Mémoire de Licence, site web dynamique sous JEE, application aux entreprises de production multi sites.
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Mémoire de Licence, site web dynamique sous JEE, application aux entreprises de production multi sites.

  • 8,868 views
Uploaded on

Implémentation d'un site web dynamique sous JEE pour le domaine industriel, application aux entreprises de production multi sites. ...

Implémentation d'un site web dynamique sous JEE pour le domaine industriel, application aux entreprises de production multi sites.

Bonne chance :)

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
8,868
On Slideshare
8,868
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
598
Comments
0
Likes
3

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM Faculté des Sciences Exactes & de l’Informatique Département de Mathématiques et d’Informatique Filière Informatique MEMOIRE DE FIN D’ETUDES Pour l’Obtention du Diplôme de Licence en Informatique Intitulé du sujet Présenté par :  BOUDAOUD Siham Rim Encadré par:  ****** Année Universitaire 2012/ 2013 Implémentation d'un site web dynamique sous JEE pour le domaine industriel, application aux entreprises de production multi sites.
  • 2. À mon Papa et ma Maman, Mohamed et Houria, À ma brillante Petite Sœur, Bissette, Rim
  • 3. ... Table Des Matières ...  Introduction Générale …………………………………………….....1  Chapitre I : La Technologie Java Entreprise Edition …………….2 I.I. Java Enterprise …………………………………………….………………………….2 I.II. Développement des Plateformes Java ……………………………………………….2 I.III. Serveurs d‟application compatible avec Java …………...………………………….4 I.IV. Choix de Java EE pour les applications d‟entreprise …...………………………….4 I.V. Java EE et le Web ………………………………………...………………………….5 I.VI. Java EE dans les sites web dynamiques ………………...…………………………..6 . JSP et Servlets …………………………………………...………………………....6 I.VII. Java EE, un modèle de développement ………………...…………………………. 7 . Java EE et l‟architecture MVC ……………………………………………………7 I.VIII. Conclusion ……………………………………………..…………………………..8  Chapitre II : La Gestion De Production Multi-Sites ………………9 II.I. Introduction ………………………………………………………………………….9 II.II. Organisation d‟entreprises et chaînes logistiques ……...…………………….9 . Chaîne logistique SC …………………………………...………………………….10 . La gestion d‟une chaîne logistique SCM …………………………………………. 10 . L‟entreprise étendue (EE) ……………………………....………………………….10 . L‟entreprise virtuelle (EV) ……………………………...………………………….10 II.III. Les trois flux de la chaîne logistique ………………….…………………………. 11 . Le flux d‟information …………………………………..………………………….12 . Le flux physique ………………………………………..………………………….12 . Le flux financier ………………………………………..…………………………. 12 II.IV.Planification Multi Site ……………………………….…………………….12 II.V. Approche Décisionnel et moyens logistique …………...…………………………. 13 II.VI. Conclusion ……………………………………………..………………………….13
  • 4.  Chapitre III : Conception et Implémentation……………………….14 III.I. Introduction ………………………………………………………………………….14 III.II. Modélisation de l‟entreprise Béton &Co ……...…………………………14 III.III. Présentation des interfaces ……………………………………………… III.III. Conclusion ………………………………………………………………28  Conclusion Générale ………………………………………………….29  Annexes ………………………………………………………………..30  Bibliographies ……………………………………………………...….31
  • 5. Chapitre I : La Technologie Java Entreprise Edition
  • 6. Introduction Générale : Durant ces dernières décennies, l‟utilisation d‟Internet est devenue incontournable pour les entreprises, qui évoluent dans une compétition de plus en plus rude dans un environnement en évolution continuelle. Pour répondre à de tels besoins, certaines entreprises ont adopté des organisations distribuées de leurs organisations, ces entreprises sont appelées : entreprises multi sites. Les systèmes de telles entreprises doivent savoir gérer les productions sur différents sites de manière à demeurer compétitives et de coordonner les données stockées à divers endroits, traitées par plusieurs langages de programmation et acheminées via des protocoles différents. La distribution de la plupart de leurs activités se présente sous la forme de production multi-sites, permettant à l‟entreprise de partager leurs activités avec d‟autres sites (ou entreprises), en réduisant les coûts, en améliorant le temps de réponse des services et en stockant les données sur des supports fiables et sécurisés. A l‟heure où tout doit aller très vite, les applications d‟entreprises doivent faire face aux modifications et à la complexité de leur environnement, tout en étant robustes et en permettant la réutilisabilité et la portabilité; C‟est précisément pour ces raisons qu‟a été mise en place la plate-forme Java Entreprise Edition (JEE), référence pour le développement d'applications d'envergure et supportant la programmation, la persistance des données, les transactions, la sécurité et le déploiement de projets. La contribution principale de ce présent travail porte sur la création d‟un site web dynamique qui vise à développer le processus de vente, et plus précisément, d‟approvisionnement, afin de faciliter et de faire évoluer la communication avec la clientèle et de gérer la production multi- sites. Notons que les deux types de production ont été pris en compte : la production sur demande et la production sur stock. De ce fait, nous avons utilisé la plateforme JEE, ceci, afin de pouvoir profiter de la puissance du langage Java et des avantages de la plateforme JEE discutées plus lois dans ce document. L‟organisation de ce document reflète la démarche que nous avons adoptée lors de la réalisation de notre travail. Le document est composé de 3 chapitres : Le chapitre 1 propose une introduction générale de la plateforme JEE et son rôle dans la création d‟applications web pour les entreprises multi- sites. Le chapitre 2 décrit le fonctionnement et l‟organisation des projets distribués dans les entreprises multi-sites, et propose ainsi quelques notions sur la planification distribuée.
  • 7. Enfin le chapitre 3 concerne la conception, l‟implémentation et l‟environnement matériel et logiciel de l‟application, en proposant quelques diagrammes et un aperçu sur les interfaces réalisées pour montrer l‟utilisation de l‟application, nous terminerons ce document par une conclusion et des perspectives issues de notre travail. I.I. Java Enterprise Edition : Dans le monde actuel de l'informatique et des technologies de l‟information et de la communication, les applications sont de plus en plus complexes, et doivent être réalisées en un minimum de temps et de coût et portable à travers les différents systèmes utilisés. Sun Microsystems a proposée pour cela la plate-forme Java Enterprise Edition ou Java EE, crée dans le but de faciliter la construction d'applications distribuées, et a doté le langage Java d‟une plate-forme logicielle fiable pour répondre aux besoins des entreprises. Java EE (Java Enterprise Edition), anciennement appelée « J2EE » dans sa version 2, est une extension de la plate-forme standard Java SE qui contient les API (Application Programming Interface) de base de Java. Ajoutant un grand nombre de bibliothèques remplissant des fonctionnalités supplémentaires destinées aux applications d‟entreprise, Cela inclut le stockage sécurisé des informations, leur manipulation et leur traitement [Site1]. Le but étant de faciliter le développement d'applications robustes, interopérables et capables de s'adapter aux changements et à une croissance rapide sans poser de problème de sécurité, en fournissant un ensemble de composants sous forme d'APIs. Java EE est une architecture performante qui exploite au maximum la technologie des objets distribués, ce qui permet d'avoir un système simple et léger à utiliser côté clients.Java EE se définit par les méthodes de programmation java destinées aux applications entreprises grâce à la spécification JCP (JSR 316) [IT 12]
  • 8. I.II. Développement des Plateformes Java EE : Figure 1.1 : Historique de J2EE/Java EE. [GONC 10] La plate-forme Java EE est passée par plusieurs étapes nous citons : . La première version standard J2EE 1.2 a été développée par Sun en 1999. Les Entreprises JavaBeans (EJB) permettaient de gérer la couche métier d'accès aux données alors que les Servlets et JavaServer Pages (JSP) permettaient de développer les applications serveur. . La version J2EE 1.3 (2001) n'apportait pas de nouveautés essentielles mais des améliorations de la plate-forme à la suite des demandes utilisateur, comme la configuration par fichier XML. . La version J2EE 1.4 (2003) Cette version apportait le support des services Web et des EJB version 2.1. Mais cette version conséquente était difficile à utiliser, tester et déployer. Les développements par couches, de type Modèle Vue Contrôleur (MVC), ne facilitent pas la compréhension de l'ensemble, et les technologies Servlet et JSP ne sont pas adaptées pour un développement rapide. En réponse à cela, quelques Framework ou outils spécialisés on vu le jour, comme Struts et Spring pour la partie développement serveur, et Hibernate ou TopLink pour la persistance. . La version Java EE 5 (2006) apportait une réponse à cela en proposant un outil de développement côté serveur adapté au design pattern MVC, nommé JavaServer Faces.
  • 9. Cette nouvelle version était une étape majeure pour la plate-forme Java EE qui s'orientait vers la simplicité, en proposant les EJB 3. . La version Java EE 6 (2009) se concentre sur la facilité d'utilisation de la plate-forme pour le développement, les tests et le déploiement. Cette version propose une simplification des EJB avec la version 3.1. Java EE est devenu un standard utilisé par de nombreuses sociétés à travers le monde professionnel et celui de l'Open Source. Plusieurs outils peuvent être associés à Java EE comme les serveurs d'applications (GlassFish, Websphere, Weblogic, JBoss...), des Framework de développement (Struts, Spring...), des outils de persistance. Ces mécanismes font en sorte qu'un programme puisse se terminer sans que ses données et son état d'exécution ne soient perdus. Ces informations de reprise peuvent être sauvegardées sur disque, éventuellement sur un serveur distant (un serveur de bases de données relationnelles, (EclipseLink, Hibernate...). [Site2] JEE est une plate-forme fortement orientée serveur, autrement dit, une application Java EE s'exécute sur un serveur d'applications. Un serveur d'applications est constitué d'un serveur HTTP et d'un conteneur web (pour exécuter les servlets et les JSP). I.III. Serveurs d’application compatible avec Java EE : Les bibliothèques d'interfaces graphiques telle que Swing fournissent les services nécessaires au développement d‟application graphique, les serveurs d'applications mettent à disposition les fonctionnalités permettant de réaliser des applications d'entreprise : communication entre ordinateurs, mis en place de protocole adaptés, gestion des connexions avec une base de données, présentation de pages Web, gestion des transactions, etc. [Site3] I.IV. Choix de Java EE pour les applications d’entreprise : L‟utilisation de JEE pour développer et exécuter une application propose plusieurs avantages : Une architecture d'application basée sur les composants qui permet un découpage de l'application et donc une séparation des rôles lors du développement. La possibilité de s'interfacer avec le système d'information existant grâce à de nombreuses API : JDBC, JNDI, JMS, JCA ...
  • 10. la possibilité de choisir les outils de développement et le ou les serveurs d'applications utilisés qu'ils soient commerciaux ou libres. Java EE permet une grande flexibilité dans le choix de l'architecture de l'application en combinant les différents composants. Ce choix dépend des besoins auxquels doit répondre l'application mais aussi des compétences dans les différentes API de Java EE. L'architecture d'une application se découpe idéalement en au moins trois tiers : La partie cliente : c'est la partie qui permet le dialogue avec l'utilisateur. Elle peut être composée d'une application stand-alone, d'une application web ou d'applets. La partie métier : c'est la partie qui encapsule les traitements (dans des EJB ou des JavaBeans). La partie donnée : c'est la partie qui stocke les données. [JEAN 12] Depuis une dizaine d‟années, le monde des entreprises se confond de plus en plus avec le monde de l‟Internet, et aujourd‟hui la plus part des applications sont écrites pour être accessibles depuis un navigateur Web. I.V. Java EE et le Web : On distingue deux types de sites sur le web : Les sites internet statiques : Une page est dite statique lorsque son contenu est fixe, invariable quel que soit l‟utilisateur qui la consulte, il n'est modifiable que par le propriétaire du site. Ils sont réalisés à l'aide des technologies HTML, CSS et Javascript uniquement. Ces pages peuvent présenter toute forme de contenu, animations flash, images, musique, vidéo etc..., mais elles sont toujours présentées de la même façon. Les sites internet dynamiques : Un site web statique est moins coûteux qu‟un site web dynamique, sauf si le site est particulièrement volumineux ou que la priorité est mise sur un design pointu, le propriétaire n'est plus le seul à pouvoir le faire changer ! C'est le cas par exemple d'un site d'E-commerce: présentation des articles par thèmes, couleurs, prix etc..., en plus des langages précédemment cités, ils font intervenir d'autres technologies : Java EE est l'une d'entre elles ! La consultation d‟un site web par un utilisateur se présente sous forme d‟un simple échange entre un client et un serveur : Le poste du visiteur est appelé client. Lorsque l‟internaute demande une URL, une adresse à son navigateur ou qu‟il clique sur un lien, le navigateur
  • 11. envoie, via le modem, une requête HTTP. Il interroge le serveur. Celui-ci lui répond et lui envoie une copie de la page demandée par le biais d'une réponse http. Le navigateur reçoit, via cette réponse, la page web finale, qu'il affiche alors à l'utilisateur. La communication qui s'effectue entre le client et le serveur est régie par des règles bien définies : le protocole HTTP. Figure 1.2 : Échange dynamique http Client <-> Serveur I.VI. Java EE dans les sites web dynamiques : . JSP et Servlets : Les JSP (Java Server Pages), une technologie Java qui permettent la génération de pages web dynamiques. La technologie JSP permet de séparer la présentation sous forme de code HTML et les traitements sous formes de classes Java définissant un bean ou une servlet (une classe Java qui permet de créer dynamiquement des données au sein d'un serveur http). [JEAN 12] Les servlets sont la base de la programmation Web JEE. Toute la conception d‟un site Web en Java repose sur ces éléments que sont les servlets. Une servlet est un programme Java qui tourne sur la machine où est installé le serveur JEE, et qui est invoqué lorsqu‟un navigateur client appelle l’URL liée à ce programme [SARR 05]. Pour exécuter une servlet, il suffit de saisir une URL qui désigne la servlet dans un navigateur.
  • 12. Les JSP permettent d'introduire du code Java dans des tags prédéfinis à l'intérieur d'une page HTML. La technologie JSP mélange la puissance de Java côté serveur et la facilité de mise en page d'HTML côté client. Concrètement, les JSP sont basées sur les servlets. Au premier appel de la page JSP, le moteur de JSP génère et compile automatiquement une servlet qui permet la génération de la page web. Le code HTML est repris intégralement dans la servlet. Le code Java est inséré dans la servlet. La servlet générée est compilée et sauvegardée puis elle est exécutée. Les appels suivants de la JSP sont beaucoup plus rapides car la servlet, conservée par le serveur, est directement exécutée. Il y a plusieurs manières de combiner les technologies JSP, les beans/EJB et les servlets en fonction des besoins pour développer des applications web. Comme le code de la servlet est généré dynamiquement, les JSP sont relativement difficiles à déboguer. Cette approche possède plusieurs avantages : L‟utilisation de Java par les JSP permet une indépendance de la plate-forme d'exécution mais aussi du serveur web utilisé. La séparation des traitements et de la présentation : la page web peut être écrite par un designer et les tags Java peuvent être ajoutés ensuite par le développeur. Les traitements peuvent être réalisés par des composants réutilisables (des Java beans). Les JSP sont basées sur les servlets : tout ce qui est fait par une servlet pour la génération de pages dynamiques peut être fait avec une JSP. [JEAN 12] I.VII. Java EE, un modèle de développement : La technologie java EE est une spécification de la technologie du langage de programmation java de Sun (racheté par oracle) visant à définir un standard de développement d'applications d'entreprises «multi-niveaux», basées sur des composants. La java EE représente une plate-forme d'hébergement et d'exécution d'applications d'entreprise. Les applications d'entreprise sont souvent complexes et doivent répondre à plusieurs critères tels que : la sécurité, la fiabilité, la portabilité, la « maintenabilité », la flexibilité. La plate-forme Java EE est conçue pour limiter cette complexité en fournissant un modèle de développement, des API et un environnement d'exécution permettant ainsi aux développeurs de se concentrer sur le métier décrit dans leurs applications.
  • 13. Cette plateforme décrit une architecture qui vise à développer, déployer et exécuter des applications réparties et à haute disponibilité. Pour répondre à ces objectifs la plate-forme Java EE décrit une architecture n-tiers qui se résume en trois couches ou niveaux : Présentation, Métier, Accès aux données. [Site 4] . Java EE et l’architecture MVC : Le modèle MVC a été conçu originellement par l'équipe développant Smalltalk à la fin des années 70, le design pattern Modèle-Vue-Contrôleur est un pattern architectural qui repose sur la séparation des données (le modèle), l'interface homme-machine (la vue) et la logique de contrôle (le contrôleur), ainsi l‟application se retrouve segmentée en trois composants essentiels : Figure 1.3 : Le modèle MVC . Modèle : des traitements et des données : Tout ce qui concerne le traitement, le stockage et la mise à jour des données de l'application doit être contenu dans cette couche, ce bloc contient donc des objets Java d'une part, qui peuvent contenir des attributs (données) et des méthodes (traitements) qui leur sont propres, et un système capable de stocker des données d'autre part. . Vue : des pages JSP : Concerne l'interaction avec l'utilisateur et la présentation des données (mise en forme, affichage), une page JSP est destinée à la vue. Elle est exécutée côté serveur et permet l'écriture de gabarits (pages en langage "client" comme HTML, CSS, Javascript, XML, etc.).
  • 14. Elle permet au concepteur de la page d'appeler de manière transparente des portions de code Java, via des balises et expressions ressemblant fortement aux balises de présentation HTML. . Contrôleur : des servlets : Une servlet est un objet qui permet d'intercepter les requêtes faites par un client, d‟appeler le modèle puis de rediriger vers la vue adéquate. Il ne doit faire aucun traitement. Il ne fait que de l‟interception et de la redirection. I.VIII. Conclusion : Java Entreprise Edition a été conçu comme un environnement pour développer, déployer et exécuter des applications réparties pour le monde de l'entreprise. Ce contexte de l'entreprise se caractérise généralement par la nécessité d'assurer des niveaux de qualité de service tels que la sûreté de fonctionnement, la résistance à des charges d'exécution importantes ou encore la sécurité.
  • 15. Chapitre II : La Gestion De Production Multi-Sites
  • 16. II.I. Introduction : « La structure d‟une organisation peut être définie simplement comme la somme totale des moyens employés pour diviser le travail entre tâches distinctes et pour ensuite Assurer la coordination nécessaire entre ces tâches ». Henry Mintzberg. De tous temps, les entreprises ont dû gérer leurs productions pour imposer leur efficacité et atteindre les objectifs fixés afin d‟assurer leur survie et leur croissance. Aujourd‟hui, la perception de la gestion de la production a beaucoup évolué, [DESP 04] les entreprises sont amenées à diversifier leur activités en organisation réseau et [ISHA 10] de produire sur plusieurs sites afin d‟en augmenter la productivité et pour demeurer compétitives, cette externalisation des activités se manifeste sous la forme de production multi-site. On parle d‟entreprise multi-site lorsque les différentes activités (approvisionnement, production, distribution…) de la chaîne logistique sont effectuées dans des sites géographiquement distribués mais appartenant à la même entreprise, i.e. à la même structure juridique [GALA 07]. II.II. Organisation d’entreprises et chaînes logistiques : Une chaîne logistique peut être composée d‟une ou plusieurs entreprises qui peuvent être juridiquement indépendantes. On parle d‟entreprise multi-site lorsque les différentes activités (approvisionnement, production, distribution…) de la chaîne logistique sont effectuées dans des sites géographiquement distribués mais appartenant à la même entreprise [GALA 07]. . Support de la production multi-site : La production multi-site peut être réalisées par des réseaux ou organisations d‟entreprises, plusieurs options stratégiques peuvent être adoptées et peuvent générer une variété de formes ou modèles d‟organisation d‟entreprises illustrant la production distribuée [LONI 06]. Différentes formes de réseaux d‟entreprises caractérisent actuellement la production multi- site. Certaines sont de court à moyen terme comme les entreprises virtuelles, d‟autres ont une
  • 17. durée de collaboration plus longue comme les entreprises étendues et les chaînes logistiques [ISHA 10]. Chaîne logistique SC est un réseau d‟organisations et de processus d‟affaires permettant : l‟approvisionnement en matières premières, la transformation des matières premières en produits intermédiaires et finis, la distribution des produits finis aux clients [RA.AT 10]. La gestion d’une chaîne logistique SCM Cette gestion s‟appuie sur un ensemble d‟outils logiciels qui aide les entreprise à réagir plus vite et mieux à la demande, à garantir à leurs clients les délais de livraison annoncés ainsi qu‟à réduire effacement les coûts logistiques au travers d‟une approche globale. Les solutions SCM assurent la planification de la demande, de la distribution, de la production et aussi des transports. [Site5]. L’entreprise étendue (EE) D‟après [CHAN 05] « une entreprise en réseau est caractérisée par un mode de fonctionnement flexible où l‟activité est distribuée de façon organisée entre entreprises partenaires, fournisseurs, co-traitants, sous-traitants, distributeurs » (p 16). L‟entreprise étendue (EE) est la formation d‟une proche coordination dans la conception, le développement, le calcul des coûts et la coordination des ordonnancements respectifs de chaque entreprise en faisant coopérer des entreprises manufacturières indépendantes et leurs fournisseurs associés. Le concept d‟entreprise étendue est né des essais des entreprises, géographiquement réparties, de construire des partenariats pour gagner en compétitivité. [JA.BR 98] L’entreprise virtuelle (EV) est plutôt un réseau temporaire de compagnies indépendantes pour réaliser un produit spécifique et disparaître avec lui. Bien qu‟elle regroupe plusieurs entreprises. Eva Fueher (1997) dans [BOUA 91] définit l'entreprise virtuelle comme un réseau temporaire d'institutions indépendantes, qui à travers l'utilisation des technologies de l'information et de la communication s'unissent spontanément pour atteindre un objectif. Dans [KI.AL 06] Kim et al. Reprenant les travaux de Camarinha-Matos et Afsarmanesh dans [CA.AF 03] présentent un ensemble de mots-clés caractérisant les entreprises virtuelles : Organisation en réseau ou distribuée, Coopération et complémentarités, Organisation temporaire.
  • 18. Figure 2.1: Organisations d’entreprises en réseau Ces formes d‟organisation se sont développées surtout avec la mondialisation et le développement des technologies de l'information et de la communication. II.III. Les trois flux de la chaîne logistique : La chaîne est constituée de fournisseurs, producteurs, distributeurs, détaillants et clients. Les flux de matières premières, de produits semi finis et de produits finis ainsi que les informations permettant de les contrôler s‟écoulent le long d‟une chaine reliant les trois fonctions principales suivantes : Achat et approvisionnement, le cycle de production, la distribution vers les clients (particuliers ou magasins). Entre ces partenaires, qui composent la chaîne logistique, circulent trois catégories de flux : Des flux de marchandises (qui vont de l'amont vers l'aval), des flux financiers (qui vont en sens inverse), des flux d'information (qui vont dans les deux sens) : De l'amont vers l'aval : en suivant les flux physiques. De l'aval vers l'amont : remontée d'information en provenance du consommateur. Des contrats définissent les relations entre chaque entreprise ou acteur de la chaîne logistique. [LAUR 04]
  • 19. Figure 2.2 : Chaîne logistique et flux associés . Le flux d’information : Est l‟ensemble des transferts ou échanges de données entre les différents acteurs de la chaîne logistique et permet la synchronisation entre les flux physiques et les flux d'informations, Il s‟agit des informations commerciales (les commandes passées entre clients et fournisseurs). Les entreprises s‟échangent aussi des informations techniques (Capacités de production et de transport, informations de suivi des niveaux de stock) [D.BG.G 05]. . Le flux physique : Le flux physique est constitué par le mouvement des marchandises transportées et transformées depuis les matières premières jusqu‟aux produits finis en passant par les stades de produits semi-finis. Ce flux est généralement considéré comme étant le plus lent. . Le flux financier : Concerne les ventes des produits, achats de composants ou de matières premières, des outils de production, d‟équipements et du salaire des employés. Ce flux est généralement géré de façon centralisée au sein du service financier ou comptabilité, en liaison avec les services achats et le service commercial [FRAN 07]. II.IV. Planification Multi Site : Aujourd‟hui la gestion d‟entreprise devient de plus en plus difficile et particulièrement le domaine de la gestion de production pose de nombreux problèmes. Aussi appelée activité de planning et de contrôle de la production [GAEL 08], cette gestion est définie par [B.WU 94] :
  • 20. « La planification et le contrôle de production sont l‟application de méthodes scientifiques face à la gestion de production, où des matières et/ou d‟autres éléments, fournis à un système industriel, sont assemblés et convertis d‟une manière organisée afin d‟y ajouter de la valeur conformément à la politique de production définie. » Tout cela doit se faire dans un environnement dynamique, soumis à l‟apparition de perturbations imprévisibles (pannes de machines, grève des opérateurs, etc.), demandant une forte réactivité aux changements du système. Une organisation multi-sites est définie comme une organisation présentant une fonction centrale identifiée de laquelle certaines activités sont planifiées, contrôlées ou gérées ainsi qu‟un réseau de bureaux ou locaux (sites) au sein desquels ces activités sont en partie ou totalement effectuées [IAF 07]. La chaîne logistique se compose de plusieurs sites de production appartenant à une même entreprise, et réalisant différents types de produits. La réalisation d‟un produit nécessite une succession d‟opérations de fabrication, réalisée chacune sur un site donné [CONF 12]. II.V. Approche Décisionnel et moyens logistique : Afin de gérer la production multi-site, les entreprises se basent le plus souvent sur des approches traditionnelles qui exploitent des modèles de production plus ou moins centralisés. Des approches alternatives basées sur les concepts d‟agents ont été proposées pour gérer la distribution de la gestion des projets de production multi-sites. Dans ce contexte, la gestion des projets est une tâche difficile car il faut prendre en compte la distribution de la décision et l‟hétérogénéité qui peut exister entre les différentes applications de production des partenaires [ISHA 10]. Pour gérer leurs collaborations, les entreprises ont su mettre à leurs profits les nouvelles technologies de l‟information et de la communication en se basant essentiellement sur les technologies d‟Internet, la plate-forme JEE en est une, et de permettre une organisation en réseau. II.VI. Conclusion : De manière à demeurer compétitives, les entreprises sont amenées à organiser leurs productions sur différents sites et de délocaliser la plupart de leurs activités, ce qu‟on appelle production multi site.
  • 21. La gestion de production est de plus en plus distribuée aujourd‟hui, et manipule un nombre très important de données, elle est donc liée au système d‟information de l‟entreprise. Afin de gérer cette production multi-site, les entreprises se basent sur des modèles de production centralisés qui participent à la conception, la planification, l‟ordonnancement, l'enregistrement et la traçabilité des activités de production, le contrôle des activités de production de l'entreprise et de panne. Pour mener à bien ces différentes tâches, les entreprises s'aident d'outils informatiques, de la gestion de la production assistée par ordinateur aux technologies de gestion distribué.
  • 22. Chapitre III : Conception Et Implémentation
  • 23. III.I. Introcution : Ce chapitre aborde l'implémentation et la conception de l'application, les outils utilisés ainsi que la présentation de ses différentes interfaces pour expliquer le fonctionnement. Comme énoncé dans l'introduction, nous allons exploiter la plateforme JEE. L'intérêt porté à cette plateforme est motivé par ses caractéristiques et sa portabilité qui en découle l‟outil de soutien logistique informatique, l‟application Béton &Co et ces différentes facettes et modes de fonctionnement qui lui sont propre à travers les illustrations explicatives qui en éluciderons sont utilisation en poste réel. Pour l‟implémentation de cette application, nous avons utilisé les outils suivants (Voir Annexes) . La plate-forme Eclipse JEE INDIGO et JUNO, Le serveur Tomcat version 7 : On a choisi d'utiliser Tomcat, car c'est un serveur léger, gratuit, libre, multiplateforme et assez complet pour notre sujet. Et parce qu‟on le rencontre très souvent dans des projets en entreprise, en phase de développement comme en production. Le système de gestion de base de données Oracle Database 10g Express. Et pour la conception, l‟outil de modélisation ArgoUML. III.II. Modélisation de l’entreprise Béton &Co : Nous avons choisi le diagramme de classe car il permet de déterminer les concepts manipulés dans le site ainsi que sa structure (Voir Figure 3.a). Le diagramme de déploiement car il montre la disposition physique des différents matériels qui composent un système et la répartition des programmes exécutables sur ces matériels (Voir Figure 3.b). Le diagramme de composants car il permet de décrire l'architecture physique et statique d'une application en termes de modules : fichiers sources, librairies, exécutables, etc. et leurs relations dans l‟environnement de réalisation. (Voir Figure 3.c)
  • 24. Figure 3.a: Diagramme de classe de l’entreprise Béton &Co
  • 25. Figure 3.b : Diagramme de déploiment de l’entreprise Béton &Co Figure 3.c : Diagramme de composant de l’entreprise Béton &Co
  • 26. III.III. Présentations des interfaces : La page d‟accueil des différents utilisateurs, (Voir Figure 3.1) inclue pour : . Le client : un espace d‟authentification et un accès à l‟espace client. . Le(s) responsable(s) de site(s) : un espace d‟authentification et un accès à l‟espace responsable de site (espace collaborateur). Et pour le responsable de production, un accès privé. Incluant aussi un accès au catalogue de produits de l‟entreprise et d‟autres accès d‟ordre informatif (Historique, information sur l‟entreprise, contact, documentation, actualité … etc.). Figure 3.1 : Interface principale, Page d’accueil
  • 27. 1. Espace client : Page dédiée à l‟espace client, incluant 2 méthodes, d‟authentification et d‟inscription. (Voir Figure 3.2) Figure 3.2 : espace inscription et connexion client Une page d‟information qui confirme le bon déroulement de l‟inscription. (Attente de confirmation). (Voir Figure 3.3) Figure 3.3 : Message informatif Si le compte est confirmé le client peut désormais accédé à son tableau de bord, qui comprend un menu à 5 conteneurs (les icones en couleurs) (Voir Figure 3.4):
  • 28. Figure 3.4 : Tableau de bord client 1.1. Passer commande depuis le catalogue : Affiche le catalogue des produits de l‟entreprise, avec leurs spécifications, Permettant au client de remplir les quantités des produits qu‟il désire commander. La méthode „ajouter au panier‟ est disponible pour ajouter un produit à une commande. (Voir Figure 3.5) Figure 3.5 : Informations sur un produit sélectionné 1.2. Passer commande classique : un formulaire de commandes standard avec 2 méthodes : lancer la commande et ajouter un produit, en remplissant un formulaire. 1.3. Accueil (Voir Figure 3.4). 1.4. Informations sur le client : une page informative qui concerne le profil du client. 1.5. Modifier votre profil : Formulaire pour modifier les informations du client, une méthode pour valider. 1.6. Références produits : Affiche une
  • 29. liste de produits et leurs désignations d‟après leurs secteurs de traitement. 1.7. Contact : afin d‟envoyer un message à la direction. (Voir Figure 3.6) Figure 3.6: Messagerie 2. Accès Privé pour le Responsable De Production : Le Responsable de Production peut accéder à l‟accès privé, la page l‟invite à entrer le mot de passe (Voir Figure 3.7) pour accéder à l‟espace du responsable de production contenant une méthode d‟authentification pour le responsable de production et une méthode d‟inscription pour un nouveau lancement de l‟application. Figure 3.7: Accès à L’espace Du Responsable de Production
  • 30. 2.1.Gestion des responsables de sites : La page inclue l‟interface de gestion des profils des Responsables de Sites inscrits (Ajout d‟un Responsable de Site, modification d‟un profil, suppression d‟un Responsable de Sites). (Note : la suppression d‟un Responsable de Site ou la modification peuvent influer sur l‟accès du Responsable de Sites. notamment la possibilité de suspendre l‟accès à un responsable de Site). Formulaire d‟inscription dynamique est selon les sites inscrit par le Responsable de Production. (Voir Figure 3.8) Figure 3.8: Formulaire d’inscription d’un responsable de site Une page d‟affichage de profils des Responsable de Site Inscrit par le Responsable de Production est incluse. Et permet d‟en inscrire d‟autres. Les informations du profile d‟un Responsable de Site peuvent aussi être modifié à tout moment.
  • 31. 2.2. L’accès aux sites de l’entreprise : Cette page affiche les sites de l‟entreprise (Voir Figure 3.9) et un accès vers le Tableau de bord site correspondant à chaque site existant. Figure 3.9: Accès au tableau de bord des différents sites inscrit Exemple : Le tableau de bord du Site 1 d‟Oran (Voir Figure 3.10) comprend plusieurs accès : Figure 3.10: Tableau de bord du site 1
  • 32. 2.2.1. Site 1 : affiche des informations sur le site 1. 2.2.2. Commande local : la partie contient un formulaire d‟une nouvelle commande à remplir par le Responsable de Sites et une méthode de validation. 2.2.3. Stock ingrédients/produits : Cette page contient les informations des produis du site et une méthode „Produire‟ pour lancer une production d‟une certaine quantité, la partie contient également les informations de stock d‟ingrédient de site, une méthode „demander une livraison‟ pour envoyer une notification au Responsable de Production qui l‟insisteras à fournir le site d‟ingrédients demandés. (Voir Figure 3.11) Figure 3.11: Information Sur le stock, Ingrédients et Produits 2.2.4. Commandes Confiées : Affiche les commandes confiées, et 2 méthodes „en cours‟ pour lancer la production ou le déstockage et „signaler‟ pour rédiger une alerte au conte du Responsable de Production. 2.3. Relations clients : Cette page comporte 4 accès :
  • 33. 2.3.1. Demande en attente : inclue les demandes d‟accès à l‟espace client en attente de validation, 2 méthodes sont disponibles pour chaque demande : confirmer er supprimer. (Voir Figure 3.12) Figure 3.12: rubrique des demandes en attente 2.3.2. Clients Confirmés : contient les clients confirmés de l‟entreprise, une méthode est disponible pour afficher la fiche du client. Fiche client : la page affiche toutes les informations du client confirmé incluant 2 espaces dynamiques contenant les liens vers les commandes et factures du client ainsi qu‟une méthode pour la suppression du client. (Voir Figure 3.13) Figure 3.13: Fiche Client 2.3.3. Archives des factures : Cette partie comporte une méthode pour afficher les commandes archivées (factures).
  • 34. 2.3.4. Commandes reçues : affiche les commandes reçues pré-facturées, c‟est à dire une facture avec les montants calculés. La page affiche les informations de la commande ainsi qu‟un espace dynamique pour afficher les informations des produits commandés, 2 méthodes : Archiver et analyser. Archiver : Afin d‟archiver la commande sans réaliser de traitement, le Responsable de Production peut ainsi décider d‟externaliser le traitement de la commande pour une plus grande liberté de manipulation et la supprimé par la suite si nécessaire. Analyser : Après avoir passé l‟étape d‟analyse de la facture les résultats sont afficher sur cette page à travers des tables contenant les sous factures crée pour chaque site concerné, ainsi la commande reçu seras analysée, puis une solution optimisé est proposé au responsable de production. (Voir Figure 3.14), 2 méthodes lui sont disponibles : Envoyer les sous factures aux sites concernés : les sous factures sont envoyer au site concerné et la commande est archivé : la page affiche les informations de la commande archivée. Figure 3.14: Interface Logistique décisionnelle
  • 35. 2.4. Logistique décisionnelle : Cette page donne accès au conteneur d‟archives des Analyses (Voir Figure 3.15), et renvoie vers une page qui présente l‟archive des analyse de factures. (Voir Figure 3.16) Figure 3.15: Accès à la logistique Décisionnelle Figure 3.16: Affichage d’une analyse de factures
  • 36. 2.5. Approvisionnement : Cette page contient les ingrédients nécessaire à la production des produits de l‟entreprise, pour chaque ingrédient une interface qui contient : Exemple pour le gravier : les quantités disponibles de l‟ingrédient dans le stock principal mais aussi informe sur les commandes en cour, les quantités commander, date de livraison … etc. Une méthode est disponible pour l‟implémentation de la commande de matières premières depuis le fournisseur. La page informe également des quantités du stock de chaque site concerné par l‟ingrédient dans la conception de ces produits. Et une méthode de livraison en implémentant la quantité souhaité et livré. (Voir Figure 3.17) Figure 3.17: Interface d’ingrédients 3. Espace Collaborateur : Inscription Responsable de Production (Voir Figure 1), une méthode d‟inscription revoie vert une page incluant un formulaire d‟inscription pour le Responsable de Production, à travers le formulaire il peut inscrire son profil et informe par la suite du nombre de sites de l‟entreprise. La confirmation renvoie vers. La page affiche un formulaire pour chaque site inscrit, et permet de renseigner les informations de chaque site, tel le nombre de produits et la capacité de stockage de chaque site. Cette page contient un formulaire d‟inscription des produits de chaque site renseignant pour chacun la désignation du produit et de la capacité de production de l‟usine. (Voir Figure 3.18)
  • 37. Figure 3.18: Inscription de renseignement de produits Note : Chaque formulaire de l‟application comprend un contrôle de saisie adapté à chaque situation son expression régulière. Les langages utilisés : JEE, Java, CSS3, XML, HTML5, JavaScript, Oracle SQL, JQuery et les 4api : JDBC, JSP, Servlet, Java bean. Conclusion : A travers ce chapitre, nous avons pu voir le fonctionnement d‟un outil logistique implémenté pour la conception d‟un environnent de travail d‟une entreprise multi sites industrielle faisant face à des contraintes gérées par cette application telles que les arrivées de commandes de clients.
  • 38. Conclusion générale : Dans le contexte actuel de la mondialisation, les entreprises sont souvent distribuées. En effet, leurs activités sont réparties entre différents sites, sous forme de production multi-sites, cette solution permet de satisfaire les demandes des clients et de pouvoir survivre dans un milieu compétitif et de permettre aux entreprises d‟étendre leurs productions sur un marché économique plus large. Dans ce présent travail, nous avons montré que les spécifications JEE constituent une réponse globale aux besoins des entreprises multi-sites, améliorent les montée en charge, le nombre de connections et offrent une meilleure performance, sécurité et gestion des applications. Nous avons ainsi présenté notre site web dynamique conçu pour la gestion de productions multi sites d‟une entreprise industrielle (Béton &Co) sous Java Enterprise Edition, dans le but de gérer les différents demandes de clients, fournisseurs ou autres, ainsi que la gestion des stocks des différents sites de l‟entreprise, et autres fonctions destinées à l‟amélioration du rendement de cette entreprise. Enfin, le sens que pourrait prendre l'amélioration de l'application Entreprise Béton&CO, se placerai au niveau de l‟intégration davantage de contraintes réelles comme la date de péremption des matières premières tel le ciment, aussi d'inclure toujours plus d‟opérants dans le système d‟interaction, proposer davantage de méthodes de paiement, ainsi qu'une gestion de budgets de l‟entreprise et sa comptabilité, des modules à ajouter au fur et à mesure des besoins d'automatisme de l'entreprise. L‟ajout d‟un module nécessiterai une protection supplémentaire vue les enjeux et la nature des informations confidentielles traitées; aussi, un cryptage de données et un module de sécurité réseau seraient d‟un grand intérêt afin de filtrer les flux entrant et sortant.
  • 39. V. Annexes : Eclipse est un IDE, décliné et organisé en un ensemble de sous-projets de développements logiciels, de la Fondation Eclipse visant à développer un environnement de production de logiciels libres qui soit extensible, universel et polyvalent, en s'appuyant principalement sur Java. Apache Tomcat est un conteneur libre de servlets et JSP Java EE. Il implémente les spécifications des servlets et des JSP du Java Community Process1. Il est paramétrable par des fichiers XML et de propriétés, et inclut des outils pour la configuration et la gestion. Il comporte également un serveur http. Oracle database est un système de gestion de base de données relationnel (SGBDR) qui depuis l'introduction du support du modèle objet dans sa version 8 peut être aussi qualifié de système de gestion de base de données relationnel-objet (SGBDRO). Fourni par Oracle Corporation. ArgoUML est un outils de modélisation, un logiciel libre de création de diagrammes UML. Programmé en Java, il est édité sous licence EPL 1.0. Il est multilingue, supporte la génération de code et l'ingénierie inverse.
  • 40. VI. Bibliographie : [BOUA 91] : Hafida BOUARFA. L'entreprise virtuelle : dimension ou structure organisationnelle. Institut des Sciences Économiques, Département d'Informatique, Université de Blida - ALGERIE, Éditeur : Centre de recherche sur l'information scientifique et technique, Alger, ALGERIE (1991) (Revue). [B.WU 94] : Manufacturing Systems Design & Analysis: Context & Techniques. Springer, 1994. [CA.AF 03] : Camarinha-Matos, L. M. et Afsarmanesh, H., Elements of a base VE infrastructure. Computers in Industry, 51, 139–163, 2003. [CHAN 05] : Chantal MOREY. Livre : Processus métiers et S.I. Gouvernance, management, modélisation, édition Dunod. 2005. [CONF 12] : Trojet M., H‟mida F., Lopez P., Esquirol P. 9e Conférence Internationale de Modélisation, Optimisation et Simulation – MOSIM‟2012/06 au 08 Juin 2012 Bordeaux France « Performance, interopérabilité et sécurité pour le développement durable » Planification multi-site : Modélisation sous forme d’un problème de satisfaction de contraintes dynamiques. [DESP 04] : Emmanuelle DESPONTIN-MONSARRAT. Thèse de doctorat : Une aide à la coopération inter-entreprises pour la production à la commande. Université Toulouse III - Paul Sabatier. Le 10 décembre 2004. [DOUD 12] : Jean-Michel DOUDOUX. Développent en Java, Tutoriel en ligne, Le 10/2012. [D.BG.G 05] : C. DUPUY, V. BOTTA-GENOULAZ et A. GUINER. Batch dispersion model to optimize traceability in food industry . Journal of Food Engineering, Special Issue on “Operational Research and Food Logistics”, Vol. 70, Issue 3, pp 333-339, 2005. [FRAN 07] : M. Julien FRANCOIS. Planification des chaînes logistiques : Modélisation du système décisionnel et performance. THESE de doctorat. Laboratoire de l‟Intégration du Matériau au Système – Département Automatique, Productique et Signal, L'UNIVERSITE BORDEAUX 1 .2007. [GAEL 08] : Gaël CLAIR. Rapport de Master 2 Recherche Web Intelligence (WI) : Gestion de production par système multi-agent auto-organisateur. Université Jean Monnet et l‟École des Mines de Saint-Étienne. Le 16 juin 2008. [GALA 07] : François GALASSO. Thèse de doctorat : Aide à la planification dans les chaînes logistiques en présence de demande flexible. INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE. Le 23 avril 2007.
  • 41. [GONC 10] : Anronio GONCALVES. Java EE 6 et GlassFish 3. Edition Pearson 2010. [IAF 07] : Document d‟exigences IAF pour la certification multi-sites par échantillonnage, Version 1, le 20 Novembre 2007. [ISHA 10] : Karim ISHAK. Thèse de doctorat : Architecture distribuée interopérable pour la gestion des projets multi-sites. Application à la planification des activités de production. Université de Toulouse. Le jeudi 4 novembre 2010. [IT 12] : The IT Crew. Vulgarisation de Java EE, (http://www.the-it-crew.com/) Paris,1/02/2012 [JA.BR 98] : Jagdev, H.S. and J. Browne, “The extended enterprise- a context for manufacturing”, Production planning and control, Vol. 9 n°3, pp. 216-229, 1998. [KI.AL 06] : Kim, T. Y., Lee, S., Kim, K., Kim, C. H., A modeling framework for agile and interoperable virtual enterprises. Computers in Industry, 57, p. 204–217, 2006. [LAPO 01] : Stephanie LAPORTE, Introduction à Java, Cour de 2eme année, Lycée Louise Michel BTS informatique de gesion. 2001. [LAUR 04] : Matthieu LAURAS. Gestion des chaînes logistiques : analyse du système coopératif et aide à la définition d'indicateurs de performance. École des Mines d‟Albi/Centre Génie Industriel. Nante. Le 24 Mars 2004. [LONI 06] : LoNigro, G. M. Bruccoleri and G. Perrone, "Negotiation in Distributed Production Planning Environments", International Journal of Production Research, Vol. 44 n° 18,19, pp. 3743-3758. [RA.AT 10] : Amaar RAMUDHIN et Zied ATALLAH, SÉANCE 1 : LA CHAÎNE LOGISTIQUE, Systèmes de distribution 2010. [SARR 05] : Eric SARRION. Development web avec J2EE. Edition Digit Books. 1/11/2005. [Z.C.P 07] : Amina ZAGHBIB, Christine MICHEL, Patrick PREVOT. Organisation distribuée, mondialisation et R&D : l’accompagnement des changements organisationnels par des EIAH. 7e Congrès international de génie industriel. 5-8 juin 2007. Trois-Rivières, Québec (CANADA). [Site1] http://siteduzero.com [Site2] http://developpez.com/ [Site3] http://manu.kegtux.org [Site4] http://zakaria-diallo.com [Site5] http://www.edilogin.com