Catalogue New Wave Dakar 2014

  • 795 views
Uploaded on

Catalogue de l'exposition "La Nouvelle Scène Artistique Algérienne" …

Catalogue de l'exposition "La Nouvelle Scène Artistique Algérienne"
Catalog of the exhibition "The Algerian New Artistic Scene"

More in: Art & Photos
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
795
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
14
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. L’exposition «La nouvelle scène artistique algérienne» est organisée par l’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel (AARC) au Pavillon Algérie dans le cadre de la Biennale DAK’ART du 13 Mai au 08 Juin 2014 The “Algerian New Artistic Scene” exhibition is organized by the Algerian Agency for the Culture Outreach (AARC) at the Algerian pavilion for DAK’ART 2014 Biennial from May 13th to June 08th 2014 © AARC 2014 ALGER pour la présente édition L’illustration en couverture est l’œuvre de l’artiste Mehdi DJELIL, encre sur papier, 45,5 x 35,5 cm, 2014. © AARC 2014 ALGIERS for this printing
  • 2. Pavillon algérien | Place du Souvenir | Dakar du 13 Mai au 08 Juin 2014 Algerian Pavilion | Place du Souvenir | Dakar from May 13th to June 8th 2014
  • 3. L’exposition «La nouvelle scène artistique algérienne» au Pavillon algérien à la Biennale de Dakar est placée sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur ABDELAZIZ BOUTEFLIKA, Président de la République COMITÉ D’HONNEUR M. RAMTANE LAMAMRA Ministre des Affaires Étrangères Mme KHALIDA TOUMI Ministre de la Culture Mme ZOHRA DRIF-BITAT Moudjahida, Membre du Conseil de la Nation M. ABDERRAHMANE BENGUERRAH Ambassadeur d’Algérie à Dakar ORGANISATION Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel M. MUSTAPHA ORIF Directeur Général de l’AARC M. KADDOUR SALAH BRAHIM Directeur Général Adjoint de l’AARC COMMISSAIRE D’EXPOSITION M. MOURAD KRINAH DÉPARTEMENT ARTS VISUELS ET PATRIMOINE Mme AMEL BOUDEBBOUZE Chef de Département Arts Visuels et Patrimoine M. BRAHIM WAHID BOUKERCHA Chargé d’études au Département Arts Visuels DÉPARTEMENT ADMINISTRATION ET MOYENS M. FOUAD CHIKHI Chef du Département Administration et Moyens Mme HOUDA AISSAOUI Chef de Service Département Administration et Moyens M. SIDALI LAMANI Chargé d’études Département Administration et Moyens DÉPARTEMENT COMMUNICATION ET ÉCHANGES CULTURELS M. SMAIL MESBAH Chef de Département Communication Mme HANNA BENTERKIA Chef de Service Échanges Culturels Mme HANANE CHAOUI Chef de Service Communication Mme WASSILA REKOUCHE Chargée d’études au Département Communication M. ADLENE OULOUNIS Chargé d’études au Département Communication Scénographie M. ZINEDDINE SEFFADJ M. MEHDI LEBID Conception catalogue M. MOURAD KRINAH Traduction M. WAHID BOUKERCHA Transitaire M. REDOUANE TAZEROUTI Impression O.W. Édition et Communication
  • 4. «The Algerian New Artistic Scene» exhibition at the Algerian pavilion at the Biennial of Dakar, is under the patronage of His Excellency Mr. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA President of the Republic HONORARY COMMITEE M. RAMTANE LAMAMRA Minister of Foreign Affairs Ms. KHALIDA TOUMI Culture Minister Ms. ZOHRA DRIF-BITAT Veteran, Senate Member M. ABDERRAHMANE BENGUERRAH Ambassador of Algeria in Dakar ORGANIZATION Mr. MUSTAPHA ORIF General Manager Mr. KADDOUR SALAH BRAHIM Deputy General Manager CURATOR M. MOURAD KRINAH VISUAL ARTS AND HERITAGE DEPARTMENT Ms. AMEL BOUDEBBOUZE Head of Visual Arts and Heritage Department Mr. BRAHIM WAHID BOUKERCHA Research Manager at the Visual Arts Department GENERAL ADMINISTRATION DEPARTMENT Mr. FOUAD CHIKHI Head of General Administration Department Ms. HOUDA AISSAOUI Section Chief at the General Administration Department Mr. SIDALI LAMANI Research Manager at the General Administration Department COMMUNICATION AND CULTURAL EXCHANGE DEPARTMENT Mr. SMAIL MESBAH Head of Communication Department Ms. HANNA BENTERKIA Cultural Exchange Section’s Chief Ms. HANANE CHAOUI Communication Section’s Chief Ms. WASSILA REKOUCHE Research Manager Mr. ADLENE OULOUNIS Research Manager Scenography Mr. ZINEDDINE SEFFADJ M. MEHDI LEBID Catalogue’s Conception Mr. MOURAD KRINAH Translation Mr. BOUKERCHA BRAHIM WAHID Forwarding agent Mr. REDOUANE TAZEROUTI Printing O.W. Édition et Communication
  • 5. REMERCIEMENTS Le Ministère de la Culture remercie chaleureusement les artistes algériens et les organismes suivants pour leur concours dans ce projet culturel Le Ministère des Affaires Etrangères L’Ambassade d’Algérie à Dakar - Sénégal Monsieur le Directeur Général de la Sûreté Nationale et ses collaborateurs, Monsieur le Directeur Général des Douanes algériennes et ses collaborateurs, Monsieur le Président Directeur Général d’Air Algérie et ses collaborateurs. Nous remercions particulièrement le Ministère de la Culture du Sénégal ainsi que les organisateurs de la Biennale de Dak’Art 2014.
  • 6. THANKS The Ministry of Culture would warmly thank the Algerian artists and the fallowing institutions for their help in this project The Ministry of Foreign Affairs The Algerian Embassy in Dakar The Chairman of the National Security and his partners, The Chairman of the algerian Customs and his partners, The Chairman of Air Algérie company and his partners. We would like to thank sincerely the Ministry of Culture of Senegal And to the 2014 Dak’Art Biennial team.
  • 7. L’exposition « La Nouvelle scène artistique algérienne » présente les œuvres de quinze artistes issus de la scène émergente locale. La plupart de ces artistes commencent à avoir une expérience notable en Algérie et à l’étranger grâce à leur participation à des expositions internationales, résidences, biennales, etc... Certains ont participé aux expositions « Picturie générale I » en 2013 et « Picturie générale II » en 2014 à Alger. Succès retentissent pour ces deux évènements, qui ont permis au public de découvrir le travail de la nouvelle génération montante d’artistes Algériens. D’autres, fraîchement diplômés des Écoles des Beaux-Arts sur tout le territoire algérien, ont déjà un regard pertinent, et développent un univers cohérent et réfléchi. L’exposition donne un aperçu fidèle des formes et démarches pratiquées par une génération posant un regard critique sur leur société, tout en observant avec avidité ce qui se passe au-delà des frontières. Une génération qui, sans renier l’apport et l’influence de ses pairs, apporte une rupture radicale avec celle qui l’a précédée. Et cela par la vision nouvelle qu’elle porte sur la pratique de l’art. Génération qui marquera incontestablement l’art africain. Nouvelle vague, Nouvelles figurations MOURAD KRINAH Plasticien 8
  • 8. The exhibition entitled «The Algerian New artistic scene» introduces the work of fifteen artists from the local emerging scene. Most of the artists develop a pretty significant experience in Algeria and abroad due to their participation at international exhibitions, residencies, biennials... Some of them have participated at « Picturie Générale I » in 2013 and « Picturie Générale II » in 2014 in Algiers, which had a huge impact and allowed the public to discover, for the first time, the work of this uprising generation. Other artists freshly graduated from Fine Art Schools, show a highly relevant view, and already developed a coherent and thoughtful universe. The Exhibition gives a fairly accurate overview of the forms and approaches practiced by a generation that takes a critical look at its own society while watching avidly what happens beyond its borders. This new generation burns the bridges with the old generation, through its new vision on the art practice, without denying the contribution and the influence of the old generation, A generation that will, decidedly, have a great weight on the African art scene. New wave, New shapes MOURAD KRINAH Visual artist 9
  • 9. WALIDAÏDOUD-HICHAMBELHAMITI-MAYABENCHIKHELFEGOUN-ADELBENTOUNSI ZINEDDINEBESSAÏ-WALIDBOUCHOUCHI-FATIMACHAFAA-MEHDIDJELIL-NABILAKALACHE RAFIKKHACHEBA-YOUCEFKRACHE-MOURADKRINAH-FELLATAMZALI-TAHARI MERIEMTOUIMER-SOFIANEZOUGGAR
  • 10. Ce travail se présente comme une « attitude » graphique qui consiste à orienter d’une manière volontaire l’acte pictural vers une thématique imposée par un quotidien surmédiatisé. This work is such a graphic attitude which consists in shifting,gladly, the painter’s hand towards an idea or a theme imposed by an over-mediatized daily life. Graphiquement correct, Technique mixte sur aluminium, 2 x (60x75) cm, 2014. Graphiquement correct, Mixed medias on aluminium, 2 x (60x75) cm, 2014. WALID AÏDOUD 12
  • 11. 14
  • 12. 15
  • 13. HICHAM BELHAMITI Trois sculptures à échelle humaine en position de réflexion. La première est « le Penseur » de Rodin, elle est accompagnée de mon père et de moi. Toutes les trois sont posées sur des barils de pétrole. Le Penseur, c’est l’évocation de la réflexion et de la contemplation à travers l’histoire. Mon papa et moi, c’est le discours entre générations et les problèmes hérités d’une décennie à l’autre. Le pétrole, énergie maléfique, est source de tous nos malheurs (pauvreté, guerres, pollution, etc.). L’enfant pose à son père une question dérangeante : « D’où vient l’homme ? » et, en tant qu’artiste, ma propre question dérangeante est la suivante : « Où va-t-il ? ». Three sculptures on a humane scale, in reflection. The first is the Thinker sculpture, by A. Rodin, accompanied by my Dad &I; the three sculptures are resting on oil barrels. The Thinker evokes the reflection and the contemplation all along the history, my Dad & I evoke the dialogue between generations, and all the inherited problems decade after decade. The oil, this evil energy, is the source ofourmisfortune (poverty, wars, pollution…), the child ask her father an embarrassing question : “Where did Man come from?” Me,as an artist, I have my own embarrassing question: “Where will the Man go?”. Al Tiou, Technique mixte sur toile, 60x60 cm, 2012. Al Tiou Zoom, Technique mixte sur toile, 54x65 cm, 2012. Le Penseur, Papa et Moi, Installation, technique mixte, 100x100x100 cm, 2014. Al Tiou, Mixed medias on canvas, 60x60 cm, 2012. Al Tiou Zoom, Mixed medias on canvas, 54x65 cm, 2012. Le Penseur, Papa et Moi, Installation, Mixed medias, 100x100x100 cm, 2014. 16
  • 14. 18
  • 15. 19
  • 16. MAYA BEN CHIKH EL FEGOUN Rothko disait : « La peinture se ranime dans les yeux de l’observateur sensible, elle meurt pareillement. C’est un acte qui devient risqué de l’envoyer de par le monde ». Là où l’on doit se taire, on parle et là où l’on doit parler peu, on parle beaucoup. Un univers de mots. Des mots sans sens et sans objectifs. Je fais du silence un objectif à atteindre. Un silence mystique. Une religion, où la peinture est le noyau et où le silence est le chemin qui mène à lui. Pour beaucoup de personnes, le silence est un signe de sauvagerie, de manque de culture, d’antipathie et de manque de respect. en ce qui me concerne, le silence est précieux, sage et riche de sens. Je propose une peinture sans mots, sans concepts, sans idées prédéfinies. Ma langue est la peinture, mes mots sont les couleurs et mes phrases interminables sont toute ma composition. This serie of paintings come from an image I seen in Algiers, a seagull eating a pigeon. It was a powerful, scary and touching image. Through this image, comes to establish different discourse and ideas about the Man, his nature, and the influence of this image, as part of the natural order of things, on our vision. Sans titres, acryliques sur toile, 90x90 cm, 90x95 cm et 160x92 cm, 2013-2014. Untitled, acrylic on canvas, 90x90 cm, 90x95 cm et 160x92 cm, 2013-2014. 20
  • 17. 22
  • 18. 23
  • 19. ADEL BENTOUNSI La chaleureuse et heureuse disparition de mes œuvres. Le monde a changé, le monde n’est plus ce qu’il était, l’humain n’est plus aussi sensible à la douleur, la pauvreté et la misère. C’est à cela que mes œuvres ont été confrontées. Mes œuvres et les personnages qui les animent ont vécu une période de sérénité, de sentiments partagés et de multiples échanges culturels. À travers mes œuvres, je me suis épanoui, elles m’ont accompagné dans mes peines, mes tristesses et mes joies, elles ont adhéré à mes engagements contre le dysfonctionnement politico-social. Mes œuvres et moi avons choisi de nous séparer, le feu était l’un des moyens purificateurs afin qu’elles gardent ainsi leur intégrité, leur sensibilité et leur dignité. Une période est révolue, une autre est née, je suis un artiste inspiré, je resterai fidèle à mes convictions que j’exprimerai à travers mes créations. en espérant que cette nouvelle phase m’ouvrira d’autres horizons et libérera en moi l’esprit artistique le plus convoité et le plus apprécié par son originalité et sa simplicité. By the warm and happy evanescence of my artworks, the world has changed, it’s no more the world as we know it; the human is no more sensitive to the pain, to the poverty and the misery. My creations and the characters that animate them lived a period of serenity, mixed feelings and various cultural exchanges. I enjoyed doing my work, my artworks accompanied me through my pains, my sadness, and my happiness, they joined me in my actions against the political and social dysfunction. My artworks and I choose to brick up, the fire was one of the purification means, so that they preserve their wholeness, sensitivity and dignity. A period is over a new one is beginning, I’m an inspired artist, and I’ll stay faithful to my convictions, which I’ll express through my work. I hope this new phase will opens up new perspectives and frees in me the most coveted artistic spirit by its originality and simplicity. Brûlure au cœur, Vidéo de la performance réalisée en 2013, durée : 4’55’’. Brûlure au cœur, Video of performance made in 2013, durée : 4’55’’. 24
  • 20. ZINEDDINE BESSAÏ Le danger fait partie de notre vie, de notre quotidien. il nous entoure constamment, il est, dans le sens le plus commun, ce qui constitue une menace, un risque pour quelqu’un, quelque chose, revêtant différentes formes, il peut être physique, idéologique, économique ou culturel... Danger is part of our daily life, it persistently surrounds us. Danger is all what involves a threat and a risk for somebody or something, it can be physical, ideological, economical or cultural… Khatar !, Tryptique, tirage numérique sur papier, 3 x (30x42) cm, 2012. Khatar !, Tryptic, digital print on paper, 3 x (30x42) cm, 2012. 28
  • 21. 30
  • 22. 31
  • 23. WALID BOUCHOUCHI Une installation qui met en scène la sacralisation du football en Algérie. Une adoration qui n’est pas forcément due à une performance sportive ― contrairement à ce qu’on peut voir dans d’autres pays où cette discipline est réellement développée ― mais plutôt à un mouvement social. Cet engouement général ― qu’il soit spontané ou commandité ― crée, qu’on le veuille ou non, une réelle union au sein de notre société et une convergence les jours de victoire. Si ailleurs le foot est « roi », chez nous il est « religion ». This installation highlights the sanctification of football in Algeria; this worship is not necessarily due to a real sport performance-contrarily to what we can see in other countries, where this sport is much promoted –but it’s due to a social movement. This high degree of interest, spontaneous or not, creates, whether we like it or not, a real national unity anda convergence during victories. Everywhere else football is a “King”, in Algeria; football is a “Religion”. In Ball We Trust, Tryptique, tirage numérique sur papier, 3 x (100x200) cm, 2014. In Ball We Trust, Tryptic, digital print on paper, 3 x (100x200) cm, 2014. 32
  • 24. 34
  • 25. 35
  • 26. FATIMA CHAFAA La société de consommation se développe aux quatre coins du monde. Dans la culture urbaine, les graffitis se répondent et véhiculent souvent des messages politiques clandestins dans des circonstances de tensions sociales et politiques. « CLI » est un artiste graffeur français qui a réussi à imposer son style unique dans le monde du graffiti. Son sigle est repris partout dans le monde, y compris en Algérie, où il est reproduit sur les murs des quartiers populaires d’Alger. Le jeune graffeur algérien « CLI » (qui s’est inspiré du « CLI » français), quasiment inconnu du public (personne ne l’a jamais rencontré). Tout ce qu’on sait de lui, c’est qu’il a traversé clandestinement la Méditerranée pour tenter sa chance de l’autre côté, précisément à Marseille, mais la chance n’a pas tourné pour lui, il a été expulsé. Il s’est retrouvé à la case départ. In the urban culture graffiti are spreading and frequently they convey hidden political messages in a suspicious atmosphere of social pressures and political tensions. CLI is a French graffiti artist who succeeded to impose his unique style in the world of graffiti; his acronym is used all over the world, even in Algeria. The young Algerian graffiti artist CLI (inspired by the French CLI), is almost unknown, nobody met him before, all that we know about him is his attempt to crossing illegally the Mediterranean sea to try his luck in Marseille, but the fortune did not smile on him and he was expelled, and he returned to where he started. Cli d’Alger, Série de 05 photographies, tirage numérique sur papier, 5 x (40x30) cm, 2013. Cli d’Alger, Suite of 05 photographies, print on paper, 5 x (40x30) cm, 2013. 36
  • 27. 38
  • 28. 39
  • 29. MEHDI DJELIL « À l’instar d’un Ensor ou d’un Goya, Djelil développe sa propre mythologie personnelle peuplée d’un bestiaire fantastique rappelant les danses macabres chères aux peintres médiévaux. La galerie de portraits qu’il nous propose est une série d’archétypes dont la laideur est un témoin de toutes les horreurs du monde : Le Monarque affalé ou siégeant sur son trône, le Barbu, la « Courtisane », etc., maladroits, ventripotents, sont là pour nous rappeler la bêtise, l’injustice et la vanité de nos semblables. Mais curieusement, même si elle est très critique, la peinture de Djelil n’est jamais revendicatrice ou revancharde ! Au contraire, le regard qu’il pose sur tout cela est surtout un regard amusé. Comme si le rire avait le pouvoir d’exorciser nos démons. » If the beauty thrives in a society where she’s the privilege of an élite, she has no place in an agitated society, where all values are called into question and where the thirst for freedom has the upper hand on perfection.Through this thirst of freedom and the confrontation between long lasting tradition and the desire for change, between the reason and the faith, between the individualism and the community, the real aspect of our Algerian reality reveals itself. Dhû Nun, Installation, technique mixte, dimensions variables, 2012. Intervention in situ, marqueur et encre de chine, dimensions variables, 2014. Dhû Nun, Installation, mixed medias, variables dimensions, 2012. Intervention in situ, marker and ink, variables dimensions, 2014. 40
  • 30. NABILA KALACHE « Une suite de prises où des jambes féminines anonymes s’exhibent à notre regard dans une absence remarquée de « mise-en-scène » ou de théâtralité, dans une sorte de non-lieu symbolique où les rares repères de l’arrière-plan surenchérissent dans l’irréalité de la scène montrée. Irréalité accentuée par les flous du mouvement et l’aspect diaphane de la chair. Et curieusement, malgré (ou grâce à) l’absence de toute indication de temps et d’espace, ces photographies possèdent un degré étonnant de narrativité où le regard du spectateur-voyeur construit lui-même son propre fantasme (dans le sens de « construction mentale sublimée ») et laisse son imagination rejouer la scène de la prise de vue. » “Suites of photo shooting where we can see unknown female legsexhibited to us, without any “scenicity” or “theatricality”as if it was nowhere, the few landmarksin the background increase the unreality of the scene, already stressed by the motion blur and the almost translucent flesh. Curiously, despite/or due to the absence of any time and space marks, those photographs have a surprising “narrativity” that lets the observer reconstruct the scene according to his/her own fantasy in aexalted cerebral construction.” M. Krinah Sans titre, Série de 12 photographies, tirage numérique sur papier, 12 x (30x45) cm, 2012. Sans titre, Suite of 12 photographies, print on paper, 12 x (30x45) cm, 2012. 44
  • 31. 46
  • 32. 47
  • 33. RAFIK KHACHEBA Mon installation s’intéresse à un processus qui nous concerne ― en tant qu’état faisant partie du monde arabe ― et à son aboutissement ; celui qu’on appelle communément « le Printemps arabe » ― et de ce que les médias ont volontairement ignoré ou précisément détourné. À mon sens, la question qui s’impose aujourd’hui est la suivante : s’agit-il vraiment d’un printemps ? Si on retient le sens figuré du mot printemps, ceci pourrait signifier le début d’une destinée ficelée à juste mesure pour exploiter les peuples du monde arabe. Comme le titre l’indique : « Qui ment à qui ? ». Voilà un premier lot des vraies questions auxquelles nous devons répondre en priorité. Je cède les mots à mes « objets » qui pourront être plus explicites, car, de nos jours, les mots, en dépit de leur précision et de leur beauté, sont émoussés par l’usure et le détournement. My installation concern a process which affects us, as a state of the Arab world, which is commonly called the “Arab Spring”, and to which media were wilfully blind. In my opinion the question to ask today is the following:“Is it really a spring?” If we keep the figurative meaning of the word “Spring” it may refer to the beginning of a custom-made destiny, with the intent of exploiting the Arab peoples. As it’s entitled, “Who lies to whom?”hereis a real set of issues to which we should respond as a priority. Therewith,Iletmy“objects”speak;theymaybemoreexplicit,becausenowadayswords are blunt and roundabout, in spite of their exactness and their beauty. Qui ment à qui ?, Installation, technique mixte, dimensions variables, 2014. Qui ment à qui ?, Installation, mixed medias, variables dimensions, 2014. 48
  • 34. YOUCEF KRACHE La série ici proposée, intitulée Vitrines, contient une suite de photographies mettant en scène un cadre particulier : une façade de bus. Ce dispositif cristallise des corporalités fugaces et à priori banales. Néanmoins, une fois saisies, se mêle une dilatation du temps à une acuité exacerbée pour restituer la complexité de la moindre de ces postures. Se superpose à ce premier effet, un second, celui de la mise en évidence du regard des voyageurs et de ce qu’ils regardent ; champ et le contre-champ se donnent la main sur une seule surface, la flèche et la cible se tutoient avant que la première n’atteigne la seconde. Entre les passagers qui regardent et le point où se posent leurs regards — éléments présents tout deux dans le cadre — se glisse un écho lointain : l’attente, temporalité inhérente au voyage immobile et à une perte recherchée. Les formes, les volumes, les corps dès lors sont les témoins de cette errance. Here is a series of photographs entitled “Vitrine” depicting a side of a bus, this series catches and freezes usual and impermanent corporeality, but once captured, come to mingle a time dilation and an extreme sensitivity which restore the whole complexity of those photos. In addition to this first effect, comes the stress on the traveler’s eyes and on what they are looking at. The shot joins the reverse shot on the same surface. Between the passengers and where their eyes come to rest, there is a far-end echo, an endless waiting and a temporality inherent to the motionless trip, therefore, shapes, volumes and bodies are the witnesses of this wandering. Vitrines, Série de 12 photographies, tirage numérique sur papier, 12 x (70x45) cm, 2013-2014. Vitrines, Suite of 12 photographies, print on paper, 12 x (70x45) cm, 2013-2014. 52
  • 35. 54
  • 36. 55
  • 37. MOURAD KRINAH « Tu es poussière et tu retourneras à la poussière. » La série « Dust » est une réflexion sur le pouvoir, la richesse et la célebrité, dans la tradition picturale séculaire des « Memento Mori ». Une mise en scène des grands de ce monde dans tout l’apparat de leur puissance qui restera pourtant éphémère et passagère. “Dust you are and to dust shall you return” This series is a reflection about the power, the fortune and the celebrity, in the secular pictorial tradition of “Memento Mori”. It is a presentation of the illustrious of this world in all their trappings of power, which is however ephemeral and brief. Dust Warhol I, II, III, Tryptique, tirage numérique sur papier, 3 x (100x140) cm, 2014. Dust Warhol I, II, III, Tryptic, print on paper, 3 x (100x140) cm, 2014. 56
  • 38. FELLA TAMZALI-TAHARI Mes peintures sont des scènes où prennent place des figures qui s’opposent. Celles-ci sont des archétypes, des représentations de types sociaux : « la Femme », « l’homme », « l’enfant », « le Chien ». Le décor choisi pour ces figures est un espace intérieur assimilable à un espace domestique. L’effet recherché est celui d’une certaine étrangeté due à l’opposition des figures dans ce lieu a priori familier et rassurant de la maison. Par sa forme, le décor met en tension l’espace de la toile pour en faire celui de la scène. Lumière et ombre dramatisent l’ensemble. La couleur, qu’en général je veux « sourde », participe à l’atmosphère tendue de la scène. Ainsi, par la conjugaison des différents éléments qui entrent dans la composition et qui représentent les figures, la scène du tableau est dressée. Dès lors, une histoire peut s’esquisser, se deviner, car, s’il y a histoire, celle-ci est ouverte à toutes les interprétations. My paintings are scenes where we can see opposing characters;they represent the woman, the man, the child, the dog. The selected scenery for those characters bears a resemblance to a home space. The intended effect is a particular oddness due to the opposition between those characters in this familiar and soothing home space. By its form; the scenery uses the canvas size as its own space. The light and the shadow dramatize the scene, and the colours, generally “muted”, contribute in the atmosphere tense of the scene. With the combination of all those elements; the painting scene is set and a story is created or guessed; because, if there is a story, it’s up to the viewer’s imagination to conceive it. Duo, Acrylique sur toile, 93x93 cm, 2012. Trio, Acrylique sur toile, 85x93 cm, 2012. Duo, Acrylic on canvas, 93x93 cm, 2012. Trio, Acrylic on canvas, 85x93 cm, 2012. 60
  • 39. 62
  • 40. 63
  • 41. MERIEM TOUIMER Au milieu du brouhaha qui m’accompagne, en marchant au long de la Médina, vient s’interposer une multitude de sons et de mélodies, du Coran au Rap en passant par des chansons populaires tunisiennes. Le paysage visuel est tout aussi riche et varié, des images et des signes qui m’appellent et m’interpellent. Éléments relevant de la sphère publique et privée à la fois, tant de la mémoire individuelle que collective, me content la Médina, me racontent Sfax, entre le passé et le présent, le sacré et le profane, le local et le global. Ce travail a été réalisé dans le cadre du PROJET SFAX, 1ère Résidence Euromaghrébine de Photographes. Un projet financé par la Délégation de l’Union européenne en Tunisie. Amidst the hubbub which was accompanying me while walking in the Medina, comes to mingle a plurality of sounds and melodies; from Qur’anic recitation to Rap songs and Tunisian popular songs. The visual scenery is rich and various, mass of images and signs called me and speak to me, all those elements, which are components of the public and the private sphere simultaneously, of individual and collective memory; were telling me the story of the Medina and Sfax, between past and present, between the sacred and the profane, between the local and the global. This work was created as part of the PROJECT SFAX, 1st Euro-Maghreb residence of photographers; a project funded by the European Union Delegation in Tunisia. Reflets, Série de 08 photographies, tirage numérique sur papier, 8 x (30x40) cm, 2013. Reflets, Suite of 08 photographies, print on paper, 8 x (30x40) cm, 2013. 65
  • 42. 66
  • 43. 67
  • 44. SOFIANE ZOUGGAR « La mémoire collective se nourrit à partir d’images et d’événements partagés. » (Abbderrahmane Moussaoui) Comme il est communément admis, la mémoire collective et personnelle a une dimension intrinsèquement sociale et implique un processus de collaboration visant à confirmer ou renforcer certains éléments cruciaux enracinées dans le passé et de mener une mémoire commune. Le contexte dans lequel il joue des œuvres d’acquisition d’image, le vocabulaire et histoires vécues pour créer un visuel qui présentera une partie de notre histoire qui est en voie d’oubli, ce visuel qui existait auparavant comme une pensée sociale, individuelle ou collective, bien caché dans nos esprits. «The collective memory is nourished by shared images and events.» (Abbderrahmane Moussaoui) As widely agreed, the collective and personal memories have an inherent social dimension, and enclose a process of collaboration that aims to uphold or strengthen some crucial elements deeply rooted in the past, and lead to a common memory. The images, the vocabulary and the stories that have been lived create a visual that will present a part of our history that is being forgotten, this visual was here before, well hidden in our mind, as a social thought, whether individual or collective. Sans titre, Tryptique, tirage numérique sur papier, 3 x (140x100) cm, 2014. Sans titre, Tryptic, print on paper, 3 x (140x100) cm, 2014. 68
  • 45. 70
  • 46. 71
  • 47. WALID AÏDOUD Né en 1979. Vit et travaille à Alger. Diplômé de l’École supérieure des Beaux- arts d’Alger, option Design aménagement, il est enseignant à l’École régionale des Beaux-arts de Tipaza. Membre fondateur du collectif Box 24 et chargé de coordination d’Artifariti (rencontres internationales d’art aux Territoires libérés du Sahara occidental). Il a participé à plusieurs événements artistiques (expositions, rencontres internationales, biennales), ainsi qu’à de nombreux workshops (photographie, vidéo, sculpture, etc.). WALID AÏDOUD Born in 1979, in Algiers, where he lives and works. Graduated in Design & Planing from the Algiers Superior School of Fine Arts. Presently he teaches at the Regional Superior School of Fine Arts of Tipasa. He’s a founding member of “Box24” and a coordinator of “Artifariti” (International art encounters in the Western Sahara liberated territories). He participated to several artistic events (Exhibitions, international encounters, biennials and many workshops on photography, filming, sculpting…). 72 BIOGRAPHIES DES ARTISTES ARTISTS BIOGRAPHIES
  • 48. MAYA BEN CHIKH EL FEGOUN Née en 1988 à Constantine. Vit et travaille à Alger. elle est diplômée de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger (2013). Son mémoire explore l’univers mythique d’El Ghoula / l’Ogresse, pour en faire une série de peintures, traitant des thèmes tels que la laideur, la beauté, le crime et la manipulation, la bêtise et l’entêtement, le désir ou le fantasme. Son travail pictural est un mélange entre réalité dramatique tirée du quotidien et un imaginaire fantastique s’approchant de l’univers des contes et des histoires. MAYA BEN CHIKH EL FEGOUN Born in 1988, in Constantine, she presently lives and works in Algiers. Graduated in 2013, from Algiers the Superior School of Fine Arts, her thesis explores the world of El-Ghoula “the ogress” and inspires her series of paintings about the beauty and the ugliness, the crime and the manipulation, the foolishness and the obstinacy, the desire and the phantasm. Her paintings are a mix of tragic reality and fantastic imagination at the edge of a world of tales and stories. HICHAM BELHAMITI Né en 1980 à Mostaganem où il vit et travaille. Diplômé de l’École régionale des Beaux- arts de Mostaganem, spécialité Peinture et de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger, spécialité Sculpture. il occupe aujourd’hui le poste d’enseignant à l’École régionale des Beaux-arts de Tlemcen. il expose régulièrement ses œuvres : Artifariti (Sahara occidental 2009, 2010 et 2013) ; « Picturie générale », espace Artissimo (Alger 2013). Sa dernière exposition, « Points-Sutures », s’est tenue au Box 24 à Alger, fin 2013. http://hichambelhamiti.jimdo.com/ HICHAM BELHAMITI Born in 1980, in Mostaganem, where he lives and works. Graduated in sculpture from the Regional Superior School of Fine Arts of Mostaganem, he actually teaches at the Regional Superior School of Fine Arts of Telemcen. He regularly exposes his artworks: Artifariti in 2009, 2010 & 2013; Picturie Genrale; Artissimo in 2013; his latest exhibition was at Box24 by the end of 2013. http://hichambelhamiti.jimdo.com/ 73
  • 49. ZINEDDINE BESSAÏ Né en 1985, vit et travaille à Alger. Diplômé de l’École Supérieure des Beaux- arts d’Alger en Design graphique. Il a participé à de nombreuses expositions an Algérie et à l’étranger dont « Le noir et le bleu. Un rêve méditerranéen », MUCEM (Marseille, 2013) ; le FIAC 2011, Mama (Alger) ; « New Cartographies: Algeria- France-UK », galerie Corner House (Manchester) ; 2e festival Panafricain d’Alger (Alger, 2009), XIIIe édition de la Biennale des jeunes créateurs d’Europe et de la Méditerranée à Bari (Italie, 2008)… www.zineddineb.tumblr.com ZINEDDINE BESSAÏ Born in 1985, lives and works in Algiers. Graduated in Graphic design from the Algiers Superior School of Fine Arts. He participated in many exhibitions in Algeria and abroad, such “Le noir et le bleu : un rêve méditerranéen – Black & Blue : Mediterranean Dream” in Marseilles 2013, FIAC (International Contemporary Art Fair) in the Algerian National Museum of Modern and Contemporary Art 2011, “New Cartographies : Algeria-France-UK”, Gallery Corner House in Manchester, 2nd Pan-African Festival of Algiers in 2009, 13th edition of the Biennial of Young Artists from Europe and the Mediterranean in Bari (Italy). www.zineddineb.tumblr.com 74 ADEL BENTOUNSI Né en 1982 à Annaba où il vit et travaille. Il a étudié à l’École régionale des Beaux- arts de Annaba. Il a participé à plusieurs expositions dont « Picturie générale II » La Baignoire (Alger, 2014) ; « Picturie générale », espace Artissimo (Alger, 2013) ; « k », exposition personnelle à l’institut français de Annaba (2013) ; la 2e Biennale méditerranéenne d’art contemporain (Oran 2012) ; exposition personnelle à la salle Aladin (Annaba, 2012) ainsi que d’autres manifestations en Algérie et à l’étranger. ADEL BENTOUNSI Born in 1982, in Annaba, where he lives and works. He studied at the Regional Superior School of Fine Arts of Annaba, he participated in many exhibitions as Picturie Générale II (La Baignoire, Algiers 2014), Picturie Générale (Artissimo, Algiers 2013), 2nd Mediterranean Biennial of Contemporary Art (Oran 2012), Solo exhibition at the Institut Français of Annaba (2013), Solo exhibition at the Aladin performance hall (Annaba 2012), and many other demonstrations in Algeria and abroad.
  • 50. FATIMA CHAFAA Née à Alger où elle vit et travaille. elle a étudié à l’École des Beaux-arts d’Alger. Elle a reçu le Prix de la fondation Asselah (2006) ; Médaille de bronze (exposition « grains de femmes tourmentées »). Grand prix du Président de la république « Prix Ali Maâchi du jeune créateur » (2008). Fatima Chafaa expose régulièrement en Algérie (Mama, Musée des Beaux-arts, Festival panafricain, galerie racim, Bastion 23, galerie Baya,etc.) et à l’étranger : Le Mois de l’international « Consul’Art », pavillon M (Marseille capitale européenne de la culture 2013) ; baktash & Fatima, AB galerie (Suisse 2012) ; « Family unity is the unity of the world: ekaterinbourg Art Foundation » (Moscou 2011). FATIMA CHAFAA Born in Algiers, where she lives and works, she attended the Algiers Superior School of Fine Arts. She was awarded the bronze medal of the ASSELAH Foundation, in 2006, for her exhibition “Grains de femmes tourmentées – Tormented women”, and received the President of the Republic’s Ali Maachi prize for young creative people, in 2008. Fatima CHAFAA exhibits regularly in Algeria (MAMA, National Museum of Fine Arts, PanAf Festival, Racim Gallery, Bastion 23, Baya Gallery…), and abroad “Consul’Art” Pavilion M (Marseilles, European Capital of Culture), Baktach & Fatima (Gallery AB, Switzerland, 2012), “Family unity is the unity of the world: Ekaterinbourg Art Foundation – Moscow 2011). WALID BOUCHOUCHI Né en 1989. Vit et travaille à Alger. Diplômé de l’École supérieure des Beaux- arts d’Alger, option Design graphique. Il a participé à l’exposition « Picturie générale II », La Baignoire (Alger 2014) ; « Akakir », Institut français (Tlemcen 2013) ; « Crossways/El Multaqa », Leighton house Museum (Londres 2013) ; « YAA », galerie Talmart (Paris 2013) ; « Picturie générale », espace Artissimo (Alger 2013) ; 6e édition d’Artifariti (Tindouf 2012) ; « Médias, Détournement et récupération », exposition du workshop animé par Mourad krinah au Box 24 (Alger 2012) ; « Je Palestine », Bergson&Jung (Alger 2009). WALID BOUCHOUCHI Born in 1989, lives and works in Algiers. Graduated in Graphic design from the Algiers Superior School of Fine Arts, he participated in the exhibition called “Picturie Générale II” (La Baignoire, Algiers 2014), “Akakir” in l’Institut Français of Telemcen in 2013, “Crossways – El Moultaqa” Leighton House Museum (London, 2013), “YAA” Talmart Gallery (Paris, 2013), “Picturie Générale” (Artissimo, Algiers 2013), 6th edition of Artifariti (Tindouf, 2012), “Médias; détournement et récuperation – Media, rerouting & recuperation” show presented by Mourad Krinah in the BOX24 (Algiers, 2012), “Je Palestine – I Palestine” Bergson&Jung (Algiers, 2009). 75
  • 51. NABILA KALACHE Après ses études à l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger, achevées en 1998, Elle se lance dans un premier temps dans l’aménagement d’espaces privé et public, décors de plateau d’émission de télévision, de publicités, scénographie. Puis elle se consacre à la création de mobilier, elle a conçu la chauffeuse « MOM », le tabouret « ZWIN », des tapis,etc. Elle se plait à partager des projets et des médiums avec des artisans et autres plasticiens : « Paroles Muettes » ; workshop avec des artisans : « Tapis Trace 0 » ; « Fantasmagories de la chair », une série de 12 photographies. « Designer en instance d’être », elle continue à être curieuse. Sa vision des choses évolue au grès des opportunités, des choix et des rencontres qui s’offrent à elle. NABILA KALACHE After achieving studies at the Algiers Superior School of Fine Arts, in 1998, she get into designing and managing public and private spaces, stage setting for advertisement and TV shows, scenography, and then she starts conceiving and creating all kinds of furniture such as the fireside chair “MOM”, the footstool “ZWIN”, carpets and other artworks in progress. She likes to share projects and mediums with other artisans and plastic artists in varied environments like “Paroles muettes – Silent words”, workshop with artisans “the carpet Trace O”. “Fantasmagories de la chair – Flesh phantasmagoria’s” a series of 12 photography... 76 MEHDI DJELIL Né en 1985 à Makouda. Vit et travaille à Alger. Il est diplômé de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger. il a exposé à la « Picturie générale II », La Baignoire (Alger 2014) ; « Picturie générale », espace Artissimo (Alger 2013) ; à la 2e Biennale d’art contemporain (Oran 2012) ; à l’exposition « Alger demain », 59 rivoli et Centre culturel algérien (Paris 2011) ; à la 6e Biennale des Arts de la ville de Tunis (Tunis 2010) ; à la Semaine culturelle de l’Algérie à Moscou (2010) ; ainsi qu’à l’hommage à Abd el hamid Benzine, Frantz Fanon (Alger 2010) et au 2e Festival panafricain, ESBA (Alger 2009). Par ailleurs, il a monté une exposition individuelle, « Bardi, dessin contemporain » au Box 24, Alger 2012 et une autre à l’Institut français d’Alger la même année. MEHDI DJELIL Born in 1985 in Makouda, he lives and works in Algiers. Graduated from the Algiers Superior School of Fine Arts, he participated in “Picturie Génrale II” (La Baignoire, Algiers 2014), “Picturie Générale” (Artissimo, Algiers 2013), 2nd Mediterranean Biennial of Contemporary Art (Oran, 2012), “Alger demain – Algiers tomorrow” (59 Rivoli & Algerian Cultural Center, Paris 2011), 6th City Art Biennial of Tunis (Tunisia, 2010), Algerian Culture Week (Moscow 2010), the ceremony in tribute to Abdelhamid Benzine (Algiers, 2010), 2nd Pan-African Festival of Algiers in 2009, in addition his has a solo exhibition entitled “Bardi, Dessin Contemporain – Bardi, Contemporary Drawing” (Box24, Algiers 2012) and another one in the same year at the Institut Français of Algiers.
  • 52. YOUCEF KRACHE Né en 1987 à Constantine, vit et travaille à Alger. Diplômé de l’École nationale supérieure du tourisme, il voyage régulièrement à l’intérieur de l’Algérie afin de découvrir sa diversité. Influencé par le cinéma occidental et iranien, il collabore à la réalisation du film « Bir d’Eau » de Djamil Belloucif en Algérie. Il a participé à l’exposition collective lors des Salons de la photographie insolite (Alger 2012 et 2013). Au Festival international de la bande dessinée et lors du Salon international du livre (Alger 2013). YOUCEF KRACHE Born in 1987 in Constantine, he lives and works in Algiers. Graduated from the National Tourism School, he regularly travels through Algeria to discover its diversity. He’s influenced by the western and Iranian cinema; he assists in the making of the film “Bir d’eau”, in Algeria, by Djamil Belloucif. He participated in the collective exhibition at the Odd Photography Fair (Algiers, 2012 & 2013), the International Comic Strip Festival and Algiers International Book Fair (Algiers, 2013). RAFIK KHACHEBA Né en 1977 à Alger où il vit et travaille. il obtient un D.E.S.A, option Sculpture de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger, en 2008. en 2012, il obtient un magistère en « Art et sciences de l’art » après avoir présenté un mémoire portant sur la présence de l’art dans l’espace public de la ville d’Alger. Parallèlement à ses études, il a exposé ses travaux à de nombreuses reprises depuis son accès à l’ESBA d’Alger, où il enseigne actuellement. RAFIK KHACHEBA Born in 1977 in Algiers where he lives and works. He obtains his diploma in applied studies in Sculpture from the Algiers Superior School of Fine Arts, in 2008. In 2012 he obtains a masters degree in fine arts with a thesis about the presence of art in the public spaces of the city of Algiers. Besides his studies, he exhibits his artworks on several occasions since he access the Algiers Superior School of Fine Arts, where he teaches nowadays. 77
  • 53. FELLA TAMZALI-TAHARI Née en 1971 à Alger où elle vit et travaille. elle est diplômée de l’École d’Architecture d’Alger (1995) et de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger, spécialité Peinture (2013). elle a présenté en collaboration avec Walid Drouche une performance intitulée « Tableau vivant » à l’occasion d’une soirée de gala organisée par l’association Wassyla à l’hôtel Sofitel (Alger 2010). elle a aussi participé à « Picturie générale II », La Baignoire (Alger 2014) et à une exposition collective à la galerie Gaya avec une sculpture textile (Alger 2010). FELLA TAMZALI-TAHARI Born in 1971 in Algiers, where she lives and works. In 1995, she graduated from the School of Architecture of Algiers, and from the Algiers Superior School of Fine Arts, in 2013. She exhibits, in collaboration with Walid Drouche, a performance entitled “Tableau Vivant – Living Painting” during a gala held in the Sofitel Hotel and organized by Wassyla Foundation (Algiers, 2010), she also participated in “Picturie Générale II” (La Baignoire, Algiers 2014), participated with a textile sculpture in a collective exhibition at the gallery Gaya (Algiers, 2010). 78 MOURAD KRINAH Né en 1976 à Alger où il vit et travaille. Diplômé de l’École supérieure des Beaux- arts d’Alger en Design graphique (2006). il est membre fondateur du collectif Box 24, créé en 2008. Il est co-commissaire des expositions « Picturie générale I & II », espace Artissimo (Alger 2013) et la Baignoire (Alger 2014). Il a exposé à « Designers algériens », IMA (Paris 2012) et Bastion 23 (Alger 2013) ; « Newsfeed », MoCADA (New York 2012) ; 2e Biennale méditerranéenne d’art contemporain (Oran 2011) ; « identités », galerie Racim (Alger 2011) ; 2e Festival culturel panafricain d’Alger (2009) ; Biennale des jeunes créateurs d’europe et de la Méditerranée, (Bari 2008). MOURAD KRINAH Born in 1976 in Algiers, where he lives and works. Graduated in Graphic design from the Algiers Superior School of Fine Arts, in 2006, and he is a founding member of Box24 created in 2008. He is co-curator of “Picturie Générale I & II” (Artissimo 2013 & La Baignoire 2014). He participated in the exhibition at “Algerian Designers”, IMA (Paris, 2012) and Bastion 23 (Algiers, 2013), “Newsfeed” at the Museum of Contemporary African Diasporan Arts (New York, 2012), 2nd Mediterranean Biennial of Contemporary Art (Oran 2012), “Identités” at Racim Gallery (Algiers, 2011), 2nd Pan- African Festival of Algiers in 2009, the Biennial of Young Artists from Europe and the Mediterranean in Bari (Italy, 2008).
  • 54. SOFIANE ZOUGGAR Né en 1982 à khemis Miliana. Vit et travaille à Alger. Il est diplômé de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger. Il était l’un des artistes invités en résidence à la Villa romana de Florence (2013) ; a participé à « Picturie générale II », La Baignoire (Alger 2014) ; « Picturie générale », Artissimo (Alger 2013) ; la 1ère Exposition internationale de jeunes artistes à Nottingham (2012) ; à la 2e Biennale méditerranéenne à Oran (2012) et à l’exposition N’50iw à l’espace Box 24 (Alger 2012). http://zouggar-sofiane.blogspot.com/ SOFIANE ZOUGGAR Born in 1982 in Khemis Miliana, he lives and works in Algiers, graduated from the Algiers Superior School of Fine Arts. He was among the artists invited to the Villa Romana in Florence, in 2013, he participated in “Pictureie Générale II” (La Baignoire, Algiers 2014), “Picturie Générale I” (Artissimo, Algiers 2013), World Event Young Artists (Nottingham, 2012), 2nd Mediterranean Biennial of Contemporary Art (Oran 2012), an exhibition entitled “n’50iw” at the Box24 (Algiers, 2012). http://zouggar-sofiane.blogspot.com/ MERIEM TOUIMER Née en 1989 à Alger où elle vit et travaille. Elle est diplômée en 2013 de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger où elle a suivi une formation en Design graphique. Elle a participé à des expositions, festivals et résidences en Algérie et à l’étranger : « Picturie générale II », La Baignoire (Alger) ; « Algérie regard architectural », exposition de photographies (Tlemcen) ; « Ouverture », exposition individuelle à La Pérouse ; festival « Visa pour l’image » (Perpignan) ou encore la première résidence photographique euro- méditerranéenne à Sfax (2013). MERIEM TOUIMER Born in 1989 in Algiers, where she lives and works. She graduated, in 2013, from the Algiers Superior School of Fine Arts in Graphic design. She participated in several exhibitions, festivals and artist-in-residence programs, in Algeria and abroad; “Picturie Générale II” (La Baignoire, Algiers 2014), “Algérie, regard architectural – Architectural vision of Algeria” photography exhibition in Telemcen, “Ouverture - Opening” solo exhibition at la Pérouse, the festival “Visa pour l’image – Visa for photography” in Perpignan, and her first artist-in- residence program for Euro-Mediterranean photography in Sfax (Tunisia, 2013). 79
  • 55. Achevé d’imprimer en avril 2014, sur les presses de l’imprimerie OW, Édition et Communication, 1, rue Xavier Capolani, Alger, Algérie.