Revolution consulatempire
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Revolution consulatempire

on

  • 351 views

 

Statistics

Views

Total Views
351
Views on SlideShare
351
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Revolution consulatempire Revolution consulatempire Presentation Transcript

    • 1789-­‐1815  Révolu.on,  Consulat,  Empire  
    • Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  La  na.on  reprend  toute  sa  souveraineté.    •  Une   société   fondée   sur   les   inégalités:   La   société   française   est   fondée   sur   la   no.on   de  privilège.  Etre  privilégie,  c’est  profiter  d’une  liberté  ou/et  d’un  avantage  dont  sont  exclus  les  autres,  or  la  coupure  décisive  passe  donc  ici  entre  les  deux  ordres  dits  privilégies  et  le  .ers  état,  qui  regroupe  quelque  98%  des  28  millions  de  Français.    •  Les   3   actes   majeurs   dans   la   société:   orare,   pugnare,   laborare.   On   assiste   a   une   véritable  mainmise  de  l’aristocra.e  sur  le  haut  clergé.  Le  clergé  paroissial  est  surtout  issu  des  couches  moyennes   de   la   société.   Pourtant,   la   noblesse   ne   représente   qu’1%   environ   de   la   société  française  seulement…  De  plus,  ils  possèdent  une  richesse  foncière  qui  représente  environ  1/5ème  des  terres  du  royaume.    •  La  rébellion  française,  ou  le  révélateur  d’un  pays  en  crise:  Les  employés  de  la  Ferme  sont  désormais   les   cibles   de   prédilec.on   de   ceux   qui   vivent   de   la   transgression   et   font   des  contrebandiers  des  héros  populaires.  C’est  le  mur  des  fermiers  généraux,  «  le  mur  murant  Paris  rend  Paris  murmurant  ».  Les  femmes  sont  omniprésentes  dans  les  troubles  (plus  de  70%).  La  société  française  apparaît  peu  paisible,  tout  par.culièrement  dans  les  années  1780.      
    • Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  Les   impôts   et   l’administra.on   provinciale   au   cœur   des   projets   de   reforme:   L’interven.on  française  dans  la  guerre  d’Amérique  est  un  véritable  gouffre  financier.  Il  y  a  bien  un  souhait  de  changement  a  Versailles  comme  en  témoigne  la  volonté  royale  de  supprimer  les  péages  pour  contribuer  a  unifier  et  a  libérer  le  marche  intérieur…  Mais  l’Etat  reste  prisonnier  de  la  logique  du  privilège.    •  Ce   que   la   ques.on   la   ques.on   financière   fait   surgir   au   grand   jour,   ce   sont   toutes   les  contradic.ons   du   régime   et   de   de   la   société,   l’inadapta.on   d’un   Etat   inachevé,   les  contesta.ons  de  l’aristocrate,  les  frémissements  d’une  opinion  publique  façonnée,  fut-­‐ce  de  manière  par.elle,  par  les  Lumières.    Il   y   a   un   quadruplement   de   la   produc.on   du  livre  qui  contribue  a  la  naissance  d’une  opinion  publique   qui   entend   raisonner   sur   tout,   y  compris  les  affaires  de  l’Etat.  La  France  de  l’Ancien  Regime  Les  Gouvernements.    
    • Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  L’Assemblée   des   notable,   une   tenta.ve   pour   éviter   l’hos.lité   des   Parlements:   Calonne  propose   d’alléger   la   taille,   de   remplacer   la   corvée   par   un   import   en   espèces   monétaires,  d’uniformiser   les   gabelles   et   surtout   de   créer   a   la   place   de   l’impôt   du   ving.ème   une  «  subven.on  territoriale  ».    •  Les   notables   persistent   dans   leur   refus   d’un   nouvel   impôt   et   demandent   implicitement   la  convoca.on  des  Etats  Généraux.  Assemblée  des  Notables  en  1787  Le   travail   accompli   dans   les  assemblées   provinciales  permet   a   tout   une   élite  provinciale   de   s’ini.er   a  l’administra.on   publique   et  d’aiguiser  son  esprit  cri.que.  Un  édit  du  28  novembre  1787  accorde   la   reconnaissance   de  l ’ e x i s t e n c e   c i v i l e   d e s  protestants   qui   peuvent  désormais  faire  enregistrer  en  toute  légalité,  leurs  baptêmes,  mariages,  et  décès.  
    • Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  L’impasse  (été  1787-­‐  été  1788):  C’est  le  début  de  longs  mois  d’affrontement  entre  la  volonté  royale   et   des   magistrats,   soutenus   par   plusieurs   parlements   provinciaux,   qui   se   posent  désormais  en  champions  de  la  luee  contre  l’absolu.sme  et  en  appellent  a  l’opinion  publique.    •  Tour   a   tour,     Rennes,   Toulouse   ou   encore   a   Dijon,   des   émeutes   éclatent   lorsque   les  parlements  doivent  céder  la  place  aux  tribunaux  de  grand  baillage  imposes  par  le  roi.  Devant  l’extension   de   la   résistance   a   sa   poli.que,   qui   excédé   désormais   largement   la   seule  aristocra.e  parlementai  et  a  laquelle  s’est  déjà  jointe  en  juin  l’Assemblée  générale  du  clergé  elle-­‐même,  Loménie  de  Brienne  finit  par  céder.    •  Le   roi   souhaite   voir   les   Etats   Généraux   réunis   le   1er   juin   1789.   Le   16   aout   1788   la   crise  financière  n’ayant  évidemment  pas  disparu  par  miracle,  le  ministère  annonce  la  suspension  pour  6  semaines  des  paiements  de  l’Etat,  autrement  dit  une  banqueroute  de  fait.    Francs-­‐Maçons  en  France  au  XVIIIème  siècle  Journée  des  Tuiles  a  Grenoble  en  juin  1788.    
    • Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  Le  temps  des  doléances:  Juristes  et  historiens  se  penchent  sur  le  passe,  des  sociétés  savantes  meeent  des  ques.ons  aux  concours;  enfin  une  mul.tude  de  brochures  en  tout  genre  sur  la  France.  D’autre  part,  les  patriotes  réclament  le  doublement  de  la  représenta.on  du  .ers-­‐état  avec   son   corollaire,   le   vote   par   tète,   et   non   par   ordre,   lorsque   les   Etats   généraux   seront  réunis.    •  Sous  l’influence  de  Necker,  le  roi  accorde  en  décembre  1788  le  doublement  de  la  députa.on  du  Tiers  Etat,  tout  en  gardant  un  silence  prudent  sur  le  vote  par  tète.  •  La   prépara.on   des   Etats   Généraux   a   donc   bien   lieu   sur   un   fond   de   crise   économique   et  sociale.   Ce   qui   contribue   a   donner   a   la   Révolu.on   française   sa   spécificité   de   révolu.on  sociale   et   pas   seulement   poli.que.   Ce   sont   les   impasses   poli.ques   et   sociales   qui   sont   le  fondement  des  cahiers  de  doléances.  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  De   Versailles   a   Versailles,   ou   la   fin   d’une   monarchie   prétendue   absolue:   le   4   mai   1789,  Versailles  est  le  théâtre  de  la  première  appari.on  collec.ve  des  députes  aux  Etats  Généraux  qui  défilent  dans  les  rues  de  la  ville  pour  se  rendre  a  l’église  Saint  Louis  afin  d’y  entendre  la  messe.    •  Prenant  le  .tre  de  «  députes  des  Communes  »  ,  les  élus  du  Tiers  non  seulement  refusent  de  se  cons.tuer  en  une  Chambre  par.culière,  rejetant  ainsi  l’organisa.on  en  ordres  séparés,  mais  décident  par  conséquent  d’aeendre  que  «  la  réunion  des  trois  ordres  soit  opérée  avant  de  se  livrer  a  aucun  travail.  »  •  Le   20   juin,   l’affrontement   direct   commence,   lorsque   les   membres   de   ceee   Assemblée  trouvent   la   salle   des   Menus   Plaisirs   portes   closes,   sur   ordre   du   roi…   Réunis   dans   la   salle  voisine  du  jeu  de  paume,  ils  prêtent  serment  et  jurent  de  ne  jamais  se  séparer  avant  qu’une  cons.tu.on  soit  établie  dans  le  royaume.        Ouverture  des  Etats  Généraux  par  le  roi  le  4  mai  1789  Serment  du  Jeu  de  Paume  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  L’ouverture  des  Etats  Généraux:  Les  1200  députes,  le  Roi,  la  Reine,  toute  la  cour,  entendirent  a  l’église  Notre   Dame,   le   Venit   Creator.   Tout   Paris   était   venu.   Les   fenêtres,   les   toits   meme,   étaient   charges   de  monde.  A  regarder  ceee  masse  imposante  de  1200  hommes  animes  de  grande  passion,  une  chose  put  frapper  l’observateur  aeen.f.  Ils  offraient  très  peu  d’individualités  fortes,  aucun  d’eux  n’avait  l’autorité  réunie  du  génie  et  du  caractère,  n’avait  le  droit  d’entrainer  la  foule.  Un  seul  peut-­‐être  excitait  l’intérêt,  le  jeune  et  blond  Lafayeee.  Mirabeau  était  un  homme  visiblement  celui-­‐la,  et  les  autres  étaient  des  ombres  ;  un   homme   malheureusement   de   son   temps   et   de   sa   classe,   vicieux   comme   l’était   la   haute   société   du  temps.    •  Le  Roi  glaça  les  députes…  Au  lieu  de  les  recevoir  mêles  par  provinces,  il  les  fit  entrer  par  ordres  ;  le  Clergé,  la  Noblesse,  d’abord…  puis,  après  une  pause  le  Tiers.  Le  Roi  se  retrouvait  enfin  en  présence  de  la  na.on,  et  il  n’avait  pas  une  parole  paternelle  à  dire,  pas  un  mot  de  cœur  pour  le  cœur.  L’exorde,  c’était  une  grande  gronderie  gauche,  .mide,  sournoise,  sur  l’esprit  d’innova.on.    LafayeRe   Mirabeau  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Apres  avoir  constate  que  le  Tiers  ne  pliait  point  et  que  la  majorité  des  députes  du  clergé  ralliait  l’Assemblée,  le  roi  et  son  entourage  doivent  finalement  céder  le  27  juin  a  la  réunion  des  trois  ordres.    •  Apres   le   renvoi   de   Necker,   ce   ne   sont   plus   quelques   centaines   de   députes   qui   osent  outrepasser  les  ordres  du  roi,  ce  sont  des  centaines  de  milliers  d’hommes  et  de  femmes  qui,  les  armes  a  la  main,  imposent  leur  présence  dans  le  jeu  poli.que.    
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Des  jeunes  officiers  de  hussards  allèrent  jusque  dans  le  Palais-­‐Royal  narguer  la  foule,  et  ils  allèrent   le   sabre   a   la   main.   Visiblement   la   cour   se   croyait   très   forte   ;   elle   souhaitait   des  violences.  Le  lundi  13  juillet,  le  députe  Guillo.n  et  deux  autres  électeurs,  allèrent  a  Versailles  et  supplièrent  l’Assemblée  de  concourir  une  garde  bourgeoise.    •  L’effroyable  misère  des  campagnes  avait  rabaeu  de  toutes  parts  des  troupeaux  d’affames  sur  Paris,  la  famine  le  peuplait.  Paris  devait  mourir  de  faim  ou  vaincre,  et  vaincre  en  un  jour.  Comment  espérer  ce  miracle  ?  Il  avait  l’ennemi  meme  dans  la  ville,  à  la  Bas.lle  et  à  l’Ecole  militaire,   l’ennemi   a   toutes   les   barrières.   Mais   le   cœur   était   immense,   chacun   le   sentait  grandir   d’heure   en   heure   dans   sa   poitrine.   Tous   venaient,   à   l’Hôtel   de   Ville,   s’offrir   au  combat  ;  c’étaient  des  corpora.ons,  des  quar.ers  qui  formaient  des  légions  de  volontaires.  Le  soir,  le  peuple  apprit  l’existence  d’un  grand  dépôt  de  fusils  qui  était  aux  Invalides.    
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Le  17  juillet,  après  avoir  rappelé  Necker  et  ordonne  le  retrait  des  20.000  soldats  qui  sta.onnaient  près  de  la  capitale  bicéphale,  Louis  XVI  se  rend  a  Paris  et  y  reçoit  une  cocarde  tricolore  des  mains  du  nouveau  maire,  Bailly.    •  Paris   devient   le   cœur   de   la   révolu.on,   avec   un   roi   désormais   cap.f   de   son   propre   peuple   et   dont   les  possibilités  d’interven.on  contre  l’Assemblée  sont  limitées.    Cortège  de  la  faim  a  Versailles,  les  tetes  de  deux  gardes  du  corps  sont  brandies  aux  pointes  des  piques,  le  5  octobre  1789  Presque  partout,  a  l’imita.on  de  Paris,  des  «  milices  bourgeoises  »,  embryons  de   la   future   garde   na.onale,   sont  formées  afin  de  maintenir  l’ordre  tant  contre   ceux   qui   contesteraient   les  décisions   de   l’Assemblée   que   contre  les   émeutes   populaires,   notamment  contre   ces   campagnes   en   émoi   qui  effraient  les  citadins.    Des  campagnes  entrées  en  révolu.on:  Autour  de  Versailles  et  Paris,  dans  les  vastes   territoires   de   chasse   réserves  au   roi   ou   aux   grands   aristocrates,   de  véritables   hécatombes   d’animaux   ont  lieu  et  des  hommes  en  armes  meeent  en   fuite   les   gardes   chasse   qui   se  risquent  a  intervenir.    ARaque  de  la  manufacture  Réveillon,  lieu  de  fabricaWon  des  fameuses  toiles  de  Jouy.  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  La   fin   d’un   régime   soudainement   devenu   «   ancien   »:   La   meilleure   solu.on   pour   rétablir  l’ordre  et  notamment  calmer  les  ruraux  n’est  pas  d’u.liser  la  répression,  mais  d’abolir  ce  qui  est  désigne  sous  le  nom  de  «  féodalité  ».  On  passe  un  décret  qui  abolit  les  droits  seigneuriaux  et  déclare  rachetables  les  droits  féodaux:  banalités,  corvées…  et  rachat  des  droits  foncier.  •  Tous  les  privilèges  sont  abolis,  que  ce  soit  ceux  de  la  noblesse  ou  du  clergé,  des  provinces,  des  villes,  des  individus.  La  société  tradi.onnelle  n’est  plus,  et  ce  sont  des  députés  des  deux  premiers  ordres  (clergé  et  noblesse)  qui  ont  donne  le  coup  de  grâce,  ce  qui  achevé  de  donner  a  la  nuit  du  4  aout  son  aspect  enthousiaste.    
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  C’est  le  4  aout,  a  8  heures  du  soir,  heure  solennelle  ou  la  féodalité,  au  bout  d’un  régime  de  1.000  ans,  abdique,  abjure,  se  maudit.  L’enthousiasme  gagna.  M.  de  Beauharnais  proposa  que   les   peines   furent   désormais   les   mêmes   pour   tous,   nobles   et   roturiers,   les   emplois  ouverts   a   tous.   Quelqu’un   demanda   la   jus.ce   gratuite.   Jamais   le   caractère   n’éclata   d’une  manière  plus  touchante,  dans  sa  sensibilité  facile,  sa  vivacité,  son  entrainement  généreux.  Grand   exemple   que   la   noblesse   expirante   a   lègue   à   notre   aristocra.e   bourgeoise   !   «   Je  voudrais  avoir  une  terre,  disait  l’évêque  d’Uzès,  il  me  serait  doux  de  la  remeere  entre  les  mains  des  laboureurs.  Nous  ne  sommes  que  dépositaires.  Les  pauvres  ecclésias.ques  furent  seuls  généreux.    •  Apres  les  privilèges  des  classes  vinrent  ceux  des  provinces.  La  nuit  était  avancée,  et  il  était  deux  heures.  Elle  emportait,  ceee  nuit,  l’immense  et  pénible  songe  du  Moyen  Age.  L’aube,  qui  commença  bientôt,  était  celle  de  la  liberté.    
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  De  nouveaux  équilibres  porteurs  de  troubles  poten.els:  Désormais,  mis  a  part  pour  l’exécu.f,  la  voie  électorale  est  systéma.quement  u.lisée  pour  légi.mer  les  pouvoirs  et  ce  principe,  en  privilégiant  la  logique  du  nombre  et  non  plus  celle  des  trois  ordres,  permet  vite  a  l’ancien  Tiers  Etat  de  réduire  noblesse  et  clergé  a  un  rôle  poli.que  marginal.    •  Le  primat  de  la  loi  donne  en  apparence  le  rôle  central  a  l’Assemblée  élue   qui   exerce   e   pouvoir   législa.f.   Cons.tuante   tout   d’abord,  législa.ve   a   par.r   du   1er   octobre   1791.   elle   est   formée   de   745  législateurs  élus  pour  2  ans.  Ces  députes  sont  inviolables.  Le  roi  ne  peut  donc  rien  contre  eux,  pas  davantage  qu’il  ne  peut  ajourner  ou  dissoudre  l’Assemblée,  puisque  celle-­‐ci  est  dite  permanente.    •  L’Assemblée   contrôle   le   budget   de   l’Etat,   décidant   notamment   de  l’établissement  et  de  la  percep.on  des  contribu.ons,  mais  aussi  des  crédits  alloues  aux  ministères.  •  Si   le   pouvoir   de   Louis   XVI   est   encore   reconnu   héréditaire   et   sa  personne  inviolable,  il  doit  prêter  serment  a  la  Cons.tu.on  et  n’est  plus  que  le  premier  des  fonc.onnaires  du  royaume.  Un  traitement  lui  est  donc  aeribue,  la  «  liste  civile  »  dont  le  montant  est  détermine  a  chaque  début  de  règne.  Néanmoins,  il  dispose  de  pouvoirs  encore  étendus.  Il  dirige  la  diploma.e  et  nomme  les  ministres  (tout  comme  les   hauts   fonc.onnaires   et   les   ambassadeurs)   et   ceux-­‐ci   sont  responsables  devant  lui  et  non  devant  l’Assemblée.    Caricature  de  Louis  XVI  a  la  cocarde.  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Avec  les  Feuillants,  puis  les  Brisso.ns,  Louis  XVI  a  tôt  fait  de  se  servir  des  ministères  comme  d’une  arme  poli.que.    •  La   nouvelle   jus.ce   gratuite,   dis.ncte   des   pouvoirs   législa.f   et  exécu.f,  repose  sur  les  grands  principes  de  1789:  défini.on  légale  des  infrac.ons  et  des  peines,  présomp.on  d’innocence,  interdic.on  des  emprisonnements  arbitraires  et  de  toute  torture,  publicité  des  procès  criminels,  comparu.on  d’un  accuse  devant  un  juge  sous  24  heures,  assistance  par  un  conseil.    •  Le  3  juin  1791,  la  Cons.tuante  a  rejeté  la  demande  d’aboli.on  de  la  peine  capitale  formulée  par  Robespierre.    •  Entre   chaque   département   et   la   capitale,   plus   aucun   pouvoir  intermédiaire   n’existe,   puisque   les   intendants   et   subdélégués   ont  été  supprimes  en  octobre  1789.  les  départements  sont  comme  de  simples  circonscrip.ons  d’exécu.on  des  décisions  prises  a  Paris.    •  La  montée  des  tensions:  Face  a  divers  périls  extérieurs,  l’armée  est  tres  tôt  en  proie  a  des  troubles  qui,  comme  la  mu.nerie  réprimée  a  Nancy,  en  aout  1790,  rendent  de  plus  en  plus  illusoire  sa  discipline  et  par  conséquent  son  efficacité  guerrière.    •  Des  villages  en.ers  se  soulèvent,  maires  et  officiers  municipaux  en  tète,  et  s’en  prennent  aux  châteaux,  aux  archives  et  aux  symboles  de  la  «  puissance  féodale.  »  Près  de  120  châteaux  sont  forces  par  les  émeu.ers.  Emeutes  contre  les  châteaux  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Le  2  novembre  1789:  pour  faire  face  aux  deees  accumulées  par  la  monarchie,  l’Assemblée  met  les  biens  du  clergé  a  la  disposi.on  de  la  Na.on  et  ceux-­‐ci  vont  ensuite  être  vendus  aux  enchères  sous  le  nom  de  biens  na.onaux.    •  Le  12  juillet  1790,  selon  le  texte  de  la  Cons.tu.on  civile  du  clergé,  on   prévoit   que   chaque   membre   du   clergé   prêté   un   serment   de  fidélité  a  la  Na.on,  a  la  loi  et  au  roi.  Le  clergé  français  se  retrouve  partage   en   deux   camps   antagonistes,   les   prêtres   assermentes   (les  jureurs)  contre  les  réfractaires.    •  A  l’Assemblée,  la  droite  (les  Monarchiens  et  les  «  Noirs  »)  défendent  le   principe   d’un   droit   de   veto   du   roi   illimite   et   se   heurtent   aux  Patriotes   qui   acceptaient   au   mieux   un   veto   suspensif   et   les   plus  radicaux   d’entre   eux   (comme   Sieyès,   Robespierre   et   Pé.on)  rejetaient  tout  veto.    •  En  novembre,  des  députes  décident  de  se  doter  d’une  organisa.on  qui   puisse   contrebalancer   celle   des   Monarchies   et   des   Noirs,  notamment  lors  des  élec.ons  aux  postes  clefs  de  l’Assemblée.  Elle  prend  le  nom  de  club  des  Jacobins  en  raison  du  lieu  ou  elle  se  réunît.    
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  La  Fête  des  Fédéra.ons:  La  France  de  89  a  sen.  la  liberté,  celle  de  90   sent   l’unité   de   la   patrie.   La   fraternité   a   aplani   tout   obstacle,  toutes  les  fédéra.ons  vont  se  confédérer  entre  elles,  l’union  tend  à  l’unité.   Plus   de   fédéra.ons,   elles   sont   inu.les,   il   n’en   faut   plus  qu’une,   la   France   –   elle   apparaît   transfigurée   dans   la   lumière   de  juillet.   C’est   la   créa.on   des   départements.   Elle   fut   généralement  une   créa.on   naturelle,   un   rétablissement   légi.me   d’anciens  rapports   entre   des   lieux,   des   popula.ons,   que   les   ins.tu.ons  ar.ficielles  du  despo.sme,  de  la  fiscalité,  tenaient  divisées.    •  La   géographie   est   tuée.   Plus   de   montagnes,   plus   de   fleuves,   plus  d’obstacles  entre  les  hommes.  Je  ne  crois  pas  qu’à  aucune  époque  le  cœur  de  l’homme  ait  été  plus  large,  plus  vaste,  que  les  dis.nc.ons  de  classes,  de  fortunes  et  de  par.s  aient  été  plus  oubliées.  Dans  les  villages  surtout,  il  n’y  a  plus  ni  riche,  ni  pauvre,  ni  noble,  ni  roturier  ;  les  vivres  sont  en  commun,  les  tables  communes.    •  Voilà   enfin   le   14   juillet,   le   beau   jour   tant   désire,   pour   lequel   ces  braves  gens  ont  fait  le  pénible  voyage.  Ce  jour-­‐la,  tout  était  possible.  Toute   division   avait   cesse   ;   il   n’y   avait   plus   ni   noblesse,   ni  bourgeoisie,  ni  peuple.  L’avenir  fut  présent…  
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Le  temps  des  fractures  irréversibles:  Sitôt  la  fuite  du  roi  connue,  ce  sont   les   Cordeliers   qui   lancent   une   campagne   en   faveur   de   la  république.  Les  Jacobins  réclament,  le  16  juillet  1791,  de  remplacer  Louis  XVI  par  tous  les  moyens  cons.tu.onnels.    •  Ceee   demande   provoque   une   double   rupture:   les   Cordeliers   la  comprennent  comme  une  tenta.ve  jacobine  de  donner  la  régence  au  duc  d’Orléans  et  une  par.e  des  Jacobins  fonde  le  club  modère  des  Feuillants  pour  soutenir  le  main.en  de  la  Cons.tu.on.    •  Dans   la   nouvelle   assemblée   cons.tuante,   il   y   a   745   membres   –   a  gauche,   136   députes   membres   du   club   des   Jacobins   (18%),   avec  Brissot,   Condorcet,   et   plusieurs   brillants   orateurs   élus,   comme  Vergniaud,  en  Gironde  –  les  Girondins.  •  Selon   les   Brisso.ns,   une   guerre   démontrera   la   duplicité   du   roi   et  engagera  la  France  dans  une  luee  pour  aider  les  peuples  d’Europe  a  chasser  leurs  tyrans.    •  Les   émigrés   non   revenus   au   1er   janvier   1792   verront   leurs   biens  confisques   (9   novembre);   un   nouveau   serment   est   exige   des  prêtres…   le   roi   met   son   veto   sur   les   décrets   contre   émigrés   et  prêtres   réfractaires,   mais   entérine   les   autres   afin   de   favoriser   la  déclara.on  d’une  guerre  qui,  pour  lui  et  son  entourage,  permeerait  d’en  finir  avec  la  révolu.on.  En  mars  1792,  avec  le  meme  objec.f,  il  remplace   ses   ministres   Feuillants   par   des   Jacobins.   Il   autorise  l’Assemblée  a  déclarer  la  guerre  a  l’Autriche  et  a  la  Prusse.  ArrestaWon  du  roi  a  Varennes,  le  21  juin  1791    
    • Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  A   ce   moment,   les   tensions   sociales   sont   suscep.bles   de   faire  basculer   la   Révolu.on   soit   vers   une   radicalisa.on,   soit   vers   une  répression   accrue   des   mouvements   populaires.   L’affrontement  poli.que  avec  le  roi  s’aggrave  –  le  27  mai,  un  premier  texte  ordonne  la  déporta.on  des  prêtres  réfractaires.  La  garde  du  roi  est  licenciée.    •  Le  4  juin  1792,  20.000  gardes  na.onaux  sont  convoques  a  Paris  pour  une   nouvelle   Fédéra.on   le   14   juillet.   Le   roi   met   son   veto   sur   le  décret   qui   frappe   les   réfractaires   et   sur   celui   qui   convoque   les  fédérés  –  puis  il  remplace  ses  ministres  Jacobins  par  des  Feuillants.  •  Le  20  juin,  une  foule  en  armes  envahit  les  Tuileries  pour  réclamer  au  roi  le  retrait  de  son  veto.  Le  roi  fait  face  a  la  foule  sans  rien  céder.  Dans  la  nuit  du  9  au  10  aout,  des  délègues  des  sec.ons  parisiennes  forment  une  Commune  Insurrec.onnelle  et  réclament  la  déchéance  du  roi.  Le  10  aout,  sans  culoees  parisiens  et  fédérés  aeaquent  les  Tuileries  défendues  par  les  gardes  suisses.    •  Pour   quelques   semaines   encore,   la   Législa.ve   reste   le   principal  organe   du   pouvoir,   mais   concurrence   par   le   contre-­‐pouvoir   d’une  insurrec.on  armée  représentée  par  la  nouvelle  Commune  de  Paris.    •  Du  2  au  6  septembre  1792,  1200  a  1400  cap.fs  sont  massacres  dans  les  prisons  de  Paris.  •  Le  20  septembre,  alors  qu’une  armée  française  d’un  genre  nouveau  arrête   les   Prussiens   a   Valmy,   la   Conven.on   se   réunît   pour   la  première  fois  dans  ce  contexte  de  violence.  Le  lendemain,  la  royauté  est  abolie  en  France…  au  milieu  de  vifs  applaudissements.    Massacre  de  la  prison  de  l’Abbaye  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Les  députés  prêtent  un  serment:  «  je  jure  de  maintenir  la  liberté  et  l’égalité,  ou  de  mourir  a  mon  poste.    •  Une  troisième  assemblée  de  la  Révolu.on  française  sera  changée,  comme  la  Cons.tuante,  en  1789,  de  rédiger  une  seconde  cons.tu.on  afin  de  combler  le  vide  ouvert  par  la  déchéance  du  roi  des  Français.  Toute  opposi.on  royaliste  légale  est  impossible  a  par.r  de  l’été  1792.    •  Robespierre:  «Louis  ne  peut  être  juge;  il  est  déjà  condamne,  ou  la  République  n’est  point  absoute.  (…)  Louis  doit  mourir,  parce  qu’il  faut  que  la  patrie  vive.  »  •  Quand  Robespierre  jus.fie  la  terreur,  “despo.sme  de  la  liberté  contre  la  tyrannie”,  il  semble  parfois  être  en  train  de  répéter  presque  mot  pour  mot  les  célèbres  thèses  de  Machiavel  sur  la  nécessite  de  la  violence  pour  la  refonda.on  de  nouveaux  corps  poli.ques  et  pour  la  reforme  de  corps  poli.ques  corrompus.  Gouache  des  frères  Lesueur  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  M.  de  Robespierre  est  à  la  fois  un  homme  de  mœurs  et  un  homme  de  talents.  Il  a  une  voix  faible  et  un  peu  aigre,  avec  sa  maigre  et  triste  figure,  son  invariable  habit  vert.  Produit  tout  ar.ficiel  de  la  fortune   et   du   travail,   il   dut   peu   a   la   nature.   Chef   de   famille,   a   dix   ou   onze   ans,   il   fut   orphelin,  boursier   sans   protec.on.   Il   lui   fallait   se   protéger   par   son   mérite,   ses   efforts,   une   conduite  excellente.  Par.  d’Arras,  il  retrouva  Arras  sur  les  bancs  de  l’Assemblée,  je  veux  dire  une  haine  fidele  des  prélats  pour  leur  protège,  leur  transfuge,  le  mépris  des  seigneurs  d’Artois  pour  un  avocat,  élevé  par  charité,  qui  venait  siéger  près  d’aux.  Persécute  ainsi,  il  n’en  saisissait  que  plus  avidement  toute  occasion   d’élever   la   voix,   et   ceee   résolu.on   invariable   de   parler   toujours   le   rendait   parfois  vraiment  ridicule.  Il  habitait  dans  le  triste  appartement  de  la  rue  de  Saintonge  :  froid  logis,  pauvre,  démeuble.  Il  vivait  pe.tement  et  fort  serre  de  son  salaire  de  députe.  Son  unique  plaisir  était  de  limer,  polir  ses  discours  assez  purs,  mais  parfaitement  incolores.  Libre  des  hommes  d’expédients,  il  se   fit   l’homme   des   principes.   Il   devint   le   grand   obstacle   de   ceux   qu’il   avait   quiees.   Hommes  d’affaires  et  de  par.,  a  chaque  transac.on  qu’ils  essayaient  entre  les  principes  et  les  intérêts,  entre  le   droit   et   les   circonstances,   ils   rencontraient   une   borne   que   leur   posait   Robespierre,   le   droit  abstrait,  absolu,  celui  du  Contrat  Social.  Robespierre  ennuyait  parfois,  mais  ne  s’ennuyait  jamais.  Les   anciens   par.rent,   Robespierre   resta   ;   d’autres   vinrent   en   grand   nombre,   et   ils   trouvèrent  Robespierre.   Ceux-­‐ci,   non   députes   encore,   ardents,   impa.ents   d’arriver   aux   affaires   publiques,  formaient  déjà  en  quelque  sorte  l’Assemblée  de  l’avenir.    •  Lafayeee  et  Sieyès  essayèrent  d’opposer  le  Club  89  aux  Jacobins.  Ce  club  conciliateur  qui  croyait  marier  la  monarchie  et  la  révolu.on.    
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Saint-­‐Just  monta  lentement  à  la  tribune,  et,  prononçant  sans  passion  un  discours  atroce,  dit  qu’il  ne  fallait  pas  juger  longuement  le  Roi,  mais  simplement  le  tuer.  Il  faut  le  tuer,  comme  coupable,   pris   en   flagrant   délit,   la   main   dans   le   sang.   La   royauté   est   d’ailleurs   un   crime  eternel.  «  Du  roi  au  peuple,  nul  rapport  naturel,  nulle  jus.ce  et  nulle  pi.é.  »  •  Saint-­‐Just   était   ne   dans   la   Nièvre,   un   des   rudes   pays   de   la   France.   Il   était   ne   sérieux,  âprement  laborieux.  Il  avait  le  gout  naturel  des  grandes  choses,  une  volonté  très  forte,  une  âme  haute  et  courageuse.  On  dit  qu’a  Reims,  il  avait  tendu  sa  chambre  d’une  tenture  noire  a  larmes  blanches.  Les  morts  héroïques  de  Rome  hantaient  ceee  chambre,  ceee  jeune  amé  violente.  Et  ce  fut  par  la  toute  puissante  influence  de  Robespierre  que  Saint-­‐Just  fut  nomme  a  la  Conven.on,  quoiqu’il  n’eut  que  24  ans.  •  Le  jour  où  la  pi.é  devient  moquerie,  commence  un  âge  barbare.      Saint-­‐Just  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Un   acte   régicide   au   nom   de   la   Na.on:   La  découverte  aux  Tuileries  de  «  l’armoire  de  fer  »,  cache   dissimulée   dans   un   mur   et   contenant  plusieurs  centaines  de  pièces  de  correspondance  et  papiers  divers  qui  révèlent  la  duplicité  du  roi  et  de  son  entourage,  rend  le  procès  inévitable  alors  qu’une   par.e   de   la   Conven.on,   notamment   les  Girondins,  souhaitait  l’éviter.      •  Le  21  janvier  1793,  ce  n’est  pas  une  simple  tète  royale    qui  est  tranchée,  comme  cela  avait  été  le  cas   avec   Charles   Ier   en   Angleterre,   c’est   un  transfert  de  la  sacralité  du  ci-­‐devant  souverain  au  Souverain  et  a  ce  .tre  un  acte  fondateur  de  ceee  République,  créé  par  la  Conven.on.    
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  …   Mais   une   patrie   déchirée   par   des   luees  fratricides:  beaucoup  de  nouveaux  députes  sont  issus  de  la  mouvance  jacobine  et,  de  ce  fait,  les  dissensions   internes   au   club   depuis   l’hiver   1791  et   les   débats   sur   la   guerre,   entre   par.sans   de  Brissot   et   par.sans   de   Robespierre,   sont  transposes  a  la  Conven.on.    •  A   l’appel   des   assemblées   sec.onnaires   et   des  sociétés   poli.ques,   relaye   ou   non   par   les  autorités   de   la   Commune,   les   sans-­‐culoees  parisiens  peuvent  se  mobiliser  en  masse  lors  des  journées  révolu.onnaires.    •  Toutefois,  au  printemps  1794,  aux  lendemains  de  l’élimina.on   des   Héber.stes,   ces   sociétés   sont  suspectées   d’être   des   éléments   de   division.   Ces  sociétés  décident  alors  les  unes  après  les  autres  de   se   dissoudre.   La   Conven.on   perd   un   appui  précieux   dans   les   milieux   populaires,   appui   qui  manquera   cruellement   a   Robespierre   en  Thermidor.    Le  bonnet  phrygien  –  symbole  anWque  des  esclaves  affranchis  La  marmite  épuratoire  des  Jacobins  –  Robespierre  arme  d’une  écumoire  examine  les  Jacobins.  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  De  mul.ples  résistances,  mais  qui  sont  incapables  de  se  fédérer:  Dans  les  premiers  jours  d’existence  de  la  Conven.on,   celle-­‐ci   a   forme   en   son   sein   un   comite   spécifiquement   charge   de   rédiger   une   nouvelle  cons.tu.on  des.née  a  remplacer  celle  de  1791.  Pourtant,  ce  n’est  qu’en  avril  17934  que  l’examen  du  projet  commence  et  il  n’est  pas  achevé  le  2  juin  lorsque  les  Girondins  sont  écartés.  •  La   Conven.on   ne   s’empare   pas   du   pouvoir   exécu.f,   elle   n’en   devient   pas   moins   le   centre   majeur   du  pouvoir  –  d’ou  l’expression  «  centralité  législa.ve  ».    •  Les   troupes   du   général   Dumouriez   ont   été   baeues   a   Neerwinden   en   Belgique   –   et   cet   officier,   lie   aux  Girondins,  choisit  de  passer  a  l’ennemi  deux  semaines  plus  tard.    Ces   révoltes   dans   le   Révolu.on   et   non   contre   elle   sont  sommairement   agrégées   par   la   Conven.on   a   la   Contre  Révolu.on  et  la  situa.on  militaire  durant  l’été  1793  renforce  le   sen.ment   d’une   «   République   assiégée   »:   prise   de  Valencienne  et  de  Mayence  par  les  troupes  étrangères,  siège  de   plusieurs   autres   villes   (Lille,   Dunkerque,   Maubeuge),  premières   défaites   sur   les   fronts   alpin   et   pyrénéen   –   tout  concourt  a  radicaliser  la  situa.on  et  a  l’entrée  dans  ce  qui  va  s’appeler  la  Terreur.  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Suspicion  et  répression:  Le  Comite  de  Salut  Public  est  créé  le  6  avril  1793  –  il   devient   l’organe   majeur   du   «   gouvernement   révolu.onnaire   »   et   est  compose   de   12   puis   de   11   membres,   après   l’assassinat   de   Marat.   En  quelques  mois,  1.376  cap.fs  sont  envoyés  a  la  guillo.ne.    •  «  Lyon  n’est  plus  »  -­‐  «  Le  nom  de  Lyon  sera  efface  du  tableau  des  villes  de  la  République.  La  réunion  des  maisons  conservées  portera  le  nom  de  Ville  Affranchie.  Lyon  fit  la  guerre  a  la  Liberté.  Lyon  n’est  plus.  »  Fouquier-­‐Tinville  Représentant  de  la  convenWon  aux  armées  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Sublime  et  raisonneuse,  mademoiselle  Corday  fit  ce  raisonnement  :  La  Loi  est  la  Paix  meme.  Qui  a  tue  la  Loi  au  2  juin  ?  Marat  surtout.  Pensée  étroite  autant  que  haute.  A  son  procès,  tout  le  monde  comprit  qu’elle  était  seule,  qu’elle  n’avait  eu  de  conseil  que  celui  de  son  courage,  de  son  dévouement,  de  son  fana.sme.    
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  La  mort  de  Robespierre  et  la  nouvelle  donne  poli.que:  C’est   des   Thermidor   que   nait   l’idée   d’une   rupture  marquante   qui   aurait   sauve   la   République   d’une  tyrannie   et   permis   d’en   finir   avec   les   «   horreurs   »  voulues   par   un   triumvirat   compose   de   Robespierre,  Saint-­‐Just  et  Couthon.  Arrêtes,  les  5  représentants  du  peuple   sont   ensuite   libères   par   l’interven.on  d’Hanriot  (commandant  de  la  garde  na.onale)  et  de  la  Commune   de   Paris,   ce   qui,   d’une   part,   ouvre   un  affrontement  entre  elle  et  la  Conven.on,  d’autre  part,  permet  a  celle-­‐ci  de  meere  les  fugi.fs  hors  la  loi…  •  Terreur   blanche   et   écrasement   du   mouvement  populaire:   Si   des   les   lendemains   de   Thermidor,   de  mul.ples  ac.ons  ont  déjà  vise  les  hommes  de  l’An  II,  et  plus  encore  des  symboles  (destruc.on  d’arbres  de  la   liberté,   planta.on   de   croix,   etc.),   ce   sont   les  aeentats  contre  des  individus  isoles  qui  se  mul.plient.  •  L’  Assemblée    n’en  con.nue  pas  moins  a  réprimer  les  tenta.ves  contre  révolu.onnaires,  comme  a  Quiberon  dans  l’été  1795.  
    • La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Meme   chose   lorsqu’en   octobre   1795,   l’émeute  royaliste   a   Paris   est   dispersée   par   la   troupe  commandée  entre  autres  par  Bonaparte.  •  La  poli.que  voulue  par  «  les  Thermidoriens  »  ne  doit  pas  être  comprise  comme  une  volonté  de  retour  a  la  monarchie   cons.tu.onnelle   de   1789-­‐1791   mais  comme   la   volonté   d’établir   une   «   République   sans  révolu.on  ».    •  Boissy  d’Anglas:  «  Nous  devons  être  gouvernes  par  les  meilleurs:   les   meilleurs   sont   les   plus   instruits   et   les  plus   intéressés   au   main.en   des   lois…   Vous   ne  trouverez   de   pareils   hommes   que   parmi   ceux   qui,  possédant  une  propriété,  sont  aeaches  au  pays  qui  la  con.ent,  aux  lois  qui  la  protègent,  a  la  tranquillité  qui  la   conserve.   »   C’est   la   tout   un   programme   qui   se  retrouve   dans   la   cons.tu.on   de   l’an   III   et   jetant   les  bases  du  Directoire,  une  République  du  Centre  fondée  sur  le  rejet  des  extrêmes,  l’émergence  d’une  notabilité  poli.que  et  la  défense  du  libéralisme  économique.    Boissy  d’Anglas  DestrucWon  des  bustes  de  Marat  
    • Les  onze  •  Les  onze  Commissaires  cons.tuent  le  Grand  Comite  de  la  Grande  Terreur.  Ils  sont  le  triple  écran  de  nuit,  nivôse,  la  Terreur,  le  feu  éteint.  Une  ambiance  caravagienne,  ou  shakespearienne,  crapuleuse.  Des  scènes  qui  font  l’impasse  sur  le  visage  des  hommes,  les  poussent  au  noir,  les  suspendent  dans  l’ombre,  la  lumière  carre  tombe  carrément  sur  les  symboles.    •  Ils  ne  font  rien  –  ils  travaillent.  Ils  ne  font  rien  car  ils  travaillent.  On  ne  saurait  croire  plus  passionnément  que  l’on  est  unique,  magiquement  le  jouet  d’une  seule  volonté.    •  Ce   gringalet   qui   était   par   la   voix   était   une   meute   a   lui   tout   seul.   Au   sein   de   la   Montagne,   les   tueurs  dormaient   trois   heures   par   nuit   depuis   quatre   ans.   Ils   travaillaient   somnanbuliquement   a   la   félicite   du  genre  humain.  Il  y  avait  en  gros  trois  par.s  bien  tranches,  les  orthodoxes  sous  Robespierre,  les  modérés  sous  Danton,  les  exagérés  sous  Hebert.    Triomphe  de  Marat  Gravure  populaire  
    • Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La   cons.tu.on   de   l’an   III:   Tirant   les   enseignements   de  l’histoire   récente.   Les   législateurs   n’offrent   pas   la  souveraineté  la  na.on  ou  au  peuple,  mais  a  une  universalité  de   citoyens   propriétaire   français   âges   d’au   moins   21   ans,  limitée  par  une  contribu.on  évaluée  a  au  moins  3  journées  de  travail  ou  par  un  nombre  de  campagnes  dans  l’armée.  Les  étrangers   installes   en   France   depuis   7   ans,   riches   d’une  propriété   foncière   et   contribuables,   ou   maries   a   une  Française,  peuvent  acquérir  la  citoyenneté.    •  Pour  rompre  avec  l’omnipotence  de  la  Conven.on,  le  pouvoir  législa.f   est   pour   la   première   fois   partage   entre   deux  chambres,  le  Conseil  des  Cinq  Cents  (qui  a  l’ini.a.ve  et  vote  des  projets  de  loi)  et  le  Conseil  des  Anciens  (qui  approuve  ou  rejeee   les   projets,   propose   des   éventuelles   révisions  cons.tu.onnelles).    •  L’exécu.f,  collec.f  pour  éviter  une  dérive  directoriale,  relevé  d’un    Directoire  de  5  membres,  élus  pour  5  ans  par  le  corps  législa.f,  renouvelable  par  cinquième  chaque  année  –  ils  ne  contrôlent   pas   la   Trésorerie   et   ne   par.cipent   pas   a   la  confec.on  des  lois,  mais  ils  dirigent  la  diploma.e,  l’armée,  la  fonc.on  publique.    •  Le  nouveau  régime  recherche  un  juste  milieu,  éloigne  de  la  Terreur  de  l’an  II  et  davantage  encore  des  risques  de  Terreur  blanche.    
    • Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La  conjura.on  des  égaux:  Elle  illustre  le  nouveau  mode  d’interven.on  de  l’opposi.on   démocra.que   au   Directoire,   «   fonde   sur   le   secret   ».   Pour  Babeuf,  son  principal  concepteur,  seule  une  avant  garde  révolu.onnaire,  organisée  et  révolu.onnaire,  organisée  et  clandes.ne,  est  suscep.ble  de  faire  triompher  une  révolu.on  populaire.    •  Diffuse   par   une   intense   propagande   (pamphlets,   chansons),   le  programme  des  conjures,  s’il  s’inscrit  dans  l’héritage  des  «  Exagérés  »  et  des  «  Héber.stes  »,  en  radicalise  les  proposi.ons.      Gracchus  Babeuf  
    • Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  Asphyxie   financière   et   aspira.ons   sociales:   Le   Directoire   hérite   d’une  situa.on  économique  désastreuse,  marquée  par  la  déprécia.on  con.nue  de  l’assignat.  Le  gouvernement  paye  en  blé  les  Directeurs,  ministres  et  députes!    •  En   février   1796,   le   Trésor   brise   solennellement   place   Vendôme   les  planches  aux  assignats  et  ceux-­‐ci  sont  brules  et  bientôt  remplaces  par  des  mandats  territoriaux,  eux  aussi  gages  sur  les  biens  na.onaux.    •  Les   droits   indirects   sont   étendus:   naviga.on   sur   les   canaux,   douane,  chasse,  pèche,  enregistrement  des  actes,  hypothèques,  poste  aux  leeres,  marque   sur   l’or   et   l’argent,   cartes   a   jouer,   papier   a   musique,   affiches,  fournissent  le  prétextes.    •  Les   pays   occupes   (Suisse,   les   républiques   italiennes)   apportent   près   du  quart  du  budget  annuel  de  la  France.    •  Et  la  misère  est  d’autant  plus  insupportable  que  la  réussite  voyante  de  quelques  parvenus  indigne…  •  Les  hôtels  par.culiers  des  dames  Tallien,  Beauharnais,  Récamier,  révèlent  le  gout  par.culier  de  ces  séductrices  enrichies,  ambi.euses  et  puissantes,  parées   de   perruques   variant   selon   les   moments   du   jour,   de   fines   et  transparentes   étoffes   savamment   froncées,   de   précieuses   indiennes  portées  en  châles  ou  en  étoles,  et  de  camées  finement  ouvrages,  libres  interpréta.ons  d’une  an.comanie  revendiquée.      Madame  Récamier  Georges  &  François  Honore  Jacob  
    • Au  temps  des  merveilleuses  •  Une  effervescence  fes.ve:  Elle  semble  s’emparer  des  Parisiens  autour  de  1795,  la  mul.plica.on  des  bals.  Des  .volis,  des  théâtres  et  des  tripots,  véritable  movida  des  temps  anciens,  est  symbolisée  par  les  excentricités  des  costumes  et  du  comportement  des  incroyables  et  des  merveilleuses,  voire   le   paroxysme   des   «   bals   des   vic.mes   »   réservés   aux   parents   de  guillo.nes.    •  La   Conven.on   thermidorienne   est   le   temps   de   «   la   jeunesse   dorée   »,  composée   de   muscadins   qui   matraquaient   dans   les   rues   ceux   qui  pouvaient  passer  a  leurs  yeux  pour  des  sans-­‐culoees.    •  Stendhal  :  «  La  France  se  donne  a  Bonaparte  comme  une  belle  fille  a  un  lancier.  »    •  Financiers,   agioteurs,   nouveaux   riches   et   fournisseurs   :   avec   les  incroyables   et   les   merveilleuses,   les   fournisseurs   aux   armées   furent  certainement  les  personnages  les  plus  caractéris.ques  de  la  période  du  Directoire.  Ouvrard  est  l’archétype  des  négociants  financiers  qui  surent  profiter  des  bouleversements  de  la  société  pour  se  cons.tuer  d’énormes  fortunes.  En  1802,  il  avança  20  millions  a  l’Etat,  puis  couvrit  les  immenses  dépenses  occasionnées  par  le  camp  de  Boulogne  et  les  prépara.fs  de  la  campagne.      Muscadins  Agioteurs  
    • Au  temps  des  merveilleuses  •  Le  rôle  des  femmes:  Mme  Tallien.  L’immense  célébrité  que  valut  a  Tallien  son   audace   du   9   Thermidor   rejaillit   largement   sur   elle.   La   chute   du  directoire   la   vit   entrer   dans   une   demi   retraite.   Apres   avoir   été   la  maitresse  de  Barras,  elle  devint  la  compagne  du  richissime  Ouvrard  a  qui  elle  allait  donner  quatre  enfants.    •  Mme  Récamier.  Elle  épousa  a  l’âge  de  16  ans  un  banquier  qui  lui  donna  son  nom.  Elle  devint  une  femme  a  la  mode,  lançant  les  nouveaux  gouts,  traquée  par  les  journalistes,  épiée  dans  ses  moindres  gestes  par  un  public  empresse.   Elle   devint   une   «   fashionable   beauty   ».   A   la   fin,   elle   fixa  l’ami.é  amoureuse  de  Chateaubriand.    •  Mme  Hamelin.  C’est  la  plus  célèbre  des  merveilleuses.  Elle  naquit  a  Saint  Domingue   et   épousa   a   18   ans,   un   fournisseur   général   des   armées,  Antoine   Hamelin.   L’histoire   lui   aeribue   de   nombreuses   liaisons,  notamment   avec   Bonaparte.   Elle   serait   l’une   des   premières   a   avoir  adopte  le  costume  a  la  grecque,  tout  en  drapes  et  en  transparences.    •  Mme   d’Arjuzon.   Elle   avait   un   visage   empreint   d‘une   sen.mentalité  langoureuse.   Elle   était   la   fille   d’un   riche   planteur   de   Saint-­‐Domingue,  d’origine  bordelaise.       Madame  Hamelin  Madame  Tallien  
    • Au  temps  des  merveilleuses  •  Modes  plutôt  que  mode  de  vie:  Inventée  sous  le  Directoire,  la  bouilloee  est   le   jeu   de   cartes   par   excellence   de   ceee   période.   La   gavoee,   danse  théâtrale  au  XVIIIème  siècle,  devint  une  des  danses  tres  prisée  pendant  le  Directoire.  Les  Tivolis  :  transforma.on  des  grandes  propriétés  princières  en  jardins  d’aerac.on  et  en  Vauxhall.    •  La  fermeture  des  grandes  maisons  de  l’aristocra.e  et  la  mise  a  pied  de  leur  personnel  avaient  mis  sur  le  pave  des  centaines  de  cuisiniers  de  haut  mérite   ;   beaucoup   u.lisèrent   leurs   talents   se   faisant   «   marchands   de  bonne  chère  »  et  ouvrant  des  restaurants  qui  allaient  durablement  établir  la  gloire  gastronomique  de  Paris.    •  Les  modes  :  si  la  réac.on  thermidorienne  fut  avant  tout  poli.que,  elle  s’exprima   avec   fougue   dans   le   costume,   par   le   rejet   de   tout   ce   qui  affichait   une   connota.on   révolu.onnaire   ou   patrio.que   comme   la  cocarde   tricolore,   le   négligé   populaire,   le   refus   de   l’ornement   et   de   la  parure  dans  la  toileee.    •  Immobilier  :  malgré  une  préférence  tres  marquée  pour  la  rive  droite,  on  observe   quelques   échappes   sur   la   rive   gauche,   ou   les   nouveaux  propriétaires  inves.ssaient  des  demeures  plus  anciennes.      
    • Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La  diploma.e  de  la  grande  na.on:  La  guerre  est  l’une   des   constantes   du   régime.   Elle   se   décline  dans  les  campagnes  d’Italie,  dans  celle  de  Suisse  en   1798.   Elle   s’enlise   dans   les   campagnes  d’Allemagne   (Jourdan   et   Moreau   sont   baeus   en  1796),   échec   du   débarquement   en   Irlande,  expédi.on  d’Egypte.  •  Et  tout  est  a  recommencer  en  1799:  les  défaites  s’accumulent   en   Suisse   et   en   Italie,   jusqu’aux  victoires  de  Brune  en  Hollande  et  de  Masséna  en  Suisse.    •  La  no.on  de  Républiques  sœurs  est  explicitement  formulée   par   Bonaparte,   en   aout   1797,   a   Milan,  pour   qualifier   le   processus   historique,   perçu  comme   un   passage   progressif   a   la   civilisa.on,  selon   lequel   les   peuples   passent   du   statut  informel   d’agrégat   culturel   et   social   au   stade   de  l’existence  na.onale.  Créés  pour  la  plupart  sous  le  second  Directoire,  les  Républiques  sœurs  sont  un  des   symboles   les   plus   marquants   de   l’expansion  révolu.onnaire   de   la   France   sur   le   théâtre  européen.    Bataille  des  Pyramides  André  Masséna  Marechal  de  France,  Duc  de  Rivoli  «  L’enfant  chéri  de  la  Victoire  »  Andrey  Souvorov  
    • Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La   Cons.tu.on   batave   reconnaît   le   droit   au   travail   et   a   l’assistance,   et  établît   un   suffrage   quasi   universel;   celle   de   la   République   Napolitaine  proclame   les   droits   a   l’instruc.on,   a   la   subsistance   et   a   la   résistance   a  l’oppression.    •  L’égalité  devant  l’impôt,  la  confisca.on  des  biens  ecclésias.ques,  la  reforme  de   la   jus.ce,   l’abroga.on   des   corpora.ons   sont   partout   en   marche,   avec  d’infinies  varia.ons  d’un  Etat  a  l’autre.  L’influence  française  se  lit  aussi  dans  l’adop.on  de  symboles:  l’arbre  de  la  liberté,  que  l’on  plante  a  Venise,  lors  de  l’entrée  des  troupes  françaises  (mai  1797),  dans  les  villes  et  villages  de  la  République  batave  (1795)  ou  de  la  napolitaine  (1799);  le    drapeau  tricolore,  que  nombre  d’Etats  conserveront  ou  retrouveront  au  siècle  suivant.    •  La  poli.que  extérieure  de  la  France  s’établît  pour  par.e  sous  la  tente,  ce  dont  Bonaparte,  a  la  tète  de  ses  «  missionnaires  armes  »,  donne  en  Italie  un  exemple  éclatant,  s’affranchissant  de  la  tutelle  des  commissaires  civiles  en  ma.ère  diploma.que,  financière  et  poli.que,  construisant  un  lien  privilégie  avec   ses   soldats,   payes   en   numéraire,   donnant   priorité   aux   besoins  militaires,  dont  les  intérêts  se  dissocient  de  ceux  de  l’ensemble  de  la  na.on.  •  Pour  plus  d’un  poli.que,  le  coup  d’Etat  est  devenu  un  recours  acceptable:  l’harmonie  entre  le  pouvoir  exécu.f  et  le  pouvoir  législa.f  ayant  été  brise  par  la  vague  royaliste  des  élec.ons  de  mars  1797.    •  S’assurant  le  sou.en  d’une  par.e  de  l’armée,  jouant  encore  de  la  peur  d’un  complot  jacobin,  le  général  prépare  le  coup  d’Etat  des  18  et  19  brumaire.  ArrestaWon  de  députés  royalistes  par  Augereau.  Bonaparte  sauveur  dune  République  éplorée  quil  remet  entre  les  mains  de  lespérance  et  de  la  paix.  
    • Le  consulat  •  On   assiste   a   la   mise   en   place   d’un   régime   autoritaire.   Si   Bonaparte   rétablît   un   suffrage  presque   universel,   il   ôte   toutefois   aux   électeurs   tout   pouvoir   réel.   Les   opposi.ons   sont  démantelées,  par  la  force  ou  en  les  amadouant.  Les  espaces  publics,  ou  pouvait  se  former  une  opinion  publique,  disparaissent.    •  Le  renforcement  progressif  du  pouvoir  de  Bonaparte:  La  cons.tu.on  de  l’an  VIII  est  un  texte  rela.vement   court,   sans   préambule,   et   dépourvu   de   toute   déclara.on   de   droits.   Si   le  système  représenta.f  est  maintenu,  le  pouvoir  exécu.f,  confie  a  3  consuls  nommes  pour  dix  ans  et  rééligibles,  repose  tout  en.er  entre  les  mains  du  Premier  consul.    Le  général  Bonaparte  au  Conseil  des  Cinq  Cents.  Il  intervient  a  la  suite  de  «  rumeurs  de  coup  d’Etat  anarchiste  »  diffusées  par  les  putschistes,  notamment  Sieyès,  Cambacérès,  et  Lucien  Bonaparte  (président  du  conseil  des  Cinq  Cents).  Sieyès   Cambacérès   Lucien  Bonaparte  
    • Le  consulat  •  Pour  jus.fier  «  ex  post  »  la  légi.mité  d’un  pouvoir  issu  d’un   coup   d’Etat,   la   cons.tu.on   est   soumise   a  l’approba.on   des   Français.   S’il   recourt   volon.ers   au  plébiscite,  Bonaparte  ne  laisse  plus  aucun  véritable  rôle  poli.que   aux   Français.   Les   consuls   ont   l’ini.a.ve  exclusive   des   lois.   Le   Conseil   d’Etat,   compose   d’une  cinquantaine   de   membres,   nommes   et   révoques   a   la  convenance   du   Premier   Consul,   prépare   les   projets   de  lois.  Ceux-­‐ci  sont  alors  discutes  au  Tribunat,  qui  exprime  son  avis  a  bulle.n  secret,  mais  qui  n’a  pas  la  faculté  de  modifier  les  projets  qui  lui  sont  soumis.    •  Le  Senat  finit  par  acquérir  un  véritable  pouvoir  législa.f  et   cons.tu.onnel   ,   par   la   voie   des   sénatus-­‐consultes,  décisions   ayant   valeur   de   loi.   Ceee   évolu.on   ne   fut  possible   que   du   fait   de   la   fidélité   a   toute   épreuve   des  sénateurs   vis-­‐à-­‐vis   du   Premier   Consul.   Le   pouvoir  législa.f   était   par   conséquent   fortement   soumis   a  l’exécu.f.    Trois  consuls,  Cambacérès,  Bonaparte,  Lebrun  
    • Le  consulat  •  A  par.r  de  1802,  le  culte  de  la  personnalité  s’affirme:  le  citoyen  et  général  Bonaparte  cèdent  la  place  a  Napoléon  Bonaparte,  et  ses  appari.ons  en  public  s’accompagnent  du   faste   et   des   marques   solennelles   du   rang   qu’il   s’est  aeribue.    •  Le  28  avril  1804,  au  Tribunat,  avec  l’accord  de  Bonaparte,  le  tribun  Curée  demande  a  ses  collègues  de  se  prononcer  pour   la   créa.on   d’un   empire   et   pour   l’hérédité   de   la  dignité  impériale  dans  la  famille  Bonaparte.  Seul  Carnot  qui  avait  vote  contre  le  consulat  a  vie,  s’y  oppose.    •  Le   sacre   du   2   décembre   1804   met   symboliquement   en  scène  le  retour  au  principe  monarchique,  avec  la  créa.on  d’une  cour  et  l’alliance  entre  le  trône  et  l’autel,  soulignée  par  la  présence  du  pape  a  la  cérémonie.        Bonaparte,  premier  consul  
    • Le  consulat  •  Les  opposi.ons  et  leur  musellement:  Le  rôle  dévolu  a  la  presse  après  Brumaire  est  clair  –  il  s’agit  de  célébrer  la  grandeur  du  Premier  Consul,  puis  de  l’Empereur.  En  1814,  il  ne  reste  que  4  journaux  a  Paris,  dont  le  Moniteur,  l’organe  quasi  officiel  de  l’Empire.    •  Face   a   l’impossibilité   de   disposer   d’espaces   de   parole,   l’aeentat   contre   la   personne   de  Bonaparte  apparaît  a  certains  comme  la  seule  solu.on:  aeentat  a  la  machine  infernale  en  1800,  puis  complot  de  Cadoudal  et  du  général  Pichegru  en1803-­‐1804.    ARentat  a  la  machine  infernale,  rue  Saint  Nicaise  Cadoudal  Pichegru  
    • Le  consulat  •  Le   retour   de   la   paix   extérieure:   Lors   du   coup   d’Etat   de  Brumaire,   la   France   se   trouve   dans   un   état   de   «   quasi  guerre   »   avec   les   Etats-­‐Unis:   la   rupture   est   aussi   bien  diploma.que   que   commerciale,   elle   entraine   des   prises   par  les   corsaires   des   deux   pays.   Ni   la   France,   ni   les   Etats-­‐Unis  n’ont   toutefois   intérêt   a   poursuivre   les   hos.lités.   Apres   de  longs   pourparlers,   qui   permeeent   a   la   France   de   négocier  entre-­‐temps   avec   l’Espagne   la   cession   de   la   Louisiane,   une  conven.on   est   enfin   signée   le   30   septembre   1800   a  Mortefontaine.  Des  le  printemps  1801,  les  navires  américains  recommencent  a  fréquenter  les  ports  français.    •  Plus   grave   que   le   différend   franco-­‐américain,   Bonaparte  hérite   aussi   de   la   guerre   que   la   France   mené   depuis   1798  contre   la   seconde   coali.on,   formée   par   l’Angleterre,  l’Autriche,   la   Russie,   l’Empire   Oeoman.   Toutes   les   grandes  puissances   n’y   adhèrent   pas:   la   Prusse   est   neutre   depuis  1795;  l’Espagne  alliée  a  la  France  depuis  1796.    
    • Le  consulat  •  La   victoire   de   Marengo   marque   également   le   retour   de   l’influence   française   en   Italie,   renversant   la  géopoli.que  du  siècle  des  Lumières  ou  Espagne  et  Autriche  se  partageaient  des  zones  d’influence  dans  la  péninsule.  •  Des  1801,  la  Russie,  l’Autriche  et  le  Napolitain  ra.fient  la  paix  –  l’Angleterre  est  isolée.  Celle-­‐ci,  après  le  renversement  de  William  Pie,  s’oriente  toutefois  vers  la  paix…  On  s’approche  de  la  paix  d’Amiens.      Tres  mal  engagée,  la  bataille  se  transforme  en  victoire  écrasante  grâce  a  l’arrivée  des  troupes  de  Desaix  qui  perd  la  vie  a  l’occasion.  
    • Le  consulat  •  Une   fois   les   rela.ons   avec   l’Angleterre   pacifiées,   Bonaparte   prépare   alors   le   retour   de  l’ancienne  prospérité  an.llaise,  avec  son  corollaire,  le  rétablissement  de  l’esclavage  que  la  Révolu.on  avait  aboli  en  1794.  Mais  l’indépendance  de  Haï.  est  proclamée  le  1er  janvier  1804.  •  La  paix  civile:  réconcilia.on  religieuse  et  retour  des  émigres:  La  scission  du  clergé  français  entre  prêtres  réfractaires  et  prêtres  assermentes,  la  déchris.anisa.on  de  1793-­‐1794,  avec  le  culte  de  l’Etre  suprême,  la  suppression  du  calendrier  chré.en  et  du  repos  du  dimanche,  la  fermeture  des  églises  entre  novembre  1793  et  mai  1795,  avaient  contribue  a  accroitre  la  fracture   entre   Révolu.on   et   les   nombreux   Français   restes   aeaches   au   culte   catholique,  grossissant  ainsi  les  files  des  chouans  insurges.    •  Seule  une  réconcilia.on  défini.ve  avec  la  Papauté  pouvait  permeere  de  saper  a  la  base  ceee  révolte  endémique.  Le  Concordat  est  signe  le  15  juillet  1801.  La  religion  catholique  n’est  pas  reconnue  comme  religion  d’Etat,  comme  sous  l’Ancien  Régime,  mais  simplement  comme   «   la   religion   de   la   grande   majorité   des   Français   ».   Le   Saint   Siege   reconnaît  implicitement   la   légi.mité   du   nouveau   pouvoir   en   France.   Les   évêques   devront   prêter  serment  de  fidélité  au  gouvernement  de  la  République,  et  a  la  fin  de  la  messe,  les  fideles  prieront  pour  le  salut  de  la  République  et  des  Consuls.  Pour  Bonaparte,  c’est  un  indéniable  succès  poli.que.  Désormais,  tout  bon  catholique  peut  se  rallier  sans  difficulté  au  Consulat.  Au  prix  de  ces  importantes  concessions,  le  pape  récupère  un  certain  nombre  de  droits  –  les  évêques  sont  désormais  nommes  par  le  Premier  Consul  et  inves.s  par  le  Pape.  L’Etat  prend  en  charge  le  traitement  des  cures  et  des  pasteurs  et  les  frais  des  dix  séminaires  catholiques  métropolitains,  mais  soumet  le  clergé  a  sa  tutelle.  •  Avant   meme   l’amnis.e   du   26   avril   1802,   la   France   consulaire   accueille   sans   trop   de  difficultés  tout  émigre,  a  condi.on  que  celui-­‐ci  accepte  de  facto  le  régime  en  place.    Pie  VII  Toussaint  L’Ouverture  
    • Le  consulat  •  L’assainissement  financier:  La  situa.on  financière  de  l’Etat  a  la  fin  du  Directoire  était  grave.  A  la  fin  du   Directoire,   les   receees   de   l’Etat   proviennent   essen.ellement   des   impôts   directs,   des   droits  d’enregistrement,  de  .mbre  et  de  poste.  S’y  ajoutaient  les  sommes  importantes  perçues  sur  les  territoires  occupes:  au  moins  un  quart  du  budget  de  l’Etat  est  couvert  par  les  contribu.ons  de  guerre.  En  ma.ère  de  contribu.ons  directes,  le  Consulat  et  l’Empire  n’innovent  pas  et  reprennent  les   quatre   impôts   directs   qui   existaient   déjà   a   la   fin   du   Directoire,   et   des.nes   a   se   pérenniser  jusqu’à   la   fin   de   la   première   guerre   mondiale:   l’impôt   foncier,   la   contribu.on   personnelle   et  mobilière,  la  patente  et  l’impôt  sur  les  portes  et  fenêtres.  Bonaparte  s’aeache  surtout  a  rendre  plus  efficace  leur  percep.on.    •  En  frappant  d’abord  la  propriété  foncière,  ainsi  que  les  signes  extérieurs  de  richesse  et  les  ac.vités  produc.ves   et   commerciales   (patente),   le   système   d’imposi.on   directe   avait   rela.vement  épargne   les   contribuables   les   plus   démunis.   Ces   derniers   n’étaient   assuje•s   qu’a   l’import  personnel  (5%  du  traitement  s’ils  étaient  fonc.onnaires,  l’équivalent  de  3  journées  de  travail  pour  les   autres).   Le   retour   des   impôts   indirects   change   ceee   répar..on   des   charges,   accablant   la  popula.on  la  plus  fragile  économiquement.    •  A  la  fin  du  Consulat,  les  impôts  indirects  font  en  effet  leur  appari.on  pour  financer  la  reprise  de  la  guerre:   prélèvement   sur   les   boissons   alcoolisées,   le   tabac   et   les   cartes   a   jouer.   En   1806,   on  réintroduit  l’impôt  sur  le  sel,  universellement  déteste,  dont  la  collecte  est  confiée  aux  Douanes.    
    • Le  consulat  •  Le   Directoire   était   largement   dépendant   des   généraux  qui   faisaient   rentrer   le   numéraire   de   l’étranger   sous  forme   de   contribu.on   de   guerre,   ainsi   que   des  fournisseurs  qui  lui  permeeaient  de  vivre  au  jour  le  jour.    •  L’assainissement   financier   sous   le   Consulat   et   l’Empire  passe  aussi  par  la  reforme  du  système  de  recouvrement  des  impôts  que  par  une  neee  améliora.on  du  crédit  de  l’Etat,   en   accroissant   sa   capacité   a   assurer   de   la  disposi.on   régulière   d’avances   et   a   emprunter   a   des  taux  raisonnables  en  cas  de  besoin.  Bonaparte  refuse  de  lancer   des   emprunts   publics   –   qui   permeeaient   en  revanche  a  l’Angleterre  de  financer  les  guerres  contre  la  France  –  par  crainte  que  leur  échec  ne  rende  manifeste  la   faiblesse   du   régime.   Il   refuse   aussi   d’accroitre  démesurément  le  poids  de  la  deee.  On  est  tres  loin  des  3,3  milliards  de  deee  de  la  France  en  1782…  «  Le  franc  germinal  »  ainsi  fixe  assure  la  circula.on  monétaire  en  France  pour  plus  d’un  siècle.  •  La   centralisa.on   administra.ve   et   les   reformes   en  ma.ère  judicaire:  En  meme  temps  qu’il  consolidait  ses  assises   financières,   Bonaparte   s’assurait   du   contrôle  centralise   du   territoire.   La   commune   est   le   premier  maillon   administra.f.   Napoléon   se   réserve   la  nomina.on   du   maire   dans   les   communes   de   plus   de  5000   habitants,   le   préfet   nommant   les   maires   des  communes  plus  pe.tes.    A  l’instar  des  provinces  romaines  dirigées  par  un  préfet,  les  départements  français  furent  dotes  d’un  préfet,  véritable  courroie  de  transmission  du  pouvoir  exécuWf.  
    • Le  consulat  •  Tous  les  juges  sont  désormais  des  fonc.onnaires  nommes  par  l’Etat,  qui  contrôle  leur  avancement  et  leur  carrière  et  qui,  seul  peut  les  révoquer.  •  Bonaparte  ins.tue  cinq  commissions  entre  aout  1800  et  mars  1802  pour  élaborer  le  code  civil,  criminel,  commercial,  rural  et  de  procédure  civile.  Seul  le  code  rural  n’abou.t  pas.    •  Le  Code  civil  réalise  un  compromis  entre  droit  romain  et  droit  coutumier,   unifiant   ainsi   pour   la   première   fois   le   droit   sur  l’ensemble  du  territoire  français.  Il  consolide  en  quelques  acquis  de   la   Révolu.on,   notamment   sa   sécularisa.on   (état   civil,  divorce)   et   la   dispari.on   des   droits   et   servitudes   féodales.   Le  Code   Civil   de   1804   se   compose   de   trois   grandes   rubriques:  famille,  propriété,  contrat.    •  Contrôler   les   esprits   et   former   la   jeunesse:   la   reforme   de  l’enseignement  et  la  créa.on  des  lycées.  Le  régime  se  concentre  sur   la   forma.on   des   élites,   en   délaissant   l’enseignement  primaire.   L’instruc.on   sommaire   des   masses   était   laissée   a  l’Eglise  catholique,  qui  dispensait  quelques  principes  de  morale  parfaitement   compa.bles   avec   l’obéissance   passive   que   le  pouvoir  aeendait  de  la  majorité  des  Français.    •  L’ouverture  des  Lycées  est  prévue  dans  45  départements,  mais  leur   nombre   allait   s’accroitre   rapidement.   Le   Lycée   devait  fournir  de  solides  bases  générales  aux  futurs  fonc.onnaires  et  membres  des  professions  libérales.  
    • L’empire  •  L’instaura.on  de  l’Empire  a  un  prix:  après  avoir  limite  la  liberté,  c’est  l’égalité  qui  est  mise  a  mal  par  le  rétablissement  de  dis.nc.ons  sociales  héréditaires  au  sein  de  la  France.    •  Le  sacre  ou  la  fonda.on  symbolique  d’un  nouvel  ordre:  La  proclama.on  de  l’Empire,  en  mai  1804,  change  la  nature  du  pouvoir  exerce  par  Napoléon  en  inscrivant  son  projet  dans  une  logique  dynas.que  qui  sera  ova.onnée  par  le  plébiscite  de  Novembre.  •  L’entrée  de  Napoléon  complètement  habille  et  portant  déjà  les  aeributs  du  pouvoir,  tout  comme  son  auto  couronnement   en   tournant   le   dos   a   l’autel,   rompent   explicitement   avec   la   tradi.on   des   Bourbons   et  affirment  l’indépendance  du  pouvoir  de  l’Empereur  vis-­‐à-­‐vis  de  l’Eglise.    •  Le  passage  a  l’Empire  entraine  le  retour  a  une  vie  de  cour  et  a  une  é.queee  que  l’on  croyait  disparue,  et  impose  ainsi  un  cérémonial  qui  prépare  le  terrain  a  la  réintroduc.on  officielle  du  principe  de  l’inégalité  sociale.        
    • L’empire  •  “J’ai  vu  l’Empereur  ceee  âme  du  monde,  sor.r  de  la  ville  pour  aller  en  reconnaissance;  c’est  effec.vement  une  sensa.on  merveilleuse  de  voir  un  pareil  individu  qui,  concentre  sur  un  point,  monte  sur  un  cheval,  s’étend  sur  le  monde  et  le  domine.”      
    • L’empire  •  “En  règle  générale  Napoléon  aeend  de  ses  collaborateurs  qu’ils  aient  autant  d’esprit  et  de  talent  que  de  caractère  et  de  courage  .  C’est  ce  qu’il  appelle  «  être  carre  »,  avoir  autant  de  hauteur  que  de  base.      Talent  Caractère  Esprit  Courage  Talleyrand  Fouché  Cambaceres  Berthier  Ney  Lannes  Talents  professionnels  Talents  poli.ques  Talents  charisma.ques  
    • L’empire  •  La   redéfini.on   d’une   élite   sociale   et   la   créa.on   d’une   noblesse   d’Empire:   Par  décret   en   juin   1790,   l’Assemblée   na.onale   cons.tuante   avait   aboli   la   noblesse  héréditaire,  faisant  voler  en  éclat  les  espoirs  d’une  bourgeoisie  en  ascension.    •  En   1808,   Napoléon   parachève   par   la   créa.on   d’une   noblesse   d’Empire   le  processus   de   recomposi.on   sociale   et   poli.que   que   la   créa.on   de   la   légion  d’honneur,  le  retour  des  émigres  et  la  poli.que  d’amalgame  pra.quée  au  sein  de  ses  administra.ons  avaient  ini.e.  •  Le  décret  du  30  mai  1806  créait  une  vingtaine  de  fiefs  ducaux  héréditaires,  sis  dans   la   péninsule   italienne   et   en   Dalma.e;   ils   ne   conféraient   aucune   sorte   de  souveraineté,  mais  seulement  pres.ge  et  revenus.    •  Par  un  décret  en  1808,  Napoléon  élargît  la  gamme  des  .tres:  aux  princes  de  1803  et   aux   ducs   de   1806   s’ajoutent   désormais   comtes,   barons   et   chevaliers.   Le  souverain  se  réserve  l’aeribu.on  de  .tres  de  noblesse  aux  individus  qu’il  entend  récompenser:   de   1808   a   1814,   Napoléon   dis.nguera   3350   .tulaires,   dont   60%  sont  militaires.  Certaines  fonc.ons  civiles  confèrent  toutefois  automa.quement  un  .tre  a  vie:  les  ministres,  sénateurs  et  archevêques  sont  ainsi  comtes  d’Empire,  et  les  maires  des  bonnes  villes,  barons.    •  Sur  l’ensemble  des  3350  anoblissements,  la  propor.on  de  l’ancienne  aristocra.e  est   d’environ   28%.   La   noblesse   impériale   diffère   de   l’ancienne   noblesse   non  seulement  parce  que  l’hérédité  du  .tre  n’est  pas  automa.que,  mais  aussi  car  elle  ne  confère  aucun  privilège.          General  de  Montholon  Comte  d’Empire  Marechal  Davout  Prince  d’Eckmühl  
    • L’empire  •  Emergence   des   notables   et   poli.que   de   l’amalgame:   Sans   figurer   en   tant   que   telle   dans   les   textes  cons.tu.onnels   du   Consulat   et   de   l’Empire,   la   no.on   de   notabilité   est   centrale   pour   comprendre   la  composi.on  de  la  classe  dominante  qui  s’affirme  a  l’époque  napeolienne.  Les  notables,  c’est  «  la  par.e  supérieure  de  la  société  dans  laquelle  le  gouvernement  juge  possible  de  recruter  ses  cadres  poli.ques.  »  «  Les  masses  de  granit  »  que  représentent  les  notables  sont  donc,  avant  tout,  une  élite  sociale  fondée  sur  la  propriété  foncière.    •  Au  total,  le  notabilat  napoléonien,  meme  en  retenant  les  critères  les  plus  larges,  se  compose  tout  au  plus  de  quelques  70.000  a  80.000  individus  –  dans  un  pays  qui  comptait  30  millions  d’habitants.    •  On   assiste   au   ralliement   croissant   d’une   par.e   de   l’ancienne   aristocra.e,   et   dans   les   départements  annexes,  la  volonté  de  Napoléon  de  s’appuyer  sur  les  élites  sociales  en  place  sans  remeere  en  cause  les  équilibres  sociaux  préexistants.  Toutefois,  le  régime  napoléonien  ne  se  prive  pas  des  hommes  auxquels  la  Révolu.on  a  permis  d’accumuler  une  expérience  poli.que  précieuse.      
    • L’empire  •  Un   pays   sous   surveillance:   Le   Premier   Consul,   puis   l’Empereur,   mul.plie   les   instances   chargées   de   la  surveillance   des   citoyens   et   les   rend   plus   performantes.   Napoléon   prêta   une   aeen.on   constante   a   la  collecte  des  informa.ons.  Chaque  jour,  le  ministère  de  la  Police  lui  faisait  parvenir  un  résume  des  faits  divers  et  marquants  recueillis  aux  quatre  coins  de  l’Empire.    •  Les  fichiers  de  police  de  Fouché  recensent  des  milliers  d’individus  et  contribuent  a  maintenir  la  pression  sur  les  serviteurs  de  l’Etat,  personne  ne  connaissant  exactement  les  informa.ons  que  détenait  la  police.  «  Le  cabinet  noir  »,  sorte  de  bureau  de  police  poli.que,  contrôlait  les  courriers  transitant  par  l’hôtel  de  postes  a  Paris,  et  remeeait  directement  a  l’Empereur  des  rapports  quo.diens.      En  1803,  au  lendemain  de  la  rupture  de  la  paix  d’Amiens,  Napoléon  reprend  le  projet  d’un  débarquement  en  Angleterre.  La  reprise  des  hosWlités  sur  le  conWnent  obligea  l’empereur  a  rappeler  les  troupes  concentrées  dans  le  Nord  et  a  les  envoyer  vers  l’est,  avant  meme  que  la  défaite  de  Trafalgar  ne  prive  la  marine  française  de  toute  possibilité  d’accompagner  une  opéraWon  de  débarquement.  
    • L’empire  •  C’est  le  climat  de  la  guerre  permanent  qui  sape  jour  après  jour  les  bases  du  régime,  jusqu’à  lui  ôter  toute  légi.mité  aux  yeux  des  élites  comme  de  masses  populaires.    •  Vers   l’hégémonie   française   en   Europe:   de   la   rupture   de   la  paix   d’Amiens   au   système   fédère:   La   paix   d’Amiens   avait  réussi  a  assurer  temporairement  un  point  d’équilibre  entre  les   puissances   européennes.   Mais   il   n’était   que   provisoire.  La   Grande-­‐Bretagne   s’inquiété   bientôt   de   la   reprise   de  l’ini.a.ve   française   aux   colonies,   de   l’influence   directe   et  indirecte   que   Bonaparte   exerce   dans   le   Nord   de   l’Europe  (Belgique  et  Hollande),  tout  comme  un  retour  massif  d’une  présence   française   en   Méditerranée   (paix   en   1802   avec  l’Empire  Oeoman).  •  Le   plan   de   débarquement   en   Angleterre,   techniquement  complexe  (100.000  hommes,  2.000  navires),  prévoit  de  faire  diversion   pour   éloigner   la   Navy   britannique,   afin   de  permeere   de   traverser   la   Manche,   sans   encombre.  Cependant  lorsque  les  navires  français  et  espagnols  sortent  de  Cadix,  c’est  la  défait  de  Trafalgar.    •  La   défaite   de   Trafalgar,   qui   assure   défini.vement   a   la  Grande   Bretagne   la   maitrise   des   mers,   oblige   également  Napoléon  a  repenser  la  posi.on  de  la  France  en  Europe.  Il  lui  faut   désormais   imposer   son   hégémonie   afin   d’associer   le  con.nent   en.er   a   la   luee   économique   contre   la   Grande  Bretagne.      Le  Soleil  d’Austerlitz  a  été  obscurci  par  la  fumée  de  Trafalgar  En  ce  sens,  c’est  a  Trafalgar  que  le  sort  de  l’Empire  s’est  joue.  
    • L’empire  •  La   victoire   d’Ulm   (20   octobre   1805),   suivie   par   celle   d’Austerlitz  contre   les   Austro   Russes   (2   décembre),   dissuade   la   Prusse,   qui  avait  rejoint  la  coali.on  de  s’engager  directement  dans  le  conflit.    •  La   paix   signée   a   Presbourg   prive   l’Autriche   d’un   sixième   de   ses  possessions.    •  Le  12  juillet  1806  est  créée  la  Confédéra.on  du  Rhin,  a  laquelle  adhèrent   16   Etats.   La   forma.on   de   ceee   alliance   entraine   la  dissolu.on  du  Saint  Empire.  Le  6  aout  1806,  François  II  dépose  la  couronne  pour  ne  garder  que  le  .tre  d’empereur  d’Autriche  qu’il  a  pris   au   lendemain   de   la   proclama.on   de   l’Empire   français.   La  république   batave,   qui   supporte   une   lourde   présence   militaire  française  sur  son  territoire,  est  transformée  elle-­‐aussi  en  royaume,  confié  a  Louis  Bonaparte  en  juin  1806.    •  L’écrasement   de   la   puissance   des   Habsbourg   et   le   renforcement  de  Napoléon  en  Europe  amènent  a  la  reprise  des  hos.lités  sur  le  con.nent   en   octobre   1806.   L’armée   française   entre   a   Varsovie  après   la   bataille   d’Eylau.   Apres   Friedland,   c’est   la   paix   de   Tilsit  entre   Napoléon   et   le   Tsar   (juillet   1807)   qui   achevé   d’isoler   la  Grande  Bretagne,  •  Apres  Tilsit,  Napoléon  projeee  d’accroitre  l’impact  escompte  de  sa  poli.que  de  blocus  con.nental:  ses  visées  se  portent  alors  sur  la  péninsule  ibérique.        
    • L’empire  •  La   décision   d’annexer   a   l’Empire   les   Etats   de   l’Eglise   (mai   1809),   qui  entraine   l’excommunica.on   de   Napoléon   et,   par   riposte,   l’arresta.on  du  pape.    •  En  englobant  le  nombre  le  plus  considérable  possible  de  grands  ports  européens,  il  s’agit  de  pallier  ainsi  les  insuffisances  manifestes  des  Etats  vassaux  dans  l’exécu.on  du  projet  d’asphyxie  économique  de  la  Grande  Bretagne,  qui  cons.tue  le  but  ul.me  de  la  poli.que  napoléonienne.    •  La  guerre  économique  contre  la  Grande  Bretagne:  L’arme  économique  devient  le  principal  instrument  de  guerre  contre  la  Grande  Bretagne.  Ce  plan   reposait   sur   la   convic.on,   alors   largement   répandue,   qu’elle   ne  vivait  que  sur  le  crédit  et  sur  la  confiance  accordée  par  les  par.culiers  au  gouvernement,  et  qu’en  frappant  au  cœur  des  intérêts  mercan.les,  il   était   possible   d’ébranler   ceee   confiance.   Prive   de   crédit,   le  gouvernement   anglais   aurait   alors   du   demander   la   paix.   C’est   le  principe  du  décret  de  Berlin  en  1806.  •  Mais  le  krach  espéré    par  Napoléon  n’eut  pas  eu  lieu,  le  crédit  anglais  ne  s’effondra  pas  et  la  monarchie  britannique  réussît  a  financer  l’effort  de   guerre   jusqu’à   ce   que   la   défaite   de   Russie   n’ouvre   de   nouveau   le  con.nent  au  commerce  britannique.  •  S’il   ne   fléchît   pas   l’Angleterre,   le   blocus   eut   des   conséquences  poli.ques   énormes   a   l’intérieur   de   l’Empire.   Le   blocus   entraine   dans  son  sillage  une  militarisa.on  croissante  de  la  société  et  compromet  a  jamais  la  possibilité  d’une  normalisa.on  et  d’une  évolu.on  libérale  de  la  vie  poli.que.    
    • L’empire  •  L’impossible   hégémonie:   du   guêpier   espagnol   et   la   chute   de  l’empire.  Le  mécontentement  face  a  la  poli.que  de  blocus  gronde  en  Europe.  Alors  que  les  ports  de  l’Empire  se  voient  accorder,  a  par.r   de   1808-­‐1810,   licences   et   permis   de   naviga.on,   qui  officieusement   puis   officiellement,   permeeent   la   reprise   des  échangés   avec   la   Grande   Bretagne,   la   plupart   des   allies   de  Napoléon,  ainsi  que  les  ports  annexes  tardivement  a  l’Empire,  sont  largement  ou  totalement  exclus  de  ce  privilège.    •  Plus   généralement,   une   par.e   importante   du   cout   de  fonc.onnement   de   l’Empire   est   externalisée   en   dehors   de   ses  fron.ères.   La   subordina.on   systéma.que   des   intérêts  économiques  de  l’Europe  au  profit  de  l’Empire  français  est  l’une  des   causes   principales   de   l’échec   final   du   projet   napoléonien,  consacre   par   la   campagne   de   Russie.   L’armée   française   passe   le  Niemen  le  24  juin  1812,  forte  d’environ  600.000  hommes.  Au  mois  d’aout,  150.000  hommes  ont  disparu,  par  déser.on  ou  maladie.    •  Commence  la  campagne  d’Allemagne,  qui  voit  la  Prusse  s’engager  contre  Napoléon  en  appelant  au  sen.ment  na.onal  allemand.    •  Le   20   avril,   Napoléon   s’embarque   pour   l’ile   d’Elbe,   dont   les  coalises   lui   ont   octroyé   la   souveraineté,.   Le   maréchal   Davout,  retranche  a  Hambourg,  reconquise  et  en  état  de  siège  depuis  mai  1813,  capitule  a  la  fin  du  mois.    Marechal  Davout  
    • Mémorial  de  Saint  Helene:  l’Espagne  •  Toutes   les   circonstances   de   mes   désastres  viennent  se  raeacher  à  ce  nœud  fatal  qu’est  l’Espagne   :   elle   a   détruit   ma   moralité   en  Europe,   complique   mes   embarras,   ouvert  une  école  aux  soldats  anglais.  C’est  moi  qui  ai  forme  l’armée  Anglaise  dans  la  Péninsule.    •  La   cinquième   coali.on,   celle   de   1809,  aveuglée   par   sa   haine,   puisant   ses   armes  dans   l’arsenal   révolu.onnaire,   imitait  l’exalta.on   des   insurges   espagnols.   Ainsi,  après   avoir   employé   tant   de   temps   et   de  moyens,  verse  tant  de  sang  pour  combaere  la  Révolu.on  Française,  elle  en  invoquait  les  principes   en   empruntant   le   langage   :   la  na.on.    •  Alexandre  :  «  Si  l’empereur  Napoléon  me  fait  la  guerre,  il  est  possible,  et  même  probable,  qu’il  nous  baera  si  nous  acceptons  le  combat,  mais  cela  ne  lui  ne  donnerait  pas  la  paix.  Les  Espagnols   ont   été   souvent   baeus   et   ils   ne  sont  ni  vaincus,  ni  soumis.  »    •  Je   veux   que   le   .tre   de   Français   soit   le   plus  beau,   le   plus   désirable   sur   Terre   ;   que   tout  Français   voyageant   en   Europe,   se   croie,   se  trouve  toujours  chez  lui.      Leipzig,  la  bataille  des  naWons,  1813  
    • La  campagne  de  Russie  •  Speranski,   autodidacte   qui   ne   devait   rien   aux   privilèges   d’une  noble   naissance,   était   devenu   un   exemple   significa.f   de  l’anglophilie  qui  commençait  à  se  manifester  dans  Petersbourg,  naguère   tourne   vers   la   France.   La   nouvelle   de   la   chute   de  Speranski  fut  une  surprise  totale  pour  la  colonie  diploma.que.    •  La   stratégie   de   Barclay   de   Tolly   consistait   à   éviter   tout  engagement   important   avec   les   forces   françaises,   à   se   re.rer  sans   cesse   dans   les   profondeurs   de   l’arrière-­‐pays,   tout   en  harcelant  les  flancs  des  colonnes  ennemies.  Barclay  signa  même  des   instruc.ons   ordonnant   la   tac.que   de   la   terre   brûlée,  analogue   a   celle   que   Wellington   avait   applique   avec   une  redoutable   efficacité   contre   les   Français   au   Portugal.   Il  partageait   la   vie   rude   de   ses   soldats,   bivouaquant   a   la   belle  étoile  et  dormant  sur  les  planchers  des  maisons  ou  dans  la  paille  des  étables.  Ceee  discipline  personnelle  était  bien  différente  du  luxe  ou  Koutouzov  aimait  à  se  vautrer.    •  Napoléon  :  «  Si  je  vais  a  Saint-­‐Pétersbourg,  je  prends  la  Russie  par  la  tête.  Si  je  marche  sur  Kiev,  je  la  prends  aux  pieds.  Mais  si  je  me  dirige  sur  Moscou,  je  le  frappe  au  cœur.  »  Napoléon  s’est  trop  vite  persuadé  «  qu’il  n’y  a  plus  pour  lui  de  prudence  que  dans  l’audace.  »  Poniatowski,  accompagne  de  Davout,  alla  voir  Napoléon  pour  chercher  à  le  convaincre  que  le  talon  d’Achille  de   l’Empire   russe   était   l’Ukraine,   d’où   il   .rait   son   grain,   son  fourrage  et  ses  chevaux.      Speranski  Barclay  de  Tolly  
    • La  campagne  de  Russie  •  Le  nouveau  gouverneur  général  de  Moscou  était  le  comte  Fédor  Rostopchine.  En  1714,  Pierre  le  Grand  avait  pris  un  décret  draconien  interdisant  l’emploi  de  la  pierre   dans   la   construc.on   des   maisons   partout   en   Russie,   excepte   a  Petersbourg.  Cet  oukase  avait  pour  but  d’assurer  la  supréma.e  impériale  de  sa  nouvelle  capitale.    •  Les   divisions   d’infanterie   de   Davout   en   tête   de   la   Grande   armée,   étaient  maintenant  échelonnées  le  long  de  la  route  de  Moscou,  avaient  de  plus  en  plus  de  mal  à  suivre  les  cavaliers  de  Murat,  dont  les  étapes  quo.diennes  aeeignaient  parfois   40   a   50   kilomètres.   Davout   es.mait   ceee   progression   trop   rapide   et  imprudente.    •  Apprenant  que  les  Russes  construisaient  des  tranchées  et  des  redoutes  près  du  village  de  Borodino,  Napoléon  décida  d’accorder  a  sa  Grande  Armée  un  repos  dont  elle  avait  grand  besoin.  Il  voulait  donner  à  Koutouzov  le  temps  de  préparer  une  solide  posi.on  de  défense,  afin  de  ne  plus  avoir  de  prétexte  pour  s’enfuir  en  refusant  la  bataille,  comme  Barclay  n’avait  cessé  de  le  faire.  En  fait,  depuis  la  guerre  de  Sept  Ans,  les  chefs  militaires  russes  montraient  une  prédilec.on  pour  les   batailles   défensives,   pour   la   simple   raison   que   leurs   troupes   étaient   mal  entraînées  a  la  guerre  de  mouvement.    •  Davout  es.mait  qu’il  fallait  quelque  chose  de  plus  audacieux  qu’une  aeaque  de  front   contre   les   redans   et   les   redoutes   que   les   Russes   étaient   en   train   de  renforcer.  Napoléon  avait  déjà  eu  recours  à  des  barrages  d’ar.llerie  massifs  lors  de   la   sanglante   bataille   de   Wagram,   mais   la   canonnade   qu’il   préparait   aux  Russes   de   Koutouzov   dépassait   tout   ce   que   lui-­‐même   avait   jusqu’alors   tenté.  «  Messieurs,  voici  le  soleil  d’Austerlitz  !  »  Ceee  fois,  il  fut  d’abord  un  handicap,  car  les  rayons  presque  à  l’horizontale  aveuglèrent  momentanément  les  Français.    comte  Fédor  Rostopchine  
    • La  campagne  de  Russie  •  Tout   se   passait   comme   si   la   Grande   Armée   avait   été   envoûtée   depuis   son   entrée   dans   Moscou.   Napoléon   considérait  comme  des  gasconnades  les  rapports  alarmants  que  Murat  lui  envoyait  sur  les  pertes  de  la  cavalerie,  et  la  mort  de  centaine  de  chevaux  sous-­‐alimentes  par  jour.  Les  membres  de  son  état-­‐major  étaient  surpris  de  voir  Napoléon  passer  trois  soirées  complètes  à  corriger  les  nouveaux  statuts  de  la  Comédie  Française,  prépares  pour  lui  par  le  Conseil  d’Etat  à  Paris.  «  Ayant  aeeint  le  sommet  de  la  gloire,  il  redoutait  sans  doute  que,  dès  ce  moment,  daterait  sa  décroissance.  Et  c’est  ainsi  qu’il  restait  immobile  se  retenant  et  s’accrochant  encore  quelques  instants  a  ce  sommet  !  »  Philippe  de  Ségur.    •  Le  19  octobre,  les  troupes  Françaises  quieèrent  Moscou  avec  un  maximum  de  bu.n  et  un  minimum  de  discipline.  La  grave  erreur  commise  par  Napoléon  en  transformant  son  armée  en  une  lourde  caravane  se  trouva  compensée  par  l’extraordinaire  apathie  de  Koutouzov.  Finalement,  l’armée  de  Koutouzov  se  préparait  à  rejoindre  la  Grande  Armée  a  Krasnoie  par  une  route  convergente.   L’armée   dévastée   de   Napoléon,   privée   de   sa   cavalerie   légère   de   reconnaissance,   progressait   désormais   à  l’aveugleee  sur  une  neige  éclatante.    •  L’un  des  nombreux  paradoxes  de  la  campagne  de  1812  est  que  le  général  le  mieux  a  même  d’anéan.r  les  forces  affaiblies  de  Napoléon  était  maintenu  a  l’écart,  en  semi  retraite,  tandis  que  les  autres  gâchaient  tout  et  lassaient  l’ennemi  leur  filer  entre  les   doigts   :   Koutouzov   par   sa   paresse   et   son   iner.e   ;   Tchigatov   par   excès   d’impulsivité   et   manque   d’expérience   ;  Wiegenstein  par  indolence  et  par  défaut  d’imagina.on.        
    • La  campagne  de  Russie  •  Les  pontonniers  du  général  Eblé.      
    • L’empire  •  Des  Cent  jours  a  Waterloo.  Généraux  et  cadres  intermédiaires  sont  places   a   la   demi-­‐solde,   qui   créé   un   réservoir   de   mecontents   sur  lequel  Napoléon  pourra  compter  lors  des  Cent  jours.  Débarqué  le  1er  mars  1815  a  Golfe-­‐Juan,  Napoléon  marche  a  étapes  forcées.  Le  20  mars,  il  entre  a  Paris,  que  Louis  XVIII  a  abandonne  dans  la  nuit.        
    • L’empire  •  Je   suis   confondu   quand   je   vois   un   fac-­‐simile   de   lécriture   de   Napoléon,   laquelle   est   monstrueuse  dillisibilité.   Alors   meme   quil   est   le   plus   grand   de   tous   les   vainqueurs,   son   écriture   déjà   raconte   ses  défaites   et   fait   songer   a   un   poème   de   gloire   sur   un   palimpseste   mal   efface   ou   reparaitraient,   pour  loblitérer  ou  le  brouiller  a  chaque  mot,  les  fragments  dune  liturgie  funèbre.  •  Napoléon  est  si  grand  quon  dirait  que  lempire  du  monde  ne  fut  pour  lui  quun  pis-­‐aller.  •  LAngleterre  est  au  monde  ce  que  le  Diable  est  a  lhomme.    
    • La  bataille  d’Eylau  •  «   Un   jour   pale   se   lève   sur   les   tristes   plaines   de   la   Pologne.   A   la   sonnerie   des   clairons,   a   répondu   le  hennissement   de   quarante   mille   chevaux.   Chacun   de   ses   guerriers   a   une   âme   qui   se   séparera  probablement  de  son  corps  dans  quelques  heures.  Cest  un  immense  troupeau  dâmes,  cest  le  bétail  de  lEternité.   En   aeendant,   voici   le   préliminaire   vacarme   de   lar.llerie,   la   voix   grandiose   des   canons.   La  Grande  Armée  se  dé.re,  allongeant  ses  membres,  baillant  a  la  mort.»  
    • Cita3ons  •  La  France  c’est  le  Français  quand  il  est  bien  écrit.    •  «  Le  temps  est  le  grand  art  de  l’homme.    La  stratégie  est  la  science  de  l’emploi  du  temps  et  de  l’espace.  Je  suis  pour  mon  compte  moins  avare  de  l’espace  que  du  temps.  L’espace,  nous  pouvons  toujours  le  regagner,  le  temps  perdu  jamais.  »      •  “Chaque  heure  de  temps  perdu  dans  la  jeunesse  est  une  chance  de  malheur  pour  l’avenir.  »  •  «  Obtenir  la  confiance  avant  le  succès  est  l’œuvre  poli.que  la  plus  difficile  »  •  «Rien  n’augmente  un  bataillon  comme  le  succès.  »  •  «  Le  courage  ne  se  contrefait  pas,  c’est  une  vertu  qui  échappe  a  l’hypocrisie.  »  •  «La  première  qualité  du  soldat  est  la  constance  a  supporter  la  fa.gue,  la  valeur  n’est  que  la  seconde.  »  •  «   On   ne   conduit   un   peuple   qu’en   lui   montrant   un   avenir;   un   chef   est   un   marchand  despérance.  L’imagina.on  gouverne  le  monde.  »  •  «  Tout  ce  qui  n’est  pas  profondément  médite  dans  les  détails  ne  produit  aucun  résultat.  Il  faut  des  idées  simples  et  précises.  »  •  «  La  force  d’une  armée,  comme  la  quan.té  de  mouvement  en  mécanique,  sévalue  par  la  masse  mul.plie  par  la  vitesse.  »          
    • L’état  de  l’économie,  l’économie  de  l’Etat  •  L’agriculture   fondement   de   l’économie:   La  croissance   démographique,   qui   avait   vu   la  popula.on  du  royaume  passer  de  22  a  28  millions  d’habitants  entre  le  début  du  règne  de  Louis  XV  et  la  fin  de  celui  de  Louis  XVI.    •  La   confisca.on   et   la   vente   des   biens  ecclésias.ques,   puis   de   ceux   des   émigres,   ont  largement   dynamise   le   marche   foncier   ,   et  peuvent   a   juste   .tre   être   considérées   comme  l’évènement  le  plus  important  de  la  Révolu.on  –  elles   meeent   sur   le   marche   environ   10%   du  territoire   français   et   600.000   français   en   ont  profite.   La   Révolu.on   a   donc,   dans   l’ensemble,  renforce   la   micropropriété   et   les   pe.tes  exploita.ons  familiales.    •  La  na.onalisa.on  des  biens  de  l’Eglise  –  qui  s’était  opérée   dans   les   pays   protestants   au   début   de  l’époque   moderne   –   et   la   vente   d’une   par.e   de  ceux  détenus  par  la  noblesse  émigrée,  ont  permis  en  outre  d’absorber  la  deee  de  la  monarchie  sans  obliger   le   gouvernement   révolu.onnaire   a  déclarer  banqueroute.    •  L’approvisionnement   des   armées   contribue   a  orienter  les  prix  agricoles  a  la  hausse.    
    • L’état  de  l’économie,  l’économie  de  l’Etat  •  L’industrie:   Dans   l’ensemble,   la   produc.on  industrielle  avait  été  fortement  orientée  a  la  hausse  au   XVIIIème   siècle   et   la   branche   tex.le   est   le  principal   secteur   industriel   sous   l’Ancien   Régime.  Celui-­‐ci  fut  durement  affecte  par  les  importa.ons  de  produits   de   coton   britannique   –   elles   furent  mul.pliées  par  15  entre  1786  et  1788.    •  En  1791,  la  loi  Le  Chapelier  abolit  les  corpora.on.  En  1803,  le  délit  de  coali.on  est  sanc.onne  par  le  Code  Pénal   de   1810.   L’introduc.on   du   livret   ouvrier,   par  l’arrête   du   1er   décembre   de   1803   parachève   le  système  de  contrôle  de  la  main  d’œuvre  industrielle.  •  Assurer   la   survie   de   la   Révolu.on:   les   décisions  monétaires   et   économiques   de   la   Cons.tuante   au  Directoire:   La   vie   économique   et   les   condi.ons   de  vie   des   Français   jusqu’en   1796   sont   fortement  affectées   par   la   mul.plica.on   du   papier-­‐monnaie  émis   a   par.r   de   1790   et   par   sa   dévalua.on  ver.gineuse  qui  entraine  rapidement  une  hausse  des  prix  désastreuse  et  la  thésaurisa.on  du  numéraire.    •  Le   paiement   des   intérêts   de   la   deee   absorbait   en  1788  la  moi.e  du  budget  de  l’Etat.  La  consolida.on  de   la   deee   de   l’Ancien   Régime   était   une   nécessite  poli.que.      Manufacture  des  Cristaux  de  la  reine  au  Creusot  Au   cours   de   l’année   1792,   la   France   est   en  guerre   contre   les   puissances   contre-­‐révolu.onnaires,   ce   qui   impose   un   effort  financier  majeur:  la  confisca.on  des  biens  des  émigrés   cons.tue   un   apport   de   ressources  significa.f.    
    • L’état  de  l’économie,  l’économie  de  l’Etat  •  A   par.r   de   l’automne   1791,   l’assignat   avait   commence   a   perdre   sérieusement   de   sa   valeur,   et   la  mul.plica.on   des   effets   ne   fit   qu’accélérer   le   phénomène.   A   l’été   1793,   le   niveau   général   des   prix   en  France  a  double  par  rapport  a  janvier  1791.    •  Les  producteurs  n’avaient  plus  intérêt  a  commercialiser  le  fruit  de  leur  travail  et  obtenir  en  échangé  une  monnaie  qui  perdait  sans  cesse  de  sa  valeur.  On  les  accuse  alors  d’être  des  accapareurs  ou  des  agioteurs  (c’est  a  dire  de  vouloir  spéculer  sur  le  cours  de  biens).         Sur  une  base  égale  a  100  en  janvier  1791,  les  prix  se  sont  envoles  a  400  en  janvier  1795  et  aeeignent  12000  en  décembre!  C’est   au   Directoire   que   revient   la   tache   de   liquider   le   système  des  assignats.  Est  ainsi  tournée  une  page  de  l’histoire  monétaire  française:  elle  a  permis  l’enrichissement  des  spéculateurs  qui  ont  profite  de  la  vente  de  biens  na.onaux  a  des  prix  brades  par  la  dévalua.on  de  la  monnaie,  mais  elle  a  considérablement  empire  les  condi.ons  de  vie  des  salaries  et  des  ren.ers.    Face   a   la   gravite   de   la   situa.on,   le   Comite   de   Salut   Public  réquisi.onnait  en  mars  1794  le  commerce  des  principaux  ports  français.    Une  par.e  considérable  des  échangés  extérieurs  sous  la  Terreur  est   contrôlée   par   l’Etat,   d’autant   plus   que   plusieurs   grandes  maisons  de  négoce  ont  été  durement  affectées  par  la  révolte  des  esclaves  a  Saint-­‐Domingue  et  par  la  guerre  mari.me.    
    • L’état  de  l’économie,  l’économie  de  l’Etat  •  Apres  1795,  avec  la  reprise  de  l’ini.a.ve  privée  dans  le  commerce,  ces  réseaux  commerciaux  s’intensifient  et  permeeent  au  commerce  français  d’éviter  l’asphyxie.  Le  Comite  de  Salut  public  s’efforce  de  contrôler  les  prix.  Les  révolu.onnaires  ins.tuent  ainsi  le  Maximum  général  des  prix  et  des  salaires.    •  La   circula.on   des   prix   était   paralysée   –   Apres   avoir   été   contraint   de   vendre   a   perte,   aucun   marchand  n’avait  intérêt  a  se  réapprovisionner.  A  la  cherté  des  prix  s’ajouta  ainsi  la  raréfac.on  des  biens  et  seule  la  mise  en  place  d’un  marche  noir  permit  la  survie  des  popula.ons,  en  enrichissant  au  passage  une  foule  de  spéculateurs.  Le  maximum  fut  abandonne  le  24  décembre  1794.    •  La   guerre   et   l’économie:   La   poli.que   de   guerre   économique   qui   vise   a   ôter   a   l’ennemi   –   a   la   Grande-­‐Bretagne  surtout  –  les  profits  issus  de  son  commerce,  affecte  en  effet  par  ricochet  tous  les  secteurs  de  l’économie  française.    •  L’idée  de  fermer  le  con.nent  en.er  au  commerce  britannique  et  de  contrôler  les  cotes  septentrionales  allemandes  est  reprise  par  Sieyès  et  Bonaparte  en  1798.  Dans  ceee  logique,  il  était  assez  naturel  que  la  France  arrivât  tôt  ou  tard  a  s’en  prendre  a  la  naviga.on  neutre,  dans  la  mesure  ou  celle-­‐ci  favorisait  le  commerce  anglais.  La  saisie  de  tout  bâ.ment  et  pas  seulement  de  sa  cargaison  –  qui  transporterait  des  marchandises   d’origine   britannique   –   eut   des   conséquences   catastrophiques:   la   France   fut   privée   en  ma.ères   premières   nécessaires   a   son   industrie   ainsi   que   des   produits   coloniaux   et   risqua   meme   une  guerre  avec  les  Etats-­‐Unis.  De  plus,  les  occasions  d’exporter  les  produits  français  furent  limitées,  puisque  les  Neutres  se  .nrent  au  large.    •  En  1806,  avec  le  décret  de  Berlin,  l’élément  fondamental  de  la  poli.que  française  réside  dans  l’extension  a  l’Europe  en.ère  des  mesures  prohibi.ves  adoptées  par  la  France.      
    • L’état  de  l’économie,  l’économie  de  l’Etat  •  Guerre  et  commerce  mari.me  pendant  les  French  Wars:  Le  secteur  économique  qui  a  été  indéniablement  le  plus  bouleverse  par  l’époque  de  la  Révolu.on  et  de  l’Empire  est  celui  du  commerce  mari.me,  lequel  avait  été  l’un  des  principaux  moteurs  de  la  croissance  et  de  la  prospérité  économique  des  ports  français  et  de  leur  arrière-­‐pays  au  XVIIIème  siècle.    •  Certains  secteurs  de  l’armement  français,  tel  la  pèche  hauturière  et  la  traite  des  négrière,  s’effondrent  car  ces  navires  sta.onnes  pendant  des  mois  dans  les  sites  de  pèche  ou  de  traite  deviennent  des  proies  trop  faciles  pour  la  course  ennemie.  •  La  perte  de  Saint-­‐Domingue  et  l’aboli.on  de  la  traite  négrière  sonnent  le  glas  du  modele  de  négoce  qui  avait  contribue  a  la  prospérité  de  la  façade  mari.me  française  au  XVIIIème  siècle.    
    • La  révolu3on  française  et  les  cultes  •  Une  église  divisée:  Autorité  contestée  des  évêques,  vieillissement  des  prêtres  aggrave  par  les  difficultés  du  recrutement,  inobservance  de  la  règle  dans  quelques  monastères,  baisse  du  recrutement  des  confréries,  et  de  la  pra.que  et  de  la  foi.    •  Le  malaise  qui,  traverse  le  premier  ordre,  se  traduit,  a  par.r  de  1780,  par  une  luee  de  plus  en  plus  vive  entre  le  bas  et  le  haut  clergé.    •  Une  église  contestée:  Avec  le  cahier  des  doléances  de  1789,  la  grande  majorité  des  sujets  du  royaume  ne  remet  pas  en  cause  le  rôle  de  la  religion  dans  la  stabilisa.on  de  l’ordre  social,  mais   aimerait   justement   voir   celui-­‐ci   mieux   établi   au   sein   du   clergé.   C’est   au   nom   du  gallicanisme,  qui  veut  selon  le  mot  du  chancelier  d’Aguesseau,  «  l’Eglise  doit  être  dans  l’Etat  et  non  l’Etat  dans  l’Eglise.  »  Henri  François  d’Aguesseau  (1668-­‐1751)  défendît  les  libertés  de  l’Église  gallicane  et  résista  à  la  promulgaWon  de  la  bulle  Unigenitus  de  1713  condamnant  le  jansénisme,  très  bien  implanté  dans  les  milieux  parlementaires.  Bossuet,  l«  Aigle  de  Meaux  »,  marque  lÉglise  de  France  par  son  gallicanisme,  son  éloquence,  sa  haine  du  théâtre  (Maximes  et  Réflexions  sur  la  comédie,  1694)  et  son  discours  propre  à  soutenir  la  théorie  poliWque  absoluWste  du  droit  divin.    
    • La  révolu3on  française  et  les  cultes  •  La   Société   de   l’Harmonie   universelle,   qu’a   fondée   Mesmer   a   Paris   pour   diffuser   ses  enseignements,  compte  400  membres  –  surtout  des  nobles  de  haut  rang,  des  financiers,  des  négociants,  des  avocats,  des  médecins  et  des  chirurgiens,  quelques  ecclésias.ques.    •  L’Eglise  est  dans  l’Etat:  Le  printemps  et  l’été  1789  marquent  une  communion  réelle  entre  les  patriotes  du  .ers  état  et  ceux  du  clergé.    Selon  Mesmer,  le  magnéWsme  animal  est  la  capacité  de  tout  homme  à  guérir  son  prochain  grâce  à  un  fluide  naturel  dont  le  magnéWseur  serait  la  source,  et  quil  diffuserait  grâce  à  des  passes,  dites  «  passes  mesmériennes  »,  sur  tout  le  corps.  
    • La  révolu3on  française  et  les  cultes  •  La   reconnaissance   des   minorités:   Au-­‐delà   des  bouleversements,   les   Cons.tuants   refusent  d’inscrire  dans  la  Cons.tu.on  toute  considéra.on  sur   «   une   religion   d’Etat   »,   prétendant   inu.le  d’énoncer  une  vérité  évidente.    •  Les     juifs   d’Alsace   sont   repar.s   en   187  communautés   rurales,   implantées   depuis   le  Moyen  Age  pour  le  plus  grand  bénéfice  fiscal  des  seigneurs  et  du  roi.  Ils  sont  interdits  de  séjour  a  Strasbourg,  ou  ils  ne  peuvent  pénétrer  que  le  jour  moyennant  jusquà  son  aboli.on  par  Louis  XVI,  en  1784,  un  péage  corporel  de  trois  livres  («  droit  de  pied   fourchu   »)   qui   les   assimile   aux   animaux  impurs,   et   ils   doivent   être   accompagnes   d’un  valet  de  ville,  le  gelert.    •  Dans   l’océan   de   misère   juive,   émergent   des  fortunes,  souvent  amassées  grâce  aux  fournitures  aux   armées:   Cerf-­‐Berr   a   Strasbourg,   Berr   Isaac  Berr  a    Nancy,  qui  vont  mener  le  combat  a  Paris  pour  l’émancipa.on.    Mariage  juif  en  Alsace  au  XVIIIème  siècle.  
    • La  révolu3on  française  et  les  cultes  •  Fêtes   civiques   et   déchris.anisa.on:   La   remise   en  cause   du   culte   a   été   progressivement   percep.ble  dans   la   mise   en   scène   de   grande   fêtes  révolu.onnaires,   livrant   le   peuple   au   libre   espace    des   avenues   et   des   places,   libre   parce   qu’a   ciel  ouvert  et  de  ce  fait  universel.    •  En  1790,  le  couple  royal  d’abord  prête  serment  a  la  monarchie  cons.tu.onnelle:  «  a  la  na.on,  a  la  loi,  au  roi.   »   Le   règne   de   Louis   XVI   est   soumis   a   la   bonne  volonté   des   Français;   sa   liberté   est   définie   par   une  Cons.tu.on,  non  plus  par  son  bon  vouloir.    •  Le   5   octobre   1793,   la   Conven.on   abandonne   le  calendrier   grégorien,   au   profit   du   calendrier  républicain,   libère   des   saints   trop   nombreux   du  précèdent.    •  Robespierre   mêle   religion   et   poli.que:   il   veut  ressouder  dans  une  même  foi  et  une  même  morale  les   différentes   catégories   sociales;   il   veut   retrouver  l’enthousiasme  unanime  de  la  fête  de  Fédéra.on.    •  En  1798,  l’Apothéose  de  Hoche  est  moquée  depuis  l’Angleterre,  ou  l’on  trouvait  ridicules  les  cérémonies  du   Champ   de   Mars,   au   cours   desquelles   on   avait  chante  les  hymnes  de  Chénier  et  de  Cherubini.  
    • La  révolu3on  française  et  les  cultes  •  La  sépara.on  temporaire  de  l’Eglise  et  de  l’Etat:  La  loi   de   février   1795   a   proclame   la   sépara.on   de  l’Eglise  et  de  l’Etat  et  rétabli  la  liberté  des  cultes.    •  Le   clergé   cons.tu.onnel   tente   de   se   reconstruire  sous   la   houleee   de   l’Abbe   Grégoire,   désormais  évêque  du  Loir-­‐et-­‐Cher.    •  Il   faut   aeendre   1798   pour   qu’hospitalières   et  enseignantes   soient   autorisées   a   exercer   de  nouveau,   les   contempla.ves   profitant   du   Consulat,  qui   les   tolère,   pour   se   reconstruire   dans   la  clandes.nité.    •  Valorisant   l’esthé.que   médiévale,   alliance   absolue  de   la   religion   et   de   l’art,   Chateaubriand   met  profondément  en  cause  la  no.on  de  «  progrès  »  et  le  principe  selon  lequel  le  progrès  des  sciences  pourrait  en  entrainer  d’autres  dans  les  domaines  de  la  morale  et  de  la  poli.que.    Labbé  Grégoire  (1750-­‐1831)  s’illustre  a  l’Assemblée  naWonale  pour  ses  combats  en  faveur  de  des  droits  de  l’Homme  et  contribue  a  la  première  aboliWon  de  l’esclavage  ainsi  qu’a  la  fondaWon  du  Conservatoire  des  Arts  et  MéWers  et  du  bureau  des  longitudes.  Favorable  a  la  condamnaWon  du  Roi,  il  ne  vote  pas  la  mort,  au  nom  de  ses  convicWons  religieuses.  Il  demande  a  la  ConvenWon  la  liberté  de  cultes  et  obWent  saWsfacWon  en  mai  1795.  élu  au  Conseil  des  Cinq-­‐Cents  sous  le  Directoire,  il  deviendra  sénateur  en  1801  et  sera  l’un  des  opposants  au  Concordat  comme    a  l’évoluWon  vers  l’Empire.    
    • La  révolu3on  française  et  les  cultes  •  Pour  les  conservateurs  et  modérés  ,  il  sagit  in  fine  de  permeere   a   l’Eglise   et   a   ses   représentants   de   se  réapproprier   leurs   fonc.ons   tradi.onnelles   dans   les  domaines  de  la  morale,  de  l’éduca.on  ou  de  la  charité,  a  leur  place  dans  l’appareil  d’Etat.    •  Le  Concordat  la  leur  reconnaitra  en  1801:  les  valeurs  du  respect   des   autorités   diffusées   par   l’Eglise,   en  par.culier   au   sein   de   la   famille   ou   l’autorité   du   père  sera   fortement   réaffirmée,   deviendra   les   piliers   de  l’iden.té   sociale   des   élites   napoléoniennes,   aux  aeentes   desquels   répondra   la   Code   Civil   de   1804.  Disciple  de  Rousseau,  Bonaparte  pensait  qu’une  société  ne   pouvait   vivre   sans   religion   et,   .rant   les   leçons   de  l’échec   des   cultes   révolu.onnaires,   il   privilégiera   le  catholicisme.   Ainsi   le   Concordat   dispose   que   le   culte  catholique   est   «   la   religion   de   la   grande   majorité   des  Français  »,  mais  impose  en  même  temps  au  clergé  un  serment  de  fidélité  au  gouvernement  –  et  consacre  le  caractère  intangible  de  la  vente  des  biens  na.onaux.    •  Quant   aux   cures,   seul   un   .ers   des   anciens  cons.tu.onnels  trouveront  une  paroisse,  choisie  parmi  les   moins   aerayantes.   Ils   seront   soumis   a   des   visites  fréquentes  de  supérieurs  hos.les.  
    • Les  contre-­‐révolu3ons  françaises  •  Penser   la   Contre-­‐Révolu.on:   Il   y   a   d’abord   des   1789,   la   réac.on   d’une   noblesse   libérale  hos.le  au  «  despo.sme  ministériel  »  -­‐  il  s’agit  des  «  Noirs  »,  un  groupe  de  205  députes  dont  178  représentants  de  la  noblesse.    L’idée   d’une   violence   purificatrice   inspire   de   nombreux  pamphlétaires.  Le  comte  de  Provence,  devenu  Louis  XVIII  refuse  toute   ouverture,   meeant   le   courant   royaliste   dans   l’impasse  poli.que.  C’est  pourquoi  un  courant  plus  modéré  admet  l’idée  que   certaines   concessions   sont   possibles.   C’est   le   club   des  «   Monarchiens   »   dénonce   par   Marat   et   Camille   Desmoulins,  dont   le   principal   organe   de   presse   est   le   Mercure   de   France.  Apres  le  10  aout  1792,  l’émigra.on  en  Angleterre  sera  leur  salut.    A   par.r   de   1795,   la   jeunesse   dorée   et   agressive   que   sont   les  Muscadins   entre.ent   a   Paris   et   dans   les   villes   principales   un  véritable  climat  de  violence.  Ailleurs,  des  bandes  hétéroclites  de  déserteurs,   de   notables   et   de   paysans,   sans   lien   toujours  clairement   établi   avec   les   princes,   fomentent   des   expédi.ons  puni.ves  contre  les  agents  de  l’An  II.  Des  dizaines  de  prisonniers  jacobins   sont   massacres   entre   février   et   juillet   1795   a   Nîmes,  Toulon,  Aix  et  surtout  Lyon.  
    • Les  contre-­‐révolu3ons  françaises  •  Si   Bonald   et   de   Maistre   pensent   la   Révolu.on  comme   un   retour   a   la   barbarie,   ils   élaborent  également  une  pensée  originale  qui  ouvre  la  voie  a  des  interroga.ons  sur  la  modernité  et  dessinent  les  contours  d’une  utopie  contre-­‐révolu.onnaire.  •  Mourir  a  Jales:  Aux  confins  des  départements  de  l’Ardèche  et  du  Gard  –  un  camp  de  reprouves  se  forme  entre  1790  et  1815,  soutenu  par  l’évêque  d’Uzès,   la   pe.te   noblesse   locale,   d’anciens  parlementaires   toulousains,   il   vise   a   regrouper  fortement   des   forces   catholiques   des.nées   a  impressionner  les  protestants.  •  Bleus  et  blancs  de  l’Ouest:  Au  contraire  de  Jales  qui   était   inspire   de   l’étranger   et   ne   rallait   que  minoritairement   les   autochtones,   c’est   une  véritable  guerre  civile  qui  ensanglante  la  Vendée.  •  Et  c’est  la  levée  de  300.000  hommes  en  1793  qui  va   meere   le   feu   aux   poudres.   Pour   la   Vendée,  cela   représente   1%   de   sa   popula.on   masculine  mobilisée.  Les  fron.ères  de  l’Est  paraissent  bien  lointaines   et   les   résistances   paysannes   sont  immédiates.    
    • Les  contre-­‐révolu3ons  françaises  •  Pe.t  a  pe.t,  Gobineau  iden.fia  la  chute  de  sa  caste  à  la  chute   de   la   France,   puis   avec   celle   de   la   civilisa.on  occidentale,  et  enfin  a  celle  de  l’humanité  tout  en.ère.  La  chute  des  civilisa.ons  est  due  à  une  dégénérescence  de  la  race,  ce  pourrissement  étant  cause  par  un  sang  mêle.   Ce   que   Gobineau   cherchait   en   réalité   dans   la  poli.que,  c’était  la  défini.on  et  la  créa.on  d’une  élite  qui   remplacerait   l’aristocra.e.   Au   lieu   des   princes,   il  proposait  «  une  race  des  princes  »,  les  Aryens,  qui,  du  fait  de  la  démocra.e  risquaient  de  se  voir  submerges  par  les  classes  inférieures  non  aryennes.  •  Joseph  de  Maistre  :  «L’homme  est  trop  méchant  pour  être   libre   ».   C’est   la   réalité   primordiale   du   pèche  originel   qui   condamne   d’avance   a   l’échec   les   songes  irréels  de  la  philosophie  des  Lumières.  L’état  de  nature  de  Rousseau  n’est  en  effet  qu’une  en.té  invérifiable.  
    • Les  contre-­‐révolu3ons  françaises  •  En  mars  1793,  la  Vendée  est  soulevée,  depuis  Cholet,  dans  une  guerre  populaire  des  paysans  contre  la  ville  et  les  gardes  na.onaux.    •  En   1794,   après   les   atrocités   de   la   guerre   vient   le  temps   des   répressions:   pour   les   prisonniers,   les  noyades  ou  fusillades  sans  jugement  ordonnées  par  le   représentant   Carrier   a   Nantes   (4.000   noyés,  10.000  morts  au  total)  –  les  colonnes  infernales  du  général   Tureau,   tuant   habitants   et   animaux,   pillant  et  incendiant  villages  et  récoltes.  •  Hoche,  qui  luee  contre  les  habitudes  de  pillage  des  troupes   républicaines,   promet   l’amnis.e   et   le   libre  exercice  de  leur  culte  aux  paysans  qui  déposent  les  armes  mais  est  sans  merci  pour  les  autres,  et  surtout  pour   leurs   chefs,   créant   des   colonnes   mobiles  légères  pour  répondre  a  la  guérilla.    •  L’impuissance   des   émigres:   Au   fur   et   a   mesure   de  l’avancée  de  Bonaparte,  en  Emilie  en  mai  1796  puis  a  Vérone   et   en   Ligurie,   les   révoltes   de   la   popula.on  trouvent   de   puissants   mo.fs   dans   les  mécontentements   sociaux   nés   de   l’occupa.on  française   et   de   la   vente   des   biens   na.onaux,  favorables  aux  bourgeoisies  urbaines.     CharreRe  dont  la  devise  est  «  CombaRu  souvent,  baRu  parfois,  abaRu  jamais.  »  General  Hoche  
    • Les  contre-­‐révolu3ons  françaises  •  Privée   de   toute   instance   représenta.ve  contrairement  aux  Huguenots,  l’émigra.on  française  s’abime   pour   par.e   dans   les   fêtes   qu’organise  l’entourage   des   princes,   les   problèmes   d’argent  devenant  vite  cruciaux.    Le  comte  de  Provence,  devenu  Louis  XVIII,  roi  de  France  en  exil  
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  L’état   de   guerre   quasi   permanent   prouve   la   difficulté,   voire  l’impossibilité   d’abou.r   a   un   compromis   acceptable   par  l’ensemble   des   Etats   quant   a   la   place   que   doit   tenir   la   France  révolu.onnaire,  puis  consulaire  et  impériale  au  sein  de  l’espace  européen.  Tout  au  long  du  XVIIIème  siècle,  le  posi.onnement  de  la   France   en   Europe   est   suffisamment   établi   pour   que   ses  fron.ères   ne   soient   pas   un   véritable   enjeu.   Apres   1792,   en  revanche,  la  ques.on  des  fron.ères  est  centrale.  •  Les   affrontements   vont   alors   viser   progressivement   a  l’anéan.ssement  de  l’adversaire.    •  La  France  et  l’Europe:  Apres  l’échec  des  tenta.ves  pour  imposer  a  l’Europe   une   hégémonie   française   sous   Louis   XIV,   les   rela.ons  interna.onales  avaient  été  dominées,  au  XVIIIème  siècle,  par  un  sub.l   jeu   d’équilibre   ente   les   cinq   grandes   puissances  européennes  (France,  Angleterre,  Autriche,  Prusse,  Russie).    •  Le  tournant  du  conflit  entre  la  France  et  les  coalises  se  dessine  au  milieu  des  années  1790,  avec  la  bataille  de  Fleurus  et  l’invasion  de   la   Hollande   d’abord,   puis   avec   l’avancée   impétueuse   du  général   Bonaparte,   envoyé   en   Italie   pour   ouvrir   un   front  secondaire  en  1796  pour  alléger  la  pression  sur  le  front  rhénan  et  parvenu   en   1797   aux   portes   de   Vienne.   La   France   passe   a   une  guerre   offensive,   puis   glisse   vers   un   véritable   projet  hégémonique.    Bataille  de  Fleurus.    
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  De   la   défense   de   la   patrie   en   danger   a   la   revendica.on   des  fron.ères  naturelles:  Rapidement  la  France  ne  se  contente  plus  d’aeendre   passivement   les   demandes   spontanées   d’aide   ou   de  raeachement.  Le  consentement  des  popula.ons  concernées  sera  des   lors   de   moins   en   moins   requis   et   souvent   au   travers   de  plébiscites  de  plus  en  plus  douteux.  •  En  1795,  le  conflit  se  poursuivait  contre  l’Angleterre,  la  Russie,  la  Sublime   Porte   et   l’Autriche   qui,   dans   l’immédiat,   demeurait  l’adversaire   le   plus   direct   et   détermine,   dans   la   mesure   ou   elle  n’était  pas  prête  a  accepter  la  perte  des  Pays-­‐Bas.    •  Napoléon   restera   fidèle   a   la   pra.que   révolu.onnaire  d’externalisa.on   des   couts   de   la   guerre   et   d’u.lisa.on   des  territoires   occupes   comme   réservoir   quasi   inépuisable   de  ressources  jusquà  sa  chute.    •  Aussi  longtemps  que  le  succès  militaire  l’accompagne,  Bonaparte  laisse   la   situa.on   italienne   ouverte,   s’efforçant   de   contenir   les  jacobins   italiens   qui   souhaitaient   renverser   les   anciennes  dynas.es   et   trouver   une   solu.on   ins.tu.onnelle   stable,   voire  unitaire.  Danton  conWnue  a  soutenir  l’effort  de  guerre,  en  théorisant  notamment  l’existence  de  fronWères  naturelles  pour  jusWfier  l’annexion  de  la  Belgique.    Bataille  de  Lodi.  
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  Avec   le   traite   Campo   Formio,   le   Directoire,   mis   devant   le   fait  accompli,  ne  peut  pas  désavouer  Bonaparte,  qui  bénéficie  de  la  popularité   en   France   due   a   la   nouvelle   de   la   signature   avec  l’Autriche.    •  La   France   napoléonienne   et   la   reconfigura.on   de   la   carte  poli.que  de  l’Europe:  La  seconde  campagne  d’Italie,  menée  par  le  Premier   Consul   au   lendemain   du   coup   d’Etat   de   Brumaire,   doit  permeere  de  réaffirmer  la  posi.on  de  force  de  la  France  afin  de  ramener  la  paix  sur  le  con.nent.  •  Avec  la  paix  de  Lunéville  en  1801,  L’Autriche  accepte  la  perte  des  territoires  belges  et  rhénans,  en  échange  de  l’Italie  du  Nord  et  du  Nord-­‐Est.    •  Apres  Trafalgar,  le  fond  du  problème  réside  dans  l’impossibilité  pour   Napoléon   de   gagner   le   conflit   avec   l’Angleterre   en   un  affrontement   direct.   Des   lors,   l’assuje•ssement   du   con.nent  en.er   lui   apparaît   comme     la   condi.on   pour   mener   a   bien   la  guerre  économique  contre  son  adversaire.    •  Quelle   que   soit   l’issue   de   l’occupa.on   française,   l’influence   des  années   françaises   s’avère   fondamentale   dans   deux   régions  d’Europe:  la  péninsule  italienne  et  l’espace  allemand.    Le  Traite  de  Campo  Formio  est  signe  en  octobre  1797:  Venise  subs.tuée  à  Milan  est  cédée,  en  même  temps  que  lIstrie  et  la  Dalma.e,  à  lAutriche  qui  reconnaît  la  République  cisalpine.  La  France  annexe  les  provinces  belges  (Pays-­‐Bas  autrichiens)  et  repousse  sa  fron.ère  sur  le  Rhin.  Reviennent  également  à  la  France  les  Îles  Ioniennes  (Corfou,  Zakynthos,  Céphalonie,  etc.).    
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  Le   Saint   Empire   comprenait   ainsi   une   centaine   de   principautés   (dont   un   .ers   ecclésias.ques),   une  centaine   de   territoires   gouvernées   par   des   comtes,   une   quarantaine   de   prélatures   ecclésias.ques  (abbayes,  prieures)  et  une  cinquantaine  de  villes  impériales,  la  plupart  de  ces  territoires  avait  une  étendue  très  modeste.    •  Au  total,  des  dizaines  d’en.tés  poli.ques  disparaissent,  dont  la  presque  totalité  de  51  villes  impériales.  En  promouvant   l’agrandissement   d’un   certain   nombre   d’Etats   allemands   tradi.onnellement   rivaux   de   la  maison  de  Habsbourg,  le  Premier  Consul  renforçait  les  divisions  au  sein  du  Saint  Empire  et  affaiblissait  la  capacité  de  mobilisa.on  de  l’empereur  autrichien.  •  L’affaiblissement   de   l’Autriche   entraine   la   créa.on,   a   Paris,   le   la   Confédéra.on   du   Rhin   (juillet   1806),  alliance   militaire   pro-­‐française   réunissant   16   Etats   allemands.   Sa   proclama.on   pousse   François   II   a  déposer  le  6  aout  suivant  la  couronne  du  Saint  Empire  Germanique,  reconnaissant  par  la  son  incapacité  manifeste  a  imposer  aux  membres  de  son  Empire  la  conduite  a  tenir  en  ma.ère  de  poli.que  étrangère.  A  par.r  de  la  dissolu.on  du  Saint  Empire,  l’espace  allemand  se  compose  donc  d’Etats  de  type  moderne,  délies  de  tout  lien  féodal  avec  un  quelconque  suzerain  allemand.  
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  L’équilibre   européen   du   Congres   de   Vienne:   La  France  est  ramenée  aux  fron.ères  de  1791.  Les  allies   l’entourent   d’Etats   territorialement  agrandis,   afin   de   contenir   toute   velléité  expansionniste:   les   anciens   Pays-­‐Bas   autrichiens  sont  annexes  aux  Provinces-­‐Unies  pour  former  le  royaume   des   Pays-­‐Bas   –   La   Rhénanie   est  aeribuée  a  la  Prusse.    •  En  Europe  du  Nord,  le  Danemark,  allie  fidèle  de  Napoléon,   perd   la   Norvège,   qui   agrandit   le  royaume  de  Suède  confie  a  Bernadoee.    •  La   France   et   les   colonies:   Aux   colonies,   la  poli.que   napoléonienne   est   profondément  réac.onnaire.    •  Au   cours   du   XVIIIème   siècle,   le   commerce  extérieur  avait  connu  une  prodigieuse  croissance,  qui   reposait   largement   sur   l’expansion   des  échanges   avec   les   colonies   et   la   réexporta.on  des   produits   an.llais   et   asia.ques,   opérées   en  Europe   a   par.r   des   ports   métropolitains.   La  France   réexpédiait   en   effet   les   3/4   de   ses  importa.ons  coloniales  vers  le  Levant  et  l’Europe  du  Nord.    
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  A   la   veille   de   la   Révolu.on   française,   Saint-­‐Domingue  (Haï.)  fournissait  presque  la  moi.e  du  sucre   consomme   en   Europe,   tout   en   étant  également  le  principal  producteur  au  monde  de  café.    •  Au  cours  du  siècle  des  Lumières,  les  Français  ont  enlevé   plus   d’un   million     de   cap.fs,   des.nes   a  meere   en   culture   de   nouvelles   terres   et   a  remplacer   les   esclaves   décédés.   En   effet,   les  condi.ons   de   vie   des   esclaves   ne   permeeaient  pas   un   accroissement   naturel   de   la   popula.on  noire  aux  iles.    •  Les   négociants   armateurs   de   Bordeaux,   Nantes,  Marseille,   et   Le   Havre-­‐Rouen   assuraient  l’essen.el  de  la  naviga.on  qui  reliait  les  iles  a  la  métropole,  dans  un  cadre  exclusif  impose  depuis  l’époque   de  Colbert.   Les  colons  étaient  en  effet  tenus   de   commercer   uniquement   avec   des  négociants  et  des  navires  français.  A  la  veille  de  la  Révolu.on,  l’exclusif  faisait  toujours  des  colonies  françaises   un   marche   cap.f   dont   les   bénéfices  étaient  essen.ellement  réserves  a  la  métropole.  
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  Favorisant   systéma.quement   les   intérêts   des  négociants   français   au   détriment   de   ceux   des  colons,  l’exclusif  incitait  les  colons  a  briser  le  lien  mercan.liste  qui  les  enchaînait    a  la  Métropole.  Des   que   celle-­‐ci   n’offre   plus   de   garan.es  suffisantes   de   protec.on   des   intérêts   locaux,   et  menace  au  contraire  leur  économie  esclavagiste,  les   colons   se   tournent   sans   hésiter   vers   les  Anglais.    •  Et  lorsque  la  guerre  s’éternisa,  comme  pendant  la  Révolu.on   et   l’Empire,   les   négociants   français  furent   mis   a   l’écart   du   jeu   des   échanges.   Les  ports   neutre   purent   alors   s’approvisionner  directement   aux   colonies   en   court-­‐circuitant  l’intermédiaire,   somme   toute   inu.le,   que  représentait  le  négoce  français.    •  Le   Révolu.on   aux   An.lles:   Pour   reprendre   le  contrôle   d’une   situa.on   qui   lui   a   largement  échappe,   la   Conven.on   décrète   en   février   1794  l’aboli.on   de   l’esclavage   dans   l’ensemble   des  possessions   coloniales   françaises:   au   total,  quelques  700.000  individus  sont  concernes  par  la  décision.    
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  A   la   Mar.nique,   l’union   entre   planteurs   blancs   et  mulâtres,   contre   la   République   qui   menace   d’abolir  l’esclavage   oblige   Rochambeau,   assiégé,   a   capituler  rapidement  en  1794.    •  La   Mar.nique   est   reconquise   par   Victor   Hugues,   «   le  Robespierre   colonial   »   qui   fait   ensuite   de   la  Guadeloupe   le   tremplin   de   la   diffusion   des   idées   de  liberté  dans  l’espace  an.llais.  L’aboli.on  immédiate  de  l’esclavage   entraine   une   diminu.on   importante   de   la  produc.on   coloniale,   avant   qu’un   système   de   travail  salarie  ne  se  meee  en  place.  Si  elle  abolit  l’esclavage  au  nom  de  lEgalite,  la  Révolu.on  aux  Iles  ne  touche  pas  au  droit  de  propriété  des  colons.    •  L’aboli.on  de  l’esclavage  et  la  crise  de  la  produc.on  qui  s’ensuit   aux   An.lles   françaises   accélère  considérablement  le  développement  de  l’économie  de  planta.on  au  Brésil,  An.lles  britanniques  et  Cuba.  Ces  planta.ons   vont   compenser   la   chute   produc.ve   de  Saint-­‐Domingue,   qui   avait   été   le   principal   producteur  de  sucre  et  de  café  dans  les  années  1780.  
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  Les   tenta.ves   de   reprise   en   main   des   colonies   sous  Napoléon   et   leur   échec:   On   es.me   que   la   reprise   en  main  en  1802  de  la  Guadeloupe  par  le  Premier  Consul  a  fait  au  moins  10.000  morts.    •  La  même  année,  le  beau-­‐frère  de  Napoléon,  le  général  Leclerc,   débarque   a   Saint-­‐Domingue   avec   23.000  hommes.    •  En   janvier   1804,   Dessalines   proclame   l’indépendance  de  Saint-­‐Domingue  sous  le  nom  aborigène  d’Haï.,  pour  souligner   la   rupture   avec   l’Europe.   Les   blancs   n’ont  désormais   pas   le   droit   de   posséder   de   terres,   un  renversement  on  ne  peut  plus  radicale  de  la  situa.on  coloniale.    •  La  reprise  des  hos.lités  entre  la  France  et  la  Grande-­‐Bretagne,  puis  la  défaite  française  a  Trafalgar,  rendent  désormais  impensable  toute  expédi.on  militaire  contre  Haï..    
    • Rela3ons  interna3onales:  la  France,  l’Europe,  les  colonies  •  Lorsque   Louis   XVIII   revient   a   Paris,   le   territoire  métropolitain  sur  lequel  il  règne  est  a  peine  plus  vaste  que   celui   sur   lequel   son   frère   exerçait   son   pouvoir  lorsqu’il   prit   la   décision   fatale   de   convoquer   les   Etats  Généraux.    •  La   décomposi.on   de   l’Empire   Oeoman   avait  commence   a   se   profiler   au   XVIIIème   siècle   et   allait  occuper   les   diploma.es   européennes   pendant   plus  d’un   siècle.   Ce   phénomène   avait   connu   une   phase  d’accéléra.on   pendant   l’époque   napoléonienne,  notamment  lors  de  l’expédi.on  d’Egypte.  Suivant  ceee  dynamique,  c’est  vers  l’Empire  Oeoman  que  la  France  de   la   Restaura.on   portera   ses   regards   lorsqu’elle  retrouvera  des  ambi.ons  coloniales.    
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Les   levées   d’hommes:   Des   l’hiver   1790,   les   insuffisances   de   l’armée   royale,   touchée   par  l’insubordina.on  des  soldats  et  une  première  vague  d’émigra.on  des  officiers,  apparaissent  aux   yeux   des   Cons.tuants.   101.000   volontaires   na.onaux   sont   alors   rassembles   en  bataillons,  chacun  comprenant  en  théorie  574  hommes  (en  réalité  le  nombre  varie  de  300  a  700).  La  plupart  sont  réunis  et  équipes  a  l’automne  1791  (environ  80%  ont  moins  de  25  ans).  •  Si  les  volontaires  ne  sont  pas  assez  nombreux,  la  réquisi.on  doit  néanmoins  être  fournie,  au  prix  d’un  viol  du  principe  même  du  volontariat,  d’autant  plus  qu’il  est  possible  pour  qui  en  a  les  moyens  d’acheter  un  remplaçant.    •  Les  effec.fs  des  armées  de  la  République  de  700.000  a  8000.000  soldats  en  l’an  II,  imposent  l’amalgame  entre  soldats  de  ligne,  volontaires  et  requis:  a  par.r  de  1794,  ils  sont  amalgames  au  sein  des  compagnies,  avec  un  uniforme  unique  (le  bleu  des  volontaires).    •  Sous  le  Consulat  et  l’Empire,  tous  les  hommes  sont  a  lâge  de  20  ans  inscrits  sur  des  tableaux  de  recrutement  et  y  demeurent  jusqu’à  25  ans.  Chaque  année  forme  une  classe.  En  temps  de  paix,  la  durée  de  service  est  limitée  a  ces  5  années  et  normalement  le  nombre  d’appels  est  faible,  mais  en  temps  de  guerre,  aucune  limite  n’est  prévue  et  plusieurs  classes  peuvent  être  mobilisées  ensemble.    
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Les   officiers:   En   septembre   1792,   3/4     des  officiers  de  1789  ne  sont  plus  en  service  ac.f.    •  Tout  le  XVIIIème  siècle  a  reten.  de  la  querelle  entre   les   deux   grands   types   de   tac.que:  l’ordre   mince   qui   privilégiait   la   puissance   de  feu  et  déployait  les  soldats  en  plusieurs  lignes  successives   d’ou   le   nom   d’armée   de   ligne,  demandant  une  grande  discipline;  de  l’autre,  l’ordre   profond   fonde   sur   la   forma.on   en  massives  colonnes  d’aeaque  et  privilégiant  le  choc   au   feu,   la   charge   achevée   a   l’arme  blanche  plutôt  que  le  feu  con.nu  de  la  ligne.    •  Le   but   de   chaque   bataille,   qui   était   au  XVIIIème  siècle  avant  tout  de  manœuvrer  au  mieux   pour   meere   l’adversaire   en   difficulté,  devient  la  destruc.on  des  troupes  ennemies,  occasionnant  au  passage  de  lourdes  pertes.    Hoche  a  la  bataille  de  Quiberon:  «  Point  de  manœuvre,  point  d’art…  du  fer,  du  feu  et  du  patrioWsme.  ».      Dumouriez  a  Jemmapes  
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  La   cavalerie   commença   a   être   regroupée  en  grandes  unités,  en  divisions  de  cavalerie  homogènes,  pour  être  jetée  dans  la  bataille  de  façon  massive  au  moment  et  a  l’endroit  qui   semblaient   les   plus   opportuns   pour   la  faire  intervenir  afin  d’emporter  la  décision  finale,  comme  a  Eylau.  •  L’ar.llerie   est   elle   devenue   la   meilleure  d’Europe   grâce   aux   efforts   de   Gribeauval.  Et  c’est  a  par.r  de  1794-­‐1795,  au  début  du  Directoire,   que   des   généraux   comme  Kleber,   Hoche,   Bonaparte   organisent   une  réserve   d’ar.llerie   et   rassemblent   de  puissantes   baeeries   capables   de  concentrer  un  feu  terrible  sur  une  par.e  du  champ   de   bataille.   Ainsi   progressivement,  l’ar.llerie   et   la   cavalerie   qui   ne   sont   plus  u.lisées   en   seul   sou.en   de   l’infanterie,  mais  en  tant  que  telles.    Ave  une  charge  de  8000  cavaliers,  la  cavalerie  de  Murat  sauve  l’infanterie  a  Eylau.    
    • La  bataille:  Essling    •  Sur  un  ordre,  les  maréchaux  étaient  venus  en  Autriche,  a  la  tète  de  troupes  disparates  et   jeunes,   qu’aucun   mo.f   puissant   ne  poussait   a   tuer.   L’Empire   déclinait   déjà   et  n’avait   que   cinq   ans.   Ils   le   sentaient.   Ils  suivaient  encore.    •  L’Empereur,  dans  ses  immenses  plaines,  ne  pouvait   plus   appliquer   ses   habituelles  stratégies.   La   surprise,   la   rapidité,   il   les  avait   essayées   en   surgissant   de   l’ile   de  Lobau,   il   avait   même   été   au   bord   de   la  victoire,  mais  la  guerre  changeait;  comme  sous  les  rois,  une  bataille  se  jouait  ar.llerie  contre  ar.llerie,  régiment  contre  régiment,  avec   des   masses   qu’on   jetait   sur   des  masses,  toujours  plus  d’hommes,  toujours  plus  de  cadavres,  toujours  plus  de  mitraille  et  de  feu.    Combat  autour  de  l’ile  de  Lobau  a  Essling.  
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Dans   la   même   bataille,   deux   officiers  peuvent   u.liser   des   méthodes   opposées  comme   a   Austerlitz   ou   Lannes   place   ses  troupes   en   lignes   et   Soult   dispose   les  siennes  en  colonnes.    •  La  cavalerie  lourde,  formant  l’essen.el  de  la   réserve   de   cavalerie,   est   souvent  décisive,   employée   en   grande   masses   qui  terrifient   l’ennemi   par   ses   charges   –   mais  elle   subit   aussi   de   très   lourdes   pertes,   de  plus  en  plus  inquiétantes  au  fil  du  temps  et  qui   expliquent   notamment   que   Napoléon  ait  manque  de  cavaliers  en  1813.    •  Sous   le   consulat   apparaissent   les   corps  d’armée   qui   sont   commandes   par   des  états-­‐majors  propres  –  regroupent  deux  ou  trois   divisions   d’infanterie   (chacune   dotée  d’une  ar.llerie  spécifique),  une  division  ou  une   brigade   de   cavalerie   légère,   un  détachement   d’ar.llerie.   Ainsi   chaque  corps  d’armée  doit  être  capable  d’affronter  seul  l’ennemi  avant  d’être  ensuite  appuyé  par  le  gros  de  la  troupe.    Marechal  Lannes   Marechal  Soult  
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Enfin,   Napoléon   Bonaparte   sait   a   merveille   étaler   ses   armées   sur   un   front   d’une   grande  longueur  afin  de  dissimuler  ses  projets  réels  et  de  permeere  des  manœuvres  enveloppantes,  un  front  de  200km    pouvant  peu  de  temps  avant  le  combat  se  rétrécir  a  quelques  dizaines  de  kilomètres,  grâce  a  des  marches  rapides,  en  par.e  nocturnes,  qui  lui  permeeent  dimposer  ses  choix  a  l’adversaire.    
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Les   meurtrissures   de   la   chair:   La  Révolu.on   française   a   contribue   a  modifier   le   visage   tradi.onnel   de   la  guerre,   avec   par   exemple   la   volonté  de  poursuivre  et  de  détruire  l’ennemi  vaincu  la  ou  il  était  plutôt  d’usage  de  le   laisser   se   replier,   mais   de   plus   les  masses   humaines   jetées   par   les  camps  en  présence  sur  les  champs  de  bataille   ont   provoque   une   forte  augmenta.on  des  pertes  humaines.    •  On   assiste   a   une   augmenta.on   des  pertes  au  fil  des  années,  a  la  mesure  de  l’accroissement  de  la  puissance  de  feu   (notamment   celle   de   l’ar.llerie):  6%  de  pertes  a  Fleurus  en  1794,  15%  a  Austerlitz  en  1805,  31%  a  Eylau  en  1807,  42%  a  Waterloo  en  1815…  
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Les   projec.les   sont   extraits,   les  coupures   traitées   a   l’eau-­‐de-­‐vie,   les  plaies  importantes  cautérisées  au  fer  rouge;   les   blesses   au   ventre   n’ont  guère   de   chance   d’en   réchapper  quant   aux   fractures   des   membres,  l ’ a m p u t a . o n   e s t   p r e s q u e  systéma.que   afin   d’éviter   la  gangrène.    •  Vient  alors  pour  les  corps  meurtris  le  temps   de   l’évacua.on   vers   les  hôpitaux,   hôpitaux   ambulants   qui  suivent   les   armées,   hôpitaux  temporaires   le   long   des   voies  d’évacua.on,   enfin   hôpitaux   dits  externes  sur  le  territoire  français.    Larrey  opérant.  
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Les   prisonniers   peuvent   croupir   des  années   dans   des   geôles   étrangères.  Alors  qu’il  n’existe  aucune  conven.on  interna.onale   régissant   le   droit   des  cap.fs,  le  sort  le  plus  terrible  est  celui  des   prisonniers   détenus   dans   les  pontons,   pour   l’essen.el   par   les  Anglais   aux   mains   desquels   seraient  tombes   122.000   hommes   (au   départ  surtout  des  marins,  comme  les  5.000  matelots  et  officiers  pris  a  Trafalgar).  Si   60%   des   cap.f   sont   détenus   a  terre,   les   moins   chanceux   sont   donc  enfermes   dans   les   «   hulks   »   ou  pontons,   navires   amarres   dans   les  estuaires   marécageux   des   grands  fleuves  –  comme  sur  la  Tamise:  1200  prisonniers   sont   entasses   dans   un  navire  a  trois  ponts.    
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  L’armée   disparue:   déserteurs   et  réfractaires:   Combien   sont-­‐ils?   Peut  être  près  de  200.000  en  1802,  50.000  en  1813  avec  une  conscrip.on  mieux  organisée   et   une   répression   plus  efficace.    •  Acte   pra.que   en   bandes   plus   ou  moins   organisées   et   poli.sées,   le  brigandage   prend   pour   cible   des  révolu.onnaires   connus,   des  membres   des   autorités   locales,   des  cures   assermentes,   des   acquéreurs  des   biens   na.onaux,   mais   aussi   des  riches  par.culiers.  Aeaques  de  grand  chemin  ou  aeaques  nocturnes  contre  des  maisons  isolées.    
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Du  culte  des  Républicains  français  au  culte   des   généraux   et   a   celui   de  Napoléon   Bonaparte:   En   1796,   c’est  le  général  Marceau  qui,  a  l’âge  de  27  ans,   est   mortellement   blesse   a  Altenkirchen   et   meurt   pleure   de   ses  hommes  aussi  bien  que  par  les  chefs  de   l’armée   autrichienne   venus   lui  rendre   un   dernier   hommage.   Un   an  plus  tard,  le  général  Hoche,  mine  par  la   tuberculose,   meurt   au   milieu   de  ses  soldats  en  territoire  allemand.    •  Noble  choisissant  de  servir  son  pays,  le  général  Desaix  meurt  a  Marengo  a  32  ans…    
    • Mémorial  de  Saint  Helene:  Campagne  d’Italie  •  Le  dénuement  du  Trésor  et  la  rareté  du  numéraire  étaient  tels   dans   la   République,   qu’au   départ   du   général  Bonaparte  pour  l’armée  d’Italie,  tous  ses  efforts  et  ceux  du   Directoire   ne   purent   composer   que   2000   louis   qu’il  emporta  dans  sa  voiture.  C’est  avec  cela  qu’il  part  pour  aller   conquérir   l’Italie   et   marcher   a   l’empire   du   monde.  Avec  l’armée  d’Italie,  c’est  la  première  fois,  dans  l’histoire  moderne,  qu’une  armée  fournit  aux  besoins  de  la  patrie,  au  lieu  de  lui  être  a  charge.  J’avais  le  goût  de  la  fonda.on  et  non  celui  de  la  propriété.    •  On   discutait   beaucoup   et   on   ne   décidait   de   rien,   et   le  danger   devenait   chaque   jour   plus   pressant…   C’était   le  Directoire.    •  Pendant   la   campagne   d’Italie,   j’ai   pu   suppléer   à  l’infériorité   en   nombre   de   l’armée   française   par   la  rapidité   des   marches,   la   nature   des   posi.ons   et   par   le  moral   de   nos   troupes   qui   était   excellent.   Je   voulais  surprendre   l’ennemi   dès   le   début   de   la   campagne,   et  l’étourdir  par  des  succès  éclatants  et  décisifs.    
    • L’omniprésence  de  la  guerre  •  Le  contrôle  de  l’épée  par  la  toge:  Le  Comite  de  salut  public,  des  sa  créa.on  en  avril  1793,  met  de  plus  en  plus  les  opéra.ons  militaires  sous  son  contrôle.  Désormais  chaque  officier,  fut-­‐il  général,  sait  qu’il  peut  être  brise  par  le  pouvoir  poli.que,  y  compris  s’il  est  victorieux.    •  A  ce  prix,  la  Conven.on  na.onale  a  pu  contrôler  non  seulement  le  corps  des  officiers,  mais  l’ensemble  de  l’effort  de  guerre  na.onal,  et  a  terme  renouer  avec  les  victoires,  dont  Fleurus  est   l’évident   symbole.   Le   général   Jourdan,   avec   sous   ses   ordres   Marceau   et   Kleber,   y  remporte,  en  présence  de  Saint-­‐Just,  une  victoire  éclatante.    
    • La  fin  par  Léon  Bloy  •  «Quand   les   grands   combles   de   ses   bienfaits   le   trahirent,   les   pauvres   soldats   qui   avaient  vaincu   sous   lui   toute   la   guerre,   riches   seulement   de   leurs   blessures   et   de   leur   gloire,  demeurèrent   fidèles   de   leur   empereur   déchu,   a   leur   Empereur   cap.f   et   décédé,   ne  parvenant  pas  a  comprendre  que  cétait  fini  a  jamais.  Les  villages  de  toutes  les  provinces  ont  vu   mourir,   il   y   a   plus   de   60   ans,   ces   orphelins   du   Prodige,   invalides   et   miséreux,   naïfs   et  grandioses,  qui  se  voyaient  toujours  en  Egypte  ou  a  Moscou.  Avec  eux  parurent  séteindre  les  étoiles.  (...)  Ah  ce  nest  pas  la  Garde  seule  qui  recule  a  Waterloo,  cest  la  Beauté  de  ce  pauvre  monde,   cest   la   Gloire,   cest   lHonneur,   même;   cest   la   France   de   Dieu   et   des   hommes  devenue  veuve  tout  a  coup,  sen  allant  pleurer  dans  la  solitude  après  avoir  été  la  Dominatrice  des  na.ons.»