Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance

  • 2,678 views
Uploaded on

Je partage avec vous mon mémoire de Master recherche en Analyse des Populations des Espaces fauniques et Halieutiques de L'Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso/Burkina Faso

Je partage avec vous mon mémoire de Master recherche en Analyse des Populations des Espaces fauniques et Halieutiques de L'Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso/Burkina Faso

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
2,678
On Slideshare
2,640
From Embeds
38
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
51
Comments
0
Likes
1

Embeds 38

http://sarmodouapagrn.blogspot.com 35
http://sarmodouapagrn.blogspot.fr 3

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. BURKINA FASO UNITE-PROGRES-JUSTICE MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE, SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE --------------------------- UNIVERSITE POLYTECHNIQUE DE BOBO-DIOULASSO --------------------------- INSTITUT DU DEVELOPPEMENT RURAL MEMOIRE en vue de l’obtention du DIPLOME DE MASTER RECHERCHE EN ANALYSE DES POPULATIONS DES ESPACES FAUNIQUES ET HALIEUTIQUES (MFH2) SPECIALITE : Analyse des populations des espaces halieutiquesTHEME : Dynamique d’exploitation du Mugil cephalus (Linnaeus, 1758, Mugilidés)dans l’estuaire du Fleuve Sénégal en pêche artisanale Présenté par : Serigne Modou SARR Devant le jury composé de : • Pr André T. KABRE • Pr Wendeingoudi GUENDA • Dr Sado TRAORE Décembre 2010 N° : /MFH2 (Halieutique, Faune) 0
  • 2. DEDICACESJe dédie ce travail à Mon Père feu Alé SARR Ma mère Sokhna DIOP Ma chère épouse Mme SARR née Aïda FALL A mes frères et sœurs germains de la famille feu Alé SARR Mes sœurs utérines Momy et Khady DIOUF A mon beau père Atoumane FALL et son épouse Coumba NDAO A mes amis, mes collègues de service et mes promotionnaires au Master Recherche M2 en Analyse des Populations des Espaces Fauniques et Halieutiques de l’IDR/UPB i
  • 3. REMERCIEMENTSNous rendons grâce à DIEU LE TOUT PUISSANT.J’adresse mes remerciements à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) qui m’aoctroyé une subvention pour financer une partie de mon inscription. Je remercie toutes lesautorités de l’Institut du Développement Rural (IDR) de l’Université Polytechnique deBobo-Dioulasso (UPB) notamment le Directeur, le Président de l’assemblée del’Université, le corps professoral et tous les enseignants chercheurs qui nous ont dispensésdes cours.A travers Simon MERIAUX, je remercie la Fondation Internationale du Banc d’Arguinqui m’a octroyé une bourse d’études pour ce master MFH2Je remercie Cl Mame Balla GUEYE, Directeur des Parcs Nationaux du Sénégal qui aautorisé mon inscription au niveau de l’IDRUne mention particulière est adressée à mes encadreurs. Ils m’ont tous témoigné de leursdisponibilités et apporté les corrections idoines pour mon travail. Il s’agit : • Pr André T. KABRE, Enseignant- Chercheur à l’IDR, Directeur de mon mémoire et membre du jury ; • Pr Hassan EL OUIZGANI, Enseignant –Chercheur, Codirecteur de mon mémoire ; • Dr Amath Diaw DIADHIOU, Directeur du CRODT /Sénégal ; • Dr Charlotte KARIBUHOYE, Coordonnatrice Programme AMP/FIBA ;Je remercie vivement les membres du jury qui ont accepté d’évaluer mon travail. Il s’agit : • Pr Wendeingoudi GUENDA, Président du jury, Enseignant – Chercheur à l’Université Ouagadougou • Dr Sado TRAORE, Rapporteur du jury, Enseignant-Chercheur IDR/UPBUne mention spéciale est réservée au Doyen Mbarack FALL technicien au CRODT sansoublier ses enquêteurs notamment Bouna GNING, Pape Ahmadou GUEYE, Doudou SY etPathé FALL qui m’ont beaucoup impressionné de par leur savoir faire et à Mme Bineta BaDIAW pour la confection des cartes.Je remercie aussi tous les toutes qui ont contribuées de près ou de loin à ce travail de mêmeque toutes les personnes enquêtées et les pêcheurs qui nous ont fourni des échantillons pourles mensurations. ii
  • 4. TABLE DES MATIERESDEDICACES ............................................................................................................................. iREMERCIEMENTS................................................................................................................ iiTABLE DES MATIERES ....................................................................................................... 1LISTE DES FIGURES ............................................................................................................... 4LISTE DES CARTES ................................................................................................................ 5LISTE DES PHOTOS ................................................................................................................ 5LISTE DES SCHEMAS ............................................................................................................ 5LISTES DES SIGLES ET ABREVIATIONS ........................................................................... 6RESUME.................................................................................................................................... 7ABSTRACT ............................................................................................................................... 8PREMIERE PARTIE : INTRODUCTION, PROBLEMATIQUE, OBJECTIFS ETGENERALITES ....................................................................................................................... 9INTRODUCTION .................................................................................................................. 11I. 1. PROBLEMATIQUE ET JUSTIFICATIFS ..................................................................... 13I. 2. OBJECTIFS ...................................................................................................................... 14I.2.1. Objectif général .............................................................................................................. 14I.2.2. Objectifs spécifiques ....................................................................................................... 14I.3. Généralités sur l’espèce étudiée ......................................................................................... 15I.3.1. Caractéristiques taxonomiques et morphologiques ........................................................ 15I.3.1.1. Caractéristiques taxonomiques : Mugil cephalus ........................................................ 15I.3. 2. Distribution géographique et habitat .............................................................................. 17I. 3.2.1. Distribution géographique .......................................................................................... 17I.3.2.2. Ecologie de l’espèce .................................................................................................... 18DEUXIEME PARTIE : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE, MATERIEL ETMETHODE ............................................................................................................................. 20II.1. Présentation de la zone d’étude ........................................................................................ 21II.1.1. Le milieu Physique ........................................................................................................ 21 1
  • 5. II.1.2. L’hydrologie .................................................................................................................. 22II.1.3. Caractéristiques socio-économiques.............................................................................. 23II.1.3.2. Les activités économiques .......................................................................................... 24II.2. Présentation de l’estuaire du Fleuve Sénégal ................................................................... 25II.2.1. Dynamique marine au large de l’estuaire ...................................................................... 27II.2.2. La Dynamique fluviale interne ...................................................................................... 27II.3. Présentation des Aires Marines Protégées du Nord.......................................................... 28II.3.1. Aire Marine Protégée de Saint Louis ............................................................................ 28II.3.2. Parc National de la Langue de Barbarie ........................................................................ 28II. 4. MATERIEL ..................................................................................................................... 31II.4.1. Les outils de collectes de données ................................................................................. 31II.4.1.1. Le questionnaire d’enquête et guide d’entretien......................................................... 31II.4.1.2. Le Traitement des données ......................................................................................... 31II.5. METHODE ....................................................................................................................... 33II.5.1 La recherche documentaire et observation sur le terrain ................................................ 33II.5.2. Choix de la zone d’étude ............................................................................................... 33II.5.3. L’échantillonnage .......................................................................................................... 33TROISIEME PARTIE : RESULTATS ET DISCUSSIONS ............................................. 35III. 3.1. ANALYSES STATISTIQUES ................................................................................... 36III. 3.2. ANALYSES BIOMETRIQUES ................................................................................. 37III. 3.2.1. Détermination de la croissance à partir des structures tailles................................... 37III. 3.2.2. Les paramètres de croissance ................................................................................... 39III. 3.2.3. Etude de la croissance par analyse de structures de taille ........................................ 39III. 3.2.3.1. Méthode de Powell- Wetherall (1986) .................................................................. 41III. 3.2.3.2. Taille maximale par la méthode des prévisions .................................................... 42III. 3.2.6. Les paramètres d’exploitation .................................................................................. 43III. 3.2.6.1. Estimation de la mortalité (Z) ............................................................................... 43 2
  • 6. III. 3.2.6.2. Mortalité naturelle (M) .......................................................................................... 47III. 3.2.7. Analyse de population virtuelle................................................................................ 52III. 3.2.7.1. Analyse de population virtuelle fondée sur l’âge .................................................. 52III. 3.2.7.2. Analyse de population virtuelle fondée sur la longueur ........................................ 53III. 3.2.8. Les Captures Par Unités d’Exploitation (CPUE) ..................................................... 53III. 3.3. ANALYSES ECOLOGIQUES ................................................................................... 54III. 3.3.1. Les profondeurs pour capturer Mugil cephalus........................................................ 54III. 3.3.2. Les migrations sur la grande Côte au Sénégal et en Mauritanie .............................. 54III. 3.3.2.1. La migration des adultes ....................................................................................... 54III. 3.3.2.2. La migration des immatures .................................................................................. 55III. 3.3.3. Les milieux fréquentés par l’espèce ......................................................................... 55III. 3.4. LES TECHNIQUES DE PECHES AU MULET JAUNE .......................................... 55III. 3.4.1. Les engins de pêches ................................................................................................ 55III. 3.4.1.1. Les filets de pêche ................................................................................................. 55III. 3.5. Contribution des aménagements dans la gestion des stocks de mulets jaunes............ 56III. 3.5.1. Les Aires Marines Protégées du Nord...................................................................... 56III. 3.5.2. Les aspects réglementaires ....................................................................................... 57CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS .................................................................... 58BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 60WEBOGRAPHIQUES .......................................................................................................... 63Annexe n°1 : Echantillon collecté (relation taille-poids) ........................................................ 64Annexe n°2 : Variation du stock en fonction de la mortalité par pêche .................................. 65Annexe 3 : Fiche de Collecte Débarquement .......................................................................... 66Annexe 4 : Questionnaire d’enquête ........................................................................................ 67 3
  • 7. LISTE DES TABLEAUXTableau 1: Taxonomie de l’espèce Mugil cephalus ................................................................ 15Tableau 2 : Durée moyenne de l’upwelling sur la côte ouest africaine .................................. 23LISTE DES FIGURESFigure 1: Evolution du poids Mugil cephalus dans le fleuve Sénégal en fonction de sa taille 37Figure 2: Augmentation de la longueur du mulet jaune en fonction de l’âge .......................... 38Figure 3: Histogramme fréquence taille M. cephalus capturés dans le fleuve Sénégal(04/05/2010) ............................................................................................................................. 39Figure 4 : Histogramme fréquence taille M. cephalus capturés dans le fleuve Sénégal(05/06/2010) ............................................................................................................................. 40Figure 5: Histogramme fréquence taille M. cephalus capturé dans le fleuve Sénégal(05/07/2010) ............................................................................................................................. 40Figure 6: Fréquence taille des mulets jaunes dans le fleuve Sénégal....................................... 41Figure 7 : Estimation des valeurs de la longueur asymptotique et de Z/K du M. cephalus ... 42Figure 8 : Taille maximale prévue pour le mulet jaune dans l’estuaire du fleuve Sénégal ..... 43Figure 9: Détermination de Z selon la courbe de Jones & van Zalinge ................................... 44Figure 10: Courbe de capture des mulets jaunes du Sénégal fondée sur la longueur .............. 44Figure 11: Les paramètres de sélectivités M. cephalus de l’estuaire du fleuve Sénégal.......... 45Figure 12: Valeur de la mortalité instantanée des mulets jaunes de l’estuaire du fleuve Sénégalselon la longueur moyenne ....................................................................................................... 46Figure 13 : Estimation des rythmes de recrutement des mulets jaunes dans le fleuve Sénégal................................................................................................................................................. .49Figure 14 : Probabilité de capture des mulets jaunes de l’estuaire du fleuve Sénégal ............. 50Figure 15 : Courbe de sélectivité des mulets jaunes de l’estuaire du fleuve Sénégal par filetmaillant ..................................................................................................................................... 51Figure 16 : Courbe de la méthode « knife-edge Selection » pour M. cephalus dans le fleuveSénégal ..................................................................................................................................... 51Figure 17 : Histogramme des populations virtuelles de M. cephalus dans l’estuaire du fleuveSénégal fondées sur l’âge ......................................................................................................... 52Figure 18 : Histogramme des populations virtuelles de M. cephalus dans l’estuaire du fleuveSénégal fondées sur la longueur ............................................................................................... 53Figure 19 : Types de pêche dans la région de Saint Louis ....................................................... 56 4
  • 8. LISTE DES CARTESCarte 1: Distribution géographique du mulet source (http://www.aquamaps.org) ............... 18Carte 2 : Localisation de la Région de Saint Louis dans le Sénégal ........................................ 21Carte 3 : Localisation du Fleuve Sénégal et des Aires Marines Protégées du Nord ................ 29Carte 4 : Représentation schématique des pêcheries dans et autour des AMP du Nord .......... 30LISTE DES PHOTOSPhoto 1 : Mugil cephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégal(sarr, 2010) ................................. 16LISTE DES SCHEMASSchéma 1: Anatomie externe Mugil cephalus (source : FAO, 1985)....................................... 16 5
  • 9. LISTES DES SIGLES ET ABREVIATIONSAUF : Agence Universitaire de la FrancophonieAMP/SL : Aire Marine Protégée / Saint- LouisCNRST : Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique/Burkina FasoCRODT : Centre de Recherche Océanographique Dakar-ThiaroyeFAO : Organisation des Nations Unies pour lAlimentation et lAgricultureFIBA : Fondation Internationale du Banc d’ArguinIDR : Institut du Développement RuralINERA : Institut National de l’Environnement et des Recherches Agricoles/Burkina FasoIMROP : Institut Mauritanien des Recherches Océanographiques et des PêchesIRD : Institut de Recherche pour le Développement ex ORSTOMMRFH2 : Master Recherche M2 en Analyse des Populations des Espaces Fauniques etHalieutiquesORSTOM : Institut Français de Recherche Scientifique pour le Développement enCoopérationPNBA : Parc National du Banc d’ArguinPNLB : Parc National de la Langue de BarbarieRGPH : Recensement Général de la Population et de l’HabitatUPB : Université Polytechnique de Bobo-DioulassoUICN : Union Internationale pour la Conservation de la NatureZEE : Zone Economique Exclusive 6
  • 10. RESUMEMugil cephalus (Linnaeus, 1758, Mugilidés) est une espèce pélagique côtière qui peutremonter les estuaires et les rivières. Cest un poisson grégaire qui vit sur les fonds sableux ouvaseux, souvent à moins de 10 m de profondeur.Les mulets jaunes occupent une place importante en pêche artisanale dans la région de Saint-Louis. Il procure des revenus substantiels aux différents acteurs de la filière. En raison de laforte demande sur le marché international, la pêche de cette ressource ne cesse de sedévelopper avec comme conséquence une surexploitation de l’espèce dans l’estuaire du fleuveSénégal. L’objectif de ce travail est d’apporter le maximum d’information sur la dynamiqued’exploitation du Mugil cephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégal qui est notre zone d’étude.La structure démographique des mulets jaunes est composée de jeunes individus quigrandissent plus vite qu’ils ne grossissent. Les résultats relation taille –poids ont montré uneallométrie minorante. Les paramètres de croissance et d’exploitation estimés à l’aide del’équation de Von Bertalanffly sont : L∞=50.33cm, K=0.37, t0=0. La mortalité instantanée Zvarie entre 0.38 à 1.671 selon les méthodes utilisées et la mortalité naturelle est M=0.618.L’analyse des populations virtuelles a montré que les mulets jaunes sont très exploités dans lazone.La migration est observée de la Grande Côte du Sénégal vers la Mauritanie. Et les airesmarines protégées du nord constituent des lieux de ponte pour l’espèce. Par conséquent lesplans d’aménagement des ressources naturelles doivent tenir compte de l’exploitation dumulet jaune.Mots clés : Mugil cephalus, mulet jaune, dynamique, croissance, estuaire, fleuve Sénégal 7
  • 11. ABSTRACTMugil cephalus (Linnaeus, 1758, Mugilidae) is a coastal pelagic species that can trace theestuaries and rivers. It is a gregarious fish that lives on sandy or muddy bottoms, often at lessthan 10 m deep.The yellow mules are important in artisanal fisheries in the region of Saint-Louis. It providessubstantial active income to the various industry players. Due to high demand on theinternational market, the fishing of this resource continues to grow with a consequent over-exploitation of the species Mugil cephalus in the Senegal River Estuary. The objective of thiswork is to provide maximum information on the dynamics of Mugil cephalus operating in theestuary of the Senegal River, our study area. The demographic structure of yellow mules isyoung people who grow up faster than they grow. The results of length-weight relationshipshowed a lower bound allometry. Growth parameters and exploitation estimated using theequation of Von Bertalanffly are L ∞ = 50.33cm, K = 0.37, t0 = 0 and the mortality rangesfrom 0.38 to 1.671 by the methods used and natural mortality M = 0618 one virtualpopulation analysis showed that the yellow mules are heavily exploited in the area.The migration is observed in the Grande Côte in Senegal to Mauritania. And marine protectedareas are the northern spawning grounds for the species. Plans for natural resourcemanagement must take into account the operation of the yellow mules.Keywords: Mugil cephalus, yellow mulle, dynamic, growth, estuary, river Senegal 8
  • 12. PREMIERE PARTIE : INTRODUCTION,PROBLEMATIQUE, OBJECTIFS ETGENERALITES 9
  • 13. INTRODUCTIONLes pêcheries mondiales ont considérablement décliné depuis le début des années 70, enraison notamment de la surexploitation des principaux stocks d’intérêt économique.L’Organisation des Nations Unies pour lAlimentation et lAgriculture (FAO,2000) annonceque 47 % des stocks mondiaux de poissons commercialisés sont exploités à leur maximum,18 % sont surexploités, 10 % sont épuisés ou en repeuplement lent. Ils restent 25 % des stockssont modérément sous exploités (FAO, 2000). Sur le plan bioécologique, des modificationsqualitatives et quantitatives de l’abondance des ressources halieutiques consécutives à uneexploitation abusive des ressources biologiques et à des mutations environnementalesimportantes sont apparues. Des menaces et des agressions sous des formes multiples,d’origine anthropique, se développent dans les zones côtières avec un impact négatif sur lesressources halieutiques (FAO, 2008).Selon KANE et al (2008) avec la Mauritanie, le Sénégal est de loin le plus grand producteurde produits de pêche de la sous région1. Parallèlement à la forte demande en produitshalieutiques et en l’absence de politiques adéquates et cohérentes de gestion durable desressources exploitables, une situation de surexploitation des ressources halieutiques s’estinstallée au Sénégal (SENE, 1985). Certaines espèces pélagiques comme le mulet jaunedeviennent de plus en plus rares.Les mulets jaunes à la différence des autres espèces halieutiques présentes sur le littoralsénégalais ne font pas l’objet d’évaluation des ressources, encore moins d’un suivi adéquat deleur exploitation (DEME, 2007). Au Sénégal, sur la Grande Côte, le mulet jaune est capturé par différents engins de pêcheutilisés principalement par les communautés de pêcheurs autochtones. Il s’agit de filetsmaillant dérivant de surface, de filet épervier, de sennes de plage et de sennes tournantes àmulets. Dans notre zone d’étude, les pêcheurs utilisent le mono filament qui est un enginprohibé. L’étude s’intéresse à la biologie et à l’écologie de l’espèce Mugil cephalusnotamment les tailles des captures, la relation taille- poids, l’habitat, les engins de pêchesentre autres. C’est une espèce côtière qui peut remonter les estuaires et les rivières. Cest unpoisson grégaire qui vit sur les fonds sableux ou vaseux, souvent à moins de 10 m deprofondeur.Et face à cette crise que traverse la filière mulet, l’Institut Mauritanien de RechercheOcéanographique et des Pêches (IMROP), l’Union Internationale pour la Conservation de la1 Sous-région : Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Cap Vert, Mali et Mauritanie. 11
  • 14. Nature (UICN) en Mauritanie, la Direction de la Pêche Maritime (DPM) du Sénégal et leCentre de Recherche Océanographique Dakar-Thiaroye (CRODT) ont mis en place en 2003un projet conjoint sur les ressources partagées de mulets, de courbine et de tassergal entre cesdeux pays. Les objectifs sont entre autres la gestion concertée, la recherche et la valorisationdes produits. Selon DEME (2007), pour une gestion partagée de la ressource, il a été demandéau Sénégal et à la Mauritanie de dresser l’état des connaissances sur les pêcheries de mulet.En Mauritanie des recherches on été menées sur l’écobiologie de l’espèce. Au Sénégal, leCRODT mène des travaux de recherche sur la biologie du mulet jaune. C’est dans ce contexteque notre étude s’intéresse à la « Dynamique d’exploitation du Mugil cephalus (Linnaeus,1758, Mugilidés) dans l’estuaire du fleuve Sénégal » qui est une contribution aux différentesétudes menées dans le cadre du projet conjoint sur les ressources partagées de mulets, decourbine et de tassergal entre ses deux pays.Ainsi pour les besoins de la recherche, le CRODT a instauré un système de suivi scientifiquedes ressources halieutiques en général et du mulet jaune en particulier, basé sur la collecte desdonnées pour évaluer les débarquements annuels (DEME, 2007).Nous avons utilisé les logiciels : R pour les analyses statistiques et FISATII pour calculer lesparamètres biologiques notamment la fréquence des tailles et poids, la relation taille-poids, lacroissance, la mortalité, le taux d’exploitation entre autres. Nous nous sommes intéressésaussi aux engins de pêche et à l’habitat.L’intérêt pratique de l’étude est d’apporter des éléments de réponse sur la dynamiqued’exploitation du mulet jaune dans la Langue de Barbarie.Afin d’explorer toute la problématique du sujet, le plan suivant est adopté : Première partie : problématique, justificatifs, objectifs et généralités sur l’espèce Mugil cephalus ; Deuxième partie : présentation de la zone d’étude, matériel et méthode ; Troisième partie : résultats et discussions 12
  • 15. I. 1. PROBLEMATIQUE ET JUSTIFICATIFSDepuis de nombreuses années les stocks de Mugil cephalus de la zone ont fait l’objet d’unesurpêche. Les exploitations artisanales se font à partir de grands points de débarquement (dansles quartiers de Guet Ndar et Goxu mbathie). Quatre grands types dengins sont utilisés pourl’exploitation des Mugilidés. Les filets maillants dérivant de surface et la senne tournante sontles principaux, tandis que les filets dormants et la senne de plage ont une importance moindre.La palangre et la ligne sont aussi utilisées dans la localité pour capturer les mulets.En effet, la surpêche, les captures illégales et la destruction des zones de reproduction ontlargement détruit les ressources halieutiques de l’estuaire du fleuve Sénégal particulièrementle mulet jaune. Ainsi, la quantité de poissons à valeur commerciale pêchée dans les eauxterritoriales sénégalaises a diminué de plus de 80% pour cette espèce depuis les annéescinquante (CAMARA, 2008). Pourtant, la pêche est vitale pour le pays. Elle produitl’équivalent d’un quart du budget national, crée de nombreux emplois et constitue uneimportante source de protéines pour les populations côtières et les régions intérieures.Selon OULD MOHAMED VALL (2004) au stade actuel des connaissances, la recherche surles Mugilidés, le mulet jaune en particulier, soulève un ensemble de problèmes en matièred’écobiologie et de dynamique des populations. Ces problématiques liées à la migration, etmême l’identification de stocks sont autant de zones d’ombre pour une étude d’ensemble etune utilisation fiable des connaissances déjà acquises vers le niveau appliqué (gestion etaménagement).La création de l’aire marine protégée de Saint Louis et du Parc National de la Langue deBarbarie, pourrait beaucoup contribuer à l’aménagement de la pêche artisanale dans cettelocalité. Dans ce contexte et compte tenu du manque d’informations précises surtout, surl’aire de distribution de ces ressources, la problématique centrale concerne essentiellementl’étude de la dynamique d’exploitation du mulet jaune dans l’estuaire du fleuve Sénégal.Les tendances actuelles de l’évolution des stocks de l’espèce Mugil cephalus montrent dessignes inquiétants : diminution de la taille moyenne des poissons capturés, réduction desPrises par Unité d’Effort de pêche. Il apparaît donc indispensable de réactualiser les tailles depremière maturité indiquées dans le code de la pêche et d’accroître les moyens de contrôlepour le respect de la réglementation. Il urge aussi d’observer un repos biologique pourpermettre aux juvéniles d’atteindre l’âge de la maturité sexuelle avant d’être capturées.Le problème central de la dynamique d’exploitation du mulet jaune dans la localité est ladiminution des stocks.Les principales causes du problème sont : 13
  • 16. • Augmentation de l’effort de pêche : exploitation intensive de l’espèce par la pêche artisanale et industrielle par l’utilisation d’engins et techniques de pêches à performance croissante (sennes tournantes et coulissantes, filets maillant dérivants mono filaments, sennes de plage) ; • Absence d’un plan de gestion et d’aménagement : la réglementation sur les types de filets et les mailles autorisés n’est pas appliquée et en plus il n’y a pas de repos biologique dans la localité à l’instar de la Mauritanie. • Modification des facteurs climatiques, hydrologiques et destructions des habitats : la construction du barrage de Diama, les pollutions urbaines, le développement de l’agro-business et les variations sur le climat et les températures ; • Forte demande extérieure : ciblage des femelles gravides pour la production de poutargue, sachant que c’est le potentiel reproducteur de ces espèces qui est gravement menacé. Les conséquences sont : • Réduction des capacités des prises par unités d’effort de pêche • Intensification de la pauvreté chez les pêcheurs et les jeunes empruntent le chemin de l’émigration clandestine ; • La diminution des tailles des captures • La rareté de l’espèce dans la localité pousse certains à aller vers les îles Bidjagos (Guinée Bissau) et Nouadhibou (Mauritanie) pour la recherche de produits halieutiques avec comme conséquence des conflits avec les populations autochtones et les gardes côtes de ces pays.I. 2. OBJECTIFSI.2.1. Objectif généralL’objectif global de l’étude consiste à déterminer la dynamique d’exploitation de l’espèceMugil cephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégal.I.2.2. Objectifs spécifiquesDe manière spécifique, les objectifs recherchés par cette étude visent à : Déterminer et analyser les paramètres biologiques et écologiques de l’espèce : la fréquence taille, les relations taille-poids ; Montrer l’évolution de l’espèce dans la localité avec le temps notamment les stocks, la mortalité, le recrutement entre autres ; 14
  • 17. Analyser l’impact des aménagements notamment la contribution de l’Aire Marine Protégée de Saint Louis et le Parc National de la Langue de Barbarie dans la gestion durable des ressources halieutiques.I.3. Généralités sur l’espèce étudiéeI.3.1. Caractéristiques taxonomiques et morphologiquesI.3.1.1. Caractéristiques taxonomiques : Mugil cephalusSix espèces de mulets sont répertoriées dans la Grande Côte du Sénégal (DEME et al., 2007).Il s’agit de : Mugil cephalus, Mugil bananensis, Mugil capurii, Liza aurata, Lizagrandisquamis et Liza falcipinnis. Une partie de ces espèces se trouve aussi bien en mer quedans la vallée du fleuve Sénégal.Mugil cephalus est connu sous le nom courant de mulet jaune en français, Diabaï en Wolof2.Dans la classification elle occupe la place suivante (voir tableau 1) :Tableau 1: Taxonomie de l’espèce Mugil cephalus CLASSIFICATIONRègne AnimaliaEmbranchement ChordataSous-embranchement VertebrataSuper-Classe OsteichtyesClasse ActinopterygiiSous-classe NeopterygiiInfra-class TeleosteiSuper-ordre AcanthopterygiiOrdre MugiliformesFamille MugilidaeGenre MugilNom binominal : Mugil cephalus (Linnaeus, 1758)Statut de Conservation UICN : LC= Préoccupation mineure autrement l’espèce n’est pasdans la liste rouge de l’UICNSource : http://www.aquamaps.org2 Dialecte parlée par les Wolofs ethnie majoritaire au Sénégal 15
  • 18. I.3.1.2. Caractéristiques morphologiquesLe corps est gris olive sur le dos. Les flancs sont argentés. Le ventre est blanc. Des rayuressont parfois présentes sur les flancs. Les lèvres sont fines. Les nageoires pectorales sontcourtes. Elles natteignent pas lœil lorsquelles sont retournées vers lavant. Les yeux sontprotégés par une paupière adipeuse. La taille maximale rapportée est de 120 cm pour 12 kgmais demande à être confirmée.Photo 1 : Mugil cephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégal(sarr, 2010)Schéma 1: Anatomie externe Mugil cephalus (source : FAO, 1985) 16
  • 19. Le corps est cylindrique et robuste. La tête est large. La largeur dépasse celle de la fentebuccale.Il a une paupière adipeuse bien développée, couvrant la majeure partie de la pupille avec unelèvre supérieure mince, sans papilles. Les dents labiales de la mâchoire supérieure sontpetites, droites, denses, et en plusieurs rangées. La fente buccale se termine au-dessous de lanarine postérieure. Le mulet jaune a deux nageoires dorsales. La première contient 4 épines etla seconde 8-9 rayons mous. Le début de la première nageoire dorsale est plus près de lapointe du museau que de la base de la nageoire caudale. Le début de la deuxième nageoiredorsale est à la verticale entre la moitié et un quart le long de la base de la nageoire anale. Lanageoire anale a 8 rayons mous. Les nageoires pectorales contiennent 16-19 rayons. Lapectorale axillaire mesure environ le tiers de la longueur de la nageoire. Les deux cæcapyloriques présentent 36 à 45 écailles des séries latérales. La couleur arrière est bleu vert.Celle des flancs et du ventre est pâle ou argentée. Les écailles sur le dos et les flancs formenthabituellement des raies longitudinales. On note la présence d’une tache sombre sur laxillo-pectoral (FAO, 1985).I.3. 2. Distribution géographique et habitatI. 3.2.1. Distribution géographiqueMugil cephalus (Linnaeus, 1758) est connu encore sous le nom de Mugil ashanteensis,(BLEEKER, 1863). Sa répartition irait du Maroc à l’Angola (OULD MOHAMED VALL,2004). L’espèce ne se différencie du Mugil cephalus d’Europe que par: la coloration jaune deses nageoires, le nombre d’écailles en ligne latérale toujours inférieur à 40 et une distributionplus large dans les mers tempérées.Elle est cosmopolite dans les eaux côtières de la plupart des zones tropicales et subtropicales.Dans lOcéan atlantique occidental, on le trouve à partir de la Nouvelle-Écosse, Canada enallant au sud jusqu’au Brésil, y compris le Golfe du Mexique. Il est absent en Bahamas et enmer dans les Caraïbes. Dans lOcéan Atlantique oriental, le mulet jaune se trouve dans leGolfe de Gascogne (France) et jusqu’en Afrique du Sud, y compris la Méditerranée et la MerNoire. La chaîne orientale de lOcéan Pacifique comprend la Californie du sud vers le sudjusqu’au Chili. 17
  • 20. Habitats : Mugil cephalusCarte 1: Distribution géographique du mulet source (http://www.aquamaps.org)I.3.2.2. Ecologie de l’espèceMugil cephalus est une espèce pélagique côtière qui peut remonter les estuaires et les rivières.Cest un poisson grégaire qui vit sur les fonds sableux ou vaseux, souvent à moins de 10 m deprofondeur. De mœurs diurnes, il se nourrit de zooplancton, de larves, de déchets, dalgues,dorganismes benthiques, ainsi que de petits poissons. Il est présent fréquemment sur les côtesdans les estuaires et les environnements deau douce. Les mulets jaunes ont un gésierpossédant une paroi épaisse à l’intérieur de leur estomac avec un long appareil gastro-intestinal qui leur permet de salimenter sur les détritus. Ils jouent un rôle de lien écologiqueimportant dans lécoulement dénergie au sein des communautés vivant dans les estuaires. Ilss’alimentent par succion de la couche supérieure de sédiments. Ils prennent également dusédiment qui aide dans la digestion de la nourriture dans le gésier. Les mulets jaunes senourrissent également sur les épiphytes et lépifaune des herbes marines. Ils ingèrent lécumeextérieure contenant des micro-algues se trouvant à linterface air-eau. Les larves du muletjaune se nourrissent principalement sur des micro-crustacés. Des copépodes, des larves demoustiques et des débris de plantes ont été trouvés dans le contenu stomacal. Les quantités desable et de détritus dans le contenu de lestomac augmentent avec sa longueur. Au fur et àmesure que le poisson grandit il ingère plus de nourriture provenant des substrats du fond. 18
  • 21. I.3.2.2.1. La salinité du milieuLes adultes sont trouvés dans les eaux dont la salinité s’étend de 0 à 75‰, alors que lesjuvéniles ne peuvent tolérer de telles variations de salinité qu’après avoir atteint des longueursde 4-7 cm (FAO, 1985). Les adultes forment des bancs énormes près des surfaces sur lesfonds sableux ou boueux et de la végétation dense. Ils émigrent en groupes vers la merouverte pour le frai. Les larves se déplacent vers la côte dans les eaux extrêmement peuprofondes qui procurent une protection contre les prédateurs ainsi quun environnement richeen nourriture. Après avoir atteindre 5 cm de longueur, ces jeunes mulets se déplacent vers leseaux légèrement plus profondes. L’espèce peut atteindre une longueur maximale de 120cm etun poids de 12kg pour une durée de vie de 15ans.I. 3.2.2.2. La températureLa température et la salinité des eaux estuariennes sont soumises à des variationssaisonnières. Les eaux issues de la mer ont une température variant entre 16 °C et 30 °C. Parcontre leau douce issue des crues du fleuve a des températures sensiblement plus élevées queles précédentes.Quand les vannes du barrage de Diama restent fermer en saison sèche, le taux de salinité danslestuaire est sensiblement égal à celui de leau de mer (35 g/l). Par contre quand ces vannessont ouvertes pour évacuer la crue, il y a une dilution de la masse deau et les taux de saliniténaguère élevés baissent. Cette baisse connaît également une variabilité spatiale car il estdémontré que les taux de salinité les plus élevés sont enregistrés à lembouchure et les plusfaibles en amont (barrage de Diama). 19
  • 22. DEUXIEME PARTIE : PRESENTATIONDE LA ZONE D’ETUDE, MATERIEL ETMETHODE 20
  • 23. II.1. Présentation de la zone d’étude II.1.1. Le milieu Physique Le département de Saint-Louis est situé dans la région du même nom, qui occupe le nord du Sénégal et constitue une zone tampon entre lAfrique arabo-berbère et lAfrique noire. Il est localisé entre les latitudes 15°45 et 16°30 nord et les longitudes 15°40 et 1 6°35ouest (Seck, 2004). La région est au carrefour de locéan Atlantique, du désert du Sahara et des régions soudano-sahéliennes. Elle est traversée par le fleuve Sénégal sur toute sa longueur. La ville de Saint-Louis est située dans un site amphibie du Delta du fleuve Sénégal et dans une zone de formation quaternaire particulièrement basse et plate. La forme du site résulte dun alignement dunaire peu élevé, orienté du nord-est au sud-ouest sur la partie continentale. A louest, nous avons un cordon littoral constituant la Langue de Barbarie3, qui donne une forme générale au relief et à lhydrographie. Carte 2 : Localisation de la Région de Saint Louis dans le Sénégal Le climat est du type sahélien avec une saison des pluies, une saison sèche froide et une saison sèche chaude. La ville est néanmoins constamment balayée par les alizés maritimes. Les températures moyennes annuelles sont respectivement 16°C pour les mois les plus froids et 30°C pour les mois les plus chauds. La pluviométrie est faible, mal répartie dans le temps et est de lordre de 250 mm en moyenne annuelle, avec une saison des pluies courte de trois mois (mi-juillet à mi-octobre) selon Seck (2004). Deux types de sols existent dans le territoire communal :• les sols du « Waalo » plus ou moins argileux dorigine alluvionnaire, ce sont des sols allomorphes, contenant des sels solubles ; 3 cordon littoral situé à louest de lîle de Saint Louis qui sépare le petit bras du fleuve de locéan. 21
  • 24. • les sols dunaires dans la zone des « Niayes 4». La végétation est composée despèces diverses et variées qui sont souvent résistantes à la forte salinité des terres, avec Casuarina equisetifolia (filao) comme espèce dominante sur le littoral. Le réseau hydrographique est déterminant dans larchitecture de la cité. Le plan deau naturel du fleuve est soumis aux fluctuations saisonnières. Les crues peuvent atteindre une côte de 1,8m en saison des pluies. Pendant la saison sèche, le débit du fleuve est presque nul et son niveau moyen correspond à celui de la mer. Un canal de délestage du trop plein fluvial est creusé depuis 2003 sur la Langue de Barbarie pour parer aux inondations constatées au niveau de certains quartiers de la ville pendant lhivernage. L’ouverture de ce canal a engendré de graves problèmes écologiques dans la localité notamment la salinisation des terres, l’accélération de l’érosion côtière entre autres. II.1.2. L’hydrologie a) - Les remontées d’eaux froides Les côtes sénégalaises sont baignées par dimportantes remontées deaux profondes ou "upwellings" qui proviennent des eaux centrales du sud de l’Océan Atlantique. Par définition, l’upwelling est le phénomène de remontées d’eaux profondes froides. Il est généré par les alizés en saison froide. Il assure un enrichissement en éléments nutritifs du milieu et favorise le développement du plancton qui constitue la base de l’alimentation des poissons pélagiques. Les variations de l’alizé, de l’upwelling ont des conséquences sur la pêche en particulier sur la survie des larves, le recrutement et les captures. Selon le modèle V.W. Ekman cité par CURY et ROY(1991), le vent met en mouvement les couches superficielles de l’Océan qui sont alors déviés par la force de Coriolis. Le transport résultant au sein de la masse est orientée non pas dans la direction du vent mais vers la droite dans l’hémisphère nord. La couche superficielle soumise à l’action du vent est appelée couche d’Ekman, l’auteur qui a décrit pour la première fois l’effet du vent sur les courants. Selon la théorie d’Ekman dans l’hémisphère nord, un vent qui souffle du pôle vers l’équateur le long d’une côte orientée Nord-Sud va entrainer un déplacement vers le large (pour une côte située sur le bord Est d’un Océan) de la masse d’eau comprise entre la surface et le bas de la couche d’Ekman. Et le long des côtes sénégalaises, la saison des alizés, vents de secteurs N-NW à NW-N favorables à l’upwelling, s’étend du mois de décembre au mois de mai. Ces eaux recouvrent progressivement le plateau continental où lon peut alors observer des 4 Bande de terre fertile, située le long du littoral au Sénégal 22
  • 25. températures de lordre de 16 à 18°C et des salinités de 35,5 à 36,0 ‰ (SENE & NDIAYE,2009). La durée moyenne de la saison froide varie en fonction de la latitude comme le montrecelle de l’upwelling (Tableau n°2). Laction fertilisante de ces remontées deaux profondesrésulte d’un apport à la surface deaux riches en sels nutritifs généralement issues de laminéralisation de la matière organique que lon trouve sur le fond. A Saint-Louis, elle se faitsentir à partir du mois de novembre au mois de mai. C’est la période où les petits pélagiquessont abondants au niveau de la Langue de Barbarie.Selon DOMAIN (1978) quand l’upwelling sénégalais se déclenche, les espèces à affinitésaharienne ou espèces d’eaux froides localisées dans les eaux mauritaniennes migrent vers lesud. Ces espèces sont : Dentex gibbossus, Mugil cephalus, Sparus coerusleostictus, Pagellusbellotti, Epinephelus aenus, Pomatomus saltator… La migration débute au mois d’août entre20 et 30°N et se stabilise vers 10 et 16°N au mois de février.Tableau 2: Durée moyenne de l’upwelling sur la côte ouest africaine Zones Latitude Nord Périodes Durée moyenne d’Upwelling (mois) Cap Blanc 23° toute l’année 12 Nouakchott 17°50 octobre à juin 9 Saint-Louis 16° novembre à mai 7(So u rc e : S ch ema in d a e t Neh r in g , 1 9 7 5 c it ée p a r S èn e e t Nd ia ye, 2 0 0 9 )b)- Les eaux de surfaceLes eaux de surface dans la région de Saint-Louis découlent de l’estuaire du fleuve Sénégal.En effet, l’Aire Marine Protégée (AMP) de Saint-Louis et le Parc National de la Langue deBarbarie (PNLB) sont sous l’influence directe du fleuve Sénégal. Ils sont reliés par le canal dedélestage creusé en 2003, devenu par la suite la nouvelle embouchure avec l’ensablement et lafermeture progressive de l’ancienne embouchure située en aval de Gandiole.II.1.3. Caractéristiques socio-économiquesLe contexte socio-économique de Saint-Louis en général, celui de la Langue de Barbarie enparticulier est fortement marqué par la présence de l’océan qui conditionne quasi totalementl’ensemble des activités de ce cordon littoral.La Langue de Barbarie est caractérisée par une présence humaine appartenant à lacommunauté des pêcheurs de Guet-Ndar, pionnière de la pêche artisanale maritime. 23
  • 26. Les wolofs de Guet Ndar forment avec les Lébous du Cap-Vert5 et les Nyominka des îles duSaloum, les trois communautés de pêcheurs les plus importantes du Sénégal (KEBE, 1986cité par SENE et NDIAYE, 2009). L’histoire des populations de la Langue de Barbarie estintimement liée à la pêche, à la fois comme source alimentaire et activité génératrice derevenus. C’est une activité qui a longtemps joué un rôle moteur dans l’économie de la ville deSaint-Louis. Le peuplement de la Langue de Barbarie a été et reste essentiellement dominépar les wolofs autochtones et les maures.II.1.3.1. DémographieLa ville de Saint-Louis connaît une forte croissance démographique dès la première décenniede l’indépendance, bien qu’elle ait perdu dès le milieu des années 1950 l’essentiel desattributs (transfert de la Capitale à Dakar) qui ont justifié pendant de longues décennies saposition de pôle administratif et économique.Selon les résultats provisoires du Recensement Général de la Population et de l’Habitat(RGPH) de 2002, la population de la région de Saint-Louis était estimée à 695 720 habitants.Le taux de croissance entre 1976 et 1988 est passé de 2,1 % à 3,2 %. Il a atteint 3,7% en 2002(Bureau Régional de la Prévision Statistique). Aujourd’hui, la population est estimée à799 105 habitants. Les femmes représentent 51,38 % au niveau régional.II.1.3.2. Les activités économiquesLa pêche artisanale maritime constitue l’activité économique phare dans la localité.Cependant l’agriculture, l’élevage, le tourisme entre autres contribuent fortement audéveloppement socio-économique de cette région.La pêche à Saint-Louis est une activité très ancienne qui a connu bien des mutations. Des origines à la moitié du 20ème siècleL’utilisation des pirogues par les pêcheurs de la ville de Saint-Louis date du 16e siècle (SENEet NDIAYE, 2009). Les produits de la mer à l’époque faisaient l’objet de troc entre cespopulations et les maures en échange de dattes et de sel.L’abondance du poisson dans le fleuve, la difficulté de franchir la barre et la saisonnalité de lapêche en mer n’incitaient pas les pêcheurs à entreprendre la pêche dans l’océan.Cependant, l’administration coloniale avait imposé une série de restrictions à la fois sur lestechniques et les lieux de pêche dans un souci de sauvegarder les ressources (SENE &NDIAYE, 2009).5 Ancienne appellation de la ville de Dakar 24
  • 27. Cette nouvelle donne a eu comme corollaire, la baisse des revenus des pêcheurs, victimes dela législation coloniale (interdiction partielle de pêcher dans le fleuve). Les pêcheurs ontcommencé donc à s’orienter peu à peu vers la mer à partir du 19e siècle malgré les risquesqu’ils encouraient. Au niveau de Guet-Ndar, l’orientation vers la mer relève plus d’un choixsocio-économique forcé, que d’une simple activité traditionnelle.Par ailleurs, les difficultés de sortie en mer, l’immobilisation prolongée des embarcations parsuite de mauvais temps, la courte durée des campagnes de pêche avec des sorties souventpauvres, sont des contraintes majeures à la survie des populations dont l’activité était réduite àla pêche.De 1950 à nos joursLa principale alternative qui s’est offerte à l’époque aux pêcheurs est l’émigration vers lescentres de pêches aux conditions naturelles moins hostiles avec des débouchés commerciauxplus importants. Les migrants s’installent d’abord à Cayar au Sénégal, ensuite vers le sud dupays avant de sillonner toute l’Afrique Occidentale Française.A la fin des années 50, 3000 des 5000 pêcheurs que compte la périphérie partent en migrationloin de Saint-Louis pendant plusieurs mois chaque année (HATHIE, 1985) cité par SENE etNDIAYE (2009).Au plan national, la pêche artisanale a connu bien des évolutions depuis les années 50.Quelques industriels de transformation des produits de la mer ont essayé avec beaucoup dedifficultés de s’implanter au Sénégal, fondant leurs espoirs sur la seule production artisanale(KANE, 1985) cité par SENE et NDIAYE (2009). A cette époque, les captures pour la pêcheartisanale étaient trop limitées au regard de la demande des industries de transformation.Ils pêchaient surtout avec modération pour l’autoconsommation, l’approvisionnement en fraisdu marché local. Ils n’arrivaient pas à satisfaire la demande. Les services techniques de lapêche ont incité les piroguiers à intensifier leurs efforts de pêche avec comme conséquenceune surexploitation des produits halieutiques.Ainsi un projet de « modernisation de la pêche » est engagé par les services des pêches en1951. Son premier objectif était la motorisation des pirogues. A Saint-Louis, l’introduction demoteurs hors bord date de 1952.II.2. Présentation de l’estuaire du Fleuve SénégalNé des régions montagneuses guinéennes, le fleuve Sénégal parcourt 1.700km avant de sejeter en mer au sud de la ville de Saint Louis par une embouchure unique. Dans sa partieterminale communément appelée estuaire, le bassin fluvial est envahi par les eaux marines qui 25
  • 28. remontent son lit naturel en saison sèche jusquau barrage de Diama avant dêtre refoulées parles eaux de crue en hivernage. I1 faut dire que lutilisation de la notion destuaire pour le casspécifique du fleuve Sénégal est trop controversée.Selon PRITCHARD (1955) cité par DIA (2000), lestuaire est "une zone de mélange entreleau douce et l’eau salée".I1 convient dajouter à cette définition trop simple que le terme destuaire recouvre une grandediversité dinterfaces qui ne sont en aucune façon comparables entre elles. DaprèsJOUANNEAU (1981) cité par DIA (2000), la classification des estuaires se base sur troiscritères principaux que sont : le rapport de compétence du fleuve sur l’énergie de la marée, laplus ou moins grande maturité de l’écosystème et la charge solide.En ce qui concerne le fleuve Sénégal, il faut signaler que la notion destuaire y est discutée parcertains spécialistes en géomorphologie littorale. La controverse réside en effet sur la naturede la partie terminale du fleuve : sagit-il dun delta ? dun pseudo-delta ? dun delta fossile ?ou tout simplement dun estuaire ?DUBOIS (1955) cité par DIA (2000), défendait la thèse dun pseudo-delta en soulignantnotamment lunicité de lembouchure du fleuve, la présence dune côte à peu prés rectiligne,lintrication entre les dunes parallèles à la direction générale de lécoulement et les bras qui sefaufilent dans leurs intervalles et enfin limportante remontée de leau salée dans le cours dufleuve.Pour ce dernier le fleuve Sénégal se termine par un véritable delta en raison duneconstruction alluviale de niveau de base édifiée dans une nappe deau, du colmatage del’ancien golf nouackchottien fermé en lagune et larrivée des alluvions jusquau au niveau dela côte.Toutefois nous convenons avec KANE (1997) que le cours inférieur du Sénégal se terminepar un véritable estuaire. Les raisons pour lesquelles le fleuve se déverse en mer par un chenalunique sont à rechercher dans le régime hydrologique et dans le jeu de la dynamique littorale.Avant laménagement du barrage hydro agricole de Diama, la marée remontait le cours dufleuve jusquau village de Diouldé Diabé à 450 km de lembouchure, et la langue salée jusquàPodor. La zone estuarienne était alors plus vaste quaujourdhui. Depuis 1986, elle est limitéeen amont par le barrage de Diama, et en aval par son embouchure caractérisée par une 26
  • 29. extrême mobilité. Ce milieu est constitué de deux marigots en rive droite en aval du barrage,du Djeuss barré au niveau de Dakar-Bango, de petits affluents comme le Khor et le Marméalqui recoupent le Sénégal en amont de Gandiole, du petit bras du fleuve entre la Langue deBarbarie et lîle de Saint-Louis et enfin du complexe lagunaire situé entre Saint Louis etGandiole.II.2.1. Dynamique marine au large de l’estuaireLa dynamique marine au large de lestuaire du fleuve Sénégal est essentiellement dominée parla présence de houles de NW, engendrant une dérive littorale de même direction. Cette dérivelittorale provoque un important transport de sable qui a fini par édifier le cordon littoralsableux de la Langue de Barbarie. Les houles du SW exercent une faible influence surlévolution du littoral au large de Saint Louis. Elles perdent une bonne partie de leur énergiepar suite dune diffraction au niveau de la presquîle du Cap Vert qui constitue un véritableécran dont labri englobe toute la Langue de Barbarie.Le transit sédimentaire assuré par la dérive littorale aux larges des côtes saint louisiennes estsoumis à des périodes daccélération et de ralentissement facilement observables sur lesprofils de plages. Les estimations de ce transit sédimentaire varient entre 223 000 à 550 000m3/an (BARRUSSEAU, 1981) cités par SALL (1982).II.2.2. La Dynamique fluviale interneLa dynamique interne de lestuaire est contrôlée par le fleuve en coordination avec les actionsde la marée qui ne sont pas des moindres. Les apports fluviaux ont plutôt tendance à façonnerle rivage interne de la Langue de Barbarie. Si, à lheure actuelle, le fleuve Sénégal ne joue pasun rôle essentiel dans l’édification de la flèche littorale, il peut en revanche contribuer à sonérosion au cours de la crue. Ceci peut aboutir à sa rupture complète et à la création dunenouvelle embouchure.Le barrage de Diama est le facteur clé qui détermine à lheure actuelle lhydrodynamismeestuarienne par le phénomène douverture et de fermeture des vannes. Ainsi deux périodespeuvent être décrites : une période longue de 7 à 8 mois pendant laquelle lestuaire est soumisà la présence des eaux issues de la marée océanique et une période plus courte de 3 mois aucours de laquelle lestuaire est envahi par les eaux de crue. 27
  • 30. II.3. Présentation des Aires Marines Protégées du NordII.3.1. Aire Marine Protégée de Saint LouisL’AMP est à cheval entre la commune de Saint-Louis et les Communautés rurale de NdiébèneGandiole et de Gandon. Elle a une superficie de 49 600 ha. C’est la plus grande aire marineprotégée du pays.En effet, la Langue de Barbarie est caractérisée par une forte présence de populations depêcheurs dans la localité. L’histoire de cette population est intimement liée à la pêche, à lafois comme source alimentaire et activité génératrice de revenus. Mais la surexploitation de labiodiversité marine et côtière suite à l’augmentation de l’effort de pêche et de l’usage desengins de pêche peu respectueux des normes de gestion durable, a eu pour conséquence, unebaisse de la productivité des ressources halieutiques et une dégradation des habitats (DIONEet NDIAYE, 2010).Par conséquents certains habitats vulnérables ont été identifiés et sont en cours de protectionen vue d’améliorer leur productivité. L’AMP dispose d’un organe de gestion (personneladministratif et comité de gestion). Toutefois, la matérialisation des limites et l’élaborationd’une charte locale de bonne gestion entérinée par l’autorité administrative, restent à réaliserII.3.2. Parc National de la Langue de BarbarieLe PNLB a une superficie de 2.000 ha et est créé en 1976. Il est situé au nord-ouest dansl’estuaire du fleuve Sénégal dans la région de Saint-Louis à 300km de Dakar (DIONE etNDIAYE, 2010). Il constitue un site de nidification d’oiseaux : environ 3000 couples demouettes à tête grise (Larus cirrocephalus), 2000 couples de goélands railleurs (Larus genei),de nombreux autres Laridea (sternes royales-Sterna maxima, sternes caspiennes-Sternacaspia, sternes fuligineuses-Sterna fuscata). C’est aussi un site de nidification des tortuesmarines : genres Dermochelys , Caretta et Chelonias. Selon DIONE et NDIAYE (2010), leparc est menacé par le changement du régime de l’estuaire, suite à l’ouverture d’un canal dedélestage en amont, en 2003. Ces mêmes auteurs ont décelé d’autres problèmes :- l’existence d’un disfonctionnement de l’axe hydraulique avec la tendance du fleuve à setransformer en lagune ;- l’intensification de l’érosion des berges, la disparition de la végétation ligneuse ;- l’augmentation de la salinité, la variation spécifique et la diminution de la faune ichthyenne. 28
  • 31. Carte 3 : Localisation du Fleuve Sénégal et des Aires Marines Protégées du Nord 29
  • 32. Le fleuve Vers Lieux de pêche Xerwureywi Océan Atlantique Guet-Ndar Langue de Barbarie Villages environnants AMP/SL Gandiolais Guent Fonds Aires Marines Protégées Doune BABA vaseux Canal de délestage (bintt) Assane K Bernard Zonage participatif Fonds sablo-vaso- coquillés(JOXOR) Buturail Pilote Bossyi PNLB Tassinére e Mouit Mouit K Pikeurgui Bernard (recif) Niari miles Mboumbay Dégouniay Vers LougaCarte 4 : Représentation schématique des pêcheries dans et autour des AMP du Nord (Source modifiée de Google Earth , juin 2010) 30
  • 33. II. 4. MATERIELII.4.1. Les outils de collectes de donnéesLes outils de collectes de données sont constitués : - un ichtyo mètre : pour la mensuration des individus ; - d’un peson pour déterminer le poids de l’espèce ; - un appareil photo numérique pour collecter des images ; - d’une fiche collecte pour enregistrer les données.II.4.1.1. Le questionnaire d’enquête et guide d’entretienLe questionnaire est utilisé pour recueillir des informations auprès des populations depêcheurs, des mareyeurs, des femmes transformatrices et autres personnes intervenant dans lafilière mulet jaune. Il est basé sur les aspects suivants : - Les unités et types d’engin de pêche utilisé dans la localité pour capturer le mulet jaune ; - Les lieux et les profondeurs pour la pêche au mulet ; - L’effort de pêche ; - Les difficultés rencontrées dans le secteur de la pêche ; - L’écologie de l’espèce et les conséquences de la modification des habitats….Cependant le guide d’entretien est adressé aux personnels des services de la pêche, de lacapitainerie du port de Saint-Louis, des techniciens du CRODT, les gestionnaires des airesmarines protégées de la localité (AMP/SL et PNLB) etc.II.4.1.2. Le Traitement des donnéesLes données collectées sont traitées d’abord à l’aide du tableur Excel. Nous avons utilisé deuxlogiciels différents pour les analyses statistiques et biométriques. Il s’agit du logiciel R.2.10.1qui nous a permis de calculer la relation taille-poids. Ensuite le logiciel FISATII (FAO andICLARM Stocks Assessment Tools) est utilisé pour lanalyse des paramètres biologiques despopulations étudiées.L’évaluation des taux d’exploitation de l’espèce Mugil cephalus a pour but de renseigner surl’utilisation optimale de cette ressource halieutique. Le taux d’exploitation et la notion destock sont étroitement liés aux notions de paramètres de croissance et de mortalité. Cesparamètres sont des valeurs numériques d’une équation par laquelle on peut prédire la taillecorporelle de l’espèce Mugil cephalus lorsque celle-ci atteint un certain âge. 31
  • 34. A ce niveau nous avons utilisé l’équation de croissance de von Bertalanffy (L(t)=L∞× [1-exp(-k×(t-t0))]) qui envisage la longueur corporelle en fonction de l’âge.Lt : Longueur du poisson au temps tK : Coefficient de croissance.to : Temps (âge théorique du poisson) où la longueur est supposée nulle,L∞ : Longueur asymptotique quand t tend vers linfini (taille asymptotique du poisson)L’équation de capture de Baranoy (taux d’exploitation), les taux de mortalités naturelles entreautres paramètres seront déterminés dans le traitement des données. 32
  • 35. II.5. METHODELa méthodologie mise en œuvre comprend essentiellement quatre parties : la recherchedocumentaire, les observations directes, les enquêtes de terrain, la collecte de données(mensurations des captures) ainsi que le traitement et lanalyse des informations.II.5.1 La recherche documentaire et observation sur le terrainLa recherche documentaire a permis de passer en revue les statistiques et les documentsdisponibles sur la pêche artisanale pour l’espèce étudiée. Elle est menée au niveau de certainscentres de documentation et d’information notamment le Centre de RechercheOcéanographique Dakar Thiaroye, l’Inspection Régionale des Services de Pêche de SaintLouis, la bibliothèque de l’Université Gaston Berger et sur l’internet. Pour élargir l’éventaildu recueil de données, nous avons interrogé des personnes ressources qui évoluent dans lesecteur de la pêche artisanale.Sur le terrain, les observations nous ont permis d’avoir un bref aperçu au niveau de la filièremulet. Des photos numériques ont été prises sur le site de débarquement lors des différentessorties effectuées.II.5.2. Choix de la zone d’étudeL’étude est menée au niveau de l’estuaire du fleuve Sénégal particulièrement dans la ville deSaint Louis du Sénégal. La délimitation de la zone d’étude est effectuée à l’aide destechniciens du CRODT. Les critères suivants ont permis de délimiter la zone d’étude : • Les lieux de débarquements ou quais de pêche situés dans les quartiers de Goxu mbathie, Sor Diagne et Guet ndar ; • Les lieux de pêche à la ligne : le pont situé sur la route nationale n°2 traversée par un bras du fleuve Sénégal et le canal de délestage au niveau du village de Keur Ibra Dièye.Ces lieux sont fréquentés par les différentes catégories socioprofessionnelles du secteur de lapêche artisanale. Il s’agit de pêcheurs, de femmes transformatrices, de mareyeurs, de vendeursde denrées alimentaires ou de petits articles entre autres.II.5.3. L’échantillonnageLes individus enquêtés sont des pêcheurs, des chefs de ménages détenteurs de pirogues, destechniciens du secteur de la pêche, des mareyeurs, des femmes transformatrices et autrespersonnes ressources. Nous avons utilisé un échantillon aléatoire simple issu d’une populationfinie. Les éléments sont choisis un à un de telle sorte que les individus restants dans la 33
  • 36. population aient la même probabilité dêtre sélectionné. C’est une méthode déchantillonnageprobabiliste qui entraîne la sélection dun échantillon à partir dune population. Cettesélection repose sur le principe de la randomisation ou la chance.Cette démarche méthodologique, nous a permis d’avoir un échantillon représentatif pour lesacteurs de la filière mulet jaune autrement dit toutes les différentes catégoriessocioprofessionnelles sont interrogées. Notre échantillon porte sur un effectif de quarantedeux (42) individus enquêtés suivant plusieurs critères : - La disponibilité de la personne enquêtée : avec les techniciens du CRODT, nous avons identifié et localisé ces individus ; - La connaissance de l’espèce : les personnes interrogées sont soit des pêcheurs, des femmes transformatrices soit des techniciens qui ont une bonne connaissance de l’espèce étudiée.Sur le terrain nous avons pris un échantillon de poisson (Mugil cephalus) pour différentescaptures suivants les débarquements pour les mensurations, les pesées entre autres. Le mêmeprincipe est utilisé pour la sélection et la mensuration des mulets jaunes. Avec les enquêteursde CRODT, nous avons sillonné les quartiers de Goxu mbathie, Sor Diagne et de Guet ndarpour collecter des échantillons de différentes espèces capturées dans la localité. Le travailconsistait à mesurer la longueur des poissons capturés en particulier les mulets jaunes. Nousavons réalisé l’étude entre le début du mois de mai et la fin du mois de juillet 2010. Lesrésultats suivants ont été obtenus : 822 mulets jaunes collectés et mesurés pour le mois de mai 2010 ; 782 individus Mugil cephalus collectés et mesurés pour le mois de juin 2010 ; 660 mulets jaunes collectés et mesurés pour le mois de juillet 2010.Au total nous avons collecté et travaillé sur un échantillon de 2 264 poissons de tailles et depoids différents. Après mensurations ces échantillons ont été remis à leur propriétaire.Pour chaque semaine nous avons effectué 03 sorties sur une période de trois mois. Au totalnous nous sommes rendus 36 fois sur le terrain. Notre taux d’échantillonnage avoisine les42.85%. 34
  • 37. TROISIEME PARTIE : RESULTATS ETDISCUSSIONS 35
  • 38. III. 3.1. ANALYSES STATISTIQUESLes mensurations sont effectuées sur place au niveau des différents débarcadères à l’aide d’unruban métrique. Les données sont consignées sur une fiche de collecte. Elles concernent lalongueur totale pour chaque individu. Cependant le poids d’un individu est calculé à partir del’équation W=aLtba : Ordonnée à lorigine qui dépend de la densité de lindividu et de ses proportions ;b : Coefficient dallométrie.W= poids d’un individu, Lt= Longueur totaleL’utilisation dune relation taille-poids permet datteindre deux objectifs : la conversion dunetaille en poids théorique et inversement et le passage de la croissance linéaire à la croissancepondérale.La forme originelle de cette relation (b = 3) suppose que la croissance est isométrique, cest-à-dire que la forme et la densité du corps ne varient pas avec lâge. Par contre si b > 3 il y a uneallométrie majorante et elle est minorante dans le cas de b < 3.Plusieurs relations du type y = ax + b liant les longueurs entre elles et aussi les poids entreeux, selon que les individus sont éviscérés ou non, ont été établies. Pour notre cas les poissonsne sont pas éviscérés. Nous n’avons pas fait une différenciation entre les sexes. Leséchantillons pris sont mesurés puis remis aux propriétaires.Les valeurs de a et b sont déterminées par ajustement de la fonction au nuage des pointsobservés, après linéarisation de la courbe par transformation logarithmique.Log W = Log a + b Log LDes relations taille-poids ont été établies sur des individus non éviscérés à partir de l’équationW= aLb ; a et b sont des constantes appelées paramètres de croissance. On a pour lesvaleurs : a= 0.00717 et b= 2.9510. Cette conversion des tailles des prises en poids esteffectuée grâce à des relations taille/poids (par individu) obtenues à partir du site :www.fishbase.org. Donc l’équation devient : W= 0.00717L2.9510Pour les différentes valeurs de W voir annexe n°1 36
  • 39. Figure 1: Evolution du poids Mugil cephalus dans le fleuve Sénégal en fonction de sa tailleEntre L= 22cm et L=34cm, le poids augmente d’une manière exponentielle. Mais au-delà deL=35cm, l’augmentation en poids pour l’espèce Mugil cephalus ne suit pas celle de salongueur. Ici l’allométrie est minorante, donc le poids croit relativement moins vite que lalongueur. Le coefficient de corrélation obtenu est proche de 1 (R=0.986), montrant ainsi unetrès bonne corrélation entre les deux paramètres étudiés : la taille et le poids des individusIII. 3.2. ANALYSES BIOMETRIQUESD’après l’encyclopédie Universalis : « la biométrie désigne la science des variationsbiologiques, des phénomènes qui s’y attachent et des problèmes qui en découlent ». Doncl’analyse biométrique est une interprétation mathématique des caractéristiques biologiquesdune espèce, destinée à déterminer son identité de manière irréfutable. Les paramètresbiologiques étudiés concernent la croissance, la taille, le poids, la naissance, la mortalité entreautres.La croissance d’une espèce consiste à établir une corrélation entre une variable mesurable(taille, poids) caractérisant un individu et lâge de cet individu. Cette relation est obtenue parun modèle mathématique dont les paramètres, nécessaires en dynamique des populations, sontobtenus par analyse de structure dâge ou de taille.III. 3.2.1. Détermination de la croissance à partir des structures taillesLe modèle mathématique de croissance individuelle élaboré par Von Bertalanffy (1934)envisage la longueur corporelle en fonction de lâge (SPARRE & VENEMA, 1996) cités par(BEDDA & BOUFERSAOUI, 2009)Ce modèle est représenté par léquation : Lt=L∞ (1-e-K(t-t0))Lt : Longueur du poisson au temps t 37
  • 40. K : Coefficient de croissance.to : Temps (âge théorique du poisson) où la longueur est supposée nulle,L∞ : Longueur asymptotique quand t tend vers linfini (taille asymptotique du poisson)La taille des individus augmente progressivement en fonction de son âge. A t0 jusqu’à t=1an,la croissance en longueur des individus suit l’allure de la courbe tracée (figure n°2). Cettecroissance est celle d’une fonction logarithmique. Mais au-delà de 2ans la croissance en taillene suit plus les années.Figure 2: Augmentation de la longueur du mulet jaune en fonction de l’âgePour un coefficient de croissance K=0.38 la valeur de la taille a atteint une valeurasymptotique L∞= 50. 33cm. Théoriquement cela signifie que la taille maximale pour Mugilcephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégal ne dépasse pas 51cm. Ces réultats peuvent êtrecomparés avec ceux de OULD MOHAMED VALL (2004) qui a trouvé L∞=54cm enMauritanie, pays frontalier avec le Sénégal. Pour notre échantillon nous avons enrégistré unseul individu qui mesure 43cm dans la zone d’étude. En Mauritanie contrairement au Sénégal,chaque année l’Etat instaure un repos biologique pour restaurer les ressources halieutiques.Cette différence de taille asymptotique notée entre ces deux pays pourrait s’expliquer parl’interdiction temporarire de capturer l’espèce dans les côtes mauritanniennes. Cepandant enplus du repos biologique, l’habitat et la nourriture constituent des facteurs déterminants dansla croissance des indiviudus. Le Parc National du Banc d’Arguin est un exempled’aménagement qui a beaucoup contribué à la qualité des ressources halieutiques de laMauritanie. 38
  • 41. III. 3.2.2. Les paramètres de croissanceIII. 3.2.3. Etude de la croissance par analyse de structures de tailleLes Figures n°3,4 et 5 représentent les histogrammes des fréquences tailles chez l’espèceMugil cephalus. Elles sont obtenues par la méthode de Bhattacharya dans FISATII.Pour la figure n°3, dans la distribution fréquence taille, nous remarquons la présence de 4modes successifs : 24.5cm, 28.5cm et 32.5cm. Cette figure n°3 représente la taille descaptures pour le mois de mai 2010. La fréquence est plus élevée dans la classe de 32.5 cm.Figure 3: Histogramme fréquence taille M. cephalus capturés dans le fleuve Sénégal (04/05/2010)Pour la figure n°4 qui représente la distribution des fréquences tailles au mois de juin 2010, ily’a 2 modes successifs : 24.5cm et 34.5cm. La fréquence taille est plus élevée au niveau de laclasse 34.5cm. Les individus de cette taille sont souvent capturés par le filet des pêcheurs. Ilsemblerait qu’ils ont atteint l’âge de la maturité sexuelle. Cependant nous n’avons pas puéviscérer les poissons pour déterminer le sexe et voir la corrélation taille gonade. 39
  • 42. Figure 4 : Histogramme fréquence taille M. cephalus capturés dans le fleuve Sénégal (05/06/2010)La figure n°4, il y’a une présence de deux modes : le premier est de 22.5 cm et le second estde 32.5cm. La distribution fréquence taille est plus élevée pour la classe 32.5cm pour le moisde juillet 2010. Le premier mode semble être celui des juvéniles ou recrus.Figure 5: Histogramme fréquence taille M. cephalus capturé dans le fleuve Sénégal (05/07/2010)La comparaison entre ces trois figures (3,4 et 5) fait sortir des différences et des similitudessur la distribution des fréquences tailles. 40
  • 43. Les fréquences les plus élevées sont situées entre 32.5 et 34.5 cm. Cependant les figures 3 et 4ont presque la même allure contrairement à la figure n°5 même si le second est bimodal.Figure 6: Fréquence taille des mulets jaunes dans le fleuve SénégalLa fréquence taille la plus élevée est notée au mois de juillet voir figure n°6.III. 3.2.3.1. Méthode de Powell- Wetherall (1986)Selon BEDDA et BOUFERSAOUI (2009), la méthode de Powell (1979), dont les travaux ontété réalisés par WETHERALL et al. (1986) qui ont développé une méthode mathématiquerigoureuse pour lestimation de L∞ et de Z/K à partir des fréquences de longueursreprésentatives dune population à léquilibre.Cette méthode analyse donc les structures de taille, cest-à-dire quelle ne nécessite pasdinformations sur lâge (HEMIDA, 2005).Cette méthode propose une application de léquation de BEVERTON et HOLT (1956) cité parBEDDA et BOUFERSAOUI (2009).Z=K*(Lm-L)Lm : la longueur moyenne des poissons de longueur L et plusL : la longueur au-delà de laquelle tous les poissons sont pleinement exploités.Ainsi, en portant sur un graphique Lm-L en fonction de L’, on obtient une régression linéaire àpartir de laquelle on peut estimer a et b et par conséquent L∞ et Z /K (Sparre et Venema,1996).Le programme informatique FISAT II permet directement lapplication de la méthode pourlestimation de L∞ et Z/K voir figure n°7 41
  • 44. Chez Mugil cephalus, la valeur de la longueur asymptotique obtenue par la méthode dePowell-Wetherall (1986) (L∞= 45.08cm) est supérieure à la taille maximale observée qui estégale à L=43cm. La valeur de Z/K est de 2.85. Autrement, il serait rare de voir un pêcheurcapturer un mulet jaune dans l’estuaire du fleuve Sénégal avec une taille supérieure à 50cm.Figure 7 : Estimation des valeurs de la longueur asymptotique et de Z/K du M. cephalusIII. 3.2.3.2. Taille maximale par la méthode des prévisionsLa taille maximale observée sur le terrain lors des mensurations est de L= 43cm. Avec lelogiciel FiSATII, nous avons déterminé la valeur asymptotique de la taille L∞=50.33cm. Lafigure n°8 montre que la taille peut augmenter progressivement jusqu’à atteindre une valeurextrême de L= 92cm. Cette valeur peut être inférieure ou légérement supérieure à 92cm. Elleest appélée la taille maximale par prévision. Selon OULD MOHAMED VALL (2004), dansla littérature, des auteurs ont indiqué que la taille maximale du mulet jaune peut atteindre 120cm pour 12 kg. Cette hypothèse reste à être confirmée. La différence de taille peut êtreexpliquée par les facteurs écologiques mais aussi par la présence ou non de pressionsanthropiques. Autrement, dans les milieux protégés, il est probable d’y trouver des mulets decette taille. 42
  • 45. Figure 8 : Taille maximale prévue pour le mulet jaune dans l’estuaire du fleuve SénégalIII. 3.2.6. Les paramètres d’exploitationIII. 3.2.6.1. Estimation de la mortalité (Z)Z est défini comme le coefficient instantané de mortalité totale, avant destimer séparément lamortalité par pêche et la mortalité naturelle, il est commode dévaluer la mortalité totale(Gulland, 1969). Nous avons utilisé plusieurs méthodes pour déterminer la mortalité (Z)III. 3.2.6.1.1. Méthode de Jones et Van Zalinge (1981, in Sparre et Venema, 1996)Les logarithmes népériens des captures cumulées par le bas (Nicum) sont portés sur ungraphique en fonction des logarithmes népériens de la différence (L∞ - Li). La distribution defréquences de taille est utilisée avec un intervalle de classe constant.Léquation sécrit :Ln (Ni cum) = Z/K Ln (L∞- Li) + bDans cette expression Li représente la limite inférieure de la classe de rang i. Pour notre étudeLi= 22cm. Les paramètres de cette droite de pente Z/K, sont déduits du calcul de la régressionlinéaire. La mortalité instantanée Z est de 1.671 (voir figure n°9). 43
  • 46. Figure 9: Détermination de Z selon la courbe de Jones & van ZalingeIII. 3.2.6.1.2. Méthode de la Courbe de capture fondée sur la longueurLa courbe de capture fondée sur la longueur (figure n°10) dans FISATII, donne une valeur deZ qui est égale à 0.38. La courbe fournit une valeur de M=0.62.Cette valeur Z trouvée est différente de celle au niveau de la courbe de Jones et Van Zalinge.Figure 10: Courbe de capture des mulets jaunes du Sénégal fondée sur la longueur 44
  • 47. La figure n°11 représentant les variations de la probabilité (P) en fonction des centres declasse de tailles (Li), permet destimer graphiquement la taille de sélection Lc, correspondantà labscisse au point dordonnée 50%. La taille moyenne de première capture déterminée ainsiest de L25=20.67 cm. Elle est relative à un groupe d’âge moyen de première capture environégale à 1.02 ans. La taille de la sélection est L50= 21.75cm. Elle semble être la taille à lapremière maturité sexuelle. Pour déterminer la véritable taille à la première maturité sexuelledes mulets jaunes, il faut une étude simultanée de la structure histologique des ovaires et desRapports Gonado-Somatiques(R.G.S).Autrement, tous les mulets jaunes ayant cette taille sont susceptibles d’être capturés par lesengins de pêche utilisés dans la zone. Pour L75=22.06 cm, cela signifie que tous les poissonsde l’espèce Mugil cephalus ayant cette taille seront sûrs d’être capturés s’ils rencontrent lesengins de pêche. Sur la figure 11, la probabilité de sélection pour un individu va deL25=20.67cm à L=41cm.Figure 11: Les paramètres de sélectivités M. cephalus de l’estuaire du fleuve Sénégal 45
  • 48. III. 3.2.6.1.2. Méthode de Beverton et Holt (1956) à partir des longueurs moyennesBerveton et Holt ont montré que :Z= K ( L∞ -Lmoy)/(Lmoy – L’)L moy : La longueur moyenne du poisson traité dans la distribution de fréquence,L : la longueur minimale du poisson traité dans la distribution de fréquence ou plus petitelimite des classes (CADIMA, 2002).Lmoy = 32.5cmL=22cmCette méthode nous a permis de déterminer une autre valeur de Z=0.645 qui est différente desautres valeurs qui sont respectivement Z= 1.671 pour la méthode de Jones et Van Zalinge etZ=0.38 pour la méthode de la Courbe de capture fondée sur la longueur.Ces différentes valeurs pourraient sexpliquer par :· la qualité de léchantillon ;· la différence des méthodes utilisées pour lestimation des paramètres de croissance ;· les fluctuations des conditions du milieu (température, salinité,...) influencent directementsur la valeur de K et L∞ donc sur la croissanceFigure 12: Valeur de la mortalité instantanée des mulets jaunes de l’estuaire du fleuve Sénégal selonla longueur moyenneSelon BEDDA et BOUFERSAOUI (2009), plusieurs auteurs s’accordent sur la méthode deJones et Van Zalinge. Pour les déterminations du taux d’exploitation, nous avons choisiZ= 1.671 pour le reste de notre étude. 46
  • 49. III. 3.2.6.2. Mortalité naturelle (M)III. 3.2.6.2.1. Méthode de Pauly (1985)Pour déterminer la mortalité naturelle (M), nous avons utilisé l’équation empirique de Pauly :Log(M)= -0.0066-0.279Log(L∞) + 0.6543Log(K) + 0.4634Log(T) avecL∞= 50.33cm pour notre étudeK= 0.38T= 15°C est la température moyenne annuelle du milieu pour les mois les plus froids.M= 0.61 an-1III. 3.2.6.2.2. Méthode de Djabali et al. (1993)Léquation de Djabali et al. (1993), déduite de régressions linéaires multiples, est basée sur lesparamètres de croissance et de mortalité de 56 stocks de poissons vivants en Méditerranée.Log10 M = - 0,0278 - 0,1172 Log10 L∞+ 0,5092 Log10 KPour L∞= 55.33cm et K= 0.38M= 0.64Nous avons utilisé le logiciel FiSATII pour ces différentes méthodes.III. 4.2.6.2. Estimation de la mortalité par pêche (F)Connaissant M et Z, le taux de mortalité par pêche peut être déduit de la relation : Z=M+FF= Z-M pour Z=1.32/an et M= 0.618 F= 0.702/anIII. 3.2.6.3. Estimation du taux d’exploitation (E)Le taux dexploitation (E) est défini par Pauly (1985) comme étant la quantité :E = F / (F + M) = F / Z E=0.531Ce taux permet à lui seul destimer (grossièrement) si un stock est surexploité ou non, à partirde lhypothèse que la valeur optimale de E (Eopt) est voisine de 0,5. Cette hypothèse, E 0,5 =taux dexploitation optimal, repose elle-même sur une autre hypothèse, à savoir que la priseéquilibrée potentielle est optimisée quand F= M (Gulland 1971, In Pauly,1985).Pour notre étude le taux d’exploitation E=0.531 nous permet de conclure que le milieu sembleêtre surexploité. La valeur de E est voisine de sa valeur d’équilibre dynamique. Malgré pourles pêches croissantes, l’espèce Mugil cephalus parvient à proliférer et maintenir son rythmede croissance. Cette situation s’explique par la disponibilité des ressources alimentaires. Lazone est très riche en plancton et phytoplancton.Cependant les pêcheurs ont tendance à utiliser des filets monofilaments de petites maillessouvent inférieures à 50 cm de diamètre. Les alvins sont souvent les plus capturés entre les 47
  • 50. mois de juin jusqu’au mois d’août. Cette période coïncide avec la migration des bancs vers lescôtes mauritaniennes.Il semblerait que l’espèce n’est pas surexploitée mais il se pose un problème d’aménagementdes ressources halieutiques dans la localité.III. 3.2.6.4. Recrutement et sélectionLes poissons de tailles ou dâges divers ne subissent pas tous la même mortalité par pêche : lespetits peuvent séchapper à travers les mailles dun filet, ou ne pas se trouver dans la principalezone exploitée. Il est utile de distinguer lélément provenant uniquement du comportement (ausens le plus large) des animaux mêmes - recrutement - et celui qui est dû à la sélectivité delengin de pêche (FONTANA, 1983).Le recrutement est le processus par lequel un groupe dâge arrive pour la première fois dansune pêcherie. La sélection est le phénomène dentrée progressive du poisson dans les captures(FONTANA, 1983).III. 4.2.6.4.1. Estimation des tailles des recruesL’estimation du rythme de recrutement est divisée en deux groupes (voir figure n°13).Pour le premier groupe le niveau maximum de recrues est atteint au niveau du 4ème sousgroupe. A ce niveau 10% des individus sont remplacés par les nouvelles recrues.Pour le second groupe, le niveau maximum de recrues est atteint aussi au niveau du 4ème sousgroupe. Le taux de recrutement est de 25%, largement supérieur à celui du premier groupe. 48
  • 51. Figure 13 : Estimation des rythmes de recrutement des mulets jaunes dans le fleuve SénégalL’arrivé de nouvelles recrues dans la biomasse va permettre de compenser les pertes dues à lamortalité naturelle et à la mortalité par pêche. La figure n°13 montre que seulement le quartdes individus exploités est remplacé au deuxième groupe. Il est judicieux de diminuer le tauxd’exploitation pour équilibrer la biomasse.III. 3.2.6.4.2. Estimation de la taille de sélectionLes individus de la classe de taille L=31.5cm ont une probabilité de capture plus élevée queles autres. Pour la sélectivité des engins par rapport à la classe des longueurs des poissons,nous avons utilisé le logiciel FISATII. 49
  • 52. Figure 14 : Probabilité de capture des mulets jaunes de l’estuaire du fleuve SénégalLes résultats montrent que les classes de tailles les plus capturées sont respectivement21.50cm, 26.50cm et 31.50cm. De rares individus sont capturés dans les classes de taille de41.50cm. Ce résultat est en conformité avec les données des mensurations sur le terrain carnous avons un seul poisson mesurant 41cm.Plusieurs engins de pêche sont utilisés pour la capture des mulets jaunes. Les filets maillantsdérivant de surface sont les plus utilisés dans la zone avec des mailles de Ø= 54mm et deØ=60cm. 50
  • 53. Figure 15 : Courbe de sélectivité des mulets jaunes de l’estuaire du fleuve Sénégal par filet maillantLa figure n°15 montre que la probabilité qu’un individu soit capturé est plus élevée pourL=33cm. La sélectivité des filets maillant de Ø= 32cm est plus importante chez les muletsjaunes surtout avec des tailles inférieures ou égales à 32cm. En plus pour les gros poissons ilfaut utiliser des filets maillant de Ø=60cm.III. 3.2.6.4.3. Estimation du niveau d’exploitationPour les différentes tailles de première capture Lc et en fonction du taux dexploitation E, lerendement relatif par recrue Y/R augmente jusquà un maximum puis diminue. Les valeursdu taux dexploitation (E) qui apportent un meilleur rendement varient de 0.45 à 0.52 (voirfigure n°16).Figure 16 : Courbe de la méthode « knife-edge Selection » pour M. cephalus dans le fleuve Sénégal 51
  • 54. Le taux d’exploitation E-10 est le taux d’exploitation actuel qui est égal à 0.355. Pour cestock, lexploitation se trouve sur la partie ascendante de la courbe. Ce taux est proche durendement optimum (E-max=0.421). Donc lexploitation est au niveau du plateau de leurcourbe correspondant ainsi à un rendement optimal car le E-max reste supérieur au E actuel.Pour notre étude la partie exploitée correspond à la partie ascendante de la courbe (figuren°16).Le niveau optimum du rendement relatif par recrue est atteint. Mais l’espèce n’est passurexploitée. Les pêcheries ne sont pas bien aménagées dans la région de Saint-Louis.III. 3.2.7. Analyse de population virtuelleIII. 3.2.7.1. Analyse de population virtuelle fondée sur l’âgeLes paramètres de croissances et d’exploitation nous ont permis d’établir les histogrammesdes populations virtuelles avec le logiciel FISATII (figures n°17 et 18) ;Figure 17 : Histogramme des populations virtuelles de M. cephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégalfondées sur l’âgeLa mortalité par pêche est faible au temps t=1an jusqu’à t=6ans, puis elle a augmentérapidement avec l’âge jusqu’à atteindre un pic de 3.75‰ à t=16ans. Par contre la mortaliténaturelle est plus importante chez les juvéniles que chez les adultes. Les captures aussiaugmentent avec le temps contrairement au stock qui diminue avec l’âge des individus. Cephénomène s’explique par un taux de recrutement faible inférieur à 50%. Le stock diminue àcause de la prédation, de la mortalité naturelle et de la mortalité par pêche. 52
  • 55. III. 3.2.7.2. Analyse de population virtuelle fondée sur la longueurLa mortalité naturelle est plus importante chez les juvéniles (L=22cm) que chez les adultesL=32cm. La mortalité naturelle a diminué progressivement et ce phénomène pourraits’expliquer par le fait que les jeunes individus sont plus vulnérables.Figure 18 : Histogramme des populations virtuelles de M. cephalus dans l’estuaire du fleuve Sénégalfondées sur la longueurLa mortalité par pêche augmente progressivement contrairement à la mortalité naturelle. Plusles individus deviennent matures, plus ils sont capturés. La probabilité de capture des muletsjaunes augmente en fonction la taille de l’espèce.III. 3.2.8. Les Captures Par Unités d’Exploitation (CPUE)La biomasse de l’échantillon de la population est la somme des biomasses de chacun desgroupes d’âge qui constituent cet échantillon (Ricker, 1968 In FAO, 2002).Nous avons utilisé une fiche de collecte pour connaitre la quantité débarquée en moyenne et letemps passé en mer.La CPUE est définie comme le poids des prises par unité d’effort, exprimée en g /pêcheur /heure de pêche.Pour la période de notre enquête, l’effort de pêche au mulet a fortement diminué à cause de lamigration des espèces vers les côtes mauritaniennes. Les pêcheurs ont en moyenne 25kg pourune durée de 8 heures. Le plus souvent ils vont en mer à partir de 19h et débarquent vers 6h lematin. Ils font 3 heures de route pour arriver aux débarcadères. Ils sont en moyenne 4pêcheurs par pirogues. Donc la cpue est de 718.25g /pêcheur/heure. La CPUE traduitl’abondance réelle du stock total. Autrement les mulets jaunes existent en quantité dans lazone. 53
  • 56. III. 3.3. ANALYSES ECOLOGIQUESIII. 3.3.1. Les profondeurs pour capturer Mugil cephalusLe mulet jaune est une espèce pélagique qu’on trouve dans les côtes à moins de 10m deprofondeur. Les résultats des enquêtes ont révélé que :-88.46% des pêcheurs pratiquent la pêche au mulet dans les zones non profondes comprisesentre 0 et 4 mètres. Ils utilisent des filets maillants dérivant de surface.- 11.54% vont au delà de 10 mètres de profondeurs et ils utilisent des sennes tournantes.III. 3.3.2. Les migrations sur la grande Côte au Sénégal et en MauritanieSelon Ould Mohamed Vall (2004), les premiers migrants des mulets jaunes venant du sudrentrent dans le Banc d’Arguin par l’ouest dès la fin de la saison froide (mai).Vraisemblablement, ils doivent être principalement attirés par les températures plus élevéespermettant un métabolisme plus efficace malgré le stress d’une salinité plus élevée.Les courants jouent un rôle important dans la migration, plus particulièrement des juvéniles.Cest ainsi quaprès la ponte dans la partie sud du littoral, les œufs et les larves pélagiquesdérivent avec le courant vers laire de croissance dans le bas delta du fleuve. Ils doivent resterjusquà lâge de deux ans avant de regagner à nouveau la mer en sortant par la langue debarbarie. Il semblerait quils reprennent le cycle de migration des adultes en remontant laplage de façon plus côtière vers Nouakchott avant de rentrer au Banc d’Arguin en suivant lespremiers reproducteurs.III. 3.3.2.1. La migration des adultesA partir d’Octobre apparaissent dans la pêcherie piroguière de Saint-Louis, des vaguessuccessives de mulets jaunes composés de cohortes d’âges différents.Les plus jeunes de taille comprise entre 19 et 24cm et âgés de moins de 3ans arrivent lespremiers.Les classes d’âge intermédiaire (taille L=24 à 29cm, âgés de 4 à 6 ans) apparaissent enDécembre. Leurs déplacements vers le nord se stabilisent entre décembre – février entre SaintLouis et les côtes mauritaniennes.Les mulets jaunes de plus de 6 ans (taille supérieure à 30cm) présents au nord de Saint Louis,apparaissent en Mauritanie entre avril-juin. Il s’agit vraisemblablement d’une phase deconcentration liée à la maturité sexuelle d’individus jusque là dispersés au dessus des fonds demoins de 10 m où la nourriture est abondante. A partir du mois de juin ces bancs quittent laGrande Côte d’autant plutôt que le réchauffement des eaux est précoce et rapide. 54
  • 57. Ils ne sont que peu capturés à Saint-Louis où l’effort de pêche est encore réduit fin juin etdébut juillet. Ils disparaissent lorsque la température des eaux de surface dépasse 24°C.III. 3.3.2.2. La migration des immaturesLeurs déplacements sont moins bien connus parce qu’ils ne font pas l’objet d’une exploitationparticulière et qu’ils sont donc plus difficiles à échantillonner. Il est vraisemblable qu’unepartie importante des individus nés au large du Banc d’Arguin se développent dans les baieset chenaux avoisinant celui-ci et y restent de 1 à 2 ans. Ils se concentrent dans des secteursprivilégiés où les eaux sont calmes et la nourriture abondante, notamment dans le complexeestuarien du Fleuve Sénégal particulièrement dans le Parc National de la Langue de Barbarie,dans l’Aire Marine Protégée de Saint Louis côté Sénégal et dans le Parc National du Bancd’Arguin côté Mauritanie. Ils rejoignent la population migrante entre 2 et 3 ans.III. 3.3.3. Les milieux fréquentés par l’espèceLes résultats de nos enquêtes ont révélé que :- 56,72% des pêcheurs affirment que les mulets pondent dans des zones réputées calmes dansla mer. Pour eux ces zones peuvent êtres des aires marines protégées, des récifs naturels ouartificiels. Ils pensent que les mulets migrent vers les côtes et rejoignent parfois le fleuve- 43,28% des personnes interrogées pensent que les mulets pondent dans le fleuve. Ilsrejoignent après la mer.Cependant ils affirment à l’unanimité que l’espèce Mugil cephalus préfère les eaux saumâtres.L’espèce vit à la fois dans les zones maritimes et fluviales.III. 3.4. LES TECHNIQUES DE PECHES AU MULET JAUNEIII. 3.4.1. Les engins de pêchesIII. 3.4.1.1. Les filets de pêcheDans la localité, les pêcheurs au mulet jaune utilisent souvent 3 filets de natures différentes.Les types de pêches sont :- Filets maillants dérivant de surface (FMDS) : 65% des individus interrogés l’utilisent avecdes mailles de diamètre allant de 56 à 60mm ;- Sennes tournantes (ST) : utilisés par 18 % des pêcheurs de la localité. Les mailles de cesfilets vont de 09 à 12mm selon les personnes enquêtées ;- Sennes de place (SP) utilisés par 13% des pêcheurs pour capturer le mulet jaune. 55
  • 58. - Eperviers (EP) qui représentent 4% de notre échantillon. Les utilisateurs des éperviers sontlocalisés dans le fleuve mais aussi dans l’estuaire du fleuve Sénégal.Figure 19 : Types de pêche dans la région de Saint LouisIII. 3.5. Contribution des aménagements dans la gestion des stocks de mulets jaunesIII. 3.5.1. Les Aires Marines Protégées du NordL’aménagement des pêcheries consiste à mettre en place un ensemble de mécanismes quipermettent non seulement l’adéquation des moyens d’exploitation mis en œuvre avec lescapacités de production des stocks, mais en plus, la maîtrise de l’exploitation afin de garantirun développement durable pour le bien être socio-économique des populations sans préjudiceà l’environnement. Cependant il est nécessaire pour le Sénégal d’élaborer un pland’aménagement côtier pour la pêche artisanale. Il faut observer pour chaque année un arrêtbiologique pour restaurer certains écosystèmes dégradés.La création des aires marines protégées du nord notamment le Parc National de la Langue deBarbarie et l’Aire Marine Protégée de Saint-Louis ont pour objectifs la conservation etl’exploitation rationnelle des ressources naturelles en général et des espèces halieutiques enparticulier pour un développement durable. Ces aires protégées vont permettre :- la reconstitution des habitats du mulet jaune grâce à l’utilisation de méthodes de pêche nondestructives des environnements marins, surtout des fonds rocheux ou des herbiers marins quiconstituent des habitats pour de nombreuses espèces halieutiques. Cependant il faut appliquerla réglementation sur l’utilisation des filets mono filaments.- la reconstitution des dynamiques naturelles des populations de Mugil cephalus. Ladégradation des habitats et la surpêche pourraient enclencher une dynamique de colonisation 56
  • 59. des écosystèmes marins et fluviaux par des espèces plus résistantes ou à reproduction plusrapide. Cela s’est également traduit par une réduction de la biomasse et par une diminution dela taille des mulets jaunes. L’application de méthodes de gestion des stocks dans les AiresMarines Protégées du nord, devrait signifier un retour à des conditions biologiques naturellesfavorables à l’augmentation de la biomasse des mulets jaunes et à une plus grande diversitédes espèces ;- la reconstitution des stocks de mulet jaune due à l’amélioration des habitats, l’utilisation deméthodes de pêche responsables et l’instauration de règles d’accès à la ressource pour uneexploitation durable et consensuelle.III. 3.5.2. Les aspects réglementairesA l’instar des autres pays de la sous-région, le Sénégal dispose d’un code de la pêche pourmieux gérer ses ressources halieutiques. Il est défini par la loi 76-89 du 21 juillet 1976abrogée et remplacée respectivement par la loi 87-27 du 18 août 1987 et la loi 90-32 du 14avril 1988 et ses décrets d’application. Les droits d’usage et les normes d’utilisation desressources halieutiques sont définis dans ce code. Cependant il n’existe pas de dispositionsspécifiques pour la pêche au mulet jaune. Mais les engins de pêche ciblant spécifiquement ouaccessoirement le mulet jaune sont régis par le code de la pêche.Les articles 28 et 29 du décret 98-498 ont fixé les mailles des filets. Sur le terrain de tellesdispositions ne sont pas appliquées car nous avons constaté que les pêcheurs utilisent souventdes filets de petites mailles en raclant tout sur leur passage.L’article 30 du décret 98-498 interdit l’utilisation de filets maillants fabriqués à partird’éléments mono filaments et multi filaments. Et pourtant la plupart des pêcheurs les utilisentsans être inquiétés par les techniciens en charge de la réglementation de la pêche dans larégion de Saint-Louis.La taille marchande des espèces débarquées est définie par l’article 27 du décret 98-498 pourpérenniser les ressources halieutiques. Sur avis scientifique, la taille minimale de capture desindividus doit impérativement être supérieure à la taille de première maturité sexuelle. A cestade de développement, l’individu assure sa première ponte et contribue au renouvellementdu stock par la venue de nouveaux recrus. L’immatriculation des pirogues pose beaucoup deproblèmes car certains n’adhèrent pas à cette politique initiée par le gouvernement duSénégal. 57
  • 60. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONSL’exploitation du mulet jaune dans l’estuaire du fleuve Sénégal occupe une place privilégiéedans le secteur de la pêche dans le Département de Saint Louis. Les difficultés rencontréesdans la pêche au mulet sont liées à une augmentation de l’effort de pêche, aux facteursenvironnementaux et socio-économiques.Les résultats de l’étude ont montré que les juvéniles sont souvent capturés par les pêcheurs dela localité. La fréquence taille est une parfaite illustration de cette mauvaise pratique de lapêche. Elle montre que la plupart des individus capturés ont des tailles comprises entre 24 et33cm de longueur. Il est très rare d’observer sur le terrain des mulets jaunes qui ont des taillesqui dépassent 38cm.L’étude a montré une corrélation positive entre les paramètres taille-poids avec une allométrieminorante, autrement dit le poids croit relativement moins vite que la longueur.Cependant les paramètres d’exploitation ont révélé que :- une mortalité instantanée faible Z=0.38an-1 selon la méthode de la Courbe de capture fondéesur la longueur ;- un taux d’exploitation équilibrée E=0.531 ;De ces résultats, nous pouvons déduire que l’espèce n’est pas surexploitée dans la zone. Maisla rareté des mulets jaune entre juin et août est liée à la migration de l’espèce.L’arrivée des nouvelles recrues a permis de maintenir les stocks à un niveau satisfaisant.Les pêcheurs continuent à utiliser des filets mono filaments jugés dangereux et qui sontinterdits par la réglementation. La migration de l’espèce Mugil cephalus se fait à partir de laGrande Côte au Sénégal vers les côtes mauritaniennes.Les aires marines protégées du nord constituent des lieux de ponte pour l’espèce étudiée. Ilest évident que l’augmentation des stocks de mulets jaunes dans l’estuaire du fleuve Sénégal,dépend, en grande partie, des efforts qui seront déployés pour un aménagement et unepréservation durable des écosystèmes marins et côtiers. Le Sénégal et la Mauritanie ont misen place un projet concerté sur la gestion des ressources halieutiques en particulier pour lemulet jaune, le tassergal et la courbine.Pour meilleure gestion des pêcheries de mulets jaune dans l’estuaire du fleuve Sénégal,l’étude recommande : une diminution de l’effort de pêche pour le mulet jaune par l’amélioration de la production halieutique avec le développement de la pisciculture dans la zone ; 58
  • 61. une gestion efficace et concertée des pêcheries du mulet par une redéfinition desconditions d’accès aux ressources en instaurant une taxe sur le mulet jaune.Faire respecter les articles 28 et 29 du décret 98-498 fixant le maillage des filets ;Décréter une période de repos biologique sur la pêche au Sénégal ;Mettre des moyens pour aménager les zones de pêche en mettant des balises et récifsartificiels dans les aires marines protégées du nord. Mais aussi il faut doter les parcsnationaux des moyens logistiques et d’un personnel qualifié pour une meilleure gestion deces aires marines protégées. 59
  • 62. BIBLIOGRAPHIE1. ANDERSEN, P., 2008. Diagnostic national sur la situation sociale du travail et de l’emploi dans secteur de la pêche au Sénégal. Project pour le développement rationnel et durable du secteur de la pêche (INT/07/16M/SPA), Organisation Internationale du Travail, 208p.2. ANONYME, 2005. Profil environnemental de la ville de Saint Louis, Commune de Saint Louis. Agence du Développement Communal de Saint Louis, 220 p.3. BARRUSSEAU J., P., et al., 1985. Mise en évidence du fonctionnement inverse de certains estuaires tropicaux. Conséquences géomorphologiques et sédimentologiques In: Sedimentology, 32(4), 543-552.4. BEDDA, M. et BOUFERSAOUI, S., 2009. Croissance et exploitation de deux espèces de poissons plats pleuronectiformes des eaux algériennes : Citharus linguatula (Linnaeus, 1758) et Dicologlossa cuneata (Moreau, 1881). Mémoire de fin d’études pour l’obtention du titre Ingéniorat d’Etat, Université Houari Boumediene, 48p.5. BERTALANFFY, L., V., 1938. A quantitative theory of organic growth. (Inquiries on growth laws II). Hum. Biol. 10: 181-213.6. BEVERTON R., J., H. et HOLT, S., J., 1956. A review of methods for estimating mortality rates in exploited fish populations, with special reference to sources of bias in catch sampling. Rapp.P.-V.Réun. CIEM, 140:67-83.7. BHATTACHARYA, C., G., 1967. A simple method of resolution of a distribution into Gaussian components. Biometrics, (23): 115-135.8. CADIMA E. L., 2002. Manuel dévaluation des ressources halieutiques. F.A.O. Doc. Tech.Pêches. (393): 160 p.9. CURY , P. et ROY , C., (1991). Pêcheries Ouest –Africaine. Variabilité, instabilité et changement climatique. ORSTOM/France 525p.10. DEME, M., et al., 2007. Diagnostic des Pêcheries de Mulets sur la Grande Côte du Sénégal. Rapport d’études du Projet d’appui à la gestion concertée des stocks de Mulets, Courbine et Tassergal au Sénégal et en Mauritanie. CRODT, 25p.11. DIA, A.M., 2000. Ecoulements et inondations dans l’estuaire du Fleuve Sénégal : cas de la ville côtière de Saint- Louis. Mémoire de fin d’études pour l’obtention DEA Géographie, Université Cheikh Anta Diop, Sénégal, 58p.12. DIONE, B., NDIAYE, B et al. 2010. Stratégie Régionale de Gestion des Aires Protégées. Document introductif de l’atelier régional de Saint Louis, DEFCCS, Inspection régionale de Saint Louis, 32p. 60
  • 63. 13. DIOP, A., 1998. Salinité des sols de la Moyenne Vallée du fleuve Sénégal : zone de mboyo, aspects morphologiques et géochimiques. Mémoire pour l’obtention du Diplôme d’Etudes Approfondies, Université Cheikh Anta DIOP/Sénégal, 54p.14. DJABALI, F., et al., 1993. Empirical equations for the estimation of natural mortality in Mediterranean teleosts. Naga ICLARM Q. 16(1):35-3915. DOMAIN, F., 1978. Potentialités comparées des différentes zones de pêche despèces démersales du Golfe de Guinée (19°N-6°S). In Recueil des communications présentées par le CRODT au symposium sur le courant des Canaries : upwelling et ressources vivantes (Las Palmas, 11-14 avril 1978). Document scientifique, CRODT/ISRA16. DUBOIS, J., 1955 : Les sols du delta du Sénégal. Bull. de la MAS, 77p.17. FAILLER, P., DIOP, M., et al. 2006. Évaluation des stocks et Aménagement des pêcheries de la ZEE mauritanienne. Rapport du cinquième Groupe de travail IMROP Nouadhibou, Mauritanie, 9-17 décembre 2002, FAO, 191p.18. FAO, 1985. Species identification sheets: MUGIL vala 3, fishing area 51(W. Indian Ocean), 8p.19. FAO, 2000. Situation des pêches et de l’aquaculture (SOFIA). Rapport annuel, Département des pêches et de l’aquaculture, FAO, Rome, 138p.20. FAO, 2002. Evaluation des stocks et aménagement des pêcheries de la ZEE mauritanienne. Rapport du cinquième groupe de travail IMROP, Mauritanie, 191p.21. FAO, 2008. Vue générale du Secteur des pêches National/La République du Sénégal. Rapport Profils des Pêches et de l’Aquaculture par Pays, Rome, 27p.22. FERRARIS, J. et SAMBA, A., année non précisée .Variabilité de la pêche artisanale sénégalaise et statistique exploratoire, ORSTOM, 22p.23. FONTANA, A. et al. ,1983. Pêche, Biologie et Dynamique du Tassergal (Pomatomus saltator, Linneaeus, 1776) sur les côtes Sénégalo-mauritaniennes. Travaux et documents de l’ORSTOM, 193.24. HATHIE, I., 1985. Le GIE des pêcheurs piroguiers comme stratégie d’adaptation à une conjoncture défavorable : cas de Guet-Ndar-Saint-Louis. Mémoire de fin d’études : ENEA, Dakar, 114 p.25. JOUANNEAU, J., M., 198 1.The girond estaury. Contributions to sedimentology, no 10,118 p.26. KANE, A., 1985. Le bassin du fleuve Sénégal à l’embouchure, flux continentaux dissous et particulaires, invasion marine dans la vallée du fleuve Sénégal. Thèse de doctorat de 3e cycle de géographie physique. Université de Nancy II. 205 p 61
  • 64. 27. KANE, A., 1997. Laprès barrage dans la vallée du fleuve Sénégal : Modifications hydrologiques, géochimiques et sédimentologiques. Conséquences sur le milieu naturel et les aménagements hydro-agricoles. Thèses de doctorat dEtat, Univ. Dakar.55 1p. 28. KANE, A., 1999. Les crues à Saint Louis dhier à daujourdhui. Malgré deux siècles dendiguement, tout est à refaire. In Sud week-end du Samedi 27 novembre 1999 29. KANE, A., T., DIOP, O. et THIAM, P., S., 2008. Monographie de la pêche artisanale et de la forêt. Rapport final sur la pêche artisanale. Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, 28p. 30. KEBE et al., 1991. Problématique des relations entre la pêche artisanale et la pêche industrielle : cas des ressources démersales » in La recherche face à la pêche artisanale. Documents scientifiques, Symposium, éditions de l’ORSTOM, 933-941 31. NDIAYE, G., BA, B., et FAYE, A., 2003. Contribution a l’atelier sur les reformes fiscales pour les pêches à FAO/ROME. Ministère de la Pêche/ Sénégal, 22p. 32. OULD MOHAMED VALL, M., 2004. Etude de la dynamique des systèmes d’exploitations et de l’éco biologie de la reproduction, de trois mugilidés : mugil cephalus (linnaeus, 1758), liza aurata (perugia, 1892) et mugil capurrii (risso, 1810), analyse de leurs stratégies d’occupations des secteurs littoraux mauritaniens et de leurs possibilités d’aménagement. Thèse de Doctorat en Sciences, Université de Nice- Sophia Antipolis, 120p. 33. Pauly D., 1985. Quelques méthodes simples pour lestimation des stocks de poissons tropicaux. FAO Doc. Tech. Pêches, (234) : 56p. 34. PRITCHARD, D., W., 1955. Estuarine circulation patterns. Proc. Am. Soc. Engin., New York, vol. 81, pp.1-11. 35. SALL, M., 1982 - Dynamique et morphogenèse actuelles au Sénégal occidental. Thèse de doctorat dEtat, Univ. Louis Pasteur, Strasbourg, 604 p. 36. SECK, M., 2004. Inondation à lembouchure du fleuve Sénégal : hydraulique fluviale et aménagements. Mémoire pour lobtention du DESS en Hydraulique et aménagement. Ecole Inter Etats des Ingénieurs de lEquipement Rural/ Burkina Faso, 69p.37. SENE A., 1985. Les transformations sociales dans la pêche maritime piroguière : conditions de travail et modes de vie des pêcheurs de Guet-Ndar de Saint-Louis du Sénégal. Thèse de doctorat : Université de Toulouse le Mirail. 706 p. 38. SENE, C. et NDIAYE, A., A., 2009. Plan d’Aménagement de Gestion de l’Aire Marine Protégée de Saint Louis. Rapport d’étude, version provisoire. Fonds Mondial pour la Nature (WWF),73p. 62
  • 65. 39. SPARRE, P. et VENEMA S. C., 1996. Introduction à lévaluation des stocks de poissons tropicaux. Première partie : Manuel FAO. Document technique sur les pêches numéro 306/2 Rev.1, Rome : 106p. Deuxième partie : exercice40. SPARRE P. et VENEMA S. C., 1996. Introduction à lévaluation des stocks de poissons tropicaux. Première partie : Manuel FAO. Document technique sur les pêches numéro 306/1 Rev.1, Rome : 420p. WEBOGRAPHIQUES www.fao.Org/fi/statist/fisoft/fisat/index.htm, consulté le à12/04/2010 à 08h09 http://www.isra.sn , consulté le 18/04/ 2010 à 10h20 http://www.fishbase.org , consulté le 19/04/2010 à 11h25 www.memoireonline.org consulté, le 18/04/2010 à 11h23 http://oregonstate.edu/dept/oird/temp/irn/senegal/Crodt.htm, consulté le 06/06/2010 à 15h00 http://www.fao.org/fishery/fr, consulté, le 12/06/2010 à 12h00 www.prcm.org , consulté, le 22/06/2010 à 16h09 http://auf-foad.org/moodlefaune , consulté le 03/07/2010 à 08h32 www.bf.refer.org/peche, consulté, le 07/07/2010 à 15h12 http://www.aquamaps.org , consulté, le 08/07/2010 à 17h27 http://www.oceandocs.org , consulté le 10/07/2010 à 12h57 63
  • 66. Annexe n°1 : Echantillon collecté (relation taille-poids) Taille (cm) Effectifs Poids (g)L1 22 12 58.73L2 23 30 66.86L3 24 150 75.69L4 25 114 85.25L5 26 24 95.57L6 27 24 106.68L7 28 168 118.61L8 29 126 131.38L9 30 144 145.02L10 31 150 159.57L11 32 186 175.04L12 33 342 191.46L13 34 198 208.87L14 35 180 227.28L15 36 204 246.73L16 37 108 267.24L17 38 42 288.84L18 39 18 311.56L19 40 30 335.42L20 41 6 360.45L21 42 6 386.68L22 43 6 414.13Source (sarr, 2010) 64
  • 67. Annexe n°2 : Variation du stock en fonction de la mortalité par pêcheTaille (cm) Captures Population (N) Mortalité par Biomasse à (nombre) pêche (F) l’équilibre (t)22.0 2.00 1765.13 0.0083 0.0223.0 5.00 1615.05 0.0219 0.0224.0 25.00 1468.96 0.1161 0.0225.0 19.00 1310.90 0.0944 0.0226.0 4.00 1167.49 0.0212 0.0227.0 4.00 1046.63 0.0225 0.0228.0 28.00 932.54 0.1697 0.0229.0 21.00 802.58 0.1396 0.0230.0 24.00 688.64 0.1762 0.0231.0 25.00 580.48 0.2056 0.0232.0 31.00 480.32 0.2917 0.0233.0 57.00 383.65 0.6569 0.0234.0 33.00 273.03 0.4871 0.0235.0 30.00 198.15 0.5723 0.0136.0 34.00 135.76 0.9235 0.0137.0 18.00 79.01 0.7500 0.0138.0 7.00 46.17 0.4258 0.0139.0 3.00 29.01 0.2494 0.0040.0 5.00 18.58 0.6321 0.0041.0 1.00 8.69 0.2070 0.0042.0 1.00 4.71 0.3386 0.0043.0 1.00 1.88 0.7020 0.00Source : Résultats simulation dans FISATII pour l’analyse des populations virtuelles fondéessur la longueur (sarr, 2010) 65
  • 68. Annexe 3 : Fiche de Collecte Débarquement Zone : Port : Enquêteur : Date : / / DATE F T LS LSN FDS FD LP ST FM SP LR LC LT PA LP T FMD KI FF EP PS NbenqPE M M F G E S R L O M S LI C MNuméro : Nbre Pêcheurs : Temps de route : ENQ PE DATE NU UP TR PM Nb PO TR D Lieu PF Ess_ NbenUnité pêche : Port d’origine : Lieu : M p R achetée qType de pêche : Départ : Profondeur :Puiss. Moteur : Retour : Ess. Achetée :Espèces débarquées Nbre Débarqu Reje ESP UE QTDB RJT L1 L2 L L4 L5 L6 L7 L8 L9 L10 L11 indi ement t 3 vi (Kg) (Kg)123456789
  • 69. Annexe 4 : Questionnaire d’enquêteQuartier : Date : Fiche n°…………. I. Informations PersonnellesN° Age Sexe Ethnie Situation matrimoniale Statut social Profession II. La pêche au mulet A. Les unités et types de pêchea/ Quels sont les unités de pêche que vous avez utilisé pour capturer le mulet jaune ?□ Pirogue motorisée □ Pirogue non motorisée □ autres à préciser :b/ Quels sont les types d’engins de pêche que vous avez utilisés pour capturer le mulet jaune ?□ Filets maillants dérivants de surface □ Filets maillants dérivant de fonds □Kili□Senne de plage □Palangre □Epervier □Filet dormant de surface □Senne tournante□Ligne à traine □Ligne ou palangre glacière □Trémail □Filets maillants encerclantc/ Quelles sont les dimensions des mailles utilisées pour le mulet ?□<30mm □30 mm □40 mm □50 mm □60 mm □>60 mmB. Lieux et profondeurs pour la pêche au mulet1/Quels sont les lieux de pêche pour le mulet□ Tank □Kellou □Tank □Gop □ Kherou mame Mory □Beulba □ Praïa□Mouit □Here Ourey □Bop Here Ourey □Gueti □autres lieux àpréciser :…………….2/ A quelles profondeurs partez vous pour capturer les mulets ?□ 1 : 0 à 10 mètres soit 0 à 6 brasses □2 : 10 à 25 mètres soit 6 à14 brasses□3 : 25 à 50 mètres soit 14 à 28 brasses □4 : 50 à 75 mètres soit 28 à 42 brasses□5 : 75 à 120 mètres soit 42 à 67 brasses □6 : 120 à 180 mètres soit 67 à 100 brasses□7 : 180 à 250 mètres soit 100 à 140 brasses □8 : 250 à 500 mètres soit 140 à 250 brasses□9 : > à 500 mètres soit > à 250brasses3/ Combien de temps vous passez à la mer ?□1h à 10h □10h à 15h □15h à 24h □2j à 3j □3jà 5j □5j à 6j□1Semaine 2 semaine □ 3 semaine à 4semaine □ >à 4 semaine 67
  • 70. 4/ Quel est le nombre de pêcheurs embarqués à bord de votre pirogue ?□………………pêcheurs5/ A quelle période avez-vous l’habitude de capturer les mulets ?□ novembre à mars □ mars à juin □ juillet à octobre6/Quelle quantité avez vous l’habitude de capturer pendant les périodes d’abondance ?□…. Caisses □ …. Caisses □…. Caisses □…. Caisses7/ Où trouve t-on le mulet jaune ?□fleuve □mer □ embouchure8/ Quel est le lieu de ponte des mulets jaunes ?□ Fleuve □mer □ embouchure9/ Ils grandissent dans quel milieu ?□ Fleuve □mer □embouchure □autre à préciser :10/ Comment s’effectuent la migration des mulets jaunes ? □fleuve-mer □mer-fleuve □autre à préciser :□ □12/ quelles sont les types d’eau préférés par les mulets ?□ Eau salée □Eau douce □Eau saumâtre13/ Quelles sont les destinations du produit ?□ Poisson frais pour le marché intérieur □poisson pour le marché extérieur □transforméen poutargue □ produit séché et salé (gonade)14/ Quelles sont les difficultés observées pour la pêche au mulet ?15/ Quelles sont les solutions locales préconisées ?16/ Comment les aménagements peuvent –ils contribuer à la gestion rationnelle des mulets ? 68
  • 71. f