Quiz littéraire Vous  allez voir 12 extraits: à vous de reconnaître le titre et l’auteur de chacun dans les 3 options qui ...
EXTRAIT Nº1   L’amour, la passion, l’érotisme
- Voulez-vous que je chante? -Pas maintenant. Il regardait son corps, indiqué et caché à la fois par le fourreau de soie m...
Il s’agit de: a)  Balzac et la petite tailleuse chinoise ,  de Dai Sijie b)   L’amant de la Chine du Nord , de Marguerite ...
Solution:   La condition humaine , d’André Malraux
EXTRAIT Nº2   L’amour, la passion, l’érotisme
Marie m'a appris un jeu. Il fallait, en nageant,  boire  à  la  crête  des  vagues, accumuler dans sa bouche toute l'écume...
Il s’agit de: a)  L’étranger ,  d’Albert Camus b)   Hiroshima mon amour , de Marguerite Duras c)   J e   l’aimais , d’Anna...
Solution:   L’étranger , d’Albert Camus
EXTRAIT Nº3   L’amour, la passion, l’érotisme
D'abord, ce fut comme un étourdissement; elle voyait les arbres, les chemins, les fossés, Rodolphe, et elle sentait encore...
Il s’agit de: a)  La ferme africaine ,  de Karen Blixen b)   Madame Bovary ,  de Gustave Flaubert c)   Les liaisons danger...
Solution:    Madame Bovary , de Gustave Flaubert
EXTRAIT Nº4   L’amour, la passion, l’érotisme
Le désir sexuel se porte essentiellement sur les corps jeunes, et l'investissement progressif du champ de la séduction par...
Il s’agit de: a)  Le diable au corps ,  de Raymond Radiguet b)   Les particules élémentaires ,  de Michel Houellebecq c)  ...
Solution:   Les particules élémentaires ,  de Michel Houellebecq
EXTRAIT Nº5   D’autres genres littéraires: Le théâtre
POZZO. — Dépêchez-vous. Bientôt il ne pleurera plus. (Estragon s'approche de Lucky et se met en posture de lui essuyer les...
Il s’agit de: a)  En attendant Godot ,  de Samuel Beckett b)   La leçon ,  d’Eugène Ionesco c)   Huis clos ,  de Jean-Paul...
Solution:    En attendant Godot , de Samuel Beckett
EXTRAIT Nº6   D’autres genres littéraires: La prose poétique
LE  CHIEN  ET  LE  FLACON     « — Mon beau chien, mon bon chien, mon cher toutou, approchez et venez respirer un excellent...
Il s’agit de: a)  Œuvres Poétiques ,  d’Arthur Rimbaud b)   Œuvres Oubliées , de Paul Verlaine c)   Petits poèmes en prose...
Solution:   Petits poèmes en prose   (le Spleen  de Paris) ,  de Charles Baudelaire
EXTRAIT Nº7   D’autres genres littéraires: Le roman autobiographique
À l'église de Guéthary, tous les dimanches d'été, ivre d'encens, j'ai chanté des cantiques en basque : « Jainkoaren bildot...
Il s’agit de: a)  Un roman français ,  de Frédéric Beigbeder b)   Vipère au poing ,  d’Hervé Bazin c)   Souvenirs d’enfanc...
Solution:    Un roman français , de Frédéric Beigbeder
EXTRAIT Nº8   D’autres genres littéraires: Le nouveau roman
C'est une véritable forêt que le train longe, non, traverse, puisqu’au-delà de ce carreau où s'appuie toujours votre tempe...
Il s’agit de: a)  La  V ie mode d’emploi ,  de Georges Pérec b)   La modification ,  de Michel Butor c)   Topologie d’une ...
Solution: La modification , de Michel Butor  
EXTRAIT Nº9 Le roman policier
Ravinel s'interdit ces pensées. Car enfin il a tué Mireille! Précisément, c'est le point troublant. Il n'arrive pas à se p...
Il s’agit de: a)  Maigret et les braves gens ,  de Georges Simenon b)   Les confidences d’Arsène Lupin ,  de Maurice Lebla...
Solution:   Celle qui n’était plus * , de Boileau et Narcejac  * Adapté au cinéma sous le titre  Les diaboliques   (1955)
EXTRAIT Nº10 Le roman policier
Il braqua son revolver et tira deux coups dans les branches des arbres.  Puis il revint à Vaucheray, se pencha sur lui et ...
Il  s’agit d’une   œuvre de Maurice Leblanc ...mais laquelle?: a)  Le bouchon de cristal b)   Les confidences d’Arsèn e  L...
Solution:   Le bouchon de cristal
EXTRAIT Nº11 Le roman policier
Quand une cloche, quelque part, sonna deux coups, le prisonnier était assis sur son lit et deux grandes mains noueuses étr...
Il  s’agit d’une   œuvre de Georges Simenon ...mais laquelle?: a)  La tête d’un homme b)   L’ami d’enfance de Maigret c)  ...
Solution:   La tête d’un homme
EXTRAIT Nº12 Le roman de science-fiction
Je  m'attardai  à  terminer  ma  couche,  toujours observé par Nova, qui s'était un peu reculée. Quand je m'étendis à  mon...
Il s’agit de: a)  La guerre des mondes ,  de H.G. Wells b)   La planète des singes ,  de Pierre Boulle c)   Uranie ,  de C...
Solution:   La planète des singes , de Pierre Boulle Le film américain  de 1968 est assez différent du roman original!
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Quiz littéraire

1,587

Published on

Quiz littéraire où il s’agit de deviner l’auteur et le titre de l’extrait proposé. Il y a 12 extraits littéraires : 4 extraits de romans « classiques » dont le sujet (le sujet de l’extrait) serait l’amour, la passion, l’érotisme…4 extraits qu’on pourrait encadrer dans d’autres genres littéraires : théâtre, prose poétique, autobiographie et nouveau roman. Et pour finir 3 extraits de polar et 1 de science fiction.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,587
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8
Actions
Shares
0
Downloads
14
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Quiz littéraire

  1. 1. Quiz littéraire Vous  allez voir 12 extraits: à vous de reconnaître le titre et l’auteur de chacun dans les 3 options qui vous seront proposées. En outre, 6 liens vous porteront –si vous le souhaitez– vers des vidéos, par exemple, pour les adaptations au cinéma.
  2. 2. EXTRAIT Nº1   L’amour, la passion, l’érotisme
  3. 3. - Voulez-vous que je chante? -Pas maintenant. Il regardait son corps, indiqué et caché à la fois par le fourreau de soie mauve dont elle était vêtue. Il la savait stupéfaite : il n'est pas d'usage de coucher avec une courtisane sans qu'elle ait chanté, causé, servi à table ou préparé des pipes. Pourquoi, sinon ne pas s'adresser aux prostituées? - Vous ne voulez pas non plus fumer? - Non. Déshabille-toi. Il eut envie d'exiger qu'elle se mît tout à fait nue mais elle eût refusé. Elle n'avait laissé allumée qu'une veilleuse. (...) Elle était d'ailleurs plus excitante ainsi, avec la collante chemise chinoise; mais à peine était-il excité, ou peut-être ne l'était-il que par la soumission de ce corps qui l'attendait, tandis qu'il ne bougeait pas. (...) mais, n'eût-il de sa vie possédé une seule femme, il avait possédé, il posséderait à travers cette Chinoise qui l'attendait, la seule chose dont il fût avide: lui-même. Il lui fallait les yeux des autres pour se voir, les sens d'une autre pour se sentir. Il regarda la peinture tibétaine : sur un monde décoloré où erraient des voyageurs, deux squelettes strictement semblables s'étreignaient en transe. Il s'approcha de la femme.
  4. 4. Il s’agit de: a) Balzac et la petite tailleuse chinoise , de Dai Sijie b) L’amant de la Chine du Nord , de Marguerite Duras c) La condition humaine , d’André Malraux
  5. 5. Solution:   La condition humaine , d’André Malraux
  6. 6. EXTRAIT Nº2   L’amour, la passion, l’érotisme
  7. 7. Marie m'a appris un jeu. Il fallait, en nageant, boire à la crête des vagues, accumuler dans sa bouche toute l'écume et se mettre ensuite sur le dos pour la projeter contre le ciel. Cela faisait alors une dentelle mousseuse qui disparaissait dans l'air ou me retombait en pluie tiède sur le visage. Mais au bout de quelque temps, j'avais la bouche brûlée par l'amertume du sel. Marie m'a rejoint alors et s'est collée à moi dans l'eau. Elle a mis sa bouche contre la mienne. Sa langue rafraîchissait mes lèvres et nous nous sommes roulés dans les vagues pendant un moment. Quand nous nous sommes rhabillés sur la plage, Marie me regardait avec des yeux brillants. Je l'ai embrassée. A partir de ce moment, nous n'avons plus parlé. Je l'ai tenue contre moi et nous avons été pressés de trouver un autobus, de rentrer, d'aller chez moi et de nous jeter sur mon lit. J'avais laissé ma fenêtre ouverte et c'était bon de sentir la nuit d'été couler sur nos corps bruns. (..) J'ai raconté à Marie l'histoire du vieux et elle a ri. Elle avait un de mes pyjamas dont elle avait retroussé les manches. Quand elle a ri, j'ai eu encore envie d'elle. Un moment après, elle m'a demandé si je l'aimais. Je lui ai répondu que cela ne voulait rien dire, mais qu'il me semblait que non. Elle a eu l'air triste. Mais en préparant le déjeuner, et à propos de rien, elle a encore ri de telle façon que je l'ai embrassée.
  8. 8. Il s’agit de: a) L’étranger , d’Albert Camus b) Hiroshima mon amour , de Marguerite Duras c) J e l’aimais , d’Anna Gavalda
  9. 9. Solution:   L’étranger , d’Albert Camus
  10. 10. EXTRAIT Nº3   L’amour, la passion, l’érotisme
  11. 11. D'abord, ce fut comme un étourdissement; elle voyait les arbres, les chemins, les fossés, Rodolphe, et elle sentait encore l'étreinte de ses bras, tandis que le feuillage frémissait et que les joncs sifflaient. Mais, en s'apercevant dans la glace, elle s'étonna de son visage. Jamais elle n'avait eu les yeux si grands, si noirs, ni d'une telle profondeur. Quelque chose de subtil épandu sur sa personne la transfigurait. Elle se répétait : « J'ai un amant! un amant! » se délectant à cette idée comme à celle d'une autre puberté qui lui serait survenue. Elle allait donc posséder enfin ces joies de l'amour, cette fièvre du bonheur dont elle avait désespéré. Elle entrait dans quelque chose de merveilleux où tout serait passion, extase, délire; une immensité bleuâtre l'entourait, les sommets du sentiment étincelaient sous sa pensée, l'existence ordinaire n'apparaissait qu'au loin, tout en bas, dans l'ombre, entre les intervalles de ces hauteurs.
  12. 12. Il s’agit de: a) La ferme africaine , de Karen Blixen b) Madame Bovary , de Gustave Flaubert c) Les liaisons dangereuses , de Choderlos de Laclos
  13. 13. Solution:   Madame Bovary , de Gustave Flaubert
  14. 14. EXTRAIT Nº4   L’amour, la passion, l’érotisme
  15. 15. Le désir sexuel se porte essentiellement sur les corps jeunes, et l'investissement progressif du champ de la séduction par les très jeunes filles ne fut au fond qu'un retour à la normale, un retour à la vérité du désir analogue à ce retour à la vérité des prix qui suit une surchauffe boursière anormale. Il n'empêche que les femmes qui avaient eu vingt ans aux alentours des «années 1968» se trouvèrent, la quarantaine venue dans une fâcheuse situation. Généralement divorcées, elles ne pouvaient guère compter sur cette conjugalité - chaleureuse ou abjecte - dont elles avaient tout fait pour accélérer la disparition. Faisant partie d'une génération qui - la première à un tel degré - avait proclamé la supériorité de la jeunesse sur l'âge mûr, elles ne pouvaient guère s'étonner d'être à leur tour méprisées par la génération appelée à les remplacer. Enfin, le culte du corps qu'elles avaient puissamment contribué à constituer ne pouvait, à mesure de l'affaissement de leurs chairs, que les amener à éprouver pour elles-mêmes un dégoût de plus en plus vif - dégoût d'ailleurs analogue à celui qu'elles pouvaient lire dans le regard d’autrui.
  16. 16. Il s’agit de: a) Le diable au corps , de Raymond Radiguet b) Les particules élémentaires , de Michel Houellebecq c) L’amour dure trois ans , de Frédéric Beigbeder
  17. 17. Solution:   Les particules élémentaires , de Michel Houellebecq
  18. 18. EXTRAIT Nº5   D’autres genres littéraires: Le théâtre
  19. 19. POZZO. — Dépêchez-vous. Bientôt il ne pleurera plus. (Estragon s'approche de Lucky et se met en posture de lui essuyer les yeux. Lucky lui décoche un violent coup de pied dans les tibias. Estragon lâche le mouchoir, se jette en arrière, fait le tour du plateau en boitant et en hurlant de douleur.) Mouchoir. (Lucky dépose valise et panier, ramasse le mouchoir, avance, le donne à Pozzo, recule, reprend valise et panier.) ESTRAGON. — Le salaud ! La vache ! (Il relève son pantalon.) Il m'a estropié ! POZZO. — Je vous avais dit qu'il n'aime pas les étrangers. VLADIMIR (à Estragon). — Fais voir. (Estragon lui montre sa jambe. A Pozzo, avec colère.) Il saigne ! POZZO. — C'est bon signe. ESTRAGON (la jambe blessée en l'air). — Je ne pourrai plus marcher ! VLADIMIR (tendrement). — Je te porterai. (Un temps.) Le cas échéant.  
  20. 20. Il s’agit de: a) En attendant Godot , de Samuel Beckett b) La leçon , d’Eugène Ionesco c) Huis clos , de Jean-Paul Sartre
  21. 21. Solution:   En attendant Godot , de Samuel Beckett
  22. 22. EXTRAIT Nº6   D’autres genres littéraires: La prose poétique
  23. 23. LE CHIEN ET LE FLACON     « — Mon beau chien, mon bon chien, mon cher toutou, approchez et venez respirer un excellent parfum acheté chez le meilleur parfumeur de la ville. » Et le chien, en frétillant de la queue, ce qui est, je crois, chez ces pauvres êtres, le signe correspondant du rire et du sourire, s'approche et pose curieusement son nez humide sur le flacon débouché; puis, reculant soudainement avec effroi, il aboie contre moi en manière de reproche. « — Ah ! misérable chien, si je vous avais offert un paquet d'excréments, vous l'auriez flairé avec délices et peut-être dévoré. Ainsi, vous-même, indigne compagnon de ma triste vie, vous ressemblez au public, à qui il ne faut jamais présenter des parfums délicats qui l'exaspèrent, mais des ordures soigneusement choisies. »
  24. 24. Il s’agit de: a) Œuvres Poétiques , d’Arthur Rimbaud b) Œuvres Oubliées , de Paul Verlaine c) Petits poèmes en prose (le Spleen de Paris) , de Charles Baudelaire
  25. 25. Solution:   Petits poèmes en prose (le Spleen de Paris) , de Charles Baudelaire
  26. 26. EXTRAIT Nº7   D’autres genres littéraires: Le roman autobiographique
  27. 27. À l'église de Guéthary, tous les dimanches d'été, ivre d'encens, j'ai chanté des cantiques en basque : « Jainkoaren bildotcha zukenzen duzu mundunko bekatua ema-guzu bakea » (« Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous »). Pardon à mes amis basques si l'orthographe est approximative... Enfermé dans ma geôle, je ne puis vérifier dans un missel, je cite de mémoire, pour une fois que je me souviens de quelque chose. J'ai glissé sur le plongeoir de la piscine de l'Hôtel du Palais à Biarritz : quand il a fallu recoudre la plaie ouverte sans anesthésie, ma mère affirme que je fus stoïque. Je suis fier de mon courage enfantin, une cicatrice sous mon menton peut l'attester. J'ai possédé un mange-disque en plastique orange dans lequel j'introduisais des 45 tours du groupe Il était une fois, de Joe Dassin, Nino Ferrer ou Mike Brant. La chanteuse d'Il était une fois est morte d'une overdose, Joe Dassin également, et Mike Brant et Nino Ferrer se sont suicidés. Très tôt, on peut donc dire que j'avais des goûts culturels borderline.
  28. 28. Il s’agit de: a) Un roman français , de Frédéric Beigbeder b) Vipère au poing , d’Hervé Bazin c) Souvenirs d’enfance , de Marcel Pagnol
  29. 29. Solution:   Un roman français , de Frédéric Beigbeder
  30. 30. EXTRAIT Nº8   D’autres genres littéraires: Le nouveau roman
  31. 31. C'est une véritable forêt que le train longe, non, traverse, puisqu’au-delà de ce carreau où s'appuie toujours votre tempe, de l'autre côté du corridor vide maintenant et de ses vitres dont vous apercevez la succession jusqu'à l'extrémité du wagon, c'est le même spectacle de futaie broussailleuse et terne qui va s'épaississant. La voie ferrée y creuse une tranchée qui se resserre de telle sorte que vous ne voyez plus du tout le ciel que le sol même se relève en de hauts remblais de terre nue ou de maçonnerie sur laquelle un instant, juste le temps de les reconnaître, se peignent en rouge sur un rectangle blanc les grandes lettres que vous attendiez certes mais peut-être pas aussi tôt, que vous avez lues maintes fois, que vous guettez à chaque passage pourvu qu'il fasse jour, parce qu'elles vous indiquent soit que l'arrivée est prochaine soit que le voyage est vraiment commencé.
  32. 32. Il s’agit de: a) La V ie mode d’emploi , de Georges Pérec b) La modification , de Michel Butor c) Topologie d’une cité fantôme , d’Alain Robbe-Grillet
  33. 33. Solution: La modification , de Michel Butor  
  34. 34. EXTRAIT Nº9 Le roman policier
  35. 35. Ravinel s'interdit ces pensées. Car enfin il a tué Mireille! Précisément, c'est le point troublant. Il n'arrive pas à se persuader qu'il a commis un crime. Cela lui paraissait monstrueux, lui paraît encore monstrueux, un crime! Il faut être sauvage, sanguinaire. Et lui n'est pas du tout sanguinaire. Il aurait été incapable de saisir un couteau... ou même d'appuyer sur la détente de son revolver. A Enghien, dans son secrétaire, il y a un browning chargé. C'est Davril, le directeur, qui lui a conseillé d'être armé... Les routes... la nuit... on ne sait pas qui on peut rencontrer. Au bout d'un mois, il a fourré dans un tiroir ce revolver, dont la graisse tachait les cartes. Mais jamais l'idée ne lui serait venue de tirer sur Mireille! Son crime à lui, c'est un enchaînement de menues circonstances, de petites lâchetés consenties par indifférence. Si un juge, un bonhomme comme le père de Lucienne, l'interrogeait, il répondrait en toute bonne foi : « Je n'ai rien fait! » Et, parce qu'il n'a rien fait, il ne regrette rien. Pour regretter, il faudrait se repentir. Se repentir de quoi ? De proche en proche, il faudrait se repentir d'être ce qu'on est. Et cela n'a aucun sens.
  36. 36. Il s’agit de: a) Maigret et les braves gens , de Georges Simenon b) Les confidences d’Arsène Lupin , de Maurice Leblanc c) Celle qui n’était plus , de Boileau et Narcejac
  37. 37. Solution:   Celle qui n’était plus * , de Boileau et Narcejac * Adapté au cinéma sous le titre Les diaboliques (1955)
  38. 38. EXTRAIT Nº10 Le roman policier
  39. 39. Il braqua son revolver et tira deux coups dans les branches des arbres. Puis il revint à Vaucheray, se pencha sur lui et se barbouilla les mains et le visage avec le sang de la blessure. Enfin se retournant contre Gilbert brutalement, il le saisit aux épaules et le renversa. – Qu’est-ce que vous voulez, patron ? En voilà une idée ! – Laisse-toi faire, scanda Lupin d’un ton impérieux, je réponds de tout... je réponds de vous deux... Laisse-toi faire... Je vous sortirai de prison... Mais, pour cela, il faut que je sois libre. On s’agitait, on appelait au-dessous de la fenêtre ouverte. – Par ici, cria-t-il... je les tiens ! à l’aide !... Et, tout bas, tranquillement : – Réfléchis bien... As-tu quelque chose à me dire ?... une communication qui puisse nous être utile... Gilbert se débattait, furieux, trop bouleversé pour comprendre le plan de Lupin. Vaucheray, plus perspicace, et qui d’ailleurs à cause de sa blessure avait abandonné tout espoir de fuite, Vaucheray ricana : Laisse-toi faire, idiot... Pourvu que le patron se tire des pattes... c’est-y pas l’essentiel ?
  40. 40. Il s’agit d’une œuvre de Maurice Leblanc ...mais laquelle?: a) Le bouchon de cristal b) Les confidences d’Arsèn e Lupin c) L’aiguille creuse
  41. 41. Solution:   Le bouchon de cristal
  42. 42. EXTRAIT Nº11 Le roman policier
  43. 43. Quand une cloche, quelque part, sonna deux coups, le prisonnier était assis sur son lit et deux grandes mains noueuses étreignaient ses genoux repliés. L'espace d'une minute peut-être il resta immobile, comme en suspens, puis soudain, avec un soupir, il étendit ses membres, se dressa dans la cellule, énorme, dégingandé, la tête trop grosse, les bras trop longs, la poitrine creuse. Son visage n'exprimait rien, sinon l'hébétude, ou encore une indifférence inhumaine. Et pourtant, avant de se diriger vers la porte au judas fermé, il tendit le poing dans la direction d'un des murs. Au-delà de ce mur, il y avait une cellule toute pareille, une cellule du quartier de la Grande Surveillance de la Santé. Là, comme dans quatre autres cellules, un condamné à mort attendait ou sa grâce ou le groupe solennel qui viendrait une nuit le réveiller sans mot dire.
  44. 44. Il s’agit d’une œuvre de Georges Simenon ...mais laquelle?: a) La tête d’un homme b) L’ami d’enfance de Maigret c) L’affaire Saint-Fiacre
  45. 45. Solution:   La tête d’un homme
  46. 46. EXTRAIT Nº12 Le roman de science-fiction
  47. 47. Je m'attardai à terminer ma couche, toujours observé par Nova, qui s'était un peu reculée. Quand je m'étendis à mon tour, elle resta un long moment immobile, comme indécise ; puis elle s'approcha à petits pas hésitants. Je ne fis pas un geste, de crainte de l'effaroucher. Elle se coucha à côté de moi. Je ne bougeai toujours pas. Elle finit par se pelotonner contre moi, et rien ne nous distingua des autres couples qui occupaient les nids de cette étrange tribu. Mais quoique cette fille fût d'une merveilleuse beauté, je ne la considérais pas, alors, comme une femme. Ses façons étaient celles d'un animal familier qui cherche la chaleur de son maître. J'appréciai la tiédeur de son corps, sans qu'il me vînt à l'esprit de la désirer. Je finis par m'endormir dans cette position extravagante, à demi mort de fatigue, serré contre une créature étrangement belle et incroyablement inconsciente, après avoir à peine accordé un coup d'œil à un satellite de Soror, plus petit que notre Lune, qui répandait sur la jungle une lueur jaunâtre.
  48. 48. Il s’agit de: a) La guerre des mondes , de H.G. Wells b) La planète des singes , de Pierre Boulle c) Uranie , de Camille Flammarion
  49. 49. Solution:   La planète des singes , de Pierre Boulle Le film américain de 1968 est assez différent du roman original!
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×