LES FEMMES
ET
LES DROITS
HUMAINS
La conquête du droits des femmes dans le
monde
Une contribution de la théorie du genre

Par
Maître Hazem Ksouri, Avocat
Pr...
I.- Les Origines du Patriarcat.
Au début de l’existence
humaine, nos
ancêtres n’avaient pas conscience du lien entre
copul...
Les communautés d’agriculteurs, en
observant les animaux domestiqués, ont pour la
première fois fait un lien entre acte se...
Car, lorsque les humains réalisèrent qu’il y avait
un lien entre sexualité et procréation et que
c’étaient les hommes et n...
La découverte de la paternité aurait été
un des facteurs déterminant du
développement de la vie économique
d’après l’âge d...
Ayant les mêmes intérêts quant à la
continuité de l’espèce, les hommes des
communautés claniques à la fin de l’âge
de pier...
Pour atteindre ces objectifs ils ont
appliqués des mesures idéologiques et
religieuses….

La plus efficace des mesures idé...
Ils vident le sang menstruel et le liquide
amniotique de leur caractère sacro-saint
en les identifiant à une malédiction e...
Le contrôle de l’agriculture, de l’artisanat, du
commerce se trouve entre
féminins. Et n’aboutit pas non plus à
l’exclusio...
Dès lors, petit à petit, la révolution
patriarcale remplace les rites de magie
et de mystères avec l’émergence des
religio...
II.- Les Femmes dans l’Antiquité.

1.- Grèce antique
Dans les épopées homériques déjà, la Grèce
antique s’affirme comme un...
En Athènes la femme est une éternelle
mineure, qui ne possède ni droit
juridique, ni droit politique.

Toute sa vie, elle ...
Une stricte fidélité est requise de la part de
l'épouse : son rôle est de donner
naissance à des fils légitimes qui puisse...
L'époux n'est pas soumis à ce type de
restriction : il peut recourir aux services
d'une hétaïre ou introduire dans le foye...
2.- La femme dans l'Égypte antique.

La société égyptienne reconnaît à la
femme, non seulement son égalité à
l'homme, mais...
Dans l'Égypte antique, non seulement les
exemples de femmes haut-fonctionnaires ne
sont pas si rares, mais plus étonnant e...
3.-Les femmes dans la Rome antique.

La coutume romaine donnait
originellement le même statut aux
femmes que celui des enf...
4.- Les Femmes celtes.
Chez les celtes, la femme a une existence
propre. Elle peut disposer de biens propres
dont la propr...
Contrairement à la Romaine la Gauloise
participe aux combats et à la vie de la
citée à part entière.
Elles participaient à...
III.- Les Femmes
et
le Christianisme.
III.- Les Femmes et le Christianisme.

L’Eglise chrétienne a édifié sa structure
hiérarchique des sexes à partir d’un cont...
De nombreux théologiens chrétiens
affirment aussi que la création d’Eve à la
suite d’Adam confirme
son infériorité et sa s...
Le décret de Gratien au 12ème siècle
principale source de droit de l’Eglise, voit
dans la création de la femme à partir
d’...
L’infériorité des femmes est confortée par la
lecture du chapitre 3 de la
Genèse qui incrimine Eve comme
responsable de la...
Le corps de la femme, sera comme dans toutes
les autres interprétations
religieuses le lieu commun de toutes les batailles...
La chute de Adam et Eve est interprétée selon les
théologiens influencés par la vision
d’Augustin comme le symbole de l’ac...
La chute de Adam et Eve est interprétée
selon les théologiens influencés par la vision
représente le pêché originel et pir...
C’est cet ensemble d’affirmations,
propagées de façon implacable par les
pères de l’Eglise, qui donnera au
christianisme c...


V.- La Femme au Moyen-âge.

Pour comprendre le statut de la femme au
Moyen-âge, il est important de remonter
bien avant...
Au début du Moyen-âge, et
particulièrement les zones rurales loin de
Rome, sont encore sous l’influence de
cette tradition...
Ce sont les familles (parents) qui unissent
les enfants, et ce, dès l'âge de douze
ans pour les femmes et de quatorze ans
...
Entre les différentes classes sociales, le
mariage est un moyen de renforcer des
aliances pour la noblesse, un moyen
d'ass...
Chez les classes 'élevées", le mariage des filles
est un instrument d'alliance et
d'implantation, si bien qu'il se négocie...
Accoucher, au Moyen Âge, à cause du
manque d'hygiène et du peu de moyens
dont disposent les sages-femmes, est
risqué.
On n...
Parmi les crimes commis au Moyen Âge, il y a
le viol. La personne ayant commis un tel
acte est punie, mais elle ne l'est p...
Les femmes, au Moyen Âge, participent
activement à la vie économique.
En ville, elles travaillent notamment dans le
commer...
Lingères, bonnetières, couturières,
tavernières, blanchisseuses sont donc
des métiers que les femmes du Moyen
Âge ont occu...
2.- La sexualité dans le Haut Moyen Age

Au Moyen Âge, le lit clos des paysans bretons accueille
pour la nuit toute la mai...
En l’absence de pratiques
anticonceptionnelles, les conceptions
prénuptiales, c’est-à-dire survenues
moins de huit mois ap...
IV. Les Femmes après la Révolution
française et les droits de l'homme
À la veille de la Révolution française, les
mentalités n'ont pas beaucoup évolué.

En 1789, lors de l’élaboration des droi...
De nombreux philosophes, médecins.
écrivains ont croisé leurs approches pour
décrire la féminité.
Les termes qui en ressor...
Les femmes ne sont pas considérées
comme de vrais individus pour les
hommes de 1789. Elles doivent se
contenter d'une acti...
À partir de 1789, les femmes veulent être
incluses dans la vie politique. Elles
veulent apporter leur pierre à l’édifice.
...
Avec la Révolution française,
les femmes dans le monde civilisé
commencent à s'organiser pour obtenir
leurs droits ....
Ap...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Les femmes et les droits humains

538

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
538
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les femmes et les droits humains

  1. 1. LES FEMMES ET LES DROITS HUMAINS
  2. 2. La conquête du droits des femmes dans le monde Une contribution de la théorie du genre Par Maître Hazem Ksouri, Avocat Prof. Ruth S. Jara Kittel, Magister en Criminologie
  3. 3. I.- Les Origines du Patriarcat. Au début de l’existence humaine, nos ancêtres n’avaient pas conscience du lien entre copulation et enfantement. Celuici était divin. Les femmes étaient fécondées par la déesse mère. Les femmes vivaient en clan avec leurs frères, soeurs, oncles et s’occupaient de la survie des enfants. Dès lors, elles s’organisaient pour engranger de la nourriture et veillaient à sa redistribution de façon équitable. Nous étions dans une transmission matrilinéaire.
  4. 4. Les communautés d’agriculteurs, en observant les animaux domestiqués, ont pour la première fois fait un lien entre acte sexuel et grossesse. Ils découvrent ainsi le rôle biologique de l’homme dans la procréation, dans la continuité de l’espèce. Cette découverte a signifié la fin de l’âge de pierre et établit un évènement historique.
  5. 5. Car, lorsque les humains réalisèrent qu’il y avait un lien entre sexualité et procréation et que c’étaient les hommes et non les divinités qui fécondaient les femmes, l’organisation sociale prit un tout autre sens. La découverte de la paternité biologique mit aussi à jour des frustrations : appropriation par les femmes de la semence des hommes, incertitude quant à la paternité biologique, perte de contrôle sur l’être qui va grandir auprès de sa mère…
  6. 6. La découverte de la paternité aurait été un des facteurs déterminant du développement de la vie économique d’après l’âge de pierre. Le désir et l’intérêt de l’ensemble du sexe masculin à créer et à maintenir une paternité sociale les a incités à travailler et à accumuler des richesses pour subvenir aux besoins et au bien être des enfants.
  7. 7. Ayant les mêmes intérêts quant à la continuité de l’espèce, les hommes des communautés claniques à la fin de l’âge de pierre se sont associés et ont créés des alliances à l’intérieur de sociétés secrètes dans le but d’implanter la paternité sociale.
  8. 8. Pour atteindre ces objectifs ils ont appliqués des mesures idéologiques et religieuses…. La plus efficace des mesures idéologiques a été la dévalorisation de la maternité. Nos ancêtres accordent une importance démesurée aux désavantages imaginés de la maternité qu’ils considèrent comme handicapante. Et ainsi la rendent culturellement dure à porter…
  9. 9. Ils vident le sang menstruel et le liquide amniotique de leur caractère sacro-saint en les identifiant à une malédiction et à l’impureté. Dans la tentative de créer la paternité sociale, c’est le phallus qui l’emporta. Désormais, c’étaient les femmes qui n’avaient plus rien dans le ventre.
  10. 10. Le contrôle de l’agriculture, de l’artisanat, du commerce se trouve entre féminins. Et n’aboutit pas non plus à l’exclusion des femmes des domaines, mais les confine désormais à des rôles économiques toujours secondaires et subalternes. Dès la révolution de l’âge de cuivre, les femmes se voient refuser la possibilité d’utiliser des outils complexes qui augmenteraient le rendement de leur travail. Ainsi les hommes deviennent économiquement indispensables !
  11. 11. Dès lors, petit à petit, la révolution patriarcale remplace les rites de magie et de mystères avec l’émergence des religions monothéistes patriarcales universelles. L’enjeu du patriarcat serait donc bien le pouvoir sur la procréation par l’instauration de la puissance paternelle. Celle-ci s’appuie sur le développement économique et la religion et légitime le pouvoir sur la famille.
  12. 12. II.- Les Femmes dans l’Antiquité. 1.- Grèce antique Dans les épopées homériques déjà, la Grèce antique s’affirme comme une société patriarcale. La femme a un triple rôle : épouse, reine et maîtresse de maison, mais elle ne peut jamais devenir citoyenne. Les femmes, quel que soit leur statut, restent avant tout soumises aux hommes, qu'ils soient des maris ou, dans le cas de Pénélope, son fils Télémaque…
  13. 13. En Athènes la femme est une éternelle mineure, qui ne possède ni droit juridique, ni droit politique. Toute sa vie, elle doit rester sous l’autorité d'un tuteur : d’abord son père, puis son époux, voire son fils (si elle est veuve) ou son plus proche parent.
  14. 14. Une stricte fidélité est requise de la part de l'épouse : son rôle est de donner naissance à des fils légitimes qui puissent hériter des biens paternels. Le mari surprenant sa femme en flagrant délit d'adultère est ainsi en droit de tuer le séducteur sur-le-champ. La femme adultère, elle, peut être renvoyée.
  15. 15. L'époux n'est pas soumis à ce type de restriction : il peut recourir aux services d'une hétaïre ou introduire dans le foyer conjugal une concubine souvent une esclave, mais elle peut aussi être une fille de citoyen pauvre.
  16. 16. 2.- La femme dans l'Égypte antique. La société égyptienne reconnaît à la femme, non seulement son égalité à l'homme, mais son indispensable complémentarité qui s'exprime notamment dans l'acte créateur. Ce respect s'exprime clairement dans la morale et la théologie égyptienne, mais il est certes assez difficile de déterminer son degré d'application dans la vie quotidienne des Égyptiens.
  17. 17. Dans l'Égypte antique, non seulement les exemples de femmes haut-fonctionnaires ne sont pas si rares, mais plus étonnant encore (pour l'époque), on retrouve des femmes à la fonction suprême, celle de pharaon. Plus qu'un féminisme, il faut sûrement y voir une marque de l'importance de la théocratie dans la société égyptienne. Les Égyptiens préféraient être gouvernés par une femme de sang royal plutôt que par un homme qui ne le serait pas…
  18. 18. 3.-Les femmes dans la Rome antique. La coutume romaine donnait originellement le même statut aux femmes que celui des enfants, elles étaient soumises au pater familias qu'il soit père ou mari, de la même manière qu'un enfant. Elles étaient destinées à être femme et mère. Ce cadre était, en fait, religieux.
  19. 19. 4.- Les Femmes celtes. Chez les celtes, la femme a une existence propre. Elle peut disposer de biens propres dont la propriété lui est exclusive : ils la suivent lors de son mariage, en cas de séparation, elle en reste propriétaire. Il n’y a pas d’obligation de durée dans le couple celte. La femme étant toujours liée à sa famille d’origine, contrairement à la femme romaine, y retourne en cas de séparation.
  20. 20. Contrairement à la Romaine la Gauloise participe aux combats et à la vie de la citée à part entière. Elles participaient à la vie politique et à la vie religieuse; elles pouvaient posséder des biens personnels ; elles pouvaient régner; elles pouvaient fixer librement leur choix sur un homme, elles pouvaient divorcer si leur mari outrepassait ses droits, et, en cas d’abandon du mari ou de l’homme suborneur, elles avaient la possibilité de réclamer une forte indemnité.
  21. 21. III.- Les Femmes et le Christianisme.
  22. 22. III.- Les Femmes et le Christianisme. L’Eglise chrétienne a édifié sa structure hiérarchique des sexes à partir d’un contexte particulier représenté par l’empire romain dont elle devient la religion d’Etat sous Constantin le Grand. Le statut des femmes dans les Ecritures chrétiennes reprend un bon nombre d’affirmations discriminatoires héritées aussi bien de certaines interprétations juives que de celles de la culture patriarcale gréco-romaine avec les mêmes images de la création subalterne de la femme.
  23. 23. De nombreux théologiens chrétiens affirment aussi que la création d’Eve à la suite d’Adam confirme son infériorité et sa soumission la plus totale à l’homme dont elle n’est là que pour l’aider ou le servir.
  24. 24. Le décret de Gratien au 12ème siècle principale source de droit de l’Eglise, voit dans la création de la femme à partir d’Adam la source de l’infériorité féminine: « Il est de l’ordre naturel chez les humains que les femmes servent les hommes, les fils les parents, parce qu’il est juste que l’inférieur serve le supérieur…la femme est soumise à l’homme en toute chose »
  25. 25. L’infériorité des femmes est confortée par la lecture du chapitre 3 de la Genèse qui incrimine Eve comme responsable de la désobéissance d’Adam. C’est ainsi que scène du serpent ont finit par aggraver sa condition de femme. La femme est désormais moralement fautive et inculpée de tous les torts de l’humanité. De ce pêché originel, la femme, selon la vision chrétienne, va hérité d’une discrimination majeure : sa domination par l’homme.
  26. 26. Le corps de la femme, sera comme dans toutes les autres interprétations religieuses le lieu commun de toutes les batailles et de toutes les extrapolations psychologiques. « L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image de la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme. En effet, l’homme n’a pas été tirée de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme. C’est pourquoi la femme à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend. »
  27. 27. La chute de Adam et Eve est interprétée selon les théologiens influencés par la vision d’Augustin comme le symbole de l’acte sexuel, en effet pour ce dernier l’acte sexuel représente le pêché originel et pire c’est à travers l’acte sexuel que ce pêché se propage d’une génération à l’autre. On comprend pourquoi chez la majorité des occidentaux de culture chrétienne il y a une aversion qui frise l’hystérie envers le voile dit islamique parce qu’il symbolise à leurs yeux cette oppression féminine tel explicitée par les interprétations religieuses de l’Eglise, difficile à évacuer de l’imaginaire occidental.
  28. 28. La chute de Adam et Eve est interprétée selon les théologiens influencés par la vision représente le pêché originel et pire c’est à travers l’acte sexuel que ce pêché se propage d’une génération à l’autre. Et c’est donc dans ce sens que, toujours selon Augustin, c’est le baptême qui permet de laver les enfants de cette souillure de la naissance. Il est à préciser ici que cette représentation de la sexualité comme étant le pêché originel est tout à fait absente autant dans le judaïsme que dans l’islam.
  29. 29. C’est cet ensemble d’affirmations, propagées de façon implacable par les pères de l’Eglise, qui donnera au christianisme cette image de religion de la culpabilité, totalement absente, faudrait-il le rappeler dans les autres monothéismes.
  30. 30.  V.- La Femme au Moyen-âge. Pour comprendre le statut de la femme au Moyen-âge, il est important de remonter bien avant celui-ci. Car toute l’ambiguïté du statut de la femme repose sur l’antagonisme de deux modèles différents : la femme romaine et la femme celte, la femme totalement dépendante de l’autorité de l’homme et la femme qui bénéficie de droits plus ou moins identiques.
  31. 31. Au début du Moyen-âge, et particulièrement les zones rurales loin de Rome, sont encore sous l’influence de cette tradition malgré le droit romain. 1.-La femme au temps des Croisades. Le modèle du mariage chrétien, basé sur une relation monogamique indissoluble, est une invention médiévale qui date du treizième siècle.
  32. 32. Ce sont les familles (parents) qui unissent les enfants, et ce, dès l'âge de douze ans pour les femmes et de quatorze ans pour les hommes. Les jeunes couples se mariant sans le consentement des parents courent le risque d'être déshérités. Autant du côté des classes "inférieures" que du côté des classes "élevées", le choix des parents dicte les liens matrimoniaux.
  33. 33. Entre les différentes classes sociales, le mariage est un moyen de renforcer des aliances pour la noblesse, un moyen d'assurer et renforcer le capital pour la bourgeoisie, et dans ces milieux le mariage est souvent/parfois un arrangement entre famille. Chez le peuple point de ces soucis et le mariage d'amour y est plus fréquent.
  34. 34. Chez les classes 'élevées", le mariage des filles est un instrument d'alliance et d'implantation, si bien qu'il se négocie ou pire, qu'il s'impose par le rapt, forçant ainsi la famille de la jeune femme à accepter l'union. De plus, le mariage n'est pas si "indissoluble" en réalité qu'en théorie. Ainsi, il est fréquent que les hommes de noblesse aient des concubines qui donnent parfois naissance à ce que l'on appellera au onzième siècle des bâtards. Si l'épouse est incapable de donner naissance à un héritier, ces bâtards peuvent parfois hériter de leur père. L'épouse en question, stérile ou ne donnant naissance qu'à des filles, peut aussi être répudiée par son mari, ce dernier voulant s'assurer une descendance.
  35. 35. Accoucher, au Moyen Âge, à cause du manque d'hygiène et du peu de moyens dont disposent les sages-femmes, est risqué. On n'autorise les césariennes que sur les femmes décédées, ce qui fait que bien des femmes meurent en couches. De plus, comme on ne peut déceler les grossesses très tôt, les femmes désirant se faire avorter courent le risque d'y rester.
  36. 36. Parmi les crimes commis au Moyen Âge, il y a le viol. La personne ayant commis un tel acte est punie, mais elle ne l'est pas toujours de la même manière. En effet, si la victime est une religieuse, une femme mariée ou une vierge, l'agresseur peut être pendu pour ce qu'il a fait. Cependant, s'il s'agit d'une femme d'une humble condition, il s'agit alors de verser à la victime ou à sa famille une indemnité. La punition est donc tributaire du statut social de la femme.
  37. 37. Les femmes, au Moyen Âge, participent activement à la vie économique. En ville, elles travaillent notamment dans le commerce, dans le secteur du textile et en alimentation. D'ailleurs, dans le petit commerce d'alimentation, les femmes sont majoritaires. Aussi, les industries qui apparaissent comme le prolongement d'activités domestiques leur sont plus ou moins réservées: la boulangerie, la fabrication de la bière…
  38. 38. Lingères, bonnetières, couturières, tavernières, blanchisseuses sont donc des métiers que les femmes du Moyen Âge ont occupés. Mais il ne faut pas pour autant croire qu'elles étaient considérées égales aux hommes. En effet, les salaires féminins sont, dès cette époque, très inférieurs à ceux des hommes; le travail à domicile, qu'aucune organisation professionnelle ne défend, accuse des rémunérations particulièrement basses, tant à la ville qu'à la campagne.
  39. 39. 2.- La sexualité dans le Haut Moyen Age Au Moyen Âge, le lit clos des paysans bretons accueille pour la nuit toute la maisonnée, « quant aux riches, leurs vastes demeures encombrées de domestiques et de visiteurs les empêchent de vivre dans l’intimité de leurs femmes et de leurs enfants » Cette promiscuité en compagnie d’une domesticité méprisée et devant laquelle on n’a rien à cacher, a fortiori son corps et ses ébats amoureux, diffère de l’entassement des familles plus pauvres, même si dans les deux cas l’Église s’insurge contre de tels usages « qui donnent lieu à d’horribles péchés ». La recherche de l’intimité et l’émergence du sentiment de pudeur se manifestent au XVIIIe siècle et deviennent des normes sociales au XIXe siècle. ..
  40. 40. En l’absence de pratiques anticonceptionnelles, les conceptions prénuptiales, c’est-à-dire survenues moins de huit mois après le mariage, peuvent donner une estimation de la sexualité avant le mariage. Mais cet indicateur, comme révélateur de la sexualité préconjugale, pose le problème de la définition de l’union licite, car dans certaines régions l’engagement coutumier garantit l’union des corps et légitime son fruit, la grossesse.
  41. 41. IV. Les Femmes après la Révolution française et les droits de l'homme
  42. 42. À la veille de la Révolution française, les mentalités n'ont pas beaucoup évolué. En 1789, lors de l’élaboration des droits de l’homme, la question de la femme ne fut pas abordée par l’assemblée constituante. Les femmes étaient évincées du fait qu’il leur était interdit de prendre part aux affaires publiques. Elles devaient rester dans une sphère privée.
  43. 43. De nombreux philosophes, médecins. écrivains ont croisé leurs approches pour décrire la féminité. Les termes qui en ressortent sont : « constitution délicate », « tendresse excessive », « raison limitée », « nerfs fragiles ». On considérait donc comme acquise l’infériorité de la femme intellectuellement et psychologiquement.
  44. 44. Les femmes ne sont pas considérées comme de vrais individus pour les hommes de 1789. Elles doivent se contenter d'une activité domestique, extérieure à la société civile. Elles sont donc considérées comme des mères ou ménagères, loin des fonctions sociales politiques que certaines désirent. La femme est restreinte à la sphère familiale et caractérisée par elle, elle perd donc toutes ses caractéristiques individuelles
  45. 45. À partir de 1789, les femmes veulent être incluses dans la vie politique. Elles veulent apporter leur pierre à l’édifice. Pour montrer, clamer leurs espérances, leurs revendications ainsi que dans un but de présenter les réformes, les femmes s’aident de pétitions ou de brochures ce qui leur permet de sensibiliser un maximum de monde.
  46. 46. Avec la Révolution française, les femmes dans le monde civilisé commencent à s'organiser pour obtenir leurs droits .... Apparaît le Mouvement Féministe organisé et qui dure jusqu'à aujourd'hui, XXI siècle.
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×