Your SlideShare is downloading. ×
5. Renaissances
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

5. Renaissances

369
views

Published on

Published in: Education

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
369
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
14
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 1453-­‐1559  Les  Renaissances    
  • 2. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  C’est  toute  la  période  1450-­‐1560  qui  est  ce  beau  XVIème  siècle,  coince  entre  deux  cycles  de  déchainement  belliqueux  et  morGfères:  guerre  de  Cent  ans  et  guerre  de  Religion.    •  Charles  VII:  (mort  en  1461)  Il  reconquiert  la  Normandie  avec  l’aide  des  Bretons  et  de  larges  appuis  dans  la  populaGon  locale  –  l’armée  de  secours  anglaise  est  écrasée  a  Bayeux  en  1450.  Les  hosGlités  avec  les  Anglai,  bientôt  englues  dans  une  durable  guerre  civile,  s’arrêtent,  mais  aucun  traite  de  paix  n’est  signe.  Son  règne  est  marque  par  une  importante  réorganisaGon  administraGve,   condiGon   indispensable   a   la   reconquête.   Elle   dote   le   roi   de   France   d’un  militaire   permanent   et   performant   (compagnies   d’ordonnancement)   et   des   moyens   de   le  financer  de  façon  stable:  la  taille  royale.    Le  Lit  de  Jus*ce  du  procès  de  Jean  d’Alençon  Charles  VII  
  • 3. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  Malgré   tout,   la   fin   du   règne   de   Charles   VII  n’est   pas   exempte   de   tensions.   Elle   est  marquée   en   parGculier   par   plusieurs   procès.  Celui   de   Jacques   Cœur   en   1451-­‐1453,   est   le  procès   d’une   ascension   sociale   trop  spectaculaire,   assise   sur   la   gesGon   des  finances   royales.   Ensuite,   le   procès   de   Jean  d’Alençon  en  1458  qui  est  le  porte-­‐parole  des  princes   du   royaume   qui   ont   du   mal   a  adme^re  l’autorité  royale.    •  Mais   le   conflit   le   plus   grave   est   celui   qui  oppose   le   souverain   a   son   propre   fils,   le  dauphin   Louis.   Louis   est   en   effet   implique  dans   la   grande   révolte   des   Princes   en   1440.  Les   relaGons   sont   tellement   mauvaise   que  Louis  se  refugie  a  la  cour  de  Philippe  le  Bon,  le  puissant  duc  de  Bourgogne;  il  séjourne  5  ans  aux  Pays-­‐Bas  jusqu’à  la  mort  de  Charles  VII  –  moment   ou   il   se   précipite   alors   dans   le  royaume,   en   prenant   soin   de   se   faire  immédiatement  sacrer  a  Reims.  Maison  de  Jacques  Cœur  a  Bourges  
  • 4. Le  dauphin  a  la  maison  de  Bourgogne  •  Charles  VII  dit  en  apprenant  la  fuite  du  dauphin  et  l’accueil  qu’il  avait  trouve  chez  le  duc  de  Bourgogne  :  «  Il  a  reçu  chez  lui  un  renard  qui  mangera  ses  poules  ».      •  Le  dauphin  n’avait  eu  ni  enfance  ni  jeunesse  ;  il  était  ne  Louis  XI,  c’est-­‐a-­‐dire   singulièrement   inquiet,   spirituel   et   malfaisant.   Cet  humble  et  doux  dauphin,  nourri  chez  Philippe-­‐le-­‐Bon  des  mie^es  de  sa  table,  était  justement  l’homme  qui  pouvait  le  mieux  voir  ce  qu’il  y  avait  de  faible  dans  le  brillant  échafaudage  de  la  maison  de  Bourgogne.  •  Les  embarras  conGnuels  de  Jean-­‐sans-­‐Peur  et  de  Philippe-­‐le-­‐Bon  les  firent  longtemps  serviteurs  plutôt  que  maitres  des  Flamands.  Le   duc   vint   a   Gand,   au   foyer   du   mécontentement,   tenir   une  solennelle   assemblée   de   la   Toison   d’or,   faire   en   quelque   sorte  par-­‐devant  les  Flamands  une  revue  des  princes  et  des  seigneurs  qui  le  soutenaient,  leur  montrer  quel  redoutable  souverain  était  leur  comte  de  Flandre.  Il  y  avait  une  chose  toute  spéciale  dans  les   soulèvements   de   ces   villes   du   Nord,   chose   originale   et  terrible,   et   qui   y   était   indigène,   c’était   l’ouvrier   mysGque,   le  lollard   illumine,   le   Gsserand   visionnaire,   échappe   des   caves,  effare   du   jour,   pale   et   have,   comme   ivre   de   jeune.   Dans   ces  moments,  il  suffisait  qu’une  bannière  de  méGer  parut  sur  la  place  pour  que  toutes  d’un  mouvement  invincible  vinssent  se  poser  a  cote.   20.000   hommes   périrent   parmi   lesquels   on   trouva   200  prêtres  ou  moines  a  la  bataille  de  Gavre.  
  • 5. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  Louis   XI   (1461-­‐1483):   Il   va   devoir   affronter   une  opposiGon   durable   au   mode   de   gouvernement  monarchique:   une   large   coaliGon   regroupe  bientôt   une   parGe   des   princes   (Alençon,  Bourbon)  soutenus  par  le  duc  de  Bretagne  et  par  le   comte   de   Charolais   (futur   Charles   le  Téméraire),  fils  de  duc  de  Bourgogne,  Philippe  le  Bon.  Charles  de  Charolais  est  d’ailleurs  lui-­‐même  en  opposiGon  avec  son  père,  auquel  il  reproche  la  cession  des  villes  de  la  Somme  a  Louis  XI.  C’est  la  guerre  du  «  Bien  public  ».  •  Pour  rester  du  maitre  du  jeu,  Louis  XI  bénéficie  de  la  fidélité  de  Paris  et  de  la  plupart  des  villes,  ainsi  que  du  refus  d’une  large  part  de  la  peGte  et  moyenne  noblesse  de  s’associer  a  la  révolte.  Louis  XI  établit  les  statuts  de  l’ordre  de  Saint-­‐Michel  par  Jean  Fouquet  (1470)  
  • 6. Un  roi  seul  et  pauvre  •  Ce  roi  mendiant  si  longtemps  nourri  par  le  duc  de  Bourgogne,  ramené  sur  ses  chevaux,  mangeant  encore  dans  sa  vaisselle  au  sacre,  fit  pourtant  voir  des  la  fronGère  qu’il  y  avait  un  roi  de  France,  que  ce  roi  ne  connaitrait  personne,  ni  Bourgogne,  ni  Bretagne  ;  ni  ami,  ni  ennemi.  Des  son  arrivée  dans  le  royaume,  sur  la  route,  et  sans  perdre  de  temps,  il  change  les  grands  officiers.  Des  le  commencement,  et  de  plus  en  plus,  il  senGt  bien  qu’il  était  seul,  que,  dans  le  désordre  ou  l’on  venait  tenir  le  royaume,  le  roi  serait  l’ennemi  commun,  partant  qu’il  ne  devait  se  fier  a  personne.  Tous  les  grands  étaient  au  fond  contre  lui,  et  les  peGts  meme  allaient  tourner  contre,  des  qu’il  demanderait  de  l’argent.    •  Ordre  aux  vicomtes  et  receveurs  de  percevoir  les  fruits  des  fiefs,  terres  et  seigneuries,  qui  seront  mis  entre  les  mains  du  roi,  faute  d’hommage  et  droits  non  payes.  Le  roi  envoya  dans  les  provinces  des  commissaires  pour  faire  recherche  de  la  noblesse,  c’est-­‐a-­‐dire  apparemment  pour  soume^re  les  faux  nobles  aux  taxes,  pour  s’enquérir  des  fiefs  qui  devaient  les  droits.    •  Il  allait  grand  train  dans  sa  guerre  contre  l’Eglise.  D’abord,  pour  empêcher  l’argent  de  fuir  à  Rome,  il  bannit  les  collecteurs  du  pape.  Louis  XI  se  trouvait  engage  dans  une  étrange  voie,  celle  d’un  séquestre  universel…  Il  prenait  souvent  des  gages,  souvent  des  otages.  Il  aimait  les  gages  vivants.  Jamais  ni  roi,  ni  père,  n’eut  tant  d’enfants  autour  de  lui.  Il  en  avait  une  peGte  bande,  enfants  de  princes  et  de  seigneurs.  Mais  si  les  nobles,  les  seigneurs  des  campagnes,  n’aidaient  plus  le  roi,  qui  donc  aidait  ?  Les  villes.    
  • 7. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  L’avènement  de  Charles  le  Téméraire  comme  duc  de  Bourgogne  (1467)  est  un  nouveau  facteur  de  tension.  Mais,  celui-­‐ci,  confronte  a  la  révolte  des  villes   d’Alsace,   qui   refusent   de   reconnaître  l’autorité  bourguignonne,  et  qui  reçoivent  l’aide  des  Suisses.  Charles  est  défait  a  deux  reprises  par  la  redoutable  infanterie  des  Cantons  (batailles  de  Grandson   et   Morat).   Il   trouve   la   mort   sous   les  murs  de  Nancy.  Il  assiégeait  la  ville  dans  le  but  de  prendre   le   contrôle   du   duché   de   Lorraine:  principal   territoire   entre   les   parGes  bourguignonnes   et   néerlandaises   de   sa  principauté.    •  Avec   le   Traite   d’Arras   (1482),   la   Picardie   et   le  duché  de  Bourgogne  reviennent  a  la  couronne  de  France,  mais  les  Habsbourg  sont  sur  la  fronGère  du   royaume…   et   la   plus   exposée   de   toutes   en  plus.    
  • 8. La  centralisa6on  et  la  lu7e  contre  Charles  le  Téméraire  •  La   poliGque   de   Louis   XI   renforce   le   pouvoir  monarchique  et  la  centralisaGon,  mais  surtout  elle  tend  à   niveler   les   condiGons,   à   supprimer   les   privilèges.   Il  créé   la   Poste   en   1464   (des   relais   de   quatre   lieues   en  quatre   lieues)   de   façon   a   accélérer   la   circulaGon   de  l’informaGon.   Le   rythme   de   son   acGon   est  révoluGonnaire.  C’est  d’ailleurs  ce  qui  la  fait  échouer.  Il  a  hâté,  il  va  trop  vite,  il  pèche  par  impaGence.    •  Au  début  de  son  règne  Louis  XI  proje^e  une  profonde  transformaGon   sociale,   qui   fait   écho   tant   a   «   la  révoluGon  »  d’EGenne  Marcel  qu’a  celle  des  cabochiens  et  a  celle  de  1789.  Mais  l’impulsion  révoluGonnaire  est  rapidement   brisée   par   la   réacGon   féodale   (la   contre  révoluGon  féodale  de  1465  du  Bien  Public).    •  L’affrontement  réel  à  lieu  non  entre  Louis  XI  et  Charles  le  Téméraire  mais  entre  Charles  et  les  villes  wallonnes  Liège  et  Dinant,  allies  de  Louis  XI.  Le  combat  de  Louis  XI  et   de   Charles   le   Téméraire   n’a   lieu   qu’indirectement  dans  la  mesure  ou  Louis  XI  ause  les  révoltes  liégeoises  pour   détourner   son   adversaire.   Liège,   monde   de   la  houille   et   des   forges,   ville   du   mouvement   perpétuel,  dans  laquelle  la  hiérarchie  sociale  n’existe  pas  tant  elle  est   perpétuellement   bouleversée.   Dinant   et   ses  dinandiers,  ba^ant  le  métal  au  marteau  pour  fabriquer  des   chaudrons   vendus   ensuite   en   France   ou   ils  deviennent  les  dieux  Lares  des  foyers  paysans.    Coche  de  Poste  Routes  des  Postes  
  • 9. Batailles  de  Grandson  et  de  Morat  •  Pour   ne   rien   perdre   du   spectacle,   Louis   XI   vint   s’établir   à   Lyon.  Lequel  du  sanglier  du  Nord  ou  de  l’ours  des  Alpes,  je^erait  l’autre  a  bas,  personne  ne  le  devinait.  Et  personne  non  plus  ne  se  souciait  d’être  du  combat.  Le  duc  semblait  bien  fort.  Il  venait  de  prendre  la  Lorraine.  Et  les  Suisses  aussi  étaient  formidables  alors.    •  A  la  bataille  de  Granson,  peu  de  gens  avaient  comba^u  dans  ce^e  plaine   étroite.   Le   duc   de   Bourgogne   avait   perdu   peu,   perdu  infiniment.   Le   presGge   avait   disparu   ;   ce   n’était   plus   Charles   le  Terrible.  Tout  vaillant  qu’il  était,  il  avait  montre  le  dos…  Sa  grande  épée  d’honneur  était  maintenant  pendue  à  Fribourg  ou  à  Berne.    •  Le   roi,   qui   jusquà   la   était   assez   négligé   a   Lyon,   qui   envoyait  partout  et  partout  était  mal  reçu,  vit  peu  a  peu  le  monde  revenir.  Le  plus  décidé  était  le  duc  de  Milan.  Le  roi  René,  qui  n’a^endait  qu’un  envoyé  du  duc  pour  le  me^re  en  possession  de  la  Provence,  vint  s’excuser  a  Lyon.    •  A  la  bataille  de  Morat,  au  maGn,  par  une  grande  pluie,  le  duc  met  son  monde  sous  les  armes  ;  puis  à  la  longue,  les  arcs  se  mouillant  et   la   poudre,   ils   finissent   par   rentrer.   Les   Suisses   prirent   ce  moment.  •  Rejeté  des  Flamands  aux  Français,  des  Français  aux  Flamands,  que  lui   restait-­‐il?...Quel   état   maintenant   son   peuple,   son   pays   de  confiance  ?...  La  (Franche)  Comte  meme  envoya  sous  main  au  roi  de  France,  pour  traiter  de  la  paix…  Le  jeune  empire  de  la  maison  de   Bourgogne   se   trouvait   déjà   vieux,   sous   son   pompeux   habit.  Charles  le  Téméraire  avait  trop  voulu  de  choses  infinies…  L’infini  !  Qui  ne  l’aime  ?...  Jeune,  il  aima  la  mer,  plus  tard  les  Alpes…  Ces  volontés  immenses  nous  semblent  folles,  et  les  projets,  sans  nul  doute,  dépassaient  les  moyens.  On  lui  parlait  comme  à  un  vivant,  mais  il  était  mort.    
  • 10. Mort  de  Louis  XI  •  Louis  XI,  sans  être  pire  que  la  plupart  des  rois  de  ce^e  triste  époque,  avait  porte  une  plus  grave  a^einte  a  la  moralité  du  temps.  Pourquoi  ?  Il  réussît.  On  oublia  ses  longues  humiliaGons,  on  se  souvint  des  succès  qui  finirent  ;  on  confondit  l’astuce  et  la  sagesse.  Il  en  resta  pour  longtemps  l’admiraGon  de  la  ruse,  et  la  religion  du  succès.  Le  royaume,  jusque  la  tout  ouvert,  acquit  ses  indispensables  barrières,  se  ceinture  de  Picardie,  Bourgogne,  Provence  et  Roussillon,  Maine  et  Anjou.  Il  se  ferma  pour  la  première  fois  et  la  paix  perpétuelle  fut  fondée  pour  les  provinces  du  centre.    •  Mourant   et   très   affaibli,   Louis   XI   avait   eu   l’idée   de   s’oindre   de   nouveau   de   la   sainte   ampoule   et   de  renouveler  son  sacre,  pensant  apparemment  qu’un  roi  sacre  deux  fois  durerait  davantage.    Louis  XI  par  Jean  Fouquet  
  • 11. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  Charles   VIII   (1483-­‐1498):   Anne   de   Bretagne  épouse  Charles  VIII  –  les  hommes  du  roi  prennent  le   contrôle   du   duché,   sans   qu’il   y   ait   annexion  officielle.    •  Le   jeune   roi   commence   a   nourrir   «   un   grand  dessein  »  au  centre  duquel  se  situent  ses  projets  italiens.   Charles   VIII   décide   de   reprendre   a   son  compte   les   revendicaGons   dynasGques   sur   le  royaume   de   Naples   des   princes   de   la   Maison  d’Anjou  dont  son  père  Louis  XI  a  été  l’hériGer.  •  La   descente   jusqu’à   Naples   de   Charles   VIII   a   la  tête   de   son   armée   (1494-­‐1495)   est   une  promenade   militaire.   Mais   l’arrogance   des  Français  débouche  sur  la  consGtuGon  d’une  large  coaliGon  comprenant  le  duc  de  Milan  qui  change  de   camp,   le   pape   et   Venise,   mais   aussi  l’empereur  Maximilien  et  le  roi  d’Aragon.  Portait  de  Charles  VIII  Entrée  de  Charles  VIII  et  de  ses  armées  a  Rome  par  Francesco  Granacci  
  • 12. Entrée  des  troupes  de  Charles  VIII  a  Rome  •  Le  31  décembre  1494,  a  3  heures  de  l’après-­‐midi,  l’armée  de  Charles  VIII,  entra  dans  Rome,  et  le  défile  se  prolongea  dans  la  nuit,  aux  flambeaux.  Sa  force  principale,  unique  alors,  était  l’arGllerie,  arme  naGonale,  organisée  sous  Charles  VIII  et  devenue  mobile,  qui  devait  à  ce^e  mobilité  une  acGon  décisive  et  terrible.    •  Tout  le  monde  comprenait  que  c’était  la  une  grande  révoluGon  et  plus  que  le  passage  d’une  armée  ;  qu’il  en  adviendrait  non  seulement  les  tragédies  ordinaires  de  la  guerre,  mais  un  changement  général,  décisif,  dans  les  mœurs  et  les  idées  mêmes.  Les  Alpes  s’étaient  abaissées  pour  toujours.    •  Tous   savaient   et   prévoyaient   des   longtemps   l’évènement   ;   tous   en   furent   terrifies.   Une   chose   était  visible   ;   c’est   que   la   France   était   très   forte,   et   que   seule   elle   l’était.   L’Espagne,   quoique   réunie   sous  Ferdinand  et  Isabelle,  qui  venaient  de  prendre  Grenade,  n’était  pas  préparée  encore.  Ce^e  France,  qu’on  croyait  épuisée,  qui  avait  diminue  l’impôt,  réduit  la  gendarmerie,  elle  apparut  tout  a  coup  regorgeant  de  moyens  et  d’armes  en  tous  genres,  arquebusiers,  arGllerie,  que  n’avait  nulle  autre  puissance.  L’unité  qui  naissait  dans  la  décomposiGon  de  la  tyrannie  féodale  au  XIIIème  siècle,  avait  été,  il  est  vrai,  brisée  de  nouveau  par  la  maladresse  des  rois  qui  refirent  une  seconde  féodalité.  Louis  XI  avait  expie  ce^e  faute,  et  par  un  miracle  de  paGence  et  de  ruse,  écraser  celle-­‐ci  a  la  sueur  de  son  front.    Entrée  de  Charles  VIII  a  Rome  
  • 13. La  descente  en  Italie  •  La  découverte  de  l’Italie  avait  tourne  la  tète  aux  nôtres   ;   ils   pas   assez   forts   pour   résister   au  charme.   Le   mot   propre   est   découverte.   Les  compagnons   de   Charles   VII   ne   furent   pas   moins  étonnés   que   ceux   de   Christophe   Colomb.   Les  Français   ne   soupçonnaient   pas   ce^e   terre   ni   ce  peuple,  ce  pays  de  beauté  ou  l’art,  ajoutant  tant  de  siècles  à  une  si  heureuse  nature,  semblait  avoir  réalisé   le   paradis   de   la   terre.   Aucune   armée  n’avait,  comme  celle  de  Charles  VIII,  suivi  la  voie  sacrée,  l’iniGaGon  progressive  qui,  de  Gènes  ou  de  Milan,  par  Lucques,  Florence  et  Sienne,  conduit  le  voyageur   à   Rome.   Les   yeux   noirs   d’Italie,  généralement   plus   forts   que   doux,   tragiques   et  sans   enfance   (même   dans   le   plus   jeune   âge)  exercèrent   sur   les   hommes   du   Nord   une  fascinaGon  invincible.  L’Italie  pendant  la  descente  de  Charles  VIII  
  • 14. Anne  de  Beaujeu  (Anne  de  France),  sœur  de  Charles  VIII  et  fille  de  Louis  XI  •  Aux  Etats  de  1484,  les  nobles  demandaient  les  deux  choses  que  le  peuple  redoutait  :  qu’on  leur  rendit  les  places  fronGères  qui,  dans   leurs   mains,   avaient   tant   de   fois   ouvert   la   France   aux  ravages  de  l’ennemi,  et  que  l’on  respectait  leur  droit  de  chasse,  c’est-­‐a-­‐dire   le   ravage   permanent   des   terres,   l’impossibilité   de  l’agriculture.   Tout   avorta.   Ce^e   réacGon   hypocrite   de  l’aristocraGe  trouva  sa  barrière,  son  obstacle,  un  second  Louis  XI,  dans  sa  très  ferme  et  poliGque  fille,  Anne  de  France,  Anne  de  Beaujeu.  •  Le  spectacle  est  curieux  de  voir  ce^e  fille  de  20  ans,  entourée,  il  est   vrai,   du   chancelier   et   autres   conseillers   de   Louis   XI,  reprendre  la  vie  de  son  père,  déjouer  comme  lui  une  ligue  du  Bien  public,  qu’on  nomma  très  bien  la  guerre  folle..  •  Anne   de   Beaujeu   était   très   contraire   à   l’expédiGon   d’Italie   et  croyait  toujours  retenir  son  frère.  Il  lui  échappa  un  maGn.  Il  était  facile  a  prévoir  que  la  France  serait  forcée  d’envahir  tôt  ou  tard  l’Italie.  Appelée  1o  fois,  20  fois  peut  être,  elle  avait  fait  la  sourde  oreille,   laissant   démêler   ce^e   affaire   entre   l’Aragonais   et   le  Provençal   qui,   depuis   200   ans,   se   disputaient   le   royaume   de  Naples.  Anne  de  Beaujeu  
  • 15. Rôle  de  la  France  dans  la  Renaissance  •  La   France   trouva   sa   propre   originalité   dans   le   contact   avec  l’Italie,  elle  devint  elle-­‐même,  pour  le  salut  de  l’Europe  et  de  l’esprit   humain…   Le   vivant   organe   de   la   Renaissance.  L’invasion   des   deux   fanaGsmes,   musulman,   espagnol,   aurait  été  un  fait  horrible  sans  le  contrepoids  de  la  France.    •  Le   XVIème   siècle   c’est   la   découverte   du   monde   et   la  découverte  de  l’homme.  Le  XVIème  siècle,  dans  sa  grande  et  légiGme  extension,  va  de  Colomb  a  Copernic,  de  Copernic  a  Galilée,  de  la  découverte  de  la  Terre  a  la  découverte  du  ciel.  L’homme  s’y  est  retrouve  lui-­‐même.    
  • 16. Le  pari  de  Brunelleschi    •  L’Italie  entrait  dans  une  profonde  prose,  la  matérialité  violente  des  tyrans,   des   bandes   mercenaires,   la   plaGtude   bourgeoise   des  hommes  de  finance  et  d’argent.  Une  religion  commençait  dans  la  banque  de  Florence,  ayant  dans  l’or  dans  sa  présence  réelle.    •  Brunelleschi   vend   un   peGt   champ   qu’il   avait,   et   s’en   va   à   Rome  avec  son  ami,  le  sculpteur  Donatello.  Il  fit  la  plus  profonde  étude  du  genre  des  matériaux,  de  la  qualité  des  ciments,  du  poids  des  différentes   pierres,   de   l’art   qui   les   liait   entre   elles.   Il   apprit   des  Romains  tous  leurs  secrets,  et  de  plus,  celui  de  les  surpasser.    •  Dans  ce^e  affaire  difficile  de  l’Eglise  Santa  Maria  di  Fiori,  le  génie  n’était  pas  tout.  Il  fallait  encore  infiniment  d’adresse  et  ‘industrie  pour   s’emparer   de   ces   bourgeois   de   Florence,   banquiers,  marchands,   qui   ne   savaient   rien,   croyaient   tout   comprendre,   ne  manquaient  pas  d’écouter  les  ignorants,  les  envieux.  Brunelleschi  eut  besoin  d’une  plus  fine  diplomaGe  qu’il  n’eut  fallu  pour  régler  toutes  les  affaires  de  l’Europe.    •  Il  s’agissait  de  faire  pour  la  première  fois  une  construcGon  durable  qui  se  souGnt  elle-­‐même  et  sans  secours  étrangers.  (Métaphore  de  l’œuf   debout   avec   le   dôme   de   Santa   Maria)   voilà   donc   la   forte  pierre  de  la  Renaissance  fondée,  la  permanente  objecGon  a  l’art  boiteux   du   Moyen   Age,   premier   essai   mais   triomphant,   d’une  construcGon  sérieuse,  qui  s’appuie  sur  elle-­‐même,  sur  le  calcul  de  l’autorité   et   de   la   raison.   L’art   et   les   raisons   réconciliés,   voilà   la  Renaissance,  le  mariage  du  beau  et  du  vrai.    Coupole  de  la  Cathédrale  Santa  Maria  di  Fiori  a  Florence  
  • 17. Leonard  de  Vinci:  la  science  et  la  mélancolie  •  Leonard   de   Vinci   “miroir   profond   et   sombre”,   Goya  “cauchemar   plein   de   choses   inconnues”,   Delacroix   “lac   de  sang  hante  des  mauvais  anges”...  Pour  Baudelaire,  un  grand  arGste   est   nécessairement   mélancolique.   Les   Fleurs   du   Mal  est   un   “memento   mori”;   son   vocabulaire,   ses   catégories   de  pensées,  sont  imprégnées  par  la  théologie  chréGenne.  •  Michelet:   “Le   Moyen   Age   s’était   tenu   dans   une   Gmidité  tremblante   en   présence   de   la   nature.   Il   n’avait   su   que  maudire,  exorciser  la  grande  fée,  Ce  Vinci,  fils  de  l’amour  et  lui-­‐même   le   plus   beau   des   hommes,   sent   qu’il   est   aussi   la  nature  ;  il  n’en  a  pas  peur.”  Autoportrait  
  • 18. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  Louis  XII  (1498-­‐1515):  Le  roi,  assure  du  Milanais,  peut   désormais   envisager   de   reconquérir   le  royaume   de   Naples.   Il   choisit   de   le   faire   en  associaGon   avec   Ferdinand,   roi   d’Aragon,   qui  prétend  lui  aussi  a  des  droits  sur  ce  royaume.  Le  traite   de   Grenade   (décembre   1500)   prévoit  conquête   et   presGge.   Cependant,   en   1504,   la  perte  du  royaume  de  Naples  est  consommée:  elle  sera  définiGve.    •  Les   hosGlités   contre   Jules   II   commencent   en  octobre  1510  et  elles  sont  d’abord  favorables  aux  troupes   françaises   qui   pénètrent   dans   les   Etats  ponGficaux.  Si  les  troupes  françaises  remportent  une  victoire  a  Ravenne  en  1512,  leur  succès  est  lourdement  hypothéqué  par  la  mort  de  leur  chef,  Gaston  de  Foix,  dont  les  capacités  militaires  font  ensuite   cruellement   défaut.   Menacées   par   les  Suisses   qui   ont   rejoint   la   coaliGon   contre   Louis  XII,   les   troupes   françaises   évacuent   le   Milanais  des  le  printemps  1512.  Louis  XII  et  Anne,  la  duchesse  de  Bretagne.    Jules  II  par  le  Ti*en.    
  • 19. Louis  XII  et  son  armée  vivent  sur  le  pays  •  Louis   XII,   tant   qu’il   le   put,   fit   payer   la   guerre  d’Italie   par   l’Italie   elle-­‐même,   décidé   à   l’épuiser  pour  ménager  la  France.  Ce  fut  ce  qu’on  a  vu  de  1806   a   1812,   l’époque   du   trésor   de   l’armée.  Système   qui   rend   la   guerre   plus   légère   pour   la  naGon  guerroyant,  sauf  a  entasser  contre  elle  des  masses   de   haine,   et   qui   prépare   de   cruelles  représailles   pour   les   jours   de   revers.   Mais   le  trésor  de  la  France,  qu’elle  ignora  profondément  et   dont   elle   ne   songea   nullement   a   profiter,  c’était  son  étonnante  sociabilité,  une  assimilaGon  rapide   a   toute   humanité.   Il   suffisait   à   la   France  qu’elle  voulut,  pour  être  adorée.  Louis  XII  en  Italie  
  • 20. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  François   Ier   (1515-­‐1547):   François   est   hériGer  présompGf   tout   au   long   du   règne   de   Louis   XII   et  traite  comme  tel.    •  Avec  l’aide  des  VéniGens,  il  remporte  a  la  tête  de  ses  troupes   la   victoire   de   Marignan   (septembre   1515)  contre  les  Suisses,  allies  du  pape  Léon  X  et  du  duc  de  Milan.   Ce   succès   entraine     la   reconquête   du  Milanais.   Une   paix   perpétuelle   est   signée   entre   la  France  et  les  Suisses  en  novembre  1516.  Elle  mérite  pour  une  fois  son  nom  puisqu’elle  fonde  une  alliance  durable  entre  les  deux  pays  et  permet  a  la  France  de  lever   régulièrement   des   mercenaires   dans   les  Cantons.    •  Léon   X,   un   Médicis,   signa   avec   la   France   un  concordat  a  Bologne.  Il  officialise  le  droit  de  regard  du  roi  sur  les  nominaGons  aux  principaux  bénéfices  ecclésiasGques,   moyennant   la   reconnaissance   des  droits  du  pape  sur  l’Eglise  de  France.  •  Ce  texte,  adopte  en  1438,  garanGssait,  au  détriment  du  souverain  ponGfe,  les  droits  de  l’Eglise  gallicane  (élecGons  bénéficiales,  supériorité  du  concile  sur  le  pape).  François  Ier  par  Jean  Clouet  Le  pape  Léon  X  
  • 21. François  Ier  et  Marignan  •  L’armure   de   Marignan   et   de   Pavie,   toute   faussée  qu’elle   est   de   coups   de   feu   et   de   coups   de   pique,  témoigne  de  l’effet  que  dut  produire  ce  magnifique  homme  d’armes.  Les  femmes,  la  guerre  –  la  guerre  pour   plaire   aux   femmes.   Il   procéda   d’elles  enGèrement.  Les  femmes  le  firent  tout  ce  qu’il  fut,  et   le   défirent   aussi.   Amour...   on   ne   peut   nommer  autrement   la   passion   éperdue   de   Marguerite   pour  son  frère.  Elle  avait  deux  ans  de  plus,  et  dix  ans  en  réalité  ;  la  jeune  sœur,  pour  celui  qu’elle  vit  naitre,  qu’elle   enveloppa   tout   d’abord   de   son   insGnct  précoce,  fut  la  mère,  la  maitresse,  la  peGte  femme,  dans   les   jeux   enfanGns   ;   a   grand-­‐peine   fut-­‐elle  averGe  qu’après  tout  elle  était  sa  sœur.  •  Le  lendemain  de  la  mort  du  tyran  (je  veux  dire  Anne  de   Bretagne),   Louis   XII,   enfin   libre,   donna   sa   fille,  Claude,   a   un   Français,   ferme   la   porte   a   l’étranger.  Charles-­‐Quint  n’aura  pas  la  France.  •  Et   François   Ier   fut   salue   de   l’Italie,   comme   de   la  France.   L’Italie   haletait   ;   elle   n’en   pouvait   plus   ;  l’horreur   indéfinie   du   pillage   éternel   des   bandes  suisses  et  des  armées  espagnoles.   François  Ier  adoubé  chevalier  par  Bayard  avant  Marignan  
  • 22. Marignan  –  la  victoire  française  par  excellence  •  Les   réveils   et   les   renouvèlements   subits,   imprévus  de  la  France,  sont  des  miracles  inconnus  à  toutes  les  naGons   du   monde.   C’est   ce   peuple   qui   a   fait   la  croisade,   et   lui   qui   a   dresse   le   bucher   où   pérît   la  croisade,   avec   l’ordre   des   Templiers.   C’est   lui   qui  donna  le  type  des  insGtuGons  féodales,  lui  qui  fonda  en  face  leur  destructeur,  la  bourgeoisie.  Au  point  ou  nous  arrivons,  la  France  encore  va  détruire  une  de  ses  vieilles  œuvres.  Chevalerie,  gendarmerie,  vieille  organisaGon  militaire,  tout  cela  s’en  va  ensemble  ;  le  peuple,  dans  l’infanterie,  a  fait  son  appariGon  sur  le  champ  de  Ravenne.  Et  c’est  lui  qui  opère,  en  1515,  le  grand  passage  des  Alpes.  •  La   France,   des   Charles   VII   par   ses   Gascons   et   ses  Bretons,   des   Louis   XII   par   ses   Picards   et   autres  Français  du  Nord,  sous  François  Ier  par  l’insGtuGon  des   Légions   provinciales,   commença   une   tradiGon  durable   qui   se   perpétue   jusquà   nous.   On   entrevit  les  Français  comme  premiers  marcheur  du  monde,  c’est-­‐a-­‐dire   éminemment   soldat.   Jamais   les   autres  naGons,  Allemands,  Suisses,  Italiens,  Espagnols  n’ont  devine  par  ou  les  Français  allaient  passer  toujours,  ils  ont  été  surpris.  Armure  de  François  Ier  
  • 23. Marignan  –  la  victoire  française  par  excellence  •  C’était   par   les   sources   même   du   Po   que   les   Français  entraient  en  Italie.  Le  roi  s’était  place  a  Marignan,  a  10  milles  de  Milan,  ayant  derrière  lui  les  armées  espagnoles  et   ponGficales,   qu’il   séparait   ainsi   des   Suisses.   Qui  commandait   l’armée   française   ?   Tout   le   monde   et  personne.   Le   roi,   tout   novice,   de   21   ans,   était   censé  commander,  et  sous  lui,  Charles  de  Bourbon,  de  25  ans,  qu’il  venait  de  faire  connétable.  •  Fidèle  aux  vieilles  tradiGons,  le  roi  employa  les  dernières  minutes,   si   précieuses,   à   se   faire   armer   chevalier.   Il  s’adressa  a  l’homme  le  plus  aime  de  l’armée,  fit  avancer  Bayard   et   reçut   l’ordre   de   sa   main.   Les   Suisses   furent  plus   écrasés   que   vaincus.   Ce   qui   avait   achevé   de   les  décourager,   c’est   que,   vers   10   heures   du   maGn,   ils  entendirent   crier   :   «   Marco   !   Marco   !   »   Et   virent   les  drapeaux   de   Venise.   C’était   Alviano   qui   avait   marche  toute  la  nuit  avec  sa  cavalerie.  Les  Suisses,  si  bien  ba^us  des  lances  et  des  boulets  du  roi,  le  furent  encore  plus  de  son  argent.  Il  les  gorgea,  les  renvoya.  Corrompus  contre  eux-­‐mêmes,   ils   acceptèrent,   tète   basse,   plus   d’argent  que   ne   valait   toute   la   Suisse,   vendant   les   baillages  italiens  et  renonçant  a  l’Italie.  •  A   François   Ier   de   balancer   le   monstre   hétérogène   du  triple  empire  de  Charles-­‐Quint  qui,  se  formant  de  mort  en  mort  et  par  successions,  sans  bruit,  tout  doucement,  menaçait   bientôt   d’englouGr   l’Europe.   Si   l’on   eut   cru  réellement  qu’il  voulut  être  le  protecteur  des  faibles  et  le   centre   de   résistance   contre   le   pape   et   la   maison  d’Autriche,  il  était  le  maitre  du  monde.  Chevalier  Bayard  
  • 24. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  Charles   de   Gand   recueille   une   formidable  succession:   CasGlle,   Aragon   et   leurs   nombreuses  dépendances   en   Italie   et   désormais   en   Amérique,  puis   quand   disparaît   Maximilien   de   Habsbourg,  Pays-­‐Bas,   Franche-­‐Comté,   Autriche…   Le   décès   de  Maximilien   ouvre   aussi   la   succession   impériale.  François  Ier  se  pose  en  compéGteur  de  Charles,  mais  c’est  ce  dernier  qui  est  élu,  sous  le  nom  de  Charles  Quint.  Tout  de  suite,  les  deux  hommes  se  disputent  l’alliance  du  roi  d’Angleterre,  Henri  VIII.    •  François   Ier   est   le   premier   souverain   français   a  soutenir   des   expédiGons   de   découverte   (et   de  conquête)   vers   le   Nouveau   Monde:   celle   de  Verrazano  entre  1523  et  1528,  le  long  des  cotes  des  actuels  Etats-­‐Unis,  puis  celle  de  CarGer  et  Roberval  au  Canada  entre  1534  et  1542.    Charles  Quint  jeune  Henry  VIII  
  • 25. Le  rendez-­‐vous  manque  de  la  France  •  La  France  de  Louis  XII  rançonne  l’Italie,  rétablît  les  gouvernements  les  plus  tyranniques,  «  porte  de  le  dernier  coup  »  au  pays  et  le  livre  aux  puissances  extérieures  qui  le  convoitent.  La  Renaissance  voit  l’affirmaGon  de  l’Etat,  le  renforcement  des  monarchies  et  leur  évoluGon  vers  l’absoluGsme.    •  Mais  la  Renaissance  voit  aussi  l’influence  des  femmes  augmenter.  Dans  le  cadre  de  la  monarchie,  l’influence  des  femmes  joue  pour  transformer  celle-­‐ci   en   une   affaire   de   famille.   La   monarchie   se   privaGse,   se   rétrécît   aux  intérêts  domesGques  des  familles  régnantes.  La  poliGque  des  rois,  de  moins  en  moins  naGonale  et  de  plus  en  plus  matrimoniale,  abouGt  au  bout  de  trois  siècles   à   l’alliance   objecGve   de   tous   les   gouvernements   absoluGstes  européens.    •  François   Ier   incarne   l’héroïsme   de   la   Renaissance.   Charles   Quint   dont   le  portrait   consGtue   un   diptyque   avec   celui   du   roi   français,   représente   à  l’inverse   l’esprit   anGnaGonal   et   purement   familial   de   la   famille   de  Habsbourg  qui  considère  les  peuples  comme  un  patrimoine.    •  A  mesure  que  s’affaiblit  dans  les  esprits  le  dogme  de  l’incarnaGon,  grandit  et   se   forGfie   l’idolâtrie   monarchique.   MysGque   profondément  matérialisant,  et  qui  repose  en  dernière  instance  sur  l’adoraGon  de  la  force.    •  François   Ier,   profitant   de   son   charisme,   aurait   pu   prendre   la   tète   des  révoluGons   qui   grondaient   alors   partout   en   Europe,   en   Allemagne   en  parGculier.   Mais   il   devait   décidément   être   le   gros   garçon   qui   gâta   tout.  Entre  la  révoluGon  et  le  pape,  il  avait  choisi  quoi  ?  Une  boulangère  de  Lodi  !  Anne  Boleyn  Marguerite  de  Navarre  Catherine  d’Aragon  
  • 26. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  En  1524,  l’armée  française  est  écrasée  a  Pavie  et  le  roi  est  lui-­‐même  capture  par  les  troupes  de  Charles  Quint.    •  Les  négociaGons  pour  la  libéraGon  de  François  Ier  sont  extrêmement  laborieuses  en  raison,  en  parGculier,  de   la   volonté   absolue   de   Charles   Quint   de   récupérer   la   Bourgogne.   Le   roi   finit   par   accepter   (traite   de  Madrid,  14  janvier  1526):  il  s’engage  a  resGtuer  la  province  après  sa  libéraGon,  et  remet  a  l’empereur  ses  deux  fils  aines  en  otages,  comme  garanGe  de  l’applicaGon  du  traite.    •  En  1529,  on  signe  «  la  paix  des  Dames  »:  Marguerite  d’Autriche  et  la  mère  de  François  Ier.  Selon  les  termes  du  traite,  François  Ier  abandonne,  comme  en  1526,  toutes  ses  prétenGons  italiennes,  mais  il  conserve  la  Bourgogne.  Il  doit  en  revanche  verser  a  Charles  Quint  une  rançon  considérable  de  deux  millions  décus  d’or.    Bataille  de  Pavie.  Louise  de  Savoie  Marguerite  d’Autriche  
  • 27. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  Henri   II   (1547-­‐1559):   Le   nouveau   roi   écarte   sans  ménagement   l’équipe   de   la   fin   du   règne   de   son  père;  il  rappelle  le  connétable  de  Montmorency  et  installe  sa  propre  favorite,  Diane  de  PoiGers,  dont  la  reine  Catherine  de  Médicis  doit  s’accommoder.    •  La   tension   avec   le   souverain   ponGfe   est   liée   aux  condiGons  de  la  reforme  de  l’Eglise  et  a  la  tenue  du  concile   de   Trente.   Elle   est   bientôt   telle   qu’il   est  même   brièvement   quesGon,   en   1551,   d’une  soustracGon  de  l’obédience  française  par  rapport  au  pape,  sur  le  modèle  anglais…  Mais  une  réconciliaGon  se  produit  un  an  plus  tard  en  1552.    •  Face  a  Charles  Quint,  Henri  II  renouvèle  son  alliance  avec  les  princes  protestants  allemands.  A  l’été  1553,  la   Corse   est   conquise   par   les   Français   avec   l’aide,  une  fois  encore,  de  la  flo^e  turque.    •  C’est  alors  que  Charles  Quint  commence  la  série  de  ses  abdicaGons  successives.    Henri  II  Diane  de  Poi*ers  Catherine  de  Médicis  
  • 28. 1450-­‐1560:  Un  récit  •  En  1558,  François  de  Guise  enlève  aux  Anglais  la  ville  de  Calais  réputée  imprenable,  qu’ils  tenaient  depuis  plus   de   deux   siècles.   Et   face   aux   Anglais,   l’alliance  écossaise   est   renforcée   par   le   mariage   de   la   jeune  reine   d’Ecosse,   Marie   Stuart,   avec   le   dauphin  François  II.  •  Au  moment  ou  il  relance  avec  énergie  une  poliGque  anGhéréGque,  Henri  II  est  mortellement  blesse  a  un  tournoi.    François  de  Lorraine,  duc  de  Guise.  
  • 29. Un  royaume  prospère?  •  A  la  Renaissance,  la  populaGon  proliférait  «  comme  souris  en  grange  ».    •  Le  «  nadir  »  (point  le  plus  bas)  démographique  se  situe,  selon  les  régions,  entre  le  début  et  le  milieu  du  XVème  siècle.    •  Les  facteurs  démographiques  sont  a  la  hausse:  Le  paramètre  essenGel  est  ici  lâge  de  la  femme  au  mariage,  ce  sacrement  correspondant   dans   les   sociétés   anciennes   a   un   véritable  permis  de  procréer.  On  se  marie  plus  tôt  dans  le  deuxième  moiGe   du   XVème   siècle   qu’aux   temps   précédant   la   Peste  Noire.  •  Combien  d’habitants  a  la  Renaissance  sur  le  territoire  de  la  France   actuelle?   Au   plus   bas   de   la   dépression  démographique,   il   abriterait   quelques   dix   millions  d’habitants.  A  la  fin  du  XVème  siècle,  un  bond  sensible  a  été  accompli,  et  ils  sont  pour  le  moins  15  millions.  Au  milieu  du  XVIème  siècle,  une  nouvelle  avancée  s’est  produite,  qui  fait  proposer  une  fourche^e  de  18  a  21  millions.  Il  s’agit,  et  de  loin,  de  la  monarchie  la  plus  peuplée  du  conGnent.    
  • 30. Un  royaume  prospère?  •  Avec   une   natalité   importante,   la   France   a^eint  les  20  millions  d’années  vers  1500.  Elle  bénéficie  également   d’importants   flux   démographiques  (jeu  combine  de  l’immigraGon  des  paysans  vers  les  villes  et  de  l’émigraGon  étrangère).  •  Dès   la   fin   du   XVe   siècle,   les   paysans   se  transforment   en   ouvriers,   filant   et   Gssant  pendant  les  mois  creux  du  calendrier  agricole,  le  lin,   le   chanvre   et   la   laine,   pour   les   marchands-­‐fabricants  de  la  ville.  •  Le   mode   principal   de   producGon   dans   le  domaine   industriel   et   commercial   demeure  toujours   essenGellement   arGsanal.   C’est   aussi  l’avènement   des   marchands-­‐banquiers.   Dans  ce^e   période   d’inflaGon   du   pouvoir   et   de   sa  représentaGon,   les   princes   ne   peuvent   plus   se  contenter   de   revenus   ordinaires   (ceux   de   leurs  domaines)   ou   de   leurs   revenus   extraordinaires  fournis   par   les   impôts   :   nécessite   est  d’emprunter.   L’une   des   royales   manières   de  contracter   un   emprunt   est   de   donner   a   ferme  quelques   péages,   douanes   et   autres   taxes  indirectes   ;   le   financier   avance   immédiatement  le  montant  escompte,  puis  se  charge  de  la  levée  fiscale  sur  le  terrain.  Marinus  Van  Remeyrsmaele  -­‐  XVIème  siècle  
  • 31. Produire  •  La  reconquête  des  terroirs:  La  Renaissance  rurale  passe  par  la  remise  en  valeur  des  espaces  agricoles,  élément  essenGel  de  la  reconquête  du  royaume.    •  En   ces   temps   d’hommes   plutôt   rares,   il   faut   alors   négocier  avec  les  paysans  les  condiGons  dans  lesquelles  la  remise  en  valeur  peut  s’effectuer.  Les  droits  seigneuriaux  sur  les  tenures  sont  souvent  limites  et  les  propriétaires  consentent  des  baux  a  long  terme:  la  condiGon  paysanne  devient  globalement  plus  favorable.    •  Largement   humanisée,   la   foret   est   parcourue   par   les  bucherons,   les   saboGers,   les   gardiens   de   troupeaux…     Le  couvert  foresGer  est  souvent  esGme  a  un  Gers  du  territoire  –  ce  qui  paraît  un  peu  excessif.    •  Les   inflexions   des   acGvités:   Le   sarrasin,   nouveau   venu   en  Bretagne,  est  en   passe  d’y   devenir  une  véritable  culture  de  civilisaGon.  Ce  «  blé  noir  »  consGtue  bientôt  une  des  bases  de  l’alimentaGon  des  ruraux.    •  En   Normandie,   l’avoine   progresse   alors   que   l’élevage   se  développe.    •  «  Le  XVIème  siècle  plante  a  tour  de  bras  ».  (Emmanuel  Le  Roy  Ladurie).      Le  château  d’Ussé.  Le  Nain.  
  • 32. Produire  •  Formes   de   la   producGon:   Certaines   exploitaGons  viGcoles,   voire   céréalières,   sont   totalement   ou  presque   totalement   spéculaGves,   en   ce   sens   que  presque  toute  leur  producGon  est  vendue.    •  La  producGon  arGsanale:  De  plus  en  plus  de  bras  se  consacrent   a   la   producGon   arGsanale   et   tous   les  auteurs   s’accordent   pour   considérer   la   Renaissance  comme  une  période  parGculièrement  faste  pour  elle.  •  Ce  sont  généralement  les  maGères  premières,  les  plus  couteuses   (laines   de   qualité,   fils   de   soie,   colorants)  qui  circulent  sur  les  plus  grandes  distances.    •  La  producGon  métallurgique  pour  sa  part  connaît  une  véritable   explosion,   en   parGculier   la   sidérurgie:   les  hauts-­‐fourneaux   perme^ent   de   produire  d’importantes  quanGtés  de  fonte,  affinées  ensuite  au  marteau  hydraulique.    •  L’ancien  et  le  nouveau:  On  assiste  a  la  Renaissance  a  la  première  amorce  d’une  société  de  consommaGon  en   Europe.   Mais   on   est   bien   loin   encore   d’une  révoluGon   industrielle.   Le   blocage   technique   décisif  Gent   a   l’absence   de   nouvelle   source   d’énergie.   Rien  ne   vient   s’ajouter   aux   moulins   qui   jouent   depuis  longtemps   un   rôle   central   dans   nombre   d’acGvités  industrielles.      Le  Louvre  a  la  fin  du  XVIème  siècle  
  • 33. Produire  •  En  maGère  d’innovaGon,  en  parGculier,  dans  le  domaine  texGle,  le  trait  fondamental  de  la  période  est  sans  doute  l’essor  de  la  proto-­‐industrialisaGon   marquée   par   la   prise   en   main   des   circuits   de  producGon  par  des  marchands.  Certains  d’entre  eux  fournissent  les   maGères   premières,   parfois   même   l’équipement,   et   les  producteurs   sont   en   fait   des   salaries   travaillant   pour   leur  donneurs  d’ouvrages.    •  Travail  et  capital:  C’est  toujours  l’entreprise  familiale,  arGsanale  ou  agricole,  qui  consGtue  le  modèle  dominant.  Dans  le  contexte  globalement   favorable   de   la   Renaissance,   toute   injecGon   de  capital   a   donc   de   bonnes   chances   de   produire   rapidement   des  profits.      Tapisserie  Feuille  de  Choux  Pays  Flandres  XVIème  siècle  Maison  de  Marchands  de  toile  dans  le  Finistère  
  • 34. Le  monde  de  l’échange  •  L’approche  par  les  marches:  Les  exportaGons  de  toile  bretonne  vers  l’Angleterre  ont  lieu  de  port  a  port,  le  plus   souvent   sur   la   base   de   produits   spécifiques,   sans   que   puisse   se   manifester   une   concurrence  d’ensemble  qui  structurerait  un  marche  de  la  toile  unifie.  Les  espaces  de  l’échange  sont  donc  segmentes,  a  la  fois  hétérogènes,  polarises  et  hiérarchisés,  sans  régulaGon  globale.    •  Les  contradicGons  abondent:  la  réussite  des  foires  de  Lyon  entraine  ainsi  une  forte  exportaGon  de  métaux  précieux,  contreparGe  de  l’achat  de  produits  de  luxe  étrangers,  alors  même  qu’empêcher  or  et  argent  de  qui^er  le  royaume  est  un  objecGf  pour  le  roi  et  son  conseil.  Tout  porte  donc  a  croire  qu’il  n’y  a  pas  de  véritable  poliGque  économique  ou  commerciale  cohérente  a  l’œuvre  .      Lyon  produit  un  1/3  de  l’imprimerie  française  a  la  fin  du  XVIème  siècle  
  • 35. Le  monde  de  l’échange  •  Les   instruments   monétaires   et   financiers:   L’économie  souffre   durablement   d’une   pénurie   de   monnaie  métallique,   alors   que   la   volonté   de   transacGons   s’accroit  sensiblement.    •  L’abandon  en  1467  du  système  dit  du  pied  de  la  monnaie,  qui  étalonnait  strictement  les  monnaies  d’argent  les  unes  par  rapport  aux  autres  pour  ce  qui  touche  leur  contenu  en  métal   précieux,   insGtuGonnalise   l’existence   d’une   double  circulaGon   d’espèces   d’argent,   les   unes   a   forte   valeur  métallique,  uGlisées  dans  les  échanges  a  longue  distance,  et  les  autres  dont  la  valeur  est  en  parGe  fiduciaire  et  qui  servent   aux   transacGons   locales   de   faible   ampleur…   La  le^re   de   change   devient   une   véritable   monnaie  internaGonale   (L’opéraGon   a   une   uGlité   monétaire:   on  transfère   des   fonds   sans   circulaGon   monétaire   avec  change  d’une  monnaie  a  l’autre.    •  Il   y   a   également   les   «   prêts   a   la   grosse   aventure   »   qui  financent  de  nombreuses  expédiGons  mariGmes.      Une  rue  commerçante  dans  une  ville  au  début  du  XVIème  siècle  
  • 36. Le  monde  de  l’échange  •  Les  principes  de  l’échange:  Personne  ne  doit  prêter  dans  le  but   d’obtenir   une   rémunéraGon   sans   quoi   il   y   a   usure.  Quand  le  prêt  est  resGtue,  il  est  accompagne  d’un  surplus,  il   ne   peut   s’agir   que   de   quelque   chose   qui   relève   de   la  liberté  du  débiteur,  qui  l’accorde  par  amiGé,  comme  une  grâce.  •  A   la   Renaissance,   ce   sont   les   hommes   de   l’échange,  marchands   au   premier   chef,   et   non   les   producteurs,   qui  occupent  une  posiGon  centrale  pour  contrôler  et  orienter  marches  et  producGons,  grâce  a  leur  maitrise  des  stocks  et  des   flux   de   capitaux.   En   effet,   le   capital   fixe   est   souvent  modique,   le   capital   circulant   occupe   une   place   bien   plus  importante.      Naar  Quiten  Massys  peint  le  banquier  et  sa  femme.  Le  Lévi*que  déclare  «  vous  ne  commebrez  pas  de  fraude  sur  les  mesures,  les  poids  et  les  contenances  ».  
  • 37. Le  monde  de  l’échange  •  Les  moteurs  de  l’échange:  Si  le  royaume  de  France   est   riche   et   peuple,   il   s’inscrit  toujours   dans   une   économie   de   pénurie.  Même   s’ils   suscitent   plus   d’intérêt,   les  objets   restent   rares.   Les   arGsans   en  parGculier   bornent   généralement   leur  acGvité  a  ce  qu’ils  pensent  pouvoir  vendre.    •  Les   marchands:   L’importance   des   colonies  marchandes  étrangères  est  a^estée  dans  les  principales  villes  du  royaume.  Sans  parler  de  Lyon   ou   règnent   les   Italiens,   a   Rouen   ou   a  Nantes   les   marchands   ibériques   assurent  une   part   notable   du   commerce   texGle  internaGonal.    •  L’approvisionnement   en   épices   et   en  soieries  demeure  aux  mains  des  Italiens  et,  a  la  fin  du  XVème  siècle,  c’est  par  l’axe  Milan-­‐Lyon  que  ces  produits  arrivent  aux  foires  de  la  capitale  des  Gaules.    Marchands  espagnoles  a  Rouen.  
  • 38. Le  «  beau  XVIème  siècle  »:  structures  et  conjonctures  •  S’impose  un  climat  d’incerGtude  et  d’insécurité,  renforce  par  les  faibles  capacités  d’anGcipaGon  de  la  plupart  des  acteurs,  en   raison   même   de   la   faiblesse   des   ressources   dont   ils  disposent.   D’ou   l’importance   centrale,   dans   les   relaGons  sociales,   des   garanGes   interpersonnelles,   seules   a   même  d’apporter  une  certaine  sécurité.    •  Il   n’existe   pas   de   marche   unique,   mais   une   mulGtude   de  circuits   juxtaposes   et   emboites,   et   aussi   différenciés  socialement.   Seuls   quelques   operateurs   sont   en   mesure  d’intervenir  en  même  temps  sur  plusieurs  d’entre  eux  et  en  plusieurs  lieux.  Parmi  eux,  des  marchands  figurent  au  premier  rang.    •  InflaGon  et  revenus:  N’y  a  t’il  pas  un  simple  phénomène  de  dévaluaGon  monétaire,  lie  a  l’augmentaGon  stock  métallique  disponible?   A   la   Renaissance,   en   effet,   l’argent   affluant   des  mines  d’Europe  centrale  et  l’or  rapporte  d’Afrique  et  bientôt  d’Amérique   perme^ent   de   frapper   beaucoup   plus   de  monnaies  métalliques?  •  C’est  la  hausse  des  prix  des  céréales  qui  s’avère  la  plus  forte,  loin  devant  les  autres  denrées  alimentaires  et  les  produits  de  l’arGsanat.  C’est  pour  les  salaries,  en  ville  et  sans  doute  plus  encore  a  la  campagne,  que  l’évoluGon  est  la  moins  favorable.  Le  beau  XVIème  siècle  est  ainsi  progressivement  marque  par  une  cruelle  paupérisaGon  populaire.    Paris  au  XVIème  siècle.  
  • 39. Le  «  beau  XVIème  siècle  »:  structures  et  conjonctures  •  Du   renouveau   a   la   crise?:   L’augmentaGon   de   la  populaGon,   avec   toutes   les   consommaGons   qui   en  découlent,  provoque  également  des  tensions  écologiques:  sols  surexploites  par  les  cultures,  espaces  boises  fragilises  par   une   pression   intense   et   de   vives   concurrences.   En  outre,   a   parGr   des   années   1540,   les   difficultés   semblent  aggravées   par   des   condiGons   climaGques   plus  défavorables  qui  marquent  l’entrée  dans  (Emmanuel  Leroy  Ladurie).    La  Dame  a  la  Licorne  Tapisserie  de  Flandres.  
  • 40. Une  société  en  mouvement?  •  Valeurs:  Le  don  consGtue  une  première  valeur  centrale:  tout  sur   terre   est   don   de   Dieu,   et   l’échange   des   dons   entre   les  hommes   et   avec   Dieu   consGtue   par   conséquent   un   lien  privilégié.  C’est  une  véritable  économie  d’obligaGons  amicales  et   charitables   qui   est   ainsi   insGtuée,   et   qui   manifeste   de  mulGples  façons  la  fraternité  qui  unit  entre  eux  fils  et  filles  de  Dieu.    •  La   famille   offre   des   garanGes   essenGelles   face   aux  incerGtudes   du   monde   social.   Cet   appui   profite   aux  personnes,  mais  concerne  aussi  les  patrimoines.  Le  poids  du  modèle   familial   fait   que   la   société   dans   son   ensemble   peut  être  considérée  comme  une  associaGon  de  familles.    •  Parfois  les  redevances  seigneuriales  ne  sont  plus  considérées  que   comme   une   sorte   de   taxe   ou   de   loyer,   qui   s’inscrit  désormais  dans  une  simple  relaGon  contractuelle.    •  L’établissement  du  système  fiscal  fait  de  la  communauté  un  acteur  de  base  de  la  levée  du  principal  impôt,  la  taille.  Mais  la  dimension   militaire   joue   son   rôle,   car   l’auto-­‐défense  communautaire   s’est   largement   diffusée   au   temps   de   la  guerre  de  Cent  ans.    •  C’est   aux   communautés   qu’il   incombe   en   effet   de   fournir  francs-­‐archers  ou  arbalétriers  qui  doivent  épauler  (et  a  terme  remplacer?)  les  mercenaires  de  l’infanterie  royale.  Ecole  Allemande.  XVIème  siècle.  Ecole  Italienne.  XVIème  siècle.  
  • 41. Une  société  en  mouvement?  •  La  levée  de  la  taille,  outre  les  problèmes  concrets  qu’elle  suscite,  est  une  occasion  de  formaliser  localement  une  échelle  des  fortunes  et  des  revenus,  avec  tous  les  enjeux  de  dissimulaGon,  mais  aussi  les  lu^es  de  classement  que  cela   entraine,   car   se   construit   alors   un   rapport   entre  idenGté  sociale  et  versement  d’une  redevance.    •  Le   monde   urbain:   Suite   aux   conflits   salariaux   dans   les  premières   imprimeries   a   Paris   et   a   Lyon,   la   monarchie  réagit   en   interdisant,   par   l’ordonnance   de   Villers-­‐Co^erêts  (1539),  toutes  les  confréries  de  méGers.  Mais  la  décision  n’est  pas  véritablement  appliquée:  des  avril  1541,   celle   des   drapiers   de   Paris   est   de   nouveau  autorisée.    •  La   condiGon   nobiliaire:   Progressivement,   ce   qui   était  une   qualité   individuelle   (X   est   reconnu   comme   une  homme   noble)   tend   a   qualifier   tout   un   groupe   (X  apparGent  a  la  noblesse).  A  la  Renaissance,  la  noblesse  est  un  groupe  (et  un  statut)  a  la  fois  ouvert,  accessible  et  tres  a^racGf.    
  • 42. Une  société  en  mouvement?  •  Les   reformes   du   Bien   Servi   entrainent   une   une  réducGon  des  effecGfs  et  une  professionnalisaGon  de   l’armée   royale   qui   définît,   au   sein   de   la  noblesse,  une  groupe  militaire  plus  restreint.    •  SégrégaGons,   exclusions,   régulaGons:   Le   bordel  public  est  une  insGtuGon  nouvelle  et  florissante  a  la  fin  du  Moyen  Age.  Ce^e  insGtuGon  est  remise  en  cause  au  XVIème  siècle  avec  la  diffusion  de  la  syphilis   des   années   1520   et   avec   le   nouveau  regard  porte  sur  le  plaisir  charnel  avec  la  Reforme  protestante.    •  On   voit   apparaître   également   les   Coquillards   –  une   bande   organisée   qui   mulGplie   les   forfaits   a  Dijon.  Ils  sont  au  cœur  meme  de  la  société.    Scène  de  Bordel  par  Jan  Steen.  
  • 43. Une  société  aux  opportunités  sélecJves  •  L’essor   urbain:   Les   villes   de   la   fin   du   Moyen   Age  demeurent   le   plus   souvent   corsetées   dans   leurs  enceintes,  alors  même  que  leur  populaGon  augmente  et  se  densifie.    •  L’ascenseur   social:   La   Renaissance   connaît   de   réelles  dynamiques   sociales:   il   y   a   des   places   a   prendre,   d’une  part   a   cause   de   nouvelles   opportunités   liées   aux  transformaGons   de   la   société,   d’autre   part   grâce   aux  niches  qui  se  libèrent  (exGncGon  biologique  des  familles,  échec  et  déclins  divers).  La  promoGon  part  du  monde  des  paysans  et  des  arGsans.    •  La   foncGon   d’avocat   s’avère,   jusqu’en   1560,   une   source  d’enrichissement   rapide   et   sure.   L’office   peut,   de   son  cote,  être  une  voie  d’accès  a  la  noblesse;  sous  une  forme  directe,   cela   reste   très   rare   car   peu   de   charges   sont  annoblissantes.    •  Dans  le  processus  d’ascension,  l’accès  a  la  terre  demeure  fondamental,   car   le   patrimoine   foncier   est   le   mieux   a  même  d’assurer  un  idéal  renGer  largement  répandu.  Dans  le   Bordelais,   le   achats   de   seigneuries   par   des   bourgeois  prennent  leur  essor  vers  1520.    Plan  de  Paris  au  XVIème  siècle.  
  • 44. Une  société  aux  opportunités  sélecJves  •  Le   marche   foncier   devient   un   champ   de   rivalités  sociales:  les  transferts  de  biens  ne  s’y  limitent  pas  au  dépouillement,   encore   limite   d’ailleurs,   de   peGts  paysans   et   de   nobles   en   difficulté   par   des   élites  urbaines  triomphantes.  Ventes,  achats  et  saisies  ont  le  plus   souvent   lieu   entre   paysans:   c’est   par   ce   bais  qu’émerge   un   peu   partout   une   groupe   de   laboureurs  appelé  a  dominer  la  communauté  villageoise.      
  • 45. La  «  grant  monarchie  de  France  »  •  Le  Gtre  de  l’ouvrage  de  Claude  de  Seyssel,  rédige  en  1515  et  publie  en  1519,  donne  bien  le  ton  de  la  période:  la  Renaissance  de  la  sorGe  victorieuse  de   la   guerre   de   Cent   ans,   a   l’éclatement   des  guerres   de   religion,   est   marquée   par   un   grand  rayonnement   et   un   rôle   croissant   de   la  monarchie.  •  Les  rois:  Le  roi,  personne  publique,  a  encore  du  mal   a   abandonner   totalement   sa   dimension  privée.  Ainsi,  Louis  XII  ou  François  Ier,  souverains  qui  succèdent  a  un  de  leurs  cousins,  Gennent-­‐ils  a  conserver   un   patrimoine   a   part   de   celui   de   la  couronne.    •  HériGer  légiGme,  oint  et  sacre,  le  roi  est  le  père  de   ses   sujets,   mais   aussi   l’époux   de   la   chose  publique   qui   lui   apport,   lors   du   sacre   conçu  comme  un  mariage,  le  domaine  comme  dot  de  la  couronne.    
  • 46. La  «  grant  monarchie  de  France  »  •  Le   roi   et   les   siens:   Le   cercle   de   la   faveur   comprend  d’abord   les   favorites.   Pour   la   première   fois   dans   les  années  1444-­‐1450,  Agnès  Sorel,  maitresse  de  Charles  VIII,  occupe   une   positon   quasi   officielle   a   la   cour.   Son  influence   poliGque   reste   cependant   très   discutée.  François   Ier   aura   le   duchesse   d’Etampes,   puis   Diane   de  PoiGer  qui  lui  survivra  et  accompagnera  ensuite  Henri  II.    •  L’hôtel  (bientôt  appelé  maison)  du  roi,  cœur  de  la  cour,  est   un   lieu   parGculièrement   opportun   pour   se   faire  remarquer  du  Prince  et  en  obtenir  les  faveurs.    •  A   parGr   du   règne   de   François   Ier,   qui   a^ache   une  importance  parGculière  au  rayonnement  de  la  cour,  celle-­‐ci  est  élevée  au  rang  de  mythe.  Et  un  essor  spectaculaire  la   fait   passer   de   d’un   millier   de   personnes   sous   Charles  VIII   a   plusieurs   milliers:   des   maxima   de   8000   a   12000  personnes  sont  avances.    Très  rapidement,  en  1444,  Agnès  Sorel  va  passer  du  rang  de  demoiselle  dhonneur  dIsabelle  de  Lorraine  à  celui  de  première  dame  officieuse  du  royaume  de  France.  Son  art  de  vivre  et  ses  extravagances  rejebent  la  Reine  dans  lombre.  Les  voiles  et  autres  guimpes  sont  abandonnés,  et  elle  invente  le  décolleté  épaules  nues  qualifié  de  «ribaudise  et  dissolu*on  »  par  les  chroniqueurs  de  lépoque.  De  ver*gineuses  pyramides  surmontent  sa  coiffure.  Des  traînes  de  huit  mètres  de  long  allongent  ses  robes  bordées  de  fourrures  précieuses  :  martre  ou  zibeline.  En  cebe  année  1444,  le  roi  lui  offre  20.600  écus  de  bijoux  dont  le  premier  diamant  taillé  connu  à  ce  jour.  Pour  se  procurer  ces  atours  précieux,  elle  devient  la  meilleure  cliente  de  Jacques  Cœur,  marchand  interna*onal  et  grand  argen*er  du  roi,  qui  a  amassé  des  trésors  venus  dOrient  dans  son  palais  de  Bourges.  
  • 47. Anne  de  Beaujeu,  la  sœur  de  Charles  VIII  •  Anne  de  Beaujeu  était  très  contraire  à  l’expédiGon  d’Italie  et   croyait   toujours   retenir   son   frère.   Il   lui   échappa   un  maGn.  Il  était  facile  a  prévoir  que  la  France  serait  forcée  d’envahir  tôt  ou  tard  l’Italie.  Appelée  1o  fois,  20  fois  peut  être,  elle  avait  fait  la  sourde  oreille,  laissant  démêler  ce^e  affaire  entre  l’Aragonais  et  le  Provençal  qui,  depuis  200  ans,  se  disputaient  le  royaume  de  Naples.    •  Deux   puissances   paraissaient   à   l’horizon,   l’Espagne   et  l’Empire   turc.   Chaque   année,   par   un   progrès   fatal,   la  flo^e   turque   gravitait   vers   l’ouest   et   venait   heurter  l’Italie.   Au   Midi,   cet   empire   se   révélait   comme   force  mariGme   :   ravages   des   barbaresques   et   enlèvement  périodique  des  populaGons.  C’était  jouer  un  jeu  terrible  que  de  les  appeler,  comme  faisait  Venise  contre  Naples,  et  celle-­‐ci  contre  Venise.    Anne  de  France  est  née  en  1461.  Il  sagit  de  la  fille  aînée  de  Louis  XI  et  de  Charlobe  de  Savoie.  Son  père  la  surnommait  «  la  moins  folle  femme  de  France  ».  Elle  est  mariée  en  1474  avec  Pierre  de  Beaujeu,  frère  du  Duc  de  Bourbon,  de  vingt-­‐deux  ans  son  aîné  et  devient  ainsi  Anne  de  Beaujeu.  En  1483,  à  la  mort  du  roi  son  père,  elle  se  voit  confier  la  garde  et  le  gouvernement  de  son  frère,  Charles  VIII,  qui  n’a  alors  que  treize  ans,  comme  son  père  lavait  souhaité.  Elle  montre  un  caractère  très  affirmé  et  un  goût  du  pouvoir  qui  vont  faire  d’elle  une  véritable  souveraine  pendant  sa  régence.    
  • 48. La  «  grant  monarchie  de  France  »  •  Le  décision  poliGque  au  sommet:  Le  Prince,  s’il  ne  veut  pas  agir  en  tyran,  se  doit  de  prendre  conseil.  Ceux   qu’il   sollicite   ont   alors   l’obligaGon   de   lui  donner   leur   avis   pour   l’aider   a   gouverner.   Le  «   devoir   de   conseil   »   engage   donc   les   deux  parGes.    •  L’exaltaGon   du   Prince:   La   devise   d’Henri   II  «  Donec  totum  impleat  urbem  »  vise  clairement  a  concurrencer  le  «  Plus  oultre  »  de  Charles  Quint.    •  La  personne  du  roi  occupe  une  place  centrale.  Le  corps  physique  du  souverain  est  de  plus  en  plus  souvent  mis  en  avant.    
  • 49. La  «  grant  monarchie  de  France  »  •  C’est   avec   Louis   XII   qu’apparaît   sur   certaines  monnaies  un  profil  individualise.    •  Guillaume   Budé   offre   a   François   Ier,   en   1519,  «  Une  insGtuGon  du  Prince  »  qui  dresse  de  lui  un  portrait   élogieux.   Mais   les   louanges   ne   relèvent  pas   de   la   simple   fla^erie   intéressée:   elles   se  veulent  performaGves.    
  • 50. L’appareil  monarchique  •  Les   enjeux   financiers:   La   guerre   de   Cent   ans   a   permis   d’asseoir  une  fiscalité  régulière,  directe  et  indirecte.  Celle-­‐ci  se  mainGent  après  le  retour  a  la  paix.  Tout  au  long  de  la  période,  les  quesGons  militaires   représentent   le   premier   poste   de   la   dépense  monarchique.  Mais  la  cour  consGtue  alors  le  second  poste.  Sous  François  Ier,  elle  absorbe  près  de  30%  des  fonds  disponibles,  en  temps  de  paix.    •  Les   fermiers   des   impôts   a   la   Renaissance   sont   généralement  d’assez   peGts   personnages,   bien   éloignés   des   futurs   fermiers  généraux.    •  Le  clergé  est  astreint  au  paiement  de  décimes  dont  la  levée  se  fait  de  plus  en  plus  souvent  régulière.    •  L’Etat  de  jusGce:  Le  roi  est  le  maitre  des  remissions.  En  théorie,  sa  capacité   a   gracier   est   immense.   Dans   les   faits,   elle   paraît   se  restreindre.    •  Le  vol  est  de  plus  en  plus  regarde  comme  un  crime  qui  peut  faire  l’objet  d’une  le^re  de  rémission.    •  La  croissance  du  personnel:  Des  échelons  nouveaux  apparaissent  (présidiaux   1552),   des   acGvités   sont   érigées   en   offices   vénaux  (vendeurs  de  poissons  de  mer  a  Paris,  personnels  des  eaux  et  des  forets).   Désormais,   le   monde   de   l’office,   épaulé   par   les  subalternes  qui  gravitent  autour  de  lui,  a  une  visibilité  accrue.    Ecus  d’Or  de  Louis  XII.    
  • 51. L’appareil  monarchique  •  Une   emprise   accrue   de   la   monarchie   a   la   Renaissance?:   La  poliGque   royale   dans   sa   globalité,   avec   fronGères,   monnaie,  système   douanier,   fiscalité   et   législaGon,   définit   un   espace  économique  et  influe  de  ce  fait  sur  l’acGvité  humaine.  En  effet,  une  acGon  mercanGliste  (sans  le  nom)  est  menée  par  les  rois  de  France,  des  ce^e  époque.    •  Des  limites  vite  a^eintes:  L’officialisaGon  de  la  tenue  de  registres  paroissiaux  ne  vise  évidemment  pas  a  mieux  connaître  l’évoluGon  d’ensemble  de  la  populaGon.  Les  élites  dirigeantes  savent  que  la  France   est   un   royaume   riche   et   peuple,   mais   la   mesure   en   est  bien  difficile  a  prendre.    •  Agir   localement:   Montaigne   peut   écrire   encore   avec   un   peu  d’exagéraGon  qu’aux  «  provinces  éloignées  de  la  cour,  le  poids  de  la  souveraineté  ne  touche  un  genGlhomme  français  a  peine  deux  fois  en  sa  vie.  »  Extrait  de  registres  paroissiaux,  le  clergé  y  consigne  deux  sacrements  (baptêmes  et  mariages)  
  • 52. Le  nouveau  messie  est  le  roi  •  A  mesure  que  s’affaiblit  dans  les  esprits  le  dogme  l’incarnaGon,  grandit  et   se   forGfie   l’idolâtrie   monarchique.   C’est   l’adoraGon   de   la   force,  l’obscurcissement   du   Droit.   Le   fil   des   affaires   poliGques,   moins  mulGple,  moins  complexe,  mis  dans  une  seule  main,  devient  pourtant  difficile   a   suivre   ;   ce^e   main   unique   est   fermée.   Toute   affaire   est  maintenant  personnelle,  de  famille,  de  favoriGsme,  de  galanterie.  •  Où  fut  l’âme  de  l’Italie  au  XVIème  siècle  ?  Dans  la  placide  facilite  du  charmant   Raphael   ?   Dans   la   sublime   ataraxie   du   grand   Leonard   de  Vinci,  le  centralisateur  des  arts,  le  prophète  des  sciences  ?  •  Dans   Saint   Pierre,   Michel-­‐Ange   n’avait   guère   songe   au   triomphe   du  catholicisme,   il   n’a   rêve   que   le   triomphe   de   l’art   nouveau,  l’achèvement  de  la  grande  victoire  de  son  maitre  Brunelleschi,  devant  l’œuvre   duquel   il   a   fait   placer   son   tombeau   afin,   disait-­‐il,   de   le  contempler   pendant   toute   l’éternité.   Il   a   procédé   de   deux   hommes,  Savonarole  et  Brunelleschi.  Il  n’est  ni  païen,  ni  chréGen.  Quiconque  fut  entre  chez  lui  la  nuit  (il  dormait  peu),  l’eut  trouve  travaillant  la  lampe  au  front,  comme  un  cyclope,  et  aurait  cru  voir  un  frère  des  Titans.  Le  violent  Jules  II  avait  ose  accepter  pour  son  mausolée  le  plan  de  Michel-­‐Ange,   plan   immense   qui   aurait   été   un   temple   dans   un   temple.   Une  tombe  qui  aurait  porte  40  colosses,  de  vertus,  de  royaumes  conquis,  de   religion,   Moise   et   l’Evangile.   Le   Ciel   s’y   réjouissait   et   la   Terre   y  pleurait.  Mais  le  pape  avait  décidément  tourne  le  dos  à  Michel-­‐Ange.  Il  ne  le  voyait  plus.  Il  le  laissait  payer  les  marbriers  de  son  argent.   Moise  de  Michel-­‐Ange.  
  • 53. La  chapelle  Six6ne  –  un  défi  pour  Michel-­‐Ange  •  Ce   serpent,   Bramante,   avait   imagine   un   coup   pour   désespérer  Michel-­‐Ange.   Il   lui   fit   ordonner   par   ce   pape   insensé,   a   lui  sculpteur,   de   peindre   la   chapelle   SixGne.   Michel-­‐Ange   n’avait  jamais   touche   pinceau   ni   couleur,   ne   savait   ce   quétait   qu’une  fresque.  La  chapelle  SixGne  était  ce^e  voute  obscure  et  solitaire,  dans  laquelle  il  passe  au  moins  cinq  ans  (1507-­‐15012).  C’est  dans  ce^e  solitude  absolue  des  années  1507,  1508,  1509,  1510,  c’est  pendant  la  guerre  de  la  Ligue  de  Cambrai,  ou  le  pape  donna  le  dernier  coup  a  l’Italie  en  tuant  Venise  que  le  grand  Italien  fit  les  prophètes   et   les   sibylles,   réalisa   ce^e   œuvre   de   douleur,   de  liberté  sublime,  d’obscurs  pressenGments,  de  pénétrantes  lueurs.  Et   arrive   au   Gers   de   ce   travail   immense,   il   crut   que   tout   était  perdu.  La  chaux  séchait  lentement  et,  par  places,  elle  se  couvrait  de  moisissures.  Au  jour  dangereux  ou  la  porte  s’ouvrit  enfin  et  ou  le  pape  entra  en  grand  cortège,  Michel-­‐Ange  put  apercevoir  que  son  œuvre  restait  le^re  close,  qu’en  voyant  ils  ne  voyaient  rien.  Etourdis  de  l’immense  énigme,  malveillants,  mais  n’osant  médire  de   ces   géants   dont   les   yeux   foudroyaient,   tous   gardèrent   le  silence.  Le  jugement  dernier  Chapelle  Six*ne.    
  • 54. Les  sujets  et  leur  prince:  une  monarchie  de  la  Renaissance?  •  La  victoire  de  la  guerre  de  Cent  ans  et  la  défaite  des  grands  princes  font  désormais  adme^re  que  tous  ceux  qui  vivent  dans  les  limites  du  royaume  sont  des  sujets  du  roi.  Ce^e  convicGon,  affirmée  des  Philippe  le  Bel,  est  devenue  une  réalité,  voire  une  évidence,  sous  Louis  XI  et  Charles  VIII.    •  Une  monarchie  des  Etats?  Pour  le  paiement  de  la  rançon  de  François  Ier,  des  assemblées  de  la  noblesse  sont  réunies  dans  tout  le  royaume.  Pourtant,  la  Renaissance  marque  un  coup  d’arrêt   dans   un   processus   –   jusqu’alors   tout   a   fait   envisageable   –   de   construcGon   d’une  monarchie   consultaGve   ou   représentaGve.   Par   rapport   aux   potenGalités   de   l’époque  précédente,  mais  aussi  a  la  situaGon  de  nombre  d’autres  pays  d’Europe,  il  y  a  une  originalité  aux  effets  durables.    •  Dialoguer  avec  le  prince?  Dans  un  tel  contexte,  la  noGon  même  de  dialogue  entre  le  roi  et  ses  sujets   pose   quesGon.   Celui-­‐ci   sera   pour   le   moins   restreint   et   biaise.   En   fait,   le   registre  essenGel  et  légiGme  –  laisse  a  l’iniGaGve  des  sujets  en  la  maGère,  relevé  de  deux  catégories  spécifiques:  la  demande  de  faveurs  et  la  doléance.    •  Cependant,  personne  ne  peut  valablement  parler  au  nom  du  peuple,  puisque  seul  le  roi  est  représentant  de  toute  la  communauté.  
  • 55. Les  sujets  et  leur  prince:  une  monarchie  de  la  Renaissance?  •  Allégorie  de  l’unité  de  l’Etat,  assurée  par  le  souverain:  François  Ier,  entoure  de  ses  sujets,  Gent  en  main,  une  grenade,  symbole  d’unité.    Fresque  du  Rosso,  château  de  Fontainebleau,  galerie  François  Ier.  
  • 56. Une  poliJque  de  puissance  •  Pendant   la   Renaissance,   les   menaces   militaires   les  plus  dangereuses  viennent  avant  tout  de  l’extérieur.  En   quelques   occasions   (guerre   du   Bien   Public   sous  Louis   XI,   guerre   folle   sous   Charles   VIII,   trahison   du  connétable  de  Bourbon  sous  François  Ier),  la  guerre  civile   existe   ou   affleure,   mais   jamais   sans  l’implicaGon  décisive  d’ennemis  venus  d’ailleurs.    •  La   naissance   de   la   naGon   «   France   »,   don   de   la  volonté   de   Dieu,   est   un   royaume   très   chréGen,  exempt  de  toute  hérésie,  et  qui  abrite  un  peuple  élu.  La   patrioGsme   français,   en   symbiose   avec   la  monarchie,   s’exprime   a   travers   des   symboles  catholiques  déjà  mulGséculaires  (la  croix  blanche,  les  fleurs   de   lys).   D’ou   le   problème   pose   ensuite   par  l’émergence   du   protestanGsme   et   la   difficulté   a  penser   le   fait   de   pouvoir   être   français   sans   être  catholique.    •  Le  senGment  naGonal  est  également  ethnique,  car  la  naGon  se  veut  une  race.  Au  début  de  la  période,  la  filiaGon   des   Français   avec   les   Troyens   est   une  convicGon  bien  enracinée.    Construc*on  d’une  cite  par  les  Troyens.  
  • 57. L’Etat  le  plus  puissant  d’Europe?  •  En  1500,  la  France  est  bien  l’Etat  le  plus  puissant  d’Europe:  les  villes  ou  p ri n ci p a u tés   d ’o u tremo n ts  semblent   accepter   sa   dominaGon  du  Milanais;  l’empereur  Maximilien  vient  de  signer  une  trêve  ;  l’Europe  orientale  sollicite  l’alliance  de  Louis  XII  contre  les  Turcs.  Il  s’agit  encore  d’une   Europe   aux   naGonalités  b a l b u G a n t e s ,   a u x   i n t é r ê t s  personnels   ou   familiaux   évidents.  S’affirme   dans   cet   espace   mouvant  une  constante  hosGlité  :  celle  de  la  France   et   de   l’Empire   des  Habsbourg.  
  • 58. Une  poliJque  de  puissance  •  La   figure   de   la   France,   «   mère   des   arts,   des   armes   et   des  lois   »   (Joachim   Du   Bellay)   prend   au   XVIème   siècle   une   dimension  culturelle  nouvelle  qui  enrichit  son  exaltaGon.    •  Saint  Michel,  l’archange  retenu  comme  patron  de  la  France  en  1469,  est  justement  choisi  pour  maintenir  le  royaume  en  union  et  contrer  saint  Georges,  qui  connaît  une  promoGon  parallèle  en  Angleterre.    •  Les  forces  royales:  L’ordonnance  de  Nancy  (1445)  crée  15  compagnies  (dites   d’ordonnance)   de   600   hommes   chacune   bien   équipées   et  régulièrement   soldées   par   les   trésoriers   de   l’Ordinaire   des   guerres  (grâce  a  la  taille  des  gens  de  guerre  levée  chaque  année)  –  c’est  la  cavalerie  lourde,  dite  la  gendarmerie.    •  Reste  l’infanterie:  les  francs-­‐archers,  crées  en  1448,  a  raison  d’un  par  paroisse  sont  des  comba^ants  exemptes  de  taille  et  mobilisables  en  cas   de   conflit.   Cependant,   l’infanterie   reste   le   domaine   de  mercenaires  levés  lors  de  chaque  conflit.  Beaucoup  sont  étrangers:  ils  viennent  des  cantons  suisses  ou  sont  des  lansquenets.  Beaucoup  sont  originaires   du   Sud-­‐Ouest:   ils   sont   Gascons,   Armagnacs,   Béarnais   et  Basques.    •  A  cote  des  effets  de  choc,  fonde  sur  la  charge  de  cavalerie,  se  pose  la  quesGon  de  l’efficacité  du  feu.  La  mort  de  Bayard,  aba^u  en  1524  par  un  arquebusier,  paraît  ici  emblémaGque.    Joachim  du  Bellay  Ordre  de  Saint  Michel  
  • 59. Une  poliJque  de  puissance  •  Guerre,   armée   et   société:   L’effort   militaire  représente   un   cout   croissant.   Outre   les  soldes,  le  poids  des  frais  d’équipement  se  fait  senGr:   les   nouvelles   forGficaGons   qu’impose  l’évoluGon  des  techniques  de  siège  sont  très  chères,   et   le   prix   d’un   navire   de   guerre   est  fort  élevé.    •  Du   cote   de   la   diplomaGe:   En   juin   1507,   a  Savone   (Ligurie)   Louis   XII   reçoit   le   roi  Ferdinand   d’Aragon,   alors   que   la   posiGon  française  en  Italie  est  parGculièrement  forte,  et   cela   donne   aux   contemporains   le  senGment   que   les   deux   rois   préparent   une  alliance   contre   l’empereur   ou   le   pape.   C’est  François   Ier   qui   rencontre   le   plus   les   autres  souverains:  Henri  VIII  au  camp  du  drap  d’or  en  1520  et  a  Boulogne  le  pape  Léon  X  en  1516.    •  Le  recours  aux  ambassadeurs  permanents  est  en  plein  essor  a  la  Renaissance.      Les  ambassadeurs  de  France  en  Angleterre,  Jean  de  Dinteville,  ambassadeur  résident  et  Georges  de  Selve,  envoyé  en  mission  –  Hans  Holbein  
  • 60. La  monarchie  et  les  principautés  territoriales  •  Les   principautés   territoriales   consGtuent   une   figure   centrale   de  l’espace   poliGque   a   la   Renaissance.   L’Europe   compte   en   effet   de  nombreuses   construcGons   poliGques   en   plein   essor,   généralement  dynasGques,  de  taille  moyenne  ou  peGte.  Si  beaucoup  d’entre  elles  sont  théoriquement  soumises  a  une  autorité  supérieure  (l’empereur,  de  la  mer  du  Nord  a  la  Lombardie,  le  roi  de  France  en  Bretagne  ou  en  Bourgogne,   le   pape   dans   le   royaume   de   Naples),   elles   ont   souvent  concentre   entre   leurs   mains   presque   tous   les   a^ributs   de   la  souveraineté.    Affrontement  en  tournoi  des  ducs  de  Bretagne  et  de  Bourbon  vers  1460  
  • 61. La  défec6on  du  connectable  de  Bourbon  •  On   a   vu   dans   quel   état   de   dénuement   la   guerre   avait   surpris   le   prodigue   et  imprévoyant  François  Ier,  sans  argent  et  sans  armée,  pour  tout  trésor  ayant  la  promesse  d’un  emprunt,  une  parole  des  banquiers  florenGns,  qui  promirent  au  roi  et  prêtèrent  a  l’empereur.  •  Tous   ces   cadets   ne   rêvaient   d’autre   chose   :   on   le   voit   par   leurs   devises,   Berri  (frère   de   Charles   V)   –   le   temps   viendra.   Bourgogne   –   J’ai   hâté.   Bourbon   –  Esperance.  Bourbon-­‐Albret  –  Ce  qui  doit  être  ne  peut  manquer.  Charles-­‐Quint  se  souvint  toujours  qu’il  avait  eu  la  France  en  dot.  Et  Charles  de  Bourbon,  devenu  souverain  de  7  provinces,  fut,  par  ce^e  fortune  monstrueuse,  par  une  éducaGon  de  frénéGque  orgueil,  mené  au  rêve  atroce  de  me^re  la  France  en  morceaux.  Il  faut  voir  l’énormité  de  ce  royaume  que  ce  Bourbon  avait  en  France.  Il  réunissait  deux  duchés,  quatre  comtes,  deux  vicomtes,  un  nombre  infini  de  châtellenies  et  seigneuries.   Et   bientôt,   Bourbon   fait   connétable   de   France,   on   eut   un   roi   des  Lombards.  Le  roi,  en  1521,  soit  défiance,  soit  jalousie,  lui  ôta  l’un  des  plus  hauts  privilèges  du  connectable,  le  droit  de  mener  l’avant  garde,  le  droit  de  conduire  ou  et  comme  il  voulait.  Bourbon  franchit  le  pas  et  envoya  à  Madrid  et  demanda  la  sœur  de  l’empereur,  l’invasion  de  la  France  par  les  Anglais  et  les  impériaux.  Les  fautes,  les  crimes  de  ce  roi,  on  ne  pouvait  rien  y  faire  que  par  ce^e  médecine  atroce   qui   équivalait   au   suicide,   l’appel   au   sauveur   étranger.   C’est-­‐a-­‐dire   que,  pour  soigner  et  guérir  la  France,  on  n’avait  remède  que  de  l’anéanGr.  Les  juges  et  les  hommes  d’épée,  brouilles  depuis  200  ans,  venaient  d’être  réconcilies  par  le  roi  même,   par   la   cour   et   la   haine   qu’elle   inspirait   :   la   cour,   insGtuGon   nouvelle,  jusquà  la  inconnue,  la  cour  qui  ne  voyait  qu’elle  et  méprisait  le  reste,  la  noblesse  autant   que   le   peuple   ;   une   cour   de   dames   surtout,   toute   place,   toute   pension  donnée  dans  un  cercle  de  favorites,  toute  la  monarchie  devenue  le  royaume  de  la  grâce.  
  • 62. La  défec6on  du  connectable  de  Bourbon  •  Bourbon   pour   n’avoir   pas   de   maitre,   s’en   fut   volonGers   donne   deux,   Henri   VIII   et  Charles-­‐Quint.  Il  semble  qu’il  ait  cru  faire  deux  dupes  qui  feraient  la  dépense,  pour  qu’il  eut  le  profit.  Le  roi  détrône  ou  tue,  le  Parlement  eut  déclare  sans  doute  que  la  France  voulait   un   roi   français.   La   France   serait-­‐elle   démembrée   ?   Oui,   eut   dit   Charles-­‐Quint.  Non,  eut  dit  Henri  VIII,  qui  voulait  le  tout.  Les  deux  rois  entreront  par  le  midi  et  l’ouest,  Bourbon  par  l’est  avec  des  Allemands.  •  Le   roi   entra   alors   à   Moulins,   mit   ses   soldats   aux   portes   et   alla   loger   chez   le   duc   de  Bourbon.   Le   faux   malade,   interroge,   n’osa   nier   ce^e   fois.   Il   avoua   que   l’empereur   lui  avait  fait  des  ouvertures,  et  dit  qu’il  n’avait  rien  voulu  écrire,  mais  a^endre  le  roi  pour  révéler  tout.  Le  roi  fit  semblant  de  le  croire,  le  rassura,  lui  dit  qu’il  n’avait  rien  a  craindre  du  procès.  C’était  le  7  septembre  ;  les  Espagnols  entraient  en  Gascogne,  les  Allemands  en  Champagne.  Il  ne  désespère  pas  d’amuser  encore  le  roi,  lui  envoya  un  homme  grave,  l’évêque  d’Autun,  avec  une  le^re  ou  il  prome^ait  sur  l’honneur  de  le  servir,  si  on  lui  rendait  seulement  les  biens  propres  de  Bourbon.  Il  reste  en  Comte  près  de  trois  mois.  Qu’a^endait-­‐il   ?   Que   la   France   vint   a   lui.   Elle   ne   bougeait   pas.   De   septembre   en  décembre,  il  était  reste  immobile  a  croire  que  la  noblesse  de  France  allait  le  rejoindre.  Soit  loyauté,  soit  intérêt,  elle  s’a^acha  au  sol  et  ne  remua  point.  Le  roi,  il  est  vrai,  lui  avait  donne  une  preuve  ina^endue  de  confiance  ;  il  rendit  aux  seigneurs  le  pouvoir  de  juger  a  mort  les  vagabonds,  aventuriers,  pillards,  que  les  prévôts  royaux  leur  livreraient.  L’homme  du  roi  n’était  que  gendarme,  le  seigneur  était  juge.  Si  la  chose  eut  duré,  c’eut  été  l’abandon  de  tout  l’ordre  nouveau,  une  abdicaGon  de  la  royauté.  •  Les   allies   avaient   cru   so^ement   n’a^aquer   qu’un   roi.   Ils   trouvèrent   une   naGon.   Du  moins,   la   France   féodale,   la   France   communale,   s’unirent   et   s’accordèrent   pour  repousser   l’ennemi.   Des   armées   régulières,   pourvues   de   tout,   furent   arrêtées   ou  retardées  par  ces  résistances  unanimes.  Le  connétable  de  Bourbon  a  la  bataille  de  Pavie.  
  • 63. La  monarchie  et  les  principautés  territoriales  Anne  de  Bretagne,  épouse  successive  de  Charles  VIII  et  de  Louis  XII    Charles  VIII  Louis  XII  
  • 64. La  monarchie  et  les  principautés  territoriales  •  Principautés  et  monarchie:  Bourgogne  et  Bretagne  ont  apporte  a  Charles  VII  une  précieuse  contribuGon    lors  de  la  dernière  phase  de  la  guerre  de  Cent  ans.   Ce   concours   ne   leur   assure   pas   pour   autant   une   reconnaissance  durable  des  souverains.    •  Un  mouvement  d’absorpGon:  Louis  XI  parvient  a  disposer  en  permanence  de   quelques   45.000   comba^ants,   au   prix   d’une   lourde   pression   fiscale,  fortement  revue  a  la  baisse  après  sa  mort.  Pour  tenter  de  suivre  le  rythme,  le   Téméraire   doit   tripler   l’impôt   en   dix   ans,   ce   qui   entraine   de   fortes  tensions.    •  Les  tentaGves  italiennes:  Charles  VIII  revendique  le  royaume  de  Naples  en  qu’hériGer  des  Anjou.  Louis  XII,  peGt-­‐fils  de  ValenGne  VisconG,  veut  arracher  Milan  aux  usurpateurs  Sforza,  qui  dirigent  le  duché  depuis  1450.  Et  quand  François  Ier  envahit  la  Savoie  en  1556,  il  s’abrite  derrière  les  droits  supposes  de  sa  défunte  mère  Louise  de  Savoie.    •  Avec   Charles   VIII,   Naples   est   conçue   comme   une   étape   vers   Jérusalem,  capitale   d’un   royaume   également   revendique   par   les   Anjou.   Pour   la  première   fois   depuis   très   longtemps,   le   roi   lui-­‐même   qui^e   durablement  son  royaume  a  la  tête  d’une  imposante  armée.    •  La  durable  stérilisaGon  des  rois  par  leurs  alliances  bretonnes  a  empêche  la  réalisaGon  d’autres  unions  capables  de  nourrir  ou  de  réacGver  ailleurs  des  fidélités  dynasGques.  Sacre  de  Louis  XII  
  • 65. Adversaires  et  allies  en  Europe  •  La  rivalité  ancienne  avec  l’Angleterre  passe  au  second  plan  alors  qu’émerge   un   nouvel   adversaire,   a   l’échelle   européenne,   et  bientôt  planétaire:  la  monarchie  composite  des  Habsbourg.    •  L’ennemi  héréditaire:  La  course  mariGme  sévit  dans  la  Manche  et  la  Normandie  vit  sous  la  menace  de  descentes  anglaises  aussi  bien  dans  les  années  1450  que  dans  les  années  1480.    •  Apres  la  raGficaGon  du  traite  d’Amiens  en  1527  avec  Henri  VIII  –  la  diplomaGe  française  est  incapable  d’empêcher  la  rupture  anglaise  avec   Rome:   les   deux   royaumes   sont   désormais   séparés   par   de  nouveaux   clivages   poliGco-­‐religieux.   Mais   dans   le   même   temps,  l’émergence   d’une   église   anglicane   autocéphale   représente   une  tentaGon   pour   le   roi   de   France:   un   projet   parallèle   d’église  gallicane  s’exprime  fortement  sous  Henri  II.    •  La   rivalité   franco-­‐anglaise   prend   une   tournure   personnelle:   les  princes   de   la   Renaissance   que   sont   Henri   VIII   et   François   Ier  rivalisent  de  construcGons  spectaculaires  (le  château  de  Nonsuch  répond  ainsi  a  Chambord  et  a  Fontainebleau).  •  Les   années   1558-­‐1564   marquent   la   véritable   fin   d’un   très   long  cycle,  qui  transcende  même  la  guerre  de  Cent  Ans:  les  anglais  ont  définiGvement   perdu   tout   point   d’appui   conGnental.   Même   au  plus   fort   des   guerres   de   la   Ligue,   ils   ne   parviendront   pas   a   en  retrouver  un,  par  les  armes  ou  la  négociaGon.  
  • 66. La  rencontre  du  camp  du  drap  d’or  •  Le  grand  prédicateur  fut  la  misère,  la  terreur,  la  nécessite,  le  désespoir  des  secours  d’ici-­‐bas,  l’abandon  surprenant  ou  ce  dieu  des  batailles,  ce  roi  de  Marignan,  laissa  nos  provinces  du  Nord.  L’aveu  que  les  Français  faisaient  de  leur  pénurie  décida  Wolsey.   Il   crut   les   écraser.   Une   grande   fête   chevaleresque,   une   revue   solennelle   des   deux   naGons,   ou   le   roi   Henri   VIII  apparaitrait  plus  brillant  qu’Henri  V  au  Louvre.  L’entrevue,  négociée  depuis  18  mois,  eut  lieu  le  7  juin  1520.  •  Deux  poliGques  parlaient  à  l’Angleterre  ;  la  peGte  lui  conseillait  l’alliance  des  Pays-­‐  Bas,  ou  elle  faisait  les  peGts  gains  d’un  commerce  journalier,  le  négoce  des  cuirs  et  des  laines.  Et  la  grande  poliGque  lui  conseillait  l’union  avec  la  France  contre  un  empereur  roi  d’Espagne,  dangereux  à  l’indépendance  de  tous.  La  France,  hélas,  suivit  Duprat,  et  conGnua  de  demander,  d’extorquer  quelque  argent  au  pape.  L’Angleterre  écarta  Wolsey,  et  entra  vigoureusement  dans  la  grande  voie  financière  et  religieuse  de  la  ReformaGon.  •  Le  roi  François  Ier,  sans  le  vouloir,  éclipsait,  écrasait  Henri  VIII.  Dans  cent  détails  impercepGbles,  il  l’emportait  auprès  des  femmes.  François  ne  fut  point  poliGque  ;  il  oublia  le  but  de  l’entrevue.  Il  songea  au  qu’en  dira-­‐t’on  ?,  aux  femmes,  et  d’un  malheureux  croc-­‐en-­‐jambe  il  mit  son  homme  par  terre.  PeGt,  fatal  évènement,  qui  eut  d’incalculables  conséquences.  Henri  VIII  alla  tout  droit  a  Gravelines,  ou  l’a^endait  Charles-­‐Quint.  Henri  VIII  lui  sut  gré  d’être  plus  peGt  de  taille,  d’apparence  médiocre,  tout  simplement  vêtu  en  noir.  
  • 67. Adversaires  et  allies  en  Europe  •  La  fin  de  l’Auld  Alliance:  Tout  au  long  de  la  période,  les  relaGons   franco-­‐anglaises   font   régulièrement   intervenir  un   troisième   acteur:   le   royaume   d’Ecosse.   Sous   Charles  VII,   une   compagnie   de   gens   d’armes   Ecossais   et   une  garde  Ecossaise  sont  même  officiellement  créées.    •  En  avril  1558,  Marie  Stuart  épouse  le  dauphine  François  II,  après  accord  du  Conseil  et  du  Parlement  d’Ecosse  et  François   est   lui-­‐même   reconnu   reconnu   comme   roi  d’Ecosse.    •  Désormais,  l’emprise  française  paraît  envahissante  pour  beaucoup  d’Ecossais:  la  régente  Marie  de  Guise  gouverne  en   parGe   avec   du   personnel   français   et   certains  commencent  a  craindre  une  évoluGon  a  la  bretonne,  qui  déboucherait  sur  une  absorpGon.  Le  traite  d’Edimbourg  impose  l’évacuaGon  des  troupes  étrangères  d’Ecosse,  est  symbole  de  la  fin  de  «  l’Auld  Alliance  »  (juillet  1560).    Livre  d’heures  de  Catherine  de  Médicis  
  • 68. Adversaires  et  allies  en  Europe  •  Valois  et  Habsbourg:  Une  autre  alliance  tradiGonnelle,  celle  de  la  CasGlle,  a  pris  fin  également  au  cours  de  la  Renaissance.    •  Le   gouvernement   des   Habsbourg   est   largement  familial:  Charles  Quint  associe  au  gouvernement  d’une  parGe  de  ses  possessions  sa  tante,  sa  sœur,  son  frère,  sa  femme  et  son  fils.    •  François   Ier   se   refuse   a   adme^re   le   traite   de  Tordesillas   qui   reparGt   depuis   1494   les   terres  découvertes   et   a   découvrir   entre   Portugais   et  Espagnols.  Il  se  serait  exclame:  »Le  soleil  luit  pour  moi  comme  pour  les  autres;  je  voudrais  bien  voir  la  clause  du   testament   d’Adam   qui   m’exclut   du   partage   du  monde.  •  Au  début  de  1547,  alors  que  la  paix  règne  entre  Valois  et   Habsbourg,   le   roi   de   France   lance   une   poliGque  systémaGque   d’emprunts   auprès   des   grands  marchands   banquiers   européens.   Elle   ne   peut   avoir  d’autre   but   que   de   drainer   des   fonds   qui   pourraient  intéresser  Charles  Quint,  alors  en  train  de  monter  une  campagne   contre   les   Protestants   allemands,   et  d’assécher  ainsi  a  ses  dépens  le  marche  financier.    Traite  de  Tordesillas  
  • 69. La  défaite  de  Pavie  et  ses  conséquences  •  Le  roi,  avec  ses  grands  seigneurs,  souGnt  quelque  temps  la  bataille  avec  une  vaillance  qu’admirent  les  ennemis.  Il  y  eut  la  un  grand  massacre  des  premiers  hommes  de  France  :  La  Tremouille,  La  Palice,  Suffolk,  prétendant  d’Angleterre,  furent  tues,  et  Bonnivet  se  fit  tuer,  courant  a  l’ennemi  la  visière  haute  et  le  visage  découvert.  •  Mais  le  soir  ou  le  lendemain,  il  arracha  de  son  doigt  une  bague,  seule  chose  qui  lui  restât,  et  la  donnant  secrètement  a  un  genGlhomme  qu’on  lui  permit  d’envoyer  a  sa  mère,  il  lui  dit  :  ‘Porte  ceci  au  Sultan.’  Il  s’agissait  du  premier  fondement  solide  de  l’alliance  des  religions  et  de  la  réconciliaGon  des  peuples.  Cet  homme,  étourdi  en  bataille,  fut  en  capGvité  plus  fin  qu’on  n’aurait  cru.  Ce  héros  de  théâtre,  dégonfle,  aplaG,  parut  ce  qu’il  était,  un  genGlhomme  poitevin  de  peu  d’étoffe,  dévot  par  désespoir.  Les  demandes  de  Charles-­‐Quint  étaient  exorbitantes,  rédigées  d’une  manière  insultante,  odieuse.  •  Tel  était  l’aspect  de  ce^e  année  1525.  Une  révoluGon  immense  semblait  éclater  en  Europe.  Une  ?  Non  ;  mais  20,  de  causes  différentes,  de  caractères  plus  différents  encore.  En  Allemagne,  c’est  la  sauvage  révolte  des  paysans  de  Souabe  et  du  Rhin.  Ils  prennent  la  reforme  au  sérieux,  et  veulent  reformer  le  servage,  établir  sur  la  terre  le  royaume  de  Dieu.  Les  ouvriers  en  laine  d’Angleterre  se  révoltent  en  même  temps,  mais  sans  lever  encore  le  drapeau  de  la  Reforme.  La  plus  étrange  révoluGon  est  celle  qui  couve  en  Italie,  non  des  villes,  non  des  campagnes,  mais  une  révoluGon  de  princes,  celle  des  souverains  ruines,  désespérés,  contre  le  brigandage  des  impériaux.  Charles-­‐Quint,  a  lui  seul,  se  trouvait  avoir  sous  les  pieds  trois  ou  quatre  révoluGons  :  celle  d’Espagne  a  peine  éteinte,  celle  de  l’Allemagne  en  plein  incendie,  celle  d’Italie,  mue^e  et  sombre,  très  imminente.  Mais  la  plus  grave  pour  lui,  la  plus  immédiate,  celle  qu’il  le  paralysa,  et  qui  réellement  aida  d’abord  a  nous  sauver,  c’était  celle  des  Pays-­‐Bas.  •  Un  des  confidents  de  Charles-­‐Quint  lui  écrivit  après  Pavie  :  «  Dieu  a  donne  a  chaque  homme  son  aout  et  sa  récolte  ;  a  lui  de  moissonner.  »  Charles-­‐Quint  manqua  ce  moment  et  a^endit.  
  • 70. L’inquisi6on  de  Torquemada  •  L’InquisiGon   dressa   aux   portes   de   Séville   son   échafaud   de  pierres,   dont   chaque   coin   portait   un   prophète,   statues   de  plâtre   creux   ou   l’on   brulait   des   hommes   ;   on   entendait   les  hurlements,  on  sentait  la  graisse  brûlée,  on  voyait  la  fumée,  la  sue  de  chair  humaine.  Sur  ce  seul  échafaud  d’une  seule  ville  en  une  seule  année,  1481,  il  est  constate  qu’on  brula  2.000  créatures   humaines.   De   1480   a   1498,   sous   l’inquisiteur  général   Torquemada,   l’Espagne   enGère   fuma   comme   un  bucher.  •  Tout   le   monde   y   gagnait,   l’accusateur,   le   tribunal,   le   fisc.  L’appéGt   leur   venant,   ils   imaginèrent   en   1492,   la   mesure  inouïe  de  la  spoliaGon  d’un  peuple.  800.000  juifs  apprirent,  le  31  mars,  qu’ils  sorGraient  d’Espagne  le  31  juillet  ;  ils  avaient  4  mois  pour  vendre  leurs  biens  :  opéraGon  immense  impossible  et   sur   ce^e   impossibilité   que   l’on   comptait.   Une   aridité  effroyable  s’empara  du  pays,  dans  tous  les  sens.  En  chassant  les   Maures   et   les   juifs,   l’Espagne   avait   tue   l’agriculture,   le  commerce,  la  plupart  des  arts.  Torquemada  
  • 71. Moctezuma  ou  l’a7ente  pessimiste  d’une  catastrophe  •  Eldorado:   rêve   dévorant,   impitoyable.   Mythe   du  renouvellement   dans   la   destrucGon.   Cortés   (Caceres),   Pisar  (Trujillo).  
  • 72. La  controverse  de  Valladolid  (1550)  •  En   1492,   au   moment   ou   l’Amérique   est   découverte,   Grenade   est  finalement  reprise.    •  De  Séville,  la  fameuse  «  Casa  de  Contratacion  »  régissait  au  nom  du  roi  l’exploitaGon  des  terres  nouvelles.  Depuis  1501,  à  l’iniGaGve  d’Isabelle,  se  praGque  «  l’encomienda  »,  distribuGon  du  sol  que  l’Espagne  favorisait  déjà  en  Andalousie,  sur  des  terres  reprises  aux  Maures.    •  Même  si,  au  début  de  part  et  d’autre,  subsiste  une  curiosité  légendaire,  qui  conduit  certains  cavaliers  espagnols  a  ne  jamais  me^re  pied  a  terre,  pour   donner   a   penser   que   l’homme   et   le   cheval   ne   forment   qu’une  seule  créature  fabuleuse  ;  et  les  indigènes,  de  l’autre  cote,  a    plonger  dans   l’eau   les   cadavres   espagnols   et   a   les   observer   longuement   pour  voir  si  leur  chair  va  pourrir  ou  bien  se  conserver  éternellement  comme  la   maGère   même   des   dieux,   ces   rumeurs   étranges   vont   assez   vite   se  dissoudre.  Il  s’agit  bien  de  groupes  humains  que  l’Histoire  a  brutalement  confrontes.    
  • 73. La  controverse  de  Valladolid  (1550)  •  Pizarre,  qui  n’a  rien  d’un  rêveur,  conquiert  l’empire  inca  par  le  mensonge   et   la   violence.   L’Espagne   saccage   ses   forets   pour  construire   à   la   hâte   des   flo^es   de   galions.   Quand   certains  bâGments   s’égarent,   ils   se   voient   déjà   a^aques   par   les  premiers   pirates   d’Angleterre,   finances   en   secret   par   des  banquiers  de  Londres.    •  Controverse  entre  Bartolomé  de  Las  Casas,  le  dominicain  et  le  docteur  Sepulveda,  l’érudit.    •  L’encomienda  est  une  invenGon  satanique…  Las  Casas  affirme  que  les  Indiens  sont  libres  par  nature  et  les  Espagnols  n’ont  aucun  droit  sur  eux.  Sa  haine  pour  Cortes  est  immédiate  et  durable.   Il   s’embarque   pour   le   Pérou   ou   Pizarre   commence  ses  ravages.    •  «  Vous  avez  une  mission  précise  :  décider,  avec  votre  aide,  si  ces   indigènes   sont   des   êtres   humains   achevés   et   véritables,  des   créatures   de   Dieu   et   nos   frères   dans   la   descendance  d’Adam.   Ou   si   au   contraire,   comme   on   l’a   soutenu,   ils   sont  des   êtres   d’une   catégorie   disGncte,   ou   même   les   sujets   de  l’empire  du  Diable.    S’il  est  clair  que  les  indiens  sont  nos  frères  en  Jésus  Christ,  doués  d’une  âme  raisonnable  comme  nous  et  capables  de  civilisaGon,  en  revanche  il  est  bien  vrai  que   les   habitants   des   contrées   africaines   sont  beaucoup   plus   proches   de   l’animal.   Ces   habitants  sont   noirs,   très   frustres,   ils   ignorent   toute   forme  d’art   et   d’écriture,   ils   n’ont   construit   que   quelques  hu^es…    Bartolomé  de  Las  Casas  
  • 74. Adversaires  et  allies  en  Europe  •  Même   les   pires   défaites   ne   peuvent   être   exploitées  militairement  d’une  façon  efficace  par  les  Impériaux.  En  1525  comme  en  1557,  l’argent  et  les  approvisionnements  manquent  cruellement  pour  conGnuer  a  payer  et  nourrir  les  troupes  et  mener  ainsi  une  campagne  décisive.    •  En  plus,  en  1525,  la  très  grave  crise  poliGque,  sociale  et  religieuse  qui  secoue  l’Allemagne  complique  largement  la  situaGon  de  Charles  Quint.  •  D’une   façon   générale   la   volonté   de   rabaisser   les  Habsbourg   s’appuie   du   cote   français   sur   des  considéraGons  qui  mêlent  le  sens  de  l’honneur  et  de  la  réputaGon,  les  revendicaGons  italiennes  (jugées  en  droit  incontestables)   et   le   souci   de   contrecarrer   un  encerclement   objecGf.   C’est   donc   en   tant   que  «   défenseur   de   la   liberté   germanique   »   que   le   roi   de  France  souGent  les  princes  allemands  contre  «  la  tyrannie  de   Charles   ».   Ce^e   ligne   de   conduite   permet   de   faire  adme^re  (y  compris  a  soi-­‐même…)  d’aider  les  héréGques  luthériens.    •  La   lu^e   contre   la   menace   universelle   représentée   par  Charles  Quint  peut  même  aller  jusqu’au  rapprochement  avec  les  O^omans.  François  Ier  et  Soliman  le  magnifique  
  • 75. Soliman  sauve  l’Europe  des  Habsbourg  •  Quand   Soliman   vint   devant   Vienne,   il   y   trouva   tous   les  obstacles,  la  famine  :  le  froid  et  la  pluie,  intolérables  pour  ces  AsiaGques  ;  l’aigreur  des  janissaires,  qui  déjà  s’étaient  révoltes   a   Budé,   qu’Ibrahim   voulait   sauver   du   pillage.  Charles-­‐Quint   voulait   discipliner   l’Europe.   Discipliner  l’Italie,   la   rendre   obéissante,   souple   instrument,  l’organiser  en  une  ligue,  dont  chaque  membre  fournit  de  l’argent   et   des   hommes.   Discipliner   le   roi   de   France,   le  faire  soldat  de  l’empereur  contre  le  Turc  et  les  luthériens,  l’employer  à  détruire  ceux  qui  peuvent  le  sauver  encore.  Discipliner   l’Eglise,   par,   un   concile   que   Charles-­‐Quint  Gendra  au  nom  du  pape,  se  faisant  juge  entre  le  pape  et  Luther,   se   consGtuant   pape   autant   qu’empereur,  unissant  les  deux  glaives.  •  Par  trois  fois,  Soliman  sauve  l’Allemagne  protestante.  Au  bruit  de  son  approche,  Charles-­‐Quint,  repentant  de  son  intolérance,   déclarait   suspende   toute   procédure   de   la  chambre   impériale   contre   les   Luthériens,   promis   que  personne  ne  serait  plus  inquiété  pour  sa  religion,  et  que  le  grand  débat  serait  soumis  a  un  libre  concile  de  toute  l’Eglise.  
  • 76. Napoléon  sur  François  Ier  •  Si  François  Ier  eut  embrasse  le  luthéranisme,  si  favorable  a   la   suprémaGe   royale,   il   eut   épargné     a   la   France   les  terribles   convulsions   religieuses   amenées   plus   tard   par  les   calvinistes.   Il   s’allia   avec   les   Turcs   et   les   amena   au  milieu  de  tous.  Tout  bonnement  c’est  qu’il  n’y  voyait  pas  si  loin.  François  Ier,  après  tout,  ce  n’était  qu’un  héros  de  tournois,   un   beau   de   salon,   un   de   ces   grands   hommes  pygmées.    
  • 77. Le  rêve  du  roi  chevalier  •  François   Ier   veut   être   un   roi   chevalier.   Bayard   arme  François   Ier   chevalier   à   la   bataille   de   Marignan   :   la  cérémonie   paraît   archaïque   au   moment   où   le   capitaine  se   spécialise   dans   l’arGllerie,   formule   de   la   guerre  moderne,   en   même   temps   que   son   roi   équipe   ses  troupes  de  canons  et  d’arquebuses.  En  fait,  la  cérémonie  a  un  sens  cache  :  en  inclinant  son  épaule  vers  Bayard,  il  rend  hommage  à  ce^e  noblesse,  férue  d’elle-­‐même  et  de  son   importance   historique,   a^achée   à   garder   les  coutumes  ancestrales.  •  La  rivalité  de  François  Ier  et  de  Charles-­‐Quint  :  l’équilibre  européen  entre  1519  et  1558  s’organise  au  travers  de  la  lu^e  armée  et  diplomaGque  que  mène  la  France  contre  le  roi  d’Espagne  et  l’empereur  Maximilien.  Les  visées  de  François   Ier   sont   diablement   ambiGeuses   puisqu’il   ne  souhaite  rien  de  moins  que  de  se  faire  élire  a  l’Empire.  Le  rival   du   roi   de   France,   Charles-­‐Quint,   le   prince   aux  héritages  mulGples,  de  4  ans  plus  jeune  que  le  Valois,  se  trouve   tout   a   fait   concerne   puisqu’il   s’agit   d’une  possession   quasi   familiale.   Ces   deux   souverains,   qui   ne  pouvaient   demeurer   en   paix,   étaient   incapables   de  mener  jusqu’au  bout  une  lu^e  décisive.  
  • 78. La  bataille  de  Pavie:  un  véritable  désastre  •  À  Pavie,  toute  la  fleur  et  chevalerie  française  de  France  fut  prise  ou  morte.  Au  mois  de  mai  1525,  François  Ier  est  transporté  vers  Madrid.  Enfermée  dans  une  grande  tour,  François  ne  perd  pas  l’espoir  chevaleresque  qu’un  jour  il  rencontrera   Charles-­‐   Quint   d’homme   à   homme   ;   il  persiste   à   refuser   en   échange   de   sa   libéraGon   une   des  provinces  françaises.  Finalement,  il  cède  la  Bourgogne  au  Traite  de  Madrid.  •  Libère,  il  ne  songe  qu’à  violer  ce  traite  inique  !  Après  une  nouvelle  guerre,  on  en  vient  au  traite  de  Cambrai  :  l’Italie  ne  condense  plus  les  rêves  et  les  espoirs  des  gouvernants  et  des  genGlshommes,  la  fronGère  indécise  et  complexe  du   Nord   apparaît   désormais   comme   un   objecGf   à  défendre  ou  à  consolider.  Eléonore   est   mariée   par   son   frère   au   roi  François.  Leur  mariage  est  labou*ssement  de   la   Paix   des   dames   conclue   pour  létablissement   dune   paix   durable   entre  Charles  Quint  et  la  France  et  pour  obtenir  la  libéra*on   des   deux   pe*ts   princes   français  retenus   en   Espagne   comme   otage   depuis  plusieurs  années.  Le  tableau  reflète  une  interpréta*on  plutôt  sa*rique  du  nouveau  couple  royal.  
  • 79. Savonarole  et  Florence  •  Dans   une   grande   ville   de   commerce,   de   banque,   de  vieille  civilisaGon,  dans  ce^e  ville  de  Florence  qui  savait  tout,   doutait   de   tout,   il   avait   suscite   au   profit   de   la  France   le   fait   le   plus   ina^endu,   un   mouvement  populaire   d’enthousiasme   religieux.   Pourquoi   Charles  VIII  avait  laisse  ce^e  Florence  mysGque  qui  se  donnait  a   lui,   qui   le   sancGfiait   malgré   lui,   qui   s’obsGnait   a   lui  reconnaître  un  divin  caractère  ?  La  fidélité  de  Florence  fut   une   chose   inouïe.   Nous   lui   enlevons   Pise   ;   elle  persiste,  reçoit  le  roi  avec  des  hymnes.  •  Il  y  avait  trois  parGs  dans  Florence  :  celui  de  la  reforme  et   de   la   liberté,   parG   austère,   populaire   et   mysGque,  qui,   pour   toute   poliGque,   suivait   son   amour   de   la  France   et   les   prophéGes   de   Savonarole   ;   celui   des  liberGns,   des   scepGques,   des   aristocrates,   gens   de   plaisir,   qui   s’appellent   eux-­‐mêmes   les  «  compagnacci  »,  les  mauvais  compagnons  ;  le  troisième  ,  celui  des  Médicis,  restait  dans  l’ombre  et  a^endait  le  moment  de  profiter  de  la  division  des  deux  autres   ;   parG   ténébreux,   équivoque,   prêt   a   passer   du  blanc  au  noir  ;  on  l’appela  celui  des  «  gris  »  (bigi).    Savonarole  Botcelli  a  partage  les  idées  et  les  convic*ons  de  Savonarole  
  • 80. Savonarole  et  Florence  •  La  reforme  contemplaGve  de  Savonarole  n’arrivait  a  nul  résultât.  Il  censurait  l’usure,   mais   épargnait   les   usuriers.   Il   revenait   toujours   à   demander   la  convenGon   volontaire   des   riches,   qui   se   moquaient   de   lui,   et   la   paGence  indéfinie   du   peuple,   le   renvoyant   pour   l’adoucissement   de   ses   misères   a   la  Jérusalem  céleste.  Et  cependant,  les  riches,  se  serrant,  ne  commerçant  plus,  organisaient  tout  doucement  l’asphyxie,  d‘ou  ce  peuple  affame  et  désespère  pouvait  un  maGn  se  tourner  contre  son  faible  défenseur  et  son  malencontreux  prophète.   Au   mois   de   mai   1497,   le   pape   le   déclare   héréGque,   condamnant  comme  tels  ceux  qui  s’approcheraient  de  lui.  Mais  le  pape  plus  habile  encore,  toucha   une   ensuite   une   corde   sensible.   Il   fit   savoir   aux   FlorenGns   que,   s’ils  méprisaient   l’excommunicaGon,   il   autoriserait   la   confiscaGon   de   leurs  marchandises  dans  tous  les  pays  étrangers.  •  Sans   les   riches   contre   lesquels   il   parle,   qui   fera   travailler   les   pauvres   ?...   Ce  raisonnement  tant  de  fois  répète,  entraina  tout  le  peuple  maigre.  On  prit  des  barres  de  fer,  des  haches  et  des  marteaux,  des  torches  enflammées.  On  courut  à  Saint  Marc  ou  les  parGsans  de  Savonarole  entendaient  les  vêpres.  La  foule  le  traina  en  prison  avec  des  cris  de  fureur  et  de  joie  ;  la  république  était  sauvée...  Cependant,  Alexandre  VI  faisait  instruire  à  Rome  le  procès  de  Savonarole.  •  Le  génie  des  prophètes  qui  était  en  lui,  s’est  envole  de  son  bucher,  fixe  aux  voutes  de  la  chapelle  SixGne,  triomphe  de  l’Ancien  Testament.  Il  a  lance  les  études  hébraïques,  les  Pic  et  les  Reuchlin,  précurseur  de  Luther.  Alexandre  VI  
  • 81. Adversaires  et  allies  en  Europe  •  La  mort  de  Marie  Tudor  et  le  retrait  anglais,  l’inefficacité  stratégique   des   dernières   victoires   espagnoles   (Saint  QuenGn,   Gravelines),   l’épuisement   financier   des  belligérants,   la   menace   croissante,   parGculièrement   en  France,   que   représente   pour   les   monarques   la  progression   de   l’hérésie,   tout   se   conjugue   pour  l’ouverture  de  négociaGons  qui  débouchent  sur  le  traite  du  Cateau-­‐Cambresis  (avril  1559).    Etreinte  de  Philippe  II  et  Henri  II  a  Cateau-­‐Cambresis  
  • 82. Au  temps  des  reformes  •  Une   religion   flamboyante?   Dans   les   paroisses,   les  lendemains  de  la  guerre  des  Cent  Ans  sont  marques  par  une   intense   poliGque   de   reconstrucGon   des   édifices  religieux.    •  La   fin   du   Moyen   Age   est   marquée   tout   d’abord   par   un  renforcement   du   lien   avec   l’au-­‐delà.   Le   moment   de  l’agonie   et   de   la   mort   fait   donc   l’objet   d’un  invesGssement   accru,   voire   alimente   une   véritable  obsession.    •  Le   grand   combat   entre   le   bien   et   le   mal   connaît   son  apogée   a   l’heure   de   la   mort   puisque   jusqu’au   dernier  moment  la  damnaGon  peut  on  non  être  évitée,  les  clercs  contribuent  ici  acGvement  a  la  diffusion  d’une  pastorale  de  la  peur,  qui  touche  de  larges  couches  de  la  populaGon,  car  le  salut  de  chacun  est  en  jeu.  En  outre,  le  séjour  en  Purgatoire,   lieu   de   purificaGon   presque   inévitable,   est  peint   sous   des   couleurs   parGculièrement   horribles,  nourrissant  ainsi  une  nouvelle  peur.    •  L’Eglise  offre  de  très  nombreux  remèdes  et  recours  pour  vaincre  ou  maitriser  ce^e  peur,  c’est-­‐a-­‐dire  pour  obtenir  son  salut,  ou  au  moins  avoir  prise  sur  lui.      
  • 83. Au  temps  des  reformes  •  La  religion  des  œuvres:  L’intercession  majeure  relève  des  assurances  spirituelles.  Aussi  le  financement  des  messes  occupe-­‐t-­‐il   une   place   considérable.   La   religion   des  œuvres  mulGplie  également  les  processions.    •  La   course   aux   indulgences   s’impose   donc   comme   une  praGque  très  large.  A  Macon,  dans  la  première  moiGe  du  XVIème   siècle,   un   don   pour   l’entreGen   du   pont   sur   la  Saône   assure,   selon   le   montant   de   la   somme,   soit   une  remise   d’interdits   alimentaires,   soit   une   rémission   de  quarante  jours  sur  la  durée  des  pénitences  infligées.    •  Magie   et   chrisGanisaGon:   L’arsenal   idéologique   pour  lu^er  contre  la  sorcellerie  et  désormais  bien  en  place  a  parGr   de   la   publicaGon,   en   1486,   du   «   Malleus  Malifercarum  »  (le  Marteau  des  Sorcières),  traite  de  deux  dominicains  allemands,  qui  est  édité  quinze  fois  jusqu’en  1520.  La  promoGon  récente  et  décisive  de  l’aveu,  qu’on  retrouve   dans   la   confession,   joue   ici   un   grand   rôle   au  détriment  du  débat  contradictoire:  les  jusGficaGons  des  procédures   se   révèle   en   effet   lorsque   sorciers   et  sorcières  sont  accules,  parfois  sous  la  torture,  a  avouer  dans  les  termes  voulus  par  les  juges.    
  • 84. Sprenger  et  la  sorcellerie  •  Le   bon   moine   allemand   Sprenger,   qui   a   écrit   le   marteau   des   sorciers,  manuel   fameux   de   l’InquisiGon,   se   demande   pourquoi   il   y   a   si   peu   de  sorciers  et  tant  de  sorcières,  pourquoi  le  diable  s’entend  si  bien  avec  les  femmes.  A  ce^e  quesGon,  il  trouve  20  réponses  savamment  so^es.  •  Tout   le   Rhin   et   la   Souabe,   l’Orient   même   vers   Salzbourg,   semblaient  mines   en   dessous.   De   moment   en   moment   éclataient   des   révoltes  paysannes.   L’InquisiGon   étrangère,   plus   redoutée   que   l’allemande,  arrivait  ici  a  merveille  pour  terroriser  le  pays,  briser  les  esprits  rebelles,  brulant  comme  sorciers  aujourd’hui  ceux  qui,  peut  être  demain,  auraient  été   insurges.   Excellent   arme   populaire   pour   dompter   le   peuple,  admirable  dérivaGf.  On  allait  détourner  l’orage  ce^e  fois  sur  les  sorciers,  comme   en   1349   et   dans   tant   d’autres   occasions   sur   les   Juifs.   On   peut  bruler   comme   sorciers   tous   ceux   qui   penseraient   mal.   C’est   ce   qu’on  avait  fait  Arras,  et  c’est  ce  qu’on  voulait  établir  a  peu  près  partout.  •  Avec,  le  Directoriaux  d’Eymerich,  il  suffirait  de  trois  témoins.  Comment  n’aurait-­‐on  pas  trois  témoins,  surtout  pour  témoigner  le  faux  ?  Pour  une  ville  médisante,  dans  tout  village  envieux,  plein  de  haine  des  voisins,  les  témoins   abondent.   Le   Malleus,   comme   tous   les   livres   de   ce   genre,  conGent  un  singulier  aveu  :  c’est  que  le  Diable  gagne  du  terrain,  c’est-­‐a-­‐dire  que  Dieu  en  perd  ;  que  le  genre  humain,  sauve  par  Jésus,  devient  la  conquête  du  Diable.  •  Les  anciens  Manichéens,  les  modernes  Albigeois,  furent  accuses  d’avoir  cru  a  la  puissance  du  Mal  qui  lu^ait  a  cote  du  Bien,  et  fait  du  Diable  l’égal  de  Dieu.  Mais  ici  il  est  plus  qu’égal.  Si  Dieu,  dans  l’hosGe,  ne  fait  rien,  le  Diable  paraît  supérieur.  La  scolasGque  avait  fini  par  la  machine  à  penser.  La  religion  semblait  finir  par  les  machines  à  prier.  
  • 85. Les  chemins  de  la  Reforme  •  Le  désir  de  reforme  est  largement  répandu  au  XVème  siècle,  dans  toute  la  ChréGenté.  Il  met  aussi  bien  en  jeu  la  posiGon  et  le  rôle  du  pape  que  le  foncGonnement   concret   de   la   vie   des   paroisses   et   des   communautés  monasGques.    •  Le   pape,   le   roi   et   le   clergé   gallican:   La   catholicité   a   été   fortement  malmenée  en  ses  sommet,  avec  le  grand  schisme,  a  parGr  de  1378.    •  Charles   VII   édicte   en   1438   la   PragmaGque   SancGon   de   Bourges   qui  organise  le  foncGonnement  de  l’église  gallicane  dans  ses  rapports  avec  la  papauté.   Elle   limite   les   intervenGons   de   celles-­‐ci   dans   le   royaume,   y  restreint  sa  fiscalité  et  mainGent  l’élecGon  comme  mode  de  désignaGon  aux  bénéfices  majeurs.    •  Face  a  Jules  II,  Louis  XII  se  compose  une  image  de  roi  gallican,  bravant  l’excommunicaGon  ponGficale  pour  protéger  l’Eglise  de  France  face  aux  excès  d’un  pape  qui  se  fait  représenter  en  Moise  et  en  César.    •  Des   1516,   cependant,   la   signature   du   concordat   de   Bologne   entre  François   Ier   et   Léon   X   marque   un   tournant   décisif:   désormais   les  nominaGons  aux  bénéfices  majeurs  sont  officiellement  du  ressort  de  la  monarchie.  L’aval  du  pape  est  obtenu  moyennant  le  retrait  définiGf  de  la  PragmaGque,   la   reconnaissance   du   droit   d’insGtuer   les   évêques,   taxes  pour  l’occasion.    •  Ce  concordat  est  vécu  comme  un  véritable  traumaGsme  par  beaucoup  de  gallicans,  université  et  parlement  de  Paris  en  tète.  Cet  accord  au  sommet,  vécu   comme   une   trahison,   nourrira   durablement   un   courant   gallican  hosGle  aux  prétenGons  du  pouvoir  royal  et  qui  conçoit  comme  un  Age  d’or  de  l’Eglise  gallicane  (largement  mythique  évidemment).    
  • 86. Les  chemins  de  la  Reforme  •  La  reforme  en  actes:  Le  senGment  d’une  décadence  de  l’Eglise  est  assez  répandu  au  XVème  siècle.  Il  est  partage  par  les  humanistes:  il  faut  a  leurs  yeux  se  donner  les  moyens  de  retrouver  ce^e  pureté  originelle  qui  est  pour   eux   a   la   fois   celle   de   l’homme   anGque   et   l’homme   des   premiers  temps  chréGens.    •  Une  reforme  centrée  sur  le  clergé:  Au  milieu  du  XVème  siècle,  les  ordres  mendiants  sont  justement  engages  depuis  déjà  des  décennies  dans  une  tentaGve   de   reforme.   Le   courant   observant,   qui   veut   retrouver   l’esprit  originel   de   la   pauvreté   et   de   l’humilité   est   très   présent   chez   les  Franciscains.  Un  Gers  des  communautés  dominicaines  a  suivi  une  même  démarche.   La   préoccupaGon   majeure   est   de   consGtuer   des  communautés   de   purs,   d’élus,   a   l’écart   de   la   masse   des   corrompus   (y  compris   au   sein   du   monde   régulier).   Une   grande   rigueur   sert   ainsi   a  rendre  toute  sa  valeur  au  modèle  monasGque.    •  L’évangélisme   français   a   l’épreuve:   Alors   que   les   idées   luthériennes   se  répandent,   une   autre   reforme   se   fait   jour   en   France.   Nourri   par  l’humanisme  chréGen  prône  par  Erasme  ou  Lefèvre  d’Etaples,  porte  par  un  renouveau  théologique  fonde  sur  le  retour  a  l’Ecriture  et  aux  Peres  de  l’Eglise,   accordant   un   place   centrale   a   la   figure   de   Jésus,   ce   courant  dénonce   avec   force   la   présence   de   supersGGons   dans   le   chrisGanisme  flamboyant.    Erasme  
  • 87. Les  chemins  de  la  Reforme  •  Des   chréGens   sans   boussole?:   Au   sein   même   de   l’Eglise   catholique,  plusieurs  approches  sont  en  balance,  et  le  restent  encore  au  milieu  du  XVIème  siècle:  reforme  de  type  tradiGonnel,  insistant  sur  l’ordre  cultuel,  inspiraGon  humaniste  au  service  d’une  reforme  épiscopalienne  réGcente  devant  les  réguliers  ou  l’immixGon  de  Rome,  modele  italien  enfin.  Mais  entre   temps,   une   rupture   profonde   et   durable   s’est   produite,   avec  l’appariGon  d’un  nouveau  courant  de  la  Reforme:  le  calvinisme.    
  • 88. «  La  jus6ce  vivra  par  la  foi  »  •  Le   texte   fondateur   de   la   reforme   protestante   c’est   ce^e  citaGon  de  l’Epitre  aux  Romains  :  «  Le  juste  vivra  par  la  foi  ».  Pour   Luther,   la   jusGce   de   Dieu   n’est   pas   autre   chose   que   la  jusGce  avec  laquelle  Dieu  nous  jusGfie  par  la  grâce  offerte  en  Jésus-­‐Christ.   Il   annonce   à   la   chréGenté   qu’il   a   rétabli  l’Evangile  :  il  parle,  il  écrit,  il  publie...  Désormais,  chaque  être  humain   peut   connaître   en   lisant   les   Evangiles   le   service   du  Christ  ;  désormais,  la  foi  seule  permet  la  vie  éternelle  promise  à   tous   par   le   sacrifice   du   Christ   rachetant   le   péché   des  hommes  sur  la  croix.  Les  indulgences  deviennent  du  coup  sans  efficacité   comme   le   sont   les   prières   pour   les   vivants   et   les  morts   des   moines   et   religieuses,   professionnels   de  l’intercession.  •  Des  pans  enGers  de  l’Empire  et  de  l’Europe  du  Nord  qui^ent  l’obédience  ponGficale  pour  adopter  le  luthéranisme.  
  • 89. Luther  et  la  musique  •  Luther  ouvrit  la  voie,  et  des  lors  toute  la  terre  chanta,  tous,  protestants  et  catholiques.  Ce  fut  un  chant  vrai,  libre,  pur,  un  chant  du  fond  du  cœur,  le  chant  de  ceux  qui  pleurent  et  sont  consoles.  Ce  ne  fut  pas  un  verset  de  saint  Paul,  un  vieux  texte  si  souvent  reproduit  sans  acGon,  qui  renouvela  le  monde.  Ce  fut  la  tendresse,  la  force  du  grand  cœur  de  Luther,  son  chant,  son   héroïque   joie.   Luther   a   eu   le   succès   inouï   de   changer   ce   qui   ne   change   pas,   la   famille.   C’est   la   révoluGon   la   plus  profonde,  la  plus  victorieuse  qui  fut  jamais.  •  La  longue  mort  de  l’Italie  et  de  l’Espagne,  la  fébrile  agitaGon  de  la  France,  l’anéanGssement  de  l’Irlande  comme  force  et  de  la  Pologne  comme  naGon,  ont  la  leur  cause  principale.  La  famille,  dans  ces  pays,  est  rarement  sérieuse.  Une  famille  a  3  ou  le  dangereux  Gers  n’est  pas  l’intrus,  mais  l’autorité  même,  c’est  la  discorde  arrangée  par  la  loi,  c’est  le  divorce  organise,  le  foyer  équivoque  et  suspendu  en  l’air.  Pour  directeur  à  la  famille,  c’est  la  Bible  que  Luther  donne.  Il  vous  met  dans  les  mains  un  livre  au  lieu  d’un  homme.  •  ConverG  un  jour  par  la  peur  d’avoir  vu  tuer  un  ami  par  la  foudre,  il  se  fait  moine,  et  le  voilà  entre  deux  écueils  auxquels  personne  n’échappait.  D’une  part,  la  goinfrerie,  le  ventre  ;  et  d’autre  part,  la  femme,  la  fatalité  corruptrice  de  savoir  et  toucher  sans  cesse  ce  qu’on  doit  éviter.  Deux  fois  par  an,  il  lisait  la  Bible  tout  enGère  et  s’y  enfonçait  toujours  plus  :  «  je  Gre  bien   moins   des   livres   que   je   n’y   mets   moi-­‐même.   »   La   difficulté   réelle   du   moment,   qui   faisait   avorter   la   Renaissance,  stérilisait  la  Liberté,  c’est  que  Rome  les  exploitait.  Rome  s’était  mise  a  la  mode  ;  elle  professait  la  doctrine  des  philosophies  et  des  juristes,  doctrine  anGchréGenne,  qui  sauve  l’homme  non  par  le  Christ,  mais  par  les  œuvres  mêmes  de  l’homme.  C‘était  la  vaccine  de  la  liberté.  Un  libre  arbitre  théorique,  dirige  par  les  prêtres,  rançonne  par  les  indulgences,  c’était  aux  mains  du  pape  un  négoce  de  plus,  une  nouvelle  marchandise  de  la  grande  bouGque.  •  L’Allemagne,  la  reine  au  bois  dormant,  se  met  sur  son  séant,  en  se  fro^ant  les  yeux.  Les  dates  ici  sont  dramaGques.  La  grande  œuvre  du  Concordat,  la  soumission  de  la  France,  brisée  par  le  roi  et  par  le  pape,  fut  couronnée  en  février  1517.  Et  c’est  en  ce  moment  qu’éclatèrent  en  Allemagne  les  thèses  du  frère  MarGn  Luther.  Le  31  octobre  1517,  Luther  écrit  une  noble  et  forte  le^re  a  l’archevêque  de  Mayence,  ou  il  le  sommait  du  compte  qu’il  aurait  à  rendre  à  Dieu.  Rome  ne  perdit  pas  un  moment.  Elle  lança  les  dominicains,  il  fit  écrire  l’un  d’eux,  qui  était  le  Maitre  du  Sacre  Palais,  pour  rappeler  la  doctrine  de  saint  Thomas,  et  somma  Luther  de  comparaitre  dans  60  jours.  •  Apres  avoir  rédigé  sa  capGvité  de  Babylone,  ou  il  montrait  Jésus  Christ  prisonnier  du  pape,  il  brula  hardiment  aux  portes  de  la  ville  de  Wi^enberg  la  bulle  de  condamnaGon.  
  • 90. La  reforme  française  •  Calvin  et  sa  doctrine:  La  rupture  radicale  avec  la  théologie  catholique   de   l’EucharisGe   consGtue   un   élément   très  important:  Calvin  réfute  la  noGon  de  présence  réelle  dans  l’hosGe  et  le  vin.  Il  considère  que  si  le  Christ  est  présent  lors  de  la  Cène,  c’est  dans  une  communion  spirituelle  au  sein  de  la  communauté.  Calvin  affirme  en  outre  que  les  fidèles  sont  prédesGnes   au   salut   par   Dieu.   Ce^e   convicGon   doit   être  avant  tout  source  dEsperance  pour  les  «  vrais  chréGens  ».    •  La   réacGon   catholique:   A   Rouen,   la   société   fesGve   des  Conards,   qui   dénonce   dans   les   années   1530   et   1540   les  abus  de  l’Eglise  et  des  clercs,  sera  ensuite  a  l’avant  garde  du  combat  anGprotestant.    •  La  poliGque  royale:  Si  François  Ier  ne  répond  pas  du  tout  a  l’appel  que  lui  lance  Calvin  dans  la  le^re  préface  qui  figure  au   début   de   l’InsGtuGon   de   la   religion   chréGenne.   La  poliGque  répressive  connaît  cependant  des  inflexions.    •  Découvrir   et   connaître:   Dans   des   sociétés   massivement  analphabètes,  le  support  écrit  sert  de  point  de  départ  a  la  prédicaGon  orale.  Mais  seule  une  minorité  est  passée  a  la  Reforme.   Il   est   vrai   que   le   mouvement   ascendant   et,  jusqu’au  début  des  années  1560,  un  opGmisme  dominant  se  plait   a   saluer   l’adhésion   rapide   et   fervente   des   gens  modestes  a  la  vraie  foi:  le  peuple  est  prophète  de  vérité.  Le  ton  changera,  plus  tard  mais  assez  vite,  quand  il  s’avèrera  que  l’arbitrage  populaire  se  fait  massivement  en  faveur  du  papisme.    
  • 91. La  reforme  française  •  Une  visibilité  croissante:  Les  Reformes  sont  surreprésentes  la   ou   le   taux   d’alphabéGsaGon   est   le   plus   élevé.   Le  calvinisme   touche   fortement   les   arGsans,   y   compris   en  milieu  rural.    •  La   nouvelle   église   est   désormais   assez   bien   structurée,  dispose   d’un   corps   de   doctrine   solide,   et   paraît   fort   peu  encline  au  compromis.    •  Du  cote  catholique,  l’ouverture  est-­‐elle  encore  possible?  Le  rêve  irénique  d’un  retour  a  l’unité  reste  présent.  Beaucoup  ont  du  mal  a  adme^re  le  durcissement,  a  la  fois  défensif  et  offensif,  prône  par  une  parGe  de  l’Eglise.    
  • 92. Saint  Ignace  de  Loyola  et  Calvin  •  De   l’université   d’Alcalá,   le   chevalier   de   la   Vierge,   Ignace   de   Loyola,   un   capitaine   émérite,   blesse,   âge   de   37   ans,   venait  d’arriver  aux  écoles  de  Paris  et  y  resta  7  années.  De  l’université  de  Bourges,  vouée  aux  idées  nouvelles  et  protégée  par  Marguerite,  un  écolier  de  18  ans  venait  souvent  a  Paris,  le  sombre  et  violent,  le  savant,  l’éloquent  Calvin.  •  De  même  que  son  compatriote  Raymonde  de  Lulle  imagina  la  fameuse  machine  a  penser,  Ignace  avait  imagine  une  machine  d’éducaGon,  une  discipline  automaGque,  quasi  militaire,  un  cours  d’exercices  qui,  des  actes  corporels  menant  aux  spirituels,  dresserait  l’homme  le  moins  prépare  a  devenir  soldat  de  Jésus.  •  Le  mieux  était  certainement,  sans  frapper  la  vieille  Sorbonne,  de  lui  élever  en  face  une  vraie  école  de  science,  école  laïque,  gratuite,  qui  enseigna  pour  tous,  librement  en  pleine  lumière,  a  portes  ouvertes,  et  fit  déserter  peu  a  peu  le  nid  des  chauve-­‐  souris.  L’idée  apparGent  à  trois  personnes,  Budé,  du  Bellay  et  la  reine  de  Navarre.  Ignace   de   Loyola   invite   les   fidèles   a   rêver   et   a  imaginer   «   en   recherchant   en   soi   les   aventures  probables   qui   ont   pu   se   passer   sur   le   terrain   des  Evangiles   ».   Ce^e   piétée   rencontrera  admirablement,  selon  Michelet,  les  a^entes  d’une  bourgeoisie  en  train  de  devenir  une  classe  oisive,  la  classe   donc   par   excellence   du   roman.   Le   roman  entre  dans  l’histoire  lorsque  les  hommes  se  laissent  gouverner   par   des   images   et   perdent   le   gout   de  l’acGon.  
  • 93. La  Compagnie  de  Jésus  •  La  Compagnie  de  Jésus  en  France  est  née  des  fameux  vœux  de  Montmartre  prononce  le  15  août  1534  par  Ignace  de  Loyola  et  ses  amis.  Les  deux  camps  catholique  et  protestant  se  ferment  l’un  à  l’autre.  Les  jésuites  forment  la  phalange  la  plus  efficace  de  ce^e  église  romaine  en  combat.  Le  fondateur,  pour  bien  connaître  les  élites  de  son  époque,  sait  que,  pour  les  fixer   dans   un   catholicisme   orthodoxe,   il   faut   adopter   leur   langage,   celui   de   l’humanisme.   Pourtant,   Ignace   et   ses  compagnons   demeurent   inébranlables   sur   le   respect   des   tradiGons   de   l’Eglise.   Les   jésuites   se   donnent   comme   tache  l’apostolat  de  la  parole  ;  par  le  prêche,  par  l’enseignement,  par  l’évangélisaGon  missionnaire,  ils  se  lancent  à  la  conquête  et  la  reconquête  des  âmes  dans  les  mondes  nouveaux,  dans  la  vieille  Europe.  Le  Pape  Paul  III  qui  accepta  la  créa*on  de  la  Compagnie  de  Jésus.    
  • 94. François  Ier  ne  rejoint  pas  la  reforme  et  épouse  la  nièce  du  Pape  •  Henri  VIII  avait  pris  son  parG,  abolit  les  tributs  que  son  Eglise  payait  à  Rome,  et  déclare  à  son  clergé  qu’il  devait  choisir  entre  ses  deux  serments  au  pape  et  au  roi.  Avec  Catherine  de  Médicis,  le  pape  donne  libéralement  en  dot  Parme  et  Plaisance,  terre  papale  que  nous  n’eûmes  point.  L’affaire  est  caractérisée  par  l’aveu  du  roi,  François  Ier  :  «  Nous  avons  pris  une  fille  toute  nue.  »  Le  roi  fit  brusquement  la  chose  a  Marseille  ;  le  mariage  bâcle,  consomme,  il  revint  avec  ce^e  nièce  du  pape,  plus  une  patente  pour  bruler  les  Luthériens.  Les  Anglais  lui  firent  honte  d’avoir  humilie  sa  couronne,  de  s’être  fait  le  lieutenant  de  la  police  papale  et  le  sbire  de  l’évêque  de  Rome.  •  En  juin  1534,  le  roi,  alors  à  Blois,  se  levant  le  maGn  et  sortant  de  sa  chambre,  voit  sur  la  porte  même  un  placard  contre  la  messe,  comme  ceux  que  les  protestants  avaient  déjà  affiches.  Il  fut  hors  de  lui,  pâlît  de  tant  d’audace,  d’un  si  direct  affront  a  la  majesté  royale.  •  Autour  de  ce  pauvre  roi,  qui  n’était  déjà  plus  guère  qu’une  langue,  une  conversaGon,  il  y  avait  deux  parGs,  celui  des   élus   et   des   damnes.   Les   damnes,   c’était   ceux   qui   poussaient   a   l’alliance   des   Turcs   et   des   héréGques,  spécialement  les  deux  du  Bellay,  Guillaume,  la  plupart  de  nos  ambassadeurs,  c’est-­‐a-­‐dire  des  gens  qui  savaient  et  voyaient.  Mais  le  parG  des  élus,  des  bien-­‐pensants,  des  orthodoxes,  c’était  celui  qui  se  formait  autour  du  dauphin.  Montmorency  qui  voyait  le  père  décliner  si  vite,  regardait  au  soleil  levant.  •  Diane  de  PoiGers  avait  les  vices  des  hommes;  avare,  hautaine,  ambiGeuse.  Elle  mena  fort  bien  son  veuvage,  se  réservant   habilement.   Dure,   avide   et   poliGque,   elle   était   inGment   liée   avec   un   homme   tout   semblable,  Montmorency.  •  On  assiste  a  une  conversion  de  François  Ier  :  l’ami  des  infidèles,  des  héréGques,  le  renégat  et  l’apostat,  l’homme  incertain  du  moins,  mobile,  qui  disait  le  maGn  oui,  et  non  le  soir,  est  fixe  désormais,  et  tel  sera  jusquà  la  mort.  Ce  galant,  ce  rieur,  est  désormais  un  bon  sujet.  C’est  le  retour  de  l’Enfant  Prodigue.  La  reine  et  tous  en  pleurent  de  joie.  Maintenant,  la  France,  en  Europe,  n’a  plus  d’amis  que  Charles-­‐  Quint,  son  capital  ennemi.  Elle  s’est  isolée.  
  • 95. La  Renaissance  culturelle  •  Le   projet   humaniste:   Le   mot   humanisme   est   très  postérieur   a   la   Renaissance.   En   revanche,   celui  d’humaniste   est   employé   en   France   des   le   XVIème  siècle.  Il  dérive  de  l’Italien  «  umanista  »qui  désigne  un  enseignant   de   «   le^res   classiques   »   et   qualifie  d’humanités  les  «  studia  humanitaGs  ».  •  Il   s’agit   d’abord   d’une   élite   culturelle   qui  s’autoproclame   comme   telle.   Pour   ce   faire,   les  humanistes   s’appuient   sur   des   mécènes   et   des  protecteurs   a   même   de   leur   fournir   foncGons   ou  ressources.  Guillaume  Budé,  directement  protège  par  François   Ier,   devient   ainsi   un   maitre   de   requêtes   et  maitre  de  la  Librairie  (la  bibliothèque  royale).    •  Ils  s’efforcent  de  diffuser  l’idée  selon  laquelle,  grâce  a  une  nouvelle  «  translaGo  studii  »,  le  dépôt  du  savoir  aurait  été  transfère  de  Rome  a  Paris,  comme  il  avait  été  d’Athènes  a  Rome.    
  • 96. La  Renaissance  culturelle  •  Un  projet  dominant:  Les  humanistes  me^ent  la  force  de  leur  convicGons  au  service  d’un  projet  de  maitrise  de   tous   les   savoirs:   ils   sont   convaincus   que   les  connaissances   sont   liées   entre   elles.   Une   bonne  formaGon   –   et   un   considérable   travail   –   devient  perme^re  de  les  assimiler  toutes.    •  Erasme:    «  On  ne  nait  pas  homme,  on  le  devient.  »  •  Humanisme   et   système   éducaGf:   L’augmentaGon   du  nombre  des  universités  a  la  fin  du  Moyen  Age,  Paris,  qui   reste   au   XVème   siècle   une   référence   a   l’échelle  européenne,   manifeste   son   a^racGon   par   la   hausse  du  pourcentage  de  ses  étudiants  originaires  du  sud  du  royaume.    •  Le   collège,   ce^e   grande   nouveauté   éducaGve   des  temps   modernes,   est   désormais   un   lieu   de   passage  pour   beaucoup   des   adolescents   des   couches  moyennes   et   supérieures   urbaines:   c’est   d’une  certaine  façon  en  son  sein,  et  grâce  aux  humanistes,  qu’émerge  le  groupe  dâge  adolescent.    •  C’est   aux   Jésuites   que   revient   souvent   la   tache   de  combiner   excellence   pédagogique   et   encadrement  catholique:  les  collèges  de  Tournon  (1561),  et  de  Lyon  (1565)   leur   sont   ainsi   confies.   En   1561,   ils   fondent  également  le  collège  de  Clermont  a  Paris.  
  • 97. La  Renaissance  culturelle  •  Une   modernité   problémaGque:   L’appui   sur   l’ancien  pour  rompre  avec  le  récent…  et  produire  du  neuf.    •  L’imprime   sert   dans   un   premier   temps   a   fournir   en  masse   et   a   moindre   prix   un   bagage   culturel  essenGellement   tradiGonnel:   plus   que   d’une  transformaGon   des   contenus   (réserves   a   une   peGte  minorité  de  le^res),  l’imprimerie  modifie  l’accès  aux  textes.   Un   imprimeur   doit   d’abord   offrir   une  marchandise  qui  plaise  a  un  public  élargi.    •  La  conciliaGon  religieuse:  Les  humanistes  tentent  de  concilier   le   message   chréGen   et   les   doctrines   des  Anciens  produites  dans  un  univers  païen.    •  Pour  Lefèvre  d’Etaples,  la  réflexion  d’Aristote  conduit  vers   le   Dieu   chréGen.   La   sœur   de   François   Ier,  l’humaniste  Marguerite  de  Navarre,  cherche  dans  la  théorie  de  l’amour  du  Banquet  une  préfiguraGon  du  pur  amour  chréGen.    •  L’humanisme   tenu   en   échec?   Les   tentaGves   de  synthèse   des   savoirs   n’abouGssent   pas…   Alors   que  l’aspiraGon     a   une   unité   fondamentale   est   forte,   le  rêve  humaniste  de  maitrise  globale  des  connaissances  échoue:  l’homme  universel  ne  parvient  pas  a  advenir.    Marguerite  de  Navarre  Lefèvre  d’Etaples  
  • 98. Humanisme  et  Renaissance  •  Les   humanistes   de   la   Renaissance   possèdent   une   passion  commune  qui,  d’une  époque  a  l’autre,  d’un  pays  a  l’autre,  les  unit   et   les   fait   se   ressembler   ;   l’homme   consGtue   leur   gibier  privilégie.  L’homme  au  centre  du  monde,  raccourci  glorieux  de  ce  monde...  Tel  est  le  lieu  géométrique  où  convergent  tous  les  humanistes.   Les   trois   mots-­‐clefs   des   humanistes   de   la  Renaissance   sont   universalisme,   opGmisme   et   éliGsme.  Universalisme,  car  les  humanistes  considèrent  que  tout  homme  est  dépositaire  de  l’humanité  tout  enGère.  OpGmisme,  car  tous  pensent   que   l’individu   est   toujours   capable   de   se   dépasser.  ÉliGsme,  car  les  humanistes  considèrent  que,  hors  du  savoir,  il  n’y   a   point   de   salut.   Confiance   en   l’avenir   grâce   aux   progrès  collecGfs,   somme   des   progrès   individuels,   intérêt   passionné  pour   la   vie   terrestre   qui   implique   une   manière   laïque  d’envisager  le  monde...  «  Le  monde  se  ressaisit  comme  s’il  se  réveillait  d’un  long  sommeil  »  écrit  Erasme.  
  • 99. Langue,  LiSérature,  idenJté  •  La  Renaissance  est  célébrée  comme  une  période  de  promoGon  sociale  mais  aussi  li^éraire  du  français,  que  certains  auteurs  lu^ent  pour  voir  reconnaître  comme  une   véritable   langue   de   culture.   Mais   son   dynamisme,   bien   réel,   est   encore  socialement  très  sélecGf  et  les  succès  dEdiGon  du  temps  sont  loin  de  toujours  correspondre   aux   hiérarchies   li^éraires   telles   qu’elles   se   sont   imposées  ultérieurement.    •  La  variété  des  langues:  La  diversité  est  un  trait  fondamental.  Deux  grandes  aires  se  dégagent:  au  nord,  le  parler  de  la  langue  d’oïl;  au  sud,  ceux  de  la  langue  d’oc.    •  Revenant  du  Brésil  en  1557  et  jeté  sur  les  cotes  bretonnes,  Jean  de  Lery  découvre  des  «  Bretons  bretonnants  dont  nous  entendions  moins  la  langage  que  celui  des  sauvages  américains  d’avec  lesquels  nous  venions.  »  •  La  progression  du  français  et  ses  limites:  L’ordonnance  de  Villers-­‐Co^erêts  (aout  1539)  requiert  l’emploi,  dans  l’ensemble  des  actes  publics,  du  langage  maternel  français.  •  Le  français  du  roi  ,  s’il  est  très  proche  des  parlers  d’Ile-­‐de-­‐France  et  du  val  de  Loire,  n’apparGent  cependant,  a  proprement  parler,  a  aucun  espace  parGculier.  Ce  français,  non  content  d’être  la  langue  du  roi  et  des  actes  officiels,  devient  aussi  celle   de   la   cour   et   bientôt   une   langue   de   culture   presGgieuse.   Dans   tout   le  territoire   de   la   langue   d’oc,   le   français,   largement   langue   étrangère   jusqu’en  1450,   gagne   dans   le   siècle   qui   suit   des   posiGons   importantes   dans   les   élites  urbaines.    
  • 100. Langue,  LiSérature,  idenJté  •  La   promoGon   d’une   producGon   li^éraire   française:   La  Défense  et  illustraGon  de  la  langue  française  de  Joachim  Du  Bellay  s’élevé  a  la  fois  contre  les  traitres  néo-­‐laGns  et  contre  les  parGsans  d’une  tradiGon  li^éraire  autochtone  qui  ne  pas  a  la  hauteur  des  enjeux.    •  La   producGon   li^éraire:   Les   cours   consGtuent   en   effet   des  foyers   de   premier   ordre   de   producGon   li^éraire,   que   les  protecteurs  des  auteurs  soient  les  Princes  eux-­‐mêmes  ou  des  membres   de   leur   entourage.   Certaines   femmes   jouent   un  rôle   de   mécène   des   le^res,   même   si   en   ce   domaine  l’importance  d’Anne  de  Bretagne  a  sans  doute  été  longtemps  majorée:   seul   Jean   Marot   a   véritablement   des   relaGons  étroites  avec  elle.  •  Le  théâtre  profane  connaît  lui  aussi  un  grand  essor  en  milieu  urbain  a  parGr  du  milieu  du  XVème  siècle:  plus  de  250  pièces  de  genres  divers  sont  conservées  pour  la  période  1450-­‐1530.  A   l’excepGon   des   farces,   il   ne   semble   pas   s’adresser   en  priorité   a   un   large   public,   mais   bien   plutôt   aux   élites  cléricales  et  laïques.    •  Le  gros  romans  de  chevalerie  consGtuent  de  vrais  succès  de  librairie   en   milieu   urbain,   portes   par   une   demande   sociale  nourrie  de  progrès  de  l’alphabéGsaGon.  Ordonnance  de  Villers-­‐Coberêts  
  • 101. La  farce  de  Pathelin:  la  bourgeoisie  et  l’ennui  •  L’œuvre  saillante  du  XVème  siècle,  la  forte  et  vive  formule  qui   le   révèle   tout   enGer,   le   perce   de   part   en   part   c’est   la  farce   de   Pathelin.   L’avocat   dupe   le   marchand.   Mais   lui-­‐même,  le  fin  et  l’habile,  il  est  dupe  par  le  simple  des  simples,  le   bon,   l’ignorant   Agnelet,   pauvre   berger.   C’est   un   temps  soucieux,   a   l’image   de   la   classe   qui   monte   et   influe,   de   la  bourgeoisie.   Plus   libre,   le   paysan   est   plus   inquiet  qu’autrefois.  Plus  riche,  le  bourgeois  a  plus  de  soucis  en  tète.  L’avocat,  ou  le  marchand,  le  drapier  ou  Pathelin,  ont  toujours  peur  qu’Agnelet  ne  leur  mange  leurs  moutons,  ou  ne  paye  point  la  rente.  
  • 102. Ruptures  et  conJnuités  arJsJques  •  La  producGon  d’un  arGste  reconnu  comme  Jean  Fouquet  (vers  1420-­‐1481)   qui   intègre   des   apports   flamands   et   italiens,    manifeste   déjà   la   circulaGon   des   influences   et   une   réelle  apGtude  a  la  synthèse.    
  • 103. Ruptures  et  conJnuités  arJsJques  •  L’assimilaGon  de  l’Italie:  L’assimilaGon  des  formes  «  italiennes  »  est  le  fait  d’un  art  «  français  »  en  pleine  mutaGon  et  sur  de  ses  ressources.  L’emploi  d’un  décor  plaque  fait  souvent  dire  que  la  grammaire  des  formes  reste  française,  alors  que  seul  le  vocabulaire  est  modifie.    •  Des  châteaux  sous  influence?  Chambord,  ne  de  la  volonté  de  François  Ier,  est  une  construcGon  enGèrement  nouvelle,  a  la  différence  des  chanGers  réalisés  auparavant  a  Amboise  et  Blois  –  a  parGr  d’idées  en  parGe  inspirées  par  Leonard  de  Vinci:  l’escalier  du  donjon  n’est  achevé  qu’en  1546,  quelques  mois  avant  la  mort  de  François  Ier  –  véritable  morceau  de  bravoure  avec  son  escalier  a  double  révoluGon  a  plan  centre.    •  Il  se  situe  très  ne^ement  dans  la  postérité  des  construcGons  flamboyantes.  Ces  derniers  traits  expliquent  qu’au  XVIIIème  siècle,  au  temps  du  néoclassicisme,  Chambord  puisse  être  qualifie  de  plus  beau  château  gothique  de  France.    
  • 104. Le  château  de  Chambord  •  Il  fallut  à  François  Ier  un  château  ;  non  un  vieux  château  fort,  serré  et  étranglé,  comme  un  soldat  dans  sa  cuirasse.  Tout  au  contraire,   moins   un   château   qu’un   grand   couvent,   qui,   de   ses   tours,   de   son   appareil   féodal,   couvrira,   enveloppera   de  nombreuses  chambres,  de  charmants  cabinets,  des  cellules  mystérieuses.  C’est  l’idée  de  Chambord.  Des  escaliers  a  double  vis,  qui  perme^ent  de  monter  ou  descendre  de  deux  cotes  sans  se  rencontrer  ni  se  voir.  Au  dehors,  l’unité,  l’harmonie  solennelle  des  tours,  avec  leurs  clochetons  et  cheminées  en  minarets  orientaux,  sous  un  majestueux  donjon  central.  Au  dedans,  la  diversité,  toutes  les  circulaGons  faciles,  et  les  réunions,  et  les  apartés,  toutes  les  libertés  du  plaisir.  Les  saintes  de  l’endroit,  les  maitresses  du  règne,  la  brune  du  Midi  et  la  blanche  du  Nord,  mesdames  de  Châteaubriant  et  d’Etampes,  y  figurent  solennellement  en  cariaGdes.  
  • 105. Ruptures  et  conJnuités  arJsJques  •  A  Fontainebleau,  Rosso  et  PrimaGce  élaborent  un  décor  avec  plafond  a  caissons,  lambris,  grands  panneaux  peints  entoures  de  stuc  –  ce  qui  est  inédit  en  Europe  alors.  Le  roi  de  France,  alors  même  qu’il  a  perdu  ses  possessions  italiennes,  réussit  a  Fontainebleau  a  faire  aussi  bien,  sinon  mieux  que  son  modèle.    
  • 106. Ruptures  et  conJnuités  arJsJques      •  La  naissance  du  classicisme  français:  Le  remaniement  du  Louvre  est  laisse  a  Pierre  Lescot,  humaniste  et  non  homme  de  bâGment.  Il  y  réalise  «  un  éclatant    manifeste  voulant  magnifier  le  génie  français  ».  La  symétrie  d’ensemble  et  de  de  détail  est  parfaite:  même  les  sculptures  des  parGes  hautes  du  corps  central  se  répondent.    •  Pour  mesurer  toute  la  distance  qui  sépare  ce^e  façade  de  ce  qui  se  fait  au  même  moment  en  Italie,  rien  de  plus  instrucGf  que  de  le  comparer  au  palais  Farnèse,  alors  en  construcGon  a  Rome,  sous  la  direcGon  de  Michel  Ange.  On  y  donne  une  priorité  absolue  a  l’horizontalité  (avec  une  corniche  sommitale  très  marquée),  quand  le  Louvre  fait  une  large  place  aux  axes  verGcaux.  La  variété  des  formes  au  Louvre  s’oppose  a  la  répéGGon  du  même  module  au  palais  Farnèse.  Enfin,  a  Rome,  le  décor  est  quai  absent  alors  qu’il  occupe  une  grande  place  a  Paris,  spécialement  au  niveau  de  l’auque.    
  • 107. Ruptures  et  conJnuités  arJsJques  •  Réseaux   et   canaux:   L’art   de   Fontainebleau.   Peintres,  sculpteurs   et   stucateurs   de   Fontainebleau   produisent   des  formes  nouvelles.  Ce  maniérisme  français  se  manifeste  ainsi  par   un   allongement   des   corps,   spécialement   féminins,   bien  observable  sur  les  statues  en  stuc  des  panneaux  subsistant  de  la   chambre   de   la   duchesse   d’Etampes   (vers   1541-­‐1545,   par  PrimaGce):  les  cariaGdes  y  ont  de  longues  jambes  effilées,  des  cous  fins,  des  têtes  peGtes.    •  Art   renaissant   et   art   gothique:   OpposiGon   ou   conciliaGon?  L’art   gothique,   dans   l’architecture,   la   statuaire   ou   les   arts  décoraGfs,   connaît   a   la   Renaissance   une   extraordinaire  vitalité,  sous  sa  forme  flamboyante  –  ce  terme  s’explique  par  la  forme  prise  alors  par  le  remplage  des  vitraux,  qui  évoque  des   flammes.   Il   s’agit,   a   parGr   d’éléments   connus,   de  provoquer  un  effet  de  surprise.    Façade  de  la  cathédrale  de  Rouen,  la  tour  du  Beurre.  Couronnée   (ne   portant   pas   de   flèche),   elle   est  par*culièrement   caractéris*que   du   style   gothique  flamboyant.   Elle   *re   son   surnom   de   son   financement  par  la  vente  de  beurre  et  de  laitage  au  carême.  
  • 108. Ruptures  et  conJnuités  arJsJques  •  Le  connétable  Anne  de  Montmorency  réalise  a  Ecouen,  au  nord  de  Paris,  une   magnifique   demeure   ouvertement   desGnée   a   recevoir   le   roi.   Ce  château   moderne   a   une   influence   considérable   et   les   émules   du  connétable  sont  légions,  a  en  juger  par  le  nombre  de  grandes  demeures  élevées  par  des  courGsans  ambiGeux  dans  les  années  1540-­‐1550.  Dans  tous  ces  châteaux,  on  espère  aurer  le  roi  et  «  dame  faveur  ».  C’est  dire  le  lien  entre  construcGon  nouvelle  et  réussite  personnelle:  elle  en  est  a  la  fois  le  signe  et  l’instrument.    •  Conclusion:   La   Renaissance   est   la   période   d’une   mulGplicaGon   sans  révoluGon.   De   la   démographie   a   l’imprimerie,   le   constat   s’impose   a  beaucoup  d’historiens  –  il  s’agit  avant  tout  de  mulGplier  l’existant.    
  • 109. Le  sens  de  la  Renaissance  •  «   Suis   la   Nature   »,   ce   mot   des   Stoïciens   fut   l’adieu   de  l’AnGquité.   «   Reviens   a   la   Nature   »,   c’est   le   salut   que   nous  adresse  la  Renaissance,  son  premier  mot.  Trois  fils  de  serfs,  ouvriers   héroïques,   taillent   les   trois   pierres   ou   se   fonde   la  nouvelle  Eglise  :  Colomb,  Copernic  et  Luther.  L’Italien  trouve  le  monde,  et  le  Polonais  en  trouve  le  mouvement,  l’harmonie,  l’infini   du   ciel.   L’Allemand   reconsGtue   la   famille   et   y   met   le  sacerdoce.  C’est  fonder  le  monde  de  l’homme.  •  La  Renaissance  se  cherche  a  tâtons  et  ne  se  sait  pas,  ne  se  Gent   pas   encore.   Elle   marche   a   la   nature,   s’y   assimile  lentement.  L’homme  est  enfin  le  frère  du  monde.  C’est  le  vrai  sens  de  la  Renaissance  :  tendresse,  bonté  pour  la  nature.  Le  parG   des   libres   penseurs,   c’est   le   parG   humain   et  sympathique.  Vinci  achetait  des  oiseaux  pour  les  me^re  hors  de  cage  et  jouir  du  spectacle  des  ravissements  de  la  liberté.