• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Comprendre les systèmes informatiques virtuels
 

Comprendre les systèmes informatiques virtuels

on

  • 2,825 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,825
Views on SlideShare
2,825
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
33
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Comprendre les systèmes informatiques virtuels Comprendre les systèmes informatiques virtuels Document Transcript

    • ROLAND KOUAKOU COMPRENDRE LES SYSTÈMES INFORMATIQUES VIRTUELS EN 4 POINTSLa virtualisation des systèmes informatiques a gagné en popularité et en importance ces dernières années, mais son origine remonte à 1972,quand IBM a introduit la technologie de la virtualisation dans les grands systèmes (mainframe). Pendant longtemps, les PDG et les directeursinformatiques des entreprises ont accepté les serveurs traditionnels pour gérer leurs activités quotidiennes ; toutefois, des études révèlent que cetteapproche se traduit par des gaspillages en termes de puissance de traitement et de ressources matérielles, car aucun serveur n’est exploitépleinement. Les récentes tendances montrent que les responsables informatiques cherchent d’urgence à réduire les dépenses informatiques et àpromouvoir « l’informatique verte ». La virtualisation des systèmes informatiques joue un rôle essentiel dans cette perspective.La virtualisation permet de réaliser des économies significatives en partageant l’espace de stockage et la capacité de l’unité centrale (UC).Point 1 : qu’est-ce que la virtualisation?La virtualisation est une technologie logicielle qui divise une ressource physique, par exemple un serveur, en plusieurs ressources virtuellesappelées machines virtuelles.La virtualisation aide à consolider les ressources physiques, à simplifier le déploiement et l’administration, et à réduire la consommation électriqueet la capacité de refroidissement requises.Dans un système informatique, la virtualisation ajoute une couche d’abstraction entre deux couches de ce système. Cette couche d’abstraction estune couche logicielle insérée entre le matériel et les systèmes d’exploitation invités. Cette couche fait office de gestionnaire des ressources pourpermettre le partage de la puissance de traitement et de la mémoire. Ce logiciel est appelé « moniteur de machines virtuelles » (MMV) ou «hyperviseur ». Les moniteurs de machines virtuelles virtualisent le matériel d’une machine physique et le partitionnent en plusieurs machinesvirtuelles séparées de façon logique. Le moniteur de machines virtuelles contrôle tous les événements qui se produisent à l’intérieur d’une machinevirtuelle et applique sur cette dernière les stratégies de gestion des ressources.Plusieurs systèmes d’exploitation peuvent coexister sur la même machine virtuelle, tout en étant isolés les uns des autres, et peuvent fonctionnersimultanément sur un même serveur.La virtualisation permet aux entreprises d’éliminer les serveurs matériels dédiés et de réduire ainsi leurs dépenses d’acquisition, de maintenance etd’électricité.Point 2 : les différents types de virtualisationBien que la technologie de virtualisation des serveurs soit la plus populaire, la virtualisation ne se limite pas qu’aux serveurs. Elle peut aussis’appliquer aux systèmes d’exploitation, aux ordinateurs de bureau, aux applications, au stockage et aux réseaux.La technologie des machines virtuelles est également utilisée pour le stockage des données, par exemple les réseaux de stockage SAN, et àl’intérieur des systèmes d’exploitation, tels que Windows Server 2008 avec Hyper-V.La virtualisation dans un environnement distribué est la base de la grille informatique (grid computing) et de l’informatique en nuage (cloudcomputing), offrant une infrastructure informatique en tant qu’utilitaire, ou services à la demande.La virtualisation peut être classée dans trois catégories : 1. Virtualisation du stockageVirtualise le stockage physique à partir de plusieurs périphériques de stockage en réseau, de sorte que ceux-ci apparaissent comme unpériphérique de stockage unique. En règle générale, le terme « virtualisation » désigne la virtualisation des serveurs. 2. Virtualisation des réseauxCombine les ressources informatiques sur un réseau en divisant la bande passante disponible en des canaux indépendants qui peuvent êtreaffectés à un serveur ou à un périphérique particulier en temps réel.Roland KOUAKOU, Information Systems Expert Manager rolankouakou@gmail.com Page 1 / 3
    • 3. Virtualisation des serveursDissimule la nature physique des ressources serveurs, y compris le nombre et l’identité des serveurs, processeurs et systèmes d’exploitationindividuels, aux logiciels qui s’exécutent sur ces ressources.Point 3 : aperçu de l’architecture de la technologie de virtualisation des serveursLa virtualisation des serveurs permet l’exécution simultanée de plusieurs systèmes d’exploitation et applications sur un équipement unique. Lessystèmes d’exploitation s’exécutent indépendamment les uns des autres dans des environnements isolés (les machines virtuelles). Une couche devirtualisation doit s’exécuter sur les systèmes d’exploitation de l’ordinateur en tant qu’application ou service afin de créer plusieurs environnementsde machines virtuelles. Les systèmes d’exploitation et les applications qui s’exécutent sur une machine virtuelle peuvent accéder à des ressourcesUC, mémoire, disque et réseau similaires à celles d’un ordinateur physique.Les composants d’un serveur virtuel sont les suivants : 1. Matériel physique ou hôte de virtualisationMachine physique sur laquelle résident les environnements de machine virtuelle. Le nombre de machines virtuelles qui peuvent être prises encharge sur une machine physique unique varie selon la configuration et les caractéristiques du matériel. 2. Système d’exploitation hôteSystème d’exploitation principal sur la machine physique. La couche de virtualisation réside sur ce système d’exploitation. 3. Couche de virtualisationLogiciel de virtualisation qui coordonne avec les systèmes d’exploitation hôtes les demandes émanant des machines virtuelles concernant le tempsUC, la mémoire physique, les opérations de lecture et d’écriture sur les disques, les entrées/sorties (E/S) sur les réseaux, etc. Le logiciel devirtualisation est un simple logiciel installé sur le système d’exploitation ou un logiciel installé directement sur le hardware appelé « hyperviseur ». Ils’agit d’un composant primordial de la technologie de virtualisation. Il intercepte les demandes de ressources matérielles émanant des machinesvirtuelles qu’il héberge et il convertit ces demandes dans un format lisible par le matériel physique. De même, les demandes émanant du matérielphysique sont converties par l’hyperviseur de sorte qu’elles puissent être interprétées par les machines virtuelles. L’hyperviseur découple lesmachines virtuelles des hôtes physiques en introduisant une couche d’abstraction entre les machines virtuelles et la couche du matériel physique.Toutes les solutions de virtualisation ne font pas appel à un hyperviseur. Parmi celles qui utilisent effectivement un hyperviseur, nous pouvons citernotamment VMware ESX, VMware Virtual Infrastructure, Microsoft Hyper-V et Citrix XenSource. 4. Machine virtuelleEnvironnement indépendant et isolé créé par le logiciel de virtualisation. Les systèmes d’exploitation peuvent exécuter des machines virtuellesindépendamment les unes des autres. 5. Systèmes d’exploitation invitésSystèmes d’exploitation installés sur les machines virtuelles. Ceux-ci s’exécutent sur le système d’exploitation hôte. La technologie de virtualisationpermet l’exécution de plusieurs machines virtuelles équipées de systèmes d’exploitation invités hétérogènes de façon isolée et côte à côte sur lamême machine physique. Les machines virtuelles ont leur propre matériel virtuel (p. ex., UC, mémoire RAM, disques, cartes réseau) sur lequel sontRoland KOUAKOU, Information Systems Expert Manager rolankouakou@gmail.com Page 2 / 3
    • chargés les systèmes d’exploitation invités et les applications. Les systèmes d’exploitation invités s’exécutent de manière uniforme, quels quesoient les composants physiques.Point 3 : les avantages de la virtualisationLa virtualisation des systèmes informatiques offre de nombreux avantages. C’est pourquoi elle est devenue si populaire.Outre qu’elle améliore l’agilité du service informatique, la virtualisation réduit les coûts de possession de l’infrastructure, grâce à la réduction dunombre total de serveurs physiques. Et en conséquence, elle permet d’abaisser considérablement les dépenses d’exploitation. La virtualisation accélère la procédure d’allocation de ressources des serveurs et améliore la gestion des capacités. L’efficience informatique est également accrue grâce au partage de la capacité de traitement de l’UC et à l’utilisation efficace du stockage. Les machines virtuelles sont capables d’exécuter différents systèmes d’exploitation et offrent plusieurs avantages, par exemple l’encapsulation, l’isolement et le partitionnement. Les machines virtuelles sont encapsulées dans des fichiers, ce qui permet de les enregistrer, de les copier et d’allouer leurs ressources rapidement. Il est aussi possible de transférer du matériel virtuel, des systèmes d’exploitation, des applications et des environnements complètement configurés en l’espace de quelques secondes seulement d’un serveur physique vers un autre, ce qui permet une maintenance sans interruption de service et la consolidation continue des charges de travail. Les machines virtuelles sont complètement isolées de la machine hôte et des autres machines virtuelles. En cas de panne d’une machine virtuelle, les autres ne sont pas affectées. Aucune perte de données n’est possible sur les machines virtuelles et les applications peuvent uniquement communiquer sur des connexions réseau configurées. La virtualisation permet le partitionnement de plusieurs applications et la prise en charge de plusieurs systèmes d’exploitation au sein d’un seul système physique. Les serveurs peuvent être consolidés sous forme de machines virtuelles dans une architecture de type « scale-up » (pour une évolutivité verticale) ou « scale-out » (pour une évolutivité horizontale), et les ressources informatiques peuvent être traitées comme un groupe uniforme pouvant être alloué aux machines virtuelles de manière contrôlée. Parmi les autres avantages significatifs de la virtualisation, on notera la séparation efficace des tâches, la prise en charge de la simulation avec plusieurs versions du même système d’exploitation ou de différents systèmes d’exploitation, davantage d’options de continuité et l’extension de l’environnement de test. Quelques grandes entreprises ont adopté la virtualisation pour améliorer leur résilience, aider à la reprise après sinistre et à la continuité d’activité. Du point de la vue de la sécurité, la virtualisation offre les avantages suivants : • Meilleures capacités de diagnostic des problèmes • Récupération plus rapide après une attaque • Application des correctifs de façon plus sûre et efficace • Meilleur contrôle des ressources des ordinateurs de bureau • Dispositifs de sécurité plus rentablesRÉFÉRENCESVirtualization: Benefit and Challenges, www.isaca.org/virtualizationSecurity and Audit Issues for the Virtualization Environment, EuroCacs 2011JournalOnline, ISACA Journal, vol. 1, 2011JournalOnline, ISACA Journal, vol. 3, 2006Roland KOUAKOU, Information Systems Expert Manager rolankouakou@gmail.com Page 3 / 3