• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne
 

Réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne

on

  • 938 views

Réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne. ...

Réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne.

L'accès ouvert aux publications scientifiques était la grande affaire des années 2000. Les données ouvertes semblent devoir être celles des années 2010. Entre l'édition électronique de livres, de revues et de carnets de recherches, d'une part, et la publication de données archivistiques, statistiques, photographiques, spatialisées, temporalisées, d'autre part, s'impose une articulation étroite, astucieuse, pérenne et idéalement heuristique qui doit être inventée en coopération entre les métiers de l'édition électronique et ceux des données de la recherche, au sens large. C'est là un des fronts pionniers des Digital humanities.

Séminaire ouvert à l'ENS Cachan
2011 - 2013

Technologies de l'information et de la communication
pour la formation scolaire et supérieure
état des lieux et prospective

Responsables :
Éric Bruillard, directeur du laboratoire STEF, ENS Cachan et Institut français d’éducation
Joël Boissière, service innovation, direction de la stratégie, Caisse des Dépôts
le jeudi de 18h à 20h
ENS de Cachan, Pavillon des jardins

Présentation

Ce séminaire a pour objectif de fournir un lieu et un moment de présentation et d'échanges afin de faire le point sur la place des TIC en éducation (enseignements secondaire et supérieur), d'une part à l'ENS Cachan, d'autre part au plan national et international, ainsi que de proposer des balises sur l’avenir proche. Il est largement ouvert à toutes les personnes intéressées.

Une alternance entre des séances transversales et des séances consacrées à des disciplines scolaires et universitaires est prévue. Dans chaque cas, nous essayerons de produire des synthèses disponibles une semaine avant la séance prévue, afin de partager des éléments d’information et de réflexion. Chaque séance a pour vocation à donner aux participants une vision sur les grandes problématiques du moment, l’idée étant de croiser les approches et les regards sur une question, les intervenants pouvant être chercheurs, institutionnels ou appartenant au secteur privé. Chaque séance comprendra une mise en perspective de la problématique, deux ou trois interventions complémentaires sur le thème. Le format séminaire impliquant une totale liberté des échanges, les intervenants s’exprimeront en leur nom propre.

Statistics

Views

Total Views
938
Views on SlideShare
739
Embed Views
199

Actions

Likes
3
Downloads
8
Comments
0

2 Embeds 199

http://www.scoop.it 198
https://twitter.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne Réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne Presentation Transcript

    • Quelques réflexions éditoriales sur l'administration de la preuve en ligne Marin Dacos – CNRS Directeur – Centre pour l’édition électronique ouverte 14 novembre 2013 (cc) http://www.flickr.com/photos/carac3/6310479518/
    • D’où je parle
    • Revues.org 400 journals Calenda 20 000+ events Hypotheses 700+ blogs OpenEdition Books 1000+ books
    • • Je ne suis donc pas spécialiste des données • J’ai une expérience de 14 années de travail autour de l’édition électronique
    • Je vous propose un premier détour autour de la définition des Humanités numériques…
    • 1. Définition 2. Situation 3. Déclaration 4. Orientations
    • 1. Tournant numérique 1. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.
    • Un demi-siècle d’expérimentations 4. Nous constatons : - que se sont multipliées les expérimentations dans le domaine du numérique en Sciences humaines et sociales depuis un demi-siècle. Qu’ont émergé, plus récemment, des centres de digital humanities, qui sont tous, à l’heure actuelle, des prototypes ou des lieux d’application spécifique d’une approche des digital humanities ;
    • Une opportunité pour le travail collectif - que le numérique induit une présence plus forte des contraintes techniques et donc économiques dans la recherche ; que cette contrainte est une opportunité pour faire évoluer le travail collectif ;
    • Des méthodes éprouvées mais… - qu’il existe un certain nombre de méthodes éprouvées, inégalement connues et partagées ;
    • Des communautés qui convergent - qu’existent de multiples communautés particulières issues de l’intérêt pour des pratiques, des outils ou des objets transversaux divers (encodage de sources textuelles, systèmes d’information géographique, lexicométrie, numérisation du patrimoine culturel, scientifique et technique, cartographie du web, fouille de données, 3D, archives orales, arts et littératures numériques et hypermédiatiques, etc.), ces communautés étant en train de converger pour former le champ des digital humanities.
    • Nous nous constituons en communauté de pratique 5. Nous, acteurs des digital humanities, nous nous constituons en communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès.
    • Une communauté sans frontières 6. Nous sommes une communauté sans frontières. Nous sommes une communauté multilingue et multidisciplinaire.
    • Nos objectifs 7. Nous avons pour objectifs le progrès de la connaissance, le renforcement de la qualité de la recherche dans nos disciplines, et l’enrichissement du savoir et du patrimoine collectif, au-delà de la seule sphère académique.
    • Appel pour le libre accès 9. Nous lançons un appel pour l’accès libre aux données et aux métadonnées. Celles-ci doivent être documentées et interopérables, autant techniquement que conceptuellement.
    • Appel pour le libre enrichissement 10. Nous sommes favorables à la diffusion, à la circulation et au libre enrichissement des méthodes, du code, des formats et des résultats de la recherche.
    • Une compétence professionnelle 11. Nous appelons à l’intégration de formations aux digital humanities au sein des cursus en Sciences humaines et sociales, en Arts et en Lettres. Nous souhaitons également la création de diplômes spécifiques aux digital humanities et le développement de formations professionnelles dédiées. Enfin, nous souhaitons que ces compétences soient prises en compte dans les recrutements et les évolutions de carrière.
    • Une compétence collective 12. Nous nous engageons dans l’édification d’une compétence collective s’appuyant sur un vocabulaire commun, compétence collective qui procède du travail de l’ensemble des acteurs. Cette compétence collective a vocation à devenir un bien commun. Elle constitue une opportunité scientifique, mais aussi une opportunité d’insertion professionnelle, dans tous les secteurs.
    • Les cyberinfrastructures 14. Nous appelons à la construction de cyberinfrastructures évolutives répondant à des besoins réels. Ces cyberinfrastructures se construiront de façon itérative, s’appuyant sur le constat de méthodes et d’approches qui font leurs preuves au sein des communautés de recherche.
    • And so what ?
    • Mon travail, c’est de construire un « canon à idées » … mais si cette puissance balistique est seulement au service du public, elle rate une partie de sa cible … elle doit être aussi au service de la science elle-même, contribuer à son progrès http://www.flickr.com/photos/giesenbauer/4130759704/in/faves-revuesorg/
    • Elle sera reproductible http://www.flickr.com/photos/fdctsevilla/5240408367/ Elle sera cumulative
    • Problème : cela recouvre une très grande diversité de cas de figures
    • Exemples 1999 - Eric Guichard, Ph. Rygiel Atlas de l'immigration en France entre les deux guerres Système de cartographie automatique sur Internet. 3888 cartes en couleurs et 144 tableaux à votre disposition pour décrire la distribution territoriale des étrangers dans les départements français en 1931 et 1936.
    • http://vimeo.com/user8212958/chaos-cinema-part-1
    • Dana Rappoport Chants de la terre aux trois sangs http://ehess.modelisationsavoirs.fr/ethnomus/badong/badong.html A quoi servent les Digital Humanities ?
    • Appréhender les grands corpus http://prosperologie.org/ Francis Chateauraynaud – GSPR - Prospero, l’avaleur de corpus, - Marlowe, le sociologue électronique
    • Appréhender les grands corpus Dans l’espace : les SIG Dans le temps : timeline… Dans l’espace social : analyse des réseaux sociaux Etc. http://www.youtube.com/watch?v=R8s5Qh9WDqU
    • Risque de gadgetisation et de boîte noire Le mirage de Culturnomics « Bless you » - 1850-2008 « Fuck you » - 1850-2008 1899… Ou le syndrôme de la boîte noire industrielle
    • Redéfinir le travail collectif Mais en SHS? Plozévet? Séquençage du génome humain…
    • Redéfinir le travail collectif 30 ans d’histoire pour l’enquête des TRA : enfin disponible sur « simple demande »
    • Sonal.hypotheses.org « Sonal est un logiciel gratuit de retranscription et de dépouillement d’enquêtes par entretien qui a été imaginé et conçu par Alex Alber, sociologue, enseignant-chercheur à l’université F. Rabelais de Tours (laboratoire COSTCITERES, UMR6173) et chercheur associé au Centre d’Etudes de l’Emploi. Il a fait l’objet d’un dépot à l’Institut national de la propriété industrielle. Comme son nom le suggère, Sonal travaille directement dans les fichiers sons. L’idée de base de Sonal, c’est d’utiliser l’équivalent d’un surligneur, mais sur la bande sonore, qui est représentée graphiquement. »
    • Philcarto - http://philcarto.free.fr/ http://cybergeo.revues.org/23076
    • Des usages d’identification unique faibles ou tardifs • DOI pour les articles • ID pour les datas ? • ID pour les images et cartes ?
    • Des usages de citation de données rudimentaires
    • Très peu d’embed
    • Des infrastructures rares
    • Webcite
    • Des initiatives intéressantes mal connues par la communauté
    • La plupart des instruments sont volatiles et hors du contrôle académique • Youtube ? • Academia ? • Google docs ?
    • Opportunités
    • Huma-num • Consortium Mémoires des archéologues et des sites archéologiques (MASA) • Consortium Sources Médiévales (COSME) • Consortium Cartes et photographies pour les géographes • Consortium Archives des sciences sociales du politique (Archipolis) • Consortium Archives des mondes contemporains • Consortium CAHIER - Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche • Consortium Corpus Oraux et Multimodaux (IRCOM) • Consortium Corpus Écrits • Consortium Archives des ethnologues
    • • • • • Seal of approval Good practices VCC Services spécialisés mutualisés
    • Menaces
    • Crossref Création artificielle de rareté Modèle économique vs modèle scientifique La situation actuelle est de notre responsabilité : • La communauté SHS s’est largement désintéressé du sujet • Elle réagit au lieu d’anticiper • Elle a tendance à considérer ces dispositifs comme de la tuyauterie
    • Remember Mendeley
    • Le nouveau gold rush des données http://neurobonkers.com/wp-content/uploads/2012/03/BotcottElsevier.jpg
    • Notre meilleur ennemi, c’est nous Pour réussir, nous devrons faire en sorte que le partage soit mieux récompensé que la conservation par devers soi. Cela « fonctionne » pour la publication des résultats, mais les mécanismes ne sont pas présents pour les données. Au contraire, dans bien des spécialités, partager des données est d’une grande naïveté.
    • Notre meilleur ennemi, c’est nous Certains projets de publications de données ont souffert de défaillances emblématiques: • Pertes de données • Pertes de temps • Trop faible cumulativité • Trop rares interconnexions entre les données • Individualisme forcené • Mépris de la technique (comme si l’écriture, la sigillographie, la paléographie, la diplomatique, la prosopographie n’étaient pas des techniques) • Prosélytisme halluciné de certains défenseurs des DH ramenant à la technique avant tout • Concentration du pouvoir technologique entre de trop rares mains… • Approche brouillonne et/ou dispersée… • Amateurisme… • Etc.
    • Les projets qui se sont inscrits dans la durée Index thomisticus – Roberto Busa – 1949 Gutenberg project – 1971 TEI Consortium – 1987 Humanist – 1988 Trésor de la langue française informatisé (TLFI) – 1990’s …ont quelque chose à nous apprendre…
    • Un problème de synchronisation Conditions de réussite : - que le dispositif d’édition valorise fortement les données (techniquement, visuellement, sémantiquement, symboliquement) - que le dispositif de publication des données soit assez simple et fiable pour qu’il soit intégrable facilement
    • Cela se fera rue après rue, spécialité après spécialité A chaque fois, le problème de la poule et de l’œuf se posera http://www.flickr.com/photos/23950335@N07/8290496395/in/faves-revuesorg/
    • Nous pouvons mettre des atouts de notre côté 1. • • Gagner la bataille des usages Placer l’expérience utilisateur en priorité n°1 L’utilisateur est celui qui produit, qui dépose, qui utilise, qui lit, qui cite… © http://www.modny73.com/wp-content/uploads/2013/10/ux-wheel.png Image : « The user experience honeycomb http://semanticstudios.com/publications/semantics/000029.php ©
    • Nous pouvons mettre des atouts de notre côté 2. Gagner la bataille de la reconnaissance Exemple : Projet DH Commons Exemple : Article level metrics. Vers data level metrics?
    • Nous pouvons mettre des atouts de notre côté 3. Gagner la bataille des early adopters Versus
    • Nous pouvons mettre des atouts de notre côté 4. Gagner la bataille de la coordination, donc d’un mouvement collectif plutôt que d’initiatives isolées
    • Nous pouvons mettre des atouts de notre côté 5. Gagner la bataille des outils • Pouvoir citer les données aussi facilement (d’un clic) que les références bibliographiques en ligne • Mais qui soutient Zotero en France?
    • Tout ceci nous ramène à la nécessité d’une démarche collective et consciente d’elle-même
    • Marin.dacos@openedition.org http://marin.dacos.org http://openedition.org/ http://cleo.openedition.org http://lab.hypotheses.org