• Like
  • Save
Chablais région confortée dans sa mission
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Chablais région confortée dans sa mission

on

  • 534 views

Pourquoi les deux cantons de ...

Pourquoi les deux cantons de
Vaud et du Valais ont-ils approuvé le maintien de Chablais Région comme organe stratégique?
La région du Chablais constitue un trait d’union important entre nos deux cantons. Les communes et le canton du Valais ont une longue tradition de collaboration dans le Chablais, que nous voulons absolument poursuivre. En outre, il faut rappeler que l’économie ne se limite pas aux frontières institutionnelles, raison pour laquelle le développement régional s’oriente toujours plus, depuis quelques années, en direction d’espaces fonctionnels. Cela correspond également à une volonté de la Confédération, qui soutient de manière toujours plus large les projets à portée intercantonale.
Jean-Michel Cina, Conseiller d'Etat du Canton du Valais

Statistics

Views

Total Views
534
Views on SlideShare
534
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Chablais région confortée dans sa mission Chablais région confortée dans sa mission Document Transcript

    • MARDI 11 DÉCEMBRE 2012 LE NOUVELLISTE jpr - gb2 GRAND ANGLEDÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE La réorganisation des régions débouchera après-demain surChablais Région confortéeLISE-MARIE TERRETTAZ dance n’est pas près de s’inver- ser. «Le Valais est bien conscient Ce jeudi 13 décembre, l’As- que cette portion de son territoiresociation régionale Monthey/ tire en avant tout le reste. Et VaudSaint-Maurice (ARMS) dispa- que cette zone a encore un poten-raîtra, après trente-sept ans d’ac- tiel de développement alors que lativités. «Désormais, ses tâches se- Riviera, par exemple, est saturée.ront du ressort de la Conférence Cela justifie pleinement le fait quedes présidents, dans les deux dis- les cantons se donnent la main afintricts», précise son président d’éviter des incohérences.»Antoine Lattion. Autre élément: la genèse de Cette dissolution marque un Chablais Agglo. «On risquait denouveau départ pour Chablais se retrouver avec deux régions so- « 2012 atransition. année de été la dernière Notre structure a trouvé sa vitesse de croisière.»GEORGES MARIÉTAN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE CHABLAIS RÉGIONRégion, qui chapeaute par-des- cio-économiques et une agglomé-sus le Rhône 29 collectivités ré- ration au milieu, avec toutes lesunies au sein de l’ARMS et discordances qui pouvaient poten-d’Aigle Région. «L’introduction tiellement en découler si aucunede la nouvelle politique régionale structure ne jouait un rôle coordi-au niveau fédéral et la réorganisa- nateur. D’où l’importance quetion des régions valaisannes – no- Chablais Région n’éclate pas.»tamment l’intégration de l’ARMS Un consensus s’est finalement Le Chablais vit une forte expansion démographique. Pour y répondre, le développement économique doit être coordonné, aussi avec l’Agglo. CLERCdans la Région Bas-Valais – nous dégagé autour de cette idée et laont contraints à reconsidérer notre mission de l’entité a été reconnuefonctionnement», souligne son par les deux cantons. Une nou- tion 2013 a été adopté le 8 no- une task force, à contribuer à la dé- doises. En termes de promotion, pourrait présenter un intérêt,secrétaire général Georges velle convention a été paraphée vembre dernier par le comité. finition des lignes directrices afin un espace pourrait voir le jour notamment en lien avec la cons-Mariétan. «Mais déjà lors de l’as- en 2011, un contrat de presta- Outre le pilotage du projet d’ag- de favoriser la création d’emplois.» dans le nouveau restoroute truction de l’Hôpital de Rennaz.semblée générale de 2010 qui nous tions complétant le dispositif en glomération, il se fonde sur deux d’Yvorne (voir page 3). D’autres Un renforcement de la coopéra-a vu changer de nom (ancienne- août 2012. Ils font de Chablais axes principaux: l’industrie et le Les enjeux énergétiques opportunités sont aussi étu- tion avec le Chablais français fi-ment OIDC) et adopter de nou- Région et de son comité l’organe tourisme. Dans le prolongement, un con- diées: «La santé, le sport et le tou- gure aussi parmi les objectifs: «Ilveaux statuts, nous avions claire- chargé de définir la stratégie cept énergétique territorial est risme pourraient devenir une mar- nous faut une plate-forme de dia- 7000 emplois à créer envisagé: «Certaines communes Au niveau industriel, les zones essaient d’avancer de leur côté et le « Une plate-formeledeTonkin ou est nécessaire pour dialogue d’activités des six communes de l’Agglo devront faire l’objet d’une planification. «On table sur 15 000 habitants supplémentaires climat semble favorable pour amé- liorer les connexions entre divers acteurs qui travaillent parfois sans grande concertation pour le mo- «leLatourismelepourraient devenir et santé, sport d’ici à 2025 et 7000 nouveaux em- ment. On pourrait imaginer, dans la déviation de Saint-Gingolph.» plois. Dans cette perspective, nous l’absolu, des services industriels in- une marque forte du Chablais.»GEORGES MARIÉTAN devons dresser un état des lieux des tercommunaux voire intercanto- GEORGES MARIÉTAN importantes surfaces (200 hecta- naux. Mais pour l’heure, nous res) disponibles et arrêter une ap- marchons sur des œufs car de grosment manifesté notre volonté de de développement économique proche stratégique pour les déve- intérêts sont en jeu.» Dans ce con- que forte du Chablais, en s’ap- logue pour traiter des dossiersgarder une structure intercanto- pour une zone qui va d’Evionnaz lopper en fonction de leur poten- texte, la création de serres agri- puyant sur les projets de dévelop- comme l’avenir du Tonkin ou lanale pour la politique régionale.» au lac, sur les deux rives du tiel. Des scénarios doivent être éla- coles alimentées en énergie par pement du CMC» (voir page 3). déviation routière de Saint- Rhône. La mise en œuvre est borés pour chaque commune et la Satom se précise (voir page 3). Gingolph.» A cet effet, un comité Boom démographique confiée à l’Association Régions par secteur, notamment pour les Collaboration de pilotage franco-suisse a été Deux éléments ont pesé dans Valais romand, via un coordina- grandes surfaces d’un seul tenant Cohérence touristique transfrontalière constitué. Il comprend notam-les réflexions. A commencer par teur qui n’est autre que Georges comme les terrains BCVs à Au niveau touristique, Enfin, de nouvelles approches ment quatre délégués del’expansion que connaît le Mariétan: «2012 a été la dernière Collombey», précise Georges Chablais Région s’investit pour sont en cours sur le plan Chablais Région, à savoir AnnieChablais. De 2000 à 2012, sa po- année de transition. Notre struc- Mariétan. «Le Groupement d’en- assurer une cohérence au ni- transfrontalier. A l’échelon du Oguey, Antoine Lattion,pulation est passée de 75 000 à ture est sur les rails et a trouvé sa vi- treprises du Chablais sera associé à veau de la signalisation des bassin lémanique, la mise en Reynald Rinaldi et Frédéric90 000 âmes (+20%). Et la ten- tesse de croisière.» Un plan d’ac- la réflexion. Il sera aussi appelé, via Portes du Soleil et des Alpes vau- place d’un projet de covoiturage Borloz.= TROIS QUESTIONS À... «L’économie ne s’arrête pas aux frontières institutionnelles» Pourquoi les deux cantons de en direction d’espaces fonctionnels. Valais et de Vaud ont décidé de con- des synergies entre les deux destina- point. Chablais Agglo offre cependant Vaud et du Valais ont-ils approu- Cela correspond également à une vo- centrer leurs efforts sur des thémati- tions de montagne en matière de tou- aux autres communes du Chablais des vé le maintien de Chablais Ré- lonté de la Confédération, qui soutient ques pour lesquelles une coordination risme. possibilités de collaboration. De plus, il gion comme organe stratégique? de manière toujours plus large les pro- intercantonale est indispensable. Il est faut également retenir que le pro- La région du Chablais constitue un trait jets à portée intercantonale. donc défini, sur la base du modèle for- La partie la plus densifiée du gramme de mise en œuvre intercanto-JEAN-MICHEL d’union important entre nos deux can- ces-faiblesses/opportunités-menaces Chablais est celle concernée par nal dans lequel s’inscrit le développe-CINA tons. Les communes et le canton du Quels sont les axes de dévelop- du Chablais intercantonal, d’agir selon le projet d’Agglo. Quelle place ment régional bénéficie à l’ensembleCONSEILLER D’ÉTAT, Valais ont une longue tradition de col- pement que cette région peut deux axes prioritaires afin de dévelop- restera-t-il dans les réflexions in- des communes. L’Agglo est dans uneCHEFDU DÉPARTEMENT laboration dans le Chablais, que nous creuser pour répondre à sa forte per ses capacités d’exportation. Le pre- tercantonales pour les autres certaine mesure le moteur et le cœurDE L’ÉCONOMIE, voulons absolument poursuivre. En expansion démographique et mier vise à créer des synergies inter- communes de la région? du Chablais. La collaboration intercanto-ÉNERGIE outre, il faut rappeler que l’économie créer de nouveaux emplois? cantonales pour la mise en réseau des Il faut rappeler que le périmètre des nale dans Chablais Agglo est intense etET TERRITOIRE ne se limite pas aux frontières institu- Par le programme intercantonal des es- sites industriels et des entreprises, en agglomérations est fixé par la Confédé- les autres communes peuvent égale- tionnelles, raison pour laquelle le dé- paces géographiques de proximité coordination avec le projet d’agglomé- ration sur la base d’analyses statisti- ment profiter, directement ou indirecte- veloppement régional s’oriente tou- pour la mise en œuvre de la NPR pour ration. Le second vise à assurer la com- ques. Les cantons n’ont aucune possibi- ment, des expériences et des nom- jours plus, depuis quelques années, la période 2012-2015, les cantons du plémentarité plaine-montagne et créer lité d’apporter des modifications sur ce breux projets. LMT
    • GRAND ANGLE 3la dissolution de l’ARMS. Mais une coordination par-dessus le Rhône reste nécessaire.dans sa mission TROIS EXEMPLES DE DOSSIERS PILOTÉS PAR CHABLAIS RÉGION Les rejets de chaleur de la SATOM ont un potentiel d’alimentation allant L’aire d’autoroute du Chablais à Yvorne doit être refaite d’ici à 2017. Les Pour son directeur Frédéric Magné, l’agrandissement du CMC augure jusqu’à 60 hectares de serres agricoles. BITTEL/A installations actuelles seront remplacées par une structure unique. CLERC d’une nouvelle approche technique du sport. CLERC/A Des serres raccordées Vitrine autoroutière pour L’excellence sportive à la SATOM la promotion économique autour du CMC «L’énergieestlààunprixtrèsbaset Israël. «Une autre possibilité existe: L’aire d’autoroute d’Yvorne doit groupe de travail planche sur un «Le Centre mondial du cyclisme tifs: permettre de faire des tests phy- les terrains existent. Notre rôle est de des serres plus petites raccordées au faire peau neuve. D’ici à 2017, les concept qui pourrait être commun est en train de développer des struc- siologiques et biomédicaux dans le mettre en contact les différents ac- CAD.» De l’idée à la réalisation, il installations actuelles, vétustes, aux quatre zones, voire devenir in- tures liées à une approche scientifi- cadre d’une approche sportive de la teurs: SATOM, propriétaires, agri- manque encore le porteur de pro- seront rasées et la structure com- tercantonal. D’ici à fin mars (nldr que de la performance», indique performance; développer les techni- culteurs…» Georges Mariétan jet. «Ce n’est pas le rôle de la SATOM plètement repensée avec un res- périodequiverraleConseild’Etat Georges Mariétan. «Dans ce con- ques liées à la récupération telles que évoque la création de serres agri- de se lancer dans les cultures maraî- toroute et des stations-service qui vaudois attribuer la concession texte, la Région pourrait contribuer froid, sauna, hammam; et dévelop- coles que pourraient alimenter les chères, constate Edi Blatter. Nous prendront place d’un seul côté de pour Yvorne), nous voulons réali- à créer, avec des partenaires inter- per un centre de réhabilitation.» rejets de chaleur de la SATOM. nous mettons seulement l’énergie à lachaussée.Unerouteenjambera ser un état des lieux de nos espaces, cantonaux, tout un concept sport- Soutenu par la Confédération, ce «Elles pourraient couvrir de 20 à 30 disposition.» Du côté des agricul- l’A9 pour permettre aux automo- évaluer leur potentiel, voir ce qui se santé-tourisme.» A Aigle en effet, projet devrait se concrétiser entre hectares», détaille Edi Blatter, di- teurs, l’intérêt est manifeste, bilistes de l’atteindre. Chablais fait ailleurs et définir des pistes afin autour de la Mecque du cyclisme, la fin 2014 et le début 2015. «Il recteur de l’usine d’incinération. comme le confirme Xavier Moret, Région souhaite y consacrer d’utiliser comme vitrines ces aires deux aménagements sont en ges- s’adressera en premier lieu aux cy- «Nous pouvons chauffer jusqu’à 60 producteur de fruits dans la région 100 m2 à la valorisation des pro- de repos, qui voient défiler en tation. «Tout d’abord une piste de clistes, gymnastes et athlètes en hectares. Ce serait unique en Suisse. deMartigny.«Jevoisunintérêtpour duits du terroir et des activités moyenne un million de personnes.» BMX sur la zone sud de notre com- stage au CMC, poursuit le direc- Un projet d’une centaine de millions, la production de petits fruits: fraises, touristiques. Dans cette perspec- Ce concept s’inspirera-t-il de ce- plexe, indique le directeur du teur. Mais le TEC sera aussi à dispo- avec 150 postes de travail. Les études framboises, myrtilles. Ça sort un peu tive, elle participe à une réflexion lui du restoroute du Grand-Saint- CMC Frédéric Magné. Les fonds sition de tous les adeptes de sports, montrent que le Chablais est un site du cadre de la première étude où on plus large liée à la promotion éco- Bernard près de Martigny? «Il est du sport vaudois, valaisan et fribour- olympiques ou non. On peut même idéal: peu de brouillard, du soleil, des parlait de tomates, paprika ou cour- nomique sur sol vaudois. Elle im- très axé sur le tourisme. Les nôtres geois, seraient d’accord de contri- imaginer qu’il soit ouvert aux privés. terrains plats et nos rejets déjà cap- gettes, mais cela nous permettrait plique les quatre secteurs concer- sont un peu différents. En tant que buer à une partie du financement. Dans ce cadre, des synergies pour- tés. Et l’utilisation maximale de d’avancer dans la saison et d’occuper nés par des restoroutes (Bavois, portes d’entrée du canton, ils doi- Les travaux pourraient commencer raient effectivement être trouvées l’énergie interviendrait en automne une place sur le marché indigène du- Lavaux, Yvorne et La Côte), le vent mettre l’accent sur l’économie fin 2013 pour une exploitation en avec des partenaires de la région.» et au printemps. Soit de manière rant ces périodes où se vendent des Service vaudois de la promotion au sens large: hautes technologies, 2014.» De l’autre côté du site, à cô- Georges Mariétan confirme: «Du complémentaire à celle du chauffage fruits venant de l’étranger. La diffi- économique et du commerce produits du terroir, tourisme…» té de la salle de gymnastique, un Palladium aux Bains-de-Lavey, di- à distance (CAD).» La production culté est de trouver des terrains pou- (SPECo) et divers acteurs. «Nous La question du financement de tout autre volet est en préparation. vers acteurs pourraient bénéficier de de fruits et légumes couvrirait le vant accueillir les serres. C’est là que en sommes aux prémices», précise l’investissement et des coûts d’ex- «La création du TEC: training et l’expertise aiglonne. A nous de créer tiers des importations venant de Chablais Région doit faire jouer ses Sandra Mordasini, cheffe de pro- ploitation devra aussi être creu- education center, détaille Frédéric les liens permettant de les rappro- Hollande, Espagne, Turquie et contacts.» NICOLAS MAURY jet tourisme au SPECo. «Un sée. LMT Magné. «Il répondra à trois objec- cher.» NM PUBLICITÉ Jubilé35 CashBonus max.10’000.– CONCESSIONNAIRES RÉGIONAUX COLLOMBEY: Autoraf SA, en Reutet B, 024 472 78 72 0.0 CONTHEY: Garages des Alpes de Conthey SA, %L 9’999.– bonus 6’000.– incl. dès 23’999.– bonus 5’000.– incl. 43’999.– bonus max. 10’000.– Out eas land ing MARTIGNY: route Cantonale 32, 027 346 16 28 Cristal Garage SA, Luy Christophe & Fils, er route du Levant 108, 027 720 45 30 SIERRE: Garage Aminona Jean Rudaz SA, route de Sion 111, 027 455 08 23 CONCESSIONNAIRES LOCAUX Savièse: Garage Luyet, 027 395 18 56 <wm>10CAsNsjY0MDA20zWzNDI3NgUAdxW13g8AAAA=</wm> Sion: Garage Theytaz Frères SA, 027 203 37 47 <wm>10CFXMsQoDMQwD0C9KkO2LHZ_Hki3cULpnKZ37_1Od2wrS8hCaM1rF3ce4XuMZBIgWdTZp0QnV4MFm1bwFMZRBfNIhXVry376IAglrb0oGuuhILezLrS_i_ZAmBqvf9-cHFME144AAAAA=</wm> St. Léonard: Garage du Lac Georges Vustinier SA, 027 203 25 31 Vissoie: Garage Melly, 027 475 26 65 Colt Super Jubilé ASX Super Jubilé 4WD Outlander Navigator 4WD Génial: La citadine plus agile, plus pratique Génial: Entraînement 2WD ou 4WD Génial: Essence ou diesel, boîte automatique Génial: 1.1 litre 12V, 75 ch, 5.4 L/100 km Génial: Essence ou DID diesel, 116–150 ch Génial: Sièges cuir, navigation, bi-xenon, 7 sièges Jubilé35 BEST OFFER 9’999.–* Jubilé35 BEST OFFER 2WD 23‘999.–* Jubilé35 BEST OFFER 2.4 essence 43’999.–* * bonus de CHF 6’000.– incl. Jubilé35 BEST OFFER 4WD 29‘999.–* Jubilé35 BEST OFFER 2.2 DID 46’999.–* ** Leasing dès CHF 99.–/mois * bonus de CHF 5’000.– incl. *Essence bonus 9’000.– incl. / DID bonus 10’000.– incl. Consommation norm. 1.1/75 ch: 5.4 L, 125 g/km CO2, cat. C Consom. norm. 1.8 DID/116 ch: 4.8 L, 127 g/km CO2, cat. A Consom. norm. 2.2 DID: 7.2 L/100 km, CO2 189 g/km, cat. E Validité de toutes les promotions: dès 1.7.2012 *Jubilé35 BEST OFFER avec Jubilé35 CashBonus: achat/immatriculation d’un véhicule neuf à partir de l’entrepôt/dans la limite des stocks du Partner Mitsubishi. Tous les prix Jubilé35 BEST OFFER sont des prix nets indicatives CHF, TVA 8.0% incl. ainsi que le Jubilé35 CashBonus. ** 0% Leasing Outlander (autres modèles 2.95%) avec bonus réduit: hors de l’immatriculation, 48 mois, 10’000 km/année, caution 5% ou min. 1’000.–, casco complète obligat. MultiLease SA n’accorde aucun financement au cas où celui-ci déboucherait sur un surendettement du preneur de Leasing. Emissions C02: moyenne de tous les véhicules neufs en Suisse: 159 g/km www. mitsubishi-motors.ch www.multilease.ch www.mitsubishi-motors.ch