Dependances nuisibles
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Dependances nuisibles

on

  • 2,716 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,716
Views on SlideShare
2,628
Embed Views
88

Actions

Likes
0
Downloads
14
Comments
0

1 Embed 88

http://blogue.sgiguere.ep.profweb.qc.ca 88

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Dependances nuisibles Dependances nuisibles Presentation Transcript

  • DÉPENDANCES NUISIBLES Le tabac, l’alcool, les drogues et la cyberdépendance L’alcool Tabac Cyberdépendance Drogues
  • DÉFINITION DE DÉPENDANCE NUISIBLE :
    • La dépendance c’est la consommation régulière de produits potentiellement nuisibles à la santé ce qui créent une dépendance nuisible à la fois physique et psychologique. C’est-à-dire qu’on est dépendant quand on est incapable de changer une habitude qui occupe de plus en plus nos pensées.
    • Les produits nuisibles les plus répandus sont le tabac , l’alcool et les drogue illicites . Il existe aussi une nouvelle dépendance nuisible et c’est la fréquentation excessive d’Internet qu’on appelle la cyberdépendance .
  • LE TABAGISME : La plus mortelle des dépendances
    • Composition de la fumée d’une cigarette :
    • La fumée de cigarette est un aérosol, un mélange de gaz et de particules qui contient 4 000 substances , dont plus de 40 sont cancérigènes . Une cigarette contient du tabac, de la nicotine, des agents de saveur et de texture : c’est ce qu’on lit sur les paquets de cigarettes. Ce qu’on ne sait pas toujours, c’est qu’une fois allumée, la cigarette devient une véritable usine chimique. Sa combustion provoque la formation de très nombreuses substances toxiques, dont les goudrons, des gaz toxiques (monoxyde de carbone, oxyde d’azote, acide cyanhydrique, ammoniac) et des métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, chrome).
  •  
  •  
  • LES EFFETS DE LA FTE SUR LA SANTÉ
      • le cancer des poumons (risque accru de 18 à 32 %).;
      • le cancer du sein chez les femmes plus jeunes (préménopause) ;
      • le cancer des sinus nasaux ;
      • les maladies cardiovasculaires (risques accrus de 20 à 50 %);
      • la réduction du poids de naissance (20 à 100 g) et le faible poids de naissance (risques triplés chez les enfants de mère fumeuse) ;
      • la mort subite du nourrisson ;
      • l’asthme (apparition et aggravation) ;
      • les problèmes respiratoires (chez les enfants notamment : risques augmentés de 26 à 113 %, tant d’apparition que d’aggravation) ;
      • la diminution de la capacité respiratoire ;
      • l’irritation des yeux, du nez et de la gorge ;
      • l’otite chez les enfants.
  •  
  • MORTALIT É
    • Selon l’Organisation mondiale de la santé, une personne meurt d’une affection liée au tabac toutes les 6,5 secondes. Dans le monde, plus de 5 millions de personnes en meurent chaque année, et le nombre des victimes devrait doubler au cours des vingt prochaines années pour passer à près de 10 millions en 2020.
    • Chaque année, la fumée de tabac tue plus de 800 personnes non fumeuses au Canada. Au Québec, on estime que 63 personnes non fumeuses sont emportées par un cancer du poumon relié à son inhalation et que 145 autres meurent de maladies cardiaques la mettant en cause.
  • POUR EN FINIR AVEC LE TABAC
    • Quelques conseils :
    • D’abord évaluer votre niveau et votre degré de dépendance.
    • Demandez-vous quand et pourquoi vous fumez.
    • Ne pas attendre la méthode miracle pour passer à l’action.
    • Prendre la décision de cesser de fumer au bon moment.
    • Faites de l’exercice. (Elle combat le stress, aide à maintenir son poids corporel, enlève l’idée de toujours fumer.)
  • L’ALCOOL : Quand la coupe déborde
    • Lorsque l’alcool est consommé modérément,
    • il peut être bénéfique pour la santé. Il nous aide à nous détendre en relâchant nos muscles. Il nous protège contre les maladies cardiaques en augmentant le bon taux de bon cholestérol dans le sang et en rendant le sang plus liquide. Par son action sur le taux de sucre, il réduirait aussi les risques de diabète de type 2 et de dégénérescence maculaire (maladie de l’œil pouvant entraîner la perte de la vue.
    • Lorsque l’alcool est consommé sans modération, il perturbe le jugement, affecte la coordination, ralentit le temps de réaction et rend téméraire. Prendre le volant dans ces conditions augmente de 40% les risques d’accident de la route, et si ce dernier ce produit, trois fois sur dix il est mortel et deux fois sur dix il cause des blessures graves.
  • L’ALCOOL DANS LE CORPS
    • Non seulement l’alcool se diffuse rapidement, mais il se répartit facilement dans tous les organes du corps. En effet, les molécules d’alcool ont la particularité d’être très petites et de se dissoudre aisément dans l’eau et le gras les constituants du corps humain. Par conséquent, elles n’ont pas besoin d’être transformées par des enzymes de digestion pour passer dans le sang, ce qui explique la rapidité de sa diffusion.
    • Les alcools dont la concentration est supérieure à 20 % irritent les parois de l’estomac, retardant l’ouverture de la valvule pylorique qui permet le passage de l’alcool de l’estomac à l’intestin grêle. Une personne qui prendrait coup sur coup plusieurs consommations à forte teneur en alcool rapidement pourrait ressentir tardivement les effets de l’alcool.
  • L’ALCOOL DANS LE CORPS
    • La majeure partie de l’alcool (90 %) est éliminée par le métabolisme. C’est le foie qui est le grand responsable de la transformation de l’alcool absorbé.
    • Effets engourdissants : Au fur et à mesure que le taux d’alcool augmente dans le sang, les effets s’étendent aux centres moteurs et sensoriels du cerveau. Des troubles de motricité et de coordination apparaissent ; le temps de réaction augmente.
    • Agressivité : Lorsqu’une personne commence à être intoxiquée, son langage, sa pensée et ses sens sont affectés. La diminution des capacités cognitives et verbales qui permettent de résoudre les conflits augmente d’autant les risques d’agressivité et de violence.
  • L’ALCOOL DANS LE CORPS
    • Vomissement : La partie du cerveau qui contrôle les vomissements est touchée en raison de l’alcool et de l’acétaldéhyde qui circulent dans le système sanguin.
    • Déshydratation : L’alcool affecte aussi la glande pituitaire du cerveau. De façon plus précise, les reins ne réabsorbent plus suffisamment d’eau des urines et le corps élimine plus d’eau qu’il en absorbe. Une personne présente alors des symptômes de déshydratation, dont de la fatigue, des douleurs dans le dos et la nuque de même que des maux de tête.
    • En ce qui concerne la circulation sanguine, l’alcool entraîne une dilatation des vaisseaux sanguins sous la peau, ce qui produit une augmentation de celle-ci. La dilatation des vaisseaux sanguins entraîne une perte de chaleur et une diminution de la température du corps.
  •  
  • LES EFFETS DE LA CONSOMMATION ABUSIVE D’ALCOOL Qu'ils aient un problème de dépendance à l'alcool ou de consommation excessive, les alcooliques risquent d'endommager à peu près tous les organes de leur corps. En fait, les effets délétères de l'alcool peuvent avoir un impact néfaste sur tous les systèmes de l'organisme : les organes internes (foie, pancréas, oesophage, estomac et intestin), la circulation sanguine (artères, coeur et système cérébrovasculaire, le système nerveux, la santé mentale et même sur le foetus. Les intoxications à l'alcool engendrent aussi des problèmes sociaux pouvant avoir de graves incidences médicales.
  • LES EFFETS DE LA CONSOMMATION ABUSIVE D’ALCOOL L’alcool constitue aussi un risque d’attraper ou de donner un ITSS, de se livrer à la violence verbale et physique et même de mourir d’une intoxication grave ( plus de 300mg d’alcool dans le sang). C’est ce qui arrive souvent lors de calage. Quand l’abus d’alcool devient chronique, la santé mentale et physique en est sérieusement affectée. Malnutrition, cirrhose du foie, hypertension artérielle, perte de mémoire, cancer de la bouche ou de la gorge, intoxication du fœtus pendant la grossesse, problèmes conjugaux et familiaux, état dépressif, relations désastreuses avec les autres, comportement antisocial … et plusieurs autres conséquences.
  •  
  • EXEMPLES DE CONSOMMATION
    • Les cidres (de 1% à 7%)
    • Les bières légères ( Bud Light, Molson M, Coors Light)
    • Les bières plus fortes (Budweiser, Molson Export et Dry, Labatt)
    • Les vins (de 8% à 20%, en général autour de 12 %) rouges, blancs, rosés ou pétillants.
    • Les spiritueux (à partir de 15 %) Cognac, Amaretto, Rhum, Tequila, Vodka , Sambuca, Whisky, etc.
  • LE TAUX D’ALCOOLÉMIE Conduire avec un certain taux d’alcool dans le sang est maintenant considéré comme un acte criminel. Au Québec, la loi qui interdit strictement la conduite avec facultés affaiblies fixe l’alcoolémie tolérée au volant à 80 mg d’alcool par 100 mL de sang (0,08) et à 0 mg dans le cas d’un permis probatoire. Après deux consommations en une heure, le taux de 0,08 est souvent atteint. Une consommation est l ’équivalent d’un verre de bière (340 mL, ou 12 oz), de vin (125 mL, ou 4,5 oz) ou de spiritueux (40 mL, ou 1,5 oz).
  • LES DROGUES ILLÉGALES : DE PLUS EN PLUS DURES Une drogue, c’est une substance qui agit sur le psychisme d’une personne en modifiant son fonctionnement mental, donc ses perceptions, son humeur, sa conscience et son comportement. Certaines drogues sont permises par la loi tel que l’alcool, le tabac, les antidépresseurs et les stabilisateurs de l’humeur. Certaines drogues sont toutefois interdites selon la loi tel que la cocaïne, l’héroïne, l’ecstasy, le cristal meth et le cannabis (sauf sur ordonnance). Le taux de consommation de cannabis est plus élevé chez les 15 à 24 ans que chez les 25 et plus, soit (32,2% contre 7,3%).
  • QUAND LA CONSOMMATION DEVIENT UN PROBLÈME Les motivations qui mènent les jeunes à consommer sont nombreuses : chercher le plaisir, faire comme tout le monde, épater ses amis, tenter de nouvelles expériences, tromper son ennui, se défouler, combattre sa timidité, etc. Le premier problème lié à la consommation de drogues, c’est de ne pas connaître leur contenu et le deuxième, c’est que cette dépendance peut causer de graves ennuis à la personne. La victime peut subir des torts physiques, mentaux, sociaux, émotionnels, juridiques ou économiques.
  • QUAND LA CONSOMMATION DEVIENT UN PROBLÈME
    • L’abus de drogues peut :
    • Accroître le risque de troubles médicaux tels que la maladie, une hygiène de vie en déroute ( mauvaise alimentation, mauvais sommeil, repos insuffisant, etc.), des blessures, une perte d’intégrité physique ou même la mort par overdose ;
    • Causer des problèmes personnels tels qu’une perte de motivation et de concentration par rapport aux études, problèmes au travail ou à la maison, une tendance à s’isoler;
    • Entraîner des problèmes avec les proches ;
    • Coûter cher à la société, en accroissant les besoins en services de santé.
  • LA CYBERDÉPENDANCE
    • La cyberdépendance se définit par qu’on est cyberdépendant quand on ne peut plus se passer d’Internet et qu’on est en manque lorsqu’on est pas en ligne. il est pris dans un engrenage qui l'amène progressivement à fuir la réalité.
    • On estime entre 6 et 15% la proportion des jeunes internautes de 25 ans et moins qui seraient devenus cyberdépendants. Cette dépendance comme les autres précédentes sont nuisibles pour la santé.
    • Les cyberdépendants en viennent à négliger :
    • Leur alimentation, leur hygiène personnelle, leur sommeil, leurs études, leurs amis et les proches.
  • LA CYBERDÉPENDANCE Le problème de cyberdépendance ne se mesure pas au temps qu’on passe devant l’écran d’ordinateur, car on peut être en ligne plusieurs heures et décrocher sans difficulté une fois qu’on a terminé, ce n’est pas être cyberdépendant. Le problème se situe au niveau du cerveau et il met en scène la dopamine. Chez certaines personnes, Internet et les jeux en ligne stimulent la production de ce neurotransmetteur. Elles ne sont pas capable de décrocher et c’est ce qui mène à la cyberdépendance.
  • LA CYBERDÉPENDANCE La dépendance affective et la compulsion dans le sexe semblent être les deux principaux moteurs qui nourrissent la cyberdépendance . Comment décrocher : La solution n’est pas facile aujourd’hui, car on a besoin de ces outils pour étudier ou travailler. Il faut donc que le cyberdépendant réduise sa dépendance au monde virtuel en le côtoyant chaque jour. Il faut donc qu’il réduise son temps passé sur Internet. Pour y arriver, le cyberdépendant doit demander de l’aide de ses proches, d’un ami, mais La meilleure solution pour le cyberdépendant est de consulter un professionnel comme un psychologue ou un médecin qui l'aidera à comprendre son problème, à en identifier les causes et qui pourra l'orienter vers les ressources disponibles pour vaincre sa dépendance.
  • Fin !!!