Your SlideShare is downloading. ×
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
References hors serie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

References hors serie

1,610

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,610
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
60
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. référenceshors-série decembre 2010 SD guide pratique les technologies audiovisuelles Le magazine de
  • 2. références est une publication destinée aux professionnels du marketing et de la communication.elle est conçue et réalisée par le groupe tf1 et fournie à titre gracieux.sur une idée d’arielle renouf, ce guide a été conçu par sylvain audigier, guillaume esmiol etlauriane rieger (direction technologies et systèmes d’information - réseaux, innovation etnouvelles technologies)il a été écrit par clémence favier (direction de la communication / pôle editions)conception et réalisation graphique : benoît baron (direction de la communication / pôle outils)directeur de la publication : nonce paoliniresponsable de la publication : martine hollingerrédactrice en chef : arielle renoufchefs de projet : marine biard, maud fayatsecrétaire de fabrication : marion chapelotimpression : realgraphicdécembre 2010Crédits :Photographe TF1 : Nils HD, Christophe Chevalin, DRFotolia : © Kotoyamagami , Franck Boston, art3007, Lamax, Johnny Lye, Sebastian Kaulitzki, PASQ, Yevgeny Fjodorov, LaurentHamels, Razorconcep, Onoky, Maksym Yemelyanov, Timo Darco, Uwe Herzog, Robert Kneschke, Frank Peters, Robert Lehmann,Vsurkov, Corbis, Sébastien Montier, Luxpainter, Stéphane Riess, Tomasz Olszowski, Aleksandr Ugorenkov, Matteo Natale, MikkoPitkänenTF1 Publicité - 1 quai du Point du Jour, 92100 Boulogne-Billancourt Société par Actions Simplifiée au capital de2 400 000 Euros, immatriculée sous le numéro 311 473 383 au RCS de NanterrePour obtenir de plus amples informations sur un sujet traité dans ce magazine ou pour bénéficier d’explications techniques ouméthodologiques supplémentaires, vous pouvez contacter Laurent Bliaut chez TF1 Publicité au 01 41 41 48 45 (lbliaut@tf1.fr). 2
  • 3. editoEn à peine une décennie, la consommation médias a profondémentévolué, portée par les évolutions technologiques, nombreuses etsouvent spectaculaires.Dans un même moment, les foyers se sont équipés d’écrans de plusen plus grands, les programmes sont devenus HD et la 3D a faitses premiers pas, rendant à la télévision, s’il le fallait, les atouts dugrand spectacle.Au travers de la TNT ensuite, puis du développement d’Internet ouencore des réseaux mobiles haut débit et des télévisions connectées,les modes de distribution des contenus et des programmes se sontmultipliés.Ces évolutions représentent autant d’opportunités, pour un groupecomme le nôtre, de toucher tous les publics, quels qu’ils soient, oùqu’ils se trouvent, et de multiplier avec eux les points de rencontre.Loin d’être une menace pour les chaînes de télévision, ces médiasnouveaux sont très vite apparus complémentaires de notrecœur de métier. Permettre à l’Internaute de redécouvrirla télévision en lui proposant des programmes inéditssur le web, permettre au téléspectateur de poursuivreson expérience collective, de façon plus personnellesur Internet, sont parmi les enjeux que le Groupe TF1a anticipés afin que chacun puisse s’approprier sescontenus, selon son rythme, ses envies, ses habitudeset ce, sur tous les supports.Pour autant, ces nouvelles technologiesaudiovisuelles sont parfois complexes àappréhender. Il nous est donc apparuutile de vous apporter les clés de cesnouveaux services, formats et réseauxnumériques, désormais à la dispositionde tous. Nonce Paolini, Président-Directeur Général du Groupe TF1 3
  • 4. les technologies audiovisuellesbienvenue Ce hors-série Références a été créé spécialement pour satisfaire à la fois les technivores les plus aguerris et les novices en la matière. A vous de le parcourir selon vos besoins… Il peut être envisagé comme une histoire et ainsi être lu du début à la fin, pour une découverte page après page de l’univers des technologies de l’audiovisuel. Si vous avez des préférences ou des exigences précises, vous pourrez vous attarder sur une thématique grâce aux chapitres : la 3D ou encore les équipements téléphoniques mobiles par exemple. Enfin, ce hors-série a pour vocation de vous aider au quotidien, comme un dictionnaire. Si les mots Ethernet, OS, Backbone, DRM ou encore Overlay vous troublent, ou si vous pensez savoir ce qu’est la géolocalisation, la syndication ou la fibre optique mais qu’il vous manque certains éléments pour être totalement au point… un index vous permettra d’être immédiatement renvoyé à la définition. Bonne lecture 4
  • 5. sommaire 1/ télévision • Les équipements • Les moyens de diffusion 6 6 14 • vidéos (regarder autrement) 20 • Les connectiques 24 2/ internet 26 • Les équipements 26 • Les moyens d’accès 28 • vidéos (regarder autrement) 31 • La pubLicité 36 3/ Mobile 38 • Les équipements 38 • Les moyens d’accès 40 • vidéos (regarder autrement) 42 • La pubLicité 44 4/ radio 46 • La radio am/fm 46 • La rnt (radio numérique terrestre) 46 • ecouter autrement 47 5/ 360 48 ConClusion : la tv de deMain 50 index 52 5
  • 6. TéLéVISIONLes équipements Des écrans plus grands, plus plats, plus qualitatifs et avec de plus en plus d’options... Rappel des principaux téléviseurs proposés sur le marché. LeS fOrMaTS IMage 4/3 : Format d’image où le rapport largeur sur hauteur vaut 4/3. C’est l’ancien format classique des téléviseurs cathodiques, il disparaît progressivement au profit du 16/9. 16/9 : Format d’image où le rapport largeur sur hauteur vaut 16/9. Ce format se généralise aujourd’hui ; il se rapproche des formats cinéma ce qui permet de proposer des programmes avec une meilleure qualité d’image, notamment en HauTe DéfINITION. PIxeL : Autrement appelé point, unité de mesure des images numériques. La quantité de pixels composant l’écran détermine la résolution. LIgNe : Les écrans sont composés de fuLL HD 1080 LIgNeS x lignes de pixels qui forment l’image. 1920 PIxeLS Plus il y a de lignes, plus la qualité d’image est bonne. HD reaDy 720 LIgNeS x 1280 PIxeLS SD : Standard Definition, s’oppose à la SD 576 LIgNeS x Haute Définition, c’est la définition 720 PIxeLS classique des téléviseurs, avec une résolution de 576 x 720 pixels. HD : Haute Définition, représente l’évolution par rapport à la SD. Est considéré comme signal HD tout signal dont la définition est supérieure à 720 lignes. Une image Full HD peut aller jusqu’à 1080 lignes x 1920 pixels, soit près de 2.1 M pixels (presque 5 fois plus qu’une image SD). Les images HD peuvent être soit NaTIVeS soit uP-cONVerTIeS : HD NaTIf : Signifie que la source du programme que l’on regarde a été tournée en HD. Pour produire des programmes HD natifs, des caméras spécifiques (HD) ainsi qu’un traitement particulier de l’image sont nécessaires. 6
  • 7. HD uP-cONVerTIe : Signifie que la source a été tournée enSD puis convertie en HD.3D : Procédé de captation et de restitution permettant au finalde voir une image en 3 dimensions (Voir page 11). Pour produiredes programmes 3D, des caméras spécifiques ainsi qu’un traitementparticulier de l’image sur le téléviseur sont nécessaires.LeS fOrMaTS SON SON MONO : Son diffusé sur un canal unique. Au final, les deux haut-parleurs (gauche et droite) diffusent le même son. Ce format est voué à disparaître. SON STéréO (2.0) : Son enregistré au minimum avec deux microphones ; les deux haut-parleurs (gauche et droite) diffusent chacun un son. Le rendu donne une impression de relief. Ce format est systématiquement utilisé pour la télévision numérique. Le son stéréo est aussi désigné par le code «2.0» : le premier chiffre désigne le nombre de canaux du son (2), le deuxième les basses (0). Le SON MuLTI caNaL (5.1) : Son enregistré sur plusieurs pistes audio afin d’être écouté sur plusieurs enceintes. Le son multi canal «5.1» par exemple nécessite pour sa reconstitution 5 enceintes et 1 caisson de basses ; un HOMe cINéMa est donc nécessaire pour profiter de cette qualité de son incomparable. Il est généralement utilisé avec des programmes en HauTe DéfINITION, notamment des films. 7
  • 8. TéLéVISIONLes équipements LeS DIfféreNTeS TecHNOLOgIeS exISTaNTeS : LeS écraNS caTHODIqueS : Ce sont les téléviseurs «ancienne génération», assez encombrants… Ils ne sont plus commercialisés mais sont encore relativement présents dans les foyers. LeS écraNS PLaTS : Plusieurs technologies permettent la production d’écrans plats. On trouve : • LeS écraNS PLaSMaS • LeS écraNS LcD • LeS écraNS LeD • LeS écraNS OLeD équIPeMeNT écraNS De La POPuLaTION fraNçaISe (POSTe PrINcIPaL) ECRAN ECRAN ECRAN PLAT 16/9 TV HD 17,5 MILLIONS De fOyerS 17,1 MILLIONS De fOyerS 16,1 MILLIONS De fOyerS 64,8% DeS fOyerS 63,1% DeS fOyerS 59.5% DeS fOyerS Source : Médiamétrie / GFK – REM Juillet/Sept. 2010 – Foyers en France métropolitaine 8
  • 9. Tube caTHODIque PLaSMaS LcD LeD OLeD Les postes sont Pour Liquid Crystal équipés d’un Display ou affichage Pour Organic tube qui émet à cristaux liquides. Il s’agit d’écrans Light-Emitting un faisceau La lumière Ecrans composés LCD de dernière Diode ou diode d’électrons. est générée à de deux plaques génération. Le électroluminescente En frappant l’intérieur des transparentes principe est le même organique. Désigne et en balayant cellules par un enfermant des mais la lumièrefONcTIONNeMeNT des écrans plats la surface gaz excité (appelé cristaux liquides. source est produite dont les pixels phosphorescente plasma) par Ces cristaux par des diodes sont composés de de l’écran, ce des impulsions laissent passer électroluminescentes diodes. Il s’agit faisceau crée électriques. ou non une (LED) au lieu du d’une technologie de la lumière, lumière source en néon. d’avenir. puis l’image sur s’orientant selon un l’écran. champ électrique. Ecran ultra plat. Qualité d’image Consommation plus très recherchée, La qualité des économe que le Très bonne qualité surtout au niveau contrastes et des plasma. d’image. + Bonne qualité d’image. du contraste des couleurs. Gamme large de TV, noirs est améliorée. Consomme moins Consommation des petites tailles économe. Fluidité des d’énergie. aux grandes tailles. mouvements. Luminosité et contrastes. Qualité moindre des contrastes et des noirs par rapport au plasma. Non commercialisé Consommation Pour compenser auprès du élevée. ce défaut, les LCD Surcoût par rapport grand public. Encombrant. «LED» produisent aux autres écrans Gamme de TV Production encore leur lumière source LCD. limitée aux coûteuse. avec des diodes grandes tailles. électroluminescentes En développement. (LED) au lieu du néon. 9
  • 10. TéLéVISIONLes équipements LeS NOuVeLLeS fONcTIONNaLITeS La HauTe DéfINITION LeS écraNS HauTe DéfINITION (HD) : Ils permettent de restituer une image en Haute Définition c’est-à-dire une image d’excellente qualité avec une meilleure résolution. Plusieurs labels sont apparus sur les écrans. Quelques informations pour s’y retrouver… HD reaDy : Label officiel indiquant les postes compatibles avec les diffusions en HD, mais ne disposant pas nécessairement d’un adaptateur TNT haute définition. Ce label a tendance à disparaître car l’adaptateur TNT haute définition est obligatoirement intégré dans les téléviseurs HD depuis décembre 2009. HDTV : Label officiel indiquant les postes HD ready et disposant d’un aDaPTaTeur TNT HD. TV fuLL HD : Label officieux indiquant les postes ayant une résolution minimum de 1080 Full lignes, donc de qualité supérieure aux postes HD Ready. TV HDTV 1080 : Label indiquant les postes Full HD avec tuner TNT HD. 1080p aNNée De Full TV TV 1080p créaTION 2005 2007 2006 2007 réSOLuTION / Au moins Au moins Au moins Au moins quaLITé 720 lignes 1080 lignes 720 lignes 1080 lignes Adaptateur TNT Adaptateur TNT HD intégré HD intégré TNT HD : Ce logo a été créé par les chaînes afin d’indiquer que ces écrans peuvent recevoir la TNT HD. Les écrans ayant un label HDTV sont par définition TNT HD. 10
  • 11. La 3D Pour rappel, l’effet 3D se produit lorsque notre œil droit a une perception différente de celle de notre œil gauche (la même image mais avec un angle de vue décalé). Notre cerveau interprète alors cette différence pour construire une représentation 3D. Ainsi, les programmes en 3D sont filmés avec deux angles de vues différents (2 caméras).LeS écraNS 3D : Désormais, on peut regarder des programmes en 3D dans son salon grâceaux nouvelles télévisions 3D. Plusieurs technologies de téléviseurs existent, avec ou sanslunettes.- aVec LuNeTTeS :acTIVe SHuTTer : Ces écrans permettent un affichage 3D grâce au décalage temporel, c’est-à-dire la diffusion en alternance d’une image pour l’œil gauche puis pour le droit. La technologies’utilise avec des lunettes dites «actives», en synchronisation avec les images : les verress’obscurcissent tour à tour afin de masquer l’image gauche ou droite.Les + : technologie de TV 3D la plus répandue auprès du grand public à ce jour. Elle est la moins coûteuse à intégrer dans les téléviseurs.Les - : les lunettes sont assez chères ; elles contiennent des piles (pour se synchroniser avec le téléviseur) qu’il convient de recharger. Elles sont en conséquence plus imposantes que les lunettes polarisées. Les images perdent légèrement en luminosité. Ces écrans consomment davantage d’électricité.POLarISaTION : Ces écrans sont équipés d’un filtre qui polarise la lumière émise (c’est-à-dire quine laisse passer qu’une partie de la lumière correspondant à un certain «angle de polarisation»,propriété physique de la lumière). Une ligne sur deux est utilisée pour l’image gauche et estpolarisée dans un premier angle ; l’autre ligne est utilisée pour l’image droite et est polariséedans l’angle opposé. Les verres des lunettes polarisées filtrent les bonnes images : le verregauche ne laisse passer que l’image gauche ; le verre droit ne laisse passer que l’image droite.Les lunettes sont dites «passives» (c’est-à-dire qu’elles n’ont pas besoin d’être synchroniséesavec l’écran).Les + : lunettes sans piles, légères et moins coûteuses. La luminosité des images est bonne.Les - : l’affichage en 2D perd légèrement en qualité et les téléviseurs sont plus coûteux.- SaNS LuNeTTeS :auTO STéréOScOPIe : Le principe est de diffuser de la 3D sans lunettes grâce à différentsdispositifs sur les écrans qui orientent l’image gauche vers l’œil gauche et l’image droite versl’œil droit.Les + : 3D sans lunettes.Les - : technologie pas assez mûre pour être une TV de salon, encore très chère, et directionnelle (la 3D est nette selon plusieurs axes). Production 3D plus complexe pour ce type de technologie.Bon à savoir ! Il existe encore peu de programmes télé en 3D mais ceux-ci sont amenés à sedévelopper. Pour les voir, il faudra être équipé du décodeur satellite, ADSL ou fibre optiqueapproprié. En attendant, vous pouvez profiter de la 3D via des bLu-ray. 11
  • 12. TéLéVISIONLes équipements L’INTercONNexION DeS equIPeMeNTS PérIPHérIqueS D’uN TéLéVISeur SD SD carD cLé uSb Pc ga I. V PaS De câbLe HDM SP DIf. rca PerITeL. rca. yuV. LecTeur DVD HOMe cINéMa STéréO. yuV DVI. DIN S-VIDéO eL. rIT uV Pe I. y HDM M HD I. wI eT PerITeL. LecTeur bLu ray Ou erN cONSOLe De jeux eNregISTreMeNT fI HDMI. H Pe eT rIT eL . bOx DécODeur TV DISque Dur exTerNe MagNéTOScOPe eTHerNeT uSb, eTHerNeT, HDMI... Ou wIfI DLNa : La Digital Living Network Alliance est une alliance créée entre plus de 250 marques permettant aux appareils de ces marques de communiquer entre eux. Ainsi, le téléviseur, la chaîne HI-FI peuvent se connecter au PC de la maison ou encore aux Smartphones et lire les fichiers qui s’y trouvent, afin de créer un réseau au sein même des foyers. 12
  • 13. LeS équIPeMeNTS POur cOMPLéTer Sa TV :tous Les équipements qui se connectent à La téLévisionVISIONNer eT cONSerVerMagNéTOScOPe : Appareil aNaLOgIque permettant d’enregistrer des programmes et de lire des K7 ;il est en voie de disparition au profit des appareils NuMérIqueS.LecTeur DVD : Appareil numérique permettant de lire les DVD.LecTeur DVD bLu-ray : En plus des DVD classiques, il lit les DVD bLu-ray en qualité HauteDéfinition.PVr : Le Personnal Video Recorder permet d’enregistrer des programmes numériques non passur une K7 ou un DVD mais sur un disque dur. Ce dernier peut exister sous la forme d’unappareil externe relié à la TV. Il peut également être inclus dans le DécODeur ou la bOx : il peutalors offrir la possibilité de contrôler le direct, c’est-à-dire de mettre sur pause un programmeen diffusion à la télévision puis de le reprendre quand on le souhaite.écOuTerHOMe cINéMa : Equipement qui permet de recréer chez soi un son digne d’une salle de cinémaen 5.1. Des équipements hybrides ont fait leur apparition et proposent de diffuser le son en 2.1 (2 enceintes plus un caisson de basses).jOuercONSOLeS De jeux : Il en existe plusieurs qui se branchent à la télévision dont les plus connuessont la Playstation, la XBox et la Wii. Elles proposent désormais de la 3D, de la HauTe-DéfINITION,des jeux en réseau grâce à une connexion INTerNeT… 13
  • 14. TéLéVISIONLes moyens de diffusion TV hertzienne, par satellite, par câble, par ADSL, par fibre optique… Tour d’horizon des différentes offres de diffusion TV. La TV HerTzIeNNe Contrairement à l’idée reçue, la TV hertzienne englobe la télévision analogique… mais aussi la télévision numérique ! Elle désigne la TV que l’on reçoit par l’antenne râteau, et s’oppose donc à la TV par le câble, par satellite… La TV HerTzIeNNe : La télévision hertzienne utilise des fréquences (en hertz) pour diffuser, par ondes électromagnétiques, un signal de télévision reçu par l’antenne râteau, généralement située sur les toits. La TV hertzienne est aussi appelée télévision terrestre. Historiquement, elle était analogique, elle devient aujourd’hui numérique. La TéLéVISION aNaLOgIque TerreSTre : Un signal analogique permet de diffuser une chaîne sur une seule fréquence. • C’est la télévision à 6 chaînes. Elle va disparaître progressivement pour laisser place à la télévision numérique… La TéLéVISION NuMérIque TerreSTre (TNT) : Une nouvelle norme de diffusion hertzienne (le DVb-T) qui permet de diffuser plusieurs signaux numériques et donc plusieurs chaînes sur une seule fréquence. Parmi ces signaux, certains utilisent la norme de compression numérique MPEG-2 (pour les chaînes de la TNT gratuite), d’autres la norme MPEG-4 (pour les chaînes HD ou payantes). • La TNT permet d’avoir une meilleure qualité d’image et de son, de recevoir plus de chaînes, et d’avoir accès à la HauTe DéfINITION… 14
  • 15. La transition est en cours… Lancée en mars 2005, la TNT vit actuellement conjointement avec la télévision analogique. Cette cohabitation prendra fin au plus tard le 30 novembre 2011, la France passant à la TV 100 % numérique région après région. fraNce TéLé NuMérIque : Organisme public créé pour accompagner les téléspectateurs vers le numérique. DIVIDeNDe NuMérIque : Désigne les fréquences libérées par l’arrêt de la télé analogique. Elles permettront le développement de nouvelles chaînes, de nouveaux services et des réseaux de téléphonie mobiles de nouvelle génération. rMc : Recherche et Mémorisation des Chaînes. A chaque fois qu’une région passe au numérique, les fréquences utilisées pour la diffusion de la TNT sont modifiées. En conséquence, le téléspectateur doit effectuer une rMc sur son adaptateur TNT ou sur sa TV avec adaptateur intégré, afin de reprogrammer toutes les chaînes sur les bons canaux.LeS équIPeMeNTS POur receVOIr La TV HerTzIeNNe : • Une télévision • Un adaptateur TNT, soit intégré dans le téléviseur (qui dispose alors d’un label TNT intégré), soit externe sous forme de boîtier Logo apposé sur les téléviseurs équipés d’un adaptateur TNT intégréAttention ! Pour recevoir la TNT HD, il vous faudra un adaptateur compatible TNT HD Logo apposé sur les téléviseurs équipés d’un adaptateur TNT Haute Définition DéPLOIeMeNT De La TNT eN fraNce MarS SePTeMbre juIN OcTObre OcTObre NOVeMbre MI 2005 2005 2007 2008 2010 2011 2012 cOuV. 35% 50% 65% 75% 90% 95% POP.TNT cOuV. 40% 60% 90% 95% POP.HD 10 cHaîNeS 11 cHaîNeS LaNceMeNT 5 cHaîNeS LaNceMeNT INTerruPTION graTuITeS PayaNTeS TNT SaT HD fraNSaT SIgNaL aNaLOgIque source : CSA 15
  • 16. TéLéVISIONLes moyens de diffusion La TV Par SaTeLLITe Les signaux de télévision sont diffusés par des ondes émises depuis un satellite et reçues par une antenne circulaire : la parabole. Celle-ci est orientée vers un satellite. ab3, HOT bIrD et aSTra : Satellites les plus utilisés pour la diffusion de la TV en France. La TV Par SaTeLLITe PrOPOSe : • Des offres satellites gratuites reprenant l’ensemble de l’offre gratuite de la TNT : Le téléspectateur ne paye pas d’abonnement. Il doit toutefois acheter un équipement de réception (décodeur avec carte) et potentiellement payer les frais d’installation d’une parabole. Deux offres proposent actuellement ce service : TNT SaT et fraNSaT. Ces offres permettent par exemple de recevoir les chaînes de la TNT dans les zones non couvertes par la télévision hertzienne. • Des offres satellite payantes permettant la réception de chaînes supplémentaires et de bouquets thématiques. equIPeMeNT NéceSSaIre POur receVOIr La TV Par SaTeLLITe : • Un téléviseur • Une parabole • Un décodeur satellite • Une carte de décriptage La plupart des opérateurs satellite proposent des chaînes en HD. Pour les recevoir, le téléspectateur doit disposer d’un décodeur HD. 16
  • 17. La TV Par Le câbLe :Les réseaux câblés ont été installés dans un premier temps dans les grandes villes et se sontensuite plus largement déployés. Les signaux de télévision sont transmis par des câbles reliésà chaque maison ou appartement. Selon les réseaux câblés, les chaînes peuvent être diffuséesen mode aNaLOgIque et/ou en mode NuMérIque.C’est a minima la réception gratuite des chaînes en clair de l’offre hertzienne. Des chaînes etdes services complémentaires sont accessibles via un abonnement.A l’image des réseaux ADSL, le câble permet désormais de diffuser à la fois des services detélévision, de téléphonie et d’accès Internet (on parle de faI).equIPeMeNT NéceSSaIre POur receVOIr La TV Par câbLe • Pour le câble analogique un téléviseur raccordé à la prise câble • Pour le câble numérique selon les cas : Avec un abonnement : un décodeur câble spécifique fourni par l’opérateur, Sans abonnement : uN aDaPTaTeur TNT (intégré ou non dans le téléviseur). Le saviez-vous ? La loi oblige les opérateurs de réseaux câblés à fournir une offre gratuite pour les immeubles ne pouvant pas la recevoir par un autre moyen : c’est ce que l’on appelle le SerVIce aNTeNNe.La TV Par aDSLaDSL signifie «Asymmetric Digital Subscriber Line» (Ligne d’abonné numérique à débitasymétrique). Il s’agit d’une technologie de réseau permettant la transmission de donnéesjusqu’à un abonné, via sa ligne téléphonique traditionnelle.L’ADSL permet, via un abonnement, de recevoir Internet (on parle de faI), de téléphoner et,pour les foyers éligibles, de recevoir la télévision, c’est-à-dire l’offre de chaînes de la TNTgratuite, mais aussi des chaînes supplémentaires et bouquets thématiques. La distributionde la TV par les opérateurs ADSL est aussi appelée IPTV.Equipement nécessaire pour recevoir la TV par ADSL : • Un téléviseur • Une bOx INTerNeT + Une bOx TV 17
  • 18. La TéLéVISIONLes moyens de diffusion La TV Par fIbre OPTIque La fibre optique intéresse grandement les opérateurs faI (câbLe ou aDSL) car elle permet de proposer des offres TrIPLe PLay en TrèS HauT DébIT, avec une qualité exemplaire. Ceux-ci commencent à déployer la fIbre OPTIque dans certaines villes. Cela représente toutefois des investissements importants. Il existe plusieurs types de fibre optique ; la plus connue est le fTTH fTTH : Le Fiber To The Home est un réseau de télécommunication composé de fibres optiques, c’est-à-dire de fils très fins conduisant des signaux lumineux qui transmettent des données. Cette technologie permet la transmission de données sur de très longues distances et à très haut débit. equIPeMeNT NéceSSaIre POur receVOIr La TV Par fIbre OPTIque : Les équipements nécessaires pour recevoir la TV par fibre optique sont similaires à ceux des offres TV des faI. • Un téléviseur • Une bOx INTerNeT + une bOx TV Les modes d’accès des Français (en millions de foyers) câbLe NuMérIque TV aDSL SaTeLLITe NuMérIque TNT 1,8 million de 5,8 millions de 5,5 millions de 15,1 millions de foyers abonnés foyers abonnés foyers abonnés foyers abonnés 6,5% des foyers 21,4% des foyers 20.4% des foyers 55,7% des foyers Moins de 15,5 % des Français n’ont pas d’accès au numérique Source : Médiamétrie / GFK-REM avril / juin 2010, 27,1 millions de foyers 18
  • 19. L’INfO PrOgraMMeAvant, sur le signal aNaLOgIque, il y avait uniquement le télétexte. Aujourd’hui avec leNuMérIque, plusieurs fonctionnalités sont disponibles afin de rendre l’expérience TV toujoursplus riche.- Historiquement, sur l’aNaLOgIque :TéLéTexTe : Option accessible depuis la télécommande du téléviseur ; elle amène à un écrand’informations gérées par les chaînes. Plusieurs informations sont disponibles telles desservices de sous-titrages, un guide des programmes… Le télétexte est disponible sur le signalanalogique et également sur la TNT SD.- Et aujourd’hui sur le NuMérIque…fIcHe INfO (ou eIT : Event Information Table) : accessible par la touche «Info» de la télécommande,elle contient le plus souvent le nom du programme en cours, le résumé et le casting duprogramme, sa durée, son genre…guIDe DeS PrOgraMMeS (ou ePg : Electronic Program Guide) : accessible par la touche «guide» dela télécommande, il permet d’accéder aux données éditoriales jusqu’à 7 jours, ou de rechercherun programme par date, genre, chaîne...L’acceSSIbILITéSOuS-TITrage SOurDS eT MaLeNTeNDaNTS : Dorénavant proposé sur la quasi totalité desprogrammes des grandes chaînes. Il est accessible sur certains réseaux depuis la touche«Menu», puis «Sous-titrage» ou par le télétexte en page 888.auDIO DeScrIPTION : Piste audio supplémentaire destinée aux non-voyants et aux malvoyants.Elle consiste à insérer des commentaires décrivant tous les éléments visuels pendant l’absencede dialogue afin de mieux se représenter la scène.En plus des options proposées sur le programmes télé, de plus en plus de services additionnelsémergent comme la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage, etc. (voir p.20)La VOVOST : La Version Originale Sous-titrée permet d’écouter des programmes dans leur versionaudio originale, le plus souvent en anglais. Elle est accompagnée systématiquement dessous-titres français associés. Elle est aujourd’hui accessible sur la majorité des réseauxde distribution TV numérique (TNT, câbLe, SaTeLLITe et aDSL) depuis le menu ou le bandeaud’infos. 19
  • 20. TéLéVISIONvidéos (regarder autrement) Après le cinéma, la télé, les DVD… découvrez les nouvelles façons de consommer des programmes payants ou gratuits depuis sa TV… La VIDéO à La DeMaNDe VOD : Vidéo On Demand ou VaD Vidéo à la Demande. Ce service permet de choisir un programme proposé par un distributeur de VOD (souvent un faI ou une chaîne TV), puis de le regarder, moyennant un coût. Le programme reste ensuite disponible 24 ou 48 heures en général. Ce service est également accessible via des sites web (voir p.32). IL exISTe PLuSIeurS fOrMeS De VOD : • La VOD : l’utilisateur paie pour un programme à visionner en VOD • S-VOD pour Subscription Video On Demand : l’utilisateur paie un abonnement et peut accéder à un catalogue de programmes qu’il choisit de visionner quand il le souhaite • f-VOD pour Free VOD : VOD gratuite • a-VOD pour Advertising VOD : VOD gratuite financée par la publicité • VOD-eST pour VOD Electronic Sell Through : l’utilisateur paie pour le téléchargement définitif de la vidéo. Il peut ensuite la visionner quand il le souhaite, comme un DVD. Tf1 VISION : Le SITe De VOD De Tf1 Il propose du contenu payant, soit lié à la chaîne (émissions, dernières saisons des séries…) soit non lié à la chaîne (cinéma, spectacle…). TF1 Vision, c’est : • 6 500 vidéos disponibles • De nombreux contenus en HD • La première plateforme à proposer du Premium VOD (diffusion des séries américaines le lendemain de leur diffusion aux Etats-Unis) Le service est accessible depuis • Le site Internet www.tf1vision.com • Les box des principaux FAI Pour visionner, 2 possibilités : • Téléchargement depuis le PC (30 jours pour voir la vidéo durant 48h, à volonté) • Visionnage en streaming (la séance démarre immédiatement) 20
  • 21. La TéLéVISION De raTTraPagecaTcH-uP : service de «TV de rattrapage»permettant à l’internaute de visionner toutou partie d’un programme récemment diffuséà la télévision. Le service peut être gratuit oupayant, il peut également être enrichi par desbonus (programmes non diffusés) comme desrésumés, des «best of».... Tf1 PrOPOSe DeS cONTeNuS eN caTcH-uP Sur : • TF1.fr • MyTF1 • TF1 Player sur les iPhone et smartphones Bada et Symbian 21
  • 22. TéLéVISIONvidéos (regarder autrement) La TV eNrIcHIe Qu’est-ce que la TV eNrIcHIe ? Comme son nom l’indique, la TV enrichie propose plus qu’un simple visionnage des programmes. Grâce aux nouvelles technologies, les chaînes proposent à leurs téléspectateurs d’aller encore plus loin dans les programmes, d’accéder à plus d’offres, et tout cela grâce à leur simple télécommande. La TV eNrIcHIe VIa LeS OPéraTeurS faI Ce sont les services diffusés sur le réseau privé d’un faI. TF1 conclut des partenariats de distribution avec les opérateurs faI afin de proposer sa TV enrichie à leurs abonnés. MyTf1 : Le portail IPTV de TF1 MyTF1 permet, depuis sa télévision, d’accéder gratuitement et 24h/24 à des services et des contenus enrichis autour de la chaîne TF1, sans quitter le direct (toujours présent dans une petite fenêtre pendant la navigation sur MyTF1) : • Sites dédiés aux programmes • Actualité de la chaîne (bandes-annonces, coulisses, bonus...) • Catch-up TV : revoir des programmes de la chaîne • Actualités • Sport • Guide des programmes • VoD : accès à la VOD de TF1 Vision avec plus de 3 000 titres (service payant) • Jeux, concours et votes liés à l’antenne Le service est accessible pour l’instant sur la Bbox de Bouygues Telecom et la TV d’Orange. 22
  • 23. La TV eNrIcHIe VIa LeS «TV cONNecTéeS»Les TV connectées permettent de raccorder son téléviseur à sa bOx INTerNeT afin d’accéder àdes services supplémentaires via Internet, sans passer par les bOx TV des opérateurs : on parlesouvent de services OTT.OTT : (over the top) service arrivant sur un poste de TV connecté grâce à la bOx INTerNeT (et nongrâce à la bOx TV). Ces services prennent souvent la forme d’applications appelées «widgetsTV».Les éditeurs de télévision (comme TF1) souhaitant développer ce type d’applications et proposerainsi des services de TV enrichie sur leurs chaînes, doivent nouer des partenariats avec lesconstructeurs de TV connectables. ExEmplE du partEnariat tF1 / SamSung : TF1 et Samsung ont signé en décembre 2009 un partenariat stratégique de 3 ans en vue d’offrir une expérience inédite de divertissement. Les téléviseurs connectés à Internet du fabricant intègrent depuis mars 2010 des services interactifs inédits en rapport avec les marques et contenus de TF1. Ainsi, les téléspectateurs de TF1 peuvent accéder directement depuis leur poste de télévision connecté Samsung à des services comme l’information, la météo, le sport, l’actualité des programmes… Le service de VOD TF1 Vision sera aussi très prochainement disponible directement depuis les téléviseurs et lecteurs Blu-ray du constructeur. 23
  • 24. TéLéVISIONLes connectiques cONNecTIqueS auDIO : reLIeNT uN aPPareIL auDIO à SeS PérIPHérIqueS (MIcrO, aMPLIS…) Ou LeS aPPareILS eNTre eux... rca auDIO : Prise audio la plus courante en Hi-fi et Home-cinéma, utilisée pour relier différents appareils à un amplificateur. Les connectiques RCA sont des câbles coaxiaux (cuivre) qui permettent de transférer tout type de données identifiées par leur code couleur. Le connecteur rouge représente l’audio du côté droit et l’autre celui du côté gauche. jacK : Connecteur audio classique. Il permet de brancher un casque, un micro… rca S/P-DIf : Sony/Philips Digital Interface. Format standard utilisé pour transférer des données audio numériques entre deux appareils (lecteurs CD, MP3…) par un câble RCA. TOSLINK S/P –DIf : Le Toslink utilise la fibre optique pour transporter des données audio provenant d’un lecteur DVD par exemple. cONNecTIqueS VIDeO : reLIeNT La TéLéVISION au LecTeur DVD, cONSOLeS De jeux… rca yuV : Connecteur vidéo (pas de son) rassemblant 3 câbles RCA (vidéos en composantes : intensité, couleur, saturation) et permettant de transférer la haute définition en analogique. PerITeL : Prise vidéo analogique classique comportant 21 broches pour transférer le son et l’image. Tous les téléviseurs en sont équipés. MINIDIN S-VIDeO : STaNDarD De cONNecTeur VIDeO aNaLOgIque permettant une bonne restitution de l’image (cependant inférieure aux composantes YUV). Le signal est décomposé : l’intensité et la couleur voyagent séparément sur deux câbles. rca VIDeO cOMPOSITe : Connecteur vidéo (analogique) associé aux connecteurs audios rouge et blanc. La qualité est assez limitée (non compatible HD). Permet de relier un lecteur DVD ou une console de jeux à une TV par exemple. Vga : Video Graphics Array, ancien standard analogique à présent désuet (sa résolution n’étant que de 640 x 480 pixels en 16 couleurs). Il sert à connecter une carte graphique à un écran d’ordinateur. HDMI : Interface Multimédia Haute Définition. Norme standard de connexion numérique ayant pour but de remplacer la Peritel. Elle permet de transférer des données audio et vidéo sans compression, donc en haute définition. Elle est utilisée pour les appareils de Home cinema par exemple. Le HDMI est doté de la protection HDCP activable par l’émetteur du transfert de données. 24
  • 25. cONNecTIqueS INfOrMaTIque :reLIeNT L’OrDINaTeur à uN écraN, aux acceSSOIreS Ou à uN réSeau. DVI : Interface vidéo numérique permettant de relier un moniteur à une sourcevidéo (DVD, projecteur...). Elle est courante sur les ordinateurs pour se connecter à un écran,un projecteur. fIrewIre : Connecteur spécialisé dans le transfert de données en haut débit car savitesse de transmission est plus élevée que celle de l’USB. Il relie donc souvent les périphériquesmultimédias (appareil photo, disque dur, scanner, imprimantes…). Cette interface est aussiconnue sous le nom IEE1394 ou I.LINK, et a été adoptée par de nombreux industriels dontApple (l’inventeur) et Sony. uSb : Universal Serial Bus, désigne un type de prise servant à connecter despériphériques informatiques (clavier, souris…) à un ordinateur. Cette technologie «Plug andPlay» permet aux périphériques d’être reconnus et installés rapidement. rj45 : cette connectique est utilisée pour terminer les câbles de type pairetorsadée. Elle est courante en téléphonie ou pour relier les ordinateurs au réseau Internet(réseau local de type eTHerNeT).cONNecTIqueS aLTerNaTIVeS : wIfI : Wireless Fidelity, technologie qui permet à différents ordinateurs (d’une mêmemaison par exemple) d’être connectés à Internet sans fil et en même temps grâce à un réseaulocal. Il est aussi appelé Ethernet sans fil. bLueTOOTH : Réseau local sans fil qui relit entre eux des appareils (téléphones, souris,imprimantes…) grâce à une technologie radio courte distance. Il permet par exemple detélécharger une photo prise avec son portable sur son ordinateur, et ce, sans utiliser de câble.Il est courant dans les kits mains libres sans fils des téléphones portables. cPL : Courants Porteurs en Ligne, technologie qui permet à différents ordinateursd’être connectés à Internet par les lignes électriques. Elle utilise des boîtiers branchés sur desprises électriques classiques. 25
  • 26. internetLes équipements Résumé des offres en matière d’ordinateurs, des plus grands aux plus petits, sans oublier les nouveaux équipements nomades… FaMilleS et interFaCeS Au-delà de leurs capacités techniques (processeur, mémoire vive, capacité de stockage…), les ordinateurs se distinguent par leur système d’exploitation appelé OS (pour Operating System, voir aussi MObile) : les plus connus pour les ordinateurs fixes sont Windows, Mac OS, Unix et Linux. Pour le grand public, deux familles d’ordinateurs s’opposent : • Les PC (Personal Computer). Le terme «PC» est une marque déposée par IBM mais il est, par abus de langage, souvent utilisé pour désigner les ordinateurs utilisant l’OS Windows de Microsoft. • Les MaC utilisant Mac OS conçus par Apple. Certains logiciels ou applications ne fonctionnent que sur un OS particulier. D’autres logiciels sont compatibles sur plusieurs OS, même concurrents (exemples : iTunes d’Apple fonctionne sur Mac et PC ; Microsoft Office fonctionne sur PC et Mac). Il est techniquement possible de faire tourner plusieurs OS sur un seul ordinateur. L’ordinateur peut être : • Fixe : Ordinateur composé d’un écran, d’une unité centrale (parfois intégrée dans l’écran) et d’accessoires (clavier, souris…). • POrtable : Ordinateur léger dont l’écran se replie et pouvant être transporté sans difficulté. • netbOOk : Ordinateur plus petit qu’un portable classique mais également de capacités/ fonctionnalités réduites (moins de puissance, pas de lecteur DVD…). Il est souvent utilisé pour des applications basiques telles que la navigation Internet ou le traitement de texte. • tablet PC : Ordinateur de la forme d’une «tablette» tenant dans la main, sans clavier. Soit l’écran est totalement tactile, soit on utilise un stylet. Le clavier est virtuel, directement affiché sur l’écran. 26
  • 27. iPad : La nouvelle tablette distribuée par Apple, sortie en 2010. L’iPad est entièrement tactile (comme un iPhOne en plus grand) et permet de surfer sur Internet, de travailler, de gérer ses fichiers (comme l’iPod), d’utiliser les applications de l’App Store. L’iPad peut aussi servir d’e-reader grâce à l’application iBooks qui permet de télécharger des ouvrages. Eurosport a déjà lancé son application sur iPad. Pour sa part, TF1 lance son application iPad avant la fin de l’année.éCranS nOMadeSDes équipements à mi-chemin • e-reader : Livre électronique. Il se présente sous la forme d’une tablette extra-plate où l’on télécharge via une connexion Internet des ouvrages ou des journaux électroniques sur des sites marchands dédiés.kindle : Livre électronique distribué aux Etats-Unis par le site Internet Amazon. • leCteur MP3 : Le MP3 est à l’origine un standard de compression de fichiers audio ou vidéo (il permet de réduire jusqu’à 11 fois la taille d’un fichier). Par extrapolation, le terme de lecteur MP3 est aujourd’hui utilisé pour désigner les baladeurs de nouvelle génération qui permettent de transporter beaucoup de musique par exemple. iPOd : Lecteur MP3 d’Apple.COMPléMentSClé uSb : Elle désigne une clé de stockagemémoire, c’est-à-dire un petit appareilpermettant de transporter des données(vidéo, texte…) d’un ordinateur à un autreou de les stocker. L’appellation «USB» s’estdémocratisée et vient du nom du port dela clé en lui-même (voir p.25).Clé tnt : Clé USB qui intègre un tunerpermettant de recevoir la tnt directementsur son ordinateur.Clé 3G : Clé USB se branchant àl’ordinateur et donnant accès àInternet grâce au réseau mobile 3G oùque l’on soit. Elle fonctionne grâce àun abonnement souscrit auprès d’unOPérateur de téléPhOnie MObile. 27
  • 28. internetLes moyens d’accès internet et Web : QuelleS diFFérenCeS ? internet est un réseau inventé dans les années 60 ; pourtant, il ne s’est déployé à grande échelle que dans les années 90. Le terme désigne un réseau informatique mondial qui permet aux utilisateurs d’avoir accès à de multiples applications, comme le web, les mails, la messagerie instantanée… le Web : Le World Wide Web signifie «toile» mondiale : il désigne un système reliant ensemble, comme une toile d’araignée, les sites Internet grâce à des liens hypertextes. Le web permet concrètement de consulter les pages des sites à l’aide d’un navigateur. Par association, le web désigne aujourd’hui Internet, même si, en réalité, le web n’est qu’un constituant d’Internet (comme le sont les mails). le Web 2.0 : De façon générale, on appelle le web (ou l’Internet) d’aujourd’hui «web 2.0», afin de le différencier du web d’avant 2005. Le web 2.0 désigne un web facile d’utilisation (les internautes, même peu qualifiés, peuvent créer des sites, des blogs…) et interactif (les internautes ont la parole et sont en contact : réseaux sociaux, commentaires, partage d’information, wikis…). Web 3.0 : Désigne le web de prochaine génération. Il devrait confirmer les aspects du web 2.0 et proposer des réponses plus précises et pertinentes aux requêtes. Il est souvent qualifié de «sémantique», à savoir un web intelligent où les informations ne seraient pas seulement stockées mais aussi comprises par les ordinateurs. teChniQueMent, COMMent ça MarChe ? réSeau : Interconnexion de plusieurs ordinateurs/serveurs s’échangeant des données entre eux. baCkbOne : Epine dorsale du réseau Internet, ou «réseau des réseaux», à laquelle se rattachent des réseaux plus petits. Serveur : Ordinateur central gérant les demandes informatiques des différents utilisateurs d’un réseau informatique. rOuteur : Passerelle entre plusieurs réseaux. Son rôle est d’aiguiller les données qu’il reçoit. dSlaM : Elément d’un central téléphonique réunissant et connectant plusieurs lignes DSL. iP : Pour Internet Protocol, c’est un protocole de communication utilisé pour échanger des données sur les réseaux Internet, adSl, WiFi, 3G, etc. adreSSe iP : C’est la signature, la plaque d’immatriculation (4 nombres, 3 points) attribuée à chaque ordinateur connecté à un réseau. Elle est unique. bande PaSSante : Désigne le débit Internet, c’est-à-dire la capacité d’un réseau à transmettre des informations. Plus la capacité de la bande passante est grande, plus la quantité d’informations transmises par seconde est grande et plus l’on peut surfer rapidement par exemple. htMl : L’HyperText Markup Language est le langage informatique qui permet de façonner une page web et d’organiser la mise en forme du texte. Le navigateur web le détecte et le traduit pour afficher une page web finie. 28
  • 29. avOir aCCèS à internetComment : • Par les Fai : Les Fournisseurs d’Accès à Internet proposent une offre permettant à leurs clients de bénéficier d’une connexion Internet (généralement par l’adSl ou le Câble) via un abonnement. Cette connexion nécessite un boîtier appelé MOdeM ou bOx internet, livré par l’opérateur.Où : • Sur son Ordinateur : chez soi ou à l’extérieur, dans tous les lieux équipés en WiFi. • Sur son MObile ou son Ordinateur POrtable : partout, en souscrivant un abonnement via son opérateur télécom. • Mais aussi sur sa téléviSiOn, sa COnSOle de jeux… De plus en plus de supports proposent un accès, qu’ils soient fixes ou mobiles.A quelle vitesse ? • En baS débit, de plus en plus rare, avec un débit inférieur à 2 Mb/s. La navigation peut s’avérer lente et la TV ne passe pas. • En haut débit, appelé aussi adSl, la connexion a généralement un débit de 2 à 10 Mb/s. Elle permet de surfer rapidement, les pages se chargent avec fluidité. La TV passe sans problême. • En très haut débit, une offre qui devrait se développer à l’avenir (notamment grâce à la Fibre OPtiQue) pouvant aller au dessus de 10 Mb/s. triPle Play : On parle d’offre Triple Play lorsque l’offre de l’opérateur FAI propose, dans un forfait unique, les trois services suivants : téléphonie fixe, télévision et Internet. Afin de recevoir la télévision, il sera nécessaire de relier un déCOdeur encore appelé bOx tv à son poste. QuadruPle Play : Offre Triple play à laquelle s’ajoute un service de téléphonie mobile. 29
  • 30. internetLes moyens d’accès leS ServiCeS internet : Naviguer : le Web : Désigne l’ensemble des sites que l’on peut consulter (voir p.28). brOWSer Web : Appelé aussi navigateur, c’est un logiciel qui, en interprétant les adresses des pages Web, permet de les afficher et donc, de surfer sur Internet. Ex : Internet Explorer. Dialoguer : e-Mail : Désigne les messages électroniques envoyés d’un utilisateur à un autre, via une messagerie électronique. MeSSaGerie inStantanée : Aussi appelée chat, c’est un logiciel permettant d’avoir une conversation (écrite, téléphonique ou vidéo) en direct avec un ou plusieurs interlocuteurs. Rechercher : MOteur de reCherChe : Outil de recherche qui référence automatiquement les pages web grâce à un robot. Ex : Google, Pages Jaunes, Bing… COMParateur : Service en ligne qui propose, suite à une requête, une liste de sites vendant le produit recherché, classée par ordre de prix. Interagir : SyndiCatiOn : Système qui permet au contenu d’un site d’être reproduit ou diffusé sur d’autres sites (notamment sur une page personnelle). Par exemple : • Certains sites de partage vidéo permettent d’exporter une vidéo sur un autre site • Les Flux rSS (Really Simple Syndication) sont des fichiers texte, hébergés sur des sites Internet, qui permettent d’être au courant des dernières mises à jour. Pour s’abonner à un flux RSS d’un site Internet, il suffit de cliquer sur le site sur le symbole ci-contre. Des aggrégateurs de flux RSS (Google Reader, Netvibes, etc.) permettent de rassembler tous les flux dans une même interface. Contenus communautaires : uGC : User Generated Content : ensemble des contenus générés par les internautes, du blog à la vidéo postée sur Wat ou You Tube en passant par les commentaires laissés sur un article… réSeaux SOCiaux : Communautés d’individus reliés entre eux par des sites communautaires selon leurs centres d’intérêt, leurs besoins, leur situation… Ex : MySpace, Facebook, Twitter… GéO-lOCaliSatiOn : Technique qui localise géographiquement le visiteur d’un site web (ou d’un téléphone mobile) et permet ainsi de lui proposer des offres plus ciblées. réalité auGMentée : Elle consiste à incruster en temps réel des éléments virtuels sur une vue réelle que l’on perçoit. Il s’agit souvent d’informations graphiques et textuelles (par ex : un plan qui s’incruste sur l’image de la rue que l’on filme). 30
  • 31. lire / vOir / éCOuter…WidGet : Contraction de «Windows gadget», il désigne une petite applicationpratique qui permet de donner une info (news, météo, outils bureautiques comme unecalculette ou un calendrier) que l’on ajoute sur son bureau d’ordinateur, sur un site web etdésormais sur des TV connectées…Player : Logiciel permettant de lire une vidéo ou des morceaux audio postés sur Internet.Web radiO : Radio diffusée en ligne sur un site Internet. (voir p.46)Web tv : Télévision diffusée en ligne sur un site Internet (voir p.33) leS SiteS internet du GrOuPe tF1 31
  • 32. internetVidéos (regarder autrement) Le web et les ordinateurs permettent une nouvelle consommation des programmes, des films, des vidéos… tout comme la télévision. Certains services sont communs aux deux équipements (comme la VOD), d’autres sont spécifiques à chacun. la vOd : Voir p.20. la CatCh-uP : Voir p.21 le StreaMinG : Lire directement sur un site Internet une vidéo, mais sans jamais avoir à la télécharger. le téléCharGeMent : Transférer et enregistrer une vidéo sur l’ordinateur, puis y accéder sans être connecté à Internet. le téléCharGeMent PrOGreSSiF (Ou PrOGreSSive dOWnlOad) : Télécharger un fichier et pouvoir commencer la lecture avant même qu’il ne soit entièrement transféré. le POdCaSt : Fichier audio ou vidéo mis à disposition sur un site afin d’être téléchargé par les internautes (système payant ou gratuit). Le processus de téléchargement peut être automatisé (comme un abonnement). leS SiteS de PartaGe vidéO : Ces sites permettent de regarder des vidéos en ligne (en streaming) et de mettre en ligne ses propres vidéos, créations (uGC : USER GENERATED CONTENT) ou parfois, contenus piratés. On trouve ainsi sur ces sites autant de contenus originaux, légaux, qu’illégaux. Parmi les plus connus : You Tube, DailyMotion et Wat.tv. 32
  • 33. le Peer tO Peer : Il peut se traduire par «de pair à pair», désigne un réseau de partage gratuitde fichiers entre internautes, tous connectés entre eux par un logiciel (ex : E-Mule). Ainsi,les internautes peuvent télécharger de la musique, des films, des jeux vidéo gratuitement etmettre leurs propres fichiers à disposition des autres internautes.le direCt dOWnlOad : Ce système permet de télécharger directement d’un site à son ordinateurun fichier (payant ou non). Cette technologie est de plus en plus utilisée par les pirates car elleest plus rapide et moins contraignante que les logiciels de peer to peer. Web tv du GrOuPe tF1 tF1.Fr : Le live de TF1 est accessible sur TF1.fr lCi intéGrale : Player permettant de recevoir la chaîne sur son ordinateur (PC) grâce à un abonnement payant. Le player propose du direct, du contenu exclusif, des fils news permanents… eurOSPOrt Player : Player permettant de recevoir Eurosport, Eurosport 2 et Eurosport News sur son ordinateur (PC) grâce à un abonnement payant. OFFre vidéO de tF1.Fr Catch-up gratuite : • 80 % de la grille de TF1 (programmes entre 18h et minuit) disponible chaque semaine • Près de 100 nouvelles vidéos disponibles chaque semaine • Plus de 100 programmes accessibles en permanence Des programmes «live» (à suivre en direct) : • Plus de 10 programmes en «live vidéo» chaque semaine • Des programmes événementiels en live avec l’application Facebook Connect Source : TF1 33
  • 34. internetVidéos (regarder autrement) la PrOteCtiOn de FiChierS le GéO-blOCaGe : Méthode permettant de bloquer l’accès de certains internautes (extérieurs au pays, de zones géographiques éloignées…) à certains contenus. La localisation des internautes se fait grâce à leur adreSSe iP. le FinGerPrintinG : Méthode consistant à marquer les fichiers avec une signature (invisible) qui permet de les tracer au cas où ils seraient piratés. Ce procédé a été retenu en France par la plupart des site de vidéos (uGC) afin de vérifier que les vidéos postées par les internautes ne sont pas issues des chaînes de télévision. la SiGnature ina : Dans le cadre du FingerPrinting, l’INA a été retenu comme tiers de confiance afin de vérifier par des signatures, calculées à partir des images des vidéos postées, si ces dernières ne sont pas piratées. la drM : La Gestion des Droits Numériques (Digital Rights Management) est un système permettant de diffuser un fichier audio, vidéo ou texte sur Internet en le codant, afin de restreindre les possibilités de visibilité ou de copie selon les utilisateurs. dtCP : Pour Digital Transmission Content Protection, système de protection des contenus lors de leur transmission par Internet au travers de certaines interfaces physiques. hdCP : Pour High-Bandwidth Digital Content Protection ou Protection des Contenus Numériques Haute Définition sur les câbles HDMI permettant de se raccorder aux téléviseurs. l’exCePtiOn de la COPie Privée Cette pratique est autorisée par la loi, tant qu’elle reste raisonnable. La copie privée consiste à copier un fichier (audio, vidéo…) pour un usage privé. Cette pratique légale est une exception au droit d’auteur et subventionne l’industrie culturelle grâce à la redevance prélevée sur la vente de supports de copie, comme les disques durs, les CD et DVD vierges. 34
  • 35. hadOPi, l’arMe léGaleHADOPI est l’abréviation de «Haute Autorité pourla Diffusion des Oeuvres et la Protection des droitssur Internet». Cet organisme a été créé grâce à la loin° 2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusionet la protection de la création sur Internet.Son action :Composé d’un collège et d’une commission,l’organisme vise à enrayer le téléchargement illégal.La Haute Autorité contrôle les internautes viales réseaux Peer to Peer et y repère les «pirates».S’organise ensuite un principe de «riposte graduée» :lorsqu’un internaute télécharge illicitement, il reçoitun mail d’avertissement. S’il récidive dans les sixmois, il reçoit un nouveau mail et éventuellementune lettre recommandée. S’il récidive encore, la loiprévoit la coupure de son abonnement Internet.HADOPI est en place depuis le début 2010 ; lespremières mesures graduées sont effectives depuisoctobre 2010. 35
  • 36. internetLa pubLicité Il existe plusieurs formats ou techniques de publicité sur Internet. PubliCité ClaSSiQue diSPlay : Publicité sur Internet avec achat d’espace et utilisation d’éléments graphiques ou visuels. C’est ce qu’on pourrait appeler «la publicité Internet traditionnelle ou classique». bannière : Format allongé placé dans la têtière du site (468 x 60 pixels) qui disparaît au profit de formats plus grands : Mégabannière (728 x 90 pixels) ou Gigabannière (980 x 90 pixels). Elles peuvent être situées sous la têtière. Pavé : Format rectangle ou carré, en général à droite de l’écran qui peut comporter de la vidéo (300 x 250 pixels). FlaSh tranSParent : Format qui a pris le nom d’une technique en surimpression du texte et qui disparaît au bout de 8’’. Par extension l’interStitiel recouvre entièrement la page. Pré-rOll / Mid-rOll / POSt-rOll : Spot publicitaire inséré dans une vidéo en ligne. Ils sont respectivement placés en début, milieu et fin de la vidéo. habillaGe de PaGe : Fond d’écran aux couleurs de la marque (ne gênant pas la navigation), accompagné de formats display sur la page. hOMe-theater : Création en fond d’écran puis en surimpression de la page lorsque l’on clique dessus, accompagnée de formats display. Grand éCran Web : Gigabannière qui, en se déployant, occupe le tiers de la page et fait descendre le texte. Overlay : Format publicitaire qui s’incruste totalement ou en transparence sur l’écran d’une vidéo en ligne, sur l’image entière ou en partie seulement. Ces formats sont recommandés par l’IAB (Interactive Advertising Bureau). PubliCité textuelle SearCh / lienS SPOnSOriSéS : Technique d’achat consistant à apparaître en priorité parmi les résultats des moteurs de recherche. L’annonceur choisit un univers de mots clés en adéquation avec sa marque ou ses produits. PubliCité Par Mail e-MailinG : E-mail commercial envoyé à une base d’individus ayant donné leur accord pour recevoir des informations ou de la publicité sur le produit. Il doit inclure la possibilité de se désinscrire à tout moment (obligation légale). SPaM : E-mail commercial envoyé massivement et sans autorisation. 36
  • 37. OPt-in : opération consistant à collecter des adresses électroniques et des données personnellesen demandant auparavant au destinataire l’autorisation de les exploiter. L’OPt-in permetensuite d’envoyer des courriers électroniques promotionnels «autorisés» à des personnes donton a reçu le consentement préalable. En général, l’internaute coche une case. Cette case n’estpas pré-cochée. La collecte des bases de données e-mail doit se faire en OPt-in (Loi LEN, Loisur l’Economie Numérique, juin 2004).bOuChe-à-OreilleMarketinG viral : Version Internet du bouche-à-oreille : les destinataires d’un messagecommercial vont parler dudit message autour d’eux et ainsi le propager comme un virus.Grâce aux outils communautaires, le message est diffusé encore plus vite. Un des outils dumarketing viral est le buzz.buzz : «Bourdonnement», stratégie de communication qui consiste à faire parler d’un produitavant même son lancement.et leS tariFS ?CPM : Coût Pour Mille, mode de tarification de base de la publicité sur Internet, qui facture àl’annonceur mille affichages publicitaires.CPC : Coût Par Clic, méthode qui facture le nombre de fois que les internautes ont cliqué surles bannières de publicité.audienCePour calculer l’audience d’un site, plusieurs méthodes existent. Les mesures d’audience d’unsite Internet se divisent en deux catégories : • Site-CentriC : Mesure centrée site, qui permet de mesurer la fréquentation du site (visites pages vues, provenance, temps passé...). • uSer-CentriC : Mesure centrée utilisateur, pour mesurer la couverture des sites consultés en France grâce à un panel. Cette mesure permet en outre de qualifier la cible.viSiteurS uniQueS (v.u.) : Les audiences sont communiquées en V.U., soit un internaute ayantvisité un site au moins une fois sur une période donnée. Les tarifs publicitaires sont donnésen coût pour mille pages vues/trafic.PaGeS vueS aveC PubliCité : Page d’un site Internet qui intègre un ou plusieurs formatspublicitaires.MédiaMétrie netratinGS : Mesure de référence en France proposée par l’institut Médiamétrie.COMSCOre : Institut concurrent de Médiamétrie dans la mesure d’audiences Internet. 37
  • 38. mobileLes équipements Téléphoner, oui, mais pas seulement ! Téléphone mobile : Téléphone… sans fil qui permet de téléphoner partout  (sous réserve d’avoir une couverture réseau). Les téléphones mobiles «classiques» permettent de téléphoner, d’envoyer  des SMS (message texte) et parfois des MMS (message image, voire vidéo).  Certains proposent en plus un accès à Internet et diverses applications  assez basiques (agenda, jeux…). Ces téléphones utilisent principalement  les réseaux mobiles appelés 2G et 3G. Les SmarTphoneS : Ou téléphones intelligents, ces mobiles possèdent les caractéristiques  classiques d’un téléphone mais aussi celles d’un micro-ordinateur : un accès web, une gestion  d’agenda, une messagerie instantanée, une lecture de fichiers (audio, vidéo, documents  écrits…) et la gestion d’applications. Ils utilisent les réseaux 2G, 3G et WiFi. C’est la nouvelle  génération de téléphones portables qui tend à se généraliser. Ex : Blackberry, iPhone, Google Phone, Windows Phone… Selon sa marque, chaque smartphone fonctionne avec : - Un oS : L’Operating System, ou système d’exploitation, est le logiciel de base intégré dans les  SmarTphoneS qui permet de naviguer et d’accéder aux différentes fonctionnalités proposées  par le téléphone. Par comparaison, pour les ordinateurs les deux principaux OS sont Windows  et Mac OS. Ex : Android par Google ; Symbian chez Nokia, iOS pour l’Iphone et Windows. - Une plaTeForme de diSTribUTion : Site marchant permettant aux utilisateurs de SmarTphoneS d’acheter et de télécharger des applications et contenus pour leur téléphone.  Ex : App Store ; Android Market ; OVI… - Des applicaTionS : Logiciels permettant de fournir un service, de la vidéo, des jeux…  Ex : L’application TF1 Player disponible sur iPhone, smartphones Bada et Symbian ; l’application  Eurosport.com qui permet de retrouver l’actualité sportive sur iPhone, smartphones Androïd et Blackberry. 38
  • 39. apple GooGle WindoWS noKia SamSUnG Smartphones  Smartphones de  de HTC,  HTC, Samsung,  Smartphones  Smartphones SmarTphone iPhone Samsung, Sony  Sony Ericson,  Nokia Samsung Ericson, Acer,  Acer, LG… LG… oS iOS Androïd Windows Mobile Symbian Bada App Store pour  les applications,  incluant  iTunes pour la Android  Windows  Samsung plaTeForme  OVI musique et les  Market Market Place Apps contenus videos et iBooks pour les  livres numériquesaUTreS SmarTphoneS avec leUrS propreS oS : palm, blacKberry, SamSUnGiphone : Le smartphone d’Apple, entièrement tactile, qui a révolutionné le marché. Il permet de téléphoner, surfer, gérer ses contenus musicaux et vidéo, et propose une multitude d’applications à télécharger. En face, la concurrence s’organise. Au 1er semestre 2010, le nombre de smartphones vendus aux Etats-Unis utilisant Androïd a dépassé les ventes d’iPhone. Microsoft et Nokia, qui avaient pris du retard, le rattrapent peu à peu.TF1 player : Application permettant de regarder la chaîne TF1 en direct et de revoir les derniers programmes diffusés, le tout depuis son iPhone, son smartphone Bada ou Symbian. 39
  • 40. mobileLes moyens d’accès leS opéraTeUrS mobileS Les opérateurs d’infrastructure mno :  Pour  Mobile  Network  Operator.  Ces  opérateurs  mobiles  disposent  de  licences  d’exploitation de fréquences mobiles, et déploient sur celles-ci des réseaux 2G/3G. Ainsi, ils  commercialisent des abonnements de téléphonie et d’Internet mobile.  Il en existe trois en France : Orange, Bouygues Telecom et SFR. Free a obtenu récemment la  quatrième licence de téléphonie mobile et devrait déployer prochainement son propre réseau  3G. Les opérateurs virtuels leS mvno : Mobile Virtual Network Operator, opérateurs virtuels de téléphonie mobile n’ayant ni  fréquence, ni infrastructure. Ils achètent des minutes de téléphonie aux trois (bientôt quatre)  opérateurs traditionnels français pour les revendre ensuite. Cela permet de proposer des  offres plus souples.  Ex : Universal Mobile. TechniqUemenT, commenT cela marche ? diFFérenTeS GénéraTionS de TechnoloGieS de réSeaUx mobileS coexiSTenT : 2G : Les débits de la 2G permettent de téléphoner, d’envoyer des  SMS (messages textes) et des MMS (message  image).  3G :  La  3G  est  une  technologie  au  débit  beaucoup plus important que la 2G. Elle  permet d’avoir accès à plus d’applications et  d’interactivité (Internet, TV, messagerie...) et  notamment à de la vidéo (de plus ou moins  bonne qualité).  4G : L’évolution de la 3G qui arrivera d’ici  2 ou 3 ans. Elle permettra d’atteindre  des débits très élevés afin d’absorber les  usages grandissant de l’Internet mobile et  de diffuser de la vidéo avec une meilleure  qualité. 40
  • 41. capaciTéS débiTS GénéraTion normeS développemenTS (eSTimaTion à TiTre indicaTiF) 2G GSM Téléphone - SMS - MMS 10 kb/s 2,5G GPRS 20 kb/s 2,75G EDGE Internet limité (lenteur) 200 kb/s 3G UMTS Augmentation du débit 400 kb/s 3,5G HSDPA De bonne qualité - rapide 2 à 3 Mb/s (ou 3G+) Internet - TV - Messagerie -  Vidéo... 4G à venir LTE 100 Mb/s (théorique) Dans la pratique, les débits  devraient être partagés  entre un plus grand nombre  d’utilisateurs et donc  proches de ceux de la 3G Les smartphones utilisent aussi le WiFi : technologie sans fil qui permet  de se connecter à un «hotspot WiFi» (émetteur WiFi dans les lieux publics  comme les aéroports, gares, hôtels, salles de réunion, universités, centres  d’affaires, certains cafés…) ou au modem Internet WiFi du foyer.  Les débits Internet accessibles en WiFi sont généralement supérieurs  aux débits 2G/3G.mobinaUTe : Utilisateur d’Internet sur mobile. 41
  • 42. mobileVidéos (regarder autrement) Il est possible de regarder des  programmes sur son mobile : •   râce à l’Internet mobile : En se connectant à Internet grâce aux  G réseaux edGe, 3G et WiFi, les smartphones peuvent avoir accès à de  la vidéo par le biais de sites web mobiles ou par des applications  spécifiques  proposant  de  la  TV/vidéo  (exemple :  application  TF1 Player). •   râce aux offres TV des opérateurs mobiles : G Les opérateurs de téléphonie mobile proposent des offres de TV mobile, en option ou incluses  dans leurs forfaits. Mode de diffusion : Dans les deux cas précédents, la diffusion de vidéo se fait dans un mode de diffusion dit  «UnicaST». UnicaST : ou liaison «point à point», le même flux de données est dupliqué sur le réseau  en fonction du nombre d’utilisateurs. En conséquence, si trop de mobinautes se trouvent  connectés de façon simultanée, la qualité de la diffusion est altérée (s’oppose à broadcast,  voir ci-dessous). Dans le cas extrême, la connexion n’est plus possible (saturation du  réseau). •   râce, potentiellement, à la Tmp : La Télévision Mobile Personnelle  G est un projet de TV mobile utilisant un autre mode de diffusion. Les  chaînes de télévision seraient diffusées à destination des mobiles  (ou autre équipement de réception nomade) en mode broadcast.  Toutefois le projet est coûteux et le réseau n’est pas déployé à  ce jour. Mode de diffusion : broadcaST :  un  seul  flux  de  données  permet  de  toucher  l’ensemble des utilisateurs (à l’image de la TNT). La qualité  vidéo est la même quel que soit le nombre de récepteurs  situés en zone de couverture. 42
  • 43. UnicaST (2G, 3G) : 1 SiGnal poUr 1 TerminalbrodcaST (Tmp) : 1 SeUl SiGnal poUr plUSieUrS TerminaUx 43
  • 44. mobileLa pubLicité 44
  • 45. Avec l’étendue des smartphones et de l’Internet mobile, de nouvelles offres publicitaires sont apparues.bannière : Bandeau publicitaire apparaissant sur une page d’un support mobile.SponSorinG d’applicaTionS : Principe consistant pour une marque à offrir une application à des utilisateurs. Elle bénéficie ainsi d’une visibilité publicitaire exclusive sur un support.le SponSorinG de rUbriqUe : Principe consistant pour une marque à sponsoriser une rubrique d’un support déjà existant.habillaGe de paGe : Permet la personnalisation en arrière-plan d’une page d’un support mobile aux couleurs de la marque. inTerSTiTiel : Fenêtre supplémentaire s’ouvrant automatiquement à l’ouverture d’un site ou au chargement d’une application. Sa durée est déterminée (elle se ferme au bout de quelques secondes) (voir aussi p.36). bannière dynamiqUe : Bandeau publicitaire qui se «déplie» lorsque l’on clique sur lui. Il devient donc plus grand et offre plus d’informations.pré-roll : Voir p.36.SiTe dédié : Un site dédié à une marque peut être créé et mis en ligne.pUbli-rédacTionnel : Article rédigé par un annonceur et publié sur un support mobile.Géo-localiSaTion : Technique qui localise géographiquement l’utilisateur du mobile et permet ainsi de lui proposer des offres plus ciblées qui apparaîtront lorsqu’il navigue sur un support mobile (voir aussi p.30).Search / lienS SponSoriSéS : Achat de mots-clés dans les moTeUrS de recherche (voir aussi p.36).SUpporT mobile : site web ou application mobile. 45
  • 46. radioam / Fm / RNT / ETC. Comme pour la télévision, il existe une radio analogique et une autre numérique… la radio aM / FM Les équipements : Les postes de radio AM/FM sont équipés d’un tuner analogique qui permet de recevoir des ondes émises par un émetteur radio. La réception : Pour transporter le signal radio, on fait varier (on «module») soit les fréquences des ondes électromagnétiques (c’est ce qu’on appelle la FM : Frequency Modulation), soit leurs amplitudes (aM : Amplitude Modulation). En plus de la radio, des données numériques sont diffusées en FM grâce au rdS. rdS : Radio Data System, système qui permet : • ’écouter une station sans interruption lors d’un déplacement, en prenant en charge d automatiquement le passage d’une fréquence à l’autre. • ’identifier des stations par leur nom, d’afficher le titre du programme en cours, d l’heure... • d’interrompre le programme en cours par un flash audio routier, etc. la rnT (radio nuMérique TerreSTre) La rnT (ou Radio Numérique Terrestre) devrait être mise en service courant 2011 a priori, dans un premier temps à Paris, Marseille et Nice. L’extension sera ensuite progressive. Elle proposera des avancées technologiques et nécessitera un remplacement des postes de radio. Les équipements : Ces nouveaux postes rnT permettront de recevoir la radio en numérique. Ils sont équipés d’un écran LCD : les stations auront la possibilité d’y diffuser des données associées à leurs programmes y compris des images (pochette de disque, complément d’information d’une émission, fil info en temps réel, carte météo, carte des perturbations trafic, pub...). La réception : La rnT utilisera les fréquences libérées par la télévision herTzienne analogique (voir p.14). 46
  • 47. Elle utilisera la norme T-dMb ou la norme dab+, deux standards de diffusion numérique.Concrètement, la rnT qu’est-ce que c’est ? • ne couverture étendue du territoire (90% au lieu de 60% pour la FM), U • ne écoute améliorée (qualité numérique), U • ne offre élargie avec l’apparition de nouvelles stations (dont LCI radio déjà disponible sur U le web), • u contenu enrichi (données associées, images,…). DElle sera accessible gratuitement à condition d’être équipé d’un poste radio numériquecompatible.écouTer auTreMenTIl est également possible d’écouter la radio depuis son téléphone, depuis son ordinateur ou satélévision. Grâce à Internet, on peut consommer différemment le media radio :En écoutant :une web radio : Désigne : • es radios de la bande FM qui proposent une écoute depuis leur site Internet (on écoute L exactement la même chose que depuis un poste de radio), • es radios créées spécialement pour Internet. Elles proposent donc leur propre L programmation.en live : Ecoute en direct d’une émission radio.en diFFéré : Permet de réécouter une émission en totalité ou par extrait, après sa diffusion,sans avoir à la télécharger.en podcaST : Il est possible de télécharger des émissions de radios après leur diffusion depuisle site Internet de la radio (voir p 32). lci radio Lancée le 15 janvier 2009, LCI Radio est actuellement une web radio, on peut l’écouter depuis le site TF1news.fr. LCI Radio a été choisie au printemps pour être l’une des nouvelles radios de la RNT présentes à Paris, Marseille et Nice, les trois premières villes qui accueilleront la RNT. 47
  • 48. 360la vision multi-supports Les équipements ne se contentent plus de leurs fonctions basiques, ils sont désormais multifonctions et connectés : ils interagissent entre eux. des Terminaux de réCepTion hyBrides... des Tv qui deviennenT ConneCTées... des pC qui deviennenT nomades ...des moBiles ConneCTés eT qui reçoivenT des flux vidéo... reCevanT des flux vidéo ... eT faCiliTanT le TransferT de ConTenus Les programmes sont donc désormais conçus pour être déclinables sur tous les supports, tous les médias et pour rayonner à 360 degrés. Crossmedia : Déclinaison d’un même contenu sur différents supports non liés (TV, Internet, Mobile, Cinéma) de façon coordonnée, interactive et complémentaire. 360 : Déclinaison d’un même contenu sur tous les médias mis à disposition par un même groupe. Par exemple, avec TF1, il est possible d’utiliser l’antenne (spot de publicité, parrainage, habillage…), le web (TF1.fr), le mobile (application TF1 Player), l’IPTV (My TF1), le outdoor (affichage sur la tour TF1) pour faire vivre ce contenu. Transmedia : Une histoire composée de plusieurs contenus propres à chaque support. La publicité a également développé des offres 360°. Brand ConTenT : Contenu éditorial créé ou inspiré par une marque (exemple : un article, un site web, un programme court…). Ex : MyTELEFOOT. 48
  • 49. myTelefooTCe programme est à la fois un exemplede contenu 360 et de Brand Content.Imaginé par TF1 Publicité et AegisMedia comme une proposition decommunication innovante, ce partenariatéditorial inédit a séduit la marque Coca-Cola,partenaire historique du football, et le groupe Bel, avec la marque «Mini Babybel».Ce concept déclinant la marque TELEFOOT est une plateforme multi-écrans dédiée auxjeunes sur le football. MyTELEFOOT se compose :• d’un site web, hébergé sur TF1.fr et regroupant des articles, des vidéos…• de sites communautaires, comme la page Facebook• d’une web émission enregistrée sur le plateau TV de TELEFOOT• d’un programme court diffusé tous les dimanches sur TF1, avant TELEFOOT• d’une déclinaison sur le mobile, via l’application iPhone TF1 Player• d’une déclinaison IPTV, via MyTF1 qui propose un espace dédié Chaque message néCessiTe d’êTre adapTé au supporT par lequel il esT véhiCulé Tv renforCe la noToriéTé de la marque moBile développe l’image de la marque génère du searCh eT du TrafiC on line renforCe la proximiTé aveC la marque ConTriBue au suCCès d’un lanCemenT de produiT développe le lien inTeraCTif effiCaCe sur les venTes à CourT Terme eT sur la permeT la géo-loCalisaTion du message marque à long Terme ouTil de markeTing direCT à Chaque média, un niveau de ConTaCT qualifié inTerneT renforCe l’image de la marque esT influenT dans la déCision d’aChaT permeT l’inTeraCTiviTé CiBlage géo-loCalisé/ComporTemenTal markeTing viral disCours CréaTif différenT ouTil de markeTing direCT/r.o.i. daTa qualifiées 49
  • 50. ConClusionla tv de demain Le monde des médias est en évolution permanente. Le numérique a repoussé les frontières : nouveaux réseaux, nouveaux formats, émergence de nouvelles interfaces, démultiplication de l’offre… Dans ce contexte de convergence, l’Internet et l’expérience audiovisuelle se distinguent dans leurs évolutions. L’Internet se développe sur de nouvelles interfaces : PC, mobile, notebook, tablettes. Ses usages se confortent dans le search, les réseaux sociaux (Facebook, Overblog), la consommation vidéo personnalisée… En parallèle, l’expérience audiovisuelle poursuit sa mutation pour la plus grande satisfaction des téléspectateurs : écrans plats géants et éco-conçus, amélioration constante de la qualité des images et du son, enrichissement du signal numérique (VOST, son multicanal, TF1 vision, MyTF1), arrivée de la 3D. Le téléviseur conforte ainsi son rôle d’équipement central de la consommation audiovisuelle en proposant de la télévision «grand spectacle» pour tous tandis que l’Internet (PC ou mobile) permet une consommation média personnalisée. Télévision et Internet se complètent donc et s’enrichissent mutuellement. 50
  • 51. 51
  • 52. index 2.0 (audio)............................................. p.7 broadcasT ......................................... p. 42 2.1 (audio).......................................... p. 13 browser web ..................................... p. 30 2G (mobile) .............................p. 38 / .p. 40 buzz .................................................. p. 37 3d (TV) ......................................p. 7 / p. 11 3G (mobile) .............................p. 38 / .p. 40 c 4/3 (TV) ................................................ p. 6 câble ................................................ p. 17 4G (mobile) ......................................... p. 40 caTch-up.................................p. 21 / p. 32 5.1 (audio)............................................ p. 7 caThodique .......................................... p. 8 16/9 (TV) .............................................. p. 6 clé 3G ................................................ p. 27 360 ................................................... p. 48 clé TnT .............................................. p. 27 clé usb .............................................. p. 27 a comparaTeur ..................................... p. 30 ab3 ................................................... p. 16 composiTe .......................................... p. 24 a-Vod ................................................. p. 20 comscore .......................................... p. 37 acTiVe shuTTer .................................. p. 11 connecTiques ..........................p. 24 / p. 25 adapTaTeur TnT .................................. p. 15 consoles de jeux ................................ p. 13 adresse ip.......................................... p. 28 conTenus communauTaires ................. p. 30 adsl ....................................... p. 17 - p. 29 copie priVée ....................................... p. 34 am .................................................... p. 46 cpc ................................................... p. 37 analoGique ........................................ p. 14 cpl .................................................... p. 25 applicaTion ........................................ p. 38 cpm ................................................... p. 37 asTra ................................................ p. 16 crossmedia ........................................ p. 48 audience inTerneT .............................. p. 37 audio descripTion ............................... p. 19 d auTo sTéréoscopie .............................. p. 11 dab+.................................................. p. 47 décodeur ........................................... p. 29 b direcT download ................................ p. 32 backbone ........................................... p. 28 display .............................................. p. 36 bande passanTe .................................. p. 28 diVidende numérique ........................... p. 14 bannière .................................p. 36 / p. 45 dlna .................................................. p. 12 bannière dynamique ........................... p. 45 drm ................................................... p. 34 bas-débiT ........................................... p. 29 dslam ................................................ p. 28 billboard ........................................... p. 36 dTcp .................................................. p. 34 blu ray ............................................... p.13 dVbT .................................................. p. 14 blueTooTh .......................................... p. 25 dVi .................................................... p. 25 box inTerneT ...........................p. 17 / p. 29 dVd ................................................... p. 13 box TV ....................................p. 17 / p. 29 brand conTenT ................................... p. 48 52
  • 53. e Grand ecran web ................................ p. 36ecrans 3d .......................................... p. 11 Guide des proGrammes ........................ p. 19ecrans caThodiques .............................. p. 8ecrans hauTe définiTion ...................... p. 10 hecrans lcd ........................................... p. 8 habillaGe de paGe ....................p. 36 / p. 45ecrans led ........................................... p. 8 hadopi ............................................... p. 35ecrans oled ......................................... p. 8 hauT débiT ......................................... p. 29ecrans plasmas ................................... p. 8 hauTe définiTion/hd...................p. 6 / p. 10ecrans plaTs........................................ p. 8 hd naTif ............................................... p. 6edGe .................................................. p. 42 hd ready ............................................ p. 10eiT..................................................... p. 19 hd up-conVerTie ................................... p. 7e-mail ................................................ p. 30 hdcp.................................................. p. 34e-mailinG ........................................... p. 36 hdmi .................................................. p. 24epG.................................................... p. 19 hdTV .................................................. p. 10e-reader ............................................ p. 27 herTzien ............................................ p. 14eTherneT ........................................... p. 25 home cinema ...................................... p. 13expand banners ................................. p. 45 home-TheaTer ..................................... p. 36 hoT bird............................................. p. 16f hTml ................................................. p. 28fai ..................................................... p. 29f-Vod ................................................. p. 20 ifibre opTique...................................... p. 18 inTerneT ............................................ p. 28fiche info........................................... p. 19 inTersTiTiel.............................p. 36 / p. 45finGerprinTinG ................................... p. 34 ip ...................................................... p. 28firewire ............................................ p. 25 ipad ................................................... p. 27fixe ................................................... p. 26 ipod................................................... p. 27flash TransparenT ............................. p. 36 iphone ............................................... p. 39flux rss ............................................ p. 30 ipTV ................................................... p. 17fm ..................................................... p. 46formaT .......................................p. 7 / p. 8 jfrance Télé numérique ........................ p. 14 jack .................................................. p. 24fransaT ............................................. p. 16fTTh .................................................. p. 18 kfull hd .............................................. p. 10 kindle ............................................... p. 27G lGéo-blocaGe ....................................... p. 34 lcd ...................................................... p. 8Géo-localisaTion......................p. 30 / p. 45 lecTeur dVd ........................................ p.13 53
  • 54. index lecTeur mp3 ....................................... p. 27 parabole ........................................... p. 16 led ...................................................... p. 8 paVé .................................................. p. 36 liens sponsorisés ................... p. 36 - p. 45 pc ..................................................... p. 26 liGne ................................................... p. 6 peer To peer ....................................... p. 32 liVe ................................................... p. 47 périTel .............................................. p. 24 pixel ................................................... p. 6 m plasma ................................................ p. 8 mac ................................................... p. 26 plaTeforme de disTribuTion ................. p. 38 maGnéToscope ..................................... p.13 player ............................................... p. 31 markeTinG Viral ................................. p. 37 podcasT .................................. p. 32 - p. 47 médiaméTrie neTraTinGs ...................... p. 37 polarisaTion ...................................... p. 11 messaGerie insTanTanée ...................... p. 30 porTable ............................................ p. 26 mid-roll ............................................ p. 36 posT-roll ........................................... p. 36 minidin s-Video ................................... p. 24 pré-roll ............................................ p. 36 mno................................................... p. 40 publiciTé ................................p. 36 / p. 44 mobiles ............................................. p. 38 publi-rédacTionnel ............................. p. 45 mobinauTes........................................ p. 41 pVr .................................................... p.13 modem ............................................... p. 29 mono ................................................... p. 7 q moTeurs de recherche ........................ p. 30 quadruple play .................................. p. 29 mVno ................................................. p. 40 r n radio am ............................................ p. 46 naTif ................................................... p. 6 radio fm ............................................ p. 46 neTbook ............................................. p. 26 rca ................................................... p. 24 numérique ......................................... p. 14 rds ................................................... p. 46 réaliTé auGmenTée .............................. p. 30 o réseau .............................................. p. 28 oled .................................................... p. 8 réseaux sociaux ................................. p. 30 opéraTeur Télécom ............................. p. 40 résoluTion........................................... p. 6 opT-in ................................................ p. 37 rj45 .................................................. p. 25 ordinaTeur ........................................ p. 26 rmc ................................................... p. 14 os ..........................................p. 26 / p. 38 rnT ................................................... p. 46 oVerlay ............................................. p. 36 roll .................................................. p. 36 oTT .................................................... p. 23 rouTeur............................................. p. 28 p s paGes Vues aVec publiciTé ................... p. 37 s-Vod ................................................. p. 20 54
  • 55. satellite ........................................... p. 16 triple play ......................................... p. 29sd ....................................................... p. 6 tv analogique terrestre ..................... p. 14search ...................................p. 36 / p. 45 tv connectée .................................... p. 23serveur ............................................. p. 28 tv enrichie ........................................ p. 22service antenne ................................. p. 17 tv hetzienne ...................................... p. 14signature ina ..................................... p. 34 tv numérique terrestre ...................... p. 14site dédié ........................................... p. 45 tv par adsl ....................................... p . 17site-centric ....................................... p. 37 tv par fibre optique ............................ p. 18sites de partage vidéo......................... p. 32 tv par le câble ................................... p. 17smartphones ..................................... p. 38 tv par satellite .................................. p. 16son mono ............................................. p. 7son multi canal (5.1) ............................ p. 7 uson stéréo (2.0).................................... p. 7 ugc ........................................p. 30 / p. 32sous-titrage sourds et malentendants p. 19 unicast ............................................. p. 42spam ................................................. p. 36 up-converti .......................................... p.7s/p-dif ............................................... p. 24 usb ................................................... p. 25sponsoring d’applications .................. p. 45 user-centric ...................................... p. 37sponsoring de rubrique ...................... p. 45standard definition .............................. p. 6 vstreaming ......................................... p. 32 vad.................................................... p. 20stéréo ................................................. p. 7 vga ................................................... p. 24support mobile .................................. p. 45 vidéo à la demande ............................. p. 20syndication ....................................... p. 30 visiteurs uniques ............................... p. 37 vost .................................................. p. 19t vod ........................................p. 20 / p. 32tablet pc ........................................... p. 26t-dmb ................................................ p. 47 Wtéléchargement ................................. p. 32 Web ........................................ p. 28 – p. 30téléchargement progressif ................ p. 32 Web 2.0 .............................................. p. 28téléphone mobile ............................... p. 38 Web 3.0 .............................................. p. 28télétexte ........................................... p. 19 Web radio ...............................p. 31 / p. 47tmp ................................................... p. 42 Web tv ............................................... p. 31tnt.................................................... p. 14 Widget............................................... p. 31tnt hd ............................................... p. 10 Wifi ........................................p. 25 / p. 41tnt sat .............................................. p. 16toslink .............................................. p. 24 ytransmedia ........................................ p. 48 yuv ................................................... p. 24très haut debit .................................. p. 29 55

×