00 fr protection_enfants
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

00 fr protection_enfants

on

  • 569 views

Protection des enfants Araceli Lázaro

Protection des enfants Araceli Lázaro

Statistics

Views

Total Views
569
Views on SlideShare
272
Embed Views
297

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

1 Embed 297

http://www.maristes.eu 297

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

00 fr protection_enfants 00 fr protection_enfants Presentation Transcript

  • La protection des enfants à partir du paradigme des droits. Araceli Lázaro Aparicio. Analyste de Programmes et secrétaire de l’Observatoire des Droits des enfants.
  • Objectifs stratégiques de la rencontre 1 Identifier nos pratiques de prévention et les partager. Projeter notre politique de prévention et traitement des situations de maltraitance et d’abus sexuel.
  • Objectifs 2 Clarifier et unifier les concepts basiques, les plus importants, sur la maltraitance et l’abus sexuel des enfants : définition, typologies, indicateurs, etc. Rassembler des critères par rapport aux procédures à suivre dans les cas de maltraitance et d’agression sexuel aux enfants à l’intérieur ou à l’extérieur des établissements scolaires ou d’autres services. Clarifier et motiver tous les personnels de l’institution par rapport à leur rôle dans la prévention et la détection de la maltraitance et de l’abus sexuel.
  • Rassembler des critères par rapport aux procédures et aux lieux à l’intérieur de l’établissement scolaire ou du service qui favorisent une ambiance de prévention et de protection face à la maltraitance et à l’abus sexuel. Définir les processus de détection, d’information et de dénonciation, indiquant quand, comment et à qui ont doit communiquer la situation repérée. Encourager des réponses coordonnées entre les différentes unités de la communauté éducative ou du Service (Direction, Coordinateurs, Inspecteur, enseignants, éducateurs…).
  • Première partie : Repérer les concepts - Eléments significatifs apportés par la Convention. - Changements conceptuels dans les politiques de l’enfance : de la P de protection aux réponses intégrales des quatre P: promotion, prévention, protection et participation. - Des programmes basés sur la maltraitance des enfants à la définition du BON TRAITEMENT DES ENFANTS. - Tout ce qui est déjà ACQUIS : Les limites des débats légaux, éthiques et professionnels.
  • De la Déclaration à la Convention : De la perspective des nécessités à la perspective des droits Approche basée sur les nécessités (1959) Donne des solutions aux problèmes spécifiques. Considère l’enfant comme un objet de protection et comme sujet passif. Approche basée sur les Droits (1989) Considère l’enfant comme un sujet ayant des droits et membre de la société. Considère l’enfant comme une personne ayant des opinions, qui participe et contribue au changement. L’Etat accompli ses devoirs et la société surveille l’Etat et collabore avec lui.
  • Principes réaffirmés par la Convention  Non discrimination (Art. 2). Tous les droits doivent être appliqués à tous les garçons et à toutes les filles sans aucune exception. Intérêt supérieur (Art. 3). Toutes les actions qui concernent le garçon et la fille doivent se dérouler en vue de l’intérêt supérieur et non d’un autre sujet social.
  • Droit à la vie et à sa survie et à son développement (Art. 6). Droit de tout enfant à la vie ainsi qu’au développement qui inclut les aspects physiques, cognitifs, émotionnels, spirituels, sociaux et culturels. Droit à exprimer son opinion et qu’on en tient compte (Art. 12). Tous les garçons et toutes les filles ont le droit de participer aux décisions qui les concernent. Les droits sont inaliénables et universels, tous les garçons et les filles sont sujets de droits et le respect de ces droits est une responsabilité des gouvernements, des pères et des mères et de toute la société.
  • Principes de base pour les nouvelles politiques pour l’enfance Les garçons et les filles ne sont pas objet de protection ayant des besoins à satisfaire Ils sont des sujets ayant des droits, ayant des exigences légitimes face à la société EXIGENCE DES DROITS. (Traité ayant l’obligation d’être accompli)
  • Intervenir depuis les besoins ayant une approche basée sur les droits Implique d’intervenir aussi sur le plan éthique de l’être humain.  Eléments matériels de base, plus des éléments émotionnels et spirituels, plus le respect et la valorisation personnelle. Implique d’assumer la responsabilité dans les différents contextes.  Famille  Communauté  Etat Une intervention faite selon les droits des enfants réussira que si ceux-ci sont les acteurs principaux, les sujets actifs et les protagonistes de l’intervention.
  • De la P de protection aux 4 P 1990 - 2005 Prévention Protection
  • De 2005 à l’aujourd’hui ++++ Promotion Participation
  • De la théorie à la pratique L’équilibre nécessaire entre les droits appelés « sociaux » et les « droits civiles » Le P de protection + les P de. Prévention . Promotion. Participation.
  • Le difficile chemin vers la CITOYENNETÉ Avoir un regard sur les enfants et les adolescents comme citoyens de plein droit implique d’adopter des politiques de participation dans lesquelles ils peuvent exercer leurs droits comme tout citoyen, ce qui veut dire avoir la même représentation, d’être consulté et d’exprimer son avis comme les autres collectifs sociaux. SANS OUBLIER LEUR PROTECTION !
  • La maltraitance à partir de la perspective des droits. La maltraitance des enfants est toute action ou omission ayant l’intention de provoquer un dommage immédiat à la personne agressée. La maltraitance peut-être physique, émotionnelle, psychologique, sexuelle, par négligence ou abandon ++++ Ces formes de maltraitance produisent des blessures physiques et émotionnelles indélébiles, des dommages sévères ou mort. (Rapport Nations Unies, 2006)
  • Les victimes de la maltraitance des enfants et de l’abandon appartiennent au secteur de la population formé des garçons, des filles et des adolescents jusqu’à 18 ans, qui souffrent occasionnellement ou régulièrement d’actes de violence physique, sexuelle ou émotionnelle, que ce soit dans la famille ou dans les institutions sociales. (UNICEF, 2006)
  • Quelques définitions Maltraitance psychologique / émotionnelle Outrages verbaux, humiliations, critiques constantes et permanentes, ridiculisations, rejet émotionnel et affectif, menaces, discrimination Abandon ou néglicence - Abandon des soins personnels et quotidiens des enfants, qui peuvent engager un risque vital pour les nourrissons, les préscolaires et les enfants handicapés.
  • Maltraitance physique - Dommage physique fait dans le but de contrôler la conduite d’un enfant ou ayant d’autres finalités. Ex.: châtiment corporel, coups, gifles, tirer les cheveux, bousculades, etc. Abus sexuel sur les enfants - Contact ou interaction entre un enfant et un adulte dans lequel l’enfant est utilisé pour satisfaire sexuellement l’adulte. Ils peuvent être commis avec des enfants du même sexe ou de sexe différent de l’agresseur.
  • Maltraitance institutionnelle « On entend par maltraitance institutionnelle n’importe quelle législation, programme, procédure, action ou omission provenant des pouvoirs publiques ou bien dérivée de l’action individuelle des professionnels ou fonctionnaires qui engage abus, négligence, perte de santé, de la sécurité, de l’état émotionnel, du bien-être physique, de la croissance normale ou qui viole les droits de base de l’enfance …” (Martínez Roig y Sánchez Marín, Barcelona 1989).
  • Nouvelles situations, nouveaux défis. Historiquement on a détecté des éléments de nonprotection et de maltraitance des enfants centrés fondamentalement dans leurs familles ou dans leur entourage proche. Mais, il est évident que il y a des nouveaux scénarios et des nouvelles problématiques dans la socialisation des garçons et des filles qui font apparaître des nouveaux facteurs de risque pas évalués jusqu’à présent. C’est sans doute un défi pour le futur.
  • Nous pourrions parler des nouveaux groupes d’enfants en situation de risque sociale où les indicateurs de maltraitance ne sont pas placés dans les fonctions parentales mais sur l’environnement écologique (famille, école, quartier, voisins, institutions…) qui font partie de la socialisation secondaire et qui par action ou omission ne couvrent pas leurs besoins. La maltraitance entre personnes du même âge. La violence à l’école. Les mouvements migratoires. Les mass media.
  • Des interrogations aux certitudes *** Mythes et préjugés sur la maltraitance des enfants
  • De los debates a la regulación Más allá del debate ético y Professional está la gestión de los derechos.
  • Du silence à la responsabilisation
  • Ce qui n’est plus discutable !! La maltraitance et les abus sexuels infantiles sont des sujets qui nous touchent tous, en tant que personnes, professionnels et en tant qu’institution, au niveau éthique et légal; dans les domaines de la prévention, de la diffusion, de l’approche et de la reconstruction des personnes impliquées. De là : • L’importance de la clarté des procédures • Nous devons faire face au devoir de dénonciation • L’importance du devoir thérapeutique et réparateur, tant parmi nos équipes qu’au niveau de la coordination intersectorielle et communautaire impliquée.
  • Methodologies: Des programmes contre les abus infantiles aux programmes de BON TRAITEMENT. De la tendance à penser que l’autre est l’agresseur (s’en décharger revient à envoyer à la dérive…) à l’ implication individuelle, collective et institutionnelle dans l’exercice de la responsabilité adulte envers les enfants et adolescents. Acceptation du concept d’abus institutionnel.
  • 1. Modèle basé sur la déficience et les limites On traitera uniquement des cas les plus extrêmes, ceux pour lesquels on s’interroge sur les capacités des responsables de l’enfant et pour lesquels le maintien de la tutelle est étudié. On s’occupera uniquement des cas qui nous sont notifiés / dénoncés. On ne se basera pas sur l’identification et le développement des ressources positives de la famille maltraitante (par exemple, la possibilité que l’enfant continue à vivre avec elle), ce qui peut engendrer la criminalisation de la relation entre la famille et les personnes chargées d’évaluer la dynamique familiale. L’affaire ne pourra pas être considérée sous une perspective plus globale et complexe. Ainsi, on ne se basera pas sur la compréhension des familles et de leurs difficultés. L’affaire ne pourra pas être considérée depuis la perspective de l’enfant et de ses besoins.
  • 2. Modèle de Bien-être. Caractéristiques Adopter une perspective basée sur les Droits de l’Enfant. Construit sur un modèle de principes éducatifs maximum (garantir le bien-être de l’enfant) Définition de Maltraitance des enfants : “ Action, omission ou mauvais traitement, non accidentel, qui prive l’enfant de ses droits et de son bien-être, qui menace et/ou interfère sur son bon développement physique, psychique et/ou social, et dont les auteurs peuvent être des personnes, institutions ou la société elle-même”.
  • Avantages et difficultés Se baser sur le bien-être de l’enfant. Ne pas se limiter à des situation de maltraitance extrême. Envisager la possibilité de maltraitance institutionnelle et sociale. Adopter une perspective clairement préventive. Permettre d’organiser une intervention face aux cas de maltraitance. LIMITATIONS Difficultés quant à l’application pénale du modèle, car il se base sur des critères de garantie du bien-être de l’enfant (modèle de principes éducatifs maximum).
  • Visualisation: Comme“OBJET” à protéger.
  • Comme SUJET de droit à prendre en compte dans le processus J’ai Je suis Je peux Oui, Je peux le faire.
  • Un changement de perspective
  • Un changement dans la réponse : Aller sur le chemin du travail en RESEAU Le discours de la résilience et la conviction que la prévention EST POSSIBLE.
  • Subtítol Tout n’est pas perdu quand on peut voir sur le visage d’un enfant son magnifique sourire
  • L’humanisation en tant que droit infantile et prévention de la maltraitance. Lignes de conduite éducative résiliente qui humanise : • Que les éducateurs représentent aux yeux des enfants et adolescents des modèles à imiter (éducateurs adultes significatifs). • Que les éducateurs reconnaissent que les enfants et adolescents, sont les maîtres de leur propre développement. • Que les éducateurs soient rassurants, fermes et clairs dans leur accompagnement. • Que l’accompagnement soit basé sur la tendresse
  • * Que les éducateurs se basent sur tout le positif des enfants et adolescents, en mettant l'accent sur l'accompagnement de leurs ​ projets. • Que les éducateurs exercent une autorité et non de l’autoritarisme. • Que les éducateurs soient conscients de leur obligation d’accompagnement des enfants et adolescents en fixant des limites qui favorisent l’auto-control. • Que les éducateurs protègent et non surprotègent. • Que les éducateurs exigent et non « sur-exigent ».
  • • Que les éducateurs écoutent réellement. • Que les éducateurs demandent du respect et soient respectueux. • Que les éducateurs mettent en pratique d’une façon réfléchie les valeurs. * Que les éducateurs prêtent attention à tout signe anormal. • Que les éducateurs signalent, quand cela s’avère nécessaire, les actions négatives et non les acteurs (enfants et adolescents). • Que les éducateurs stimulent les actions positives des enfants et adolescents et qu’ils ne fassent pas simplement des éloges aux auteurs de ces actions.
  • La nécessaire redéfinition du mot INSTITUTION. • Organisme qui accomplit une fonction d’intérêt publique. ( En théorie : Administrations et Entités) • Terme lié à une personne qui mérite un respect particulier ou une consideration en raison de ses valeurs morales, intelectuelles, etc. RELATION AFFECTIVE INSTITUEE!!
  • Seconde partie Développement opérationnel " Ce n'est pas assez de faire des pas qui doivent un jour conduire au but, chaque pas doit être luimême un but en même temps qu'il nous porte en avant. ". Goethe. -Analyse critique. Proposition pour le débat et travail en groupe. -Méthodologie.
  • Analyse critique - On peut noter aujourd’hui une plus importante prise de conscience de la maltraitance des enfants, ou le traitement inadapté de certaines personnes, mais cela reste dans un cadre général et au moment de la mettre en pratique, l’on a tendance à oublier. (Large consensus et baisse d’intensité) - Tant que perdurera la conceptualisation des adultes face aux enfants comme étant des êtres en construction, “pas encore capables”, instables, propriété des parents, vulnérables, qu’il faut protéger, indomptables et conflictuels lors de l’adolescence, leur reconnaissance en tant qu’être ayant pleinement des droits, sera entravée. Et en disant pleinement, on parle d’un individu qui a quelque chose à dire, qui détient une voix.
  • Propositions préventives, déjà vérifiées, à mettre en oeuvre Mise en pratique de conduite de bon traitement, face à la mise en place d’une culture de Bon Traitement, dans laquelle nous sommes tous impliqués.. Barudy souligne que “les bons traitements pendant l’enfance sont le principal facteur de prévention de comportements violents” Attendre une planification spécifique pour chaque unité en matière de prévention de maltraitance ou abus sexuel, avec des tâches spécifiques dont l’implémentation est évaluée chaque année. Nomination de moniteurs ou personnes en charge des unités qui dirigent et coordonnent ces activités. Travail en réseaux communautaires
  • Implication et participation active des parents, éducateurs et des enfants eux-mêmes; en les incluant dans des rôles de prévention, en ateliers pour les parents, incorporation des contenus des ateliers pour les enfants dans les réunions de responsables. Politique de transparence et portes ouvertes dans les centres et services. De plus importants espaces de participation des familles dans les centres pour partager les activités de leurs enfants. Mettre en œuvre des protocoles qui permettent au personnel de développer certaines activités conjointement, qui permettent également de protéger les professionnels et travailleurs face à d’éventuelles accusations.
  • Travail en groupe
  • 1. Définition à partir de l’expérience de chaque groupe d’une situation de maltraintance (une situation différente pour chaque groupe : maltraitance physique / abandon / traitement dégradant ou humiliant, maltraitance émotionnelle / abandon émotionnel, abus sexuel, maltraitance institutionnelle, maltraitance entre élèves à l’école (harcèlement à l’école ou bullying ) ou dans les réseaux sociaux ( ciberbullyng )
  • Une fois on a défini la situation, on la lit en petit groupe et on répond aux questions suivantes : Qu’avez-vous ressenti à l’écoute des faits relatés ? Quel/s droit/s des enfants sont violentés ou agressés au regard de la Convention ? Avez-vous eu connaissance de cas semblables ? Comment la réponse des professionnels touche en profondeur les enfants concernés ? Que devons-nous faire devant une telle situation ? ELABORATION DE PROPOSITIONS SPÉCIFIQUES. De l’adulte ou professionnel responsable : Pour l’enfant ou l’adolescent, pour leurs parents, pour l’institution à laquelle ils appartiennent, équipe éducative, équipe de direction, our la Communauté où le Service se trouve)
  • Mise en commun
  • MERCI BEAUCOUP
  • www.gencat.cat/benestarsocialifamilia alazaro@gencat.cat 93 5336779