Your SlideShare is downloading. ×
Interv 5 rau_laslami
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Interv 5 rau_laslami

559
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
559
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
22
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LASLAMI Abdel-ilah
  • 2. Si La notion de paysage mérite d’être honorée, ce n’est passeulement parce qu’elle se situe de façon exemplaire, àl’entrecroisement de la nature et de la culture, des hasards dela création et de l’univers et du travail des hommes, ce n’estpas seulement parce qu’elle vaut pour l’espace rural et pourl’espace urbain. C’est essentiellement parce qu’elle nousrappelle cette terre, la nôtre, que nos pays sont à regarder, àretrouver, qu’ils doivent s’accorder à notre chair, gorger nossens, répondre de la façon la plus harmonieuse qui soit, à notreattente” Pierre Sansot ; Variations paysagères ; 1983
  • 3. ." À travers lutilisation du concept de paysage au seindes processus délaboration de la matière urbainecontemporaine se profile une remise en question delurbanisme réglementaire et de la pratique du"zoning" . Cest la politique de lurbanisme dans son ensemblequi est interrogée par ce regard nouveau posé sur laréalité du développement. Cest aussi lapparition decritères qualitatifs qui furent longtemps négligés qui semanifestent dans lémergence de la réflexionpaysagère globale. - Frédéric Pousin :
  • 4. A - Quest-ce quun paysage ?« Etendue de pays qui présente une vue densemble »(Larousse)« Partie de pays que la nature présente à lœil qui la regarde »(Petit Robert)« Lieu soumis au regard »(Y. Veyret - A. Lemaître, Linformation géographique, n°60, 1996)« Rarement naturel, produit des hommes ou état dâme, il ny a pas que de beaux paysages.Il y a par exemple, des paysages de banlieue industrielle »(R. Ferras, M. Clary, G. Dufau, Faire de la géographie, Belin, 1993)« Le paysage est bien ce que lon voit mais on ne le voit jamais directement, on ne le voitjamais isolément et on ne le voit jamais pour la première fois »(G. Bertrand, Le paysage entre nature et société, 1978)« Ensemble des éléments observables à partir dun lieu précis. Ne se confond pas avec lemilieu géographique qui comprend des éléments invisibles »(G. Hugonie, Clés pour lenseignement de la géographie, CRDP Versailles, 1995)
  • 5. « - Le paysage est un signe, lapparence visible dun système de forcesplus ou moins complexe qui le produit. Ce système peut-être naturel,anthropique ou, le plus souvent, mixte. Il est doté dune inertie quiautorise la présence dhéritages (.)-Le paysage est aussi un spectacle objectivement présent et à décrirecomme tel, le plus scientifiquement possible, ce qui écarte lesappréciations purement esthétiques et amène à créer un langage dedescription, neutralisé, si possible.- Le paysage est enfin un spectacle pour quelquun, ce qui impose del’examiner comme il est perçu. Cela est dautant plus utile que lesspectateurs deviennent(ou peuvent devenir !) acteurs dans le systèmeproducteurs »(T. Brossard, J.C. Wieber, Essai de formulation systémique dun modedapproche du paysage, BAGF n°468, 1980)
  • 6. Quest-ce que le paysage urbain ?le paysage urbain est une image fragmentaire de la ville. Il estsurtout la multiplicité dimages. Les paysages sont des fragments de la totalité, du réel,sectionnés par le regard (un certain regard) pour lacontemplation.Cest dans ce sens que lon peut dire que le paysage est unecréation du regard, à partir dune sensibilité donnée. Quand on est spectateur, on se place à une certaine distance dela scène où se développe le spectacle.
  • 7. Le regard construit des paysages différents selon les distancesprises par lobservateur entre son poste dobservation et la scèneobservée. Cest donc aussi une question déchelle.Plus lobservateur sapproche de la scène plus il voit de détails,mais moins de spectacle. À la limite il est sur scène, et celaimplique de considérer autrement le spectacle.
  • 8. LE PAYSAGE A L’INTERFACE DES POLESENVIRONNEMENTAUX,ECONOMIQUE ET CULTUREL
  • 9. Place de France (les années 1920) Place Saint Exupery sur l’avenue Hassan II 1920 Angle Bd Lalla Yacout et 11 janvier Place Mers Sultan Et l’entrée du bd Rahal el Meskini (ex rue de Lorraine) 1920
  • 10. "Comprendre le paysage, cest dabord lanalyser dans les composantesvisuelles car cest avant tout sur celles-ci quintervient laménageur.Cest le paysage visible.Cest ensuite déceler les liens déquilibre dynamique qui unissent cescomposantes au système producteur qui leur a donné naissance.Cest le paysage signe.Cest enfin observer les usages et représentations qui sont faits.Cest le paysage vécu.Territoire à vision et perception variable, le paysage nous oblige à considérerle site à aménager non plus comme une simple surface plane, mais commeun espace chargé de signes"
  • 11. OUTILS:L’intervention sur le paysage/espace,(naturel; rural; urbain),dans le cadre del’intervention anthropique, passe par un certain nombre d’outils. Ces outils sontune représentation de l’espace objet , en un temps donné, avec une projection dansle futur avec des échelles temporelles variées.Le Schéma Régional d’Aménagement du Territoire:Document de niveau d’aménagement du territoire: couvrant généralement unerégion, dans le sens administratif .C’est une approche territoriale ,synthétisantl’image futur d’un espace donné. Il détermine les zones naturelles, les zones dedéveloppement économique, les centres de développement urbain, etc.…Le Schéma Directeur d’Aménagement Urbain: Document de planification urbaine, couvrant une aire géographique, variableselon le contexte. A ce niveau est déjà introduite la notion de zonage ;zone rurale,zone naturelle à protéger, zone d’activités, zones d’habitat dans toutes ses formes,zone de grands équipements, parcs et espaces verts urbains, grands axes deliaison, etc.…
  • 12. Le Plan d’Aménagement:Document à l’échelle d’une commune, traduisant les orientations duSDAU, avec la précision réglementaire des droits du sol. Il définit leszonages en détail, les équipements aux différentes échelles, lesemprises de voiries, les types d’occupation, les alignements, leshauteurs, les reculs, les fonctions, ainsi qu’un certain nombre de règlesarchitecturalesLe Lotissement/Le Groupement d’Habitation:C’est l’outil qui permet, généralement; la réalisation sur le terrain desoptions du Plan d’Aménagement.Il définit au niveau de la parcelle toutes les dispositions réglementairesdu plan d’aménagement, avec des détails qui sont à l’échelle de cetteportion du territoire.L’Ordonnancement Architectural:C’est un outil qui accompagne le lotissement, selon la loi 25/90.C’est un outil utilisé pour l’intervention sur le bâti de certains axes ,enmilieu urbain, ou dans les traversées des centres ruraux
  • 13. La Charte Architecturale:C’est un Outil : pratique d’aide à la décision incitatif mis à la disposition de l’ensemble des acteurs d’une portée stratégique et d’un caractère opérationnel.La charte architecturale, urbanistique et paysagère a pour objet la mise en place d’uncadre référentiel, essentiellement incitatif et mobilisateur, favorisant une meilleureplanification et gestion de la qualité du cadre bâti et des aménagements extérieures.Informer, sensibiliser, conseiller les professionnels et les élus sur les choixarchitecturaux, urbanistiques et paysagers.Sensibiliser les habitants à la richesse du cadre bâti et les conseiller dans leur projet deconstruction ou de rénovation.Spécifier les interventions à l’intérieur des composantes patrimoniales, urbaines etpaysagères.Proposer des actions de gestion du patrimoine urbain et architectural.Mettre en valeur le paysage urbain et promouvoir la qualité architecturale.Mettre en place un cadre référentiel incitatif et mobilisateur pour une meilleureplanification et gestion de la qualité du cadre bâti et des aménagements extérieurs.
  • 14. Les architectures régionales
  • 15. La Mise A Niveau Urbaine:Le diagnostic de l’espace urbain a démontré que celui-ci a atteint unniveau de délabrement alarmant. C’est ainsi que cette décennie aconnu l’introduction d’un nouvel outil/mode d’intervention surl’espace urbain: la mise à niveau urbaine.Cette approche a intéressé l’espace public dans la grande majoritéde ses composantes: voirie, éclairage public, revêtement destrottoirs, plantation d’alignement, espaces verts, mobilier urbain, etdans certain cas le ravalement des façades
  • 16. AVENUE HASSAN II FES
  • 17. RENOVATION ET REQUALIFICATION URBAINE SECTEUR . JNANAT – SECTEUR NORD Problématiques et données de base Diagnostic Diagnostic spatialéconomique et social Principales orientations Projet multidimensionnel Démarche et accompagnement Structure et site social d’intégration urbaine Mise hors dangers des Projet de mise à niveau des citoyens secteurs, redressement 19
  • 18. 3- PROJET: RAVALEMENT DE FACADES ET DES MURS DE CLOTURES RAVELEMENT DE FACADES V6 - Avant V6 - Après
  • 19. OUED AL JAWAHIR
  • 20. 3- PROJET D’ENSEMBLE:AMENAGEMENT DES EQUIPEMENTS RAVALEMENT DE FACADES V2 - Avant V2 - Après
  • 21. LES ACTEURSLa production de l’espace/paysage urbain est la sommation desactions de plusieurs intervenants/acteurs.La Province/Préfecture:La tutelle des services déconcentrés de l’état et des collectivitéslocales , assure la coordination , le suivi , ainsi que la réalisation deprojets importantsLa Commune:Cellule de base du développement locale, elle gère l’espace public àtravers la police administrative qui couvre un large champ de l’espace : *Occupation du domaine public, pour différents usages(commerces, services, publicité, enseigne, totem, etc.) *Travaux communaux, notamment dans le cadre des projets de mise à niveau urbaine *Autorisations de construire, lotir, permis d’habiter, réception de lotissement, etc.
  • 22. L’Agence Urbaine: Etablissement public sous tutelle du MHUAE, instrument technique au service des collectivités locales, les principales taches: *la production des documents d’urbanisme réglementaires *la gestion urbaine au niveau de l’examen des différentes demandes d’autorisations *l’accompagnement de tous les intervenants dans l’espaceLes Professionnels:Désignés par « les hommes de l’art » , ils sont en amont del’intervention opérationnelle, et ce à travers la conception urbanistique,architecturale et technique; ainsi que la conduite des travaux,(urbaniste,architecte, paysagiste, ingénieur)
  • 23. Les Gestionnaires des réseaux:Eclairage public, transport;(candélabre, bus, station bus, abri bus, etc.)Les Promoteurs:Emergence de promoteurs de taille importante, qui produisentaujourd’hui des opérations d’envergure, qui ont un impact importantsur le paysage urbain
  • 24. Le système productif:La dominance de l’informel, tâcheron et maalem: qualité etresponsabilité en questionLe secteur informel:L’urbanisme informel continue de plomber le paysage des villes et descentres périphériques .C’est un urbanisme qui est produit hors normesLe Citoyen:L’habitat économique représente 80% des dossiers instruits par lesAgences urbaines. La production du logement par autoconstruction,crée une situation de chantiers permanents sur des superficiesimportantes des villes, nonobstant la qualité de ce bâti.
  • 25. AXES DE REFLEXION:*Revisiter les outils conceptuels qui sont usités dans la production des référentsréglementaires, afin d’assurer une meilleur mixité urbaine, la prise en considération dupaysage dans son sens le plus large, et offrir un champ large pour la créativitéurbanistique et architecturale*Inventer d’autres modes integratoires pour aborder le secteur informel dans tous sesaspects, afin de dépasser les limites constatée des restructurations*Mettre en place des guides permettant aux gestionnaires de l’espace public de mieuxl’appréhender*Instituer des espaces d’échange et de concertation entre les différents intervenants surl’espace afin de dépasser les visions et programmations sectorielles