1815-­‐1870	
  
La	
  Révolu0on	
  inachevée	
  	
  	
  
Introduc)on	
  
•  Le	
   premier	
   XIXème	
   siècle	
   a	
   longtemps	
  
été	
   l’objet	
   d’un	
   certain	
   d...
Chateaubriand	
  dans	
  le	
  Génie	
  du	
  Chris)anisme	
  
•  «	
  On	
  a	
  des	
  devins	
  quand	
  on	
  n’a	
  p...
Le	
  XIXème	
  siècle	
  démarre	
  en	
  1786	
  avec	
  le	
  déménagement	
  du	
  cime9ère	
  des	
  
Innocents.	
  
...
Naissance	
  aussi	
  des	
  musées	
  
•  Il	
   est	
   intéressant	
   de	
   se	
   souvenir	
   que	
   c’est	
   a	
...
Kepler	
  9rait	
  des	
  horoscopes	
  
•  Kepler	
  0rait	
  des	
  horoscopes.	
  Il	
  prédisait	
  une	
  famine,	
  ...
Josèphe	
  de	
  Maistre	
  et	
  l’occul9sme	
  
•  En	
  1811,	
  dans	
  ses	
  «	
  Chapitres	
  sur	
  la	
  Russie	
...
Le	
  XIXème	
  siècle:	
  socialisme	
  et	
  occul9sme	
  
•  Comment	
  une	
  période	
  de	
  l’histoire	
  est	
  de...
Stendhal:	
  une	
  excep9on	
  dix-­‐hui9emiste	
  imprévue.	
  
•  Stendhal,	
   c’est	
   l’excep0on	
   dixhui0emiste	...
Balzac:	
  un	
  légi9miste.	
  
•  Balzac	
   était	
   légi0miste.	
   Sa	
   grande	
   œuvre	
   est	
   une	
  
élégi...
Swedenborg,	
  «	
  le	
  prophète	
  du	
  Nord	
  »	
  
•  Docteur	
   en	
   philosophie	
   d’Uppsala,	
   organiste,	...
Auguste	
  Comte	
  et	
  la	
  naissance	
  du	
  totalitarisme	
  
•  Avant	
  de	
  connaître	
  le	
  futur	
  grand	
...
Madame	
  de	
  Staël	
  et	
  «	
  le	
  congres	
  des	
  religions	
  »	
  
•  Elle	
   transforme	
   son	
   château	...
Viollet-­‐le-­‐Duc,	
  la	
  pierre	
  de	
  cathédrale	
  angulaire	
  
•  Il	
   est	
   le	
   restaurateur	
   exempla...
Sherlock	
  Holmes	
  et	
  le	
  spiri9sme	
  
•  Quelqu’un	
   qui	
   a	
   écrit	
   une	
   Histoire	
   du	
  
Spiri...
Les	
  illumines	
  du	
  XIXème	
  siècle	
  
•  Allan	
   Kardec	
   fonde	
   la	
   revue	
   spirite	
   en	
   1858....
Victor	
  Hugo	
  et	
  l’orgie	
  parisienne	
  
•  Au	
  milieu	
  du	
  XIXème	
  siècle,	
  le	
  débauche	
  suprême,...
Michelet	
  et	
  «	
  ses	
  morts	
  »	
  
•  C’est	
   aux	
   environs	
   de	
   1842	
   que	
   les	
   choses	
   ...
Zola	
  et	
  la	
  maladie	
  progressiste	
  
•  Zola	
   répète	
   la	
   mésaventure	
   inaugurale	
   d’Auguste	
  ...
Eugene	
  Sue	
  et	
  les	
  mystères	
  de	
  Paris	
  
•  Eugene	
  Sue	
  est	
  devenu	
  socialiste	
  en	
  1842.	
...
George	
  Sand	
  et	
  Spiridion	
  
•  Spiridion	
   est	
   un	
   roman	
   qui	
   enchanta	
   Renan	
   toute	
   s...
Barres	
  et	
  la	
  patrie	
  
•  Barres:	
  «	
  Chaque	
  individu	
  possède	
  la	
  puissance	
  de	
  
revivre	
  ...
Edmond	
  Dantès,	
  le	
  héros	
  du	
  XIXème	
  siècle	
  
•  Edmond	
   Dantès,	
   enferme	
   pendant	
   14	
   an...
Marianne,	
  nouvelle	
  Mithra	
  
•  Reference	
  en	
  passant	
  au	
  	
  culte	
  de	
  Mithra,	
  le	
  
grand	
   ...
L’Eglise	
  sort	
  de	
  l’Histoire	
  
•  Elle	
  se	
  re0re	
  derrière	
  l’agita0on.	
  Minuscule	
  pour	
  
les	
 ...
Les	
  ferments	
  de	
  l’horreur	
  du	
  XXème	
  siècle	
  
•  "	
  On	
  a	
  souvent	
  dit	
  que	
  le	
  vieux	
 ...
Socialisme	
  et	
  an9sémi9sme	
  
•  Le	
  nazisme	
  a	
  été	
  cela	
  aussi,	
  un	
  baquet	
  magique	
  aimanté	
...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  Louis	
  de	
  Bonald,	
  un	
  des	
 ...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  Le	
  texte	
  adopte,	
  la	
  Charte...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  L’Empereur	
   avait	
   compte	
   su...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  La	
   seconde	
   restaura0on:	
   La...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  La	
  loi	
  de	
  Gouvion	
  Saint-­‐...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  Le	
  roi	
  est	
  mort,	
  vive	
  l...
Une	
  filia9on	
  consternante:	
  Charles	
  IX	
  et	
  Charles	
  X	
  
•  Charles	
   IX,	
   ayant	
   ordonné	
   le...
De	
  Louis	
  XVIII	
  a	
  Louis-­‐Philippe:	
  la	
  monarchie	
  limitée	
  
•  Les	
   Libéraux	
   se	
   retranchen...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Le	
   2	
   mars	
   1830,	
   lo...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Les	
   trois	
   glorieuses:	
   ...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Charles	
   X	
   gagne	
   l’Angl...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Une	
  révolu0on	
  escamotée:	
  ...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Les	
   Légi0mistes,	
   rallies	
...
Le	
  Mémorial	
  de	
  Sainte-­‐Hélène	
  
•  Ce	
  qui	
  était	
  le	
  plus	
  désirable	
  et	
  0rait	
  quelqu'un	
...
Le	
  Mémorial	
  de	
  Sainte-­‐Hélène	
  
•  Ce	
   fut	
   le	
   plus	
   grand	
   succès	
   de	
   librairies	
   d...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  L’a[entat	
   de	
   Fieschi	
   e...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Un	
  roi	
  qui	
  gouverne	
  (1...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  La	
  Fabrique	
  de	
  l’opinion,...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  Les	
   députés:	
   L’analogie	
 ...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  La	
   Chaussée	
   d’An0n,	
   qu...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  La	
   presse,	
   la	
   caricatu...
1830:	
  Une	
  révolu)on	
  et	
  une	
  monarchie	
  au	
  profit	
  de	
  qui?	
  
•  La	
  Garde	
  na0onale:	
  La	
  ...
La	
  France	
  des	
  champs	
  et	
  l’industrialisa)on	
  
•  La	
   période	
   1815-­‐1848	
   est	
   encore	
   mar...
La	
  France	
  des	
  champs	
  et	
  l’industrialisa)on	
  
•  La	
   sociabilité	
   est	
   animée	
   par	
   les	
  ...
La	
  France	
  des	
  champs	
  et	
  l’industrialisa)on	
  
•  Modernisa0on	
   douce	
   ou	
   industrialisa0on	
   sa...
La	
  France	
  des	
  champs	
  et	
  l’industrialisa)on	
  
•  Révolu0on	
   industrielle	
   ou	
   industrialisa0on?	
...
La	
  France	
  des	
  champs	
  et	
  l’industrialisa)on	
  
•  Le	
  monde	
  industrieux:	
  Dans	
  les	
  années	
  1...
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
1815 - 1870
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

1815 - 1870

901

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
901
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

1815 - 1870

  1. 1. 1815-­‐1870   La  Révolu0on  inachevée      
  2. 2. Introduc)on   •  Le   premier   XIXème   siècle   a   longtemps   été   l’objet   d’un   certain   discrédit,   la   Restaura0on  étant  la  période  la  plus  mal   aimée.  Ce  retour  manque  vers  le  passe,,   se  clôt  seulement  et  défini0vement,  une   République   et   un   Empire   plus   tard,   en   1870,  par  la  IIIème  République.     •  Les   années   1815-­‐1848   ont   tout   d’abord   connu  une  réhabilita0on  par  l’économie   –   l’histoire   du   libéralisme   lui   rendant   hommage   a   travers   ses   penseurs   et   ses   acteurs.     •  Avec  les  débuts  du  Second  Empire,  l’idée   de  rupture  est  commode  mais  le  Second   Empire   conserve   le   suffrage   universel,   poursuit   les   libertés   économiques   du   premier   XIXème,   main0ent   les   sociétés   mutuelles   coopéra0ves,   expression   de   l’organisa0on   ouvrière   qui   traverse   les   régimes.    
  3. 3. Chateaubriand  dans  le  Génie  du  Chris)anisme   •  «  On  a  des  devins  quand  on  n’a  plus  de   prophètes,   des   sor0lèges   quand   on   renonce  aux  cérémonies  religieuses,  et   l’on   ouvre   les   antres   des   sorciers   quand   on   ferme   les   temples   du   Seigneur.  »  
  4. 4. Le  XIXème  siècle  démarre  en  1786  avec  le  déménagement  du  cime9ère  des   Innocents.   •  Tout   va   disparaître,   s’effacer.   Les   cadavres   de   22   paroisses   absorbées   pendant   des   siècles   et   des   siècles   par   ce   marécage   généreux.   La   montagne   vivante   de   la   mort.   Les   putains   au   milieu   des   cadavres   eux-­‐mêmes   a   fleur   de   terre,   les   bou0ques,   les   trafics,   les   chiens,   les   enfants,   les   écrivains   publics,   la   vie   quo0dienne,   les   transac0ons  pros0tu0onnelles,  les  coïts  la  nuit  tout  près   des  caveaux.  On  va  déménager  le  cime0ère.  Le  XIXème   siècle  est  l’entrée  de  la  mort  dans  sa  pompe.  Tout  cela   s’effectue  en  douceur,  prélude  pianissimo  aux  violentes   éradica0ons   nécrophilies   de   la   Révolu0on   française   et   des  autres  révolu0ons.     •  Il  faut  d’ailleurs  noter  qu’au  début  du  chris0anisme,  les   païens,  qui  brulaient  leurs  morts,  étaient  scandalises  par   les  premiers  chré0ens  qui  voulaient  absolument  garder   les  leurs,  les  enterrer,  laisser  les  tombeaux  visibles.   •  Le   ne[oyage   complet   du   terrain   des   Saints-­‐Innocents   sera  termine  en  1788,  juste  avant  l’autre  grande  lessive,   le  vidage  de  la  monarchie.  On  pavera  le  sol,  on  construira   les  Halles,  on  plantera  une  fontaine  de  Jean  Goujon.     •  Saint-­‐Saëns,  Chopin:  le  style  du  XIXème  siècle  est  un  style   funéraire  d’abord  et  avant  tout,  le  style  officiel.     •  Paris,   en   se   dotant   de   Catacombes   ar0ficielles,   s’inventant   brusquement   une   recons0tu0on   de   Catacombes,  affirme  son  inten0on  de  remplacer  Rome.   De  reprendre  Rome,  de  la  ressusciter.     Catherine  de   Médicis   Michel  de   L’Hospital  
  5. 5. Naissance  aussi  des  musées   •  Il   est   intéressant   de   se   souvenir   que   c’est   a   la   même   époque   qu’on   se   met   en   tète   d’inventer   le   concept  de  musée.  A  l’occasion  de  la  fête  du  10  1793.  Le  Louvre,  ancienne  résidence  des  rois,  devient   cime0ère  a  œuvres  d’art.    
  6. 6. Kepler  9rait  des  horoscopes   •  Kepler  0rait  des  horoscopes.  Il  prédisait  une  famine,  une  révolte   de   paysans,   une   guerre   contre   les   Turcs.   Ces   évènements   arrivaient.   Galilée   faisait   de   l’astrologie   pour   le   grand-­‐duc   de   Toscane.   •  En  ces  temps  lointains  ou  les  grands  esprits  étaient  persuades  que   les   comètes   et   la   lune,   le   soleil   ou   les   étoiles   exerçaient   leur   influence  sur  les  êtres  a  la  manière  dont  la  pluie  et  le  beau  temps   règlent   le   des0n   des   récoltes,   on   était   déjà   en   route,   encore   maladroitement   certes,   encore   bien   silencieusement,   vers   l’affirma0on   de   ce[e   chose   capital,   inséparable   de   tout   progressisme,  qui  consiste  a  vouloir  absolument  que  l’histoire  de   la   pe0te   famille   humaine   ait   un   sens   et   même   une   valeur,   et   même  peut-­‐être  une  beauté.     •  Le  délire  astrologique  annonce  le  culte  sociolatrique.    
  7. 7. Josèphe  de  Maistre  et  l’occul9sme   •  En  1811,  dans  ses  «  Chapitres  sur  la  Russie  »  rédigées  pour  le  Tsar,  il  classe  en  1811   les   occul0stes   en   trois   catégories:   i)   les   simples   francs-­‐maçons,   mar0nistes   ou   pié0stes,   inoffensifs   mais   sujets   éventuellement   a   la   tenta0on;   ii)   ceux   qui   rhabillent  le  catéchisme  pour  prêcher  «  le  règne  de  l’intérieur  »,  l’amour,  dont  il   déplore   l’an0pathie   pour   le   dogme   et   l’ordre   sacerdotal;   iii)   «   la   philosophie   moderne  greffée  sur  le  protestan0sme,  «  monstre  compose  de  tous  les  monstres  »,   qui  invente  la  chimère  d’un  chris0anisme  universel.     •  D’ailleurs,  l’occulte  n’est-­‐il  pas  la  tenta0on?  La  tenta0on  en  fin  de  compte?  Le  vrai   diable  sexuel  rep0lien….  Le  serpent  nu  de  la  séduc0on.  Qu’qu’  il  propose  a  Eve  ce   serpent  sinon  le  progrès  expérimental  et  la  connaissance  des  secrets  de  la  créa0on?   N’est-­‐il   pas   le   premier   dans   le   Genèse   a   faire   croire   qu’il   y   a   des   secrets?   De   la   magie?     •  «  Nous  portons  dans  nos  cœurs  le  cadavre  pourri    De  la  religion  qui  vivait  dans  nos  pères  »  (Victor  Hugo)    Tout  le  XIXème  siècle  tourne  autour  de  ce[e  charogne  qui  prolifère  a  l’envers     symétriquement   d’un   fantasme   de   grossesse   et   d’enfantement   d’un   monde                nouveau.   Alexandre  Ier   Joseph  de  Maistre  
  8. 8. Le  XIXème  siècle:  socialisme  et  occul9sme   •  Comment  une  période  de  l’histoire  est  devenue  un  adjec0f  et  pas  des  plus  fla[eurs,  semble-­‐ t’il.  L’occul0sme  et  le  socialisme:  ensemble  ou  alterna0vement  rumines.  Saint  Simon  tourne   autour  de  la  table  en  rêvant  et  en  dictant.  Et  Auguste  Comte  qui  n’a  que  19  ans  note  au  vol   dans   un   émerveillement   quo0dien   la   naissance   des   grands   principes   de   la   recherche   de   l’harmonie  perdue.  Il  est  en  train  d’écrire  sous  la  dictée  de  Saint  Simon  le  plan  enflamme  de  la   nouvelle  société.     •  On   s’est   débarrassé   du   catholicisme   que   pour   être   en   rapport   direct   avec   ce   bruissement   général  stratosphérique  qui  est  l’objet,  depuis  sous  mille  formes,  de  phobies  et  de  désirs.  Les   penseurs  du  XIXème  siècle  vont  grandir  et  traverser  un  temps  étonnant  dont  l’idée  de  progrès   sera  le  puissant  opium.  La  philosophie  posi0ve  est  la  foi  future  du  prolétariat,  il  faut  enseigner   aux  ar0sans.  Cercles  spirites.  Cercles  révolu0onnaires.  Ellipse  a  double  foyer.     •  L’occul0sme  est  en  somme  le  cheminement  de  fantaisie  du  socialisme.  L’occul0sme  prend  en   effet   les   différentes   formes   des   religions   du   progrès:   saint   simonisme,   posi0visme…   et   également  féminisme  et  an0sémi0sme.   •  Le  XIXème  siècle  est  l’entrée  de  la  mort  dans  sa  pompe:  Saint  Saëns,  Chopin.  C’est  un  style   funéraire  d’abord  et  avant  tout…  le  style  officiel.  La  somme  des  malheurs  du  monde  n’est  rien   d’autre  que  l’addi0on  des  vivants…  véritable  «  summa  summarum  ».     •  XVIIIème:  illuminisme  et  lumière  –  XIXème  siècle:  occul0sme  et  socialisme  .    L’occulte  est  le   corps   glorieux   du   socialisme.   Le   socialisme   l’incarna0on   transitoire   et   décalée   du   corps   glorieux.   Les   morts   seront   les   vrais   locuteurs   de   l’ère,   ses   vrais   parlants.   Leurs   voix   vont   essayer  de  conjurer  l’absence  de  l’Eglise.     •  Avant  Auguste  Comte,  les  morts  étaient  depuis  longtemps  boucles,  aphasiques.  Apres  lui,  on   ne   va   plus   cesser   d’entendre   leur   bavardage   s’amplifier.   «   Les   vivants   sont   de   plus   en   plus   gouvernes  par  les  morts,  qui  représentent  la  meilleure  por0on  de  l’humanité.   Saint  Simon   Auguste  Comte  
  9. 9. Stendhal:  une  excep9on  dix-­‐hui9emiste  imprévue.   •  Stendhal,   c’est   l’excep0on   dixhui0emiste   au  XIXème  siècle.    
  10. 10. Balzac:  un  légi9miste.   •  Balzac   était   légi0miste.   Sa   grande   œuvre   est   une   élégie   perpétuelle   qui   déplore   la   décomposi0on   irrémédiable   de   la   haute   société:   ses   sympathies   sont  du  cote  de  la  classe  condamnée  a  mourir.     •  Balzac  monarchiste  et  catholique  raconte  en  fin  de   compte   les   tourmentes   préliminaires   a   1848,   a   l’histoire  du  socialisme,  a  la  Commune  et  a  la  suite.   Comme  Dostoïevski  orthodoxe  et  réac0onnaire  fixe   le  ver0ge  de  la  possession  progressiste  en  train  de   s’emparer  de  la  Russie.     •  Chacun  sait  depuis  que  Baudelaire    l’a  indique  avec   force  que  Balzac  n’est  pas  un  observateur  mais  un   visionnaire.     •  Il   y   a   une   perpétuelle   menace   de   déluge   dans   la   Comédie   Humaine,   c’est-­‐a-­‐dire   comme   dans   la   tradi0on   biblique   une   puni0on   de   l’insolence   des   hommes  cherchant  le  moyen  d’accoupler  leurs  filles   aux  fils  de  Dieu.    
  11. 11. Swedenborg,  «  le  prophète  du  Nord  »   •  Docteur   en   philosophie   d’Uppsala,   organiste,   polyglo[e,  il  avait  tout  ce  qu’il  faut    pour  rester   dans   les   mémoires   comme   une   figure   du   savant.   Il   a   fait   quelques   inven0ons   a   la   Leonard   de   Vinci   (machine   volante   a   hélice,   sous-­‐marin,   etc.)…   A   45   ans,   pourtant   tout   change   et   il   compromet   irréversiblement   sa   réputa0on.   Le   Seigneur   vient   de   se   révéler   a   lui,  on  a  mis  dans  sa  bouche  des  prières.  
  12. 12. Auguste  Comte  et  la  naissance  du  totalitarisme   •  Avant  de  connaître  le  futur  grand  prêtre  du  culte  de  l’Humanité,  Caroline  se   pros0tuait.  A  peine  les  difficultés  matérielles  surgissent-­‐elles  dans  la  vie  du   couple  qu’elle  part  retrouver  ses  anciens  clients.     •  Dans  son  genre,  Auguste  Comte  est  magnifique,  il  résume  une  grande  par0e   de  l’histoire  a  venir  du  sexe  masculin.  C’est  un  veuf.  Toujours  déjà  un  veuf.   Qui  met  a  nu  le  veuvage  fondamental  futur.  Il  est  toujours  déjà  qui[e.  Et  de   toutes  les  façons.  Par  l’épouse  lubrique  d’abord.  Par  la  ‘sainte’  ensuite  qui  ne   0ent   pas   du   tout   a   laisser   entamer   sa   sainteté,   et   qui   l’abandonne   encore   d’une  autre  manière  en  mourant.  Comte  est  en  deuil.  Il  faut  être  en  deuil   pour  imaginer  que  l’avenir  est  aux  morts.     •  Comte  était  bien  sur  terrifie  d’ins0nct  par  les  soulèvements  populaires,  mais   il   a[endait   tout   de   même   d’une   alliance   ouvriers-­‐savants   la   poussée   des   forces  vives  de  demain.  Le  socialisme  scien0fique  scien0fique  en  somme.     Le  Brésil  a  adopte  le  sceau  et  la  devise   d’Auguste  Comte  sur  son  drapeau  na?onal   Auguste  Comte  
  13. 13. Madame  de  Staël  et  «  le  congres  des  religions  »   •  Elle   transforme   son   château   de   Coppet   en   congres   des   religions,  applaudit  a  la  confisca0on  des  biens  du  clergé   réclame   la   fin   de   «   la   folie   des   vœux   religieux   »   et   du   sinistre  culte  catholique  de  la  douleur.   Château  de  Coppet  
  14. 14. Viollet-­‐le-­‐Duc,  la  pierre  de  cathédrale  angulaire   •  Il   est   le   restaurateur   exemplaire   de   la   pétrifica0on  des  styles.  Traducteur  architectural   du   socialo-­‐syncré0sme,   gérontologue   de   l’urbanisme,   injecteur   de   cellules   fraiches   dans   les  vieilles  pyramides  gothiques.    
  15. 15. Sherlock  Holmes  et  le  spiri9sme   •  Quelqu’un   qui   a   écrit   une   Histoire   du   Spiri0sme  tout  a  fait  complète,  c’est  Conan   Doyle.   Oui:   le   maitre   de   la   déduc0on   ra0onnelle   extra   lucide   reprenant   du   service   dans   l’arrière   monde…   Sherlock   Holmes  sur  la  piste  des  esprits…  
  16. 16. Les  illumines  du  XIXème  siècle   •  Allan   Kardec   fonde   la   revue   spirite   en   1858.   il   compose   son   maitre   ouvrage,   Le   Livre   des   Esprits,   sous   la   dictée   des   revenants.  En  collabora0on  étroite  avec  Socrate,  Swedenborg   et  Napoléon.  En  France,  le  recrutement  des  mediums  s’effectue   sans   surprise   chez   les   rescapés   de   la   révolu0on   de   1848.   On   tripote   beaucoup     le   spiri0sme   dans   les   milieux   révolu0onnaires.   Jusqu’à   Lénine   qui   pra0que   les   tables   tournantes  durant  son  exil  a  Paris.   •  Louis   Auguste   Blanqui   est   l’inventeur   du   type   moderne   du   «  révolu0onnaire  professionnel  »,  théoricien  avant  Marx,    de  la   lu[e   des   classes   comme   moteur   de   l’Histoire,   libre   penseur   acharne,   militant   de   l’athéisme,   par0san   de   l’expulsion   des   prêtres   et   de   l’aboli0on   des   cultes,   sor0   de   prison   pour   la   dernière  fois  en  1879,  fondant  au  terme  de  sa  vie  un  journal   in0tule  «  Ni  Dieu  ni  maitre  ».       •  Armand   Barbes,   organisateur   de   nombreux   complots   sous   Louis   Philippe,   surnomme   par   Proudhon   le   «   Bayard   de   la   démocra0e   »,   ar0san   de   l’insurrec0on   d’avril   1834,   arrêté   et   libéré,   conspirateur   avec   Blanqui,   condamne   a   mort   âpre   l’insurrec0on  de  1839,  envoyé  en  déten0on  perpétuelle,  libéré   en  1848,  président  du  Club  de  la  Révolu0on,  député  de  l’Aude,   siégeant   a   l’extrême   gauche   des   socialistes,   condamne   a   nouveau,  gracie  par  Napoléon  III,  exile  volontaire  la  Haye.     Louis  Auguste  Blanqui   Allan  Kardec   Armand  Barbes  
  17. 17. Victor  Hugo  et  l’orgie  parisienne   •  Au  milieu  du  XIXème  siècle,  le  débauche  suprême,  le  prototype   du   liber0n   sans   scrupule,   chef   d’orchestre   des   orgasmes   cyniques   de   Paris,   c’est   Napoléon   III.   L’idée   que   le   Paris   impérial   est   un   enfer   de   libido   quo0dien,   un   bordel   de   luxe,   l’obscénité   crépitant   cheque   soir   rallumée   dans   les   beaux   quar0ers,   cons0tue   le   meilleur   résumé   possible   du   grave   et   somptueux   recueil   des   Châ0ments.   Le   sens   du   ver0ge   jaloux,   de  la  dégoûta0on  fascinée,  de  la  fureur  sacrée  qu’on  y  entend   rugir.     •  Hugo   part   pour   Jersey   –   qui   est   une   sorte   d’ermitage   pour   anachorète  –  et  immédiatement  il  est  assiégé  comme  un  saint   Antoine  par  une  ronde  de  visions  sexuelles.   •  Il   y   a   sur   l’i0néraire   de   Hugo   une   morte   bien   réelle   qui   le   touche  de  près,  c’est  sa  fille  Léopoldine  noyée  a  Villequier  en   1843.     •  Il  ne  faut  pas  oublier  l’atmosphère  du  groupe  de  proscrits  dont   Hugo   fait   par0e.   Exiles   de   l’Histoire   aussi,   rebelles   au   régime   qui   con0nue   sans   eux,   loin   des   Français   qui   les   oublient   pendant   que   tombent   les   années,   socialistes   eux   mêmes   spectres  de  la  révolu0on  de  1848  ou  est  apparu  le  socialisme   dans  sa  forme  consciente.  Il  faut  les  imaginer  là-­‐bas,  visualiser   leurs  rencontres,  leurs  querelles,  leurs  scènes  sur  ce  minuscule   plateau  insulaire.  Leurs  conciliabules  de  fantômes  autour  d’un   père   effare,   épouvanté   d’horreur,   obsédé   par   un   seul   projet:   entrer  en  communica0on  avec  une  morte.  
  18. 18. Michelet  et  «  ses  morts  »   •  C’est   aux   environs   de   1842   que   les   choses   changent   défini0vement.  Le  régime  de  Louis-­‐Philippe  s’est  durci,  la   querelle  de  l’enseignement  laïque  déchainé  contre  l’école   catholique   fait   rage.   Michelet   comme   Quinet   ou   Cousin   affronte  le  0r  de  barrage  du  clergé.     •  Michelet  annonce  le  règne  de  l’Esprit-­‐Saint-­‐Liberté  dans  la   pure   et   droite   ligne   dominante   de   l’hérésie   millénariste:   «   Le   Père   a   impose   le   travail   et   la   Discipline,   qui   est   la   sagesse;  le  Saint-­‐Esprit  offre  la  liberté,  qui  est  l’amour.  »  Le   progressisme  magique  frémit  en  chaire  et  l’enthousiasme   roule  de  banc  en  banc.     •  Pour  lui,  le  protestan0sme  est  l’ancêtre  pitecanthropique   de  l’Homo  sapiens  socialoculte.     •  En   1846,   quand   son   père   meurt,   Michelet   applique   impitoyablement   ses   idées   et   le   fait   enterrer   civilement.   Nouveau   cran   dans   la   religion   progressante   de   la   mort.   L’incinéra0on.  On  aime  tellement  le  cadavre  qu’on  0ent  a   le  préserver  des  vers.    
  19. 19. Zola  et  la  maladie  progressiste   •  Zola   répète   la   mésaventure   inaugurale   d’Auguste   Comte   (dont   par   ailleurs   il   s’est   réclamé   des   le   début   de   sa   carrière).     La   précipita0on   progressiste   l’empêche,     tout   comme   pour   le   Grand   Prêtre   du   Culte   de   l’Humanité,   de   voir   ce   qui   devrait   lui   sauter   aux   yeux:   a   quel   degré   son   progressisme  est  fatalement  infiltre  de  ce  dont  il  croit  en   toute   bonne   foi   être   en   train   de   débarrasser   le   genre   humain   pour   faire   place   ne[e   a   l’esprit   scien0fique…   la   religion.     •  En  1900,  Zola  qui[e  la  France  et  c’est  en  Angleterre  qu’il   rédige  les  Quatre  Evangiles…  Fécondité,  Travail,  Vérité…   •  On   peut   voir   les   Rougon-­‐Macquart   comme   une   saga   occul0ste   ou   comme   «   histoire   surnaturelle   et   socialiste   d’une  famille  sous  le  Second  Empire.    
  20. 20. Eugene  Sue  et  les  mystères  de  Paris   •  Eugene  Sue  est  devenu  socialiste  en  1842.  Tout  le  monde   est   cap0ve   par   les   mystères.   Happe,   englou0   dans   les   tunnels   du   mystère.   Les   mystères   de   Paris,   c’est   un   véritable   roman   policier   du   XIXème   siècle.   Les   hommes   noirs,  la  Compagnie  de  Jésus,  cannibales  de  la  société.    
  21. 21. George  Sand  et  Spiridion   •  Spiridion   est   un   roman   qui   enchanta   Renan   toute   sa   vie.   Dans  le  livre,  Jésus  apparaît  et  recommande  chaudement  la   lecture  de  saint  Jean.  «  Le  chris0anisme  a  eu  trois  époques   et  les  trois  époques  se  sont  accomplies  »  annonce  le  Christ   de   George   Sand.   La   troisième   époque   est   celle   du   Saint   Esprit  et  nous  commençons  tout  juste  a  y  entrer.     •  Le   culte   du   Paraclet   sera   purement   spirituel,   sans   cérémonies,  ni  sacrements…  Tout  dans  l’abstrait  de  la  foi.     •  Trois   idées   clefs   a   la   base   du   romanesque   de   Sand:   i)   l’homme  est  perfec0ble,  ii)  c’est  l’espèce  qui  est  immortelle   et  non  l’individu.  Iii)  la  propriété  individuelle  doit  être  abolie   au  profit  de  la  propriété  collec0ve.    
  22. 22. Barres  et  la  patrie   •  Barres:  «  Chaque  individu  possède  la  puissance  de   revivre   dans   ses   courtes   années   tous   les   ba[ements  dont  fut  agite  le  cœur  de  sa  race.  »…   «  L’âme  qui  habite  en  moi  est  faite  de  millions  de   morts  »…  «  La  patrie,  c’est  l’énergie  de  toutes  les   âmes  addi0onnées  des  morts.  »  
  23. 23. Edmond  Dantès,  le  héros  du  XIXème  siècle   •  Edmond   Dantès,   enferme   pendant   14   ans   derrière   les   murs   du   château  d’If  ne  fait  pas  n’importe  quoi,  il  profite  de  sa  déten0on   pour  se  faire  ini0er  par  l'abbé  Faria,  un  magicien  mathéma0cien   qui  le  métamorphose,  lui  donne  la  clef  du  trésor  de  Monte-­‐Cristo   et  lui  permet  d’assouvir  une  vengeance  gigantesque,  proprement   divine…   Personne   n’a   l’air   de   s’étonner   que   l’occulte   soit   le   carburant  du  ressen0ment.    
  24. 24. Marianne,  nouvelle  Mithra   •  Reference  en  passant  au    culte  de  Mithra,  le   grand   totémisme   phrygien   des   baptêmes   dans  le  sang  des  taureaux.    
  25. 25. L’Eglise  sort  de  l’Histoire   •  Elle  se  re0re  derrière  l’agita0on.  Minuscule  pour   les  contemporains.  L’Eglise  est  une  espèce  d’œil   de  cyclone  avec  la  ronde  des  puissances  autour   d’elle  et  des  visions  échevelées  du  monde.     •  Le  protestan0sme  est  l’affolement  de  la  raison   devant   la   folie   catholique.   Le   monde   est   donc   plein  d’idées  protestants  raisonnables.     •  Le  Syllabus  (dit  des  erreurs)  explose  a  peu  près   au   mi-­‐temps   du   siècle,   le   8   décembre   1864.   Syllabus  signifie  sommaire,  il  s’agit  bien  en  effet   d’un  résume  de  bévues.  Dans  le  vrac  des  erreurs   du  temps,  Pie  IX  en  aligne  deux  brusquement  et   les   met   ensemble…   socialisme   et   sociétés   secrètes.    
  26. 26. Les  ferments  de  l’horreur  du  XXème  siècle   •  "  On  a  souvent  dit  que  le  vieux  monde  du  19è  avait  sombré  corps  et  biens  dans  la   première  grande  boucherie  mondiale.  Dans  la  découverte  ahurie  d'épouvante  que  le   moteur  de  l'Histoire  n'était  pas  la  lu[e  des  classes  mais  la  rivalité  de  na0ons.  Leur   haine  intes0ne.  Leur  mimé0sme  d'intes0ns.  La  patrie,  les  fron0ères?     •  Non   :   si   on   peut   s'entretuer   pour   trois   kilomètres   de   plus   de   territoire,   c'est   qu'il   s'agit   de   trois   kilomètres   carrés   de   plus   de   morts.   La   terre,   les   morts,   le   sang.   La   religion  des  ancêtres.  La  guerre  moderne  repose  sur  le  culte  nécrophile  qui  n'a  pas   besoin   d'être   avoué   pour   être   évident.   Ce   n'est   pas   le   19è   siècle   qui   est   mort   en   1914,  c'est  le  20è  qui,  à  peine  né,  a  plongé  dans  la  découverte  de  lui-­‐même  comme   dix-­‐neuvième   en   acte.   A   travers   l'enfer   de   fer,   de   feu,   de   boue,   du   na0onal-­‐ occul0sme-­‐socialisme   universel.   La   na0onalisa0on   intégrale   de   l'occulte   dans   sa   socialisa0on  achevée.   •  Hitler   n'est   que   la   figure   la   plus   cauchemardesque   de   tous   les   revivals   dixneuvièmistes   de   notre   temps.   Comme   socialiste   d'abord,   réalisateur   et   accomplisseur   fana0que   du   marxisme     ayant   simplement   pris   au   sérieux   le   programme  envisagé  0midement  par  "ces  âmes  de  pe0ts  bou0quiers  et  de  dactylos"   qu'étaient   à   ses   yeux   les   socialistes   et   donnant     à   leur   "volonté   de   construc0on   révolu0onnaire"  la  logique  du  meurtre  intégral.    »   •  Qu'avons-­‐nous   besoin   de   socialiser   les   banques   et   les   usines?   s'écriait-­‐il.   Nous   socialisons   les   hommes."   Disons   les   choses   brutalement   qui[e   à   scandaliser   :   le   marxisme,  sous  le  Troisième  Reich,  a  marché.  Il  a  même  couru  comme  la  peste.  Mais   sans  doute  faudra-­‐t-­‐il    des  siècles  pour  adme[re  que  le  nazisme  a  été  bel  et  bien  un   marxisme  non  perver0...  Le  programme  d'ex0rpa0on  du  chris0anisme  en  Allemagne   n'a   fait   que   relever   le   grand   défi   progressiste   théorisé   au   19è.   Hitler   a   aussi   son   chapitre   dans   l'histoire   des   religions   qui   con0nue   :   "Nous   sommes   nous   aussi   une   Eglise...  »  [...]  "Un  jour,  la  guerre  sera  finie.  A  ce  moment,  j'entreprendrai  la  dernière   oeuvre  de  ma  vie,  la  solu0on  du  problème  religieux  »  Philippe  Muray.  
  27. 27. Socialisme  et  an9sémi9sme   •  Le  nazisme  a  été  cela  aussi,  un  baquet  magique  aimanté  pour  le  ramassis   des   candidats   à   l'ini0a0on   :   "Tous   les   ambi0eux   médiocres,   tous   ceux   dont   les   aspira0ons   n'ont   pas   trouvé   sa0sfac0on,   et   qui   naguère   se   faisaient   nudistes,   végétariens,   édeniens,   ennemis   de   la   vaccina0on,   an0cléricaux,   fana0ques,   biosophes,   ces   réformateurs   de   tout   poil   qui   érigeaient   leurs   maro[es   en   systèmes   ou   fondement   des   religions   de   bazar,  tous  ces  dévoyés  s'entassent  maintenant  avec  enthousiasme  dans   la  nacelle  du  gigantesque  ballon  nazi..."  Le  ma0n  des  naziciens,  c'est  cela   même.  La  rentabilisa0on  de  la  magie  par  le  tripotage  des  cadavres."   •  "  Inu0le  de  s'étonner  que  tout  le  monde  achoppe  sur  ce[e  ques0on  du   socialisme   dans   ses   rapports   à   l'an0sémi0sme.   Tant   que   l'on   aura   pas   vraiment   admis   que   l'universel   désir   d'Harmonie,   de   fusion   obligatoire   des  jouissances  égalisées,  entraîne  obligatoirement  la  folie  de  liquida0on   d'un  seul  ou  de  quelques-­‐uns,  on  n'aura  pas  beaucoup  avancé  du  côté   des  véritables  Lumières...   •  "On   croit   chaque   jour   avoir   tout   lu   sur   le   sujet,   ne   plus   rien   avoir   à   apprendre.   On   n'en   finira   pas,   en   réalité.   On   n'en   finira   jamais.   On   n'explorera   jamais   assez   les   tripes   puantes   de   l'an0sémi0sme,   son   mystère  d'infamie  sans  mesure.  La  bonne  conscience  générale  en  a  fait   une   passion   "de   droite"   pour   bloquer   l'enquête.   C'est   vrai,   mais   bien   entendu  à  cinquante  pour  cent.  L'an0sémi0sme  de  "gauche",  lui,  reste   encore   dans   le   brouillard.   Archives   planquées,   illusions.   La   férocité   an0juive   inouïe   de   Luther   commence   à   peine   à   émerger.   "Luther   inspirateur   de   Hitler"   est   une   formule   qui   va   sûrement   me[re   encore   beaucoup   de   temps   à   être   digérée.   "Luther   influenceur   du   socialisme"   rencontre  encore  plus  de  résistances."  
  28. 28. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  Louis  de  Bonald,  un  des  principaux  théoriciens  de  la  Contre-­‐Révolu0on,  n’a   pas   eu   de   mots   assez   durs   pour   qualifier   le   retour   de   la   monarchie   française.  On  y  voit  encore  l’ombre  portée  de  la  Révolu0on  et  de  l’Empire   –   ce[e   Restaura0on   ressemble   trop   a   une   «   République   couronnée   de   prudence  ».  Il  s’agit  d’une  monarchie  impossible.     •  «  La  révolu0on  avait  eu  la  parole  sous  Robespierre;  le  canon  avait  eu  la   parole  sous  Bonaparte;  c’est  sous  Louis  XVIII  et  Charles  X  que  vint  le  tour   de   la   parole   et   de   l’intelligence.   (…)   Cela   alla   jusqu’en   1830   furent   un   instrument   de   civilisa0on   qui   cassa   dans   les   mains   de   la   Providence.   »   Victor  Hugo.   •  La   drôle   de   Restaura0on:   la   France   vaincue   et   occupée:   avril   1814-­‐mars   1815:  Le  1er  janvier  1814,  commence  l’invasion  de  la  France  par  500.000   allies.   L’Empereur   abdique   le   6   avril   a   Fontainebleau   et   doit   prendre   le   chemin  de  l’ile  d’Elbe.     •  Les  Allies  ne  sont  pas  d’accord  entre  eux.  L’Autriche  souhaite  une  régence   de   Marie-­‐Louise,   tandis   que   le   tsar   est   favorable   a   l’ancien   général   Bernado[e.  Tous  veulent  une  France  faible,  placée  sous  la  surveillance  de   l’Europe   et   s’accordent   par   défaut   sur   Louis   XVII,   l’héri0er   légi0me   du   trône  de  France.     •  Le  traite  de  Paris  ramené  la  France  dans  ses  limites  de  janvier  1792.  Louis   XVIII  a  refuse  d’accepter  le  projet  de  cons0tu0on  rédigé  a  l’ins0ga0on  de   Talleyrand   et   approuve   par   le   Senat   au   lendemain   de   l’abdica0on   de   Napoléon.  Il  prévoyait  le  main0en  des  deux  assemblées  qui  partagent  avec   le  souverain  l’ini0a0ve  des  lois…   Louis  de  Bonald  
  29. 29. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  Le  texte  adopte,  la  Charte,  est  bâ0  dans  l’urgence,  est  rédigé  en  5  jours.   Dans   la   pensée   du   monarque,   le   terme   de   charte   cons0tu0onnelle   s’oppose  clairement  a  l’esprit  de  la  révolu0on.     •  La  restaura0on  monarchique  est  affirmée,  des  l’ar0cle  1er,  qui  pose  que  le   gouvernement  français  est  monarchique  et  héréditaire  de  male  en  male   par  ordre  de  primogéniture.     •  Le  corps  législa0f  est  élu  par  le  pays  tandis  que  le  Senat  est  compose  de   membres   héréditaires.   La   Chambre   haute   pérennise   au   sein   même   du   principe  d’une  souveraineté  na0onale,  un  principe  inégalitaire  qui  apparaît   au  mieux  comme  anachronique.     •  Le   roi   encadre   le   processus   législa0f   qui   lui   appar0ent   par   principe.   La   Charte  ne  permet  pas  aux  Chambres  d’imposer  un  ministre  au  roi  sans  son   consentement.   •  Le   retour   de   l’Aigle   conduit   une   seconde   restaura0on:   Le   retour   de   l’Empire  n’est  pas  seulement  un  espoir  pour  ses  par0sans:  des  fédéra0ons   se  forment  aux  accents  de  la  Marseillaise  dans  un  esprit  républicain.   •  Comme  Napoléon  a  renonce  a  la  levée  en  masse,  ce  sont  au  total  340.000   Français   qui   sont   présents   sous   les   armes   a   la   mi-­‐juin…   Le   chiffre   est   insuffisant  au  regard  des  forces  qui  lui  sont  opposées.     La  Charte  de  1814  
  30. 30. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  L’Empereur   avait   compte   sur   deux   facteurs   tac0ques   qui   se   révèlent   caducs:  la  surprise  et  la  rapidité  d’exécu0on,  or  ses  plans  sont  vite  compris   et   il   se   fait   imposer   a   Waterloo   un   champ   de   bataille   qui   lui   est   défavorable.     La  Charte  de  1814   Charge  de  la   cavalerie  française   a  Waterloo  
  31. 31. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  La   seconde   restaura0on:   La   Chambre   impose   des   lois   d’épura0ons  contre  les  complices  des  Cent-­‐Jours.  Des  policiers  et   des  magistrats  sont  révoqués  et  parfois  inquiétés.     •  Les   allies   qui   occupent   le   pays   sont   inquiets   de   ce[e   Terreur   Blanche  qui  se  poursuit  partout.  Ils  imposent  a  Louis  XVIII  le  duc   de  Richelieu,  lie  depuis  l’Emigra0on  au  tsar  de  Russie.  Il  a  servi   dans  l’armée  russe  et  a  été  nomme  par  le  tsar  gouverneur  de  la   Crimée.   •  Le  temps  des  doctrinaires:  La  nouvelle  Chambre,  élue  en  octobre   en  1816  enregistre  le  recul  des  Ultras,  ils  ne  sont  plus  que  90  sur   238  députés.  Les  «  libéraux  conservateurs  »,  le  duc  de  Richelieu,   Decazes,   Laine   et   Serre,   sont   hos0les   a   l’expression   de   la   souveraineté   du   peuple.   Ils   sont   en   revanche   favorables   a   une   libéralisa0on  du  régime.     •  Les   doctrinaires   veulent   surtout   moderniser   la   France,   colber0sme   moderne.   La   France   prohibe   les   produits   anglais   mais   laisse   presque   en   franchise   les   ma0ères   premières   nécessaires  a  l’industrie.  L’industrie  cotonnière  qui,  se  développe   est  protégé  de  la  concurrence  de  la  Grande  Bretagne  et  part  a  la   conquête  du  marche  na0onal.     •  Le   gouvernement   est   successivement   dirige   par   le   duc   de   Richelieu   et   par   Elie   Decazes,   qui   incarnent   le   courant   moderniste.     Dénoncia?on  &  Arresta?on   Le  duc  de  Richelieu  
  32. 32. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  La  loi  de  Gouvion  Saint-­‐Cyr  rétablit  une  forme  de  conscrip0on.  La   loi  électorale  de  Laine,  basée  sur  le  cens,  créé  un  pays  légal  au  sein   du  pays  réel,  soit  un  corps  électoral  de  90.000  électeurs,  composes   de  moyens  propriétaires,  de  commerçants  et  de  pe0ts  industriels,   les  plus  récep0fs  aux  idées  libérales.     •  1820-­‐1830:   De   la   Restaura0on   a   la   réac0on   monarchique:   En   novembre  1820,  la  droite  ob0ent  la  majorité  de  la  Chambre.  C’est   non  pas  la  Chambre  introuvable  mais  la  Chambre  retrouvée…  Plus   que  l’échec  des  doctrinaires,  c’est  un  évènement  qui  a  assure  aux   Ultras  ce[e  victoire:  le  14  février  1820,  le  duc  de  Berry,  le  fils  cadet   du  Comte  d’Artois,  est  assassiné.     •  La   propagande   Ultra   se   saisit   des   lors   de   cet   assassinat   pour   dénoncer  la  poli0que  menée  par  Decazes.  La  loi  dite  du  double  vote   remplace  la  loi  électorale  de  1817.  C’est  la  résurrec0on  d’une  idée   chère  aux  Ultras:  le  suffrage  a  deux  degrés.  Ce  système  casse  de   fond   en   comble   le   principe   de   l'Egalite   des   suffrages.   Le   but   est   évidemment  de  favoriser  les  grands  propriétaires  terriens.     •  L’année  1819  amorce  un  tournant  économique:  le  prix  du  blé  chute   avec   l’arrivée   des   blés   russes   sur   le   marche   français.   Le   mécontentement  populaire  va  progressivement  enfler.     •  L’influence   des   Ultras   s’exerce   par   l’entremise   de   «   l’enfant   du   miracle  »,  le  comte  d’Artois,  fils  du  duc  de  Berry,  dont  l’existence   enlevé   aux   libéraux   l'espérance   de   l’ex0nc0on   naturelle   de   la   branche  ainée  des  Bourbons.  La  situa0on  abou0t  a  la  forma0on  du   ministère  Villèle,  compose  uniquement  d’Ultras  en  décembre  1821.     Joseph  de  Villèle   Les  derniers  moments  du    duc  de  Berry  au  foyer  de   l’Opéra.  
  33. 33. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  Le  roi  est  mort,  vive  le  roi!:  Le  roi  Louis  XVIII  meurt  en   septembre  1824.  La  gangrène  s’est  généralisée  –  «  Le   roi  a  pourri  sur  son  trône  »  (Heinrich  Heine).     •  Le  comte  d’Artois,  son  frère,  lui  succède.  Le  troisième   pe0t-­‐fils   de   Louis   XV   n’avait   guère   de   chance   de   régner,  d’ou  peut-­‐être  l’idée  d’un  des0n  guide  par  la   Providence.     •  La   presse   libérale   exulte.   Charles   X   semble   prôner   l’union  des  par0s  et  vouloir  se  placer  en  dehors  des   lu[es   poli0ques.   Symboliquement,   il   donne   le   0tre   d’Altesse   royale   au   duc   d’Orléans,   le   futur   Louis-­‐ Philippe,  fils  du  régicide,  Philippe-­‐Egalite.     •  Pourtant,  il  fait  voter  en  1825  la  loi  d’indemnisa0on   des   émigrés   dont   les   biens   ont   été   confisques   pendant   la   Révolu0on.   Le   débat   parlementaire   qui   précède  le  vote  de  la  loi  est  vif:  «  la  juste  répara0on   du   vol   »   commis   pendant   la   Révolu0on.     Pour   ses   détracteurs,  indemniser  les  émigrés  revient  a  spolier   la   France   en   faveur   de   ceux   qui   ont   pris   les   armes   contre  elle  aux  cotes  de  ses  ennemis.     •  Le   sacre   de   Charles   X   a   lieu   a   Reims   en   mai   1825   semble   renouer   avec   l’Ancien   Régime   par   le   retour   de   pra0ques   comme   le   toucher   des   écrouelles   et   devient   le   symbole   du   retour   de   l’Eglise   dans   le   gouvernement  du  pays.     Entrée  de  Charles  X  a   Paris  par  la  porte  de   la  VilleUe.   Sacre  de  Charles  X  
  34. 34. Une  filia9on  consternante:  Charles  IX  et  Charles  X   •  Charles   IX,   ayant   ordonné   le   massacre   de   la   Saint-­‐  Barthélemy  -­‐  contre  son  gré  et  sous  la   pression  effrayante  de  sa  dingue  de  mère,  ses   frères   et   quelques   conseillers   allumés   -­‐   devient   fou,   sanguinaire,   paranoïaque.   Une   couleur,   le   rouge   -­‐   sang   -­‐,   une   obsession,   la   mort,  des  autres  s’entend.     •  Homme  de  le[res  et  de  rimes,  Charles  IX  se   plaît   en   la   compagnie   de   Ronsard,   mais   a   soudain   des   envies   de   meurtre   devant   le   bucolique   poète   amateur   de   chair   très   fraîche.   Le   roi   aime   la   chasse   à   courre   mais   parfois,   faute   de   gibier,   il   n’hésite   pas   à   trucider   toute   la   basse-­‐cour   d’un   pauvre   paysan,  quand  il  ne  poursuit  pas  le  cerf  dans   les  salles  du  Louvre,  alors  résidence  royale.  Il   répugne   à   régner,   mais   abuse   de   tous   les   droits  dus  à  son  rang.   Charles  IX,  le  prince  de  la  saint   Barthelemy   Charles  X,  dernier  roi  de  France.  
  35. 35. De  Louis  XVIII  a  Louis-­‐Philippe:  la  monarchie  limitée   •  Les   Libéraux   se   retranchent   dans   l’ac0on   clandes0ne   des   société   secrètes.  La  Charbonnerie,  qui  regroupe  militaires  bonapar0stes  et   civils  républicains,  défend  les  acquis  de  la  Révolu0on  et  adopte  le   drapeau  tricolore  comme  emblème.       Expansion  des   sociétés  secrètes  
  36. 36. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Le   2   mars   1830,   lors   du   discours   du   trône   pour   l’ouverture   de   la   session   parlementaire,   Charles   X   menace   et   fait   allusion   a   de   coupables  manœuvres.     •  Le  18,  les  députés  votent  une  adresse  dite  des  221  (les  contre  ne  sont   que   181).   Charles   X   tranche   en   dissolvant   la   Chambre   et   en   réaffirmant  sa  préten0on  a  nommer  seul  les  ministres.     •  Les   élec0ons   de   juillet   1830   donnent   encore   plus   de   force   a   ce[e   opposi0on.  Les  ministres  Polignac,  Chantelauze  (Jus0ce),  et  Peyronnet   (Intérieur),   préparent   quatre   ordonnances   que   le   roi   signe   le   26   juillet  :  la  première  rétablit  l’autorisa0on  préalable  pour  les  journaux,   les  autres  dissolvent  a  nouveau  la  chambre  et  prévoient  de  nouvelles   élec0ons,  avec  notamment  une  modifica0on  du  régime  électoral  qui   exclut   les   patentes   du   calcul   du   cens   –   et   donc,   la   bourgeoisie   d’affaires.   Le   pays   légal   se   réduit   ainsi   a   l’aristocra0e   foncière,   seul   sou0en  du  régime  du  moment.       Jules  de  Polignac  
  37. 37. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Les   trois   glorieuses:   Premiers   touches   par   les   ordonnances,   les   journalistes  réagissent:  Thiers  rédige  leur  protesta0on  en  réponse   aux  ordonnances  –  c’est  le  premier  appel  a  la  révolte.     •  Le   lendemain,   environ   5000   ouvriers   imprimeurs   se   sentent   menaces  par  le  chômage.  Les  patrons  ferment  leurs  ateliers  et  des   ouvriers  inves0ssent  les  bou0ques  d’armurerie.  Les  étudiants  et  les   typographes   s’a[roupent   au   cri   de:   «   A   bas   Polignac!   A   bas   les   ministres!  Vive  la  charte!  »   •  Le   27   juillet,   après   la   saisie   des   presses   des   imprimeries   de   journaux,  l’interven0on  populaire  transforme  ce[e  réac0on  hos0le   en   révolu0on.   3000   a   4000   jeunes   républicains,   étudiants,   polytechniciens,  entraines  par  Godefroy  Cavaignac  et  Raspail  entre   autres,   retrouvent   les   soldats   de   l’Empire.   Invisible   jusqu’alors,   le   peuple  semble  apparaître,  alors  que  commencent  les  évènements   les  plus  sanglants.  A  l’aube  du  28,  les  quar0ers  populaires  du  centre   et   de   l’est   sont   couverts   de   barricades   arborant   le   drapeau   tricolore.     •  Marmont  évacue  Paris  par  l’Etoile  pour  gagner  Saint-­‐Cloud  ou  est  le   roi.       Saisie  des  presses  au  Na?onal   Juillet  1830:  le  drapeau  tricolore  
  38. 38. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Charles   X   gagne   l’Angleterre   et   alors   que   l’opposi0on   républicaine   est   maitresse   de   la   rue,   une   proclama0on   rédigée   par   Thiers   désigne   le   duc   d’Orléans  comme  «  roi  citoyen  ».     •  Les  députes  proclament  alors  la  déchéance  de  Charles  X  et  offrent  au  duc   d’Orléans  la  lieutenance  générale  sans  condi0ons.     •  Conscient   du   poids   déterminant   du   soulèvement   du   peuple   parisien   dans   son  avènement,  le  duc  d’Orléans  se  rend  a  l’Hôtel  de  Ville  pour  rencontrer   La  Faye[e  et  désarmer  les  ré0cences  des  républicains.     •  Le  2  aout,  Charles  X  abdique  en  faveur  du  duc  de  Bordeaux,  fils  posthume   du   duc   de   Berry,   et   considère   le   duc   d’Orléans   comme   le   régent   du   royaume,  en  a[endant  la  majorité  du  prince  qui  n’a  que  9  ans.  S’opère  alors   la   division   entre   les   royalistes   qui   désormais   défendent   les   droits   de   la   branche  ainée  des  Bourbons,  les  légi0mistes,  et  ceux  qui  sont  rallies  au  duc   d’Orléans,  les  orléanistes.   •  Le  7  aout,  les  députés  appellent  au  trône,  Louis-­‐Philippe  Ier,  roi  des  Français   par  la  grâce  de  Dieu  et  de  la  volonté  na0onale.       Louis-­‐Philippe  et  La  FayeUe   Louis-­‐Philippe  traverse  les  barricades.  
  39. 39. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Une  révolu0on  escamotée:  «  Il  y  a  de  grandes  choses  qui  ne  sont  pas  l’œuvre  d’un  homme,   mais   d’un   peuple.   Les   pyramides   d’Egypte   sont   anonymes;   les   journées   de   Juillet   aussi.  »  (Victor  Hugo,    Choses  Vues).  Pourtant,  l’acteur  principal,  le  peuple,  semble  très  vite   s’évanouir.     •  Le  14  aout,  la  Charte  révisée  est  promulguée  et  la  royauté  nouvelle  est  fondée:  les  Français  n   sont  plus  des  sujets  mais  des  citoyens,  la  religion  catholique  n’est  plus  d’Etat,  la  censure  est   formellement  interdite,  le  droit  de  légiférer  par  ordonnances  est  supprime,  les  Chambres  ont   désormais  comme  le  roi  l’ini0a0ve  des  lois.     •  La  révolu0on  n’est  pas  terminée  (1830-­‐1835):  La  révolu0on  de  1830  se  perpétue,  jusqu’en   1835,  dans  un  climat  insurrec0onnel  permanent.   •  La   loi   électorale   d’avril   1831   abaisse   le   cens   de   300   a   200   francs   d’impôts   directs   (foncier +patente).  L’éligibilité  passe  a  30  ans  et  un  cens  abaisse  de  1.000  a  500  francs  d’impôts.  Le   pouvoir  poli0que  reste  malgré  tout  étroitement  limite  car  l’élec0on  reste  une  fonc0on  qui   réclame  des  capacités,  c’est-­‐a-­‐dire  la  richesse  et  la  raison,  et  non  un  droit.     •  Les  deux  grandes  tendances  poli0ques  sont  alors:  le  mouvement  (Dupont  de  l’Eure,  Lafi[e)  et   la  résistance  (Guizot,  de  Broglie).     Le  Mouvement   Dupont  de  l’Eure   LafiUe   La  Résistance   Guizot   de  Broglie  
  40. 40. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Les   Légi0mistes,   rallies   au   duc   de   Bordeaux,   qui   deviendra   Henri   V   après  la  mort  de  Charles  X  en  1836,  adoptent  des  modalités  d’ac0on   très  variées  d’ac0on.  Certains  se  refugient  dans  un  exil  intérieur  ou  ils   entendent  cependant  peser  sur  la  vie  locale.     •  Les   Bonapar0stes   vivent   dans   la   nostalgie   de   l’Empire.   Ce[e   légende   doit  beaucoup  a  Napoléon  Ier  lui-­‐même,  qui  a  largement  recompose,   en  exil,  son  propre  personnage  dans  «  Le  Mémorial  de  Saint  Helene,   dicte  a  Las  Cases  et  qui  est  publie  en  !822  –  1823.   •  Avec   le   rapatriement   de   ses   cendres,   le   régime   de   Louis-­‐Philippe   a   volontairement   cherche   la   recueillir   ce[e   ferveur   populaire   en   s’associant   au   culte   impérial,   plutôt   qu’en   le   dénigrant.   Il   tente   de   dépoli0ser  l’Empire  en  l’incluant  dans  un  culte  na0onal.     •  La   loi   de   1835   sur   l’offense   au   roi   qui   n’est   plus   un   délit   mais   une   a[einte   a   la   sureté   de   l’Etat   marque   clairement   la   volonté   de   Louis-­‐ Philippe   de   comba[re   a   la   fois   légi0mistes,   bonapar0stes   et   républicains.   •  Le   mécontentement   populaire:   Les   incidents   an0cléricaux   et   notamment   les   destruc0ons   de   croix   se   mul0plient   sur   le   territoire.   Face  a  ce[e  agita0on,  le  gouvernement  réprime:  la  loi  du  10  avril  1831   contre  les  a[roupements  est  la  première  loi  qui  définit  les  formes  de   réunions  sur  la  voie  publique  qui  sont  ou  non  permises.  La  révolte  des   canuts   lyonnais   montre   que   la   situa0on   dans   la   capitale   n’est   pas   excep0onnelle   et   que   la   crise   est   autant   sociale   que   poli0que.   En   novembre   1831,   les   patrons   de   la   soie   refusent   d’observer   la   tarif   négocié  des  salaires,  ce  qui  provoque  l’insurrec0on  des  canuts  de  Lyon   et  la  violente  répression  qui  s’ensuit.     Révolte  des  Canuts   Le  retour  des  cendre  de  Napoléon  en  1840  
  41. 41. Le  Mémorial  de  Sainte-­‐Hélène   •  Ce  qui  était  le  plus  désirable  et  0rait  quelqu'un  aussitôt  hors  de  la  ligne,  c'était  que   chez  lui  l'esprit  et  le  talent  furent  en  équilibre  avec  le  caractère  ou  le  courage  :  c'est   ce  que  j'appelle  être  carre  autant  de  base  que  de  hauteur.  Quant  au  courage  moral,   celui  de  deux  heures  du  ma0n  ;  c'est  à  dire  le  courage  a  l'improviste  qui,  en  dépit  des   événements  les  plus  soudains,  laisse  néanmoins  la  même  liberté  d'esprit,  de  jugement   et  de  décision.  Lannes,  je  lʼai  pris  pygmée,  je  lʼai  perdu  géant.  Il  n'est  aucun  de  mes   généraux  dont  je  ne  connaisse  ce  que  j'appelle  son  0rant  d'eau.   •  Le   succès   à   la   guerre   0ent   tellement   au   coup   d'œil   et   au   moment   que   la   bataille   d'Austerlitz,  gagnée  si  complètement,  eut  été  perdue  si  j'eusse  a[aqué  6  heures  plus   tôt.  Les  Russes  s'y  montrèrent  des  troupes  excellentes  qu'on  nʼa  jamais  retrouvées   depuis  :  l'armée  Russe  d'Austerlitz  n'aurait  pas  perdu  la  bataille  de  la  Moskova.   •  Pendant   la   campagne   d'Italie,   jʼai   pu   suppléer   à   l'infériorité   en   nombre   de   l'armée   française  par  la  rapidité  des  marches,  la  nature  des  posi0ons  et  par  le  moral  de  nos   troupes   qui   était   excellent.   Je   voulais   surprendre   l'ennemi   dès   le   début   de   la   campagne,  et  l'étourdir  par  des  succès  éclatants  et  décisifs.   •  À  ses  soldats  :  «  Vous  avez  gagné  des  batailles  sans  canon,  passe  des  rivières  sans   ponts,  fait  des  marches  forcées  sans  souliers,  bivouaque  sans  eau-­‐de-­‐vie  et  souvent   sans  pain.  Soldats  !  Il  ne  faut  pas  vous  le  dissimuler,  vous  nʼavez  rien  fait  puisqu'il  vous   reste  encore  à  faire.  Ni  Milan,  ni  Turin  ne  sont  à  vous  !  Je  ne  souffrirai  pas  que  des   brigands  souillent  vos  lauriers,  je  ferai  exécuter  a  la  rigueur  le  règlement  que  jʼai  fait   me[re  a  l'ordre.  »   •  Ney  :  la  bravoure  que  doit  montrer  un  général  en  chef  est  différente  de  celle  que  doit   montrer  un  capitaine  de  grenadiers.  La  campagne  de  1813  :  Les  mauvaises  inten0ons   commençaient  à  glisser  parmi  nous  ;  la  fa0gue,  le  découragement  gagnaient  le  grand   nombre  ;  mes  lieutenants  devenaient  mous,  gauches,  maladroits  et  conséquemment   malheureux  ;  ce  n'était  plus  les  hommes  du  début  de  notre  Révolu0on,  ni  ceux  de   mes  beaux  moments.  Le  feu  sacre  s'éteignait  :  ils  eussent  voulu  être  des  maréchaux   de  Louis  XV.  
  42. 42. Le  Mémorial  de  Sainte-­‐Hélène   •  Ce   fut   le   plus   grand   succès   de   librairies   du   début   du   siècle.   Las   Cases   était   un   marquis  dʼAncien  Régime,  qui  avait  par0cipe  a  plusieurs  batailles  navales  pendant   la   guerre   d'Amérique,   et   ne   s'était   à   aucun   moment   illustre   dans   l'époque   impériale.  Il  s'agit  dʼune  oeuvre  de  propagande  des0née  à  faire  oublier  le  César   an0libéral  contre  lequel  s'étaient  soulevées  Espagne  et  Allemagne,  et  à  léguer  à  la   postérité  lʼimage  dʼun  Napoléon  démocrate,  soldat  de  la  révolu0on  et  libérateur   des   peuples.   Napoléon   Ier,   en   dépit   de   ses   affirma0ons   a   Las   Cases,   nʼa   jamais   songe  à  faire  l'unité  allemande  ou  italienne.   •  «  Les  Anglais  venaient  se  saisir  de  Toulon,  on  avait  besoin  dʼun  officier  d'ar0llerie   dis0ngue   pour   diriger   les   opéra0ons   du   siège,   Napoléon   y   fut   envoyé.   Là,   le   prendra  histoire,  pour  ne  plus  le  qui[er  ;  la  commence  son  immortalité.  Ce  fut  le   résultat  naturel  de  l'ascendant,  du  savoir,  de  l'ac0vité,  de  l'énergie  sur  l'ignorance   et  la  confusion  du  moment.  (...)  Ce  n'est  qu'après  Lodi  qu'il  me  vint  dans  l'idée  que   je  pourrais  bien  devenir,  après  tout,  un  acteur  décisif  sur  notre  scène  poli0que.     •  Avec  l'armée  d'Italie,  c'est  la  première  fois,  dans  histoire  moderne,  qu'une  armée   fournit  aux  besoins  de  la  patrie,  au  lieu  de  lui  être  a  charge.  J'avais  le  goût  de  la   fonda0on  et  non  celui  de  la  propriété.   •  La   Russie   a   le   rare   avantage   d'avoir   un   gouvernement   civilise   et   des   peuples   barbares  :  chez  eux  les  lumières  dirigent  et  commandent  ;  l'ignorance  exécute  et   dévaste.   •  La   plupart   de   ceux   qui   mʼont   abandonné,   si   j'avais   con0nué   d'être   heureux,   n'eussent  peut-­‐être  jamais  soupçonné  leur  propre  défec0on.  Il  est  des  vices  et  des   vertus  de  circonstance.  L'opinion  publique  est  une  puissance  invisible,  mystérieuse,   a  laquelle  rien  ne  résiste,  rien  n'est  plus  mobile,  plus  vague  et  plus  fort  ;  et  toute   capricieuse  quʼelle  est,  elle  est  cependant  vraie,  raisonnable,  juste,  beaucoup  plus   souvent  qu'on  ne  le  pense.”  
  43. 43. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  L’a[entat   de   Fieschi   en   1835   est   l’occasion   pour   le   gouvernement   de   faire   voter   une   sérié   de   lois   en   septembre   1835   qui   prévoient   des   peines   sévères   contre   les   délits   de   presse  et  font  entrer  dans  l’illégalité  les   républicains.     •  Une  autre  façon  de  moraliser  les  classes   populaires   et   d’éloigner   le   danger   révolu0onnaire   est   cependant   mis   en   avant:  ‘l’instruc0on.  La  loi  Guizot  du  28   juin   1833   impose   l’ouverture   et   l’entre0en   d’une   école   dans   chaque   commune.   Un   moralisme   libéral   et   individualiste  inspire  la  reforme.     AUentat  de  Fieschi  
  44. 44. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Un  roi  qui  gouverne  (1835-­‐1840):  Louis-­‐Philippe  prenant  de  plus   en  plus  gout  au  pouvoir,  choisit  donc  un  ministre  docile  et  non  pas   un  homme  qui  ferait  évoluer  le  régime  dans  un  sens  plus  libéral.   Molé  applique  les  volontés  du  roi.  Peu  a  peu,  la  Chambre  se  cabre   contre   les   interven0ons   du   roi   et   toutes   les   tendances   de   l’opposi0on   s’opposent   a   ce[e   tenta0ve   de   gouvernement   personnel.  Molé  démissionne  en  mars  1839,  il  est  remplace  par  un   autre  homme  dévoué  au  roi:  le  maréchal  Soult.     •  Guizot  et  le  gouvernement  conservateur  (octobre  1840-­‐  poli0que   1848):  Guizot,  professeur  d’histoire  a  la  Sorbonne,  doctrinaire  du   mouvement   cons0tu0onnel,   par0san   de   la   Charte,   puis   après   1830,   de   la   Resistance,   a   une   longue   expérience   poli0que   et   gouvernementale.  «  Enrichissez-­‐vous  par  le  travail  et  l’épargne…   et  vous  deviendrez  électeurs.  »  est  sa  cita0on  la  plus  célèbre.     •  Pourtant   la   révolu0on   industrielle   ne   l’intéresse   guère,   les   ques0ons   économiques   et   meme   le   grand   débat   sur   la   loi   de   construc0on  des  chemins  de  fer  en  1842  ne  sont  jamais  évoqués   par  Guizot  dans  ses  Souvenirs.     •  L’immobilisme   est   lie   a   des   groupes   de   pression   qui   bloque   la   moindre   reforme.   La   minorité   possédant   des   intérêts   dans   l’exploita0on  du  sucre  s’oppose  ainsi  au  vote  des  lois  abolissant   l’esclavage  en  1845.     •  Les  élec0ons  de  1846  semblent  consacrer  le  triomphe  de  Guizot,   malgré  les  jugements  sévères  de  l’opposi0on  libérale.  La  réussite   provisoire   du   libéralisme   0ent   au   fait   qu’il   a   a[eint   son   but:   séparer  le  social  du  poli0que,  mais  cela  a  entraine  aussi  sa  cécité   poli0qué.     Le  maréchal  Soult  Comte  Louis  Mathieu  Mole   Guizot  par  Daumier   Louis-­‐Philippe  et  ses  fils  
  45. 45. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  La  Fabrique  de  l’opinion,  le  roi,  les  chambres,  l’esprit  public  et  la  rue:   Les  années  1815-­‐1848  inaugurent  le  gouvernement  de  l’opinion,  c’est-­‐ a-­‐dire  que  la  poli0que  ne  relève  plus  d’un  cercle  étroit  d’ini0es,  mais   n’appar0ent  pas  non  plus  a  tous.     •  Succès  et  échecs  de  la  propagande  royale:  Le  thème  de  la  réconcilia0on   des   Français   occupe   une   place   centrale,   de   la   mise   en   œuvre   de   la   Charte  jusqu'a  premières  années  du  règne  de  Louis-­‐Philippe.  Le  roi  doit   dépasser  les  conflits.     •  La   monarchie   sen0mentale   s’appuie   surtout   sur   les   femmes   qui   incarnent   la   figure   du   malheur   mais   aussi   celle   de   la   con0nuité   dynas0que  a  travers  leur  rôle  de  fille,  mère  et  épouse.  Semblables  a  des   héroïnes   classiques   ou   roman0ques   du   théâtre,   elles   sont   l’objet   de   nombreuses  ouvrages  et  images.     •  Les   acclama0ons   de   la   foule   donnent   au   roi   des   barricades   «   une   onc0on   populaire   »lorsqu’il   se   rend   en   Normandie   et   en   Picardie   en   1831…  Deux  ans  plus  tard,  en  raison  des  a[entats,  le  roi  ne  qui[e  plus   ses  palais  franciliens  et  ses  fils  prennent  peu  a  peu  le  relais.     •  Une  aristocra0e  na0onale  et  cons0tu0onnelle:  la  pairie.  Chateaubriand   compare  la  chambre  des  pairs  a  une  remise  de  vieillard.  L’âge.  L’esprit   salonnier  des  pairs  sont  férocement  brocardes.  Pourtant  la  plupart  des   paris  «  historiques  »  nommes  par  Louis  XVIII  sont  plus  jeunes  que  les   sénateurs  de  l’Empire.    
  46. 46. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  Les   députés:   L’analogie   Paris-­‐na0on-­‐abstrac0on   s’oppose   a   Province-­‐ local-­‐concret.  A  cote  des  ténors  de  la  vie  poli0que,  la  plupart  des  députes   sont   les   representants   des   intérêts   locaux,   personnalités   obscures   qui   incarnent   la   lente   forma0on   d’une   classe   poli0que   liée   au   système   parlementaire.     •  Les  armes  de  la  chambre,  l’éloquence,  le  droit  de  pé00on  et  d’adresse:  La   poli0que   est   un   art   oratoire,   le   «   bien   parler   »   est   essen0el   pour   convaincre.  Les  textes  de  loi  en  ma0ère  financière  –  notamment  la  loi  des   comptes  qui  arrête  les  comptes  de  l’Etat  –  sont  l’occasion  de  véritables   joutes.  Le  vote  du  budget  est  une  arme  poli0que.     •  La  pé00on  devient  un  mode  d’expression  de  grande  importance.  C’est  sur   l’examen   des   pé00ons   que   sont   décidées   les   enquêtes   qui   cons0tuent   une  forme  d’empiètement  du  législa0f  sur  l’exécu0f.     •  Autre   technique   de   contrôle   des0née   a   se   développer   sous   la   Restaura0on   l’adresse   au   roi   est   discutée   puis   votée,   en   réponse   au   discours  du  trône  prononce  par  le  roi  devant  les  Chambres  au  début  de  la   session  parlementaire.     •  Les  salons:  de  la  sociabilité  mondaine  a  l’expression  poli0que:  Ancêtres   des   par0s,   diverses   formes   de   groupement   réunissent   les   hommes   poli0ques.  Confiden0elle,  comme  la  réunion  chez  un  députe,  ou  brillante   comme   les   salons,   ce[e   sociabilité   joue   un   rôle   moteur   dans   la   matura0on  des  idées  poli0ques  et  dans  la  prise  de  décision  des  hommes   poli0ques.     •  Apres   1830,   la   dispari0on   de   la   vie   de   cour   encourage   a   son   tour   la   sociabilité  salonnière  et  les  échangés  d’idées  poli0ques  dans  ces  espaces   spécifiques.  Dans  le  faubourg  saint  Germain,  la  haute  noblesse  se  réunît   chez  la  princesse  de  Tremoille  chez  qui  les  Ultras  règnent  en  maitres.  La   duchesse   de   Broglie   rallie   une   aristocra0e   plus   libérale   autour   des   doctrinaires.   Princesse  de  Tremoille   Le  ventre  législa?f  (les  députés  du  centre)   par  Daumier   Princesse  de  Broglie  
  47. 47. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  La   Chaussée   d’An0n,   quar0er   des   banquiers   et   des   financiers,   groupe  les  salons  ou  se  réunissent  les  libéraux,  Lafi[e  reçoit  d’une   manière   beaucoup   plus   ostentatoire.   Se   retrouvant   dans   une   commune  opposi0on  au  régime,  des  libéraux  et  des  bonapar0stes.     •  Emergence  d’une  vie  poli0que  locale:  A  par0r  de  1827,  la  société   libérale  animée  par  Guizot,  «  Aide  toi  et  le  ciel  t’aidera  »,  travaille  a   faire  inscrire  sur  les  listes  électorales  tous  les  électeurs  qui  doivent   y  figurer  ,  et  que  l’administra0on  s’efforce  d’écarter.     •  Les  notables  locaux  sont  les  acteurs  du  réformisme  et  porteurs  du   discours  de  modernisa0on.     •  Les  banquets:  Ce  sont  comme  la  Chambre  les  seuls  lieux  de  parole  a   Paris   et   plus   encore   en   Province.   Des   1830,   la   campagne   des   banquets   fait   office   de   mobilisa0on   électorale   au   moment   de   la   dissolu0on   de   la   Chambre.   Les   banquets   relayent   l’ini0a0ve   parlementaire,  et  sont  l’occasion  de  signature  de  pé00ons.     •  Sociétés  secrètes  et  complots:  La  majorité  de  ces  sociétés  secrètes   sont   des   sociétés   d’ac0on   poli0que   qui   réunissent   un   certain   nombre  de  caractères  communs:  l’ac0on  illégale,  hiérarchisa0on  et   cloisonnement.   Leur   but   est   clair:   déstabiliser,   voire   renverser   le   gouvernement  ou  le  régime  en  place   •  La   plus   célèbre   d’entre   elles   qui   prend   corps   en   1821,   est   la   Charbonnerie.   Elle   est   organisée   en   ventes,   pe0ts   groupes   de   militants  composes  d’étudiants  et  de  militaires  et    accueille  alors   des  libéraux,  des  bonapar0stes.     Rite  d’ini?a?on   Banquet  républicain  
  48. 48. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  La   presse,   la   caricature   et   le   théâtre:   La   presse   est   le   moyen   privilégié   d’expression  de  l’opinion  dans  la  première  moi0e  du  XIXème  siècle.     •  Les  Ultras  confortent  leur  cohésion  autour  des  journaux,  la  Gaze[e  de  France,   la  Quo0dienne,  le  Drapeau  blanc.  Cafés  et  cabinets  de  lecture  souscrivent  des   abonnements  qui  perme[ent  une  diffusion  plus  large.     •  Sous  la  monarchie  de  Juillet,  le  journalisme  ouvre  de  plus  en  plus  la  voie  du   pouvoir.  En  1836,  Emile  de  Girardin  lance  la  Presse.  C’est  un  de  ces  nouveaux   journaux  qui  amorcent  une  double  transforma0on  –  l’abonnement  passe  de  80   francs  a  40  francs  par  an  et  ils  intègrent  de  la  publicité  pour  subvenir  a  leurs   frais.     •  Meme  l’audience  de  la  Revue  des  Deux  Mondes,  proche  du  centre  gauche  et   au  contenu  surtout  li[éraire  et  culturel,  inquiété  le  pouvoir  qui  songe,  en  1841,   a  le  racheter.     •  La   caricature:   C’est   le   procédé   qui   se   répand   des   la   restaura0on   par   intermi[ence  et  plus  encore  sous  la  monarchie  de  Juillet  pour  exprimer  une   cri0que  a  l’égard  du  régime:  elle  s’en  prend  au  roi,  a  la  famille  royale.     •  Violence  et  poli0que:Durant  l’été  1841,  lors  du  recensement  quinquennal  de  la   popula0on,   le   gouvernement   Soult   Guizot   organise   parallèlement   un   recensement  des  portes  et  fenêtres,  objet  d’une  taxa0on  spécifique  depuis  le   Directoire.   L’opposi0on   au   recensement   revêt   alors   différentes   formes:   résistance   passive   par   refus   de   laisser   les   contrôleurs   pénétrer   dans   les   maisons  (érec0on  des  barricades).       Louis-­‐Philippe  par  Honore  Daumier  
  49. 49. 1830:  Une  révolu)on  et  une  monarchie  au  profit  de  qui?   •  La  Garde  na0onale:  La  crainte  est  d’armer  les  citoyens  sans  droit  de  vote.     •  La  place  centrale  accordée  au  garde  na0onal  dans  la  mise  en  scène  du  pouvoir   témoigne  de  la  reconnaissance  ambiguë  d’un  statut  de  citoyen  sans  droit  de   suffrage.   La   Garde   na0onale   est   un   lieu   d’expression   des   aspira0ons   mais   surtout  des  frustra0ons  tant  poli0ques  que  sociales…   •  La   barricade   est   «   une   machine   a   produire   ce   peuple   qui   tout   au   long   du   XIXème  siècle  ne  cesse  d’advenir  par  l’insurrec0on  avant  de  s’effacer  des  que   retombe  la  violence  ».     Mort  de  Gavroche  -­‐  Deuil  des   citoyens  français  a  la  mort  du   général  Lamarque  
  50. 50. La  France  des  champs  et  l’industrialisa)on   •  La   période   1815-­‐1848   est   encore   marquée   par   une   forte   croissance  démographique.  Si  l’on  excepte  la  Russie  qui  a  73   millions   d’habitants   au   milieu   du   siècle,   la   France   (30   millions  en  1821,  35  en  1846)  reste  le  pays  le  plus  peuple   d’Europe.  Les  séquelles  de  la  période  révolu0onnaire  et  des   guerres  de  l’Empire  sont  toutefois  présentes,  par  les  pertes   militaires  qui  ont  fait  1,3  million  de  morts.   •  La   natalite   (31/00   en   1821,   27/00   en   1846)   ralen0t   sérieusement:  le  nombre  d’enfants  par  femme  n’a[eint  pas   4,5  alors  qu’en  Grande-­‐Bretagne  il  est  encore  de  6.     •  Le  recensement  en1821  établît  que  41/00  des  Français  ont   moins  de  20  ans.  Le  partage  entre  ruraux  et  urbains  est  a   l’avantage   écrasant   des   premiers   qui   représentent   75%   contre   25%   de   la   popula0on   en   1846.   La   France   reste   un   pays  de  pe0tes  villes.   •  La   culture   intensive   et   l’élevage   scien0fique   se   pra0quent   sur  quelques  grands  domaines  comme  Liancourt,  domaine   du  duc  de  La  Rochefoucauld.     •  La   vie   au   village,   l’entre   soi:   l’alimenta0on   s’améliore   en   quan0té,  meme  si  hormis  les  périodes  de  fêtes  religieuses   ou   privées,   la   nourriture   reste   monotone   et   la   viande   un   met   rare.   L’usage   des   boissons   alcoolisées   est   régional,   plutôt  le  cidre  et  ses  dérives  que  le  vin.       Courbet  –  La  femme  aux  bas  blancs  
  51. 51. La  France  des  champs  et  l’industrialisa)on   •  La   sociabilité   est   animée   par   les   cafés   pour   les   hommes   (jouer  aux  cartes  et  discuter)  ,  les  carnavals  et  les  charivaris   pour  les  jeunes  qui  défendent  l’esprit  de  clocher.     •  L’accès  a  la  scolarisa0on  et  a  l’alphabé0sa0on  se  renforce   grâce   a   la   loi   Guizot   de   1833,   qui   impose   a   chaque   commune  l’entre0en  d’une  école.     •  Les  principaux  médiateurs  entre  ville  et  campagne  sont  les   migrant.   Cependant   le   terme   exode   est   alors   excessif   ou   anachronique.     •  Le  village  contre  le  château?  La  communauté  paysanne  est   encore   fortement   encadrée   et   soumise   au   châtelain,   au   régisseur   du   grand   domaine,   au   cure,   au   médecin,   au   notaire,   qui   règle   les   héritages   et   les   ventes   de   terre,   au   maire,  enfin,  qui  est  nomme  par  le  préfet  après  1831.  Est   notable  celui  qui  concilie  présence  réelle  et  distance  sociale   au  point  de  susciter  la  déférence.     •  La   situa0on   de   dépendance   n’est   pas   homogène   sur   le   territoire  ni  a  l’intérieur  meme  du  village:  elle  est  plus  forte   pour   les   salaries   agricoles   soumis   a   la   concurrence   et   a   l’embauche  que  pour  les  métayers  et  les  fermiers.  Le  salaire   réel   du   journalier   normand   fléchît   de   8%   en   1840.   la   précarité  s’accroit  aussi  avec  l’âge  et  le  sexe.     •  En   janvier   1847   éclatent   les   émeutes   frumentaires,   qui   opposent  les  «  blouses  »  et  les  «  habits    ».  La  popula0on  qui   s’est   emparée   des   chariots   des   convoyeurs   de   blé   entend   imposer  un  tarif  de  vente  aux  notables  de  la  pe0te  ville.       Courbet  –  Paysans  de  Flagey  revenant  de  la  foire.  
  52. 52. La  France  des  champs  et  l’industrialisa)on   •  Modernisa0on   douce   ou   industrialisa0on   sauvage?   La   révolu0on   industrielle  est  décrite  comme  une  triple  muta0on  par  l’u0lisa0on  des   machines,  le  recours  a  des  combinaisons  produc0ves  plus  capitalis0ques   et  enfin  la  concentra0on  des  travailleurs  dans  des  usines.     •  Difficultés  et  faiblesses  des  échanges:  On  voyage  toujours  eu  et  mal,  les   transports  sont  lents:  la  moyenne  horaire  du  roulage  est  de  4  km/h.  Les   32.000   km   de   routes   royales   qui   relient   Paris   aux   grands   ports   et   aux   villes  fron0ères  sont  mal  entretenues.  La  voie  fluviale  reste  souvent  la   plus  rapide  et  la  plus  pra0cable.     •  L’argent  rare,  le  crédit  et  les  banques:  Le  lourd  héritage  des  Cent  Jours  et   de  la  de[e  de  guerre  est  apurée  des  1818,  grâce  a  des  emprunts  émis   auprès   des   grandes   banques   étrangères   (Baring   de   Londres,   Hope   a   Amsterdam).     •  La  Bourse  de  Paris  se  développe  lentement,  sept  valeurs  cotées  en  1816,   38  en  1830.  en  France  comme  en  Grande-­‐Bretagne,  ce  sont,  tardivement   dans  la  période,  les  compagnies  ferroviaires  qui  vont  jouer  le  véritable   rôle   d’ini0ateur   du   marche   financier   moderne   et   de   modele   de   financement  des  sociétés  anonymes.     •  Le  protec0onnisme  commercial:  Si  les  produits  manufactures  cons0tuent   la  plupart  des  ventes  françaises  a  l’étranger,  ce  sont  surtout  les  produits   d’origine  agricole  –  vin  ou  soie  et  laine  brute  –  qui  augmente  au  rythme   le   plus   rapide.   Les   soieries   représentent   un   0ers   des   exporta0ons   industrielles.       Forges  de  Cha?llon  sur  Seine.   Le  halage.  
  53. 53. La  France  des  champs  et  l’industrialisa)on   •  Révolu0on   industrielle   ou   industrialisa0on?   Le   secteur   majeur   de   l’industrialisa0on   est   le   tex0le   et   surtout   le   coton.   Or,   la   ma0ère   première   n’est   pas   européenne   et   la   fabrica0on   des   des   cotonnades   démarre  comme  une  ac0vité  dérivée  du  commerce  colonial,  en  imitant   les  produits  de  l’Inde  et  en  jouant  sur  les  prohibi0ons  d’importa0ons  qui   ne  sont  levées  défini0vement  en  France  qu’en  1846.   •  L’essor  du  coton  est  lie  a  la  mode  des  0ssus  imprimes  que  fabriquaient   les  0sserands  indiens.  Devant  l’ampleur  de  la  demande,  l’idée  est  venue   de  les  fabriquer  en  Europe.  L’impression  sur  étoffes  se  développe  dans  le   Haut-­‐Rhin  notamment  chez  Dollfuss  et  Kœchlin.     •  La  proto-­‐industrialisa0on  ne  disparaît  en  défini0ve  jamais  complètement   et   longtemps   subsiste   un   dualisme   entre   ce[e   pra0que   et   la   concentra0on   en   usine.   On   assiste   meme   a   des   cas   de   renversement.   C’est  le  cas  de  l’industrie  de  la  soie  ou,  pour  échapper  aux  revendica0ons   des  canuts,  les  industriels  créent  des  ateliers  ateliers  couvents  de  jeunes   filles  dans  la  région  lyonnaise  et  de  Saint-­‐E0enne.     •  La  technique,  de  l’inven0on  a  l’innova0on:  Jusqu’à  la  deuxième  moi0e   du   XIXème   siècle,   l’énergie   hydraulique   demeure   la   principale   source   d’énergie,  tant  que  le  cout  de  la  machine  a  vapeur  reste  élevé.     •  Les  maitres  de  forge  n’adoptent  que  lentement  la  technologie  anglaise   de   la   fonte   au   coke.   L’usage   du   charbon   de   bois   témoigne   en   fait   du   retard  français.     •  Le  procédé  Bessemer  permet  de  produire  directement  de  l’acier  a  par0r   de  la  fonte  n’apparaît  qu’en  1855.     •  Au   total,   on   constate   un   lent   mais   véritable   éveil   industriel:   150   machines  a  vapeur  en  1815  contre  625  en  1830.     La  grande  forge  de  Fourchambault.  
  54. 54. La  France  des  champs  et  l’industrialisa)on   •  Le  monde  industrieux:  Dans  les  années  1840,  sur  un  total  de  4,4   millions  d’ouvriers,  1,2  million  travaillent €|˴
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×