Journée d'échange sur le patrimoine subaquatique unesco 2013

3,756 views
3,682 views

Published on

Document de conférence concernant la protection du Patrimoine sous Marin.

Published in: Education
1 Comment
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
3,756
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
1
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Journée d'échange sur le patrimoine subaquatique unesco 2013

  1. 1. UNESCO, PARIS 27 Mai 2013Journée déchange sur le Patrimoine culturel subaquatique et le futur de laconvention de 2001.Mr Xavier Nieto, Directeur du Musée National dArchéologie subaquatique dEspagne.Les voyages de découverte des explorateurs espagnols sont à lorigine de nombreuxitinéraires maritimes, bien que les routes exactes soient difficiles à déterminer car les localisationsétaient assez aléatoires. Ces échanges de matières et denrées ont été très prolixes et il existe denombreux trésors liés aux bateaux de cette Nation. LEspagne a ratifié la convention UNESCO de2001 et la Loi espagnole spécifie que la propriété des biens subaquatiques lié au pays resteentière, quils soient extraits ou quils soient toujours en place. Des stages internationaux ont étéorganisés pour la formation darchéologues des pays Amérique du sud car dans toutes les Mers,du Mexique au sud du continent on peut retrouver des marchandises et contenants dépoquestrès anciennes. Le Musée de Cartagena montrent des reconstitutions de cales et navires.Mr Marnix Pieters, Agence du Patrimoine de Flandre, Belgique.Le centenaire de la Première guerre mondiale et limportance historique et socialedes restes submergés de cette guerre.Il existe des épaves dans de nombreuses zones dEurope du Nord car cest une guerrequi a impliqué les Armées de plusieurs pays. Des visites sont possibles dans des cimetières etlieux de Mémoire de cette guerre. Des commémorations sont toujours célébrées de pars lemonde. Un aspect très important de cet événement guerrier est celui des batailles navales. Lesports belges ont été concernés ainsi que ceux de Grande Bretagne car ils ont résisté à lentré desforces allemandes. Les sources principales pour les archéologues et historiens sont les restesmatériels qui permettent détablir des faits et des dates. Cependant on souffre toujours descroyances médiévales sur la Mer. Il ny a pourtant aucune bonne raison de laisser de perdre cesépaves et résidus de combats. Allant dans le sens du rôle pacificateur de lUNESCO on peutévoquer que "Ceux qui ne connaissent pas leur Histoire sont voués à la reproduire". LEducationest un volet important des projet liés à cette guerre. En particulier les projets qui lient les restesarchéologiques et les actions dEducation.Mme Eliane Martinez, Directrice du département darchéologie de la commission duPatrimoine culturel de la Nation, Uruguay.La Mer dUruguay, côte oriental du fleuve La Plata.Cest un zone assez dangereuse et nombreuses sont les épaves maritime. Dès les années1521 les explorateurs ont débarqué et fait escales pour des trajets vers lintérieur du continentpar le fleuve La Plata. Cet itinéraire mis à jour les territoires et ainsi le projet de route vers louestvu le jour. LEspagne colonisait lAmérique du sud pendant que le Portugal mettait le pied enAfrique. Le fleuve La Plata constitue le lieu le plus important du Patrimoine subaquatiquedUruguay. Le petit territoire maritime maritime dUruguay regorge de restes archéologiques quisont dans un très bon état du fait de la faible salinité de leau.
  2. 2. Mr Mariano Aznar, Professeur de Droit à lUniversité Jaume I de Castellòn, Espagne.La présentation concerne les aspects juridiques et les solutions possibles quand à laproblématique internationale du Patrimoine subaquatiques.La convention établie la responsabilité de protéger le Patrimoine subaquatique. Il fautégalement organiser le contrôle du trafic dobjets qui ont été prélevés sans autorisations. Riennaffecte la propriété des effets subaquatiques. Un article décrit la possibilité de préserver maiségalement de disposer du Patrimoine sous marin.La convention UNESCO est établie sans porter préjudice aux Droit de propriété ni au traitépréalable sur le Patrimoine sous marin, sans oublier la convention Internationale des NationsUnies sur la Mer. La convention doit être interprété et appliquée en fonction des Lois existantes.Cest un mécanisme scientifique de coopération pour résoudre des doutes sur les possibilitésdactions pour préserver le Patrimoine sous marin. Les actions doivent être autorisées, enconformité avec la convention et effectuées de manière à préserver les objets concernés. Il estégalement indiqué que la convention ne doit pas servir à augmenter les Droits dun pays sur unautre dans le cadre du Patrimoine sous marin. Les actions de protection devraient donc êtreorganisées de concert pour les zones proches et dintérêt archéologique.Il y a en particulier le cas dun bateau espagnol coulé au sud du Pays. Lobligation decommuniquer la découverte dun navire situé en haute mer implique de convenir dun projetorganisé en Etats, mais ne change rien à la reconnaissance de la propriété du bien. En revancheles découvertes dans la zones maritimes côtières ne donnent pas lieu à discussion. Dans le cas deprojets conjoints, les Etats devraient œuvrer pour la protection des objets et navires découverts.De nouveaux accords devraient être conclus pour faciliter les futures explorations et actions depréservation.Mr Christopher Underwood. Société dAchéologie Maritime, Angleterre.Le patrimoine sous marin doit til être secret ou accessible?Faut til donner laccès aux vestiges sous marins aux plongeurs et sexposer au pillage? Ilest clair que les annonces des découvertes nautiques sont très suivies par les médias etpopulaires. On observe également que les personnes possédant des objets relevant duPatrimoine en profite pour faire des affaires et cela augmente la valeur marchande des objets.On observe également que la découverte des vestiges au large dAlexandrie a été lobjet denombreux communication de la part des médias. Si lon considère que seulement un quart de lapopulation anglaise peut se déplacer et visiter des sites subaquatiques, on peut dire que 24%des personnes considérant que les sites sous marins sont très intéressant représente un fortpourcentage. Actuellement les indications en bord de Mer sont peut être trop portés verslexplication de ce que le public peut observer, et pas assez de ce qui est sous la Mer. Unexemple de Port Jamaïque montre que la possibilité de visiter la cité engloutie est un privilègepour les participants et constitue un intérêt économique pour a population locale.Il faut par conséquent augmenter les possibilités de coopération et dimplication des forceslocales de Police pour la conservation des sites.Mr Jasen Mesic, conseil consultatif scientifique et technique, Croatie.Les découvertes dans la Mer Adriatique montrent limportance des routes maritimes danscette régions qui a été le lieu de nombreux mouvements de civilisations et déchanges. Cinq centsites enregistrés et cent sites archéologiques inscrits sur la liste du Patrimoine Culturel croate.Parmi ces sites une partie sont visitables avec des plongeurs certifiés et dautres sous lasupervision dexperts. Cependant il ny a que peu de protection policière. Il faut observer que lameilleure protection sorganise parmi la population qui est liée à lactivité de visite touristique car
  3. 3. leur avenir professionnel en dépend. La difficulté de préserver le patrimoine sous marin vient dufait du nombre et du manque de budget pour sortir ces objets et les exposer dans des Musées.Lexpérience sur lactivité de visite sous marine montre que les centres de plongée participent à lapréservation des sites et un pourcentage de leur recette revient au Ministère de la Culture. Il estimportant que les représentants du Ministère de la culture puissent identifier, localiser et préparerla protection de nouveaux sites car tôt ou tard les activités libres de plongé découvriront ces lieuximmergés. Sans organisation de la protection on peut redouter que ces visites ne conduisent àlappauvrissement des sites. De nombreux pays en bord de Mer cherchent à développer delactvité autour des sites archéologiques en liant la population et préserver cet héritage National.Il faut noter que la volonté de ces Etats est en même temps de développer cette activité,protéger les sites et transmettre cet richesse. Il faut donc créer des modèles fiables dactivité.Mme Joan Porter Maclver, Directrice exécutive, Honor frost foundation, Angleterre.Cette fondation sponsorise des actions liées au Patrimoine subaquatique. Mme HonorFrost a été lune des pionnières de la recherche archéologique sous marine. Des prix ont étéattribués à des chercheurs pour des projets qui sont en accord avec la convention de lUNESCO.Mr Emad Khalil, President dICOMOS-ICUCH, Université dAlexandrie, Egypte.Lenseignement universitaire de lArchéologie subaquatique.Lenseignement est partagé entre les ONG, les Université et les actions locales. Danstreize pays la formation universitaire est possible dans le domaine de la protection du patrimoinesous marin. Il est important de poursuivre trois buts, Compréhension, Appréciation etPréservation de lHéritage culturel sous marin. Léducation collaborative est présente dans sesformes formelle et informelle dans les projets avec les ONG et les Etats. Très peu de programmesde formations ont été établis entre Académie et Universités pour le champ de lArchéologie sousmarine. Un Diplôme de haut niveau a été créé pour le Patrimoine culturel sous marin par lacollaboration entre lUNESCO, différentes Universités et Académies.La convention de 2001 et les questions pratiques communes ou émergentes autourde larchéologie sous marine.Mme Carmen Garcia Rivera, Institut Andalou du Patrimoine Historique.Des entreprises commerciales de recherches sous marine font des recherches en eaux profondesdans le but de récolter et vendre les objets découverts.En Espagne, et en particulier dans les eaux Andalouses, le Patrimoine sous marin est trèsimportant. Les Ministères concernés sont saisi de la problématique de Protection, identification etlétablissement dun outil cartographique afin dorganiser ce projet. Il y a environ cent sites aprotéger et ils sont placés sous la plus haute juridiction possible. Ces dispositions sont renforcéespar des moyens techniques de terrain afin de connaître la situation en temps réel des visites surles sites. Une exploration américaine, sous contrat dun Ministère britannique tenta de renflouerun bateau anglais coulé dans les eaux de Gibraltar. Le projet fut demandé à cette compagnie etfinalement refusé car il violait la convention et les Lois espagnoles.
  4. 4. Mme Elianne Martinez, Dir Dep Arch, Uruguay.Les défis dans les eaux sud américaines.Le pays joui depuis plusieurs décennies de réglementations protégeant le Patrimoinesous marin. Pendant une certaine période les entreprises ont exploré les zones archéologiquesdans un but commercial à cause de Lois permissives. Il était important de renforcer le dispositiflégal afin de mettre sous protection les objet et navires présents dans eaux territoriales. A partirde 2006, les projets dexploration sous marines provenant dentreprises ou de particuliers furentrefusées. Ce travail de longue haleine donne ses fruits par la protection des objets encoreenfouis.Mr Kenji Nemoto, Université de Tokai, Département de Sciences Marines et Sciencesde la terre, Japon.La trouvaille dune légende - la découverte de la flotte Kublai Khan au Japon.Lempire mongol a attaqué plusieurs fois le Japon, mais les détails de la flotte étaientfloux. Environ mille vaisseaux ont coulé dans les eaux japonaises sur les 4400 déployés dans lazone. La flotte embarquait 140000 soldats mongoles. Les bateaux trouvés à Imary Bay mesurent27 mètres et sont enfouis sous la vase. Un premier bateau fut trouvé mais cétait uneembarcation faite daluminium, très récente. En fait, 142 points de réflexion radar anormauxfurent identifiés. Un sol volcanique agé de 7300 ans était connus, donc les restes de bateauxpouvaient se trouver à quelques mètre au dessus de ce sol. Ainsi il nest plus nécessaire desoccuper des traces radars en dessous de 10 mètre. Les réflexions de matériaux modernes etautres péripéties marines ont été identifiées et il fallait ensuite étudier onze sites. Ceux-ci étaientcouverts dune boue épaisse et laspiration crée un brouillard rendant impossible la cartographiemarine. Enfin, une solution fut envisagée pour couvrir la zone avec un balayage acoustique pourrepérer des signaux anormaux. La recherche sur une zone précise montrait un matériauxcomposant un canon mongole et des briques chinoises. Un point particulier promet dêtre le plusgrand vaisseau, long de 40 mètre. Il est un peu à lécart et doit être renfloué.Mr Osama El-Nahas, Directeur général du département du rapatriement desAntiquités, Ministères des Antiquités, Egypte.Le projet du Musée subaquatique à Alexandrie.Les découvertes les plus récentes du port dAlexandrie ont été remontées et ce qui resteau fond est très lourd. Le site pré-Alexandrie, à lest de la ville actuelle, regorge de vestigesquasiment intactes. Après avoir envisagé un projet de Musée subaquatique, il est probable quecest une citadelle médiévale qui pourrait être utilisée pour expliquer lhistoire plutôt que recevoirles pièces archéologiques mises à jour. Lexposition dAlexandrie a déjà voyagé à travers lemonde.Lopposition de la convention de 2001 au pillage et à lexploitation commerciale duPatrimoine.Mr Andreas Olsson, Musée Nationaux, Stockholm, Suède.Les eaux intérieures - épaves, lieux de sacrifices et sites lacustres en ScandinavieLes pièces deau et les endroits vaseux sont très propices à la bonne préservation desobjets anciens car ils sont pauvres en oxygène. Ainsi, les découvertes relatives aux Viking et aux
  5. 5. bateaux sacrificiels sont en bon état. Les "Bog boddies" sont des corps conservés par le temps etles éléments. Ont trouve également des bateaux appelés bateaux longs visiblement fabriquésune pièces dans un tronc. Un port viking situé en dehors de Stockholm, sur un lac à lOuest esttrès bien conservé et pratique à investiguer. Sous seulement deux mètre deau claire les piècesconcernant la vie quotidienne, les parties de bateau, les ossements et parties non-organiquessont en bon état. Des céramiques sont présentes, mais à seulement 7% en comparaison desautres trouvailles.Mme Elisa De Cabo de La Vega, Direction du Patrimoine historique à Cadix, Espagne.La protection difficile du Patrimoine submergé en Espagne et en Amérique Latine.Mr James Good, avocat pour laffaire du bateau en Espagne.Les médias américains ont relatés la découverte dOr et dArgent au large de Gibraltar. Letransport de ce trésor vers la Floride a donné lieu à la plainte concernant le pillage de lépave.Une bataille avait donné lieu au coulage de cette cargaison par des bateaux anglais et espagnols.Le problème de départ pour linvestigation était que le bateau était non-identifié, cest à dire quelon ne savait pas sil était français, anglais, espagnol ou portugais. Cependant il fut évoqué lapossibilité que ce soit le vaisseau "Mercedes" qui avait été coulé par explosion. En fait, rien nemontrait la présence dun bateau selon les explorateurs mais selon eux il sagissait plutôt dunecargaison tombé à la Mer. Des canons présent au fond de la Mer prouvait lorigine espagnole duvaisseau car ils sont également présents dans les Musées. La liste dembarquement indiquait laprésence de deux canons dont les poignées représentaient des dauphins et ils ont été retrouvés.Un renfort de pont métallique, situé près des canons fut analysé comme une preuve delexplosion comme cause du coulage de ce bateau. En fait un boulet canon fut lancé vers la caledu vaisseau commerciale "Mercedes" et celui-ci vint percuter des barils de poudre noire quiprovoquèrent la dislocation de la structure. Le retour des trouvailles sous marine fut organiséaprès le procès. Cependant le cas nest pas encore clos car linventaire de lentreprise était fauxet dautres épisodes judiciaires vont suivre.Mr Ricardo Duarte, Université Edouard Mondlane, ICOMOS. Comité International pourla protection du patrimoine culturel subaquatique, Mozambique.La protection en Afrique et la stimulation de la recherche scientifique.En Afrique et dans les Mers aux alentours les recherches scientifiques sont rares et les activitésdexplorations ont plutôt été orienté vers la vente des pièces archéologiques. Les routescommerciales entre lAfrique et lAsie ont disséminé des denrées, des monnaies et dautres objetssubmergés. Des recherches a but commercial sont en cours actuellement mais il ny a pasdintervention coercitive contre le pillage dun Galion portugais du 16ème siècle. Lîle duMozambique qui détient cet héritage culturel du commerce maritime ne dispose pas deprotection, et le site nest pas classé. De plus, une fois le pillage effectué il ny a pas de suivi surlétat et la conservation des traces archéologiques. Par conséquent ces actions laissent lhistoirelocale avec ses lacunes et ses distorsions. Il y a des exemples de travail en coopération aveclAfrique du sud.Publié par RDM-ROW sur http://slideshare.net/reporter Dominique Deschamps

×