Forum du GFII Paris 2013Industrie de linformation: accélérateur de croissance.Lidée de lorganisation du forum est survenue...
étapes du développement. La cartographie permet de mieux connaître le territoire concerné danschaque domaine dactivité din...
Le E-PLU permet par exemple danalyser lurbanisme en 3D. Le grand public est encouragé àutiliser cette possibilité.Des co-p...
Marché de linformation: 370 milliards de dollars au plan mondial. Les Micro processeurs 302milliard de dollars.36 milliard...
Thême du développement potentiel de lOpen Data.LOpen Data est à lordre du jour des collectivités locales. Il sagit de mett...
parfois accepté pour des documents gérés par un éditeur. Les Institutions sont en déficitdindexation douvrages dans les ba...
déviter limpression de dizaine de documents. La librairie PDF peut être indexée et les recherchesvalides dans ces document...
investir dans la produire du matériel ou inversement car lessentiel est de maintenir le lien aveclutilisateur. Dans cette ...
Mr Patrick Weil.A toujours été partisan dun programme déducation en anglais pour des américains à SciencesPo Paris. A léco...
français est la deuxième langue parlée dans le monde et la France est la deuxième destinationtouristique dans le monde.Le ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Forum du GFII paris 2013

316

Published on

Forum de l'innovation technologique lié à l'internet.

Published in: Technology
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
316
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Forum du GFII paris 2013

  1. 1. Forum du GFII Paris 2013Industrie de linformation: accélérateur de croissance.Lidée de lorganisation du forum est survenue lors de lassemblée générale. 21 partenairesextérieurs, Institutions et Presse. Quatre conférences plénières et dautres séances thématiquesen deux jours.Linformation au service de la performance et de linnovation.Mme Modane Marchand, Thomson Reuters. Mme Françoise Colaïtis, CAP Digital. Mr Gilles Garel,CNAM. Mr Bertrand Piechaczk, Bretagne Développement Innovation.Gilles Garel: cadrage théorique de linnovation.Travaux de recherche dans le domaine de linnovation en lien avec linformation.Conception réglée, conception innovante.Linnovation intensive: elle se généralise et devient fréquente. Entre 1945 et 2010 Renaultmettait sur le marché un modèle nouveau tout les quatre ans, à présent cest huit modèles paran. Au niveau smartphone lavance technologique innovante est cruciale.Linnovation identitaire: lobjet change didentité, il est consommé différemment et cest le thèmedes recherches des Entreprises. Le téléphone dApple est devenu autre chose quun objet servantà téléphoner, il invente des services et des moyens daccès aux ressources dinformation. Lamontre Swatch a également rénové le thème de la montre et a produit un changement dans lafaçon de présenter ce produit. Une foule dexemples montre que lidentité des objets usuels etdes pratiques denseignement sont modifiées par le dépassement des règles qui régissent lesusages. Travailler sur le changement didentité des objets cest cherché à briser les barrières desutilisations habituelles pour apporter de nouvelles possibilités intégrés aux mêmes objets.Il ne sagit pas uniquement dinventer des usages, mais de réinterpréter les concepts des usagesconnus.Par exemple la poële Tefal, toujours produite, a bénéficié des nouvelles capacités de calcul eninfluençant également les conception de familles de nouveaux produits. Les idées innovantes neviennent plus uniquement des chercheurs internes mais de la collaboration avec les clients, lesfournisseurs, les communautés dintérêt etc...En créant des outils 3D on peut également ouvrir les possibilités dexpérimentations qui ouvreelles-mêmes de nouvelles voies de recherche.Bertrand Piechaczk.Le développement et linnovation dans la région Bretagne suscitent des recherches, des études etdes enquêtes. Il sagit aujourdhui de communiquer sur une bonne pratique concernant lacartographie des laboratoires, de leurs savoirs faire, des équipements et de leurs relationsprofessionnelles.Il fallait croiser cette recherche avec les valeurs économiques locales en sappuyant surlEcosystème de la région. Les structures de financement permettent de soutenir différentes
  2. 2. étapes du développement. La cartographie permet de mieux connaître le territoire concerné danschaque domaine dactivité dintérêt économique et en terme de compétence.Lors dimplantation de projets par des entreprises, les outils de recherche dinformationpermettent de proposer des partenaires locaux afin de pousser les retombées locales de lactivité.Smart Spécialisation Strategy est une règle européenne insufflée par la Communauté Européennepour lattribution de financements.Françoise Colaïtis.Expérience du Pôle de compétitivité Cap Digital (plus de 700 membres, soutient à la croissance,au développement, et à dautres aspects de lactivité). LADN de cette activité est travailler sur lesecosystèmes et sur la consolidation des plate-formes. Le focus de Cap Digital concerne tout lessecteurs impactés par les changements liés à linformation. Il y a des invariants dans linnovationet les cultures de la curiosité et du territoire font parti du jeu. Léconomie collaborative influenceégalement les recherches du Pôle. Les chaînes de valeurs sont remise en question car lesconsommateurs deviennent acteurs et créateurs de contenu. Les Start-up sont très dynamiquesdans cette création par la légèreté de leur structure. Linnovation est générée dans les filières etégalement par les technologies elles-mêmes inventées par cette innovation.La croissance sorganise par des plate-formes qui offre un site de regroupement dutilisateurs.Ceux-ci sont ainsi disponibles et demandeurs de nouvelles utilisations et applications.Mme Mondane Marchand.Thomson Reuters travaille dans le domaine de linformation et de linnovation par la diffusion decontenu à linternational. Les usagers doivent pouvoir accéder à linformation partagée et profiterde linnovation et de son évaluation. Les sociétés et Institutions clientes sont demandeuses delefficacité en terme de découverte, développement et délivrance de linformation qui sont lestrois orientations de lactivité de Thomson Reuters.La globalisation, linteropérabilité, la portabilité, la qualité font parti de cette route verslinnovation permanente et partagée.On part du principe que lon ne peut pas servir laccès à linformation de la même façon selon letype dutilisateur et ses propres buts. On entend par là que le contenu et linteropérabilité delinformation sont liés à lidentité du client de celle-ci.Recherche IGN et axes innovants: 70 personnes dans 5 laboratoires.Les buts sont opérationnels et opératoires. Il sagit atteindre des objectifs concernant la mise àdisposition des données géographiques. En outre, la pratique des réseaux GPS permet de mieuxconnaître les phénomènes atmosphériques car il a été observé une part derreur dans lepositionnement causé par la pression de lair. La cartographie des habitats permet daméliorer laconnaissance des espèces animales et végétales présente sur chaque secteur. Il se poseégalement la question de la date de récolte de donnée lors détablissement des cartes anciennes.Le temps de la base de données est différent du temps du Monde.Pour les services à la carte, le ScanExpress permet de produire des cartes automatisées à 95% etactuellement disponibles pour les professionnels. Le but est de pouvoir superposer les donnéesde lEntreprise avec celles de lIGN.
  3. 3. Le E-PLU permet par exemple danalyser lurbanisme en 3D. Le grand public est encouragé àutiliser cette possibilité.Des co-productions avec la Poste et des partenaires Institutionnels sont envisagées.Marché mondial de linformation professionnel: spécificités sectorielles etgéographiques.Mr Eris Brégand, TEMIS.Suppression des frontières entre les contenus: notion de structuration et modélisation delinformation. TEMIS est une entreprise pionnière dans lenrichissement des contenus. 60% duchiffre daffaire est réalisé hors de France. Les pionniers de linformation scientifique utilisent latechnologie sémantique proposée. 46% des éditeurs scientifiques enrichissent leur contenu. Cestà dire que lanalyse des termes dune phrase permet dextraire le sens et créer un niveaudabstraction. Cette technologie porte le nom dextraction de méta-données. Ceci permet de relierles termes à dautres sites dinformation dans les domaines plus précis. Exemple: molécules,maladies etc...La liaison des termes avec dautres documents traitant du même sujet permet de comparer descontenus en enrichissant ses connaissances.La fonction analytics permet didentifier tout les documents similaires en terme de contenu.Lensemble des fonctions denrichissement permet de rendre les contenus plus attirants et fournirdes fonctions de visualisation supplémentaires. Il sagit de garder le visiteur et créer par là mêmela fonction de publicité.La fonction "surligneur" permet didentifier les termes selon des sélections. Il est possibledaccéder à des liens externes du fait de lanalyse de contenu. Cest particulièrement intéressantpour le domaine médical et lanalyse des radios.Kate Arnold, Bibliothèques Universitaires anglaises.Point de vue de lutilisateur dans les librairies anglophones. Dans on domaine dactivité Katesemploie à la mise à disposition de données médicales pour les praticiens et les patients. Laproblématique durant les cinq dernières années est la perte de postes dans les Médias et dautressecteurs. Sil ny a pas suffisamment dadhérents dans les associations elles ferment et leuractivité est perdue. Actuellement, avoir un espace physique pour une Bibliothèque est devenualéatoire. Chacun peut transporter ses documents et publications sur un ordinateur personnel.Les Bibliothèques spécialisées sont confrontées aux mêmes problématiques dans le mondeentier. SLA est une association des Bibliothèques spécialisées qui peuvent adhérer à des groupesdintérêts spécifiques ou des groupes généralistes afin délargir leur relations. Il y a trois activitésprincipales, Apprentissage, Création de relations (networking) et Défense de lactivité desBibliothèques.Il y a un enjeu de prouver la valeur de lactivité de professionnel de linformation.Mr Nicolas Bombourg, Exploitation du web ouvert.Les clients de Reportlinker sont majoritairement américains. Google est le moteur principalexploitant les recherches et les documents anglophones. Les documents doivent être originaux etnon dupliqués pour être validé par ce site. La particularité dune solution dinformation quimarche est de proposer une solution originale, non concurrentielle qui optimise des fonctionsopérées manuellement.
  4. 4. Marché de linformation: 370 milliards de dollars au plan mondial. Les Micro processeurs 302milliard de dollars.36 milliard de dollars dans linformation financière temps réel, cest à dire de lautre du millièmede seconde. Pour le back office et linformation scientifique cest respectivement 34 et 22 milliardde dollars. 16 milliards de dollars pour le secteur juridique. Le secteur suivant concerne lasolvabilité des entreprises.Si on analyse le marché global on a une dizaine dacteurs principaux et internationaux, puis lemarché National se réparti entre plusieurs intervenants.Les stratégies traditionnelles sont communément un captage du work flow (habitudesprofessionnelles) des utilisateurs plutôt quune proposition particulière. Ces éditeurs sont plus dessociétés de service que des créateurs. A lheure actuel aucun éditeur professionnel ne peutraisonnablement prétendre proposer lensemble des informations dans un secteur professionnelou de lensemble des domaines de linformation.Pour le champs de la propriété intellectuelle, la problématique a migré vers le concept de licenceet cest dans ce cadre que se règle les transactions autour de la diffusion des œuvres (du moinsdans sa partie légale).Dans le cadre de linformation financière la compagnie Bloomberg a récemment supplantéThomson-Reuters avec un chiffre daffaire de 5 milliards de dollars.Alors que les activité Business to Business et Business to consumers nétaient pas différenciés onne pouvait pas vraiment évaluer chaque activité. Suite aux aléas des transactions certainescompagnies ont choisi de spécialiser leur activité et parfois simplanter aux USA pour acquérir desparts de marché.Une évolution des tendances confirme que les éditeurs professionnels se nourissent despublications présentes sur le web ouvert.On assiste à une croissance exponentielle des articles scientifiques publiés et la tendance vaperdurer.Depuis vingt ans les éditeurs proposent des outils de gestion spécifiques, mais la technologieCloud remet en cause ces outils par le développement en SAS, cest-à-dire Software and Service.Sur linformation financière est construit lensemble du système très sensible des transactions.Linformation financière est toujours en pointe et la mise à disposition de linformation liée à uneentreprise est cruciale.Tout ce qui se négocie sur une place de marché a vocation a être publier dans le domaine delinformation financière.Il y a des spécificités géographiques dans la publication de donnés financières. Le marchéaméricain est plus porté vers une grosse quantité dinformation que le marché européen.Une spécificité américaine est le développement doutils de conformité, appelé compliance quiassurent que les transactions sont effectuées dans le cadre légal.Perspective de développement autour de lOpen Data.Le groupe de données publiques regroupe des professionnels de linformation travaillant pour laqualité et la gratuité de la mise à disposition. Sil ny a pas dinterventions supplémentaires il ny apas lieu de facturer ces données. Toutes les Institutions ne sont pas équivalentes et selon leurhistoire elles sont, ou non, habituées à la diffusion. Quels modèles économiques? Quellegouvernance, quels échanges entre Institutions? Quid des données personnelles?Open linked data permet de relier des articles afin déviter la duplication des textes. Actuellementles journalistes se penche très peu sur le sujet de lOpen Data, cest plutôt un intérêt de la partdes internautes.
  5. 5. Thême du développement potentiel de lOpen Data.LOpen Data est à lordre du jour des collectivités locales. Il sagit de mettre à dispositiongratuitement les données publiables publiquement. Un exemple est donné par une vidéo sanscommentaires pour montrer lutilisation du cadastre en ligne pour linvestissement immobilier.HBS a commencé a utiliser des informations publiques pour son activité immobilière. LOpen Datareprésente une mise à disposition de données qui sont croisées avec des ressources stables.LOpen Data sera mature quand les données seront structurées et livrées régulièrement. Cest unbooster dinnovation car de nombreux services peuvent sy créer. Chacun peut voir le travail deson prédécesseur et sen inspirer.La mise à jour est très importante, les collectivités travaillent sur ces données et ils est essentielquelles soient à jour pour lefficacité des procédures. Il ny a pas de données personnelles dansces données. Pour lagrégation des données il faut compiler plusieurs sources afin daffiner etcompléter les fichiers. Il faut également relier les données entre elles en plus de la massification.Cest plutôt dans lapplication et les utilisations des données que sera créée la valeur ajouté. Ilnest donc pas envisagé de rendre payant cet accès, le financement de ces données publiques adéjà été assuré. Une partie des compétences concerne la participation citoyenne àlétablissement des ces données.Quand une session fut organisée à Stockholm il y a quelque à lapparition de cette thématique il yavait autant dintervenants que de personnes dans la salle. A présent le sujet a été porté à laconnaissance du public et laudience est plus forte. La fonction des données est phénoménale etcest un aspect positif.A la commission européenne cest un stade de lancement et la plupart des données proviennentdEurostat. De plus les différents niveaux gouvernementaux peuvent introduire leurs donnéespour les partager. La construction de la structure dinterconnexion pour lEurope est lancée etconcerne lensemble des Institutions. Pour le coté réglementaire il y a eu deux événementsmarquants aux USA, tout les nouveaux fichiers de données sont ouverts par défaut, donc saufavis contraire motivé. Pour les coûts, on ne voit pas une stratégie Open Data car on parle defacturation et de Droit à la réutilisation. On note que "ce qui est accessible est réutilisable", maiscela dépend de ce que chaque Etat considère dans ce concept daccessibilité.Dans le cadre de lOpen Data: "Il ny a rien de simple ni de magique mais il faut travailler."EDP Sciences: Positionnement et Stratégie dun éditeur scientifique à lhorizon 2020.Mme Agnès Henri, EDP.Il sagit détudier le contexte dans loptique de la directive 2020 pour la libéralisation desdonnées. En 1995: publication de huit revues en physique et premières versions électroniques.Aujourdhui les revues sont diversifiées et disponibles sur le web. 55 revues Académiques dansplusieurs domaines scientifiques et en plusieurs langues avec 200.000 articles. Le portail deconférence est publié en Open access. Avant 1995, le chercheur rédigeait, il confiait son travail àléditeur qui le vendait à la Bibliothèque. Actuellement larticle se décline en PDF, HTML et seraindexé en base de données. Il est possible de connaître les consultations et téléchargementsainsi que les réutilisations en ligne. Des liens sont reliés par les thèmes, les termes et lesressources supplémentaires. Il est possible de mesurer limpact dans les réseaux sociaux.Il y a deux voies de publication: la prise en charge par un éditeur qui enrichi, corrige et met àdisposition. La deuxième concerne la mise en ligne de version PDF sans révision par des pairs et
  6. 6. parfois accepté pour des documents gérés par un éditeur. Les Institutions sont en déficitdindexation douvrages dans les bases de données.La version papier reste un support prépondérant et il est possible de descendre jusquà le tirageà la demande. Il est également possible de faire évoluer le livre vers le concept de revue, avecenrichissement, découpe en chapitre, publication en Open access et indexation en base dedonnées.Pour les actes et publications de conférences il est possible de joindre des posters et ajouter lesdocuments annuellement.La diffusion de la Science est le rôle de léditeur et celui-ci se met au service de lauteur pour laqualification, la mise en valeur et la promotion de louvrage.Le chercheur en tant que lecteur a besoin doutil de recherche pour ses lectures et léditeurparticipe donc à faciliter ces recherches.Sciences invisibles: de nouveaux services pour de nouveaux usages de la recherche.Les nouveaux enjeux de linformation scientifiques.Mr Alain Wagner, CNRS, NOVALYS.Plus de 20.000 entreprises sintéressent à la chimie. 2000 Universités et 600.000 chimistes derecherche. Le chimiste na pas accès au formules dont il a besoin par manque de documentation,il procède donc par essais au quotidien pour obtenir des recettes de la molécule souhaitée. Uneréaction chimique coûte en moyenne 150 euro et elle est généralement archivée sous forme depapier. Laccès aux réactions, aux produits et aux publications est payant et cest donc le chimistequi met la main à la poche. 3% des données sont publiées et 27% restent secrètes danslIndustrie. 70% reste en dehors du circuit de publication donc une partie est inexploitable du faitderreur ou de mauvaise note dexpérience. Il faut donc capturer les réactions par un processusappelé "graphe encodé de réaction". Il faut stocker tout les éléments de recherche, lesconditions, la sécurité, les éléments chimiques et le résultat obtenu. Suite à lutilisation de loutille chercheur est invité à publier les données afin de les partager. Rendre la donnée exploitable etaccessible sont donc deux points importants de la stratégie NOVALYS.Mme Mondane Marchand, Thomson Reuters.Nouveaux objets scientifiques.Une grande partie des expériences scientifiques ne sont pas publiées. Des travaux sont archivésdans des dépôts appelés "cahiers de notation" et petit à petit ils sont numérisés. Il faut rendrevisible ces informations pour les mettre à disposition. Ces informations doivent être indexées etdécouvrables dans la bases Institutionnelle et Bibliothèques. Du fait de lambiguité des noms dechercheurs il est essentiel dattribuer un identifiant unique afin de retrouver exactement lapersonne auteur de la publication. Lensemble des articles permet de ressortir les identifiantsuniques sous ORCID qui sont utilisables sur dautres plate-formes scientifiques.Mme Christine Buske, Papers, Springer.Comment trouver des articles publiés parmi 1,5 millions publiés et peer reviewed. Les chercheursrédigent, publient parfois et oublient où se trouve leurs articles ainsi que leurs notes. Numériserles articles permet de les classer et de retrouver tout les travaux. Trois plate-formes sontdisponibles, Mac, Windows et IOS. Ce nest pas uniquement un lieu darchivage et cest une façon
  7. 7. déviter limpression de dizaine de documents. La librairie PDF peut être indexée et les recherchesvalides dans ces documents. Cela crée liste de Méta data pour la classification rapide.Il est possible de surligner, sauter vers une page par des clics sur les termes. Des notes peuventêtre ajoutées en marge des PDF. Par un clic il est possible de lier un logiciel, email, blog oumédia qui serait intéressant de consulter. La recherche scientifique est une combinaison delecture, expérimentation et rédaction. Cest un système payant qui est réglé en une fois, ce nestpas un abonnement annuel.Il nest pas possible deffectuer des recherches parmi les listes de chercheurs et lentreprise necommunique pas de chiffres sur les documents rejetés ou consultés.Mr Victor Henning, Mendeley.Le début de lhistoire commence par un PhD réussi et un travail acharné pendant cette mêmepériode. Le point de départ est la volonté de partager et mettre en évidence des travauxdétudiants stockés sur des ordinateurs. Mendeley permet de partager, surligner, travailler engroupe et rédiger des notes sur les textes. Lidée se poursuit par la création dune base dechercheurs de 2,4 millions. 400 millions de téléchargements ont été effectué sur cette base deconnaissance. Les lectures peuvent être simultanées et les chercheurs voit des signaux quandune personne travaille dans la même direction. Il y a un certain délai entre la lecture,lexpérimentation et la publication de nouveaux articles. Mendeley a pour but de partager desdocuments et débloquer leur stockage inaccessible sur des supports non-connectés.Une possibilité quil faut saluer sur Mendeley est la compatibilité déchange avec dautres plate-formes mobiles ou informatiques. Des inscriptions payantes sont possibles pour les institutions etles groupes de recherche.Le financement des acteurs de léconomie numérique et la fiscalité en question.Un certain nombre dacteurs sont présents pour commenter le sujet, dont parmi eux lauteur durapport sur la fiscalité numérique. Léconomie numérique est présente dans tout les secteurs etlexploitation des données personnelles est quotidienne. Chacun signale son passage sur diversesplate-formes de-commerce ou de messagerie, lequel passage est toujours une source pour lesacteurs du numérique.Concernant le rapport, il y a une troisième proposition de Loi au sujet de la création de valeurdans léconomie numérique. Deux citations: les leaders dAmazon et Google ont dit: "noustravaillons pour nous libérer des avocats fiscaux et ça ne marche pas encore." "Nous sommesfière de la structure que nous avons créer, elle est rendue possible par les financements que lesgouvernements nous ont offert."On peut adopter une nouvelle définition: parmi toutes les entreprises qui gravitent dansléconomie numérique et qui profitent de la révolution digitale certaines datent "davant", et denouveaux acteurs qui ont une nouvelle approche en terme de chaîne de valeur.Nous avons tous une utilisation quotidienne dapplications qui entre dans notre intimité. Cettevaleur ajoutée numérique est partout et les chiffres montrent de grands bénéfices. Si le bureaudEtat américain juge que le coût daccès est représentatif de la masse financière créée par lemilieu numérique, il faut modérer ce propos car de nombreux acteurs tirent profit de cesstructures par ailleurs. Au niveau des investissements privés par des fonds privés ont un taux derisque élevé, et seulement une entreprises sur dix sera profitable. Elle a dailleurs le rôle desoutenir les pertes des neufs autres.On observe que la culture de la fiscalité numérique a tendance à exporter ses bénéfices afin dene pas être taxé aux USA. Car la fiscalité américaine considère les bénéfices lorsquils sontdisponibles aux USA ou rapatriés aux USA, par conséquent les entreprises ont tout intérêt àplacer leurs bénéfices dans les paradis fiscaux. Les acteurs du logiciels sont très prompts à
  8. 8. investir dans la produire du matériel ou inversement car lessentiel est de maintenir le lien aveclutilisateur. Dans cette économie la taxation des bénéfices nest pas possible car elle répond auDroit international. Les données collectées ne servent pas seulement à affiner laffichage desbannières sur les sites en fonction des préférences mais à améliorer les performances desapplications produites. Les applications sont en constante évolution car le but est doptimiser leROI. Linnovation ouverte est caractérisé par le partage des améliorations afin de générer unmouvement pour une augmentation de lusage numérique. Dans léconomie numériquelEntreprise nest pas la seule à créer de la valeur mais lutilisateur est également fourniseur decontenu. Le manque de taxation des bénéfices du numérique crée un déficit de participation aufinancement des infrastructures qui permettent daccéder au monde digital. Le numérique dévorele monde et le changement de paradigme nest pas une réelle création dun bénéfice potentiel,mais une répartition différente dune capacité de gain. Le lien très fort entre les entreprisesnumériques et les utilisateurs fait que lensemble est capable de surmonter les problèmes.Quelques réalités simples: les Entreprises ne peuvent pas être forcées de respecter des rêgles quinexistent pas. Elles ont pour but de minimiser leurs impôts.Propositions de la Loi: axe du Droit international.Le Droit français nest pas capable de gérer les tensions financières entre Etats sansnégociations. Les négociations concernent lOCDE afin de définir la cote part qui sera imposable.La possibilité de taxer un établissement stable dépend des biens immobiliers, des machines maisla problématique de cette économie est quelle peut organiser la mobilité du stockage dedonnées, rendant par là même difficile de localiser le lieu réel de leur stockage sur des serveurs.Un Droit en cours de discussion à Bruxelles concerne la possibilité de faire migrer les donnéespersonnelles dune application à lautre, commandé par lutilisateur afin quune autre applicationou entreprise lui propose un service.La taxe collectée, quel que soit le moyen identifié sera pour une utilisation dintérêt général. Maisil reste la difficulté Légale de limplication des Entreprises françaises si une fiscalité est mise enplace en France. De plus, léconomie numérique ne concerne pas quun seul secteur.Au niveau de lactivité de lédition française on peut dire que lactivité est relativement modestecomparé aux géants internationaux du web. Au niveau européen, si la France prend desdispositions en premier elle risque de créer un repoussoir qui sera favorable à dautres capitaleseuropéennes. Pour les Entreprises du net, on constate quelles sont majoritairement propriété deleur fondateur et portés vers la croissance permanente. Quand ces Entreprises réussissent àgénérer dimportants bénéfices ils sont rarement capitalisés par le patron mais plutôt réinvestidans un rachat dEntreprise ou rachat dactions.Pour relocaliser les grands acteurs numériques en France il faudrait éviter de prendre une taxeciblée mais plutôt viser une collecte généralisée des acteurs numériques.Aspect linguistique de lévénement GFII.Le français est représenté sur les cinq continents et cette communauté linguistique est plutôt enrecul dans le domaine de lédition.Mr Patrick Weil, CNRS. Mr Pierre Ouedraogo, OIF. Mme Odile Canale, DGLFLF. Jean-LoupCuisiniez, Syndicat CFDT.
  9. 9. Mr Patrick Weil.A toujours été partisan dun programme déducation en anglais pour des américains à SciencesPo Paris. A lécole déconomie de Paris des cours sont dispensés en anglais. Un objectif davoirdes cours de matières spécifique dans cette langue permet de lever la barrière pour laccès auPays. Sachant que chaque mot se dit à la saxonne ou à la française dans la langue anglaise celaréduit le fossé virtuel entre ces langues. En plus de pratiquer la langue anglaise les francophonesapportent une culture et des savoirs-faire. Le voisin dHaïti est un pays hispanophone. Dans cepays les bibliothèques nont pas reçus douvrages francophones pendant plus de dix ans. Lepapier reste important car la diffusion de linternet nest pas généralisé et parfois très faible. Lanumérisation de livres est complémentaire de la consultation sur papier. Le fait dimprimer estpeut être banal en France mais dans les pays en développement cest un acte coûteux carnécessite du papier, de lencre et un équipement. Pour lassociation BSF Bibliothèque sansFrontières il a été créé une bibliothèque virtuelle accessible par une clef USB sans connexioninternet. Un centaine de vidéos seront également disponibles sur YouTube. La dimensionintellectuelle de lEtre Humain nest pas prise en compte par les opérations humanitaires. Lasanté, lalimentation et labri sont les priorités. Il est prévu de déployer des Bibliothèques dans leszones victimes des crises. La réponse institutionnelle nest pas la plus adaptée aux interventionsalors que les associations peuvent être réactives. La qualité fini toujours par percer et lesmeilleurs texte sont traduit.Limportant est de produire ce que lon a à dire dans langue que lon maîtrise.Mr Pierre Ouedraogo.Il y a énormément de changements et ceux qui sont une force de proposition réussissenttoujours à faire surface. Au niveau international il a été donné une définition lors du Sommet dela Société de linformation. Celle-ci a été reprise lorsque les discussions tournaient court.Une opération de formation technologique en français sera bientôt organisée en Haïti. Larecherche du Bien commun dans la sphère de linformation pousse à soutenir la publication desites internet multilingues afin de donner accès au plus grand nombre dutilisateurs. Pourlutilisation des Technologies numériques une évaluation est en projet concernant la stratégietechnologique 2020. Pour la transition vers le numérique en 2015 certains Etats nont pas encoremis en place de stratégies et cest lurgence qui prend le pas sur la préparation.Le premier lieu de production cinématographique en Afrique est situé au Nigeria, Nollywood. Desateliers décriture ont également produit des notices techniques manquantes et lon peut endisposer en Bibliothèque.4 axes: le numérique doit être un facteur significatif du développement. Actuellement le nombredes mobiles est quasiment équivalent au nombre dhumains sur la terre. Ainsi avec laccès auxInstitutions par les téléphones intelligents la donne peu changer pour limplication despopulations. Les données ouvertes et la participation peut bénéficier de Open Data. ActuellementlOIF cherche des acteurs majeurs des technologies numériques en Afrique pour développer desprojets dans lintérêt général. Le cadre stratégique se termine bientôt et les participations sonttoujours sollicitées.Il faut travailler en réseau afin de renforcer limpact de cette philosophie.Mme Odile Canale. Délégation Générale de la langue française.Le français est demandé pour lapprentissage en tant que langue étrangère. Pourtant en Francela langue parait assaillie par des termes étrangers dans la publicité et les usages courants. Le
  10. 10. français est la deuxième langue parlée dans le monde et la France est la deuxième destinationtouristique dans le monde.Le français dans le contexte du Monde du travail. Les entreprises qui tiennent compte desdiversités linguistiques sont gagnantes et ne cèdent pas à la facilité des grands Groupes quipasse au "tout anglais". La Loi Toubon défend les employés dans le cadre des relations avec lesdirigeants dEntreprise sur ce sujet des langues.Au long de deux années détudes une liste de bonnes pratiques a été constituée par consultationdes habitudes professionnelles. Les rubriques ont structuré lorganisation du guide. Par exemple ilest relevé que la nomination dun dirigeant anglophone apparaît comme un point de départDu passage à langlais dans les relations interpersonnelles.Un tableau résume les bonnes pratiques communes. Certains points de crispation sont mis enlumière depuis quelques années comme les entretiens dévaluation en anglais alors que lessalariés travaillent en français.Jean-Loup Cuisiniez.Le terme de relocalisation de la langue française à stimulé lintérêt des syndicalistes. Lutilisationdes termes anglophones nest souvent pas justifiée car les équivalents existent en français. Lesenjeux des entreprises sont liés à la langue employée. Il y a une souffrance non-exprimée danslenvironnement professionnel lorsque les salariés se sentent dépossédés de leur vocabulaire. Auniveau sécurité, un exemple malheureux dans le secteur Médical montre que lutilisation dunemachine anglophone et dune formation anglophone a donné lieu à de graves lésions dans leservice de radiologie.Il peut y avoir des cas des pressions de la part dentreprises qui suggèrent de transférer desactivités sous le prétexte dun refus dadaptation du personnel français à la langue anglaise.Dans le cas des entretiens dévaluation dans des Entreprises multinationales il arrive que desinterlocuteurs francophones doivent sexprimer en anglais pour adresser des conclusions enanglais.En conclusion: la problématique est complexe et lon met en avant limportance de la qualité dela langue dans les documents et les échanges. La production de contenu francophone doit êtreencouragée pour remplir le vide linguistique dans de nombreux domaines. Les technologiesexistent et la mise à disposition de ressources en langue française est une action nécessaire. Lesélites françaises doivent sappuyer davantage sur les recommandations visant à amplifier lapublication et diffuser davantage douvrages francophones.Publié par RDM-ROW sur http://slideshare.net/reporter Dominique Deschamps

×