Your SlideShare is downloading. ×
2. Feodalites 888 1180
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

2. Feodalites 888 1180

488
views

Published on

Published in: Education

1 Comment
0 Likes
Statistics
Notes
  • Sympa, mais tu aides tes enfants à préparer un exposé ? c'est triché :-)
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
488
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
1
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 888-­‐1180  Féodalités  
  • 2. Preface  •  La  religion  est  coextensive  a  la  nature  et  a  la  société  et  ce8e  imprégna;on  totale  jus;fie  que  l’Eglise  ;enne  un  rôle  déterminant  dans  l’encadrement  et  la  régula;on  de  la  communauté.  On  peut  dire  que  l’affirma;on  de  la  seigneurie  et  les  gains  de  la  chris;anisa;on  sur  la  pensée  sauvage  progressent  de  pair.    •  Si   la   monarchie   construit   et   élargit   progressivement   son   domaine,   le   sen;ment   d’une   unité   française  n’existe  pas  encore.  La  France  demeure  une  mosaïque  de  régions,  de  langues  et  de  coutumes  diverses.       A  la  fin  du  IXème  siècle,  dans  un  monde   encore   presque   encore  e x c l u s i v e m e n t   r u r a l ,   l e s  consciences,   du   moins   celles   des  élites,   restent   imprégnées   de  l’héritage   carolingien,   habitées  par  l’idéal  de  l’Empire  franc  et  son  rêve  de  «  république  chré;enne  »  universelle.    Pourtant,  888,  c’est  le  moment  ou  se  défait  défini;vement  l’unité  de  l’Empire   carolingien   auquel  succède   une   mul;plicité   de  royaumes:   Germanie,   Italie,  France,   Bourgogne,   Provence,  Lotharingie.    
  • 3. Preface  •  1180,  c’est  le  moment  de  l’avènement  de  Philippe  Auguste   (1180-­‐1223),   dont   le   règne   marque  tradi;onnellement   le   début   de   l’essor   de   la  puissance   capé;enne,   au   sein   du   royaume   de  France.      
  • 4. •  A   l’échelle   locale,   l’exercice   du   pouvoir  reposait  sur  l’associa;on  des  évêques  et  des   nobles,   imbriquait   les   pra;ques  civiles   et   religieuses   et   mêlait  étroitement  le  public  et  le  prive.    •  L’ordre   carolingien   n’est   plus   considéré  aujourd’hui   comme   un   édifice   éta;que  pré-­‐moderne,   mais   comme   une  construc;on   monarchique   précaire  reposant  sur  la  collabora;on  a  une  très  vaste   échelle   de   puissantes   forces  sociales,  religieuses  et  familiales.  •  La  crise  des  années  880-­‐940:  Le  12  juin  888,  l’empereur  Charles  le  Gros  mourut  sans   laisser   d’héri;er   direct.   Celui-­‐ci  avait,  pour  la  première  fois  depuis  843,  exerce   son   autorité   sur   l’ensemble   des  royaumes   issus   des   partages   successifs  de  l’Empire  de  Charlemagne  et  de  Louis  le   Pieux.     Le   territoire   de   la   France  actuelle   apparaît   alors   partagé   entre  quatre   royaumes   gouvernes   par   quatre  «   reguli   »   (pe;ts   rois):   La   Francie  occidentale,   la   Bourgogne   transjurane,  la   Provence   et   la   France   orientale,   qui  s’étend  sur  l’Alsace  et  la  Lotharingie.    L’heure  des  Princes  Charles  le  Gros  
  • 5. •  La  régionalisa;on  des  aristocra;es:  Si  les  aristocra;es  éprouvent  le  besoin  de   choisir   un   roi   «   ;re   au   sein   »   de   chaque   royaume,   c’est   qu’elles  entendent  disposer  d’un  roi  proche.  •  Les  aristocrates  des  différents  royaumes  se  ressemblent.  La  domina;on  est  exercée   par   des   familles   d’origine   germaniques   qui   ont   su   ;sser,   par   les  alliances   matrimoniales   et   les   liens   d’ami;é   et   de   fidélité,   de   solides  rela;ons  avec  les  aristocra;es  autochtones.  Les  nouveaux  rois  eux-­‐mêmes  ,  comme   leurs   compé;teurs,   sont   tous   issus   de   l’aristocra;e   de   l’Empire,  ce8e  élite  franque  sur  laquelle  les  souverains  carolingiens  s’appuyaient  pour  gouverner.  •  Un   deuxième   phénomène   contribua   a   la   régionalisa;on   des   aristocra;es:  l’ins;tu;on   par   les   souverains   carolingiens   de   grands   commandements  confies   a   des   comtes   de   rang   supérieur,   cumulant   plusieurs   comtes   et  pourvus  du  ;tre  de  marquis  ou  de  duc.  •  La   nécessite   de   la   défense   aux   raids   de   Normands,   des   Hongrois   et   des  Sarrasins   représentent   un   troisième   facteur   de   régionalisa;on   des  aristocra;es.  Dans  une  société  ou  la  victoire  sur  le  champ  de  bataille  était  considéré   comme   le   signe   de   la   faveur   divine,   vaincre   avec   éclat   pouvait  légi;mer  des  préten;ons  a  exercer  les  fonc;ons  les  plus  hautes.  •  La  crise  du  modèle  carolingien  de  gouvernement  central  :  Le  roi  ne  parvient  plus  a  imposer  sa  jus;ce  aux  magnats  lorsque  leurs  rivalités  dégénèrent.    •  Le    phénomène  le  plus  important  est  la  réduc;on  du  contrôle  royal  sur  la  circula;on  des  honneurs  du  fait  de  leur  capta;on  pat  les  grands.  En  effet,  les  comtes  se  me8ent  a  transme8re  directement  leurs  charges  a  leurs  fils.  L’heure  des  Princes  
  • 6. •  Ce8e   vaste   révéla;on   de   la   France,   elle   commence   au  Xème  siècle,  à  l’avènement  des  Capets.  Chaque  province  a  des   lors   son   histoire   ;   chacune   prend   une   voix,   et   se  raconte  elle-­‐  même.  •  Avec  l’an  1000,  ce  monde  ne  voyait  que  chaos  en  soi  :  il  aspirait  a  l’ordre,  et  l’espérait  dans  la  mort  !  Les  Seigneurs  se  refugiaient  parmi  les  moines  et  sous  leur  habit  ;  ils  leur  demandaient  dans  leurs  couvents  une  pe;te  place  ou  se  cacher.  Une  vaste  révéla,on  de  la  France  Porche  de  Notre-­‐Dame  (Le  jugement  dernier)  
  • 7. •  Le  contrôle  royal  sur  les  charges  épiscopales  résista  un  peu  mieux.  Mais  du  cote  des  comtes,  la  transmission  s’effectue  de   manière   directe,   de   père   en   fils,   au   sein   de   véritables  lignées  comtales,  sans  que  le  roi  ne  puisse  faire  autre  chose  que  de  la  reconnaître.    •  Etre   comte,   ce   n’est   plus   être   l’agent   du   roi.   Etre   comte,  c’est  appartenir  a  une  maison  comtale.    •  Les  agressions  extérieures:  Les  Hongrois  mènent  de  grandes  chevauchées  dans  l’Est  de  la  France  actuelle  et  la  vallée  du  Rhône,  s’en  prenant  aux  cites  et  aux  monastères.  Les  pirates  musulmans   ravagent   régulièrement   les   cotes  languedociennes  et  provençales.    •  Les  «  Normands  »,  ces  hommes  venus  de  Scandinavie  ou  de  leurs  colonies  britanniques,  apparaissent  de  loin  comme  les  plus  redoutables.    •  Les  groupes  de  vikings  commencent  a  s’installer  a  demeure  a  l’embouchure  de  la  Seine  puis  dans  le  Coten;n.  A  la  tête  de   l’un   d’entre   eux   figure   certainement   Rollon   =,   sous   la  direc;on  duquel,  en  911,  les  vikings  de  la  Seine  finissent  par  intégrer  la  chré;enté  et  le  système  poli;que  franc.  L’heure  des  Princes  A<aque  Viking  (manuscrit  de  l’abbaye  de  saint  Aubin-­‐  1100)  
  • 8. •  Très   mobiles,   les   Normands   déjouaient   facilement   les  lourdes  troupes  de  cavaliers  de  l’aristocra;e  franque.  •  En  911,  Rollon  se  reconnaît  le  fidèle  du  roi  Charles  le  Chauve  et  reçoit  le  territoire  de  Rouen.  Rollon  reprend  lui-­‐même  le  ;tre   de   comte,   place   le   siège   épiscopal   de   Rouen   sous   sa  tutelle   et   laisse   son   archevêque   engager   l’accultura;on  chré;enne  des  popula;ons  d’origine  scandinave.    •  La  forma;on  des  principautés  régionales:  Des  le  début  du  Xème  siècle,  le  paysage  poli;que  est  donc  domine  par  les  princes  qui,  partout  ou  ils  le  peuvent,  média;sent  l’autorité  du  roi.    •  L’assise   spa;ale   de   la   domina;on   princière:   Toutes   les  principautés   procèdent   d’une   matrice   commune   qui  combine   la   déten;on   de   la   ;tulature   comtale,   l’emprise  théorique   sur   un   ou   plusieurs   «   pagi   »,   enfin   le   contrôle  d’honneurs   ecclésias;ques,   sièges   épiscopaux   ou  sanctuaires  monas;ques.  L’heure  des  Princes  
  • 9. •  Bénéficiaires   de   la   générosité  aristocra;que   sous   forme   de  dona;ons  foncières  ou  mobilières,  les  moines   mul;plient   en   retour   prières  et  célébra;ons  eucharis;ques  pour  le  salut   des   vivants   et   des   morts   de   la  parente.   De   nombreux   groupes  aristocra;ques  disposent  pour  cela  de  rela;ons   privilégiées   avec   un  monastère  familial.    •  Le   modèle   royal:   Les   princes   ne   sont  pas   des   usurpateurs,   mais   des  imitateurs   du   pouvoir   royal.   Leurs  principautés   se   voulaient   des   formes  réduites   de   la   royauté.   Pour   autant,  aucun  prince  ne  revendique  la  royauté  pour   lui-­‐même,   ni   ne   cherche   a   faire  sécession.   Tous   se   sa;sfont   de  gouverner   leur   principauté   sous  l’autorité   hiéra;que,   mais   passive   et  lointaine,  du  roi.  L’heure  des  Princes  Monastère  cistercien  de  FonHroide  (XIème  siècle)  
  • 10. •  Maitres  des  ateliers  monétaires  dans  leur  principauté  et  ba8ant  monnaie  a  leur  profit,  les  princes  restent  fidèles,  pour   le   type   monétaire,   au   monogramme   royal  tradi;onnel.    •  Les  princes,  même  les  plus  lointains,  se  considèrent  sans  trop   de   ré;cences   comme   les   fidèles   du   roi   et   chacun  conçoit  ce8e  fidélité  comme  la  condi;on  de  l’harmonie  sociale  et  poli;que,  un  élément  de  l’ordre  du  monde.    L’heure  des  Princes  Denier  de  Provence  (XIème  siècle)  
  • 11. •  Les  princes  et  l’aristocra;e:  Le  prince  s’efforce  surtout  de  ;sser   avec   ses   fidèles   des   rela;ons   d’ami;é,   le   terme  renvoyant  a  un  véritable  pacte  engageant  les  partenaires  au   respect   d’un   code   de   comportement   implicite.   Pour  cela,  il  cherche  a  les  associer  a  ses  gestes  de  piété.  Il  les  entraine  aussi  dans  ses  guerres  contre  les  princes  voisins  ou  les  seigneurs  rebelles:  dans  une  société  ou  le  pouvoir  reste   avant   tout   fonde   sur   la   force   et   repose   sur  charisme   personnel,   le   compagnonnage   guerrier   est   un  facteur  de  cohésion  du  groupe  aristocra;que.  L’heure  des  Princes  Saint  MarMn  faisant  la  charité.  Eglise  de  Vignory  (Haute  Marne)  
  • 12. •  La  mul;plica;on  des  châteaux  et  des  tours:  Alors  qu’a  l’époque  carolingienne  les  forteresses  étaient  encore  rela;vement  rares,  on  assiste  des  la  fin  du  XIème  siècle  et  de  manière  exponen;elle  a  par;r  du  milieu  du  Xème  siècle  a  la  mul;plica;on  des  tours  et  des  châteaux  dans  les  campagnes  comme  dans  les  cites.    •  L’u;lisa;on   de   la   pierre,   l’ampleur   des   éléva;ons   et   l’adop;on  fréquente  de  techniques  et  d’un  appareil  de  qualité  manifestent  le  choix  d’une  architecture  de  pres;ge.    •  Tous  ces  «  castra  »  ont  pour  point  commun  l’erec;on  d’une  tour  maitresse.   Ce   choix   en   faveur   du   resserrement,   de   la  monumentalité  et  de  la  ver;calité,  rompt  de  manière  très  ne8e  avec   les   for;fica;ons   du   haut   Moyen   Age,   caractérisée   par   de  vastes  enceintes  linéaires,  souvent  rudimentaires.    •  Alors  que  les  for;fica;ons  carolingiennes  jouaient  pour  l’essen;el  un   rôle   de   refuge   ou   d’occupa;on   temporaire,   ces   nouvelles  forteresses  représentent  toujours  un  lieu  de  pouvoir.    •  Dans  le  cadre  de  la  compé;;on  a  laquelle  se  livrent  les  puissants  a  l’échelle  régionale  des  la  fin  du  IXème  siècle,  la  mul;plica;on  des  châteaux  traduit  a  l’évidence  une  volonté  nouvelle:  celle  d’asseoir  tout   pouvoir   sur   un   marquage   monumental   et   militaire   de  l’espace.  L’heure  des  Princes  Donjon  résidenMel  de  Nogent-­‐le-­‐Rotrou  Forteresse  de  Langeais  (Indre  et  Loire)  
  • 13. •  Des  Carolingiens  aux  premiers  Capé;ens:  De  936  a  987,  les  derniers  rois  carolingiens,  Louis  IV  (936-­‐954),  Lothaire  (954-­‐986)  et   Louis   V   (986-­‐987),   restent   prisonniers   d’une   rela;on   complexe   et   difficile   avec   le   duc   de   Francs   Rober;en   auquel   ils  doivent  leur  retour  sur  le  trône.  C’est  lui  qui  va  perme8re  également  l’avènement  d’Hugues  Capet  a  la  royauté  en  987.    •  Contrairement  a  ce  que  l’on  a  longtemps  affirme,  la  royauté  sort  renforcée  de  ce8e  subs;tu;on  dynas;que.  L’heure  des  Princes  
  • 14. •  Le  surcout  de  puissance  royale  est  surtout  visible  dans  le  contrôle  de  l’Eglise:  sous  Robert  le  Pieux  (997-­‐1031)  et  Henri  Ier  (1031-­‐1060),  les  rois  exercent  leur  tutelle  sur  16  sièges  épiscopaux.    L’heure  des  Princes  Robert  Ier  le  roi  moine.  Henri  Ier.  Epée  du  sacre,  dite  épée  de  Charlemagne,  «  La  Joyeuse  ».  
  • 15. •  Lors   du   sacre,   l’archevêque   de   Reims,   qui   s’est   impose  comme   consécrateur   depuis   936   et   qui   est   entoure  d’évêques,  ;ent  le  premier  rôle,  l’onc;on  du  roi  précédant  l’assen;ment  des  grands  et  l’acclama;on  par  les  chevaliers  et   le   peuple.   Le   rite   de   l’onc;on   est   hérité   des  Carolingiens.  •  Le  «  regnum  »  n’est  plus  une  capacité  personnelle  a  régner  que   peuvent   exercer   tous   les   fils   du   roi,   mais   une   en;té  poli;que  dotée  d’une  existence  propre,  indépendante  de  ses  détenteurs  successifs,  et  dont  le  ministère  revient  au  fils  aine.    •  Une  telle  évolu;on  pose  le  problème  du  sort  des  cadets.  Ceux-­‐ci   sont   indispensables   a   la   prolonga;on   de   la  dynas;e   en   cas   de   décès   de   l’aine.   Il   convient   en   même  temps   de   limiter   leurs   revendica;ons,   en   les   dotant,  comme  le  font  aussi  les  princes.    •  A  par;r  de  987,  le  centre  de  gravite  du  pouvoir  royal  glisse  au   sud,   délaissant   le   triangle   carolingien   Laon-­‐Reims-­‐Compiègne   au   profit   de   l’axe   Senlis-­‐Orléans,   que   vient  renforcer  la  récupéra;on  du  comte  de  Paris  par  le  roi.  L’heure  des  Princes  La  sainte  Ampoule.  Sceau  d’Hugues  Capet  
  • 16. •  Royaumes   et   principautés   forment-­‐il   des   communautés  poli;ques?   Entre   la   Francie   occidentale   et   la   Francie  orientale  –  que  l’on  appelle  de  plus  en  plus  Germanie  –  la  fron;ère   occidentale   de   la   Lotharingie   représente  désormais   la   limite   des   préten;ons   respec;ves   des   deux  rois.  •  S’il  n’y  a  pas  d’iden;té  du  royaume  autre  que  dynas;que,  si   le   royaume   en   somme   n’est   qu’une   royauté,   peut-­‐on  déceler  dans  les  principautés,  tout  au  moins  dans  certaines  d’elles,  un  sen;ment  d’appartenance  a  une  communauté  poli;que   territoriale?   Il   semble   bien   que   oui,   mais  seulement  au  Xème  siècle.  L’heure  des  Princes  Othon  II.  
  • 17. Un  ordre  chré3en  •  Dans   les   sociétés   des   Xème   et   XIème   siècles,   l’ensemble   des   représenta;ons   et   des   pra;ques   sociales  prennent   sens   au   regard   de   la   quête   du   salut.   Le   temps   est   tout   en;er   tendu   par   l’a8ente   du   retour  glorieux  du  Christ.    •  A   par;r   du   début   du   XIème   siècle,   les   modes   de   vie   promus   pour   les   grandes   abbayes   réformatrices  tendirent  cependant  a  se  doter  d’une  iden;té  propre  plus  affirmée.  Certains  mirent  alors  par  écrit  leurs  coutumes  dans  des  pe;ts  ouvrages  appelés  coutumiers  qui  servirent  désormais  de  support  a  la  diffusion  de  la  reforme.    Parmi   ces   communautés   d’observance,   Cluny   fut  assurément  la  plus  puissante  et  la  plus  originale.    Eglise  saint  Pierre  de  Jumièges  
  • 18. Un  ordre  chré3en  •  En   suivant   rigoureusement   la   règle   de   saint   Benoit   et   les   coutumes   les   plus   réputées,   les   moines   se  donnaient   les   moyens   d’exercer   un   rayonnement   croissant   sur   les   laïcs,   a   commencer   par   les   plus  puissants.    •  L’ami;é  entre  moines  et  laïcs:  Pour  le  bonheur  de  la  marche  du  monde  et  le  salut  de  tous,  moines  et  puissants  laïcs  doivent  entretenir  une  rela;on  posi;ve  harmonieuse.  La  dona;on  est  la  pra;que  la  plus  répandue  entre  laïcs  et  moines.    L’amplifica;on  des  services  liturgiques  pour  les  âmes  des  vivants   et   des   morts   s’accompagne   de   leur   diffusion   a  l’ensemble  du  groupe  aristocra;que  et  même  au-­‐delà.    Cartulaire  de  l’abbaye  du  Mont  Saint  Michel  Donateurs  Pauvres  réels  Moines  CommémoraMons  &  prières  Aumônes  Intercessions  Charité  encadrée  
  • 19. Un  ordre  chré3en  •  L’échange  mis  en  œuvre  par  le  don  s’élargit  de  la  sorte  a  un  troisième  partenaire,  les  pauvres,  tout  en  renforçant  le  rôle  médiateur  des  moines,  principaux  agents  de  la  circula;on  des  suffrages  et  des  biens.  •  Pour  les  parents,  offrir  un  jeune  enfant  fonde  une  rela;on  très  forte  avec  la  communauté  monas;que  qui  les  reçoit.  Certes,  le  futur  moine  est  appelé  a  qui8er  sa  famille  charnelle  pour  rejoindre  sa  nouvelle  famille  spirituelle,  mais  a  travers  sa  personne  les  deux  se  trouvent  de  fait  associes  dans  une  ami;é  faite  pour  durer.    •  L’obla;on  de  l’enfant  répond  surtout  a  l’idéal  des  réformateurs.    Cet  idéal  envisage  l’état  monas;que  comme  un  renoncement  total  au  monde  et  en  par;culier  de  la  sexualité  et  considéré  les  communautés  monas;ques  comme  une  préfigura;on  des  chœurs  angéliques.    Ce  modèle  angélique,  fonde  sur  la  virginité  plus  que  sur  la  seule  chasteté.  Il  renvoie  a  la  pureté  sexuelle  des  moines  oblats  et  l’essor  de  la  liturgie  des  prières  chantées.    La  conversion  «  au  secours  »  (ad  succurendum)  ou  «  in  extremis  »  est  elle-­‐aussi  accompagnée  d’une  dota;on.  Le  rituel  s’accompagne  souvent  de  la  déposi;on  solennelle  des  armes  sur  l’autel.    
  • 20. Un  ordre  chré3en  •  La   valorisa;on   des   puissants:   Dans   le  cadre   d’une   société   dure   et   brutale,   les  moines  et  les  guerriers  sont  animes  par  la  même  concep;on  militante,  comba8ante,  de   l’ac;on   dans   le   monde,   ce   que   révèle  d e   g o u t   d e s   m o i n e s   p o u r   l a  représenta;on,   dans   les   enluminures   et  les  sculptures,  des  scènes  de  combat  entre  anges  et  démons.    •  Evêques   et   chanoines   face   aux   défis  monas;ques:   A   par;r   de   la   fin   du   Xème  siècle,   l’essor   du   monachisme   et   les  rela;ons   privilégiées   des   moines   avec   les  grands   laïcs   suscitent   a   leur   tour   les  réserves   voire   les   hos;lités   d’une   par;e  des   évêques   et   des   clercs.   Dans   ce  contexte,   la   rivalité   entre   évêques   et  moines   se   cristallise   autour   de   plusieurs  problèmes.  Le  premier  est  l’exemp;on  de  l’autorité   épiscopale   obtenue   par  certaines  communautés  monas;ques.  Les  trois  ordres  de  la  société  selon  Adalbéron  de  Laon  
  • 21. Un  ordre  chré3en  •  Le  pouvoir  des  reliques:  Le  désarroi  provoque  par  les  agressions  extérieures   et   par   la   crise   de   l’ordre   carolingien   dynamisa   le  phénomène.    •  C’est   que   les   reliques   sont   absolument   nécessaires   pour   la  consécra;on   des   autels   et   le   rayonnement   de   tout   nouvel  établissement.    •  Dans  une  société  ou  les  condi;ons  de  vie  sont  dures,  les  reliques  représentent   la   possibilité   d’un   accès   direct   au   sacre   qui   est  promesse  de  protec;on  et  de  guérison,  aussi  bien  corporelle  que  spirituelle.    •  Le   développement   des   pèlerinages   et   les   enrichissement   des  sanctuaires   par   l’afflux   des   dona;ons   aristocra;ques   et   des  offrandes   entrainent,   a   par;r   du   milieu   du   Xème   siècle,   la  transforma;on   monumentale   d’un   grand   nombre   d’édifices  culturels.    •  Deux   espaces   font   l’objet   d’un   inves;ssement   par;culier,   en  étroite  rela;on  avec  les  exigences  symboliques  et  liturgiques:  les  massifs  d’entrée  et  les  chevets.  Statue  reliquaire  de  sainte  Foye  
  • 22. Un  ordre  chré3en  •  Deux   espaces   font   l’objet   d’un   inves;ssement  par;culier,   en   étroite   rela;on   avec   les   exigences  symboliques  et  liturgiques:  les  massifs  d’entrée  et  les  chevets.  Tour-­‐porche  de  l’abbaye  de  Fleury:  l’entrée  de  la  Jérusalem  céleste.  A  parMr  du  début  du  XIème  siècle,  les  imposants  massifs  occidentaux  qui  caractérisaient  les  églises  depuis  l’époque  carolingienne  furent  parfois  remplacées  par  une  simple  tour  surmontant  l’espace  d’accueil,  comme  pour  l’abbaye  de  Saint  Germain  des  Près.    Rotonde  de  sainte  Marie  de  labbaye  sainte  Bénigne  de  Dijon  
  • 23. Un  ordre  chré3en  •  La  guerre  et  la  paix:  pra;ques  sociales  et  émergences  de  nouvelles  formes:  Dans  la  société  des  Xème  et  XIème   siècles,   la   guerre   est   fréquente.   Elle   représente   même   une   composante   essen;elle   de   la   vie  aristocra;que.  Les  formes  de  la  guerre  sont  alors  partout  les  mêmes:  la  chevauchée,  l’incendie  ou  la  prise  de  forteresse,  le  pillage.    •  La  guerre  se  nourrit  elle-­‐même,  chaque  vengeance  en  appelant  une  nouvelle,  jusqu’à  ce  que  des  ;ers,  a  commencer   par   des   parents   ou   des   amis   des   protagonistes,   le   prince   ou   l’Eglise,   en   la   personne   d’un  évêque  ou  d’un  abbé  influents,  parviennent  a  imposer  une  média;on  et  un  arbitrage.    •  La  paix  est  un  moment  de  négocia;on  et  d’arbitrage,  et  n’est  que  la  con;nua;on  de  la  guerre  par  d’autres  moyens.    A  par;r  de  la  fin  du  Xème  siècle,  certains  milieux   ecclésias;ques   envisagent  cependant   d’aller   au-­‐delà   d’une   jus;ce  ordalique   ponctuelle   et   d’encadrer   plus  s y s t é m a ; q u e m e n t   l a   v i o l e n c e  aristocra;que.  Ce<e  procédure  représente  à  la  fois  la  preuve,  le  jugement,  l’exécuMon  et  l’épreuve.  Elle  s’oppose  à  la  preuve  objecMve  et  se  subsMtue  à  toute  raMonalité  quand  aucune  preuve  ne  peut  être  établie.  On   peut   définir   l’ordalie   comme   un   arbitrage   divin.   Elle   se  fonde   sur   une   idée   très   simple,   voire   simpliste   :   la   divinité  s’exprime  à  travers  les  éléments  et  elle  ne  peut  favoriser  un  coupable.  Dieu  étant  supérieur  aux  hommes,  il  ne  peut  se  tromper.    L’ordalie  désigne,  principalement  au  Moyen  Age,  une  procédure  judiciaire  plutôt  étrange.  L’autorité  judiciaire  ne  faisait  pas  appel  à  des  preuves  établies  mais  à  des  forces  supérieures  pour  conclure  à  la  culpabilité  ou  l’innocence  d’un  suspect.  
  • 24. Un  ordre  chré3en  •  Le   mariage:   une   affaire   profane:   Le   mariage   demeure   une   affaire   profane.   Pour   les   familles   de  l’aristocra;e,  un  mariage  est  toujours  une  opéra;on  savamment  réfléchie,  car  une  union  fonde    l’alliance  de  deux  parentes  et  appelle  toutes  sortes  de  solidarités  futures.    •  Toute  union  s’accompagne  de  transferts  patrimoniaux:  le  père  remet  a  sa  fille  une  dot;  le  mari  remet  a  sa  femme  un  douaire,  ainsi  que  le  don  du  ma;n  (Morgengabe),  offert  au  lendemain  des  noces  pour  prix  de  se  virginité,  selon  la  tradi;on  germanique.  Le  douaire  représente  le  transfert  le  plus  important  sur  le  plan  matériel,  comme  souvent  sur  le  plan  symbolique.    •  Affaire   profane,   les   mariages   peuvent   être   facilement   rompus   et   le   sont   de   fait   assez   fréquemment.  L’absence   d’héri;er   male,   une   mésentente   conjugale,   le   désir   de   ;sser   une   nouvelle   alliance   peuvent  conduire  a  la  répudia;on  de  l’épouse.    
  • 25. Un  ordre  chré3en  •  Le  verbe  et  l’écrit:  Dans  la  société  des  Xème  et  XIème  siècles,  l’écrit  reste  rare.  Sa  maitrise  et  son  usage  sont   le   monopole   de   lélite   ecclésias;que,   ce   que   renforce   l’u;lisa;on   exclusive   du   la;n,   langue   des  écritures  saintes  et  de  la  liturgie.    •  Dans  une  société  chré;enne,  la  première  parole  est  celle  de  la  prière.  Tout  le  système  de  salut  élaboré  a  l’époque   carolingienne   et   amplifie   au   Xème   et   XIème   siècles   par   les   moines   bénédic;ns,   repose   sur  l’efficacité  de  la  prière,  une  prière  orale,  collec;ve  et  le  plus  souvent  chantée  ou  psalmodiée.  Le  chœur  des  moines  doit  préfigurer  celui  des  anges.    •  Dans  les  plaids,  l’essen;el  de  la  procédure  repose  sur  la  palabre  entre  les  par;es  et  leurs  intercesseurs  et  lorsque  l’on  recourt  a  l’enquête  ou  que  l’on  part  en  quête  de  preuves,  ce  sont  d’abord  les  paroles  de  témoins  qui  sont  recherches.    Enluminure  clunisienne  Abbaye  de  Tournus  
  • 26. Un  ordre  chré3en  •  Une   vision   de   la   terre   autour   de  l’an  mil:  la  mappemonde  de  Fleury  Mappemonde  de  Fleury  
  • 27. Une  société  seigneuriale  •  Dans   un   monde   profondément   rural,   ou   les   villes  n’exercent   plus,   bien   souvent,   que   des   fonc;ons  ecclésias;ques  et  militaires,  la  puissance  et  la  richesse  reposent  sur  le  contrôle  et  l’exploita;on  de  la  terre.  •  On   assiste   a   un   véritable   enchâssement   de  l’économique  dans  le  poli;que.  C’est  la  seigneurie  qui  est   la   matrice   de   la   croissance   par   les   prélèvements  qu’elle   opère,   les   dépenses   qu’elle   impose,   les   flux  qu’elle   suscite,   les   marches   qu’elle   protège.   C’est   de  ce8e  croissance  que  la  renaissance  urbaine.    •  Seigneurs   et   paysans:   L’exercice   de   la   domina;on  combine   toujours   la   possession   de   la   terre,   l’autorité  sur  les  hommes,  la  pra;que  de  la  guerre  et  un  mode  de  vie  caractérisé  par  l’ostenta;on  et  la  dépense.  •  Une   terre,   qu’elle   que   soit   son   origine,   n’est   jamais  possédée   de   manière   pleine,   en;ère   et   individuelle.  Elle   relève   toujours   d’un   enchâssement   de   droits   au  bénéfice   d’une   pluralité   de   possesseurs   dont   la  légi;mité   relève,   en   dernière   instance,   du   consensus  social.  Aliénor  d’Aquitaine  
  • 28. Une  société  seigneuriale  •  C’est  avant  tout  a  travers  la  possession  de  la  terre  que  les  seigneurs,  aussi  bien  laïques  qu’ecclésias;ques,  contrôlent  et  dominent  les  paysans.  Ce8e  domina;on  s’exerce  de  manière  directe  lorsque  les  paysans  sont  des  tenanciers  chasés.    •  La   tenure   est   en   général   transmissible   de   manière  héréditaire,   même   si   cela   doit   faire   l’objet   d’un  consentement   seigneurial   qui   implique   la   percep;on   de  droits  de  muta;on  plus  ou  moins  élevés.    •  Les  maitres  de  la  guerre:  Ce8e  aristocra;e  foncière  est  aussi  une  aristocra;e  guerrière.  De  nombreux  évêques  sont  eux-­‐mêmes  comba8ants,  n’hésitant  pas  a  aller  au  combat  pour  défendre   leur   cite   ou   a   conduire   des   chevauchées,   en  s’adonnant  aux  plaisirs  de  la  chasse.    •  L’aristocra;e   dé;ent   le   monopole   presque   complet   de  l’usage  des  armes,  notamment  avec  la  place  prépondérante  acquise  par  la  cavalerie.    
  • 29. Une  société  seigneuriale  •  Les  paysans:  statuts  personnels  et  accès  a  la  terre:  La  situa;on  des  paysans  libres  était  loin  de  leur  être  aussi   favorable.   La   pression   foncière,   militaire   et   judiciaire   con;nue   exercée   par   les   puissants  encourageait   les   entrées   en   dépendance,   parfois   sous   la   forme   de   servage,   plus   souvent   comme  simples  tenanciers.    •  Finalement,   trois   éléments   dis;nguent   les   paysans   libres   des   serfs:   une   plus   grande   marge   de  manœuvre   en   ma;ère   judiciaire,   une   plus   grande   mobilité   poten;elle   et   un   moindre   niveau   de  prélèvement.   La   vraie   liberté   est   avant   tout   la   caractéris;que   de   ceux   qui   en   disposent   de   manière  pleine  et  en;ère  et  peuvent  la  défendre  a  la  pointe  de  l’épée,  c’est-­‐a-­‐dire  les  puissants.    
  • 30. Une  société  seigneuriale  •  Une  intensifica;on  brutale  du  prélèvement  seigneurial?:   La   manse   est   a   la   fois   une  u n i t é   d ’ h a b i t a t ,   u n e   u n e   u n i t é  d’exploita;on  et  une  unité  seigneuriale.  Les  redevances   foncières   sont   pour   l’essen;el  des   cens   fixes,   verses   en   nature   ou   en  argent,   auxquels   s’ajoutent   a   des   corvées  de  travail.    •  Même  s’il  est  probable  qu’entre  le  IXème  et  XIème  siècles  le  prélèvement  seigneurial  sur  le   travail   se   soit   accru,   cela   ne   résulte   pas  de   l’instaura;on   brutale   de   prélèvements  inédits   autour   de   l’an   mil,   mais   de   la  combinaison,   dans   la   longue   durée,   de  plusieurs  facteurs:  une  diversifica;on  de  la  nature   des   prélèvements   dans   le   contexte  de   la   croissance   rurale,   une   dissémina;on  des   droits   militaires   et   judiciaires   dans   le  cadre   du   processus   de   localisa;on   des  pouvoirs,  le  resserrement  de  l’encadrement  seigneurial   induit   par   la   diversifica;on   du  maillage  castral  et  prieural.  Le  travail  des  champs  :  le  hersage,  miniature  dun  livre  dheures,  XIIIème  siècle.  Observons  lusage  du  cheval,  plus  puissant  que  le  boeuf,  a<elé  à  laide  dun  collier  dépaule  qui  limite  létranglement  de  lanimal.  Lusage  de  la  herse,  qui  permet  de  briser  les  mo<es  de  terre  soulevées  par  la  charrue,  afin  dalléger  les  sols,  est  également  une  innovaMon  des  temps  féodaux.  
  • 31. Une  société  seigneuriale  •  Une  première  croissance:  Des  le  début  du  Xème  siècle,  les  indices  de   l’essor   démographique   et   économique   sont   nombreux   en  Catalogne   et   en   Flandre.   Ce8e   précocité   montre   que   les  agressions  normandes,  hongroises,  et  sarrasines  n’eurent  qu’un  faible   impact   sur   le   peuplement   et   ne   compromirent   pas   une  croissance  rurale.  •  Jusque  la  construites  en  bois  ou  sur  solins  de  pierre,  les  églises  sont   souvent   en;èrement   reconstruites   en   pierre.   Parmi   ces  aménagements,  il  faut  souligner  la  diffusion  des  clochers.    •  La  fréquenta;on  croissante  des  églises  pour  assister  aux  offices  dominicaux,   recevoir   les   sacrements   et   inhumer   les   défunts,  conformément   au   programme   pastoral   hérite   de   l’époque  carolingienne,   tend   a   transformer   les   églises   paroissiales   en  véritables  centres  a  l’échelle  locale.    •  L’économie   paysanne:   Sans   surprise,   l’économie   paysanne   se  caractérise   par   une   polyac;vite   agricole   et   ar;sanale   dont   le  fondement   demeure   la   culture   des   céréales   et   notamment   des  céréales  panifiables.    Clocher  de  l’église  de  Chapaize  (Saône  et  Loire)  Précocité  de  la  croissance  rurale:  Un  autre  signe  de  croissance  est  représente  par  la  diversifica;on  des  cultures  et  des  ac;vités.  Partout  des  le  Xème  siècle,  les  blés  vêtus,  notamment  l’épeautre,  reculent  au  profit   du   froment   dans   les   plaines   septentrionales   et   du   seigle   dans   les   régions   méridionales   ou  montagneuses.    
  • 32. Une  société  seigneuriale  •  Le   froment   est   de   culture   plus   fragile,   mais   il  procure  une  meilleure  alimenta;on  et  la  vente  des  surplus  sur  les  marches  et  se  révèle  plus  rentable.  L’avoine   commence   aussi   sa   progression,   tant   au  nord  qu’au  sud,  comme  dans  la  plaine  nîmoise.    •  L’usage   de   la   charrue,   qui   permet   un   meilleur  labour   des   terres   lourdes   et   humides,   et   a8este  pour   la   première   fois   au   Xème   siècle   dans   les  plaines   septentrionales,   mais   sa   diffusion   est   un  phénomène  de  longue  durée  dont  les  effets  ne  se  font   guère   sen;r   avant   les   XIIème   et   XIIIème  siècles.  La  diffusion  du  moulin  a  haut,  qui  cons;tue  la   seule   véritable   machine   médiévale   jusqu’à  l’inven;on   du   mé;er   a   ;sser,   est   massive.   D’un  technologie   simple,   mais   couteuse,   ils   demeurent  souvent  le  contrôle  des  seigneurs.  La  mul;plica;on  des   moulins   permet   des   économies   de   main  d’œuvre   et   favorise   une   meilleure   mouture,   gage  d’une  meilleure  alimenta;on.    Roue  a  Aube.  
  • 33. Une  société  seigneuriale  •  Les  cites  épiscopales:  forteresses  et  villes  saintes:  A  par;r   de   la   fin   du   IXème   siècle,   dans   le   contexte  agite   des   agressions   extérieures   et   des  déchirements   de   l’aristocra;e   d’Empire,   les   cites  connaissent   une   transforma;on   majeure   en  devenant  de  véritables  forteresses.  •  A   la   même   époque   ,   les   comtes   et   vicomtes,   qui  jusque  la  ne  résidaient  qu’épisodiquement  dans  les  cites,   se   replient   dans   leurs   enceintes   pour  bénéficier   de   la   protec;on   des   murailles   et   de  l’appui  des  suites  guerrières  a8achées  aux  évêques.  A   par;r   du   Xème   siècle,   les   palais   comtaux  s’adjoignent  des  tours  et  se  transforment  peu  a  peu  en  véritables  châteaux  urbains.    enceinte  anMque  entretenue  au  Mans  
  • 34. Une  société  seigneuriale  •  L’église   cathédrale   tend   a   se   resserrer   en   un   seul  édifice.   Tout   autour   s’agrègent   le   palais   de  l’évêque   ,   divers   sanctuaires   épiscopaux   (pe;ts  monastères,   collégiales,   simples   églises)   et   les  bâ;ments  canoniaux.  •  Les   prémices   de   l’essor   urbain:   bourgs,   ports   et  marches:   La   présence   d’un   pèlerinage   et   d’une  popula;on   ecclésias;que   nombreuse   favorise   a  l’évidence   le   dynamisme   démographique   et  l’ac;vité  économique.    •  La  mul;plica;on  des  bourgs  accentue  le  caractère  polynucléaire  des  cites.    •  La  transforma;on  des  cites  en  forteresses  favorise  l’essor  en  ville  d’une  aristocra;e  chevaleresque  liée  a   la   clientèle   des   évêques,   des   comtes   ou   des  vicomtes.    Gravure  du  quarMer  de  la  cathédrale  de  Cambrai  ForMficaMons  de  Saint  Malo  
  • 35. Une  société  seigneuriale  •  Aux  origines  de  la  renaissance  urbaine:  Le  principal  facteur  de  renouveau  urbain  est  bien  la  croissance  rurale,   par   l’intermédiaire   des   mécanismes   de  concentra;on  et  de  redistribu;on  des  produits  de  l’économie   seigneuriale.   Pour   les   seigneurs,   a  commencer  par  ceux  qui  y  résident  régulièrement  comme  les  évêques,  la  ville  est  le  lieu  privilégie  de  l’accumula;on   et   de   la   commercialisa;on   des  produits  agricoles.    Pont-­‐Audemer  Arles  
  • 36. Les  communes  •  Le  grand  mouvement  de  la  croisade  avait  un  instant  ;re  les  hommes  de  la  servitude  locale.  Ils  cherchèrent  Jérusalem,  et  rencontrèrent  la  liberté.  Plus  d’un  serf  put  dire  au  baron  :  «  Monseigneur,  je  vous  ai  trouve  un  verre  d’eau  dans  le  désert;  je  vous  ai  couvert  de  mon  corps  au  siège  d’An;oche  ou  Jérusalem.  ».  Les  premières   révolu;ons   communales   précédent   où   suivent   de   près   l’an   1100.   Ils   s’avisèrent   que   chacun  devait  disposer  du  fruit  de  son  travail,  et  marier  lui-­‐même  ses  enfants  ;  ils  s’enhardirent  a  croire  qu’ils  avaient  droit  d’aller  et  de  venir,  de  vendre  et  d’acheter,  et  soupçonnèrent,  dans  leur  outrecuidance,  qu’ils  pouvaient  bien  se  faire  que  les  hommes  fussent  égaux.  Mais  c’était  surtout  dans  les  bourgs  populeux,  qui  s’étaient  formes  au  pied  des  châteaux,  que  fermentent  les  idées  d’affranchissement.  
  • 37. La  crainte  de  l’an  mil  •  Avec  l’an  1000,  ce  monde  ne  voyait  que  chaos  en  soi  :  il  aspirait  a  l’ordre,  et  l’espérait  dans  la  mort  !  Les  Seigneurs  se  refugiaient  parmi  les  moines  et  sous  leur  habit  ;  ils  leur  demandaient  dans  leurs  couvents  une  pe;te  place  ou  se  cacher.  :  La  douceur  et  l’innocence  du  premier  des  Capé;ens,  Robert  le  pieux  :  c’est  sous  ce  bon  Robert  que  se  passa  ce8e  terrible  époque  de  l’an  1000.  Il  sembla  que  la  colère  divine  fut  désarmée  par  cet  homme  simple,  en  qui  s’était  comme  incarnée  la  paix  de  Dieu.  Gisant  de  Robert  le  Pieux  et  de  Constance  d’Arles  a  la  Basilique  saint  Denis  
  • 38. La  rupture  «  grégorienne  »:  une  révolu3on  culturelle  •  La   reforme   grégorienne   porte   le   nom   du   pape   Grégoire   VII   (1073-­‐1085).   Et   c’est   la   ques;on   des  inves;tures  épiscopales  qui  devient  le  premier  objet  de  discorde  entre  la  papauté  et  les  souverains,  dans  l’Empire  surtout.  Fresque  de  la  salle  capitulaire  de  l’abbaye  trinitaire  de  Vendôme    
  • 39. La  rupture  «  grégorienne  »:  une  révolu3on  culturelle  •  Un  nouvel  ordre  du  monde:  La  décision  de  confier  aux  cardinaux  l’élec;on   du   pape   en   1059,   enlevé   a   l’empereur   le   choix   du  Souverain   Pon;fe;   elle   marque   un   tournant   majeur.   Le   pape  impose  peu  a  peu  sa  primauté  au  sein  de  l’ins;tu;on  ecclésiale  et  commence  a  se  doter  d’un  gouvernement  central.    •  Au  fondement  des  principes  grégoriens  figure  la  sépara;on  entre  clercs  et  laïcs,  considérée  comme  la  condi;on  nécessaire  au  salut  de   la   chré;enté.   Les   clercs   doivent   demeurer   chastes,   les   laïcs  sont   des;nes   au   mariage.   La   reforme   «   grégorienne   »   tend   a  imposer   la   vie   monas;que   comme   modèle   de   l’ensemble   du  clergé.    La  sirène:  figure  de  la  luxure  a  la  basilique  Saint-­‐Julien  de  Brioude  (Haute-­‐Loire).      
  • 40. La  rupture  «  grégorienne  »:  une  révolu3on  culturelle  •  L’engagement   dans   un   ordre   est   défini;f   et   irréversible.  Une   fois   reçus   les   ordres   majeurs   ou   prononcée   la  profession   monas;que,   un   clerc   ou   un   moine   ne   peut  revenir   a   la   vie   séculière.   De   même,   le   mariage   est  considéré   comme   un   sacrement   unique   et   indissoluble   ,  que  seul  peut  défaire  le  décès  de  l’un  des  conjoints.    •  Tous  les  «  abandons  »  sont  regardes  comme  de  légi;mes  res;tu;ons:   les   dona;ons   en   faveur   des   communautés  religieuses   sont   considérées   comme   uniques   et  défini;ves;   les   laïcs   ne   doivent   plus   opérer   de  prélèvements  indus  sur  les  patrimoines  ecclésias;ques.    •  La   reforme   en   ac;on:   Le   concile   de   Reims   marque   un  point  de  départ:  dans  les  décennies  qui  suivent,  toute  une  série  de  conciles  et  de  synodes  reprennent  de  manière  de  plus   en   plus   précise   la   lute   contre   la   simonie   (achat   et  vente  de  biens  spirituels),  le  nicolaïsme  (incon;nence  des  prêtres)   et   l’inceste,   promulguant   les   nouvelles   normes,  déposant   les   évêques   récalcitrants,   inves;ssant   des  par;sans   de   la   reforme.   A   bien   des   égards,   le   voyage  d’Urbain   II   en   1095-­‐1096   peut   apparaître   comme   une  forme  d’apogée  de  l’ac;on  réformatrice.  Pour  la  première  fois  depuis  le  IXème  siècle,  un  pape  séjourne  longuement  en  France.  Venu  d’As;,  le  pape  traverse  les  Alpes  puis  parcourt    l’ensemble  des  régions  méridionales,  remontant  au  nord  jusqu’en  Bourgogne  et  dans  le  Maine.  Sur  son  passage,  le  pape  rencontre  évêques  et  abbés,  consacre  des  églises  et  quelques  cime;ères,  favorise  la  dona;on  d’églises  et  de  dimes  par  des  laïcs  pénitents.  Le  sommet  du  voyage  est  le  concile  de  Clermont  en  novembre  1095.  
  • 41. Guillaume  et  la  conquête  de  l’Angleterre  •  Avant   de   prendre   les   armes,   Guillaume   déclara   qu’il   s’en  rapportait  au  jugement  du  pape.  L’invasion  de  l’Angleterre  prit  le  caractère  d’une  croisade,  une  foule  d’hommes  d’armes  affluèrent  de  toute  l’Europe  près  de  Guillaume.  Les  Saxons  comba8aient  a  pied   avec   de   courtes   haches,   les   Normands   a   cheval   avec   de  longues   lances.   Les   Saxons   ne   construisaient   pas   de   châteaux,  ainsi  une  bataille  perdue,  tout  était  perdue.    Tapisserie  de  Bayeux  (qui  est  en  fait  une  broderie)  
  • 42. Le  Doomsday  Book  •  L’Angleterre  tout  en;ère  fut  mesurée,  décrite  ;  soixante  mille  fiefs  de  chevaliers  y  furent  créés  aux  dépens  des  Saxons,  et  le  résultât  consigne  dans  le  livre  noir  de  la  conquête,  le  Doomsday  book,  le  livre  du  jour  du  Jugement.  •  Le   roi   d’Angleterre   ;ra   de   la   noblesse   même   un   impôt,   sous   l’honorable   nom   d’escuage.   C’était   une  dispense   d’aller   à   la   guerre.   Les   barons,   fa;gues   d’appels   con;nuels,   aimaient   mieux   donner   quelque  argent   que   de   suivre   leur   aventureux   souverain   dans   les   entreprises   où   il   s’embarquait   ;   et   lui,   il  s’arrangeait  fort  de  cet  échange.  Au  lieu  du  service  capricieux  et  incertain  des  barons,  il  achetait  celui  des  soldats  mercenaires,  Gascons,  Brabançons,  Gallois  et  autres.  
  • 43. La  rupture  «  grégorienne  »:  une  révolu3on  culturelle  •  L’appel  a  la  croisade  est  une  mis  en  pra;que  de  l’autorité  acquise  par  le  pape  sur  l’ins;tu;on  ecclésiale  et  la  chré;enté.    •  La  reforme  grégorienne  confère  aux  revendica;ons  et  aux  droits  des  évêques  une  légi;mité  nouvelle.  Les  évêques   ob;ennent   d’abord   l’abandon   des   diverses   formes   de   prélèvement   que   les   pouvoirs   laïques  exerçaient  sur  leur  siège,  a  commencer  par  le  droit  de  dépouille.    Abbe  Durand  de  Moissac  évêque  de  Toulouse  
  • 44. La  rupture  «  grégorienne  »:  une  révolu3on  culturelle  •  Dis;nc;on  et  sépara;on  des  seigneuries:  A  l’échelle  locale,  les  réformateurs  revendiquent,  aux  dépens  des  laïcs,  toute  une   série   de   droits,   qu’il   s’agisse   de   biens   et   de   droits  désormais  considérés  comme  ecclésias;ques  (par  exemple  la   dime)   ou   de   droits   levés   sur   les   hommes   et   les   terres  d’Eglise   (par   exemple   la   commendise).   La   reforme   se   fait  ainsi  sen;r  jusqu’au  cœur  de  la  seigneurie.    •  Eglise  de  pierres,  église  de  Pierre:  L’évolu;on  du  culte  des  reliques   et   l’importance   accordée   a   la   célébra;on   de  l’eucharis;e   expliquent   tout   d’abord   le   développement  considérable  des  sanctuaires.  Les  reliques  conservées  dans  les   cryptes   sont   plus   fréquemment   remontées   dans   les  chœurs   liturgiques,   parfois   de   manière   temporaire   a  l’occasion   de   cérémonies   par;culières,   plus   souvent   de  manière  défini;ve.    •  Des   nouveaux   modèles   de   comportement:   Dans   les  campagnes  ou  le  concubinage  des  prêtres  était  largement  pra;que  et  tolère.  Il  était  fréquent  que  les  prêtres  aient  des  enfants   et   il   arrivait   même   que   la   cure   d’une   paroisse   se  transme8e   de   père   en   fils.   Mais   le   transfert   des   églises  rurales  aux  moines  et  aux  chanoines  et  le  renforcement  du  contrôle   épiscopal   sur   les   desservants   donnent   aux  réformateurs   les   moyens   de   peser   plus   fermement   sur   le  comportement  des  prêtres.  Pres;ge  du  modèle  an;que:  la  façade  de  la  cathédrale  Saint-­‐Trophime  d’Arles  Eglise  de  Saint-­‐Nectaire  (Puy  de  Dôme).  
  • 45. La  rupture  «  grégorienne  »:  une  révolu3on  culturelle  •  Bien  des  princes  se  heurtent  aux  foudres  des  réformateurs.  Des   1049,   le   concile   de   Reims   interdit,   en   vain,   l’union  projetée   entre   Guillaume   de   Normandie   et   Mathilde   de  Flandre.    •  Les   moines   réformateurs   valorisent   les   conversions  d’adultes   car   elles   manifestent   une   rupture   radicale,  l’adhésion   a   une   éthique   absolue   qui   reconnaît   la  supériorité  de  la  vie  monas;que  sur  tout  autre  état  de  vie,  a  commencer  par  la  vie  chevaleresque.  C’est  la  voie  suivie  par  Bernard  de  Fontaine  et  ses  parents  lorsqu’ils  se  présentent  a  la  porte  de  l’abbaye  de  Cîteaux  un  jour  de  l’an  1112.    Saint  Pierre  et  les  moines  de  Cluny:  les  fresques  de  la  chapelle  de  Berze  (Saône  et  Loire).  La  fresque  couvre  en;èrement  l’abside  cul-­‐de-­‐four  de  l’église  et  développe  le  thème  de  la  «  tradi;o  legis  ».  Le  Christ  tend  un  phylactère  a  saint  Pierre  qui  le  saisit  de  sa  main  droite,  sa  main  gauche  tenant  une  lourde  clef.  Il  s’agit  donc  d’une  scène  d’inves;ture  en  faveur  de  Pierre,  a  charge  pour  lui  et  ses  successeurs,  les  papes,  de  gouverner  l’église  jusqu’à  la  fin  des  temps.    Saint  Georges  et  le  dragon:  la  mosaïque  de  Ganobie  (Vaucluse).  Le  culte  de  saint  Georges  est  d’origine  orientale.  Celui-­‐ci  se  diffuse  en  Occident  dans  le  contexte  des  croisades.  Mais  en  célébrant  ainsi  un  saint  guerrier,  c’est  l’ensemble  des  chevaliers  qui  se  voient  associes  par  les  moines  a  la  lu8e  contre  le  mal,  qu’il  s’agisse  du  diable  ou  de  ses  allies  ici-­‐bas,  les  Sarrasins.    
  • 46. La  fille  ainée  de  l’Eglise  •  Ce  ne  fut  pas  sans  raison  que  les  papes  ont  appelé  la  France  la  fille  ainée  de  l’Eglise.  C’est  par  elle  qu’ils  ont  partout  comba8u  l’opposi;on  poli;que  et  religieuse  du  Moyen-­‐Age.  Des  le  XIème  siècle,  a  l’époque  ou  la  royauté  capé;enne,  faible  et  inerte,  ne  peut  les  seconder  encore,  l’épée  des  Français  de  Normandie  repousse  l’empereur  des  murs  de  Rome,  chasse  les  Grecs  et  les  Sarrasins  de  l’Italie  et  de  la  Sicile,  assuje{  les  Saxons  dissidents  de  l’Angleterre.  Et  principale  dans  cet  évènement.  
  • 47. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Les   propos   fameux   place   par   Jean   de   Salisbury   dans   la  bouche  du  maitre  Bernard  de  Chartres  –  «  nous  sommes  des  nains,  mais,  juches  sur  les  épaules  de  géants,  nous  voyons  plus  loin  qu’eux  »  -­‐  tout  en  préservant  la  révérence  due  aux  anciens,   manifeste   clairement   la   convic;on   qu’ils   était  désormais  possible  et  légi;me  de  les  surpasser.    •  La  légi;mité  du  neuf:  Chez  les  ermites,  dans  la  plupart  des  nouveaux   ordres,   des   chartreux   aux   cisterciens,   mais   aussi  chez  certains  bénédic;ns,  l’accent  est  mis  désormais  sur  la  prière  intérieure,  la  pénitence  et  la  conversion  personnelles,  aux  dépens  de  la  prière  d’intercession.    •  Un   foisonnement   d’expériences:   Le   succès   de   la   vie  monas;que   et   canoniale   se   mesure   d’abord   a   la  mul;plica;on  des  communautés  religieuses.  La  seule  abbaye  de  Clairvaux  put  fonder  deux  nouvelles  abbayes,  de  douze  moines   chacune,   chaque   année,   ce   qui   suppose   l’arrivée  d’un  minimum  de  deux  nouvelles  recrues  par  mois.  •  Re;res   a   l’écart   du   monde,   près   d’une   chapelle   ou   d’un  oratoire,  dans  les  forets  ou  les  landes  qui  leur  ;ennent  lieu  de  désert,  les  ermites  sont  a  la  fois  des  pénitents  a8aches  a  leurs   ermitage   sur   le   modèle   des   Peres   du   désert   et   des  prédicateurs  i;nérants  sur  le  modèle  apostolique.    Abbaye  de  Cîteaux.  Abbaye  de  Clairvaux  
  • 48. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Aux  yeux  de  tous,  le  rigorisme  cistercien  s’incarne  dans  son  austérité   ves;mentaire,   liturgique   et   monumentale.   Ce  dernier   aspect   est   sans   doute   sans   précèdent.   Sous  l’influence   de   Bernard   de   Clairvaux   (1115-­‐1153),   de  nombreuses   églises   cisterciennes   adoptent   un   par;   pris  d’uniformité  et  de  sobriété.      La  salle  capitulaire  de  l’abbaye  de  Fontenay  Abbaye  cistercienne  de  Sénanque  (Vaucluse)  Eglise  de  Fontenay  est  dépourvue  de  clocher,  conformément  aux  statuts  de  l’ordre.  
  • 49. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Chapelle  templière  de  Cressac  (Charente)    
  • 50. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  L’effervescence   intellectuelle:   nouvelles   écoles,   nouveaux  savoirs,   nouvelles   méthodes:   Le   monde   des   écoles   connaît  lui-­‐aussi   une   transforma;on   radicale,   étroitement   liée   au  développement   des   villes   et   des   sociétés   urbaines.   Les  écoles   monas;ques,   encore   dominantes   en   1050,  connaissent   un   déclin   con;nu   face   a   l’essor   des   nouvelles  écoles  urbaines.  •  Le   phénomène   le   plus   originel   est   l’appari;on   d’écoles  libres,   fondées   a   l’ini;a;ve   des   maitres   indépendants  (toujours  des  clercs),  qui  délivrent  leur  savoir  en  dehors  de  toute  ins;tu;on  et  se  font  directement  rémunérer  par  leurs  élevés.  On  peut  évoquer  le  cas  célèbre  de  Pierre  Abélard,  qui  bénéficie   du   gite   et   du   couvert   chez   le   chanoine   de   Paris,  Fulbert,  en  contrepar;e  de  la  nièce  de  celui-­‐ci,  Héloïse.    •  Le  XIIème  siècle  voit  l’avènement  de  la  théologie  en  tant  que  science.  Le  terme  de  théologie  est  u;lise  pour  la  première  fois   pour   Abélard   pour   designer   une   réflexion   sur   Dieu  menée  selon  l’usage  de  la  raison  et  les  règles  de  la  logique.      Abélard  et  Héloïse  représentés  au  XVIIIème  siècle.  
  • 51. Portrait  d’Abélard  •  Abélard   était   un   hardi   jeune   homme   qui  simplifiait,   expliquait,   popularisait   et  humanisait.  «  Le  crime  n’est  pas  dans  l’acte  mais  dans  l’inten;on.  Ainsi  plus  de  péché  d’habitude  ni   d’ignorance.   Ceux-­‐là   même   n’ont   pas   péché  qui   ont   crucifie   Jésus,   sans   savoir   qu’il   fut   le  Sauveur.    
  • 52. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  De   manière   générale,   les   mul;ples   conflits   suscites   par   la  reforme   provoquèrent   une   intense   fermenta;on   intellectuelle  au  sujet  du  droit  et  de  la  jus;ce.  On  voit  ainsi  pour  la  première  fois   la   dis;nc;on   entre   droit   naturel   (d’origine   divine   –  intrinsèque   a   la   nature   et   a   toute   l’humanité)   et   droit   posi;f  (construit  par  les  hommes  au  cœur  de  l’histoire).    •  L’étude   des   écritures   qu’on   appelle   l’exégèse,   se   poursuit   tout  en   prenant   la   forme   a   par;r   de   la   seconde   moi;e   du   XIème  siècle,  de  la  glose.  Celle-­‐ci  repose  sur  l’inser;on  d’annota;ons  et  de  commentaires  ponctuels  au  texte  principal  dans  les  marges  du   livre   (glose   marginale)   ou   entre   les   lignes   du   glose   (glose  interlinéaire).      Les  arts  libéraux  dans  l’Hortus  deliciarum  d’Herrade  de  Landberg.  Sur   chaque   arcade,   un   court   texte   explicite   la   nature   de   leur  enseignement.   La   grammaire   dit   ainsi:   «   Par   moi,   tous   peuvent  apprendre   ce   que   sont   les   mots,   les   syllabes   et   les   le<res   »;   la  rhétorique:   «   grâce   a   moi,     fier   orateur,   tous   les   discours   pourront  prendre  de  la  vigueur  »;  la  dialecMque:  «  Mes  arguments  se  suivent  avec  rapidité,  comme  les  aboiements  d’un  chien  »;  la  musique:  «  Moi,  j’enseigne   mon   art   a   l’aide   d’une   variété   d’instruments   »;  l’arithméMque:  «  Je  me  base  sur  les  nombres  et  je  montre  les  rapports  qui   existent   entre   eux   »;   la   géométrie:   «   C’est   avec   exacMtude   que  j’arpente  les  terres  »;  l’astronomie:  «  Moi,  je  Mens  mon  nom  des  corps  célestes  et  prédis  l’avenir  ».  L’ensemble  se  dessine  une  rose,  a  l’image  d’un  vitrail.  
  • 53. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Diffusion  et  nouvelles  pra;ques  de  l’écrit:  Le  support  exclusif  du  savoir  reste  les  livres,  dont  la  produc;on  connaît  au  XIIème  siècle  un  saut  quan;ta;f  considérable.  Ce  saut  est  du  d’une  part  a  la  mul;plica;on  des  centres  de  produc;on  en  lien  avec  l’essor  des  écoles   urbaines,   d’autre   part   a   l’ordre   de   Cîteaux,   qui   en  obligeant   tous   ses   monastères   a   disposer   d’une   bibliothèque  importante,  dynamisa  le  travail  de  copie.          Saint  Bernard  au  Monastère  de  Cîteaux.  Moine  copiste.  
  • 54. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Une  autre  muta;on  considérable  ;ent  a  l’accession  de  la  langue  romane  a  la  dignité  de  langue  li8éraire.   Les   premiers   poèmes   et   chansons   en   langue   romane   mis   par   écrit   remontent   aux  alentours  de  1050.    •  Ce   sont   d’abord   des   textes   épiques,   les   chansons   de   geste,   célébrant   les   hauts   faits   des  compagnons  de  Charlemagne  dans  leurs  guerres  contre  les  Sarrasins  d’Espagne.  La  plus  célèbre  et  la  plus  ancienne  de  ces  chansons  est  la  Chanson  de  Roland,  dont  l’on  date  le  plus  ancien  texte  conserve  des  années  1098-­‐1100.  Jusqu’au  XIIIème  siècle,  tous  ces  textes  sont  véhiculés  et  connus  par  la  performance  orale  des  jongleurs,  en  général  accompagnes  de  musique.    •  La  maitrise  du  la;n  par  les  membres  de  l’aristocra;e  est  plus  fréquente  qu’auparavant,  comme  l’a8estent  le  cas  des  nombreux  chevaliers  juristes  des  cites  méridionales  ou  celui  des  chevaliers  le8res  de  la  cour  d’Henri  II  Plantagenet,  notamment  les  barons  de  l’Echiquier.  Plus  on  avance  dans  le  XIIème  siècle,  plus  il  y  a  de  le8res  (li8era;)  qui  ne  sont  pas  clercs.      Histoire  des  rois  de  Bretagne  de  Geoffroy  de  Monmouth.  Le  témoignage  précoce  de  la  diffusion  des  légendes  arthuriennes:  l’archivolte  du  portail  de  la  cathédrale  de  Modène.  
  • 55. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Le   raidissement   de   l’Eglise:   un   aspect   de  l’ins;tu;onnalisa;on   de   l’Eglise   réside   dans  l’appari;on  des  premiers  ordres  religieux.  Jusqu’en  1150,   aucune   communauté   monas;que   ne   forme  un   ordre   organise   par   une   structure   assurant   de  manière   pérenne   l’unité   d’observance   entre   ses  membres,   hiérarchisant   les   rela;ons   entre   les  différents  établissements  et  gouvernant  l’ensemble  de  leur  vie  religieuse  et  sociale.    •  Les   premières   règles   de   gouvernement  cisterciennes   sont   édictées   dans   la   Charte   de  Charité,   rédigées   par   E;enne   Harding   et   les  supérieurs  des  quatre  premières  abbayes  «  filles  »  en  1119.    •  Orthodoxie,  iden;té  et  exclusion:  Tout  au  long  du  XIIème   siècle,   les   affaires   d’hérésie   se   mul;plient  au  point  d’apparaître,  dans  les  dernières  décennies  du   siècle,   comme   la   principale   préoccupa;on   et  source  d’angoisse  des  clercs.    •  Les  héré;ques  sont  des  loups,  «  des  renards  dans  les  vignes  du  seigneur  »  (Can;que  des  can;ques).  Les   clercs   ont   tendance   a   amplifier   de   manière  démesurée   l’extension   de   l’hérésie   pour   mieux  susciter  réac;on  et  mobilisa;on.      
  • 56. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Il   y   a   chez   ceux   qui   sont   dénoncés   comme  héré;ques   une   forme   de   radicalisa;on   de  certaines  aspira;ons  réformatrices.    •  Plus  on  avance  dans  le  siècle,  plus  la  répression  de   l’hérésie   prend   une   place   importante   dans  l’affirma;on   de   l’unité   de   l’Eglise.   A   ce  durcissement  interne  de  la  chré;enté  répond  un  durcissement   externe   vis-­‐à-­‐vis   des   non-­‐chré;ens,   les   musulmans,   mais   aussi   les   juifs.  Les   premiers   véritables   massacres   ont   lieu   lors  du   déclenchement   de   la   première   croisade   en  1096.  •  L’affirma;on  monumentale:  Ce  raidissement  est  contemporain   des   débuts   du   déploiement  monumental  d’une  ampleur  inédite  au  cœur  des  cites,  la  ou  la  société  se  transforme  le  plus  et  ou  l’ins;tu;on  ecclésiale  doit  affirmer  sa  puissance  et  son  dynamisme.  •  En  Arles,  l’archevêque  entreprend  aussi,  a  par;r  de   1152,   la   construc;on   d’un   nouveau   palais,  dont   tout   suggère   la   puissance:   son   éléva;on  sur   deux   niveaux,   ses   trente   mètres   de   façade  dans  le  prolongement  de  la  cathédrale.    La  manécanterie  de  Lyon,  un  ancien  bâMment  du  chapitre  cathédral.  
  • 57. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  Toutes   ces   cathédrales   se   caractérisent   par   leur   architecture  nouvelle,  d’une  ampleur  inédite,  pleine  d’élan  vers  le  ciel  et  de  la  lumière.    Cathédrale  de  Noyon.  Cathédrale  de  Senlis  Cathédrale  de  Laon  Cathédrale  de  Soissons  
  • 58. Innova3ons,  polémiques  et  retour  a  l’ordre  •  L’appari;on   de   statues-­‐colonnes   au   portail  de   la   cathédrale   de   Chartres   comme   le  déploiement   des   grands   tympans   sculptes  sur   les   façades,   rendent   compte   d’une  nouvelle   intégra;on   de   la   sculpture   a  l’espace  architectural.    •  Marie   est   revivifiée   par   la   reforme  «   grégorienne   ».   Une   étape   fondamentale  est   alors   franchie   dans   l’exalta;on   de   la  dimension   royale   de   Marie   et   par  contrecoup  de  l’Eglise  elle-­‐même.    •  Au  tympan  de  la  cathédrale  de  Senlis,  vers  1185-­‐1190,   elle   est   pour   la   première   fois  représentée   triomphante,   en   gloire,   déjà  couronnée  et  intronisée  par  son  fils,  placée  sur   le   même   plan   que   lui,   en   véritable  dispensatrice   de   salut.   Elle   est   l’Eglise   qui  dirige  et  qui  conduit.      Le  portail  de  la  Vierge  a  la  cathédrale  de  Chartres.  Tympan  de  la  cathédrale  de  Senlis.  
  • 59. Promo,on  de  Marie  •  Dieu  changea  de  sexe,  pour  ainsi  dire.  La  vierge  devint  le  dieu  du  monde,  elle  envahit  presque  tous  les  temples  et  tous  les  autels.  
  • 60. Le  décollage  urbain  •  Comme   le   reste   de   l’Europe   occidentale,   les   régions   de  l’ancienne   Gaule   connaissent   a   par;r   de   la   fin   du   XIème  siècle   un   essor   des   villes   et   de   la   popula;on   urbaine   sans  précèdent  depuis  l’époque  gallo-­‐romaine.  •  Ce8e   croissance   urbaine   est   a   plusieurs   ;tres   fille   de   la  croissance  rurale.  Le  développement  des  campagne  alimente  tout   d’abord   la   croissance   démographique   qui   déverse   son  excèdent   dans   les   villes.   Par   ailleurs,   les   excédents   de   la  croissance   agraire   et   les   prélèvements   seigneuriaux  s’accumulent   dans   les   centres   urbains,   ou   se   trouvent   la  plupart   des   granges   et   des   celliers   seigneuriaux   laïques   et  ecclésias;ques.    •  En   effet,   en   enrichissant   les   seigneurs,   la   croissance   rurale  leur  permet  d’augmenter  leurs  dépenses  et  de  soutenir  leur  gout  de  l’ostenta;on.  Or,  l’aristocra;e  ne  peut  se  sa;sfaire  ses   besoins   que   dans   les   centres   urbains,   les   seuls   a  dispenser  les  produits  de  luxe  qu’elle  recherche:  épices,  vins  de   qualité,   étoffes   et   armes   précieuses,   vaisselle   et  orfèvrerie…   L’essor   de   la   consomma;on   aristocra;que  favorise   ainsi   a   la   fois   la   diversifica;on   des   ac;vités  ar;sanales   et   le   développement   des   échanges   en   milieu  urbain.  L’hôpital  du  Mans  (aujourdhui  Hôtel-­‐Dieu  de  Coeffort),  bon  exemple  du  gothique  Plantagenet  
  • 61. Le  décollage  urbain  •  Le   développement   artésien   et   flamand   repose  essen;ellement   sur   l’ensemble   des   ac;vités   ar;sanales   et  marchandes.   Car   la   draperie   a   eu   un   effet   d’entrainement  des   secteurs   voisins:   teinturerie,   menuiserie.   De   plus,   en  gonflant   la   popula;on   urbaine,   elle   entraine   le  développement  de  tous  les  mé;ers  de  bouche,  du  vêtement  et  du  bâ;ment.    •  Le  drap  représente  un  nouvel  objet  a  haute  valeur  ajoutée  qui   peut   toutefois   être   produit   en   grande   quan;té.  Rapidement,   une   bonne   par;e   de   la   produc;on   n’est   plus  écoulée   dans   les   villes   de   produc;on   pour   un   marche  régional,   mais   des;ne   a   des   acheteurs   lointains:   le  commerce  des  draps  comme  celui  des  épices  et  des  produits  rares  est  un  commerce  de  longue  distance.    •  Dans  les  régions  médiévales,  l’essor  de  la  produc;on  tex;le  favorise   un   élevage   de   plus   en   plus   intensif   et   le  développement  sans  précèdent  de  la  transhumance  entre  les  plaines   et   les   arrière-­‐pays   montagnards   des   Alpes,   des  Causses  et  des  Cévennes  ou  des  Pyrénées.  
  • 62. Le  décollage  urbain  •  Paris  qui  s’était  rétracté  sur  l’ile  de  la  Cite  depuis  la  fin  du  IXème  siècle,   connaît   un   essor   considérable   a   par;r   de   la   deuxième  moi;e   du   XIème   siècle.   La   croissance   urbaine   se   manifeste  surtout  sur  la  rive  nord  de  la  Seine.    •  La  croissance  de  toute  la  rive  droite  est  directement  liée  a  l’essor  des  ac;vités  commerciales  sur  la  Seine  et  sur  l’axe  qui  conduit  de  Paris  a  Saint  Denis.    •  La  diversifica;on  de  la  popula;on  urbaine:  la  croissance  favorise  l’essor   de   trois   nouveaux   groupes   appelés   a   bouleverser   la  société  urbaine:  les  marchands,  les  ar;sans,  les  gens  des  écoles  (maitres  et  étudiants).  •  La  principale  muta;on  ;ent  a  l’essor  de  nouveaux  groupes  socio-­‐professionnelles:  changeurs,  marchands,  ar;sans  et  étudiants.  A  Vendôme,   qui   est   encore   une   toute   pe;te   aggloméra;on  castrale,  les  premiers  changeurs  sont  men;onnes  dans  les  années  1040-­‐1050.    •  En  regard  des  marchands,  les  ar;sans,  dont  les  ac;vités  sont  les  plus   spécialisées   et   les   ressources   plus   modestes,   sont   bien  connus.   Leurs   ac;vités   peuvent   servir   d’indicateurs   du  développement  urbain.  A  Vendôme,  on  rencontre  des  pelle;ers,  des  tanneurs  et  des  cordonniers  (mé;ers  de  peau),  des  bouchers,  des  boulangers  et  des  meuniers  (mé;ers  de  bouche),  des  maçons  et  des  charpen;ers  (mé;ers  du  bâ;ment),  des  forgerons,  des  le  milieu  du  XIème  siècle.  Vendôme,  château  féodal.  
  • 63. Le  décollage  urbain  •  Un  nouveau  paysage  urbain:  Le  premier  trait  qui  caractérise  ce  paysage  est  le  foisonnement  des  construc;ons:  la  ville  est  un  grand  chan;er.    •  Apres  les  cathédrales,  un  deuxième  type  de  grands  chan;ers  est  cons;tue  des  équipements  collec;fs.  Enfin,  les  maisons  et   palais   se   mul;plient.   L’usage   de   la   pierre   comme   la  présence  d’un  étage  restent  des  marqueurs  de  puissance  et  d’aisance.    •  Dans  les  villes  méridionales,  ou  l’usage  de  la  pierre  est  a  la  fois  plus  ancien  et  beaucoup  plus  fréquent,  c’est  la  tour  qui,  comme   en   Italie,   désigne   la   demeure   du   puissant   ou   du  chevalier.  Les  villes  se  hérissent  li8éralement  de  tours.  Le  pont  d’Avignon.  Son  existence  est  pour  la  première  fois  a<estée  par  un  acte  notarié  de  1185.  Au  XIIIème  siècle,  il  est  enMèrement  reconstruit  en  maçonnerie.  Emporte  par  les  crues  répétées  du  Rhône  au  XVIIème  siècle,  il  n’en  subsiste  plus  aujourd’hui  que  quatre  arches.  Plan  d’une  maison  a  Cluny.  
  • 64. Le  décollage  urbain  •  Les  bouchers,  les  ;sserands,  les  teinturiers,  qui  exercent  des  mé;ers   impurs   ou   polluants,   sont   souvent   relégués   en  périphérie  et  a  proximité  des  cours  d’eau.    •  L’appari;on   des   communes   et   des   consulat:   A   la   fin   du  XIIème   siècle,   de   nombreuses   villes   ont   obtenu   des  franchises,   au   même   ;tre   que   nombre   de   communautés  villageoises,  seules  quelques  unes  sont  des  communes.  Ces  communes,  qui  prennent  au  sud,  dans  les  pays  de  droit  écrit,  la   forme   de   consulats,   supposent   le   regroupement   des  habitants  dans  une  communio  ou  une  conjura;o,  c’est-­‐a-­‐dire  une   associa;on   jurée,   dont   les   membres   sont   lies   par  serment   .   Elles   acquièrent,   aux   dépens   des   seigneurs  tradi;onnels,  un  certain  nombre  de  préroga;ves  de  nature  et  d’ampleur  variables.    La  forMficaMon  des  monuments  anMques:  un  tour  de  l’amphithéâtre  d’Arles.  Dans  les  villes  méridionales,  les  monuments  anMques,  comme  les  enceintes,  ont  tôt  fait  l’objet  de  récupéraMons  et  de  réaménagements  forMfies.    
  • 65. Le  décollage  urbain  •  En  1128,  le  roi  finit  par  accorder  une  «  ins;tu;on  de  paix  »  a  la  cite:  le  droit  d’associa;on  est  reconnu  aux  habitants   de   certaines   villes,   désormais   diriges   par  un  maire  et  des  jures;  en  contrepar;e  d’obliga;ons  fiscales   en   faveur   du   roi,   ils   ob;ennent   des  franchises   juridiques,   la   fixa;on   du   montant   de   la  taille,   la   pacifica;on   des   rela;ons   avec   l’évêque   et  les  nobles.  C’est  donc  au  bout  de  deux  décennies  de  lu8e  que  la  commune  parvient  a    s’imposer  a  Laon.  •  Au-­‐delà   de   la   diversité   des   situa;ons   régionales   et  locales,   l’appari;on   de   ces   gouvernements  municipaux  manifeste  l’avènement  des  villes  en  tant  que  nouveaux  acteurs  poli;ques.  •  Ni  les  communes  du  nord,  ni  les  consulats  du  Midi,  n’ont  de  bâ;ments  qui  leur  soient  propres  avant  le  XIIIème  siècle:  jures  ou  consuls  se  réunissent  le  plus  souvent   dans   une   église,   voire   dans   le   palais   de  l’évêque.    
  • 66. Le  décollage  urbain  •  Les   communes   choisissent   progressivement   leurs  sceaux.    Le  sceau  des  consuls  d’Avignon  –  c’est  en  magistrats  romains  que  les  consuls  ont  voulu  être  représentes  .    Le  sceau  de  Pontoise  –  Pont  avec  ses  donjons.  Le  sceau  de  Cambrai.  
  • 67. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  A  par;r  du  milieu  du  XIème  siècle,  la  seigneurie  castrale  apparaît  comme  l’instrument  privilégié  du  pouvoir  aristocra;que  et  de  l’encadrement  des  popula;ons  rurales.  Il  n’est  plus  possible  de  considérer  le  XIIème  siècle,  a  l’image  de  ce  que  l’on  croyait  jadis,  comme  un  temps  d’émancipa;on  paysanne.  •  La  densifica;on  du  maillage  castral:  Encore  rela;vement  limite  au  milieu  du  XIème  siècle,  le  nombre  des  châteaux  et  des  mo8es  augmentent  partout.    •  Le  premier  facteur  de  ce8e  densifica;on,  le  plus  important  et  le  plus  durable,  ;ent  a  la  segmenta;on  régulière  des  lignées  en  dépit  de  la  diffusion  des  pra;ques  successorales  favorisant  un  seul  fils,  le  plus  souvent  l’aine.    •  Le  deuxième  facteur  de  densifica;on  du  maillage  des  châteaux  ;ent  a  la  déconcentra;on  de  la  mesnie  castrale:  les  «  milites  castri  »,  qui  résidaient  jusque-­‐là  aux  cotes  de  la  familial  seigneuriale,  abandonnent  le  château  majeur  et  son  bourg  pour  s’installer  dans  un  village  ou  s’installer  dans  leur  propre  pe;t  domaine,  ou  ils  élèvent  tantôt  une  mo8e,  tantôt  un  manoir  ou  une  maison-­‐forte.    •  Le  troisième  et  dernier  facteur  de  la  densifica;on  du  maillage  castral  ;ent  a  la  diffusion  du  modelé  culturel  du  château  a  l’ensemble  de  l’aristocra;e.    Château  de  Pierreclos.  Château  de  Foix.    
  • 68. La  terre;  c’est  l’homme  •  La  terre,  c’est  l’homme  ;  a  elle  appar;ent  la  véritable  personnalité.  Le  fier  baron  :  sa  terre  le  gouverne,  lui  impose  ses  devoirs  ;  selon  la  forte  expression  du  Moyen-­‐Age,  il  faut  qu’il  serve  son  fief.  Manoir  de  Maupertus,  XIIème  siècle.    
  • 69. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  Désormais   toutes   les   dimensions   du   pouvoir  seigneurial   s’ar;culent   sur   le   château.   D’abord  parce  que  les  droits  seigneuriaux  les  plus  éminents  sont   lies   a   la   possession   d’un   château:   ceux   qui  relèvent  de  la  protec;on  bien  sur  (taille  et  corvées  d’entre;en   de   la   forteresse   )   mais   aussi   la   haute    jus;ce  (répression  du  meurtre,  vol,  incendie,…)    Donjon  de  Houdan  (Yvelines).    Tour  d’Albon  (Isère).    
  • 70. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  L’affirma;on  des  lignées  castrales:  Le  rôle  croissant  des  châteaux  a  d’importantes  conséquences  sur  l’organisa;on  de  la  parente   aristocra;que   favorisant   l’émergence   de   lignées   castrales   structurées   autour   de   leur   contrôle   et   de   leur  dévolu;on.    •  Pour  cela,  la  majeure  par;e  du  patrimoine,  c’est-­‐a-­‐dire  les  principaux  châteaux,  tend  a  faire  l’objet  d’une  transmission  privilégiée  a  un  seul  des    fils.    •  Le   nombre   de   noms   propres   en   usage   dans   l’aristocra;e   se   réduit   de   manière   dras;que   au   profit   de   quelques   noms  dominants,  transmis  selon  des  règles  assez  strictes  au  sein  de  chaque  ligne.  En  deuxième  lieu,  un  surnom,  qui  reprend  le  plus  souvent  le  nom  du  château,  vient  s’ajouter  au  nom  propre.    •  Le  surnom  toponymique  commence  aussi  a  se  diffuser  au  sein  de  la  pe;te  aristocra;e  chevaleresque,  s’accrochant  a  un  village,  un  manoir  ou  une  simple  mo8e.  Hommage  féodal.    
  • 71. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  L’ouverture   aux   horizons   lointains:   A  par;r   du   milieu   du   XIème   siècle,  l’aristocra;e  des  pays  francs  fait  preuve  d’une   mobilité   et   d’un   gout   de  l’aventure   méconnus   jusqu’alors.  L’Italie   du   Sud   byzan;ne   et   lombarde  est   la   première   des;na;on   a   susciter  son   intérêt,   celui   des   Normands   en  par;culier.  •  La   conquête   se   fait   plus   organisée   et  s’étend  a  la  Sicile  musulmane.  Dans  les  mêmes   années   1060   se   déroulent  l’expédi;on  de  Barbastro,    en  Espagne  (1064)   et   la   conquête   de   l’Angleterre  (1066).    •  La   première   croisade   (1095-­‐1099)  rencontre   un   succès   plus   considérable  encore,  jetant  sur  la  route  de  Jérusalem  des   princes,   des   seigneurs   et   des  chevaliers  issus  de  toute  la  France.  Les  fils   surnuméraires   semblent   en   effet  nombreux  dans  les  rangs  des  Normands  par;s   chercher   fortune   en   Italie  méridionale   et   en   Sicile;   les   nobles  rebelles   bannis   par   les   ducs.   Mais   il  s’agit  d’une  excep;on.    Chevaliers  croises,  Chapelle  Templière  de  Cressac.    
  • 72. La  croisade  •  Dieu  est  Dieu,  voilà  l’Islamisme,  c’est  la  religion  de  l’unité.  Ce  Dieu  serait  jaloux  de  ses  propres  symboles.  Il  veut  être  seul  à  seul  avec  l’homme.  Ils  ont  enferme  la  femme  au  sérail,  mais  elle  les  y  enferme  avec  elle  :  ils  n’ont  pas  voulu  de  la  vierge,  et  ils  se  ba8ent  depuis  1.000  ans  pour  Fa;ma.  •  Les  Arabes,  peuple  commerçant,  accueillaient  bien  d’abord  les  pèlerins.  Tout  changea  lorsque  le  calife  Hakem,   fils   d’une   chré;enne,   se   donna   lui-­‐même   pour   une   incarna;on.   Il   maltraita   cruellement   les  chré;ens  qui  prétendaient  que  le  Messie  était  déjà  venu,  et  les  juifs  qui  s’obs;naient  à  l’a8endre  encore.  •  Chemin  faisant,  les  croises  prenaient,  pillaient,  se  payant  d’avance  de  leur  sainte  guerre.  Tout  ce  qu’ils  pouvaient  trouver  de  Juifs,  ils  les  faisaient  périr  dans  les  tortures.  Ils  croyaient  devoir  punir  les  meurtriers  du  Christ  avant  de  délivrer  son  tombeau.  Le  15  juin  1096,  Godefroi  par;t  avec  les  Lorrains  et  les  Belges,  et  prit  sa  route  par  l’Allemagne  et  la  Hongrie.  Des  le  commencement,  le  royaume  se  trouvait  infeste  par  les  Arabes  jusqu’aux  portes  de  la  capitale  :  l’on  osait  a  peine  cul;ver  les  campagnes.  Tancrède  fut  le  seul  des  chefs  qui  voulut  bien  rester  avec  Godefroi.  La  statue  de  Godefroy  de  Bouillon,  descendant  de  Charlemagne,  orne  la  place  Royale  de  Bruxelles.  
  • 73. La  croisade  •  La  lourde  féodalité  s’est  mobilisée,  déracinée  de  la  terre.  Elle  allait  et  venait,  elle  vivait  sur  les  grandes  routes  de  la  croisade,  entre  la  France  et  Jérusalem.  Le  roi  seul  restait  fidèle  au  sol  de  la  France,  plus  grand  chaque   jour   par   l’absence   et   la   préoccupa;on   des   barons.   Telle   fut,   après   la   première   croisade,   la  résurrec;on  du  roi  et  du  peuple.  •  La   croisade   correspond   à   l’affranchissement   du   peuple   dans   les   communes,   affranchissement   de   la  femme,  affranchissement  de  la  philosophie,  de  la  pensée  pure.  La  France  avait,  presque  seule,  accompli  la  première   croisade.   L’Allemagne   avait   puissamment   contribue   a   la   seconde.   La   troisième   fut   populaire,  surtout  en  Angleterre.  
  • 74. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  Il  s’agit  d’ailleurs  jamais  de  départs   individuels,   mais  d’aventures  collec;ves:  on  part   entoure   de   parents  des   fidèles   et   d’amis.   Il  existe   ainsi   une   filière  b o u r g u i g n o n n e  entretenue  par  les  réseaux  clunisiens   et   la   famille  d u c a l e .   C e r t a i n s  comba8ants   finissent   par  s’installer   sur   place,  p r e n a n t   é p o u s e   e t  obtenant   sur   terre,  sollicitant   des   lors   l’appui  de  leurs  parents  demeures  en  France.    •  Au-­‐delà   des   trajectoires  individuelles   et   familiales,  cet   élargissement   des  horizons   a   surtout   des  conséquences   d’ordre  culturel   en   contribuant   a  l ’ é l a b o r a ; o n   d ’ u n e  iden;té   aristocra;que  c o m m u n e   a   t o u t  l’Occident.    Chevaliers  croises,  Chapelle  Templière  de  Cressac.    
  • 75. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  Une   compé;;on   seigneuriale   plus   vive:   Les   évêques   et   les  chapitres   entrent   sévèrement   en   concurrence   pour   le   contrôle  des   églises   et   des   dimes.   L’essor   prodigieux   des   chanoines  réguliers,   des   ordres   réguliers,   des   ordres   militaires   et   surtout  des   cisterciens   vient   par   ailleurs   reme8re   en   cause   bien   des  équilibres   locaux   et   soume8re   a   une   rude   concurrence   les  anciennes  communautés  bénédic;nes.    •  Ce8e   compé;;on   pousse   de   nombreux   seigneurs   a   aménager  leur   seigneurie   pour   la   rendre   plus   a8rac;ve   aux   serfs.   Le   roi  garan;t  l’affranchissement  des  serfs  au  bout  d’un  an  et  un  jour  de   résidence,   supprime   les   corvées,   le   service   de   guet   et   les  taxes  extraordinaires.    •  C’est  a  par;r  des  XIème  et  XIIème  siècles  que  se  mul;plient  les  appropria;ons  fores;ères,  en  étroite  rela;on,  en  général,  avec  la   cons;tu;on   de   réserves   de   chasse.   Indépendamment   de  l’appropria;on  des  forets  ou  des  landes,  la  pra;que  de  la  chasse  favorise   le   marquage   seigneurial   de   l’espace.   La   chasse  seigneuriale   met   en   œuvre   une   appropria;on   de   l’espace  ponctuelle,   imprévisible   et   brutal,   en   discordance   avec   les  usages   des   paysans,   dont   elle   n’hésite   pas   a   traverser   et   a   en  endommager  les  terres.    Chasse  au  faucon.    
  • 76. L’affirma3on  de  la  seigneurie  castrale  •  Alourdissement   du   prélèvement:   Nombreux   sont   les   signes   qui  témoignent   d’un   alourdissement   du   prélèvement   seigneurial.  Partout  la  manse  recule  face  a  l’essor  des  parcelles,  plus  pe;tes,  plus  dispersées  au  sein  des  terroirs.  De  même,  il  y  a  une  démul;plica;on  des  sources  mêmes  du  prélèvement.  Celui-­‐ci  s’immisce  en  effet  peu  a   peu   dans   tous   les   secteurs   de   la   vie   économique.   Les   seigneurs  s’arrogent  le  monopole  du  fournage  et  du  droit  de  mouture.    •  Les  mo;fs  suscep;bles  d’expliquer  l’alourdissement  du  prélèvement  seigneurial  sont  nombreux.  Mais  deux  paraissent  avoir  joue  un  rôle  majeur.   Le   premier,   propre   aux   seigneurs   laïques.   Il   s’agit   du  tarissement  progressif  de  leurs  revenus  «  ecclésias;ques  »  dans  le  contexte   grégorien.   Le   second   facteur,   certainement   le   plus  déterminant,   réside   dans   l’essor   des   dépenses   seigneuriales.   Les  chevaux   doivent   être   plus   robustes   et   plus   nombreux,   certains   ne  servant  qu’au  combat,  d’autres  au  transport  et  au  voyage.  La  chasse,  avec  ses  chiens,  ses  oiseaux  de  proie,  ses  cors  richement  sculptes,  a  aussi  son  cout.  •  Le   renforcement   de   l’encadrement   seigneurial:   Le   nombre   des  agents   seigneuriaux   augmente   peu   a   peu,   parallèlement   a   la  parcellisa;on  et  a  la  diversifica;on  du  prélèvement.  Ces  agents  sont  souvent   rémunères   sur   le   mode   de   l’intéressement   ou   de  l’affermage.  Le  prévôt  en  cons;tue  la  figure  principale.    
  • 77. La  transforma3on  des  campagnes  •  Au  XIIème  siècle,  la  croissance  démographique  s’accélère  et  s’étend  a  l’ensemble  des  régions.  On  es;me  que  dans  le  territoire  de  la  France  actuelle,   la   popula;on   aurait   cru   d’un   ;ers,   passant   de   6,2   millions  d’habitants  vers  1100  a  9  millions  vers  1200.    •  Des  condi;ons  favorables:  Sans  qu’aucune  révolu;on  technologique  ne  se  produise,  plusieurs  évolu;ons  combinent  leurs  effets  bénéfiques.  On  relève  d’abord  une  meilleure  u;lisa;on  de  la  force  animale.  La  diffusion  du  joug  frontal  pour  les  bœufs  et  du  collier  d’épaule  pour  les  chevaux  améliore  la  force  de  trac;on  des  animaux  aussi  bien  pour  le  labour  que  pour  le  charroi.    •  L’expansion   des   moulins   se   poursuit,   au   point   qu’une   certaine  satura;on  des  cours  d’eau  se  fait  sen;r  en  de  nombreuses  régions  des  la  fin  du  XIIIème  siècle.    •  Un  grand  mouvement  de  migra;on  touche  l’ensemble  du  sud-­‐ouest  et  pousse   les   «   Francos   »   sur   les   routes   d’Espagne,   a   la   suite   de   la  «  Reconquista  ».    •  Le   temps   du   volontarisme:   Le   cas   le   mieux   connu   et   le   plus  spectaculaire   est   celui   des   cisterciens.   Les   moines   blancs   organisent  autour   de   leurs   abbayes   de   nouveaux   grands   domaines   exploites   en  faire-­‐valoir  direct,  par  une  catégorie  subalterne  de  frères,  les  convers  recrutes  dans  la  paysannerie  et  voues  au  travail  agricole  sur  les  terres  de  l’abbaye  et  des  granges.  Fondée  en  1120,  l’abbaye  de  Prémontré,  fonde  en  1120,  compte  déjà  26  granges  en  1138  et  30  en  1188.    Abbaye  de  Prémontré.    
  • 78. La  transforma3on  des  campagnes  •  Le  rôle  des  cisterciens  dans  les  défrichements  doit  être  rela;vise.  Les  cisterciens   ne   s’implantent   guère   au   cœur   des   zones   sauvages.   Les  paysans  con;nuent  d’accroitre  leurs  exploita;ons  dans  les  marges  des  anciens   terroirs,   le   plus   souvent   au   travers   de   phases   plus   ou   moins  longues  de  cultures  temporaires.    •  C’est   dans   les   années   1160-­‐1170   que   datent   les   premières   levées   ou    turcies  construites  a  l’ini;a;ve  d’Henri  II  Plantagenet  dans  la  région  de  Saumur   et   en   Anjou   pour   endiguer   la   Loire   et   ouvrir   a   la   culture   les  étendues  submersibles  des  rivages.    •  Les  abbayes  flamandes  u;lisent  les  près  sales  gagnes  sur  la  mer  pour  leurs  immenses  troupeaux  de  moutons.  La  mul;plica;on  des  marches  ruraux,  liée  a  l’essor  des  surplus  agricoles  et  des  ac;vités  ar;sanales,  représente   un   facteur   de   dynamisme   des   campagnes.   Le  développement   de   ces   marches   accélère   la   monétarisa;on   des  campagnes.    •  La   diversifica;on   de   la   société   rurale:   La   croissance   favorise   une  diversifica;on   de   la   société   rurale   qui   s’accentuera   tout   au   long   du  XIIIème  siècle.  Elle  suscite  d’abord  l’émergence  d’une  élite  paysanne.    Le   moulin   mysMque.   Ce   très   célèbre   chapiteau   de   la  nef   de   l’abbaMale   de   Vézelay   (vers   1120-­‐1140).   Un  thème   développé   depuis   les   pères   de   l’Eglise:   la  nouvelle   loi   est   incluse   dans   l’ancienne,   comme   la  farine   dans   le   grain.   L’Ancien   Testament   est  interprété  par  la  lecture  symbolique  de  saint  Paul.    
  • 79. La  transforma3on  des  campagnes  •  Une  technique  de  crédit  apparaît  dans  la  deuxième  moi;e  du  XIème  siècle.  La  rente  cons;tuée,  qui  permet  d’acquérir  une  somme  d’argent  en  échange  de  la  cons;tu;on  d’une  rente  annuelle  perpétuelle  assise  sur  une  terre.  L’amor;ssement  est  réalisé  entre  12  et  25  ans  pour  le  préteur  et  ne  représente  qu’un  léger  accroissement  des  prélèvements  dus  au  seigneur  qui,  en  l’occurrence,  est  souvent  aussi  le  créancier.    •  Le  regroupement  de  l’habitat:  L’habitat  groupe  paraît  ne8ement  dominant  dans  deux  vastes  espaces:  le  nord  et  l’est,  mais  aussi  les  pays  du  li8oral  méditerranéen  d’autre  part.    •  En  Ile-­‐de-­‐France,  en  Picardie  et  en  Lorraine,  les  villages-­‐rues,  ou  les  parcelles  d’habitat  s’alignent  de  part  et  d’autre  d’un  axe  de  circula;on  central,  sont  fréquents.  •  Dans  les  régions  méditerranéennes,  le  village  se  présente  le  plus  souvent  comme  une  aggloméra;on  for;fiée  resserrée  autour  du  château,  souvent  perche  sur  un  coteau,  une  «  roque  »  ou  un  «  puech  ».  Lacoste,  un  village  castral  dans  le  Vaucluse.    
  • 80. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  Au  XIIème  siècle,  deux  rois  se  partagent  le  territoire  de  la  France  actuelle:  le  roi  de  France  a  l’ouest,  l’empereur,  roi  de  Germanie  et  de  Bourgogne,  a  l’est.  Deux  princes  sont  toutefois  aussi  rois  a  l’extérieur  du  royaume  de  France  et  de  l’Empire  et   agissent   souvent   en   rois   lorsqu’ils   s’y   trouvent:   le   duc   de   Normandie,   roi   d’Angleterre   depuis   1066,   et   le   comte   de  Barcelone  et  de  Provence,  roi  d’Aragon  depuis  1137.    Tombeau  de  Richard  Cœur  de  Lion  a  l’abbaye  de  Fontevraud.    
  • 81. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  A  par;r  du  milieu  du    XIIème  siècle,    les  rois  reprennent   l’ascendant   sur   les   princes.   Le  fait   que   la   deuxième   croisade   ait   été  conduite  par  des  rois  et  non  par  des  princes,  comme   la   première,   en   cons;tue   un    symbole.    •  La   dynamique   princière:   A   par;r   du   XIème  siècle,   les   princes   doivent   faire   face   a   de  sérieux   défis.   Dépossèdes   par   la   reforme  grégorienne  de  leurs  préroga;ves  ecclésiales  tradi;onnelles   et   concurrences   par   l’essor  des   seigneuries   ecclésias;ques   et   des  lignées   castrales,   ils   se   trouvent   contraints  de  renouveler  en  profondeur  les  formes  de  leur  domina;on.    •  La   capta;on   des   fruits   de   la   croissance:  Comme  Charles  le  Bon,  le  comte  de  Flandre,  la   plupart   des   princes   comprend   que   leur  intérêt   est   de   favoriser   le   renouveau  commercial   et   urbain.   Louis   VII,   par  exemple,   mul;plie   les   concessions   de  privilèges  fiscaux.  •  L’ac;on   des   comtes   de   Champagne   en  faveur   du   développement   des   foires  cons;tue   un   autre   exemple,   plus   brillant  encore,  de  la  capacité  des  princes  a  capter  une  par;e  des  fruits  de  la  croissance.    Louis  VII  prend  la  croix  pour  la  deuxième  croisade    
  • 82. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  Les  formes  du  pouvoir  princier:  Au  XIème  siècle,  le  prince  reste  avant  un   guerrier   et   un   grand   seigneur.   Il   s’appuie   d’abord   sur   ses  principaux   fidèles   et   quelques   conseillers   ecclésias;que.   Sa  principauté   con;nue   de   présenter   l’allure   d’un   archipel   de   droits  directs   ar;culés   sur   les   châteaux,   auquel   se   raccroche   une  «  mouvance  »  de  droits  indirects  de  plus  en  plus  structurée  par  les  rela;ons   feodo-­‐vassaliques.   Nulle   homogénéité   territoriale   donc,   ni  de  véritable  fron;ère  au  sens  contemporain  du  terme.    Salle  dite  de  l’échiquier  de  Caen  Château  de  Gisors  Château  des  comtes  de  Flandre  a  Gand.  
  • 83. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  Le  moment  Plantagenet:  Parmi  les  princes,  les  Plantagenets  sont  ceux  qui  connaissent  dans  la  deuxième  moi;e  du  XIIème  siècle  la  fortune  la  plus  spectaculaire.  Ils  sont  a  l’origine  comtes  d’Anjou,  issus  de  la  vieille  lignée  des  Foulques.    •  Le  royaume  d’Angleterre  et  toute  la  moi;e  occidentale  du  royaume  de  France,  de  la  Normandie  a  la  Gascogne,  sont  entre  les  mains  de  Henri   II.   Il   s’agit   d’un   territoire   immense   que   le   roi   et   ses   deux  premiers  fils,  Henri  le  Jeune  et  Richard  Cœur  de  Lion  (qui  lui  succède  en  1189)  parcourent  sans  cesse.    •  Trois  dimensions  de  la  poli;que  d’Henri  II  illustrent,  au-­‐delà  de  son  autoritarisme   personnel,   la   modernité   de   son   gouvernement.   La  première   est   la   reprise,   sous   l’influence   du   modèle   anglais,   d’une  ac;vité  législa;ve  importante,  plus  précoce  et  plus  nourrie  que  celle  du   roi   de   France.   La   deuxième   nouveauté   ;ent   au   rôle   joue   dans  l’administra;on   et   l’entourage   du   prince   par   un   groupe   étoffé   de  gens  de  cour  (curiales)  et  de  familiers,  compose  de  clercs  et  surtout  de  laïcs  le8res  issus  de  la  pe;te  aristocra;e.  La  troisième  nouveauté  figure   dans   le   souci   qu’eut   Henri   II   d’affirmer   la   légi;mité   de   son  pouvoir  par  le  déploiement  d’une  véritable  propagande  poli;que,  a  des;na;on  des  seules  élites  bien  sur.    
  • 84. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  L’idéologie  capé;enne  :  Le  rayonnement  du  Capé;en  se  nourrit  de  la  capta;on   de   l’héritage   carolingien   aux   dépens   des   empereurs  germaniques   et   d’une   rela;on   privilégiée   avec   l’abbaye   de   Saint-­‐Denis,   elle-­‐même   soucieuse   de   se   présenter   comme   le   dépositaire  privilégiée   de   la   tradi;on   des   anciens   rois   francs.   Louis   devient   le  prénom  usuel  des  rois  de  France,  en  mémoire  de  Clovis  (Ludovicus  =  Clovidicus).    •  La  grande  poussée  capé;enne  résulte  du  mariage  de  Louis  VII  avec  Aliénor  en  1137,  qui  conduit  le  roi  a  prendre  possession  de  la  vaste  Aquitaine.  Pour  la  première  fois,  un  roi  capé;en  fait  son  entrée  dans  Bordeaux  (1137)  et  reçoit  l’hommage  d’un  comte  a  Toulouse  (1138).  La   perte   de   l’Aquitaine,   consécu;ve   au   divorce   de   Louis   et   Aliénor  (1152)  provoque  un  reflux  brutal.    •  Jusqu’au  milieu  du  XIIème  siècle,  le  roi  apparaît  avant  tout  comme  le  protecteur  privilégié  de  l’Eglise  et  des  désarmés,  dans  la  postérité  de  la  paix  et  de  la  trêve  de  Dieu.    Aliénor  d’Aquitaine.  
  • 85. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  L’idéologie   capé;enne   :   Le   rayonnement   du   Capé;en   se  nourrit   de   la   capta;on   de   l’héritage   carolingien   aux   dépens  des  empereurs  germaniques  et  d’une  rela;on  privilégiée  avec  l’abbaye  de  Saint-­‐Denis,  elle-­‐même  soucieuse  de  se  présenter  comme  le  dépositaire  privilégiée  de  la  tradi;on  des  anciens  rois  francs.  Louis  devient  le  prénom  usuel  des  rois  de  France,  en  mémoire  de  Clovis  (Ludovicus  =  Clovidicus).    •  La  grande  poussée  capé;enne  résulte  du  mariage  de  Louis  VII  avec  Aliénor  en  1137,  qui  conduit  le  roi  a  prendre  possession  de  la  vaste  Aquitaine.  Pour  la  première  fois,  un  roi  capé;en  fait   son   entrée   dans   Bordeaux   (1137)   et   reçoit   l’hommage  d’un   comte   a   Toulouse   (1138).   La   perte   de   l’Aquitaine,  consécu;ve  au  divorce  de  Louis  et  Aliénor  (1152)  provoque  un  reflux  brutal.    •  Jusqu’au   milieu   du   XIIème   siècle,   le   roi   apparaît   avant   tout  comme   le   protecteur   privilégié   de   l’Eglise   et   des   désarmés,  dans  la  postérité  de  la  paix  et  de  la  trêve  de  Dieu.    •  Le  retour  de  l’empereur:  L’avènement  de  Staufen  en  1138  et  le  règne  de  Fréderic  Ier  Barberousse  marquent  le  retour  de  l’influence   impériale.   Le   cœur   domanial   des   Staufen   est   en  Souabe:   L’Alsace   en   cons;tue   la   par;e   occidentale,   la   plus  appréciée  des  empereurs,  qui  y  résident  régulièrement.    Fréderic  Ier  de  Hohenstaufen,  dit  Barberousse  .  
  • 86. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  Société  chevaleresque  et  culture  de  cour:  A  par;r  du  deuxième  ;ers  du  XIIème  siècle,  une  culture  aristocra;que  originale  s’épanouit  avec  une   vitalité,   une   diversité,   un   rayonnement   sans   précèdent   depuis  l’An;quité  tardive.    •  La   guerre   chevaleresque   définit   bien   l’essence   de   l’iden;té  aristocra;que.  Elle  est  en  outre  vécue  sur  le  mode  de  la  joie  et  de  la  fête.   La   même   joie   caractérise   les   tournois,   ces   batailles   ludiques  entre   groupes   de   chevaliers,   dont   le   but   essen;el   est   la   prise,   la  capture   de   l’adversaire,   de   ses   armes   et   de   ses   chevaux   pour   le  rançonner.  •  C’est    ce  jeu-­‐la  que  Guillaume  le  Marechal  ,  un  modeste  chevalier  au  service   d’Henri   II   Plantagenet   et   de   ses   fils,   gagna,   entre   1170   et  1190,  sa  réputa;on  de  «  meilleur  chevalier  du  monde  »,  et  avec  elle  des  fiefs  notables  et  la  main  d’une  riche  héri;ère.    •  Celui  qui  remet  les  armes  est  en  général  celui  auprès  duquel  le  futur  chevalier  avait  effectué,  a  l’extérieur  de  la  maisonnée  paternelle,  son  appren;ssage  technique  et  moral:  un  oncle,  le  plus  souvent  maternel  dans  une  société  hypergamique,  un  prince,  le  parrain,  l’adoubement  ;ssant  ou  renforçant  une  forme  de  parente  spirituelle  entre  les  deux  hommes.    Tombeau  de  Guillaume  de  Marechal.  
  • 87. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  Les  premiers  traites  de  civilité  évoquant  les  manières  de  la  cour,  les  comportements  a  adopter  a  table  ou  avec  les  dames  apparaissent  et  sont   de   manière   significa;ves   composées   en   langue   vulgaire,   en  l’occurrence  la  langue  d’oc.    •  Si   toute   résidence   aristocra;que   demeure   structurée   par   la  dis;nc;on   entre   un   espace   public   domine   par   les   hommes   et   un  espace   domes;que   réservé   aux   femmes,   une   des   grandes  caractéris;ques   de   la   cour   est   sa   rela;ve   mixité,   qui   fournit   de  mul;ples  occasions  aux  hommes  et  aux  femmes  de  partager  certains  loisirs.    •  Dans   le   prologue   de   «   Le   Chevalier   a   la   Charre8e   »,   la   cour   y   est  présentée  comme  un  lieu  de  paix,  domine  par  les  dames,  ou  l’on  peut  manifester  son  dévouement  et  sa  fidélité,  un  lieu  ou  règnent  beauté,  civilité   et   intelligence,   un   lieu   ou   l’on   prend   plaisir   a   écouter   des  chansons  ou  des  romans  composes  dans  la  belle  langue  française.    •  Les  fin’amors:  défi  profane  et  conscience  de  soi:  Par  bien  des  cotes,  les   fin’amors   apparaissent   comme   une   réponse   et   un   défi     a   la  régula;on   sexuelle   et   matrimoniale   promue   par   la   reforme  grégorienne.   En   glorifiant   la   femme   au   travers   de   la   dame,   en  célébrant   le   corps   et   l’amour   physique,   en   légi;mant   les   rela;ons  amoureuses   hors   mariage,   fut-­‐ce   sous   le   mode   imaginaire,   la  fin’amors   entre   en   contradic;on   avec   le   discours   de   l’ins;tu;on  ecclésiale.    Louis  VII  et  Aliénor  d’Aquitaine.  
  • 88. Un  nouvel  horizon  poli3que  et  idéologique  •  Le  culte  de  la  dame  et  le  thème  de  l’amour  illicite  se  retrouvent  dans  la   li8érature   romanesque   de  l a n g u e   d ’ o ï l   d e s   a n n é e s  1170-­‐1180,   ou   s’épanouissent  quelques-­‐uns   des   mythes   appelés  a   une   fortune   considérable,  comme  ceux  de  Tristan  et  Iseult  ou  de  Lancelot  et  Guenièvre.    •  Toute   la   culture   courtoise  entre;ent   l’illusion   d’une  communauté   de   statut   et   de  des;n  partagée  par  l’ensemble  de  l’aristocra;e,   du   roi   au   pe;t  chevalier,   alors   même   que   les  évolu;ons  poli;ques  accroissent  la  hiérarchisa;on   du   groupe  aristocra;que   et   renforcent   le  pouvoir  des  princes  et  des  rois  sur  la  noblesse,  parfois  a  ses  dépens.    
  • 89. Conclusion  •  Si  l’on  je8e  un  regard  rétrospec;f  sur  les  trois  siècles  qui  séparent  la  dispari;on  de  l’Empire  carolingien  de  l’avènement   de   Philippe   Auguste,   trois   phénomènes   re;ennent   plus   par;culièrement   l’a8en;on:   la  vigueur  et  la  durée  de  la  croissance  économique  d’abord,  l’affirma;on  et  la  royauté  capé;enne  ensuite,  l’ampleur  des  muta;ons  sociales  et  culturelles  enfin.    •  A   rebours   du   mythe   d’une   croissance   émancipatrice,   le   XIIIème   siècle   apparaît   comme   le   principal  moment  de  l’alourdissement  du  prélèvement  seigneurial.    •  Le   règne   de   Louis   VII   (1130-­‐1180)   cons;tue   un   véritable   tournant.   L’horizon   royal   s’élargit   alors   de  manière  considérable,  en  dépit  du  repli  auquel  le  roi  est  contraint  par  l’annula;on  de  son  mariage  avec  Aliénor  d’Aquitaine  et  le  remariage  de  ce8e  dernière  avec  Henri  II  Plantagenet.  •   Le  rôle  de  Louis  VII  dans  la  deuxième  croisade  et  l’établissement  des  liens  privilégiés  avec  l’abbaye  de  Saint-­‐Denis  et  l’épiscopat  français  assurent  au  roi  l’appui  de  l’Eglise  et  un  pres;ge  dont  sa  dynas;e  était  jusque-­‐là  dépourvue.    

×