• Like
  • Save
Rapport de diagnostic
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Rapport de diagnostic

on

  • 5,962 views

 

Statistics

Views

Total Views
5,962
Views on SlideShare
5,943
Embed Views
19

Actions

Likes
3
Downloads
361
Comments
1

4 Embeds 19

http://localhost 9
http://192.168.1.71 8
http://41.92.39.139 1
http://81.192.103.112 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

11 of 1

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • http://jardinamira.wix.com/jardinamira
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rapport de diagnostic Rapport de diagnostic Presentation Transcript

    • ROYAUME DU MAROC Ministère de lHabitat, de lUrbanisme et de lAménagement de lEspace Agence Urbaine et de Sauvegarde de Fès PLAN VERT DE LA VILLE DE FES Rapport de diagnostic version définitive (deuxième phase du marché 01/2006) Octobre 2008Groupement ENATES, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Sciences Dhar El Mehraz B.P 1796 ATLAS FES 1
    • Table de matièresPréambule .................................................................................................................................................................................................... 5Rappel de la problématique .......................................................................................................................................................................... 7I. Introduction ................................................................................................................................................................................................ 8 1. Typologie des espaces verts de la ville de Fès ................................................................................................................................. 9 2. Rôle des espaces verts ................................................................................................................................................................... 12II. Analyse du territoire étudié ..................................................................................................................................................................... 14 A. Analyse historique des évolutions et des actions antérieures ............................................................................................................. 14 1. Historique : morphologie des espaces verts et croissance urbaine ................................................................................................. 14 1. 1. L’organisation urbaine traditionnelle ..................................................................................................................................... 14 1. 2. Espaces verts dans l’urbanisation coloniale (1912-1956)..................................................................................................... 17 1. 3. De lindépendance du Maroc à aujourdhui........................................................................................................................... 18 2. Rapport entre l’évolution de la surface urbaine et l’évolution démographique de Fès de 1900 à 2004 ........................................... 19 1. Evolution des normes ...................................................................................................................................................................... 21 2. Les différents documents d’urbanisme relatifs aux espaces verts :..................................................................................................... 21 3. Les espaces verts prévus par les documents d’urbanisme de la ville de Fès.................................................................................. 24 3. 1. Les propositions du SDAU au niveau des espaces verts ..................................................................................................... 24 3. 2. Les propositions des PA au niveau des espaces verts par arrondissements ....................................................................... 30 C. Les réalisations................................................................................................................................................................................... 36 1. Les espaces verts réalisés par la ville de Fès ................................................................................................................................. 36 2. Les actions de sensibilisation réalisées sur le thème de l’environnement ....................................................................................... 40 3. Evaluation de la réglementation des espaces verts à travers l’étude des documents d’urbanisme................................................. 40 3. 1. Un déséquilibre urbanistique tributaire d’une pression démographique trop importante ...................................................... 40 3. 2. Des dysfonctionnements politique et réglementaire ............................................................................................................ 42 3. 3. Des problèmes d’application des lois et documents d’urbanisme......................................................................................... 43 3. 4. Des problèmes liés aux usages et perception des espaces verts ....................................................................................... 44 3. 5. Le problème de la pollution et du manque de ressource en eau .......................................................................................... 46 3. 6. Foncier : Les dysfonctionnements économiques et fonciers : .............................................................................................. 48 3. 7. Financement et gestion ........................................................................................................................................................ 49 D. Analyse géographiques du territoire étudié ........................................................................................................................................ 55 1. Données géographiques et physiques générales ............................................................................................................................ 55 1
    • 2. Données statistiques : croissance démographique.......................................................................................................................... 55 3. Les différents réseaux, les principales infrastructures ..................................................................................................................... 59 3. 1. Le réseau routier .................................................................................................................................................................. 59 3. 2. Le réseau d’assainissement ................................................................................................................................................. 60 4. Le zonage et le cadre de la planification.......................................................................................................................................... 60 E. Analyse de l’environnement naturel .................................................................................................................................................... 62 1. Les composantes physiques ........................................................................................................................................................... 62 1. 1. Cadre géologique et morphologie......................................................................................................................................... 62 1. 2. Hydrologie ............................................................................................................................................................................ 62 1. 3. Lithologie .............................................................................................................................................................................. 65 2. Les contraintes ................................................................................................................................................................................ 65 2. 1. Sismicité ............................................................................................................................................................................... 65 2. 2. Inondations ........................................................................................................................................................................... 66 2. 3. Glissements de terrains ........................................................................................................................................................ 67 3. Desserte des espaces verts ............................................................................................................................................................ 67 4. Le végétal comme élément structurant............................................................................................................................................ 67III. Etat des lieux spécifiques : diagnostic général par Arrondissement ...................................................................................................... 68 A. Diagnostic général .............................................................................................................................................................................. 69 1. Les jardins ....................................................................................................................................................................................... 69 1. 1. Types de jardins ................................................................................................................................................................... 69 1. 2. Répartition des jardins entre arrondissement ....................................................................................................................... 69 1. 3. Superficies des jardins.......................................................................................................................................................... 70 1. 4. Etat d’entretien ..................................................................................................................................................................... 70 1. 5. Niveau de sécurité dans les jardins ...................................................................................................................................... 71 2. Forêts et coulées vertes .................................................................................................................................................................. 73 4. Les plantations d’alignement ........................................................................................................................................................... 77 5. Ratio d’espace vert par habitant ...................................................................................................................................................... 78 B. Diagnostic spécifique par arrondissement .......................................................................................................................................... 80 1. Arrondissement de Saïss................................................................................................................................................................. 80 1.1. Données générales sur l’arrondissement .............................................................................................................................. 80 1. 2. Enjeux pour le Plan vert........................................................................................................................................................ 80 1. 3. Projets d’espaces verts dans le plan d’aménagement.......................................................................................................... 81 1.4 Etat des lieux des espaces verts dans l’arrondissement ........................................................................................................ 81 1. 5. Décomposition par quartiers................................................................................................................................................. 84 2
    • 1. 6. Contraintes et atouts............................................................................................................................................................. 88 2. Arrondissement de Zouagha ........................................................................................................................................................... 89 2. 1. Données générales sur l’arrondissement ............................................................................................................................. 89 2. 2 Enjeux pour le plan vert ........................................................................................................................................................ 89 2. 3. Projets du plan d’aménagement ........................................................................................................................................... 90 2.4. Etat des lieux des espaces verts dans l’arrondissement ....................................................................................................... 91 2. 5. Décomposition par quartiers................................................................................................................................................. 94 2. 6. Contraintes et atouts............................................................................................................................................................ 97 3. Arrondissement des Mérinides ........................................................................................................................................................ 98 3. 1. Données générales sur l’arrondissement ............................................................................................................................. 98 3. 2. Enjeux pour le plan vert ........................................................................................................................................................ 98 3.3. Etat des lieux des espaces verts dans l’arrondissement ....................................................................................................... 99 3. 4. Décomposition par quartiers.............................................................................................................................................. 101 4. Arrondissement dAgdal................................................................................................................................................................. 106 4. 1. Données générales sur larrondissement ........................................................................................................................... 106 4. 2. Enjeux pour le plan vert ..................................................................................................................................................... 107 4.3. Etat des espaces verts dans l’arrondissement : .................................................................................................................. 107 4. 4. Décomposition par quartiers............................................................................................................................................... 111 4. 5 Contraintes et atouts............................................................................................................................................................ 121 4. 7 Espaces potentiellement aménageables ............................................................................................................................. 121 5. Arrondissement Mechouar-Fès Jdid .............................................................................................................................................. 122 6. Arrondissement Fès Médina.......................................................................................................................................................... 123 7. Arrondissement Jnan El Ouard...................................................................................................................................................... 123IV. Etat de santé des végétaux de la ville de Fès ..................................................................................................................................... 134 1. Facteurs naturels abiotiques ............................................................................................................................................................. 134 1. 1. Climat ..................................................................................................................................................................................... 134 1. 2. Facteurs pédologiques .......................................................................................................................................................... 135 2. Facteurs anthropozoïques ............................................................................................................................................................. 135 2. 1. Facteurs édaphiques .......................................................................................................................................................... 135 2. 2. Pollution atmosphérique ..................................................................................................................................................... 135 2. 3. Tuteurage ........................................................................................................................................................................... 136 2. 4. Feu ..................................................................................................................................................................................... 136 2. 5. Braconnage ........................................................................................................................................................................ 136 2. 6. Mauvaise taille.................................................................................................................................................................... 137 3
    • 2. 7. Plantes envahissantes........................................................................................................................................................ 137 3. Facteurs biotiques naturels............................................................................................................................................................ 137 3. 1 Champignons ...................................................................................................................................................................... 138 3. 2. Bactéries............................................................................................................................................................................. 140 3. 3. Les ravageurs..................................................................................................................................................................... 140V. Analyse socio-économique relative aux espaces verts ........................................................................................................................ 144 1. Le personnel : ................................................................................................................................................................................ 144 2. La Commune Urbaine :.................................................................................................................................................................. 144 3. La population ................................................................................................................................................................................. 145 3. 1. Jardins les plus fréquentés..................................................................................................................................................... 146 3. 2. Les raisons de la fréquentation des jardins ............................................................................................................................ 147 3. 3. Avis de la population .............................................................................................................................................................. 147 E. Conclusion et perspectives ............................................................................................................................................................... 151 ANNEXES 1 : Cartes............................................................................................................................................................................. 152 ANNEXES 2 .......................................................................................................................................................................................... 152 4
    • PréambuleL’Agence Urbaine et de Sauvegarde de Fès a engagé l’Appel d’Offre n°01/2006 relatif à l’étude d’élaboration d’un plan vert de la ville deFès et d’une étude de faisabilité du Parc Oued Mehraz.Cette mission a été confiée à un groupement d’enseignants chercheurs universitaires et de professionnels de l’Unité de Formation et deRecherche en domaine de l’Environnement, Aménagement du Territoire et Société (ENATES), de l’Université Sidi Mohamed BenAbdellah.Dans le cadre de l’Appel d’Offres et de la réponse du groupement, une première étape a été consacré à la méthodologie de l’étude, ladeuxième étape consiste à fournir un diagnostic détaillé et précis des espaces verts et du futur parc de Oued El Mehraz.Cette étape consiste en la production d’un rapport de diagnostic, ce rapport a visé, des analyses du diagnostic proprement dit,Ce diagnostic est fourni en deux volumes, le premier relatif au plan vert de Fès et le deuxième concerne l’étude de faisaibilité du parc deOued el Mehraz, il consiste à élaborer :Le diagnostic physique et environnemental du territoire.La mise en évidence du jeu d’acteurs et du contexte administratifL’inventaire des espaces verts de la ville (quantitatif et qualitatif) dans le but d’établir un classement (public, urbain, péri-urbain, rural,espace de loisir aménagé, non-aménagé, forme, superficie, fréquentation, variété des essences, type d’utilisation, sécurité, niveau decaptage de la population…), cet inventaire a permis de fournir une banque de donnée sous format Excel de tous les espaces vertspubliques dont la typologie a été définie au préalable.Le support cartographique détaillé interactif (sous format map info), permettant d’élaborer une banque de données (SIG)L’inventaire botanique des principales espèces végétales qui constituent les espaces verts de FèsL’analyse détaillée de l’état sanitaire de la végétation.La comparaison cartographique entre les prévisions du PA en domaine d’espaces verts et les réalisations.. 5
    • L’analyse des différents dysfonctionnements et obstacles rencontrés au niveau des espaces vertsCe diagnostic a mis en avant les atouts, les contraintes et les dysfonctionnements qui s’opèrent sur le territoire au niveau des espacesverts.Les informations ainsi dégagées permettront de déterminer les conditions de création, d’organisation, d’aménagement et de préservationdes espaces verts.Ce rapport de diagnostic a fait l’objet d’une réunion de concertation, avec le comité de pilotage, des recommandations ont été émises,l’ensemble de ces recommandations ont été satisfaites par le BET dans cette version finale du rapport. 6
    • Rappel de la problématique Malgré les nombreuse tentatives d’amélioration du cadre de la vie dans la ville de Fès, en montrant une réelle volonté des services publics de remédier au déficit accumulé, d’équiper les différents quartiers de la ville en espaces verts (surtout depuis le début des années 90), de nombreuses lacunes et défaillances peuvent néanmoins être citées : - Explosion démographique avec un contrôle urbain limité avec peu d’espaces verts aménagés par rapport au ratio national et aux normes internationales (10-15m²/habitants) et une répartition inégale par quartiers ; - Manque d’espaces verts de taille conséquente (grands parcs ou espaces verts de plus de 3 ha) et besoin de mise en cohérence entre la couronne verte, la trame verte de l’agglomération et son patrimoine architectural ; - Besoin de mise en valeur des éléments importants (artères principales, entrées de ville…), des réseaux hydrographiques et des éléments paysagers ; - Besoin de normalisations techniques générales et spécifiques pour l’aménagement des espaces verts de la ville et problème de gestion des espaces verts, notamment au niveau de l’apport en eau, du vandalisme et de l’insécurité couplé à un manque de personnel et de moyens appropriés.Il ressort de la réunion de ces différentes problématiques deux questionnements essentiels et généraux : Comment garantir l’équilibre entre espaces bâtis et espaces verts dans le but d’améliorer la qualité de vie deshabitants et la composante paysagère ? Comment mettre en place un plan vert et de gestion efficace des espaces publics pourpermettre un développement urbain cohérent et dynamique dans un esprit de développement durable ? Ainsi, l’élaboration duplan vert de la ville de Fès aura pour but de permettre un développement économique et urbain durable en garantissant uncadre de vie acceptable pour les habitants. 7
    • I. IntroductionFondée depuis plus de 12 siècles, la ville de Fès a connu des périodes de gloires jusqu’au 19ème siècle en étant la capitaleadministrative, économique et culturelle du Maroc. Troisième agglomération du Royaume, elle couvre une superficie qui dépasse les 10000 hectares pour une population de près d’un million d’habitants.A l’image de toutes les villes du Royaume, à partir des années 70, la ville a connu une poussée démographique due à l’accroissementnaturel et à l’exode rural qui a entraîné des mutations socio-économiques et culturelles profondes. Elle a également engendré ledéveloppement de l’habitat insalubre au détriment des zones de vergers et d’oliveraies, dégradant ainsi le milieu naturel environnant etle cadre de vie de la population.L’extension de la ville, sous une forme d’occupation irrationnelle (de 200 ha en 1900 à 10 000 ha en 2004), s’est accompagnée de fortesconcentrations de la population dans des quartiers périphériques (Ben souda, Zouagha, Aouinet El Hejjaj, El Borj, Jnanate,Montfleuri,…). Le paysage urbain s’en est trouvé fortement altéré et présente aujourd’hui un déséquilibre important en matière de densitéd’occupation et d’équipements, surtout en espaces verts et espaces de loisirs. A cet effet, le ratio de l’espace vert par habitant est trèsfaible, largement inférieur à la norme internationale qui se situe entre 10 et 15 m² par habitant. Néanmoins, dans l’arrondissement del’Agdal, ce ratio peut dépasser cette norme, ce qui montra la répartition déséquilibrée entre les différents arrondissements de la ville.Dans ce contexte, le Schéma Directeur de l’Aménagement Urbain (S.D.A.U) de Fès vise, entre autre, l’amélioration des conditionssanitaires et la protection de l’environnement de la ville. Il traduit ainsi la volonté d’améliorer le cadre de vie de la population. Dans cesens, il est spécifié que Fès, comme toutes les villes marocaines, doit, à terme, élaborer et valider un plan vert urbain.Le plan vert basé sur la notion de l’espace vert qui reste encore aujourd’hui une notion imprécise apparue avec l’urbanisation etl’augmentation des surfaces construites qui ont fait ressortir la nécessité de disposer d’espaces destinés à la détente. L’espace vert peutdésigner l’ensemble des espaces ouverts ou libres ou les espaces non bâtis, en général où la végétation domine.Les espaces verts du genre, « parcs et jardins » ont toujours été présents dans la ville de Fès depuis sa fondation, mais, bien quesouvent ouverts au public, ils ne constituaient pas des jardins publics, au sens contemporain du terme. A l’heure actuelle, les espacesverts proprement dits peuvent prendre des formes et occuper des superficies et des emplacements variables selon les besoins auxquelsils répondent, leur aire d’influence et la diversité du milieu urbain avoisinant.Divers types de classements des espaces verts sont possibles selon : 8
    • - la localisation (urbaine ou suburbaine) ;- leur superficie ;- leur degré d’aménagement ;- leur statut de propriété (public, privé, privé ouvert au public) ;- le type d’utilisateurs ;- la fréquentation (quotidienne, hebdomadaire, occasionnelle…) ;Le terme d’espace vert englobe désormais, les jardins publics, les voies plantées, les jardins d’enfants, les pépinières, les placesplantées, les coulées vertes, les ceintures vertes et les forêts périurbaines. On peut le définir comme étant un espace de superficievariable, boisé ou planté, assurant de nombreux rôles et destiné au repos, aux loisirs et aux activités culturelles et sportives. 1. Typologie des espaces verts de la ville de FèsLa typologie préconisée dans le rapport d’établissement s’avère inadaptée à la situation de la ville de Fès. Mais on peut retenir, pour lesclasser, certains critères relatifs à la superficie, à la localisation, au degré d’aménagement, à la fonction et à la valeur patrimoniale ouhistorique. Sans vouloir être exhaustif, nous avons adopté une typologie adaptée à la ville en se basant sur des caractéristiquesmajeures des types d’espaces verts rencontrés dans ou au voisinage de la ville de Fès, même si les définitions restent conventionnelles.Parc urbain :Un parc urbain, aussi connu sous le nom de parc municipal (en Amérique du Nord) ou d’espace ouvert (en Angleterre), est un parc quiest construit dans les villes et les autres collectivités locales en vue doffrir des loisirs et des espaces verts aux résidents et aux visiteursde la municipalité. Il se distingue du jardin public par le caractère naturel de son paysage et de sa végétation, par ses rares équipementset par sa superficie plus grande dépassant 10ha. Les parcs municipaux ont, pour caractéristiques communes, de comprendre des airesde jeux, des sentiers ou des chemins pour la randonnée, la course et lutilisation mixte, des pistes équestres, des terrains de sport et destoilettes publiques. A Fès, il n’y a pas encore d’espace vert de ce type mais la coulée verte Oued EL Mehraz se prête bien à un telaménagement 9
    • Jardin public : Un jardin (de lallemand " garten " signifiant "enclos") est un espace extérieur généralement clos où on y cultive et on yentretient différents types de plantes (ornementales, fruitières, légumes …etc.). Le jardin public est un espace vert urbain aménagé avecles outils de la ville, souvent un espace résiduel apparu après la construction d’équipements ou de logements. Le jardin public sedistingue du parc par le caractère construit de son paysage et de sa végétation. Sa superficie varie entre 5000 m2 et 2 à 3 ha.Lutilisation despèces végétales remarquables étrangères au lieu, parfois même exotiques, est une de ses caractéristiques, on y trouveune palette d’aménagement de paysages : plantations arborées et arbustives, circulation piétonne, bassin, fontaine, kiosque et mobilierurbain léger….En général, la composition d’un jardin public fait intervenir quatre structures distinctes : • Les allées promenades : ces larges voies sont bordées d’alignements d’arbres et de bancs. • Le réseau hydraulique : il est formé d’un ou plusieurs lacs reliés par des ruisseaux artificiels. • Les sentiers pittoresques : ils ont été dessinés pour faire découvrir les points de vues remarquables du jardin. Ils sont ponctués de ponts, grottes, belvédères. • Les lieux de rencontre : restaurants, kiosques à musique, salles de spectacle ou de jeu mais aussi roseraies ou parterres fleurisJardins d’enfants : C’est un lieu destiné aux enfants en âge préscolaire (dès 3 ans et jusqu’à leur scolarisation). Il permet à lenfant dedécouvrir la vie en collectivité. En principe, un jardin denfants accueille des enfants qui sont autonomes pour les besoins de la viequotidienne: manger, boire, aller aux toilettes. Il se distingue de lécole maternelle en accueillant des enfants plus jeunes, mais ce nest niune crèche ni une garderie. Ces espaces doivent donc offrir une qualité viable sur le plan de l’hygiène, de l’ombrage et de la sécurité.Les revêtements de sol sont légers. Un mobilier urbain minimum y est intégré : équipement pour jeux d’enfants, bancs, corbeilles,éclairage…etc.Jardin historique : Un jardin devient historique lorsque sa composition architecturale et végétale qui, du point de vue de l’histoire ou del’art, présente un intérêt public. Donc, un jardin ancien ou à l’ancienne n’est pas nécessairement un jardin historique. Les questions qu’ilfaut poser pour classer un jardin comme étant historique deviennent alors: Qu’est ce qui constitue la valeur patrimoniale d’un jardin?Quelle est sa valeur d’usage ? De quoi témoigne-t-il ? Comment en évaluer l’historicité ? En résumé, un jardin est classé monumenthistorique lorsqu’il est considéré important de le conserver dans le patrimoine national pour les souvenirs qui s’y rattachent ou pour sa 10
    • valeur artistique. A Fès, Le plus important est Jnan sbile, jardin hérité, mais constamment rénové tout en conservant sa compositionarchitecturale (murs historiques, Noréa, fontaines…) et ses espèces végétales. D’autres petits jardins attachés à des anciensmonuments ou riads peuvent être considérés comme historique tels que le jardin du musé Batha..Places : Un certain nombre de places de la ville de grande superficie, sont aménagées en espace vert public, équipé par un mobilierurbain, avec parfois un café central.Ronds-points : de surface plus restreinte que les places, certains carrefours circulaires sont plantés. Ces plantations sont généralementconsidérées comme des arbres d’alignements. En fonction de la taille du rond point certains sont équipés par un mobilier urbain.Terrains de sport : Espace destiné à la pratique (loisirs, entraînement et compétition) d’activités sportives en plein air. A côté des stadeset terrains de sport proprement dits, qui sont des espaces réservés à des activités sportives organisées, peuvent aussi exister desplaines de jeux, librement accessibles, qui combinent les caractères d’un terrain de sport sommairement aménagé à ceux d’un parcurbain. Ces espaces de quelques hectares, peu structurés, banalisés, où le sport se pratique comme une détente peuvent êtreconsidérés comme des espaces vertsCoulées vertes : Ce sont des aires de plusieurs hectares qui comblent les espaces entre certains quartiers ou qui s’étalent sur levoisinage de la ville. La végétation y est naturelle ou reboisée mais sans équipement particulier.Forêts : Il s’agit de formations végétales spontanées ou aménagées caractérisées par la prédominance des arbres du faible éclairementdu sol. Par extension, de vastes étendues (plusieurs centaines d’ha) plantées d’arbres en formation serrée. Les forêts constituentégalement un point essentiel de l’aménagement du territoire par son rôle économique, de sauvegarde de la biodiversité, de l’harmoniedes paysages qu’elles assurent, et de la part importante qu’elles prend dans les loisirs des populations urbaines. A Fès deux zonescorrespondent a cette description, il s’agit de la forêts d’Ain Chkef et celle de Jbel Tghat.Pépinière : Il existe à Fès une pépinière de 200000 m2 sur la rive nord de l’oued Fès. Elle est à caractère essentiellement végétale etrassemble de façon thématique un grand nombre d’espèces végétales arborées destinés à être replantées ou à porter une greffe,arbustives et herbacées.Dans chaque aménagement, le végétal garde un rôle d’acteur de l’aménagement à cause de son statut d’être vivant et reste aussi unfacteur créatif à tous les niveaux.Ainsi, les végétaux peuvent créer des rythmes ou des contrastes par leur ombre, leur volume et leurs couleurs. 11
    • 2. Rôle des espaces vertsLes espaces verts constituent un équipement collectif indispensable à la vie sociale des citadins. Ils assurent une fonction sociale en tantqu’espaces de promenade, de jeux, de loisirs et de rencontres, ils permettent un contact avec la nature, indispensable audéveloppement et à l’éveil de l’enfant ainsi qu’à l’équilibre de l’adulte.- La fonction paysagère : les végétaux servent dans la création et l’encadrement de vues et de perspectives par une orientation desvues, par un accompagnement d’un axe, par la création d’une perspective courbe et par la mise en valeur de certains éléments. Ilsservent à estomper les caractères trop géométriques des constructions. Enfin, ils servent à créer différents plans par l’utilisation de leursteintes, de leurs formes et de leurs caractères esthétiques.- La fonction sociale : Les espaces plantés de loisir, qui sont avant tout des espaces publics de fréquentation, sont considérés commedes espaces sociaux où un certain nombre d’activités socio-culturelles peuvent avoir lieu. Ces espaces publics constituent un espacesocial très important, de la même importance qu’un café ou qu’un cinéma.- Rôles écologiques: • Epuration chimique : Les gaz nocifs rejetés dans l’atmosphère (monoxyde et dioxyde de carbone, oxyde d’azote et defluor, dioxyde de soufre et d’ammoniaque), ont de nombreuses origines : foyers domestiques et industriels, transport. La fonctionchlorophyllienne (photosynthèse) des plantes vertes réduit le taux de CO2. En effet, un hectare d’herbe retient 1000 m3 de carboneprovenant de 2400 m3 de CO2 absorbés. Les végétaux peuvent aussi fixer d’autres gaz nocifs tels que l’anhydride sulfureux, grâce à leurmétabolisme. Cependant, les végétaux restent très sensibles à ces gaz toxiques qui peuvent être à l’origine de leur dépérissement. • Epuration bactériologique : En fixant la poussière, les plantes fixent et éliminent aussi des bactéries grâces auxsubstances de défense produites par leurs différents organes. En effet, un hectare de foret peut absorber jusqu’à 50 tonnes de poussièrepar année. • Fixation des poussières : Les végétaux contribuent à la purification de l’air en fixant d’énormes quantités de poussières(voir ci-dessus). Mais la surcharge des feuilles en poussière peut nuire à leur santé et les empêcher d’assurer leurs fonctionsphysiologiques. Ce phénomène est amplifié par l’absence des pluies. 12
    • • Thermorégulation : Les espaces verts arborés créent des ambiances particulières ou l’atmosphère est plus humide et plusfraîche. Cette fraîcheur peut faciliter les mouvements d’air et ainsi empêcher la formation et la stagnation des masses d’air polluées quise forment au dessus des grandes villes..- Biodiversité : Les structures végétales assurent un rôle biologique capitale dans la conservation de la biodiversité. En effet, lesespaces verts représentent un habitat pour une multitude d’espèces, végétales et animales, dans le quel ces espèces vont trouver unrefuge, un espace de repos, de reproduction et d’alimentation.La fonction d’organisation et de mise en valeur de l’espace urbain : L’aménagement du paysage par les espaces verts permet devaloriser et de donner un aspect esthétique à n’importe quelle portion de l’espace bâti ou non. Il permet ainsi de donner une identité à laville en liaison harmonieuse avec son site, son sol, son climat et ses caractéristiques historiques. Mais il a aussi une fonction deprotection et de conservation des sites historiques, archéologique ou naturel constituant l’identité nationale. En effet, les exemples sontnombreux concernant les défaillances de la politique d’aménagement qui a conduit à l’anéantissement de nombreux sites(désertification,…)La fonction de développement économique : l’embellissement des villes est un facteur qui détermine amplement leur attractivité, dansune logique de concurrence pour capter le plus de flux touristique et de capitaux. Les espaces verts permettent de susciter un attraitculturel et économique : tourisme identitaire, écoproduits, artisanat à forte valeur ajouté,…Le Maroc a toujours lutté pour préserver son patrimoine et son identité nationale tant sur le plan physique que sur le plan socio-culturel.L’aménagement permet de conserver cet héritage dans le sens où, avec le relief et le climat, les espaces verts contribuent à caractériseret à identifier le paysage. Ils en accentuent la structure lorsqu’il y a la présence d’arbres plantés en alignement dans les haies, le longdes routes et des canaux. En ville, les espaces verts sopposent à la rigidité minérale des bâtiments et sont une forme souple et vivante,changeante au gré des saisons. Ils interviennent comme l’un des éléments marquants de la construction architecturale et urbanistique.De plus, à une échelle plus minime, les jardins arabes, lieux ombragés, luxuriants et odoriférants, parcourus de sources limpides,créateur d’ambiances, sont un des éléments les plus importants de l’identité architecturale marocaine. 13
    • II. Analyse du territoire étudié A. Analyse historique des évolutions et des actions antérieures 1. Historique : morphologie des espaces verts et croissance urbaineFès a été fondée par Moulay Idriss II en lan 808 (192 de lhégire). Sa situation, au carrefour de la grande plaine du Sais au Sud-Ouest,et de la vallée du Sebou à l’Est, en faisait un site privilégié sur les routes marchandes. De nombreuses sources, résurgences de lanappe phréatique, et la confluence de trois Oueds, lui apportaient de l’eau en abondance. Le site possédait donc de grands avantagesafin de permettre à cette petite agglomération de se développer.D’une manière générale, l’histoire de la ville de Fès met en relief les composantes arabe et berbère, politique et religieuse, artistique etcommerciale qui persistent dans la nature contemporaine d’une cité qui a connu son apogée au XIVème siècle (sous la dynastie desMérinides). De même, sa dynamique de croissance au fil du temps s’est effectuée de façon originale. 1. 1. L’organisation urbaine traditionnelleL’organisation urbaine traditionnelle (de la création de la ville jusqu’au début du XXème siècle) est marquée par l’équilibre entre espacebâti et espace vert. La plupart des espaces non construits se trouvaient à la périphérie tandis que les terrains bâtis étaient tousconcentrés à l’intérieur de la Médina. Les espaces verts qui entouraient la Médina, constitués de jardins et de vergers, produisaient desquantités importantes qui pouvaient répondre aux besoins de la population en produits agricoles divers. La construction de la ville de Fèsa donc été basée sur la présence du facteur eau mais aussi du facteur agriculture (combinaison : forte présence d’eau + terres fertiles).Deux ceintures vertes sont distinguées : la première se situait à l’intérieur des remparts, formée surtout de jardins irrigués en raison del’abondance des eaux. La seconde s’étendait à l’extérieur des remparts, constituée d’oliveraies. Tous ces jardins et vergersappartenaient à la population fassie. Le « Jnane », autrement dit le jardin, était aussi le lieu d’agrément par excellence. A la belle saison,la « Nzaha » était de règle, les habitants se réservaient quelques jours pour aller au Jnane se reposer et se réunir en famille.En effet, la Médina n’a pas toujours eu la configuration que l’on peut lui voir aujourd’hui. Jusqu’au début du 20ème siècle, sa superficieconstruite ne représentait qu’un peu plus de la moitié des espaces intra-muros, le reste du territoire se composait de jardins, de vergers,et de cimetières (sans oublier ceux situés à l’extérieur des remparts, aujourd’hui quartier de « Jnanates » ou jardins). Le tissu urbain de 14
    • la Médina était caractérisé comme aujourd’hui par l’introversion de l’habitat, l’exiguïté des espaces publics et la grande qualitéarchitecturale des constructions. Mais la différence tient dans l’équilibre entre éléments bâtis et éléments naturels (eau et espaces verts).Les espaces verts extérieurs étaient dédiés à l’agriculture et les patios intérieurs à l’usage privé : bien être, lumière moins éblouissante,tranquillité par rapport à l’agitation de la rue, fraîcheur physique et psychologique (présence d’une fontaine en général) ou d’un arbre(souvent l’oranger).En général on distingue deux types de jardins dans le système traditionnel :- Les jardins d’intérieur ou « Riad ».- Les jardins extérieurs ou « Arsa » où l’on cultivait surtout des espèces fruitières et maraîchères (toutes les grandes familles de Fès enpossédaient, ils étaient une source de fierté pour ses propriétaires).Les jardins de Fès sont inspirés en majorité des jardins andalous, fermés, avec une forte présence de l’eau qui serpente le long desallées et des fontaines. Dans ce style de jardins arabes, on y trouve beaucoup d’espèces décrites dans le livre saint comme le figuier, lemûrier, l’olivier, le myrte,…Quelques principes symbolisent la structure d’aménagement des jardins arabes :- Une succession de patios découverts peu à peu, dont l’accès se fait par des arches très décorées.- Un isolement par rapport au paysage extérieur (sauf à certains endroits pour mettre en valeur une vue ou un bâtiment).- Des colonnades, vasques et céramiques.- Eaux mouvantes et statiques- Des allées en arbustes taillés- Un choix d’essences odoriférantes et colorées (menthe, basilic, laurier, rosier,…)- Une végétation qui garantie ombre et fraîcheur (cyprès, palmier,…) 15
    • Source : AUSF 16
    • Jusqu’au début du XXème siècle, la moitié de la surface de la Médina intra-muros, ainsi que les abords (espaces autour des remparts)étaient occupés par des vergers. Ces espaces verts présentaient un agrément paysager favorable et équilibré grâce aux nombreuxcours d’eau. Car en effet, la ville de Fès s’est bâtie en cohérence avec son milieu naturel et notamment avec la présence abondante del’eau qui garantissait aux habitants prospérité et bien être. La relation « ville/campagne » était donc harmonieuse, on peut même dire quejusqu’au début du XX ème siècle, la médina incarnait le modèle même de la Cité-jardin. Mais depuis le début du XXème siècle, la Médina aété le théâtre de transformations profondes affectant son système urbain et entraînant la rupture des équilibres qui ont marqué une vieurbaine séculaire. 1. 2. Espaces verts dans l’urbanisation coloniale (1912-1956)L’arrivée des français au Maroc (le 30 mars 1912, traité de Fès qui établit le protectorat français sur le Maroc) marque l’introduction del’urbanisme occidental dans les villes impériales. Dès 1912, sous l’influence du protectorat français, le Maroc s’engage dans laréorganisation de ses effectifs. Le plan d’action du général Lyautey est clair : « Assurer l’ordre et la sécurité, favoriser le développementéconomique et social, assurer la justice et l’équité sous le couvert de l’autorité traditionnelle.» (Arnaud Teyssier, 2004, p.272)L’urbanisme est alors la principale clef à l’accomplissement de cette politique colonialiste. C’est alors que le Maroc se voit imposer unurbanisme occidental tel qu’il existait en France au début du XXéme siècle. On passe alors d’un model basé principalement sur lesvaleurs humaines à un mode de structuration fondé sur la rationalité normative, un urbanisme de type prévisionnel et sécuritaire. Afin debien préserver la culture marocaine, les « villes nouvelles » construites selon les principes occidentaux, se trouvaient en périphérie de laMédina et une zone tampon était prévue afin de bien les distinguer.Avec la mise en place de la nouvelle organisation urbaine, l’espace vert a pris une importance accrue dans la politique urbaine coloniale.Avec l’application de l’urbanisme occidental, les premiers espaces verts publics ont vu le jour. Auparavant, le jardin intérieur relevaituniquement du domaine privé. En effet, le protectorat français a largement contribué à la mise en valeur paysagère des jardins etnotamment en y introduisant de nouvelles espèces comme les platanes, les bambous, les micocouliers,… A Fès, ces interventions sontfacilement identifiables au jardins Jnan Sbile, au jardin Batha mais aussi sur les artères de la ville nouvelle (avenue Hassan II) ce qui apermis à l’espace vert de sortir des remparts de la Médina et de lui conférer cette notion d’espace vert public. A partir de ce moment, lanotion de paysage en espaces verts prévalait sur la notion de jardin vivrier ou utilitaire.D’autre part, la réglementation juridique de l’urbanisme à l’époque a réservé une place non moins importante à l’encadrement desespaces verts, en les considérant comme l’une des composantes essentielles de l’urbanisme moderne (politique du zoning). Ils fontpartie intégrante de l’urbanisme moderne en tant qu’espace public aménagé pour l’embellissement de la ville. Le tissu urbain est ainsicaractérisé par une nouvelle conception urbanistique, la planification urbaine, avec la création de nombreux grands jardins publics, sur le 17
    • modèle des espaces verts européens (jardin « Lalla Amina », en plein centre de la ville nouvelle) et de trame viaire « à l’européenne »(Exemple de l’Avenue Hassan II, lieu de passage quasi obligé pour rejoindre les différents quartiers de la ville, et qui scinde la villenouvelle en deux par son immense emprise au sol :70 mètres de large, dont 10 réservés pour chaque sens de circulation). Elle estdésormais la plus belle avenue plantée de Fès avec un immense terre-plein central.En médina, l’urbanisation occupe de plus en plus l’espace intra-muros, au détriment des « jnanates ». Ces nouvelles constructions sontappelées « néo-traditionnelles ». La pression foncière tributaire de la pression démographique commence à avoir un impact importantsur le tissu urbain et on constate :- la surpopulation de la médina (1 000 à 2 000 hab. /ha contre 400 hab./h à Paris à la même époque)- le développement des bidonvilles- la création de nouveaux lotissements clandestins (issus de la spéculation foncière et immobilière au mépris des règlementsd’urbanisme et des règles de sécurité et d’hygiène).Vers la fin du protectorat, on assiste à la mise en place du plan d’aménagement contre l’habitat précaire (1948). Des quartiers d’habitatcollectif sont créés (quartiers d’Ain Kaddous et de Ben Debbab), la politique devient celle du « logement pour le plus grand nombre ».Aujourd’hui ces quartiers ne sont pas des modèles car ils sont sous équipés, particulièrement en espaces verts et restent inachevés. Lejeu spéculatif étant prédominant, et en l’absence de plan d’urbanisme, chaque m2 a pris alors à cette époque une telle valeur que lesespaces verts n’ont pu être maintenus. 1. 3. De lindépendance du Maroc à aujourdhuiAlors que durant le protectorat, le Maroc assiste à une réglementation accélérée et constante de ses villes, la cadence sera quelque peudiminuée durant l’indépendance. Ce n’est qu’en 1992 que le gouvernement votera de nouvelles lois afin d’ajuster les législations et decontrer les problèmes d’urbanisation.En effet, de 1960 à 1990, on a vu apparaître de nouveaux quartiers anarchiques et illégaux dans la ville nouvelle, ce qui a conduit à uneextension démesurée du tissu urbain traditionnel. La croissance urbaine de Fès n’a pas accordé l’importance nécessaire àl’environnement urbain en général et aux espaces verts en particulier. Au niveau de la Médina, l’exode rural et la croissancedémographique sont à la base de la rupture des équilibres. L’arrivée massive des ruraux des campagnes environnantes a conduit à la 18
    • densification de la Médina et à l’augmentation des besoins en sol et en logements. Nombreux sont les quartiers qui se sont étendus audépens des espaces verts intra-muros et extra-muros.Les espaces verts demeurent rares dans les nouvelles configurations urbaines. De même, la plupart des terrains réservés pour desespaces verts dans le cadre de certains lotissements publics, demeurent toujours vacants. La ville de Fès a ainsi connu une urbanisationmassive, grande consommatrice d’espace. 2. Rapport entre l’évolution de la surface urbaine et l’évolution démographique de Fès de 1900 à 2004 Evolution de l’aire urbanisée Evolution de la population Dates Superficies en ha Dates Population 1900 200 1900 10000 1932 1560 1926 - 1948 1630 1936 144 424 1952 2500 1952 179 372 1960 3900 1960 216 133 1986 6550 1971 325 327 1992 9300 1982 467 034 2004 10080 2004 946815Source: Agence Urbaine et de Sauvegarde de Fès 19
    • Description précise des nouvelles zones urbaines et de la superficie supplémentaire qu’elles ont engendrée : Année Croissance du périmètre urbain Nouveaux quartiers 1932 + 1500 ha - ville nouvelle - Z.I de Dokkarat - base militaire Dhar Mahrez - extension est route de Taza 1952 + 2500 ha - Z.I Sidi Brahim - partie nord Fès Amont - extensions nord et est - Dhar Khémis 1954 + 2.7 ha -rattachement des jnanates : extensions est extra-muros de médina -extensions sud et nord -oued Boufekrane +3 800 ha -plateau Sahrij Gnaoua 1982 secteur périphérique sud -Hay Adarissa -Awinat el Hajjaj -Sidi Brahim -Montfleuri -Ben Souda 1986 + 6 500 ha -extensions est et sud 1991 +7 400 ha (nouveau S.D.A.U) -centre Ben Souda -Zouagha -communes rurales : Ain Chkef+ Oulad Tayeb + Sbaa Rouadi + Sidi HarazemSource: Agence Urbaine et de Sauvegarde de FèsEn analysant ces tableaux on remarque bien l’accélération démographique et de consommation d’espace à partir des années 1970.Aujourd’hui, la quasi-totalité des capacités de l’espace de la Médina est utilisée par l’habitat et l’étalement urbain couvre de plus en plusles espaces verts limitrophes de la ville. 20
    • B. La place des espaces verts dans les documents d’organisation de l’espace. 1. Evolution des normesEn matière de normes relatives aux espaces verts, aucune initiative na été concrétisée, laissant place à de nombreuxdysfonctionnements malgré la présence dacteurs divers. Aucune précision n’est donnée concernant le minimum de la superficievégétale (en mètre carré par habitant), nécessaire en espace vert. Néanmoins, le Haut commissariat des Eaux et Forêts a défini, dansle cadre du Plan Directeur de Reboisement, la norme de 10 mètres carrés par habitant, qui est la norme retenue par les organismesinternationaux, notamment les Nations Unies et l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.).Dans d’autres pays, les espaces verts occupent une place importante dans l’organisation de la structure spatiale urbaine. Aux Etats-Unis, par exemple, le « National Recréation Association » préconise la norme de 14 mètres carrés d’espace vert par personne en zonesurbaines et 40 mètres carrés par habitant en zones périurbaines. En France, l’ I.A.U.R.P. fixe la norme de 25 mètres carrés par habitantpour les espaces verts périurbains de fin de semaines, et de 10 mètres carrés par habitant pour les espaces verts urbains. 2. Les différents documents d’urbanisme relatifs aux espaces verts :Le Schéma National d’Aménagement Du Territoire (SNADT) : il définit, à l’échelle du territoire marocain, les grandes lignes à suivreen matière d’aménagement et d’urbanisme. Ses prescriptions ont pour vocations principales le long terme, pour un aménagementcohérent et durable du pays. Au niveau des espaces verts, il y a peu de répercutions de ce document car les principes posés sont trèsgénéraux.Le Schéma de Développement et d’Aménagement Régional (SDAR) : est un autre document relatif à l’aménagement du territoire,toujours à grande échelle. Il définit au niveau de la région les orientations fondamentales de l’organisation de l’espace. Au niveau desespaces verts, il y a peu de répercutions de ce document, seuls les principes de respect de la couronne rurale et de limitation del’extension urbaine sont à noter.Le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (S.D.A.U) : homologué en 1995, c’est un document d’urbanisme juridiqueopposable aux tiers et à l’Administration. Il a pour objectif de planifier le développement de la ville de Fès à l’horizon 2010 en délimitant 21
    • les orientations fondamentales de l’utilisation du sol, des équipements structurants ainsi que l’organisation des transports. Pour cela, il sefonde sur les orientations du SDAR et sur des études sectorielles menées à l’échelle de l’aire d’étude (1 ou plusieurs communes).Le S.D.A.U a défini cinq grandes orientations majeures pour le développement de la ville de Fès. L’un de ces objectifs, relatif auxespaces verts, vise à « améliorer les conditions sanitaires et à protéger l’environnement de la ville ». Ce dernier comprend la protectionde l’Oued Fès contre les pollutions émises par la ville et la création d’une ceinture verte autour de la ville de Fès sur une profondeur de 2km environ pour limiter l’extension de l’urbanisation.Le S.D.A.U. préconise, non seulement la prise en compte d’un ratio de 10% en espaces verts par rapport à la superficie totale del’agglomération, mais juge qu’il est nécessaire de créer des parcs à la dimension de la ville et d’engager une action de protection de laMédina en aménageant ses abords.Les Plans d’Aménagement (PA) : ce sont documents réglementaires, opérationnels et opposables aux tiers. Ils constituent lesinstruments juridiques indispensables à la mise en œuvre des objectifs du S.D.A.U car ils en traduisent les orientations en prescriptionslégales opposables à l’administration et au public. Il définit l’affectation des différentes zones, la localisation des emplacements réservésaux équipements ainsi que les règles d’utilisation du sol et les servitudes. Fès est divisée en six P.A comprenant deux secteursparticuliers : la médina et le reste de l’agglomération. Le secteur de la médina est lui-même subdivisé en deux P.A : la médina intra-muros et les abords (la circulaire n° 1640 MATH/3 définie les effets des P.A urbains et leur relation aux espaces verts)En ce qui concerne les espaces verts, les Plans d’Aménagement exercent deux fonctions principales :- Réserver des emplacements nécessaires aux divers équipements par le biais d’un zonage. Les espaces verts publics (grands espacesboisés ou récréatifs, parcs, jardins publics, squares, places plantées…) sont indiqués au Plan d’Aménagement et la nomenclature,prévue en annexe, en précise la nature, qu’ils soient existants, à développer ou à créer. Sur les terrains correspondants à ces espacesverts, toute construction est interdite, à l’exception de petits édicules bas indispensables pour l’entretien de ces espaces, sous conditionqu’ils s’intègrent discrètement aux espaces plantés et que leur hauteur apparente n’excède pas 3m. ». Par ailleurs, les espaces vertsprivés à préserver doivent être indiqués.- Définir les différents aménagements urbains et les caractéristiques architecturales que les nouvelles constructions doivent respecter lesespaces plantés. Ceci correspond à la superficie maximale constructible au niveau de chaque lot, exprimée en pourcentage.Les espaces verts dans les lois de lotissement : les espaces plantés des nouveaux quartiers sont considérés comme partie 22
    • intégrante des lotissements et des groupes d’habitation. Le Dahir du 30 septembre 1953 relatif aux lotissements ou groupes d’habitationdéfinit :- Article 6 : s’applique aux documents à fournir lors d’une demande d’autorisation administrative de création ou de développement delotissement ou de groupe d’habitation, qui doivent contenir un plan indiquant les différentes plantations déjà existantes.- Article 8 : s’applique aux travaux d’équipement obligatoires en précisant que « ne peuvent être pris en compte que les projetsprévoyant les travaux d’équipement suivants : (…), l’aménagement des espaces libres (nivellement, drainage, plantations) ».- Article 10 : l’Administration a le droit de subordonner l’autorisation de lotir ou de construire un groupe d’habitation pour desmodifications qu’elle juge utiles, et peut à ce titre obliger de préserver les plantations existantes et des espaces libres (parcs, terrains dejeux…). La servitude d’espace libre ouvre droit à une indemnisation de l’administration (en fonction du nombre et de la superficie deslots) ; Mais l’intérêt accordé à la préservation et à l’amélioration des espaces verts a aussi été suscité par de nombreux règlements etcirculaires du Ministère de l’Intérieur. Plusieurs décrets et dahirs visent et incitent à :- la protection des espaces verts, des plantations et des essences arborescentes en cours de disparition et la détermination dessanctions répressives.- la création de nouveaux espaces publics et encourager leur réalisation au sein des agglomérations et à leurs alentours.On trouve ainsi :- Dahir du 30/06/1916, relatif à l’abattage des arbres dans les villes et les banlieues. Il insiste sur la protection et sauvegarde desplantations à l’intérieur du périmètre des villes et dans un rayon de cinq kilomètres aux alentours.- Dahir du 17/10/1917, sur la conservation et l’exploitation des forêts étatiques et privées.- Dahir du 11/11/1934, relatif à la création des espaces publics dans les agglomérations et leurs zones d’extension.- Dahir du 26/07/1976, relatif à la gestion locale des forêts.- Dahir du 17/60/1992, portant promulgation de la loi n° 12-90 relative à l’urbanisme. Selon les réglementations du SDAU et lesrèglements de construction, une norme minimale de 7 % de la superficie totale à lotir doit être réservée aux espaces verts. 23
    • - Dahir du 17/60/1992, portant promulgation de la loi n° 25-90 du 22/10/1985 et n° 13, du 19/10/1989. L’administration doit être vigilantedans le cadre de l’instruction des demandes en autorisation de lotir et de construire, en matière de plantation. De plus, le lotisseur doitfournir dans le dossier de demande d’autorisation de lotir, un plan sur lequel figure les plantations existantes ainsi que celles envisagées. 3. Les espaces verts prévus par les documents d’urbanisme de la ville de FèsPour combler le déficit en espaces verts que connaît la ville de Fès, les documents durbanisme (SDAU et PA) prévoient desaménagements et des zones à protéger. 3. 1. Les propositions du SDAU au niveau des espaces vertsLaménagement de lensemble des espaces plantés prévus par ce document durbanisme ramènerait la superficie en espace vert parhabitant de la ville de Fès à 10 m²/ha.- La ceinture verte : Une ceinture verte d’environ 2 km de large sera imposée, de façon à éviter tout débordement de l’agglomération endehors de limites définies par le S.D.A.U. Une telle mesure s’impose pour préserver un environnement végétal de qualité à la ville, et afinque la collectivité ne soit pas tentée, par solution de facilité, de déborder sur les terres à fortes valeur agricole et appartenant à descoopératives, l’objectif étant de maintenir la vocation agricole des sols sur la plaine du Saïs. Par ailleurs, cela constitue une offre enespaces de récréation à faible distance des quartiers peuplés.Un premier projet de réalisation d’une ceinture verte autour de la ville de Fès, initié en 1991 en application des orientations du SDAU,avait prévu le traitement de 20.000 ha répartis comme suit :L’entretien et l’aménagement de 5.000 ha plantés avant 1991 ;La plantation de 15.000 ha par des arbres fruitiers et forestiers à partir de 1991.Le programme qui a été proposé par la Direction des Eaux et Forêts est récapitulé dans le tableau et la figure ci dessous: 24
    • Unités d’interventions consistance Nbre de plants nécessaires Plantations forestières (Lacs et cours d’eau) 110 Ha 120.000 Plantations forestières en plaine 6.800 Ha 700.000 Plantations fruitières avec techniques anti-érosives 5.700 Ha 500.000 Plantations forestières avec techniques anti-érosives 3.000 Ha 33.000.000 Opérations brise-vents 500 Ha 500.000 Total 15.610 Ha + 5.120.000 500 kmCe programme prévoyait un échéancier d’exécution de 3000 Ha par année, sur une durée de 5ans. 25
    • 26
    • - Le parc Oued Fès : grande parcelle de plus de 200 ha, affectée à l’aménagement d’un parc, symbole d’une coulée verte protégeantl’Oued Fès, et réservée à la détente, aux jeux et aux loisirs. Ce parc participera à la valorisation de l’entrée Ouest de la ville en neproposant la construction que sur une fine bande située au Nord.-Le parc de Wislane : au sud de la Médina - Un grand complexe sportif d’une superficie de 20 ha sera implanté en périphérie ouest, au nord-ouest du secteur de Merja. Ce sitequi dispose d’une bonne accessibilité, participe à la coulée verte qui se prolonge jusqu’au Parc de l’Oued Fès. L’espace disponible prévuà l’entrée ouest est largement suffisant pour permettre aux divers équipements sportifs de trouver leur place, au milieu des espacesverts. Son implantation est intimement liée à la protection de la nappe phréatique, cette affectation permettant en effet d’éviter touteconstruction dans cette zone très sensible. Par ailleurs, ces équipements et ces plantations qui leur seront nécessairementcomplémentaires, formeront un masque à la zone industrielle de Dokkarat.- Un parc d’attraction et de loisir d’une superficie de 30 ha sera implanté à l’entrée ouest de la ville, disposant ainsi d’une bonnedesserte. Cet aménagement profitera du merveilleux paysage créé par le regroupement d’activités proposées dans ce secteur, vastesespaces de verdure.- Un deuxième camping de 50 ha, agrémenté d’espaces verts, sera implanté en lisière du bassin de l’Oued Fès Amont, profitant ainside la proximité des nouvelles installations de sport et de loisir. 27
    • Source : AUSFSchéma Directeur d’Aménagement Urbain de Fès 28
    • - La protection et la mise en valeur de l’environnement dans les extension Sud et Ouest de la ville. L’urbanisation de ces extensions estprévue pour accueillir plus de la moitié de la population nouvelle à l’intérieur de quatre secteurs d’aménagement :Merja, Zouagha, AïnSmen et Aïn Amir. Le soucis de protection de l’environnement se traduira par la protection des vergers existants et par la création dejardins, d’espaces sportifs et de « coulées vertes » dans les lits des Oueds (Aïn Smen, Aïn Chkef et Fès) pour parer aux risquesd’inondation.- La protection des abords de la Médina constitue une action majeure de sauvegarde du patrimoine bâti. Cette contrainte réglementairepermet de mettre en valeur la Médina et son environnement pour ne pas compromettre l’aménagement d’ensemble de la Médina intra etextra-muros. En bloquant l’urbanisation aux abords de la Médina, ainsi que tout le développement urbain de l’ensemble allant de SahrijGnawa jusqu’à Sidi Harazem, cette zone a la vocation de devenir un vaste espace public à long terme. Sur ce point, le S.D.A.U proposede matérialiser la volonté de ne pas urbaniser cette zone en la délimitant physiquement par une bande de plantation publique de 150-200m de large, susceptible de s’accroître avec le temps. Cette opération permettrait par ailleurs de recréer la continuité de la ceintureverte amorcée par les Parcs de l’Oued Fès, du Wislane et de l’Oued Mehraz.- La protection des plantations de l’olivier.Connaissant limportance des nuisances affectant les ressources naturelles existantes et principalement les réseaux hydrographiques, leSDAU de Fès classent les abords des oueds comme zones de protection naturelles et de coulées vertes. Et parmi ces dernières, le ParcOued Fès et la zone de protection de la nappe phréatique de Zouagha qui jouissent dune situation privilégiée à lOuest de la ville etassureront les besoins de détente et de loisirs de la population des zones environnantes. Le Parc Oued Fès couvre une superficiedenviron 189 ha et sera destiné aux activités touristiques, de sport et de loisirs.Cependant, lamélioration de la qualité du paysage urbain de cet Oued reste tributaire de laménagement de ces affluents qui sont :- Les coulées vertes des Oueds Aïn Chkeff et Aïn Smen qui constituent des espaces tampons entre les entités urbaines de la zone Sud-Ouest de la ville de Fès. Ces coulées sont dotées de bassins de stockage prévus pour la régulation du débit de lOued Fès;- Le Parc Oued Mehraz et sa coulée verte sétalant sur une superficie plus de 200 ha. Il sillonne la zone Sud-Est de la ville de Fès etdestiné à satisfaire les besoins en espaces verts des habitations de cette zone;- Le Parc Wislane couvrant une superficie de 200 ha environ et constitue la limite Est de lurbanisation de la ville de Fès;- Le Parc Oued Fès aval longeant les secteurs dhabitation à haute densité (Jnanates). 29
    • 3. 2. Les propositions des PA au niveau des espaces verts par arrondissementsLaménagement des espaces plantés de la ville de Fès inscrits aux PA ramènerait la superficie en espace vert par habitant à environ 11m².Les P.A (Plans d’Aménagement) de la commune urbaine de Fès sont des documents réglementaires, opérationnels et opposables auxtiers. Ils constituent les instruments juridiques indispensables à la mise en œuvre des objectifs du S.D.A.U. et à la gestion du territoirecommunal (.Sur les 940 ha qu’il est prévu de réserver aux espaces verts (pour la fin 2007, dont 500 hectares réservées pour l’aménagement desdeux parcs de l’Oued Fès et de Dhar El Mehraz), 14,53% de cette superficie est déjà aménagée, ce qui représente environ 136,55ha. Denombreux espaces verts inscrits au Plan d’Aménagement se situent à la périphérie du périmètre urbanisé, le plus souvent sur des terresagricoles, qu’il n’est donc pas urgent d’aménager. Par contre, peu d’action ont été réalisées au niveau des terrains plantés et desespaces vacants situés au sein ou à proximité des quartiers d’habitat les plus démunis en espaces verts. Par ailleurs, la réalisation denombreux espaces verts se voit déjà compromise par l’emprise des constructions, des routes ou des voies ferrées. Arrondissement Superficie du périmètre Espace vert prévu par le PA % urbain en ha Nombre Superficie en ha Mechouar 167 9 9 5,4 Agdal 2190 77 600 27,40 Saïs 1990 32 76 3,82 Fès Medina 220 66 105 10 Jnane El Ouard 840 Zouagha 3300 245 348 7,5 Merinides 1300 Total 10 000 429 1138 11,38 30
    • Source : AUSF31
    • De plus, le Plan d’Aménagement prévoit le traitement paysager des carrières, terrains présentant des risques d’effondrement importants,et notamment sur la commune de Zouagha sur une superficie de 106 000m2 (10,6ha).Il prévoit également la création de zones de verdure sur des terrains accidentés sur une superficie totale d’environ 60ha où la réalisationqui doit subir un traitement spécifique s’avère plus coûteuse qu’ailleurs Le PA de la Médina extra-muros :- Mettre en valeur la Médina et son environnement par le blocage total de l’urbanisation aux abords de la Médina- Réaliser les équipements correspondants aux besoins de la population, accompagnés d’espaces verts implantés sur les sites àpréserver (abords et périphérie), et sur les zones dangereuses à évacuer. Le PA de la Médina intra-muros :- Maîtriser l’occupation de l’espace immédiatement limitrophe. Cet espace autrefois rural est malheureusement abondamment utilisépour l’implantation des grands équipements publics (hôpitaux, lycées…), et soumis à des pressions de construction qui risquent de noyerl’enceinte historique dans le tissu urbain et de banaliser les fonctions historiques de la Médina.- Limiter toute extension nouvelle au détriment d’espaces encore libres ou plantés.- Accroître l’offre de lieux de détente et de loisir à l’intérieur et autour de la Médina, car c’est un complément de l’habitat dorénavantindispensable pour attirer une clientèle exigeante. Cet objectif vise le maintien des espaces verts existants et la création de nouveauxpour répondre aux besoins de la population.- Restituer l’eau du réseau ancien et l’utiliser pour l’arrosage des jardins et des surfaces non bâties. Le PA de l’Agdal:- Réalisation de 13 places dans le secteur d’Adarissa pour une superficie totale plantée de 43 950m².- Réalisation de 30 jardins au centre ville pour une superficie plantée de 86 050m².- Plantations au niveau du secteur industriel Dokkarat avec élargissement de voirie. 32
    • - Plantation et aménagement des rives de l’Oued Mehraz- Aménagement et plantation d’un rond point et d’un carrefour dans le secteur de l’Atlas.- Réalisation de 7 places piétonnes. Le PA de Saïs :Le PA prévoit un ratio de 4.85m2/habitant au niveau de l’arrondissement sais- Réalisation de 6 places dans les secteurs de Monfleuri et Narjiss pour une superficie totale plantée de 4500m².- Réalisation de 9 jardins et de 5 parcs pour une superficie totale de 630 500m².- Plantation et aménagement des rives de l’Oued Mehraz- Aménagement de places, élargissement de la voirie et plantations sur la route d’Immouzer- Aménagement de place plantée, des ronds -points et des carrefours de la route de Séfrou. Le PA de Zouagha:- Réalisation de 31 places dans les secteurs de Ben Souda, Sidi Al Haj et Hafat Benzakour pour une superficie totale de 73 600m².- Réalisation de 49 jardins pour une superficie de 523 480m².- Plantations d’alignement avec élargissement de voirie dans les secteurs : Hafat Moulay Idriss, avenue Mérinides, Aïn Smen,…- Plantation et aménagement des rives de l’Oued Fès et le long de la route de Aïn Chkef.- Plantations dans le secteur de Merja (nord de la voie ferrée), à Ben Souda (limite communale avec Aïn Chkeff) et à Hay Wifaq.- Traitement paysager des carrières (terrains présentant des risques d’effondrement importants ou de mauvaise qualité paysagère) surune superficie de 10ha. Le P.A de Zouagha prévoit également la création de zones de verdure sur des terrains accidentés (environ 60 33
    • ha) où la réalisation, qui doit subir un traitement spécifique, s’avère plus coûteuse qu’ailleurs. Le PA de Mechouar Fes El Jadid:- Réalisation de 6 esplanades piétonnes aménagées (pour un total de 14 200m²).- Réalisation de 2 jardins pour une superficie de 155 000m² dans le secteur de Bab Makina et d’une plantation de 6000m² dans lesecteur de Bab Smarine. 34
    • 35
    • C. Les réalisations 1. Les espaces verts réalisés par la ville de Fès- Au niveau de la ceinture verte, 5000 hectares ont été réalisés sur les 20 000 ha prévus par le S.D.A.U, soit 23 % environ sur lamoyenne des communes, sont déjà couverts de plantations fruitières et forestières diverses. On assiste, entre autres, à un problèmed’acquisition foncière (88 % des terres appartiennent au privé et relèvent de statuts fonciers divers). Etat de la ceinture verte réalisée en 2006 36
    • Le projet de ceinture verte s’est heurté à un problème législatif, elle est soumise au même règlement que l’urbanisation en milieu rural,ce qui a attiré les convoitises des spéculateurs fonciers, et elle se trouve aujourd’hui très urbanisée, ce qui a mis en échec sonachèvement en tant que zone tampon contre l’extension de la ville et sa transformation en métropole non maîtrisable,- Au niveau de la coulée verte, projet élaboré par la wilaya (1991) en collaboration avec les Eaux et Forêts et la direction provinciale del’agriculture, quelques plantations ont été réalisées, mais la réalisation de la coulée verte telle qu’elle est prévue par le SDAU n’est pasencore terminée.- La matérialisation des abords de la médina comme espaces verts avec la création d’un grand parc public, projet qui prévoyait laplantation de végétation sur une bande de 150 à 200 mètres de large, n’a toujours pas vu le jour.Sur l’espace réservé au futur parc Oued Fès, qui doit être un immense poumon de verdure pour la ville (147 ha de reboisement), on aassisté à :la construction d’un centre commercial, « Marjane » (de 17 ha) : conséquence, la surface d’espaces verts est réduite à 130 hectares.La mise en projet de zone touristique de oued Fès.Selon les prévisions des PA :La comparaison entre la situation actuelle et la planification est délicate puisque de nombreux espaces de gestion communale n’ont pasété recensés au Plan d’Aménagement.Une enquête de l’A.U.S.F sur la réalisation des P.A a révélé que 2 à 3 ans après leur homologation et plus de 5 ans après leur entrée envigueur et applicabilité réelle, seuls 14 % des équipements publics prévus ont été effectivement réalisés. En ce qui concerne les espacesverts, seuls 14,5 % des 970 hectares prescrits aux PA ont été aménagés.On assiste de plus, à un sous-équipement « chronique » des nouveaux quartiers périphériques. Créer les espaces verts en même tempsque la ville s’urbanise n’est pas encore totalement entré dans les mœurs, alors que ceux-ci sont normalement inscrits aux P.A et fontofficiellement partie des équipements publics obligatoires. On trouve aussi, de nombreux terrains « grevés », c’est à dire que desconstructions illicites se sont implantées sur les espaces réservés par les P.A.Les espaces verts prévus ou crées, le sont sur des zones inconstructibles, dangereuses ou inutiles (terrains accidentés, ancienne 37
    • carrière, interstices de voie ferrée…). On comprend ainsi que ces espaces sont relégués à des terrains impropres à l’urbanisation, desespaces ou rien d’autre ne pourrait être fait « endroit où personne ne désirerait construire ». De plus, ces zones, puisqu’elles ne sontactuellement pas aménagées, sont laissés à l’abandon et deviennent des aires de dépôt d’ordures. PA de la Médina extra-muros :- Revalorisation et restauration du jardin Jnan Sbill (Méchouar-Fès Jdid). Ce projet est élaboré à l’initiative de la fondation Mohamed VIpour la protection de l’environnement, de la communauté urbaine et de l’A.D.E.R., les travaux sont en cours. Le plan de réhabilitationprévoit :- La remise en état de la partie andalouse du jardin et le réaménagement de la partie basse, délaissée- La restauration du kiosque et sa concession à un privé- La modification du bassin d’accumulation et la restauration du circuit d’eau dans le jardin- La construction de gradins et d’une scène- La conversion d’un logement sur le site en bureau administratif- Le réaménagement des blocs sanitairesPA de la Médina intra-muros :Création de quatre jardins entre 1992 et 2000 :- Istiqual (1994)- Mur historique (1996)- Bassatine (1998)- Foundouk américain (1999). 38
    • PA de l’Agdal :-Aménagement d’un jardin mixte (espace vert + terrain de sport) dans le quartier Dokkarat d’environ 2.5 hectares. Le jardin, géré par lapopulation du quartier, est clôturé et gardé.- Ancien Hippodrome, qui prévoyait également au P.A un grand parc en péricentre, .l’attribution de cette immense parcelle, intéressantedu point de vue situation, a été révisée. L’espace vert prévu a été réduit de moitié, pour laisser place à une « opération intégrée degrande valeur » qui propose des habitations, des immeubles, des espaces de loisirs et de commerce ainsi qu’un complexe touristique.- Réalisation des 30 jardins en centre ville conformément au P.A pour une superficie totale de 163 700m². PA de Saïs:- Création d’un petit jardin (1 ha) « Aouinat El Hajaj », par la municipalité.- Autre expérience intéressante (1999-2000), concernant les espaces verts privés. La rue qui bordait les maisons avait une emprisetellement large que la municipalité a délégué aux riverains des espaces bordant leur maison afin qu’ils les transforment en jardins.- Voie de circulation (dans le secteur Narjis – 2002) d’une emprise au sol de 50 mètres, avec un espace vert sur le terre-plein central de16 mètres. La voirie fait désormais 14 mètres et un parc de stationnement est aménagé de chaque côté. Le projet, financé par lamunicipalité, a été adjugé et les travaux de réalisation sont en cours. PA de Zouagha :- Réalisation de 17 alignements plantés dans le secteur de Aïn Haron pour une superficie plantée totale de 23 200m² (aux abords descarrières)- Réalisation d’une plantation conformément au P.A dans le secteur de Hay Wifaq pour une superficie totale de 13 200m²- Plantation et aménagement des rives de l’Oued Fès et le long de la route de Aïn Chkeff.- Plantations réalisées dans le secteur de Merja (nord de la voie ferrée). PA de Mechouar Fès El Jadid : 39
    • - Réalisation de 2 jardins aménagés conformément au P.A pour une superficie de 155 000 m² dans le secteur de Bab Makina.- Plantation réalisée dans le secteur de Bab Smarine pour une superficie de 6000 m².- Esplanades piétonnes en travaux (8 dont 6 aménagées) pour une superficie totale prévue de 16900 m². 2. Les actions de sensibilisation réalisées sur le thème de l’environnement Afin de sensibiliser un plus grand nombre de personnes de nombreuses journées évènementielles ont été organisées pardifférentes institutions et associations. Ainsi, ce sont déroulées la journée arabe de la ville, la journée mondiale de la forêt, de leau et dela météo, la journée de lenvironnement, la journée de la lutte contre la désertification, la journée de la protection de la couche dozone, lajournée arabe de lenvironnement, la journée mondiale de larbre, et la journée de la biodiversité. De plus, l’A.U.S.F a réalisé une campagne de sensibilisation dans deux écoles très populaires, en relation avec desinvestisseurs, des promoteurs ainsi que le service des Eaux et Forêts.La sensibilisation de la population s’est faite aussi par rapport au transfert vers la périphérie des activités polluantes actuellement situéesen médina (création du quartier artisanal d’Aïn Nokbi). 3. Evaluation de la réglementation des espaces verts à travers l’étude des documents d’urbanismeLétat des lieux des différents dysfonctionnements relatifs à la mise en place d’une politique d’espaces verts est une étapeincontournable pour cerner les problématiques rencontrées. 3. 1. Un déséquilibre urbanistique tributaire d’une pression démographique trop importanteFès concentre 84 % de la population urbaine régionale sur 0.64 % de la superficie régionale. De plus, au sein de la ville, lesconcentrations humaines sont inégales, la médina regroupe 34 % de cette même population sur une superficie extrêmement réduite, soitenviron 800 hab./ha. La plus faible densité, à savoir 80 hab./ha est rencontrée dans le secteur Sud de la ville. Il en résulte un paradoxeentre le besoin d’espaces verts pour garantir un meilleur cadre de vie de la population et l’impossibilité de trouver du potentiel foncierpour les réaliser. 40
    • Cette pression nest pas sans conséquences sur les espaces verts : - Le développement de l’habitat non réglementaire. 1950-60 Développement de l’habitat non réglementaire extra-muros, au dépend des vergers 1970 Il représente 5% du parc immobilier total de la ville (10 hectares à l’est de la médina) 1976-79 75 à 90 % des constructions nouvelles ne sont pas légales 1980 Il représente 35% de l’habitat total (200 ha, partout autour de la ville). 1990-91 40 % de la population vit dans de l’habitat insalubre (Médina, Fès Jdid, Jnanates …). 1992 Fès compte 42 bidonvilles (28 500 habitants) 1996 L’habitat insalubre représente 36 % du parc de logements de FèsCette expansion gigantesque et rapide du périmètre urbanisé, de façon plus ou moins réglementaire, implique la dégradation desconditions de vie (surdensification, insalubrité, précarité financière et des conditions d’hygiène…). Ces types d’habitat viennent se grefferdans les zones marginales, la plupart du temps inconstructibles, du tissu de l’agglomération (voies ferrées, oueds, terrains à risques etinconstructibles…). Ces différentes formes d’urbanisation ont engendré des paysages urbains, des espaces résiduels et interstitiels sansharmonie, ainsi qu’une gestion urbaine difficile.La conséquence du développement de ce type d’habitat non réglementaire est la diminution du nombre d’espaces verts. En effet,nombreux sont les espaces verts (prévus et réservés par la planification préexistante au développement du quartier) qui n’ont pas étéréalisés et dont le terrain a été utilisé par les constructions non réglementaires. Ce phénomène fait d’autant plus diminuer le ratiod’espaces verts par habitant.- La densification du centre ville, volonté de la politique urbaine : les documents d’urbanisme actuels visent la transformation des 41
    • zones de villas (maisons et jardins de faible densité) en zones d’immeubles, cette densification permet d’anticiper un étalement urbaintrop important qui se révélerait très néfaste pour la préservation de la ceinture verte de Fès.- La surdensification de la médina et de ses abords : la médina, restée longtemps la destination idéale pour les nombreux ruraux quiémigrent vers la ville. Ainsi, elle a subi paupérisation, surdensification du bâti et insalubrité. L’environnement urbain devient déséquilibré.Les répercussions immédiates sont les détériorations de l’environnement, par la création de noyaux de pollution et de nuisances,actuellement elle est sur la voie d’une profonde mutation. 3. 2. Des dysfonctionnements politique et réglementaire- Problème de la gestion urbaine- Complexité du système administratif- Manque de concertation avec la population, insuffisance de moyens de sensibilisation, absence d’éducation à l’environnement dans lesétablissements scolaires et universitaires.- Inégalités persistantes entre arrondissements et le manque de moyens matériel et humain affectés par la commune de Fès, auxservices de l’espace vert.Depuis la Charte communale de 1976, (article 44) « les pouvoirs reconnus aux agents d’autorité locale (Pacha et Caïd) en matière depolice administrative communale, ainsi que les fonctions spéciales qui leur sont attribuées par la législation et la réglementation envigueur sont transférés aux présidents des conseils communaux ». Par conséquent, les compétences relatives à la gestion urbaine(autorisation de construire, contrôle de chantier…) relèvent du président du conseil communal, comme le réaffirme le Dahir du 17/06/92,portant sur la promulgation de la loi 25-90.- le système administratif est basé sur un important cloisonnement des acteurs. Ce mode d’organisation implique le non fonctionnementde la coordination entre les différentes institutions, tant dans les relations horizontales, que dans les relations verticales.Les découpages administratifs et communaux présentent de grandes différences économiques et sociales entre les arrondissementsurbaines et donc une ségrégation, avec des quartiers « riches » et des quartiers sous intégrés et sous-équipés. La compartimentation dela ville est la conséquence de l’échec des documents d’urbanisme qui rendent inégaux les équipements et infrastructures, tels lesespaces verts. 42
    • A une échelle plus importante, la ville a souffert d’un manque d’une réelle politique de coopération intercommunale. Et ce manque estparticulièrement visible au niveau des espaces verts, de leur création et leur gestion. Il n’existe encore aucune réflexion commune entredifférents services des espaces verts, donc il n’y a pas de politique globale, la réunification de la ville a voulu apporter une réponseadéquate à cette carence. 3. 3. Des problèmes d’application des lois et documents d’urbanismeOn assiste très souvent au non respect et à la non application des documents d’urbanisme et de la réglementation :- De nombreux espaces verts inscrits aux P.A ne sont pas réalisés sur le terrain- La loi qui réserve 7 % d’espaces verts pour toute construction de lotissement n’est pas appliquée à la lettre et les espaces verts sontplus souvent des chutes dans le tissu urbain ou situés sur des espaces inconstructibles, que des réels espaces vertsLa lenteur des procédures donne ouverture au désordre que connaît l’urbanisation. De plus, l’ambiguïté régnante, au niveau desdocuments d’urbanismes permet l’utilisation et l’occupation des sols non conformes aux vocations prévues.La « demande de lotir » est irrecevable si le terrain n’est pas immatriculé ou en cours d’immatriculation (loi 25-90, article 5). Mais vu quele statut foncier est caractérisé par la juxtaposition de deux régimes différents, cette prescription est difficile à faire respecter. Cettesituation bloque le mouvement normal d’urbanisation (exemple des extensions périphériques d’équilibre prévues par les documentsd’urbanisme et non réalisées). Ces conditions législatives a découragé le secteur légal et a encouragé le secteur de l’immobilier informel.C’est l’autorité locale, donc les arrondissements Urbaines, qui sont habilitées à constater les infractions à la législation relative àl’urbanisme (articles 64 et 65 de la loi n° 12-90 et 66 de la loi n° 25-90). Elles peuvent demander la destruction totale ou partielle desconstructions irrégulières et ce dans un délai déterminé (article 68 de la loi n° 12-90), si la démolition n’est pas effectuée dans le délaifixé, il y est procédé par l’autorité locale aux frais du contrevenant (article 69 de la loi n° 12-90). Or, il est constaté que souvent aucunesuite n’est réservée à un certain nombre d’infractions, pourtant dûment signalées aux autorités. « De telles pratiques ne peuvent plusêtre tolérées » (Circulaire n° 157/CAB sur les infractions à la législation relative à l’urbanisme).Le problème est que la crise économique limite les moyens d’intervention de l’Etat, qui ne construit plus de logements. Donc face à cettedéfaillance de l’offre des secteurs formels publics et privés réunis, et sous la pression des populations concernées et de la politique de laBanque Mondiale en matière de logements populaires, dans les années 70 - 80, les Pouvoirs Publics ont été obligés de reconnaître le 43
    • droit de cité aux constructions clandestines. Ainsi, on assiste à la régularisation progressive des logements non réglementaires aprèsconstruction, depuis la circulaire n° 157/CAB du 16 mars 1995, relative aux infractions à la législation relative à l’urbanisme. Les articles49 et 55 de la loi n° 12-90, montrent aux collectivités locales, la démarche à suivre et les modalités d’actions à adopter dans le domainede la restructuration de l’habitat non réglementaire. Cette régularisation passe par deux types d’actions : la planification urbaine, quicorrige la carte foncière et qui régularise ainsi la situation des habitants et l’injection d’équipements publics (exemple du quartier deJnanates).L’A.U.S.F n’a pas le poids de décision correspondant à ses compétences. En effet, l’Agence Urbaine instruit les permis de construire etdonne un avis « conforme » ou « défavorable ». Mais l’instance qui a le dernier mot est la commune urbaine, et le pouvoir de décision visà vis des permis de construire revient donc légalement au président du Conseil de la commune. Malheureusement, le président duConseil n’est pas obligé de suivre l’avis de l’A.U.S.F. 3. 4. Des problèmes liés aux usages et perception des espaces vertsLa contradiction est importante, les habitants réclament des espaces verts mais ceux-ci ne sont pas respectés par les usagers. Onassiste à des actes de vandalisme, un non respect général, des pollutions diverses… Toutefois, ces actes ne sont pas toujoursvolontaires et sont le plus souvent la cause du manque de sensibilisation de la population sur les questions d’environnement. De plus,certains espaces verts sont réputés « insécurisés » à certaines heures, ce qui limite leur fréquentation, ce qui constitue un manque àgagner pour la population, qui ne dispose déjà que de très peu d’espaces récréatifs.L’absence « d’enquêtes population ». Comment répondre aux attentes de la population si l’on ne se renseigne pas sur ce qu’elle désire ?Toutefois, il existe quelques chiffres : d’après une étude « La perception de l’environnement par la population de la ville de Fès au Maroc» (août 2002) la population fassie est insatisfaite à 70 % de la qualité de ses espaces verts (Tableau ci-dessous).La population de classe moyenne et aisée qui ne possède pas de villa se rend en voiture dans les espaces verts existants,essentiellement pendant le printemps et l’été (exemple de la forêt Ain Chkef qui est très prisée à cette période).Les habitants de la médina, qui représentent environ 206 000 personnes, concentrées sur 240 hectares, ne bénéficient que de très peud’espaces verts à proximité immédiate. En effet, les anciens « Jnanates », qui occupaient encore la moitié de la superficie de la médinaau début du siècle, ont aujourd’hui disparus, et sont remplacés par les constructions. Les gens se regroupent donc dans les endroitsrestants, c’est à dire entre les abords des grandes routes et la voie ferrée. Cette situation est extrêmement dangereuse pour la sécuritédes personnes. 44
    • 65% (88% en médina) des habitants n’ont pas de jardin privé88% des habitations de luxe sont entourées d’un jardin.88% des habitants pensent que la ville manque d’espaces verts (pas ou peu de différences entre les différentes classes sociales).63% des habitants fréquentent les espaces verts de la ville, mais dans les habitations modernes ils ne sont plus que 59 % et 35 % pour les habitations de luxe.Une grande partie de la populationde Fès, n’est pas sensibilisée et n’a pas conscience de l’importance de l’environnement, de la qualitéde vie et du respect patrimonial (tant architectural que naturel). La génération adulte actuelle n’a pas été éduquée aux questionsenvironnementales, il est presque trop tard, mis à part l’éducation passe par le biais de la religion. Pour les enfants de la générationactuelle, la sensibilisation environnementale est toute récente ; elle ne portera ses fruits que d’ici une dizaine d’années.L’étude démontre que la perception et la relation qu’entretient la population de Fès avec son environnement dépend essentiellement dela variable « type d’habitat » et que la perception est le reflet d’une catégorie sociale. Les espaces verts ne sont une préoccupationpremière que pour 5 % des habitants. Les personnes habitant dans les quartiers sociaux, sont les moins conscientes des dégradationsprovoquées par les activités humaines (gestes quotidiens en particulier).Il y a contradiction entre la demande de la population pour plus d’espaces verts, et le non respect des espaces plantés et aménagésexistants. Les espaces verts souffrent souvent :- du manque d’entretien- du manque de respect- du manque de mobilier urbain 45
    • - de l’insalubrité : les parcelles de terrain réservées aux futurs espaces verts, dans les P.A sont souvent laissées à l’abandon ettransformées en aires de dépôt d’ordures.- du manque d’esthétisme : pas de beauté ni de vivacité des espaces verts, les végétaux sont souvent mourants, les pelousespiétinées…- des arbres d’alignement en mauvaise santé et chétifs : ce problème est du au manque d’entretiens. Les arrondissements ont peu demoyens et font donc appel à ces « marchands d’arbres » pour couper et tailler les arbres d’alignement. Comme ceux-ci se rémunèrentsur le bois vendu, les arbres sont évidemment beaucoup trop coupés.- du manque de permanence et de continuité : en effet le concept de « trame verte » n’est pas du tout appliqué à l’échelle del’agglomération.Le problème n’est donc pas à rechercher uniquement du côté des usagers mais aussi de celui du manque d’entretien de la part de lacommune, ce qui ne donne pas aux usagers l’envie de les respecter. L’exemple de l’Av. Hassan II est intéressant, irrigué et bienentretenu, il est relativement bien respecté, c’est un très bon moyen pédagogique pour l’éducation à l’environnement de la populationtoute catégorie confondue, alors que la place Sophia, très proche, dont les jardinières ne sont pas entretenues est très dégradée : sansentretien. 3. 5. Le problème de la pollution et du manque de ressource en eauLa situation économique et le niveau du développement du Pays ne permettent pas à sa population, de se donner comme priorité laprotection de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie.L’agriculture et l’industrie actuelles ont des impacts de grande ampleur sur l’environnement, on compte :- la dégradation des biotopes naturels- la pollution atmosphérique- la pollution des ressources naturelles existantes, et principalement le réseau hydrologique : oueds et nappes souterraines- la modification des régimes des cours d’eau et donc l’affaiblissement de leur pouvoir auto-épurateur, par les crues et les inondations. 46
    • - la pollution des sols, par les rejets industriels (tanneries, huileries, cimenteries…) déversés directement dans la nature (oueds et sols)- le développement de nombreuses maladies à transmission hydriques (de nombreux captages ont un taux de nitrates supérieur à 50 mgpar litre, norme O.M.S)- le stress des arbres et plus généralement le mauvais état phytosanitaire de la végétation, du essentiellement à la pollutionatmosphérique.Face à ces pollutions multiples, les actions visant à les réduire ne sont pas toujours faites dans le sens de la logique : le poids del’économie joue également un rôle très important, et parfois néfaste. De plus, la question des déchets devient de plus en plusproblématique. En effet :- 20 % des déchets seulement sont collectés en médina- les 80 % restants saturent et détériorent les berges de l’oued Fès sur 15 kilomètres en aval. 60 à 65 % de la pollution de cet oued estdue à la traversée de la médina. Il se jette ensuite dans l’oued Sebou, qu’il pollue jusqu’à la mer.- l’ancienne décharge (6.5 hectares en 1981) est plus que saturée. Les déchets sont exposés aux pluies et produisent des lixiviatshautement toxiques pouvant affecter la nappe phréatique, le problème a trouvé une solution en aménageant une décharge contrôlée, àl’Est de Fès, mais d’autres problèmes ont déjà été révélés tels que les odeurs nauséabondes subis par les habitants certains quartiersde la ville.Les espaces verts subissent alors les effets de ces pollutions diverses, tant au niveau de la qualité des sols, de la santé des essences,des eaux, qu’au niveau visuel (sacs plastique et ordures en tout genre,…). De plus, ils subissent aussi la pression de la sécheresse. Eneffet, la région subit des périodes de sécheresse répétitives depuis le milieu des années 1980. Cette sécheresse implique une réductionvoire un arrêt complet, en été, de l’arrosage. On évite d’arroser les jardins qui jaunissent et perdent leur propriété rafraîchissante etapaisante. Mais le manque d’arrosage est présent aussi hors saison chaude, mais pour d’autres raisons : manque de camion ou decarburant,… Le personnel des services techniques est obligé de faire des roulements et des tournées : les espaces verts du centre-villesont alors favorisés au détriment des espaces verts périphériques.On assiste aussi actuellement à la régression de la nappe superficielle (3 mètres) et à sa pollution. Or, l’oued Fès y prenait sa source ets’y alimentait quand elle était pleine (eaux pluviales hivernales), ce qui permettait de remplir le lac artificiel du jardin Jnan Sbill. Mais larégression de la nappe implique l’assèchement progressif de l’oued, ainsi que du lac, qui est désormais complètement sec, pendant la 47
    • période estivale. 3. 6. Foncier : Les dysfonctionnements économiques et fonciers :La ville de Fès souffre du manque de fond et de l’absence de réserves foncières publiques, conditions obligatoires pour la maîtrise dudéveloppement urbain et la réalisation des besoins collectifs. Dans les secteurs qui souffrent d’une grave carence d’espace verts et quiregroupent de fortes densités humaines, le terrain appartient à des personnes privées dont les préoccupations majeures sont laspéculation et le maximum de profits.Le tissu économique de Fès est fragile et non compétitif de part son enclavement et son éloignement de la capitale économique(Casablanca), mais également par la vétusté et le non renouvellement de ses équipements. De plus, la faible disponibilité foncièreempêche la ville de connaître un dynamisme important :- absence de nouvelles zones ouvertes à l’urbanisation, à des prix abordables- difficulté de mobiliser de nouvelles assiettes foncières (terrains à lotir), vu la réglementation foncière existante- la spéculation foncière et immobilière aggrave le phénomène de ségrégation spatiale et l’éclatement artificiel du tissu urbain- aucune politique rigoureuse de contrôle des prix des terrains ni d’intervention publique anti-spéculative n’existe.A Fès, comme dans les autres villes, la propriété de la terre se caractérise par la complexité de ses régimes fonciers et la multiplicité deses statuts de propriété. On distingue deux régimes fonciers juxtaposés : le régime traditionnel, dit « coutumier et le régime moderne,basé sur l’immatriculation. Il existe six statuts possibles de propriété :- les « terres melk ». De propriétés privées, elles appartiennent à des personnes physiques ou morales. Elles peuvent être immatriculées(Dahir du 12/08/1913) ou non immatriculées : « acte adulaire » (principe du droit musulman)- les « terres guich », terres de l’Etat (propriété nue), l’usufruit est concédé aux soldats de certaines tribus- le « domaine public et privé de l’Etat » : terrains domaniaux, gérés par le Service des Domaines- les « terrains communaux », domaine des Collectivités Locales 48
    • - les « terres collectives », elles appartiennent à un groupement ethnique et sont sous tutelle des collectivités, Dahir du 27/04/1919- Les « terres habous », terres offertes à perpétuité à une œuvre pieuse, charitable ou sociale. Elles ne sont pas accessibles aux tiers.Les acteurs étatiques en terme de gestion foncière sont : le ministère de l’Habitat, à travers ‘organisme public Al Omrane Holding. Lamunicipalité n’a donc pas les moyens d’intervenir sur la régularisation du marché foncier. La situation foncière dans l’agglomérationprésente une forte dominance du secteur privé car tous les terrains urbanisables qui appartiennent au domaine de l’Etat ou auxcollectivités locales sont déjà construits. La ville n’a donc plus de pouvoir sur son propre territoire, car elle n’a pas la maîtrise du foncier.En effet, les réserves foncières du domaine privé de l’Etat, ont été consommées (années 1960-70) sans que la politique d’urbanisationde ces terrains soit accompagnée d’un mouvement d’acquisition foncière.Mais l’acquisition foncière est de toute façon difficile, la procédure d’expropriation est quasi impossible à mettre en place du fait de lacomplexité des procédures et de la résistance des propriétaires fonciers. Le temps nécessaire à l’acquisition d’un terrain par la voie del’expropriation est de deux ans minimum, quand il s’agit d’expropriation pour y implanter des logements sociaux. Ce laps de temps nepourrait qu’être rallongé en cas d’expropriation pour créer un espace vert, la procédure d’expropriation est inadaptée à la réalisation denouveaux jardins, même s’ils étaient prévus au Plan dAménagement. 3. 7. Financement et gestion 3.7.1. Les acteurs- Wilaya : assure :- la coordination des actions de la commune urbaine en matière d’espaces verts grâce à une commission de suivi et des réunions detous les décideurs municipaux.- l’établissement du programme annuel de plantations et d’entretien.- la réalisation de nombreux rapports techniques sur l’aménagement urbains et notamment les espaces verts (à Fès, réalisation desrapports techniques et de l’entretien inhérent à la ceinture verte).- L’Agence Urbaine et de Sauvegarde de Fès (A.U.S.F) : chargée de : 49
    • - la réalisation des études nécessaires à l’établissement du SDAU- la programmation des projets d’aménagement- l’établissement des projets de documents d’urbanisme (P.A, Plan Vert,…)- l’instruction des projets de lotissement et de construction- la réalisation d’études de projet d’aménagement- la promotion et la réalisation d’opération de traitement des quartiers défectueux- l’encouragement et l’encadrement des associations de propriétaires- l’assistance technique aux collectivités locales- la collection et la diffusion d’informations relatives à l’urbanismel’AUSF a pour but de maîtriser le développement urbain.- La Commune urbaine (CU) : Il s’agit de la confédération de sept arrondissements, pour représenter la ville auprès d’autres institutions.Elle mutualise les besoins sous forme de services communs pour gérer les équipements à l’échelle de l’agglomération.Il a la responsabilité de la gestion de l’urbanisme et de l’aménagement, de l’assainissement, l’hygiène et la salubrité publique et lagestion des espaces verts.- Au niveau de l’aménagement et d’après les lois 25-90 et 12-90, les arrondissements participent à l’élaboration du S.D.A.U et du P.A.- Au niveau des espaces verts, le rôle des services techniques est la création et la gestion des espaces verts :- entretien et préservation des plantations existantes- études et réalisations des projets des documents d’urbanisme (S.D.A.U et P.A) 50
    • - production horticole (pépinière municipale)- sensibilisation du public- conseil et assistance technique aux élus des collectivités locales, aux associations- Les Eaux et forêts : Ce service est spécialisé dans la gestion des espaces naturels situés hors zones urbaines : grands parcspériphériques, forêts, couronne rurale,… Au niveau des espaces verts de Fès, le service des eaux et forêts possède une compétencesur les territoires naturels entourant la ceinture verte. L’Etat, par l’intermédiaire de ce service, peut aider les communes qui le désirent àplanter des arbres grâce un fond étatique : le Fond National Forestier (F.N.F).- La Direction Provinciale de l’Agriculture : elle régie les espaces naturels et ruraux hors P.A. Spécialiste dans l’agronomie, cettedirection est souvent sollicitée comme membre de la commission communale des espaces verts (plantations, arrachages d’arbres,…).- Holding Al Omrane : Il est placé sous la tutelle du Ministère chargé de lhabitat. Il dérive de la loi qui cadre l’aménagement urbain etrural. Cet organisme est un établissement public à caractère industriel et commercial dont lactivité concourt à la réalisation dimportantsobjectifs économiques et sociaux liés au développement urbain. Cest un acteur important en terme de gestion du foncier et de lhabitat.Chaque année, il réalise de nombreux logements sociaux, lutte contre lHabitat Insalubre. Laction de cet opérateur public est defavoriser laccès des ménages à faibles revenus à la propriété de lots de terrains équipés pour la construction de logementséconomiques.- Les entreprises et organismes privés (pépinières, entreprise d’élagage,…) : les pouvoirs publics qui ont la mission d’entretenir lesespaces verts ont actuellement tendance à privatiser l’entretien des EV, cest-à-dire à confier cette tâche à un organisme privé etspécialisé. La commune urbaine, qui défini le cahier des charges aura alors un rôle de pilotage et de suivi. Cela peut être un avantageen terme de qualité d’entretien car le service privé est tenu à des résultats (cahier des charges).- Les promoteurs et investisseurs : Ils s’agit d’acteurs du développement urbain, ils créent de la ville au même titre que les acteurspublics. Hors, le secteur privé n’a pas les mêmes intérêts et le respect de la qualité de vie n’est pas une priorité. Ainsi, les quelques loisqui régissent les espaces verts sont rarement respectées par les lotisseurs. L’exemple type est la règle des 7 % d’espaces vertsobligatoires, lors de toutes constructions de lotissement, qui n’est jamais respectée. Généralement, les espaces verts sont les chutes deterrains entre les lotissements ou se situent sur des zones accidentées, donc inconstructibles.- Les associations : Elles sont de deux types sur Fès : 51
    • - Les associations régionales : se groupent autour des thèmes suivants : sauvegarde de l’environnement, restauration du bâti historique,lutte contre la pauvreté et participation aux grandes manifestation socioculturelles régionales et nationales.- Les associations de développement : créées, sur le concept du développement culturel, social et économique. Leur participation esttrès active sur le terrain au niveau de l’information, de la sensibilisation, elles organisent régulièrement des forums de discutions autourde thèmes liés à l’environnement.- Les amicales de quartier : Elles se créent quand la population prend bénévolement en main la gestion et l’entretien d’un quartier,sous-quartier ou immeuble et s’auto gère pour faire face au manque de services ou d’équipement public (électricité, eau,assainissement, collecte des déchets, espaces verts, sécurité…).Les amicales de quartiers sont encouragées par les élus de la ville. La municipalité finance les plantations (arbustes et arbres) et fournitdes outils et parfois du personnel lors dopération de grand nettoyage.Ces amicales réalisent de nombreux projets, au sens large, et présentent de très bons résultats, particulièrement dans les domaines deprotection de l’environnement de proximité (entretien, jardins…) ainsi que dans la mise en place, la réparation et l’entretien desinfrastructures de base (éclairage public, assainissement). 3.7.2. Gestion communale des espaces verts : gestion, entretien, financementLa question de la gestion communale des espaces verts : A part le Parc Oued Fès dont la gestion relève du service forestier local, lagestion des autres espaces verts publics incombe aux Services Techniques des Espaces Verts, placés sous tutelle des Services desTravaux Municipaux de la ville et des 7 arrondissements urbaines de Fès.en règle générale, les budgets relatifs aux espaces verts sont très insuffisants. Ils ne peuvent permettre, ni une bonne gestion desespaces verts existants, ni la création de nouveaux espaces plantés.On estime à :- 27 % du total des espaces verts aménagés à Fès ne sont pas bien entretenus surtout au niveau des petits espaces.- 0,15 % des espaces verts reflètent un état moyen dentretien. 52
    • - 32,85 % des espaces verts sont entretenus d’une façon suffisante et continue.Chaque arrondissement est souveraine sur son territoire mais la Commune Urbaine de Fès, au regard de son budget plus conséquent,a en charge la gestion des gros équipements, c’est-à-dire, les axes intercommunaux, le jardin historique de Jnan Sbil, et la pépinièreOued Fès.En terme d’environnement et particulièrement pour la question des espaces verts, La concertation est impérative entre les différentesentités responsables de ces espaces mais aussi avec la population. En effet, on note un fort éloignement de la population par rapportaux projets d’urbanisme qui les touchent, ce qui est peut-être le fruit d’un manque d’information et de communication, à l’intérieur de lacommune et envers les habitantsTous les services des espaces verts des différents arrondissements souffrent d’un déficit quantitatif plus ou moins marqué de leurpersonnel qui ne leur permet pas d’effectuer l’ensemble des tâches qui leur sont assignées. En général, la priorité est accordée auxarbres d’alignement, et dans une moindre mesure à l’entretien des espaces verts existants. Ceci s’explique par les caractéristiquesclimatiques de Fès qui obligent à privilégier l’ombrage des artères.Au sein du personnel, peu d’ouvriers ont bénéficié d’une formation spécifique aux espaces verts, et le Service des espaces verts assure,en quelque sorte, une fonction sociale par leur recrutement. Ceci a des impacts non négligeables sur l’organisation interne du Service.Il existe deux rubriques dans le budget de fonctionnement, l’une pour l’achat des plantations, et l’autre pour l’achat du petit matériel dejardinage. Le financement de l’aménagement des espaces verts n’est pas régulier et dépend de l’excédent budgétaire annuel.Le montant et l’évolution des moyens financiers sont très inégaux selon les Communes. Ils sont liés à la grandeur des espaces verts àgérer, au degré de préoccupation environnementale des élus et aux priorités qu’ils accordent à l’aménagement urbain. 53
    • Répartition du budget de fonctionnement au cours de l’année 2001 et évolution de ce budget sur les dix dernières années : Communes Urbaines Achat de plantations Achat de petit matériel Evolution du budget sur 10 Budget d’équipement (en DH) (en DH) ans Communauté urbaine 315 000 80 000 Positive Oui Agdal 100 000 80 000 Positive Oui Méchouar Fès Jdid 85 000 35 000 Stagnante Non Saïs 50 000 50 000 Négative Non Fès Médina 80 000 50 000 - - Zouagha 40 000 30 000 Négative NonSource : Service des espaces vert de commune urbaine de FèsTous les arrondissements ont à disposition les outillages légers (sapes, tuyaux, binettes, sécateurs, cisailles, transplantoirs, brouettes,pelles…) comme les outillages lourds (camions-citerne, citernes à tracter, tracteurs, pick-up, tondeuses à gazon, débroussailleuses,tronçonneuses…). Mais la répartition est inégale.Si elle dispose de moyens financiers insuffisants, la Commune peut confier une partie ou la totalité de ses espaces verts à uneentreprise paysagère privée tout en continuant d’exercer un contrôle important des travaux, conformément aux disposition prises dansun Cahier de Prescriptions Spéciales bien précis. La commune d’Agdal a lancé (en mars 2001) un projet-pilote (un des premiers de cegenre au Maroc) en confiant l’entretien d’une partie de ses espaces verts à une entreprise privée, sur la base d’un contrat renouvelableétabli pour 10 mois. Les espaces concernés ont connu déjà une nette amélioration de leur situation. Néanmoins, dans le cadre d’une 54
    • régie indirecte, il convient de rappeler que cette solution est délicate puisqu’elle entraîne une diminution de la relation avec les usagersalors qu’elle est déjà insuffisante aujourd’hui et devrait être renforcée afin de réaliser une meilleure sensibilisation, une meilleureanimation et une diminution de la dégradation.En outre, les amicales de quartier font partie des structures de gestion les plus courantes avec lesquelles les arrondissements essayentde trouver des compromis. Cette formule est la meilleure solution pour disposer d’un jardinier et d’un gardien permanents, mais elledépend fortement de la catégorie socioculturelle dominante du quartier d’habitat concerné. D. Analyse géographiques du territoire étudié 1. Données géographiques et physiques généralesSituation géographique : La ville de Fès est située à une altitude moyenne de 387 m dans la dépression séparant les massifsmontagneux du Maroc septentrional et l’Atlas, aux confins du bassin du Sebou et du couloir de Taza. La ville s’est installée là où la pentede l’Oued Fès, s’accélère pour rejoindre l’Oued Sebou. Elle est située à 200 km à l’Est de Rabat sur la route principale reliantCasablanca à Oujda, dans un secteur ou l’approvisionnement en eau (présence de nombreux Oueds) et en matériaux de construction(briques et calcaires du Zalagh,...) est assuré.A l’Ouest de Fès, la plaine du Saiss, ancien lac d’eau douce, est formée de calcaires recouverts par des alluvions des cours d’eau quidescendent du Moyen Atlas.Le seuil de Taza, partie la plus étroite de l’ancien détroit, est drainé par l’Inaouène, cours d’eau dont son lit passe au milieu de formationsgéologiques très variées. 2. Données statistiques : croissance démographique Population : En 2004, lors du recensement, la population de Fès était comptabilisée à 977 946 habitantsLa population de la municipalité de Fès est passée de 321 581 habitants en 1971 à 447 194 habitants en 1982 et à 769 014 habitants en1994. Taux d’accroissement annuel moyen : 3,6% sur la période 1971-1982 et 3,7% sur la période 1982-1994. On assiste actuellement à 55
    • une baisse du taux d’accroissement puisque sur la période 1994-2004 le taux d’accroissement s’est stabilisé autour de 2,1% commel’indique le tableau suivant :Evolution de la population totale de la ville et des quartiers périphériques de Fès : Année 1971 1982 1994 2004 Nombre habitants 338 069 497 304 769 014 977 946 Taux d’accroissement annuel - 3,6 % 3,7 % 2,1 % (source : Délégation régionale à la population)Ces données sont des statistiques démographiques résultant du recensement de 2004 ramenées à chaque quartier de la ville de Fès.Le taux d’accroissement démographique de la ville de Fès varie d’une préfecture à l’autre à l’intérieur du périmètre urbain selon larépartition spatiale de la population, les taux d’immigration et d’émigration ainsi que la politique d’aménagement urbain. On observe, eneffet, un fort accroissement de la population pour les préfectures de Fès Jdid Dar Dbibagh et Zouagha. Par contre, la population de FèsMédina est caractérisée par un taux d’accroissement qui diminue régulièrement au fil des ans. 56
    • 57
    • - En se basant sur un taux d’accroissement annuel d’environ 2,8%, le S.D.A.U. prévoit que la ville de Fès comptera une population del’ordre de 1,2 millions d’habitants à l’horizon 2015. Projection de la population : Le Centre d’Etude et de Recherche démographique (CERED) a élaboré une projection de la populationde Fès par arrondissements. D’après les résultats, les communes Méchouar, Agdal et Saïss auraient un développement démographiquesimilaire et égal avec une tendance à la baisse. L’arrondissement de Fès médina devrait connaître une baisse démographiqueimportante alors que celui de Zouagha devrait connaître un taux d’accroissement stable jusqu’à 2010.La délégation de la population considère le découpage administratif actuel en trois préfectures comme un zonage homogène vis à vis dudéveloppement démographique et urbain. Ainsi le taux d’accroissement prévu pour les trois préfectures se présente comme le montre letableau ci dessous : Taux d’accroissement annuel Taux d’accroissement annuel Taux d’accroissement annuel (1995-2000) (2000-2005) (2005-2010)Préfecture Fès Jdid Dar 4,7 4,7 4DbibaghPréfecture de Fès Médina 1,4 1,4 0,9Préfecture de Zouagha 4,5 4,3 4,2La direction de la planification semble adopter une approche différente. En effet, après une tendance à la baisse du tauxd’accroissement pour la commune Fès médina, la direction affiche un scénario très optimiste en prévoyant un accroissement de 2,31%pour la période 2011-2018, soit une augmentation d’environ 73% par rapport à la période 2007-2010. Il est certain que sans un effort réelappuyé par une politique volontariste de restructuration de la médina de Fès, une telle hypothèse serait insensée.Les projets de dédensification de la médina en cours, ainsi que les fonds étrangers mis en jeu pour la restauration de celle-ci,permettraient de soutenir une telle hypothèse dans le long terme. 58
    • 3. Les différents réseaux, les principales infrastructures 3. 1. Le réseau routierLa structure viaire correspond à l’ancien découpage administratif de Fès qui est composé de trois entités distinctes :1. La Médina et ses extensions récentes Est et Sud2. La ville nouvelle3. Les extensions Nord d’Ain KaddousLes liaisons qui relient ces quartiers sont, soit réduites aux axes majeurs ou inexistantes, on ne peut donc que constater leurinsuffisance.Un deuxième problème se superpose au premier ; aujourd’hui, le réseau interurbain (régional et national) se compose de grandespénétrantes sur la ville nouvelle :- L’autoroute Fès-Rabat- La RP 1 reliant Rabat via Meknès à Oujda- La RP 20 en direction de Séfrou- La RP 24 en direction d’ImmouzerToutes ces voies convergent sur l’avenue Hassan II pour se poursuivre par l’avenue Allal al Fassi, longeant la Médina au Sud, puis sedirigeant ensuite vers Oujda. Ce système a l’inconvénient de voir tout le trafic interurbain passer par le centre ville, ce qui accentue lesproblèmes de circulation et déplacement. Le système de rocade autour de la ville de Fès et le lancement de l’autoroute de Fès Oujdaaméliora largement le circulation à l’intérieur de la ville, mai vu l’augmentation du parc automobile dans la ville de Fès, il et temps deréaliser un schéma directeur de circulation. 59
    • 3. 2. Le réseau d’assainissementLa ville de Fès est dotée d’un réseau d’assainissement liquide de type unitaire. La ville a bénéficié d’une étude de Schéma Directeurd’Assainissement liquide en 1996.Cette étude a mis en évidence d’une façon générale, la vétusté des réseaux d’assainissement liquide de la ville et la nécessité de samodernisation. Depuis 1996, la RADEEF assure un meilleur fonctionnement de l’évacuation des eaux usées. Elle a mis en place unsystème séparatif sur certaines parties du réseau d’assainissement et tente d’éradiquer les rejets d’eaux usées (ménagers, industriels…)dans les Oueds.La mise en place d’une station d’épuration (la plus grande du Maroc) est prévu pour l’horizon 2010 afin d’achever le traitement des eauxusées. Mais généralement, depuis une dizaines d’années, on observe une amélioration de la qualité des eaux des oueds avec lasuppression des rejets industriels (quelques quartiers résidentiels ne sont toujours pas raccordés au réseau d’assainissement). 4. Le zonage et le cadre de la planificationLa ville de Fès couvre actuellement une superficie denviron 10 000 ha et abrite une population denviron 1 000 000 habitants avec untaux daccroissement moyen annuel de 2,1 %, la ville sest engagée dans un processus de croissance rapide et plus ou moins contrôlé.Suite à lexpansion démographique et afin de faciliter la gestion au niveau communal et exercer un contrôle urbain minimal, la ville deFès sest vue découpée en sept arrondissements. 60
    • 61
    • E. Analyse de l’environnement naturel 1. Les composantes physiques 1. 1. Cadre géologique et morphologieFès est située à l’extrémité orientale du Saiss, qui correspond à la partie centrale du sillon Sud-Rifain. La ville, bordée au nord par lesRides Prérifaines, et au Sud par le causse moyen atlastique, est installée dans une dépression au pied des jbels Tghat et Zalagh. Lesecteur de Fès est complexe, il comprend des reliefs aux caractéristiques géologiques différentes :La montagne caractérisée par le jbel Tghat qui est un massif réduit mais élevé (837 m) est une ride anticlinale fortement redressée, ildomine la gouttière synclinale de l’Oued Fès comblée par d’importants dépôts de colluvions. Le relief se poursuit à l’Est en faiblissant,pour ne culminer qu’à 600 m au Bled Msika, où il dessine de longues crêtes parallèles correspondant à des niveaux plus durs deconglomérats et de calcaires sableux. Au Sud de la ville, dans les marnes, des reliefs collinaires plus modestes culminent à 537 m(Koudiat Ben Jelik)Les plateaux se caractérisent en différentes unités bien distinctes. La première unité dite plaine de Saiss est composée de calcairelacustres, de tufs argilo-calcaire et des conglomérats (ville Nouvelle). La deuxième unité est un lambeau de plateau isolé du Sud de BabFtouh formé de travertins, de marnes et conglomérats (Borj Sud). La troisiéme unité située au sud, sur la rive droite de l’OuedBoufekrane dominant la vallée de Sidi Harazem est constituée de marne bleue altérée.Les vallées sont celles de l’Oued Sebou situé à l’Est et en contrebas de la ville, caractérisées par des terrasses alluviales limoneuses,l’Oued Fès qui est un de ses affluents, et l’Oued mellah. 1. 2. Hydrologie- Hydrologie : La région de Fès est l’une des mieux pourvues en eau au Maroc. Pendant des siècles, cette richesse hydraulique a été leprincipal avantage de la ville. En effet, les eaux venues des hauteurs se concentrent dans cette région.L’hydrologie présente un système axé sur l’Oued Fès qui s’écoule d’Ouest en Est, depuis ses sources de Ras El Ma jusqu’au Sebou entraversant le vallon occupé par la Médina. 62
    • L’Oued Fès est l’axe majeur du paysage urbain de Fès, par où s’articulent les grands éléments de ce paysage, comme la plaine hautedu Saiss à l’Ouest, la plaine basse du Sebou à l’Est, et sur lequel viennent s’appuyer les montagnes (Tghat et Zalagh à l’Ouest et auNord) et les collines (Borj Sud, Koudiat Ben Jellik) qui délimitent le site au Nord et au Sud.Le parcours de l’Oued Fès se décompose en quatre sections distinctes et successives :- de la source à Dokkarat, le cours traverse une zone humide de terrains plats et marécageux où l’Oued récolte ses principaux affluentset établit son équilibre avec la nappe phréatique.- de Dokkarat au Palais, où l’Oued est caractérisé par un tronçon canalisé.- la traversée du Palais Royal, de Fès Jdid et de leur abords, c’est dans ce secteur que se trouve le système de répartition qui règle ledébit des grandes ramifications qui alimentent la Médina.- la traversée de la médina se fait en quatre branches majeures qui se retrouvent dans l’émissaire central, l’Oued Bou Kherareb, avantde sortir des remparts au Nord de la ville. C’est sur ce tronçon que l’Oued est entièrement domestiqué pour les besoins de la ville et quel’on y trouve de graves problèmes sanitaires liés à la triple fonction des canaux (alimentation, irrigation, et assainissement)Sur son parcours, l’oued Fès reçoit cinq affluents sur sa rive droite : ce sont l’Oued Smen, l’Oued Ain Chkeff, l’Oued Miyer, l’OuedMehraz et l’Oued Boufekrane. Il en reçoit un sixième sur sa rive gauche et en aval : l’Oued Mellah.L’importance des eaux souterraines :- Les Oueds Miyet, Mehraz et Boufekrane sont tous les trois alimentés par des résurgences de la nappe phréatique, alors que les OuedsSmen et Ain Chkeff drainent des eaux de ruissellement.- Au Sud-ouest s’étend une nappe phréatique importante et de niveau élevé (0,5 à 5 m max), enrichie par les réseaux d’irrigationparticulièrement denses des Oueds Smen et Ain Chkeff, ainsi que de l’Oued Bou R’Kais en amont de Ras El Ma. Cette nappe comportedeux bassins versants, l’un orienté vers l’Oued Fès amont, l’autre vers l’Oued Mehraz et l’Oued Fès aval. La rupture des pentess’identifie approximativement avec une ligne passant du Sud au Nord par la route d’Ain Chkeff.- La nappe affleure en plusieurs points du vallon de la médina, formant neuf sources qui ont contribué jusqu’à l’époque récente, àl’alimentation en eau de la Médina. 63
    • 64
    • - D’autres affleurements se manifestent à proximité du lit de l’Oued Fès (Doukkarat, Zouagha) en bordure de l’Oued Mehraz et de l’OuedBoufekrane.Une des caractéristiques fondamentales de l’Oued Fès est sa relative pérennité. Il doit celle-ci à la pérennité de ses sources (Ras El Ma,Ain Bou R’Kais) et au drainage de la nappe phréatique particulièrement riche au Sud-Ouest (Bled Zouagha, Ben Souda). C’est dans cesecteur que celle-ci bénéficie d’un important apport de multiples ramifications naturelles et artificielles d’irrigation des Oueds Smen et AinChkeff. 1. 3. LithologieLa région de Fès présente trois zones différentes de part leur caractéristiques lithologiques.Ainsi, nous pouvons distinguer :- Les zones où les matériaux rocheux sont homogènes, avec une forte résistance à la compression (calcaires, conglomérats, travertins)que l’on trouve notamment dans la plaine de Saiss, dans la zone de la route de Sefrou, sur les plateaux de Dhar Merhaz et du Borj Sud.Ces faciès forment également le substrat des quartiers nord (Ben DEbbab, Agadir, Ain Kaddous, Hay Essalam…)- Les zones où les sols sont de fondation stable mais où la résistance à la compression est faible, comme les dépôts récents de l’ouedFès (Dokkarat, Zouagha Bas..) ou les glacis terrasse issues des collines conglomératiques du nord (Ain Kadous, Hay Oued Fès), ,..,ainsi que les terrasses de l’oued Sebou (nouveau lotissement à l’est de la Médina.- Les zones a substrat marneux, aux caractéristiques irrégulières, à haute plasticité, avec faible résistance à la compression et où lesrisques de glissement en masse sont importants. Ces zones sont situées sur les collines au Sud-Ouest, la vallée de intra urbaine del’oued El Mehraz, dans le vallon de Boufekrane, sur le piémont du Zalagh et sur le bassin versant de l’Oued Mellah. 2. Les contraintes 2. 1. SismicitéFès fait partie des régions du Maroc à moyenne probabilité sismique, la sismicité historique est résumée dans le tableau ci dessous : 65
    • Années Importance du séisme1522 Le 22 septembre : Fès et ses villages à 40 lieues à la ronde sont détruits1569 Le 16 juin : grand tremblement entraînant de nombreux dégâts (matériel et humains)1624 Le 11 mai : destruction de Fès1755 Le 24 avril : de nombreuses ruines à Fès1773 Le 12 avril : Gros dégâts à Fès, Tanger est anéanti1906 Le 1er juin : petit séisme (petite intensité)1926 Le 17 décembre : petit séisme(petite intensité)1929 Le 4 janvier :et le 9 août : séisme entraînant quelques dégâts1934 Le 31 mai : petit séisme(petite intensité)De 1936 à 1964 Plusieurs secousses légères 2. 2. InondationsJusqu’au début des années 90, Fès subissait fréquemment des inondations occasionnées par les crues des oueds El Mehraz etBoufakrane mais depuis la construction en amont de la ville de deux barrages collinaires sur ces deux oueds, la ville ne connaît plus dedébordement d’eau à l’exception ceux engendrés par les ruptures de conduites d’eau. 66
    • 2. 3. Glissements de terrainsLes terrains marneux du sillon sud rifain et du Prérif sont très instables et sont affectés par de nombreux mouvement de masse quiprovoque des instabilités de l’infrastructure comme les glissements qui affectent la rocade externe entre la route de Sefrou et SidiHrazem ou bien les effondrement qui affecte une partie des marnes de l’Ouajryine dans la vallée de l’oued El Mehrez. Ces affleurementsnécessitent de la prudence en matière d’aménagement. 3. Desserte des espaces vertsLa desserte des espaces verts a une importance considérable car pour être fréquenté un espace vert doit être accessible. Au-delà durôle écologique des espaces verts, ils ont une fonction sociale et permettent un contact avec la nature dans le milieu urbain, contactimportant pour léquilibre de tous les individus. Lorganisation des espaces verts entre eux doit être pensée avec soin. La trame verte estun élément essentiel dans une ville comme celle de Fès. Elle doit lier parcs, jardins, squares ... entre eux par la plantation darbresdalignement sur les routes. Lessentiel reste cependant que chaque quartier soit dotés de jardins accessibles et fréquentable. 4. Le végétal comme élément structurant Le végétal peut-être un repère dans la ville, un appui visuel, il peut hiérarchiser, organiser et composer avec cohérence latrame ville. Le rôle essentiel des espaces verts dans le milieu urbain lui confère différentes fonctions qui contribuent à structurer la ville. Ilorganise et met en valeur lespace urbain par laspect esthétique quil apporte. Il protège et conserve aussi les sites remarquables(historiques, naturels...). Ils permettent de susciter un attrait culturel et économique. On leur confère parfois le statut déquipementcollectif pour les citadins et rayonnent à léchelle du quartier, de larrondissement ou de la ville. 67
    • III. Etat des lieux spécifiques : diagnostic général par ArrondissementDans l’analyse du diagnostic des espaces verts, nous donnerons les résultats généraux pour la ville de Fès en ce qui concerne lesjardins, les arbres d’alignement, les terrains de sport, les coulées vertes et les forêts. Nous donnerons ensuite plus en détail les résultatsdes jardins et des plantations d’alignement par arrondissement.• Le diagnostic a été construit sur la base des éléments suivants :- Des visites de terrain et missions photographiques, ce qui a permis une cartographie détaillée des espaces verts de la ville- Une analyse documentaire :* Documents d’orientation existants et études précédentes sur la zone,* Photographies aériennes (IGN).- Une enquête auprès de : * La population * La Commune Urbaine * Les amicales de quartiers 68
    • A. Diagnostic généralLes espaces verts dans l’espace urbain ou périurbain de la ville de Fès sont répartis en cinq catégories. Les jardins, les coulées vertes,les terrains de sport, les forêts et les plantations d’alignement. 1. Les jardins 1. 1. Types de jardinsNous avons distingué six types de jardins dans la ville de Fès, le jardin publique, le jardin d’enfants, le jardin historique, la place, le rondpoint planté et la pépinière. Sur les 230 jardins que compte la ville de Fès, ce sont les jardins publiques qui sont le plus représentés avec88,7 %, couvrant une surface représentant 57,11% de l’ensemble des espaces verts. Répartition des Types despaces verts 1. 2. Répartition des jardins entre arrondissementC’est l’arrondissement de Saiss qui possède le plus grand nombre d’espaces verts. En effet, 52 % de l’ensemble des jardins de la villese trouve dans cet arrondissement. Mais les jardins de cet arrondissement sont de petite taille et ne couvrent que 9 % de la superficietotale des espaces verts de la ville. 69
    • 1. 3. Superficies des jardins Répartition des espaces verts par classes de superficie (m²)Les espaces verts de la ville de Fès sont caractérisés par leur petitetaille. Les jardins dont la superficie est inférieure à 500 m² dominentavec 51,5 % alors que ceux qui dépassent 20 000m² ne représententque 3%. 1. 4. Etat d’entretienPour analyser l’état d’entretien des espaces verts de la ville, nous avons établi une échelle de trois degrés, bien entretenu (bon), peuentretenu (médiocre) et délaissé. On s’est aperçu que 42 % des espaces verts sont délaissés, alors que seulement 27,8 % sont bienentretenus. Certains jardins considérés comme bien ou peu entretenus ne le sont que partiellement. C’est pour cela que si on tientcompte des superficies de jardins entretenus, le pourcentage des jardins bien entretenus devient beaucoup plus faible. Etat d’entretien des espaces verts Etat d’entretien selon les superficies entretenues 70
    • 1. 5. Niveau de sécurité dans les jardinsLe niveau de sécurité dépend des quartiers et change selon les périodesde la journée. En général, les jardins sont plus sécurisés le jour que la Répartition des espaces verts par niveau de sécuriténuit. Pendant la nuit, les jardins les plus sûrs sont ceux qui possèdentun service de gardiennage ou bien se trouvent sur le chemin des rondesde la police. Les statistiques montrent que pendant le jour, 65 % desespaces verts sont jugés sûrs et 14 % ont un niveau de sécurité trèsbas.La majorité des jardins de la ville de Fès sont de petite taille, et quand il y a des grands jardins, ils ne sont généralement entretenus quepartiellement. En effet le service des espaces verts de la commune urbaine n’entretient que 30% des jardins de la ville. Plusieursfacteurs sont responsables de ce mauvais état d’entretien, mais le manque de moyens humains et matériels en reste le principal. Il fautnoter que le vandalisme et le braconnage sont très fréquents, surtout dans les jardins des quartiers populaires et dans les jardins nongardés. Enfin, à cause du manque d’espace vert à l’échelle de la ville, la fréquentation est très élevée au niveau des jardins bienaménagés. Cette forte pression sur ces jardins fini par causer une forte dégradation au niveau des plantes et du mobilier. Les photos ci-contre montrent quelques actes de vandalisme, très répandus sur l’ensemble des espaces verts de la ville de Fès. 71
    • Place florence : Grillage et banc démolis Jardin Lalla Amina : Poteau d’éclairage briséMérinides : Ordures jonchant le sol en plein air Jardin Nwawel : Arbre cassé et brûlé 72
    • 2. Forêts et coulées vertesDeux ‘forêts’, issues de reboisement, se trouvent dans l’espace périurbain de la ville de Fès, la forêt d’Ain Chkef au sud et celle deTghat au nord ouest. Elles couvrent une superficie de 554,7 hectares et constituent le poumon de la ville de Fès. La forêt d’Ain Chkef estplantée par le pin d’Alep et l’eucalyptus. La végétation spontanée est dominée par des arbustes et des plantes annuelles, bisannuellesou vivaces comme ou Narcissus, Asparagus et Chamaerops humilis. La forêt de Tghat ne connaît pas une grande affluence deshabitants de la ville parce qu’elle se trouve sur un terrain accidenté, non accessible aux véhicules et où la sécurité n’est pas assurée.Toutefois, la richesse floristique de cette forêt est beaucoup plus importante. Les principales espèces sont Pinus alepensis, Pinuscanariensis, Tetraclinis articulata, eucalyptus sp. Ceratonia siliqua et Argania spinosa. Le sous bois est varié avec des espèces commeAsparagus, Chamaerops humilis et Stipa tenassissima.Les coulées vertes, généralement naturelles parfois reboisées, sont au nombre de 13. Elles sont réparties à l’intérieur et au voisinage dela ville. Elle couvre une superficie de 688 hectares. Pendant le printemps, la population avoisinant ces coulées vertes profitent de leurverdure et de la douceur du climat pour pique niquer en famille. 73
    • Forêts et coulées vertes de la ville de Fès Arrondissement Localisation Type despace vert Superficie (ha) Mérinides Jbel Tghat Forêt 474,7 Mérinides Dhar Lakhmis Coulée verte 28 Mérinides Oued El Maleh Sidi Boujida Coulée verte 15,35 Mérinides Hotel Mérinides Coulée verte 11 Jnan Louard Oued El Maleh Ain Nokbi Coulée verte 28 Mérinides Ben Debbab - Lamssallah Coulée verte 16 Medina - Mérinides Gare routière - Borj nord Coulée verte 30 Zouagha Ain Chkef Forêt 80 Agdal Oued El Mahraz Coulée verte 141 Agdal Jnan Louard Oued Boufakrane, Borj sud Coulée verte 140 Mérinides Belkhayat Coulée verte 76 Sais Barrage EL gaada Coulée verte 75 Agdal Quartier industriel Dokkarrat Coulée verte 3,2 Agdal Oued Fès Coulée verte 121 Mérinides Quartier Mabrouka- Agadir Coulée verte 4 74
    • Forêts et coulées vertes au niveau de la ville de Fès75
    • 3. Les terrains de sports Surfaces gazonnées pour sport par équipes 76
    • Les surfaces gazonnées réservées aux pratiques sportives par équipes sont au nombre de quatre et couvrent une superficie de 13,4hectares. Les terrains Assaadiines comportant six surfaces d’une superficie globale de 8,2 hectares, Le terrain Hassan II dont la surfacede jeu gazonnée est d’une superficie de 2,2 hectares, le complexes sportif de Fès possède une surface gazonnée de 2 hectares et lecomplexe sportif Tajmouati au quartier Bensouda qui possède une surface gazonnée d’environ 1hectare. 4. Les plantations d’alignementLe Maroc adopte progressivement des normes internationales en matière d’aménagements des espaces urbains pour une meilleurequalité de vie de ses populations. Les arbres d’alignement constituent une composante importante de ce domaine. Ils embellissent lesavenues et les rues de la ville de Fès. Ils remplissent à la fois des fonctions sociales, urbanistiques et bien entendu biologiques. En effet,ces plantations servent à souligner la circulation, à embellir les rues, à donner du rythme, à créer un fond, à offrir un ombre et un habitatpour d’autres espèces (insectes, oiseaux…etc.).Lorsque les artères de la ville sont à voie unique, les alignements d’arbres se limitent aux trottoirs des bordures. Dans le cas d’artères àdouble voie avec un refuge ou une terre centrale pleine, on peut avoir, en plus des arbres d’alignement des bordures, un ou plusieursalignements sur la terre pleine centrale selon sa largeur.Fès compte 333 artères de largeurs supérieures ou égales à 10 m (trottoir et voie), allongées sur une distance de 246 km. Sur cesroutes, 40649 arbres sont plantés. 30 % des rues ont 10 m de largeur et 17 % de 12m alors que les grandes artères de plus de 30m delargeur ne représentent que 3,6%.Presque 50 % des rues de la ville ont une largeur comprise entre 10 et 15 m. 19 % des artères de Fès possèdent un refuge ou une terrepleine centrale avec des arbres d’alignement. Les espèces utilisées pour les plantations d’alignement sont très diversifiées. Les plusreprésentées sont le bigaradier (Citrus aurantium, 61,47%), l’olivier (Oleae Europaea 7,35%), le brachychiton (Brachychiton Acerifoliumet B. populneum. 6,47%), le platane (Platanus acerifolia 5,29%). Trois autres espèces sont représentées avec moins de 3%, il s’agit duficus (Ficus retusa), Jacaranda (jacaranda mimosifolia) et sophora (Sophora japonica). Les autres espèces ne sont pas bienreprésentées. Il s’agit des palmiers (Phoenix canariensis et Washingtonia sp,), du micocoulier (Celtis australis), du frêne (Fraxinusexcelsior), du Faux poivrier (Schinus molle), du Schinus terebthifolius, du Févier (Gleditschia triacanthos), de l’arbre de Judée (Cercissiliquastrum), du mûrier (Morus sp.), du tipuana tipu, de l’oranger des osages (Maclura pomifera), du Melia azedarach et de Lagunaria. Ilfaut noter que le refuge de l’avenue Hassan II est considéré comme un jardin. Par conséquent, les palmiers de cet espace ne sont pasconsidérés comme des arbres d’alignement. 77
    • Répartition des artères selon la largeur Répartition des artères selon lespèce dominante Proportion des artères avec refuge ou terre pleine centrale 5. Ratio d’espace vert par habitantLes jardins aménagés de la ville couvrent une superficie totale de 804 074 m² pour une population de un million d’habitants. Le ratiod’espace vert est donc inférieur à 1m2 par habitant.Si on prend en considération la surface couverte par les arbres d’alignement (40676 m²), en partant du principe que chaque arbre couvre 78
    • une surface de 1m2, le ration ne change pas d’une façon significative et reste au alentour de 1m2 par habitant.Les coulées vertes intra urbaines de oued Fès, de oued El Mehraz, du quartier Agadir et de la zone est de l’arrondissement desmérinides couvrent une superficie de 2 800 000 m². En ajoutant cette superficie à celle des jardins aménagés et à celle des arbresd’alignement, le ratio par habitant devient égal à 3,6 m². Cependant, avec la disparition de la coulée verte de oued Fès au profit deprojets immobiliers, le ration, déjà inférieur à la norme internationale acceptable (20m2), va diminuer d’avantage.Vu le manque d’espace de loisir et de pique nique à l’intérieur du périmètre urbain et périurbain, les habitant de Fès utilisent les zonesnaturelles près du barrage El Gaada et les zones nord et nord-est, naturelles et non agricoles, qui couvrent une superficie de presque1000 hectares. Si on intègre les superficies de ces zones périurbaines dans le calcul du ratio, ce dernier monte à 13 m2 par habitant. Espace vert Surfaces en m2 Jardins 804 073,74 Arbres d’alignement 40676,00 Coulées vertes, forêts 12 428 320,00 Total 13 273 069,74 79
    • B. Diagnostic spécifique par arrondissement 1. Arrondissement de Saïss 1.1. Données générales sur l’arrondissementL’arrondissement Saïss est situé au sud-est de la ville de Fès. Aménagé au cours des années 80, ce quartier constitue la limite sud de laville. Sa superficie avoisine 1990 ha et sa population compte 156 590 habitants selon le recensement de 2004.Cet arrondissement est parcouru par les deux principaux oueds de la ville à savoir : oued el Mehraz qui traverse le cœur del’arrondissement et la zone industrielle et oued Boufekrane qui traverse le plateau Dhar el Mehraz. Le débit de ces oueds n’est pasconstant et les eaux de Oued el Mehraz sont très polluées. 1. 2. Enjeux pour le Plan vert- Protéger les espaces non bâtis, notamment ceux de la ceinture verte et les espaces agricoles périphériques face à la forte pressionfoncière exercée par l’accroissement démographique et les spéculateurs.- Mettre un effort supplémentaire dans la plantation des espaces (alignement et jardins), l’entretien et l’équipement des jardins.- Equiper les quartiers populaires de Narjis encore très pauvres en espaces verts.- Protéger la coulée verte de l’Oued el Mehraz face à l’urbanisation et aux pollutions.- Lutter contre toutes les formes de pollution et dégradation d’origine anthropique.- Mettre en valeur les deux Oueds qui traversent l’arrondissement. 80
    • 1. 3. Projets d’espaces verts dans le plan d’aménagementLe plan d’aménagement (PA) prévoit un ratio de 4.85m2/habitant au niveau de l’arrondissement Saiss- Réalisation de 6 places dans les secteurs de Mont fleuri et Narjiss pour une superficie totale plantée de 4500m².- Réalisation de 9 jardins et de 5 parcs pour une superficie totale de 630 500m².- Plantation et aménagement des rives de l’Oued Mehraz- Aménagement de places, élargissement de la voirie et plantations sur la route d’Immouzer- Aménagement de places plantées, de ronds points et de carrefours de la route de Séfrou.- Création d’un petit jardin d’une superficie de 1 ha à Aouinat El Hajaj par la municipalité, mais sans implication de la population. Jusqu’àprésent, ce jardin est bien entretenu.- Autre expérience intéressante (1999-2000), concernant les espaces verts privés. La rue qui bordait les maisons avait une emprisetellement large que la municipalité a délégué aux riverains les espaces bordant leur maison afin qu’ils les transforment en jardins.L’expérience a très bien fonctionné, probablement car il s’agit de propriétés privées et les jardins sont bien entretenus (clôtures,plantations…).- Voie de circulation (dans le secteur Narjis – 2002) d’une emprise au sol de 50 mètres, avec un espace vert sur la terre pleine centralede 16 mètres. La voirie fait désormais 14 mètres et un parc de stationnement est aménagé de chaque côté. Le projet, financé par lamunicipalité, a été adjugé et les travaux de réalisation sont en cours. 1.4 Etat des lieux des espaces verts dans l’arrondissement 1. 4. 1. Jardins 81
    • Malgré la présence de 52% de l’ensemble des jardins de Fès dans cet arrondissement, la superficie de ces jardins ne représentent que9,2 % de la superficie totale des jardins de la ville de Fès. La majorité des jardins, soit 94 %, ont une superficie de moins de 2000m² etsont généralement plus ou moins bien entretenus. Les jardins gérés par les amicales de quartiers ou simplement par les habitants sontles mieux entretenus. Répartition des surfaces despaces verts entre arrondissements Répartition des jardins selon leur superficie (m²) Répartition des jardins selon le type d’espace vert Répartition des jardins selon le niveau dentretienIl se dégage des figures ci-dessus que les jardins publics, sans fonctions particulières, sont dominants dans l’arrondissement de Saiss. 82
    • Ils représentent en effet plus de 96% des jardins. Malgré leur abondance, ces jardins sont de petite taille et sont mal équipés en mobilier,ce qui ne leur permet pas d’accueillir un grand nombre de visiteurs.Au niveau de leur entretien, nous pouvons constater que plus de 65% des jardins sont mal ou pas du tout entretenus. L’entretien de lamajorité des jardins bien entretenus est assuré par les amicales de quartiers. 1. 4. 2. Arbre d’alignementL’étude consacrée aux arbres d’alignement dans l’arrondissement de Saiss révèle que les axes routiers de cet arrondissement, dont lalargeur est supérieure à 10 m, s’allongent sur une longueur de 65 km. 57 % des axes possèdent une largeur comprise entre 10 et 15 m,alors qu’une seule avenue à une largeur qui dépasse 30m, il s’agit de l’avenue Bayrouth. Ces artères sont embellies par 5294 arbresd’alignement. 76 % de ces arbres sont des bigaradiers (Citrus aurantium). Les autres espèces sont représentées par des proportionsproches de 5%. Il faut noter qu’il y a 1233 cuvettes non plantées. Les arbres d’alignement ne sont homogènes que dans 23 % desartères alors q’ils sont mixtes dans 77 %. Répartition des axes selon leur largeur en mètre Répartition des artères selon lespèce dominante Homogenéité des arbres dalignement 83
    • 1. 5. Décomposition par quartiersLa partie est et sud-est de l’arrondissement est occupée par le quartier de Narjis. Ce quartier relativement récent se composeessentiellement de bâtiments en R+3 à R+6. De part sa récente réalisation, la trame viaire est organisée selon un plan structuré etorganisé autour du rond point de Narjis. Ce rond point constitue le centre d’où partent toutes les avenues plantées. Des travaux sont encours pour l’aménager en un grand jardin. A la fin de ces travaux, le futur jardin possèdera une aire de jeux pour enfants et constituera àlui seul le coeur structurant la trame viaire et verte de ce quartier. Il est inséré dans un cadre bâti assez dense, puisqu’il est entouréessentiellement de bâtiments R+4, possédant actuellement peu de commerces en rez de chaussée. En absence d’une forte activitécommerciale et d’espaces de rencontres, ce futur jardin devra à lavenir accomplir son rôle attractif.Le quartier ne possède pas de grands jardins, ni de parcs ou de places. Par contre, de très nombreux petits jardins de petite taille sontrencontrés. Ces petits jardins n’offrent pas assez de place pour la détente ou les rencontres. Cependant, ils peuvent réussir à créer unlien social assez fort du fait que ce sont les riverains qui se chargent de leur entretien. Malgré les efforts déployés pour entretenir cesespaces, leur état laisse parfois à désirer, puisquon y trouve souvent des déchets de différentes natures.Il faut noter que lorsque ces petits jardins sont pris en charge par les amicales de quartiers, ils sont souvent clôturés et protégés par desfils barbelés qui empêchent tout accès. Ils ont donc une vocation plus dornementation que despace public pour se détendre ou faire desrencontres. Les espèces dominantes de ces jardins sont les espèces les plus répandues dans la ville de Fès : bigaradier, palmierwashingtonia, brachychiton et olivier. Les espaces verts sont dépourvus de systèmes d’arrosage et ne sont pas gardés. Ce sont lesamicales de quartiers qui se chargent de l’arrosage de ces espaces durant la saison sèche. Ainsi, ces jardins créent souvent des lienssociaux entre les voisins qui cherchent à améliorer leur condition de vie.A proximité du rond point de Narjis, il est fréquent de trouver de récentes rues plantées darbres. Les riverains portent une attentionparticulière à la propreté de leurs rues et installent leurs propres plantes sur le trottoir. En général, le choix des espèces plantées ne suitaucune règle. Les habitants plantent d’abord les arbres présentant un intérêt économique, olivier pour les olives ou bigaradier pour lafleur d’orangers. Les plantations d’alignement présentent ainsi une certaine anarchie au niveau du choix des espèces et de l’entretien.Les cuvettes non plantées sont nombreuses et sont souvent liées à la présence de locaux commerciaux qui occupent les trottoirs. 84
    • Rond point de Narjis en cours daménagementAppropriation des trottoirs par lesriverains 85
    • Awinat El Hajjaj Narjis MontfleuriAin Chkef Espaces verts dans l’arrondissement de Saïss 86
    • L’arrondissement est également composé dun quartier plus populaire et anarchique, Awinet al hajjaj, dont la densité de la population esttrès élevée. La typologie est de type R+2 à R+4. Les rues de ce quartier sont très étroites et désordonnées. Il y a donc très peu de ruesplantées dans ce quartier.Au nord et nord Est se trouvent les extensions résidentielles du quartier Mont fleuri dont la partieà l’est est constituée d’immeubles de type R+2. Les rues y sont étroites et les espaces verts sontrares. A l’ouest, il y a une zone villa bien gardée par les amicales de quartiers. La densité de lapopulation dans cette zone est relativement faible et les espaces verts sont bien entretenus.Devant chaque villa, le trottoir est engazonné et les arbres sont en bon état. Chaque villa jouitégalement d’un jardin particulier protégé par des clôtures et les petits murets sont souventrecouverts dune haie. Ces espaces verts rendent la trame paysagère agréable et non agressive.Au sud, Les terrains agricoles sont fréquents. On y trouve aussi le camping du diamant vert, lenouveau complexe sportif de Fès, quelques entreprises, la faculté de médecine et de pharmacieet le futur CHU. La densité de construction y est très faible et les bâtiments sont dispersés et peu Zone tampon à préserverélevés. Ceci laisse beaucoup d’ouvertures sur les plaines de Saiss. Cette partie delarrondissement constitue donc une liaison avec les espaces naturels environnants. 87
    • 1. 6. Contraintes et atouts Contraintes AtoutsDensité forte des constructions au Nord Ouest. Potentiel foncier.Pression foncière. Proximité du périmètre de la ceinture verte.Moyen matériel et main d’œuvre. Ouverture paysagère sur les montagnes du moyen Atlas.Pas de budget pour l’entretien. Densité faible au sud.Formation du personnel. Aménagements des voiries récents et de qualité.Mauvaise finition des lotissements au niveau des voiries Présence de nombreuses surfaces agricoles et jardins privés qui participent à une(parfois inexistantes). verte de qualité.Présence d’habitat illégal et insalubre. Dynamisme de l’arrondissement ces dernières années (au niveau de l’aménageme 88
    • 2. Arrondissement de Zouagha 2. 1. Données générales sur l’arrondissementL’arrondissement de Zouagha contient une grande partie des quartiers populaires de la ville de Fès. Il est situé au Sud ouest de Fès à lalimite des zones agricoles. Cet arrondissement a connu de grandes opérations immobilières, réalisées en un temps très court, afin desubvenir aux besoins de logement liés à l’accroissement démographique et l’exode rural. Malheureusement, ces lotissements ont étéconstruits sans plan d’aménagement, ce qui a causé dimportants dysfonctionnements urbains dont les conséquences commencent à sefaire sentir aujourd’hui : enclavement, ségrégation et isolement.L’arrondissement de Zouagha possède une superficie de 2700 ha et accueille une population de 163 291 habitants selon le recensementde 2004, avec un taux de croissance annuel très élevé de l’ordre de 6,35.Pour les ressources en eau, l’arrondissement est traversé par 4 oueds, à savoir Oued El Himer, Oued Fès, Oued Ain Chkef et OuedSmen. De plus, Zouagha renferme 2 nappes aquifères superposées :- une nappe libre dite phréatique située dans les terrains superficiels à 3-4 m de profondeur.- une nappe captive constitutive de l’aquifère profond à 1200 m de profondeur.En ce qui concerne le bâti, l’arrondissement est formé principalement d’immeubles R+3 à R+6 avec une densité forte. Il existe aussiquelques lotissements de villas. La plupart des immeubles sont réservés aux couches sociales populaires et sont entourés dune trameviaire étroite et désordonnée, parfois inexistante. 2. 2 Enjeux pour le plan vert- Préservation des surfaces agricoles, limitation de l’étalement urbain.- Traitement et dépollution des carrières.- Préservation de quelques réserves foncières pour les aménagements futurs. 89
    • - Mise en cohérence des différents quartiers d’habitat (aménagement de voirie, cohérence architecturale,…)- Réalisation de voiries, d’aménagements de voirie, d’espaces verts, et de tous les autres équipements nécessaires à une qualité de vieacceptable pour les habitants.- Réalisation de liaisons viables entre les quartiers d’habitat sociaux et le périmètre urbain dense.- Préserver les ressources naturelles en eau comme la nappe phréatique de surface qui est une source en eau importante pour la ville etsurtout la proteger des pollutions liées à l’industrie.- Faire un effort sur l’entretien des espaces verts. 2. 3. Projets du plan d’aménagement- Réalisation de 31 places dans les secteurs de Ben Souda, Sidi Al Haj et Hafat Benzakour pour une superficie totale de 73 600m².- Réalisation de 49 jardins pour une superficie de 523 480m².- Plantations d’alignement avec élargissement de voirie dans les secteurs : Hafat Moulay Idriss, avenue des Mérinides, Aïn Smen,…- Plantation et aménagement des rives de l’Oued Fes et le long de la route de Aïn Chkeff.- Plantations dans le secteur de Merja (nord de la voie ferrée), à Ben Souda (limite communale avec Aïn Chkeff) et à Hay Wifaq.- Traitement paysager des carrières (terrains présentant des risques d’effondrement importants ou de mauvaise qualité paysagère) surune superficie de 10ha. Le P.A de Zouagha prévoit également la création de zones de verdure sur des terrains accidentés (environ 60ha) où la réalisation, qui doit subir un traitement spécifique, s’avère plus coûteuse qu’ailleurs.- Réalisation de 17 alignements plantés dans le secteur de Aïn Haroun pour une superficie plantée totale de 23 200m² (aux abords descarrières)- Réalisation d’une plantation conformément au P.A dans le secteur de Hay Wifaq pour une superficie totale de 13 200m² 90
    • - Plantation et aménagement des rives de l’Oued Fès et le long de la route de Aïn Chkeff.- Plantations réalisées dans le secteur de Merja (nord de la voie ferrée). 2.4. Etat des lieux des espaces verts dans l’arrondissement 2. 4.1. JardinsL’arrondissement de Zouagha est pauvre en espaces verts aménagés. Seuls 11 jardins sont rencontrés, couvrant une superficie totalede 29019 m². Cette superficie ne représente que 3,5 % de la surface totale de la ville couverte par des jardins. Parmi les 11 jardins, dixsoit 91 %, sont des jardins publics et un seul jardin est équipé par du mobilier pour jeux d’enfants. Un seul jardin possède une superficiede 12430 m², trois jardins ont une superficie inférieure à 5000 m² et les autres sont de petite taille ne dépassant pas 2000m². Types de jardins Classes de surface des 11 jardins de Zouagha 2. 4.2. Arbres d’alignementL’arrondissement de Zouagha comporte 46 axes routiers de largeur supérieure à 10 m. Ils sont longs sur environ 44,6 km, en comptantles axes frontaliers avec les arrondissements de Saiss, des mérinides et d’Agdal. Ces routes sont embellies par environ 7161 arbres.Parmi ces arbres, le bigaradier (Citrus Aurantium,) représente 34 %, l’olivier 21 %, le brachychiton 16%. Il faut noter la présence d’un 91
    • grand nombre (540) de cuvettes non plantées, sans compter celles qui ont été tout simplement colmatées. Répartition des axes routiers selon la largeur en mètre Répartition des axes selon les arbres dalignement Homogenéité des arbres dalignement 92
    • 93
    • 2. 5. Décomposition par quartiersAu Sud, est localisée la zone industrielle avec une densité de construction faible et une qualité architecturale très médiocre. Les routesne sont pas entretenues. Les rues sont parfois très étroites et lon y trouve des casses et différentes activités liées à la réparation desautomobiles. Dans ces rues, on rencontre peu de végétation, souvent représentée par des arbres fruitiers isolés pour la consommationpersonnelle (oliviers, amandiers, abricotiers, figuiers …etc.). Les grandes avenues sont démesurément larges avec une végétationdisparate et rare. En l’absence de plantations par la mairie, chaque société privée est libre de planter les arbres qu’elle souhaite sur letrottoir longeant sa propriété. Garagistes automobiles Anciennes carrières Terre pleine centrale délaisséeA lEst, on rencontre une carrière demprise considérable et des terrains agricoles de plus ou moins grandes surfaces (oliveraies,…).Ces éléments font la jonction avec les larges terres agricoles fertiles qui entourent la ville. Ils sont en harmonie avec leur environnementet représentent une véritable rupture avec les quartiers, à l’urbanisation anarchique, qui les avoisinent. La carrière reste un site àsécuriser le plus rapidement possible.Le secteur de Zouagha est aménagé de manière irrationnelle. Le dynamisme au niveau des constructions est très fort. Depuis quelquesannées, les quartiers d’habitats sociaux se sont multipliés sans cohérence réelle au milieu des zones industrielles. Plusieurs anomalies 94
    • sont relevées concernant la quasi absence d’espaces verts aménagés, de voiries aménagées, d’homogénéité et de qualitéarchitecturale. En effet, Les constructions s’étalant sur des dizaines d’années, les surélévations sont anarchiques sans aucuneesthétique et les lots non bâtis servent actuellement de décharges.Les jardins de quartier sont rares et très peu entretenus. Cependant on peut noter l’existence au milieu des immeubles, de petits îlotsd’espace vert plus ou moins aménagés. Ces jardins sont souvent dégradés et complètement délaissés, à quelques exceptions près. Jardin de quartier mal entretenu, appropriation de Un des rares jardins entretenu lespace public par les habitantsLes plantations d’alignements sont elles aussi rares et parsemées. Dans un quartier qui a été construit sans aucun plan d’aménagement,les promoteurs n’ont pas fait attention à ce genre de considérations. Toutefois, depuis les années 90, quelques rares avenues sont 95
    • plantées par la mairie. Les arbres plantés sont donc jeunes et souvent dégradés par les riverains. Un jardin public aménagé avec desbancs et des cheminements piétons se trouve sur le grand axe structurant le quartier, séparé lui-même par une terre pleine centrale.La majorité de lespace de larrondissement semble minéral, la végétation se fait particulièrement rare et un effort important sera donc àporter dans ces quartiers. Avenues très peu plantées, présence de jeunes arbres. 96
    • 2. 6. Contraintes et atouts Contraintes AtoutsForte densité des constructions. Grand potentiel foncier.Pression foncière. Situation au cœur de la ceinture verte.Manque de moyens matériel et main d’œuvre. Ouverture paysagère sur les montagnes du moyen Atlas.Pas de budget pour l’entretien. Site favorable à l’extension urbaine (relief, nature du sol,...).Formation du personnel. Présence d’une nappe phréatique importante.Coupure avec le reste de l’agglomération. Proximité des grandes infrastructures routières.Absence d’équipements. Densité de constructions faible au sud.Présence d’industries parsemées et parfois dangereuses.Hétérogénéité et mauvaise qualité architecturale.Absence de gestion correcte des déchets solides.Absence de liaisons entre quartiers et le reste de la ville.Regroupement de couches populaires pauvres avec réalisation deprojets d’habitats sociaux de très grandes superficies 97
    • 3. Arrondissement des Mérinides 3. 1. Données générales sur l’arrondissementL’arrondissement des Mérinides avec sa superficie de 1300 hectares est le plus peuplé des arrondissements de Fès avec plus de200 000 habitants recensés en 2004. 3. 2. Enjeux pour le plan vertTraitement des sols pour remédier à leurs dangereuses instabilités (plantations pour lutter contre l’érosion, murs végétaux pour fixer lesfalaises, …)Traitement des carrières en parcs ou jardins après leur dépollution.Préservation des surfaces agricoles tampons, limitation de l’étalement urbain.Préservation de quelques réserves foncières pour les aménagements futurs.Mise en cohérence des différents quartiers d’habitat (aménagement de voirie, cohérence architecturale, liaisons…)Réalisation de voiries, d’aménagements de voirie, d’espaces verts, et de tous les autres équipements nécessaires à une qualité de vieacceptable pour les habitants.Réalisation de liaisons vertes entre les quartiers d’habitat et la Médina (pour les habitants mais aussi dans l’optique de capter plusfacilement les touristes dans cet endroit à la vue et à l’histoire exceptionnelle). 98
    • 3.3. Etat des lieux des espaces verts dans l’arrondissement 3. 3. 1. JardinsLa superficie totale des jardins aménagés de l’arrondissement des Mérinides est de Types de jardins dans larrondissement les Mérinides164 592 m². Cette superficie représente 20,3 % de la superficie des jardins de la ville deFès. Bien que l’étendue est assez grande par rapport à d’autres arrondissements, lenombre de jardins est relativement faible. En effet, seul 20 jardins sont rencontrés. Parmieux, un seul comporte un mobilier pour jeux d’enfants et deux ronds points plantés. Le resteest constitué de jardins publics avec toutefois, une grande partie d’espace vert aménagé lelong des murs du nord de la médina et l’axe routier de Bab Sagma vers Meknès.Pour l’entretien de ces espaces, seul le jardin situé en bordure de la route de Meknès muni Niveau dentretiend’une fontaine délaissée, reçoit un peu de soin. Huit jardins de quartiers sont entretenus defaçon très intermittente, alors que 11 jardins, surtout ceux de grandes superficies longeantles murailles, sont délaissés. Répartition des axes routiers selon la largeur (mètres) 99
    • En ce qui concerne la superficie de ces jardins, 45 % d’entre eux ont unesuperficie inférieure à 2000 m², 20 % possèdent une superficie qui dépasse Répartitions des jardins selon la classe de superficieun hectare dont deux dépassant les quatre hectares. 3.3.2. Arbres d’alignementEn prenant en considération les axes routiers frontaliers avec les autres arrondissements, les avenues et les rues de l’arrondissementdes Mérinides sont longues de 33,59 km. Parmi ces axes, environ 50% ont une largeur qui ne dépasse pas 10m.Le nombre d’arbres d’alignement compté est de 8460 arbres. 841cuvettes non plantées ont été rencontrées sur les différentes rues. Lesrues où les arbres d’alignement appartiennent à la même espèce ne constituent que 35%. Dans 65% des cas, on note un mélanged’espèces. Au niveau de la composition spécifique des arbres d’alignement, le bigaradier etl’olivier sont les arbres dominants avec une représentation de 26% pour chacune de ces Homogenéité des arbres dalignementdeux espèces. Le palmier des canaries, le platane et sophora sont représentés par desproportions assez importantes, respectivement 13%, 10% et 10%. Les autres espèces sontprésentes avec des proportions inférieures à 5%. 100
    • Espaces verts de l’arrondissement “Les Mérinides” Coulées 3. 4. Décomposition par quartiers vertes Arbres d’alignementArrondissement périphérique situé au Nord-ouest de la ville de Fès. L’arrondissement s’est élargie à l’ouest au dépend de terre agricole.Ces nouveaux lotissements, Oued Fès, Alhadika, Tghat, encore en construction, formant des zones de villas, R+2, R+3. Le tissu urbain Jardinsn’y est pas encore bien déterminé et ces quartiers présentent relativement une faible densité.Au centre de l’arrondissement, se trouve un habitat social plus ancien (années 70-80) destiné aux couches sociales moyennes etpauvres. Ce quartier est plus dense et son tracé viaire est étroit et désordonné. Malgré le manque d’entretien, il reste cependant dans unétat correct (Ain Kadous, Lamsallah, Agadir…etc.).L’arrondissement est formé, à l’est, d’habitat d’une hauteur variable selon les quartiers : R+3 à R+4. Ces logements furent construitspour absorber l’exode rural. Cette partie des Mérinides concentre désormais les quartiers les plus populaires de la ville. L’aménagementglobal de ces quartiers s’est constitué en dehors des lois d’aménagement et d’urbanisme. Dans le quartier dit 44 par exemple, alors quele règlement prévoyait des îlots de 44m2 avec une hauteur équivalente au R+2, la réalisation finale offre des immeubles en R+4. Aprésent, de nombreuses résidences sont menacées d’effondrement. On trouve aussi dans cette partie de l’arrondissement, de l’habitatsocial plus ou moins recent mais totalement vétuste (immeuble R+3 à R+6). Ces quartiers posent problème au niveau de l’insécurité parrapport aux personnes (vol, violence, vandalisme…etc.), mais aussi par rapport aux bâtiments eux même qui connaissent une grandeinstabilité du sol à cause des remblais et des anciennes carrières. La voirie aménagée après les constructions laisse à désirer, elleconsiste parfois à n’être que des chemins de terre tassée.A proximité des carrières, une poche d’habitats insalubres s’est insérée entre le souk et la carrière elle-même.A la limite de la ville, se situent quelques fermes entourées de terrains agricoles de petites surfaces (oliveraie). Ces terres permettent decréer un espace tampon entre la zone naturelle et le périmètre urbain.La végétation aux Mérinides est rare. On note un nombre d’arbres d’alignements élevé sur les axes routiers importants et récents. Cenombre décroît dans les zones de villas à l’ouest mais reste considérable et il en est de même pour les lotissements de logements 101
    • sociaux des années 80. Cependant à l’est de l’arrondissement, les rues se trouvent quasi dépourvues d’arbres d’alignements. Lavégétation sur l’espace public est représentée essentiellement par des arbres fruitiers que les habitants se sont appropriés.Il est à noter que dans toutes les zones en construction, aucun arbre n’est encore planté.En ce qui concerne les espaces verts à l’ouest, ils jouxtent bien souvent les axes principaux ou restent à proximité d’équipementsimportants (RP n°1, proximité du cimetière Bab Segma...).Au coeur des zones de villas récentes, ils ne sont pas encore présents. En revanche, dans les quartiers d’habitations des années 80, denombreux petits jardins de quartiers s’insèrent dans le tissu très étroit. Ils ne sont pas visibles depuis les rues principales et seulementaccessibles par de petits chemins piétonniers. Fourmillant dans ces lotissements, ils sont enclavés et restent souvent en mauvais état etsans entretien suite aux discordances entre les riverains. Une grande pression sur les espaces verts de l’arrondissement les mérinides Axe principal du quartier Oued FèsDans les quartiers Est de l’arrondissement, se trouve les espaces verts les plus délaissés. Sans aucun entretien. Ils sont souventdétériorés par les jeunes. L’étendue des pelouses n’est plus que terrain de terre nue, et la présence d’ordures est à noter. Quelquesjardins publics ont été aménagés sur d’importants dénivelés. L’ensemble de ces agencements se matérialise donc en talus boisés oùles arbres servent à retenir le sol. 102
    • Espace vert aménagé au milieu daxes routiers loin des habitants absolument pas fréquenté Quartiers Tghat : Espaces verts entretenus par les amicales de quartiers 103
    • Les espaces verts sont généralement mal entretenus ou délaissés si aucune structure de la ville ou deshabitants ne le prend en charge 104
    • 3. 4 Contraintes et atoutsContraintes AtoutsForte densité des constructions à l’est. Grand potentiel foncier à l’ouest.Forte pression foncière des promoteurs. Situation à proximité d’espaces naturels.Manque de moyens matériel et de main d’œuvre. Ouverture paysagère sur la ville de Fès et sa Médina.Insuffisance du budget d’entretien. Sites historiques de qualité. Aménagements de voirie et parcs très présents et de qualité àFormation du personnel. proximité du Borj NordCoupure avec le reste de l’agglomération. Proximité des grandes infrastructures routières.Absence d’équipements. Densité de constructions à l’Ouest.Présence d’anciennes carrières dangereuses. Qualité architecturale des anciens quartiers. Zones protégées et cimetières qui empêchent un développementHétérogénéité et mauvaise qualité architecturale. anarchique du bâti.Absence de gestion correcte des déchets solides. Proximité du centre ville.Relief important et instabilité du sol. Risque d’érosion et de Prix des terrains.glissement de terrains.Regroupement de couches populaires pauvres avec réalisation deprojets d’habitats sociaux sur des sites instables et dangereux.Insécurité. 105
    • 4. Arrondissement dAgdal 4. 1. Données générales sur larrondissementLarrondissement dAgdal a une superficie de 21,9 km2 et occupe une position centrale dans la ville de Fès. Sa situation centrale fait delui un passage obligé pour les habitants de la ville de Fès qui désirent passer d’un arrondissement à l’autre. C’est aussi l’arrondissementoù sont concentrés les administrations, les hôtels, et les différents espaces de loisirs.Il est traversé par les deux principaux oueds de la ville qui font partie du bassin versant de lOued Fès:- Oued Fès : son régime est irrégulier. Il prend naissance à la source de Ras Alma et collecte les eaux de plusieurs sources sur sonpassage. Une large coulée verte suit son lit au niveau de l’arrondissement. Selon le SDAU, cette coulée verte devrait devenir dans lefutur, le parc Oued Fès. La qualité se ses eaux est relativement mauvaise jusqu’à produire quelques nuisances odoriférantes.Contrairement aux recommandation du SDAU, cette zone connaît actuellement le développement de plusieurs projets immobiliers.- Oued El Mehraz : il prend naissance au Moyen Atlas et entre à Fès par le sud. Il traverse le quartier Mont fleuri et creuse une valléeprofonde entre le centre ville et le quartier Dhar El Mehraz. Cette zone constitue le site du futur parc Oued El Mahraz. Il rejoint Oued Fèsau niveau de la Médina. Ce oued était réputé pour ses crues violentes, mais la construction d’un barrage collinaire au sud de la ville afortement diminué sa puissance. La qualité de ses eaux est passable.L’arrondissement de l’Agdal occupe la 5ème position en matière de pression démographique, par rapport aux autres arrondissements deFès. Il regroupe 144 064 habitants, soit 15.91% de la population totale de Fès. Toutefois, pour les raisons citées ci-dessus,l’arrondissement d’Agdal est soumis à la pression de toute la population de Fès.Les deux zones industrielles, Dokkarat et Sidi Brahim, occupent 197 ha et emploient 13.000 personnes au sein de 143 entreprises. 106
    • 4. 2. Enjeux pour le plan vert- Nécessité de préserver les zones longeant les lits des oueds comme sites naturels à protéger et à traiter en tant qu’espaces verts :- La coulée verte Oued Mehraz (voir étude de faisabilité).- Projet d’aménagement de deux parcs (oued Mehraz et oued Fès) sur une superficie d’environ 250 ha.- Préserver les espaces verts urbains du centre-ville face à la volonté de densification du bâti et à la pression foncière et nécessitéd’intégrer les espaces verts dans les projets d’aménagement des nouveaux lotissements. A cet égard le projet, "Fès City Center" est unbon exemple.- Besoin de création de parcs de quartiers dans la zone Sud de l’arrondissement nouvellement aménagée et dépourvue de ce typed’espaces.- Nécessité d’une réflexion globale au niveau des liaisons vertes (Médina - Dhar Mehraz ; Oued Fès – centre ville ; ….). 4.3. Etat des espaces verts dans l’arrondissement : 4. 3.1. Jardins Répartition des types d’espaces verts dansIl existe 79 jardins dans cet arrondissement. Leur superficie représente environ larrondissement d’Agdal49 % de la superficie totale des jardins de la ville. Ces jardins sont les mieuxentretenus de la ville de Fès. Les jardins publics représentent 78,5 % parmi lesdifférents types de jardins alors que les jardins équipés pour les jeux d’enfantssont relativement rares (seulement 3 jardins). 107
    • Malgré que seulement 44% des jardins d’Agdal sont bien entretenus, ce niveau d’entretien reste meilleur que celui des autresarrondissements. Dans ce sens, le jardin Lalla Amina reste un modèle à suivre pour les autres jardins. En ce qui concerne les superficiesdes jardins d’Agdal, la majorité d’entre eux (64,5%) possède une superficie inférieure à 2000 m2. Niveau d’entretien des jardins de l’Agdal 4. 3.2. Arbres d’alignementLes axes routiers de l’arrondissement d’Agdal dont la largeur est supérieure à 10 m sont au nombre de 196 (44%) et s’allongent sur unelongueur de 122 km. 56 % ont une largeur comprise entre 10 et 15 m.Ces artères sont embellies par 19119 arbres d’alignement. 1157 cuvettes sont non plantées. Les plantations sont monospécifiques dont76 % des cas et plurispécifiques dans 29% des cas. La composition spécifique montre une dominance du bigaradier (Citrus aurantium).La diversité spécifique est très importante dans cet arrondissement avec la présence de plus de 18 espèces d’arbres d’alignement. 108
    • Homogenéité des arbres dalignementRépartition des axes routiers selon l’espèce dominante Répartition des axes routiers selon leur largeur 109
    • Coulées vertes Plantations d’alignement JardinsEspaces verts de l’arrondissement Agdal 110
    • 4. 4. Décomposition par quartiersLe centre ville est formé d’immeubles et de villas. Pour répondre à la demande croissante en logement, plusieurs zones villas sonttransformées en zones immeubles de R+3 à R+5. Ceci est accompagné par un appauvrissement en espace vert à l’échelle de ceszones transformées.Depuis les années 70, l’arrondissement d’Agdal a connu une extension importante vers l’ouest, le nord et le sud. Cette extension s’estfaite à travers l’ouverture de nouveaux projets de lotissements sur des terres agricoles. Les principaux quartiers concernés sontEssaada, El Farah, El Adarissa, Tariq I et II, Badr, Mimosa ...etc.Le plateau de Dhar El Mehraz s’étend sur une superficie de 112 ha. Il concentre les grands équipements publics consommateursd’espace comme l’hôpital Ghassani, l’université Mohamed Ben Abdellah, les casernes militaires et les citées universitaires.Le diagnostique a montré beaucoup de différences entre les différents quartiers qui composent cet arrondissement. C’est pour cetteraison que nous avons décidé de présenter le diagnostique de chacun de ces quartiers à part.Centre ville, entre le parc Oued el Mehraz et le Boulevard Hassan IILes jardins, bien que de petites superficies, sont généralement bien entretenus. Les grandes avenues anciennes offrent des alignementshomogènes et des arbres âgés de grande envergure.Les quartiers Ouest dAgdal.Quartier Tarik ILe Nord Ouest du quartier est une zone de villas récentes.Les rues y sont propres et les plantations des alignementset des jardins sont relativement bien entretenues.Au Nord Est du quartier Tarik I se trouve une zone de villasmoins récentes. Le quartier est dépourvu darbresdalignement et de jardins publics. Jardin de quartier Rue plantée par de jeunes 111
    • La rue Mohamed Abelaziz lahbabi est lartère principale du centre du quartier Tarik I. L’activité économique est très active malgré quecette rue ne fût pas commerçante au départ. Les résidences sont de type R+2 et les rues sont plantées. Certaines rues sont renduesagréables par la présence de carrés jardinés sur le trottoir.Le grand jardin de la mosquée est délaissé. L’espace réservé au gazon est dénudé de toute trace de végétation, les carrés sont peuarborés et l’espace de jeu réservé aux enfants est en mauvais état et il est d’ailleurs très peu fréquenté. Quelques jeunes arbres ont étérécemment plantés mais restent frêles. Leur chance de survie est faible en l’absence d’entretien et de gardiennage. Le jardin de quartiertout au Nord est peu entretenu mais en bon état et il est bien fréquenté.Quartier Tarik II :Moins étendu que le quartier Tarik I, il sagit dun quartier résidentiel mêlant habitat collectif et villas jumelées au sud. Dans lensemble, ilest moyennement arboré et aucun jardin de quartier nest présent. Récemment, ce quartier a vu la naissance d’une amicale qui aprocédé à la plantation des rues..Quartier Badr :Ce quartier est composé essentiellement de villas R+1 et R+2. Il est peu animé et dépourvu de commerces. Grâce au travail desamicales, le quartier est très propre et la sécurité y règne. Malgré labsence de jardins de quartier, les plantations sont nombreuses et 112
    • rendent le quartier agréable.Au centre du quartier Badr, un ensemble dhabitation a récemment été implanté. Les immeubles sont de haut standing de type R+4. Lesrues sont propres et soignées. Les arbres dalignement et les carrés jardinés entre les immeubles sont bien entretenus.Au nord de ce quartier, sont présents des lotissements de villas. Les rues y sont très bien arborées et entretenues. On y trouve un seuljardin très propre et bien aménagé mais enclavé à l’intérieur du lotissement.* Entrées d’immeubles bien Large avenue plantée du quartier Recoins jardinés entre immeubles entretenues Badr 113
    • Quartier AnassCe quartier est un lotissement d’appartement R+2. Ses rues sont très propres, légèrementplantées car la largeur des voiries ne permet pas toujours la présence dalignement darbres surles trottoirs. Le jardin de la copropriété est très joli et bien entretenu. L’amicale du quartier secharge de l’entretien et du gardiennage des espaces verts.Quartier ChorfaIl se compose de huit petites impasses parallèles entre elles et bordées de belles villas. Lesimpasses les plus récentes, à lest, sont peu arborées. Quant aux autres, elles sont plantées, etles copropriétaires sont très impliquées dans la vie de leur quartier. Jardin de copropriétéLe lotissement Yasmina, proche du quartier Chorfa est constitué de villas et dune rue. Cettedernière offre de beaux aménagements devant les villas et un jardin propre et bien entretenu.Quartier ZazaC’est un quartier ancien. Les rues y sont petites et peu larges. Les villas sont également depetite taille. Malgré létroitesse de la voirie, les alignements darbres sont présents. Cependant,l’étroitesse du trottoir dans certaines rues (50cm) ne permet pas la plantation darbres. Ladensité du quartier na pas permis la création de jardin.Quartier Saada Aménagement devant villasCe quartier très vivant et animé est très peu arboré. Plusieurs arbres de la principale rue du quartier sont morts ou entrain de mourir. Ilsagit dun quartier dense qui ne permet, ni une bonne circulation de voitures, ni la plantation dans les ruelles. Le seul jardin de quartierest complètement abandonné et il est très dégradé. 114
    • Quartiers Bourammana, Lido et Dhar El MehrazBourammana est une zone de villas où les seuls jardins sont les jardins privés des villas. Les arbres d’alignements ne sont homogèneset réguliers qu’au niveau de certains grands axes.Au Lido et Dhar El mahraz, il n’y a pas de jardins. Dans quelques rues, on trouve encore quelques arbres d’alignement qui ont survécuaux différentes formes de dégradation. Par contre, les jeunes arbres ne réussissent que s’ils sont pris en charge par les riverains.Parc Oued El MehrazLe parc Oued el Merhaz est un site au cœur de la ville couvrant, avec sa coulée verte, près de 200 hectares. Ses atouts majeurs luiconfèrent des enjeux non négligeables et un rôle primordial à l’échelle de la ville. Ce parc à létat actuel est un site qui se distingue parses nombreux éléments peu communs et qui lui confèrent des dimensions spécifiques :- une dimension sociale par la richesse de sa composante humaine (les résidents voisins, les agriculteurs et les petites entreprises in-situ- une dimension patrimoniale et historique grâce à ses unités remarquables : ancien aqueduc, bâtiment datant de lépoque duprotectorat, proximité du Borj Sud datant du XVI ème siècle...- une dimension despace de détente par ses caractéristiques environnementales (qualité du grand paysage, zones de prairies et zonesforestières in-situ...)- une dimension agricole car lactivité maraîchère sy ai déjà implantée plus ou moins légalement mais reste à maintenir. En effet, elleparticipe à la micro-économie du secteur et constitue des zones vertes et de gestion de la croissance urbaine.- une dimension de voies de passage par ses traversées routières, ferroviaire et piétonnièresCependant, l’essentiel des atouts de ce parc se concentre en trois points : sa situation géographique, sa superficie et sa qualitépaysagère. A cheval entre la Médina, Fès Jdid, arrondissements au patrimoine historique et universel, et d’arrondissements pluspopulaires, son aménagement permettrait de créer une liaison verte et d’envergure entre ces quartiers. D’autant plus que, cette immensesuperficie, une fois aménagée, permettrait de satisfaire les besoins en espaces verts pour la population mais aussi de préserver laqualité du paysage urbain qui se dégrade progressivement. 115
    • Vues prises du Parc Oued El MehrazLes premières mesures sont à prendre et à mettre en oeuvre dans les délais les plus courts. Lune des principales serait sans doute dedéfinir un périmètre réfléchi afin de le mettre en gestion et de limiter les risques existants (dégradation de loued, déforestation, dépôtsdordures...). Ainsi, un projet densemble et un programme dactions dans le temps pourront être élaborés.Cet aménagement représente un enjeu majeur dans ce Plan Vert. Le parc Oued el Mehraz répond au besoin de la ville de projet urbaind’envergure dont lobjectif principal doit viser à permettre aux habitants et aux touristes de profiter dun espace vert de qualité, importantet central, garantissant sécurité et bien être.Le rapport de faisabilité du parc fait le diagnostic précis et définit les enjeux du projet.Dans le cadre du Programme de Développement Régionale Touristique de Fès deux grands projets sont en cours de réalisation 116
    • Projet Touristique Oued FèsL’aménagement du site oued a été lancé en 2005, ce site est constitué par l’ancien parc de l’Oued Fès et par une zone de fricheindustrielle ferroviaire située de part et d’autre de l’Oued entre la Route Nationale Fès Meknès au Nord et la Gare O.N.C.F. au Sud etentre la Pépinière municipale à l’Ouest et les remparts au Palais Royal à l’Est. Source : AUSF Situation du site du projet touristique Oued FèsCe site, traversé par l’Oued Fès, constitue actuellement par un grand espace vert en abandon et à l’extrémité Ouest par la surface
    • commerciale Marjane (20 ha), une pépinière municipale (20 ha), des installations sportives abandonnées, une gare et sa zone ferroviaireainsi que l’ex-usine Holcim. Le site de Oued Fès appartient à la Municipalité de Fès (189 ha) et à l’O.N.C.F. (130 ha). Dans le cadre dece projet touristique, une partie de l’assiette foncière appartenant à l’O.N.C.F. (50 ha environ) sera cédée. Photos des espaces laissés à l’abandon sur les rives de l’oued FèsPlusieurs acteurs interviennent dans ce site :- Le Groupe M.H.V. (filiale de la C.D.G.) intervient sur la partie Ouest du site regroupant une partie du terrain municipal et du terrainO.N.C.F. (180 ha). L’étude est au stade préliminaire et prévoit un parcours de golf, 5 hôtels, une zone de villa, une zone résidentielle etun parc (parc de la muraille);- La Commune Urbaine de Fès sur la partie Est du site (25 ha) prévoit un projet qui comprend une plage le long de Oued Fèsaboutissant sur un jardin botanique, un Palais de Congrès, une Foire et un parc sportif; 118
    • - Le Holding d’Aménagement Al Omrane prévoit un lotissement projeté sur 15 ha destiné au résidentiel. Maquettes du projet touristique "Oued Fès"Projet touristique Wislane 119
    • Il est situé à flanc de colline du Plateau de Dhar El Mahrezorienté globalement Sud Nord, marquant une dénivellationde l’ordre de 70 m. C’est un des derniers sites périphériquesde la Médina encore relativement vierge d’occupationspontanée dans sa partie ouverte sur la Médina.Ce site offre une vue panoramique qui s’étend du sommetsur plus de 180° d’Ouest en Est et près de 150 km d’unextrême à l’autre des collines prè-rifaines au-delà du JbelTghat à l’Ouest, au Moyen Atlas à l’Ouest/Sud Ouest enpassant le Jbel Bou Iblane à 3.190 m d’altitude. Un sitemerveilleux à 800 m du centre ville, à 600 m de la Médinamais menacé par l’habitat clandestin et la dénaturation.Ce site panoramique offre cependant une surface utilerelativement réduite par une forêt de pins et d’eucalyptus etde carrières d’argile au Nord-Ouest, des lignes de hautetension au Nord, le vallon verdoyant de l’Ouest Wislane auNord-Est et la gigantesque carrière de la COCEMA au Sud-Est. Situation du projet touristique du projet Ouislane 120
    • 4. 5 Contraintes et atouts Contraintes AtoutsDensité forte des constructions au Sud de l’arrondissement. Budget important et volonté communale.Pression foncière très importante. Qualité des services d’entretien.Fréquentation trop importante des espaces verts aménagés. Deux zones naturelles protégées au sein du périmètre urbain.Présence d’habitat illégal dans les zones naturelles ou Respect des habitants par rapport aux espaces verts et initiativespotentiellement aménageables. autonomes dans certains quartiers.Présence de poches de pollution (décharges illégales,…). Présence d’hôtels et d’administrations aux parcs privés importants.Zones industrielles de Sidi Brahim et des Dokkarats. Trame hydrographique riche.Bidonvilles de Dhar Mehraz, de Lido et de Saada. Densité faible des constructions dans certaines zones : centre ville, Dhar Mehraz, …Trafic routier important. Routes larges qui permettent des aménagements de voiries. 4. 7 Espaces potentiellement aménageablesCoulée verte et forêt de Oued Mehraz (172ha).Terrains encore libres situés sur le plateau Dhar Mehraz et n’étant pas inclus dans le périmètre de ceinture verte.Friches industrielles de la zone Sidi Brahim et dokkarate. 121
    • Rive Ouest de l’Oued BoufakraneTerrains privés en attente de constructions à l’Ouest du quartier Adarissa. 5. Arrondissement Mechouar-Fès JdidDeux grands jardins publics existent dans l’arrondissement Mechouar-Fès jdid. Le jardin Nwawel et le jardin Jnane sbil. A eux deux, ilscouvrent 151918 m2, soit presque 19 % de la superficie totale couverte par les jardins de la ville de Fès. Cette surface est plus grandeque celle des jardins de Zouagha, Saïss, Fès-Médina et Jnan El ouard réunis. Ils comptent parmi les jardins les mieux entretenus de laville de Fès et sont riches en espèces végétales. Malheureusement, ils ne sont pas très sécurisés, surtout pendant la nuit JNAN SBILE (voir chapitre jardin historique) 122
    • Jardin NWAWEL (Jardin LAMER)En ce qui concerne le jardin Nwawel, les principales espèces qu’on y trouve sont Washingtonia sp., Phoenix canariensis, Ficus retusa,Platanus acerifolia, Schinus molle, Celtis australis, Citrus aurantium, et Olivier. Il existe d’autres espèces, mais en faible densité tellesque Salix babylonica, Phytolacca dioica et Tamarix. 6. Arrondissement Fès MédinaFès Médina compte aussi deux jardins, mais de très petite taille. Ils couvrent une surface d’environ 600m², soit 0,02 % par rapport à latotalité des espaces verts de la ville de Fès. Le premier est situé à la place Batha et l’autre sur l’avenue R’cif. Les principales espècesqu’on y trouve sont et bigaradier, Wachingtonia, laurier, rosier, Brachychiton sp et Justicia adhatoda pour le jardin de Batha et Ficus,Phoenix canariensis et Waschingtonia pour le jardin de R’cif.Le manque d’espace explique l’absence d’espace vert dans cet arrondissement. Toutefois, il faut rappeler que les habitants de la médinade Fès utilisaient les vergers (jnanates) à la fois comme espaces d’agrément et de culture d’arbres fruitiers. Avec l’explosiondémographique et la pression sur le foncier, ces terrains se sont transformés en zones d’habitation insalubres pour les couches sociales.Du coup, les habitants de la médina sont obligés d’utiliser les espaces verts des autres arrondissement et surtout les coulées vertesenvironnantes. 7. Arrondissement Jnan El OuardL’arrondissement Jnan El Ouard ne contient aucun jardin aménagé. Les seuls espaces verts de cet arrondissement sont les zonesnaturelles et agricoles de la périphérie de la ville.Les bordures de ces trois arrondissements sont riches en espaces naturels plantés d’oliveraies dans la plantation date de l’époque desmérinides (Borj nord et sud). Ces zones constituent des endroits de détente pour les habitants de ces trois arrondissements où il y a unmanque flagrant d’espaces verts. La création du parc Oued el Mehraz pourrait résoudre ce problème vu sa proximité des troisarrondissements les moins équipés en jardin et son étalement entre ces arrondissements et le centre ville.Arbres d’alignement pour les trois arrondissementsLes arbres d’alignements de ces trois arrondissements sont plantés sur les bordures des grands axes qui entourent les murailles de la 123
    • médina et constituent en grande partie des zones limites avec les autres arrondissements. Il s’agit de 11 artères allongées sur 25,17 kmdont 13,42 km ont un refuge ou une terre pleine centrale plantée. Ces axes sont généralement larges. Huit d’entre eux ont une largeurqui dépasse 22 m. Le nombre d’arbres embellissant ces artères est de 4117 et au moins 494 cuvettes sont non plantées.La majorité de ces artères présentent une certaine diversité d’espèces végétales. Seules les avenues Assaadiyine et les Alaouitesprésentent une seule espèce, le bigaradier (Citrus aurantium) pour les Alaouites et le palmier washingtonia pour l’avenue Assaadiyne(Tableau ci-dessous).L’espèce Jacaranda mimosifolia est dominante dans trois artères alors que Platanus acerifolia et Micocoulier dominent dans deuxartères. Dans les quatre autres artères, dominent respectivement Citrus aurantium, Washingtonia sp., Melia azedarach et Brachychitonpopulneum. 124
    • Espaces verts des arrondissements Fès –Médina, El Mechouar- Fès Jdid et Jnan El Ouard 125
    • Artères et arbres d’alignement au niveau des arrondissements Fès – Médina, El Mechouar – FèsJdid et Jnan El Ouard Largeur Espèce Nombre longueurNom de lartère nombre dunités de laxe dominante d’arbres (km) Ficus 45, Schinus molle 10, Micocoulier 107, Micoucolier Acacia 61, Cyprès 18, Jacaranda mimosifoliaAvenue Al 22 12, Eucaliptus sp. 06, Washingtonia 22, 617 4,4Wattaniyine (Celtis Brachychiton 262, Mûriers 18, Citrus australis) aurantium 56.Avenue versBatha et Bab Citrus aurantium Brachychiton sp. 02, 24 Micoucolier 183 1,69Hdid (Av. Micocoulier 155, Sophora japonica 26,ISSESKOU) Jacaranda mimosifolia 121, Mûriers 10,Avenue Allal Al Jacaranda 26 Brachychiton 35, Washingtonia 17, Platane 576 4,5Fassi mimosifolia 04, Schinus molle 11, Fraxinus excelsior 04, Brachychiton39, Jacaranda mimosifolia 25,Avenue Rcif 12 Brachychiton Gleditchia 13, Melia azedarach 2, 104 1,1 Washingtonia 5 Fraxinus excelesior 345, Melia azedarach MeliaRoute de Wislan 12 387, Cyprès 16, Micocoulier 80, Sophora 1124 3,2 azedarach japonica 240, Schinus molle 56,Avenue 30 Washingtonia Washingtonia108 108 0,92AsidiyneBoulevard des Citrus 26 Citrus aurantium 140, 140 0,54Alawites aurantiumRoute vers Taza Brachychiton 51, Platane 89, Washingtonia(RP S. Boujida - 28 Platane 13, Pin 23, Schinus 02. Acacia 43, Schinus 479 2,4RP Alhuceima) molle 15. Jacaranda mimosifolia 121, Mûriers 10,Avenue Allal Al Jacaranda 26 Brachychiton 35, Washingtonia 17, Platane 576 4,5Fassi mimosifolia 04, Schinus molle 11, Fraxinus excelesior 04,Avenue Abi Brachychiton 23, Washingtonia 20, Platane 16 Platane 102 0,82Bakr Al Arabye 38, Jacaranda mimosifolia 21Bab Sagma - Jacaranda Jacaranda mimosifolia 69, Platane 18,Abattoire 28 mimosifolia Brachychiton 23, Sophora japonica 98 208 1,1 126
    • 7. Jardins historiquesL’Histoire prouve que l’un des critères du choix du site pour la construction de la ville de Fès était l’abondance de l’eau. La maîtrise dusystème d’irrigation et d’acheminement de l’eau, a fait de Fès une Cité-jardin depuis le début de sa fondation jusqu’au début duvingtième siècle, comme le montre la carte de Fès de 1914 et le témoigne les nombreux jardins et ryad dans la cité ancienne. 127
    • Les jardins qui entouraient la cité de tous les côtés créaient un effet agréable et singulier. Le jardin faisait également partie de la maison et constituaitun lieu de retraite et de calme pour la famille, ses poches et ses invités. Il servait aussi de cadre à certaines fêtes et réceptions.L’ADER a mis en place un circuit touristique vert de 2,5 km dont les étapes sont formées par les principaux jardins et palais, les plus importants sontau nombre de dix : Jnan Sbil, Musé batha, Dar Bacha Tazi, Centre international de promotion de l’Artisanat, Palais Moqri, Ryad Moqri, Dar Adiyel,Palais Mnebhi, Dar Mohamed Chergui et Ain Azliten. Les plus importants sont Jnal Sbil et Musée Batha par leur superficie, leur diversité biologiqueet leurs fonctions aussi bien durant l’histoire de la médina de Fès qu’aujourd’hui. Circuit touristique vert (jardins hsitorqiues) ADER-Fès 128
    • 1- Jnan Sbil :Ce jardin est appelé aussi jardin de boujloud, du nom de la forteresse almohade qui le domine depuis le XII siècle. Janan Sbil s’étend sur une superficiede 7,5 hectares, constitue une interruption verte entre deux entités urbaines composant la médina. Ce jardin est divisé en deux parties par oued Fès. Il asubi des aménagements au XIX siècle qui l’ont transformé en parc impérial clos par de hautes murailles. Devenu jardin public au début du XX siècle, ilfut enrichi par des espèces nouvelles et équipé de bancs et de fontaines. Il présent une végétation dense et une grande diversité. Dounas (1994) arapporté l’existence de 99 espèces de plantes dans ce jardin. Parmi ces espèces, 39 espèces sont arborescentes, 26 espèces sont arbustives, 11 espècessont grimpantes, 5 espèces sont aquatiques, 4 espèces sont succulentes et 14 espèces sont annuelles, bisannuelles ou vivaces. Il est rare de trouver unjardin aussi riche en terme de diversité spécifique et de type de végétation, même à l’échelle nationale. Les principaux arbres sont : Orangers,Citronniers, Grenadiers, Myrte, Palmiers, Bambous, Pins, Mûriers, Eucalyptus. Certaines dentres elles sont même centenaires (Washingtonias delalignement à lentrée). Quant à lorganisation et la composition du Jnan Sbil, elles proposent un éventail dunités paysagère de détente : bambouseraie,mail central, étendue deau, cheminements ombragés... Ce jardin renferme des vestiges de « norias » qui fonctionnaient autrefois par le courant deseaux de Oued Fès.Ce jardin public est le plus célèbre de la ville de Fès, il a constitué le lieu de promenade privilégié pour les habitants et les visiteurs de Fès, il abritaitautrefois des fêtes de chants et de musique andalouse et de malhoune. Lensemble de ces facteurs fait de la mise en valeur de ce jardin une réalisationnécessaire afin de faire profiter la population dun jardin dexception dans la ville de Fès 129
    • Photos Jan Sbil 130
    • Photos Jan Sbil en restauration (2008)Actuellement le jardin est fermé au public, des travaux de restauration sont en cours, l’allée centrale est presque achevée. Le caractère andalou estconservé. 131
    • 2- Musée Batha :A l’origine c’est un palais fondé par HASSAN 1er vers la fin du XIX siècle, achevé par son successeur Moulay Abdelaziz, sa superficie est de 4.400m 2 environ. Un Ryad relie les deux bâtiments opposés, les jardins et les cours occupent 60 % de la surface totale du Palais. 132
    • Sa végétation est assez dense et diversifiée, formée d’arbres, d’arbustes et de plantes herbacées. On y trouve le cyprès de l’Atlas, les palmiers, le myrte,le noyer, l’avocatier, le tilleul, les daturas, le lierre vert, et les différentes espèces de rosier. Un chêne vert domine ce jardin, sous lequel se déroule unegrande partie des festivités du festival de la musique sacrée de Fès. Une association a été crée afin de protéger cet arbre patrimonial. Ce palais abritedepuis 1916 le musée d’art ethnographique qui regroupe l’une des meilleurs collections à l’échelle nationale. Jardin de Batha Aquarelle ‘chêne vert du Musée Batha’ (LE ROUZIC 2007) 133
    • IV. Etat de santé des végétaux de la ville de FèsL’étude de l’état de santé des arbres de la ville de Fès a montré que ces derniers souffrent de plusieurs types de d’anomalies qui setraduisent par des déformations au niveau des troncs (Platane, micocoulier), des dépérissement des chloroses (Jacaranda, Sophora etFrêne). L’origine de ces symptômes peut être naturelles ou bien causée par des agents pathogènes ou par mauvais traitements.La quasi-totalité des arbres utilisés dans les aménagements de la ville de Fès (jardin et alignement) est d’origine exotique. Ces arbresont été introduits, le plus souvent, à l’époque du protectorat à partir de pays et de continents différents. Nous trouvons ainsi des plantesd’origine Australienne, latino Américaine, sud Africaine, Asiatique et Européenne. A part l’olivier, les plantes autochtones sont presqueabsentes du paysage de la ville de Fès.Le choix des espèces a été effectué en fonction de leurs caractéristiques écologiques et ornementales. Cependant, ces espèces restentsensibles à certains facteurs qui peuvent causer leur dégradation. Ces facteurs peuvent être naturels (biotiques ou abiotiques) ouanthropozoïques. 1. Facteurs naturels abiotiques 1. 1. ClimatLe climat de la ville de Fès est de type méditerranéen continental, semi aride, caractérisé par une saison humide s’étalant du moisd’octobre au mois de Mai. Cette période enregistre les températures les plus froides de l’année qui peuvent descendre au dessous de0°C. Ces températures accusées provoquent des dégâts sur les plantes, surtout les moins adaptées au gel. En effet, la ville de Fès aconnu en janvier 2005 une vague de froid qui a causé le dessèchement partiel ou total de certaines espèces de plantes qui sont plussensibles au froid notamment le Bigaradier, le Ficus, le Frêne, l’Eucalyptus, le Mûrier, le Melia le Caroubier et l’Olivier. Les symptômesde ce desséchement persistent encore sur certaines espèces.La saison sèche s’étale du mois de Juin au mois de Septembre. Cette période enregistre des températures très élevées notammentdurant les mois de Juillet et d’Août. Ces excès de températures provoquent des brûlures des plantes en cas d’absence d’arrosage.Le revêtement imperméable amplifie ce phénomène en chauffant le sol et en s’opposant à l’infiltration des eaux pluviales de la périodehumide qui sont drainées dans les réseaux d’assainissement de la ville, au lieu d’être stockées dans le sol. 134
    • A part quelques aménagements (avenue Hassan II et quelques jardins), les espaces verts ne bénéficient d’aucun système d’arrosageartificiel, et ce, même pendant la saison sèche. Cette absence d’arrosage se traduit chez les plantes originaires des zones pluvieusespar des flétrissements et des desséchements, surtout chez les plus jeunes d’entre elles (Platane de l’avenue Al Adarissa et Jacarandadans l’avenue Abi Horayra). 1. 2. Facteurs pédologiquesLe sol assure l’ancrage et l’alimentation en eau et en éléments minéraux des végétaux. Il doit être de bonne qualité pour que lesvégétaux puissent s’installer et se développer. Il doit être profond, bien drainé, bien aéré, et pourvu d’éléments nutritifs sur un volumesuffisant. Malheureusement, en milieu urbain, les sols sont souvent très compactés par le piétinement et le tassement, ce qui entraîneune mauvaise aération et une diminution de la capacité dabsorption de l’eau, et donc une croissance réduite des racines.La lithologie de la plaine de Saiss, sur laquelle se trouve la ville de Fès, est composée de roches carbonatées, composéesessentiellement de calcaires lacustres, de conglomérats et de marnes. Ce sol riche en carbonates de calcium ne renferme pas tous leséléments nécessaires pour une bonne croissance des végétaux. En plus, l’excès de calcaires dans un sol peut inhiber l’absorptiond’autres éléments comme le phosphore, le fer, le manganèse ou le potassium, ce qui se traduit chez les plantes par une chlorose,comme c’est le cas chez le Platane de la route d’Imouzzer et l’entrée de l’autoroute de Rabat. Il faut signaler qu’il y a des plantes qui nesont pas gênées par les sols calcaires comme le mûrier ou l’arbre de Judée. 2. Facteurs anthropozoïques 2. 1. Facteurs édaphiquesAux facteurs naturels de dégradation, s’ajoute des facteurs liés à la présence et à l’activité humaine. Ces facteurs sont d’abord d’ordretechnique en relation avec les méthodes de plantation qui n’offrent pas toujours assez d’espace dans les fosses qui reçoivent les jeunesarbres, entre 9 m3 et 12 m3 pour chaque arbre en fonction de la taille de l’arbre à l’age adulte. Le deuxième problème est causé par lacompaction du sol (asphalte, dallage et piétinement). Cette situation prive la plante de l’eau de ruissellement, réduit les échanges gazeuxentre les racines et l’atmosphère et inhibe l’activité des microorganismes dans le sol. 2. 2. Pollution atmosphériqueLa ville de Fès avec son million d’habitants et ses industries polluantes possède une atmosphère assez chargée en poussière, en 135
    • dioxyde de carbone (CO2) et de soufre (SO2) dégagé par les véhicules et les unités industrielles. Le dépôt de ces gaz et ces poussièressur la surface des feuilles a une action très nocive pour les végétaux. En effet, le colmatage des stomates, orifices par lesquels leséchanges gazeux vont se faire entre les feuilles et l’atmosphère, empêche les plantes de photosynthétiser, ce qui provoque leurjaunissement puis leur mort. Les arbres d’alignement, plus proches de la circulation des véhicules, sont plus exposés à ce genre depollution surtout lorsque il y a une pente ascendante, comme sur la route entre la médina et la ville nouvelle. Le phénomène est amplifiéchez les espèces à feuilles persistantes et avec l’absence des pluies qui assurent le rinçage des feuilles. 2. 3. TuteurageLes arbres nouvellement plantés ne possèdent pas de système d’ancrage solide. Le tuteurage sert à renforcer les jeunes arbres pourrésister à la pression des vents. Cependant, lorsqu’il est mal fait, le tuteurage peut être la cause de mortalité du jeune arbre, soit parétranglement par le collier ou suite à la blessure du tronc. Ces deux situations empêchent la bonne circulation de la sève est peuvententraîner la mort des jeunes sujets. 2. 4. FeuSouvent, les végétaux, surtout les arbres d’alignement, subissent des actes d’agression volontaires ou involontaires par le feu. En effet,dans les zones périurbaines, les fermiers ont l’habitude de brûler leurs champs après la récolte. Ce geste entraîne souvent ladégradation des arbres d’alignement très proches des terrains agricoles (Schinus molle entre route de Sefrou et route d’imouzzer à cotéde la faculté des lettres de Saiss). Ces feux sont quelquefois involontaires par des enfants qui perdent le contrôle sur un petit feu, ou parun mégot de cigarette (cas des platanes de l’avenue Al Adarissa, route de Mèknes). 2. 5. BraconnageLa ville de Fès reste la ville du Bigaradier par excellence. Malheureusement, cet arbre souffre pendant sa floraison du mauvaistraitement de la part d’enfants cherchant à cueillir ses fleurs pour les vendre. En effet, durant cette opération, les branches d’arbres sontsouvent arrachées, ce qui laisse un spectacle de désolation dans les rues où cet arbre est planté.L’autre forme de braconnage est le vol des grilles de protection et des tuteurs des jeunes arbres. En effet, la privation des jeunes arbresde leur appui met leur vie en danger face aux vents violents. Le braconnage touche aussi les plantes à fleurs dans les jardins publiques. 136
    • 2. 6. Mauvaise tailleLa taille d’un arbre d’ornement est réalisée pour adapter le végétal à des contraintes humaines, qui sont la sécurité des usagers et desbiens, et le volume de l’arbre par rapport à l’espace disponible. En dehors de ces motifs, un arbre d’alignement n’a généralement pasbesoin d’être taillé (Augustin Bonnardot 1999).En l’absence d’utilisation d’enduits cicatrisant sur les grandes surfaces, la taille cause des blessures qui constituent le point d’entréepour les microorganismes de type champignons lignicoles, bactéries et certains virus. La plante s’affaiblie ensuite et devient plussensible aux attaques des insectes xylophages. Les micocouliers et le Platane montrent ces symptômes dans plusieurs rues de la ville.A l’échelle de la ville de Fès, la taille des arbres est confiée à des personnes non qualifiées, qui ne connaissent pas, et par conséquent,ne respectent pas les règles à suivre. En effet, souvent le matériel tranchant n’est pas désinfecté après l’élagage d’arbres infectés, ce quiconduit à la contamination des arbres sains suivants. 2. 7. Plantes envahissantesLes plantes envahissante représentent la deuxième cause de l’appauvrissement de la biodiversité à l’échelle mondiale juste après ladestruction des habitats (convention sur la diversité biologique/Programme des Nations Unies pour l’Environnement-2001). A Fès,L’Ailante (Ailanthus), Albizia et quelques Acacias restent les principaux arbres envahissants. Par leur énorme quantité de grainesproduites et leurs exigences écologiques très larges, ces arbres sont des pestes végétales pour les aménagistes. 3. Facteurs biotiques naturelsDans les espaces verts de la ville de Fès, les végétaux souffrent de plusieurs types de maladies causées par des micro-organismespathogènes et des insectes ravageurs. Ces maladies sont la cause de dégradation observée sur plusieurs espèces. 137
    • 3. 1 Champignons•Sur le PlataneL’oïdium est le champignon le plus abandon. Il est rencontré sur les organes aériens du Platane : tiges, feuilles, fleurs, boutons floraux etfruits. L’agent pathogène est Microsphaera platani. Sur les feuilles envahies par le mycélium, on observe des taches blanchespoussiéreuses typiques. Les tiges et les bourgeons floraux sont entièrement "enfarinés". Au stade avancé de l’attaque, les feuilles sedéforment, se décolorent ou se perforent. La maladie apparaît au printemps. Labsence de pluies pendant les périodes chaudes(environ 30°C) contribuent à lextension du champignon foliaire. Aucun traitement n’est pratiqué pour lutter contre ce champignon.Le Platane souffre d’autres champignons qui causent la nécrose des feuilles. Les agents pathogènes de cette nécrose sont l’Aspergillussp. et Alternaria sp., deux champignons qui donnent des moisissures sur les tissus déjà affaiblis ou morts. Cependant, le chancreprolongé sur les troncs reste la maladie vasculaire qui menace le plus la survie du Platane dans la ville de Fès. Le champignonresponsable de cette mortalité du tronc de l’arbre appartient à la famille des Deuteromycètes. Ce champignon attaque les vaisseaux Conidies libres de d’oïdium Fructification de Microshaera Chancre prolongé le long du platani sur feuille de platane tronc d’un arbre de plataneconducteurs de la sève. En les obturant, les tiges et le tronc se nécrosent et finissent par mourir. Les infections se font par les racines ouà travers les blessures mécaniques sur la partie aérienne (taille, arrachage de branches…etc.). Ces symptômes sont très fréquents sur 138
    • les arbres de Platane des boulevard des FAR et ceux de la rue Ahmed Chaouki devant l’hotel JnanPalace.Sur le BrachychitonCet arbre prend de plus en plus de place dans le paysage de la ville de Fès, surtout comme arbred’alignement dans les nouveaux quartiers. Sa croissance rapide est un atout qui favorise son choixparmi les autres espèces. Toutefois, cet arbre présente lui aussi des symptômes d’attaque par deschampignons comme l’Alternaria sp. et l’Aspergillus sp. Les attaques de ces champignons setraduisent par un assèchement des branches. Symptôme de maladie chez Brachychiton populneumSur le JacarandaCet arbre se comporte assez bien et ne montre pas de symptômes graves de maladies. Toutefois, desprélèvements sur certains arbres ont montré l’existence d’un champignon non identifié. Les arbres maladessont souvent voisins, ce qui laisse penser que la maladie se transmet d’un arbre à l’autre par voie naturelleà travers le sol ou bien lors de la taille.Sur le FrêneLes symptômes de maladies observés chez cette essence sont un dessèchement des branches et desparties marginales des feuilles. L’agent responsable de ces anomalies est un champignon de l’ordre desmoniliales. Symptôme de maladie chez JacarandaSur le SophoraSur les arbres qui présentent un dessèchement de branche, nous avons prélevé des champignons appartenant au genre Penicillium etAlternaria. La taille de ces arbres semble être un facteur responsable de la propagation des maladies chez cette espèce. 139
    • 3. 2. BactériesLa tuberculose de l’olivier est une maladie bactérienne causée par le Pseudomonas syringea. Le symptôme de la maladie est unetumeur qui se développe sur les rameaux ou sur le point d’insertion des feuilles. Les blessures des tissus favorisent la dissémination del’agent pathogène. Les dégâts causés par cette maladie sont souvent très importantes et peuvent entraîner la mort des arbres infestés. 3. 3. Les ravageursLes ravageur : insectes, et acariens jouent un rôle très important dans la dégradation des plantes de la ville de Fès. Les dégâts directssont causés par l’appareil buccal des insectes qui traverse la cuticule de la feuille, affaibli et endommage les végétaux. Les insectes sontà l’origine de maladies virales lorsqu’ils transmettent les agents pathogènes d’un arbre malade vers un arbre sain. La non utilisationd’enduis protecteurs sur les troncs coupés favorise ce genre d’attaque.Sur le ficusLes ficus de l’Avenue Mohamed V sont très attaqués par le Thrips (Gynaikothrips ficorum). Ces attaques se traduisent par l’apparition detaches rougeâtres sur les feuilles, puis leur durcissement et leur enroulement. Oeufs et larves de Thrips sur Dégâts causés par le Thrips sur feuille de ficus x50 feuilles de Ficus. 140
    • Sur l’OrmeL’Orme de l’Avenue Slaoui souffre de la Galéruque de l’Orme. En effet, les feuilles de tous les arbres sont dévorées par cet insecte. Larves et adulte de Galerucella luteola mull. Arbre dOrme défeuillé par Galerucella luteola mull.Sur l’EucalyptusLes différentes espèces d’Eucalyptus (Eucalyptus botryoides, E. bridgesiana, E. camaldulensis, E. globulus, E. gunii, E. grandis, E.robusta, E. saligna, E. tereticornis, E. viminalis), sont attaquées par Ophelimus maskelli. Cet insecte est originaire de l’Australie (commeson hôte) et a été identifié pour la première fois en Corse par la Fredon en 2004. Actuellement, il est présent dans tout le bassinméditerranéen. Ses attaques se traduisent par l’apparition de galles sur les feuilles. Chaque galle va contenir une seule larve et va êtrele lieu où le cycle de cet insecte va se dérouler. Les galles se colorent à partir du 3ème stade larvaire. Elles demeurent vertes ou jaune 141
    • vertes sur les feuilles ombragées et rouges sur les feuilles exposées au soleil. Elles mesurent entre 0.9 et 1.2 mm selon la densité desgalles sur la feuille. De fortes attaques entraînent une chute prématurée des feuilles peu de temps après lémergence des adultes. Cessymptômes sont fortement présents dans toutes les plantations d’eucalyptus des Avenues Prince héritier et Ibnou Rochd.Sur le BigaradierLe bigaradier est la principale espèce dans les aménagements des espaces vert de la ville deFès. Trois types de ravageurs sont à l’origine de dégâts considérables relevés sur cetteessence.- Cochenille noire du bigaradier ou Parlatoria zizyphus. Cet insecte homoptère attaque surtoutles feuilles et les fruits du bigaradier. Les larves de cet insecte sont observables à l’œil nusous forme de points noirs qui envahissent les organes infestés. Ces cochenilles secrètent unmiellat sucré qui attire un champignon microscopique (fumagine) qui recouvre le feuillage etles fruits. Ces arbres sont attaqués par la suite par d’autres insectes. Ceci entraîne undysfonctionnement physiologique et diminue la vigueur de l’arbre. Cochenilles noires sur feuille- Puceron noir ou Taxoptera aurantii. Cet insecte sans ails attaque en général les jeunes de bigaradierorganes. Comme les autres pucerons, c’est un suceur de sève. Lors de cette opération, ilinjecte des substances toxiques dans les tissus des arbres, ce qui va se traduire parl’enroulement des feuilles et l’apparition de galles. Comme la cochenille noir, il va excréter unmiellat sur lequel se développe un champignon fumagine.- Mineuse ou Phyllocnistis citrella. Ce microlépidoptère attaque tous les agrumes au Maroc. Lachenille de cet insecte vit au dessous de la cuticule de la feuille en y creusant des minessinueuses. La mineuse du bigaradier est un ravageur qui peut être dangereux chez les jeunesarbres. Ses attaques se traduisent par la déformation et l’enroulement des feuilles, ce qui lesempêche d’assurer leur fonction physiologique.Les trois types de maladies du bigaradier sont très présents dans toutes les plantations.Comme pour les autres maladies, aucun traitement n’est pratiqué pour le moment. Galeries de mineuse sur feuille de bigaradier. 142
    • Sur le FrêneLe Frêne est souvent attaqué par Tettigella viridis, insecte piqueur suceur de l’ordre des homoptères. Les symptômes de ses attaquesdirectes se traduisent par une décoloration des parties marginales des feuilles avant leur dessèchement. Puisqu’il s’agit d’insectessuceurs, leurs dégâts peuvent être indirectes en transmettant des microorganismes nuisibles, d’un arbre infesté par des virus oubactéries, vers un arbre sain. La majorité des Frêne de la ville de Fès présentent des symptômes de présence de cet insecte.Sur le PinLa chenille processionnaire (Thometopoea pityocampa) reste le principal ennemi des arbres de lafamille des Pinaceae en général et des Pins en particulier. Les larves de la processionnaire, appeléeschenilles, tissent leurs nids de soie au niveau des branches bien ensoleillées. Chaque nid peutcontenir jusqu’à 300 chenilles. C’est à ce stade larvaire que la processionnaire cause le plus de dégâtssur les Pins. Ces dégâts peuvent aller jusqu’à la défoliation totale de l’arbre. Cet insecte est présentdans tous les boisements à base de Pin (P. halepensis, P. pinaster ou P. canariensis). Larves de la chenille processionnaireSur le PlataneEn plus des maladies causées par les champignons, le Platane est aussi attaqué par un acarien (Panonycus ulmi). C’est un ravageurdes arbres fruitiers et des arbres d’alignement, notamment le Platane. Les larves et les adultes utilisent leur rostre pour sucer la sève. Lemétabolisme des arbres est ainsi perturbé, ce qui provoque une chlorose des feuilles et un dépérissement de l’arbre. 143
    • V. Analyse socio-économique relative aux espaces vertsEn parallèle avec la collecte des données relatives à l’état des lieux en matière d’espaces verts dans la ville, une enquête sociologique aété menée. Elle porte sur la vision des habitants de la ville envers les espaces verts existant et celle des acteurs intervenants comme lesjardiniers, les gardiens et les fonctionnaires des services des autorités locales concernés. 1. Le personnel :L’enquête effectuée auprès du personnel des espaces verts à montré que parmi tous les jardins gérés par la Commune Urbaine, Seulsceux de l’arrondissement d’Agdal bénéficient de moyens de gardiennage et des compétences nécessaires pour le bon entretien desjardins. Partout ailleurs, il y a un manque flagrant de moyens humain et matériel (outil de travail et eau d’arrosage).La majorité des jardins de quartiers est entretenue par des habitants volontaires ou par des amicales de quartiers. D’après certainstémoins, l’intervention des équipes volantes de la Commune Urbaine, surtout pour l’arrosage, n’est possible que sous certainesconditions de relations personnelles ou de rémunération du chauffeur du camion citerne de la commune.Le problème de gardiennage n’est résolu que dans les quartiers ayant une amicale bien structurée. L’absence de sensibilisation de lamajorité de la population face aux problèmes liés au respect de l’environnement fait que les espaces verts non gardés sont souventvandalisés. Pour les jardins gardés, le problème est moindre mais là aussi, les gardiens tombent souvent dans des situations de conflitspermanents avec cette catégorie de population. D’après ces gardiens, l’autorité ne les soutien pas assez en cas de litige avec deshabitants non respectueux des espaces verts. Ils demandent donc à ce que l’autorité les soutienne dans l’exercice de leur fonction pourle bien être de tout le monde. 2. La Commune Urbaine :Pour le chef du service des espaces verts de la commune urbaine, celle-ci n’a pas de territoire propre. Elle s’occupe des grands projetsde la ville, installations qui profitent à toute la population de l’agglomération et des grands axes routiers. Elle applique normalement lesorientations des PA et du SDAU dans la limite de ses moyens humain et matériel.Les fonctionnaires de ce service responsabilisent les citoyens pour le mauvais état d’un grand nombre de jardins de la ville quicontinuent à subir des actes de vandalisme. Ils mettent en cause aussi le manque de coordination entre les différents services des 144
    • espaces verts des différents arrondissements. Actuellement, les organismes responsables de l’environnement sont trop dispatchés. Ilest nécessaire de les regrouper dans un seul et même organisme, afin de mieux gérer ces espaces verts, d’unifier les visions,d’identifier les problématiques et les contraintes et enfin, d’exploiter au mieux les ressources et les compétences disponibles.Pour les grands jardins publics qui font partie des installations gérés par le service, la commune a engagé des programmes derestauration et de réhabilitation. Dans ce sens la commune urbaine a lancé un programme de réhabilitation du jardin historique Jnanesbil. La première tranche qui concerne les travaux de revêtement, d’installation de passerelles et du réseau d’irrigation est achevée. Ladeuxième tranche est en cours de réalisation. L’ouverture du jardin devant le public est prévue pour fin 2008.Un projet de création d’un jardin botanique par commune urbaine en collaboration avec l’Université Sidi Mohamed ben Abdellah, larégion Fès-Boulemane, la Direction Régional des Eaux et Forêts et l’Ecole Normale Supérieur a été envisagé dans la pépinière de l’ouedFès (15 ha). Ce projet est transféré à Ain Chkef sur un terrain domanial d’une superficie équivalente.Après le découpage de 2002, la Commune Urbaine à bénéficié d’un rassemblement des ressources financières. Un budget qui peut allerjusqu’à 17 millions de DH est réservé à l’entretien des espaces verts existants de la ville et la création de nouveaux jardins et autreséquipements publics destinés aux espaces verts. Malgré cet effort budgétaire, le service des espaces verts de la commune ne s’occupeque de 30% de ces espaces. 3. La populationUne enquête a été menée sur un échantillon de la population de 300 personnes rencontrées au hasard dans les différents quartiers de laville. Cet échantillon est composé de personnes de différents âges, sexes et issus de différentes couches sociales. Les rencontres ont eulieu soit dans des jardins ou ailleurs et pendant des différents périodes de la journée (matin, après midi et soir). L’enquête s’est étaléesur plusieurs jours de la semaine (week-end et autres jours). L’objectif est de réussir à avoir une idée sur les jardins les plus visités par lapopulation de la ville de Fès, les raisons de ces choix, l’opinion de la population sur l’état actuel des espaces verts et leur attente vis-à-vis des gestionnaires de ces espaces.La structure de l’échantillon montre une dominance des jeunes (15-25 ans) et adultes (15 à 45 ans) qui représentent respectivement28% et 78% des enquêtés. La population active représente environ 35% des personnes interrogés qui fréquentent les jardins. Cespourcentages sont en accord avec la structure de la population marocaine. 145
    • Les usagers des jardins publics proviennent en majorité des quartierspopulaires et moyens (82% des interrogés). Les habitants des quartiers plusaisés préfèrent le plus souvent les clubs privés ou leur jardins personnels. Ceciexplique sans doute la faible fréquentation des jardins publics ou les parcs intra-urbains par ces habitants. En outre, cette catégorie sociale a les moyens pourprofiter, durant les fins de semaine, des beaux paysages de la région (Ifrane,Azrou, Michlifen…). Proportions des fréquentations des principaux jardins de la ville de Fès 3. 1. Jardins les plus fréquentésL’enquête a montré que les jardins les plus fréquentés de Fèssont par ordre décroissant : l’avenue Hassan II, le jardin LallaAmina (connu sous l’appellation jardin Rex), les jardins locauxde quartiers, le jardin Jnane Sbil (au cours de réhabilitation ence moment), le jardin Lalla Meryem derrière le consulat deFrance (jardin d’enfant) et enfin le jardin Nwawel (Lamer) del’avenue Moulay Youssef. 146
    • 3. 2. Les raisons de la fréquentation des jardinsLa relaxation et la détente sont les deux principales raisons de la visite des jardins et parcs. En effet, les parcs représentent un endroitde calme où il fait bon de se reposer, faire des rencontres ou sallonger et dormir. Les élèves et les étudiants profitent du calme qui règnedans certains jardins pour étudier à l’approche de leurs examens. Lors de nombreuses visites, nous avons constaté que les parcs et lesjardins constituent des endroits de repos privilégiés, notamment pour les actifs après le travail. Malheureusement cette pratiqueconjuguée avec un arrosage irrégulier fait que les surfaces gazonnées sont très dégradées. 3. 3. Avis de la populationLes jardins sont plus fréquentés par les hommes (74%) que par les femmes (26%). La grande partie des visiteurs des jardins appartientà la classe sociale moyenne (64 %). Les visiteurs appartenant à la couche sociale la plus démunie représente 24%.L’enquête a montré qu’une forte proportion (88%) des visiteurs ont un niveau d’instruction secondaire et supérieur. Sexe des visiteurs Type dhabitat des visiteurs 147
    • Niveau d’instruction des visiteurs Niveau social des visiteurs Fonction des visiteurs Raisons de la visiteLa majorité des visiteurs des jardins sont des habitants de quartiers moyens (52%). Ce sont des gens actifs dans leur majorité (58%).Les étudiants représentent 23% des visiteurs. La relaxation reste la principale raison pour visiter un jardin (60%). Il n’y a que 14% devisiteur qui utilisent le jardin pour la lecture et 6% pour la promenade. 148
    • Les avis des visiteurs sont partagés lorsqu’il s’agit de porter un jugement sur les jardins visité puisque 48% des interrogés ont unjugement négatif et 44 % en ont un positif. Visites en solitaire ou en compagnie Avis des visiteurs envers les jardins de Fès Avis sur la suffisance en espaces verts à Fès Eloignement de la résidence des visiteursLa majorité des personnes interrogées jugent qu’il n’y a pas assez d’espaces verts dans la ville de Fès.En général, ce sont les habitants des quartiers proches des jardins qui constituent la grande partie des visiteurs. En effet, 56% desvisiteurs de jardins habitent à moins de 1km du jardin visité et seulement 14% à plus de 5km. 149
    • Pour 55% des enquêtés, les jardins de la ville ne sont pas bien entretenus et seulement 5% des personnes interrogées pensent que cesjardins sont bien entretenus. Avis des visiteurs sur létat dentretien des jardins Eléments dattirance vers les espaces verts40 % des visiteurs sont attirés par les plantations, 31% par l’eau et 16% par l’architecture du jardinDans le domaine de jardinage et de connaissance des plantes en général, il y a autant de personnes qui se déclarent connaisseurs(45%) que non connaisseurs (43%). Connaissances en jardinage 150
    • E. Conclusion et perspectivesLa ville de Fès dispose de potentialités non négligeables (réserves foncières, des moyens humains et financiers) pour offrir à sapopulation un cadre de vie à la hauteur de sa renommée.Une des composantes de cette qualité de vie est l’espace vert. conscients de l’importance des espaces verts dans l’organisation de lavie urbaine, les gestionnaires de la ville ont déployé d’énormes efforts pour l’embellissement de la ville en réhabilitant d’anciens jardins(Jnan Sbil, Jardin Lalla Amina, Avenue Hassan II) ou des axes de voiries (Les avenues Moulay Youssef. Moulay Rachid, Essaadiyine,la pénétrante…) et en aménageant de nouveaux ronds points et de nouvelles places.Ce diagnostic a montré que le ratio par habitant reste très faible (1m² /habitant) si on ne prend en considération que les jardins et lesarbres d’alignement. Ce taux augmente sensiblement, il atteint 3,6 m² si on intègre les espaces susceptibles d’être aménagés ennouveaux espaces verts intra urbains (coulées vertes). Ce même ratio peut atteindre 13 m² ce qui entre dans les normes internationalessi on intègre les milieux naturels périurbains (Ain Chkeff, Tghat, …). A cette déficience s’ajoute une répartition inégale des espaces vertsentre les différents arrondissements de la ville. Ce diagnostic quantitatif ne doit pas éclipser la qualité de ces espaces verts qui reste endeçà des attentes exprimées par la population de Fès.D’après notre enquête auprès de la population, des professionnels et des différents acteurs, le faible niveau d’entretien des espacesverts dépend de plusieurs facteurs selon les personnes interrogées :Le manque de moyens matériel et humain à la hauteur de l’enjeu (seul 30 % des espaces verts sont entretenus par la ville);Le manque d’éducation civique dont l’éducation à l’environnement est une composante essentielle ;Un climat défavorable ;La forte pression de la fréquentation des espaces verts aménagés ;Nous considérons que tous ces facteurs ont leur part de responsabilité mais le défit peut être surmonté en fédérant les efforts del’ensemble des acteurs (gestionnaires, professionnels, associations, amicales, éducateurs…) pour élaborer une charte environnementalede la ville de Fès. Le plan vert peut être une des bases de discussion.Dans le détail, nous avons relevé une faible diversité végétale vue que actuellement les gestionnaires des espaces verts utilisent 151
    • essentiellement deux espèces introduites (Waschingtonia et Platane) et n’accorde pas d’importance au espèces locales qui s’avèrentplus adaptées aux conditions climatiques de la ville.Dans les quartiers, l’implantation des jardins est généralement une initiative personnelle. Qui porte atteinte parfois aux infrastructures etne respecte pas le domaine public en privatisant les espaces verts dans les lotissements (Trottoirs, accès aux garages…).L’éducation civique de la population est généralement liée à l’état d’entretien des jardins ainsi lorsqu’un jardin est bien aménagé, il incitela population à son respect, le boulevard Hassan II en est un bon exemple, ce boulevard, joue un grand rôle dans l’éducation de lapopulation, il est fréquenté par un échantillon très représentatif de la population de Fès.Au niveau des quartiers, nous avons constaté un dynamisme important chez la population pour se charger de la création et de la gestiondes espaces verts. La population s’organise en amicales de quartiers pour assurer l’entretien et le gardiennage de espaces verts.Toutefois, dans ces jardins de quartiers, nous avons noté une absence de mobilier et d’équipement pour accueillir des enfants.L’absence de moyens d’arrosage reste la règle pour la majorité des jardins.Dans ces jardins, on note l’absence totale de vision paysagère et le choix des espèces végétales reste aléatoire, En effet, nous avonsnoté une absence d’équilibre d’une part entre les espèces à feuilles caduques et des espèces à feuilles persistantes, d’autre part entreles gymnospermes et les angiospermes.Comme arbre d’alignement, on note une dominance du bigaradier et de l’olivier. Même dans les rues où l’alignement est homogène, leshabitants ont tendance à remplacer les arbres morts par des espèces différentes. Les terrasses de cafés et des commerces sont géréescomme des espaces privés. Leurs propriétaires les plantent sans aucune considération pour l’homogénéité à l’échelle de la rue. Souventles espèces choisies ne conviennent pas à leur emplacement.L’état de santé des arbres est inquiétant. Il se traduit par des symptômes touchant différents espèces. La taille des arbres et l’absenced’hygiène sont les principales causes. La prévention de cet état consiste d’abord à confier cette tache à des techniciens spécialisés.Ce diagnostic générale de l’état des espaces vert dans la ville de Fès était nécessaire pour se rendre compte de l’état réelle du terrain etfaire une comparaison avec les attentes des documents d’urbanismes, il va nous permettre de faire des propositions qui tiennent comptedes potentialités de la ville de Fès, de ses moyens foncières et financières, des attentes de la population de Fès et de la volonté politiquechez les décideurs et les gestionnaires de la ville pour remédier à l’ensembles des carences remarquées. 152