Les echos des viateurs d'haiti

0 views
1,419 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
0
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les echos des viateurs d'haiti

  1. 1. SOMMAIRE Les mots du Père Behn-Daunais Cherenfant, csv, Supérieur de la Fon- dation La Solidarité, un grand besoin! Par Evens PIERRE ANTOINE La Vie à l’Accueil St-Viateur Par Lucien RIVEST, csv La Fête du Christ-Roi à Le Meilleur (Croix-des-Bouquets) Par Eric COTHIERE, csv Résidence Querbes Par Claude FORTIN, csv Résidence de la Villa Manrèse Par Wilford DOUZE, csv Résidence Robert Selmey Par Behn-Daunais CHERENFANT, csv Le Collège James M. Stine : Solidarité et perspectives Par Joseph SOIRELUS, csv La Noël chez nous! Par Eric COTHIERE, csv Les 46 ans du Collège Immaculée Conception (C.I.C) Par Paul PIERRE, csv Institution Mixte Saint-Viateur Par Ferry FRANCOIS, csv Coup d’œil dans le carnet des anniversaires
  2. 2. Les mots du Père Benh-Daunais Cherenfant, csv En cette fête de la Nativité du Sauveur, il n’y a pas meilleure occasionpour souhaiter un joyeux temps des fêtes à toute la communauté viatorienne. Cebulletin d’information de laFondation d’Haïti se veut nonseulement un moyen pour res-ter connecté avec les confrèresde toutes les fondations etprovinces, mais aussi une façond’informer nos bienfaiteurs surle développement de la missionviatorienne en Haïti. Dans la présente pa-rution vous pourrez apprécierce qui se vit et ce qui se passedans quelques communautéslocales, des œuvres et les mou-vements. Il nous fait plaisir de vous livrer ce bulletin d’informations. Chers viateurs de la Fondation d’Haïti, le temps de Noel en est un pourrefaire nos forces, pour nous retremper dans la chaleur amicale, familiale etcommunautaire, profitez au maximum du temps des fêtes pour goûter la joie, lapaix et l’amour en espérant que l’année 2013 nous rejoindra en santé et pleinsd’espérance en l’avenir. Dans un pays si touché par toutes sortes de catastrophes, il nous paraitimportant de souhaiter que Jésus soit au cœur de votre vie ! La prière eucharis-tique II pour la réconciliation pourrait bien nous inspirer une note d’action degrâce en ces temps de fêtes et de fin d’année : Dieu de l’univers, nous te rendonsgrâce, pour Jésus ton Fils, venu dans notre monde en ton nom. Il est la Parole quisauve les hommes. Il est la main que tu tends aux pécheurs. Il est le chemin parou nous arrive la véritable paix. Que par la rencontre de Jésus dans sa parole et
  3. 3. dans la chaleur de la vie communautaire vous trouviez la joie de vivre, de croireet d’espérer en un avenir prometteur pour notre fondation. Chers viateurs de la Fondation d’Haïti soyons au rendez-vous de la pa-role proclamée, accueillie et méditée. Soyons résolus à repartir du Christ enmettant la Parole de Dieu au cœur de toutes nos activités. A l’exemple de Jésus, le Prince de la paix et de Marie, Notre Dames dela Paix qui méditait tout dans son cœur, ayons nos cœurs et nos esprits ouverts etattentifs au signes que Dieu va nous donner au cours de cette nouvelle annéepour nous révéler son message d’amour, de justice, de réconciliation et de paixpour une nation haïtienne pleine de vie et d’espoir en 2013 ( échos No 48, janvier2004 ). La retraite communautaire de la Fondation aura lieu du 15 au 20 juillet2013. La vie consacrée et la nouvelle évangélisation est le thème retenu pourcette retraite et le prédicateur est son Excellence, Mgr Jacques Berthelet, c.s.v. lafondation remercie très sincèrement Monseigneur Jacques Berthelet pour avoiraccepté de venir prêcher cette retraite aux viateurs haïtiens. Viateurs religieux etassociés sont convoqués à cette retraite communautaire annuelle. La rencontre des jeunes en formation du CLAC se tiendra en Haïti du 4au 9 juillet 2013. Un comité travaille déjà à la planification et à l’organisation decette rencontre internationale. Les frères Jacques Pétion et Gaétan Pierre Jeannin ont fait leur de-mande de recevoir le diaconat. Le responsable de la formation, le Père DudleyPierre a déjà lancé le processus d’évaluation et d’auto-évaluation depuis la mi-décembre. Nous souhaitons bonne chance aux confrères. Le Père provinciale, le Père Claude Roy annonce sa visite canoniquedans la Fondation d’Haïti à la fin de février. Les viateurs haïtiens lui souhaitent laplus cordiale bienvenue. Le Supérieur de la Fondation annonce sa visite canonique dans les rési-dences et les œuvres de mi-janvier à mi-février. La communauté de Grand
  4. 4. Goâve est la première à être visitée. Un calendrier de rencontre sera proposé auxsupérieurs locaux et aux directeurs des œuvres. Le chapitre de la fondation a approuvé le document entente financièreentre la Fondation d’Haïti et la Province du Canada. C’est un document importantque le conseil approuvera et enverra au conseil provincial Le couple Keler et Roseline a accueilli durant l’été un nouveau né. Nousfélicitons le couple et nous souhaitons bienvenue à la vie au Bébé. Le collège James M. Stine a son site internet : www.collegejamesstine.org vous pouvez le visiter quand vous voudrezet vous verrez ce que font les viateurs de Saint-Marc. Les Clercs de Saint-Viateur d’Haïti ont signé une entente avec CECI,centre d’étude et de coopération internationale dans le cadre de la réalisation duprojet FERE-CECA qui permettra à la Fondation d’Haïti d’avoir dans son patri-moine une nouvelle école. Merci au révérend Père André-Paul qui a initié ce pro-jet. L’appel d’offre pour la construction sera lancé au début de Janvier et la cons-truction démarrera en même temps que la clôture. Un montant de 30000 US adéjà été décaissé par l’économe de la Fondation lors de la signature de l’entente. Le Père Douze Wilford accepte d’animer les associés de PAUP et le PèreÉlie Dieudonné demeure le président de la commission de l’association. L’Université du Québec à Chicoutimi (UQUAC) et l’Université d’Étatd’Haïti (UEH) ont signé un accord de principe dans le cadre du projet de forma-tion des enseignants à Grand Goâve. Par la suite un autre accord de principe a étéconclu entre LUQUAC et les CSV d’Haïti. C’est le Père Fritzer Valeur qui a initié ceprojet et le Père Brice, avec son dynamisme, à donner un nouveau souffle audéveloppement de ce projet pilote qui devrait intéresser la Fondation d’Haïti. Unprojet appuyé fortement par la Province du Canada. Le collège James M. Stine célèbrera son deuxième anniversaire de Fon-dation le 29 janvier prochain. Bienvenue à tous les confrères qui désirent prendre
  5. 5. part à nos festivités. La résidence Robert Selmey a aménagé deux chambres pourles visiteurs. Nous espérons recevoir des visites bientôt. Suite à une erreur glissée dans le bottin de la Fondation d’Haïti, le su-périeur désire porter une rectification pour l’édification de tous : le frère JosephSoirélus est animateur local suivant un mode de fonctionnement de la commu-nauté locale. Le Père Behn-Daunais Cherenfant est le supérieur local et fait partiede la commission de la formation. Le frère Jacques Pétion est économe local et lefrère Pierre-Jeannin est responsable de la vie spirituelle de la résidence RobertSelmey. Le Père Robert Jean était de passage dans la Fondation en décembresuite au décès d’un de ses amis d’enfance et camarade de classe. Il a gardé sabonne humeur et les confrères ont apprécié son court et gentil passage dans lesrésidences ou œuvres de la Fondation. La solidarité, un grand besoin ! Par Evens Pierre ANTOINE, postulant U n simple regard autour de nous peut nous fairerendre compte de la grandeur de la présence de l’autre :c’est un cadeau de Dieu, un amour à vivre et à expérimen-ter! La solidarité est une vertu éminemment chrétienne,cela veut dire que nous sommes condamnés à vivre nondans la solitude, mais dans la sollicitude de Dieu. Une chanson vient jusqu’au creux de nos sens et nous annonce la venue denotre Sauveur. « Préparons-nous » est son refrain. Imaginons un instant que noussoyons sceptiques à cet air qu’on entend, on dira que nous avions encore letemps, car nous ne sommes pas sûr de cela et que le jour est encore incertain.
  6. 6. Maintenant, voici que vient le jour et nous sommes surpris dans nos vaines activi-tés, dans nos travaux de division, dans nos soucis de plaisir et autres. On seraitdans la pire des peines du monde. Temps de l’avent, temps d’annonce de la fêtede Noël, temps de préparation, temps de fraternité. Cette fraternité est effectiveau milieu de cette symbiose spirituelle extraordinaire que nous entretenons. Sur le plan humain, la finalité de la personne est la réalisation de soi qui con-siste en une sauvegarde de sa dignité et aussi au maintien de son respect person-nel, ce qui rend fragile le contact avec les autres, mais n’handicape pas la vie in-terpersonnelle, heureusement ! La réalisation de la personne humaine ne traduitguère l’idée de solitude et d’isolement. Loin de tout cela au contraire, c’est dansla solidarité, dans l’union avec l’autre dans la compréhension et dans le respectmutuel que l’homme se réalise. Voudrai-je avoir des nouvelles de l’autre parsimple formalité ou par souci de fraternité sincère? Être uni, c’est être au courant de la vie de l’autre et aussi prendre à cœur lesmultiples activités de l’autre, car nous avons tous la certitude que nous poursui-vons un même objectif : celui de faire fructifier un même chemin, celui de la fra-ternité d’en haut. Lisez ce qui se passe dans chacune de nos communautés etayez une idée de cette chaine très solide que nous formons. Un Noël de succès, d’amour et de partage à chacun de nos consœurs et con-frères, viateurs religieux et associés ! Que la paix règne dans vos cœurs !
  7. 7. La Vie à l’Accueil St-Viateur Par Lucien Rivest C.S.V. S i la communauté de l’Accueil n’est pas homogène, ni dans ses mem-bres ni dans son action, elle est unie dans son but. Composée de postulants « an-ciens » et « nouveaux » ; comptant de jeunes religieux aux études et le curé de laparoisse Le Meilleur, le P. Michelin en convalescence, le Supérieur, de cette di-versité réussit à faire « faire communauté ». Les deux nouveaux postulants, M. Juste Diemson et M. Martial Jean Erics’adaptent à la vie viatorienne par leurs cours et par symbiose aussi. Les anciensétudient la philosophie, formant équipe avec le F. Jean Paul St-Germain. Le dia-cre Jean Yves Médidor est inscrit en sciences administratives en plus de se dé-vouer à la paroisse Christ-Roi. L’engagement apostolique de cette équipe est varié. La paroisse duChrist-Roi emploie régulièrement quelques membres de la communauté locale,soit comme sacristain, directeur de chorale, de responsable des servants et deslecteurs. Le P. Dudley prête main-forte à notre paroisse Croix-des-Missions et àla Paroisse St-Louis de France. L’animation des mouvements SPV et NAC fait par-tie de notre champ d’activité. Et… notre environnement nous rappelle constam- ment qu’il y aura toujours des pau- vres à qui il faudra donner un verre d’eau. Tel jeune homme qui vient quotidiennement demander un repas « le seul de la journée » dit-il, et tou- tes les nombreuses autres personnes à qui il faut répondre lorsqu’elles frappent pour demander à manger ou de l’aide pour l’écolage, l’hôpital oules funérailles d’un de leurs membres.
  8. 8. Les services communautaires sont répartis mensuellement ouhebdomadairement entre les membres de notre communauté. Ménage de lamaison et de la cour, marché, animations diverses, tout cela contribue à formercommunauté. D’ailleurs notre zèle à remplir nos tâches communautaires est undes éléments d’évaluation de notre priorité communautaire de l’année. Il y a un temps aussi pour faire des activités physiques. En plus de lapropreté de la maison et de la marche obligatoire pour se rendre aux cours, leterrain de foot sert pour faire perdre quelques calories. Le soir, on entend « cla-quer » les dominos au son de la musique de clavier et des nouvelles télévisées.Une fois ou l’autre, quelqu’un rappelle à tous, en l’inscrivant au tableau, des no-tions de trigonométrie ou de statistiques. Mais direz-vous, qu’elle part faites-vous à la vie de prière ? Commevous, « nous sommes assidus aux prières communes ». Chaque semaine, nouspartageons l’évangile du dimanche et deux fois par mois, nous avons une heured’adoration. Noël approche. Les postulants nous quittent le 22. Les paroisses ab-sorberont toutes les énergies. Mais nous aurons aussi du temps pour fredonnerdes airs de Noël et pour répondre aux pauvres qui frappent à notre portail. La Fête du Christ-Roi à Le Meilleur (Croix-des-Bouquets) Par Eric Cothiere, csvVenez chantons notre Dieu, le Roi des cieux. Il est venu pour sauver l’humanité et nous donner la vie.Ce 25 novembre 2012, Le Meilleur célèbre dans la joie la fête patronale de laparoisse du Christ- Roi dirigée par les CSV. Une fête qui réunit plus de quatrecent fidèles et pèlerins qui viennent célébrer leur foi avec les membres de cettejeune communauté chrétienne.
  9. 9. La cérémonie est présidée par le Père WilfordDOUZE, csv, directeur de Villa Manrèse. Un bonnombre de confrères et associé(e)s, venant de laRésidence Querbes, de l’Accueil Saint-Viateur, deGrand-Goâve et des Gonaïves, prennent part à lacélébration et marquent ainsi leur soutien auxconfrères qui œuvrent à la paroisse. Dans son ho-mélie, le P. Wilford prend soin de faire la différence entre la royauté terrestre etla Royauté céleste qui, dit-il, en parlant de cette dernière, est une Royautéd’amour, de joie et de paix. En cette année de la foi, il exhorte les fidèles à vivreleur foi en se laissant conduire par l’Esprit Saint. Comme le dit le curé fondateur, le P. Kénel VERNA, csv, dans son motde remerciement, la paroisse n’a pas encore son acte de naissance, mais au-jourd’hui elle n’a rien à envier aux autres paroisses. Oui, c’est une évidence envoyant tous les travaux réalisé avec la contribution des fidèles et de bienfaiteurs.On n’est plus sous les toiles (pwela), maintenant on a une toiture avec une struc-ture métallique, la structure de bois n’est plus. Oui, à présent nous pouvonschanter Mais oui le Seigneur est bon, il a fait pour nous des merveilles. Le P. Kéneltermine en saluant le courage de ses fidèles et l’assistance des Clercs de SaintViateur qui ont fait de la paroisse ce qu’elle est aujourd’hui. Un proverbe créole dit : « Kouto pa janm grate manch li ». Je fais allu-sion à ce proverbe juste pour mentionner que le P. Kénel, dans son mot final, n’arien dit de lui, ni du diacre Jean Yves qui, tous les deux, se donnent corps et âmepour mettre sur pied cette belle communauté chrétienne. Il se contente de dire :« Mwen chèlbè jodi a, se gras a nou fidèl pawas la ». Mais n’est-ce pas un bonmoment pour féliciter nos deux confrères pour tous les sacrifices qu’ils ontconsentis ? Se rendre à Le Meilleur chaque semaine pour les répétions, les tra-vaux d’aménagement et la célébration de l’Eucharistie n’est pas toujours unechose facile. Mais ils répondent à leur mission de Viateurs : « Susciter des com-munautés où la foi est vécue, approfondie et célébrée ». Cest la raison pour la-quelle aujourd’hui ils sont fiers de recueillir les fruits de leurs efforts.
  10. 10. Nous venons de célébrer la fête patronale de la paroisse, mais il resteencore bien d’autres étapes à franchir, comme son érection canonique. La parois-se compte sur la collaboration de tout un chacun. Unissons-nous pour consolidercette belle communauté, car le Royaume est au milieu de nous. Résidence Querbes Par Claude Fortin, csv Depuis un an, la Résidence Querbes loge dans ses nouveaux locaux, à ela 1 Impasse Lavaud, dans le quartier Bois Verna de Port-au-Prince. Cest un belédifice réparti en deux ailes qui peut accueillir jusquà 12 confrères. Le grandavantage de cet emplacement : il faut seulement une dizaine de minutes de mar-che pour se rendre au CIFOR (Centre Inter-Instituts de Formation Religieuse) oùse donnent les cours de théologie de nos 10 étudiants. En plus des 10 CSV étudiants et du supérieur, la communauté localecompte deux associés : Marie Claude Valeur et son époux, Léger Romain. Ils habi-tent à quelques rues de notre résidence et ils sont engagés dans leur paroisse auniveau de la liturgie. Ils se retrouvent avec nous, souvent accompagnés de leursdeux enfants, pour les fêtes et les occasions spéciales, en plus de la rencontrecommunautaire mensuelle. Loccupation principale de nos 10étudiants est évidemment la poursuite deleurs études. Ils ont des cours du lundi auvendredi, de 8 h à midi. Durant les fins desemaine, ils sont engagés auprès de plusieursmouvements des environs ou de la Villa Man-rèse, qui est située pas tellement loin de nous: SPV, NAC, chorales, équipe des servants demesse, etc. Sans compter les activités de la
  11. 11. pastorale vocationnelle à laquelle collaborent plusieurs dentre nous. Nos réunions communautaires se tiennent aux 2 semaines. Nous nousréunissons avec nos associés chaque mois. Nous avons aussi formé un conseillocal qui soccupe de la bonne marche de la maison et planifie les rencontrescommunautaires. Il est composé de 4 membres : ladmoniteur, léconome, leresponsable des employés et le supérieur. Nous attendons lassistant-supérieurpour avoir un conseil à 5 membres.Voici quelques événements marquants des derniers mois :- fin juillet, le P. Harry nous quitte : il part pour Rome! Le P. Claude vient pren-dre la relève;- en septembre, les 4 confrères qui viennent de nous arriver de Cazeau vont faireun séjour de 3 semaines en République Dominicaine;- début octobre, début des cours au CIFOR. Depuis lors, cest la vie régulière à Querbes, bien encadrée par nostemps de prière communautaire : laudes le matin; en fin daprès-midi, méditationcommunautaire (la "visite au Saint-Sacrement" du Père Querbes), puis les vêpressuivies de leucharistie, sauf le mercredi où se tient le partage biblique; le diman-che soir, après souper, nous alternons : une semaine, nous avons les vêpres oules complies, lautre semaine cest ladoration du Saint-Sacrement. Notre récollec-tion mensuelle a lieu en fin de journée le premier vendredi de chaque mois Sivous désirez nous rencontrer de plus près, bienvenue : nous avons une chambredes visiteurs à votre disposition!
  12. 12. Résidence de la Villa Manrèse Par Wilford DOUZE, csv Ce qui impressionne aujourd’hui, ce n’est pas un grand bâtimentcomme celui de la Villa Manrèse, un grand nombre de religieux comme dans lesannées soixante dans la Province du Canada, mais un groupe formant une vraiecommunauté fraternelle, vivante et qui a le sens de l’autre. «Tout homme estdonc relié à ses semblables. Et puisque personne n’est vraiment un individu sépa-ré, ce n’est que dans l’union aux autres que notre vie prend son sens ». Chaquepersonne devient responsable de l’autre. Osons dire que la responsabilité n’estjamais le fruit d’une seule personne, maisde tous. La dimension essentielle de la viereligieuse n’est autre que la vie commu-nautaire. A propos de la vie communautai-re, Jean Vanier eut à dire : « La communau-té est le lieu du pardon et de la fête.» Il estdit dans la troisième section de notre cons-titution sur la vie communautaire : « notrevie communautaire doit favoriser le res-sourcement et l’épanouissement humainet spirituel, l’approfondissement et l’expression de notre foi dans la prière… » Lefait que nous dépendions les uns des autres signifie beaucoup plus que toutesnos réussites sociales, personnelles et j’en passe.
  13. 13. La devise de la communauté locale de Manrèse s’y articule autourd’une parole de Jésus « je vous appelle mes amis» (Jn 15,15). Le partage de cequ’on est, de ce qu’on a, est un aspect essentiel de la vie communautaire. Nouspensons que chaque communauté locale devrait être une épiphanie de l’Église,montrant que nous sommes tous enfants d’un seul Père. Nous savons que som-mes des serviteurs quelconques dans la vigne du Seigneur. C’est tout cela quianime la communauté locale de Manrèse. Cette communauté est composée de sept personnes, dont trois reli-gieux, un postulant et trois associés. Cette communauté locale est très vivante,elle favorise l’entraide et la participation de tous. Elle entreprend des activitéscomme l’adoration du Très Saint-Sacrement chaque jeudi soir avec les fidèles dela chapelle et visite les mala-des des deux quartiers avoi-sinants. Nous avons tentéd’organiser, comme àl’accoutumée, une journéede récollection pour ouvrir letemps de l’Avent, avec com-me conférencier, le diacrePaul PIERRE, csv, et mêmequand les confrères étaientpris dans leurs activités,c’était une réussite. Entre autre, nous avons fait poser des céramiques dans quelqueschambres de la Résidence. Maintenant, nous avons une salle pouvant accueillirles rencontres communautaires, une belle salle de réfectoire et une très bellecuisine où la cuisinière se sent plus confortable. Nous avons effectué d’autres travaux importants tels que : le transportdu container qui était dans le jardin là où étaient les bananiers à côté du premierappartement; nous avons commencé à déblayer le site de Manrèse depuis lemois de novembre. Nous avons entrepris plusieurs démarches auprès des ONGdont une seule (CHF) a répondu. Elle a enlevé une partie du décombre, mais le
  14. 14. travail reste et demeure important à faire. Avec l’arrivée de notre confrère Blais,nous continuons le travail de déblaiement le lundi 10 décembre. La communautélocale est contente d’entamer cette activité qui est l’une de ses priorités. Cepen-dant, il nous reste à créer un espace agréable pouvant accueillir les fidèles auxdifférentes messes.La communauté locale de la Villa Manrèse tient à souhaiter à tous ses confrèreset associés un joyeux Noël et une sainte Année 2013. Résidence Robert Selmey Par Behn-Daunais Cherenfant,c.s.v A la Résidence Robert Selmey, quatre religieux mènent la vie com-munautaire viatorienne et assurent une présence active au collège James M.Stine. Le Père Behn-Daunais Cherenfant occupe le poste de directeur général, lefrère Joseph Soirélus, la direction pédagogique, le frère Jacques Pétion,l’économat du collège et de la résidence et le frère Gaétan Pierre-Jeannin gère ladiscipline et anime la pastorale. Pour organiser la vie communautaire, le frère Soirélus a été désigné àl’ananimité animateur locale, le frère Gaétan responsable de l’animation de la viespirituelle et le frère Jacques est économe et responsable du personnel. Ce sont ces quatre religieux qui s’engagent à animer la mission viato-rienne de Saint-Marc. Ils forment une belle communauté de viateurs actifs etengagés à offrir un service éducatif de qualité. La spiritualité viatorienne lesprépare à puiser leur force vive dans l’écoute et le partage de la Parole,l’adoration au Saint-Sacrement, l’eucharistie et la lecture spirituelle. Les réunionscommunautaires sont formelles et informelles. Les réunions formelles leur per-mettent d’organiser leur vie communautaire, évaluer leur vécu et leur vie reli-gieuse et de prendre aussi de nouvelles mesures pour améliorer ce qui mérite
  15. 15. d’être amélioré. Les réunions informelles se déroulent à table, à la salle de loisir,soit pour ajuster des mesures au collège ou pour soutenir et encourager unconfrère dans son travail. À Saint-Marc, comme dans plusieurs œuvres, les confrères travaillentgénéreusement mais la prière du temps présent, le partage de la Parole etl’eucharistie sont au cœur de la vie menée par des confrères. Dans le projet de vie les résidents de la communauté Robert Selmeyprojettent de se rapprocher du milieu, de rencontrer les gens, d’animer les jeuneset les enfants, de monter un projet d’alphabétisation au profit des adultes dumilieu. Au deuxième trimestre les confrères donneront la possibilité aux catholi-ques du milieu de venir prier avec la communauté locale les dimanches et lesjours de fête, une façon pour eux de susciter une communauté où la foi est vé-cue, approfondie et célébrée. Les confrères projettent de chanter par leur vieconsacrée les louanges de celui qui les a appelés des ténèbres à son admirablelumière. En cette fête de la nativité du Seigneur, c’est le moment de prendre letemps de dire merci au Seigneur pour le don de la vie religieuse viatorienne et desouhaiter à tous les viateurs religieux et associés, un Joyeux Noël et une heureuseet sainte année 2013 dans la paix, la joie et l’amour. Le Collège James M. Stine : Solidarité et perspectives Par Joseph SOIRELUS, csv La communauté locale, Robert Selmey et le Collège James M. Stineremercie la Communauté Viatorienne d’Haïti et internationale pour son support.Nous sommes à notre deuxième année de fonctionnement et nous le devons
  16. 16. grâce à vous. Vous nous avez aidés surtout financièrement. Nous tenons à vousremercier et à vous communiquer quelques informations relatives à ce Collègede 350 jeunes. Cette année nous nous concentrons surtout sur l’amélioration des ré-sultats. Beaucoup de mesures pédagogiques et administratives ont été prises ence sens. Nous avons créé trois sections C, D, B. Les élèves qui ont la compétencesurtout dans les sciences exactes (physique, mathématiques) sont orientés en C,ils peuvent surtout embrasser l’ingénierie, la médecine, l’informatique etc. Ceuxqui sont intéressés par les sciences naturelles (biologie, chimie) vont en D. Enfinceux qui aiment les lettres (littérature, sciences sociales) vont en B. Cette orienta- èmetion est basée sur les résultats de l’année dernière. En seconde, les élèves de 3peuvent toujours changer de section. Il y a une tendance en Haïti à prioriser le Français et les Mathématiquesà l’école et cela depuis aux trois premiers cycles. Cette façon de faire comportecertes des avantages. Car l’enfant qui est bon en français et dont la logique estmieux armé pour la réussite. Cependant, vue la diversité des matières que nous èmeenseignons, la possibilité d’orientation en 3 que nous offrons, l’analyse desrésultats de l’année der-nière que nous avons faiteet la particularité de la villede Saint-Marc par rapportà la motivation des jeunes,nous avons donné de lamême importance à toutesles matières au niveau dutroisième cycle. Ainsi pré-voyons-nous déjà de com-bler les lacunes dans lesmatières les plus impor-tantes pendant les habi-tuelles longues vacancesde 3 mois.
  17. 17. Le directeur se débat en même temps pour permettre aux enfants depouvoir trouver un plat chaud chaque jour. Les professeurs sont contraints derédiger et de suivre leurs programmes. Le système disciplinaire est renforcé. Desconférences sur des auteurs choisis pour nommer les salles de classe se fonttoutes les 3 semaines. Toutes ces mesures et un ensemble d’autres veulent con-courir à notre objectif principal qui est l’amélioration des performances. Car unebonne performance de l’élève suscitera en lui le goût des études. Entr’autres, une salle audio-visuelle de 35 portables branchés àl’Internet et un vidéo projecteur a été constituée. Ce qui permet non seulementl’exploitation de la technologie mais également l’encouragement des élèves àtravailleur seul. Pour leur apport aux cours, les élèves en secondaire cumulentdes points (exposés, questions/remarques pertinentes). À côté de cette salle où ilmanque aux élèves seulement un tableau interactif (write board), il y a aussi unlaboratoire informatique de PCs mais que nous avons décidé de fermer tempo-rairement pour une question d’alimentation en énergie. Les coursd’informatiques se font donc avec les portables de la salle audio-visuelle. Actuellement, un concert se prépare pour le 26 janvier prochain. LaNAC montée cette année se prépare à fêter le 27 décembre prochain. Il est cons-titué de plus d’une quinzaine de jeunes. Nous aurons sous peu une connexion Internet haut-débit dans le cadred’un partenariat avec deux écoles des États-Unis pour des échanges culturels. Lelaboratoire physique-Chimie sera fonctionnel l’année prochaine. Les jeunes et les parents captent le message que nous lançons : uneécole ouverte à tous, mais où l’on travaille tous. L’analyse des résultats dupremier contrôle (du 05-07 novembre dernier) ainsi que les décisions qui endécoulaient nous ont permis de le constater. Nous avons eu 56% de réussite.L’échec est surtout du côté des recrues de cette année qu’on ne pouvait pas mo- ème èmetiver faute de repérage avant l’examen. Il s’agit des classes de 7 et de 3 oùla réussite est respectivement de 41% et de 44%.
  18. 18. L’autre remarque que nous avons faite après cet examen c’est que laréussite générale du côté des garçons est nettement supérieure que du côté desfilles, 68% contre 49%. Selon certains ce fait est dû à un phénomène de feuille-tons tout le long des après-midi qui existe dans la ville et dont les filles sont ac-crocs. Rien ne dit que c’est vrai parce qu’on connaît les responsabilités qu’ont lesfilles à la maison et autres discriminations qu’elles subissent… Nous avons pris la décision de faire rester une heure de plus les élèvesqui ont eu une mauvaise moyenne après le premier contrôle pendant que l’undes meilleurs de la classe travaille avec eux. Nous espérons en récolter les fruits àpartir de vendredi 28 prochain jour de la remise des carnets. Ainsi s’aurons-nouscomment mieux décider pour l’atteinte de notre objectif. La Noël chez nous! Par Eric Cothiere, csv Si le Père Noël reste un mythe pour nous les adultes, pour les enfantsce n’est pas la même réalité. Ils espèrent recevoir un cadeau en ce jour. Danscette perspective, nous autres de la résidence nous avons pris l’initiative de fêterla Noël avec les enfants de notre voisinage. Ce dimanche 23 décembre plus d’unetrentaine d’enfants accompagnés deleurs parents se sont réunis sur notreterrain de basket-ball pour fêter laNoël. En bon fils du Pères Querbes,nous avons accueillis ces enfants quiprobablement n’espéraient pas avoirun p’tit cadeau du Père Noël. Ce mo-ment était pour nous une occasionfavorable pour découvrir les talents de
  19. 19. ses enfants ; chant, danse, défilé et devinettes par les enfants étaient au menu.Tout le monde a eu la chance de performer sur la scène. Nous avons profité de cegrand moment pour dialoguer avec les parents, car ; depuis notre arrivée àl’Impasse Lavaud, c’est notre première rencontre avec les gens du voisinage Noël veut dire partage et amour ; nous avons partagé avec les enfantsdes cadeaux qui avaient été bien emballés par notre confrère Guesly. Avec lesparents ; on a partagé notre fraternité. Ce geste de solidarité est un moyen pour nous d’accueillir le Verbe incarné dans ces enfants, lui-même nous a dit de les laisser venir à lui. Pour réaliser cette fête, il y a eu une parfaite collaboration de la part de tous les membres de la communauté locale, religieux, associé (e)s et employé (e)s. Nous avons fait appel aux nom- breux et variés talents des confrères, comme a dit Saint Paul dans sa première lettre aux Corinthiens : un seul Esprit diverses qualités de dons. Il y en a qui ont le don d’acheteurs, d’autres de pla- nificateurs, Dj, présentateur, d’autres le don d’accueil ou de serveurs. Tout cecijuste pour vous dire comment tous ont collaboré. À vous tous qui étaient là enesprit avec nous, Joyeux Noël et Heureuse Année 2013.
  20. 20. Les 46 ans du Collège Immaculée Conception (C.I.C) Par Paul PIERRE, csv « Fête de notre vie, fête de l’aujourd’hui. Viens chez nous, mets-toidebout car c’est fête aujourd’hui.» C’est avec ce beau refrain quiinvite à la jubilation quej’entreprends d’écrire cet article,relatant les Quarante six (46) ansd’existence du C.I.C. Quarante six(46) ans de durs labeurs au servicede la population artibonitienne. Dès le début denovembre, l’invitation est faite auxjeunes cicéens, cicéennes désireux(ses) de faire partie d’une choralepour animer la solennité du 8décembre, patronne du Collège. En toute liberté, soixante quinze (75) jeunes ont prisl’engagement de porter leurs noms sur la feuille d’inscription. Un mois de répétitionsrythmé par l’engouement et le dévouement de ces jeunes. Ils chantent fort auxheures de répétition, probablement, parce qu’ils ne savent pas que crier n’est paschanter, et que bien chanter c’est prier deux fois. Il faut donc leur apprendre quelquestechniques de chants et à travailler les voix, mesurer la hauteur et organiserl’harmonie des différentes gammes vocales. Aux premières semaines, on dirait unenfer avec eux mais rappelons-nous qu’ils sont jeunes ; d’où la nécessité de semontrer patient, compréhensif, ouvert sans toutefois les laisser dépasser les marges. A quelques jours de la grande fête (7 décembre), les séances derépétition s’intensifient. Avec le concours de Fritzner (Fred), la chorale fait de grandsprogrès ; les jeunes se passionnent d’entonner selon l’harmonie des voix. Ils appren-nent à se maitriser au fur et à mesure. Le grand défi que ces jeunes ont devant eux,
  21. 21. c’est de pouvoir chanter le rythme pénitentiel (Kyrie Eleison) sur l’air grégorien, sansfausse note. Sauront-ils y parvenir ? Durant ces jours qui précédent la fête, j’ai eu spontanément l’idéed’inviter les jeunes à se préparer intérieurement pour cette belle occasion, par lesacrement de la réconciliation. Certes, ils se donnent corps et âmes pour embellir,décorer le C.I.C mais, je leur ai fait comprendre que cette décoration est beaucoupmoins importante que celle de leurs cœurs, de leurs vies à la rencontre de Jésus, leurami, leur confident. Pour les aider à comprendre le sens et les bienfaits du sacrementde la réconciliation, j’ai fait plusieurs interventions dans les salles avec images et motssimples qu’ils peuvent comprendre. Du lundi au jeudi, sans trop déranger les heures de cours, j’ai puremarquer une longue queue sur la cour en attente de rencontrer des prêtresprésents. Ils en avaient soif, me disent certains élèves. Le plus grand témoignage decette rencontre d’amour entre eux et le Seigneur est celui du Père Valéry Dutreuil,omi,professeur de philosophie. Il a avoué être touché par la démarche des jeunes etsurtout le dépassement de beaucoup d’autres confessions religieuses différentes, quisont allées le rencontrer, non pour se confesser mais pour un dialogue, un échange oùces jeunes viennent puiser conseils. En ce sens, je crois qu’ils ont fait preuve de jeunesanimés d’une force intérieure et comme dit le prêtre, « le Sacrement de la réconcilia-tion est pour ceux qui sont forts intérieurement, des gens qui se reconnaissent petits,humbles devant le Seigneur et qui ont besoin de sa grâce.» Cette rencontre de cœur àcœur avec le Seigneur les à mieux préparer pour le grand jour de jubilation. Enfin voici le jour J ! Le jour tant attendu ! Les enfants brillent de millefeux ! A la Cathédrale, la procession s’organise avec la chorale en tête qui commencetimidement le chant « Bondye voye lakay Mari ». Au fond de moi, je me dis Seigneur,est-ce que cette chorale ne va pas me décevoir après tout ? Je commençais à paniquermais avec le maestro Fred, ils reprennent confiance. A ma grande surprise, ils ontgagné le pari en exécutant avec cœur les morceaux soutenus par l’orgue de laCathédrale. Dans son homélie de circonstance, le Père Paul Kesnel Louissaint,célébrant principal, a invité les élèves à tourner leur regard vers Marie, modèle de foi,
  22. 22. d’abandon et de collaboration au projet de salut de Dieu pour l’humanité « Quelleparole de foi de la part d’une jeune fille à peine fiancée, qui sans nul doute, avait sesprojets avec un homme ! Elle dit oui par amour pour Dieu, parce qu’elle lui faitconfiance », disait le prêtre. Comme un grand frère au cœur rempli d’amour, il les aaussi exhortés à prendre Marie pour modèle afin de construire leur vie sur le Rocsolide et inébranlable, sur Jésus qui est parfaitement Dieu et homme. Désormais, leurdit-il, « votre temps doit être précieux, car le temps des jeux, des niaiseries de toutessortes est fini. Consacrez-vous à vos études, car le temps n’est plus à la médiocrité ;formez-vous pour mieux servir votre pays et pourquoi pas le monde en général », car« le pays a besoin des hommes et des femmes honnêtes, disciplinés, loyaux, respon-sables, réfléchis et doués de bon sens pour prendre la relève, pour changer le visagede ce pays.» martèle-t-il. Au terme de la célébration eucharistique rythmée par l’harmonie desvoix de cette belle chorale, le Directeur du C.I.C, le Père Duchelande Saintilmé aadressé ses mots de remerciements aux différents acteurs qui ont su bien jouer leursrôles, pour rendre possibles et plus belles ces festivités ramenant les 46 ans duCollège. A mon tour, en tant que responsable de la pastorale, je ne pouvais pas resterindifférent face au grand effort des jeunes pour rendre vivante la solennité de leurpatronne. Je voudrais souligner le Maestria de Innocent Christina, Ulysse Winifred etde Jean-Baptiste Nelly Schneider au chant de remerciement. « Chapo ba pou yo »Mon grand souhait est que cette chorale devienne non pas une chorale, qui chante àchaque solennité du 8 décembre, mais devienne la grande chorale de la famillecicéenne pour chanter, exalter partout la grandeur de Dieu. Après la célébration eucharistique grandement réussie, les élèves sesont rendus dans leurs salles respectives pour continuer la fête. Un repas préparé pourla circonstance leur a été servi. D’autres activités prévues par la direction ont étéorganisées comme la foire du livre par la philo Béryl, baptisée « livres en gaieté ».Saluons aussi le dévouement et l’engagement des membres de la fanfare qui ont sudonner une belle prestation malgré la faible présence des élèves. Les festivités du 46edu C.I.C ont pris fin avec la grande soirée culturelle sous l’égide de monsieur NumaThomas, responsable de la vie culturelle.
  23. 23. Le temps des fêtes a tant excité les cœurs et maintenant ce sont lesexamens du 1e trimestre qui occupent les esprits. Serait-ce donc la raison ayantpoussé les jeunes à bouder la foire et la soirée culturelle ? Je n’en sais pas trop maisgardons l’espoir que les cicéens et les cicéennes arrivent à comprendre davantage quela vie du C.I.C dépend de leur amour, de leur sens d’appartenance et du devoir, de leurattachement pour que vraiment leur fierté brille au-delà du jour. C’est ainsi qu’ilsapprendront à construire cette famille sur les valeurs essentielles et travailler aussi àporter plus haut l’idéal cicéen : « Excelsior ». Paul Pierre, c.s.v Adore, aime soit Jésus ! Responsable de la pastorale Institution Mixte Saint-Viateur Par Ferry FRANCOIS, csv A part, les activités pastorales et la fête de Saint Viateur, ce qui marque la vie de l’école durant les trois premiers mois sont : d’abord, au niveau pédagogique, le thème de l’année académique : « Je construis mon avenir aujourd’hui » et en- suite la devise « Une école, une famille, un monde! ». Le thème et la devise mon- trent bien le charisme querbésien : for- mer des enfants autonomes et respon- sables de leur avenir. « Je construis mon avenir aujourd’hui ! » L’école vise l’excellence et c’est pourquoi l’élève est appelé à se construire lui- même. Cela implique la rigueur, la disci- pline, la responsabilité, le travail et la confiance en soi pour que l’enfant puisse
  24. 24. acquérir de nouvelles connaissances. L’élève doit être conscient des exigences etde la valeur d’une tâche, des connaissances et des stratégies cognitives requises.Il est donc invité à avoir la connaissance et le contrôle sur lui-même, particuliè-rement, sur ses stratégies cognitives. Une école, une famille, un monde! Tel est le slogan qui traduit la visionéducative de l’IMSV. Les rayons du soleil du logo symbolisent l’éducation de qua-lité que l’école offre. Comme ils font grandir l’arbre, ils réchauffent les cœurs desenfants, jouant au cœur du monde. Donc, une éducation qui transforme les en-fants et qui leur permet de vivre dans la joie dans un monde et un environne-ment sains.  Une école : L’institution se veut une école unique pour la qualité de l’éducation qu’elle donne et offre déjà aux enfants.  Une famille : A l’école, élèves, parents et professeurs, nous formons une seule famille pour le bien des enfants.  Un monde : L’IMSV veut former les enfants pour être des citoyens du monde. L’élève formé à l’IMSV n’a pas de frontière ni de limite parce qu’il sait qu’il est un citoyen du monde.Le premier trimestre s’est bien déroulé. Tout s’est passé dans un clame et dansune tranquillité qui inspirent la confiance du coté de la direction, du corps profes-soral et du coté des parents. Voici, brièvement, quelques activités qui ont mar-qué la vie de l’école pendant le premier trimestre.  La messe d’ouverture et la réouverture des classes, respectivement le er 28 septembre et le 1 octobre 2012.  La Saint Viateur (19 octobre 2012): Célébration eucharistique suivie d’une réception avec les élèves et tout le personnel enseignant admi- nistratif de l’IMSV.  La période des examens du 13 au 15 décembre 2012.  La fête de Noel avec les élèves accompagnés de leurs parents. Ils ont présenté un très beau spectacle.  La remise des carnets : 23 décembre 2012 et les résultats sont très sa- tisfaisants. La direction profite pour saluer le courage du corps profes- soral et l’effort constant des élèves.
  25. 25. Dans l’ensemble ce sont les dates et les activités les plus importantes qui ontmarqué le premier trimestre. Coup d’œil dans le carnet des anniversaires Joyeux anniversaire aux viateurs qui célèbrent en janvier : 2 janvier : Jacques Beaudry et Kénel Verna 8 janvier : Lucierné Jacques 24 janvier : Dudley Pierre 28 janvier : Mme Marie-Claude V. Romain 30 Janvier : Claude Roy. Notre Père provincialNous nous unissons avec tous ces viateurs qui vont fêter leuranniversaire au cours de ce mois. Que Dieu continue à leurcombler de grâces et de bénédictions !
  26. 26. .

×