La veille de Red Guy du 26.03.14 - Sharing Economy
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

La veille de Red Guy du 26.03.14 - Sharing Economy

on

  • 742 views

Cette semaine au menu de la veille : ...

Cette semaine au menu de la veille :

L’actu mise à nu :
Le search marketing est trusté
Le printemps de Pinterest
Quel appétit !

Point de vue : La sharing economy

Innovations et tendances :
Aide-toi et le ciel TEDera
Hemingway vous aide à écrire plus simplement
Mille bornes et 60 balais

Statistics

Views

Total Views
742
Views on SlideShare
198
Embed Views
544

Actions

Likes
1
Downloads
6
Comments
0

3 Embeds 544

http://redguy.fr 535
http://www.feedreader.com 5
http://feedly.com 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

La veille de Red Guy du 26.03.14 - Sharing Economy La veille de Red Guy du 26.03.14 - Sharing Economy Presentation Transcript

  • La veille de Red Guy du 26-03-2014 Vieille pub (10.000 km) Une vision intégrée de la com…
  • Au menu cette semaine •  L’actu mise à nu : –  Le search marketing est trusté –  Le printemps de Pinterest –  Quel appétit ! •  Point de vue : La sharing economy •  Innovations et tendances : –  Aide-toi et le ciel TEDera –  Hemingway vous aide à écrire plus simplement –  Mille bornes et 60 balais
  • L’actu mise à nu
  • Le search marketing est trusté •  Une étude menée par Kantar Media en France, aux US et en Angleterre montre que le marché des liens sponsorisés (le search marketing) est trusté par un petit nombre d’annonceurs. •  Sur la dizaine de secteurs couverte par l’étude, 1% des annonceurs ont généré en moyenne 80% des clics payants. •  Un bilan de l’agence Kenshoo montre qu’au niveau mondial, le taux de clic des liens sponsorisés est de 1,26% en Asie, 1,17% en Amérique et 1,11% en EMEA (Europe Moyen-Orient Afrique).Cliquez sur l’image pour lire l’article
  • Le printemps de Pinterest •  Après une phase test, Pinterest vient d’annoncer qu’il allait généraliser la présence de publicités sur son réseau. •  Opposé à l’origine à la présence de pub dans ses pages, le réseau social des passionnés a rendu les armes face à la logique économique. •  Mais, juré-craché, les publicités admises seront forcément belles et pas flashy ni intrusives, à l’image de celles testées avec des grandes marques pendant la phase test. Ah oui ? (cf image ci-contre). À suivre…Cliquez sur l’image pour lire l’article
  • Quel appétit ! •  Un nouveau palmarès vient couronner, en principe, les "marques préférées des consommateurs". •  Les marques lauréates qui « sortent du lot » comprennent, la brioche tressée Carrefour, le rôti de porc Fleury Michon, les Pringles Texas BBQ, le poulet à la provençale Ducros ou encore les cacahuète grillées Menguy’s, entre autres produits d’exception… •  Ce palmarès hyper-sélectif comprend… plus de 160 lauréats !
  • L’œil de Red Guy sur "les marques préférées des consommateurs" •  Ce palmarès, restreint à la grande conso, est fondé sur des données recueillies par une entité de conseil pour la grande distribution. C’est sans doute ce qui explique que la liste des gagnants soit « hyper » large… •  A la lecture de cette litanie de gagnants, il est difficile de ne pas s’interroger sur les critères permettant à ces produits très banals d’être distingués. Si on retient la définition de la préférence par de respectables sociétés comme Millward Brown ou Kantar, celle-ci devrait se traduire par une part de porte-monnaie de 50% en moyenne en faveur de la marque préférée. Il va y avoir des surprises dans les parts de marché !… •  Sauf que ce classement est peu sérieux, voire risible, dans sa méthodologie comme dans ses intentions. A ce rythme, ce seront bientôt les packagings sans macaron de ce type qui se verront le plus dans les linéaires…
  • L’image de la semaine BreitlingWingwalkers,ouvertured‘uneboutiqueàKoweit
  • Point de vue : La sharing economy
  • Share, mesh, collaborative… •  Favorisée par la crise et l'essor d'Internet, la consommation collaborative, ou « économie du partage » (« sharing economy » aux USA, où le concept est né, ou encore mesh economy) est en passe d’imprégner tous les secteurs de l'économie traditionnelle. •  D’ailleurs certains économistes français comme Nicolas Bouzou et Christophe Marquès n'hésitent pas à en faire le symbole du passage d'une économie de masse, issue des Trente Glorieuses, à un monde de la « très haute valeur ajoutée, des micromarchés, de l'individualisation de l'offre, du développement durable et de l'accès », par opposition à la propriété matérielle.
  • Origines et définition •  Le terme collaborative consumption (consommation collaborative) a été employé pour la 1ère fois par Marcus Felson et Joe L. Spaeth dans le titre d’un article (Community structure and collaborative consumption: a routine activity approach – 1978, American Behavioral Scientist) qui traitait du co-voiturage. •  En clair (et selon la définition de Wikipédia), la consommation collaborative désigne « un modèle économique où l'usage prédomine sur la propriété : l’usage d’un bien, service, privilège, peut être augmenté par le partage, l’échange, le troc, la vente ou la location de celui-ci. »
  • Un phénomène industrialisé •  Le phénomène n'est pas nouveau : le covoiturage existait avant Internet et eBay, par ex., a compris dès les débuts du réseau le potentiel de la vente d'objets entre particuliers. •  Mais les développements technologiques fulgurants de ces dernières années ont permis au phénomène de s’industrialiser. •  La spécialiste américaine de l'économie collaborative Rachel Botsman évalue ainsi aujourd’hui le marché à 26 milliards de dollars et, d'après une étude récente d’Altimeter, plus de 200 start-up (allant de la location d'outils à celle de places de parking) se sont déjà créées dans le secteur du partage.
  • Airbnb •  Le premier exemple qui vient à l’esprit lorsque l’on parle de la sharing economy est bien sûr celui d’Airbnb. •  La société californienne, inventée en 2007 à San Francisco par trois jeunes colocataires sans le sou, propose aujourd’hui des annonces dans 192 pays et 34.000 villes. Selon les analystes, elle réaliserait un chiffre d'affaires de 1 milliard de dollars. •  Son « ancêtre » Couchsurfing, qui propose, lui, des hébergements gratuits, compte 400.000 hôtes dans plus de 100.000 villes à travers le monde. Il a permis à ses membres de réserver plus de 10 millions de nuitées l'an dernier.
  • De la gastronomie aux transports… •  Mais le phénomène ne se cantonne pas au tourisme, tous les secteurs sont concernés. Pour y voir plus clair, R. Botsman propose de distinguer 3 systèmes de consommation collaborative : –  Les product service systems qui permettent d’utiliser un produit sans avoir besoin d’en être le propriétaire, –  Les redistribution markets qui permettent en peer-to-peer la transmission (payante ou non) de biens d’une personne à une autre, –  Et les collaborative lifestyles concernant quant à eux l’échange et le partage de ressources moins tangibles (temps, espace, argent et compétences).
  • … les 3 piliers de la sharing economy 1. Product service systems 2. Redistribution markets3. Collaborative lifestyles
  • 1. Product Service Systems •  Cette 1ère catégorie symbolise bien ce que certains appellent l’ère de l’accès. On prête, on loue (en C to C, en majorité), on ne possède pas. •  On y trouve les systèmes de location de voiture entre particuliers, tels Drivy ou Buzzcar, mais aussi les véhicules en libre-service ou le prêt de matériel, tels Zilok, E.Loue, l’américain Lendingclub (+ de 150.000 prêts en 6 ans…) ou encore le dernier né de KissKissBankBank, Hellomerci.
  • 2. Redistribution markets (1) •  Dans la seconde catégorie, qui vise principalement à donner une 2ème vie aux objets, on trouve bien sûr les géants PriceMinister ou LeBonCoin, mais aussi des sites de ventes de vêtements d’occasions comme Vide dressing, Buymywardrobe, GrandCircle, Copious ou encore Vestiaire Collective. •  On répertorie également des sites d’échange de vêtements, comme thredUP, ou de produits culturels, comme SwapTree, qui permet d’échanger livres, CDs, DVDs, jeux vidéo, etc.
  • 2. Redistribution markets (2) •  On trouve également d’autres sites spécifiques comme, par ex., ceux dédiés exclusivement à l’échange de livres : c’est le cas de Paperbackswap ou Whatsonmybookshelf. •  Mais aussi des sites de dons comme Freecycle ou feu Kashless, qui permettait de trouver ou redistribuer gratuitement n’importe quel objet. Ce dernier a dû fermer en 2011 faute de financements. Les bonnes intentions ne suffisent pas toujours !
  • 3. Collaborative Lifestyles (1) •  Cette 3ème catégorie est sans doute la plus importante. En effet elle regroupe les plateformes de financement participatif comme Kickstarter ou Indiegogo aux USA, KissKissBankBank (+ de 8 M€ collectés en 4 ans) ou Ulule en France •  Cette catégorie concerne aussi le couchsurfing, le co-lunching, le co- housing, le co-voiturage, ou encore le traditionnel prêt d’argent entre particuliers…
  • 3. Collaborative Lifestyles (2) •  Côté co-voiturage on trouve Lyft ou Blablacar (+ de 3 millions de membres en Europe). •  Côté gastronomie, Kitchensurfing, Cookening, Feastly, Homefood ou La Ruche qui dit Oui ! promeuvent le plaisir des petits plats et des bons produits partagés. •  Et côté lopins de terre, Growfriend.org ou Yardsharing se concentrent sur le partage de jardins !
  • Un modèle plein d’avenir… •  Les exemples sont donc légion et nous n’avons recensé ici qu’une infime partie de ce que le web propose en terme de consommation collaborative. •  C’est un modèle économique qui semble plein d’avenir : les idées ne manquent pas au sein d’une génération qui est à la fois un peu fatiguée par les valeurs du consumérisme et concernée par la préservation de la planète, mais aussi victime de la crise économique et en recherche permanente de nouvelles façons de gagner un peu d’argent et de consommer à moindre coût.
  • Mais pas à l’abri ! •  Pour autant l’avenir de cette nouvelle économie collaborative n’est pas assuré : il n’est pas dit que la loi sera réellement allégée dans un futur proche pour lui permettre de continuer à se développer et le cadre réglementaire est encore, dans la majorité des cas, bien trop rigide. •  Airbnb a déjà été ainsi attaquée plusieurs fois aux USA et, en France, le secteur hôtelier fait pression pour durcir les règles de location entre particuliers (notamment en voulant imposer l'application des mêmes taxes et obligations en vigueur dans les hôtels.)
  • Des idées pour cohabiter ? •  Il existe cependant des exemples de cohabitation plus sereine entre « ancienne » et « nouvelle » économie. Ainsi Wal-Mart a lancé, aux Etats-Unis, un service de livraison le jour même qui s'appuie... sur ses propres clients : ceux-ci peuvent assurer la livraison de leurs courses aux personnes habitant dans leur quartier en échange de bons d’achat. •  Mais cet exemple positif et ingénieux a bien évidemment fait bondir les sociétés de livraison. •  Affaire à suivre… et exemple à suivre !
  • Innovations et tendances
  • Aide-toi et le ciel TEDera Cliquez sur cette image pour voir l’article et les vidéos •  La conférence TED de Vancouver parraine une installation cinétique de la sculpteur Janet Echelman. Conçue en 3D avec Autodesk, l’œuvre s’anime la nuit grâce à un lightshow monté avec le Creative Lab de Google.
  • Hemingway vous aide à écrire plus simplement Cliquez sur cette image pour lire l’article •  La nouvelle appli Hemingway vise à aider les rédacteurs à écrire des textes plus simples et plus clairs, en identifiant les zones d’optimisation : textes obscurs, mots compliqués, adverbes ou passifs inutiles, etc.
  • Mille bornes et 60 balais •  Le jeu des Mille Bornes fête ses 60 ans. Existant depuis 1954, il est le jeu français le plus vendu dans le monde ! Pour l’occasion, quelques rédactions chanceuses ont reçu un cadeau gourmand. Cliquez sur l’image pour voir une vieille pub sur l’INA
  • Index des liens •  Le search marketing est trusté : http://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/liens-sponsos.shtml •  Le printemps de Pinterest : http://www.01net.com/editorial/616658/pinterest-annonce-larrivee-de-la- publicite-au-deuxieme-trimestre-2014/ •  Aide-toi et le ciel TEDera : http://www.echelman.com/project/skies-painted-with-unnumbered-sparks/ •  Hemingway vous aide à écrire plus simplement : http://www.npr.org/blogs/theprotojournalist/2014/03/05/282887992/ hemingway-doesnt-always-live-up-to-his-codeb •  Mille bornes et 60 balais : http://www.ina.fr/video/PUB3491038066
  • La semaine prochaine Facebook :charité bien ordonnée…
  • Cette semaine à la une :Le coût du panier moyen UDAdes annonceurs a augmentéde 2,5% en janvier. C’est unemauvaise nouvelle si lesmarques paient plus cherleurs espaces, et une bonne si la demande augmente parcequ’une reprise du marché dela com s’annonce… Pour vous désinscrire, cliquez ici 01 43 26 64 07 eric@redguy.fr