change vite d'ambiance des hauteurs de BABA QUASHKAR et informations remontent de la vallée de lorsque l'Airbus entame sa manœuvre appuyés par les gunners, dans un nuage SPEER KUNDAÏ, nos frères d'arme d'esquive de tirs de roquettes. Le bus de sable, les Marsouins débarquent. sont sous le feu ennemi. blindé des Blackwater (contractors) Les ERYX et les fusils de précision se Nos activités sont stoppées net, la nous récupère finalement sur le tar- déploient sur les lignes de crête, la mis- projection en UZBEEN est confirmée, mac, les VAB, les Frag et les casques sion suit son cours. immédiatement. La Section rentre à qui nous accueillent plus loin, finissent Les ordres sont connus des hommes, WAREHOUSE pour se re-compléter d'alourdir le climat. les soldats entament leur progression en munitions et se préparer au com- Le miroir de visite fait le tour des véhi- dans le village ; la recherche d'armes, qui bat. cules, pendant que l'escorte désappro- se prolongera jusqu'à la nuit, débute Notre déploiement dans la vallée s'ef- visionne ses armes, " WELCOME TO enfin. fectue lentement, les Talibans sont à WAREHOUSE ". Pas d'acclimatation, Nous sommes le 18 Août, la section est quelques kilomètres, nous dépassons la Section prend vite en compte ses les sections d'appui mortier qui pilon- secteurs, en compagnie des prédéces- neront sans relâche les positions seurs. ennemies, nous avançons toujours. Première patrouille, 22 prend la tempé- L'adrénaline parcourt nos veines, le rature de PD 11, le cœur de la ville stress à fait place à la rage, nous avec plus d'un million d'habitants, le allons être héliportés au cœur de l'ac- KCP (Kaboul City Police) nous épaule tion… L'ordre de rassemblement est dans cette mission, pour gagner la donné. En faisant demi-tour 23 bascu- confiance de sa population. le dans un fossé et le VAB se retour- L'hostilité omniprésente nous ramène ne. Le CPL BAOUMA perd la vie dans inexorablement à la dure réalité, cet accident, le SCH GOUJON, le Kaboul est une ville dangereuse et les CCH SY et le 1CL CORRE sont bles- Warning Shoots deviennent rapide- sés et évacués. La section est en deuil ment notre lot quotidien. Pas de repos mais la mission continue coûte que possible pour nos Marsouins, les IED, coûte. les Suicide Bombers et autres mena- Arrivée à Paris : la pluie perle sur les ces sont en permanence dans nos hublots, la descente de l'avion est esprits. sereine et le restera, nous avons quit- Dès les premières semaines, la fatigue té l'Afghanistan. Après 3 semaines de se fait sentir, le programme étant très remise en condition et les COVAPI, la chargé, les PLD (Patrouille Longue section peut enfin profiter de permis- Durée), POMPELLE, KAIA ainsi que sions bien méritées. les Check Points, les Démons doivent L'accent est maintenant mis sur nos puiser dans leurs réserves et dépasser futures missions opérationnelles. leurs limites, la mission avant tout. En Posé hélico section Rouge 2 25
  25. 25. près sa dési- nos patrouilles, afin d'impliquer les for- vues d'unités de la FIAS depuis des A gnation pour être projetée en Afghanistan fin ces de sécurité locales à la sécurisa- tion de leur pays. La population de Kaboul, très favorable, nous accueille mois. Nous avons ainsi pu mener une patrouille conjointe avec une unité ita- lienne dans la région de Surobi, sans janvier, la 2ème avec chaleur conformément aux règles pouvoir imaginer que nous y retourne- compagnie s'est préparée au mieux de l'hospitalité musulmane. Cette ami- rions pour renforcer nos camarades du lors d'une mise en condition à la pro- tié était probablement intéressée, 8 et relever les morts et les blessés de jection au camp de La Courtine. notamment en raison des aides que Carmin 2. Au fur et à mesure que la Pendant près de quinze jours, nous nous apportions à la population (cons- mission s'est poursuivie, les conditions nous sommes formés au contrôle de truction de puits, assistance médica- se sont dégradées. Après un réveil très foule avec une compagnie du 16ème le…). Les contacts très réguliers avec matinal et imprévu pour l'enterrement Bataillon de Chasseurs et du 21ème les différents chefs de quartier ou de du neveu du roi d'Afghanistan, les RIMA, en partance pour la Côte d'Ivoire village nous permettent d'approfondir insurgés se sont attaqués à notre et le Kosovo. Une fois les derniers ren- notre connaissance des coutumes moral en nous privant de notre som- forts arrivés en provenance de toutes locales. Les termes de la mission n'ont meil lors d'une " nuit à roquette ", un les autres unités du régiment, une cependant jamais cessé d'évoluer, baptême qui semble traditionnel pour cohésion a été donnée à ce principalement en raison de l'arrivée les unités arrivant au camp de bataillon français réunissant des uni- des renforts du 8ème RPIMa. De nou- Warehouse. Mais confiants en la pro- tés de plusieurs régiments. velles zones nous ont été attribuées, tection de nos camarades de la 3ème Le 7 mai sonne l'heure du départ. permettant de nous " aérer " et de compagnie, nous avons continué à Deuxième section de la compagnie à découvrir que finalement l'Afghanistan profiter du confort. Entre les patrouilles, partir, nous avons rejoints nos camara- ne se limitait pas à des paysages les quelques contacts avec les autres des de Rouge 4. Certains s'attarderont désertiques mais pouvait être très ver- nationalités présentes ont permis de en métropole, ne nous rejoignant qu'un doyant et irrigué. En parallèle des comparer nos équipements et façons mois et demi plus tard, bien malgré patrouilles, nous avons organisé des de travailler. eux. Pendant plus de quatre mois, opérations compagnie qui ont permis La mission s'est achevée sur la certitu- nous avons sillonné les pistes afgha- d'affirmer notre présence dans des de d'avoir vécu un mandat très particu- nes et les rues de Kaboul, à pied zones très reculées, qui n'avaient pas lier, et la satisfaction de rejoindre nos comme en véhicules, jour et nuit, sous familles en métropole. une chaleur étouffante. La police ainsi que l'armée afghane, participeront à Le SCH BAS 26
  26. 26. Rouge 4 - section du LTN JEAN endant les quatre mois et demi climatisation des bâtiments, la salle de nos camarades tombés. Elle a été P qu'a duré la mission en Afghanistan, Kaboul et ses envi- rons nous ont livré une petite partie de sport et la nourriture abondante étaient autant d'atouts du camp qui amélio- raient notre quotidien et rendaient la bénéfique car ce sont des occasions comme celles-ci que l'on peut attendre toute une carrière. Nous avons de plus leurs secrets. Notre activité y a été inten- mission encore plus agréable. pu tisser des liens très forts avec nos se et nous avons appris à connaître la camarades américains. Pour finir, cette région et ses habitants. La circulation et Le point fort du mandat reste la partici- mission nous aura à coup sûr marqués, les pistes des plaines désertiques y sont pation aux combats de l'Uzbin les 18 et et permis d'apprendre beaucoup sur comme à Abidjan l'an passé : hasardeu- 19 août 2008 avec nos camarades du nous-même. ses. 8e RPIMa, de deux sections afghanes et d'un groupe des forces spéciales La mission a été très intéressante car américaines. Par ses côtés tactique, nous découvrions tous les jours quelque technique et médiatique, cette épreuve chose de nouveau. La section a de plus a été bénéfique, bien que tragique pour eu la chance de travailler et d'instruire une compagnie de l'armée afghane. Nous avons pu échanger ensemble nos Rouge 4 avec leur compratriotes bulgares savoir faire en travaillant: combat, tir, sport, alimentation (si, si, il faut juste avoir confiance et surtout de l'imodium). Les Afghans sont très accueillants et la cohésion a pu prendre surtout pendant les séances de réveil musculaire. Les soldats ont de vingt à plus de quarante ans, sont plutôt voire très motivés et gardent le sourire malgré des conditions de vie difficiles et une solde mensuelle de 100$ (environ 60€). Nous avons aussi pu nous rendre compte que la France est bien vue et que quelques uns y ont déjà fait un voyage. La faune était moins terrible que prévue. Cela changeait du 43e BIMa où les " bébêtes " nous passaient sous les palet- tes”. Ici la chaleur, la poussière et la pol- lution étaient les plus difficiles à vivre. La 27
  27. 27. itué à quelques kilomètres S au sud est de la ville de Kaboul, WAREHOUSE est la plus importante emprise Jaune 41 - patrouille dans le village de QAL EY-YE SHANA française dans la région de la capitale afghane. C'est un camp retranché de 37 hectares, dont les limites s'appuient, au nord sur la route menant à ISLAMABAD, et au sud sur la Kabul River, surplombé sur 3 côtés par des hauteurs propices à des actions hostiles. Warehouse abrite, dans le contexte multinational de PAMIR XIX, 14 nationalités, soit environ 2000 militaires permanents, et reçoit quotidiennement entre 600 et 700 travailleurs locaux. C'est une véritable ville, avec ses commerces, son marché, ses lieux de culte, ses restaurants et sa police. Le camp accueille également le RC/C (Regional Command Capital), qui commande toutes les forces de l'ISAF sur la zone de KABOUL. La 3ème compagnie du RMT a reçu pour mission d'en assu- rer la protection. Dans un contexte opérationnel tendu aux menaces diffuses, les Scorpions doivent prévenir et faire face à trois risques majeurs. Le plus important d'entre eux est la tentative d'attentat, que les insurgés pourraient perpé- trer à l'aide de véhicules piégés ou d'un kamikaze, sur l'en- trée principale du camp (Main Gate), mais aussi à l'intérieur de l'emprise, après avoir déjoué le dispositif de sécurité et fait pénétrer les éléments nécessaires à la réalisation d'un engin explosif. Les marsouins doivent également tenter de déceler toute tentative de harcèlement, notamment par tirs directs de roquettes sur le camp, lors de leur mise en batte- rie par les insurgés dans les environs immédiats de Warehouse. Enfin ils doivent être en mesure d'adopter une posture défensive convaincante face à une éventuelle orienter d'urgence vers le Rôle 2 et néanmoins contrôler, à attaque massive en règle de nos cantonnements. qui il faut souvent donner les premiers soins, et qu'il faut Articulée en 5 sections et renforcée d'un peloton cynophile, quelquefois voir mourir, malgré l'énergie et le courage la 3ème compagnie, sous commandement du COMSITE, le déployés pour les maintenir en vie. Le choc est parfois vio- lieutenant-colonel CAMPELLO, assure 24 heures sur 24 et 7 lent, même pour les plus aguerris. jours sur 7 les missions suivantes : Simultanément, une autre section assure la surveillance de Tout d'abord le contrôle de Main Gate, véritable centre tout le périmètre de l'emprise, 4 kilomètres de murs, de bas- névralgique de la sécurité du camp. Ici passent chaque jour tion-walls, de barbelé et de projecteurs. 10 miradors per- plusieurs centaines de personnes, travailleurs locaux, mettent d'avoir des vues sur les abords du camp et sont consultants à l'hôpital, mais également livreurs ou commer- continuellement activés. Equipés de mitrailleuses et de çants qui font transiter les tonnes de marchandises néces- caméras thermiques, les Scorpions recherchent, de jour saires à la vie du camp : alimentation, carburant, etc. Ce sont comme de nuit, les mouvements suspects dans l'AOR de la également des dizaines de véhicules tactiques partant ou compagnie. Les phares de chasse trouent l'obscurité, et revenant de patrouille, d'escorte ou de liaison, qui doivent quelquefois trouvent : le 05 juin 2008, le mirador n°7 est être contrôlés et orientés. Une section renforcée de quelques endommagé par un tir de roquette, quelques secondes éléments étrangers (allemands et bulgares) arme chaque après que la sentinelle eût décelé des activités suspectes. Il jour le dispositif de sécurité de l'entrée principale. Avec une n'y a heureusement pas de dégâts humains. Quelques tirs vigilance qui confine à la paranoïa, les Scorpions, appuyés de sommation sont effectués en début de mandat, et face à par les équipes cynophiles de recherche d'explosifs, fouillent la détermination des marsouins, les tentatives d'approche hommes et matériels, contrôlent les identités, durant des de l'enceinte cessent. Le reste de la section est en disponi- heures sous un soleil de plomb. Les chefs de section scru- bilité opérationnelle à 5 minutes, en mesure d'apporter un tent les écrans de télésurveillance, la radio ne s'arrête soutien aux sentinelles des tours de guet, à l'intérieur du jamais. Les marsouins sont souvent confrontés à des bles- camp. Par ailleurs une troisième section participe à la sécu- sés civils ou militaires, parfois dans un état grave. Hommes, risation du dispositif, par des patrouilles, montées ou à femmes, enfants arrivent à pieds ou en hélicoptère, qu'il faut pieds, à toute heure du jour et de la nuit, 28
  28. 28. sur des circuits et à des horaires aléatoires. Elle prend contact avec la population, recherche les indices d'activités ennemies et fouille les endroits propices à l'installation de roquettes. Les Scorpions finissent rapidement par connaître le moindre recoin de cette zone de 7 kilomètres carrés environ, chaque diguette, chaque creux, chaque champ est traversé des dizaines de fois. Des patrouilles légères d'observation tentent la nuit de déceler les mouvements d'insurgés dans la zone, appuyées par les Milan et les mortiers de 81 mm de la section appuis, suscepti- bles de fournir un éclairement ou, si le besoin s'en fait sentir, un tir d'obus explosifs, au delà des positions surplombantes qui entourent WAREHOUSE. En outre cette section arme l'élément d'alerte 15 minutes de la compagnie. Durant le mandat, elle est engagée à de multiples reprises. Enfin, la dernière section, quand la situation le permet, essaie de remettre en condition les personnels et les matériels, avant de recommencer un cycle à un rythme d'enfer. Cependant il faut parfois sacrifier le repos pour les reconnaissances de l'AOR (zone de responsabilité) du BATFRA, auquel la compa- gnie fournit ponctuellement des renforts. Lors des évènements de la mi-août, la compagnie a ainsi envoyé une section et un élément d'appui au profit des forces engagées dans les com- bats en vallée d'UZBEEN. Régulièrement, la compagnie parti- cipe à la sécurisation de sites et l'escorte des journalistes, notamment lors des visites du Président de la République et du ministre de la Défense à la fin du mandat. A compter de mi-août 2008, avec le rattachement au tout nouveau Bataillon de Commandement et de Soutien, commencent les missions d'es- corte de matériel et de véhicules arrivant au profit de la TF 700. Le 25 août 2008, lors d'une de ces missions, les marsouins de la 3ème compagnie ont essuyé des tirs nourris dans une embus- cade en vallée de TAGAB ; cette action s'est soldée par la mise hors de combat de 5 insurgés, sans dommage pour les forces SGT LISE de la coalition. La mission use les machines et les hommes, le rythme engen- dre la fatigue, mais chacun tient bon jusqu'à la fin. Le 13 sep- tembre 2008, c'est avec le sentiment d'avoir pleinement accompli leur mission que les Scorpions retrouvent leurs ver- doyantes collines picardes et leurs familles. " PIQUE et TUE " Jaune 1 en patrouille au pôle SHINA 29
  29. 29. CPL MORGANT ébut mai, la section s'en- D vole pour KABOUL. Sa mission : assurer la protec- tion du camp de WAREHOUSE et des 2000 soldats de toutes natio- nalités qui y vivent. A peine arrivée, JAUNE 1 prends le ser- vice à MAINGATE : premiers contacts avec les afghans travaillant au camp et avec les autres soldats alliés. Une fois la barrière de la langue franchie, une amitié franche et cordiale se noue, particulièrement avec nos camarades d'outre Rhin. Le premier mois se passe sans incidents Jaune 1 en patro notables. uille Début juin, tout s'accélère. Jusqu'à la fin, la section sera de toutes les actions de la compagnie.Cela commence avec un point d'observation au sud du camp, où la section se retrouve face à une quarantaine d’hommes et une vingtai- ne de véhicules non identifiés. Deux jours plus tard, le camp est attaqué à coup de roquettes. La section est mise en alerte, et part reconnaître le " jardin " au sud du camp. Elle découvre le site de lancement ou restent 3 roquettes qui n'ont pas été tirées. Le mois de juillet passe à une vitesse folle. Les gardes à MAINGATE, aux miradors et les escortes de convoi se succèdent à un rythme effréné. A la fin du mois, nous CPL ADONAI accueillons l'hypothétique relève du 6ème RCS. Le mois d'août s'annonce calme. Il n'en est rien. Le 11 août, la section est à MAINGATE. Soudain une explosion retentit sur l’axe “violet”. Mise en alerte du check point, compte rendus, la section se prépare à recueillir les bles- sés. Les premiers arrivent dix minutes plus tard. Après un tri à l'entrée, un nid de blessés est installé à P1, où le Rôle 2 prend en compte les victimes. La section s'est révélée efficace sur cette action, en prenant en compte un vingtai- ne de blessés, et deux morts. Une semaine plus tard, le 18 août, la section est désignée pour relever une section de la 4ème Cie sur la protection de la FOB MASSU. C'est avec sérénité que la section part en Surobi, escortant les moyens de guerre électronique. Rongeant son frein de ne pouvoir prêter main forte aux Démons et à Carmin, la section se fait fort d'assurer la sécurité de la base arrière de l'opération en cours. Le 25 août, la section part en vallée de TAGAB, pour sa dernière escorte de convoi. Vers 14h, sur le chemin de retour entre les deux FOB du 8éme RPIMa, le convoi est attaqué. La section en tête du convoi est directement prise à parti par l'ensemble des moyens ennemis. La section réagit d'un bloc, les automatismes individuels revenant sans ratés. Ayant pris la supériorité des feux, JAUNE 1 réussit à extraire le convoi de la Kill box, sans dégâts. Mission remplie, tous les marsouins rentrent à WARE- HOUSE, avec le sentiment d'avoir été au bout de la mis- sion. Mi septembre, la section rentre à NOYON, fatiguée, mais fière du travail accompli durant 4 mois et demi sur le sol afghan. Après quelques permissions bien méritées, elle 1 se tourne vers l'avenir en prenant en compte une nou- CL TANCHON et CP L MONTIG velle génération de marsouins début novembre. NON 30
  30. 30. ésignés pour servir sur le sol afghan D entre mai et septembre 2008, les Scorpions de la deuxième section quittent Noyon en direction de KABOUL. Cette opération extérieure, dans un territoire particulièrement sensible, est l'occasion pour la jeune section de participer à sa pre- mière mission pleinement opérationnelle. Après 6 heures de vol, nous débarquons sur le tarmac de l'aéroport de KAIA. Grosse chaleur : la période d'acclimatation va être difficile. Le temps de nous réarticuler, direction les VAB du peloton de circulation routière qui nous escorte sous blindage vers le camp de WAREHOUSE. Nous revêtons alors les Jaune 2 - section du LTN JEFFROY casques et les gilets pare-balles pour embarquer ; le ton est donné, la mission s'annonce difficile dans un climat de tension permanente. A peine le temps de prendre possession des bâtiments, nous entamons la relève et la passation des consignes. La section prend la mission à son compte au bout de trois jours et commence la surveillance et le fil- trage des personnels entrant et sortant du camp. S'ajoutent peu à peu - après les quelques reconnaissances les patrouilles dans notre zone de responsabilité. Le CPL de LA MOTTE et le CPL LE REST Le site de WAREHOUSE étant particulièrement fréquenté, il s'a- git de maintenir une vigilance accrue et malgré le caractère rou- tinier de la mission, la surveillance, les différentes fouilles ainsi que les patrouilles doivent être menées avec professionnalisme et les éventuels incidents doivent faire l'objet de comptes-rendus exhaustifs. Même si la mission n'est pas des plus passionnantes, il en faut bien plus pour entraîner le moral et la bonne humeur des Scorpions. Nos marsouins occupent la zone. Au fur et à mesure du mandat, la vigilance n'aura pas l'occasion de retomber. Les attentats, l'attaque du camp, les nombreuses visites d'autorité vont en permanence nous rappeler qu'il ne faut pas " baisser la garde ". Outre ces misions de " garde " la section va être désignée pour escorter les divers convois logistiques en direction des FOB de nos camarades parachutistes. Malgré le rythme et la fatigue qui s'installe, nos Marsouins sont heureux de faire leur vrai métier : celui de fantassins. C'est donc une mission aux multiples facettes à laquelle a parti- cipée Jaune 2 avant de retrouver la douceur de la campagne noyonnaise en septembre. LeCCH HALAHIGANO avec un enfant afghan 31
  31. 31. Jaune 3 au check point véhicules de MAIN GATE ncore une fois, les jaguars n'ont pas E démérité sur ce théâtre difficile. Malgré une mission exigeante, nous avons su répondre à chaque appel, qu'il vient du CO BATFRA ou du CO BCS. Toujours au rendez vous, les marsouins de la troisième section ont enchaîné avec le sourire. Au bilan, trente et une gardes sur le poste de MAIN GATE, trente trois gardes sur les miradors et enfin soixante dix sept patrouilles aux abords du site. Les deux mille cinq cent personnels résidant sur le camp de WARE HOUSE ont pu dormir tranquille. Avec le contrôle de plus de mille cinq cent personnes par jour sur le poste de fil- trage et la prise de contact journalière avec les différents maleks (chefs de village) de notre AOR, les jaguars ont pu apprécier l'hospitalité afghane et la reconnaissance de notre travail dans ce pays en guerre. Notre spécialité de fantassin nous a aussi permis de ne pas nous résigner à cette simple mission de protection. Les jaguars ont effectué en parallèle des patrouilles en ville au profit du BATFRA et de nombreuse missions d'escorte de convoi au profit de nos camarades du train ou d'autres unités présentent sur le territoire. De KABOUL à BAGRAM et de TAGAB à la SUROBI, les jaguars ont prouvé à de nombreuses reprises qu'ils étaient un outil efficace pour leur commandant d'unité. Fier de notre devise, les marsouins de la troisième section auront été en tout temps et en tout lieu " DISCRET ET PUISSANT " faisant ainsi hon- neur à la 3ème compagnie, à leur régiment et aux troupes de marine. CCH GLACHET en surveillance avec sa pièce ERYX sur OP1 Jaune 3 à la parade 32
  32. 32. ébut mai 2008, Jaune 4 pose les qui restaient dans le camp, mis à part dat. Les scorpions se sont montrés D pieds sur le tarmac de Kaboul accueilli par la chaleur. Après une relève rapide, nous entrons immé- diatement dans notre mission principa- les unités qui patrouillent et " voient du pays ", perdaient peu à peu conscience du risque et des dangers que représen- te le conflit en Afghanistan. Cette vaillants, notamment à Maingate au poste d'entrée du camp. Il fallait filtrer tous les personnels et véhicules qui rentraient dans Warehouse. C'étaient le, la protection du camp de attaque aura remis les choses à plat. un flux et reflux quasi permanent de Warehouse. Les journées s'enchaînent Nous continuons notre rythme soutenu civils venant pour des soins donnés par et la tension palpable au tout début fait en enchaînant les gardes et les mis- nos médecins. Les soldats ont toujours place au calme des vieilles troupes. Le sions d'escorte. Nous aurons eu l'occa- su réagir avec professionnalisme, inter- premier mois passe rapidement : nous sion de voir les alentours de Kaboul, de venant au profit des blesses graves, sommes en alerte permanente et les la vallée de la Shakar Daré en passant avant l'arrivée de l'infirmerie, et ceci en mises en batteries des mortiers dans par Bagram, Nijrab et Tagab et nous toute sécurité .Ce fut une mission inten- notre zone de responsabilité se font de garderons à l'esprit qu'une embuscade se, nous en repartons grandis par cette jour et de nuit à un train d'enfer. Aucune peut être tendue au détour de chaque expérience et fiers du travail accompli attaque directe jusqu'au mois de juin où, virage ou presque ce qui maintient une portant haut les couleurs de la section. dans la nuit ,plusieurs roquettes tom- vigilance accrue tout au long du man- bent sur le camp. Un marsouin de la section, alors en poste sur un mirador ,vient d'être “blasté”. L'alerte est donnée dans le camp et Jaune 4, tous tubes dehors, se tient prêt en surveillance vers les départs de coups. Le groupe Milan est en place vers les points névralgiques et les scorpions sont en mesure de frapper sans délai. Choqué mais pas hors de combat, le marsouin reviendra dès le lendemain pour pour- suivre sa mission et repartir en patrouille. Jusqu'à cette attaque, ceux Le groupe du SGT LEMAIRE fait coûtume avec les militaires américains à BAGRAM CCH PARINET de retour de patrouille CPL de STEUR devant WAREHOUSE 33
  33. 33. LA CEA EN AFGHANISTAN par le CNE LE ROUX - CDU de la CEA ien qu'elle ne soit pas engagée d'une redoutable efficacité ainsi qu'à mettre en place. Vol tant espéré et B en organique, la compagnie d'éclairage et d'appui a été plus que présente en Afghanistan. Ce ne sont pas moins de 75 " MILAN " la plupart des armes en dotation dans l'infanterie allemande (G36, HK MP 7, PA Glock). Nos voisins d'outre Rhin ont quant à eux pu s'essayer au inoubliable. Au-delà de leur spécialité (reconnais- sance, ACMP, TE), tous les mar- souins servant à la CEA sont avant qui sont vus engagés dans l'opération FRF2 et au PGM : sensation et choc tout fantassin. C'est ainsi que la SRR PAMIR 19. garanti… du SCH GUILBERT s'est organisée A peine achevé le CTE TE, le CCH Autre point fort de ce mandat : la mise en section d'infanterie grâce au ren- CHAPMAN et son groupe de tireurs en place par CH 47 sur un piton en fort précieux des marsouins de la d'élite figurent parmi les premiers à SUROBI, mission : renseigner et SAC et de la STE. Après une mise en avoir posé le pied sur le théâtre. appuyer les patrouilles de reconnais- place sur le théâtre trop longue (5 Détachés auprès de la 2ème compa- sance en fond de vallée… semaines), elle a rejoint la 2ème com- gnie, les TE ont été pleinement La section de force avancée a été pagnie comme 5ème section. employés dans leur spécialité et avec engagée comme " pion d'infanterie " S'adaptant d'emblée, elle a prouvé au une grande autonomie dans la réali- du 3ème escadron du 6-12ème RC. quotidien par son niveau d'instruction sation de leur mission. A leur actif, un Foulant pour la 2ème fois le sol et son implication dans la mission, certain nombre de postes d'observa- afghan, son secteur de responsabili- qu'elle peut sur très court préavis tion sous un soleil de plomb dans la tés s'est déplacé de la DEH SABZ à basculer d'une structure " reco " à plaine de la DEH SABZ. Profitant de la plaine de SHAMALI. Elle y a réali- une structure " infanterie ". Au-delà, nombreux détachements étrangers sé de nombreuses patrouilles et un de ces trois entités organiques, sur le camp de WAREHOUSE, et nombre certain de nomados. Elle a quelques individuels ont armé des grâce au père FOURNIER germano- également participé à des reconnais- postes clés : officier adjoint pour le phone émérite, une séance de tir sances de vallées suspectées d'abri- LTN ZEIGER, chef de la section avec les allemands a pu être organi- ter des insurgés à SHAKAR DAR- transmission pour le SCH TATA, sans sée. Ce fut l'occasion pour nos tireurs REH et à GOLDARREH. Pour cette oublier les chefs de groupe, d'équipe, de goûter au fusil de précision " dernière reconnaissance, la section a pilotes et autres tireurs ACMP. Accuracy " en 7.62 mm magnum pu bénéficier des CARACAL pour se CCH CHAPMAN SGT HARZI (SFA) Les Tireurs d’Elite en binomage avec les allemands 34
  34. 34. La compagnie d'Eclairage et d'appui au pays des Eclaireurs skieurs par le LTN ALIS - CDS SRR. ne partie de la CEA s'est rendue à BRIANCON, au Centre U National d'Aguerrissement en Montagne (CNAM) du 1er au 16 décembre 2008 pour participer à la validation avant pro- jection (VAP) du détachement OMLT (Operational Mentoring and Liaison Team) de la 2ème BB. Une section de marche composée d'é- léments de la SRR, de la SAC ainsi que des remplaçants OMLT a joué le rôle d'une section de l'armée nationale afghane (ANA). Les OMLT ont pu mettre en pratique leur techniques de " mentoring " directement sur les marsouins de la CEA : réactions aux embusca- des et aux attaques IED, évacuation de blessés sous le feu. Les points forts de ce séjour en altitude auront été la découverte du combat en montagne pour les plus jeunes et la rencontre avec la légendaire KOFLAK. La mise en ambiance s'est effectuée au célè- bre col des Granons à 2400 mètres, dans 1 mètre de neige et avec des températures frôlant les -17°C la nuit. Les activités tactiques se seront succédées à un rythme soutenu : infiltration en raquette, réduction de résistance isolée, techniques de bouclage et de recon- naissance de village. Les conditions climatiques et le niveau de rus- ticité nécessaires à la réalisation de la mission n'ont à aucun moment atteint le moral des MILANS. Le bilan de ce séjour est très positif pour le détachement de la CEA ; outre le fait de participer à l'aguerrissement des marsouins dans un milieu difficile et exigeant, ce partenariat a permis de faire acquérir aux jeunes notamment, les notions premières du combat en monta- gne ainsi que les techniques mises en œuvre sur le théâtre afghan. Une plus value de toute façon indéniable… Le 1CL ELOY en progression lors du stage de la SRR au CNAM LA SECTION TIREURS D'ELITE AUSSI AU LIBAN par le SCH CHASTIN Dans le cadre de l'opération DAMAN, la Surveillance pièce TE durant la mission DAMAN VI - Liban 2008 section TE a renforcé la 4ème compagnie avec le groupe du SCH CHASTIN, le reste de la section étant engagée en AFGHANISTAN (groupe du CCH CHAP- MAN) et à la formation de jeunes recrues (ADJ CAUCHY). Directement placé sous les ordres du commandant d'unité de la " 4 ", le grou- pe a reçu 2 missions principales : sur- veiller la BLUE LINE, ligne frontière sécurisée qui sépare ISRAEL du LIBAN, et patrouiller dans l'AOR des dragons en alternant contact avec la population et points d'observation. Le groupe était quotidiennement sur le ter- rain et en relation directe avec les obs- ervateurs du 1er régiment d'artillerie de marine. Grâce à la complémentarité de leurs moyens d'observation, le groupe a pu travailler étroitement avec les bigors. Cette complémentarité a contribué à garantir une surveillance de la zone des plus efficaces. Au bout de 4 mois, le groupe aura totali- sé pas moins de 180 sorties. 35
  35. 35. Groupe du CCH NAVARO LA SFA RETOUR VERS L’AFGHANISTAN par le LTN de CATALOGNE-CDS SFA près trois ans " d' absence ", la A SFA a pu de nouveau fouler le sol afghan lors de l'opération PAMIR XIX. Si l'acheminement complet de la section fut difficile (3 VAM et un mois de décalage entre les premiers et les der- niers arrivés !!!), la section, enfin réunie, s'est d'emblée attachée à remplir sa mis- sion. Cette fois, il s'est agi de faire du contrôle de zone non plus dans la plaine de la DEH SABZ, mais dans la SHAMA- LI. En appui/soutien de l'Escadron de Reconnaissance et d'Investigation, les marsouins de la SFA ont pu faire profiter les cuirassiers du " 6-12 " de leur expé- rience et leurs savoir faire spécifiques infanterie comme le check-point ou le combat débarqué. A partir du Police District 17 et de MIR BACHA KOWT, la SFA a sillonnée sa zone de responsabilité afin de prévenir toute action des insurgés dans son sec- teur. La réussite de cet objectif passe LTN de CATALOGNE bien entendu par des patrouilles à pied ou en véhicule, mais également par des Le CCH BARBEIRO en surveillance au cours d’une patrouille contacts fréquents avec les populations locales afin de gagner la confiance et le cœur d'hommes fiers et endurcis par 30 années de guerre ! Autre point fort de la mission, la SFA s'est vu engagée en SUROBI pour effectuer les premières reconnaissances avant que ce secteur sous responsabilité italienne ne bascule au BATFRA. Cette mission bien que brève dans la durée aura permis de ramener des renseignements très pré- cieux au PC du bataillon sur la praticabi- lité des itinéraires et sur la façon dont les italiens " contrôlaient " le secteur. Assurément, la section a encore acquis beaucoup d'expérience opérationnelle sur le territoire afghan. Il lui resterait à approfondir sa connaissance du territoire en étant engagée à l'avenir en KAPISA !!!… 36
  36. 36. LA COMPAGNIE DE COMMANDEMENT ET DE SOUTIEN par le CNE OUDIN 008 : l'année de toute les desti- nos personnels. s'en rappellent, avec un bon tiers des 2 nations pour les atlas du régi- ment de Koufra. Mais bien évi- demment, en parallèle, au menu pour nos marsouins, le plat principal Lorsque l'on parle d'activités majeures dans un régiment de l'arme, le mot PROJECTION apparaît ; bien évidem- ment les Atlas furent du voyage, effectifs de la compagnie, fut l'opéra- tion PAMIR XIX sur le théâtre Afghan. Cette mission, sans parler du caractè- re opérationnel, fut l'occasion pour les consommé tout au long de l'année fut lequel ? blancs de se confondre avec leurs celui des soutiens dans tous les Partout et pour tous, on peut le dire, à homologues du soutien, base de camps d'entraînement de France, commencer par ceux qui faute de défense en vue… Constat, il reste du sans oublier celui de la portion centra- disponibilité ou de permanence au travail à effectuer en particulier dans le, test opérationnel permanent pour poste sont allés tout de même, assu- l'esprit de la mission. les petits blancs. rer la défense de la canebière à Evidemment, malgré toutes ces mis- Objectif majeur de fin d'année pour les Marseille durant l'été. sions et activités majeures, certains chameaux, 16 engins (avec des che- L'océan indien : une petite escouade ont réussi à agrandir leur famille, d'au- nilles !) à reverser au parc d'entraîne- de notre CASO est allé prêter main tres à passer examen et concours et ment de Mourmelon, vaste sujet qui a forte à nos camarades légionnaires. d'autres nous ont quitté pour des des- mobilisé les 9/10ème des personnels D'autres, et pas des moindres, sont tinations et missions bien diverses... du NTI et toutes les têtes pensantes allés sur les traces de nos anciens au 2008, silence radio, 2009 au four- du BML. Enfin, objectif conquis, pas pays du Cèdre, sur les rangs des neau, comme le Dakar sur la roue de survivants ; il faut dire que la reva- scorpions pour une partie, en indivi- arrière, mais rien d'anormal pour " des lorisation d'une partie du parc X10 duel pour le reste. hommes de fer que rien ne lasse." durant l'année avait déjà bien entraîné Le principal, bien évidemment, tous MISSION ACCOMPLI POUR LES MECANOS La mission PAMIR XIX a été placée, pour les maintenanciers, sous le signe du changement. Après avoir effectué la MCP et le début de la mission au sein de la section ravitaillement et maintenance de la CCL du RMT, le NTI1 a intégré, en partie, la CIMAT en vue de la réorganisation des futurs mandats. Un tel changement fut délicat à gérer tant pour les mécaniciens que pour leurs camarades des unités de combat : OAL, SOA ou les pilotes. En effet les méthodes de travail différent énormément de nos NTI1 " traditionnels ". Malgré ce bouleversement, les mainte- nanciers ont su mener à bien les missions riches et variées qui leurs ont été confiées. Dépannages, entretien, visite des véhicules et mise en place de la force en Kapisa résument en quelques mots le panel d'activités du NTI1 ; à cela on peut ajouter quelques activités purement militaires préparées par le CDU. En résumé, la mission s'est globalement bien passée et a renforcé dans l'esprit de nos maintenancier qu'être TDM dans le travail de tous les jours changeraient bien des cho- ses… Dépannage d’un VBL à Pul-e-Charky - mission PAMIR XIX 37

×