• Save

Loading…

Flash Player 9 (or above) is needed to view presentations.
We have detected that you do not have it on your computer. To install it, go here.

Like this document? Why not share!

Strategie grains French version

on

  • 876 views

May issue of our monthly report

May issue of our monthly report

Statistics

Views

Total Views
876
Views on SlideShare
849
Embed Views
27

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 27

https://www.linkedin.com 17
http://www.linkedin.com 10

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Strategie grains French version Strategie grains French version Document Transcript

  • ® dix-neuvième année - n° 221 / 12 mai 2011 - version françaisestratégiegrains SynthèSe menSuelle 3 Production euroPéenne de blé, orge et maïS 6 Campagne 2011/12 6 Campagne 2010/11 13 conSommation de céréaleS Par leS animaux 14 Production d’aliments composés dans l’UE 27 14 Répartition des matières premières dans les aliments industriels en 2011/12 15 Répartition des matières premières dans les aliments industriels en 2010/11 16 bilanS euroPéenS de blé 19 Offre et demande intérieure 20 Comparaison des prix selon les origines au blé tendre 2010/11 2011/12 6/05/2011 23 juillet-juin au au Échanges intraeuropéens 26 13/04/11 11/05/11 Marché mondial 27 stock départ 13,4 8,6 8,7 Analyse des stocks de report et conclusion 32 production 126,4 135,2 131,5 importations 2,3 3,9 3,8 bilanS euroPéenS d’orge 34 utilisations intérieures 114,3 118,5 117,1 Offre et demande intérieure 34 exportations 19,1 19,0 16,8 Échanges intraeuropéens 39 stock report libre 8,7 10,2 10,1 Marché mondial 39 intervention Analyse des stocks de report et conclusion 43 stock report total 8,7 10,2 10,1 excédent /stock-outil -1,9 -0,7 -0,7 bilanS euroPéenS de maïS 46 Offre et demande intérieure 49 Échanges intraeuropéens 51 Marché mondial 52 Analyse des stocks de report et conclusion 54 maïs 2010/11 2011/12 octobre-sept. au au orge 2010/11 2011/12 13/04/11 11/05/11 juillet-juin au au stock départ 6,0 6,1 6,0 13/04/11 11/05/11 dont ancienne camp. 4,0 3,8 3,6 stock départ 15,6 8,3 8,2 production 54,9 59,5 59,1 production 52,9 54,5 54,2 importations 6,8 4,6 4,8 importations 0,0 0,2 0,2 utilisations intérieures 61,1 64,5 63,7 utilisations intérieures 55,3 53,9 53,9 exportations 1,0 1,0 1,0 exportations 5,0 3,4 3,0 stock report libre 3,6 2,4 2,8 stock report libre 7,7 5,2 5,5 stock intervention strategie-grains.com intervention 0,5 0,5 0,2 collecte avant 1/10 2,3 2,3 2,3 stock report total 8,2 5,7 5,7 stock report total 6,0 4,7 5,1 excédent /stock-outil 2,5 0,1 0,5 excédent /stock-outil 1,6 0,0 0,6 Prochaine parution de Stratégie grains prévue le jeudi 16 juin 2011 © 2011 Tallage SAS. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ou transmise par quelque moyen que ce soit, électronique ou mécanique, y compris par photocopie, archivage ou tout autre procédé de stockage, de traitement et de récupération d’informations, sans le consentement écrit préalable de l’éditeur.
  • graPhiqueS et tableaux 2graPhiqueSgraphique 1.1 : précipitations accumulées en Espagne (en mm) en avril 9graphique 2.1 : prix des tourteaux de soja 15graphique 2.2 : ratio de prix soja/blé en France 15graphique 3.1 : évolution des cotations des blés allemands, anglais et français 23graphique 3.2 : prix mondial du blé en données mensuelles (Fob principales origines en US $/t) 27graphique 3.3 : marché à terme de Chicago 29graphique 3.4 : évolution des stocks mondiaux de blé (dur inclus) 30graphique 4.1 : prix mondial de l’orge et du maïs (Fob principales origines en US $/t) 41graphique 4.2 : prix des orges brassicoles d’hiver en France et primes par rapport aux orges fourragères 45graphique 4.3 : prix des orges brassicoles de printemps en France et primes par rapport aux orges fourragères 45graphique 5.1 : prix du maïs américain Fob Gulf 52graphique 5.2 : prix du maïs français ( €/t) 55tableauxtableau 1.1 : surfaces, rendements, productions de blé, orge, et maïs 7tableau 1.2 : production de céréales dans l’Union européenne 2008/09-2011/12 – UE 27 8tableau 1.3 : évolution des surfaces de grandes cultures – UE 27 8tableau 1.4 : estimations de surfaces des grandes cultures en France selon le SSP et FranceAgriMer 10tableau 1.5 : estimation du pourcentage de blé meunier dans la production de chaque pays de l’UE (campagnes 2008/09 à 2010/11) 13tableau 2.1 : évolution de la production d’aliments composés industriels par pays de l’UE 14tableau 2.2 : prix rendu usine des principales matières premières (Bretagne €/t, prix complets) 15tableau 2.3 : prix rendu usine en Catalogne (€/t) 16tableau 2.4 : tonnage des principales matières premières consommées dans l’alimentation animale (UE 27) industrielle et à la ferme 17tableau 2.5 : consommation de blé, orge et maïs dans l’alimentation animale industrielle et à la ferme (Mt) 17tableau 3.1 : répartition des importations de l’UE 27 par origine 20tableau 3.2 : bilans européens de blé UE 27 par pays en juillet-juin 2011/12 (kt) 21tableau 3.3 : bilans européens de blé UE 27 par pays en juillet-juin 2010/11 (kt) 22tableau 3.4 : prix des blés dans plusieurs pays de l’UE au 6/05/2011 24tableau 3.5 : écarts entre les prix de blé français et anglais au 6/05/2011, en Italie et en Espagne 24tableau 3.6 : échanges de blé intra-UE 27 2011/12 (kt) 25tableau 3.7 : échanges de blé intra-UE 27 2010/11 (kt) 25tableau 3.8 : prix Fob de quelques origines mondiales au 6/05/2011 27tableau 3.9 : bilan mondial du blé (tendre et dur) 28tableau 3.10 : estimation des bilans russe, ukrainien et kazakh 28tableau 3.12 : bilan de blé (tendre et dur) des principaux exportateurs mondiaux (Mt) 29tableau 3.11 : besoins d’importation mondiaux en blé tendre (produits exclus) et exportations – Mt - juillet-juin 31tableau 3.13 : exportations de blé (grains) de l’UE 27 vers les pays tiers par grandes destinations 32tableau 3.14 : comparaison entre les prix de marché du blé et le prix d’intervention (6/05/2011) 33tableau 4.1 : estimation de la production d’orge apte à la brasserie (2011/12 et 2010/11) 35tableau 4.2 : bilans d’orge par pays en juillet-juin 2011/12 (kt) 36tableau 4.3 : bilans d’orge par pays en juillet-juin 2010/11 (kt) 37tableau 4.4 : revente des stocks d’intervention en 2010/11 (kt) 38tableau 4.5 : échanges d’orge intraeuropéens 2011/12 (kt) 40tableau 4.6 : échanges d’orge intraeuropéens 2010/11 (kt) 40tableau 4.7 : bilans des principaux exportateurs mondiaux 41tableau 4.8 : bilan mondial d’orge 41tableau 4.9 : évolution comparée des principales disponibilités exportables et des besoins d’importation d’orge 41tableau 4.10 : exportations d’orge de l’UE 27 vers pays tiers par grandes destinations 42tableau 4.11 : situation des stocks d’orge de l’UE 27 à l’intervention au 06/05/2011 43tableau 4.12 : prix d’orge dans l’UE au 06/05/2011 43tableau 4.13 : comparaison de la situation brassicole 2011/12 avec celle des campagnes 2006/07 à 2010/11 44tableau 5.1 : bilans UE 27 de maïs par pays 2011/12 (kt, base octobre-septembre) 47 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • SynthèSe menSuelle 3tableau 5.2 : bilans UE 27 de maïs par pays 2010/11 (kt, base octobre-septembre) 48tableau 5.3 : répartition des importations de l’UE 27 par origine 49tableau 5.4 : échanges de maïs intra-UE 27, octobre-septembre 2011/12 (kt) 50tableau 5.5 : échanges de maïs intra-UE 27, octobre-septembre 2010/11 (kt) 50tableau 5.6 : écart de prix entre maïs et blé en France 51tableau 5.7 : bilan de maïs américain et mondial (Mt) 52tableau 5.8 : bilan de maïs argentin et brésilien (Mt) 53tableau 5.9 : bilan de maïs ukrainien et russe (Mt) 53tableau 5.10 : bilan de maïs chinois et sud-africain (Mt) 53tableau 5.11 : évolution comparée des principales disponibilités exportables et des besoins d’importation du maïs 53tableau 5.12 : prix du maïs dans l’UE au 6/05/2011 54tableau 5.13 : bilans de maïs français et espagnol, campagnes 2009/10, 2010/11 et 2011/12 juillet-juin 55tableau 5.14 : situation des stocks d’intervention de maïs de l’UE 27 au 6/05/2011 (kt) 55 SynthèSe menSuelleProductionRévision en baisse de la production de céréales européennesCampagne 2011/12 diminuer l’estimation de la production de blé Enfin, la production de blé dur est mainte-Depuis le mois dernier, les précipitations ont de 0,3 Mt. nant attendue à 8,3 Mt (-0,1 Mt depuis leété rares dans la plupart des pays d’Europe et En orge, la production européenne est éga- mois dernier contre 9,1 Mt en 2010/11).le potentiel des céréales à paille a d’ores et déjà lement révisée en baisse (-0,3 Mt, à 54,2 Mtété impacté dans plusieurs pays. contre 52,9 Mt en 2010/11). A l’échelle Campagne 2010/11Ainsi, la production totale de céréales de européenne, cette baisse est peu importante, La production totale de céréales en UE27l’UE27 est revue en baisse de 5,1 Mt à 284,7 puisqu’une nette diminution des produc- est revue en hausse ce mois-ci (+ 0,4 Mt, àMt (274 Mt en 2010/11). tions en Europe de l’ouest (- 0,9 Mt) est en 274 Mt contre 291,8 Mt en 2009/10). CelaLa production européenne de blé tendre en- partie compensée par une amélioration du s’explique par une révision de la productionregistre la plus forte diminution avec 3,6 Mt potentiel de la production espagnole grâce européenne de blé tendre (+ 0,4 Mt, à 126,4de moins que le mois dernier, à 131,5 Mt. Ce aux pluies d’avril (+ 0,4 Mt) et par une forte Mt contre 129,1 Mt en 2009/10), justifiéechiffre reste toutefois supérieur à la produc- augmentation de la production d’orge de par des révisions en Lettonie, Belgique ettion de l’année précédente (126,4 Mt). Les printemps dans les Etats baltes (+ 0,3 Mt). Roumanie.pays d’Europe de l’ouest sont les plus touchés La production européenne de maïs grains La production d’orge est inchangée de-par la dégradation du potentiel de rendement perd 0,4 Mt ce mois-ci, à 59,1 Mt (contre puis le mois dernier à 52,9 Mt (61,8 Mt en(- 3 Mt), ceux d’Europe centrale affichent 54,9 Mt en 2010/11) suite à des ajustements 2009/10).des pertes nettement plus modérées (- 0,3 de surfaces. La production française perd La production de maïs grains en UE27 estMt). En Lituanie, les dégâts hivernaux ont pu ainsi 0,6 Mt tandis qu’en Europe centrale et maintenant estimée à 54,9 Mt (+ 0,08 Mtêtre estimés et la réallocation de parcelles vers du sud-est, la production est révisée en légère depuis le mois dernier, contre 57,4 Mt endes cultures de printemps nous a conduits à hausse (+ 0,2 Mt). 2009/10).conSommation de céréaleS Par leS animauxNouvelle révision en hausse de la production d’aliments UE mais modération dela consommation attendue en céréalesCampagne 2010/11 toutefois nettement inférieure à celle de de 2010/11. En revanche, la consommationLa production d’aliments composés est revue 2009/10 (-5,4 Mt). de céréales est revue en baisse en raison d’uneen hausse de 0,4 Mt (à 137,9 Mt) suite à la Campagne 2011/12 réduction apportée aux estimations de ré-prise en compte des statistiques allemandes. La production d’aliments composés remonte coltes et donc aux disponibilités européennesLa consommation de céréales est revue en suite à la correction apportée à la prévision de pour l’alimentation à la ferme. La révision à lahausse également de 1 Mt environ mais reste 2010/11. Elle devrait rester proche de celle baisse concerne le blé et le maïs. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • SynthèSe menSuelle 4bilan euroPéen de bléLes stocks 2011/12 ne devraient pas remonter fortement – Situation plutôthaussière mais restant tributaire du comportement à l’export de la Russie et del’UkraineCampagne 2010/11 dégâts hivernaux en Lituanie et en Pologne. mondiale reste prévue à un niveau élevé (690La récolte de blé tendre 2010 est corrigée à la En conséquence, la consommation animale Mt), en raison notamment d’une progres-hausse de 0,4 Mt mais les importations sont à la ferme a été corrigée en baisse (-1,3 Mt) ; sion de la consommation de blé fourragerrevues en baisse de 0,3 Mt. La consomma- néanmoins, la consommation animale reste aux dépens du maïs. Les stocks mondiaux àtion intérieure est revue en hausse de 0,4 Mt attendue à un niveau supérieur à celui de la fin 2011/12 devraient donc diminuer légè-(hausse dans le secteur animal mais correc- 2010/11 (aux dépens des autres céréales). La rement. Les échanges mondiaux sont atten-tion en baisse en meunerie) mais les expor- consommation humaine et industrielle est dus en hausse par rapport à ceux de 2010/11tations vers pays tiers sont réduites de 0,3 prévue en hausse également (secteur du bioé- en raison d’une chute de la production auMt à 19,1 Mt. Au total, notre estimation des thanol principalement) et cette prévision n’a Proche-Orient et d’une demande animale enstocks européens à la fin juin 2011 ne change pas subi de grosses modifications depuis le hausse en Asie. Dans ce contexte, nous conti-pas fortement par rapport à celle du mois mois dernier. nuons de prévoir que le monde aura besoindernier, (entre 8,5 et 9 Mt). Ce niveau de Les échanges intra-européens devraient de la totalité des disponibilités européennesstock est inférieur de presque 2 Mt au stock- s’accroître en 2011/12 en raison de la hausse malgré la remontée de 14 Mt des disponibi-outil (stock minimum nécessaire pour termi- de la consommation intérieure (aux Pays- lités du groupe Russie-Ukraine-Kazakhstan.ner la campagne de manière harmonieuse). Bas notamment). On attend cependant une Or, les disponibilités européennes ont étéLa situation continue d’apparaître spéciale- chute des importations de l’Allemagne et de revues en baisse depuis le mois dernier si bienment tendue en France, au Royaume-Uni, la France (si la qualité retrouve un niveau ha- que nous avons revu en baisse la prévision desen Europe centrale (Hongrie et Pologne) et bituel en Allemagne). Les blés anglais restent exportations de l’UE à 17 Mt à peine. Suren Europe du sud-est (Roumanie/Bulgarie). nettement plus attractifs que les blés français la base de ce niveau d’exportations, le bilanElle s’est tendue en Allemagne. sur le sud de l’UE d’une part ; d’autre part, les européen ne sera pas lourd et les stocks res-Après l’orientation à la baisse des prix dans blés du sud est de l’UE apparaissent d’ores et teront faibles en fin de campagne 2011/12.l’ouest de l’UE au début mai, la faiblesse des déjà compétitifs par rapport aux blés anglais De manière générale, cette situation appa-stocks devrait empêcher les prix de l’ancienne (et nettement moins chers que les blés fran- raît comme un facteur de soutien pour lesrécolte de baisser encore fortement même si çais) sur le sud de l’UE. prix des blés européens, qui sont nettementla probabilité du retour précoce de la Russie À l’échelle mondiale, les stocks de départ moins chers que les blés US. Le fait que leet de l’Ukraine sur le marché mondial dès seront inférieurs de plus de 20 Mt à ceux bilan mondial du blé s’annonce assez fragilel’été s’accroît. de la campagne passée. La production est avec des stocks relativement faibles, constitue attendue en hausse de 28 Mt mais elle vient un autre facteur de soutien. Néanmoins, lesCampagne 2011/12 d’être réduite par rapport au mois dernier à prix européens peuvent encore être influen-Notre prévision de la production a été revue cause de la sécheresse dans l’UE, des retards cés momentanément à la baisse si la Russie eten nette baisse (-3,6 Mt à 131,5 Mt) en raison de semis dans le Nord des USA et, dans une l’Ukraine reprennent leurs exportations cetde la sécheresse dans l’ouest de l’UE et des moindre mesure, en Mer Noire. La demande été.bilan euroPéen d’orgeSituation plutôt lourde en fin de campagne 2010/11 mais net assainissement en2011/12 malgré des exportations attendues en baisseCampagne 2010/11 fin juin 2011). Campagne 2011/12Peu de changement en ce qui concerne la Les échanges intraeuropéens remontent à 10 La récolte européenne 2011 est maintenantproduction, les importations et les exporta- Mt suite à la prise en compte des dernières prévue à 54,2 Mt, ce qui représente unetions. La consommation humaine et indus- statistiques douanières. hausse de 1 Mt par rapport à l’an dernier.trielle a été revue en baisse ce mois-ci, alors Le bilan 2010/11 met en évidence un excé- Notre prévision a été revue en baisse de 0,3que la demande animale a augmenté. Mt par rapport au mois dernier en raison du dent résiduel de 2,5 Mt (par rapport auLes reventes de stocks d’intervention attei- temps sec qui a impacté les rendements. Lagnaient au 6 mai, 2,5 Mt dans le cadre des stock-outil nécessaire pour terminer la cam- production potentiellement apte à la brasse-adjudications classiques (sur un total relâché pagne dans de bonnes conditions), principa- rie devrait atteindre 11 Mt (contre 10 Mt enprévu au 30 juin 2011 de 2,7 Mt) et 1,6 Mt lement localisé en Allemagne, en France et en 2010/11).dans le cadre du programme d’aides aux plus Pologne. Ce surplus devrait peser sur les prix La consommation humaine et industrielledémunis (sur un total prévu à 2,2 Mt pour la ancienne campagne. est attendue en légère progression, à 11,4 Straté g i e g r a i n S 2 2 1 - 1 2 m a i 2 0 1 1
  • SynthèSe menSuelle 5Mt, suite notamment à l’augmentation des 5 Mt, la situation mondiale apparaît tendue prix européens. D’un autre côté, le potentielutilisations brassicoles et dans une moindre en 2011/12. Les volumes échangés sur le de baisse des prix n’apparaît pas importantmesure des utilisations d’orge pour la pro- marché mondial sont attendus à un niveau non plus en raison de la tension (ou au moinsduction de bioéthanol. proche celui de 2010/11, à 14,6 Mt. Nous de l’équilibre précaire) qui se dessine à la foisLa consommation animale devrait diminuer publions aujourd’hui une première estima- pour les bilans de blé et de maïs européens.de 1,7 Mt à 39,1 Mt, en raison d’une dégrada- tion des exportations de l’UE vers pays tiers En brasserie, la production potentiellementtion de la compétitivité de l’orge dans les ali- (par pays de destination), à 3 Mt (contre 5 brassicole reste attendue en hausse de 1 Mtments composés (au profit du blé et du maïs). Mt en 2010/11). Ce chiffre est proche de par rapport à l’an dernier. Toutefois, le pro-Les échanges intraeuropéens sont attendus la totalité des disponibilités exportables de longement du temps sec pourraient affecteren forte baisse par rapport à 2010/11, en l’UE (estimées à 3,5 Mt). davantage les rendements et la qualité. Laraison de l’augmentation des disponibilités Le bilan européen 2011/12 apparaît mainte- situation brassicole 2011/12 s’annonce pluslocales en Espagne et d’une réduction de la nant quasiment équilibré, sauf à l’est de l’UE. tendue qu’en 2010/11. Les primes brassi-demande animale prévue aux Benelux. Cette situation est plutôt neutre pour les prix coles ont fortement augmenté par rapportLa récolte mondiale pourrait augmenter de de l’orge nouvelle campagne. La réduction de au mois dernier, reflétant les inquiétudes liées11 Mt, ce qui devrait seulement compenser la demande mondiale adressée à l’UE (suite au manque d’eau de ces dernières semaines.la baisse des stocks de début de campagne à l’accroissement des disponibilités ukrai- Elle atteignent maintenant des niveaux élevés2011/12. Par conséquent, en tablant sur niennes) devrait constituer un des facteurs et ont peu de potentiel de baisse tant que lesune consommation mondiale en hausse de les plus importants pour limiter la hausse des pluies ne seront pas de retour.bilan euroPéen de maïSLe bilan 2010/11 reste lourd et celui de 2011/12 proche de l’équilibre (légersurplus), avec la tension mondiale comme élément de soutienCampagne 2010/11 d’intervention d’orge continuent à être relâ- de maïs aux USA sont très en retard, ce quiLes importations de maïs sont revues en chés régulièrement  ce qui peut peser sur le pourrait entraîner une révision en baisse debaisse de 0,3 Mt à 6,75 Mt ce mois-ci. En cours du maïs européen. la surface si le temps n’est pas idéal durant leseffet, la compétitivité des maïs pays tiers reste prochaines semaines. Les stocks mondiauxfaible sur les derniers mois de la campagne : Campagne 2011/12 prévus en fin de campagne représenteraientseuls les maïs ukrainiens sont attractifs, et Malgré une révision à la baisse de la récolte seulement 13% des utilisations, ce qui restedans le sud de l’UE uniquement. De plus, française par rapport au mois dernier, nous relativement bas. Même si un rationnementle risque de présence d’une variété OGM prévoyons toujours une forte hausse de la de la demande animale a commencé (au pro-encore non autorisée à l’importation dans production de maïs dans l’UE 27 en 2011 fit des blés fourragers), il ne permet pas pourles chargements brésiliens devrait fortement (+4,2 Mt) à 59,1 Mt. Les importations de l’instant de rééquilibrer le bilan mondial.limiter les importations jusqu’en août pro- maïs des pays tiers devraient diminuer de Ainsi, le prix du maïs nouvelle campagne n’achain. 2 Mt (à 4,8 Mt) en raison d’une moindre pas de potentiel de baisse tant que la récolteLa consommation de maïs pour la produc- compétitivité des maïs sud-américains par ne sera pas assurée. En revanche, il disposetion de bioéthanol vient d’être revue en rapport à la campagne précédente selon les encore d’un potentiel de hausse afin que lapetite hausse (+0,15 Mt). La consommation cotations actuellement disponibles pour demande diminue, surtout si les surfaces USanimale recule en revanche de 0,3 Mt. Ainsi, novembre 2011. La demande intérieure est n’atteignent pas le niveau attendu.le stock européen de maïs au 30 septembre prévue en hausse de 2,7 Mt : la consomma- Actuellement, les maïs européens nouvelle2011 est revu en légère baisse mais le bilan tion animale devrait progresser de 2,4 Mt, campagne sont moins chers que ceux de l’an-européen montre toujours un excédent po- principalement en raison d’une augmen- cienne. Or le bilan UE montre une situationtentiel (de 1,6 Mt). tation de la consommation à la ferme, et la beaucoup moins lourde en 2011/12 qu’enLa situation du maïs ancienne campagne demande humaine et industrielle de 0,3 Mt. 2010/11 : cet écart de prix devrait donc di-dans l’UE demeure donc plutôt baissière. Ainsi, les stocks européens de maïs devraient minuer, soit par une baisse du prix ancienneCependant, au niveau mondial, la situation diminuer de 1 Mt en 2011/12 à 5,1 Mt, un campagne, soit par une hausse du prix nou-reste très fragile en ancienne comme en nou- niveau légèrement supérieur (de 0,6 Mt) au velle campagne, qui pourrait être renfor-velle campagne (le maïs mondial doit perdre stock minimum nécessaire pour une fin de cée par la fragilité de la situation mondiale.de la demande animale au profit des autres campagne sans tension. Cependant si les intentions de semis de maïscéréales). Si les prix mondiaux remontent par Les stocks mondiaux de maïs devraient prévus aux USA sont bien atteintes à la mi-rapport aux niveaux actuels, les maïs impor- remonter de presque 6 Mt à 115 Mt en juin, et que le développement des cultures esttés seront moins compétitifs  ; cela permet- 2011/12. Cette remontée des stocks est ce- correct en Ukraine et Russie, le bilan mon-trait un assainissement partiel du bilan euro- pendant fragile, car elle dépend d’une forte dial se détendra ce qui pourrait entraîner unepéen sans que le prix du maïs n’ait à baisser augmentation de la production (+44 Mt baisse des prix 2011.fortement dans l’UE. Cependant, les stocks à 850 Mt). Or, à l’heure actuelle, les semis Straté g i e g r a i n S 2 2 1 - 1 2 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 6 Production euroPéenne de blé, orge et maïSCampagne 2011/12 grâce aux pluies d’avril (+ 0,4 Mt) et par une forteDepuis le mois dernier, les précipitations ont été rares augmentation de la production d’orge de printempsdans la plupart des pays d’Europe et le potentiel des dans les Etats baltes (+ 0,3 Mt).céréales à paille a d’ores et déjà été impacté dans La production européenne de maïs grains perd 0,4 Mt ceplusieurs pays. mois-ci, à 59,1 Mt (contre 54,9 Mt en 2010/11) suite à desAinsi, la production totale de céréales de l’UE27 est ajustements de surfaces. La production française perdrevue en baisse de 5,1 Mt à 284,7 Mt (274 Mt en 2010/11). ainsi 0,6 Mt tandis qu’en Europe centrale et du sud-est,La production européenne de blé tendre enregistre la la production est révisée en légère hausse (+ 0,2 Mt).plus forte diminution avec 3,6 Mt de moins que le mois Enfin, la production de blé dur est maintenant attenduedernier, à 131,5 Mt. Ce chiffre reste toutefois supérieur à 8,3 Mt (-0,1 Mt depuis le mois dernier contre 9,1 Mt enà la production de l’année précédente (126,4 Mt). Les 2010/11).pays d’Europe de l’ouest sont les plus touchés par ladégradation du potentiel de rendement (- 3 Mt), ceux Campagne 2010/11d’Europe centrale affichent des pertes nettement plus La production totale de céréales en UE27 est revuemodérées (- 0,3 Mt). En Lituanie, les dégâts hivernaux en hausse ce mois-ci (+ 0,4 Mt, à 274 Mt contre 291,8ont pu être estimés et la réallocation de parcelles vers Mt en 2009/10). Cela s’explique par une révision dedes cultures de printemps nous a conduits à diminuer la production européenne de blé tendre (+ 0,4 Mt, àl’estimation de la production de blé de 0,3 Mt. 126,4 Mt contre 129,1 Mt en 2009/10), justifiée par desEn orge, la production européenne est également révisée révisions en Lettonie, Belgique et Roumanie.en baisse (-0,3 Mt, à 54,2 Mt contre 52,9 Mt en 2010/11). La production d’orge est inchangée depuis le moisA l’échelle européenne, cette baisse est peu importante, dernier à 52,9 Mt (61,8 Mt en 2009/10).puisqu’une nette diminution des productions en Europe La production de maïs grains en UE27 est maintenantde l’ouest (- 0,9 Mt) est en partie compensée par une estimée à 54,9 Mt (+ 0,08 Mt depuis le mois dernier,amélioration du potentiel de la production espagnole contre 57,4 Mt en 2009/10).camPagne 2011/12La sécheresse persiste – des pluies sont indispensablesDans le dernier numéro de Stratégie grains (SG être significatif pour pouvoir réduire le stress au moins en partie – rattrapable si les conditions220), nous soulignions que le mois de mars avait hydrique auquel les plantes sont soumises. de fin de cycle s’avèrent optimales (à la fois humidesété sec dans presque toute l’Europe et que des pluies Les blés européens ont généralement atteint le et fraîches, mais sans excès de pluie). En revanche,étaient nécessaires pour maintenir le potentiel de stade de la montaison et évoluent rapidement vers le maintien de la sécheresse actuelle ou l’arrivée derendement des céréales à paille. Ces pluies ne se l’épiaison et la floraison, à la faveur de températures pluies très abondantes sur une longue période (telsont pas matérialisées en avril ou début mai. Les élevées. Pour la majorité de l’UE 27 (hors pourtour que ce fut le cas en 2007) se traduiraient tous deuxprécipitations sont en effet restées cantonnées au méditerranéen et Balkans), le déficit hydrique par une forte baisse du potentiel de rendement.pourtour méditerranéen et – dans une moindre persistant risque de se traduire par une biomasse Les conditions météorologiques des prochainesmesure – à la Bulgarie et la Roumanie. Le déficit à floraison inférieure à la normale. Ce handicap semaines sont donc à surveiller très attentivement.pluviométriqueaétésupérieurà50%delanormale devrait être particulièrement marqué en Europe Les semis d’orge de printemps sont pratiquementsaisonnière sur une grande partie de l’Union de l’ouest, où le développement des blés est plus terminés en Europe. Ils se poursuivent encoreEuropéenne. Quelques pluies sont attendues en précoceetoùl’impactdustresshydriqueestàcejour dans les régions les plus septentrionales de l’UE27Europe d’ici la mi-mai. Leur niveau devra toutefois plus prononcé. Le désavantage actuel est encore – (Finlande notamment). D’une manière générale, blé tendre (Mt) orge (Mt) maïs (Mt) UE 27 UE 27 UE 27 61,8 131,5 129,1 59,1 54,2 57,4 126,4 52,9 54,9 2009/2010 2010/2011 2011/2012 2009/2010 2010/2011 2011/2012 2009/2010 2010/2011 2011/2012 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 7 tableau 1.1 : surfaces, rendements, productions de blé, orge, et maïs blé maïs Surface (Mha) 08/09 Rend. (t/ha) Production (Mt) Surface (Mha) Rend. (t/ha) Production (Mt) 09/10 10/11 11/12 08/09 09/10 10/11 11/12 08/09 09/10 10/11 11/12 08/09 09/10 10/11 11/12 08/09 09/10 10/11 11/12 08/09 09/10 10/11 11/12 Allemagne 3,21 3,21 3,30 3,31 8,09 7,82 7,04 7,45 25,95 25,12 23,24 24,63 0,52 0,46 0,45 0,48 9,81 9,75 8,79 9,63 5,10 4,53 3,99 4,64 Belgique-Lux 0,24 0,23 0,23 0,24 8,16 8,87 8,56 8,40 1,95 2,00 2,00 2,02 0,07 0,07 0,06 0,07 11,89 12,07 11,95 12,32 0,86 0,81 0,75 0,82 Danemark 0,64 0,74 0,76 0,74 7,86 8,04 6,61 7,25 5,02 5,94 5,06 5,36 Espagne 1,53 1,23 1,44 1,48 3,66 2,75 3,27 3,32 5,59 3,40 4,69 4,92 0,36 0,35 0,32 0,35 8,92 8,89 9,38 9,07 3,24 3,07 3,01 3,17 France 5,06 4,73 4,92 5,04 7,29 7,66 7,24 7,14 36,90 36,23 35,64 36,01 1,76 1,74 1,55 1,52 9,13 8,90 8,75 9,08 16,04 15,50 13,57 13,80 Grèce 0,20 0,21 0,17 0,18 3,02 2,33 2,10 2,48 0,60 0,50 0,36 0,44 0,24 0,19 0,15 0,16 7,61 7,76 7,49 7,64 1,85 1,47 1,12 1,20 Irlande 0,10 0,08 0,07 0,09 9,06 8,12 8,75 8,95 0,95 0,67 0,64 0,78 Italie 0,70 0,61 0,62 0,62 5,38 5,05 5,34 5,29 3,74 3,10 3,32 3,27 1,09 1,00 0,90 0,97 9,52 8,61 9,00 9,06 10,36 8,62 8,11 8,82 Pays Bas 0,16 0,15 0,15 0,14 8,73 9,29 8,86 8,61 1,37 1,40 1,36 1,23 0,03 0,03 0,02 0,02 11,80 12,78 11,76 11,00 0,35 0,34 0,28 0,26 Portugal 0,09 0,05 0,04 0,04 2,30 1,68 1,44 1,74 0,20 0,09 0,06 0,06 0,11 0,10 0,09 0,10 6,39 6,55 7,01 6,83 0,70 0,63 0,63 0,67Royaume Uni 2,08 1,78 1,94 2,01 8,28 7,93 7,67 7,84 17,23 14,08 14,88 15,74 Autriche 0,27 0,28 0,28 0,28 5,80 5,07 5,12 5,20 1,58 1,43 1,41 1,47 0,22 0,20 0,20 0,21 11,32 10,83 9,72 10,80 2,45 2,17 1,96 2,30 Finlande 0,22 0,22 0,21 0,22 3,64 4,10 3,43 3,83 0,79 0,89 0,72 0,85 Suède 0,36 0,37 0,40 0,40 6,13 6,10 5,42 5,92 2,20 2,28 2,18 2,35 0,00 0,00 0,00 0,00 6,49 6,40 6,25 6,25 0,01 0,01 0,01 0,01 Pologne 2,28 2,35 2,41 2,42 4,07 4,11 3,77 3,92 9,27 9,64 9,08 9,49 0,32 0,27 0,30 0,33 5,81 6,23 5,76 6,14 1,84 1,71 1,73 2,02 Hongrie 1,09 1,12 0,98 0,96 4,95 3,84 3,71 4,38 5,40 4,28 3,62 4,19 1,19 1,18 1,06 1,28 7,46 6,40 6,57 6,82 8,90 7,54 6,98 8,74 Rép. Tchèque 0,76 0,79 0,80 0,83 5,80 5,26 5,00 5,23 4,44 4,17 3,98 4,32 0,11 0,11 0,10 0,12 7,55 8,45 6,70 7,70 0,86 0,89 0,69 0,89 Slovaquie 0,36 0,35 0,33 0,33 4,87 4,05 3,59 4,04 1,75 1,41 1,18 1,33 0,15 0,14 0,17 0,20 7,34 6,97 6,10 6,65 1,13 0,99 1,05 1,32 Estonie 0,11 0,11 0,12 0,13 3,18 3,01 2,71 3,01 0,34 0,34 0,32 0,39 Lettonie 0,26 0,29 0,30 0,30 4,26 3,63 3,21 3,76 1,09 1,04 0,97 1,14 Lituanie 0,40 0,48 0,52 0,47 4,88 4,54 3,31 3,91 1,97 2,18 1,71 1,84 0,01 0,01 0,01 0,01 4,21 4,33 6,66 5,00 0,03 0,02 0,05 0,04 Slovénie 0,04 0,03 0,03 0,03 4,53 3,96 4,37 4,34 0,16 0,14 0,15 0,13 0,04 0,04 0,04 0,04 7,32 7,84 8,50 8,32 0,32 0,30 0,31 0,30Chypre/Malte 0,01 0,01 0,01 0,01 1,77 3,12 2,91 2,57 0,01 0,02 0,02 0,02 Roumanie 1,95 2,02 1,91 1,94 3,60 2,60 3,12 2,99 7,02 5,25 5,97 5,79 2,25 2,30 2,29 2,50 3,28 3,23 3,82 3,38 7,38 7,44 8,75 8,45 Bulgarie 1,07 1,09 1,01 1,07 4,16 3,25 3,74 3,53 4,46 3,53 3,79 3,79 0,32 0,30 0,32 0,33 3,80 4,37 6,05 4,92 1,22 1,33 1,96 1,64 UE 25 20,15 19,44 20,04 20,25 6,38 6,19 5,82 6,02 128,49 120,36 116,61 121,97 6,23 5,88 5,43 5,85 8,67 8,27 8,14 8,37 54,04 48,59 44,22 49,00 UE 27 23,17 22,54 22,97 23,26 6,04 5,73 5,50 5,66 139,98 129,13 126,37 131,55 8,80 8,48 8,05 8,68 7,12 6,76 6,83 6,80 62,63 57,36 54,93 59,09 orge Surface (Mha) Rendement (t/ha) Production (Mt) 2010/11 2011/12 2010/11 2011/12 2010/11 2011/12 08/09 09/10 08/09 09/10 08/09 09/10 hiver print. total hiver print. total hiver print. total hiver print. total hiver print. total hiver print. total Allemagne 1,96 1,88 1,30 0,35 1,65 1,23 0,35 1,57 6,10 6,54 6,56 4,84 6,20 6,34 4,83 6,01 11,97 12,29 8,55 1,69 10,25 7,78 1,67 9,45 Belgique-Lux 0,06 0,06 0,05 0,01 0,05 0,04 0,01 0,05 7,51 8,01 8,26 5,50 7,95 7,87 5,85 7,64 0,48 0,51 0,38 0,03 0,42 0,35 0,03 0,38 Danemark 0,72 0,59 0,14 0,43 0,57 0,13 0,50 0,63 4,73 5,72 5,47 5,13 5,21 5,55 5,13 5,22 3,40 3,39 0,79 2,20 2,99 0,74 2,56 3,29 Espagne 3,49 3,05 0,45 2,42 2,87 0,49 2,57 3,05 3,19 2,33 2,78 2,88 2,87 2,89 3,02 3,00 11,11 7,11 1,25 6,98 8,23 1,41 7,77 9,17 France 1,80 1,88 1,16 0,42 1,58 1,09 0,44 1,54 6,76 6,84 6,51 6,07 6,39 6,48 6,23 6,41 12,17 12,88 7,56 2,54 10,10 7,10 2,77 9,87 Grèce 0,12 0,12 0,11 0,11 0,11 0,11 2,85 2,33 1,98 1,98 2,40 2,40 0,33 0,28 0,22 0,22 0,25 0,25 Irlande 0,18 0,19 0,03 0,14 0,16 0,03 0,13 0,16 7,16 6,28 8,59 6,69 7,01 8,36 6,87 7,15 1,30 1,17 0,23 0,92 1,15 0,25 0,89 1,14 Italie 0,32 0,31 0,28 0,28 0,29 0,29 3,80 3,42 3,59 3,59 3,70 3,70 1,23 1,05 0,99 0,99 1,06 1,06 Pays Bas 0,05 0,04 0,00 0,03 0,03 0,00 0,03 0,03 6,18 6,96 5,90 6,15 6,17 6,29 0,31 0,31 0,04 0,17 0,20 0,02 0,18 0,21 Portugal 0,04 0,04 0,04 0,04 0,03 0,03 2,32 1,70 1,83 1,83 2,05 2,05 0,10 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 Royaume Uni 1,03 1,14 0,38 0,54 0,92 0,36 0,54 0,91 5,95 5,83 6,37 5,22 5,70 6,38 5,45 5,82 6,14 6,67 2,43 2,81 5,24 2,30 2,97 5,27 Autriche 0,19 0,18 0,09 0,08 0,17 0,08 0,07 0,15 5,21 4,60 5,39 3,80 4,61 5,54 3,80 4,69 0,97 0,84 0,46 0,32 0,78 0,44 0,29 0,72 Finlande 0,59 0,56 0,42 0,42 0,48 0,48 3,64 3,87 3,21 3,21 3,65 3,65 2,13 2,17 1,34 1,34 1,75 1,75 Suède 0,40 0,36 0,02 0,29 0,31 0,01 0,33 0,34 4,23 4,69 4,69 3,98 4,03 5,47 4,28 4,33 1,67 1,68 0,08 1,14 1,23 0,08 1,41 1,49 Pologne 1,21 1,16 0,21 0,91 1,12 0,17 0,93 1,10 3,00 3,44 3,92 3,00 3,17 3,84 3,11 3,22 3,62 3,98 0,81 2,73 3,54 0,65 2,89 3,54 Hongrie 0,33 0,32 0,19 0,10 0,29 0,17 0,10 0,27 4,45 3,32 3,56 3,01 3,36 4,15 3,36 3,85 1,47 1,06 0,66 0,31 0,97 0,69 0,34 1,03 Rép. Tchèque 0,48 0,45 0,11 0,28 0,39 0,11 0,27 0,38 4,65 4,40 4,50 3,91 4,07 4,54 4,21 4,30 2,24 2,00 0,50 1,09 1,58 0,50 1,15 1,65 Slovaquie 0,21 0,20 0,02 0,12 0,14 0,01 0,10 0,11 4,18 3,45 3,07 2,76 2,79 3,86 3,48 3,53 0,89 0,68 0,05 0,34 0,39 0,05 0,34 0,40 Estonie 0,14 0,14 0,00 0,10 0,10 0,00 0,12 0,12 2,56 2,68 2,41 2,41 2,60 2,60 0,35 0,38 0,00 0,25 0,25 0,00 0,30 0,30 Lettonie 0,13 0,10 0,01 0,09 0,10 0,01 0,11 0,12 2,34 2,54 1,99 2,02 2,02 2,09 2,45 2,43 0,31 0,27 0,03 0,18 0,21 0,02 0,27 0,29 Lituanie 0,33 0,28 0,01 0,22 0,23 0,00 0,36 0,36 2,95 3,09 2,50 2,36 2,37 2,79 2,80 0,98 0,86 0,04 0,51 0,55 0,01 1,00 1,01 Slovénie 0,02 0,02 0,02 0,00 0,02 0,02 0,00 0,02 3,99 3,52 3,79 4,11 3,78 4,13 0,08 0,07 0,07 0,01 0,08 0,06 0,01 0,08 Chypre/Malte 0,03 0,02 0,02 0,02 0,03 0,03 1,12 1,85 1,60 1,60 1,75 1,75 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 Roumanie 0,39 0,52 0,34 0,18 0,52 0,27 0,18 0,45 3,07 2,28 2,99 1,66 2,54 2,78 1,91 2,44 1,21 1,18 1,02 0,30 1,32 0,76 0,33 1,10 Bulgarie 0,23 0,25 0,22 0,01 0,23 0,18 0,02 0,20 3,96 3,23 3,41 2,68 3,38 3,20 2,56 3,14 0,91 0,82 0,74 0,02 0,77 0,59 0,05 0,64 UE 25 13,83 13,11 4,64 6,95 11,59 4,41 7,44 11,85 4,58 4,56 5,44 3,68 4,39 5,41 3,85 4,43 63,28 59,76 25,26 25,56 50,83 23,87 28,59 52,46 UE 27 14,45 13,88 5,20 7,13 12,34 4,87 7,63 12,50 4,53 4,45 5,20 3,63 4,29 5,18 3,80 4,34 65,40 61,76 27,03 25,89 52,91 25,22 28,98 54,20 Les dernières mises à jour de nos prévisions sont consultables sur www.strategie-grains.com, pour les abonnés au module «suivi des récoltes». S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 8 tableau 1.2 : production de céréales dans l’Union européenne 2008/09-2011/12 – UE 27 surfaces (Mha) évo / rendements évo / production (Mt) évo / céréales 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2010/11 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2010/11 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2010/11 blé tendre 23,2 22,5 23,0 23,3 1% 6,0 5,7 5,5 5,7 3% 139,9 129,1 126,4 131,5 4% orge 14,5 13,9 12,3 12,5 1% 4,5 4,5 4,3 4,3 1% 65,4 61,8 52,9 54,2 2% maïs 8,8 8,5 8,0 8,7 8% 7,1 6,8 6,8 6,8 -0% 62,6 57,4 54,9 59,1 8% blé dur 3,2 2,9 3,0 2,7 -10% 3,2 2,9 3,0 3,0 1% 10,1 8,5 9,1 8,3 -9% seigle 2,7 2,8 2,6 2,5 -2% 3,4 3,4 3,0 3,1 5% 9,3 9,6 7,8 8,0 3% autres céréales 7,5 7,4 7,1 7,2 1% 3,3 3,4 3,2 3,3 2% 25,0 25,5 22,9 23,6 3% total céréales 59,8 58,0 56,1 56,9 1% 5,2 5,0 4,9 5,0 2% 312,3 291,8 274,0 284,7 3,9%le temps sec et chaud a été favorable à une bonneprogression des travaux de semis. Les levées ont tableau 1.3 : évolution des surfaces de grandes cultures – UE 27dans l’ensemble été rapides. Les jeunes plantes ont campagnes commercialesmaintenant besoin d’eau. surfaces (kha) 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12Les semis de maïs ont également progressé à un T céréales otal 59 810 58 040 56 120 56 940rythme rapide en Europe. Ils sont ainsi achevés T oléagineux (dont oléagineux sur jachère) otal 10 670 11 260 11 630 11 620ou presque en France, en Allemagne, en Italie, T protéagineux otal 930 1 180 1 470 1 360en Autriche, en République tchèque et en Ensilage 5 160 5 300 5 650 5 790Hongrie. Ils se poursuivent en Pologne, ainsi qu’en Gel des terres UE27 (jachère indust. exclue) 5 810 6 300 7 060 6 160Roumanie et en Bulgarie, où le printemps frais et dont UE15 5 600 3 990 4 350 3 890relativement humide a ralenti les activités de semis. Betterave à sucre 1 520 1 590 1 590 1 660Dans les zones impactées par la sécheresse, les levées T surface cultivée + gel otal 83 900 83 670 83 520 83 530sont parfois hétérogènes. Il est toutefois trop tôt source : Stratégie grainspour revoir à la baisse  le potentiel de rendementde la culture ; en effet ce dernier dépendra surtout et la floraison, le handicap initial sera fortement Le rendement de l’orge d’hiver diminuedes conditions météorologiques au cours de la accentué et se traduira par des pertes importantes également, de 6,61 t/ha à 6,34 t/ha (6,56 t/ha enfloraison (en juillet) et durant la fin de cycle de et non rattrapables du rendement  : dans cette 2010/11). Le rendement de l’orge de printempsdéveloppement. hypothèse, le nombre de grains par épi sera en effet est pour sa part envisagé à 4,83 t/ha (4,93 t/ha impacté et cette composante ne permettra plus de précédemment et 4,84 t/ha en 2010/11). LaAllemAgne : le temps reste compenser un nombre d’épis /m2 et une biomasse production totale d’orge devrait maintenantsec à floraison déjà faibles. S’il est trop tôt pour atteindre 9,45 Mt (-370 kt par rapport à notre envisager de manière définitive une très forte baisse précédente estimation et -790 kt par rapport àPoint climatique et état des cultures du potentiel de rendement, il n’en reste pas moins 2010/11).Le mois d’avril a été très sec en Allemagne et les qu’un rendement élevé paraît à ce jour improbable. Le rendement du seigle est revu en baisse, deprécipitations sont restées extrêmement rares en Le temps sec et chaud a permis une progression 5,18 t/ha à 4,87 t/ha (4,6 t/ha en 2010/11). Laavril (-58 % par rapport à la normale 1961-1990). rapide des semis de maïs. Au 9 mai, ces derniers production est maintenant attendue à 2,89 MtLa sécheresse s’est accompagnée de températures étaient pratiquement terminés. (3,08 Mt précédemment et 2,85 Mt en 2010/11).très élevées, faisant d’avril 2011 le deuxième mois La production de triticale devrait maintenantd’avril le plus chaud depuis 1881  ! La situation Production atteindre 2,18 Mt (2,27 Mt précédemment et 2,2est particulièrement problématique dans le nord Nous n’avons pas modifié nos estimations de Mt l’an dernier).et l’est de l’Allemagne, qui ont été moins arrosés surface. La production d’avoine est envisagée à 0,78 Mtque le centre et le sud du pays. A l’heure où nous Au vu de la situation météorologique allemande, (0,81 Mt précédemment et 0,6 Mt en 2010/11).bouclons (9 mai), les prévisions météorologiques nous avons revu en baisse marquée nos estimations La production attendue de maïs reste stablesont peu encourageantes jusqu’au 15 mai  : les de rendement pour l’ensemble des céréales à paille. par rapport au mois dernier, à 4,64 Mt (3,99pluies devraient en effet rester rares, tandis que les Ces chiffres possèdent encore un important Mt en 2010/11). Le rendement de la culturetempératures devraient rester relativement élevées. potentiel de variation en fonction des conditions sera en effet surtout impacté par les conditionsLes blés et les orges allemands sont encore au météorologiques des prochaines semaines. Ils météorologiques qui auront lieu en fin de cycle (destade de la montaison. T outefois, le niveau élevé pourraient notamment être revus en forte baisse si la floraison à la moisson).des températures des dernières semaines s’est la sécheresse perdurait. La production totale de céréales en Allemagnetraduit par une accélération du cycle des plantes, Le rendement du blé tendre passe de 7,8 t/ est prévue à 44,75 Mt (43,37 Mt l’an dernier).qui affiche maintenant une avance de plus de ha à 7,45 t/ha. Ce chiffre reste supérieur au trèsdeux semaines par rapport à une année normale. mauvais rendement observé en 2010 (7,04 t/ Belgique/lux. : productionsL’épiaison est presque atteinte. Les dégâts liés à ha), où la sécheresse enregistrée en avril avait été revues en légère BAisseune montaison réalisée en conditions de stress suivie par des pluies diluviennes au moment de Commelerestedel’Europeoccidentale,laBelgiquehydrique et thermique sont rattrapables en partie la récolte, retardant cette dernière et entraînant est confrontée à une période de sécheresse depuissi les conditions de fin de cycle sont très bonnes d’importantes pertes sur pied. La production 2011 plusieurs semaines. Nous avons revu nos prévisions(temps frais et humide, mais sans excès). En perd presque 1,2 Mt et est maintenant attendue à de rendement en légère baisse. Nous envisageonsrevanche, si la sécheresse perdure jusqu’à l’épiaison 24,63 Mt (23,24 Mt l’an dernier). maintenant une production de blé tendre à 2,02 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 9Mt (2,06 Mt précédemment) et une production La production totale de céréales au Danemark (contre 1,93 t/ha en 2010/11). La productiond’orge à 382 kt (399 kt précédemment et 420 kt est maintenant envisagée à 9,34 Mt (8,72 Mt en atteindrait alors 1,07 Mt (1 Mt précédemment eten 2010/11). La production de maïs est attendue 2010/11). 0,91 Mt en 2010/11).à 818 kt (750 kt en 2010/11). L’orge est la culture la plus à même de valoriser lesLa production totale de céréales en Belgique et espAgne : pluies Bénéfiques pluiesd’avril,nousavonsainsirévisésonrendementau Luxembourg devrait maintenant atteindre 3,34 de 2,86 t/ha à 3 t/ha (2,87 t/ha en 2010/11).Mt (3,27 Mt l’an dernier). Point climatique et état des cultures La production d’orge est maintenant estimée à Le mois dernier, nous signalions que le cumul des 9,17 Mt (8,76 Mt précédemment et 8,23 Mt endAnemArk : pluies rAres précipitations hivernales avait été satisfaisant en 2010/11).Le mois de mars avait été sec au Danemark. Ce Espagne, bien que l’est du pays ait reçu moins d’eau Pas de changement dans notre estimation de lafut également le cas du mois d’avril, pour lequel les que les autres régions. production de maïs grains (3,17 Mt contre 3,01précipitations ont seulement représenté 39% de la En avril, mois décisif pour l’élaboration du Mt l’année dernière).normale saisonnière. Du fait d’un développement rendement, la pluviométrie moyenne a atteint 49,6 La production totale de céréales est désormais mm, ce qui est très proche de la moyenne des 10 attendue à 19,94 Mt (18,29 Mt en 2010/11).plus tardif que dans d’autres pays, la sécheresse dernières années. L’Aragon et la Catalogne ont àn’est pas encore trop défavorable aux cultures, nouveau reçu peu de précipitations tandis que les frAnce : lA sécheresse sed’autant plus que de nombreux agriculteurs ont principales régions de production (Andalousie, poursuitpris le parti d’irriguer les plantes pour limiter son Estrémadure, Castille León et Castille la Manche)impact. T outefois, des pluies sont nécessaires très Point climatique et état des cultures ont été correctement arrosées (cf graphique 1.1)rapidement pour éviter une forte dégradation ; le potentiel des cultures se maintient donc. Les Après un mois de mars très sec, la sécheresse s’estdu potentiel de rendement, aussi bien en céréales rendements possèdent encore un fort potentiel de poursuivie en avril. Les précipitations ont étéd’hiver qu’en céréales de printemps. Nous avons hausse si les précipitations restent abondantes dans très réduites sur l’ensemble du pays ; elles ont étérevu les rendements des céréales en légère baisse, les prochaines semaines. inférieures de plus de 75 % à la normale 1971-pour tenir compte d’une probable réduction de la Début mai, les blés étaient en fin de montaison 2000 sur une bonne moitié du pays. Le déficit abiomasse à floraison. Ce handicap peut toutefois voire en début de floraison dans le sud ; les orges été particulièrement prononcé en Normandie,encore être compensé en cas de bonnes conditions terminaient leur floraison. en Picardie, dans le Bassin parisien, une partiede développement d’ici à la récolte. du Centre, en Poitou-Charentes et dans lesLe rendement du blé tendre est revu en baisse,Production Pays de Loire. La rareté des précipitations et lesde 7,38 t/ha à 7,25 t/ha (6,61 t/ha en 2010/11). A ce stade de développement, l’impact des températures estivales ont d’ores et déjà entraînéLa surface progresse de 10 kha à 739 kha (contre précipitations sur le rendement du blé tendre des restrictions d’irrigation, notamment en Poitou-764 kha en 2010/11). La production diminue s’avère modéré, nous n’avons pas modifié notre Charentes et dans le Bassin parisien. Début mai,très légèrement (5,36 Mt contre 5,38 Mt estimation de production (4,92 Mt contre 4,69 quelques pluies ont été observées dans le nord duprécédemment et 5,06 Mt l’an dernier). Mt en 2010/11). pays. Elles ont cependant surtout pris la formeEn orge, les ajustements effectués sur la surface Le blé dur, d’autant plus en avance qu’il est d’averses locales, et n’ont pas été suffisantes pourcompensent la légère baisse du rendement, si bien principalement localisé dans le sud du pays, apporter un répit indispensable aux cultures.que la production attendue reste pratiquement a amélioré son potentiel de rendement grâce Le niveau de précipitations devrait rester faible aux pluies. Nous avons revu notre prévision de jusqu’au 12 mai, ce qui contribuera à accentuerstable, à 3,3 Mt (2,99 Mt en 2010/11), dont 2,56Mt d’orge de printemps (2,2 Mt l’an dernier). rendement en hausse, de 2,3 t/ha à 2,46 t/ha encore le stress auquel les plantes sont soumises. Au 6 mai, les blés français avaient pratiquement graphique 1.1 : précipitations accumulées en Espagne (en mm) en avril atteint le stade de l’épiaison, avec dix à quinze jours d’avance par rapport à la normale. Ceci implique un risque plus élevé de gel durant la phase très sensible de l’épiaison et de la floraison. Ce point est à surveiller, car une brusque baisse des températures entraînerait une perte de fertilité des épis. Par ailleurs, le fait que la montaison se soit déroulée entièrement dans des conditions sèches devrait se traduire par une plus forte régression des talles secondaires que la normale, ainsi que par un déficit azoté des plantes, l’azote épandu dans les champs n’ayant pas été dissous et pas mis à la disposition des plantes. La biomasse à floraison sera donc probablement inférieure à la normale. Un tel handicap n’est pas nécessairement rédhibitoire pour le rendement  ; en effet, des conditions climatiques clémentes (un temps doux et humide, mais sans pluies excessives) durant la fin de cycle des plantes pourraient permettre de compenser source : Agence Nationale de Météorologie (AEMET) au moins en partie ce désavantage. Pour qu’une S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 10telle compensation puisse avoir lieu, des pluies tableau 1.4 : estimations de surfaces des grandessignificatives sont toutefois nécessaires très cultures en France selon le SSP et FranceAgriMerrapidement. SSP FranceAgriMerLe temps sec observé en avril a été particulièrement mai 2011 mai 2011favorable aux semis de maïs. Commencés début surface (kha) 10/11 11/12 évo. 10/11 11/12 évo.avril, ils étaient ainsi pratiquement terminés début blé tendre dhiver 4 908 5 004 2,0% nd ndmai, ce qui représente une avance d’environ 10 blé tendre hiv. +print. 4 921 5 016 1,9% 4 921 5 018 2,0%jours par rapport à la normale. Les levées ont été orge dhiver 1 163 1 094 -5,9% 1 165 1 096 -5,9%rapides. orge de printemps 419 453 8,1% 422 455 7,8% orge hiv. +print. 1 582 1 547 -2,2% 1 588 1 552 -2,3%Production blé dur dhiver 493 464 -5,9% nd ndNous avons tenu compte des dernières estimations blé dur hiv. + print. 505 471 -6,8% 503 462 -8,2%de surface publiées par le SSP et FranceAgriMer. seigle 30 29 -0,7% 30 29 -1,8%Afin de tenir compte de la situation avoine dhiver 59 58 -2,0% nd ndmétéorologique, nous avons revu en forte baisse le avoine hiv. + print. 98 95 -3,8% 99 94 -5,8%rendement de l’ensemble des céréales à paille. triticale 382 384 0,6% 378 386 2,1%Le rendement du blé tendre passe de 7,43 t/ha à maïs 1 571 1 563 -0,6% 1 543 1 520 -1,5%7,14 t/ha (7,24 t/ha en 2010/11). La production sorgho 52 45 -13,4% 52 45 -13,8%attendue perd en conséquence presque 1,5 Mt, total céréales 9 141 9 150 0,1% 9 113 9 104 -0,1%à 36,01 Mt (35,64 Mt en 2010/11). Ce chiffre colza hiver 1 459 1 523 4,4% nd ndpossède encore un fort potentiel de variation colza hiv.+print. 1 465 1 527 4,2% 1 457 1 520 4,3%en fonction des conditions météorologiques tournesol 695 699 0,6% 698 710 1,7%des prochaines semaines. Dans l’hypothèse où protéagineux 404 312 -22,7% nd ndles précipitations resteraient rares, le rendementpourrait à nouveau être revu à la baisse. A l’inverse, Source : SSP au 5 mai 2011 et FranceAgriMer au 11 mai 2011dansl’hypothèseoùlesconditionsmétéorologiques rendement du maïs. Suite à cette baisse de surface, de pluies plus abondantes que la normale au coursde fin de cycle s’avéraient optimales (temps frais et la production de maïs grains est maintenant dumoisd’avril.Ainsi,lepotentielderendementdeshumide, mais sans excès), le rendement pourrait envisagée à 13,8 Mt (14,44 Mt précédemment et cultures se maintient dans le sud et reste importantêtre revu en légère hausse. 13,57 Mt l’an dernier). dans le centre, où les semis avaient été très tardifs.Le rendement attendu des orges d’hiver diminue La production totale de céréales est désormais Ainsi, nous avons révisé à la baisse le rendementfortement (de 6,78 t/ha à 6,48 t/ha contre 6,51 estimée à 64,97 Mt (65,12 Mt en 2010/11). du blé tendre, de 5,38 t/ha à 5,29 t/ha (5,34 t/t/ha en 2010/11). Le rendement des orges de ha en 2010/11). La production de blé tendreprintemps décroît également, de 6,47 t/ha le mois grèce : pAs de chAngement est maintenant attendue à 3,27 Mt (3,33 Mtdernier à 6,23 t/ha (6,07 t/ha en 2010/11). Les En Grèce, les températures ont été inférieures précédemment et 3,32 Mt en 2010/11).productions d’orge d’hiver et d’orge de printemps à la normale au cours du mois d’avril, ce qui a En blé dur, la baisse de la production estsont attendues respectivement à 7,1 Mt (7,44 Mt nettement moins importante puisque la culture légèrement ralenti le développement des cultures.précédemment et 7,56 Mt l’an dernier) et 2,77 Mt est principalement localisée dans le sud et le centre Le niveau de précipitations était satisfaisant début(2,85 Mt précédemment et 2,54 Mt en 2010/11). (-10 kt, à 3,48 Mt contre 3,99 Mt l’année dernière). mai.Comme en blé tendre, ces chiffres possèdent Le rendement de l’orge a aussi été révisé en baisse Pas de changement dans nos estimations deencore un fort potentiel de variation en fonction à 3,7 t/ha (3,76 t/ha précédemment et 3,59 t/ha production :des conditions météorologiques à venir. en 2010/11), ce qui porte la production à 1,06  Blé tendre : 440 kt (360 kt en 2010/11)Le rendement du blé dur passe de 5,14 t/ha à 4,83 Mt (-15 kt depuis le mois dernier et 0,99 Mt en  Orge : 250 kt (220 kt l’année dernière)t/ha (5,09 t/ha en 2010/11). La production perd 2010/11).  Blé dur : 1 Mt (1 Mt en 2010/11)140 kt, à 2,19 Mt (2,55 Mt en 2010/11). Enfin, la production de maïs grains est inchangée  Maïs grains : 1,2 Mt (1,12 Mt en 2010/11)Nous avons revu la surface de maïsgrains en baisse à 8,82 Mt (8,11 Mt en 2010/11).  Production totale de céréales : 2,99 Mt (2,81(-70 kha à 1,52 Mha). Ce chiffre résulte à la fois La production totale de céréales est désormaisde la prise en compte des estimations de surface Mt en 2010/11). estimée à 17,3 Mt (17,12 Mt en 2010/11).du SSP et de FranceAgriMer et d’une hypothèsede transfert de 40 kha de la surface semée en maïs itAlie : rendements impActés pAys-BAs : rendement du Blégrains vers le maïs ensilage. En effet, les stocks dAns le nord du pAys revu en légère BAissefourragers engrangés en 2010 ont été faibles. Selon Comme ailleurs en Europe occidentale, le nord de Les Pays-Bas sont également dans une situationtoute probabilité, ce déficit ne sera pas compensé l’Italie manque d’eau. Les semis de maïs ont ainsi de déficit de pluviométrie. Début mai, lepar une bonne récolte de foin à la fin du printemps pu être terminés dans les temps mais les levées sont développement des cultures était satisfaisant grâce2011. A moins de très bons rendements en maïs, il hétérogènes. L’état de la culture varie en fonction à l’humidité des sols, qui avaient été bien arrosés ausera alors nécessaire pour les éleveurs (notamment des dates de semis et des types de sols. cours de l’automne et de l’hiver. Néanmoins, celaceux de Bretagne et des Pays de Loire) de transférer Les blés atteignaient le stade floraison à la fin avril signifie que le système racinaire des plantes est peuune partie de leur production de maïs grains vers le et le déficit hydrique a déjà impacté le potentiel des profond et que leur résistance à la sécheresse seramaïs ensilage. Nous amenderons cette hypothèse céréales à paille dans les régions du nord. limitée.en fonction de l’évolution du potentiel de A l’inverse, le sud et le centre du pays ont bénéficié En termes de développement, les blés sont en S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 11pleine montaison, les orges de printemps lèvent et EnEcosse,lessemisd’orgedeprintempsontpuêtre et une rapide progression était espérée grâce à unles semis de maïs sont en cours. terminés à hauteur des intentions des agriculteurs. temps sec et doux prévu pour les semaines à venir.Le rendement du blé tendre est révisé en baisse de Nous n’avons pas amendé nos estimations de8,72 t/ha à 8,61 t/ha (8,86 t/ha en 2010/11), ce Production production depuis le mois dernier :quiconduitàuneproductionde1,23Mt(1,25Mt Nous avons révisé à la baisse les rendements de  tendre : 0,85 Mt (0,72 Mt en 2010/11) Bléprécédemment et 1,36 Mt l’année dernière). toutes les céréales à paille.  Orge : 1,74 Mt (1,34 Mt en 2010/11)Pas de changement pour les autres estimations de En blé tendre, notre estimation diminue de 8,01  Avoine : 0,94 Mt (0,81 Mt l’année dernière)production : t/ha à 7,84 t/ha (7,67 t/ha l’année précédente),  Production totale de céréales : 3,67 Mt (2,99 Orge : 210 kt (200 kt en 2010/11) ce qui porte la production à 15,74 Mt (16,07 Mt Mt l’année précédente). Maïs grains : 260 kt (280 kt en 2010/11) précédemment et 14,88 Mt en 2010/11). En orge d’hiver, le rendement est maintenantLa production totale de céréales est maintenant estimé à 6,38 t/ha (6,58 t/ha dans notre dernière suède : fin des semis deattendue à 1,78 Mt (1,92 Mt en 2010/11). printemps estimation et 6,37 t/ha en 2010/11). La En Suède, les semis de printemps se sont terminés production d’orge d’hiver est attendue en baisseportugAl : peu de chAngement au cours de la dernière décade d’avril, enregistrant de 70 kt, à 2,3 Mt (2,43 Mt en 2010/11). En orgeCommelesautrespaysd’Europeméditerranéenne, un retard d’environ 1 semaine. Les pluies de début de printemps, la perte de rendement est moinsle Portugal a reçu d’abondantes précipitations avril ont été bénéfiques pour la première moitié des importante : de 5,52 t/ha à 5,45 t/ha (5,22 t/hafin avril et les plantes présentaient un bon état de parcelles ensemencées et les cultures ont bien levé l’année précédente) et la production diminue dedéveloppement début mai. avec les températures douces. Depuis, le temps est 35 kt, à 2,97 Mt (2,81 Mt en 2010/11).Les semis de maïs grains étaient en cours à cette resté sec et l’état des cultures est très variable d’un Le rendement de l’avoine est également revu enpériode et nous avons révisé en très légère hausse endroit à l’autre. baisse (de 5,94 t/ha à 5,88 t/ha contre 5,52 t/ha enleur surface (+10 kha, à 100 kha contre 90 kha en Pas de changement dans nos estimations de 2010/11) et cela s’ajoute à une révision à la baisse2010/11). La production de maïs grains est ainsi production : de la surface (-10 kha, à 115 kha contre 125 kha enattendue à 670 kt (610 kt précédemment et 630 kt  Blé tendre : 2,35 Mt (2,18 Mt en 2010/11) 2010/11). Ainsi, la production d’avoine perd 80 kt,l’année dernière).  Orge : 1,49 Mt (1,23 Mt l’an dernier) à 680 kt (685 kt en 2010/11).Les autres estimations de production sont  Avoine : 0,78 Mt (0,56 Mt en 2010/11) La production totale de céréales est maintenantinchangées :  Production totale de céréales  : 4,94 Mt estimée à 21,83 Mt (20,94 Mt en 2010/11). Blé tendre  : 65 kt (même niveau qu’ n e (4,34 Mt en 2010/11). 2010/11) Orge : 66 kt (75 kt en 2010/11). Autriche : le temps sec s’instAlle Aussi pologne : potentiels deLa production totale de céréales est estimée à rendement dégrAdés pAr0,92 Mt (0,88 Mt en 2010/11). L’absence de pluie perdure également en Autriche, l’hiver les dernières précipitations significatives remontant à la mi-mars. Depuis le début de l’hiver, le niveau Point climatique et état des culturesroyAume-uni : rendements des pluies est de l’ordre de 50 % de la normale. LeAffectés pAr le mAnque d’eAu Après un mois de mars frais, le printemps stress hydrique est accentué par les températures, est désormais bien installé en Pologne. LesPoint climatique et état des cultures qui sont restées supérieures à la moyenne tout au températures ont été plus douces que la normaleAprèsunmoisdemarsanormalementsec,l’absence long du mois d’avril. pendant la dernière décade d’avril, ce qui a permisde précipitation s’est maintenue tout au long du T outefois, les cultures d’hiver présentent encore aux cultures de bien se développer et de rattrapermois d’avril (moins de 20 mm en moyenne, soit un bon état ; le potentiel de rendement n’est pas les quelques jours de retard lié à un hiver long. Leurenviron 35 % de la normale saisonnière). Ce déficit encore impacté. Les semis de maïs sont terminés état était satisfaisant début mai mais les pluies sonthydrique concerne l’ensemble de l’Angleterre et du et les cultures de printemps présentent des levées vivement attendues, surtout dans l’ouest, afin de nePays de Galles, les régions de l’est et du sud du pays satisfaisantes. pas voir le potentiel de rendement se dégrader.étant les plus touchées. Nous n’avons pas modifié nos estimations de Les blés étaient en début de montaison début maiLorsque les agriculteurs en ont la possibilité, ils production : etlessemisdemaïsvenaientdedébuter,bienquelesirriguent les cultures afin de maintenir le potentiel  Blé tendre : 1,47 Mt (1,41 Mt en 2010/11) nuits soient encore fraîches, avec des températuresde rendement. T outefois, dans les sols légers, le  Orge : 720 kt (780 kt en 2010/11) négatives dans le centre du pays.potentiel des cultures était d’ores et déjà impacté  Maïs grains : 2,3 Mt (1,96 Mt en 2010/11)début mai. Dans les sols plus profonds, l’impact  Production totale de céréales : 5,16 Mt (4,78 Productionétait plus modéré. Les précipitations des deux Mt en 2010/11) L’officedestatistiquepolonaisapubliésespremièresprochaines semaines seront déterminantes pour le estimations de surfaces des cultures d’hiver. Nousdéveloppement des cultures. finlAnde : déBut des semis de en avons tenu compte.Début mai, les orges d’hiver étaient en fin de printemps En outre, nous avons amendé les rendementsmontaison (stade émergence de la dernière Après un hiver très rude en Finlande, la neige a en faisant l’hypothèse que les minimas atteintsfeuille), suite à une croissance rapide favorisée par entièrement fondu dans le sud et le printemps est pendant l’hiver ont dégradé le potentiel des céréalesles températures élevées. Le blé d’hiver est aussi en arrivé. La végétation a repris son développement et d’hiver.avance par rapport aux années précédentes. Les l’état des cultures d’hiver était jugé satisfaisant début Le rendement du blé tendre diminue ainsi desemis précoces faisaient apparaître le troisième mai. 4 t/ha à 3,92 t/ha (3,77 t/ha en 2010/11) et lanœud tandis que les semis les plus tardifs Les semis de printemps ont pu démarrer à temps. production est maintenant attendue à 9,49 Mtterminaient leur tallage. Au 6 mai, 15 % de surfaces étaient ensemencées (9,78 Mt précédemment et 9,08 Mt en 2010/11). S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 12En orge d’hiver, le rendement décroit de 3,96 t/ha leur fin début mai. Nous avons ainsi adopté les estimations officiellesà 3,84 t/ha (3,92 t/ha en 2010/11). La production Sans qu’elles soient suffisantes, des pluies sont de pertes hivernales et avons transféré les surfacestotale d’orge est estimée à 3,54 Mt (3,56 Mt le arrivées pendant la dernière décade d’avril et ont endommagées aux cultures de printemps, dont lesmois dernier et 3,55 Mt en 2010/11). apporté du répit aux cultures. rendements sont moins élevés. Globalement, lesLa surface de seigle a été revue en hausse de 25 kha, Nous n’avons pas changé notre estimation de la surfaces allouées aux différentes cultures reviennentà 1,4 Mha (niveau stable par rapport à 2010/11), production de blé tendre (4,32 Mt contre 3,98 ainsi à des niveaux proches de ceux atteints il y a 4cela compense la légère baisse de rendement (de Mt en 2010/11). ou 5 ans.2,42t/haà2,37t/hacontre2,34t/haen2010/11). Lasurfaced’orgedeprintempsaétéréviséeenbaisse La surface de blé d’hiver est estimée à 260 kha,La production est inchangée à 3,31 Mt (3,27 Mt de 10 kha, à 270 kha (280 kha l’année dernière). La soit -100 kha depuis le mois dernier (370 khaen 2010/11). production totale d’orge devrait atteindre 1,65 Mt en 2010/11) et celle de blé de printemps a étéLa production d’avoine perd 15 kt, à 1,42 Mt (1,7 Mt précédemment et 1,58 Mt en 2010/11). révisée en hausse, de 160 kha à 210 kha (150 kha(1,33 Mt l’année dernière). La production de maïs grains a été revue en très en 2010/11). La production totale de blé tendre aPas de changement dans notre estimation de maïs légère augmentation (+30 kt, à 0,89 Mt contre ainsi été révisée en baisse de 320 kt, à 1,84 Mt (1,71grains (2,02 Mt contre 1,73 Mt en 2010/11). 0,69 Mt en 2010/11). Mt en 2010/11).La production totale de céréales est désormais La production totale de céréales est désormais La surface d’orge d’hiver est désormais presqueattendue à 27,53 Mt (26,83 Mt en 2010/11). estimée à 7,51 Mt (contre 6,88 Mt en 2010/11). inexistante et celle d’orge de printemps est en forte hausse : +125 kha, à 360 kha (contre 220hongrie : semis de mAïs slovAquie : petite hAusse en kha en 2010/11). La production totale d’orge estterminés mAïs maintenantestiméeà1Mt(0,7Mtprécédemment La pluviométrie a également été insuffisante en et 0,55 Mt l’année dernière).Point climatique et état des cultures Slovaquie au cours des dernières semaines, les La production totale de céréales est attendue àLe mois dernier, nous avions fait l’hypothèse que dernières pluies abondantes remontant à la mi- 3,45 Mt (2,77 Mt en 2010/11).les intentions de semis en orge de printemps ne mars. Fin avril, le développement des culturespourraient pas être totalement réalisées compte était néanmoins satisfaisant. Les blés sont en cours roumAnie : surfAce de mAïstenu du retard enregistré fin mars. Or, le mois de montaison et il est souhaitable que la pluie revue en petite hAussed’avril a été sec et a permis à la fois de terminer les arrive rapidement pour ne pas compromettre les La Roumanie a été arrosée au cours du mois d’avril ;semis d’orge mais aussi de remplir la totalité des potentiels des cultures. ainsi début mai, toutes les cultures présentaientintentions de semis de maïs. Début mai, les levées Les semis d’orge de printemps ont été terminés un état satisfaisant. Les températures ont été plusde maïs étaient satisfaisantes. dans les temps et ceux de maïs touchent à leur fin. fraîches que la normale et le développement desLes blés étaient en pleine montaison dans les Pas de changement dans notre estimation de blé plantes accusait environ une semaine de retardpremiers jours de mai et leur développement tendre (1,33 Mt contre 1,19 Mt en 2010/11). début mai.était satisfaisant. Seules les surfaces qui avaient été La surface d’orge de printemps a été révisée en L’amendementeffectuésurlarécolte2010impacteinondées à la fin de l’automne et qui n’ont pas été baisse de 10 kha, à 100 kha (125 kha en 2010/11) le rendement du blé tendre pour 2011. Celui-ciresemées présentaient un aspect très hétérogène : et la production totale d’orge est maintenant est ainsi révisé en hausse, de 2,94 t/ha à 2,99 t/ha etenviron 80 kha de blé, situés dans des zones où les attendue à 400 kt (440 kt le mois dernier et 390 kt la production a gagné 90 kt, à 5,79 Mt (5,97 Mt enplantes ont été asphyxiées, sont concernés. en 2010/11). 2010/11).Des précipitations sont nécessaires en Hongrie afin Cetamendementdesurfaceprofiteaumaïsgrains, Nous avons révisé en baisse la surface d’orgede ne pas compromettre le potentiel des cultures. dont la sole a été révisée en hausse de 10 kha, à 200 de printemps, à 175 kha (contre 195 kha kha (170 kha en 2010/11). La production est ainsi précédemment et 180 kha en 2010/11). LaProduction estimée à 1,32 Mt (1,26 Mt précédemment et 1,05 production totale d’orge est maintenant estiméeEn blé tendre, nous avons diminué le potentiel Mt l’année dernière). à 1,1 Mt (1,14 Mt le mois dernier et 1,32 Mt ende rendement sur les parcelles au développement La production totale de céréales est attendue à 2010/11).hétérogène.Laproductionestainsiréviséeenlégère 3,23 Mt (2,81 Mt en 2010/11). La sole de maïs grains bénéficie de cet ajustementbaisse de 35 kt, à 4,19 Mt (3,62 Mt en 2010/11). et est révisée en hausse, de 2,47 Mha à 2,5 MhaLa surface d’orge de printemps a été révisée en lituAnie : dégâts hivernAux (2,29 Mha en 2010/11). La production de maïshausse de 10 kha, à 100 kha (niveau stable par très importAnts grains est ainsi revue en hausse de 80 kt, à 8,45 Mtrapport à 2010/11). La production totale d’orge Le mois dernier, nous signalions que les cultures (8,75 Mt en 2010/11).est désormais estimée à 1,03 Mt (1 Mt le mois d’hiver avaient subi des pertes hivernales mais qu’il La production totale de céréales est maintenantdernier et 0,97 Mt en 2010/11). étaitencoretroptôtpourlesestimer.Depuis,l’office estimée à 15,84 Mt (16,57 Mt en 2010/11).Pas de changement en maïs grains (8,74 Mt de statistiques de Lituanie a publié une estimationcontre 6,98 Mt en 2010/11). des dégâts, qui sont particulièrement élevés. En BulgArie : retArd deLa production totale de céréales est attendue à effet, à la faveur de conditions météorologiques développement14,68 Mt (12,29 Mt en 2010/11). plus favorables que par le passé, les agriculteurs Les températures enregistrées en Bulgarie ont été lituaniens ont pris l’habitude de semer plus de inférieures à la normale saisonnière en avril. CelarépuBlique tchèque : pluies cultures d’hiver ces trois derniers automnes afin a ralenti le développement des cultures d’hiver,Bénéfiques fin Avril de profiter de meilleurs rendements. Cette année qui ont désormais près de 10 jours de retard dansEn République tchèque, avril a été sec et chaud. cependant, cette stratégie de transfert d’une partie l’ouest du pays et jusqu’à 15 à 20 jours de retard àLes semis d’orge de printemps ont pu être terminés des surfaces de printemps vers des cultures d’hiver l’est. Les disponibilités hydriques ne soulevaient pasdans les temps et ceux de maïs grains touchaient à ne s’est pas révélée payante. d’inquiétude particulière au cours du mois d’avril. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • Production euroPéenne de blé , orge et maïS 13Les semis de maïs grains sont également freinés et de la culture.  Orge : 0,64 Mt (0,77 Mt en 2010/11)la fenêtre optimale de semis devrait prendre fin vers Nous n’avons pas modifié nos estimations de  Maïs grains : 1,64 Mt (1,96 Mt en 2010/11)le 10 mai. Nous faisons néanmoins l’hypothèse production :que les agriculteurs sèmeront à hauteur de leurs  Blé tendre : 3,79 Mt (stable par rapport à  Production totale de céréales  : 6,25 Mtintentions étant donné l’attractivité économique 2010/11) (6,71 Mt en 2010/11).camPagne 2010/11Blé revu en hausseBelgique/lux. : estimAtions  Maïs : 748 kt (671 kt précédemment et 810 La production d’orge enregistre une petite baissefinAles de production puBliées kt en 2009/10). (-10 kt, à 210 kt contre 270 kt en 2009/10).L’office de statistiques belge a publié ses estimationsdéfinitives de production pour la récolte 2010. lettonie : nouvelles roumAnie : Blé revu en hAusseNous avons adopté ces chiffres. estimAtions officielles de Compte tenu des volumes exportés à ce jourNos estimations de production sont maintenant production par la Roumanie, nous avons révisé en hausse lales suivantes : L’office de statistiques de Lettonie a publié de productiondeblétendre.Lerendementestestimé Blé tendre : 2 Mt (1,92 Mt précédemment et nouvelles estimations de production que nous à 3,12 t/ha (contre 2,99 t/ha précédemment et 2 Mt en 2009/10) avons adopté. 2,6 t/ha en 2009/10) et la production atteint Orge : 416 kt (400 kt précédemment et 507 Laproductiondeblétendreestainsirevueenforte maintenant 5,97 Mt (5,72 Mt le mois dernier et kt en 2009/10) hausse de 70 kt, à 0,97 Mt (1,04 Mt en 2009/10). 5,25 Mt en 2009/10). tableau 1.5 : estimation du pourcentage de blé meunier dans la production de chaque pays de l’UE (campagnes 2008/09 à 2010/11) 2008/09 2009/10 2010/11 prod. % prod. prod. % prod. prod. % prod. (Mt) totale meunier meunière totale meunier meunière totale meunier meunière Allemagne 25,95 91% 23,59 25,12 92% 23,04 23,24 43% 9,99 Belgique-Lux. 1,95 20% 0,39 2,00 18% 0,36 2,00 19% 0,38 Danemark 5,02 17% 0,85 5,94 15% 0,89 5,06 10% 0,51 Espagne 5,59 93% 5,19 3,40 95% 3,23 4,69 93% 4,36 France 36,90 90% 33,21 36,23 82% 29,71 35,64 89% 31,72 Grèce 0,53 50% 0,26 0,50 30% 0,15 0,36 30% 0,11 Irlande 0,95 10% 0,10 0,67 10% 0,07 0,64 15% 0,10 Italie 3,74 80% 2,99 3,10 75% 2,33 3,32 75% 2,49 Pays-Bas 1,37 20% 0,27 1,40 18% 0,25 1,36 19% 0,26 Portugal 0,20 95% 0,19 0,09 95% 0,08 0,06 95% 0,06 Royaume-Uni 17,23 25% 4,31 14,08 30% 4,22 14,88 29% 4,31 Autriche 1,58 50% 0,79 1,43 60% 0,86 1,41 70% 0,99 Finlande 0,79 20% 0,16 0,89 30% 0,27 0,72 67% 0,49 Suède 2,20 15% 0,33 2,28 15% 0,34 2,18 15% 0,33 Pologne 9,27 80% 7,42 9,64 80% 7,71 9,08 45% 4,08 Hongrie 5,40 60% 3,24 4,28 60% 2,57 3,62 50% 1,81 Rép. T chèque 4,44 91% 4,04 4,17 50% 2,09 3,98 50% 1,99 Slovaquie 1,75 80% 1,40 1,41 70% 0,99 1,18 50% 0,59 Estonie 0,34 70% 0,24 0,34 90% 0,31 0,32 70% 0,23 Lettonie 1,09 80% 0,87 1,04 97% 1,01 0,97 70% 0,68 Lituanie 1,97 80% 1,58 2,18 95% 2,07 1,71 70% 1,20 Slovénie 0,16 50% 0,08 0,14 50% 0,07 0,15 50% 0,08 Chypre/malte 0,01 34% 0,00 0,02 35% 0,01 0,02 20% 0,00 Roumanie 7,02 35% 2,46 5,25 30% 1,57 5,97 20% 1,19 Bulgarie 4,46 34% 1,52 3,53 35% 1,23 3,79 20% 0,76 UE 27 139,90 68% 95,48 129,13 66% 85,43 126,37 54% 68,70 source : Stratégie grains S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • conSommation de céréaleS Par leS animaux 14 conSommation de céréaleS Par leS animauxCampagne 2010/11 Campagne 2011/12La production d’aliments composés est revue en hausse La production d’aliments composés remonte suite àde 0,4 Mt (à 137,9 Mt) suite à la prise en compte des sta- la correction apportée à la prévision de 2010/11. Elletistiques allemandes. devrait rester proche de celle de 2010/11. En revanche, laLa consommation de céréales est revue en hausse éga- consommation de céréales est revue en baisse en raison d’une réduction apportée aux estimations de récoltes etlement de 1 Mt environ mais reste toutefois nettement donc aux disponibilités européennes pour l’alimentationinférieure à celle de 2009/10 (-5,4 Mt). à la ferme. La révision à la baisse concerne le blé et le maïs.Production d’alimentS comPoSéS danS l’ue 27Révision à la hausse de la production d’alimentsLa production d’aliments composés 2010/11 50,2 Mt en 2009/10). situAtion pAr pAysest maintenant estimée à 137,9 Mt (contre La production d’aliments composés de l’UE 27 Allemagne : remontée de la produc-136,7 Mt en 2009/10) ; notre prévision a re- pour 2011/12 est attendue à un niveau proche tion d’alimentsmonté de 0,4 Mt par rapport au mois dernier de celui de 2010/11, à 137,8 Mt (contre 137,4 Le BMELV (Ministère de l’Agriculture alle-et cela est dû principalement à l’Allemagne. La Mt le mois dernier), dont 37 Mt en bovins mand) a publié les chiffres de productionhausse par rapport au mois dernier concerne (stable par rapport au mois dernier), 50,1 Mt d’aliments du mois de janvier et il a égalementles aliments porcins (+0,26 Mt à 50,4 Mt pour en aliments porcins (49,8 Mt le mois dernier) revu en forte hausse la production des mois del’UE 27, stable par rapport à 2009/10) et les et 50,8 Mt en aliments volailles (50,7 Mt le juillet à décembre. Par conséquent, nous avonsaliments volailles (+0,13 Mt à 50,7 Mt contre mois dernier). augmenté de 70 kt la production d’aliments tableau 2.1 : évolution de la production d’aliments composés industriels par pays de l’UE 2008/2009 2009/2010 2010/2011 2011/2012 Mt Tot. bov. por. vol. Tot. bov. por. vol. Total bov. por. vol. Total bov. por. vol. avr 11 mai 11 avr 11 mai 11 Allemagne 20,4 6,2 9,0 5,3 20,4 6,0 9,0 5,4 20,6 21,0 6,3 9,3 5,5 20,7 21,1 6,3 9,3 5,5 Belg.-Lux 6,4 1,3 3,8 1,4 6,6 1,2 3,8 1,5 6,6 6,6 1,3 3,8 1,5 6,6 6,6 1,3 3,8 1,5 Danemark 4,6 1,0 3,0 0,6 4,2 0,9 2,8 0,5 4,3 4,3 0,9 2,8 0,5 4,2 4,2 0,9 2,8 0,5 Espagne 17,8 3,8 9,6 4,5 17,3 3,7 9,2 4,4 17,2 17,2 3,8 9,0 4,4 17,3 17,3 3,8 9,0 4,5 France 19,8 5,1 6,1 8,6 19,2 4,9 5,8 8,5 19,5 19,5 5,2 5,7 8,7 19,5 19,5 5,3 5,5 8,7 Grèce 1,9 0,5 0,7 0,7 1,9 0,5 0,7 0,7 2,0 2,0 0,5 0,8 0,7 2,0 2,0 0,5 0,8 0,7 Eire 3,0 1,9 0,6 0,5 3,0 1,9 0,6 0,5 3,1 3,1 2,0 0,6 0,5 3,1 3,1 2,0 0,6 0,5 Italie 12,3 3,7 3,2 5,4 12,2 3,5 3,2 5,5 12,1 12,1 3,4 3,2 5,5 12,2 12,2 3,5 3,2 5,6 Pays-Bas 13,1 3,4 6,0 3,7 12,9 3,4 5,9 3,6 13,0 12,9 3,4 5,9 3,6 12,9 12,9 3,4 5,8 3,6 Portugal 3,2 0,8 1,0 1,4 3,1 0,8 0,9 1,4 3,1 3,1 0,8 0,9 1,4 3,1 3,1 0,8 0,9 1,4 Roy.-Uni 12,4 4,7 1,5 6,2 12,9 4,9 1,6 6,4 13,2 13,1 5,0 1,6 6,5 13,3 13,2 4,9 1,7 6,5 Autriche 1,1 0,4 0,2 0,4 1,1 0,4 0,2 0,4 1,1 1,1 0,4 0,2 0,5 1,1 1,1 0,4 0,2 0,5 Finlande 1,3 0,6 0,4 0,3 1,2 0,6 0,3 0,3 1,2 1,2 0,6 0,3 0,3 1,2 1,2 0,6 0,3 0,3 Suède 1,9 1,0 0,4 0,5 1,8 0,9 0,4 0,5 1,8 1,8 0,9 0,4 0,5 1,8 1,8 0,9 0,4 0,6 Pologne 6,8 0,7 1,6 4,5 7,1 0,7 1,5 5,0 7,2 7,2 0,7 1,5 5,0 7,1 7,1 0,7 1,5 4,8 Hongrie 3,8 0,5 1,6 1,7 3,7 0,5 1,5 1,7 3,6 3,6 0,5 1,4 1,7 3,6 3,6 0,5 1,4 1,7 Rép. Tchèque 2,6 0,5 1,0 1,1 2,5 0,5 0,9 1,0 2,5 2,5 0,5 0,9 1,0 2,4 2,4 0,5 0,9 1,0 Slovaquie 0,7 0,2 0,2 0,3 0,6 0,2 0,2 0,2 0,6 0,6 0,2 0,2 0,2 0,6 0,6 0,2 0,2 0,3 Estonie 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2 0,2 0,0 0,2 0,0 Lettonie 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2 0,2 0,0 0,1 0,0 Lituanie 0,4 0,1 0,1 0,2 0,4 0,1 0,1 0,2 0,4 0,4 0,1 0,1 0,2 0,4 0,4 0,1 0,1 0,2 Slovénie 0,5 0,1 0,1 0,2 0,5 0,1 0,1 0,3 0,5 0,5 0,1 0,1 0,3 0,5 0,5 0,1 0,1 0,3 Chypre/Malte 0,2 0,1 0,0 0,1 0,2 0,1 0,0 0,1 0,2 0,2 0,1 0,0 0,1 0,2 0,2 0,1 0,0 0,1 Roumanie 2,8 0,1 1,2 1,5 2,8 0,1 1,1 1,5 2,7 2,7 0,1 1,1 1,5 2,7 2,7 0,1 1,1 1,5 Bulgarie 0,7 0,0 0,2 0,4 0,6 0,0 0,2 0,4 0,6 0,6 0,0 0,2 0,4 0,6 0,6 0,0 0,2 0,4 UE 27 138,2 37,0 51,7 49,5 136,7 36,0 50,4 50,2 137,5 137,9 36,7 50,4 50,7 137,4 137,8 37,0 50,1 50,8 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • conSommation de céréaleS Par leS animaux 15 graphique 2.1 : prix des tourteaux de soja graphique 2.2 : ratio de prix soja/blé en France €/t $ / tonne 2007/08 2009/10 2008/09 3,5 380 2010/11 2011/12 soja 48%, CAF Rotterdam $/t 580 3,3 360 340 soja 48% France ports de lOuest (€/t) 540 3,1 320 500 2,9 300 460 2,7 280 420 2,5 260 380 2,3 240 340 2,1 220 300 1,9 200 260 1,7 180 220 1,5 160 180 1,3 140 140 1,1 0,9 jan-87 avr-91 mar-01 aoû-02 avr-08 fév-11 sep-92 mai-98 jui-88 jui-95 jui-05 jui-12 jan-04 fév-94 déc-96 sep-09 nov-89 nov-06 oct-99 juill. septe. novem. janvi. mars maibovins à 6,3 Mt (contre 6 Mt en 2009/10), de espèces 2011/12 remonte également à 21,1 production d’aliments du mois de février pour0,23 Mt la production d’aliments porcins (à Mt (contre 20,7 Mt précédemment), dont 6,3 le Royaume-Uni, publiés par le DEFRA. Ils9,3 Mt contre 9 Mt en 2009/10) et de 0,17 Mt Mt en bovins, 9,3 Mt en porcins et 5,5 Mt en nous conduisent à revoir à la baisse la produc-pour les aliments volailles (à 5,5 Mt contre 5,4 volailles. tion d’aliments bovins en 2010/11 (-50 kt à 5Mt en 2009/10). La production d’aliments de Mt contre 4,9 Mt en 2009/10) et volailles (-70ces trois espèces devrait donc atteindre 21 Mt Royaume-Uni : baisse des aliments kt à 6,5 Mt contre 6,4 Mt en 2009/10). Pas(contre 20,6 Mt le mois dernier et 20,4 Mt en bovins et volailles de changement en aliments porcins, à 1,6 Mt2009/10). La production d’aliments des trois Parallèlement, nous avons intégré les chiffres de (stable par rapport à 2009/10).réPartition deS matièreS PremièreS danS leS alimentS induStrielS en 2011/12La prévision de consommation des céréales principales est revue en baisse parrapport à celle du mois dernier suite à la révision en baisse des récoltesLa consommation est revue en baisse pour le d’orge reste prévue à un niveau proche de celui à la ferme en France et au Royaume-Uni, l’ali-blé et le maïs (de 1 Mt environ pour chacune du mois dernier. mentation dans les aliments industriels restantde ces céréales), alors que la consommation En blé, la principale révision concerne l’aliment proche des niveaux du mois dernier. Cette baisse de la consommation à la ferme s’explique tableau 2.2 : prix rendu usine des principales matières premières principalement par une révision à la baisse de (Bretagne €/t, prix complets) la récolte de blé en France et au Royaume-Uni. mai-juin 2011 juil-sep 2011 oct-déc 2011 En maïs, la baisse concerne les aliments à la déb. avr déb. mai déb. avr déb. mai déb. avr déb. mai ferme en Allemagne, en France (révision à la % évol. % évol. % évol. baisse de la récolte) et au Royaume-Uni (révi- (€/t) (€/t) (€/t) (€/t) (€/t) (€/t) pois fourragers 242 247 +2% 228 250 +10% 231 250 +8% sion de la prévision de la consommation à la tourteau colza 198 203 +3% 193 201 +4% 195 200 +3% ferme de maïs acheté par les éleveurs suite à t. tournesol métro. 168 153 -9% 170 158 -7% 166 156 -6% une révision en baisse des disponibilités), les ali- tourteau soja 330 307 -7% 313 310 -1% 322 312 -3% ments composés en Allemagne et au Benelux. graine de colza 478 461 -4% 458 459 +0% 459 458 -0% Les utilisations de blé et de maïs restent donc graine de tournesol nd nd nd nd nd nd prévues en hausse par rapport à 2010/11 mais son 163 138 -15% 160 150 -6% 155 138 -11% moins fortement qu’il n’apparaissait le mois pulpes de betterave 225 225 +0% 216 230 +6% 188 230 +22% dernier. farine de poisson 1330 1240 -7% 1330 1240 -7% 1330 1240 -7% Au total, la consommation de toutes les cé- tourteau darachide nd nd nd nd nd nd réales est maintenant estimée à 156,8 Mt ; elle huile végétale 937 922 -2% 937 927 -1% 937 934 -0% chute de 1,6 Mt depuis le mois dernier et est blé 248 253 +2% 209 231 +11% 212 234 +10% attendue en baisse de 0,9 Mt par rapport celle orge 202 212 +5% 189 210 +11% 192 213 +11% de 2010/11. maïs 229 247 +8% 232 250 +8% 204 221 +8% Au contraire, la consommation de tourteaux manioc 65 nd nd nd nd nd nd reste prévue en hausse par rapport à 2010/11 citrus 225 227 +1% 225 227 +1% 200 231 +16% en raison du maintien d’une attractivité élevée CGF 204 200 -2% 200 179 -11% 180 182 +1% pour les sources de protéine par rapport aux mélasses 187 187 +0% 187 187 +0% 187 187 +0% matières riches en énergie de sorte que l’apport S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • conSommation de céréaleS Par leS animaux 16total de matières premières au secteur animal tableau 2.3 : prix rendu usine en Catalogne (€/t)est prévu maintenant à un niveau stable par avr 2011 mai 2011 évo. juil 2011rapport à celui de 2010/11. 5/4/11 5/5/11 5/5/11 €/t €/t €/tfrAnce : légère progression maïs espagnol ou pays tiers rendu usine 252 242 96% 252du mAïs maïs français rendu usine 249 246 99% 251L’incorporation du maïs progresse légèrement orge espagnole/UE rendu usine 252 220 87% 200par rapport au mois dernier. Le maïs ancienne blé espagnol rendu usinerécolte est maintenant proche de son prix d’in- blé importé rendu usine 252 250 99% 222térêt dans les rations porcines sur les premiers sorgho US/espagnol/français 240 242 101% 240mois de la campagne. maniocNos prévisions pour la campagne sont les sui- corn gluten feedvantes (dans les aliments industriels) : tourteau soja 44% 300 306 102% 300 4,7 Mt pour le blé (inchangé) 1,6 Mt pour l’orge (inchangé) mais est absent des rations ensuite (hors rations pAys-BAs : BAisse de l’orge et 3,4 Mt pour le maïs (3,3 Mt le mois dernier) pour volailles de chair). du mAïs Au profit du Blé Nos prévisions pour la campagne sont les sui- La consommation totale de céréales reste pré-Juillet-septembre 2011 vantes (dans les aliments industriels) : vue au niveau du mois dernier (6,5 Mt). DansL’orge reste présente dans les rations bovines,  4,4 Mt pour le blé (inchangé) ;mais recule au profit du blé. Le blé reste domi- ce total, la part du blé progresse, suite à un gain  4,0 Mt pour l’orge (4,2 Mt le mois dernier) ;nant dans les rations porcines, mais le maïs est de compétitivité sur les premiers mois de la  4,3 Mt pour le maïs (inchangé).proche de son prix d’intérêt (contrairement campagne.à l’orge, qui devrait baisser de 20 €/t pour être Juillet-septembre 2011 Nos prévisions pour la campagne sont les sui-compétitive dans ces rations). Pas de changement par rapport au mois dernier. vantes : Les trois céréales (blé, orge et maïs), sont com-  2,9 Mt pour le blé (2,7 Mt le mois dernier)Octobre-décembre 2011 pétitives dans les rations bovines et porcines, le  1,4 Mt pour l’orge (1,5 Mt le mois dernier)Contrairement au mois dernier, le pois four- maïs dominant dans les rations pondeuses et le  2,3 Mt pour le maïs (2,4 Mt le mois dernier)rager n’est plus compétitif dans les rations por- blé dans les rations pour volailles de chair.cines, avec un prix en hausse, et alors que le prix Juillet-septembre 2011du tourteau de soja est en baisse. Octobre-décembre 2011 Nette remontée du blé contre le maïs en rationsAinsi, le pois recule, au profit du soja et du maïs. L’orge recule dans les rations volailles, au profit porcines, et contre l’orge en pondeuses. L’orge du sorgho. recule aussi, en bovins, contre les produits deespAgne : recul de l’orge Les autres rations sont peu modifiées, avec une substitutions (pulpes de citrus).Peu de changement dans les rations. forte présence du maïs dans les rations porcines,Le blé conserve son niveau dans les rations dans les rations bovines, et dans les rations pour Octobre-décembre 2011porcines et bovines pour les premiers mois de volailles de ponte. Le blé reste cantonné aux Recul de l’orge dans les rations porcines, au pro-la campagne (avant la nouvelle récolte de maïs), rations pour volailles de chair. fit du maïs, des issues et des tourteauxréPartition deS matièreS PremièreS danS leS alimentS induStrielS en 2010/11Petite remontée de la consommation prévue des céréales principalesLa consommation de blé, orge et maïs par les Mt). La réduction par rapport au mois dernier  2,0 Mt pour l’orge (1,9 Mt le mois dernier)animaux se situe maintenant à 136 Mt (135,3 concerne surtout les tourteaux de soja, dont la  3,5 Mt pour le maïs (3,4 Mt le mois dernier)le mois dernier). L’augmentation concerne les consommation est attendue à 32,5 Mt (contretrois céréales. 33,2 Mt le mois dernier et 30 Mt en 2009/10). Janvier-mars 2011En blé, les hausses concernent l’Allemagne, Cette révision provient de la prise en compte Les résultats provisoires de mises en œuvrel’Espagne, la France (révision en hausse dans les des dernières statistiques de consommation par les fabricants d’aliments pour mars1aliments composés) et le Danemark (révision apparente disponibles. conduisent à revoir en hausse l’incor-en hausse de l’alimentation à la ferme). En orge poration du maïs.et en maïs, la hausse concerne la France et l’Alle- frAnce : révision à lA hAusse Avril-juin 2011magne. de lA consommAtion des cé- On assiste, par rapport au mois dernier, à uneMalgré cet ajustement à la hausse, la consom- réAles remontée du prix du maïs et de l’orge. Ainsi, lesmation des céréales en 2010/11 reste très net- Après une révision en baisse le mois dernier, la rations blé+enzyme en volailles de chair rede-tement inférieure à celle de 2009/10 (-5,4 Mt consommation des céréales est revue en hausse, viennent compétitives contre les rations à basepour le total céréales). à 9,8 Mt contre 9,6 le mois dernier pour le total de maïs. Par ailleurs, les céréales à paille (bléLa consommation totale de tourteaux est blé+orge+maïs. et orge) progressent dans les rations bovines,quant à elle revue en baisse de 53,3 Mt le mois Nos prévisions pour la campagne sont les sui- contre les matières concurrentes (corn feed,dernier à 52,4 Mt ; elle reste néanmoins esti- vantes (dans les aliments industriels) :mée en hausse par rapport à 2009/10 (à 51,4  4,3 Mt pour le blé (4,2 Mt le mois dernier) 1 Source : FranceAgriMer S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • conSommation de céréaleS Par leS animaux 17luzernes) et contre le maïs. tableau 2.4 : tonnage des principales matières premières consommées dans l’alimentation animale (UE 27) industrielle et à la fermeespAgne : petite BAisse de 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 % Mt % Mt % Mt % Mt % Mtl’orge Au profit du Blé céréales 71% 161,3 73% 166,4 73% 163,1 72% 157,7 71% 156,8L’incorporation de l’orge recule contre le blé dont blé 21% 48,1 24% 54,4 24% 54,4 22% 49,4 23% 50,4pour les dernières semaines de la campagne. maïs 22% 50,7 21% 48,7 20% 44,4 21% 45,8 21% 47,1Nos prévisions pour la campagne sont les sui- orge 17% 38,2 18% 41,7 19% 41,7 19% 40,8 18% 39,1vantes (dans les aliments industriels) : seigle 1% 2,9 2% 4,1 2% 5,0 2% 3,4 2% 3,4 3,90  Mt pour le blé (3,85 Mt le mois sorgho 3% 5,8 0% 0,4 0% 0,1 0% 1,0 0% 0,3 dernier) ; autres 7% 15,8 7% 17,1 8% 17,5 8% 17,3 7% 16,5 4,46  Mt pour l’orge (4,50 Mt le mois pois 0% 1,1 0% 1,0 1% 1,2 1% 1,8 1% 1,5 dernier) ; graines oléagineuses 1% 1,6 1% 1,8 1% 1,4 0% 1,0 0% 1,0 4,44  Mt pour le maïs (4,46 Mt le mois corn gluten feed 1% 2,9 1% 2,6 1% 2,6 1% 2,9 1% 2,7 dernier). tourteaux 25% 55,4 23% 53,9 23% 51,4 24% 52,4 24% 53,0 dont soja 16% 37,2 15% 33,5 13% 30,0 15% 32,5 15% 32,2Avril-juin 2011 colza 5% 10,3 5% 11,0 5% 12,2 5% 11,9 6% 12,4Petite remontée du blé contre l’orge dans les tournesol 2% 3,9 2% 5,5 2% 5,3 2% 4,5 2% 5,1rations volailles. germes de maïs 0% 0,3 0% 0,3 0% 0,3 0% 0,3 0% 0,3Par rapport au mois dernier, le prix du blé a arachide 0% 0,1 0% 0,0 0% 0,1 0% 0,2 0% 0,1monté de 2 €/t, celui de l’orge de 4 €/t et celui coton 0% 0,2 0% 0,2 0% 0,2 0% 0,2 0% 0,2du maïs de 10 €/t. palmkernel 1% 2,5 1% 2,4 1% 2,2 1% 1,9 1% 1,9 lin 0% 0,2 0% 0,3 0% 0,3 0% 0,3 0% 0,3pAys-BAs : recul de l’orge farine poisson 0% 0,8 0% 0,7 0% 0,7 0% 0,6 0% 0,6Les céréales reculent par rapport au mois manioc 1% 1,4 0% 0,5 0% 0,0 0% 0,0 0% 0,0dernier (6,6 Mt pour le total blé+orge+maïs déchets de brasserie 0% 0,5 0% 0,5 0% 0,5 0% 0,5 0% 0,5contre 6,7 le mois dernier). Le recul concerne citrus et drêches éthanolerie 1% 1,8 1% 2,6 2% 3,5 2% 4,2 2% 4,8l’orge, pour les derniers mois de la campagne. total matières ci-dessus 226,2 229,4 223,7 220,5 220,4Nos prévisions pour la campagne sont les sui-vantes : AllemAgne : remontée de lA 2,5 Mt pour le blé (inchangé) consommAtion AnimAle de Blé 1,8 Mt pour l’orge (1,9 Mt le mois dernier) La prise en compte des statistiques de mises en 2,3 Mt pour le maïs (inchangé) œuvre dans les aliments composés et les sta-Avril-juin 2011 tistiques de consommation connues jusqu’auOn observe un recul de l’orge, et dans une mois de janvier nous conduisent à revoir enmoindre mesure du maïs contre les produits progression la consommation animale de bléimportés (pulpes et enveloppes de soja notam- dans les aliments composés, à 4,3 Mt (contrement). 3,4 le mois dernier). S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • conSommation de céréaleS Par leS animaux18 tableau 2.5 : consommation de blé, orge et maïs dans l’alimentation animale industrielle et à la ferme (Mt) blé orge maïs total 09/10 2010/11 2011/12 09/10 2010/11 2011/12 09/10 2010/11 2011/12 09/10 10/11 11/12 AC F AC F AC F AC F AC F AC F Allemagne 9,5 10,5 4,3 6,39,7 4,1 5,6 7,8 7,7 2,2 5,5 7,5 2,1 5,3 4,3 4,1 1,5 2,6 4,5 1,8 2,7 21,6 22,4 21,7 Belg.-Lux 1,9 1,6 1,4 0,21,7 1,5 0,2 0,9 0,9 0,6 0,3 0,8 0,5 0,3 1,1 1,1 0,7 0,4 1,1 0,5 0,6 3,8 3,5 3,6 Danemark 3,9 3,7 1,4 2,33,7 1,4 2,3 2,3 2,6 1,2 1,4 2,4 1,1 1,4 0,1 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 6,2 6,4 6,3 Espagne 6,6 5,1 3,9 1,25,7 4,4 1,3 9,0 8,3 4,5 3,9 8,4 4,0 4,3 5,6 5,6 4,4 1,1 6,1 4,3 1,8 21,2 19,0 20,2 France 9,1 7,2 4,3 2,98,1 4,7 3,4 4,6 4,3 2,0 2,3 3,7 1,6 2,1 5,2 5,9 3,5 2,4 5,8 3,4 2,3 19,0 17,3 17,5 Grèce 0,3 0,1 0,3 0,4 0,4 0,4 1,7 1,6 1,7 2,3 2,1 2,4 Irlande 0,7 0,5 0,2 0,3 0,7 0,4 0,3 1,2 1,2 0,9 0,3 1,1 0,8 0,3 0,4 0,4 0,4 0,0 0,4 0,4 0,0 2,3 2,1 2,2 Italie 2,2 2,1 1,5 0,6 1,9 1,4 0,4 1,7 1,7 1,6 0,2 1,7 1,5 0,2 9,6 9,4 7,6 1,7 9,6 7,6 2,0 13,4 13,2 13,1 Pays-bas 3,0 2,5 2,9 1,8 1,8 1,4 2,0 2,3 2,3 6,8 6,6 6,5 Portugal 0,6 0,2 0,3 0,3 0,4 0,4 1,7 1,7 1,7 2,6 2,3 2,4 Roy.-Uni 6,5 6,4 4,4 2,0 6,4 4,3 2,1 3,5 3,2 0,9 2,2 3,0 0,8 2,2 0,5 0,5 0,2 0,2 0,5 0,2 0,2 10,6 10,1 9,9 Autriche 0,3 0,2 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 0,6 0,6 0,2 0,5 0,6 0,1 0,4 1,8 1,7 0,3 1,3 1,8 0,3 1,4 2,7 2,6 2,6 Finlande 0,5 0,4 0,2 0,2 0,3 0,1 0,2 1,0 1,3 0,3 1,1 1,4 0,3 1,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1,5 1,7 1,6 Suède 0,7 0,8 0,5 0,3 0,7 0,5 0,2 1,0 0,9 0,2 0,7 0,9 0,2 0,8 0,0 0,0 0,0 -0,0 0,0 0,0 0,0 1,8 1,7 1,7 Pologne 3,6 3,1 3,1 2,6 2,5 2,5 1,5 1,4 1,6 7,6 7,0 7,2 Hongrie 1,5 1,2 1,2 0,3 0,4 0,5 2,4 2,4 2,3 4,2 4,0 4,0Rép. Tchèque 1,5 1,5 1,5 1,0 0,9 0,8 0,4 0,4 0,5 2,8 2,8 2,8 Slovaquie 0,7 0,7 0,6 0,3 0,2 0,1 0,2 0,3 0,4 1,1 1,2 1,2 Estonie 0,1 0,2 0,2 0,2 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0 0,4 0,3 0,4 Lettonie 0,1 0,2 0,0 0,2 0,2 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,3 0,4 0,3 Lituanie 0,3 0,4 0,0 0,4 0,3 0,0 0,2 0,5 0,4 0,1 0,3 0,6 0,1 0,5 0,0 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,8 0,9 0,9 Slovénie 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,3 0,3 0,1 0,2 0,3 0,1 0,2 0,4 0,4 0,4Chypre/Malte 0,0 0,0 0,0 0,3 0,3 0,3 0,0 0,1 0,1 0,3 0,4 0,3 Roumanie 0,2 0,2 0,2 0,3 0,4 0,3 5,2 5,9 6,0 5,7 6,5 6,5 Bulgarie 0,5 0,5 0,5 0,1 0,1 0,1 0,5 0,6 0,5 1,1 1,2 1,2 UE 27 54,4 49,4 50,4 41,7 40,8 39,1 44,4 45,8 47,1 140,5 135,9 136,7 AC=Aliments composés, F=à la Ferme S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 19 bilanS euroPéenS de blé Rappels méthodologiques : Les bilans reflètent les prix cotés aujourd’hui et leursCampagne 2010/11 implications en termes de demande intérieure et d’échanges. L’objectif est de dégagerLa récolte de blé tendre 2010 est corrigée à la hausse de les tendances des relations entre offre et demande impliquées par les prix actuels afin de déceler les mouvements de prix potentiels pour les mois à venir. Ces mouvements0,4 Mt mais les importations sont revues en baisse de 0,3 de prix pourront alors entraîner de fortes transformations des bilans.Mt. La consommation intérieure est revue en hausse de Le surplus ou le déficit est la différence entre le stock de report sur le marché libre et le0,4 Mt (hausse dans le secteur animal mais correction en stock minimum incompressible conservé par chaque pays à la fin d’une campagne. Lebaisse en meunerie) mais les exportations vers pays tiers surplus est un indicateur des quantités qui devront soit être offertes à l’intervention,sont réduites de 0,3 Mt à 19,1 Mt. Au total, notre estima- soit trouver un débouché dans la consommation intérieure ou à l’exportation. Le dé-tion des stocks européens à la fin juin 2011 ne change ficit indique un besoin d’importation.pas fortement par rapport à celle du mois dernier, (entre Certains pays (Grèce notamment) présentent des stocks de report négatifs (en début et fin de campagne) ; en effet, par souci de cohérence avec les autres pays, la récolte8,5 et 9 Mt). Ce niveau de stock est inférieur de presque 2 n’est portée au bilan qu’à partir de juillet, bien que la moisson commence en juin.Mt au stock-outil (stock minimum nécessaire pour termi- Stock de report intervention à la fin juin : il s’agit, à la date de mise à jour du bilan, de :ner la campagne de manière harmonieuse). La situation • le stock de départ à l’intervention au 1er juillet continue d’apparaître spécialement tendue en France, plus • les quantités déjà offertes pour la campagne au Royaume-Uni, en Europe centrale (Hongrie et Pologne) moins • les quantités vendues,et en Europe du sud-est (Roumanie/Bulgarie). Elle s’esttendue en Allemagne. • les prévisions de ventes à partir de l’intervention d’ici la fin de la campagne. Après l’orientation à la baisse des prix dans l’ouest del’UE au début mai, la faiblesse des stocks devrait empê- La production est attendue en hausse de 28 Mt mais ellecher les prix de l’ancienne récolte de baisser encore vient d’être réduite par rapport au mois dernier à causefortement même si la probabilité du retour précoce de de la sécheresse dans l’UE, des retards de semis dansla Russie et de l’Ukraine sur le marché mondial dès l’été le Nord des USA et, dans une moindre mesure, en Mers’accroît. Noire. La demande mondiale reste prévue à un niveauCampagne 2011/12 élevé (690 Mt), en raison notamment d’une progressionNotre prévision de la production a été revue en nette de la consommation de blé fourrager aux dépens dubaisse (-3,6 Mt à 131,5 Mt) en raison de la sécheresse maïs. Les stocks mondiaux à la fin 2011/12 devraientdans l’ouest de l’UE et des dégâts hivernaux en Lituanie donc diminuer légèrement. Les échanges mondiaux sontet en Pologne. En conséquence, la consommation ani- attendus en hausse par rapport à ceux de 2010/11 enmale à la ferme a été corrigée en baisse (-1,3 Mt) ; néan- raison d’une chute de la production au Proche-Orientmoins, la consommation animale reste attendue à un ni- et d’une demande animale en hausse en Asie. Dansveau supérieur à celui de 2010/11 (aux dépens des autres ce contexte, nous continuons de prévoir que le mondecéréales). La consommation humaine et industrielle aura besoin de la totalité des disponibilités européennesest prévue en hausse également (secteur du bioéthanol malgré la remontée de 14 Mt des disponibilités du groupeprincipalement) et cette prévision n’a pas subi de grosses Russie-Ukraine-Kazakhstan. Or, les disponibilités euro-modifications depuis le mois dernier. péennes ont été revues en baisse depuis le mois dernierLes échanges intra-européens devraient s’accroître en si bien que nous avons revu en baisse la prévision des2011/12 en raison de la hausse de la consommation exportations de l’UE à 17 Mt à peine. Sur la base de ceintérieure (aux Pays-Bas notamment). On attend cepen- niveau d’exportations, le bilan européen ne sera pasdant une chute des importations de l’Allemagne et de lourd et les stocks resteront faibles en fin de campagnela France (si la qualité retrouve un niveau habituel en 2011/12. De manière générale, cette situation apparaîtAllemagne). Les blés anglais restent nettement plus comme un facteur de soutien pour les prix des blésattractifs que les blés français sur le sud de l’UE d’une européens, qui sont nettement moins chers que les bléspart ; d’autre part, les blés du sud est de l’UE appa- US. Le fait que le bilan mondial du blé s’annonce assezraissent d’ores et déjà compétitifs par rapport aux blés fragile avec des stocks relativement faibles, constitue unanglais (et nettement moins chers que les blés français) autre facteur de soutien. Néanmoins, les prix européenssur le sud de l’UE. peuvent encore être influencés momentanément à laÀ l’échelle mondiale, les stocks de départ seront infé- baisse si la Russie et l’Ukraine reprennent leurs exporta-rieurs de plus de 20 Mt à ceux de la campagne passée. tions cet été. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 20offre et demande intérieure2010/11 : révision en hausse de la production, en baisse des importations2011/12 : forte révision en baisse de la production qui entraîne une réduction dela consommation animalecAmpAgne 2010/11 avions jusqu’à maintenant maintenu la prévi- biocarburants sont disponibles sur notre site Web, sion d’un faible flux de blé fourrager australien à strategie-grains.com, pour les abonnés au moduleProduction destination de la péninsule ibérique mais avons « biocarburants UE ».La récolte européenne est estimée à 126,4 Mt. désormais supprimé cette hypothèse. Les blésNous venons de la revoir en hausse de 0,4 Mt US SRW sont légèrement plus chers mainte- Consommation animaledepuis le mois dernier. L’ajustement concerne la nant que les blés anglais à destination du sud Ce poste se situe à 49,4 Mt ; il vient de remon-Belgique et la Lettonie d’une part (+80 kt pour de l’UE : leur attractivité apparaît encore plus ter de 600 kt depuis le mois dernier sous l’effetchacun de ces pays) et la Roumanie (+250 kt). faible que le mois dernier. Par ailleurs, les expor- de plusieurs ajustements qui se compensentEn Roumanie, nous avions réduit notre estima- tations de la Serbie ont été revues en baisse car partiellement entre eux :tion de récolte de 400 kt le mois dernier mais ce pays a décidé de bloquer ses exportations sur  L’incorporation de blé dans les aliments in-nous modérons cette correction maintenant en les derniers mois de la campagne. dustriels a été revue en hausse en Allemagnefonction des autres éléments du bilan. Au 3 mai, les certificats d’importation s’élèvent suite à la prise en compte des chiffres offi- à 1,924 Mt. Il resterait donc environ 350 kt à ciels du mois de janvier (révision à la hausseImportations importer en mai et juin (contre 100 kt de certi- à la fois de la production d’aliments pourLes importations en provenance des pays tiers ficats délivrés au mois d’avril). animaux et de l’incorporation du blé danssont maintenant estimées à 2,27 Mt. Nous les les aliments) ;avons revues en baisse de 300 kt depuis le mois Consommation humaine et indus-  L’incorporation industrielle a été revue endernier en raison de la faiblesse des charge- trielle hausse aussi en France (+70 kt) et en Italiements réalisés au départ de certains pays expor- Ce poste est prévu à 58,1  Mt. Il a, de nou- (+110 kt) suite à la prise en comptes destateurs vers l’UE, ainsi que du faible volume veau, été revu en baisse depuis le mois dernier dernières statistiques de consommation etde certificats d’importation demandés par les (de 0,2 Mt). La révision à la baisse concerne la des flux d’importation ;opérateurs. La révision en baisse concerne les consommation meunière en France (-130 kt),  La consommation a été revue en baisse enflux en provenance des USA (-150 kt), de la en Allemagne (-90 kt) et en Autriche (-10 kt) revanche en Pologne (-220 kt) en raisonSerbie (-70 kt) et de l’Australie (-80 kt). Nous et résulte de la prise en compte des dernières d’ajustements portant sur les bilans des 5 statistiques officielles dis- dernières années ; tableau 3.1 : répartition des ponibles dans ces trois  pays  Enfin, la consommation à la ferme a été importations de l’UE 27 par origine (mars pour la France, février revue en baisse de 200 kt en France suite à la pour l’Autriche et janvier pour prise en compte des statistiques de stocks au kt 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 l’Allemagne). Parallèlement, 31 mars chez les organismes stockeurs et les USA 1 613 664 294 885 965 la consommation de blé pour utilisateurs de blé. Elle a été revue en baisse Canada 946 937 774 695 846 la production de bioéthanol de 200 kt en Allemagne pour la même rai- Argentine 11 2 1 6 6 a été revue en baisse de 15 kt son. Total Amérique 2 570 1 603 1 069 1 586 1 817 en Autriche suite à la prise en Globalement, la consommation de blé dans Norvège Suisse compte des données d’Agrar- l’UE reste estimée en baisse de 5 Mt par rap- Turquie 23 4 12 20 Markt Austria. port à 2009/10. Albanie Pour l’ensemble de l’UE, Croatie 173 30 160 104 les utilisations humaines et cAmpAgne 2011/12 Bosnie Herzégovine industrielles restent estimées en hausse de 1 Mt par rap- Production Serbie, Monténégro 168 1 18 169 32 port à 2009/10 en raison de La production de blé tendre de l’UE en 2011 Autres Europe la progression des utilisations est prévue maintenant à 131,5 Mt. Elle vient Europe 364 35 178 285 52 Ukraine 179 3 724 1 038 59 1 148 de blé pour la production de d’être révisée en nette baisse de 3,6 Mt par rap- Moldavie 3 64 21 28 20 biocarburants. Les utilisations port à l’estimation du mois dernier. La baisse Russie 1 230 405 311 64 250 meunières et amidonnières, concerne la France au premier lieu (-1,5 Mt), Kazakhstan 422 89 249 213 228 à l’échelle de l’UE, restent puis l’Allemagne (-1,2 Mt) et le Royaume-Uni Total CEI 1 834 4 282 1 619 364 1 646 stables par rapport à celles de (-325 kt). Dans ces trois pays, la révision à la Australie 6 205 199 27 216 2009/10. baisse résulte du manque de pluies du mois Emirats arabes unis d’avril et du début mai. NB : la liste des usines et des La production a été revue en baisse aussi en Chine capacités de production, les divers 12 10 25 9 106 Lituanie (-320 kt) à cause d’une diminution volumes prévus par pays et par des surfaces par rapport au mois dernier liée Total autres 18 215 224 38 322 campagne dans le domaine des aux dégâts hivernaux. En Pologne, le potentiel Total 4 786 6 135 3 090 2 273 3 837 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • stock de report importations exports grains conso. hum./industrielle conso. animale 21 pertes/util. outre-mer) stock report total stock intervention autres (semences/ juillet-juin surplus/déficit biocarburants dont collecte des pays tiers intervention 2011/12 production autre conso. exp. farines de l’UE 27 vers UE 27 stock-outil libre mini. stock libre demande composés intérieure à la ferme pays tiers vers tiers aliments aliments tableau 3.2 : bilans européens de blé UE 27 par pays en juillet-juin 2011/12 (kt) offre total total total libre All. 0 1325 1325 24628 20547 3215 21 29190 4694 3730 8749 115 777 7857 9685 4112 5573 1039 27897 0 1293 1293 -220 1518 2011 Bel/L 0 225 225 2022 3030 135 5412 365 49 2981 349 1032 1600 1727 1529 198 60 5182 0 230 230 0 235 Dan. 0 458 458 5359 292 11 6120 1156 135 336 7 0 329 3744 1395 2349 289 5660 0 459 459 0 460 Esp. 0 33 33 4924 3603 1371 9931 73 3443 15 416 3012 5670 4414 1256 479 9666 0 265 265 0 269 m a i Fra. 0 1987 1987 36007 32541 627 6 38627 6903 9722 10523 589 1181 8753 8067 4684 3383 1069 36283 0 2344 2344 -240 2585 Grè. 0 -232 -232 441 474 284 968 4 928 5 0 923 277 40 1249 0 -281 -281 0 -277 221 - 12 Irl. -0 65 65 779 366 10 1220 37 395 0 0 395 696 371 325 19 1147 -0 73 73 0 76bilanS euroPéenS de blé Ita. 0 777 777 3273 3315 1091 8456 55 5497 21 0 5476 1857 1421 436 287 7696 0 760 760 0 758 P.B. 0 228 228 1233 5160 47 6669 443 50 2973 9 664 2300 2873 49 6389 0 280 280 0 277 Por. 0 86 86 64 1160 129 1439 43 0 950 15 0 935 344 14 1351 0 88 88 0 89 U.K. -0 1361 1361 15742 669 622 18394 2260 21 7606 5 1246 6355 6427 4300 2127 360 16674 -0 1720 1720 -120 1843 Autr. -0 6 6 1465 1345 499 3 1973 608 20 929 4 339 586 212 121 91 60 1829 -0 144 144 0 147 g r a i n S Fin. 4 139 143 846 65 0 1054 357 -0 263 1 0 262 255 105 150 59 934 4 116 120 0 116 Suè. 0 94 94 2346 174 7 2621 282 215 1224 0 429 794 727 480 247 84 2532 0 89 89 0 86 Pol. 0 367 367 9485 320 5 10177 813 60 4467 6 0 4461 3140 1341 1799 1050 9530 0 647 647 0 643 Hon. 0 163 163 4189 79 0 4430 1066 316 1239 2 0 1237 1224 347 4192 0 238 238 0 239 t r a t é g i e Tch. -0 695 695 4320 35 0 5050 1322 5 1280 0 224 1056 1511 1046 465 191 4308 -0 741 741 0 739 Slq. 0 199 199 1332 56 0 1588 243 1 420 0 0 420 620 120 1404 0 184 184 0 182 Est. -0 47 47 387 58 0 492 114 20 67 1 0 66 208 31 440 -0 52 52 0 52 Let. 0 124 124 1137 305 2 1568 545 486 217 8 47 162 164 38 126 48 1461 0 108 108 0 108 Lit. -0 188 188 1844 76 3 2110 630 625 311 3 6 302 266 48 218 117 1949 -0 161 161 0 160 S Sln. 0 12 12 127 129 4 272 31 -0 173 22 0 151 32 31 1 18 252 0 20 20 0 16 Chy. 0 0 0 12 103 24 139 0 139 0 0 139 0 0 139 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 9 30 0 39 0 36 0 0 36 0 0 36 0 4 4 0 0 Rou. 0 196 196 5787 461 55 6499 1187 854 3424 4 0 3420 230 627 6321 0 178 178 -100 279 Bul. 0 117 117 3791 21 7 3935 1091 498 1363 1 112 1250 489 336 3778 0 157 157 0 157 UE 15 4 6553 6557 99128 22649 3739 132073 17281 13942 46798 1135 6084 39578 42561 3907 124489 4 7580 7584 -580 8183 UE 25 4 8348 8352 121971 23841 3775 157939 22045 15454 55146 1177 6362 47608 49726 5828 148200 4 9735 9738 -580 10322 UE 27 4 8661 8665 131548 24322 3837 168372 24322 16806 59933 1182 6474 52277 50445 6792 158299 4 10070 10074 -680 10757
  • stock de report importations exports grains conso. hum./industrielle conso. animale pertes/util. outre-mer) stock report total aliments composés aliments à la ferme stock intervention autres (semences/ juillet-juin surplus/déficit biocarburants dont collecte des pays tiers intervention 2010/11 production autre conso. exp. farines de l’UE 27 vers UE 27 stock-outil libre mini. stock libre demande intérieure pays tiers vers tiers tableau 3.3 : bilans européens de blé UE 27 par pays en juillet-juin 2010/11 (kt) offre total total total libre All. 0 2019 2019 23243 19790 3760 31 29053 4309 3048 8784 115 824 7845 10547 4263 6284 1039 27727 0 1325 1325 -260 1588 2011 Bel/L 0 210 210 2001 2892 101 5203 372 5 2990 349 1064 1578 1551 1381 170 60 4978 0 225 225 0 227 Dan. 0 994 994 5056 357 12 6419 1406 228 334 7 0 327 3704 1436 2268 289 5961 0 458 458 0 456 Esp. 0 482 482 4689 3370 349 8890 71 0 3222 15 221 2986 5084 3894 1190 479 8857 0 33 33 -210 246 m a i Fra. 0 3271 3271 35639 32928 915 5 39831 6366 12967 10255 589 1150 8516 7192 4318 2874 1063 37843 0 1987 1987 -450 2434 Grè. 0 -282 -282 361 579 175 833 5 1 922 5 0 917 97 40 1065 0 -232 -232 0 -236 221 - 12 Irl. -0 71 71 639 299 0 1008 38 383 0 0 383 503 248 255 19 944 -0 65 65 0 62bilanS euroPéenS de blé Ita. 0 921 921 3317 3562 901 8701 62 8 5496 21 0 5475 2071 1475 596 287 7923 0 777 777 0 779 P.B. 0 243 243 1362 4010 67 5683 507 13 2391 9 109 2272 2495 49 5455 0 228 228 0 232 Por. 0 107 107 62 1064 57 1291 12 0 948 15 0 933 231 14 1205 0 86 86 0 81 U.K. -0 1862 1862 14878 616 396 17752 2209 297 7115 5 769 6342 6410 4376 2034 360 16392 -0 1361 1361 -420 1778 Autr. -0 13 13 1414 1138 396 6 1829 559 39 939 4 339 596 227 130 97 60 1823 -0 6 6 -140 150 g r a i n S Fin. 27 188 215 724 40 0 979 137 5 250 1 0 249 385 195 189 59 836 4 139 143 0 139 Suè. 0 92 92 2184 267 12 2555 250 103 1219 0 434 785 805 497 308 84 2461 0 94 94 0 89 Pol. 1 492 493 9077 355 8 9932 854 113 4455 6 0 4449 3094 1294 1799 1050 9565 0 367 367 -270 639 Hon. 154 322 476 3618 114 0 4208 1058 260 1233 2 0 1231 1150 345 4045 0 163 163 -70 232 t r a t é g i e Tch. 93 734 828 3985 36 0 4848 1334 6 1108 0 57 1051 1515 1065 450 191 4154 -0 695 695 0 697 Slq. 36 446 481 1185 73 2 1742 271 2 460 0 0 460 690 120 1543 0 199 199 0 199 Est. -0 90 90 324 87 0 502 158 67 1 0 66 199 31 455 -0 47 47 0 50 Let. 0 99 99 973 321 2 1395 688 75 217 8 47 162 243 39 204 48 1271 0 124 124 0 127 Lit. 0 358 358 1708 116 6 2189 821 347 314 3 6 305 402 44 358 117 2001 -0 188 188 0 192 S Sln. 0 17 17 152 80 8 257 28 12 165 22 0 143 24 23 1 18 246 0 12 12 0 15 Chy. 0 10 10 13 94 22 139 0 139 0 0 139 0 0 139 0 0 0 0 0 Mal. 0 3 3 10 21 0 33 0 33 0 0 33 0 0 33 0 0 0 0 0 Rou. 0 125 125 5966 462 98 6651 1095 1063 3424 4 0 3420 247 627 6455 0 196 196 -80 280 Bul. 7 223 229 3792 20 13 4055 1294 524 1283 1 14 1268 500 336 3938 0 117 117 -40 152 UE 15 27 10192 10218 95570 22125 2113 130026 16304 16715 45247 1135 4909 39203 41301 3902 123469 4 6553 6557 -1480 8026 UE 25 310 12763 13073 116615 23423 2162 155272 21516 17530 53437 1177 5020 47240 48617 5821 146920 4 8348 8352 -1820 10178 22 UE 27 317 13111 13427 126373 23905 2273 165978 23905 19117 58144 1182 5034 51928 49364 6784 157313 4 8661 8665 -1940 10610
  • bilanS euroPéenS de blé 23de production a diminué également (-290 kt) de la qualité au Canada après les déboires de Consommation animaleen raison de l’impact des mauvaises conditions 2010/11). Ce poste est prévu à 50,4  Mt. Il vient d’êtreclimatiques de l’hiver (froid). Cette remontée des importations devrait réduit de 1,3 Mt depuis le mois dernier. La révi-Malgré cette forte réduction, la production concerner l’Espagne en premier lieu (+1 Mt)européenne reste prévue en hausse modé- puis le Royaume-Uni (+0,2 Mt), l’Italie (+0,2 sion concerne le poste de la consommation à larée par rapport à celle de 2010 (+5,2 Mt), les Mt) et la Grèce (+0,1 Mt). ferme principalement, revue en baisse de 0,6principales augmentations étant attendues Cette prévision dispose d’un grand potentiel Mt en France, de 0,2 Mt au Royaume-Uni et enen Allemagne (+1,4 Mt), au Royaume-Uni de fluctuation en fonction de la taille et de la Allemagne, de 0,1 Mt en Autriche. Ces baisses(+860 kt), en Hongrie (+570 kt), en Pologne qualité des récoltes de la Mer Noire et de l’Amé-(+410 kt), en France (+370 kt). rique du Nord. résultent principalement des réductions appor- tées aux estimations de récolte. Malgré la révi-Importations Consommation humaine et indus- sion en baisse de la consommation à la ferme,Peu de changement. Ce poste est prévu à trielle3,8 Mt. Nous maintenons l’hypothèse d’un Ce poste reste prévu à 59,9 Mt (peu de change- la consommation totale de blé dans l’alimenta-accroissement des importations par rapport à ment par rapport au mois dernier). Il est atten- tion animale reste attendue en petite hausse en2010/11 en raison d’une prévision de remon- du en hausse de 1,8 Mt par rapport à 2010/11. 2011/12 (de 1,1 Mt par rapport à 2010/11)tée de la récolte de blé dans la région de la Mer Par rapport à 2010/11, la hausse concerne aux dépens des autres céréales. Elle reste néan-Noire. Bien que les disponibilités exportables principalement les utilisations pour la produc- moins prévue à un niveau très inférieur à celuide cette région devraient rester très inférieures tion de bioéthanol  au Royaume-Uni (avecà celles de 2009/10, nous faisons quand même l’ouverture d’une nouvelle usine et malgré le de 2009/10 (de presque 4 Mt). Elle disposel’hypothèse (modérée) que les flux ukrai- retard), aux Pays-Bas et en Espagne (plus de donc encore d’un fort potentiel de hausse (deniens, russes et kazakhs à destination de l’UE blé utilisé qu’en 2010/11) et en République 3 Mt environ) si l’attractivité du blé s’amélio-pourraient remonter aux environs de 1,6 Mt Tchèque. rait par rapport à celle des autres céréales. Elle(niveau proche de celui de 2009/10). Nous fai- Nous prévoyons également un accroissementsons aussi la prévision d’une petite remontée de de 230 kt dans le secteur de la meunerie (en dispose aussi d’un potentiel de baisse dans le cas150 kt des flux canadiens à destination de l’UE France notamment après la chute de 2010/11) contraire dont l’ampleur est plus modérée (de(sous l’hypothèse du retour à un niveau normal et de 120 kt dans le secteur de l’amidonnerie. 1 à 2 Mt).comParaiSon deS Prix Selon leS origineS au 6/05/2011Tendance baissière depuis la fin avrilsituAtion pAr pAys niveau plus faible que le mois dernier : le blé fourragers et +16 €/t pour les blés meuniers).Le tableau 3.4 représente l’évolution des prix français a perdu 17 €/t sur le rapproché (-7 %) Nouvelle récolteeuropéens depuis le mois dernier. et le blé anglais 8 £/t (11 €/t, -4 %). Dans le sud La tendance est à la baisse dans l’ouest de l’UE : de l’UE, les prix n’ont pas beaucoup évolué. les blés français et les blés allemands ont perduAncienne récolte À l’est de l’UE, les prix hongrois et les prix environ 10 €/t (-4 %) sur l’échéance octobre-Les prix allemands sont restés relativement roumains ne sont plus cotés pour l’ancienne décembre  ; les prix anglais sont restés stablesstables (+1 %). Ailleurs dans l’ouest de l’UE, récolte ; en revanche, on a observé une nette re- en livre mais ils ont perdu environ 2 €/t car lales prix de l’ancienne récolte se retrouvent à un montée des prix polonais (+18 €/t pour les blés livre s’est dépréciée face à l’euro depuis le début graphique 3.1 : évolution des cotations des blés allemands, anglais et français UK, petits bateaux Fob Allemagne blé B, petits bateaux — blé fourrager France, rdu Rouen base juillet, blé standard délivré Hbg £/t €/t €/t 280 280 235 260 260 220 205 240 240 190 220 220 175 200 200 160 180 180 145 160 160 130 140 140 115 100 120 120 85 100 100 05/10 07/10 09/10 11/10 12/10 03/11 04/11 05/10 07/10 09/10 11/10 12/10 03/11 04/11 05/10 07/10 09/10 11/10 12/10 03/11 04/11 jan-mars oct-déc 2010 avril-juin 2011 (spot) S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 24 tableau 3.4 : prix des blés dans plusieurs pays de l’UE au 6/05/2011 6 mai 8 avr évolution 6 mai 8 avr évolutionAllemagne (€/t) Espagne (€/t)franco Hambourg blé fourrager délivré Catalogne 252,0 250,0 2,0 1% blé E spot 275,0 272,0 3,0 1% Italie (€/t) blé A spot 265,0 262,0 3,0 1% Blé de qualité ordinaire Milan 280,5 279,5 1,0 0% blé B spot 255,0 252,0 3,0 1% Hongrie (BCE) Huf/t blé fourrager spot 241,0 237,0 4,0 2% fourrager août 47500 46500 1000 2% E Nov 235,0 244,0 -9,0 -4% meunier août 52000 49500 2500 5% A Nov 225,0 234,0 -9,0 -4% taux de change euro/HUF 265,0 264,1 0% B Nov 215,0 224,0 -9,0 -4% République Tchèque - Bourse de Brno (€/t)Royaume-Uni (£/t) fourrager spotbateaux 25 kt meunier spot mai-juin 200,0 208,0 -8,0 -4% oct-dec 172,0 172,0 Pologne - moyenne nationale prix délivrés (€/t) fourrager spot 241,3 223,0 18,3 8% taux de change livre/euro 1,127 1,137 -1% meunier spot 252,2 236,0 16,2 7%France (€/t)blé standard (15/4/2/2) rendu Rouen Roumanie/Bulgarie- Fob Mer Noire (€/t) mai 0,0 237,0 0% mai-juin 235,3 252,3 -17,0 -7% juillet 182,7 197,2 -14,5 -7% oct-dec 209,2 218,7 -9,5 -4% Matif Euronext mai 240 247,25 -7,25 -2,9%d’avril. Les prix des blés européens du sud-est tableau 3.5 : écarts entre les prix de blé français et anglais au(roumains et bulgares) ont suivi la même ten- 6/05/2011, en Italie et en Espagnedance ayant perdu presque 15 €/t depuis ledébut d’avril. Italie Espagne (méditerr.) Nord de l’EspagneEn revanche, les blés hongrois sur le marché de mai juin oct/déc mai juin oct/déc mai juin oct/décBudapest se sont appréciés légèrement pour prix français moins anglaisl’échéance août 2011 que ce soit pour la qualité €/t 9,5 17,2 18,4 9,5 17,2 18,4 10,9 18,6 19,7fourragère ou la qualité meunière. £/t 6,0 15,3 16,3 6,0 15,3 16,3 6,8 16,5 17,5conclusion de la Russie et de l’Ukraine sur le marché mon- alors que les prix français ont baissé) ; cet avan-A l’exception des blés hongrois, des blés dial d’autre part. Les inquiétudes climatiques tage se situe désormais entre 18 et 20 €/t selonpolonais et des blés allemands de l’ancienne (manque de pluie dans l’ouest de l’UE) ont la taille des bateaux alors qu’il s’élevait à plus derécolte, les blés européens se retrouvent cotés toutefois limité la baisse des prix de la nouvelleaujourd’hui à un niveau inférieur (ou au plus campagne. 24 €/t le mois dernier. En nouvelle campagne,égal) à celui du mois dernier. La baisse a été plus Les blés allemands de l’ancienne récolte sont les blés du sud est de l’UE apparaissent d’ores etmarquée en ancienne qu’en nouvelle récolte désormais nettement plus chers que les blés déjà compétitifs par rapport aux blés anglais (etpour les blés français et anglais. Toutefois, avant français (15 €/t entre les prix du blés B àd’amorcer cette correction baissière, les prix Hambourg et du blé standard à Rouen) ; ils re- nettement moins chers que les blés français) suravaient continué de grimper jusqu’au 20 avril trouvent en revanche une « prime » habituelle le sud de l’UE.avant que la tendance ne se renverse par la suite. de 5 à 6 €/t par rapport aux blés français à partirLes blés de l’ancienne récolte restent en effet de novembre. N.B. : afin de faciliter la comparaison entresoutenus par l’extrême faiblesse des stocks de fin Que ce soit en ancienne ou en nouvelle ré- origines, le tableau 3.4 présente des prix complets,de campagne. Néanmoins, ils ont été influen- colte, les blés anglais restent nettement plus c’est-à-dire, dans le cas de la France, des prix quicés à la baisse depuis le 20 avril par les prix US attractifs que les blés français sur le sud de l’UE.d’une part, ainsi que par les anticipations d’un Toutefois, leur avantage en nouvelle campagne incluent les majorations mensuelles (de 0,93 €/tretour qui pourrait être plus précoce que prévu a diminué (les prix anglais sont restés stables /mois). S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 25 tableau 3.6 : échanges de blé intra-UE 27 2011/12 (kt)origines destinations 2011/12 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Irl. Ita. P.B. Por. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Sln. Chy. Mal. Rou. Bul. UE All. 1104 83 56 189 45 26 473 2051 59 354 169 2 29 -4 16 3 1 1 2 5 11 4 8 7 1 4694 B/L 32 2 1 92 0 0 2 209 0 11 0 0 14 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 365 Dan. 320 39 98 138 0 49 0 267 69 37 0 8 75 29 0 0 0 24 0 3 0 0 0 0 0 1156 Esp. 0 0 0 7 0 0 9 0 50 7 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 73 Fra. 468 1451 10 720 106 97 1496 1759 581 119 0 0 0 2 0 5 0 0 0 1 0 67 19 2 0 6903 Grè. 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 4 Irl. 0 0 0 0 0 0 0 5 0 32 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 37 Ita. 12 3 1 0 20 0 0 5 0 2 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 8 0 55 P.B. 126 175 1 85 16 0 0 3 6 14 0 1 13 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 0 0 443 Por. 0 0 0 43 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 43 U.K. 68 164 14 896 68 10 179 58 594 209 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2260 Autr. 56 5 0 0 8 10 0 482 13 0 0 0 0 0 6 4 3 0 0 0 9 0 0 3 8 608 Fin. 56 0 8 173 0 0 4 3 2 0 69 0 7 1 0 0 0 30 3 0 0 0 0 0 0 357 Suè. 47 0 46 90 5 0 2 0 34 6 2 0 44 5 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 282 Pol. 728 0 2 3 32 0 3 4 19 4 2 0 2 5 0 1 5 0 0 2 0 0 0 0 0 813 Hon. 60 5 0 2 4 118 0 311 29 0 1 155 0 0 15 6 17 0 0 0 87 13 0 236 7 1066 Tch. 912 1 0 0 0 0 0 11 1 0 0 113 0 0 221 11 30 0 0 0 20 0 0 0 1 1322 Slq. 36 0 0 4 0 4 0 27 26 0 0 51 0 0 36 41 15 0 0 0 2 0 0 1 0 243 Est. 15 0 1 8 4 0 5 0 22 0 4 0 4 16 0 0 0 0 34 2 0 0 0 0 0 114 Let. 104 7 105 152 11 0 2 32 63 0 3 0 0 3 2 0 0 0 -0 63 0 0 0 0 0 545 Lit. 116 51 20 72 23 0 0 13 23 15 0 0 5 12 10 0 0 0 3 267 0 0 0 0 0 630 Sln. 0 0 0 0 0 0 0 30 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 31 Chy. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 58 25 0 561 8 54 0 331 30 83 13 8 0 0 0 4 0 0 0 0 0 0 10 1 2 1187 Bul. 1 0 0 638 0 127 0 29 7 78 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 8 0 204 1091 UE 3215 3030 292 3603 627 474 366 3315 5160 1160 669 499 65 174 320 79 35 56 58 305 76 129 103 30 461 21 24322 tableau 3.7 : échanges de blé intra-UE 27 2010/11 (kt)origines destinations 2010/11 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Irl. Ita. P.B. Por. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Sln. Chy. Mal. Rou. Bul. UE All. 1086 77 54 243 70 35 365 1735 59 349 78 3 38 41 31 4 1 1 3 0 13 3 6 13 1 4309 B/L 41 1 1 128 0 0 1 163 0 18 0 1 17 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 372 Dan. 327 126 110 149 0 63 0 305 60 43 0 15 122 27 0 0 0 59 0 2 0 0 0 0 0 1406 Esp. 0 0 0 13 0 0 18 0 36 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 71 Fra. 599 1109 12 844 264 32 1717 983 611 112 0 0 0 1 0 1 0 0 0 1 0 63 12 4 0 6366 Grè. 0 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 5 Irl. 0 0 0 0 0 0 0 4 0 34 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 38 Ita. 17 3 2 0 23 0 0 6 0 4 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 0 62 P.B. 135 182 1 114 24 0 0 1 9 10 0 2 27 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 507 Por. 0 0 0 12 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 12 U.K. 210 217 22 624 191 16 155 78 587 108 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2209 Autr. 79 1 0 0 6 10 0 421 5 0 0 0 0 0 7 5 3 0 0 0 9 0 0 4 8 559 Fin. 39 0 14 50 0 0 2 6 4 0 15 0 5 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 137 Suè. 51 0 64 100 4 0 1 0 17 5 2 0 2 3 0 0 0 0 0 2 0 0 0 0 0 250 Pol. 650 1 2 83 44 0 5 2 35 4 3 0 3 10 1 2 5 0 0 2 0 0 0 0 0 854 Hon. 88 2 0 2 6 89 0 393 12 0 0 184 0 0 11 6 17 0 0 0 57 11 0 175 4 1058 Tch. 975 1 0 0 0 0 0 15 2 0 0 76 0 0 194 22 47 0 0 0 0 0 0 0 2 1334 Slq. 57 0 0 5 0 2 0 24 9 1 0 45 0 0 56 51 18 0 0 0 1 0 0 2 0 271 Est. 49 0 1 16 9 0 2 0 19 0 2 0 7 24 0 0 0 0 24 4 0 0 0 0 0 158 Let. 151 11 139 146 21 0 3 25 54 0 3 0 0 5 3 0 0 0 22 104 0 0 0 0 0 688 Lit. 212 101 21 23 46 0 0 26 22 30 0 0 7 19 15 0 0 0 6 293 0 0 0 0 0 821 Sln. 0 0 0 0 0 0 0 27 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 28 Chy. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 79 51 0 557 3 24 0 281 38 26 14 11 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 3 1 3 1095 Bul. 1 0 0 629 0 103 0 162 10 116 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 13 0 260 1294 UE 3760 2892 357 3370 915 579 299 3562 4010 1064 616 396 40 267 355 114 36 73 87 321 116 80 94 21 462 20 23905 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 26échangeS intraeuroPéenS2010/11 : révision en baisse des exportations de la France et du Danemark —2011/12 : des échanges stables avec des flux importés en hausse aux Pays-Basmais moindres en France et en AllemagnecAmpAgne 2010/11 réduire ses exportations vers les autres membres Mt. Ils sont maintenant attendus en hausse deÀ 23,9 Mt, les échanges intraeuropéens sont de l’UE. Les exportations de la Hongrie ont di- 0,4 Mt par rapport à ceux de 2010/11.revus en baisse de 0,2 Mt depuis le mois dernier. minué aussi (-250 kt) suite à une nette baisse de Par rapport à 2010/11, les importations sontEn fonction de la prise en compte des dernières la récolte ainsi que les exportations de la Suède attendues en baisse en Allemagne (-500 kt) etstatistiques douanières et des engagements (-150 kt). En revanche, les exportations ont en France (-300 kt) principalement (moindreconnus à ce jour, les exportations de la France nettement augmenté au départ de l’Allemagne besoin d’importation meunier en Allemagne siet du Danemark ont été revues en baisse depuis et de la Pologne (+280 kt au départ de chacun la qualité retrouve bien une situation normale ;le mois dernier de 270 kt pour chacun des deux de ces pays), et de la Lettonie (+230 kt) ; les flux moindre besoin d’importation fourrager enpays. Cela est compensé partiellement par une au départ de ces pays ont été constitués surtout France en raison d’une réduction des exporta-révision en hausse des exportations polonaises de blé fourrager. tions vers pays tiers). En revanche, les impor-et autrichiennes (+110 kt et 100 kt respective- Du côté des importations, par rapport à 2009/10, nous avons observé une forte baisse tations des Pays Bas (+1,15 Mt) sont prévuesment). des flux entrant en Lettonie (-290 kt), en en forte hausse en raison de la progression de laLes importations ont été revues en baisse en Pologne (-160 kt), au Portugal (-360 kt), aux consommation.Belgique (-80 kt), en Espagne (-200 kt) et enLettonie (-90 kt). La Lettonie importe moins Pays Bas (-220 kt),  en Italie (-350 kt) et en Par rapport à 2010/11, les exportations sontde blé lituanien que prévu (la Lituanie ayant en Espagne (-1 Mt). Ces fortes baisses s’expliquent attendues en hausse en France (+500 kt), enrevanche exporté plus que prévu à destination par une nette réduction de la consommation Allemagne (+400 kt), au Royaume-Uni (+50de la Belgique). animale dans ces pays et par la préférence don- kt), en Finlande (+220 kt) ; en revanche,Le volume total des échanges 2010/11 est assez née au maïs dans la production de bioéthanol elles sont attendues en baisse au départ duproche de celui de 2009/10 (-270 kt seule- aux Pays bas. En revanche, les importations de Danemark (-250 kt), des pays baltes (-330 kt)ment). l’Allemagne ont fortement augmenté (+1,1 et de la Bulgarie (-200 kt).Toutefois, la structure des échanges a évolué Mt) en raison de la dégradation qualitative Par rapport à cette estimation, les échangesentre 2009/10 et 2010/11 : les exportations des blés allemands, ainsi que celles de la France 2011/12 sont susceptibles de varier très forte-de la France vers les autres membres de l’UE (+0,5 Mt) en raison au contraire de la bonne ment en fonction de la taille et de la qualité desont fortement chuté par rapport à 2009/10 performance qualitative des blés français qui récoltes d’une part, de l’environnement mon-(-1 Mt). La France a en effet maximisé ses ont été exportés massivement vers pays tiers, dial d’autre part.exportations de blé meunier vers les pays tiers alors que des quantités de blé fourrager plusen raison de sa bonne performance qualitative importantes que d’habitude pouvaient entrer NB : le détail des échanges intraeuropéens (pré-cette année, de la faiblesse des disponibilités dans le nord et l’ouest de la France. visions et réalisations par pays) est disponiblede blé meunier en Allemagne et de la forte sur notre site Web, strategie-grains.com, pourdemande du marché mondial (suite au retrait cAmpAgne 2011/12 les abonnés au module « échanges intraeuro-de la Russie). En contrepartie, la France a dû Les échanges intraeuropéens sont prévus à 24,3 péens ».marché mondial2010/11 : des stocks en baisse de 24 Mt — en 2011/12, une situation qui setend sous la menace des risques climatiquesBAisse des prix sur le mArché 375 $/t le mois dernier. dernier) et 318 $/t sur novembre. Les blés A al-mondiAl – AnticipAtion d’un Depuis le 8 avril, les prix US ont fortement lemands de bonne qualité meunière valent 384retour des exportAtions de lA baissé (-27 $ pour le SRW et -26 $ pour le $/t sur le rapproché (377 $/t le mois dernier)mer noire plus précoce que HRW sur le rapproché). et 332 $/t sur novembre. À l’exception des prix Cette tendance à la baisse s’est également réper- allemands, les prix européens ont chuté depuisprévu cutée sur les marchés européens. Les blés fran- le mois dernier, de 12 à 21 $/t sur le rapprochéSur l’échéance rapprochée, (tableau 3.8) les blés çais valent le 6 mai 347 $/t sur le rapproché pour les blés anglais et français respectivementUS SRW Fob Gulf valent 299 $/t le 6 mai contre 368 $/t le mois dernier. Sur octobre, ils et de 3 à 12 $/t en nouvelle récolte (pour les(326 $/t le mois dernier). Ils valent 308 $/t valent 308 $/t contre 320 $/t le mois dernier. blés anglais et français respectivement). Ce sontFob sur août (325 $/t le mois dernier). Le prix Les blés anglais valent 328 $/t sur le rapproché les blés français qui accusent la plus forte baisse.des blés HRW se situe à 344 $/t Fob sur le rap- (340 $/t le mois dernier) et 278 $/t sur octobre Ces baisses de prix en Europe et aux Etats-Unisproché contre 370 $/t Fob le mois dernier. Sur (281 $/t le mois dernier). Les blés B allemands s’expliquent par plusieurs facteurs : tout d’abordl’échéance août le prix est de 349 $/t Fob contre valent 370 $/t sur le rapproché (363 $/t le mois les pluies arrivées sur les plaines de blé d’hiver S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 27aux USA sont venues limiter les dégâts sur lesblés HRW (même si quelques zones de l’Okla- tableau 3.8 : prix Fob de quelques origines mondiales au 6/05/2011homa et du Kansas restent encore en situation mai aoû oct novtrès critique) ; dans l’UE, les faibles pluies de lafin avril ont aussi pu contribuer à la baisse mais US $/t 6/05 6/05 6/05 6/05 blé français (PS 74, Hagberg 220, 11 % prot) 347de manière très modérée vu les faibles quanti- blé français standard 347 310 308 309tés tombées. La première semaine du mois de blé fourrager anglais (gros bateaux) 332 294 294mai a été marquée également par une vague blé fourrager anglais (petits bateaux) 328 278 278de vente de la part des investisseurs financiers blé danois (gros bateaux)(vague déclenchée par la baisse du prix du blé danois (petits bateaux)pétrole). blé all. meunier à14% prot (3 kt) 405 347Enfin, depuis la fin avril, la perspective d’une blé allemand meunier 13% (3 kt) 384 332reprise des exportations russes et ukrainiennes blé allemand meunier 12% (3 kt) 370 318plus précoce que prévu a impacté les prix des blé US SRW 299 308 327 331autres origines à la baisse, les prix européens blé US HRW 344 349 361 361surtout. blé argentin 360L’Ukraine a décidé de stopper sa politique blé Mer Noire meunier (25 kt) 305de contrôle des exportations par des quotas à blé Mer Noire fourrager (25 kt) 275partir du 1er juillet en blé (ainsi qu’en orge ; en blé bulgare/roumain 266 270 272maïs en revanche, les quotas ont été supprimés orge ukrainiennedès le mois de mai). Néanmoins, le parlement orge française 273 270 270a récemment voté la mise en place de taxes à maïs US 305 287l’exportation ; toutefois, ni le montant de ces maïs français 343 347 301 303taxes ni leur date d’application n’ont encore maïs bulgare/roumain 334 338 283 284été décidés si bien que la situation reste floue. maïs ukrainien 314En Russie, la situation reste proche de celle (des mouvements de grains ont été rapportésdécrite le mois dernier : les stocks de fin de cam- lement 3 $/t (pour les blés français) et 26 $/tpagne sont probablement plutôt supérieurs à du marché intérieur vers les silos portuaires, (pour le blés allemands) de plus que les blésce qui était estimé auparavant en raison d’uneillustrant l’anticipation par certains opérateurs HRW en position Fob ; cette situation main-consommation animale un peu moins élevée d’une reprise précoce des exportations russes). tient encore un intérêt pour les blés français sur(nous en avons déjà tenu compte dans nos bi- Etant donné les délais nécessaires à la promul- le marché mondial. gation des décisions gouvernementales, onlans le mois dernier) et, peut-être, d’une récolte En nouvelle campagne sur les mois d’été, les2010 sous-estimée. En tous cas, la perspectivepeut penser que le gouvernement russe prendra blés français (en position Fob) valent presque led’une reprise des exportations de la Russie enposition sur cette question dès la fin mai. même prix que les blés SRW et 40 $/t de moins2011/12 se renforce et cette reprise pourrait En ancienne campagne, les blés français et que les blés HRW. A partir de l’automne, les allemands sont respectivement cotés à 48 etavoir lieu plus tôt que prévu en raison de la pres- blés français valent 20 à 25 $/t de moins quesion exercée par les stocks dans le sud du pays 71 $/t de plus que les blés SRW. Ils valent éga- les blés SRW et 50 $/t de moins que les blés HRW ; les blés B allemands valent 13 $/t de graphique 3.2 : prix mondial du blé en données mensuelles (Fob principales origines en US $/t) moins que les blés SRW et 43 $/t de moins que les blés HRW. Les blés européens apparaissent $/t donc très attractifs face aux blés US. 450 Les premières cotations disponibles pour la 400 Fob Rouen Mer Noire se situent à environ 275 $/t pour le SRW Fob Gulf blé fourrager ukrainien et 300 $/t pour les blés 350 prix réalisés SRW avec bonus meuniers ukrainiens (pas encore de cotations russes pour le moment). 300 prix Fob Rouen avant taxe/restit. à lexport Les prix européens sont actuellement influen- cés par la possibilité de la reprise des exporta- 250 tions au départ de la Russie et de l’Ukraine. 200 Cette éventualité semble maintenant totale- ment incorporée dans les prix de l’automne (et 150 explique l’existence du décompte important entre les prix européens et les prix US sur cette 100 période); elle commence aussi à impacter les prix du tout début de campagne mais moins 50 nettement ; ceux ci gardent encore un potentiel sep-92 mar-95 sep-97 mar-00 sep-02 mar-05 sep-07 mar-10 de baisse si la Russie et l’Ukraine reprenaient leurs exportations dès juillet. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 28révision en légère BAisse du tableau 3.9 : bilan mondial du blé (tendre et dur)stock de lA fin 2010/11 Mt 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12Notre estimation de la production mondiale SG USDA SG USDA SG USDA SG USDA2010/11 reste quasiment stable à un niveau stocks départ 126,0 125,5 166,3 166,2 190,4 196,2 166,1 182,2proche de 647 Mt. La consommation animale production 681,9 682,2 681,5 684,2 647,0 648,1 675,2 669,6est prévue à 124,1 Mt en hausse de 1,1 Mt dont USA 68,0 68,0 60,4 60,4 60,1 60,1 59,0 55,6par rapport au mois dernier (aux dépens du Canada 28,6 28,6 26,8 26,9 23,2 23,2 25,6 26,0maïs, en Chine notamment) et en hausse de Australie 21,4 21,4 21,9 21,9 26,3 26,0 24,7 24,5plus de 8,5 Mt par rapport à l’an dernier. La Argentine 10,1 10,5 11,0 11,0 14,7 15,0 13,4 13,5consommation humaine est également revue UE 27 150,0 151,1 137,6 138,6 135,5 135,8 139,9 138,6en hausse d’un peu plus de 2 Mt (suite à la prise Russie 63,7 63,7 61,7 61,8 41,5 41,5 53,1 53,0en compte des importations et à l’ajustement Ukraine 25,1 25,9 20,9 20,9 17,2 16,8 19,6 19,0des bilans de plusieurs pays, l’Indonésie notam- Kazahkstan 12,9 12,6 16,2 17,1 10,3 9,7 14,9 15,0ment). La demande totale est maintenant Inde 78,6 78,6 80,7 80,7 80,7 80,8 84,3 84,0prévue à 671,4 Mt contre 668 Mt le mois Chine 112,5 112,5 115,1 115,1 114,5 115,0 115,0 115,5 Afrique du Nord 14,4 14,4 20,2 20,3 16,1 16,1 18,4 19,1dernier et 657,4 Mt l’an passé. P. Orient 32,3 30,3 37,2 38,4 38,7 40,2 37,2 37,9En conséquence, notre estimation du stock échanges 137,8 140,3 133,2 134,7 129,1 124,2 140,0 125,7mondial de blé descend à 166,1 Mt, une baisse conso. animale 117,9 117,9 115,6 119,2 124,1 122,8 129,7 124,2de 3,7 Mt par rapport au mois dernier. Pour conso. totale 641,5 641,5 657,4 654,3 671,4 662,1 686,9 670,5l’ensemble du monde les stocks sont donc en stocks finaux 166,3 166,2 190,4 196,2 166,1 182,2 154,3 181,3train de chuter de plus de 24 Mt. Ils devraient source : Stratégie grainsatteindre un ratio de 24,7 % par rapport auxutilisations contre 25,4 % le mois dernier et29 % à la fin de 2009/10. tableau 3.10 : estimation des bilans russe, ukrainien et kazakh Ukraine Russie Kazakhstanl’érosion des stocks de fin de Mt 09/10 10/11 11/12 09/10 10/11 11/12 09/10 10/11 11/12cAmpAgne 2011/12 se poursuit stocks départ 2,2 2,2 4,4 10,8 13,9 6,3 2,6 3,7 2,0Le tableau 3.9 présente les perspectives mon- production 20,9 17,2 19,6 61,7 41,5 53,1 16,2 10,3 14,9diales pour la campagne 2011/12. Nous avons imports 0,0 0,0 0,0 0,3 0,1 0,5 0,0 0,0 0,0à nouveau revu en baisse notre estimation de la exports 9,2 3,4 9,9 18,4 3,4 8,9 4,0 2,7 5,0production mondiale 2011 à 675,2 Mt contre consommation 11,7 11,6 12,5 40,5 45,8 43,8 11,1 9,2 9,7681,9 Mt le mois dernier. La production stocks finaux 2,2 4,4 1,6 13,9 6,3 7,2 3,7 2,0 2,22011/12 reste donc attendue en hausse de source : Stratégie grains d’après compilation de plusieurs sources28 Mt par rapport à l’an dernier. La situationapparaît ce mois-ci plus tendue qu’elle ne pour la campagne 2011/12. d’hiver ont eu de bonnes conditions de déve-l’était au mois d’avril en raison de la persistance loppement même s’ils ont connu une périodede problèmes climatiques qui touchent d’im- Révision à la baisse des prévisions en Russie, de sécheresse. Sur la période du 20 février auportantes régions productrices. Ukraine et Kazakhstan 31 mars, les précipitations représentaient 20Une récolte mondiale 2011 qui reste En Russie, la surface semée en blé de prin- à 40 % du volume normal et même entre 10attendue en hausse mais diminue par temps a été revue en baisse de 1 Mha, de 14,5 et 20 % pour le Sud du pays (selon Ukragro).rapport au mois dernier à 13,5 Mha en raison d’un retard dans les Le rendement a été révisé à la baisse à cause du semis notamment dans la région Centrale. retard observé dans les semis de printemps etLes conditions de culture sont pour l’instant Les conditions hivernales persistent dans ces de la sécheresse qui a empêché la bonne assimi-favorables dans la CEI malgré des retards dans régions et les prévisions du ministère de l’agri- lation des intrants.les semis observés en Russie et en Ukraine. Larécolte devrait y être très supérieure à celle de culture à 14 Mha ne pourront vraisemblable- Les surfaces cultivées en blé au Kazakhstanl’an dernier. Elle est prévue en hausse d’envi- ment pas être atteintes. La surface totale récol- ont été revues en baisse à 13,6 Mha ce quiron 19 Mt pour les 3 pays, Russie, Ukraine tée en blé est maintenant prévue à 25,2 Mha amène la production à 14,9 Mt. D’aprèset Kazakhstan. La production est également et notre prévision de la récolte 2011 se situe des sources locales, les agriculteurs Kazakhsestimée en hausse au Canada (+2,4 Mt), dans maintenant à 53,1 Mt contre 55 Mt le mois auraient du mal à financer les cultures de lal’UE (+4,4 Mt), en Inde (+3,6 Mt) et en dernier. La surface récoltée prévue en 2011 est campagne 2011/12 en raison des difficultésAfrique du Nord (+2,3 Mt). néanmoins toujours nettement supérieure à de trésorerie qui ont été causées l’an dernier par celle de l’année dernière qui ne représentait queLa situation reste préoccupante au Proche- la sécheresse. Le gouvernement a également 22 Mha.Orient où les récentes précipitations n’ont pas commencé un programme de promotionété suffisantes pour permettre à la récolte d’éga- En Ukraine, la production a été revue en des cultures fourragères ce qui a contribué à laler celle de l’année dernière. Une baisse de 1,5 baisse de 0,6 Mt par rapport au mois dernier baisse des surfaces en blé. Le rendement resteMt de la production de blé tendre est attendue et est maintenant évaluée à 19,6 Mt. Les blés stable par rapport au mois dernier. En consé- S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 29quence, notre estimation de la production de graphique 3.3 : marché à terme de Chicagoce pays vient d’être revue à la baisse de 0,5 Mt,à 14,9 Mt. 10Les pluies en Algérie soulagent la sécheresse prix (en $/bushel) mai 2011 9,5mais la situation reste préoccupante au 9 juil 2011Proche-Orient 8,5 sep 2011Le rendement a été légèrement revu à la hausse 8en Algérie où de récentes pluies ont entraîné la 7,5levée des alertes sécheresse qui avaient été mises 7en place le 21 avril. La Tunisie et le Maroc ontégalement profité de pluies qui vont leur per- 6,5mettre d’assurer une bonne récolte. Au total, 6la production en Afrique du Nord est évaluée 5,5à 18,4 Mt pour la campagne 2011/12 contre 516,1 Mt en 2010/11. mar-09 jui-09 sep-09 déc-09 mar-10 jui-10 sep-10 nov-10 fév-11 mai-11En Iran le rendement a été relevé en raison despluies récentes. La production augmente enconséquence de 0,6 Mt pour atteindre 13,3 tableau 3.12 : bilan de blé (tendre et dur) des principaux exportateursMt. Elle sera cependant nettement infé- mondiaux (Mt)rieure à celle de l’an dernier (14,4 Mt). consommationLes pluies sont arrivées tardivement sur la stocks départ dont animale stocks finaux productionrécolte syrienne et elles n’ont pas pu fonda- importsmentalement améliorer le rendement qui reste exportsprévu à un bas niveau cette année.La Turquie a néanmoins bénéficié de pluies 10/11 USDA 26,6 60,1 3,0 34,7 32,1 4,6 22,8abondantes et sa récolte est attendue à 18 Mt 11/12 USDA 22,8 55,6 3,0 28,6 33,8 6,0 19,1 USAen hausse de 1 Mt par rapport à l’an passé. 10/11 SG 26,6 60,1 3,0 35,6 32,0 5,6 22,0 11/12 SG 22,0 59,0 3,0 34,1 32,2 6,0 17,6Pour l’ensemble du Proche-Orient, la récolte 10/11 USDA 7,8 23,2 0,4 16,5 8,7 4,0 6,2est donc attendue à un niveau inférieur à celui 11/12 USDA 6,2 26,0 0,4 18,5 7,9 3,2 6,2de 2010/11, autour de 37,2 Mt en recul de 1,5 Canada 10/11 SG 7,8 23,2 0,0 15,1 8,0 3,4 8,0Mt. 11/12 SG 8,0 25,6 0,0 17,2 8,0 3,3 8,4Baisse de la production prévue en Amérique 10/11 USDA 1,4 15,0 0,0 8,5 5,9 0,0 2,0du Nord en raison des conditions climatiques 11/12 USDA 2,0 13,5 0,0 8,0 5,9 0,0 1,6 Argentineactuelles 10/11 SG 5,5 14,7 0,0 8,2 5,8 0,1 6,3 11/12 SG 6,3 13,4 0,0 8,2 5,8 0,1 5,7Au Canada le rapport de mars sur les inten- 10/11 USDA 4,1 26,0 0,1 15,0 9,0 5,9 6,2tions de semis de Statcan fait état d’une hausse 11/12 USDA 6,2 24,5 0,1 15,0 8,5 5,4 7,3de 17 % des semis de blé par rapport à l’an der- Australie 10/11 SG 5,2 26,3 0,1 18,6 8,0 4,9 5,1nier. Néanmoins, une si forte hausse reste peu 11/12 SG 5,1 24,7 0,1 17,6 6,8 3,7 5,5probable, car même si les agriculteurs cana- 10/11 USDA 18,2 68,1 0,4 12,5 62,5 26,4 11,6diens ont l’intention d’augmenter leurs surfaces Russie & Ukraine & 11/12 USDA 11,6 87,0 0,3 26,0 60,1 23,7 12,8de blé de printemps à ce niveau, les conditions Kazakhstan 10/11 SG 19,8 69,0 0,1 9,5 66,6 26,4 12,7météorologiques actuelles, particulièrement 11/12 SG 12,7 87,6 0,5 23,8 66,0 24,6 11,0humides, et le taux d’humidité déjà présent 09/10 SG 20,4 137,6 5,3 21,3 126,5 55,5 15,5dans les sols, risquent de limiter les semis. La UE27 10/11 SG 15,5 135,5 4,2 22,0 123,1 50,7 10,1situation au Canada cette année ressemble à 11/12 SG 10,1 139,9 5,6 19,3 125,5 51,1 11,0celle de l’an passé mais il est encore trop tôt 09/10 168,0 678,8 127,9 127,9 648,2 111,2 198,6pour établir une prévision nettement négative. CIC 20/4 10/11 198,6 649,6 122,4 122,4 662,4 116,3 185,8Pour tenir compte des estimations de Statcan, 11/12 185,8 672,0 126,0 126,0 672,0 119,0 185,8nous avons revu en hausse notre prévision des 09/10 166,2 684,2 134,7 134,7 654,3 119,2 196,2 Mondesurfaces semées au Canada ; néanmoins nous USDA 11/5 10/11 196,2 648,1 124,2 124,2 662,1 122,8 182,2retenons une progression de seulement 12 % 11/12 182,2 669,6 125,7 125,7 670,5 124,2 181,3(au lieu de 17 %) des semis de blé à 7,4 Mha. 09/10 166,3 681,5 133,2 133,2 657,4 115,6 190,4Notre estimation de la récolte canadienne est SG 10/11 190,4 647,0 129,1 129,1 671,4 124,1 166,1prévue à 25,6 Mt en hausse de 2,4 Mt par 11/12 166,1 675,2 140,0 140,0 686,9 129,7 154,3rapport à la campagne 2010/11 ; elle remonte source : USDA/IGC/Stratégie grains (SG) pour UE 27 et prévisions 2011/12 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 30de 1,2 Mt depuis le mois dernier. graphique 3.4 : évolution des stocks mondiaux de blé (dur inclus)La production des Etats-Unis est revue en prix en dollar courant ratio (%)baisse ce mois-ci de 1,1 Mt et elle est mainte- 45nant prévue à 59,1 Mt. Les semis de printemps ratio stock/utilisation 410sont en retard en raison de l’humidité des sols 40 prix mondial SRW affiché 360dans les grandes plaines au Nord. Les surfaces 35 310ont donc été diminuées depuis le mois dernieret c’est la raison pour laquelle notre prévision 30 260de production diminue. Malgré tout, les pluies 210récentes sur les états producteurs de blé Hard 25 160Red Winter ont quelque peu soulagé les 20 110cultures. Néanmoins la situation reste préoccu-pante au Texas et en Oklahoma ainsi que sur 15 60 75/76 81/82 87/88 93/94 99/00 05/06 11/12une partie du Kansas car les averses ponctuellesqui sont tombées n’ont pas touché l’ensembledes zones cultivées. Sur la campagne 2010/11les trois états mentionnés avaient assuré Pour ces deux pays les rendements de la cam- Notre estimation du stock mondial à la finenviron 40% de la production de blé d’hiver pagne 2010/11 avaient été exceptionnellement de 2011/12 se situe maintenant à 154 Mt ;US. Cette zone de production devra donc élevés et il est peu probable que ce soit encore elle a diminué depuis le mois dernier en raisonêtre surveillée de près au cours des prochaines le cas cette année. Ainsi malgré des surfaces en surtout de la révision à la baisse de la produc-semaines. Etant donné que les pluies récentes hausse, la production devrait s’affaisser pour la tion.ont été bénéfiques quand même sur plusieurs campagne 2011/12. Le stock mondial devrait donc diminuer d’en-zones, nous avons relevé notre prévision du viron 12 Mt au cours de la campagne 2011/12rendement en blé d’hiver (qui reste cependant La demande mondiale reste prévue pour descendre à un niveau de 22,5 % en termeinférieur à celui de 2010). autour de 690 Mt, les stocks sont de ratio stocks / utilisations (24 % le mois der- néanmoins revus en baisse à cause nier).La Chine, l’Inde et le Pakistan attendent de d’une moindre productionbonnes récoltes Le bilan mondial du blé tendre apparaît La demande mondiale  en blé tendre reste donc un peu plus tendu que le mois dernier.Le nord de la Chine reste assez sec mais la prévue à 687 Mt pour 2011/12. Nous pré- Néanmoins à ce stade de la campagne, les varia-situation paraît maîtrisée en raison du recours voyons ainsi une progression de 15,5 Mt de la tions de l’ordre de quelques millions de tonnesimportant à l’irrigation. Malgré une baisse consommation mondiale de blé par rapport à observées dans la production peuvent n’êtrepossible de rendement prévue sur les plaines 2010/11. Cette progression se répartit entre le que temporaires. Il suffit que les conditionsdu Nord, les surfaces cultivées en blé ont aug- secteur humain et industriel (+10 Mt environ) météorologiques s’améliorent pour que notrementé par rapport à l’an dernier et la produc- et le secteur animal (+5,6 Mt). estimation soit fortement revue à la hausse. Ation reste prévue à un niveau voisin de celui de Depuis le mois dernier, nous avons revu en l’inverse, la prévision de la production peut en-l’an dernier (proche de 115 Mt). A la date du 6 baisse de 1 Mt la prévision de l’accroissement de core diminuer en cas de problème climatiques.mai, des pluies importantes étaient attendues la consommation animale. Cela est dû à l’UE Le mois qui vient sera crucial pour évaluer pluspour le milieu du mois. Ces précipitations, si principalement où la consommation de blé à la précisément les potentiels de rendement deselles étaient avérées, pourraient contribuer à ferme a été réduite en raison d’une révision à la principaux pays producteurs.conforter la récolte chinoise. baisse de la récolte. Néanmoins, la consomma-La récolte indienne reste attendue à 84,3 Mt tion de blé par le secteur animal demeure atten-en hausse de plus de 3,6 Mt par rapport à l’an due en hausse à l’échelle mondiale en 2011/12 echAnges mondiAux 2010/11 en raison de la tension du bilan de maïs mon- et 2011/12dernier. Les stocks sont au plus haut, à tel pointque le gouvernement indien a décidé d’autori- dial. Actuellement, le maïs US ancienne cam- 2010/11 : révision des exportationsser des exports contrôlés d’état à état avec deux pagne vaut plus cher que le blé US SRW (306 en hausse pour le Brésil, l’Argentinede ses voisins, l’Afghanistan et le Bangladesh. $/t Fob pour le maïs US contre 300 $/t pour et l’Ukraine mais en baisse pour le blé SRW) ; à partir de l’arrivée de la nouvelle l’UE et l’Amérique du nordPour le Pakistan, nous prévoyons une récolte récolte de maïs US, le maïs US redevient moinsde 25 Mt, en hausse de 1,1 Mt par rapport cher que le blé US (environ 290 $/t Fob pour le Les échanges mondiaux de blé tendres restentà l’an dernier. Le blé pakistanais a déjà com- maïs sur novembre contre 330 $/t pour le blé). prévus à 108 Mtmencé à s’échanger sur le marché mondial Toutefois, comme mentionné le mois dernier, Notre prévision du total des échanges mon-notamment en Asie où il concurrence déjà les le maïs US vaut 10 $/t de plus (Fob) que les diaux n’a pas beaucoup varié pour 2010/11.blés australiens. blés européens de la Mer Noire (de Bulgarie et Elle se situe à 108 Mt pour le blé tendre (ta-Pas de modifications des prévisions de produc- Roumanie) ou les blés fourragers ukrainiens. bleau 3.11) soit une baisse de 5 Mt par rapporttion de l’hémisphère Sud Cette relation de prix d’une part, et le fait qu’il à 2009/10. Les échanges totaux de blé tendre,La production australienne reste prévue à 24,7 restera encore du blé fourrager australien à blé dur et farine, sont estimés à 129 Mt.Mt contre 26,3 Mt en 2010/11. La récolte vendre à la fin de l’été, sont, pour l’instant, des Depuis le mois dernier, suite à la prise enargentine reste également prévue à 13,4 Mt facteurs en faveur d’un accroissement de la compte des derniers chargements et ventes,contre 14,7 Mt pour la campagne précédente. consommation de blé aux dépens du maïs. nous avons revu en hausse la prévision des im- S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 31portations de l’Afrique du Nord (+0,6 Mt), tableau 3.11 : besoins d’importation mondiaux en blé tendre (produitsde la Turquie (+0,4 Mt) mais nous avons revu exclus) et exportations – Mt - juillet-juinen baisse les importations du Yémen (-0,2 Mt)et de l’Iran (-0,7 Mt). L’Iran n’a rien importé évolution des exportations évolution des besoins d’importation 09/10 10/11 11/12 ∆ 09/10 10/11 11/12 ∆jusqu’à maintenant, au cours de la campagne UE 27 19,1 19,1 16,9 -2,2 UE 27 3,1 2,3 3,8 1,62010/11 ; pour cette raison, les stocks de fin Pakistan 0,0 0,6 0,5 -0,1 Europe (hors UE et CEI) 1,5 1,5 1,4 -0,1de campagne sont estimés à un niveau faible. Turquie 2,5 0,1 0,6 0,4 CEI 0,1 0,3 0,6 0,3Etant donné que la récolte 2011 est atten- USA 22,6 33,7 32,1 -1,5 Amérique N. & C. 7,2 7,1 7,1 -0,0due en baisse, le besoin d’importation pour Canada 14,1 11,1 14,0 2,9 Amérique du Sud 10,6 12,0 11,9 -0,02011/12 va fortement progresser. Pour cette Australie 13,5 18,4 17,2 -1,3 Iran 2,7 0,0 4,1 4,1raison, nous estimions auparavant probable Argentine 4,0 8,2 8,2 -0,0 Jordanie 0,8 1,0 1,1 0,1que l’Iran commence à importer dès le prin- Ukraine 9,2 3,4 9,7 6,3 Yemen 2,6 2,5 2,7 0,2temps. Toutefois, étant donné que ce pays n’a Fédération de Russie 18,4 3,4 8,9 5,5 Turquie 3,0 3,2 2,0 -1,2toujours rien acheté, nous avons annulé la pré- Kazakhstan 4,4 2,7 4,9 2,2 Autres Proche Orient 13,0 10,3 12,6 2,4vision de ses importations en fin de campagne Chine 1,4 1,1 1,5 0,3 Chine 1,4 1,1 1,2 0,22010/11. Syria 0,0 0,0 0,0 0,0 Inde 0,3 0,1 0,0 -0,1En ce qui concerne les exportations, nous avons Autres 3,6 6,1 4,1 -2,1 Autres Extr. orient 30,1 31,8 35,0 3,2revu en hausse les sorties au départ de l’Ukraine Total 112,9 108,0 118,5 10,5 Afrique du nord 18,5 21,1 19,7 -1,4(+0,2 Mt), de l’Argentine (+0,1 Mt) et du Autres Afrique 14,7 11,9 14,2 2,3Brésil (+0,7 Mt) aux dépens des exportations 2010/11 (+11 Mt), tableau 3.11. Comme Autres 3,2 1,8 1,0 -0,8européennes (-0,3 Mt), US (-0,5 Mt) et cana- mentionné précédemment cette hausse de- Total 112,9 108,0 118,5 10,5diennes (-0,1 Mt). vrait résulter de plusieurs facteurs :  une récolte prévue en baisse dans certains source : Stratégie grainsPetite révision en baisse des exportations de pays importateurs : c’est le cas au Proche-l’UE 2010/11. Orient, en Iran notamment où le besoin Nous prévoyons aussi une remontée des expor-Les exportations de l’UE sont prévues main- d’importation est calculé en hausse de 3 Mt,tenant à 19,1 Mt (tableau 3.13) soit 22 Mt tations au départ du Canada (+2,9 Mt) sur la en Syrie (+1 Mt), et en Arabie (+0,3 Mt) ; base d’une amélioration de la qualité récoltée etpour le blé total (farine et blé dur compris). Les au total, le besoin d’importation du Proche-exportations de blé tendre diminuent donc d’une remontée modérée de la récolte. Nous Orient est prévu en hausse de plus de 6 Mt tablons sur une stabilité des exportations dede 0,3 Mt depuis le mois dernier en raison par rapport à 2010/11 ;d’exportations concurrentes revues en hausse l’Argentine. En revanche, nous prévoyons une  une consommation animale prévue en légère baisse des exportations de l’Australieau départ du Brésil et de l’Ukraine. Les expor- hausse aux dépens du maïs ; c’est la raison (-1,3 Mt) où la récolte est attendue en baisse partations de l’UE ont été revues en baisse de 0,1 pour laquelle les importations de l’Asie du rapport à celle de 2010. En Inde, le débat resteMt vers la Tunisie, de 0,1 Mt vers l’Afrique sud-est sont prévues en hausse de 3 Mt ; intense autour de l’annulation de l’interdictionsub-saharienne, de 0,2 Mt vers le Yémen. En re-  une consommation humaine prévue d’exporter,  en raison de stocks élevés. L’Indevanche, les exportations de l’UE ont été revues en hausse en fonction des évolutions des vient d’autoriser de petits volumes à sortir suren hausse de 0,2 Mt à destination de l’Algérie. années antérieures et nécessité de recons- les pays voisins (cf. ci-dessus). Néanmoins,La révision à la baisse concerne l’Allemagne tituer des stocks (réduit à un bas niveau la croissance de la consommation intérieureprincipalement (-0,3 Mt), les pays baltes (90 en 2010/11) : c’est la raison pour laquelle est très forte dans ce pays (+4 Mt prévu entrekt), les Pays-Bas (-60 kt) et la Suède (-50 kt). nous prévoyons une augmentation du 2010/11 et 2011/12) ; par ailleurs, la crainteEn revanche, les exportations de la France sont besoin d’importation de l’Afrique sub-sa- de l’inflation reste un facteur très présent. Enrelevées de 0,2 Mt (à destination de l’Algérie harienne ; conséquence, nous maintenons l’hypothèseprincipalement).  des possibilités d’importations accrues : la que l’Inde ne sera pas un exportateur majeur enAu 3 mai, les certificats octroyés par laCommission pour l’exportation de blé tendre hausse des disponibilités de la Mer Noire 2011/12 ; même si elle peut exporter quelquess’élèvent à 16,8 Mt. Notre prévision de 19,1 devrait permettre à l’UE d’accroître ses tonnages vers ses voisins, nous ne prévoyonsMt pour l’ensemble des exportations de la importations de 1,6 Mt. pas plus de 1 Mt d’exportations.campagne suppose une moyenne hebdoma- En revanche, malgré la progression de la Suite à la révision en hausse de sa récolte, ladaire des attributions de 0,290 Mt d’ici fin juin consommation intérieure dans cette région, Turquie apparaît désormais comme un expor-(niveau qui est en ligne avec les attributions des nous ne prévoyons plus de hausse pour les im- tateur potentiel de blé tendre pour la campagnedernières semaines). portations de l’Afrique du nord en raison des 2011/12 (entre 0,5 et 1 Mt). bonnes perspectives de récolte. Dans ce contexte, nous continuons d’envisager2011/12 : maintien d’une prévision Face à cette augmentation des besoins, nous que les USA et l’UE — les deux exportateursde hausse des échanges mondiaux continuons de prévoir une nette augmen- qui jouent le rôle d’offreur résiduel pour le mar-mais révision en baisse des exporta- tation des disponibilités exportables des ché mondial (exportateurs qui sont toujourstions de l’UE à la suite des baisses pays de la Mer Noire. Au total, sur la base capables d’alimenter la demande mondiale ende production de nos estimations de récolte actuelles, nous dernier recours) — diminuent modérémentNous continuons de prévoir les échanges prévoyons que les trois pays, Ukraine, Russie leurs exportations vers le marché mondial.mondiaux de blé tendre en 2011/12 et Kazakhstan pourraient exporter presque Nous travaillons maintenant sur la base d’uneen forte hausse par rapport à ceux de 24 Mt en 2011/12 contre à peine 10 Mt en réduction de presque 4 Mt des exportations S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 32 tableau 3.13 : exportations de blé (grains) de l’UE 27 l’UE sont maintenant prévues à 16,8 Mt, un vers les pays tiers par grandes destinations niveau légèrement supérieur quand même aux kt 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 disponibilités si l’UE veut finir la campagne Europe de louest (hors UE) 508 572 662 625 648 avec un stock voisin du stock-outil (niveau qui Europe de lEst/Cent. (hors UE) 399 444 226 379 292 permet de passer d’une campagne à la suivante Turquie 548 693 109 537 507 sans tension). Nous ne baissons pas plus forte- CEI 18 69 3 48 65 ment la prévision des exportations de l’UE car Maroc 2133 2916 1375 2685 2400 les blés UE sont actuellement potentiellement Algérie 2361 4025 3538 4024 3124 compétitifs par rapport aux blés US. Tunisie 342 245 153 487 425 Egypte 175 1522 1954 2593 1535 Les moindres disponibilités ainsi que la révision Libye 235 484 957 546 465 en baisse du besoin d’importation de certains autres Afrique dont ACP 1730 3844 5407 2834 2857 pays d’Afrique nous ont conduits à réduire de Amérique 140 297 491 581 520 presque 2 Mt la prévision des exportations de dont Cuba 0 152 277 580 520 l’UE à l’Afrique (-0,9 Mt vers l’Algérie, -500 kt Iran 0 1875 604 0 500 vers l’Egypte, -400 kt vers la Libye et -400 kt Irak+Jordanie 1 570 115 450 350 vers l’Afrique sub-saharienne). Yemen 237 857 905 702 820 En conclusion, l’UE va devoir maintenir un Bangladesh 17 56 1 573 160 programme d’exportation important mais Corée S. 0 0 0 546 150 Chine 0 51 0 0 0 néanmoins inférieur à celui de l’an dernier autres Asie 437 2709 2511 1506 1890 car, sur la base des prévisions de production Océanie 0 0 0 0 0 actuelles, elle ne pourra assurer un volume d’ex- divers 8 355 50 1 100 portations aussi élevé qu’en 2010/11. total 9288 21585 19062 19117 16806 NB : L’ensemble des affaires recensées et lecumulées de ces deux pays. Toutefois, depuis le européen (-2,1 Mt). Cette révision à la baisse détail de nos estimations 2010/11 et 2011/12mois dernier, malgré la forte attractivité des blés des exportations de l’UE résulte du fait que les des exportations de l’UE par origine et pareuropéens par rapport aux blés US, nous avons disponibilités européennes ont été recalculées destination est consultable sur notre site Webrevu en hausse la prévision des exportations en nette baisse suite à la réduction apportée à strategie-grains.com, pour les abonnés au modulede blé US aux dépens des exportations de blé la prévision de la récolte. Les exportations de «exportations».analySe deS StockS de rePort et concluSionSituation restant tendue dans l’UE en 2010/11 et 2011/12 mais timing desexportations et des évolutions de prix dépendant de la Mer NoireCampagne 2010/11 prix de l’ancienne récolte de baisser fortement et de la compétition entre origines, nous pré-Les stocks de la fin de campagne 2010/11 sont même si la probabilité du retour précoce de la voyons actuellement les exportations de l’UEmaintenant estimés à 8,7 Mt. Ils restent proches Russie et de l’Ukraine sur le marché mondial à 16,8 Mt.du niveau estimé le mois dernier, la révision en dès l’été s’accroît. Sur l’ensemble de la campagne, le monde a,baisse des exportations et en hausse de la pro- Campagne 2011/12 en effet, besoin de la totalité des disponibili-duction compensant l’ajustement en hausse de Pour la campagne 2011/12, les stocks de départ tés européennes. En conséquence, le bilanla consommation intérieure. seront nettement inférieurs à ceux de 2010/11 européen ne sera pas lourd et les stocks res-Comme mentionné le mois dernier, à 8,7 Mt, (en baisse de presque 5 Mt sur la base des pré- teront faibles en fin de campagne 2011/12.les stocks européens restent prévus à un niveau visions actuelles pour 2010/11). Nous conti- De manière générale, cette situation appa-extrêmement faible, inférieur de presque 2 nuons de prévoir un accroissement de la récolte raît comme un facteur de soutien pour lesMt au stock-outil (stock minimum nécessaire mais ce dernier est maintenant moins élevé que prix des blés européens. Le fait que le bilanpour terminer la campagne de manière har- le mois dernier (+5,2 Mt contre +9 Mt le mois mondial du blé s’annonce assez fragile avecmonieuse). La situation continue d’apparaître dernier). Les importations en provenance des des stocks relativement faibles, constitue unspécialement tendue (écart important entre le pays tiers sont prévues en hausse de 1,6 Mt. Au autre facteur de soutien.stock attendu et le stock normal) en France, au total, l’offre devrait s’accroître de 2 Mt. Néanmoins, les prix européens vont être forte-Royaume-Uni, en Europe centrale (Hongrie et La demande intérieure est prévue en hausse au- ment influencés par l’attitude à l’exportation dePologne) et en Europe du sud-est (Roumanie/ jourd’hui de 3 Mt environ. La demande risque la Russie et de l’Ukraine. Si ces pays décident deBulgarie). En Allemagne, le bilan 2010/11 donc de s’accroître plus fortement que l’offre si revenir dès juillet-août sur le marché mondial,s’est tendu par rapport au mois dernier suite à bien que les disponibilités exportables de l’UE la situation pourrait continuer d’être baissière àune révision à la hausse de la consommation s’annoncent inférieures à celles de 2010/11. court terme pour les prix européens. Toutefois,intérieure. Cette situation devrait empêcher les Sur la base de l’analyse des besoins mondiaux une fois cet « événement » du retour la Russie S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de blé 33et de l’Ukraine passé, et après l’établissement tableau 3.14 : comparaison entre les prix de marché du blé et led’un flux régulier au départ de ces deux pays, prix d’intervention (6/05/2011)l’UE devra exporter tout ce dont elle dispose. prix délivré prix départCela conférera alors un potentiel de remontée prix d’inter- blé, mai 2011 vention brut % prix % prixaux prix européens. inter. inter.Si la Russie et l’Ukraine reprennent les exporta- Allemagne blé meunier B (12% prot) €/t 101,3 255,0 252% 245,0 242%tions cet automne (octobre), alors les prix euro- Allemagne blé fourrag. €/t 241,0 238% 220,0 217%péens ont un potentiel de hausse sur les mois Danemark blé meunier DKK/qd’été avant une baisse possible au moment où Danemark blé fourrag. DKK/qles blés de la Mer Noire arriveront massivement France blé meunier (garantie 220 , prot 11%), base juillet €/t 92,0 227,5 247%(nous pensons que l’éventualité d’un report à France 76/15/4/2/2, base juillet €/t 92,0 226,0 246%janvier 2012 pour la reprise des exportations France BAU, base juillet €/t 92,0 210,0 228%russo-ukrainiennes n’est plus très probable Royaume Uni blé panifiable £/t 89,5aujourd’hui). Même dans le cas où les prix eu- Royaume Uni blé meunier £/t 89,5ropéens doivent baisser à court terme, on peut Royaume Uni blé fourrager £/t 89,5 201,0 224%tabler sur une remontée ensuite en seconde Espagne blé panifiable €/t 101,3 250,0 247%moitié de campagne en raison de l’ampleur de Italie €/t 101,3la demande mondiale. Cette remontée sera Pays Bas €/t 101,3 236,0 233%alors fonction de la situation du maïs mondial. Hongrie blé meunier €/t 101,3 196,3 194%Si la production de maïs aux USA ne parvient Hongrie blé fourrager €/t 101,3 179,3 177%pas à atteindre notre prévision actuelle, le bilan Suède SEK/q 91,4de maïs mondial sera extrêmement tendu  : Finlande €/t 101,3dans ce cas, la hausse du prix du maïs renforcera Le prix d’intervention est le prix du mois de mai 2011toute pression haussière sur le blé. Si la récolteUS de maïs atteint au moins notre prévision le marché mondial. Dans ce cas (bonne récolteactuelle, la situation mondiale en 2011/12 de maïs aux USA et en Mer Noire), les prix dusera moins tendue qu’il n’apparaissait le mois maïs devraient rester contenus en 2011/12 cedernier : cela s’explique par le fait que les sur- qui limiterait alors aussi l’évolution des prix dufaces ensemencées en maïs sont très élevées en blé. Toutefois, ce dernier scénario est loin d’êtreRussie et en Ukraine ; ce groupe de pays devrait assuré (à cause de la lenteur des semis de maïspourvoir exporter presque 10 Mt de maïs sur US). S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 34 bilanS euroPéenS d’orge Les remarques méthodologiques sont les mêmes que celles concernant le blé.Campagne 2010/11 baisse par rapport à 2010/11, en raison de l’augmenta-Peu de changement en ce qui concerne la production, tion des disponibilités locales en Espagne et d’une réduc-les importations et les exportations. La consommation tion de la demande animale prévue aux Benelux.humaine et industrielle a été revue en baisse ce mois-ci, La récolte mondiale pourrait augmenter de 11 Mt, ce quialors que la demande animale a augmenté. devrait seulement compenser la baisse des stocks deLes reventes de stocks d’intervention atteignaient au 6 début de campagne 2011/12. Par conséquent, en tablantmai, 2,5 Mt dans le cadre des adjudications classiques sur une consommation mondiale en hausse de 5 Mt,(sur un total relâché prévu au 30 juin 2011 de 2,7 Mt) la situation mondiale apparaît tendue en 2011/12. Leset 1,6 Mt dans le cadre du programme d’aides aux plus volumes échangés sur le marché mondial sont attendusdémunis (sur un total prévu à 2,2 Mt pour la fin juin à un niveau proche celui de 2010/11, à 14,6 Mt. Nous2011). publions aujourd’hui une première estimation des expor-Les échanges intraeuropéens remontent à 10 Mt suite à tations de l’UE vers pays tiers (par pays de destination),la prise en compte des dernières statistiques douanières. à 3 Mt (contre 5 Mt en 2010/11). Ce chiffre est proche deLe bilan 2010/11 met en évidence un excédent résiduel de la totalité des disponibilités exportables de l’UE (estimées2,5 Mt (par rapport au stock-outil nécessaire pour termi- à 3,5 Mt).ner la campagne dans de bonnes conditions), principa- Le bilan européen 2011/12 apparaît maintenant qua-lement localisé en Allemagne, en France et en Pologne. Ce siment équilibré, sauf à l’est de l’UE. Cette situation estsurplus devrait peser sur les prix ancienne campagne. plutôt neutre pour les prix de l’orge nouvelle campagne. La réduction de la demande mondiale adressée à l’UECampagne 2011/12 (suite à l’accroissement des disponibilités ukrainiennes)La récolte européenne 2011 est maintenant prévue à 54,2 devrait constituer un des facteurs les plus importantsMt, ce qui représente une hausse de 1 Mt par rapport à pour limiter la hausse des prix européens. D’un autrel’an dernier. Notre prévision a été revue en baisse de 0,3 côté, le potentiel de baisse des prix n’apparaît pasMt par rapport au mois dernier en raison du temps sec important non plus en raison de la tension (ou au moinsqui a impacté les rendements. La production potentiel- de l’équilibre précaire) qui se dessine à la fois pour leslement apte à la brasserie devrait atteindre 11 Mt (contre bilans de blé et de maïs européens.10 Mt en 2010/11). En brasserie, la production potentiellement brassicoleLa consommation humaine et industrielle est attendue reste attendue en hausse de 1 Mt par rapport à l’an der-en légère progression, à 11,4 Mt, suite notamment à nier. Toutefois, le prolongement du temps sec pourraientl’augmentation des utilisations brassicoles et dans une affecter davantage les rendements et la qualité. Lamoindre mesure des utilisations d’orge pour la produc- situation brassicole 2011/12 s’annonce plus tendue qu’ention de bioéthanol. 2010/11. Les primes brassicoles ont fortement augmentéLa consommation animale devrait diminuer de 1,7 Mt à par rapport au mois dernier, reflétant les inquiétudes39,1 Mt, en raison d’une dégradation de la compétitivité liées au manque d’eau de ces dernières semaines. Ellede l’orge dans les aliments composés (au profit du blé et atteignent maintenant des niveaux élevés et ont peu dedu maïs). potentiel de baisse tant que les pluies ne seront pas deLes échanges intraeuropéens sont attendus en forte retour.offre et demande intérieureLégère révision en hausse de la consommation animale en 2010/11 mais fortebaisse attendue (-2 Mt) en 2011/12cAmpAgne 2010/11 Importations Consommation humaine et indus- Ce poste reste estimé à 30 kt (contre 100 kt en trielleProduction La consommation humaine et industrielle 2009/10).Pas de changement de la production euro- recule de 0,2 Mt par rapport au mois dernier,péenne d’orge à 52,9 Mt (contre 61,8 Mt en Au 3 mai 2011 inclus, les importateurs dispo- à 11,1 Mt (stable par rapport à 2009/10). Cela2009/10), ni de notre estimation de la pro- saient de 25 kt de certificats (contre 25 kt le résulte d’une révision en baisse des utilisationsduction potentiellement brassicole, à 10 Mt mois dernier et 91 kt pour la même période en d’orge pour la production de biocarburants (de(contre 14,5 Mt en 2009/10). 2009/10). 0,51 à 0,37 Mt), principalement en Espagne. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • 35 tableau 4.1 : estimation de la production d’orge apte à la brasserie (2011/12 et 2010/11) 2011/12 2010/11 production demande dorge production demande d’orge bras- % brassicole production brassicole surplus/deficit totale % brassicole production brassicole brassicole surplus/deficit totale sicole orge printemps printemps printemps printemps printemps printemps printemps printemps printemps prin- hiver hiver hiver hiver hiver hiver hiver hiver hiver hiver total total total total total total orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge orge temps 2011 All. 1672 7781 56% 1% 938 86 1024 1996 182 2178 -1058 -96 -1155 1694 8552 51% 1% 864 95 959 1964 149 2113 -1099 -54 -1154 Bel/L 34 348 20% 7 7 500 357 857 -493 -357 -850 32 384 19% 6 6 491 348 839 -485 -348 -833 Dan. 2558 736 39% 1009 1009 273 0 273 735 0 735 2202 789 30% 661 661 260 0 260 401 0 401 Esp. 9170 1 8% 731 731 526 0 526 205 0 205 6975 1254 8% 531 531 523 0 523 8 0 8 m a i Fra. 2769 7096 70% 22% 1926 1583 3509 766 754 1520 1160 829 1989 2541 7559 76% 24% 1937 1791 3728 832 819 1651 1105 972 2077 Grè. 0 255 0 40 0 40 -40 0 -40 0 222 0% 0 39 0 39 -39 0 -39 221 - 12 Irl. 894 248 26% 234 234 109 0 109 125 0 125 917 232 25% 229 229 107 0 107 123 0 123bilanS euroPéenS d ’ orge Ita. 1062 5% 55 55 0 88 88 0 -33 -33 990 5% 50 50 0 86 86 0 -36 -36 P.B. 185 24 81% 150 150 326 44 370 -176 -44 -220 169 36 75% 126 126 322 40 363 -196 -40 -236 Por. 0 66 0 68 27 95 -68 -27 -95 0 75 0% 0 67 26 93 -67 -26 -93 U.K. 2967 2303 50% 26% 1489 609 2099 1174 567 1741 315 43 358 2810 2434 51% 26% 1433 638 2071 1174 567 1741 259 72 331 Autr. 285 436 35% 7% 100 31 131 171 25 196 -71 6 -64 317 461 29% 7% 92 33 125 169 23 192 -77 10 -67 Fin. 1747 0 15% 258 258 133 0 133 125 0 125 1340 0 10% 134 134 130 0 130 4 0 4 g r a i n S Suè. 1413 76 20% 280 280 205 0 205 75 0 75 1144 85 20% 229 229 201 0 201 28 0 28 Pol. 2891 651 7% 194 194 479 18 496 -285 -18 -302 2730 815 7% 185 185 439 18 457 -254 -18 -272 Hon. 340 687 41% 140 140 184 13 197 -44 -13 -57 307 659 35% 107 107 160 13 173 -53 -13 -66 Tch. 1150 500 44% 509 509 552 18 570 -43 -18 -61 1089 496 37% 402 402 497 18 515 -95 -18 -113 Slq. 343 54 46% 42% 159 23 182 167 37 204 -8 -14 -23 340 48 40% 40% 136 19 155 167 37 204 -31 -18 -49 t r a t é g i e Est. 302 3 9% 28 28 3 0 3 26 0 26 250 2 9% 21 21 -0 0 -0 22 0 22 Let. 268 17 9% 25 25 32 0 32 -6 0 -6 184 27 9% 16 16 28 0 28 -12 0 -12 Lit. 968 40 11% 104 104 94 0 94 10 0 10 511 37 11% 55 55 92 0 92 -37 0 -37 Sln. 14 62 0 0 0 0 0 0 0 0 14 65 0% 0 0 0 0 0 0 0 0 Chy. 0 40 0 0 0 0 0 0 0 0 0 36 0% 0 0 0 0 0 0 0 0 S Mal. 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 0% 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 334 762 23% 12% 78 90 168 40 88 127 38 2 41 297 1023 10% 10% 30 102 132 42 88 129 -12 15 3 Bul. 51 590 22% 132 132 0 132 132 0 -0 -0 24 741 0% 10% 74 74 0 79 79 0 -5 -5 UE 15 23696 20433 30% 12% 7121 2364 9486 6286 2043 8329 835 321 1157 20140 23073 31% 11% 6242 2608 8850 6277 2059 8337 -35 549 513 UE 25 29971 22490 28% 11% 8281 2387 10668 7796 2128 9925 485 259 744 25565 25261 28% 10% 7164 2627 9791 7661 2145 9805 -497 483 -14 UE 27 30356 23842 28% 11% 8359 2609 10968 7836 2348 10184 523 261 784 25887 27025 28% 10% 7194 2804 9997 7702 2311 10014 -509 492 -16
  • Stock de report imports exports de grains conso. hum./industr. conso. animale juillet-juin 2011/12 autre conso. intérieure aliments composés aliments à la ferme stock report total stock intervention semences/pertes surplus/déficit util. outre-mer biocarburants dont collecte des pays tiers intervention production de l’UE 27 vers UE 27 stock-outil libre mini. stock libre demande vers tiers offre total total total libre All. 259 1495 1754 9453 5312 1839 0 13046 1152 510 0 2507 216 2291 7476 2131 5346 419 12064 143 839 982 0 842 2011 tableau 4.2 : bilans d’orge par pays en juillet-juin 2011/12 (kt) Bel/L 7 50 57 382 1498 0 1937 170 70 0 857 0 857 777 485 292 16 1889 0 48 48 0 49 Dan. -0 538 538 3295 210 0 4042 425 260 0 273 0 273 2442 1056 1385 214 3614 -0 429 429 0 427 Esp. -0 140 140 9171 671 10 9992 84 12 794 268 526 8362 4023 4339 600 9852 -0 140 140 0 143 m a i Fra. -0 1390 1390 9866 8290 94 0 11350 3932 1070 39 1522 0 1522 3696 1603 2093 333 10591 -0 759 758 0 763 Grè. 0 81 81 255 150 61 548 0 0 0 40 0 40 393 117 276 42 475 0 73 73 0 77 221 - 12 Irl. 0 67 67 1143 180 0 1390 24 0 0 109 0 109 1108 764 343 83 1323 0 67 67 0 67bilanS euroPéenS d ’ orge Ita. 0 11 11 1062 750 33 1856 6 0 88 0 88 1687 1454 233 68 1849 0 7 7 0 10 P.B. 0 97 97 209 1706 0 2012 56 100 0 370 0 370 1390 1340 50 17 1933 0 79 79 0 79 Por. 0 57 57 66 388 0 510 45 0 0 95 0 95 357 337 20 11 507 0 3 3 0 6 U.K. 4 992 996 5270 120 3 6389 613 30 0 1742 0 1742 3006 827 2178 164 5554 4 831 835 0 834 Autr. 0 61 61 721 276 192 0 974 69 0 193 9 185 565 141 425 116 943 0 30 30 0 30 g r a i n S Fin. 1 870 871 1747 7 0 2625 190 70 0 326 0 326 1351 281 1070 102 2039 0 585 586 60 529 Suè. 16 71 87 1490 53 0 1630 260 20 0 195 0 195 945 169 776 59 1479 16 134 151 0 137 Pol. 74 502 576 3542 186 0 4304 125 30 0 841 0 841 2487 331 2156 360 3843 1 460 461 120 343 Hon. 66 159 225 1027 13 0 1266 317 30 0 201 0 201 474 100 1121 12 132 144 0 133 t r a t é g i e Tch. 28 236 264 1650 22 0 1935 276 0 570 0 570 827 418 409 104 1777 0 158 158 0 154 Slq. 31 61 91 397 118 0 607 51 0 277 0 277 147 62 537 16 55 71 0 59 Est. 7 22 29 304 23 0 357 77 10 0 31 0 31 177 26 320 0 37 37 0 33 Let. -0 14 14 285 62 0 361 96 60 0 41 0 41 114 68 46 33 344 0 17 17 0 20 Lit. 1 121 121 1008 13 0 1143 115 80 0 43 0 43 596 73 522 88 922 1 220 221 60 161 S Sln. 0 14 14 76 35 0 125 5 0 0 47 0 47 52 7 45 6 110 0 15 15 0 12 Chy. 0 9 9 40 140 56 245 0 0 0 0 0 234 0 234 0 11 11 0 12 Mal. 0 0 0 3 29 0 32 0 0 0 0 0 30 0 30 0 2 2 0 0 Rou. 12 426 438 1096 90 0 1624 273 480 0 127 0 127 294 184 1359 -0 265 265 170 99 Bul. 9 202 211 641 5 0 857 236 160 0 132 0 132 122 75 725 0 131 131 80 49 UE 15 288 5918 6206 44128 7857 108 58299 7025 2130 51 9110 493 8617 33553 2244 54113 164 4023 4187 60 3993 UE 25 493 7057 7550 52461 8500 164 68675 8086 2340 51 11162 493 10669 38690 3022 63350 194 5131 5325 240 4919 36 UE 27 515 7684 8199 54198 8594 164 71155 8594 2980 51 11421 493 10928 39106 3282 65434 194 5527 5721 490 5068
  • Stock de report imports exports de grains conso. hum./industr. conso. animale 37 juillet-juin 2010/11 autre conso. intérieure aliments composés aliments à la ferme stock report total stock intervention semences/pertes surplus/déficit util. outre-mer biocarburants dont collecte des pays tiers intervention production de l’UE 27 vers UE 27 stock-outil libre mini. stock libre demande vers tiers offre total total total libre All. 1826 1213 3040 10247 5933 1813 0 15099 1425 1162 0 2404 179 2225 7735 2217 5518 619 13345 259 1495 1754 620 871 2011 tableau 4.3 : bilans d’orge par pays en juillet-juin 2010/11 (kt) Bel/L 35 164 199 416 1539 0 2154 175 155 0 839 0 839 913 637 275 16 2098 7 50 57 0 53 Dan. 60 1415 1475 2991 210 0 4675 461 632 0 260 0 260 2570 1218 1352 214 4137 -0 538 538 90 443 Esp. -0 943 943 8229 812 0 9984 102 125 12 695 180 515 8310 4457 3853 600 9844 -0 140 140 0 141 m a i Fra. 887 2253 3140 10100 8327 130 7 13377 4280 1410 30 1657 3 1653 4278 1988 2289 333 11987 -0 1390 1390 530 859 Grè. 0 75 75 222 269 7 574 1 0 0 39 0 39 411 130 281 42 493 0 81 81 0 80 221 - 12 Irl. 0 71 71 1149 252 0 1472 21 0 0 107 0 107 1193 880 313 83 1404 0 67 67 0 71bilanS euroPéenS d ’ orge Ita. 0 8 8 990 893 9 1900 7 1 0 86 0 86 1728 1568 160 68 1890 0 11 11 0 10 P.B. 0 100 100 204 2320 0 2625 39 260 0 363 0 363 1849 1797 52 17 2528 0 97 97 0 98 Por. 0 114 114 75 372 0 561 12 0 93 0 93 388 364 24 11 504 0 57 57 50 6 U.K. 155 1437 1592 5244 79 2 6917 743 110 0 1742 0 1742 3163 945 2217 164 5921 4 992 996 130 861 Autr. 41 119 160 778 277 154 0 1093 91 2 0 190 9 181 646 165 481 103 1031 0 61 61 30 32 g r a i n S Fin. 797 692 1488 1340 9 0 2838 149 110 0 323 0 323 1323 253 1070 62 1967 1 870 871 360 508 Suè. 201 189 390 1228 30 0 1648 268 146 0 191 0 191 898 220 678 59 1561 16 71 87 -60 131 Pol. 366 350 715 3545 164 0 4424 138 50 0 802 0 802 2498 442 2056 360 3848 74 502 576 160 341 Hon. 410 102 511 966 29 0 1506 543 52 0 178 0 178 408 100 1281 66 159 225 40 118 t r a t é g i e Tch. 302 267 569 1585 26 0 2180 408 3 0 515 0 515 886 436 451 104 1916 28 236 264 80 154 Slq. 171 134 305 388 40 0 734 145 2 0 277 0 277 157 62 643 31 61 91 0 60 Est. 75 39 114 253 4 0 370 134 35 0 31 0 31 116 26 341 7 22 29 0 25 Let. 23 19 42 211 135 0 388 89 110 0 37 0 37 115 64 51 23 374 -0 14 14 0 18 Lit. 153 139 292 548 17 0 857 187 5 0 41 0 41 414 79 335 88 736 1 121 121 0 120 S Sln. 0 9 9 79 34 0 123 7 0 0 47 0 47 48 7 41 6 109 0 14 14 0 11 Chy. 0 10 10 36 225 3 274 0 0 0 0 0 265 0 265 0 9 9 0 13 Mal. 0 2 2 3 23 0 28 0 0 0 0 0 28 0 28 0 0 0 0 0 Rou. 61 96 158 1321 394 0 1872 315 436 0 129 0 129 370 184 1434 12 426 438 310 112 Bul. 50 45 96 765 47 0 909 283 147 0 79 0 79 113 75 698 9 202 211 160 40 UE 15 4001 8794 12796 43213 8882 26 64917 7773 4113 42 8987 371 8617 35405 2391 58711 288 5918 6206 1750 4166 UE 25 5501 9864 15365 50826 9580 29 75801 9424 4370 42 10915 371 10544 40341 3159 68251 493 7057 7550 2030 5027 UE 27 5613 10006 15619 52912 10022 29 78582 10022 4954 42 11124 371 10753 40823 3419 70383 515 7684 8199 2500 5179
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 38 tableau 4.4 : revente des stocks d’intervention en 2010/11 (kt) Aides aux plus démunies Hypothèse de sortie pour l’aide dont transferts de l’aide aux plus démunis Quantités disponibles pour Ventes par adjudication2010/11 (année calendaire 2011) aux plus démunis sur 2010/11 vers d’autres pays l’adjudication classique classique au 6 mai All. 583 466 466 1101 1070 dont 31 kt vers la Belgique, 110 kt vers l’Italie, 61 kt vers la Pologne B/L 35 28 0 0 0 DK 0 0 0 60 60 Fra. 837 817 294 70 70 dont 244 kt vers l’Espagne, 50 kt vers le Portugal, 0,25 kt vers l’Irlande U.K. 0 0 0 151 141 Autr. 20 20 20 22 21 dont 11 kt vers Slovénie, 5 kt vers Malte Fin. 39 31 0 784 705 Suè. 0 0 0 148 81 Pol. 365 292 0 1 0 Hon. 269 215 201 30 31 dont 71 kt vers Grèce, 130 kt vers Roumanie Tch. 146 117 117 136 137 dont 117 kt vers la Roumanie Slq. 76 60 46 80 80 dont 46 kt vers Bulgarie Est. 35 28 28 40 40 dont 28 kt vers Lettonie Let. 23 18 0 5 0 Lit. 61 61 0 91 91 Rou. 61 49 0 0 0 Bul. 42 34 0 8 0 UE 2591 2237 1172 2728 2526Pas de changement de la consommation d’orge nis atteignaient 1,6 Mt au 6 mai 2011, dont 0,8 aujourd’hui (0,2 Mt) seront effectivement ven-par la malterie, à 10 Mt (stable par rapport à Mt en France, 0,4 Mt en Allemagne, 0,2 Mt en dues et donc relâchées sur le marché libre d’ici la2009/10). Pologne et 0,1 Mt en Lituanie. En fonction de fin de la campagne 2010/11. ces chiffres, nous avons revu en hausse notre hy-NB : la liste des usines et des capacités de produc-tion, les volumes prévus par pays et par campagne pothèse de reventes pour 2010/11 (cf. tableau cAmpAgne 2011/12 4.4, troisième colonne) notamment en Francedans le domaine des biocarburants sont dispo- Production (de 0,75 à 0,82 Mt). Pour l’ensemble de l’UE,nibles sur notre site Web, strategie-grains.com, La récolte européenne d’orge a été revue en nos prévoyons que les sorties totales d’interven-pour les abonnés au module « biocarburants baisse de 0,3 Mt par rapport au mois dernier, tion effectuées dans ce cadre s’élèveront à 2,2UE ». à 54,2 Mt (contre 52,9 Mt en 2010/11). Cela Mt d’ici la fin juin. Nous faisons ensuite l’hypothèse (dans résulte d’une réduction des rendements enConsommation animale notre bilan 2011/12) que les quantités non raison du manque d’eau en Allemagne (-0,4La demande animale d’orge est de nouveau Mt), en France (-0,4 Mt), au Royaume-Unirevue en hausse ce mois-ci (+0,2 Mt), à 40,8 encore vendues à la fin juin 2011 le seront au cours de la campagne 2011/12 (soit 350 kt). (-0,1 Mt). Cela a été partiellement compenséMt. Cela est dû à un regain de compétitivité par une remontée de la prévision de récoltede l’orge sur les derniers mois de la campagne Revente par adjudication classique sur le mar- en Espagne (+0,4 Mt suite à une bonne plu-dans la plupart des pays, sauf en Allemagne, au ché intérieur viométrie en avril) et en Lituanie (+0,3 Mt,Benelux et en Espagne. Depuis le mois dernier, 90 kt d’orge ont été ven- suite à une révision en hausse de la surface auxLa demande animale d’orge est maintenant esti- dues par adjudications classiques, dont 30 kt au dépens des cultures d’hiver endommagées parmée en baisse de 0,8 Mt par rapport à 2009/10. Royaume-Uni, 20 kt en Finlande et en Suède, les conditions climatiques hivernales). 10 kt en Allemagne et 10 kt en République La réduction de la récolte d’orge par rapport auProgramme de revente de stocks Tchèque. Il reste donc 0,2 Mt à vendre d’ici la mois dernier concerne essentiellement l’orged’intervention fin de la campagne (cf. tableau 4.4 colonne de d’hiver (-0,8 Mt à 25,2 Mt) ; en revanche, laRevente pour l’aide aux plus démunis droite). production d’orge de printemps a été revueLes sorties de stocks d’intervention d’orge dans Nous retenons dans nos bilans l’hypothèse en hausse de 0,5 Mt (à 29 Mt) en raison desle cadre du programme d’aide aux plus dému- selon laquelle les quantités restant à vendre changements explicités ci-dessus en Lituanie S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 39et en Espagne. La production d’orge d’hiver est de 200  kt en supposant que l’UE n’aura pas pagne dans le domaine des biocarburants sontdonc attendue en recul de 1,8 Mt par rapport d’intérêt particulier à importer la totalité du disponibles sur notre site Web, strategie-grains.à 2010/11, alors que la récolte d’orge de prin- contingent de 306  kt importable à droit de com, pour les abonnés au module « biocarbu-temps devrait progresser de 3 Mt. 16  €/t en raison de ses fortes disponibilités rants UE ».Les rendements vont être fortement influen- locales. Ces importations devraient cependantcés par les conditions météorologiques des rester attractives en Grèce et à Chypre, et éven- Consommation animaleprochaines semaines. En effet, des pluies sont tuellement en Roumanie ou en Bulgarie. Cette Ce poste a peu varié par rapport au mois der-nécessaires pour atteindre nos prévisions de prévision sera ajustée en fonction du rapport de nier, à 39,1 Mt (+0,2 Mt). En effet, l’orge arendement à la fois en orge d’hiver et en orge prix entre les orges russo-ukrainiennes et celles perdu un peu de demande potentielle dans lesde printemps. de l’UE. Nous reviendrons sur ce point quand aliments industriels par rapport au mois der-Notre prévision de la production potentielle- les cotations pour la prochaine campagne se- nier (en raison d’une moindre compétitivité enment apte à la brasserie reste quasiment stable ront plus fournies. Espagne, France et Pays-Bas) mais cela a été lar-par rapport à l’estimation du mois dernier (-40 gement compensé par une remontée de notrekt), à 10,97 Mt (contre 10 Mt en 2010/11) car Consommation humaine et indus- estimation de la consommation à la ferme, enla baisse en orge d’hiver brassicole (-100 kt, à 2,6 trielle Espagne et en Lituanie notamment (suite à laMt contre 2,8 Mt en 2010/11) a été compen- Nous prévoyons la demande humaine et indus- révision en hausse de la récolte dans ces deuxsée par une augmentation en orge de printemps trielle à 11,4 Mt, ce qui représente une hausse de pays).(+60 kt, à 8,4 Mt contre 7,2 Mt en 2010/11). 0,3 Mt par rapport à 2010/11. L’augmentation La consommation animale d’orge reste doncLe temps sec des dernières semaines pour- par rapport à l’an dernier devrait concerner à la attendue en recul de 1,7 Mt par rapport àrait avoir des conséquences sur les teneurs en fois les utilisations d’orge par la malterie (+0,2 2010/11, baisse qui résulte d’une dégradationprotéines des orges car l’absorption de l’azote Mt, à 10,2 Mt) et pour la production de bioé- de la compétitivité de l’orge dans les alimentspourrait être tardive (ce qui favorise les taux de thanol (+0,1 Mt à 0,5 Mt). composés (au profit du blé et du maïs). Lesprotéines élevés). Notre estimation de la pro- Ce poste a été revu en baisse par rapport au principales diminutions devraient concernerduction potentiellement apte à la brasserie a mois dernier (-0,2 Mt) suite à une moindre le Benelux, la France (-0,6 Mt chacun), l’Alle-un potentiel de baisse si les teneurs en protéines consommation d’orge pour le bioéthanol en magne (-0,3 Mt) et le Royaume-Uni (-0,2 Mt).sont trop élevées. Espagne (au profit du blé et du maïs). En revanche, la consommation devrait remon-Importations NB : la liste des usines et des capacités de pro- ter en Lituanie (+0,2 Mt) et en Hongrie (+0,1Nous maintenons ce poste à un niveau proche duction, les volumes prévus par pays et par cam- Mt).échangeS intraeuroPéenS2010/11 : révision à la hausse des échanges -Réduction importante attendue en 2011/12cAmpAgne 2010/11 Roumanie et de la Bulgarie (-40 kt chacun). transferts de stocks d’intervention pour l’aideNotre estimation des échanges intraeuropéens aux plus démunis dans les échanges intraeuro-a été revue en hausse de 0,2 Mt par rapport cAmpAgne 2011/12 péens. Cela avait conduit à une nette hausse desau mois dernier, à 10 Mt (contre 9,3 Mt en Les échanges intraeuropéens demeurent pré- importations de la Roumanie (+0,3 Mt). Nous2009/10), suite à la prise en compte des der- vus en recul en 2011/12 par rapport à 2010/11 prévoyons donc un retour à des importationsnières statistiques douanières. En fonction et la baisse vient de s’accentuer depuis le mois normales pour ce pays en 2011/12.des chargements déjà réalisés, nous avons aug- dernier en raison de l’augmentation des dis- Face à cette baisse des importations, nous pré-menté les importations de l’Allemagne (+60 ponibilités locales en Espagne et d’une réduc- voyons une chute des exportations de la plu-kt), de l’Italie (+60 kt), du Portugal (+80 kt) et tion de la consommation animale prévue aux part des origines, la baisse s’annonçant particu-de la Roumanie (+40 kt). Cela a été en partie Benelux. lièrement marquée pour la France (-0,35 Mt),compensé par une baisse des importations de Par rapport à 2010/11, nous prévoyons une di- l’Allemagne (-0,3 Mt) et la Hongrie (-0,2 Mt).l’Espagne (-50 kt) et des Pays-Bas (-100 kt). minution du besoin d’importation du BeneluxPar conséquent, nous avons relevé les exporta- (-0,7 Mt liée à une réduction de la demande NB : Nos prévisions des échanges intraeuropéenstions de l’Allemagne (+60 kt), de la Finlande animale) et de la Roumanie (-0,3 Mt) et dans et le détail des flux déjà réalisés par origine et par(+50 kt), de l’Estonie (+40 kt), de la Belgique une moindre mesure de l’Espagne, de la Grèce destination sont consultables sur notre site Webet de l’Espagne (+30 kt chacun). En revanche, et de l’Italie (-0,1 Mt pour chacun de ces pays). strategie-grains.com, pour les abonnés au modulenous avons diminué les flux au départ de la En 2010/11, nous avons pris en compte les «échanges intra-UE». S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 40 tableau 4.5 : échanges d’orge intraeuropéens 2011/12 (kt)origines destinations 2011/12 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Irl. Ita.P.B. Por. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Sln. Chy. Mal. Rou. Bul. UE All. 27 100 89 40 0 13 135 568 39 7 43 0 4 73 0 2 0 0 0 1 0 6 3 1 0 1152 B/L 11 0 0 7 0 0 0 151 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 170 Dan. 306 10 7 3 0 5 0 45 4 22 0 0 17 5 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 425 Esp. 0 0 0 6 0 0 4 0 56 4 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 7 1 5 0 84 Fra. 867 1408 0 248 14 24 352 799 106 32 6 0 0 31 4 0 23 0 0 0 0 10 8 0 0 3932 Grè. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Irl. 0 0 0 0 5 0 0 0 0 19 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 24 Ita. 1 0 0 0 2 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 6 P.B. 22 17 0 2 5 0 5 2 0 4 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 56 Por. 0 0 0 44 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 45 U.K. 160 20 15 109 13 1 106 5 47 134 0 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 613 Autr. 11 0 0 0 0 0 0 39 0 0 0 0 0 0 2 7 0 0 0 0 6 0 3 0 0 69 Fin. 51 5 2 0 0 0 -0 8 22 3 31 0 28 21 0 0 0 20 0 0 0 0 0 0 0 190 Suè. 137 12 37 22 1 0 4 0 26 7 2 0 0 12 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 260 Pol. 102 0 0 6 0 0 0 2 10 0 0 0 3 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 125 Hon. 1 0 0 0 1 8 0 86 2 0 0 91 0 0 2 0 38 0 0 0 28 0 0 58 1 317 Tch. 138 0 0 0 1 0 0 4 0 0 0 39 0 0 34 0 57 0 0 0 0 0 0 4 0 276 Slq. 2 0 0 0 0 0 0 13 5 0 0 5 0 0 4 5 11 0 0 0 0 0 0 2 3 51 Est. 7 0 7 0 0 0 8 11 8 0 0 0 2 0 0 0 0 0 20 0 0 15 0 0 0 77 Let. 16 0 45 8 0 0 6 0 0 9 0 0 0 0 0 0 0 0 1 12 0 0 0 0 0 96 Lit. 7 0 4 12 5 0 10 0 13 15 0 0 2 0 5 0 0 0 2 41 0 0 0 0 0 115 Sln. 0 0 0 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5 Chy. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 1 0 0 30 5 52 0 60 6 14 0 4 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 87 13 0 273 Bul. 0 0 0 94 2 75 0 25 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 16 0 21 236 UE 1839 1498 210 671 94 150 180 750 1706 388 120 192 7 53 186 13 22 118 23 62 13 35 140 29 90 5 8594 tableau 4.6 : échanges d’orge intraeuropéens 2010/11 (kt)origines destinations 2010/11 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Irl. Ita. P.B. Por. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Sln. Chy. Mal. Rou. Bul. UE All. 52 65 114 48 0 26 194 764 65 3 11 0 6 65 0 3 0 0 0 0 0 3 4 2 0 1425 B/L 16 0 0 8 0 0 0 150 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 175 Dan. 279 7 13 5 0 26 0 79 9 20 0 0 12 9 0 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 461 Esp. 0 1 0 12 0 0 9 0 51 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 13 3 9 0 102 Fra. 834 1393 0 412 26 34 368 981 143 15 2 0 0 0 7 0 5 0 0 0 0 52 6 0 0 4280 Grè. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 Irl. 0 0 0 0 2 0 0 0 0 19 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 21 Ita. 2 0 0 0 2 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 7 P.B. 9 19 0 0 2 0 3 2 0 4 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 39 Por. 0 0 0 12 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 12 U.K. 221 54 24 93 28 3 112 9 163 32 0 0 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 743 Autr. 16 0 0 0 0 0 0 48 0 0 0 0 0 0 2 6 0 0 0 0 12 0 6 0 0 91 Fin. 26 3 2 20 0 0 16 15 44 6 8 0 8 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 149 Suè. 117 11 68 7 1 0 8 0 26 8 3 0 0 18 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 268 Pol. 90 0 0 20 0 0 0 4 20 0 0 1 2 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 138 Hon. 2 0 0 0 0 76 0 96 25 0 0 76 0 0 3 0 14 0 0 0 21 0 0 230 1 543 Tch. 164 0 0 0 2 0 0 23 1 0 0 31 0 0 48 0 22 0 0 0 0 0 0 117 0 408 Slq. 1 0 0 1 0 0 0 23 10 0 0 18 0 0 12 17 15 0 0 0 1 0 0 2 46 145 Est. 11 0 3 0 0 0 10 21 16 0 0 0 4 0 0 0 0 0 39 0 0 30 0 0 0 134 Let. 12 0 41 4 0 0 3 0 0 11 0 0 0 0 0 0 0 0 1 17 0 0 0 0 0 89 Lit. 13 0 7 3 9 0 13 0 17 20 0 0 4 0 6 0 0 0 2 94 0 0 0 0 0 187 Sln. 0 0 0 0 0 0 0 7 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 7 Chy. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 1 0 0 37 8 71 0 49 24 27 0 8 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 84 4 0 315 Bul. 0 0 0 76 3 94 0 27 0 0 0 7 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 42 0 34 283 UE 1813 1539 210 812 130 269 252 893 2320 372 79 154 9 30 164 29 26 40 4 135 17 34 225 23 394 47 10022 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 41marché mondial tableau 4.7 : bilans des principauxLa situation mondiale se tend exportateurs mondiaux Ukraine Russie Australie CanadahAusse des prix d’orge BrAssi- situAtion mon- Mt 10/11 11/12 10/11 11/12 10/11 11/12 10/11 11/12cole diAle 2010/11 stocks départ 1,0 1,8 1,6 0,4 2,3 2,8 2,6 1,0Orges fourragères Peu de changement de production 8,8 9,3 8,3 15,3 8,6 8,0 7,6 8,5Le prix des orges fourragères a peu varié par nos estimations de pro- imports 0,0 0,0 0,5 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0rapport au mois dernier, à 188 €/t Fob Rouen duction et de consom- exports 2,6 4,8 0,3 0,5 3,7 3,7 1,4 0,9le 6 mai, soit 274 $/t (contre 188 €/t et 270 $/t mation mondiale ce consommation 5,4 5,5 9,7 14,5 4,4 4,5 7,8 7,7le mois dernier). mois-ci (à respective- stocks finaux 1,8 0,8 0,4 0,8 2,8 2,7 1,0 0,9En nouvelle récolte, les orges fourragères valent ment 122,2 Mt et 133,4 source : Stratégie grains d’après compilation de plusieurs sources86 €/t également Fob Rouen, sur octobre (soit Mt, cf. tableau 4.8). Nous avons revu en baisse les échanges mon- graphique 4.1 : prix mondial de l’orge et du diaux par rapport au mois dernier tableau 4.8 : bilan mondial d’orge maïs (Fob principales origines en US $/t) (-0,2 Mt) à 14,5 Mt (contre 16,7 Mt Mt 08/09 09/10 10/11 11/12 stocks départ 21,4 34,6 40,1 28,9 $/t en 2009/10). Cela résulte d’une ré- 400 production 155,8 149,2 122,2 133,2 duction du besoin d’importations en 350 imports 19,5 16,7 14,5 14,6 Arabie (-0,2 Mt à 6,2 Mt), en Russie 300 exports 19,5 16,7 14,5 14,6 (-0,1 Mt à 0,5 Mt) ; cette réduction consommation 142,5 143,7 133,4 138,3 250 est partiellement compensée par une stocks finaux 34,6 40,1 28,9 23,8 200 remontée des importations de la Tunisie (+0,1 Mt, en fonction des source : Stratégie grains 150 chargements déjà effectués) et de 100 tableau 4.9 : évolution comparée l’Algérie (+70 kt suite au récent achat 50 d’orge de ce pays). des principales disponibilités Cette baisse des importations exportables et des besoins impacte surtout les exportations d’importation d’orge orge Fob Europe ukrainiennes (-0,2 Mt à 2,6 Mt) et évolution des principales exportations maïs US n°2 Yellow Fob Gulf dans une moindre mesure les expor- 09/10 10/11 11/12 ∆ tations au départ de l’Australie (-0,1 Australie 3,5 3,7 3,7 -0,1271 $/t). Elles sont donc 7 €/t moins chères Mt à 3,7 Mt), puis celles des USA Ukraine 6,2 2,6 4,8 2,2que les orges ancienne campagne (en ajoutant et du Kazakhstan (-30 kt pour chacun de ces UE 27 1,1 5,0 3,0 -2,0au prix spot de celles-ci les frais de stockage pays). En revanche, en fonction des quantités Canada 1,1 1,4 0,9 -0,4jusqu’à octobre 2011). déjà expédiées, nous avons revu en hausse les Russie 2,8 0,3 0,5 0,2Les premières cotations d’orge ukrainienne flux au départ de l’Argentine (+0,1 Mt à 1,2 USA 0,1 0,1 0,1 -0,0nouvelle campagne s’établissent entre 240 et Mt, notamment vers le Brésil, l’Iran, la Tunisie, Argentine 0,6 1,2 1,2 -0,0255 $/t. l’Uruguay) et du Canada (+80 kt à 1,4 Mt, Kazakhstan 0,4 0,2 0,3 0,1Les orges fourragères australiennes valent entre notamment vers l’Iran et le Japon). Turquie 0,8 0,0 0,1 0,1260 et 265 $/t Fob Newcastle, en ancienne En ce qui concerne l’UE, notre prévision des Total 16,7 14,6 14,6 0,1récolte (stable par rapport au mois dernier) et exportations reste voisine de 5 Mt. Par rap- évolution des besoins d’importation260-265 $/t également en nouvelle récolte. port au mois dernier, nous avons augmenté 09/10 10/11 11/12 ∆ les flux au départ de la France (+0,1 Mt à 1,4Orges brassicoles Arabie S. 7,5 6,2 6,3 0,1Le prix des orges brassicoles a nettement aug- Mt), notamment vers l’Algérie (+70 kt), la Russie 0,0 0,5 0,1 -0,4menté par rapport au mois dernier : +28 €/t Syrie (+60 kt), la Chine (+30 kt) et la Suisse Chine 2,1 1,7 1,6 -0,1en ancienne récolte printemps (à 233 €/t Fob (+20 kt). En revanche, nous avons diminué les Japon 1,5 1,4 1,4 -0,0Creil, soit 338 $/t), +27 €/t en nouvelle récolte exportations françaises vers l’Arabie (-70 kt). Jordanie 0,5 0,5 0,6 0,1hiver (à 226 €/t sur octobre) et +35 €/t en nou- Par rapport au mois dernier, nous avons baissé Israël 0,4 0,3 0,3 0,0velle récolte printemps (à 254 €/t sur octobre). les exportations danoises (-30 kt à 630 kt) vers Syrie 0,2 0,2 0,5 0,3Les primes brassicoles (différence entre prix le Kazakhstan. Iran 0,9 0,3 0,6 0,3brassicole et prix fourrager) ont fortement Au 3 mai, les exportateurs disposaient de 4,2 Amérique du Sud 0,8 1,0 0,9 -0,1monté par rapport au mois dernier : en nou- Mt de certificats (contre 3,85 Mt au 8 avril). Algérie 0,0 0,1 0,1 -0,0velle récolte, elles atteignent maintenant en Pour atteindre notre prévision de 4,95 Mt, il Maroc 0,3 0,2 0,2 -0,0France 38 €/t en hiver (13 €/t le mois dernier) reste donc 0,8 Mt de certificats à obtenir d’ici Tunisie 0,1 0,6 0,5 -0,1et 67 €/t en printemps (33 €/t le mois dernier). fin juin, soit entre 90 et 100 kt par semaine, ce Libye 0,5 0,4 0,4 0,0En Australie, les orges brassicoles les moins qui est proche de la moyenne des attributions Autres 2,0 1,4 1,4 -0,0chères valent entre 290 et 295 $/t Fob Adélaïde des quatre dernières semaines. Total 16,7 14,6 14,6 0,1(contre 300 $/t le mois dernier). source : Stratégie grains S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 42situAtion mondiAle 2011/12 tableau 4.10 : exportations d’orge de l’UE 27 vers pays tiers par grandes destinationsNouvelle révision à la baisse de la kt 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12production mondiale Europe de louest (hors UE) 150 60 98 129 95Après une chute de 27 Mt en 2010/11, la Europe de lEst/Centrale (hors UE) 85 48 24 57 30récolte mondiale d’orge 2011 est attendue en Turquie 82 99 65 70 65progression de 11 Mt, à 133 Mt. Notre prévi- CEI 103 28 0 361 50sion a baissé par rapport au mois dernier de 1,7 Amérique du nord 1 1 16 0 0Mt. Amérique du sud 0 29 113 133 0Nous avons, en effet, diminué nos prévisions de Iran 0 58 0 0 50production dans les pays suivants : Arabie saoudite 2085 1468 229 2361 1590 L’UE27 (-0,3 Mt, cf. ci-dessus) ; Chine 103 304 343 452 250 la Mer Noire (-2,1 Mt). Dans cette zone, Jordanie 246 0 0 380 150 l’arrivée tardive du printemps a retardé les autres Asie 166 652 52 207 110 semis. Par conséquent, une part importante Libye 14 66 0 150 140 des intentions de semis d’orge de printemps Tunisie 417 176 44 358 280 a été reportée sur le maïs. Nous avons donc Maroc 316 255 129 184 120 diminué les surfaces d’orge de printemps Algérie 19 314 0 80 50 en Russie et en Ukraine, ce qui conduit à autres Afrique 6 40 16 29 0 une révision en baisse de récolte de 0,9 Mt autres 6 0 2 2 0 en Ukraine (à 9,3 Mt, contre 8,8 Mt en total 3800 3599 1131 4953 2980 2010/11) et de 1,2 Mt en Russie (à 15,3 Mt source : Stratégie grains contre 8,3 Mt en 2010/11) ; Irak où nous avons revu en baisse la surface en compte le fait que des semis tardifs pour- n’atteignaient pas nos prévisions. récoltée en raison du manque de pluie, ce raient avantager l’orge par rapport aux autres qui conduit à une diminution de produc- cultures. La production augmente donc de Stabilité des échanges mondiaux par tion de 0,2 Mt, à 0,7 Mt (contre 1,2 Mt en 0,2 Mt par rapport au mois dernier, à 8,5 Mt rapport à 2010/11 2010/11) ; (contre 7,6 Mt en 2010/11). En fonction des besoins d’importation de Turquie où la sole d’orge est maintenant chaque pays d’une part, en fonction des dispo- attendue en léger recul par rapport à Le bilan mondial se tend en 2011/12 nibilités, qualité prévue et relation de compéti- 2010/11, à 3,3 Mha (contre 3,4 Mha pré- Nous maintenons une prévision de hausse tivité des différentes origines d’autre part, nous cédemment et en 2010/11). La production de la demande mondiale (+ 5 Mt) à 138 Mt, venons d’établir une prévision des importations passe donc de 6,6 à 6,4 Mt (contre 5,9 Mt qui concerne essentiellement la Russie (retour de tous les grands pays importateurs. en 2010/11) ; à une situation proche de la normale après Nous prévoyons ainsi des échanges mondiaux Chine où, suite au temps sec, nous avons l’effondrement de 2010/11 dû à la sécheresse). à 14,6 Mt (stable par rapport à 2010/11, cf. diminué le rendement de 4,06 à 3,84 t/ La demande animale d’orge devrait rester éle- tableau 4.9). Le besoin d’importations de ha, ce qui reste néanmoins supérieur à l’an vée en Afrique du Nord et au Proche Orient. l’Arabie Saoudite devrait rester stable (+80 kt dernier (3,7 t/ha). La production d’orge est Néanmoins, si les disponibilités de maïs de seulement) à 6,3 Mt ; il devrait donc rester net- maintenant prévue à 2,6 Mt (contre 2,7 Mt la Mer Noire sont aussi fortes que prévu au- tement inférieur au niveau atteint en 2009/10 précédemment et 2,4 Mt en 2010/11). jourd’hui, celles-ci pourraient venir concurren- (7,5 Mt), en raison de la volonté du gouver-En revanche, la production a été revue en cer les orges et faire baisser la consommation nement de diversifier les matières premièreshausse dans d’autres régions, sans que cela ne animale pour les pays du pourtour méditerra- utilisées en alimentation animale. Ailleurs aucompense les réductions mentionnées ci-des- néen. Cette compétition potentielle devra être Proche-Orient, nous prévoyons une remontéesus. Les augmentations concernent : suivie de près dès que la taille de la récolte et les des importations de l’Iran, de la Syrie (+0,3 L’Afrique du Nord (+0,65 Mt) où nous prix du maïs en Mer Noire seront connus avec Mt pour chacun de ces pays) et de la Jordanie avons remonté les rendements en Algérie, plus de précision. (+50 kt), suite à une baisse des disponibilités lo- au Maroc et en Tunisie en raison des préci- Le bilan mondial d’orge 2011/12 devrait donc cales. En revanche, le besoin d’importations de pitations d’avril qui devraient assurer un bon débuter avec des stocks en baisse de 11 Mt l’Afrique du Nord devrait légèrement baisser potentiel ; (par rapport à 2010/11, cf. tableau 4.8). Cela (-0,1 Mt) suite à une hausse des récoltes locales. Le Canada où StatCan a publié les résultats devrait être compensé par la remontée atten- De même, les importations de l’Amérique du de son enquête sur les intentions de semis. due de la récolte (+11 Mt). Parallèlement, la Sud sont attendues en léger recul par rapport à Il prévoit une remontée de la surface d’orge consommation augmenterait de 5 Mt, ce qui 2010/11 (-0,1 Mt à 0,9 Mt). Enfin, la Russie semée de 13 % par rapport à l’an dernier. Ce conduirait à une nouvelle réduction des stocks devrait également moins importer en 2011/12 chiffre semble optimiste étant donné que les mondiaux à la fin juin 2012 (-5 Mt à 24 Mt). Le (-0,4 Mt), suite à une augmentation de ses dis- sols sont encore gorgés d’eau, ce qui pourrait ratio stock/utilisations diminuerait donc de 22 ponibilités. retarder, voire empêcher des semis. Nous % en 2010/11 à 17 % en 2011/12 (contre 16% Du côté des pays exportateurs, nous prévoyons avons néanmoins revu en hausse notre pré- en 2007/08). La situation mondiale 2011/12 des flux en hausse au départ de l’Ukraine à vision de surface (récoltée) de 2,5 à 2,6 Mha s’est donc tendue par rapport au mois dernier. 4,8 Mt (contre 2,6 Mt en 2010/11 et 6,2 Mt (contre 2,4 Mha en 2010/11) pour prendre Elle pourrait se tendre davantage si les récoltes en 2009/10). Les décisions du gouvernement S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 43 tableau 4.11 : situation des stocks d’orge de l’UE 27 à l’intervention au 06/05/2011 2010/11 All. B/L Dan. Esp. Fra. Irl. P.B. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Rou. Bul. aut. UE stocks non vendu 1826 35 60 -0 887 0 0 155 41 797 201 366 410 302 171 75 23 153 61 50 0 5613 au 1/7/10 ventes exports 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 engagements exports 0 0 0 0 0 0 0 -0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0 ventes vers l’intérieur 1101 0 60 0 70 0 0 151 21 754 184 0 64 158 80 40 5 91 0 8 0 2787 engagements intérieur 583 35 -0 0 817 0 0 0 20 38 0 365 334 146 76 35 18 61 61 34 0 2622 entrées & offres 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 pertes 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5 solde non vendu 725 35 -0 -0 817 0 0 4 20 37 16 366 346 146 91 35 18 62 61 42 0 2822 solde non engagé 143 0 0 -0 -0 0 0 4 0 -0 16 1 12 -0 16 0 0 1 -0 8 0 200vont fortement influencer ce chiffre, notam- Mt et 3,7 Mt (stable par rapport à 2010/11), Mt chacun) et l’Amérique du Sud (-0,1 Mt).ment la décision d’imposer ou non une taxe mais les orges ne sont pas encore semées dans Cela devrait se reporter sur les exportations deà l’exportation. Les exportations de la Russie ces pays. l’Allemagne (-0,7 Mt par rapport à 2010/11, àdevraient rester modérées (0,5 Mt contre 0,3 Dans ce contexte, nous prévoyons la de- 0,5 Mt), de la France (-0,3 Mt à 1,1 Mt) et leMt en 2010/11 et 2,8 Mt en 2009/10). mande mondiale adressée à l’UE à 3 Mt, ce Danemark (-0,3 Mt à 0,3 Mt).Les disponibilités exportables du Canada sont qui représente une diminution de 2 Mt par NB : L’ensemble des affaires recensées et leattendues en baisse de 0,4 Mt (à 0,9 Mt) suite rapport à 2010/11. Ce niveau est proche des détail de nos estimations des exportations deà une forte réduction des stocks de départ. Si disponibilités exportables de l’UE. l’UE 2010/11 et 2011/12 par origine et parles récoltes atteignent bien nos prévisions, les La baisse par rapport à l’an dernier concernerait destination sont consultables sur notre site Webexportations de l’Argentine et de l’Australie l’Arabie Saoudite (-0,8 Mt), la Russie (-0,3 Mt), strategie-grains.com, pour les abonnés au moduledevraient rester élevées, à respectivement 1,2 la Jordanie, la Chine et l’Afrique du Nord (-0,2 «exportations».analySe deS StockS de rePort et concluSion2010/11 : le bilan reste excédentaire — 2011/12 : situation équilibrée sauf àl’estCampagne 2010/11 stocks d’intervention d’orge seront relâchées les stocks sur le marché libre baissant de 2 Mt.Le stock de report de l’UE 27 au 30 juin 2011 dans le cadre du programme d’aides aux plus Avec une production en hausse de 1,3 Mt eta peu varié par rapport au mois dernier, à 8,2 démunis d’ici fin juin. Sachant que 1,6 Mt ont une consommation en recul de 1,4 Mt (aug-Mt, car l’augmentation de la consommation été vendues dans le cadre de ce programme mentation de la demande humaine et indus-animale a été compensée par une baisse des depuis la fin mars, notre hypothèse semble faci- trielle mais affaissement en alimentation ani-utilisations d’orge pour la production de bioé- lement atteignable. male), l’UE voit donc son offre baisser de 7 Mt Le surplus reste localisé en Allemagne (0,6 Mt), et sa demande intérieure de 5 Mt.thanol. Le bilan 2010/11 met en évidence un en France (0,5 Mt), en Finlande (0,4 Mt), en Ses disponibilités exportables vont donc recu-excédent résiduel de 2,5 Mt (par rapport au Roumanie (0,3 Mt), en Pologne et en Bulgarie ler par rapport à celles de 2010/11.stock-outil, stock minimum pour une fin de (+0,2 Mt chacun). L’analyse du bilan mondial indique que, danscampagne sans tension). Cet excédent repose Malgré les reventes de stock d’intervention un contexte de quasi-stabilité des échangessur l’hypothèse que 0,6 Mt additionnelles de sur le marché intérieur, les prix ont peu varié mondiaux par rapport à 2010/11, l’Ukraine par rapport au mois dernier (notamment en devrait voir ses exportations remonter de plus tableau 4.12 : prix d’orge France), suite au soutien exercé par la demande dans l’UE au 06/05/2011 de 2 Mt, à 4,8 Mt. Néanmoins, les exportations à l’exportation. Néanmoins, le surplus devrait de l’Ukraine ne remonteront pas au niveau orge de mouture peser sur les prix ancienne campagne. Stockage de 2009/10 (6,2 Mt), car la récolte de ce pays mai 2011 compris, les prix d’orge ancienne récolte sont ne devrait progresser que modérément. Par prix prix légèrement plus chers que ceux de la nouvelle conséquent, nous prévoyons la demande mon- délivré départ (+7 €/t sur le Fob Rouen sur octobre 2011, diale adressée à l’UE à 3 Mt (contre 5 Mt en Allemagne €/t 192,0 185,0 contre +2 €/t le mois dernier). Cette prime n’a 2010/11), ce qui est proche de la totalité des Danemark DKK/q pas lieu d’être étant donné le surplus du bilan disponibilités exportables de l’UE (estimées France (base juillet) €/t 175,0 175,0 2010/11. à 3,5 Mt). Il resterait donc un petit excédent Royaume Uni £/t 170,0 Campagne 2011/12 d’orge de 0,5 Mt en fin de campagne dans l’UE. Espagne €/t 223,0 La campagne 2011/12 va débuter avec des Dans un contexte mondial tendu, le bilan euro- Italie €/t 241,0 stocks très inférieurs à ceux de la campagne péen d’orge 2011/12 apparaît donc quasiment Pays Bas €/t 195,0 2010/11 (-7,4 Mt pour l’UE 27). Toutefois, équilibré, sauf à l’est où est localisé le petit excé- Suède SEK/q c’est surtout le stock d’intervention qui va dimi- dent, en Pologne (0,1 Mt) et en Roumanie (0,2 Finlande €/t 167,0 nuer par rapport au début de 2010/11 (-5 Mt), Mt) notamment. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 44Le fait que le bilan d’orge de l’UE s’annonce tableau 4.13 : comparaison de la situation brassicole 2011/12 avec celle deséquilibré est plutôt neutre pour les prix d’orge campagnes 2006/07 à 2010/11nouvelle campagne. Dans ce contexte, on peut 2006/07 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 * 2011/12toutefois lister des facteurs plutôt baissiers et UE 27 UE 27 UE 27 UE 27 UE 27 UE 27d’autres plutôt haussiers. Ainsi, les prix de l’orge production apte à la brasserie 10 421 10 773 13 398 14 454 9 997 10 968fourragère nouvelle récolte pourraient être tirés orge de printemps 7 944 8 459 10 316 10 780 7 194 8 359à la baisse par : orge d’hiver 2 477 2 314 3 082 3 673 2 804 2 609 le retour sur le marché mondial des orges (a) demande intérieure à l’UE 10 573 10 739 10 678 9 971 10 014 10 184 ukrainiennes (les prix nouvelle récolte de (b) surplus : différence entre la production apte -152 34 2 720 4 482 1 984 784 l’orge ukrainienne sont déjà très attractifs sur à la brasserie et les besoins intérieurs à l’UE le marché mondial) ; orge de printemps -262 87 2 006 3 123 991 523 les maïs de la mer Noire : si la récolte atteint orge d’hiver 110 -54 715 1 360 992 261 bien nos prévisions dans cette zone, ces maïs (c) exportations vers pays tiers 379 317 480 594 1 114 pourraient capter de la demande animale orge de printemps 370 214 157 261 714 aux dépens de l’orge en Afrique du Nord et orge d’hiver 9 103 323 333 400 au Proche-Orient) ; delta (b-c) -530 -283 2 240 3 888 870 784 une nouvelle réduction de la demande saou- orge de printemps -632 -127 1 849 2 862 277 523 dienne  : les importations 2010/11 d’orge orge d’hiver 101 -157 392 1 027 592 261 dans ce pays ont été fortement perturbées prime printemps €/t (France, Creil) 50-91 70-93 14-59 <5 18-39 suite aux mesures prise par le gouvernement prime hiver €/t (France, Creil) 30-56 35-59 7-35 0 1-16 (doublement du prix de l’orge sur le marché ratio (b/a) : surplus / demande intérieure -1% 0% 25% 45% 20% 8% local et autorisation pour une seule entre- *le bilan 2010/11 intègre 2 Mt de report de la campagne 2009/10 prise uniquement d’importer de l’orge).Au contraire, les prix d’orge fourragère pour- n’arrivent pas prochainement. Sur la base des s’annonce donc plus tendue qu’en 2010/11,raient être tirés à la hausse en cas de problème hypothèses décrites ci-dessus et concernant les avec un ratio surplus/demande intérieure à 8 %affectant les récoltes (de blé, d’orge ou de maïs). niveaux de production, la qualité et la demande (contre 20 % en 2010/11).La tension - ou au moins l’équilibre précaire - potentielle, l’UE 27 devrait se diriger vers un ex- cédent exportable d’orge de brasserie de 0,8 Mt Les primes brassicoles ont fortement augmentédes bilans de blé et de maïs pourrait égalementsoutenir les prix d’orge fourragère. (dont 0,3 Mt en orge d’hiver). Cela représente par rapport au mois dernier, (de +25 €/t enEn brasserie, la production potentiellement une baisse de 0,3 Mt par rapport à 2010/11. La hiver et de +34 €/t en printemps) reflétant lesbrassicole est attendue en hausse de 1 Mt (à 11 demande mondiale d’orge brassicole adressée à inquiétudes liées au temps sec des dernièresMt). Cependant, si le temps sec se prolongeait, l’UE devrait être moins élevée en 2011/12 en semaines. Elles atteignent maintenant des ni-les rendements d’orge seraient de nouveau raison d’une hausse des disponibilités argen- tines (l’Argentine étant en mesure de fournir veaux élevés (38 €/t en hiver et 67 €/t en prin-revus en baisse et la qualité pourrait être affec-tée (risque de protéines élevées). Notre prévi- ses voisins en 2011/12). temps) et ont peu de potentiel de baisse tantsion a donc un potentiel de baisse si les pluies Malgré tout, la situation brassicole 2011/12 que les pluies ne seront pas de retour. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS d ’ orge 45 graphique 4.2 : prix des orges brassicoles d’hiver en France et primes par rapport aux orges fourragères 60 300 prime = (FOB Creil OH6R - FOB Moselle fourragère) €/t FOB Creil orge dhiver 6R - €/t 50 250 40 FOB Creil orge dhiver 6R - €/t 200 30prime - €/t 150 20 100 10 50 0 -10 0 mar-11 mai-05 oct-05 jui-07 nov-07 mar-01 aoû-01 jui-02 nov-02 jui-97 nov-97 jan-07 jan-02 jan-97 avr-08 avr-98 sep-08 sep-98 mai-10 mai-00 oct-10 oct-00 jui-09 jui-04 jui-99 aoû-06 avr-03 fév-09 déc-09 fév-04 déc-04 fév-99 déc-99 mar-06 sep-03 graphique 4.3 : prix des orges brassicoles de printemps en France et primes par rapport aux orges fourragères 130 350 prime = (FOB Creil OP - FOB Moselle fourragère) €/t FOB Creil orge de printemps €/t 110 300 90 250 FOB Creil orge de printemps €/t 70 200prime - €/t 50 150 30 100 10 50 -10 0 jan-97 avr-98 mar-01 aoû-01 jan-02 jan-07 avr-08 mar-11 sep-98 sep-08 mai-05 nov-97 nov-02 nov-07 oct-05 jui-97 jui-02 jui-07 aoû-06 avr-03 fév-99 déc-99 fév-04 déc-04 fév-09 déc-09 mar-06 sep-03 mai-00 mai-10 oct-00 oct-10 jui-99 jui-04 jui-09 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 46 bilanS euroPéenS de maïS Rappels méthodologiques : Le choix d’une campagne octobre-septembre (au lieuCampagne 2010/11 de juillet-juin) a été retenu en cohérence avec les dates de production : en effet, l’essen- tiel de la récolte européenne est réalisé après le 1er octobre. Néanmoins, les bilansLes importations de maïs sont revues en baisse de 0,3 Mt exprimés sur une base juillet-juin sont disponibles sur www.strategie-grains.à 6,75 Mt ce mois-ci. En effet, la compétitivité des maïs com (code d’accès fourni gratuitement aux abonnés sur demande).pays tiers reste faible sur les derniers mois de la cam- En France et dans les pays du Sud cependant, une partie de la récolte commencepagne : seuls les maïs ukrainiens sont attractifs, et dans toujours fin septembre. Afin d’en tenir compte, les bilans ci-dessous distinguent pourle sud de l’UE uniquement. De plus, le risque de présence chaque campagne la production collectée avant le 1er octobre et celle collectée après.d’une variété OGM encore non autorisée à l’importation De même que pour le blé et l’orge, les bilans de maïs reflètent les prix cotés aujourd’huidans les chargements brésiliens devrait fortement limiter et leurs implications en termes de demande intérieure et d’échanges intraeuropéens.les importations jusqu’en août prochain. Ces bilans ont pour objectif de dégager les tendances des relations entre offre et de-La consommation de maïs pour la production de bioé- mande impliquées par les prix actuels afin de déceler les mouvements de prix poten-thanol vient d’être revue en petite hausse (+0,15 Mt). La tiels pour les mois à venir.consommation animale recule en revanche de 0,3 Mt. Le surplus ou le déficit est la différence entre le stock de report sur le marché libre et leAinsi, le stock européen de maïs au 30 septembre 2011 est stock outil conservé par chaque pays à la fin d’une campagne. La mise en évidence desrevu en légère baisse mais le bilan européen montre tou- surplus/déficits théoriques dès le début de la campagne est un indicateur fondamen- tal pour l’analyse, la fonction du marché étant de réduire, au cours de la campagne, lesjours un excédent potentiel (de 1,6 Mt). surplus et de combler les déficits.La situation du maïs ancienne campagne dans l’UE de-meure donc plutôt baissière. Cependant, au niveau mon-dial, la situation reste très fragile en ancienne comme presque 6 Mt à 115 Mt en 2011/12. Cette remontée desen nouvelle campagne (le maïs mondial doit perdre de stocks est cependant fragile, car elle dépend d’une fortela demande animale au profit des autres céréales). Si augmentation de la production (+44 Mt à 850 Mt). Or, àles prix mondiaux remontent par rapport aux niveaux l’heure actuelle, les semis de maïs aux USA sont très enactuels, les maïs importés seront moins compétitifs ; cela retard, ce qui pourrait entraîner une révision en baissepermettrait un assainissement partiel du bilan européen de la surface si le temps n’est pas idéal durant les pro-sans que le prix du maïs n’ait à baisser fortement dans chaines semaines. Les stocks mondiaux prévus en fin del’UE. Cependant, les stocks d’intervention d’orge conti- campagne représenteraient seulement 13% des utilisa-nuent à être relâchés régulièrement ce qui peut peser sur tions, ce qui reste relativement bas. Même si un ration-le cours du maïs européen. nement de la demande animale a commencé (au profitCampagne 2011/12 des blés fourragers), il ne permet pas pour l’instant deMalgré une révision à la baisse de la récolte française rééquilibrer le bilan mondial. Ainsi, le prix du maïs nou-par rapport au mois dernier, nous prévoyons toujours velle campagne n’a pas de potentiel de baisse tant queune forte hausse de la production de maïs dans l’UE 27 la récolte ne sera pas assurée. En revanche, il disposeen 2011 (+4,2 Mt) à 59,1 Mt. Les importations de maïs encore d’un potentiel de hausse afin que la demandedes pays tiers devraient diminuer de 2 Mt (à 4,8 Mt) en diminue, surtout si les surfaces US n’atteignent pas leraison d’une moindre compétitivité des maïs sud-amé- niveau attendu.ricains par rapport à la campagne précédente selon Actuellement, les maïs européens nouvelle campagneles cotations actuellement disponibles pour novembre sont moins chers que ceux de l’ancienne. Or le bilan UE2011. La demande intérieure est prévue en hausse de 2,7 montre une situation beaucoup moins lourde en 2011/12Mt : la consommation animale devrait progresser de 2,4 qu’en 2010/11 : cet écart de prix devrait donc diminuer,Mt, principalement en raison d’une augmentation de soit par une baisse du prix ancienne campagne, soit parla consommation à la ferme, et la demande humaine une hausse du prix nouvelle campagne, qui pourraitet industrielle de 0,3 Mt. Ainsi, les stocks européens de être renforcée par la fragilité de la situation mondiale.maïs devraient diminuer de 1 Mt en 2011/12 à 5,1 Mt, Cependant si les intentions de semis de maïs prévus auxun niveau légèrement supérieur (de 0,6 Mt) au stock USA sont bien atteintes à la mi-juin, et que le dévelop-minimum nécessaire pour une fin de campagne sans pement des cultures est correct en Ukraine et Russie, letension. bilan mondial se détendra ce qui pourrait entraîner uneLes stocks mondiaux de maïs devraient remonter de baisse des prix 2011. S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • stock de report production importations exportations conso. hum./industr. conso. animale octobre-sept. 2011/12 47 stock de report libre pertes/ut. outre-mer) collectée avant 1/10 collectée avant 1/10 stock report total stock intervention production 2011 total récolte 2011 production 2012 autres (semenc./ collectée après stock de report surplus/déficit au 1/10/2012 au 1/10/2011 biocarburants récolte 2011 des pays tiers récolte 2010 intervention Report libre autre conso. 1/10/2011 report total de l’UE 27 vers UE 27 stock-outil libre mini. demande composés intérieure à la ferme vers tiers aliments aliments tableau 5.1 : bilans UE 27 de maïs par pays 2011/12 (kt, base octobre-septembre) offre total total total All. 0 47 100 147 4537 4637 1990 4 6679 968 22 1036 208 827 4562 1876 2686 113 6701 0 -22 -22 100 78 0 75 2011 Bel/L 0 70 0 70 818 818 759 87 1734 292 0 112 72 40 1139 454 685 121 1664 0 70 70 0 70 0 70 Dan. 0 8 0 8 0 0 92 9 109 2 1 2 0 2 96 3 104 0 6 6 0 6 0 6 Esp. 0 373 250 623 2917 3167 2382 2860 8782 154 1 1638 445 1193 6415 4281 2134 124 8332 0 451 451 250 701 0 705 m a i Fra. -0 50 600 650 13204 13804 556 97 14507 4737 95 3250 496 2754 5978 3630 2348 505 14565 -0 -57 -57 550 493 0 493 Grè. 0 -196 280 84 924 1204 646 51 1706 25 1 74 0 74 1771 1029 742 24 1895 0 -190 -189 280 91 0 89 221 - 12 Irl. 0 41 0 41 0 0 428 26 495 4 0 47 0 47 396 0 447 0 48 48 0 48 0 47bilanS euroPéenS de maïS Ita. 0 -334 900 566 7917 8817 2576 85 11144 111 12 1410 0 1410 9632 7553 2079 294 11459 0 -315 -315 900 585 0 584 P.B. 0 229 0 229 263 263 3402 398 4292 111 6 1488 720 769 2396 2088 308 35 4036 0 256 256 0 256 0 255 Por. 0 37 100 137 569 669 550 797 2053 24 1 254 0 254 1723 1208 515 5 2007 0 46 46 100 146 0 147 U.K. 0 32 0 32 0 0 524 299 856 35 0 300 0 300 470 225 245 10 816 0 40 40 0 40 0 35 Autr. -0 190 40 230 2263 2303 375 0 2869 454 7 480 138 342 1846 348 1497 75 2862 -0 6 6 40 46 0 51 g r a i n S Fin. 0 3 0 3 0 0 1 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 3 0 3 0 0 Suè. 0 0 0 0 8 8 8 2 18 4 0 8 0 8 5 0 17 0 1 1 0 1 0 0 Pol. -0 276 0 276 2024 2024 351 9 2659 283 3 442 304 138 1652 1297 355 99 2480 -0 179 179 0 179 0 180 Hon. 0 497 0 497 8738 8738 145 5 9385 5279 93 1094 437 658 2181 161 8808 0 577 577 0 577 180 397 t r a t é g i e Tch. -0 247 0 247 891 891 28 0 1167 513 0 27 14 13 469 251 218 15 1023 -0 144 144 0 144 140 0 Slq. 0 340 0 341 1317 1317 15 0 1672 549 0 520 273 247 391 47 1506 0 165 166 0 166 170 0 Est. 0 4 0 4 0 0 9 1 14 0 0 0 0 0 11 0 11 0 3 3 0 3 0 0 Let. 0 3 0 3 0 0 15 2 20 0 0 0 0 0 17 0 17 0 3 3 0 3 0 0 Lit. 0 -0 0 -0 43 43 2 27 72 11 0 11 0 11 47 0 68 0 3 3 0 3 0 0 S Sln. 0 -68 70 2 229 299 200 4 434 146 0 65 0 65 271 119 152 22 503 0 -69 -69 70 1 0 0 Chy. 0 -0 0 -0 0 0 195 25 220 0 0 154 0 154 66 0 220 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 -0 0 -0 0 0 40 4 44 0 0 38 0 38 6 0 44 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 0 1595 0 1595 8445 8445 962 5 11007 1881 662 1077 214 863 5921 162 9703 0 1305 1305 0 1305 80 1225 Bul. 0 205 0 205 1641 1641 73 7 1926 743 110 341 27 314 518 40 1752 0 174 174 0 174 0 171 UE 15 0 551 2270 2821 33420 35690 14291 4716 55248 6920 146 10100 2079 8021 36429 1309 54904 0 344 344 2220 2564 0 2557 UE 25 1 1849 2340 4189 46661 49001 15290 4794 70935 13701 242 12451 3107 9343 41540 1652 69586 1 1348 1349 2290 3639 490 3134 UE 27 1 3649 2340 5990 56747 59087 16325 4806 83868 16325 1014 13869 3349 10520 47979 1853 81040 1 2827 2828 2290 5118 570 4530
  • stock de report production importations exportations conso. hum./industr. conso. animale octobre-sept. 2010/11 stock de report libre pertes/ut. outre-mer) collectée avant 1/10 collectée avant 1/10 stock report total stock intervention production 2010 total récolte 2010 production 2011 autres (semenc./ collectée après stock de report surplus/déficit au 1/10/2011 au 1/10/2010 biocarburants récolte 2010 des pays tiers récolte 2009 intervention Report libre autre conso. 1/10/2010 report total de l’UE 27 vers UE 27 stock-outil libre mini. demande composés intérieure à la ferme vers tiers aliments aliments tableau 5.2 : bilans UE 27 de maïs par pays 2010/11 (kt, base octobre-septembre) offre total total total All. 0 71 100 171 3894 3994 1458 304 5826 581 17 1033 217 815 4035 1541 2494 113 5779 0 47 47 100 147 80 68 2011 Bel/L 0 65 0 65 748 748 732 148 1693 314 0 117 77 40 1071 673 398 121 1623 0 70 70 0 70 0 66 Dan. 0 7 0 7 0 0 91 13 111 4 2 2 0 2 92 3 103 0 7 7 0 7 0 6 Esp. 0 200 250 450 2756 3006 2094 2356 7656 96 1 1714 541 1173 5348 4254 1094 124 7283 0 373 373 250 623 0 620 m a i Fra. -0 303 321 624 13248 13569 354 133 14359 4758 123 3196 485 2710 5727 3335 2392 505 14310 -0 50 50 600 650 170 477 Grè. 0 -198 280 82 844 1124 469 171 1567 38 1 73 0 73 1626 1173 453 24 1762 0 -196 -196 280 84 0 82 221 - 12 Irl. 0 39 0 39 0 0 305 131 476 3 0 46 0 46 385 0 435 0 41 41 0 41 0 46bilanS euroPéenS de maïS Ita. 0 -332 900 568 7209 8109 2352 723 10852 102 11 1394 0 1394 9385 7670 1715 294 11186 0 -334 -334 900 566 0 571 P.B. 0 429 0 429 282 282 2266 901 3877 76 2 1298 542 756 2237 2082 155 35 3649 0 229 229 0 229 0 232 Por. 0 42 100 142 530 630 259 1047 1978 23 1 251 0 251 1661 1224 436 5 1941 0 37 37 100 137 0 142 U.K. 0 36 0 36 0 0 436 387 858 54 0 299 0 299 463 233 230 10 826 0 32 32 0 32 0 35 Autr. -0 38 37 75 1919 1956 696 12 2702 313 8 474 136 338 1643 350 1293 75 2512 -0 190 190 40 230 180 46 g r a i n S Fin. 0 1 0 1 0 0 1 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 3 0 3 0 0 Suè. 0 1 0 1 8 8 12 2 23 0 0 8 0 8 15 0 23 0 0 0 0 0 0 0 Pol. -0 132 0 132 1726 1726 397 49 2304 75 2 407 271 136 1445 1271 174 99 2028 -0 276 276 0 276 120 160 Hon. 3 1106 0 1109 6976 6976 392 60 8538 4298 73 1035 386 649 2473 161 8041 0 497 497 0 497 70 424 t r a t é g i e Tch. -0 204 0 204 693 693 19 2 919 262 0 16 3 13 379 213 166 15 672 -0 247 247 0 247 250 0 Slq. 0 370 0 370 1050 1050 175 0 1595 333 0 528 284 243 348 47 1255 0 340 341 0 341 340 0 Est. 0 3 0 3 0 0 7 5 15 0 0 0 0 0 11 0 11 0 4 4 0 4 0 0 Let. 0 -0 0 -0 0 0 12 5 17 0 0 0 0 0 14 0 14 0 3 3 0 3 0 0 Lit. 0 3 0 3 47 47 1 79 130 7 0 10 0 10 113 0 130 0 -0 -0 0 -0 0 0 S Sln. 0 -70 70 -0 235 305 158 48 441 114 0 64 0 64 310 139 171 22 509 0 -68 -68 70 2 0 0 Chy. 0 0 0 0 0 0 111 92 204 0 0 151 0 151 53 0 204 0 -0 -0 0 -0 0 0 Mal. 0 4 0 4 0 0 27 12 43 0 0 37 0 37 6 0 43 0 -0 -0 0 -0 0 0 Rou. 0 1441 0 1441 8748 8748 699 71 10959 1329 658 1058 206 852 6157 162 9364 0 1595 1595 0 1595 330 1262 Bul. 0 86 0 86 1960 1960 105 0 2151 851 121 317 9 309 617 40 1946 0 205 205 0 205 20 185 UE 15 0 702 1988 2690 31438 33426 11525 6328 51981 6362 166 9905 1999 7906 33688 1309 51431 0 551 551 2270 2821 430 2392 UE 25 3 2454 2058 4515 42166 44223 12826 6681 66187 11451 241 12154 2944 9210 38840 1652 64338 1 1848 1849 2340 4189 1210 2976 48 UE 27 3 3981 2058 6042 52874 54931 13630 6752 79298 13630 1021 13529 3159 10371 45614 1853 75648 1 3649 3650 2340 5990 1560 4423
  • bilanS euroPéenS de maïS 49offre et demande intérieure2010/11 : petite révision en baisse des importations – la production 2011/12est toujours attendue en forte haussecAmpAgne 2010/11 cipalement en provenance du Brésil) n’est Consommation animale pas disponible actuellement, et ne devrait pas La consommation animale de maïs est revueProduction l’être avant le mois d’août. En effet, le risque en baisse de 320 kt par rapport au mois der-La production de maïs de l’UE 27 est légère- de présence accidentelle du Mir 162, nouvelle nier. Elle est désormais prévue à 45,6 Mt. Lament relevée par rapport à notre dernière esti- variété cultivée dans ce pays, mais non encore consommation de maïs dans les aliments com-mation (+75 kt en Belgique). Elle reste estimée autorisée à l’importation dans l’UE, apparaît posés est revue en baisse aux Pays-Bas (-230 kt)à 54,9 Mt. trop important. L’Autorité Européenne de et en Allemagne (-195 kt), en Espagne (-20 kt) Sécurité des Aliments (EFSA) n’a toujours et en Belgique (-15 kt) tandis qu’elle remonteImportations en provenance des pays pas rendu de rapport d’évaluation des risques légèrement en France (+65 kt)  ; la consom-tiers sur cette variété. De plus, un projet de direc- mation à la ferme est revue en hausse de 110Les importations en provenance des pays tive sur la tolérance de présence accidentelle de kt en France, suite à une baisse de la prévisiontiers sont revues en légère baisse (-0,3 Mt par variété OGM non encore autorisée à hauteur de collecte 2010/11. Elle est au contraire revuerapport au mois dernier) à 6,75 Mt. Cela dé- de 0,1% est à l’étude mais il n’a pas encore été en baisse au Royaume-Uni (-95 kt) suite à unecoule d’une part de la prise en compte des certi- voté par le conseil européen des ministres, ni révision en baisse des disponibilités.ficats d’importation délivrés par la CommissionEuropéenne au 3 mai 2011 ; d’autre part, les approuvée par la Commission Européenne.maïs pays tiers apparaissent moins compéti- Par conséquent, le maïs brésilien ne devrait pas cAmpAgne 2011/12tifs sur les mois à venir que durant la première être disponible pour le marché européen avant le dernier trimestre de la campagne. Productionmoitié de la campagne 2010/11 (campagne La production de maïs de l’UE est revue enoctobre-septembre). En effet, les maïs ukrai- L’origine serbe n’est plus compétitive non plus baisse de 0,4 Mt ce mois-ci, à 59,1 Mt. Cela ré-niens (qui sont maintenant disponibles sur dans l’UE : elle est plus chère que l’origine euro- sulte principalement d’une révision en baisse dele marché mondial, les quotas d’exportations péenne la moins chère de 10 €/t environ dans la surface ensemencée en maïs grains en Franceayant été officiellement abolis le 5 mai) sont à le sud, et de 30 à 40 €/t dans le nord de l’UE. (au profit du maïs ensilage) : la production y estparité avec l’origine française sur la Catalogne Ainsi, les importations de maïs en prove- ainsi revue en baisse de 0,6 Mt par rapport auce qui favorise plutôt l’origine française. Au nance des pays tiers sont revues en baisse en mois dernier à 13,8 Mt. Cette diminution estBenelux, l’origine ukrainienne est à parité avec Italie (-145 kt), aux Pays-Bas (-110 kt), et en en partie compensée par une petite remontéel’origine européenne la moins chère sur les Slovénie principalement (-110 kt). Elles sont des surfaces aux dépens de l’orge de printemps,prochains mois de la campagne ce qui favorise en revanche légèrement relevées en Espagne notamment au Portugal, en Belgique, enlà aussi l’origine européenne. Cependant, les (+120 kt). Europe Centrale et en Roumanie. La récoltemaïs ukrainiens sont intéressants rendu Nord de maïs est cependant toujours attendue enEspagne, Portugal et Italie, avec un avantage Suite à la prise en compte de ces différents élé- forte hausse (+4,2 Mt) par rapport à 2010.de 10 à 20 €/t par rapport aux origines euro- ments, les importations diminuent de 230 ktpéennes. Les importations de maïs ukrainiens par rapport au mois dernier en provenance du Importations en provenance des paysdevraient donc se poursuivre durant les pro- Brésil, de 100 kt en provenance d’Argentine, tierschaines semaines dans ces régions de l’UE. de 120 kt en provenance de Serbie et de 60 Comme le mois dernier, les importationsL’origine sud-américaine non OGM (prin- kt en provenance de Croatie. En revanche les en provenance des pays tiers sont prévues en importations de maïs ukrainiens sont inchan- baisse par rapport à la campagne 2010/11 tableau 5.3 : répartition des gées, à 1,65 Mt. Suite à la prise en compte des (-1,9 Mt). En effet, selon les cotations actuel- importations de l’UE 27 par origine chargements déjà faits, les importations de lement disponibles pour la nouvelle récolte kt 08/09 09/10 10/11 11/12 maïs en provenance des USA et du Canada (novembre 2011), les maïs en provenance USA 55 93 462 60 sont légèrement revues en hausse (+40 kt et d’Amérique latine et de l’est de l’Europe Canada 9 1 449 10 +50 kt respectivement). (Serbie) sont toujours à parité avec les maïs Turquie 10 6 11 4 originaires de l’UE sur les grandes zones d’im- Croatie 302 193 107 150 Consommation humaine et indus- portation du sud de l’UE mais sont plus chers Serbie 950 706 1188 1350 trielle que les maïs UE à destination du Benelux. Ukraine 417 635 1651 1780 La consommation humaine et industrielle est Ainsi, la compétitivité des maïs pays tiers reste Moldavie 25 24 96 90 revue en légère hausse (+150 kt par rapport moins forte qu’en 2010/11, où ces maïs pré- Pérou 5 6 4 1 au mois dernier) à 13,5 Mt. Cela résulte d’une sentaient un avantage par rapport aux maïs Brésil 517 874 2044 950 révision en hausse de la consommation de maïs de l’UE d’au moins 10 €/t sur le nord de l’UE Chili 46 14 1 1 pour le bioéthanol en Espagne (+110 kt) et en entre les mois d’octobre et mars. Paraguay 0 0 180 150 Autriche (+35 kt). La consommation de maïs Toutefois, les importations en provenance Argentine 373 376 277 250 pour la production de bioéthanol dans l’UE 27 des pays tiers sont revues en légère hausse Autres 52 10 282 10 est maintenant estimée à 3,16 Mt (+0,6 Mt par par rapport au mois dernier, à 4,8 Mt (+220 Total 2761 2938 6752 4806 rapport à la campagne 2009/10). kt). En effet, le besoin d’importation de l’UE S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 50 tableau 5.4 : échanges de maïs intra-UE 27, octobre-septembre 2011/12 (kt)origines destinations 2011/12 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Irl. Ita. P.B. Por. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Sln. Chy. Mal. Rou. Bul. UE All. 1 22 16 441 4 6 18 411 0 3 36 0 0 2 0 1 0 0 0 0 4 0 0 2 0 968 B/L 15 0 0 24 0 0 0 234 0 18 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 292 Dan. 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 Esp. 1 5 0 7 0 0 2 0 101 36 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 154 Fra. 482 570 37 1358 6 302 180 1134 182 444 2 1 3 12 6 2 1 0 0 0 0 0 12 2 0 4737 Grè. 0 0 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 0 0 17 25 Irl. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 Ita. 18 2 13 11 16 14 0 14 0 2 4 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 5 0 9 0 111 P.B. 41 23 12 0 17 0 6 0 0 2 8 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 111 Por. 0 0 0 24 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 24 U.K. 3 0 0 0 9 0 20 0 0 0 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 35 Autr. 34 1 0 0 3 0 0 381 2 0 0 0 0 3 9 1 7 0 0 0 12 0 0 1 0 454 Fin. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Suè. 0 0 4 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 Pol. 273 0 4 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 1 1 0 1 1 0 0 0 0 0 283 Hon. 452 33 0 52 10 295 0 1674 1409 0 0 147 0 0 116 5 0 5 7 0 183 18 1 828 43 5279 Tch. 375 0 0 0 1 3 0 0 0 0 0 59 0 0 75 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 513 Slq. 113 0 0 61 1 16 0 2 46 0 0 89 0 0 127 77 17 0 0 0 0 0 0 1 0 549 Est. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Let. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Lit. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 3 7 0 0 0 0 0 11 Sln. 0 0 0 0 0 0 0 136 0 0 0 4 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 146 Chy. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 153 124 0 567 7 166 95 170 152 203 15 25 0 0 12 46 1 6 0 0 0 0 101 25 12 1881 Bul. 27 0 0 293 20 143 0 8 0 63 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 69 2 119 743 UE 1990 759 92 2382 556 646 428 2576 3402 550 524 375 1 8 351 145 28 15 9 15 2 200 195 40 962 73 16325 tableau 5.5 : échanges de maïs intra-UE 27, octobre-septembre 2010/11 (kt)origines destinations 2010/11 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Irl. Ita. P.B. Por. U.K. Autr. Fin. Suè. Pol. Hon. Tch. Slq. Est. Let. Lit. Sln. Chy. Mal. Rou. Bul. UE All. 1 18 5 245 8 5 21 222 0 1 37 0 1 3 1 1 0 0 0 0 8 0 0 3 0 581 B/L 24 0 0 34 0 0 0 223 0 32 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 314 Dan. 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 Esp. 2 6 0 7 0 0 2 0 49 28 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 96 Fra. 515 634 45 1545 6 227 299 946 129 365 2 1 5 19 6 2 1 0 0 0 0 0 8 2 1 4758 Grè. 0 0 0 0 0 0 10 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 0 0 24 38 Irl. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 Ita. 18 2 19 8 16 7 0 13 0 1 7 0 4 0 1 0 0 0 0 0 0 3 0 4 0 102 P.B. 18 15 7 0 12 0 4 0 0 3 15 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 76 Por. 0 0 0 23 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 23 U.K. 6 0 0 0 18 0 28 0 0 0 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 54 Autr. 44 1 0 0 1 0 0 232 3 0 0 0 0 3 8 1 6 0 0 0 12 0 0 1 0 313 Fin. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Suè. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Pol. 68 0 2 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 75 Hon. 478 0 0 12 7 120 0 1487 675 0 0 462 0 0 172 6 145 5 8 0 138 12 1 498 72 4298 Tch. 122 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 46 0 0 74 0 13 0 0 0 0 0 0 0 0 262 Slq. 29 0 0 6 1 10 0 1 5 0 0 90 0 0 120 63 7 0 0 0 0 0 0 1 0 333 Est. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Let. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Lit. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 2 3 0 0 0 0 0 7 Sln. 0 0 0 0 0 0 0 97 0 0 0 6 0 0 0 10 0 0 0 0 0 0 0 0 0 114 Chy. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Mal. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Rou. 118 72 0 258 8 141 42 187 65 29 1 30 0 0 3 302 1 9 0 0 0 0 38 16 8 1329 Bul. 12 0 0 237 3 172 0 16 112 52 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 54 2 191 851 UE 1458 732 91 2094 354 469 305 2352 2266 259 436 696 1 12 397 392 19 175 7 12 1 158 111 27 699 105 13630 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 51s’est accru suite à la baisse de la récolte prévue (dont la semoulerie) devraient rester tableau 5.6 : écart de prix entre maïs et bléen 2011. De plus, les disponibilités exportables voisines de 2,7 Mt, en très légère hausse en Francede l’Ukraine pour la campagne 2011/12 ont par rapport à la campagne 2010/11 prix du maïs moins prix du bléété revues en hausse (hausse des prévisions de (+0,8%). (€/t) anc. récolte nouv. récoltesurface et de récolte). Ainsi, les importations D’autre part, la consommation de 8-avr 6-mai 8-avr 6-maien provenance d’Ukraine sont maintenant maïs pour le bioéthanol est prévue en rendu Nantes standard 1,0 -12,0 -22,0prévues à 1,8 Mt (+0,5 Mt par rapport au mois légère hausse (+190 kt) à 3,3 Mt. Ce ex côte d’or (Sud) BPMF -18,0 -16,0 5,0dernier, +0,1 Mt par rapport à 2010/11). Les poste est pratiquement inchangé par Fob Creil standardimportations en provenance du Brésil aug- rapport au mois dernier. Toutefois, la ex Eure et Loir BPMF -4,5 -19,5 13,0 -14,0mentent légèrement (+0,2 Mt à 950 kt) tandis consommation de maïs pour la produc- ex Eure et Loir fourrager 1,5 -6,5 -5,0qu’elles sont revues en baisse au départ de l’Ar- tion de bioéthanol a été revue en hausse Fob Rhin standard -9,5 -17,0 13,0 2,0 ex Lyon standardgentine (suite à une diminution en 2010/11), en Espagne (+50 kt), en Autriche (+35 ex Sud Ouest BPMF -14,0 -14,0des USA et du Canada. En effet, ces deux kt) aux dépens des autres céréales mais apays ne devraient pas pouvoir exporter autant été diminuée en Hongrie (-70 kt) suite source : Stratégie grains d’après La Dépêchede maïs que durant la campagne 2010/11 (cf au retardement du démarrage de l’usineMarché mondial ci-dessous). Les importations de Pannonia Ethanol au 2ème trimestre mais moins fortement que ce qui était prévu lede maïs en provenance de Serbie reste prévues 2012. mois dernier. La consommation de maïs à laà 1,3 Mt. ferme reste en effet attendue en hausse suite Consommation animale à une remontée de la récolte européenne. ParConsommation humaine et indus- La consommation animale de maïs est main- ailleurs, sur la base des cotations actuelles pourtrielle tenant prévue à 48 Mt en 2011/12 (octobre/ la nouvelle campagne, le maïs est potentielle-La consommation humaine et industrielle septembre), en baisse de presque 0,8 Mt par ment incorporé dans les rations animales à unde maïs est attendue en hausse de 0,3 Mt en rapport au mois dernier. En effet, la consom- niveau proche de celui de 2010/11.2011/12, à 13,9 Mt. En effet, d’une part la mation à la ferme a été revue en forte baisse en Notre prévision de la consommation de maïsconsommation de maïs pour l’amidonnerie France (-0,64 Mt) et au Royaume-Uni (-0,15 a un grand potentiel de variation en fonctiondevrait progresser de 140 kt par rapport à l’an Mt) suite à une révision à la baisse des disponi- de l’évolution relative des prix des céréales. Ladernier (+1,8%) selon la croissance de l’écono- bilités en maïs dans ces pays. consommation de maïs pourrait être revue enmie prévue dans l’UE 27. Elle est ainsi prévue Ainsi, les utilisations animales du maïs devrait baisse si le maïs perd en intérêt par rapport auà 7,8 Mt. Les autres utilisations alimentaires progresser (+2,4 Mt par rapport à 2010/11) blé et à l’orge.échangeS intraeuroPéenSLes échanges de maïs devraient augmenter de 2,7 Mt en 2011/12cAmpAgne 2010/11 (-155 kt), au Royaume-Uni (-80 kt) principa- devraient diminuer au départ de la BulgarieDepuis le mois dernier, nous avons intégré les lement. (-110 kt). En revanche, nous prévoyons tou-dernières statistiques de douane (mois de mars jours une augmentation des exportations de lapour la France, de février pour l’Espagne, le cAmpAgne 2011/12 Hongrie (+1 Mt), de la Roumanie (+0,55 Mt)Portugal, le Royaume-Uni et Malte, mois de En raison de la diminution de la compé- et de l’Allemagne (+0,4 Mt) principalement.janvier pour les autres pays de l’UE). Notre titivité des maïs pays tiers par rapport à la Les importations de maïs européens sontestimation des échanges intra-UE de maïs campagne 2010/11, les échanges intra-eu- ainsi prévues en augmentation par rapport àen 2010/11 est inchangée, à 13,6 Mt. Cela ropéens de maïs sont prévus en hausse de 2010/11 aux Pays-Bas (+1,1 Mt), en Espagnerésulte de plusieurs révisions qui se compensent 2,7 Mt en 2011/12. Ils devraient atteindre 16,3 Mt. Ils sont, toutefois, revus en baisse (+0,3 Mt), en Italie (+0,2 Mt), au Portugalentre elles.Ainsi, sont revues en légère hausse les expor- de 0,4 Mt par rapport au mois dernier suite à (+0,3 Mt), en Allemagne (+0,5 Mt), entations de la France (+140 kt), de la Hongrie la baisse de la récolte et des exportations de maïs Roumanie (+0,26 Mt), en Grèce (+0,18 Mt)(+245 kt), et de la Bulgarie (+110 kt). En de la France. et en France (+0,25 Mt). En revanche elles sontrevanche, les chargements de maïs sont dimi- Selon les cotations actuellement disponibles prévues en forte baisse en Autriche (-0,3 Mt),nués au départ de la Roumanie (-110 kt), de pour novembre 2011, en Catalogne, les maïs en Hongrie (-0,25 Mt) et en Slovaquie (-0,16la Slovénie (-100 kt), de l’Allemagne (-110 français sont les plus compétitifs. En revanche, Mt).kt), de la République Tchèque (-80 kt) et de la en Italie, au Portugal et dans le Nord de l’Es-Slovaquie (-70 kt). pagne, ce sont les maïs de l’est de l’UE les plus NB : Nos prévisions des échanges intra-européensLes importations de maïs européen sont ainsi compétitifs. Au Benelux, les origines françaises et le détail des flux déjà réalisés par origine et parrevues en hausse en Hongrie (+220 kt), en et hongroises sont à parité. destination sont consultables sur notre site WebAutriche (+140 kt) et en Italie (+135 kt) mais Les exportations de la France vers l’UE sont strategie-grains.com, pour les abonnés au moduleen baisse en Allemagne (-260 kt), aux Pays-Bas maintenant prévues stables en 2011/12. Elles «échanges intra-UE». S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 52marché mondialEn 2010/11, le rationnement de la demande en maïs commence à s’opérer ; en2011/12, le bilan mondial reste fragile en raison de l’incertitude sur les surfacesqui pourront être semées aux USAforte BAisse des prix du mAïs Sur la période mai-septembre 2011, en te- sont ainsi toujours prévues à 1 Mt en 2010/11us nant compte du coût du fret, l’origine la plus et en 2011/12.Depuis le 8 avril, le prix des maïs fob US a compétitive vers le Proche-Orient, le Moyen-perdu 28 $/t à 305 $/t (au 5 mai). Les prix sont Orient et l’Afrique du Nord reste l’origine situAtion mondiAle 2010/11restés soutenus jusqu’à la fin du mois d’avril, en ukrainienne, suivie par l’origine sud-améri- Depuis le mois dernier, les stocks mondiauxraison des difficultés rencontrées par les agri- caine, puis par l’origine européenne, et enfin à la fin septembre 2011 ont été revus uneculteurs pour semer aux Etats-Unis suite à des par l’origine US. nouvelle fois en légère hausse (+3 Mt à 108,7pluies incessantes. Puis au mois de mai, les prix Cependant en nouvelle campagne, cette Mt). En effet, depuis le mois dernier, le maïson chuté, à la suite de la baisse du prix du baril hiérarchie de prix est différente. En effet, les reste moins attractif que blé fourrager dansde pétrole mais aussi suite à la forte diminution maïs européens de l’est sont cotés à 298 $/t l’alimentation animale ; ainsi la consomma- fob, contre 295 $/t pour l’origine France, 284 tion animale de maïs a été revue en baisse dedes ventes hebdomadaires de maïs par les USA. $/t pour l’origine US et 299 $/t pour le maïs 3,5 Mt par rapport au mois dernier, à 482 Mt.Sur le rapproché, le maïs reste plus cher de 5 Fob Brésil. Ainsi l’origine la plus compétitive La consommation humaine et industrielle est,$/t que le blé SRW (au 5 mai). Cet écart est délivrée Afrique du Nord, Proche et Moyen- elle aussi, revue en baisse (-0,7 Mt à 347,7 Mt)le même sur les échéances juin et juillet, mais Orient en nouvelle campagne est l’origine suite à une diminution de la consommationà partir d’août, le maïs fob US est à nouveau US, à parité avec l’origine est-européenne,moins cher que le blé SRW (-9 $/t). de maïs pour la production d’étha-Cependant, les blés fourragers au dé- nol aux USA. De plus, les stocks de graphique 5.1 : prix du maïs américain Fob Gulfpart de la Mer Noire sont maintenant début de campagne ont été relevés decotés autour de 270 $/t en nouvelle 0,5 Mt suite à une diminution de lacampagne (à partir de juillet 2011), soit 420 consommation animale en 2009/10.30 $/t de moins que les maïs Fob US. 370 maïs US n°2 Yellow Fob Gulf Cependant, la production mondialeAinsi, la demande animale mondiale SRW Fob Gulf de maïs en 2010 est revue en baisse dede maïs a été revue en baisse au profit 320 1,5 Mt à 805,9 Mt (suite à une révisiondu blé fourrager pour la fin de cam- 270 Us $/t de la récolte indonésienne).pagne 2010/11. Ainsi, les stocks mondiaux de maïsParallèlement les prix sud-américains 220 sont maintenant prévus en baisse deont également diminué depuis le 170 presque 24 Mt en 2010/11, à 108,7mois dernier. Le prix fob des maïs bré- Mt. Cela représente un peu plus desiliens est de 297 $/t sur le rapproché, et 120 13% des utilisations mondiales. Même si le rationnement de la demande encelui des maïs argentins de 301 $/t (au 70 maïs a commencé, il doit encore se5 mai). poursuivre afin que le bilan mondialAu départ de l’UE, les maïs français s’équilibre. L’écart de prix entre blévalent 333 $/t Fob (+2 $/t par rapport et maïs mondial (de -5 $/t en faveurau mois dernier) et les maïs du sud-est de l’UE suivie de l’origine française et enfin, sud-amé- du blé) doit encore perdurer pendant lesvalent 363 $/t (+24 $/t par rapport au mois ricaine. Toutefois, les cotations de maïs ukrai- prochains mois afin de permettre une dimi-dernier) tandis que les maïs ukrainiens sont niens en nouvelle campagne ne sont toujours pas disponibles. nution demande mondiale d’encore 10 Mtcotés à 314 $/t sur le rapproché (+8 $/t). Ainsi, la environ. Le prix du maïs mondial ne dispose tableau 5.7 : bilan de maïs américain et mondial (Mt) c o m p é - donc pas de potentiel de baisse relativement au t i t i v i t é blé. USA Monde des maïs Aux USA, les exportations de maïs ont été Stratégie Stratégie europ é ens revues en baisse de 0,3 Mt à 48,5 Mt suite à la USDA USDA sur le marché diminution de compétitivité des maïs par rap- grains grains Mt 10/11 11/12 10/11 11/12 10/11 11/12 10/11 11/12 mondial a port aux blés fourragers sur le marché mondial. stocks départ 43,4 18,5 43,4 20,5 145,4 122,2 132,4 109,0 peu évolué De plus, la consommation de maïs pour la production 316,2 343,0 316,2 340,1 815,3 867,7 805,9 850,2 depuis le production de bioéthanol a été revue en baisse imports 0,6 0,5 0,5 0,4 91,1 90,9 92,1 85,2 mois dernier. de 1 Mt suite à la diminution des marges de exports 48,3 45,7 48,5 42,0 91,1 90,9 92,1 85,2 Les exporta- l’éthanol. Ainsi, les stocks de maïs en fin de cam- conso animale 130,8 129,6 130,8 130,0 493,5 506,1 481,7 489,9 tions de maïs pagne sont maintenant prévus à 20,5 Mt, en conso hum & ind 162,6 164,0 160,2 162,8 345,1 354,7 347,7 354,7 de l’UE vers hausse de 1,3 Mt par rapport au mois dernier. stocks finaux 18,5 22,9 20,5 26,2 122,2 129,1 109,0 114,6 les pays tiers Toutefois, cela correspond à seulement 7% des utilisations. Ainsi, le prix du maïs aux USA ne Stratégie grainS 221 - 12 mai 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 53 tableau 5.8 : bilan de maïs tableau 5.9 : bilan de maïs tableau 5.10 : bilan de maïs argentin et brésilien (Mt) ukrainien et russe (Mt) chinois et sud-africain (Mt) Brésil Argentine Ukraine Russie Afr. Sud Chine Mt 09/10 10/11 11/12 09/10 10/11 11/12 Mt 09/10 10/11 11/12 09/10 10/11 11/12 Mt 09/10 10/11 11/12 09/10 10/11 11/12 stocks départ 12,2 13,2 8,0 1,5 0,7 3,3 stocks départ 1,1 0,7 0,6 0,3 0,1 0,2 stocks départ 7,8 9,0 6,3 52,7 47,3 47,4 production 56,0 55,7 54,8 22,5 20,9 26,0 production 10,2 12,0 14,4 4,0 3,1 6,1 production 13,4 11,1 11,9 152,0 162,0 164,5 imports 0,6 0,4 0,8 0,1 0,4 0,1 imports 0,0 0,0 0,0 0,0 0,4 0,0 imports 0,1 0,1 0,1 1,8 2,1 3,0 exports 8,6 12,9 6,4 17,0 11,5 19,0 exports 5,1 5,9 8,3 0,4 0,0 1,9 exports 1,1 2,2 0,8 0,1 0,0 0,0 consommation 47,0 48,3 49,1 6,4 7,1 7,7 consommation 5,6 6,3 5,8 3,7 3,4 3,9 consommation 11,2 11,7 12,2 159,0 164,0 168,0 stocks finaux 13,2 8,0 8,0 0,7 3,3 2,8 stocks finaux 0,7 0,6 0,9 0,1 0,2 0,5 stocks finaux 9,0 6,3 5,3 47,3 47,4 46,8 source : Stratégie grains d’après compilation de source : Stratégie grains d’après compilation de source : Stratégie grains d’après compilation de plusieurs sources plusieurs sources plusieurs sourcespeut se permettre de diminuer par rapport tableau 5.11 : évolution comparée des principales disponibilités exportablesaux autres céréales fourragères. Il doit au et des besoins d’importation du maïscontraire augmenter afin que le maïs perdedavantage de demande à l’exportation. évolution des exportations évolution des besoins d’importationEn Ukraine, les quotas d’exportation pour le 09/10 10/11 ∆ 09/10 10/11 ∆maïs ont été officiellement supprimés le 5 mai USA 50,0 48,5 -1,5 UE 27 2,9 6,8 3,8dernier. Ainsi nous avons relevé la prévision Argentine 17,0 11,5 -5,4 Russie 0,0 0,4 0,4d’exportations de ce pays de 0,4 Mt à 5,9 Mt. Brésil 8,6 12,9 4,3 Japon 16,9 16,0 -0,9Cette hausse est modérée ; en effet, les quotas Afrique du sud 1,1 2,2 1,1 Corée du sud 7,7 6,6 -1,2octroyés depuis du 15 novembre au 30 juin par Chine 0,1 0,0 -0,1 Taiwan 4,5 4,4 -0,1le gouvernement ukrainien, ajoutés aux char- Inde 1,9 3,0 1,1 Malaisie 3,0 3,0 -0,0gements de maïs déjà exportés avant la mise en Ukraine 5,1 5,9 0,8 Chine 1,8 2,1 0,3place des quotas, représentaient déjà une quan- Russie 0,4 0,0 -0,4 Autres Asie 3,6 3,3 -0,3tité proche de 5,3 Mt. Paraguay 1,3 1,5 0,2 Mexique 8,3 8,5 0,3En Chine, suite à la prise en compte des ventes UE 27 1,5 1,0 -0,5 Colombie 3,7 3,7 0,0réalisées par les USA, et à la récente perte de Autres 5,2 5,5 0,3 Pérou 1,8 1,6 -0,2compétitivité du maïs dans l’alimentation Total 92,3 92,1 -0,2 Autres Amérique du Sud 3,8 3,5 -0,3animale, nous avons revu en légère baisse les Egypte 5,8 5,5 -0,3 source : Stratégie grainsimportations prévues en 2010/11 : elles sont Algérie 2,6 2,2 -0,4maintenant estimées à 2,1 Mt (dont 1,8 Mt au Maroc 1,8 1,7 -0,2départ des USA, 0,1 Mt au départ du Brésil, persistaient, notamment dans l’Indiana et Autres Afrique du nord 1,5 1,2 -0,3d’Argentine et d’Afrique du Sud). l’Ohio. La surface de maïs pourrait être revue Iran 4,1 3,7 -0,4 en baisse de 1 à 2 millions d’acres (soit de 0,4 Syrie 2,0 2,1 0,1 à 0,8 Mha) : le potentiel de baisse de la ré- Autres Proche Orient 3,7 3,7 0,0situAtion mondiAle 2011/12 colte de maïs aux USA serait ainsi compris Autres 12,7 12,1 -0,6La campagne 2011/12 devrait ainsi débuter entre 4 et 8 Mt. De plus, un tel retard dans le Total 92,3 92,1 -0,2avec des stocks mondiaux de maïs inférieurs déroulement des semis implique qu’une partde 24 Mt aux stocks de début de campagne importante des semis auront lieu en juin : cela conséquent la récolte de maïs de l’Ukraine2010/11. Notre prévision de récolte mon- entraîne l’utilisation de variétés précoces, avec est revue en hausse de 1,4 Mt à 14,4 Mt, etdiale de maïs 2011/12 est pratiquement un potentiel de rendement inférieur à des varié- celle de la Russie de 1,9 Mt à 6,1 Mt. Ainsi,inchangée depuis le mois dernier, à 850,2 tés semées en mai. Cela pourrait encore ren- les disponibilités exportables en maïs au départMt (+44 Mt par rapport à la récolte 2010/11). forcer la diminution de la récolte américaine. de la Mer Noire viennent d’être revues en forteAux USA, la production a été revue en L’avancée des semis aux USA sera ainsi un hausse. Les exportations de maïs de l’Ukrainebaisse de 2,6 Mt suite à une diminution des facteur déterminant pour l’équilibre du pourraient ainsi atteindre 7 à 8 Mt, et celles desurfaces. Elle est maintenant prévue à 340,1 bilan mondial 2011/12 : elle devra être suivie la Russie 1 à 2 Mt.Mt. En effet, les semis de maïs sont en retard en de près durant les prochaines semaines. Suite à À partir d’octobre 2011, le maïs US est plusraison de précipitations incessantes, voire dilu- la baisse de la récolte, les exportations de maïs compétitif que le blé SRW (au départ des US).viennes dans plusieurs états du Midwest. Ainsi, prévues au départ des USA en 2011/12 ont été Cependant, le maïs devrait être fortementmême si les conditions sont idéales à partir de revues en baisse à 42 Mt. Ces quantités ont été concurrencé, dans l’alimentation animale, parmaintenant, il apparaît maintenant extrême- reportées sur les pays de la Mer Noire. les blés fourragers de l’est de l’UE, ukrainiens etment difficile pour les agriculteurs américains En effet, en Ukraine et en Russie, la surface australiens. La consommation de maïs par lesd’atteindre leurs intentions de semis initiales de maïs 2011 vient d’être revue en forte animaux ne devrait donc pas augmenter for-(92,2 millions d’acres selon l’USDA). Par hausse. Des conditions très pluvieuses ont tement en 2011/12 par rapport à 2010/11 :conséquent la surface semée en maïs a été revue empêché la réalisation de la totalité des inten- elle reste prévue autour de 490 Mt, en hausseen baisse à 92 millions d’acres (ou 37,2 Mha). tions de semis en orge de printemps. Cette de 8 Mt seulement par rapport à 2010/11,Cependant la perte de surface pourrait être surface devrait être ainsi semée en maïs. Par suite à une progression attendue dans l’UEplus importante si des conditions défavorables S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 54(+2,4 Mt), en Chine (+2 Mt) et au Brésil (+0,8 animale a commencé, il ne permet pas pour Un scénario alternatif probable serait que cetteMt). En revanche, la consommation de maïs l’instant de rééquilibrer le bilan mondial. taxe soit prolongée, mais réduite. La consom-par le secteur animal devrait rester soit stable Ainsi, le prix du maïs nouvelle campagne n’a mation industrielle pourrait alors diminuer deou diminuer dans les grandes zones d’impor- pas de potentiel de baisse tant que la récolte netations (Afrique du Nord, Moyen et Proche sera pas assurée. En revanche, il dispose encore 2 à 4 Mt (selon nos estimations). Dans ce cas,Orient, Asie du sud-est). La consommation d’un potentiel de hausse afin que la demande le stock US pourrait augmenter à environ 10%humaine et industrielle est attendue en hausse diminue. Tout accident climatique compro- des utilisations.de 7 Mt, suite à une hausse de la consommation mettant la récolte de maïs 2011 (notammentpour le bioéthanol (+2,5 Mt) et des utilisations des difficultés dans la progression des semis aux Le bilan de maïs US 2011/12 apparaît donchumaines et industrielles (+4,5 Mt) en raison USA) serait de nature à faire exploser les prix. moins tendu que le mois dernier, suite à une ré-de la croissance de l’économie mondiale. Aux USA, la hausse de la production de maïs vision en baisse des exportations au profit de laSuite à une remontée de l’offre mondiale de (+24 Mt) par rapport à 2010 devrait plus que Mer Noire. Toutefois, la récolte de l’Ukraine etmaïs (+16 Mt), les échanges mondiaux sont compenser la chute des stocks de report (-23prévus en baisse de 7 Mt à 85 Mt. Mt). La consommation animale est prévue en de la Russie n’est pas encore certaine, et le retourAinsi les stocks mondiaux de maïs devraient léger recul (-1 Mt), la consommation humaine de la Russie sur le marché mondial à partir duremonter de presque 6 Mt à 115 Mt en et industrielle (y compris l’éthanol) en hausse mois d’octobre dépendra beaucoup du niveau2011/12. Cette remontée des stocks est ce- de 2,6 Mt. Les exportations devraient dimi- de la récolte de blé et d’orge 2011. De plus, si lapendant fragile, car elle dépend toujours d’un nuer de 6,5 Mt. Ainsi, le stock US est actuel-rétablissement de la production. Or, à l’heure lement prévu en hausse de 6 Mt à 26 Mt à la récolte US s’avérait nettement inférieure à 340actuelle, les semis de maïs aux USA progressent fin de la campagne 2011/12 soit à 9% des Mt, la situation US 2011/12 deviendrait extrê-difficilement. Au contraire, dans l’UE la plupart utilisations. De plus, le stock US pourrait mement tendue et explosive pour les prix.des semis sont réalisés. En Chine une sécheresse augmenter plus nettement si les USA nea compromis temporairement la réalisation des prolongeaient pas le crédit d’impôt dont En conséquence, tant que la récolte de maïsintentions de semis, mais des précipitations fin bénéficient les pétroliers lors du mélange du 2011 n’est pas assurée, le prix du maïs n’aavril semblent avoir rétabli l’humidité des sols. bioéthanol dans l’essence. pas de potentiel de baisse. Il a au contraireLes stocks mondiaux prévus en fin de cam- Pour l’instant, nous basons notre hypothèse un potentiel de hausse qui s’exprimerait en caspagne représenteraient seulement 13% des actuelle de hausse de la consommation pourutilisations, ce qui reste relativement bas. l’éthanol aux USA sur une hypothèse de pro- d’inquiétude climatique au cours des prochainsMême si un rationnement de la demande longation de ce crédit après le 1er janvier 2012. mois.analySe deS StockS de rePort et concluSionLe bilan reste potentiellement excédentaire en 2010/11,et s’alourdit en 2011/12cAmpAgne 2010/11 mondiaux remontent par rapport aux niveaux est prévue en hausse de 1,9 Mt en 2011/12.Par rapport au mois dernier les importations actuels, les maïs importés seront moins compé- La consommation animale devrait pro-de maïs des pays tiers ont été revues en baisse titifs  : cela entraînerait une nouvelle diminu- gresser de 2,4 Mt suite à une remontée de lade 0,3 Mt. Dans le même temps, la consom- tion des importations et permettrait un assai- consommation à la ferme, et la consommationmation animale de maïs a diminué de 0,3 Mt, nissement partiel du bilan européen sans que le humaine et industrielle devrait progresser deet celle pour la production de bioéthanol a été prix du maïs n’ait à baisser fortement dans l’UE. 0,3 Mt (hausse de la consommation par l’ami-revue en hausse de 0,15 Mt. Cependant, les stocks d’intervention d’orge donnerie et par l’industrie du bioéthanol). LesAinsi, le stock prévu à la fin septembre 2011 continuent à être relâchés régulièrement  : ils exportations vers pays tiers sont prévues à una légèrement diminué par rapport au mois peuvent remplacer du maïs dans la consomma- niveau stable. Ainsi la demande de maïs dansdernier (-0,1 Mt) : il est maintenant prévu à 6 tion animale et cela devrait peser sur le cours du l’Union Européenne est estimée en hausse maïs européen. de 2,7 Mt. Les stocks de maïs européens de-Mt. Le bilan européen du maïs montre donc vraient donc diminuer en 2011/12 de 0,9 Mt,toujours un surplus potentiel de 1,6 Mt. Cedernier se répartit entre la Roumanie (0,3 Mt), cAmpAgne 2011/12 tableau 5.12 : prix du maïs dans l’UEla Slovaquie (0,3 Mt), la République Tchèque Les stocks de début de campagne sont stables au 6/05/2011(0,25 Mt), la France (0,2 Mt) et l’Autriche (0,2 par rapport à la campagne précédente. LaMt) principalement. production européenne de maïs est mainte- maïs mai 2011 prix prixLe prix du maïs européen dispose toujours nant prévue en hausse de 4,2 Mt en 2011/12. délivré départd’un potentiel de baisse afin de gagner de la Les importations en provenance des pays tiers France (base juillet) €/t 222,0 218,5demande. Cependant, au niveau mondial, la devraient diminuer de 2 Mt par rapport à Espagne €/t 252,0situation reste très fragile en ancienne comme 2010/11 en raison d’une moindre compétiti- Hongrie €/t 224,6en nouvelle campagne. De plus, la situation du vité des maïs pays tiers par rapport à l’an dernier Italie €/t 259,5maïs européen en 2011/12 apparaît plus ten- (aux prix cotés actuellement pour la nouvelle Pays Bas €/t 242,0due que celle de l’ancienne campagne. Si les prix campagne). Ainsi, l’offre de maïs dans l’UE S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • bilanS euroPéenS de maïS 55 graphique 5.2 : prix du maïs français ( €/t) prix du maïs français, prix du maïs français, €/t base juillet, réc. 10 €/t base juillet, réc. 11 240 240 220 220 200 200 180 180 Fob Rhin Fob Rhin 160 160 Fob Creil Fob Creil 140 140 120 rdu Bordeaux 120 rdu Bordeaux 100 100 20/1 14/4 7/7 29/9 22/12 16/3 8/6 5/1 30/3 22/6 14/9à 5,1 Mt. Ce niveau est légèrement supérieur tableau 5.13 : bilans de maïs français et espagnol, campagnes 2009/10,(+0,6 Mt) au stock outil minimum nécessaire 2010/11 et 2011/12 juillet-juinaux opérateurs pour passer la période d’inter- 2009/10 2010/11 2011/12campagne sans pénurie. Ainsi le bilan européen Esp. Fra. Esp. Fra. Esp. Fra.2011/12 laisse maintenant apparaître un petit stock de report intervention 0 -0 0 -0 0 -0excédent potentiel en fin de campagne. stock de report libre 1557 3706 1016 3462 1187 2885Actuellement, les prix des maïs européens nou- dont stock sur le marché 1557 2515 1016 2508 1187 2293velle campagne (échéance novembre 2011) stock de rep. tot (y comp. à la ferm.) 1557 3706 1016 3462 1187 2885présentent un décompte de 20 €/t en moyenne production 3067 15497 3006 13569 3167 13804par rapport aux prix ancienne campagne collecte 0 13898 0 12166 0 12029(échéance mai 2011). Or le bilan montre une importations de lUE 27 2961 385 2197 342 2361 205situation beaucoup moins lourde en 2011/12 importations de pays tiers 972 19 2498 133 2530 74qu’en 2010/11 : cet écart de prix devrait donc offre 8557 19608 8718 17506 9244 17272diminuer, soit par une hausse du prix nouvelle exportations vers lUE 27 175 7154 137 4990 131 4753campagne, soit par une baisse du prix ancienne exportations vers pays tiers 1 415 1 124 1 97campagne. La situation mondiale 2011/12 utilisation outre mer 96 137 96 150 96 150apparaît encore fragile ce qui pourrait soutenir cons. humaine + export.produit 1625 2846 1694 3127 1657 3236les prix nouvelle campagne. Cependant si les consommation animale 5616 5238 5574 5875 6143 5778intentions de semis de maïs prévus aux USA dont aliments composés 4098 2747 4437 3488 4315 3438sont bien atteintes à la mi-juin, et que le déve- semences et pertes 28 355 28 355 28 355loppement des cultures est correct en Ukraine demande 7541 16145 7531 14621 8055 14369et Russie, le bilan mondial se détendra ce qui stock de report intervention 0 -0 0 -0 0 -0pourrait entraîner une baisse des prix 2011. Au stock de report libre 1016 3462 1187 2885 1189 2903contraire, une diminution de la surface de maïs dont stock à la ferme 0 955 0 592 0 6332011 aux USA entraînerait une forte hausse dont stock sur le marché 1016 2508 1187 2293 1189 2270des prix nouvelle campagne. stock de rep. tot (y comp. à la ferm.) 1016 3462 1187 2885 1189 2903 surplus/déficit 110 -110 -130 tableau 5.14 : situation des stocks d’intervention de maïs de l’UE 27 au 6/05/2011 (kt) 2010/11 All. B/L Dan. Esp. Fra. Grè. Ita. P.B. Por. U.K. Autr. Pol. Hon. Tch. Slq. Sln. Rou. Bul. autres UE stocks de départ 1/10/10 0 0 0 0 -0 0 0 0 0 0 -0 -0 3 -0 0 0 0 0 0 3 ventes exports 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 engagements exports 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0 -0 0 0 0 0 -0 ventes vers l’intérieur 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 2 engagements intérieur 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0 0 -0 1 0 0 0 0 0 entrées & offres 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 pertes 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 solde non engagé 0 0 0 0 -0 0 0 0 0 0 -0 0 0 0 -0 0 0 0 0 1 S t r a t é g i e g r a i n S 221 - 12 m a i 2011
  • SYNTHÈSE MENSUELLE 5 Stratégie grainS56 Mt (+2,6 Mt par rapport au mois dernier). Toutefois, ce 5,9 Stratégie grains est disponible sous forme papier chiffre a encore un potentiel de hausse : en effet, la parité (par la poste) ou au format PDF (courrier électronique). n’est pas tout à fait atteinte dans tous les pays de l’UE d’une Stratégie grains est publié en anglais, part et, d’autre part, il sera probablement nécessaire qu’elle français, espagnol et allemand. soit dépassée pour susciter un intérêt massif des importa-disponible sous forme pa- Stratégie grains est teurs. Enfin, la prévision de ces importations est pour l’ins-ou au format PDF (cour- Tarifs des abonnements pier (par la poste) tant limitée aux besoins animaux. rier electronique). Stratégie grains est publié un an six mois Compte tenu de ces trois facteurs : diminution du disponi- espagnol et allemand. en anglais, français, ble exportable en France, diminution des besoins animaux abonnements : Tarif des France 1 510 € HT 820 € HT et augmentation des importations en provenance des pays un an six mois (1 541,71 € TTC) (837,22 € TTC) tiers, les échanges intraeuropéens sont également révisés à 1510 € HT 820 € HT France : la Union européenne : 1 560 € HT 845 € HT baisse (-2,7 Mt par rapport au mois dernier). europ. 1560 € HT 845 € HT Union Au niveau mondial, le stock de report aux USA remonte de € HTAutres pays : Autres pays 1610 870 € HT 1 610 € HT 870 € HT 7 Mt : l’USDA a augmenté son estimationISSN 1165-4120 / n° CPPAP : 74317 de récolte de +6,3 Mt (à 259,3 Mt) et d’autre part, il a révisé à lade la publication : Andrée Defois stratégie grains ® directeur hausse (+1,9 Mt) la prévision des utilisations de maïs pour le mensuelle, éditée par Tallage 1165-4120. n° CPPAP : 74317. publication sec- ISSN directrice de la publication : Andrée Defois. teur animal mais a réduit de 0,6 Mt la prévision SAS au capital de 40000 € publication mensuelle. éditée par Tallage. pour les RCS Melun B 390 618 031 autres utilisations. Les prix US ont baissé de 6 $/t depuis le SAS au capital de 40 000 € id. TVA FR15390618031 mois dernier : le marché US est actuellement sous l’emprise RCS Montereau B 390 618031, Id. TVA : FR 15390618031 d’une récolte record et ne tient pas compte de facteurs de Prugnat, 18, allée Prugnat, 77250 Moret-sur-Loing, France 18, allée tension qui pourraient se manifester ultérieurement 77250(forte Moret-sur-Loing, France : 01 64 70 54 30 fax : 01 64 70 54 31 tél. téléphone : +33 1 64 70 54 30 e-mail : info@tallage.fr demande UE adressée au Brésil et forte réduction des stocks dépôt légal à la parution. e-mail : info@tallage.fr chinois). dépôt légal à la parution. imprimé par Tallage SAS. La situation du maïs européen a donc évolué depuis le mois par Tallage SAS Imprimé dernier car les prix ont poursuivi leur travail de rationne- ment de la demande animale et ont atteint ou presque at- teint le niveau de déclenchement des importations en pro- venance des pays tiers. Toutefois, le bilan européen reste encore déficitaire de 1 Mt par rapport au stock-outil. Les prix ne devraient donc pas redescendre tout de suite ; ils pourraient même encore mon- ter légèrement (de quelques euros) pour permettre une en- trée plus importante de maïs en provenance des pays tiers. bulletin d’abonnement à retourner à : Tallage, 18, allée Prugnat, 77250 Moret-sur-Loing, France. fax : 01 64 70 54 31 langue choisie : Ο français version : Ο e-mail (PDF) durée : Ο un an Ο anglais Ο papier (envoi postal) Ο six mois Ο espagnol Ο allemand Nom : _____________________________ Prénom : _______________________________________ Entreprise ou organisme : ______________________________________________________________ Adresse : ___________________________________________________________________________ Code postal : ____________________ Ville : ______________________________________________ Pays : __________________________ N° id. TVA (si Europe) : ________________________________ Téléphone : _____________________ Fax : _______________________________________________ Adresse électronique (e-mail) : __________________________________________________________ S T R AT É G I E G R A I N S 1 30 - 23 O C T O B R E 2003 Stratégie grainS 221 - 12 m a i 2 0 11