Le cahier des 72 h de njàccaar edition2   28-29_30 oct 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le cahier des 72 h de njàccaar edition2 28-29_30 oct 2011

on

  • 1,849 views

Le Cahier des 72h de Njàccaar Edtion 2

Le Cahier des 72h de Njàccaar Edtion 2

68 pages de pur plaisir, d'expérience, de découverte et ... d'Afrique !!!

Statistics

Views

Total Views
1,849
Views on SlideShare
1,792
Embed Views
57

Actions

Likes
1
Downloads
3
Comments
0

3 Embeds 57

http://www.njaccaar.com 50
http://njaccaar.com 6
http://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Le cahier des 72 h de njàccaar edition2   28-29_30 oct 2011 Le cahier des 72 h de njàccaar edition2 28-29_30 oct 2011 Document Transcript

    • [Cahier des Activités & Interventions]72H DE NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN EDITION 2 [Cheikh Dieylar DIALLO] [3 décembre 2011]
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] Page 1
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] [MERCI !]La seconde Edition des 72H de Njàccaar Visionnaire Africain s’est tenue à Montpellier, les28-29-30 OCTOBRE 2011.Avec vous, qui y avez participé, tant par votre présence sur place, votre suivi via internet, ou vos interventions, ces troisjournées d’échanges, de partages de connaissances, de rencontres, de création, furent une totale réussite.Je viens donc, en ma qualité de Président de l’Association, vous remercier tous et toutes, au nom de nos partenaires et deNjàccaar Visionnaire Africain, pour votre implication et vos encouragements constants durant et après ces 72H.72H au cours desquelles nous tous avions, comme à chaque fois au cours de cet évènement annuel, pour objectifprincipal de réunir africains et amis de lAfrique, dans une dynamique de concertation et de prise dinitiatives. Ainsi, toutun chacun a pu lors de ces 3 journées et se former et s’informer, afin d’apporter sa contribution à l’épanouissement de laMère Afrique, et donc de lui-même.72H au cours desquelles nous devions apporter une réponse à la question : «Le progrès en Afrique : quelles actionsavec quelles re-sources?» Tous nous avons décidé d’y répondre : «Synergie et Volonté Participative». Ce qui implique :refus de l’inaction, soutien de tout un chacun aux projets de Njàccaar Visionnaire Africain, et force de proposition.72H après lesquelles, moi Sadio SANGHARE, en ma qualité de Président de Njàccaar Visionnaire Africain, je nouspropose de nous interroger une nouvelle fois, à l’aune de la nouvelle année d’activités à venir : «Je dis que j’aimel’Afrique ? Que j’ai la volonté de faire ? Sans actions, ne dois-je me dire que tout appel à la solidarité et au changementn’est qu’imposture ?».Si aujourd’hui, en tant que fils et filles de Mère Afrique, nous estimons toujours que donner sa Parole est un acted’engagement ne pouvant souffrir aucun retrait,si nous donnons encore de la Valeur à la promesse faite, il nous incombe à toutes et à tous de répondre à ces nouvellesinterrogations par «Je vais agir. Urgemment. Avec mes frères et sœurs d’Afrique, avec les amis de l’Afrique. Ensemble etefficacement.»Voilà donc que nous serons devenus, tous et toutes, aujourd’hui plus que jamais, ces nouveaux hommes et ces nouvellesfemmes animés dune conscience historique et acteurs de leur propre destinée. De la destinée de Mère Afrique.En attendant l’Edition 3 des 72H de Njàccaar Visionnaire Africain, nous vous réitérons, Njàccaar et ses Partenaires, nosremerciements les plus chaleureux pour votre appui indispensable et indéfectible.Nous vous disons «Au travail ! Et à l’année prochaine pour de nouvelles et concrètes avancées».Njàccaarement !Sadio SANGHARE,Président de Njàccaar Visionnaire Africain« Faire ce que nous pouvons, avec ce que nous avons » Page 2
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] [ORGANISATION][COMMUNICATION & MEDIAS]1. VISUEL, PROGRAMME & AFFICHE Page 052. BANDE-ANNONCE Page 053. LIVE-BLOGGING & LIVE-STREAMING Page 064. REPORTAGE PHOTOS Page 065. REPORTAGE VIDEO Page 06[LOGISTIQUE]6. LE LIEU Page 087. INSCRIPTIONS & INVITATIONS Page 088. HEBERGEMENTS Page 089. RESTAURATION Page 08 Page 3
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] [ACTIVITES][VENDREDI 28]10. COURS. [Initiation à la langue Wolof]. Page 1111. DEBAT. [Le Secteur Agricole en Afrique. Cas de l’arachide. Page 1312. DOCUMENTAIRE suivi de DEBAT. [La dépigmentation]. Page 1513. PANEL. PARTIE 1/3 [Et des Acteurs, et des Entrepreneurs]. Page 16[SAMEDI 29]14. COURS. [Initiation au Braille]. Page 2115. ATELIER. [Formation à la création de BD. Partie 1]. Page 2616. SOIREE CULTURELLE. [Njàcc’Art]. EXPOSITION. [Tableaux de Natacha SUPPRISSE]. Page 33 DEFILE DE MODE. [Créations d’Aïssatou BADIANE]. Page 36 NHAPPY GALSEN [Les Cheveux Naturels] Page 37 MUSIQUE RAP. [BigL XL] Page 3817. PANEL. PARTIE 2/3 [Et des Acteurs, et des Entrepreneurs]. Page 40[DIMANCHE 30]18. CONFERENCE. [De la Recherche Scientifique]. Page 4619. PANEL. PARTIE 3/3 [Et des Acteurs, et des Entrepreneurs]. Page 5320. PROJECTION DE FILM. [Yeelen]. Page 60 [ACTUALITES ET CONTACTS] Page 61 [REMERCIEMENTS] Page 66 Page 4
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][Communication & Média][EQUIPE ORGANISATRICE][Abdoul Khadre DIALLO] Chef d’Equipe[Ndeye Fatou SARR] Photographie[Marie-Madeleine DIOUF] Live-Blogging[Adama DIOUF] Live-Streaming[Pape Abdoulaye FAM] Caméra[Amadou Kéthiel KEBE] Caméra[VISUEL, PROGRAMME & AFFICHE]Ma responsabilité concernant cette partie de notre plan de communication : création du logo des 72h deNjàccaar Visionnaire Africain, Edition 2. Puis mise sous format image du programme.La création du logo n’a pas été une tâche facile, compte tenu des courts délais, et aussi qu’il fallait êtreinspiré, et vite, car le temps nous était compté. Pas simple !J’y suis toutefois arrivé, et ai été d’autant plus satisfait que cela a été apprécié de la majorité. Logovalidé donc !La suite ? L’affiche et le programme ! Une fois le détail des activités finalisé et validé par notrePrésident, Sadio SANGHARE, j’ai entamé la création de l’affiche et du programme, travail créatiffinalement pris en charge et finalisé par Ndeye Fatou SARR.[BANDE-ANNONCE]Une fois ces deux images créées, le but était aussi de s’en servir pour la bande-annonce, questiond’apporter plus de technicité autour de l’évènement, et de démontrer les aptitudes des membres deNjàccaar. Mais force était de constater que je ne disposais pas de « ressources » suffisantes, telles lesvidéos de l’Edition 1 des 72h de Njàccaar Visionnaire Africain, ni à mon avis de toutes les connaissancesrequises pour réaliser une bande annonce aussi professionnelle que celles que l’on peut trouver sur YouTube ou sur les sites professionnels axés «évènementiel». Un membre de Njàccaar se proposa alors pourm’assister à la réalisation de la vidéo. Puis, manque de temps (imprévus…), ne put s’atteler à cette tâche.Et c’est ainsi qu’un beau matin, sur un coup de tête, je me suis décidé à aller à la découverte deWindows Movie Maker (W.M.M), ayant déjà mon idée en tête : une vidéo, du texte, une musique defond, un fond d’écran en mouvement, histoire de capter l’attention des internautes qui viendraient àvisionner cette vidéo. Bingo ! C’est ainsi que j’entamai la création de la bande annonce. Seul, mais nonmoins fier et satisfait.La version finale, validée par toute l’équipe, est sortie au même moment que l’affiche et le programme.Timing idéal pour booster la communication pré-72h.Et voici qu’une fois postée sur Facebook, les internautes fans de notre page se la transmettaient, « like-aient » et « partageaient » de partout. Ce, jusqu’au jour J.Le site web de Njàccaar a également diffusé la bande-annonce, ainsi que l’Affiche et le Programme des72H Edition 2. Page 5
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][LIVE BLOGGING & LIVE STREAMING]Quelques jours avant les 72h, les leaders de Njàccaar eurent l’idée de former des équipes pour lacommunication ‘’In-72h’’. Dès lors, l’équipe communication In-72h naquit. Equipe dont je fus nomméresponsable, pour toute la durée de l’aventure. On voulait faire du live blogging (avec Cover It Live etFacebook) et du live streaming (avec Live Stream). Il fallait donc s’approprier ces deux outils trèsrapidement, et apprendre à suffisamment les maîtriser avant le jour J. Tâche je ne trouvai pas du toutinsurmontable, sauf qu’un problème, de taille pour moi, se posait : je ne savais pas comment et filmer, etdiffuser en direct dans le même temps.Jour J. Première bonne nouvelle ! Nous pouvions disposer d’internet dans la salle où se tenaient lesactivités. Et en plus, nous disposions de 2 ordinateurs : un portable et un fixe. Le portable servit donc à « live bloguer » et le fixe au « live streaming ». Mais ce qui résolut réellement le souci bloquant pour lelive streaming, ce fut la caméra amovible de notre cher Président, Sadio SANGHARE. Nous pûmes doncfilmer la quasi-totalité de nos activités. Et afin d’avoir un rendu son si ce n’est parfait mais au moins trèscorrect, pour la vidéo en live, il y eut les hauts parleurs et les micros. Ce qui a permis, et ce sont lesinternautes qui nous l’ont confirmé, de bien nous entendre.[REPORTAGES PHOTOS & VIDEOS]S’ajouta la communication en « différé » : photos et enregistrements vidéo non-live. Nous prenions desphotos de toutes les activités et les filmions également, du début à la fin. Figurez-vous que les 2 camérasdont nous disposions ont tourné quasiment non-stop… 3 jours durant ![CONCLUSION]Au-dessus de tous ces aspects matériels, je ne puis terminer sans rappeler ce qui fut le ciment et l’élémentindispensable à la réussite de ce plan de communication : les hommes et les femmes qui, avec moi, onttravaillé d’arrache-pied à la réalisation de nos objectifs. Mon équipe, initialement composée d’environ 8personnes, dont moi-même, finit par ne comprendre que 6 personnes ! Qu’importe, ce sont les aléas detoute entreprise, adaptabilité et réactivité ont dû prendre le pas sur un éventuel abattement, car nous ycroyions dur comme fer, à la réussite de cet évènement. Voilà donc que tous, solidaires, nous avons sufournir le travail demandé et permettre à ceux qui n’ont pu se déplacer de ne quasiment rien rater deces trois journées.Je tiens également à faire part du profond respect et dévouement dont toute l’équipe a fait preuve àmon encontre. Je suis jeune, certes, très jeune, mais alors, ce ne fut point un sujet bloquant pour aucund’entre eux, car qu’importait le fait que la plupart soient plus âgés que moi (aspect important de laculture africaine…), dès lors que je leur demandais d’effectuer une tâche quelconque, je n’eus queretours positifs et actions rapides et efficaces. Et lorsqu’une difficulté ou un problème technique seprésentaient, j’étais celui vers qui, naturellement, tous se tournaient. Demandant quoi faire. N’est-il pasvalorisant de travailler avec une telle équipe ?Ces 3 mois de préparatifs, suivis des 3 journées d’activités intenses, m’ont permis de découvrir desaspects de ma personne que je ne soupçonnais pas, à savoir, finalement, des capacités à : diriger,innover, convaincre, rassembler, m’adapter et optimiser. Jamais, avant que finalement je neconstate et me dise « Waouh ! Tu l’as fait ! », je n’aurais cru être capable de réaliser tout ce queNjàccaar m’a confié comme responsabilités, me permettant par la même occasion de me réaliser Page 6
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]pleinement. J’en tire une fierté immense, et ma confiance en moi n’en est que renforcée. Je suis ravid’avoir eu à travailler avec toutes ces personnes toutes aussi motivées les unes que les autres, cespersonnes engagées, sérieuses et travailleuses.Ah ! Autre chose ! L’activité fut certes intense, mais quelle passion ! Partant de là, nul ne ressentait nila difficulté des tâches, ni la fatigue physique… il nous fallait juste faire, nous y avons toute notreforce et tout notre cœur. Intense ! Inoubliable ! Page 7
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][LOGISTIQUE][EQUIPE ORGANISATRICE][Aïssatou BADIANE] [Sadio SANGHARE] [Abdoul Khadre DIALLO] [Cheikh Dieylar DIALLO] [Marie-Hélène MOREIRA] [Fatoumata MBAYE] [Sakinatou BÂ] [Marie-Madeleine DIOUF][UNE VILLE : MONTPELLIER]Choix de la ville de Montpellier…..[DES LOCAUX PRATIQUES ET AGREABLES]1 / Maison Martin Luther KING, 27 BLD Louis Blanc, 34000 Montpellier2 / Centre 665, 665 route de Mende, 34090 Montpellier3 / Espace Aragon, 117 rue des Etats Généraux Richter, 34000 Montpellier[LES INSCRIPTIONS & INVITATIONS]1 / Création d’un Evènement dans Facebook, espace dédié à renvoyer les personnes intéressées às’inscrire via le formulaire ci-dessus cité, créé depuis Google Docs.2 / Confirmation de la prise en compte de la participation aux 72H des personnes ayant répondu« OUI » ou « PEUT-ETRE », par post d’un message via la page de l’Evènement dans Facebook. Lemessage promettait aux invités de leur faire parvenir, dès clôture des inscriptions, l’invitation officielle. Leformulaire d’inscription était disponible en ligne via Google Docs. 3 / Formalisation des invitations par l’envoi, une fois les inscriptions online clôturées, de courriersd’Invitation Officielle, personnalisés, et reprenant : coordonnées, jours de présence, demande éventuelled’hébergement ainsi que coordonnées et adresses de l’hébergeant.[LES HEBERGEMENTS]Grâce au réseau amical de Sadio SANGHARE, Président de Njàccaar Visionnaire Africain, nous avons pudisposer, sur Montpellier, de lieux d’hébergement chez l’habitant. Tout le monde a pu être correctementlogé, pour cela nous ne remercierons jamais assez tous ces bons amis nous ayant apporté leur soutien :Sara DKIL, Sonia, Clébert CODJO, Sadio SANGHARE, Mambaye LÔ, Absa KANE, Hamady OumarNDIAYE, Omar CAMARA, Ibrahima BASSE CISSE.[LA RESTAURATION – LA CUISINE]Pour mener à bien la tenue et l’organisation de la 2ème édition des 72h de Njàccaar, les membres ducomité de pilotage se sont répartis en équipes. C’est ainsi que je fus nommée responsable du menu destrois journées, et par la même occasion de l’équipe cuisine.Afin de cadrer avec le thème de l’évènement, je devais proposer un menu composé de plats et produitsessentiellement africains. Ce fut entendu. Page 8
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Etape 1 : constituer mon équipe. Je n’ai eu aucune difficulté à trouver des volontaires souhaitant nousassister dans cette tâche.Etape 2 : arrivée à Montpellier deux jours avant les 72H. Première chose faite : dresser un tableauprévisionnel du menu pour les 3 jours d’activités.Etape 3 : Le lendemain, jeudi, c’est flanquée des membres présents sur place que je me suis rendue aumarché, chez l’épicier, en grande surface… pour faire les courses correspondant au menu.Etape 4 : soirée du jeudi. Préparation des plats et autres mets du vendredi. D’abord les beignets, qui ontservi d’amuses gueules durant les activités. Puis vint le tour du Yassa poulet (Riz blanc natureaccompagné d’une sauce oignon, avec des poulets au four) et du « Cere Siim » (couscous à base de milaccompagné d’une sauce rouge à la viande). Et pour finir, préparation du jus de bissap. Ouf !Préparation des plats terminée à temps, grâce à la précieuse aide de l’un des membres de Njàccaar.Ouf donc ! Je n’aurais pas à rater une quelconque activité le lendemain, d’autant plus que je devaisouvrir les activités, moi-même et Sadio SANGHARE, à savoir le cours d’initiation à la langue Wolof.Vendredi donc, nous avons dégusté notre Yassa à midi, Yassa qui fut fort apprécié par toutes lespersonnes présentes.Etape 5 : Ouh la la ! Il faut à présent penser aux repas de samedi ! Le stress de cette cuisine dulendemain restant à faire ne cessant de me guetter, je fis appel à la bonne volonté de Marie MadeleineDiouf (Membre de Njàccaar), et nous allâmes faire les courses pour le lendemain. Le soir arrivé, lesinvités regroupés chez le Président Sadio Sangharé pour la veillée nocturne, ont pu déguster commeprévu le couscous de mil accompagné de la sauce viande, ou « Cere Siim ». Jusque-là, nous étions dansles temps… nous savourions donc ce moment ensemble avec les autres.Etape 6 : Samedi ! Pour le petit déjeuner, nous avions à notre disposition du Tapioka (céréale béninoise).Mélangé avec du lait chaud sucré, c’est un délice ! Marie Madeleine DIOUF et Ndèye Fatou SARR sechargèrent de servir nos invités présents ce matin-là.Etape 7 : La tension monte, ce jour-là, je ne pouvais assister aux activités, faute de ressources humainesen cuisine. Heureusement que notre très chère Fatoumata MBAYE (Membre de Njàccaar), était là pourdiriger les opérations. Je l’assistai donc, et c’est ainsi qu’elle a pu nous préparer : riz à la viande pour lemidi, tartes au thon et à la viande pour le repas du soir. Ce fut une journée laborieuse, dans la mesureoù nous avions eu des problèmes techniques en cuisine, avec une marmite qui n’était pas adaptée pour lacuisson du riz. Nous avions donc perdu énormément de temps en cuisine. Malgré tout, et encore grâce ausavoir-faire de Fatoumata, qui a su nous faire patienter et a su canaliser nos impatiences, tout put finir enbeauté. Le plat tant attendu fut fin prêt, quoique en fin d’après-midi. Eh bien, alors ? Nos estomacs sesont adaptés ! Et le plat fut servi ! Et les purent l’apprécier, eux qui l’attendaient depuis ! Tout le mondeeut donc son assiette de riz… fort heureusement. Et le soir venu, c’est le même sort que réservèrent lesestomacs affamés de nos invités aux délicieuses tartes de la Chef Fatoumata (je puis vous dire que lesgens en parlent toujours, de ces tartes…). Une journée réussie de plus !Etape 8 : Dimanche, dernier jour ! Nous reprenons le train-train quotidien : petit déjeuner commun autourd’un café, thé, du pain accompagné de pâte à tartiner, beurre,… Pour le midi, les riz, poulet, cere etautres tartes, laissèrent respectueusement leur place à un succulent Thiacry, concocté par Sakinatou BÂ(Membre de Njàccaar).Etape 9 : Le soir venu (il y’a déjà moins de monde et aussi moins de bouches à nourrir…), nous clôturonsen beauté les 72h autour de pizzas choisies par Cheikh Dieylar DIALLO et Sadio SANGHARE. Nous Page 9
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]savions déjà que c’étaient des hommes de goût, et là aussi, dans le domaine du culinaire, ils ont su nous leprouver ! C’est cela les Njàccaar !!!BILAN CUISINE : SA-TIS-FAI-SANT !!!! Même si nous n’avons finalement pu essentiellement préparerdes plats africains, nous avons su gérer et la préparation des plats, et les imprévus. Attention Edition3 ! Ce sera du tonnerre cette fois-ci !Merci à toute mon équipe cuisine ! Page 10
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][ACTIVITES - VENDREDI 28]COURS. [INITIATION A LA LANGUE WOLOF][Aïssatou BADIANE] [Sadio SANGHARE]La Seconde Edition des 72H de Njàccaar Visionnaire Africain s’est ouverte sur un cours d’initiation à lalangue wolof.Animateurs : Sadio SANGHARE et Aïssatou BADIANE.Nous rappelons que nous ne sommes pas des professionnels de la formation, et encore moins desProfesseurs de la langue wolof, que nous ne prétendrons pas ici maîtriser. Néanmoins, chez NjàccaarVisionnaire Africain, notre credo étant de faire « ce que nous pouvons avec ce que nous avons », et nousrajouterons même, « avec ce que nous sommes et connaissons », nous nous sommes, en toute modestie, décidés à donner ce cours de wolof, en faisant appel et à nos humbles connaissances en la matière, et en notre soif de transmettre. Cette volonté d’apprendre chaque jour un peu plus, de pousser l’autre à apprendre et à s’approprier pleinement sa culture, nous l’avons solidifiée par une intense et très diversifiée documentation. Et c’est ainsi que nous avons pu donner ce cours d’initiation à la langue wolof.Le cours a débuté par un rappel historique sur l’origine de la langue wolof et par la définition desterritoires sur lesquels est parlée la langue wolof.Une langue de la famille Niger-Congo. Classée dans la branche nord du groupe Atlantique, le wolofest parlé par huit à dix millions de locuteurs, principalement au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie, lewolof figure parmi les langues nationales de ces pays mais y fonctionne aussi, souvent, comme langue decommunication.Une langue à tradition orale. C’est avec l’islamisation du Sénégal qu’il y eût les premières tentationsd’écriture du wolof en caractères arabes, qui plus tard est appelée le « Wolofal ». Néanmoins, leSénégal a pu se doter depuis 1971 d’une orthographe officielle basée sur l’alphabet latin. L’alphabet(Liifantu) wolof est alors composé de 29 lettres dont 9 voyelles et 20 consonnes.Une langue à classe nominale. L’ensemble du lexique nominal est réparti en dix classes qui déterminentun accord syntaxique, limité en wolof aux déterminants du nom. Ces classes sont marquées par unclassificateur, généralement postposé au nom et constitué d’une consonne à laquelle sont suffixésdifférents éléments intervenant dans la détermination nominale.Les déterminants nominaux sont généralement postposés et, pour la plupart, formés à l’aide de laconsonne de classe et d’un suffixe spatial indiquant la position du référent par rapport au locuteur.Une grammaire. Après avoir abordé les bases fondamentales de la langue wolof, nous avons survolébrièvement la grammaire wolof. Mais nous avons tenu à faire une remarque fondamentale sur lagrammaire car le système des temps grammaticaux en wolof nest pas comparable à celui du français.Le wolof na pas de temps grammaticaux à proprement parlé. Lensemble des 6 conjugaisons appelésmodes est soumis en wolof à lopposition des deux aspects « accompli / inaccompli », mais seulementavec des variations demploi. Page 11
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Un système verbal. Basé sur (ndeminu waxeel bi).- Trois modes (anam) : lindicatif (tegtal), linjonctif (ndigal) et le subordinatif (jokk)- Deux formes (ndemin) : la forme affirmative (ndeminu waaw) et la forme négative (ndeminu déet)- Deux aspects (gis-gis) : laccompli (lu sotti) et linaccompli (lu sotteegul)Les pronoms personnels intègrent le mode et laspect du verbe. Cest donc le pronom qui varie et non labase du verbe qui reste invariable.Le wolof ne possède pas dadjectifs. Ce sont des verbes qui en tiennent lieu. Les notions exprimées enfrançais par être - adjectif attribut sont rendues par des verbes qui ont un statut de verbes détat paropposition aux verbes daction.Des règles grammaticales. C’est alors après cette remarque, que nous avons abordé les règlesgrammaticales wolof en les traitants comme telles :- Les signes de ponctuation- Les particules « daan », « doon » et « na »- Les interjections- Le nom et ses modalités- Les pronoms personnels objets- Les adverbes généraux- Les adverbes de manière- Les adverbes daffirmation et de négation- Les adverbes dintensité- Les adverbes de lieu- Les adverbes de quantité- Les adverbes de temps- Les locutions adverbiales- La dérivation nominale- La dérivation verbale- La dérivation complexe Nous avons terminé la première partie du cours avec ces règles grammaticales, puis nous avons enchainé avec la deuxième partie qui consistait à présenter au public la traduction intégrale de tous les concepts mathématiques traduits en wolof par le Pr. Cheikh Anta Diop et enfin de l’appliquer dans des exemples d’équations. Cette présentation nous a permis d’interagir avec les participants, parmi eux des sénégalais qui ignoraient qu’ils utilisaient chaque jour des expressions mathématiques sans pour autant se rendre compte. Pour terminer le cours, toujours dans une logique de faireparticiper le public, nous avions prévu des devinettes afin qu’on puisse s’appliquer à tout ce qui aété dit en théorie dans le cours. Page 12
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]DEBAT. [LE SECTEUR AGRICOLE. ENTREAMENESIE, ASYMETRIE ET APHONIE. LE CAS DEL’ARACHIDE AU SENEGAL][Enhougban Séraphin Georges IVANHOE] Agriculteur,paysagiste.[Adama DIOUF] Etudiant en Droit des Entreprises,Coordonnateur Njàccaar Toulouse.[Cheikh Dieylar DIALLO] Membre de Njàccaar.Timing : 16h30-18h00 : Présentation. 19h00 -20h30 : EchangesGérant de 2 entreprises, paysagiste et créateur ANTHROPOSOLS d’ART, Enghoungban SéraphinGeorges IVANHOE est aussi exploitant agricole dans le Lot. Surnommé le jardinier poète, il ouvreson intervention par une citation de Platon : « Il n’est personne jusqu’ici, fut-il sans culture, qui nedevienne poète quand de lui amour s’est emparé ». L’autre aurait dit « a-t-il craqué ? ». Au lieu deparler des vers de terre de son jardin, Séraphin préfère plutôt déclamer des vers sur la terre et l’amourqu’il lui porte. « Je suis passionné par la terre » dit-il. Et le lien avec la citation devient alors beaucoupplus clair.La monoculture entraîne une perte de la biodiversité. Cette dernière est fondamentale pour le systèmedu Vivant et son équilibre. Dans la nature, ou ce qu’il en reste, il est encore possible d’observer cettebiodiversité sur 1m² de terre. En effet sur une telle surface vivent des bactéries, des insectes, desvégétaux etc. Pour s’en rendre compte, il suffit d’observer voire de creuser un peu. Toutefois, quandl’Homme y plante de l’arachide, par exemple, cette bande de sol s’appauvrit à long terme et au finalelle ne capte qu’une petite partie de l’ensemble des éléments chimiques présents dans la nature. Le sols’appauvrit alors. De plus en Afrique, les sols sont qualifiés de « vieux » et se dégradent vitecontrairement aux sols en Europe où le climat est tempéré et les terres « jeunes ». Ces quelques raisons poussent Séraphin à penser que la monoculture, malgré ses avantages, atrophie les économies des pays africains qui la pratiquent toujours. Le mot « arachide » provient de « arachidna » une plante originaire du Brésil et du Pérou. Pourtant c’est le terme « cacahuète » qui aurait été plus précis pour designer cette plante oléagineuse mesurant 75 cm au plus et dont le cycle végétatif dure 3 mois environ. L’arachide est la 4ème plante alimentaire mondiale après le riz, le maïs et le blé.Le 1er producteur mondial d’arachide est la Chine, suivi de l’Inde, de l’Argentine et des Etats-Unis. LeNigéria est le 1er producteur d’arachide en Afrique. Le choix de la filière arachidière au Sénégals’explique par sa spécificité tant dans son introduction au XIXe par les colonisateurs Français que par sonessor et son importance dans l’économie du pays. Page 13
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]L’arachide est introduite au Sénégal vers la fin de la 1ère moitié du XIXe siècle. Son introductions’explique principalement par des raisons économiques que sont l’abolition de la traite négrière et ledéclin de la gomme arabique. L’arachide devient une économie de substitution pour les colons Français.Appelé symboliquement « Or du Sénégal » pour la couleur jaune de sa fleur et la richesse qu’ellereprésente. En moins d’un siècle, la culture de l’arachide au Sénégal a profondément bouleversél’organisation sociale de plus d’un tiers de la population. Le Sénégal est entre autre qualifié de pays demonoculture extrême au point qu’une autorité du pays laissait un jour entendre que lorsque l’arachide seporte bien tout va bien.Même si le pays de la Teranga (hospitalité en langue Wolof) ne figure pas parmi les premiersproducteurs mondiaux d’arachide, il est tout de même le 1er producteur d’huile d’arachide. Le Sénégaln’en demeure pas moins importateur d’huile de tournesol. Les principaux acteurs de cette filière sontessentiellement les producteurs, les distributeurs et les commerçants. Les transformateurs peuvent aussiêtre ajoutés, surtout avec la délocalisation au Sénégal de la transformation par la firme Lesieur pendantla seconde guerre mondiale. Qu’ils soient paysans, propriétaires terriens, chefs religieux tout simplementsaisonniers, les acteurs de la production ont été et demeurent aujourd’hui encore les acteurs les plusfaibles de la filière. Victimes de et quelquefois coupables, ils souffrent de la spéculation des acheteurs,des prix fixés sans leurs consultations, de bons impayés, des fluctuations du marché intérieur etextérieure, des politiques libérales de l’Etat et des plans d’ajustement structurel des institutions financièresinternationales : Banque Mondiale, Fond Monétaire Internationale et l’Organisation Mondiale duCommerce.Sous le prisme des producteurs, certes mais pas seulement, le constat est effrayant : le secteur est encrise. Celle-ci ne date pas d’aujourd’hui. Les maux qui gangrène la filière remontent à ses débuts etpourtant perdurent. En 2001, l’Etat dissout la Sonagraine et libéralise la collecte alors que l’histoire adéjà montré les limites de cette libéralisation. Bons impayés de la part des intermédiaires ou collecteurs,méfiance et spéculation, bradage de la production dans les loumas (marchés hebdomadaires) à des prixatteignant souvent la moitié du prix fixé par l’Etat. La mauvaise gestion des semences et des récoltes despaysans les entraîne dans un cercle infernal de dettes. La culture de l’arachide épuise et appauvrit lessols poussant les paysans à augmenter les surfaces cultivés. Les sols sont en danger et les terres sontbradées aux étrangers. Surproduction et lieux de stockage inexistant ou inadaptés. Enfin des politiquesagricoles incohérentes, avouant du moins en apparence un pilotage à vue, voire soumises au diktatextérieur sans oublier la baisse du cours des matières premières depuis 1970. Résultat des courses, lesecteur est en pleine crise, dont les acteurs s’entendent unanimement sur son existence et son caractèreavancé. Pour toutes ces raisons l’avenir de l’arachide au Sénégal est plus que menacé. Que faire alors?Ne conviendrait-il pas de tirer les enseignements des erreurs du passé, ce avant toute chose ? Au moinscela permettrait de faire de nouvelles erreurs et de sortir du comportement amnésique qui semblecaractériser le siècle et demi passé. Ensuite l’Etat comme les producteurs devront entamer la sortie de lamonoculture de rente, valoriser et diversifier les utilisations de l’arachide, produit dont la totalité, laplante comme la coque et le fruit peuvent servir à l’Homme ou aux bêtes de somme. Ainsi l’asymétrie desmoyens de décision et donc de pression entre l’Etat ou les intermédiaires et les producteurs d’une part etles institutions financières internationales et l’Etat d’autre part pourrait diminuer voire disparaître, laissantplace à une véritable souveraineté du Sénégal, par extension des Etats Africains, synonyme deprotection des marchés locaux id est des producteurs. Nous sommes alors convaincus que ces derniers selibérant de l’étau de la dépendance multiforme, celle-ci accrue par le capitalisme financier et lamondialisation, pourront oser et proposer de nouveaux modes de vie donc une nouvelle façon deconsommer, proactive et plus participative. Ils recentreront le système sur l’Homme et viendront alors etenfin à bout de cette aphonie des décideurs. L’épanouissement à partir de la base, voilà le défi quel’Afrique, et l’humanité en général, doit relever pour son progrès, aujourd’hui sa survie. Page 14
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]DOCUMENTAIRE SUIVI DE DEBAT. [LA DEPIGMENTATION OU « XESSAL »][Aïssatou BADIANE]La réalisation d’un documentaire, sur la dépigmentation est un projet qui est né il y a 4 mois au sein deNjàccaar même. Motivée par la lutte contre ce phénomène Ŕ que je qualifie d’ailleurs de fléau social -j’en ai discuté avec le Président Sadio SANGHARE, qui m’a donné feu vert pour la diffusion et lecommentaire du documentaire lors des 72h de Njàccaar Edition 2.J’ai donc travaillé sur ce projet en collaboration avec Njàccaar Sénégal. Cependant, les courts délaisdont nous disposions ne nous permettant pas de réaliser un projet aussi abouti que souhaité dans lestemps (pour les 72H…), j’ai décidé d’adopter une formule plus simple, et de poser le problèmedifféremment, tout en laissant place au débat; c’est ainsi que j’ai sollicité les personnes de monentourage motivées par cette lutte, et acceptant d’être interviewées sur le sujet, en répondant à mesquestions, qui pour la majeure partie tournaient autour du pourquoi et du comment de ce phénomène. Enoutre, j’ai eu l’honneur de rencontrer le Docteur Khadi SY BIZET, dermatologue-esthéticienne, qui tient soncabinet à Paris. Entièrement engagée dans la lutte contre le Xessal, elle m’a accueillie les bras grandsouverts et à répondu à toutes mes questions.Ainsi lors des 72h, j’ai pu, avec l’aide d’Abdoul Khadre Diallo (membre de Njàccaar), diffuser des vidéosde 3 à 7 minutes de la dermatologue. Cette dernière évoquait des points très intéressants à connaître surce fléau, à savoir : les causes de ce phénomène (l’histoire de notre continent Ŕ qui a beaucoup souffertde l’esclavage et de la colonisation Ŕ , le complexe de l’homme noir par rapport à l’homme blanc, ledésir des femmes d’être belles et plus appréciées sachant que dans nos cultures la femme claire etsynonyme de fertilité et de clarté, la médiatisation grandissante des femmes au teint clair via le petitécran, …).J’ai pu diffuser des vidéos assez « choquantes » sur les conséquences de la dépigmentation;accompagnées des récits du docteur Bizet, qui évoquait les risques de maladies telles que l’hypertensionartérielle, le diabète, la stérilité chez la femme, la malformation infantile, et des problèmes decicatrisations de la peau, j’ose espérer que cette diffusion a pu porter quelque fruit dans l’esprit de ceuxet celles qui croiraient encore que s’adonner à la pratique du Xessal est exempt de tout danger pour lavie humaine elle-même..Le but de ce documentaire n’étant pas de blâmer ceux qui s’adonnent à cette pratique, il doit sensibilisersur les conséquences au niveau sanitaire de ce fléau qui sont très sérieuses. CE phénomène n’est ni bienpour notre santé, ni pour notre culture, sans parler de notre économie. Je pense, pour les 30 minutes quej’ai eues pour défendre ma position par rapport à ce phénomène, le message est bien passé. Page 15
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]PANEL 1. [ET DES ACTEURS, ET DES ENTREPRENEURS]Modérateur [Cheikh Dieylar DIALLO]LA COURS DES ENFANTS (CDE), « LES ENFANTS C’EST L’AVENIR ».La Cours Des Enfants est une association loi 1901 créée à Bordeaux il y a 2 ans. Composéemajoritairement de femmes, elle a pour objectif de venir en aide aux enfants défavorisés du Sénégal. LeSénégal parce que c’est le pays qu’ils connaissaient le mieux.L’idée de créer la CDE est venue suite à la diffusion par M6 de reportages sur les « talibés ». Malgré lesstéréotypes que les habitants du Sénégal ont sur les émigrés et leurs enfants, «Bounty » ou « déracinés »,les membres de la CDE ont décidé de venir en aide aux enfants défavorisés, sachant que « les enfantsc’est l’avenir » lâche la présidente, Fatou Lô.Au niveau des actions, la CDE est venue en soutien à une pouponnière à Mbour (ville qui se situe à 80 kmde Dakar au Sénégal) en achetant du lait et des couches.Oumy LÔ, membre de la CDE, prend le micro et présente une autre action de l’association à savoir Lareconstruction en brique de 2 classes de CI (Cours d’Initiation) dans une école à Louga car actuellementelles sont en paille. Au départ le projet était planifié pour l’été 2012 mais pour des raisons financières lafin est prévue pour l’été 2013. Pour financer ces actions la CDE organisent des événements, des soirées,des animations. Aussi l’association vend-t-elle des bonbons et fait-elle des séances de maquillage pourles enfants toujours pour réunir les fonds suffisants à l’aboutissement du projet de reconstruction. Laprésidente prend bien le soin de préciser que c’est le directeur de l’école à Louga qui a été demandeur.« Une des bases de l’association c’est d’une part de ne pas envoyer d’argent comme ça. On faitbeaucoup d’appel aux dons. On n’a jamais fait de demande de subventions. Pas d’envoi d’argent etsurtout on ne crée pas de besoins», poursuit Fatou LÔ. Page 16
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Pendant les 2 premières années, la CDE a d’abord essayé de remplir ses caisses en attendant que desassociations ou des structures dans le besoin aillent la solliciter même si parallèlement elle a aussiprospecté sur « ce qu’on pouvait faire, ce qu’on se sentait capable de faire » dixit la présidente.La 1ère année a servi à trouver des fonds. Par exemple grâce à un défilé, organisé pourtant avec deshabits personnels, la somme de 500€ est récoltée en une après-midi. Autre exemple de moyens qui ontservi à trouver des sous, c’est la tenue de stand d’animation sur différents marchés à Bordeaux ou lavente sur les plages de plats et de produits africains, sénégalais en particulier, comme le « ceebu jën »(Riz au poisson), le « gerte suukër » (Cacahuète au sucre). Par ailleurs la CDE s’est mise au tressage ettoutes autres activités dont ils se sentaient capable et pouvant rapporter des fonds comme l’organisationde soirée où les salles étaient quelquefois gratuites et les étudiants présents. Des artistes comme Nit Dofet Ass Malick les soutiennent car ceux-ci sont allés à Bordeaux tenir des concerts gratuitement pour laCDE.Dernièrement l’association est intervenue sur le problème survenue dans la corne de l’Afrique.L’association Afrique Terre de Culture faisait une collecte de denrées alimentaires. La CDE a fait le relaissur Bordeaux et est parvenue à remplir un camion. La semaine dernière, elle a organisée une soiréetoujours à Bordeaux et tous les bénéfices, soit à peu près 1500€, iront à Action Contre La Faim en vue del’achat de denrées alimentaire pour la Somalie.2 membres de l’association sont établis au Sénégal. La pouponnière de Mbour accueille 183 enfants de0 à 1 ans qui ont perdus leurs mamans. Les parents de l’enfant sont tenus de venir récupérer l’enfant àl’âge de 1 an. Malheureusement dans 30% des cas l’enfant reste à la pouponnière. Tout dernièrement unsite d’information sur le Sénégal révélait que la SENELEC menaçait de couper l’électricité de lapouponnière, ce qui constitue un gros souci. A la base, c’est une Française qui a créé la pouponnière, etla frustration n’a pas manqué de gagner les membres de la CDE car très souvent les actions menées aupays sont l’œuvre d’étrangers. La CDE souhaiterait réunir différentes associations en France en créantdes évènements où tous les bénéfices reviendraient à la pouponnière. Les évènements auraient lieu lamême date voire la même période et que chaque association de manière indépendante s’organise deson côté. Les compétences et les connaissances sont disponibles et variées. Les fonds récoltés serviraient àfinancer un projet concerté entre les différentes associations en actions.En somme être membre de la CDE, c’est investir son temps et son argent.Les participants sont touchés par les actions de la CDE et pour beaucoup se proposent de contribueressentiellement par leur temps et leurs compétences à la réussite des actions présentées.Avec la CDE, Ibrahima DIOP a appris à « faire des actions » et à « donner». Fatma de poursuivre « j’aiappris à m’occuper des autres, à savoir ce qui se passe vraiment dans mon pays, à savoir le milieux desenfants abandonnés, à être plus autonome, à donner et à recevoir. »Fatou LÔ revient sur la Pouponnière de Mbour.Lorsque la pouponnière de Mbour comptait 140 enfants, elle avait besoin de 3500€ pour les nourrir.Sous l’émotion, la présidente revient sur les photos, la collecte. Après la collecte des sous, les membresont photographié l’argent. La présidente termine par « tu vois les photos avec tout le lait autour, tous lesenfants et là tu dis Diantre, grâce à moi ça se trouve y’a 2 ou 3 qui vont vivre encore un peu. Et làfranchement tu reçois énormément, plus que si on te donnait 1 million € ».Fatoumata MBAYE. Tout part du désir d’aller aider une pouponnière et se termine dans un orphelinat.Sur le point d’aller au Sénégal en voyage, elle envoie un message sur Facebook à toutes sesconnaissances en vue de récolter de l’argent pour en faire un don à une pouponnière. Elle parvient à Page 17
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]réunir 500€ ce qui permet d’acheter du riz par contre le bénéficiaire est un orphelinat qui se trouve dansle quartier Liberté VI. La structure est tenue par une dame qui faisait ses études en France. Pareille auxmembres de la CDE, elle décida un jour de venir de faire une action pour les enfants. A sa grandesurprise, elle se rendit compte que l’écrasante majorité des personnes qui venaient en aide aux enfantsdéfavorisés sont des étrangers. Elle se demanda alors ce qu’elle pouvait faire pour aider. Elle construisitalors un étage de plus au-dessus de sa maison pour en faire un orphelinat. Elle accueille 40 enfants et lesélève jusqu’à l’âge de 18 ans. « Quand j’ai vu cette dame, je me suis dite je vais plus jamais êtredécouragée… on a tous quelque chose à donner et on va foncer. » Une cousine à Fatoumata lui suggèrede venir en aide aux enfants dans le domaine de l’éducation. Même s’il existe des personnes volontaires,il demeure néanmoins un manque d’organismes, de structures capables de définir un plan. « Au-delà dela nourriture, que pourrait-on faire pour améliorer leur avenir et leur insertion dans la société ? »ASH : ASSOCIATION DES SENEGALAIS DE L’HERAULT.Président en exercice de la structure, Oumar Hamady NDIAYE n’est pas seulement chargé de laprésidence de l’ASH il porte aussi sur ses épaules un deuxième prénom, Amadou Fatou, chose fréquentechez les Pulaar. « Je me présente pour mes cousins Sérères et mes cousins Diolas qui sont là » ajoute-t-il.L’ASH est une personne morale qui représente tous les Sénégalais de la région Languedoc-Roussillon plusparticulièrement du département de l’Hérault.Ndiaga SYLLA occupe actuellement le poste de secrétaire général et Malick LOUM est adjoint de lacommission presse et information.L’association comprend 3 volets : pédagogique, culturel et social. « Elle a été créée pour garantir lesintérêts moraux et matériels des Sénégalais ».Même si le bureau est composé uniquement d’étudiants, l’association est soutenue par les travailleurs etles familles sénégalaises montpelliéraines sans oublier les autorités administratives de la ville. Assister lesSénégalais de l’Hérault quelque soient leurs catégories socioprofessionnelles et promouvoir la culturesénégalaise, voici les 2 axes prioritaires de association. Créer un cadre convivial où on peut seregrouper, échanger et partager en un mot s’épanouir.L’ASH organise des matchs de Football en invitant d’autres associations, des soirées dansantes et unesemaine culturelle chaque mois d’Avril.Le principal acquis social de la structure non des moindres, c’est les logements de Las Rebes octroyés parle CROUS à l’ASH. Une convention bipartite a en effet été signée afin d’accueillir et d’héberger lesnouveaux étudiants sénégalais. Par ceux-là, il faut comprendre les primo-arrivants.Pour terminer le président de l’ASH a porté à la connaissance de tous les participants du panel le« projet de rapatriement en cas de décès » car « toute âme qui goutte à la vie, gouttera à la mort »insiste-t-il. C’est pourquoi un système de rapatriement des corps au Sénégal est en étude.AAPIJAS : ASSOCIATION DES ANCIENS PENSIONNAIRES DE L’INSTITUT DES JEUNES AVEUGLES DU SENEGAL.« L’association a été en 1998, à ce moment j’étais au Sénégal, je suis venu (en France) 4 ans après. »déclare Pape GNING, un membre de l’AAPIJAS venu présenter cette structure au panel. Page 18
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Les anciens pensionnaires de l’institut des jeunes aveugles du Sénégal jugeaient nécessaires de seregrouper ensuite « de penser comment faire des actions au Sénégal pour rendre service aux non-voyants qui sont là-bas parce qu’au Sénégal les personnes en situation d’handicap souffrent beaucoup.Beaucoup de gens souffrent certes mais encore plus les personnes en situation d’handicap. »Il y a 2 ans, l’AAPIJAS a fait un don de 500 cannes blanches au Sénégal dont 75 grâce à des bonnesvolontés établies à Montpellier. Grâce à ces cannes, des non-voyants ont abandonné le « bâton ». Elle aaussi fait un don de 20 ordinateurs accompagnés du logiciel JAWS pour montrer aux Sénégalais qu’unnon-voyant peut utiliser un ordinateur.A Thiès les non-voyants sont assez connus pour fréquenter collèges et lycées, comme le Lycée Malick SY.Arrivés en France après l’obtention du bac et d’une bourse d’étude de la République du Sénégal,obtenus avec mérite, les 35 membres de l’association sont disséminés dans les villes françaises et seréunissent une fois par an dans une ville pour les besoins de l’association à l’instar de l’assembléegénérale annuelle.L’AAPIJAS cherche à assurer l’éducation des personnes en situation d’handicap, surtout pour les non-voyants car c’est un droit et non un privilège. A la création de l’IJAS (Institut des Jeunes Aveugles duSénégal), les autorités disaient que c’était un privilège. Le premier bachelier est allé étudier le droit enFrance. A son retour il a revisité les textes et les statuts de l’institut pour leur dire que l’éducation n’estpas un privilège mais un droit pour tout enfant. Donc il avait du mérite d’aller changer cela.Le handicap n’est pas une fin en soi. Et au-delà de l’éducation, il y a aussi lieu de penser à l’insertion.La stigmatisation des personnes en situation d’handicap va jusqu’à les empêcher d’obtenir un emploi carles voyants doutent de leurs compétences or des membres de l’AAPIJAS donnent des cours dans desuniversités en françaises et d’autres travaillent un peu partout. Alors pourquoi pas dans leurs paysd’origine ? « La réponse est qu’au Sénégal, on ne fait pas confiance aux non-voyants » dit Pape GNING.En somme c’est pour toutes ces raisons que l’AAPIJAS a été créé.Plusieurs rencontres entre l’AAPIJAS et les autorités sénégalaises ont eu lieu pour parler des objectifs del’association. Ce fut notamment l’occasion d’expliquer les évolutions profondes de la technologie et destechniques pour l’éducation et l’insertion professionnelle des aveugles.Tout ce que les voyants font avec la souris et l’écran, les non-voyants sont capables de le faire avec leclavier et le logiciel JAWS. « On n’a pas mal d’atouts que nous offre la France et nous leur enremercions » ajoute Pape. En France il est permis pour un non-voyant de s’insérer socialement. En ce quiconcerne l’insertion professionnelle chacun, là où il est, essaie de se battre pour trouver un emploi auSénégal ou en France. Cela ouvrira peut-être aux Sénégalais les yeux sur la capacité des aveugles àtravailler et à réussir.« Par sa volonté et son courage, le non-voyant est aujourd’hui capable de réussir comme tout le monde »conclue Mr GNING.ETS : EDUCATION POUR TOUS AU SENEGALDéclarée à Cannes, l’association a été créée par Yaya, un cuisinier. Il a créé 2 écoles avec un effectif de225 élèves qui y apprennent le français, l’arabe et le Coran.Saliou FALL, un nouveau membre s’est alors posé la question : « Qu’est-ce que je peux faire pour êtreutile ? Comment tout le monde peut l’aider ?» Page 19
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]L’association compte aujourd’hui 5 membres pour faire un effort à l’endroit des jeunes et aider lesgénérations futures à s’armer de savoirs, elle aurait besoin de gens de bonne volonté.CRI : COLLECTIF POUR LA RENOVATION ET L’INITIATIVE (DU LYCEE LIMAMOULAYE DE GUEDIAWAYE).Babacar NDIAYE, responsable de la communication du CRI, a représenté la structure dans le Panel.Crée en 2009 au mois de juillet parce qu’à l’époque il fallait crier. En effet « Ku bëgg dee wekku » ditd’ailleurs l’adage Wolof. (A bout de force, tout Homme réagit).Le choix du terme « collectif » au détriment de l’association s’explique par l’idée très répandue selonlaquelle les associations poursuivent beaucoup plus des objets culturels alors que ce n’était pas encoreune question urgente pour le collectif.« Rénovation » parce que certains élèves du lycée font des cours sous des tentes et que deseffondrements ont déjà eu lieu.« Initiative » pour inciter les gens à initier des projets.Pour rester ouvert, les responsables du CRI ont volontairement omis le nom du lycée afin que les anciensne soient pas les seuls concernés.Au sujet de la rénovation le CRI a mis en place une pétition, car « on ne peut pas se substituer au rôle del’Etat » soutient Babacar.Côté social, le CRI a mis en place des projets pour la plupart en collaboration avec l’assistante sociale duLycée Limamou Laye de Guédiawaye. Entre autre, on peut compter:Un projet de don de fourniture au début de chaque année scolaire pour les élèves dans le besoin.Un projet de distribution de prix au meilleur élève du lycée. L’année dernière c’est un ordinateurportable qui a été offert.Un projet d’accueil et de conseils des nouveaux bacheliers en France. D’autres projets sont en cours comme la création d’un portail Internet ainsi que d’un journal pour informer les élèves du lycée sur leur besoin avant et après le bac notamment en matière d’orientation académique et d’insertion professionnelle. Pour atteindre ses objectifs, le CRI a besoin de tout le monde, à commencer tout naturellement par les anciens. Page 20
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][ACTIVITES - SAMEDI 29]COURS. [INITIATION AU BRAILLE][Pape Ibrahima GNING] Doctorant. Dernière année. Thèse en Sciences de Gestion à l’Université deMontpellier 3.Pape a présenté les composantes de la méthode braille, méthode créée par Louis Braille.Au menu de la séance il y eut un exposé théorique au départ, ensuite de la pratique, avant de terminerpar des questions suivies de réponses.Pape souhaite la sensibilisation au handicap visuel afin que l’ignorance et donc la marginalisation reculepour laisser place au mieux-vivre ensemble. « Pour informer les gens et les sensibiliser, rien ne me gêne »ajoute Pape pour mettre à l’aise le public.L’écriture en braille se fait à l’aide d’une tablette qu’on ouvre. La feuille de papier s’insère à l’intérieurde la tablette qui se referme sur elle en la coinçant pour éviter qu’elle se déplace.La tablette de Pape est composée de 9 lignes, chacune d’elles comprend des cases. Une case estensemble de 6 trous, en réalité appelés des points, alignés en 2 colonnes et 3 lignes. Les 6 pointspermettent en fait d’écrire une lettre, un chiffre ou tout autre caractère.En plus de la tablette, il faut compter le poinçon dans les outils d’écriture en braille. Il est composé d’uneaiguille qui permet de faire des trous donc d’écrire des points.Maintenant grâce aux avancées technologiques, des ordinateurs en braille existent. C’est pourquoidepuis son arrivée en France, Pape n’utilise plus les tablettes qu’il utilisait au Sénégal. Celles-ci sontencore largement utilisées en Afrique parce que « Le matériel informatique coûte très cher et en France,les aveugles le reçoivent grâce aux divers financements. »Découverte des points et de leur agencement.Chaque participant a écrit une lettre avec la tablette en suivant l’ordre de l’alphabet français. Avec leurmain chacun pouvait sentir les points saillants signifiant une lettre, un chiffre ou un caractère.Q : Y-a-t il des supports spécifiques pour écrire en braille ?R : Oui il y a un papier spécial beaucoup plus épais que les papiers utilisés normalement par les voyants.Il permet de bien mettre en relief les écritures étant donné que c’est à partir du touché que les aveugleslisent.Q : Est-ce que ça coûte cher ou pas ?R : Tout ce qui concerne le matériel des non-voyants coûtent chers non seulement pour leur spécificité maisaussi parce qu’ils sont financés. Page 21
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Q : Est-ce que les gens qui corrigent ou donnent des cours aux aveugles sont des enseignants voyantssimplement formés à la méthode braille ?R : Tout à fait. C’est des enseignants comme ceux des autres établissements mais qui ont juste été forméen braille.Q : Combien de temps est-ce nécessaire pour lire de façon littérale en braille ?R : L’écriture peut être assimilée assez rapidement. La lecture en revanche prend beaucoup plus detemps. Les voyants n’ont pas besoin de développer leur touché pour lire le braille dans la mesure où ilspeuvent voir les points. Les non-voyants quant à eux ont vraiment besoin de développer le touché. Il y aaussi le braille abrégé qui prend moins de place et qui est plus rapide.Q : Au Sénégal avant de venir en France, y-avait-il les outils nécessaires pour suivre les cours en braille àl’université ou dans l’école où vous étiez?R : Pour les études supérieures le matériel est quasi inexistant. L’université n’est pas encore prêt pouraccueillir des non-voyants parce qu’ils n’ont toujours pas le matériel qu’il faut pour que les non-voyantspuissent continuer les études. C’est la raison pour laquelle les bacheliers non-voyants n’ont d’autres choixque d’aller étudier à l’étranger, en France pour la plupart. A l’institut par contre, le matériel nécessaireexiste bel et bien. C’est l’Etat du Sénégal qui alloue à l’Institut un budget de fonctionnement dans lequelréside une partie pour l’achat de matériels didactiques. L’école fournit ainsi le papier, les poinçons, lesaiguilles et les cahiers.Q : Est-ce que vous suivez entièrement votre scolarité à l’institut ? Ou bien vous apprenez seulement laméthode braille avant d’entrer dans des écoles classiques comme les voyants ?R : L’Institut comprend un internat et s’arrête au primaire. Après l’entrée en 6ème « nous sommes orientésvers les collèges et lycées de Thiès » précise Pape. Ensuite les non-voyants et les voyants partages lesmêmes classes. Les CM Ousmane NGOM, Mamadou DIAW, Idrissa DIOP sont des exemples. Après leBFEM (Brevet de Fin d’Études Moyennes), les élèves non-voyants vont directement au lycée. « Là-basaussi on partage la même classe que nos camarades. Nous écrivons en braille et eux ils écrivent avecleurs stylos, c’est la seule différence » ajoute Pape.Q : Est-ce que les professeurs qui vous corrigent au lycée sont formés en méthode braille ?R : Non. Ils n’ont pas de compétences en braille mais dans chaque lycée ou dans chaque collège, il y a unenseignant spécialisé en braille qui transcrit les sujets pour les non-voyants d’une part et recopie lescopies des non-voyants pour les professeurs. « La seule différence se trouve au bac. Vu que c’est descopies anonymes, on ne donne pas le papier en braille donc le correcteur ne sait même pas si c’est unvalide ou non-voyant. » Page 22
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Q : Comment l’écriture braille est transposée en informatique ?R : Il y a 2 systèmes. Le premier est un ordinateur classique dans lequel le logiciel JAWS, une synthèsevocal, est installé et « tout ce que je touche il me le dit et tout ce qui apparait sur l’écran il me le lit ». Ledeuxième est un ordinateur n’a pas de synthèse vocale mais est exclusivement en braille. C’est appareilavec des lignes. Si par exemple j’ai une clé, je l’insère dans l’ordinateur et tout ce qui s’y trouve,l’ordinateur me le sort en braille. Une imprimante en braille existe aussi, il sort des écritures en braille.Q : Comment faites-vous pour écrire des formules en mathématiques ? Vous est-il possible de poursuivredes études en science ?R : Souvent c’est la bête noire des non-voyants les mathématiques. Aucun des membres de l’AAPIJAS n’estdans un domaine des sciences exactes, que ce soit au lycée ou plus tard. Il est bien possible tout demême d’écrire les formules mathématiques en braille mais il convient de préciser la difficulté que celareprésente pour les non-voyants.Q : Juste par simple curiosité, auriez-vous une boîte e-mail ?R : Oui.Q : Comment faites-vous pour écrire l’arobase en braille ?R : Il existe un signe en braille représentant l’arobase.Q : Est-ce qu’au Sénégal il existe une législation qui permet ou impose de transcrire les textes et/documents en braille ?R : Non, il n’y en a pas. Le braille est très volumineux. Les enseignants transcrivent plutôt des extraits quel’intégralité des documents dont les non-voyants ont besoin. Au Sénégal le papier coûte cher, donc onpréfère se limiter au minimum. En France par contre, tout ce que le non-voyant souhaite comme documentil peut l’avoir en braille, même son relevé bancaire.Q : Y-a-t-il des non-voyants qui font de la musique ?R : Oui. Les notes de musiques en braille existent.« Vous avez la feuille sur laquelle nous avons essayé de transcrire, est-ce que vous pouvez corriger pourvoir si nous n’avons pas fait de bêtises? Rires. »Pape Gning rappelle aux participants qu’ils peuvent ne pas s’arrêter au braille et demander aussi desprécisions sur la vie quotidienne d’un non-voyant. « N’hésitez pas à poser des questions sur la viequotidienne d’un non-voyant». Page 23
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Q : Est-ce que le petit point sur la lettre « J » du clavier est destiné aux aveugles afin qu’ils puissent serepérer ?R : Les points ou tirets sur les touches « J » et « F » nous permettent de nous repérer. Quand les non-voyants se forment en informatique, il leur demander de mettre les deux index sur ces deux touches etleurs autres doigts sur toute l’étendue du clavier. Ainsi ils utilisent les 10 doigts de la main.Q (Facebook) : Y-a-t’il une différence entre la transcription en braille de l’alphabet grecque etl’alphabet arabe?R : Oui il y a une différence. Les Arabes ont adapté le braille à leur mode d’écriture. Vu que je n’ai pasappris le braille en arabe, je ne saurai vous en dire plus.Q : Est-ce que le braille a été adapté à des langues africaines ? Comment vous vous êtes sentismarginalisé au Sénégal ? Si oui comment pensez-vous qu’on pourrait y remédier ?R : Des gens écrivent le wolof en braille mais en utilisant l’alphabet français par exemple. Les besoinsdes non-voyants sont énormes car il n’existe pas de politique de prise en charge. La marginalisation estprégnante, il ne faut pas le nier mais elle s’explique majoritairement par l’ignorance. La population nenous côtoie pas assez pour nous connaître. Les non-voyants sont souvent associés à la mendicité or depuisque des structures telles que l’Institut des Jeunes Aveugles du Sénégal existent, les non-voyants et leursfamilles sont sensibilisées partout de plus en plus dans les coins les plus reculés du pays pour que ceux-ciintègrent ces structures pour bénéficier d’une éducation.Même le diplôme en poche, le non-voyant est toujours confronté à des difficultés pour s’insérerprofessionnellement. Les gens agissent plus par pitié que par devoir, alors qu’ils devraient quand mêmefaire confiance aux diplômés. Or la pitié tue l’effort. En France les gens agissent par devoir, si tu doisavoir quelque chose tu l’as.L’égalité des chances fait qu’une fois tu as des compétences, tu as des chances de t’en sortir.Un de mes prédécesseurs donne des cours de droit à l’université de Caen. Donc pourquoi en France onnous fait confiance, et chez nous non ? Cela prouve l’existence de cette marginalisation. Nous avonsquand même rencontré les autorités sénégalaises. L’AAPIJAS a rencontré le président de la Républiquedu Sénégal à 2 voire 3 reprises à Paris. Cela a fait avancer les choses dans la mesure où on comptemaintenant la loi d’orientation du handicap qui a été voté à l’Assemblée Nationale du Sénégal àl’unanimité même si elle n’est toujours pas promulguée.Mais tous les handicapés au Sénégal souffrent de la marginalisation et des structures de prise en chargeinexistantes ou inadaptées. A l’université par exemple, j’ai entendu les handicapés physiques se plaindrede l’absence d’ascenseurs car ils sont incapables de monter les escaliers alors qu’en France partout où iln’y pas d’ascenseurs il y a une pente qui te permet de monter ou de descendre. En France tout oupresque est prévu mais en Afrique ça tarde et la volonté politique fait vraiment défaut.C’est la volonté politique qui permet à tout un citoyen d’être indépendant.Q : Comment font les étudiants non-voyants pour lire les œuvres au programme philosophique ousociologique par exemple ? Page 24
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]R : Auparavant les œuvres étaient principalement lus et enregistrées en sonore. Depuis peu, un siteInternet canadien regroupe toutes les œuvres disponibles en formule numérique. Un non-voyant qui veutlire tel bouquin va dans ce site, télécharge l’œuvre souhaité ensuite le met dans son ordinateur en braille.Il parvient ainsi à lire les œuvres au programme ou tout simplement celles qu’il aimerait lire. Dans lesfacultés, c’est très difficile voire très rare de trouver des œuvres en braille.L’EXPOSE A ETE CLAIR ET CONCIS. LES PARTICIPANTS ONT ETE ALORS CONVIES A SE RAPPROCHER DEPAPE, A PRENDRE EVENTUELLEMENT SES COORDONNEES ET LUI POSER DES QUESTIONS AU BESOIN, CARC’EST AINSI ET SEULEMENT AINSI QUE TOUS ENSEMBLES NOUS VIENDRONT A EFFICACEMENT BOUT DE LAMARGINALISATION DES NON-VOYANTS DANS LES SOCIETES AFRICAINES Page 25
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]ATELIER. [FORMATION A LA CREATION DE BD][NJACC’ART] Ndeye Fatou SARR - Abdoul Khadre DIALLO - Cheikh Dieylar DIALLOIl y a bien des façons de définir la bande dessinée…Qui vous dira que c’est un « moyen de communication de masse », associant étroitement l’image et lelangage, et cela est vrai. Le graphiste, lui, affirmera qu’il s’agit plutôt d’un genre de littérature dessinée,et c’est encore vrai. Et tel autre vous soutiendra que la bande dessinée est au fond plus proche ducinéma que de la littérature, et c’est une définition qui ne manque pas non plus de vérité.S’il est si difficile de définir avec précision la bande dessinée, c’est qu’elle se situe précisément aucarrefour de plusieurs moyens d’expression artistique : l’art graphique, l’art cinématographique et lalittérature. Elle est tout à la fois dessin, cinéma, écriture, se conjuguant entre eux pour former un artnouveau, doté d’un ensemble de moyens d’expression extrêmement complets et variés, comme nous allonsnous en rendre compte. MOYENS D’EXPRESSION DERIVES DE L’ART CINEMATOGRAPHIQUE :Les « plans » (gros plan, plan d’ensemble, etc.), le « cadrage » ou « angles de vue » (plongée, contre-plongée, etc.), le « montage » ou enchainement des plans… MOYENS D’EXPRESSION DERIVES DE L’ART GRAPHIQUELe graphisme, la composition des images, les jeux d’ombre et de lumière, la perspective, la couleur … MOYENS D’EXPRESSION DERIVES DE LA LITTERATURELes textes et les dialogues…Auxquels il faut ajouter un certain nombre de moyens d’expression non moins remarquables qui sontpropres à la bande dessinée : Les CADRES (ou « cases ») qui peuvent varier de proportion d’une image à l’autre, rétrécir, s’étirer à volonté selon les nécessités du récit. Les PHYLACTERES (ou « bulles » ou « ballons ») qui intègrent le langage à l’image et permettent de faire parler les personnages. Les ONOMATOPEES qui constituent le « bruitage » expressif des bandes dessinées.Ensuite tout dépendra du talent avec lequel le créateur de bandes dessinées saura choisir parmi cesmoyens d’expression très divers, ceux qui conviennent le mieux à ce qu’il veut exprimer à chaque momentdu récit.Extraits de: «De l’Art de la BD Ŕ Tome 1- Editions Glénat» (du scénario à la réalisation de DUC, page 6) Page 26
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]NJACC’ART est un label de production et de création de Njàccaar Visionnaire Africain. Pour le momentil ne compte qu’un seul volet : la bande dessinée. Toutefois, NJACC’ART aspire à élargir sa production àtous les domaines de l’art.Lors de l’élaboration du Programme de la Seconde Edition des 72h de Njàccaar Visionnaire Africain(rappel du Thème : Quelles Actions, avec quelles re-sources ?), l’équipe BD de NJACC’ART décide deproposer un atelier « simulation d’un studio de BD ».Ne cherchant point à discuter au préalable de l’histoire de la BD ou à en donner une définition, lesparticipants ont souhaité aller droit à l’essentiel. Pour ceux disposant d’Illustrator, il s’agissait de créerune planche ou une étiquette. Quant aux équipes de scénaristes, il leur incombait de proposer desscénarii.Installation des participantsCeux disposant d’ordinateurs portables aux capacités suffisantes pour utiliser le logiciel Adobe Illustratorfurent installés sur le devant. Ceux n’en ayant pas, quant à eux, furent automatiquement affectés à uneéquipe de scénaristes, et occupèrent les tables restantes.Phase d’écriture du scénarioDes feuilles furent distribuées pour l’écriture des scénarii, ceux étant équipés d’e-PC ou autres portables,également affectés à une équipe de scénaristes, étant tenus de dactylographier leur scénario. Au final 3équipes de scénaristes se forment et compétissent pour le meilleur scénario.Par où commencer ?Une fois les installations de logiciels effectuées, et ces derniers lancés, « par où doit-on commencer ? »CDD s’adresse à son public : « D’après vous, par où commencer ? ». Il poursuit, selon son principe, en cestermes «Plus vite vous répondrez, plus vite nous avancerons ! Alors ?». Des réponses fusent alors çà-et-là,et c’est ainsi que l’atelier débuta concrètement, par une suite de Questions-Réponses. Page 27
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] Questions fort nombreuses, par ailleurs, et portant sur : - Par où commencer - Le scénario - L’idée - Le synopsis - Les personnages - Où l’on veut aller - Le(s) lieu(x) - Le contexte - Le cadre - La couleur - Arbre - Musique - Bruitage - Public - Acteurs => Héros - Titre - Nombre d’épisodes - Le papier - Le support - La volonté - La définition - L’humour - Le styleUne fois achevée la collecte d’idées (ou brainstorming, ou remue-méninge ou encore « sottante xalat »)terminée, arrive le moment crucial de celles qui vont être retenues ou mises ensemble. Au final neresteront plus que celles qui ne sont pas ci-dessus barrées dans la liste.Conclusion : pour concrétiser la création de la BD, il nous faudra avoir au sein de chaque groupe desacteurs jouant ces deux rôles essentiels : celui de scénariste (les dénicheurs d’idées), et celui dedessinateur. Le rôle du premier : définir un titre, écrire un scénario et un synopsis, préciser lecontexte, décrire de façon détaillée chaque héros, définir et décrire la cible, choisir si la BD sera encouleur ou en noir et blanc. Quant au second, il aura à : dessiner, encrer, colorier, ajouter les bulles. Page 28
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] FIGURE 1 ETIQUETTE 1, ENCRAGE TERMINE FIGURE 2 ETIQUETTE 2, ENCRAGE TERMINE Page 29
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Pour les besoins de cet atelier, Marof, membre de NJACC’ART, a déjà dessiné une planche, dont nousallons faire l’encrage au cours de l’atelier. Pour ce faire, il existe plusieurs méthodes, et nos participantsvont appliquer celle consistant à encrer à l’aide d’un logiciel de dessin vectoriel : Illustrator. Ils serontessentiellement initiés aux outils plume, zoom, ellipse et rectangle, entre autres.Au final, le groupe des dessinateurs n’est pas parvenu à encrer en totalité, mais la plupart des binômesest parvenue à un rendu correct d’au moins une étiquette.Ainsi ils ont compris qu’avec de la volonté, de la patience et beaucoup d’efforts il était possible de créerune BD, et ce avec peu de moyens matériels. 1. L’étudiant Noir - Equipe 2 - 13 voix 2. Les Visionnaires - Equipe 3 - 9 voix 3. Temps Boy - Equipe 1 - 4 voixConvient-il de préciser que seule l’équipe 1 a suivi le canevas proposé ci-dessus ? Au vu des résultats,constitués des votes des participants, force était d’admettre qu’il valait peut-être mieux poursuivre sonpropre schéma, mais en même temps, tous étaient-ils prêts à en assumer les conséquences, qu’elles soientheureuses ou malheureuses. FIGURE 3 ETIQUETTE 3, ENCRAGE NON TERMINE Page 30
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]RESULTATS DES VOTES1ère Position - L’Etudiant Noir - Equipe 229 octobre 2011 : Ngoor nouveau bachelier sénégalais débarque à Orly (Paris). 17h à Orly……….Ngoor à la vue de la grandeur de l’aéroport de Orly s’exclame « waaw fii mom bakane na di,wallay le président Wade nous blague ».Après quelques minutes d’attentes il appelle son ami qui devait venir le chercherNgoor : « mais sa waadji mom pourquoi il ne répond pas, c’est bizarre pourtant il avait dit qu’ilviendrait me prendre à l’aéroport à 17h ; bon je vais patienter encore un peu » 23h à Orly………Ngoor: « sheuuteeeuuteuh mais man fouma dieum. Déjà y’a Birane qui n’est pas venu me prendreen plus il fait très froid et je ne connais personne dans cette grande ville, et les gens sont sipressés qu’ils n’ont même pas le temps de répondre à mes questions».Vers 1H du matin à OrlyNgoor : « ahh pèkhé amoul je vais être obligé de dormir ici en plus j’ai tellement faim et froidTieyy Yalla… »Ngoor couché sur un banc public devant l’aéroport tente de dormir en vain. 6h du matin à Orly……..Amina jeune étudiante de 25 ans qui travaille comme femme de ménage à Orly…Amina : « waaaaw » étonnementNgoor toujours couché sur un banc et Amina le regardant eu pitié de lui.Amina « Wa ki avec ce froid il dort ici à l’aéroport ? En plus mome ses habits sont légers di…Ndeysaaaane…Amina entre dans l’aéroport et va travailler 2h plus tard…..Amina sort du travail et répond à une de ses copines « Wa yow nam nala di nakaSénégal ? »…Ngoor(en pensée) « Ha ki dé c’est une sénégalaise. Attend je vais lui demander de l’aide »Ngoor : « Yow sokhna ci on dirait que tu es une sénégalaise ?Amina : « Wi je suis sénégalaise kayy » Je t’ai vu ici tout à l’heure quand je suis arrivée. Qu’est-ce que tu fais sur ce banc en plus avec ce froid la ? Page 31
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Alors Ngoor triste et choqué par ce qu’il vient de vivre raconte son triste histoire à Amina et elle,les larmes aux yeux car touchée par la situation du jeune homme prend sa valise et lui demandede la suivre...A Suivre …Synopsis de la BDIdée : Ngoor nouveau bachelier sénégalais âgé de 18ans débarque à Orly, un milieu qui lui esttotalement inconnu…Titre : L’étudiant noirHéros : Ngoor et AminaContexte : Situation de certains jeunes étudiants africains en France (Paris)Cible : Tout publicNB ou Couleur : En noir et blanc2nde Position – Les Visionnaires – Equipe 3N’ayant pas les mêmes moyens financiers que les autres équipes de scénaristes, l’équipe 3 arédigé le texte sur une feuille.Intitulé « les visionnaires », le scénario a un rapport avec le contexte des 72h de NjàccaarVisionnaire Africain. Les personnages choisis ont des visions différentes de l’avenir de leurs pays.Le premier personnage contrairement au second en a une vision laxiste. Il fait passer ses intérêtsavec ceux de son peuple. Il s‘agit d’un père et de son successeur dans un village du Sénégal.Cette histoire vise tous les lecteurs quel que soit leur âge. La BD sera en couleur et elle pourraainsi mettre en valeur la nature et ses couleurs comme la verdure, les animaux et la terre.3ème Position - Temps Boy – Equipe 3C’est l’histoire qui retrace le vécu d’une personne durant son cursus scolaire dans le milieusénégalais.Nous entamons pour une meilleure optique la description de son quotidien. L’exemple d’unepersonne qui malgré les difficultés de la scolarisation d’un enfant dans un milieu pauvre auSénégal nous dévoile les rouages de sa vie avec une volonté inébranlable de s’en sortir même sison entourage lui rend la vie plus dure et le combat plus long. Les héros  Makhoura : jeune Sénégalais qui combat la vie au quotidien et qui essaie de réussir dans la société.  Tonton Laye : oncle de Makoura au chômage qui rentre tous les jours au petit matin saoul et qui entretient une relation autoritaire avec Makhoura.  M. Bâ l : professeur de Makhoura qui encourage le jeune Sénégalais. Page 32
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] Contexte : les études dans le milieu social sénégalais. Cible : les Sénégalais et la diaspora africaine. Couleur : Noir & Blanc.SOIREE CULTURELLE : NJACC’ART.[EXPOSITION DE TABLEAUX : Natacha SUPPRISSE]Le thème de la Seconde Edition des 72h à peine déterminé, nous prîmes contact avec NatachaSUPPRISSE, qui en fut informée et fut invitée à exposer une fois de plus ses créations (elle était déjàprésente lors de la Première Edition des 72H de Njàccaar Visionnaire Africain). Natacha nous accueillacomme à l’accoutumée avec chaleur et sourire, et nous informa avoir écoulé ses dernières toiles.« Heureusement ! » nous fit-elle comprendre, car elle préférait de loin nous fournir de nouvelles œuvrespour cette occasion de la 2ème Edition des 72H de Njàccaar, peindre de nouveaux tableauxspécialement pour l’occasion d’autant plus que l’inspiration était déjà au rendez-vous. C’est ainsi qu’elles’engagea à exposer à nouveaux pendant les 72h de Njàccaar après la 1ère édition. Ne pouvantassister aux 72h, elle a tenu à envoyer un message aux organisateurs afin que celui-ci soit lu auxparticipants. Nous vous le délivrons ici : «Salut Cheikh, j’ai tout fait pour faire partir mon e-mail mais rienn’y fait donc je vais résumer mes idées par texto. Il y a des chiffres au dos des toiles. Il s’agit du classementdans l’ordre pour l’affichage des tableaux. Allez, l’idée c’est que les spectateurs observent les tableaux etdonnent à l’oral leurs propres interprétations, avant que je ne leur donne ma vision des choses.» D ONC MOI JE METS EN LUMIERE PLUSIEURS ASPECTS . J’UTILISE DES SYMBOLES STEREOTYPES QUI ME RENVOIENT A L ’ HISTOIRE DE L ’A FRIQUE , NOTAMMENT LES MASQUES ET LES ELEMENTS DISCONTINUS RENVOYANT A L ’EPOQUE DES PHARAONS . J’ AI CHOISI DE REINTERPRETER DES MASQUES . CERTAINS REGARDENT VERS LE PASSEE ( DROITE), D’AUTRES VERS LE FUTUR ( GAUCHE ). E T UN MASQUE VERS LE PRESENT QUI EST DE FACE . E T PUIS IL Y A DE PETITS RESEAUX DE LIGNES BLANCHES . CELLES - CI REPRESENTENT LES CIRCUITS QU ’ ON PEUT VOIR DANS LES PUCES ELECTRONIQUES PAR EXEMPLE . Page 33
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] L’ IDEE C ’EST QU’ ON PEUT RASSEMBLER ET UNIR TOUTES LES CONNAISSANCES TECHNOLOGIQUES ANCESTRALES DE CE CONTINENT . IL Y A AUSSI UNE IDEE D ’ UNITE AFIN DE PERMETTRE A L ’AFRIQUE DE RAYONNER A NOUVEAU. N OUS SAVONS PAR EXEMPLE QUE LES EGYPTIENS ETAIENT DES VISIONNAIRES DANS LE DOMAINE DES SCIENCES . A INSI JE PROPOSE UN DEVELOPPEMENT DES CAPACITES SCIENTIFIQUES POUR APPORTER QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE CONCERNANT UN DEVELOPPEMENT FUTUR DE CE BEAU CONTINENT. Q UE CE SOIT DANS LE DOMAINE DE LA BIOLOGIE, DE L ’ECOLOGIE ETC . PERMETTRE A TOUS D ’ ACCEDER A LA CONNAISSANCE . L E RESEAU DE LIGNE BLANCHE EST TRES LIMITE CAR CETTE IDEE D ’ UTILISER LES TECHNOLOGIES ET LES SCIENCES DOIT ETRE RAISONNABLE ET LIMITEE CAR UTILISEE A MAUVAIS ESCIENT , ELLE EST DEVASTATRICE . V OICI EN RESUME CE QUE J’ AI VOULU TRADUIRE A TRAVERS CES IMAGES . » NATACHA SUPPRISSE , TEXTO ENVOYE LE SAMEDI 29 OCTOBRE 2011 A 18H46 ET A LIRE AU PUBLIC DES 72 H.Selon les souhaits de l’auteur des toiles donc, les organisateurs disposèrent celles-ci dans l’ordre puisdemandèrent au public présent d’en donner sa propre interprétation. Quelle ne fût la surprise généraleen écoutant chacun exprimer sa vision ! Au final, en effet, en regroupant les idées des uns et des autres,le public avait tout bonnement et simplement saisi le message de Natacha ! Mais Les personnes présentesn’ayant pas encore eu connaissance de la vision propre de l’auteur des toiles, l’une d’elles, sentantsûrement l’adrénaline monter, demanda s’ils auraient la réponse de Natacha. Hilarité totale ! On luirépondit «Peut-être bien que oui, peut-être bien que non ». Et ce fut le suspens, que nous nous amusâmesà faire durer jusqu’au bout. Le public reporta de nouveau son attention vers les toiles, et les échangesreprirent de plus belle. Page 34
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Puis vint le moment de leur lire le message de Natacha. Au fur et à mesure le message leur était lu, leschuchotements laissaient place à des applaudissements dirigés à l’encontre de telle ou telle autrepersonne ayant deviné telle ou telle composante du message de l’artiste. Et voilà que la personneapplaudie, jouant le jeu de celui qui avait su percer les mystères de l’œuvre en question, et afin de fairerire, caricaturait son contentement en gonflant le thorax, s’enflant de fierté exagérée et de satisfactionnon déguisée, « faisant sa star » lors de ce court moment où cela lui était permis. De cette furtivenotoriété, profitaient également toutes les personnes assises à côté d’elle, qui saisissaient alors l’occasionqui leur était donnée en disant « c’est nous, c’est nous ! » par des mouvements de bras, de mains, d’yeux,de tête, tout aussi désordonnés, drôles, qu’explicites. Quels drôles et agréables moments ce fût là ! Page 35
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]A la fin de la lecture du message, acclamations et des sifflements animèrent la salle pendant un moment.Inutile de vous dire que la personne ainsi applaudie et saluée avec déférence, c’était Natacha, absente,certes, mais fort présente par le message qu’elle nous avait transmis là, et n’avait nullement besoin denous convaincre à y croire. Il nous parlait, ce message c’était tout simplement aussi une vision de NjàccaarVisionnaire Africain.Elle fut donc applaudie en tant qu’artiste, pour son talent et son très beau travail. Puis pour sapédagogie, son humilité, sa générosité, et la façon ludique avec laquelle elle a partagé avec nous sescréations, sa vision.Mais ces applaudissements, en plus d’être principalement adressés à l’artiste, étaient également destinésau public lui-même, pour avoir su capter l’essence même des œuvres, le sens de ces images, pour avoirdécodé et compris le message de Natacha, qui fut tout à la fois opinion et réponse, espoir et solution.Message qui répondait tout simplement, dans sa globalité, aux questions « que faire ? », « comment ? »et « avec quoi ? ».«L’exercice est très intéressant ! », « A renouveler !», « N’y aurait-il pas d’autres tableaux ? »,«Malheureusement non.», «Ooooh ! (de dépit)», «Et si l’on veut en acquérir un, de ces tableaux ? ».Pouvions-nous entendre çà-et-là. Une fois la clameur des voix évanouie, emportant avec elle l’un desmoments forts de ces journées, les esprits s’apaisèrent, se firent pensifs, rêveurs, la parole devint silenceet introspection. Instants inoubliables, gravés pour un long moment dans l’imaginaire des visionnaires.Instants de pure poésie.[COUTURE-STYLISME-DEFILE DE MODE : Aïssatou BADIANE]Dans le programme des 72h de Njàccaar, il a été convenu d’organiser une soirée culturelle, oùcréativités, cultures et festivités seraient au rendez-vous. C’est à cette occasion que des activités à savoir,une exposition de tableaux d’art, un concert, un défilé de modes, … ont été proposées.Etant une amoureuse du stylisme et notamment de la mode, je me suis occupée de la section défilé demode de cette soirée avec l’aide de Ndeye Fatou SARR (membre de Njàccaar) avec qui j’ai pu dessinerdes modèles d’habits. Ce fut un défi à relever, dans la mesure où le résultat de cette activité devait êtreau parfum du thème de l’évènement et de notre slogan : « Faire ce que nous pouvons avec ce que nousavons ».C’est ainsi que j’ai sensibilisé quelques fille de Njàccaar (membres et sympathisantes) afin de se joindreà nous dans cette entreprise pour mener à bien cette activité. Page 36
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Néanmoins plusieurs problèmes se posaient. Nous n’avions pas un budget énorme pour organiser undéfilé de mode, ainsi j’ai proposé de faire un Défilé 100% Made In Njàccaar.Je n’ai jamais cousu de ma vie mais je savais que j’aimais coudre.Sans réfléchir, je suis allé acheter des tissus africains (wax, imprimés, …), accessoires (perles, plumes,accessoires coutures, …), j’ai commandé une machine à coudre, et j’ai décidé de coudre, à la grandesurprise générale. On m’a conseillée de commander les modèles à Dakar, d’aller voir un professionnel, etmême de laisser tomber, mais rien y fait j’avais déjà décidé de coudre et comme suis connue pour êtretrès têtue, personne n’allait m’empêcher d’arriver à mes fins.Mes débuts en couture furent 8 semaines exactement avant la cérémonie, je commence à regarder lestutoriels sur internet Ŕ j’utilise là une des qualités que Njàccaar m’a inculquée : aller chercher, prendre,entreprendre, s’auto-former, c’est ce qui se fait dans Njàccaar-, je monte ma machine. Je fus découragéeau début car les résultats n’étaient pas conformes à ce que l’on voit en réalité, mais il a suffi d’un peu depatience pour comprendre ce qu’i n’a pas marché et ainsi continuer dans le travail.Les jours passent, je fini un modèle, à la grandes surprise de mes amis ; et de deux et de trois, ainsi desuite. Le travail commence à ralentir, je n’arrive pas à avoir les mesures des mannequins à temps, lesexamens et cours s’accélèrent ainsi ils me restaient 4 modèles à coudre. Seulement 4 jours me séparentde mon jour de départ pour Montpellier et je devais absolument finir les modèles. J’étais habitée parune motivation inconditionnelle, je ne voyais une seule et unique chose : finir les modèles. Il a fallu unejournée entière et une nuit pour finir le tout, sauf une robe que j’ai dû finir à la main en coulisses.Ce fut un voyage long, périlleux mais passionnant que j’ai vécu en réalisant ces modèles, même si j’étaisépuisée physiquement, mon morale était en pleine forme car j’étais satisfaite d’avoir accompli mamission.Les filles ont essayé leur modèle, j’ai dû ajuster pour certaines, pour d’autre c’étaient parfait, et place audéfilé que s’est passé avec succès tant dans le déroulement tant sur le dénouement car j’ai pu fairepasser un message : celui de faire comprendre aux jeunes africains que le développement de l’Afriquecommence par nous-même, chacun a un atout qui sommeille au plus profond de soi. Il faut le savoir, oserle dire et avoir l’audace d’agir.Mission accomplie dans la mesure où nous sommes retournés aux ressources pour réaliser ce défilé, etavec ce que nous avons : nos talents, notre volonté, notre motivation et notre confiance en la réussite decet évènement.[N’HAPPY GALSEN]A l’occasion des 72h de Njàccaar Visionnaire Africain, le groupe N’happy Galsen avec Mado, Mariétouet Neïfa a été invité pour se présenter et animer un débat à la suite de la projection de leur reportagesur les cheveux crépus.LE GROUPEIl a été créé au mois de Mars 2011 par Marie Madeleine DIOUF et Ndeye Fatou SARR. Le but initialétait de regrouper les sénégalaises qui avaient les cheveux crépus ou étaient dans un processus deretour vers des cheveux non défrisés ou voulaient juste s’informer. Au fur et à mesure que le groupegrandissait, d’autres sœurs d’autres pays d’Afrique nous on rejoint, par la suite des frères. Page 37
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Au sein du groupe on échange des conseils, des astuces, des techniques pour l’entretien et la coiffure denos cheveux.REPORTAGE Durant l’été, nous avons profité du fait que plusieurs N’Happys étaient présentes sur Dakar pour organiser une rencontre. Cela avait pour but de sauter la barrière du virtuel et discuter de vive voix et surtout mieux faire connaissance. Cette rencontre s’est concrétisée par un shooting photos avec LayePro et un reportage avec Pape Fam de 820 records. La vidéo est disponible sur You Tube : http://www.youtube.com/user/820records#p/u/4/EsDN C9atGSI.Dans le reportage il est question du retour au naturel, de la routine pour entretenir les cheveux, les fraisliés au retour au naturel, l’avis de la famille proche ainsi que dans le monde scolaire ou professionnel.Chaque femme a sa propre définition du retour au naturel et une application qui lui est propre.QUESTIONS-REPONSESPlusieurs questions relatives aux coiffures ont été soulevées. A la question de donner une définitionexacte du concept nous avons dit que chacune y allait de sa sauce mais que toutes les n’happy ont aumoins une chose en commun : c’est qu’elle ne se défrise plus ou pas les cheveux.Pour plus d’infos rendez-vous sur N’happy Galsen (Facebook).N’Happy Galsen est un Groupe indépendant, et non rattaché par quelque lien que ce soit à NjàccaarVisionnaire Africain.C’est avec grand plaisir que N’Happy Galsen a répondu à cette invitation à participer à l’Edition 2des 72h de Njàccaar Visionnaire Africain.[MUSIQUE RAP] BigL Xl BigL XL, de son vrai nom Loïc NIODOGO, est un rappeur burkinabè, né à Paris le 22 février 1990. Il est étudiant en Droit à Toulouse. Il réside en France depuis maintenant 2 ans, après avoir passé 6 ans en Allemagne et 7 années au Burkina Faso. Il est également engagé au sein dassociations, notamment celle de l’A.E.F.A.T. (Association des Étudiants Toulousains du Faso) au sein de laquelle il fait couramment partie du Bureau. Outre la musique, il est également passionné de sport, notamment de Basket- ball. "A New Era" fera partie dune mixtape qui sappelle "lEnvol" et sera très bientôt disponible sur sa page Facebook. Page 38
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] Ci-après le1er couplet, ainsi que le refrain. A New Era Ive been in hell and I aint got back! Am I gonna top that? Im trying to stay strong, but I feel like a wreck (Now) Who is my friend, who is not? It acts like a blood clot I was set to take off Yet my wings took a shot!! Youre my friend but I dont know ya Im subject to paranoia I got to do things twice, trice, Over and Over... I come a long way, my life use to be BullSh*t free Yeah I talk harsh lil nig*a pardon me You aint getting no fuck*ng points for your fa*gotery I got trust issues, who is my enemy? Im in a hole, (Ive) Been in the dark all week end I havent started speaking, so my feelings are all leaking Im tired of everybody, and I cant stand myself... It Seems like I blew the easiest, and I cant for cry help Im trying to fight better, but I feel (like) its a wrap So now Im finna do whatever, (so) It is a new era! HOOK It is a new Era, Im down for whatever I got pull out from my home, Im gone, who I am? I try not to cry no more. I changed a lil bit, but this is how I roll... Page 39
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]PANEL 2. [ET DES ACTEURS, ET DES ENTREPRENEURS]Modérateur [Mambaye LÔ]Après l’introduction de Mambaye Lô qui a annoncé le panel et expliqué son but, Cheikh Dieylar Dialloest revenu sur la nature des 72h, ses objectifs et sur les activités précédant le panel.Les « acteurs » ont ensuite pris la parole pour se présenter eux-mêmes, présenter aussi leurs structures,leurs objectifs et leurs actions.FESSEF : FEDERATION DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES SENEGALAIS DE FRANCELe président Ousmane Bocar Diallo, venu de Paris et accompagné par 2 autres membres du bureau, apris le micro pour intervenir au nom de la FESSEF.Créée en 2009 à Lyon, la FESSEF est un collectif qui regroupe un ensemble d’associations étudiantesactives. Après avoir fait un état des lieux des besoins du monde étudiant, ils ont remarqué que lesassociations locales avaient du mal pour faire remonter « plus au niveau » ces informations. Or commedit l’adage « l’union fait la force » ou encore « ce qu’une personne peut faire, plusieurs y arriverontbeaucoup mieux », des anciens membres de ces associations locales ont pensé se regrouper autour d’unestructure qui va fédérer toutes les associations actives capables de faire un état des lieux de ce qui sepasse au niveau de leur zone d’action.En faisant jouer leurs relations, les initiateurs de la FESSEF se sont retirés d’abord de leurs anciennesstructures avant de faire passer l’information et mettre en place un projet proposé à toutes lesassociations étudiantes sénégalaises de France Un bureau a été ensuite mis en place le 31 janvier 2009à Lyon avec une vingtaine d’associations adhérentes.A partir de là, la FESSEF entama un vaste programme de promotion de son objet et de son existenceauprès des associations.Aujourd’hui la FESSEF rassemble une base de données de 30 associations qui ont adhéré mais qui ne sontpas forcément actives. Les difficultés rencontrées sont souvent le renouvellement du bureau desassociations et l’absence de transitions, de mises à jour des informations et des activités.La FESSEF intervient sur 3 phases, l’avant, pendant et l’après étude de l’étudiant sénégalais. Avant, ils’agit de faire un état des lieux des besoins en informations pour venir étudier en France pour lesbacheliers qui résident au Sénégal. La FESSEF fait alors intervenir une association adhérente intervenantdans la ville d’arrivée du bachelier. Le collectif est entré en contact avec Campus France Sénégal, l’organisme qui s’occupe des démarchesdes étudiants ou bacheliers qui souhaitent poursuivre leurs études en France. Qu’est-ce qui se passe àCampus France ? Quelles sont ses missions ? Où vont les frais de dossiers des candidats ? Ces fraiss’élèvent à 50000 FCFA soit environ 76,22 €. A quoi ça sert ? Autant de questions qui interpellent lesmembres de la FESSEF et qu’ils ont par conséquent posées à Campus France et aux autoritéssénégalaises, voulant ainsi jouer le rôle de relai entre Campus France et les Sénégalais en général et lesétudiants en particulier.Pour l’étudiant sénégalais arrivé ou établi en France, la fédération facilite la recherche et l’obtentiond’attestation d’hébergement, l’orientation et l’accès aux informations utiles. C’est bénévolement que cetravail de terrain a été fait. Cela est jute du au fait que les générations d’étudiants précédentes et Page 40
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]actuelles ont rencontré des difficultés fort agaçantes dans leur parcours, et les membres de la fédérationsont animés par le souhait d’éviter ces mêmes travers et améliorer par conséquent les conditions de vie etd’études des futurs étudiants.Le SGEE (Service de Gestion des Etudiants à l’Etranger) se trouve à Paris et a été sollicité par la FESSEF.L’ambassade du Sénégal à Paris pareil et les autorités de tutelle. Ils étaient et sont toujours d’accordpour qu’ils leur soient présentés des projets. Ceux-ci seront essentiellement axés sur la vie étudiante etl’insertion professionnelle. La FESSEF cherche avant à ce que toutes les conventions et tous les accordssignés entre le Sénégal et la France soient suivis et réactivés en mettant l’information en place et à laportée des bénéficiaires. Ensuite des organismes comme le CROUS (Centre Régional des ŒuvresUniversitaires et Scolaires) sont mis au courant et sont interrogés sur les démarches et documentsnécessaires à l’obtention de nouveaux partenariats et de nouvelles conventions pour l’accès auxlogements universitaires par exemple.Autre action concrète menée par la FESSEF, c’est la campagne d’information au sujet des attestationsd’accueil mises en place par la France. Les étudiants en possession d’une préinscription dans unétablissement d’enseignement en France et demandeurs du visa sont tenus de présenter un papierattestant qu’il aura un logement en France, que ce soit un bail ou une attestation d’accueil délivrée parun particulier. Cette dernière est obtenue au niveau des collectivités locales qui certifient le document enquestion. C’est à partir de ce moment là seulement qu’elle peut être envoyée au Sénégal pour compléterle dossier du candidat pour l’obtention du visa.La FESSEF souhaiterait organiser un forum de l’emploi pour les étudiants sénégalais. Ce projet s’inscritdans le volet insertion professionnelle car même si certains jeunes diplômés trouvent un emploi en France,la majeure partie n’en trouve pas ou trouve des emplois qui ne correspondent pas à leur qualification.Des structures ont déjà tenté d’organiser ce forum mais aucune n’est parvenue à lui donner sa véritabledimension. Les raisons à ces limites sont sûrement nombreuses. Une nouveauté, il s’agit de la circulaire du31 mai dernier sur les étudiants étrangers.Quelle alternative reste-t-il alors aux étudiants sénégalais diplômés en France ? La FESSEF pense qu’ilfaudrait faire venir en France les organismes chasseurs de têtes et les structures au Sénégal, comme leMouvement des Entreprises au Sénégal (MEDES), prêtes et désireuses à employer ces diplômés,rassembler les autorités sénégalaises qui devaient s’occuper de ce problème, réunir tous les étudiantsdispersés en France dans un forum pour l’emploi des étudiants et diplômés sénégalais de France. Ceprojet a le but d’être une alternative, car certains la saisiront peut-être pour rentrer travailler auSénégal. Pour la réussite de ce forum, le président de la FESSEF de préciser que beaucoup departenariats ont été noués et que toutes les structures partenaires seront sollicitées et mises à contribution.Celui doit se rendre d’ailleurs au Sénégal pour informer les autorités et la population sur place quedésormais il existe une structure qui peut les informer efficacement.« On veut juste marquer notre génération … il y a un travail qui doit être fait et une transition quidoit être faite sur ce qu’on a vécu pour que ce soit conservé. On pourrait être fier de nous parcequ’on aura essayé. C’est qu’on est en train de faire, je pense et j’espère qu’on va y arriver tousensemble. Je vous remercie » conclue M. Diallo. Page 41
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]JP : JEUNESSES PATRIOTESSeynabou DIA, responsable de communication de JP, a représenté et présenté sa structure dans le panel.Crée en 2010, Jeunesses Patriotes est un mouvement politique non partisan dont les membres sont desétudiants situés principalement au Sénégal, en France et au Canada.Restaurer l’image de la jeunesse sénégalaise, prouver sa valeur et se positionner en tant que force deproposition dans la conduite des affaires publiques sont les ambitions de JP. Pour atteindre ces objectifs,les membres sont dans une logique de formation. JP a organisé 2 cafés-débats à Dakar pendant l’été2011. Le premier portait sur la constitution et il était animé par un constitutionnaliste en l’occurrenceAlioune Sall et le second sur la crise en casamançaise animé par Pierre Atépa Goudiaby, un colonel et uncommandant.JP doit aussi organiser le dimanche 13 novembre 2011 un 3ème café-débat dont le thème est« Panorama de l’économie sénégalaise : bilan et perspective ».Pour plis d’information au sujet de JP, les participants ont été conviés à visiter la page et le groupe dediscussion sur le réseau social facebook du mouvement où des thèmes sont débattus avant d’en faire desrapports. L’idée est ensuite de les rendre public afin que tout le monde soit au courant. Personne ne peutvéritablement proposer des solutions « sans pour autant connaître domaine, sans pour autant t’informer,apprendre et se former » soutient Mlle Dia avant de rendre le micro en ces termes « nous sommes danscette logique ».820 RECORDSPape Abdoulaye FAM, fondateur et un des responsables, a présenté et représenté le 820 Records dansle panel.Pape et ses amis avaient une passion pour la musique et d’autres faisaient du rap. Or l’enregistrementau Sénégal coûtait très cher dans les grandes structures comme le studio Sankara ou d’autres. De pluscelles qui proposaient des enregistrements à coûts réduits travaillaient pour la plupart dans le secteurinformel.Pape et ses amis se sont alors regroupés et ont décidé de créer quelque chose de qualité tout en restantdans le secteur formel, ce qui voulait dire travailler dans la légalité. De là l’idée est née de mettre enplace un studio d’enregistrement sonore et visuel en pensant à la fois à la musique et au clip vidéo(reportage, clip musical, films…).La structure s’appelle 820 Records et se lit huit cent vingt « records » en français ou eight two o« records » en anglais. Son évolution dépendra des besoins et des nécessités au niveau local.820 Records est destinée à être une entreprise à terme mais pour le moment les membres fondateurspréfèrent gagner de l’expérience dans le processus de mise en place en commençant par des projetsaudio-visuels comme des montages, des reportages et des clips.Le 820 Records détient à sa son actif plusieurs beats, clips et reportages mais surtout 2 projets demixtape, id est une compilation de plusieurs rappeurs qui pour la majorité ne peuvent pas se permettred’enregistrer dans les grands studios. Les 2 mixtapes sont téléchargeables sur le site internetwww.820records.com. Page 42
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]AFRIC1WEARPape Diop est étudiant à Marseille et auto-entrepreneur de la ligne de vêtement « street » et engagéAfric1wear. Pape est aussi membre de Njàccaar et d’Afric1 dont le but est de créer un dynamisme chezles jeunes Africains.La marque Afric1wear est indépendante et engagée. Toutes ses recettes sont investies dans des projetshumanitaires. Elle cherche simplement la conscientisation des jeunes Africains sur les valeurs humaines etafricaines.Pour commencer Afric1wear envisage d’organiser un festival humanitaire panafricain à Saint-Louis pourencore une fois créer un dynamisme et se positionner en tant qu’acteur. Le festival compte plusieursvolets : santé, art et sensibilisation.La sensibilisation, c’est pour inciter les jeunes à agir.« Devenir nos propres bailleurs de fonds, les acteurs denos vies » ajoute Pape Diop.Saint-Louis est une région du Sénégal et anciennecapitale de l’AOF (Afrique Occidentale Française).Aujourd’hui à cause d’un défaut d’activités économiqueselle est touchée par un exode important de ses jeunesvers l’actuelle capitale du Sénégal, Dakar. La réussitedu festival pourrait contribuer au frein de cephénomène en apportant des alternatives économiquesà la jeunesse qui ne dort pas mais qui n’est pas assezorganisée.Afric1wear et Afric1 ont besoin de soutiens desassociations, des entreprises et des particuliers pour laréussite du festival « humanitaire » et « panafricain »insiste Pape Diop en ajoutant « on est en pleinemondialisation, qu’on le veuille ou non, souvent on estrarement acteur au niveau de notre pays, souvent on yva pour des vacances et souvent on regarde d’autrespersonnes venir nous aider ».En soutenant des projets comme le festival, les jeunesAfricains en Afrique ou de la diaspora auront lesentiment d’avoir été utiles et d’avoir contribués au progrès du continent et sûrement dans un futur prochedes milliers de projets de ce genre naîtront. Cela ne pourra être que bénéfique pour l’Afrique.NATT-BI« Nàtt-Bi » signifie « tontine » en Wolof, la langue la plus parlée au Sénégal, et désigne le nom del’association qu’est venue présenter Mariètou Bâ, la présidente.Créée le 10 0ctobre 2010, Nàtt-Bi est une association panafricaine de microcrédit qui ne compte pasque de Sénégalais. Elle compte des Africains d’un peu partout entre autres du Togo, du Bénin mais aussid’Antillais et de Français, par contre elle est orientée exclusivement vers l’Afrique. Page 43
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Comme l’a affirmé la présidente, Les membres de Nàtt sont partis du constat suivant : « l’Afrique est lecontinent le plus aidé au monde, et malgré tout on n’avance pas ». Qu’est-ce qui ne va pas alors ? Est-ceque les aides sont adéquates ? Y a-t-il un suivi ? Est-ce suffisant d’apporter de l’argent et de partir ?« Nous nous sommes posés tout un tas de question. Nous sommes arrivés à la conclusion que finalement lesaides étaient inefficaces parce que non seulement elles n’étaient pas adaptées à la culture locale d’unepart et d’autre part il n’y a pas de suivi ».Fort de ce constat, les membres ont décidé d’agir à leur niveau en créant une association de microcréditdifférente des autres. Le nom Nàtt-Bi a été inspiré par la tontine. Toute personne adhérente àl’association devient cotisante, ce qui constitue les premiers fonds pour soutenir des projets en Afrique.Le premier projet financé par Nàtt-Bi cet été au Sénégal est celui d’un entrepreneur qui a voulu se lancerdans la vente de poulets. Avant de mettre les sous à la disposition du créditeur, les membres ont fait uneétude de rentabilité pour voir déjà comment le financer et comme l’aider à faire marcher son activitétout seul.Le système de remboursement de Nàtt est sans intérêt d’autant que dans les cultures africaines il n’estpas légitime de se faire rémunérer pour sur un prêt. Ensuite le créditeur ne rembourse que les 2/3 de lasomme prêtée, le dernier tiers étant un don de la part de l’association. Ce projet a été financé etl’activité a débuté.2 autres projets sont en train d’être étudiés. Le premier est une coopérative de productrices de Karité auBénin qui demande un financement pour accroître leur activité. Le second vient du Cameroun où unepersonne souhaite ouvrir un restaurant universitaire car il n’y en a pas.« Comme vous le voyez ce sont les projets qui nous animent et nous restons panafricains jusqu’au bout,nous ne nous limitons pas au Sénégal, nous allons un peu partout en Afrique où on nous demande. Nousavons un site internet www.natt-bi.com et vous pourrez allez voir ce que nous faisons, nos activités etmême vous inscrire » souligne Mariètou BâNàtt-Bi organise un festival annuel intitulé Afrodiz’Act en collaboration avec Njàccaar et Hip HumanHope. Cette dernière est une association déclarée à Bordeaux qui fait de l’évènementiel pour récolterdes fonds et les mettre à disposition pour des causes en Afrique. La première édition a eu lieu en juindernier à Bordeaux. Il y a des chances que la 2ème édition se fasse juin prochain (2012) à Marseilles.Nàtt-Bi organise aussi des évènements, des goûters, des soirées etc pour récolter des fonds.SENDEV : SENEGAL DEVELOPPEMENT Association humanitaire, Sendev agit au Sénégal essentiellement pour la rénovation d’écoles primaires.Elle a aussi un pôle informatique qui informe les bacheliers des différentes possibilités d’études qu’ilspeuvent faire en France mais également des secteurs où il y a un manque de personnel au Sénégal. Acette fin, Sendev a travaillé avec le bureau des statistiques à Dakar. Le secteur en carence de personnel,c’est le secteur agricole et agroalimentaire donc l’ensemble de la filière alimentaire. Le secteur tertiaireaussi a besoin de monde, notamment en informatique et en gestion administrative. Vient en dernier lesecteur environnemental où véritablement la manque d’experts et d’ingénieurs sur place est criant.« Est-ce qu’un paysan peut s’exprimer ? Je vais essayer parce que nécessité fait loi ». C’est par ses motsque Séraphin Ivanhoé, surnommé jardinier poète, fait son entrée en matière dans le panel.« Préparer les nouvelles maisons écologiques dont on parle » est l’idée de Séraphin. Pour cela sapremière véritable expérience dura 3 ans au bout desquelles il est parvenu à créer un biotope dans une Page 44
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]maison qui n’est pas la sienne mais qui renferme tout de même sa création. Aujourd’hui un comité desoutien est crée dans le lot afin de permettre à Séraphin de protéger et de certifier sa création. L’objectif ensuite est de créer des écoles agricoles en Afrique dont l’enseignement s’appuierait sur lestechniques utilisées par Séraphin pour construire cet anthroposol reconstitué.Séraphin de conclure « c’est l’amour du sol, quand il te prend, tu ne peux pas faire autrement, j’ai créédu vivant. Je vous invite à venir voir ». Il demande alors le soutien de tout le monde aussi bien pour lacommunication de son projet que pour sa réussite.La 2ème partie du panel « et des acteurs et des entrepreneurs » prit fin tout en laissant les participants surleur faim car il fallait rendre la salle. C’est pourquoi une 3ème séance fut proposée au public pour lelendemain dimanche 30 octobre à 10h00. La proposition fut acceptée par un nombre important departicipants et du coup fut validée. Le panel se poursuivrait le lendemain avec pour ordre du jour débatet concertations sur des projets à réaliser avant les prochaines 72h de Njàccaar. Page 45
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][ACTIVITES - DIMANCHE 30]CONFERENCE. [DE L’IMPORTANCE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE][Mambaye LÔ] Doctorant, Ecole des Mines d’Alès, 2ème année. La thèse de Mambaye LÔ porte sur «LaConception Préliminaire des Systèmes Mécatroniques ». Ses travaux portent sur l’aide à la décision etl’observation de l’impact de ces choix d’architecture dans la production de ces élémentsmécatroniques.[Mohamed François SY] Doctorant, Ecole des Mines d’Alès, dernière année. Mohamed François Sytravaille sur la «Recherche d’information en informatique». Plus largement il s’agit de la recherched’information et de l’impact qu’elle peut avoir sur les sociétés des pays en voie de développement.Cette intervention se veut une introduction du sujet pour sensibiliser et susciter un débat sur larecherche scientifique en général en Afrique et sur le cas particulier du Sénégal. La recherche n’étantpas l’apanage de la majorité de la population active dans tous les pays. C’est encore plus vrai dansles pays dit en voie de développement, notamment en Afrique sub saharienne.Les ressources naturelles et le capital ont joué un rôle déterminant dans le développement d’un pays il ya quelques décennies.Aujourd’hui la matière grise, le savoir, la capacité d’innovation et la volonté d’entreprendre constituentles premiers leviers de la croissance économique et du développement durable. Par exemple pour guérircertaines maladies, la découverte voire la création de nouveaux médicaments est nécessaire. Larecherche serait un instrument qui permet aux humains de voir au-delà de leurs propres yeux et de voirde manière plus rapide, plus efficace et surtout plus viable les lois de la nature.L’impact de la recherche se ressent directement sur la productivité des industries d’un pays d’oùl’importance pour ce dernier d’avoir une politique de recherche afin de répondre à ses besoins lui-mêmeUn autre volet impacté par la recherche, c’est la compétitivité. Celle-ci peut être définie comme« l’aptitude à une entreprise, un secteur, ou l’ensemble des entreprises d’une économie à faire face à la Page 46
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]concurrence effective ou potentielle ». Le monde semble aujourd’hui être une jungle économique où seulss’en sortent les économies les plus compétitives et donc les plus boulimiques en part de marchés intérieureet extérieure.La recherche augmente la connaissance fondamentale qui ensuite permet d’améliorer le confort et surtoutde pourvoir aux besoins vitaux qui sont de l’ordre de la santé, de l’alimentation et de l’accès à l’eau parexemple.En octroyant des moyens, suffisant dans l’idéal, à des personnes chargés d’imaginer la société dedemain, les problèmes sont beaucoup mieux anticipés et ces personnes y répondent beaucoup mieux.Avec la porosité des frontières, aujourd’hui pour exister dans le monde il faut rayonner culturellement. Ilest alors nécessaire de se doter des arguments et des moyens suffisants pour exister, or ces arguments etces moyens la recherche scientifique y contribue beaucoup.La recherche est aussi un secteur où les acteurs bougent beaucoup, sont amenés à se rencontrer et à allerà la rencontre de leurs pairs dans le monde entier dans le contexte des conférences internationales. Dèslors pouvoir se positionner sur la scène mondiale revient simplement à être indépendant culturellement.Les acteurs dans la recherche scientifique sont principalement les Etats, les agences comme l’ANR,certaines structures finançant les projets de recherche, les laboratoires, les universités, et les entreprises.En France par exemple, on note dans certaines thèses des conventions appelées CIFRE où les entreprisesprennent en charge une part importante du financement des thèses en laissant le reste aux instituts derecherche. Ce qui est intéressant dans ces thèses pour les doctorants, en plus de la rémunération c’estqu’ils répondent à un besoin précis ou un problème concret.Toujours en ce qui concerne le financement de la recherche, il faut compter par exemple pour la Francel’ANR Agence Nationale de Recherche et le FISRT (Fond d’Impulsion pour la Recherche Scientifique etTechnique) pour le Sénégal. Aussi dans un gouvernement il est fréquent de voir que plusieurs ministèresparticipent à la recherche car chacun a des besoins en recherche et le ministère de la recherche ne peutpas forcément y répondre exhaustivement.Le secteur privé arrive à investir dans la recherche grâce aux conventions mais pas seulement. Uneentreprise peut en effet investir sur un projet de recherche pour que l’institut ou l’université aie le matérielde recherche nécessaire pour répondre au problème posé.En Europe le pourcentage du PIB des Etats dédié à la recherche scientifique s’élève à 3% par pays. Ils’agit d’une norme bien entendu. Des pays la respectent et d’autres non. En Afrique, en plus de lafaiblesse du PIB des pays, moins de 0,5% de celui-ci est alloué à la recherche.Mambaye Lô conclue en citant Omar Sock, professeur à l’ESP (Ecole Supérieur Polytechnique) de Dakar :« Le système d’enseignement supérieur et de recherche d’un pays à une influence directe sur laproductivité nationale et constitue un élément clé dans toute stratégie de croissance et de réduction de lapauvreté ».Dans un premier temps, la recherche au Sénégal fut l’œuvre des colons. L’Université Cheikh Anta Diopexistait avant l’indépendance. Page 47
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Au lendemain de l’indépendance, l’Etat a tenté de prendre en main le secteur de la recherchescientifique avec l’élaboration du 2ème plan national de développement économique et social grâceauquel le CNRS (Conseil National de Recherche Scientifique) fut créé.En 1973, l’Etat du Sénégal crée la DGRST (Direction Générale à la Recherche Scientifique et Technique)même s’il faut attendre le 03 avril 1986 pour avoir un ministère de la recherche scientifique. L’une desraisons est la pression sur le Sénégal des institutions de Bretton Woods, en l’occurrence la BM (BanqueMondiale) et le FMI (Fond Monétaire International). Les ajustements structurels se sont poursuivis jusqu’auxannées 90 où la priorité était centrée sur l’éducation de base en commençant par l’école primaire.Quand bien même ces raisons sont compréhensibles et légitimes, elles ne sont pas suffisantes pourexpliquer l’importance secondaire donnée à la recherche scientifique. Or le tissu économique et deproduction, pour qu’il continue à créer de la richesse et à se différencier des autres acteurs aussi biensous régionaux, régionaux qu’internationaux, a besoin de la recherche de pointe pour innover et créer.Des entreprises fondées sur ces découvertes exporteraient et ramèneraient des devises dans le pays.En somme jusqu’aux années 1990, le Sénégal a suivi les conseils de la BM et du FMI et l’Etat a négligél’enseignement supérieur et n’a pas investi dans le secteur de la recherche.Un cadre institutionnel pour la recherche existe au Sénégal.La loi d’orientation 91-22 du 16 février 1991 dans son article 16 fixe les objectifs de l’enseignementsupérieur : - Former le personnel de haut niveau, scientifiquement et techniquement qualifiés, adaptés au contexte africain et du monde contemporain - Développer la recherche dans toutes les disciplines de la science, de la technique et de la culture.Donc le Sénégal compte un ministère de la recherche scientifique et des CURs (Centre UniversitaireRégional). Ces derniers sont les universités de Bambey, de Thiès et de Ziguinchor.De plus il faut compter le CNRS (Conseil National de la Recherche Scientifique) qui est tout de mêmenouveau et n’a pas encore pris toute sa place. Son objectif est le même que celui du CNRS en France oùen réalité la recherche se fait beaucoup plus par le CNRS et l’INRIA que par les universités. En créant unestructure fédératrice des différents laboratoires, le Sénégal s’aligne vers ce type de fonctionnement pourdéfinir des priorités et engager des actions au niveau national pour la recherche scientifique.Le pays de la Teranga détient depuis 2 ans un FIRST (Fond d’Impulsion de la Recherche Scientifique etTechnique) qui vise à financer des projets. On aurait dit le penchant ANR (Agence National deRecherche). Chaque année des appels d’offres sont effectués. Les laboratoires, les universités, lesporteurs de projets à financer sont appelés à déposer leurs projets et le fond propose des financements.Le ministère de l’agriculture possède une grosse part dans la recherche avec l’ISRA (Institut Sénégalaispour la Recherche Agricole). Recherche de nouvelles semences, de nouvelles souches qui sont parexemple résistante à la sécheresse ou aux maladies tropicales pour le riz, l’arachide, la pomme de terreentre autres. L’ISRA participe ainsi à la valeur nutritive des produits cultivés au Sénégal et occupe unepartie importante dans le budget de la recherche scientifique au Sénégal. Page 48
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Il est noté une certaines instabilités à la tête des ministères concernées par la recherche scientifique auSénégal à cause des changements fréquents des décideurs, de l’éclatement de plusieurs ministères et del’absence de synergie.La recherche se fait au Sénégal dans les universités où sont généralement logés les laboratoires : l’UGB(Université Gaston Berger), l’UCAD (Université Cheikh Anta Diop) et les CURs.Les établissements privés ne font pas trop de recherche mais permettent juste de combler le vide parcequ’il n’y a plus de places dans les universités. On compte à peu près 10000 étudiants dans le privé, doncc’est plus pour renforcer la capacité d’enseignement que celle de la recherche.A ces derniers s’ajoutent l’ENSA (Ecole Normale Supérieure de l’Agriculture), l’ECR (Ecole des CadresRuraux), l’ENEA (Ecole Nationale d’Economie Appliquée).Dans la recherche scientifique, le Sénégal s’est fixé l’agriculture comme priorité. En effet près de 90% dubudget alloué à la recherche scientifique est investi dans la recherche agricole et va doit à l’ISRA pourassurer la création de souches ou de semences suffisants pour renouveler le parc végétal du Sénégal.Cette part importante de la recherche réservée à l’agriculture s’explique par l’insuffisance alimentaire etla durée de saison sèche dans la plus part des régions. En effet dans ces régions la saison des pluiestourne autour de 3 mois.Aux niveaux régional et sous régional, l’ISRA est une véritable réussite, car elle exporte beaucoup desemences, elle est cotée et reconnue.L’Etat définit un cadre pour la recherche et fixe des objectifs mais il faut bien mettre les moyens de sapolitique car celui qui doit mener ces actions à savoir le chercheur soit dans des conditions lui permettantd’atteindre ces objectifs.Au Sénégal le chercheur n’est pas reconnu socialement mais aussi financièrement. « Quand dans monquartier on me dit ‘’qu’est-ce que tu fais ?’’, je dis que je fais une thèse en informatique, on me demande‘’pourquoi tu vas faire une thèse en informatique ?’’ C’est que les gens ne comprennent pas le besoind’aller faire de la recherche fondamentale. »Il est vrai que de prime abord la recherche peut sembler déconnectée des réalités locales, et lapopulation peut avoir du mal à voir comment elle peut impacter sur son vécu quotidien. Sans vouloirjustifier, voici ce qui peut expliquer le manque de reconnaissance sociale des chercheurs.Par ailleurs, ceux-ci souffrent aussi de la faible indemnisation financière pendant leurs années derecherche. En effet une bourse de thèse au Sénégal s’élève à 60000 FCFA soit 91,47 € par mois, lamême bourse que l’étudiant en DEA (Diplôme d’Etude Approfondie). En somme c’est une bourse de 3èmecycle.Arrivé à ce stade des études, les doctorants sont des adultes sur qui leurs familles comptent et quiaspirent aussi à fonder une famille. Les thèse durent alors beaucoup plus longtemps qu’en France parexemple (3 à 4 ans) et dépassent souvent la décennie parce que le chercheur trouve d’autres moyens desubsistance comme l’enseignement dans différents établissements.La réglementation pose également problème. Page 49
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]En Afrique il y a un organisme qui s’appelle CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’EnseignementSupérieur). Le CAMES gère les grades et définit ses règles pour pouvoir être maitre de conférences. Cene sont pas les Etats qui iront dire à un tel ou à un tel autre qu’il est maître de conférence, professeur etc.A côté le Sénégal a aussi défini ses propres règles qui sont en contradiction avec le CAMES alors qu’il aadhéré à ce celui-ci.Au lendemain des indépendances, seuls les professeurs et les maitres de conférences étaient habilités àdonner des cours magistraux or un simple docteur ne peut donner que des travaux dirigés et aider lesprofesseurs dans leurs travaux dirigés et pratiques. Comme il se trouve qu’au Sénégal il n’y a pas assezde professeurs et de maîtres de conférences, l’Etat a sorti un texte de loi permettant aux docteursd’assurer des cours magistraux. Cette loi est en contradiction avec le CAMES. Ainsi l’Etat évite de nommerles docteurs maitre de conférences parce que cela nécessiterait une augmentation de salaire et unchangement de statut administratif.A l’UCAD on note 30% de professeurs, 45% à l’UGB et le reste dans les CURs.Au même moment en France, un docteur peut directement être maitre de conférences à la sortie. 86%des docteurs Sénégalais sont formés en France, pour les récupérer n’est-il pas aberrant de leurs offrir demauvaises conditions de retour sachant qu’ils peuvent trouver facilement mieux en France ? Meilleursalaire, reconnaissance académique et possibilité d’évolution dans sa carrière, comparée avec lesconditions au Sénégal le chercheur est manifestement plus enclin à rester en France. Un réel problèmed’attractivité se pose si les Etats africains souhaitent que leurs chercheurs retournent après leurs études.Au Sénégal il y a ce que Mohamed appelle « une pénurie » virtuelle de chercheurs car ils existent bel etbien et sont présents. Seulement ils n’ont simplement pas le grade leur permettant de s’affirmer en tantque chercheurs.Le budget de l’enseignement supérieur est de 84 milliard soit 0,5% du PIB de l’Etat consacrée à larecherche scientifique. L’AUF (Agence Universitaire Francophone) finance beaucoup de bourses de thèsesou de master. La coopération française en finance aussi.Il n’y a pas assez de synergie entre universités et entreprises. Sachant que 86 % des thèses au Sénégalse font en France la plus part des chercheurs travaillent sur des problématiques qui n’ont rien à avoiravec les besoins du Sénégal.Mohamed a donné 2 expériences vécues au Sénégal qui montre que les chercheurs sont « sous-utilisés »par leur Etat respectif, la prégnance de la corruption, du laxisme et de l’absence de volonté politiquesans oublier les difficultés socioculturelles.Si la recherche scientifique au Sénégal ne démarre pas ce n’est pas fautes de chercheurs, même s’ils nesont pas en excès non plus, mais c’est bien à cause du système politique et socioculturelle. Page 50
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Pour bien adapter la comparaison, le choix s’est porté sur la Tunisie qui a, à peu près, la mêmesuperficie et population que le Sénégal. Constat poignant par rapport à la Tunisie, le Sénégal est dansle rouge.Synthèse : - Faiblesse au Sénégal, de la part du PIB attribuée à la recherche, pas assez de synergie entre universités et entreprises. - Projet Sic Sénégal : Mettre en relation les acteurs de la Vallée du Fleuve Sénégal, la SAED (Société Nationale d’Aménagement et d’Exploitation des Terres Delta), la Banque Mondiale et d’autres acteurs, ne se faisant pas confiance, refusaient de partager leurs informations. Le projet n’a jamais abouti car la SAED ne s’intéressait pas aux outils qu’on leur a proposés, car ils n’ont pas besoin d’avoir un avantage compétitif vu qu’elle n’a pas de concurrent. - Le problème des fuites des cerveaux. Les chercheurs sénégalais sont sous-utilisés au Sénégal, or en France ils travaillent souvent avec des problématiques qui n’ont rien à voir à celles du Sénégal. - Le projet de certification et de traçabilité de semences arachidières (Mémoire DESS), financé par l’UE pour le Ministère de l’Agriculture du Sénégal. Ce projet permet, grâce au numéro d’un sac de semence acheté, de remonter l’historique pour connaitre le producteur. Pendant le projet, la DS (Direction des Semences) n’a jamais appelé pour savoir où en était le projet, alors même que le produit a été livré, il n’a toujours pas été mis en œuvre. Résultat des courses, malgré tout l’investissement qui a été mobilisé pour créer ce produit innovant (32 millions de FCFA), ils ne sont pas encore prêts à intégrer ces innovations parce qu’ils ne pourront plus faire prospérer manœuvres douteuses. Questions et interventions du public : - Ajouter un problème culturel, problème entre les sénégalais (ou africains) par rapport à la recherche. Est-ce que le fait de devenir chercheur est une vocation pour vous (Les intervenants) ? On ne peut pas envisager les prémices d’un développement sans accorder l’importance qui est la sienne à la recherche. Pour innover, il faut chercher. Pour les deux intervenants, ils ne se sont Page 51
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] jamais prédestinés à la recherche car au Sénégal. C’était une option choisie en cours d’études. Il y’a donc de la pédagogie à faire. - Sur l’aspect culturel de la recherche, historiquement la recherche est née en Afrique sauf qu’à partir d’un certain moment il y’a eu une brisure et les africains se sont tournés vers autre chose car il n’existait plus un Etat fort, car c’est à ce dernier de garantir la recherche (Esclavage et Colonisation). La recherche a continué au niveau individuel d’où la migration des chercheurs africains vers des Etats forts tels que les USA et l’Asie. - Développer la médecine traditionnelle basée sur la connaissance de la nature. - On note un phénomène social freinant la recherche. L’interprétation négative de la société sur la durée des recherches (Thèses, etc.…). Donc il faut conscientiser la jeunesse africaine. - Intervention : La recherche n’est pas plus importante que la production de la connaissance. Les ingénieurs par exemple, peuvent apporter de la plus-value intellectuelle à la société. Nous devons nous approprier nos connaissances, oser rentrer au pays une fois finies les études pour partager ces connaissances. Les Etats africains ont failli car les décideurs ignorent les chercheurs. - Orienter les jeunes vers la recherche dés le bas âge implique une réforme de l’éducation - Il serait important de s’intéresser à la redéfinition de la nature des bourses étrangères allouées aux étudiants immigrés pour favoriser le retour des diplômés pour servir l’Etat. Le scientifique ne fait pas rêver les jeunes africains, ça aussi on devrait y penser. - Une fois que le constat du problème est fait, qu’est-ce qu’on peut faire ? Peut-être des forums de l’entreprenariat avec au menu partage des connaissances où tous les savoirs seront au-rendez-vous grâce aux ouvriers, aux artisans, aux ingénieurs, etc). - Il faut qu’on sache que l’Etat c’est nous et qu’on fasse de telle sorte que les Hommes d’Etat soient à notre image. Vu les enjeux internationaux, la recherche est devenue régalien pour un Etat. Vu les objectifs à plus long terme, l’Etat n’est pas motivé pour investir dans la recherche. - Soutenir la recherche historique pour rétablir toutes les vérités falsifiées. - Développer un centre de recherche sous-régional, vu la similitude de nos réalités. - De loin c’est attractif par ses lumières mais ce n’est pas beau. Il y a l’aspect mystérieux quand nous sommes au SénégalCONCLUSION : Il faut permettre aux chercheurs de pouvoir rentrer, promouvoir la recherche scientifiquedans les universités africaines et encourager au niveau individuel une certaine valeur de la recherche. «La leçon est duuuure» - «Moi j’ai TOUT imprimé» - «Concentres-tooooi !» Page 52
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]PANEL 3. [ET DES ACTEURS, ET DES ENTREPRENEURS]PARTIE 1 : SYNERGIELa question : Pouvons-nous(les participants aux 72h de Njàccaar édition 2) faire des choses ensembles ?Si oui quoi ?La réponse : créer une synergie des structures africaines en général, en commençant de manièrepragmatique par le Sénégal à court terme.Structure officielleStructure sans contenuLes structures adhérentes ne changent pasMoyen de communicationLa Synergie irait chercher les idées à la base.Au-delà de l’aspect réflexion, il y a d’autres aspects comme :La formationL’entraideL’événementielTout le monde est partant pour la Synergie.Propositions de nom de la Synergie :- SSS Ŕ 3S Ŕ Synergie des Structures Sénégalaises (de France)- SSA 2SA : Synergie des Structures Africaines- SJS : Synergie Jeunesses Sénégalaises (Bocar)- SYREAC : Synergie pour la réflexion et l’action concertées (Adama)- RAA : Rassemblement Africain d’Action (Lyncx)- Synergie des Sankofas (Seraphin)Va chercher, retourne, fouille et prend. Un oiseau qui vole en avant et la tête tournée en arrière. Akan(Ani, Baoule, Ashanti).Aucun nom n’a été arrêté pour le moment.Pourquoi :Constat : Page 53
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Pour chaque pays, il y a un problème de rassemblement en France donc il faudra avant tout solidifier labase. Les Maliens et les Gabonais « arrivent à bouger et à faire bouger les choses » dit le président dela FESSEF. Les Burkinabés essaient.- Unir les personnes au lieu de vouloir unir les pays.- Mutualiser les réflexions, les idées et les moyens d’actions.- Capitaliser les expériences acquises par chaque structure dans la réflexion, les idées et les projets- Mettre en commun les réseaux- Constituer un poids humain- Mettre en commun les systèmes d’information des structuresPar exemple, lorsqu’un étudiant souhaitera avoir un stage au Sénégal, la Synergie pourrait lui donnerdes informations pratiques et certainement des contacts dans le pays ce qui aujourd’hui n’est guère unechose aisée. (CF Sendev).Si une idée ou un projet a déjà été mis en place, on ne revient pas là-dessus, on l’améliore. Par exemple,je veux aller au Sénégal, à qui m’adresser ?Quand : Dimanche 30 Octobre 2011 est la date de la rencontre de la première moitié de la 3èmepartie du Panel « Et des acteurs et des entrepreneurs ».Où ? Centre 665.Qui ? Tous les participants, en particulier les structures représentées, à la 2ème édition des 72h deNjàccaar Visionnaire Africain à Montpellier.Comment ? Si un membre d’une structure (le CRI par exemple) propose quelque chose maiscomment récupérer cette proposition et lui donner une suite (par exemple la valider).Quelle est alors la meilleure manière de matérialiser cette synergie ? Concrètement qui traiterait cesinformations ? Une personne ? Une équipe ? Au final il a été décidé que ce serait une équipe composéd’un représentant par structure adhérente à la synergie. Ce représentant est désigné par sa structure deprovenance.Lynx a donné les exemples de Google Apps et Alfresco et Zale préconisent de ne pas laisser les« mauvaises graines » pourrir des autres graines.Créer un comité Ad Hoc composé par un groupe de personnes- Education pour tous au Sénégal : Saliou FALL (Membre)- Jeunesses Patriotes : Seynabou DIA (Chargé de communication)- Njàccaar Visionnaire Africain : Ndeye Fatou SARR (Membre)- FESSEF (Fédération des Etudiants et Stagiaires Sénégalais de France) : Amara TOURE (SG)- GREAT : Pape Diop (Président)- CDE ( à confirmer) : Fatou LÔ (Présidente)- Natt-Bi (à confirmer) : Mariètou Bâ (Présidente) Page 54
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]- Babacar Faye va en parler à Clermonferrant- Sakinatou BÂ va en parler à l’AESG (Association des Etudiants Sénégalais de Grenoble) et à ALJA.- Créer une plateforme d’échange- Créer la Synergie dès à présent entre structures présentes et commencer à agir.- Aller à la rencontre des associations sénégalaises (actives) dans les différentes villes.Entreprises qui ont donné leur accord pour être des partenaires de la Synergie :- Agricole : SARL Séraphin, Pro, Ehoungban Seraphin Georges IVANHOE- Ligne de vêtement street et engagé panafricaine : Afric1Wear, Pape DIOP- Audiovisuel : 820 Records, Pape FAM- Consultance: UPAHOTEP Consulting, Uphahotep Kajor Mendy- Maintenance informatique: Amadou Kéthiel KEBE- Stylisme: Aïssatou BADIANE SERAPHIN IVANHOE PAYSAGISTE ET CREATEUR D’ANTHROPOSOL RECONSTITUE Page 55
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]PARTIE 2 : PRESENTATION DES PROJETS ET DES IDEES ENTREPRENEURIALES POUR L’ANNEE A VENIR.Modérateur [Cheikh Dieylar DIALLO] 1) Pamela : rassembler des Centre-Africain de sa génération Partant des désirs de créer une synergie, elle va essayer de mobiliser des compatriotes de sa génération sur des réseaux sociaux pour créer un réseau. Elle va aussi essayer d’entrer en contact avec des Centre-Africains en France et à Toulouse en particulier pour les inviter à mutualiser les efforts et les compétences. 2) Fatou LÔ, présidente de la CDE (Cours Des Enfants) : organiser un évènement pour aider la pouponnière de Mbour La CDE souhaite réunir plusieurs associations pour organiser en commun des évènements le même jour où tous les bénéfices reviendraient à la pouponnière de Mbour (une ville située à 80 km de Dakar, capitale du Sénégal). En fonction des besoins de celle-ci, chaque association serait libre de choisir ce qu’elle va organiser comme évènement. 3) Ehoungban Seraphin Georges IVANHOE, paysagiste et auto entrepreneur SARL Seraphin Pro : créer un réseau d’écoles agricoles « Depuis avant-hier, hier je vous ai parlé de ma passion pour la terre. En cote d’ivoire j’ai travaillé la terre, j’ai travaillé sur la création d’anthroposol, dans des espaces verts… » dit Séraphin. Il souhaiterait maintenant créer une fondation qui va gérer des écoles agricoles puis les piloter. Il envisage pour cela de se retirer successivement dans 4 pays pour entamer le projet initial car ce qui est durable il faut le réfléchir, rencontrer les gens, les acteurs et enfin les décideurs. En premier il souhaite aller au Sénégal car il est référent à beaucoup de choses. « Il y’a des choses qui se sont passées à une époque. Je suis passionné». Selon Séraphin quelqu’un qui sait d’où il vient, il peut construire sa maison où il veut. Ce projet d’école compte 2 aspects :  appui au dynamisme agricole  lieu de vie : créations de biotope / de climat 4) Abdoul Khadre Diallo, responsable de la CST (Cellule Scientifique et Technique) de Njàccaar : créer un centre de ressources informatiques pour les élèves et les étudiants en Afrique Depuis 6 mois environ, il pense à créer un site Internet pour les élèves et les étudiants en Afrique en commençant par le pays qu’il connait le mieux le Sénégal. Aujourd’hui tout est en papier, remarque-t-il avant d’ajouter qu’il serait temps de tout informatiser : cours, correction, question… Informer sur les formations que proposent les universités, créer des jeux ludiques et pédagogiques pour les élèves de primaires, en mot stimuler les jeunes. Page 56
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]5) Pape Diop autoentrepreneur Afric1wear et président Afric1 : organiser la 1ère édition du festival Saint-Louis’Mouv Actuellement Pape appelle à l’aide pour collecter des idées et des compétences pour le projet mais aussi pour acheminer des matériaux informatiques de la France à Saint-Louis et qui serviront initier à l’informatique des élèves d’écoles primaires.6) Amadou Kéthiel Kébé, étudiant à Toulouse : entreprendre Il souhaite monter une entreprise de maintenance informatique sur Toulouse, participer au même type de projet à Dakar avec un de ses amis et enfin reprendre une affaire d’acheminement et de vente de matériaux vétérinaires au Sénégal.7) Fatou Niang Sow, présidente de l’association Yaye Boye au Sénégal, représentée par Babacar Faye. Babacar Faye a parlé en son nom et entend lui donner les contacts de « Solidarité Talibé » qui est en veille pour le moment. Yaye Boye est une association à but socio-éducatif déclarée au Sénégal et cherche à sortir l’enfant de la rue. La première action de Yaye Boye est un projet de parrainage d’enfants déscolarisés à hauteur de 20000 FCFA soit 30,7 €.8) Ibrahima CISS : demande à l’aide pour l’éducation de la banlieue de Dakar. CISS est intéressé par beaucoup de projets d’éducation comme Impression d’Afrique à Montpellier ou encore l’APEET (Association Pour les Elèves et Etudiants de Thiaroye). Les activités militantes, dans la banlieue dakaroise notamment, sont sujettes à beaucoup de pressions, politiques en particulier. L’APEET veut monter un site avec une base de données utile à l’éducation afin de sensibiliser les jeunes, dénoncer et enlever tout type de complexe. A Pikine par exemple, après les années de gloires du foot beaucoup d’élèves se tournent aujourd’hui vers la lutte comme métier et moyen de réussite et sortie de la pauvreté. Quand bien même la presse ou les autorités peuvent soutenir qu’on lutte contre le chômage, c’est une information) à prendre avec des pincettes. APEET veut « monter le site pour sensibiliser sur ce qu’est le droit et c’est qu’est leur droit » en parlant des jeunes en banlieue car « la politique se fait malheureusement par l’influence religieuse et familiale » conclue CISS.9) Moussa SY, étudiant mauritanien à Nîmes : Il a connu Njàccaar grâce à Mambaye LÔ. Il souhaite, à l’instar de Pamela, rassembler ses compatriotes et leur dire qu’une association panafricaine existe et qu’elle a une vision, sûrement pour agir par la suite en concert. Page 57
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] 10) Babacar FAYE, responsable de la CCI-Njàccaar (Cellule Communication et Information) : Sokone Pour Toujours ou Sokone 3S Il entend mettre sur pieds une structure orientée vers Sokone, une ville du Sénégal situé dans la région de Fatick) L’idée est mobiliser les ressortissants pour mettre sur pieds Sokone Saine, Savante et Salubre soit Sokone 3S et pour cela Babacar FAYE lance un appel à toutes les bonnes volontés. Livres, moustiquaires, compétences, temps, … sont tout autant de besoins pour arriver à créer un dynamisme local et extérieur d’une part et d’autre part des projets socio-éducatifs en conformité avec « nos réalités » dit-il. « Savoir pour changer la manière d’éduquer nos enfants » insiste-t-il. Sokone 3S cherche entre autres à combattre le paludisme, à nettoyer, désherber et éviter les flaques pendant l’hivernage. 11) Mouhamadou Lamine FAYE, ingénieur informatique à Paris : Son idée est de mettre en œuvre des compétences qui existent déjà. Par exemple, les personnes qui ont des compétences au pays mais qui n’ont pas d’activités pourraient faire des stages contre des rémunérations. Ce serait l’occasion de prendre des besoins ici et les faire réaliser là-bas. Il faudra alors trouver des clients pour des projets offshores et des personnes qualifiées au pays avec des compétences et une méthodologie de gestion de projet avancé. 12) Saliou FALL, membre d’Éducation Pour Tous au Sénégal (Cannes) : agrandir des écoles EPTS cherche à agrandir les deux écoles et donc a besoin de gens volontaires et passionnés pour soutenir ce projet, et en parler afin de sensibiliser sur son utilité. Il y a également besoin d’un site internet. 13) Adama DIOUF, étudiant en droit des affaires et membre de la CEP-Njàccaar (Cellule Economique et Politique) : Entreprendre mais aussi aider à entreprendre.Adama pense qu’il ne faut pas laisser de coté les projets économiques et Babacar NDIAYE, étudiant enclasses préparatoires aux grandes écoles à Nîmes trouve que les gens devraient plutôt générer desemplois, demander des subventions, des financements pour aider les pères de familles car véritablementc’est ce qui va aider les enfants.Il a des amis sérigraphes à Bargny, mais les matériaux à leur disposition sont rudimentaires et pensequ’investir sur les moyens de production serait une bonne idée, toujours pour aller dans le sens desprojets économiques.« Aller investir dans l’éducation, l’agriculture » lança quelqu’un d’autre et Babacar FAYE réagit enexpliquant que « c’est l’économie qui devrait être au service de la culture et non l’inverse et si l’économiedevait être mis en avant nous allons droit au mur. En revanche si nous parvenons à mettre la culturedevant, l’économie va suivre et la recherche aussi puis l’épanouissement. » Page 58
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]Pour revenir au panel, le modérateur coupa le débat fort intéressant sur la place de l’économie et laculture dans la quête du bien-être de l’Homme, et donna la parole aux participants avant de terminer lepanel.Fatoumata DIOUM membre de la CDE trouve que sa structure pourrait travailler avec l’association YayeBoye d’autant plus que la CDE a des partenaires à Mbour.Abdou Khadre DIALLO veut travailler avec et pour Ibrahima CISS vu la similarité de leurs projets dedéparts, idem pour Pamela et Moussa SY qui entendent échanger sur les moyens pour rassembler leurscompatriotes.Oumar Hamady NDIAYE, président en exercice de l’ASH (Association des Sénégalais de l’Hérault) pensequ’ « il ne faut pas parler mais il faut que je consomme » pour maximiser le bien-être des populations. Ilentend alors intégrer le projet 4 dit-il « sans hésitation ». Surnommé « leader », même s’il a essayé « dene pas trop tirer en longueur » le tir qu’il n’a vraiment pas raté, c’est d’apporter son énergie tout au longde ces 3 journées.CONCLUSION : Le panel « et des acteurs et des entrepreneurs » s’est étalé sur les 3 journées et a réuni 18 structures (CDE, ASH, AAPIJAS, CRI, EPTS, Yaye Boye, Nàtt-Bi, Njàcccaar Visionnaire Africain, FESSEF, 820 Records, Afric1wear, Afric1, Sendev, APEET, Sokone 3S, Upahotep consulting, SARL Seraphin Pro, Jeunesses Patriotes) dont 14 associations et mouvements, et 4 entreprises. Elles ont toutes en commun une chose : la volonté d’agir. Au-delà de ces structures, il a vu la participation de plusieurs personnes en dehors de toute structure mais qui envisagent tout de même d’entreprendre, soit en créant soit en agissant dans une association ou dans une activité économique. Tout ce beau monde est parvenu à se réunir et à se rencontrer, à discuter et à échanger, à partager et à s’entraider. En un mot ils ont décidé de créer un réseau de personnes d’abord et ensuite de compétences, de mutualiser les expériences et les efforts, et enfin ils ont décidé de créer une synergie sous forme de structure pour peser de tout leur poids dans la réussite de tous les projets cités au cours de ces 72h de Njàccaar édition 2. Les objectifs du panel « et des acteurs et des entrepreneurs », et des 72h en général, sont alors atteints. Les conclusions des échanges seront envoyées aux participants qui se chargeront de les diffuser dans leurs réseaux. A partir de ce moment, la balle sera dans le camp de chaque « acteur » et de chaque « entrepreneur », donc chacun pourra pleinement jouer son rôle sur le terrain des engagements pris et des promesses faites. La 3ème édition des 72h de Njàccaar est déclarée arbitre du match. C’est parti ! Au travail ! Page 59
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]PROJECTION DE FILM. [Yeelen, de Souleymane cisse]Au Mali, une confrontation impitoyable entre un fils et son père qui refuse de le voir devenir son égal. Unfilm dune beauté à couper le souffle.Dans la tradition bambara, le pouvoir de commander les forces mystiques se transmet de génération engénération. Quand débute linitiation de Nianankoro, son père, Soma, a le sentiment dêtre dépossédéde son héritage et jure de léliminer. Contraint à la fuite, le jeune homme parcourt les contrées maliennes,jusquà laffrontement final.Dans ce film magique, non situé dans le temps, les animaux marchent brusquement à reculons, les refletsde leau dévoilent lavenir et le feu surgit du néant. Cest en se confrontant à ces éléments et enapprenant à les dompter que le héros forge son courage et sort progressivement de lenfance. Cevoyage initiatique donne vie à une Afrique pétrie de mystère, où la métaphysique transcende les êtres etréveille leur soif de connaissance, de violence et damour. Lintensité des regards, la grâce des corpsdénudés et la splendeur des paysages font de Yeelen une œuvre ensorcelante, à lesthétique maîtrisée.SOULEYMANE CISSE : S’IL y a un cinéaste qui a su traiter les complexes de lAfrique, la complexité et larichesse de sa culture et la nécessité de son cinéma, cest bien Souleymane Cissé. Pourtant son discours esttellement subtil et si pénétrant, jusqu au coeur des questions fondamentales, quil laisse croire quil passe àcôté ou même quil les évite. Cissé a cette force de propos qui fait que lAfrique est donnée à voir presqueavec agressivité, neût été cette forme délévation digne de la culture Bambara, celle-là même qui empreintson cinéma dun sublime qui le place au niveau le plus universel. Page 60
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][ACTUALITES & CONTACTS] [CDE] – LA COUR DES ENFANTS 26 et le 27 novembre 2011 : la CDE s’est rendue à Paris pour un week-end évènement sur le thème de la Société de la Connaissance et la Diffusion des Savoirs. Les suivre : http://www.lacourdesenfants.com/ Les contacter : http://www.lacourdesenfants.com/contact.php [ASH] – ASSOCIATION DES SENEGALAIS DE L’HERAULT 13 novembre 2011(dimanche) : L’ASH a préparé et offert un repas pour la Tabaski. Cela se passait à Montpellier. L’Association Njàccaar Visionnaire Africain y fut représentée par 3 de ses membres. Elle organisa également une « Grande Journée Sportive », avec au programme football et basket- ball. L’équipe de foot de SIMKIM, également connue sous le nom de «Barça», remporta la coupe. Elle fut suivie dans le classement par l’équipe «DEUGEUR», également appelée «MALAKA». Les suivre : Pas de site web. Les contacter : assosen34@yahoo.fr [AAPIJAS] – ASSOCIATION DES ANCIENS PENSIONNAIRES DE LINSTITUT DES JEUNES AVEUGLES DU SENEGAL 03 décembre 2011(samedi) : Journée internationale des personnes handicapées: Déclaration de lAAPIJAS : « Voilà 10 ans que l’association des anciens pensionnaires de l’institut des jeunes aveugles du Sénégal (AAPIJAS) a été créée à Lyon en France. Elle compte une section au Sénégal depuis 2006 et regroupe des diplômés en droit, en sciences politiques, en sociologie, en psychologie, en informatique, en administration, en communication, en santé publique etc…. ». La suite ici : http://www.leral.net/Journee-internationale-des- personnes-handicapees-Declaration-de-l- AAPIJAS_a22635.html Les suivre : Pas de site web. Les contacter : M. DIOUF Cheikh Saad-Bouh - Président Tél. 00 33 645 67 78 98 - E-mail: sadibou2005@hotmail.fr Page 61
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][CRI] – COLLECTIF POUR LA RENOVATION ET L’INITIATIVE25-27 novembre 2011 : Outre ses projets de journal et de site Internet, le Collectif a mis en place unsystème interne de financement de ces mêmes projets. Pour les membres du CRI qui souhaiteraient yapporter leur support, la cotisation a été fixée à 5€ par membre et par mois.Les suivre : http://www.facebook.com/group.php?gid=156341283399Le Lycée Seydina Limamou Laye : http://lyceelimamoulaye.org/Les contacter : association.cri@gmail.com[ETS] – EDUCATION POUR TOUS AU SENEGALBientôt : Un nouveau logo pour l’association.Les suivre :Les contacter :[YAYE BOYE] – PROJET POUR SORTIR LES ENFANTS DE LA RUE03 décembre 2011 : A ce jour, nous avons pu avoir 15 parrainages effectifs. Une première remisede l’argent récolté est prévue pour ce samedi 10 décembre.Les suivre : http://www.facebook.com/yayeboyeLes contacter : yayeboyeafrica@gmail.com Page 62
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][NATT BI] – MICROCREDIT INSPIRE DE LA TONTINELes suivre : http://www.facebook.com/nattbi et aussi sur http://nattbi.com/Les contacter : http://nattbi.com/contactez-nous/[NVA] – NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAINMardi 15 novembre 2011 : Njàccaar Visionnaire Africain et le CRAN (Conseil Représentatif desAssociations Noires) ont organisé, à Toulouse, un debating.Les suivre : http://www.facebook.com/pages/Nj%C3%A0ccaar-VisionnaireAfricain/115919378460758?sk=info et aussi http://www.njaccaar.com/Les contacter : njaccaar@gmail.com[FESSEF] – FEDERATION DES ETUDIANTS ET STAGIARES SENEGALAIS DE FRANCENovembre 2011 : La FESSEF lance une opération médiatique au Sénégal pour la promotion de sonprojet et la vulgarisation de ses initiatives. Cible : étudiants sénégalais de France.Les suivre : http://26475hpv124108.ikoula.com:8080/Site_Fessef/ ou alors :http://www.facebook.com/profile.php?id=100000725736691Les contacter :fesef.france@gmail.com - (00 33) 6 25 42 33 63 / (00 33) 6 69 56 05 37[820 RECORDS]4 novembre 2011 : 820 Records lance son second volet de compilations Hip-hops et gratuites. Lamixtape est téléchargeable gratuitement. Elle comprend onze titres, abordant des thèmes aussivariés que le viol, la corruption, le système éducatif sénégalais, et les inondations. Lien detéléchargement : http://www.megaupload.com/?d=S IOAJT94.Les suivre & les contacter : http://www.820records.com/ Page 63
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER][BigL XL] – LOÏC NIODOGOSon actualité musicale est disponible sur sa page Facebook : BigL XL & R.O.D.Où vous trouverez des news de sa mixtape "LEnvol".Le suivre : http://www.facebook.com/pages/BigL-XL-ROD/304040376277474?ref=ts&sk=app_178091127385Ou encore sur : http://fr-fr.facebook.com/people/Lo%C3%AFc-Niodogo/100000145435401Le contacter : biglxlrod@gmail.com[AFRIC1WEAR ET AFRIC1]Le projet de Festival St-Louis Mouv’. Toute bonne volonté sera la bienvenue, et toutes possibilités departenariats étudiés.Site internet http://www.festivalsaintlouismouv.fr/Page-évènement sur Facebookhttp://www.facebook.com/event.php?eid=293630850648625&ref=tsLes suivre : http://www.afric1wear.fr/Les contacter : falparadise@hotmail.fr Ŕ 06.89.41.20.08[SENDEV] – SENEGAL DEVELOPPEMENTLes suivre : http://www.facebook.com/SENdevLes contacter : association.sendev@gmail.com[APEET] – AMICAL POUR LA PROMOTION DES ELEVES ET ETUDIANTS DE THIAROYEEn plein projet de création de son futur site Internet.Les suivre & les contacter : 00 221 77 306 47 08 MOUSTAPHA MBENGUE, nouveauprésident /00 221 77 570 87 20 MOR SECK, président sortant.[SOKONE 3S]Les suivre & les contacter : babacar.faye@live.fr[UPAHOTEP CONSULTING]31 octobre 2011 : Upahotep Kajor est définitivement rentré au Sénégal, à la fin de la SecondeEdition des 72h de Njàccaar Visionnaire Africain. Après des années d’études en France, l’enfant deSikicoor (Ziguinchor) et de Tengèj (Rufisque) est enfin retourné dans sa terre natale. En attendant la Page 64
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER]mise en place effective du Cabinet Upahotep Consulting, M. Kajor a déjà mis les pieds dans l’arènepolitique.Le suivre & le contacter :http://www.facebook.com/pages/Upahotep-Consulting/275521775798667[FONDATION SERAPHIN PRO - SARL]Séraphin a entamé les démarches de création de sa Fondation. Il doit prochainement rencontrer sonExcellence Mr l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire à Paris.Le suivre : http://jardindeseraphin.wordpress.com/Le contacter : sehoungban@laposte.net - 05 65 10 67 40 / 06 47 23 10 37[JEUNESSES PATRIOTES]13 novembre 2011 : Organisation d’un café-débat au Restaurant Le Petit Dakar, conformément àl’annonce faite lors de la Seconde Edition des 72h de Njàccaar Visionnaire Africain.21 novembre 2011 : le compte-rendu a été publiquement diffusé.Il est toujours consultable et téléchargeable via le lien suivant :http://www.slideshare.net/sambadka/rapport-cafe-debat-jpatriotes?from=share_email.Les suivre & les contacter :http://www.facebook.com/profile.php?id=100002189612286&sk=wall[NATACHA SUPRISSE]Son site internet, ses œuvres :http://www.wix.com/ibis973/suprisse-natacha .La suivre & la contacter :http://www.wix.com/ibis973/suprisse-natacha#!__page-6 Page 65
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] [REMERCIEMENTS] «A NOS INVITES, PARTENAIRES, MEMBRES, AMIS… PRESENTS» SANGHARE SADIO Ŕ DIALLO ABDOUL KHADRE Ŕ KEBE AMADOU KETHIEL Ŕ LÔ OUMY Ŕ FEDIOR MATI Ŕ FEDIOR AMINATA Ŕ NATACHA SUPRISSE Ŕ LÔ SEYNABOU Ŕ SAMB NDEYE Ŕ DIALLO MARY Ŕ LÔ FATOU Ŕ DIOUM FATMA Ŕ DIOP IBRAHIMA Ŕ LÔ IBRAHIMA Ŕ EHOUNGBAN SERAPHIN GEORGES IVANHOE Ŕ SY SADA Ŕ SY MOUSSA OUMAR Ŕ SEYE CHIMERE Ŕ FAM PAPE ABDOULAYE Ŕ DIOP PAPE Ŕ KAJOR UPAHOTEP - SY MOHAMETH FRANÇOIS Ŕ LÔ MAMBAYE Ŕ BA SAKIINATOU Ŕ BADIANE AÏSSATOU Ŕ MBAYE FATOUMATA Ŕ NDIAYE DETHIE - DIAGNE MAREME Ŕ NGOM NDEYE FATOU - DIALLO BOCAR Ŕ NDIAYE MARIAM - FEBELENA PAMELA - NDOYE ABDOULAYE - GUEYE ADJA Ŕ TOURE ELHADJI AMARA Ŕ DIALLO NDEYE BIENETA Ŕ FALL KHADIJA Ŕ DIA BABA ABDOUL Ŕ FAYE MOUHAMADOULAMINE Ŕ KIEDY CHRISTIAN Ŕ DIOP PAPE MADIAMA Ŕ YOUDA Ŕ LEMY Ŕ GUEYE BARA Ŕ NDIAYE BABACAR - FALL SALIOU Ŕ NDIAYE HAMADY OUMAR - LOUM MALICK - SYLLA NDIAGA - DIEYE BALLA - GNINGUE PAPA IBRAHIMA - BA MARIETOU - DIOUF ADAMA - GUEYE IBRAHIM SULEÏMAN - CODJO CLEBERT - DKIL SARAH - SARR NDEYE FATOU - DIALLO CHEIKH DIEYLAR - DIOUF MARIE-MADELEINE - BAZI ARSENE «AUX PERSONNES, ADMINISTRATIONS, AYANT RENDU CELA POSSIBLE» MAIRIE DE MONTPELLIER Ŕ ESPACE MARTIN LUTHER KING Ŕ CENTRE 665 Ŕ ESPACE D’ARAGON Ŕ HEBERGEMENT : SARA DKIL, SONIA, CLEBERT CODJO, SADIO SANGHARE, MAMBAYE LÔ, ABSA KANE, OUMAR HAMADY NDIAYE, OMAR CAMARA, IBRAHIMA BASSE CISSE, BABA ABDOUL DIA «AU COMITE DE REDACTION DU PRESENT COMPTE-RENDU» SANGHARE SADIO BADIANE AÏCHA DIALLO ABDOUL KHADRE SARR NDEYE FATOU DIALLO CHEIKH DIEYLAR MOREIRA MARIE-HELENE ET A PRESENT… Page 66
    • [72H de NJACCAAR VISIONNAIRE AFRICAIN : 28-29-30 OCTOBRE 2011, MONTPELLIER] « BEN, ON NE FAIT QUE CELA, TRAVAILLER, PRESIDENT ! » Page 67