• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Veilleiufm2011
 

Veilleiufm2011

on

  • 522 views

Diaporama sur la veille informationnelle pour les professeurs documentalistes. Janvier 2011.

Diaporama sur la veille informationnelle pour les professeurs documentalistes. Janvier 2011.

Statistics

Views

Total Views
522
Views on SlideShare
500
Embed Views
22

Actions

Likes
3
Downloads
8
Comments
0

2 Embeds 22

http://0180609p.esidoc.fr 18
http://www.pearltrees.com 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Veilleiufm2011 Veilleiufm2011 Presentation Transcript

    • Concevoir un système de veille documentaire S.Dardalhon IUFM Chalon sur Saône janvier 2011 1
    • PlanPartie 1 : Définitions et typologie de la veillePartie 2 : Les étapes et les outils de la veillePartie 3 : Diffuser les résultats de la veille 2
    • La veille dinformation fait partie intégrante des sciences delinformation et de la documentation. Elle consiste à collecter,analyser et diffuser linformation répondant aux besoins des usagers.Elle est pratiquée dans de nombreuses entreprises et organismes pardes cellules de veille de façon à trouver les bonnes informations pourprendre les bonne décisions. Jusquaux années 2000 elle étaitpratiquée avec des outils traditionnels ( veille papier, web 1.0...)L’évolution des technologies et de nouveaux usages du web ontcontribué à l’émergence de cette nouvelle vague que constitue le «web 2.0 », caractérisé par une implication plus importante desutilisateurs dans la création, l’enrichissement et la diffusion descontenus. 3
    • Infobésité. Explosion des sources, nouveaux outils, nouveaux accès àl’information.De cette « déferlante dinformations » ont découlé plusieursconséquences pour les professionnels de la veille :- Un accès plus direct, plus immédiat et moins onéreux à l’informationsous toutes ses formes.- Nouvelles stratégies de recherche : les pratiques de veille suivent lesévolutions rapides du paysage informationnel de ces dernières années,liées notamment à l’irruption des usages du web2.0. 4
    • La recherche dinfo est une activité intellectuelle qui, pour donner desrésultats intéressants, demande du temps, chronophage.Il est désormais impossible de gérer la collecte, le traitement, lanalyseet la diffusion de linformation avec des outils de veille classiques,traditionnelsLa tâche du veilleur professionnel sera de faire de la veille en faisantpreuve de rigueur et de pertinence, dans le choix des sources toujoursplus abondantes afin de faire émerger des informations rares etoriginales.Il devra aussi maitriser les nouveaux outils qui modifient la pratique deveille. 5
    • 1. La veille : définition ettypologies 6
    •  Définitions de la veilleDéfinition de l’AFNOR norme X50-053 : C’est « lactivité continue et en grandepartie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique,commercial, etc., pour en anticiper les évolutions. »Ghislaine Chartron définit la veille ainsi : « La veille (surveillance de l’environnement)est la mise en place formalisée et organisée d’un système d’information visant lacollecte, le traitement et la diffusion de l’information concernant l’environnement del’organisation, ceci de façon continue et dynamique ».Définition de Jean-Pierre Lardy, professeur à lURFIST de Lyon« La veille informationnelle est l’ensemble des stratégies mises en place pour resterinformé, en y consacrant le moins d’effort possible en utilisant des processus designalement automatisés. » 7
    • Les différents types de veilleLe 1er terme fut celui de veille technologique. En France le concept apparaît à lafin des années 80. En 1988, le ministre chargé de la recherche et de lenseignementsupérieur créé un « Comité dorientation stratégique de linformation scientifiqueet technique de la veille technologique ».Très vite le terme paraît étroit. Variantes du terme qui apparaissent :Veille informative ou encore veille stratégique.Ensuite apparaît le concept plus large dintelligence économique. 8
    • Veille stratégiqueLa veille stratégique est « lobservation et lanalyse de lenvironnementscientifique, technique, technologique et économique de lentreprise pour endétecter les menaces et saisir les opportunités de développement ».« La Veille Stratégique est un système daide à la décision qui observe etanalyse lenvironnement scientifique, technique, technologique et les impactséconomiques présents et futurs pour en déduire les menaces et lesopportunités de développement. Elle sappuie essentiellement sur lesinformations ayant un caractère stratégique ou des décisions importantes luiassociant le terme de veille stratégique » (David Coudol & Stéphane Gros)Englobe tous les autres types de veille. 9
    • Veille technologiqueElle a pour but la surveillance des technologies actuelles etfutures qui influencent les processus de l’organisation.Essentiellement axée sur les technologies, les sciencestechniques, donc liée au monde de lindustrie. Exclue de fait,les sciences humaines et sociales. Est donc né le terme plusneutre de veille informative 10
    • La veille concurrentielleElle permet de suivre l’activité des concurrents (concurrents, nouveauxentrants, nouveaux produits, relations clients et fournisseurs).La veille réglementaire et juridiqueElle consiste à suivre l’actualité des lois et règlements, ainsi que les normes,qui peuvent avoir une influence sur l’organisation et d’anticiper ainsi leschangements à venir.La veille événementielleIl s’agit de se tenir au courant des colloques, salons, rencontres afind’échanger sur des problématiques communes. 11
    • La veille sociétaleElle a pour objet l’observation des tendances émergentes de la société :facteurs culturels, politiques, sociaux, historiques, acteurs institutionnels,opinion publique, environnement qui influencer les comportements descitoyens et consommateurs.La veille scientifiqueElle s’attache à l’analyse de contenus scientifiques. Les documents sontsélectionnés analysés et mis en perspective.La veille commercialeRecherche, traitement et diffusion (en vue de leur exploitation) derenseignements relatifs à lenvironnement commercial de lentreprise. IlSurveillance des clients, circuit de distribution, fournisseurs. 12
    • LIntelligence EconomiqueL’intelligence économique est lensemble des activités coordonnées decollecte, de traitement et de diffusion de linformation utile aux acteurséconomiques en vue de son exploitation.(Wikipedia)Lorsque lon sait délivrer l’information stratégique et utile au bon moment,à la bonne personne, dans le bon contexte, on obtient un avantagecompétitif décisif. 4 « pôles »Veille / renseignement économique (acquérir linformation pertinente).Protection du patrimoine informationnel (ne pas laisser connaître sessecrets). Aide à la décision (analyse, cartographie décisionnelle,...)Influence (propager une information ou des modes de comportement etdinterprétation qui favorisent sa stratégie). 13
    • En 1996, Daniel Rouach (économiste) définit l’intelligenceéconomique comme «l’art de repérer, collecter et traiter, stocker desinformations et des signaux permanents (forts et faibles) qui vontirriguer l’entreprise à tous les niveaux de rentabilité, permettred’orienter le futur (technologique, commercial…) et également deprotéger le présent et l’avenir face aux attentes de la concurrence». 14
    • Schéma adapté de la présentation de G. CHARTRON (D’après Marie-Françoise Defosse) 15
    • 2 types de veille documentaire : Push et pullLa veille sappuie sur des techniques de "surveillance automatisée" detype Push ou Pull dans le but de faciliter lidentification de ressourcespertinentes et de maintenir un flux régulier dinfos appropriées dansdes champs dintérêts précis.Pull : lutilisateur va chercher les infos, le veilleur va tirer lesinformations à lui ( exemple dune requête sur un moteur de recherche)Push : Linfo est "poussée" de manière automatique vers le chercheur,en fonction de ses préférences et des critères préétablis par celui-ci. 16
    • METHODE PULLAvantages : info précise, lusager doit effectuer des recherches, il est enmesure décarter immédiatement les résultats non pertinentsInconvénients : demande beaucoup de temps, très chronophageprocessus lourd, veille irrégulièreMoyens, outils : sauvegarder ses stratégies de recherche et les relancerdans les bases appropriées . Signets de pages à visiterImplique une veille très régulière 17
    • METHODE PUSH-Avantages : économie de temps pour le chercheurprocessus automatisé ( peu defforts une fois que les alertes sont créées ),signalement rapide, veille régulière- Inconvénients : risque dêtre submergé si la stratégie de recherche nestpas assez précise.- Moyens, outils : alertes par mail ( alertes google ), fils RSS, agrégateurs,réseaux sociaux, bookmarks en ligneCONSEILS : être sélectif, sinon inondation dinfosSource : JP Lardy 18
    • Différence entre veille et documentation classiqueBruno Delmas, professeur à lÉcole des Chartes et directeur de lINTD jusquà1996, avait coutume de définir la veille par rapport à la documentation plusclassique comme « la technique de commando par rapport à larmée régulière.La métaphore nous avait frappés par la richesse de ses prolongementspossibles. »« Si la documentation défriche systématiquement un terrain quelle a pourmission de couvrir tout comme larmée régulière avance systématiquement enterrain conquis, la fonction de veille a pour but dexplorer les possibles,danticiper, de repérer les terres nouvelles à conquérir, au besoin de capter desinformations sur les positions, mouvements et intentions de ladversaire. »Source : Nicole Corsyn 19
    • Veille documentaire au CDIPour entretenir sa culture professionnelle ( sciences delinformation, éducation, édition, orientation, littérature jeunesse ),et pouvoir faire face aux demandes des usagers ( professeurs,élèves, administration )Pour être en adéquation avec la politique documentaire delétablissement 20
    • 2. Les étapes et les outils de la veille documentaire 21
    • But de la veilleMieux connaître son environnementAnticiper les évolutionsPour : Suivre, cibler, gagner du temps, lutter contre l’infobésité, aider à laprise de décisionEn : Maintenant un flux régulier d’informations appropriées dans deschamps d’intérêts précis. En analysant, évaluant les informations etpartageant les connaissances produitesSource :T.Chaimbault 22
    • Les étapes de la veille ( schéma de Nicole Corsyn ) 23
    • Les étapes de la veilleUn veilleur, au sein d’une organisation, a pour objectif principal la collecte,le tri, l’analyse et la diffusion d’informations pouvant se révélerstratégique lors d’une prise de décision. Plusieurs étapes sont nécessaires.1. le ciblage Définition des axes de surveillance, analyser les besoins : définir lescentres d’intérêts et les sujets d’ordre réglementaire, concurrentielle,technologique, sociétale, pédagogique … sur lesquels il sera nécessaire derecueillir l’information afin de mener les différentes veilles. Qui seront lesdestinataires de la veille ? Définition des types d’information utiles : Il faut dans cette étape,identifier les documents ou éléments qui seront utiles : il peut s’agit derapports, d’appels d’offres, d’avis d’experts, des témoignagesdexpériences. 24
    • 2. Identification des sources : LE SOURCINGIl s’agit de déterminer quelles seront les sources les plus pertinentes (etaccessibles), en fonction de contraintes de coûts, de délais ou deconfidentialité dont on dispose. Nécessite une intervention humaine.Important dévaluer la qualité des sources dinfos repérées.Sites institutionnels, presse en ligne, annuaires et portails documentaires,blogs, forums, bases de données, réseaux sociaux... 25
    • Le choix des sources est l’un des points clés de la réussite de la veille. C’estla raison pour la quelle cette étape doit se fait manuellement en allant visiterchacun des sites pour en évaluer la qualité et la pertinence. Les élémentssuivants seront donc vérifiés pour évaluer la qualité de l’information.La fiabilité des sourcesLa réputation de lauteurL’objectivité de linformationL’exactitude de linformationL’actualité de linformation.Linformation sera jugée pertinente en fonction du but de la recherche.Compétences requises pour le veilleur :Connaissance des techniques et des stratégies de recherche, connaissancedes différents types doutils 26
    • Les sources peuvent être classées suivant la couleur de l’information :Les informations blanches, informations officielles qui peuvent être obtenuesde façon légale et qui sont facilement accessibles. Ce sont les informationsprésentes dans l’édition, la presse, l’audiovisuel, Internet (80% de l’informationdisponible)Les informations grises, informations officielles, légales mais d’un accès plusrestreint. Ce sont les rapports de stage, bases de données… (15%)Les informations noires 5 % espionnage, secretCartes heuristiques ou cartes conceptuelles peuvent être utiles dans létapedu SOURCING, qui permettent de noter des relations, d’associer desconcepts. 27
    • 3. RécolteCollecte des informations : Dans cette étape, les informations sontcollectées selon une périodicité déterminée et sont sélectionnées enfonction de leur critère de pertinence. Dans les médias traditionnels,web ou « humains »4. Analyse : Les informations recueillies sont analysées, organisées etéventuellement mises en perspective afin d’être diffusées. (Résumé,synthèse, lettre d’information). Etape la plus difficile, souvent assuréepar des experts ou des "analystes" du domaine.Veiller ce nest pas accumuler de linfo mais savoir la trier et lanalyser5. La diffusion de linformation : Aboutissement et clé de voûte duprocessus de veille 28
    • LES ECUEILS DE LA VEILLE- Informations manquantes, veille approximative- Ne pas utiliser les résultats de la veille.- Renvoyer à une information perdue ou inaccessibleVeiller, ce n’est pas uniquement se tenir au courant ; c’estsélectionner, puis synthétiser l’information pour en faire quelquechose. 29
    • E. Noël - enssib 30
    •  Le web 2.0 a modifié les pratiques de veilleTerme inventé en 2004 par Dale Dougherty.Le Web 1.0 ne contenait que des pages statiques. Révolution avec le Web 2.0 : ildevient relationnel et collaboratif, chacun pouvant créer du contenu sur internet.Terme de UGC: User. CrowdsourcingLa révolution du web 2.0 est qu’il place l’usager au cœur du web et des services.Avec le Web 2.0 apparaissent de nouveaux termes et concepts qui vont modifierles pratiques de veilleTag et folksonomieTag : Balise sémantique qui qualifie le contenu dun site web. Etiquetage social.Folksonomie : classification collaborative de contenus web basé sur lattribution detags. Nest pas normée, comme un thésaurus, indexation libre.Widget : module paramétrable et personnalisable qui permet de « transporter » delinfo et de la transférer à un autre endroit : bureau, téléphone, site web 31
    • Les fils RSS : Moyen de syndication, capable de récupérer le contenu brut dunsite webSocial Bookmarking : Partage de signetsPodcast : canal de distribution de contenu multimédia constitué de fichiersaudio ou vidéos encapsulés dans un flux RSS.Les réseaux sociaux : la majorité des sites issus du Web 2.0 ont une dimensionsociale, ils permettent déchanger et intéragir avec les autres. Facebook, CopainsdAvant, Viadeo, Twitter... 32
    •  les outils de la veilleChoisir ses outils en fonction de ses besoins et de ses conditions de travailSi c’est une veille personnelle, on ne fait que repérer de l’info. Pas besoin dela classer ni de la diffuser.Si c’est une veille destinée à des usagers, nécessaire de la repérer et ladiffuser. Ex : élèvesSi c’est une veille qui sert de base à un travail de recherche besoin de laconserver et de la retraiter en vue de la réutiliser plus tard.Source : B.Mulat 33
    • Les moteurs de recherche (Google, Yahoo, Exalead, Bing... )Requêtes manuelles sur un sujet, un thème précis. Equations de recherche,opérateurs BooléensLes métamoteurs : vont interroger la base de données de plusieurs moteursde recherche en une seule requête : Ixquick, Dogpile, PolymetaListe de métamoteurs Intelligence-Centerhttp://c.asselin.free.fr/french/metamoteurs.htm 34
    • Logiciel agent de recherche : CopernicLogiciel client qui permet dinterroger plusieurs moteurs de recherche (métamoteur ).Possibilité denregistrer ses requêtes pour pouvoir les réutiliser régulièrement.Version professionnelle qui offre plus de fonctionnalitésLes listes de diffusion, newslettersCdi-docVigilibris ( Decitre )Café PédagogiqueLes forumsLes signets, annuaires : Signets de la BNFPlateformes de veille :SINDUP http://www.sindup.fr 35
    • Alertes GoogleLes alertes sont des messages envoyés systématiquement par Google, parla voie du courrier électronique, quand des articles publiés en lignecorrespondent à des sujets que l’on a définis.Intérêt pour de la veille sur des questions très pointuesRisque de surabondance des messages reçus lorsque les sujets retenusgénèrent trop dinformations.http://www.google.fr/alerts 36
    • Les flux RSSUn fil RSS est un fichier texte au format XML contenant le titre delinformation, une courte description et un lien vers une page décrivant plusen détail linformation.Cela permet à un site web de diffuser largement ses actualités tout enrécupérant un grand nombre de visiteurs grâce au lien hypertexte permettantau lecteur de lire la suite de lactualité en ligne.RSS pour Really Simple SyndicationRend le contenu d’un site Web accessible de manière très simpleAxé sur le contenu (présenté de manière très synthétique) et non sur laforme 37
    • Pourquoi utiliser les fils RSS ?Pour repérer les modifications de contenu d’un siteExemplesNouveautés sur un site d’éditeurEntrées sur un blog, nouvel articleNouveaux messages ( par exemple sur Twitter )Lintérêt des flux RSS la veille sorganise grâce à l’agrégateur qui centralise lessources d’information et importe les mises à jour automatiquement. Pas demanipulation à faire. Evite de consulter directement les sites.Annuaire de flux RSS : http://www.lamoooche.com/http://www.fluxenet.fr/http://www.flux-rss.info/ 38
    • Les agrégateurs de flux RSSNetvibesGoogle ReaderBloglines- De s’abonner à différents flux- De classer ces flux en domaines- D’effectuer des recherches uniquement sur les flux auxquels on estabonné- De se créer des listes de suivi en marquant les infos que l’on jugeintéressantes- De partager, entre plusieurs personnes, la veille d’information sur unethématique, portail documentaire- De créer ses propres flux à partir de ses listes de suivi- De publier directement sur un blog les informations sélectionnées 39
    • Google ReaderGoogle reader est un des agrégateurs/lecteurs de flux RSS les plussimples et performants à utiliser. Crée en 2005.Nécessaire de se créer un compte GoogleRessources:Tutoriel Google Readerhttp://fr.calameo.com/books/0003117304368e23cb647Article de Silvère Mercier sur sa pratique de veille avec Google Reader etDiigohttp://www.bibliobsession.net/2011/01/05/comment-veiller-et-faire-de-la-mediation-efficacement-avec-google-reader-et-diigo/ 40
    • 41
    • Netvibeshttp://fr.calameo.com/read/00004646252cf9729432cCréé en 2005 par Tariq KrimNetvibes est un site Internet utilisant les technologies du Web 2.0 permettant àtout internaute de se créer une page personnalisée accessible de tout pointconnecté à Internet.Application web 2.0 qui offre un portail personnalisable, flux RSS.Création donglets, insertion de widgets, centralise dautres services internet :mail, messagerie instantanée, podcasts, agenda. Outil de veille très performant.•Netvibes peut permettre de se créer un véritable bureau virtuel. Utile pourcréer un portail documentaire. 42
    • 43
    • Partage de signets : les bookmarks sociauxSont des sites de partage de favoris en ligne, chaque utilisateur met enligne ses bookmarks en leur attribuant des tags ( descripteurs ).Les utilisateurs enregistrent des listes de ressources web quils trouventutiles, sont consultables par tag, catégorie, thèmes...Peut-être très utilepour la veille, permet davoir accès à une info « choisie » par desutilisateurs, plus de pertinence quun moteur de recherche.Extensions Diigo sur différents navigateurs à installerQuelques sites : Diigo, Del.ici.ousTutoriel Diigohttp://fr.calameo.com/read/000017682850f0b217433 44
    • Les réseaux sociaux : TwitterTwitter est un outil de veille puissant. Il permet de suivrelactualité en temps réel, veille très réactive.Année de création : 2006. il faut attendre 2009 pour que leservice explose.Les médias sen emparent et linfo est souvent diffusée enavant-première sur Twitter ( Iran, mort de Michael Jackson ),moyen de lutter contre la censure, évènements récents enTunisie où les Tunisiens se sont exprimés via les réseaux sociauxfaute de pouvoir le faire avec les « médias traditionnels ». Estdevenu un outil journalistique à part entière. 45
    • Fonctionnement de TwitterService de microbblogging qui permet denvoyer des messages ( ou tweets )de 140 caractères maximum. Il y a des followers ( personnes qui suivent vosmises à jour ) et des followings ( personnes dont on suit les tweets ).Jargon spécifique : Hashtag : sont souvent utilisés pour décrire le contenudun tweet, par ex #medias. DM : Direct Message. @+nom du twittos. #FFUne fois son compte créé il suffit de constituer son réseau en fonction deses centres dintérêts et de ses objectifs de veille. On peut voir lessuggestions de Twitter et regarder le réseau des autres « twittos » poursaider.Possibilité de créer des alertes Twitter : http://tweetbeep.com/ 46
    • Saisie du tweet 140 Accès à ses caractères maximum tweets Liste dabonnés Suggestions dabonnementTimeline 47
    • 3. Diffuser les résultats de la veille 48
    • Les blogsLe Web 2.0 permet à linternaute de devenir acteur du web et luipermet de produire de linformation lui-même. Le blog en estlexemple type de cette prise de pouvoir de linternaute. Outil depublication personnelle sur InternetDéfinition de Wikipedia : Un blog (mot-valise de web log ) oublogue est un site web constitué par la réunion de billetsagglomérés au fil du temps, et souvent, classés par ordreantéchronologique (les plus récents en premiers). Chaque billet(appelé aussi note ou article) est, à limage dun journal de bordou dun journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui quitient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichidhyperliens et déléments multimédias, sur lequel chaque lecteurpeut généralement apporter des commentaires. 49
    • Le blog se distingue des sites web par son interactivité, en effet nimportequel visiteur peut poster un commentaire sur les billets.Lauteur du blog poste des billets qui apparaissent par ordreantéchronologique. Cest grace à cette structuration que larchivageélectronique des billets et la syndication aux flux RSS est possible.Pour créer 2 possibilités : soit on choisit une plate-forme sur internet, dans cecas la création du blog est très facile, soit on choisit des logiciels de blogs quilfaut configurer et installer sur un espace web perso. 50
    • Avec une plate-forme :Pour créer son blog aucune compétence en informatique nest requise.Choisissez une plateforme qui vous convient, remplissez le formulairedinscription, allez sur votre boîte aux lettres chercher votre mot depasse dadministrateur et la gestion du blog va seffectuer à partir duweb, il ny a pas besoin dinstaller un logiciel spécifique.Certaines plateformes sont gratuites, dautres payantes (les possibilitésde stockage, de choix de modèles...sont alors plus importantes)Quelques plates-formes: Overblog, Blogger, Wordpress, TumblrChoix de la plate-forme :Article très complet sur ClubicArticle du Franc-Parler ( lien ajouté le 27/11/2009 ) 51
    • 52
    • Créer un blog avec un logicielAvec cette option, il faut disposer dun hébergement sur le web,vous pouvez activer des pages perso ( par exemple free ) soitdemander dêtre hébergé par lacadémie ou par létablissement.(ilfaut activer alors une base de données en demandant auresponsable du site de votre établissement)Il faut télécharger un logiciel de transfert FTP ( comme Filezilla )pour pouvoir transférer les fichiers de son disque dur sur sonespace web.Les principaux logiciels sont Wordpress et Dotclear.Pour télécharger WordpressPour télécharger DotclearPour télécharger Filezilla 53
    • Créer un wikiCest un système qui permet à tous les visiteurs autorisés dun site Internetde modifier à leur guise le contenu concerné. On parle alors décriturecollaborative. Le terme Wiki est dorigine hawaïenne et signifie "rapide". LeWiki est associé aujourdhui au Web 2.0 et est devenu un terme trèsgénérique. Depuis 2001, Wikipédia contient le Wiki le plus visité.Comment créer son propre wiki?Il en existe plusieurs avec leur charte graphique et leurs options propres, àtélécharger et à installer sur son site.Wikini, gratuit, simple à installer, relativement fiable du point de vue de lasécurité, proposant une bonne gestion des droits de lecture et d’écriture,capable d’organiser les pages en arborescence et dont le graphisme tientsur une feuille de style facile à modifier. 54
    • Avec TwitterDiffuser les résultats de sa veille avec paper.liLancé par Small Rivers Paper.li permet de créer un journalquotidien public personnalisé composé d’articles en agrégeantautomatiquement des informations publiées à partir de comptesTwitter que l’on suit…Le résultat prend la forme d’un quotidien en ligne : de pages avecarticles : textes, photos, vidéos… Ce dispositif de veille rend visiblesa sélection de sources d’infos sous la forme d’une mise en pageattractive. 55
    • 56
    • Faire une liste de partage avec Google Reader 57
    • Créer un compte marque-pages Diigo 58
    • Créer un portail documentaireUn portail est un point dentrée personnalisable donnant accès à desressources documentaires au contenu hétérogène. Peut-être créé encomplément du site de lentreprise ou établissement ( utile si on a desdocuments, ressources à diffuser )Il permet un : accès rapide à des informations, des contenus, desapplicationsCest un outil efficace de mise en valeur de cette veille documentaire,permet une meilleure communication. Moyen efficace pour collecter,publier, partager et diffuser linformation et la mettre en valeur 59
    • Avec SymbalooSymbaloo propose de créer une page d’accueil personnalisable. « Son objectif est derendre Internet accessible à tous en facilitant ses usages grâce à la conception d’uneinterface simple et ergonomique. » WikipediaCréé en 2006 et lancé en 2007, le site Web a connu une expansion rapide en Hollande,son pays d’origine, avant de développer des versions localisées pour d’autres paysSélection de bureaux Symbaloohttp://aristide.12.free.fr/spip.php?article187Tutoriel Symbaloohttp://gemtice.blogspot.com/2009/03/tutoriel-pour-symbaloo.htmlTutoriel vidéo :http://intruders.tv/fr-tech/test-video-symbaloo-reussir-la-o-netvibes-a-echoue-et-echouer-la-o-netvibes-a-reussi/http://blog.mde78.ac-versailles.fr/index.php/post/15/01/2010/Symbaloo,-un-outil-%C3%A9ducatif 60
    • 61
    • Ou avec Netvibes... 62
    • SitographieLARDY, Jean-Pierre. Les fils RSS et la veille – Les fils RSS en documentation et veille[en ligne]. Lyon, 2007.BONDU Jérôme. Panorama doutils de recherche dinformations gratuits et en ligne [Enligne]. 2009. [Consulté le 23 novembre 2010]. <http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/69/75/75/Inter-Ligere_outils-recherche-gratuits-enligne_V1.pdf>MAROIS André. Optimiser sa veille avec les flux rss [En ligne].Lyon. [Consulté le 23novembre 2010].<http://www.slideshare.net/amarois/optimiser-sa-veille-avec-les-flux-rss-mars-2009>CHAIMBAULT Thomas. Les nouveaux outils de la veille informationnelle. [en ligne]. LaRochelle, 2009. [Consulté le 18 octobre 2009].<http://www.slideshare.net/Faerim/veille-informationnelle>Les Infostratèges. Dossier Spécial Veille [En ligne]. Juin 2006. [consulté le 23novembre 2010]<http://www.les-infostrateges.com/article/0606231/dossier-special-veille> 63
    • CORSYN, Nicole. Approche comparative de la veille dans le contexte de la formation.Etude pour la mise en place dune veille sur la formation à la direction nationale desformations du CNAM [en ligne]. Paris, 2009. [consulté le 21 décembre 2010 ]http://fr.calameo.com/read/0000847124a63a572d5ecMULAT, Brigitte. Veille Informationnelle et outils du Web 2.0 [ en ligne ]. Besançon, 2008. [consulté le 12 octobre 2010 ]http://www.educnet.education.fr/cdi/anim/interlocuteurs/reunions/reunion-2008/veille/files/Veille-informationnelle-et-web2.pptPériodiquesPleins feux sur la veille. Documentaliste-Sciences de lInformation. 2008, Vol. 45.LivresCousin, Capucine. Tout sur le Web 2.0. CommentCamarche.net, 2008 64