Une                            TRANSITION                           ÉNERGÉTIQUE                            pour           ...
l’énergie en ALSACELa consommation d’énergie augmente de façon régulière en Alsace. La baisse de 2009 estplutôt due aux ef...
quelles ORIENTATIONS ?      La réforme, incontournable, se décline selon trois axes majeurs : réduction de la consommation...
nouveau cadre de GOUVERNANCEAu cœur de tous les choix politiques à tous les niveaux, la transition énergétique nécessite u...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Plaquette EELV transition énergétique en Alsace

806

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
806
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Plaquette EELV transition énergétique en Alsace"

  1. 1. Une TRANSITION ÉNERGÉTIQUE pour l’ALSACE les ENJEUX L’écologie politique introduit dans le débat démocratique traditionnel les problèmes nouveaux posés par la surexploitation et la pollution de la planète. La transition énergétique s’impose, gage d’équilibre pérenne entre la société humaine et la nature. L’Alsace doit y prendre part sans tarder.Europe Écologie - Les Verts Alsacewww.alsace.eelv.fr
  2. 2. l’énergie en ALSACELa consommation d’énergie augmente de façon régulière en Alsace. La baisse de 2009 estplutôt due aux effets de la crise qu’à une politique de sobriété et d’efficacité énergétiques. Production d’énergie en Alsace en 2009 Total 2009 = 3 405 Ktep 81 23 93 214 En Ktep d’énergie primaire 32 Source : CESER 77 12 Avis n°8 - 10/2012 938 647 Incinération de déchets Agrocarburants 2 259 Géothermie de surface Nucléaire (66,34%) Biogaz Cogénération (2,38%) Grande hydraulique Solaire thermique Chauffage urbain (2,73%) Bois énergie Petite hydraulique Incinération déchets (0,79%) Autres renouvelables Photovoltaïque Pétrole (0,21%) Renouvelables (27,55%) Consommation d’énergie en Alsace entre 2000 et 2009 Les renouvelables Total 2009 = 7 595 Ktep En Ktep d’énergie primaire - Source : ASPA - 12012401-ID oubliées ! 9 000 9 000 Par secteur Sur la même Par type dénergie 8 000 8 000 période, outre 7 000 7 000 Rhin, la 3 205 3 219 6 000 3 026 3 041 6 000 2 894 2 729 consommation 5 000 5 000 d’énergies 4 000 Electricité (40,04%) 4 000 1 954 Industriel (35,93%) renouvelables 2 317 1 897 1 908 2 403 2 075 Produits pétroliers (27,32%) Résidentiel (25,12%) était multipliée 3 000 Gaz (23,86%) 3 000 Tertiaire (16,30%) Energies renouvelables (5,17%) 1 142 1 271 1 238 Transport routier (15,68%) par trois. 2 000 2 000 2 007 1 812 Autres non renouvel. (2,66%) Branche énergie (4,73%) 1 605 1 000 Chauffage urbain (0,88%) 1 000 1 153 1 199 1 191 Transport non routier (1,34%) 376 372 393 Combustibles solides (0,07%) Agriculture (0,90%) 0 0 (Les % sont pour l’année 2009) (Les % sont pour l’année 2009) 2000 2005 2009 2000 2005 2009 Grandeurs et unités Ktep = Kilo tonne déquivalent pétrole : quantité d’énergie équivalente à l’énergie libérée par la combustion de 1 000 tonnes de fioul. 1ktep est la consommation totale dénergie primaire de 240 français pour l’année 2010. Énergie primaire : énergie prélevée sur lenvironnement. En 2009, 7 595 Ktep de ressources énergétiques provenant d’Alsace et d’ailleurs ont été utilisées pour fournir 5 364 Ktep (énergie finale) aux Alsaciens. La différence a été soit perdue, soit consommée pour produire et distribuer cette énergie. Pour mémoire : - une centrale nucléaire perd environ 2/3 de son énergie primaire ; - environ 50% de l’électricité produite en Alsace provient de la centrale nucléaire de Fessenheim.une énergie... ÉPUISABLELe combustible de nos centrales nucléaires est lisotope 235 de cours de la deuxième moitié de ce siècle. Il reste moins de deuxluranium. Or il ne représente que 0,7% de luranium, lui-même siècles de ressources charbon. Le «peak-oil» fait déjà sentir sesprésent en faible quantité dans un minerai dont les réserves premiers effets déstabilisateurs sur les marchés et dans la société.mondiales seront épuisées dans 30 ans dans les conditions La croissance ne pourra pas se poursuivre dans une perspectivedexploitation actuelles (selon lestimation du Bureau des erronée d’exploitation illimitée des ressources fossiles planétairesRecherche Géologiques et Minières). On prévoit également que les et dans le déni du dérèglement climatique.hydrocarbures verront leurs gisements s’épuiser définitivement au
  3. 3. quelles ORIENTATIONS ? La réforme, incontournable, se décline selon trois axes majeurs : réduction de la consommation d’énergie par un changement des comportements individuels et collectifs, généralisation d’appareils, de véhicules au rendement énergétique optimisé et abandon des sources d’énergie non-renouvelables. SOBRIÉTÉ énergétique Quels sont réellement nos besoins, pouvons-nous agir individuellement et comment organiser une vie sociale permettant déviter le gaspillage? Chacun aspire au confort et à un avenir désirable; la sobriété énergétique est un défi pour lintelligence collective. Des solutions sont à portée de main, des initiatives fleurissent : concours des « Familles à énergie positive », comportements éco- responsables sur les lieux de travail, limitation de léclairage public et commercial aux heures tardives, usage des Technologies de l’Information et de la Communication pour des réunions sans déplacement, organisation des territoires réduisant la distance domicile- travail, repas comportant moins de viande et plus daliments issus de lagriculture biologique et locale... La généralisation de ces bonnes pratiques permettra datteindre lobjectif de réduction de la consommation dénergie primaire à laquelle la France sest engagée (voir p 4). EFFICACITÉ énergétique Nous disposons des techniques qui permettent daméliorer lefficacité des machines, de concevoir des produits dont le cycle de vie complet est moins énergivore et polluant, de valoriser la chaleur des processus industriels encore trop souvent perdue. Le renchérissement de lénergie favorise la recherche de lefficacité énergétique. Un bâtiment très bien isolé est plus confortable avec des besoins en énergie divisés par quatre pour le chauffage ; les meilleurs réfrigérateurs consomment Photo Daniel Dietmann deux fois moins d’électricité qu’il y a 20 ans… LAlsace doit amplifier laction des pouvoirs publics qui ont pris la mesure des enjeux, par exemple en rémunérant mieux lélectricité verte provenant deÉglise de Manspach, équipée de tuiles photovoltaïques, générateurs ayant de meilleurs rendements (SRCAE Alsace 2012).production d’électricité estimée à 36 300 kWh/an. énergies RENOUVELABLES Brûler du pétrole ou du gaz naturel, cest libérer dans lair du CO2 La production dénergie à partir de sources renouvelables ne qui était jusqualors emprisonné dans la terre. Il en va de même présente aucune de ces tares. Des règlements protecteurs pour le gaz de schiste dont lextraction laisse séchapper, en plus, assurent une distance adaptée entre les éoliennes et les habita- jusquà 7 % de méthane avec un pouvoir de réchauffement global tions, les installations photovoltaïques peuvent sétaler sur les (PRG) 23 fois supérieur à celui du CO2. toitures et les espaces inutilisés en bordure des voies de commu- Dans la lutte contre le dérèglement climatique, la France sest nication par exemple, sans réduire les espaces naturels et engagée à diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre cultivables. La densité des réseaux de transport délectricité et de (GES) en 2050. La solution de produire massivement de gaz, comportant du biogaz et du méthane fabriqués lors des lélectricité nucléaire, au prétexte quelle est moins émettrice de excédents de production dénergie solaire et éolienne, contribue- GES, est entachée de nombreux vices. La population doute de sa ront à léquilibrage interrégional de ces énergies variables. sécurité, elle va découvrir que le prix de revient annoncé Les régions devenues autorités organisatrices de production aujourdhui nest pas juste. Il pourrait doubler si les coûts réels dénergie pourraient inverser la logique daujourdhui et réguler la étaient facturés, incluant la recherche, le démantèlement, le production en fonction de la demande. Lextrême centralisation stockage des déchets et la prime dassurance qui devrait actuelle basculerait vers un modèle de production distribué entre normalement être contractée comme pour toutes les activités des industriels, des groupes de petits investisseurs et des humaines. particuliers. Fessenheim va fermer Photo Rémi Stosskopf Plus ancienne de France encore en activité, la centrale nucléaire de Fessenheim, d’une puissance de 2x900 MW, a commencé sa production en 1977. Elle représente moins de 2% de la production française. 750 agents EDF et 250 intérimaires y travaillent. Le Président de la République a promis sa fermeture pour fin La centrale doit fermer d’ici 2016. 2016. Pourtant EDF prévoit d’y investir entre 20 et 200 M suite aux préconisations de l’ASN après la catastrophe de Fukushima...
  4. 4. nouveau cadre de GOUVERNANCEAu cœur de tous les choix politiques à tous les niveaux, la transition énergétique nécessite un nouveau cadre de gouvernance.Trois principes clefs : la démocratisation, la coopération et surtout la décentralisation.Au niveau national, après une consultation entre État, parlement, entreprises, syndicats, collectivités locales et membres de la sociétécivile, une Loi dOrientation et dEngagement pour la Transition Energétique devra fixer les objectifs à atteindre. Une Haute AutoritéIndépendante de lEnergie du Climat et de lEnvironnement devra veiller à leur mise en œuvre.Premier chantier de la Loi : accorder le pouvoir aux territoires (régions, communautés urbaines et dagglomération) par une nouvelleétape de décentralisation. Des financements adéquats assureront la gestion locale de lénergie et la recherche de lautonomieénergétique. Chaque région aura son Agence de l’Énergie avec des déclinaisons décentralisées sur son territoire, et son objectif principalsera de faire de la transition énergétique l’affaire de tous par un programme de sensibilisation et de formation. Repenser lurbanisme etles transports sera un deuxième grand axe du travail en région.Un défi pour le futur conseil d’Alsace ?les PROPOSITIONS des écologistes> Fermeture irrévocable de la centrale nucléaire de Fessenheim avec aide au La France engagée Dans le cadre du protocole de reclassement des salariés dans le cadre du développement de filières renouvelables Kyoto, l’Union Européenne s’est (production et installation). engagée à réaliser le paquet “climat énergie”. Soit, d’ici 2020, réduire de 20% la consommation> Programme ambitieux de lutte contre la précarité énergétique. Interdiction du énergétique primaire par rapport à chauffage électrique. un scénario tendanciel ; réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à celles de> Grand plan d’amélioration thermique du bâti privé et public, avec fiscalité et aides 1990 ; porter à 20% la part de production d’énergies renouvelables en adéquation avec ses objectifs. dans la consommation d’énergie finale totale.> Développement de la filière biogaz et de la cogénération ; amélioration de la gestion Ce qui se traduit pour la France à réduire de 14% les émissions de des déchets. gaz à effet de serre non couvertes par le Plan National d’Affectation> Planification cohérente de l’urbanisme et des transports régionaux et des Quotas par rapport à leur niveau de 2005 ; porter à 23% la transfrontaliers. part de production d’énergies renouvelables dans la consomma-> Formation initiale et continue dans les filières de rénovation et des renouvelables, tion d’énergie finale totale ; réduire de 20% la consommation en constante adaptation aux évolutions technologiques. énergétique primaire par rapport à un scénario tendanciel.> Relance des programmes de sensibilisation et d’accompagnement aux Facteur 4 : la France s’est engagée à diviser par 4 ses émissions de gaz comportements éco-responsables. à effet de serre d’ici 2050 (par rapport à 1990).La transition énergétique est indispensable pour ménager un avenir durableaux générations à venir.Elle est aujourdhui techniquement possible et nécessite une politiquevolontaire et des changements dans notre société.Elle doit être engagée rapidement. Il est urgent de limiter les conséquencesnéfastes des activités humaines sur lenvironnement. L’exemple d’Ungersheim © photo DNA - Grégoire Gauchet Depuis 2011, Ungersheim (68) est entrée dans le mouvement “Ville en transition”. La transition est le passage de l’économie de marché surconsommatrice à une économie solidaire locale et sobre en énergie. A l’initiative du maire J.-C. Mensch, le village se prépare à être moins dépendant du pétrole avec comme défi l’autonomie alimentaire et énergétique. Ungersheim et Feldkirch sont pionniers dans cette aventure basée sur la démocratie participative. Ungersheim a mis en place une exploitation maraîchère bio, construit une chaufferie bois et accueille une centrale solaire photovoltaïque portée par Hélios Investissement. 40 000 m² de panneaux photovoltaïques et 5,3 MW de puissance pour 13 M d’investissement, c’est la plus importante d’Alsace. La centrale solaire d’Ungersheim, la plus puissante d’Alsace. hérez Europe Écologie - Les Verts Alsace 7 rue de l’Épine - F-67000 Strasbourg - Tél.: 03 88 32 22 66 Document réalisé par le groupe de travail “énergie” à l’occasion du Ad Débat national sur la transition énergétique, janvier 2013. alsace.eelv.fr

×