MutEC 2007-2013, pourquoi nous avons inventé nos métiers
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

MutEC 2007-2013, pourquoi nous avons inventé nos métiers

on

  • 2,146 views

MutEC, acronyme de «Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus», est un dispositif de partage créé à Lyon en 2007 qui paraît un exemple emblématique de l’émergence des nouveaux ...

MutEC, acronyme de «Mutualisation pour les éditions critiques et les corpus», est un dispositif de partage créé à Lyon en 2007 qui paraît un exemple emblématique de l’émergence des nouveaux métiers liés aux humanités numériques. À l’occasion de la troisième séance du séminaire Digital Humanities de l’EHESS, le 4 décembre 2013, Maud Ingarao, ingénieure d’études à l’ENS de Lyon et spécialiste de l’édition numérique des sources textuelles à l’Institut d’histoire de la pensée classique (IHPC), a présenté cette expérience de mise en commun des compétences et des technologies, sous un titre qui indique la perspective choisie: «MutEC 2007-2013: pourquoi nous avons inventé nos métiers».

Statistics

Views

Total Views
2,146
Views on SlideShare
482
Embed Views
1,664

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

5 Embeds 1,664

http://philologia.hypotheses.org 1642
http://www.feedspot.com 17
http://feedly.com 2
http://translate.googleusercontent.com 2
http://news.google.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

MutEC 2007-2013, pourquoi nous avons inventé nos métiers MutEC 2007-2013, pourquoi nous avons inventé nos métiers Presentation Transcript

  • MutEC 2007-2013 Pourquoi nous avons inventé nos métiers
  • Une aventure modeste Un réseau informel rhône-alpin (≈ 10 personnes) A géométrie et à fonctionnement variables, selon les années, les motivations, les financements... Quelques réalisations : 2 guides, une trentaine de journées d'études, conférences et formations, quelques interviews de digital humanists... Et c'est tout ? 2/11
  • Un signe avant-coureur 2007 en France, rappelons-nous : Pas d'acteurs DH majeurs et structurants TGE Adonis : activités exploratoires (dont : financer MutEC ;) revues.org toute jeune pousse encore, pas d'openedition, pas d'hypotheses.org... Pas de Manifeste des digital humanities Pas de ThatCamp France, Pas de dh@cru.fr… 3/11
  • Pas non plus de pour échanger nos infos et opinions... 4/11
  • Besoin de collectif et de réflexivité Qu'est-ce qu'une bonne édition critique numérique ? Combien de personnes/mois pour un projet de corpus numérique de qualité acceptable ? → La constitution d'une communauté DH ne tranche pas ces questions, mais crée les lieux et les temps (les institutions) pour en discuter, élaborer les normes du métier Petit détour par la clinique du travail. Deux causes majeures de souffrance au travail : conflits de normes, qualité empêchée (cf. Yves Clot, Philippe Davezies) 5/11
  • Mal nommer les choses... 2013 : la BAP F est en cours de refonte (« gestion des données de la recherche », etc.) Jusqu'à présent : « conception rédaction de sites web », « ingénierie documentaire »... Comme si on rassemblait imprimeur, secrétaire de rédaction, infographiste, libraire, bibliothécaire sous « métiers du support papier » : inopérant ! Ces « métiers » ne nous permettaient pas de nommer notre réalité au sein des activités DH, de nous y situer et d'y progresser 6/11
  • Un petit tour des activités... Documentation (Wiki, Blog, Excel, XML...) pour les plans de nommage, journaux de numérisation, choix de métadonnées, etc. Localisation et référencement des sources (Pbs de droits / négociation avec les ayants-droits — textes tombés ou non dans le domaine publique, textes réédités, Trouver ou créer les notices) Récupération des données (Règles de transcription, Numérisation + OCR, Traitement des images pour optimisation de l’OCR : images bitmap (noir et blanc), Pour obtenir les différents formats nécessaires (tif, jpg, pdf), Stockage) Choix de standards internationaux d’encodage et de stockage adaptés (Facsimilé multipages => METS (XML), Archives => EAD (XML), Textes / Textes et facsimilé => TEI (XML), Extrait de texte, inventaire, prosopographie => BDD XML ou RDF ou MySQL …) Outillage de l’analyse des données/des textes (Moteurs de recherche, Outil pour l’analyse complexe de grand corpus : TXM, etc.) Conception (conception/maquettage/architecture de l'édition numérique) Tests et choix de techno —CMS ou from scratch— Développement extraction (php si CMS avec BDD mysql, Xquery si BDD XML, etc.) Développement front end (mise en forme et intégration : HTML 5, CSS) 7/11
  • Découvertes et idées forces 1 ingénieur / 1 projet : structure-piège. Cf. peer programming, travail en binôme et en séminaire. → Pluralité des expertises nécessaire dans le numérique car il y a plusieurs couches superposées de « code » dans un même objet numérique : structuration logique, algorithmes et calculs, logiques documentaires, logiques éditoriales, design et IHM, gestion, stockage et suivi des données... → Qualité = multiplier les points de vue sur l'objet numérique : un.e ingénieure seul.e ne peut pas bien tenir tous ces points de vue à la fois. → Mais ≠ spécialisation : c'est même le contraire, à plusieurs on peut rester à niveau sur plus de choses : OAI, HTML5, aspects légaux... « site web » = mot-piège → objets (scientifiques, éditoriaux) à identifier « outil » = encore un mot-piège : quelles opérations veut-on faire ? La solution est-elle un logiciel (au sens algorithme+GUI), de la « glu logicielle » entre plusieurs briques, le développement d'une api ?... → Aux ingénieur.es de faire des choix en fonction de la tâche à outiller et des ressources existantes 8/11
  • Dates clés 2007 : Unité numérique (ENS LSH) et SID (ISH) décident de coordonner leurs activités « éditions critiques et corpus numériques ». Dépôt d'un projet en 4 volets auprès du TGE Adonis, qui est alors encore financeur de projets. 2008 : MutEC est lancé sur financements Adonis : ateliers gestion de projet et retour d'expériences, ateliers logiciels, base de connaissance, ateliers formations 2008 : MutEC rencontre le Projet Plume et inscrit son activité Ateliers logiciels dans Plume : MutEC créée et anime la thématique « Sciences humaines et sociales » de Plume. 2011, 2012 : financements région Rhône-Alpes pour poursuivre ce travail d'animation 9/11
  • Principales réalisations Ateliers gestion de projet et retours d'expériences, conférences-démos : http://www.mutec-shs.fr/?q=ateliers-gestion-de-projet-0 http://www.mutec-shs.fr/?q=conferences-demos Base de connaissance : http://www.mutec-shs.fr/?q=guides-Mutec Formations : http://www.mutec-shs.fr/?q=formations Ateliers logiciels → animation SHS Plume : https://www.projet-plume.org/search/apachesolr_search/?filters=language%3Afr%20tid%3A385 10/11
  • Aujourd'hui & demain MutEC 2014 : plusieurs conférences déjà programmées (Julia Flanders en février...), plusieurs formations organisées : TEI Expert (odd, Roma et autres TEI Tools), Oxygen expert (programmation de hooks, etc.) MutEC suivra et s'adaptera au paysage : création des consortiums (CAHIER, etc.), structuration d'HUMA-NUM (Isidore, Grille...) En parallèle : activités de l'AHN, en particulier le Kit Corpus, l'entrepôt OAI... grâce à un vrai appui informatique : Le Centre Blaise Pascal de l'ENS de Lyon, qui nous fournit un lieu de séminaire informatique hebdomadaire, des « paillasses numériques » à volonté et une aide au prototypage pour les solutions concluantes. 11/11