2. jsb11 - Tendances et marché du social business (IDC)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

2. jsb11 - Tendances et marché du social business (IDC)

on

  • 1,196 views

Présentation de Cyril Meunier - IDC. ...

Présentation de Cyril Meunier - IDC.

Les réseaux sociaux d'entreprise est déjà une réalité dans de nombreuses entreprises françaises. Le marché connaît une croissance forte et le paysage concurrentiel est bouillonnant. Quel constat peut-on faire quant à l'adhésion au concept, l'adoption et la propension à investir en France et en Europe? A la lumière des premiers retours d'expérience, que peut-on dire des moteurs et des freins à l'investissement, des facteurs clés de succès et des mesures de ROI.?

Page de l'évènement : http://s9e.me/jsb11

Statistics

Views

Total Views
1,196
Views on SlideShare
1,196
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
27
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

2. jsb11 - Tendances et marché du social business (IDC) Presentation Transcript

  • 1. Cyril MeunierIDC#JSB11
  • 2. Social Business : le marché 2011en France et dans le mondeCyril MeunierResearch & Consulting Manager IDC Francewww.idc.comCopyright 2010 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved.
  • 3. Définitions : médias sociaux etréseaux sociaux publicsLensemble de services interactifsaccessibles sur internet, y comprisen situation de mobilité, permettantde développer des conversations etdes interactions socialesnotamment en publiant, partageantet modifiant des contenusLes réseaux sociaux publics(Facebook…), axés sur la mise enrelation, constituent un sous-ensemble des médias sociaux ©2010 IDC 3
  • 4. Entreprises : l’enjeu du « social business » Le Social Business consiste, pour les organisations, à Intranets utiliser les technologies Web 2.0 Messagerie Blogs collaboratifs , notamment les fonctionnalités sociales instantanée conversationnelles et relationnelles, Conférence Forums web/video Fonctionnalités Wiki Web 2.0 Flux Réseaux RSS sociaux Bookmarking/ en support à des changements d’entreprise organisationnels, culturels et de Tagging processus afin d’améliorer leur performance dans environnement économique globalisé et de plus en plus connecté. ©2010 IDC 4
  • 5. Le « Social Business » ou l’entreprise étenduecentrée sur les personnes Un catalyseur de transformation des organisations plutôt qu’une nouvelle génération d’outils collaboratifs ©2010 IDC 5
  • 6. Le « Social Software » : une vague en provenance des Etats-Unis Etats-Unis / Europe Etats-Unis Taille du marché logiciels 2.0 Mise en place en M€ d’une solution de réseau social d’entreprise 1600 1302 Non Oui 59% 1200 41% Etats-Unis 800 559 Europe *Source IDC Social Business Survey, septembre 2010 400 341 159 Des initiatives de portée souvent limitée 0  50% des entreprises dépensent moins de 50 000 $ 2010 2015*Source étude Commission européenne par IDC, Tech4i2 et Headshift, Août 2010  et 13% plus de 250 000 $ ©2010 IDC 6
  • 7. Un marché français actif,des initiatives encore limitées  2011 : une année de concrétisation – CAC 40 et Grands Comptes : tous ont lancé des études, nombreux projets en cours, élargissement du marché – ETI (250 - 5000 salariés) : frémissement d’un marché éligible • « Knowledge workers » • Collaborateurs distants • Ecosystème  Des initiatives limitées et dispersées – Coexistence d’initiatives « top-down » et « bottom-up », – Peu de projets stratégiques à l’échelle de l’entreprise • Initiatives souvent tactiques, limitées à un processus ou à une fonction Encore très peu d’utilisateurs : 0,2% des « knowlege workers » en Europe en 2010**Source étude Commission européenne par IDC, Tech4i2 et Headshift, Août 2010 ©2010 IDC 7
  • 8. Etats-Unis : des bénéfices perçus nombreux,plus orientés communication que collaboration Question : d’après vous, quels sont les principaux avantages associés à l’utilisation du « social software » ? Acquérir des connaissances 55% Communiquer avec les collègues 53% Partager des connaissances, apporter des idées 50% Développer la notoriété autour des produits de la société 40% Ecouter/surveiller les activités sur les médias sociaux 36% Communiquer avec les clients 36% Récupérer des idées/feedbacks sur les produits de lentreprise 35% Gérer des projets 33% Prendre des décisions 33% Améliorer la productivité 32% Générer des retours des clients sur les produits 31% Augmenter linfluence de lentreprise sur le marché 28% Se différencier par rapport à la concurrence 27% Répondre aux requêtes de clients/partenaires 26%*Source IDC Social Business Survey, Juillet 2011 0% 20% 40% 60% ©2010 IDC 8
  • 9. En France, l’enjeu n’est plus aujourd’huipourquoi y aller mais bien commentLa valeur potentielle est de mieux en mieux perçue  Faciliter les relations en interne et avec l’écosystème  Proximité client  Transparence de l’organisation  Hausse de la productivité  Développer la culture d’entreprise, la satisfaction et la convivialité  Accélérer l’accès aux experts et les faire intervenir au bon moment  Innovation grâce au partage et à la capitalisation des savoirs et savoirs-faireLes questions portent davantage sur le « comment ? » et surl’identification des domaines éligibles  Comment faire ? Comment démarrer ? Comment justifier ? Quels processus ?©2010 IDC 9
  • 10. Etats-Unis : Les plus grands défis sont lefacteur humain et la difficulté de mesurer l’impact Question : d’après vous, quels sont les principaux défis associés à l’implémentation et à l’utilisation du « social software » ? Mobiliser les personnes pour quelles participent 49% Trouver le temps pour lutilisation dun nouvel outil 44% Justifier linvestissement auprès de la direction 40% Mesurer limpact de la solution par rapport aux 38% objectifs métier La sécurité : failles, attaques 23% Problème dintégration avec les autres 23% applications/logiciels existants utilisés Absence de charte dutilisation dans lentreprise 21% La DSI tente de bloquer /surveiller lusage des 18% logiciels de réseaux sociaux 0% 20% 40% 60%*Source IDC Social Business Survey, Juillet 2011 ©2010 IDC 10
  • 11. Des freins similaires en France avec desspécificités Culture au travail – Organisations et modes de management hiérarchiques – Peu d’inclinaison au patriotisme d’entreprise Enjeux autour de la maîtrise et de la gestion de l’information – DRH et DirCom : partager l’émission de l’information, faire confiance tout en surveillant les risques de dérapage Trop grande focalisation des DSI sur leur rôle de fournisseurs de services informatiques – Moins disponibles pour l’innovation et la gestion de l’information©2010 IDC 11
  • 12. Etats-Unis : des métriques encore très orientées « mesure d’activité » et « déclaratif »Question : Quelles sont les métriques que vous utilisez pour mesurer l’impact de vos initiatives de type « social business« des logiciels de réseaux sociaux Nombre de visites sur les sites/blogs 47% Nombre de profils dutilisateurs/membres 42% Nombre de pages vues 41% Satisfaction des clients 38% Satisfaction des collaborateurs 30% Gains de temps/productivité 29% Nombre de commentaires après un post 29% Trafic sur le moteur de recherche 29% Revenus directs/indirects 27% Nombre de problèmes clients/partenaires résolus 26% Hausse du nombre de commentaires/sentiments positifs 25% Nombre de recommandations (bouche-à-oreille) 23% 0% 20% 40% 60%*Source IDC Social Business Survey, Juillet 2011 ©2010 IDC 12
  • 13. En France, des processus éligibles variésQuestion : d’après vous, quel est le processus qui bénéficieraient le plus d’une approche type « social software » ? Service Client 22%  Des usages potentiels très variés Marketing et Vente 18%  Service client et Marketing et Vente ressortent nettement en tête Ressources Humaines 17% lorsqu’on pose la question sur les 3 principaux processus éligilbles Prise de décision 16%  Une volonté de rapprocher Achats / Supply Chain 12% transactionel et conversationnel Une lassitude vis-à-vis de l’usage de Finance / Budgets 12% l’email pour certains processus Transverse à toute lorganisation 3%  Les approches transverses globales ne séduisent plus 0% 20% Attention à ne pas créer de*Source IDC European Enterprise Applications survey, février 2011 nouveaux silos ©2010 IDC 13
  • 14. La “socialisation” des applicationsest en marcheMarket ImpactApplications Gestion de Grand Collaboratif CRM PLM contenu Public Plateformes sociales SocialyticsApplications Compta métier PPM SCM RH /Finance Applications/ Embedded Propriétés Stand-a-lone Plateformes Social Apps sociales Social sociales « Stand alone » Features embarquées©2010 IDC
  • 15. Marché du logiciel collaboratif : des effets desusbtitution, mais pas de vampirisation Prévisions de croissance IDC sur le marché des logiciels collaboratifs 2011-2015 ($M) ©2010 IDC
  • 16. Les retours d’expérience montrent ladifficulté de l’entreprise  Encourager les usages venus des opérationnels autour de processus métier – Démonstration de la contribution au business  Soutien discret mais visible du top management  Choisir les bons « champions », les valoriser, créer une émulation  Animation par un Community Manager voire recours à l’email pour le démarrage des communautés les moins spontanées – L’autorégulation augmente avec l’intérêt et le nombre de membres  Simplicité des outils, proscrire le formalisme dont on veut d’affranchir (mode d’emplois…)  Ouverture aux usages inattendus – qui peuvent se substituer à ceux pressentis ©2010 IDC 16
  • 17. Quelques enjeux majeurs pour l’avenir Marier l’interne et l’externe Interaction sociale avec tous Investir sur la conduite du Interaction changement sociale avec les clients Couvrir les activités « hors Collaboration avec les processus » partneraires Davantage relier les fonctionnalités sociales aux Collaboration interne tâches, aux projets en équipe et à l’organisation personnelle du collaborateur©2010 IDC 17
  • 18. Merci Cyril Meunier cmeunier@idc.com ©2010 IDC 18