Michaël Scholze

676 views

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
676
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Michaël Scholze

  1. 1. Scholze MichaelConcours Le Soir – Le MadVoyage en CalifornieÇa y est, après treize heures de vol on est enfin arrivé au Los Angeles International Airport.J’ai eu l’impression durant la traversé du tapis roulant amenant les passagers vers laréception des bagages d’être un Hugh Laurie arrivant sur les terres de la célébrité. Bond’accord, personne ne sait qui je suis et je dois faire partie de ces milliers de gens quitransitent dans la cité des anges tout en restant incognito. Je voulais vite sortir de l’aéroportpour découvrir en vrai tout ce que les films et les séries m’ont montré. Je voulais commencerdirectement par les lettres géantes d’Hollywood Land. Ensuite, le Walk of Fame, où je seraisadmiratif à chaque fois que je reconnaitrai un nom qui m’est familier, mais aussi VeniceBeach pour me prendre pour Hank Moody. Ma première sensation en arrivant à L.A. ,comme disent les Américains, est que je pourrais vivre dans cette ville, tant on s’émerveille àchaque coin de rue. C’est certainement ça le rêve américain. 1
  2. 2. Scholze MichaelPour notre second jour, Mon meilleur ami et moi-même avons quitté Los Angeles directionSanta Barbara, la ville de Kathy Perry. Je sais, ça n’en jette pas autant que L.A. et ces milliersde noms plus connus les uns que les autres. Santa Barbara, c’est juste magnifique. Tu as lamer devant et juste derrière toi des collines à perte de vue. On était obligé de passer par lafameuse East Beach pour jouer aux peoples branchés qui se délectent de ce sable quasiblanc avant de partir dans l’arrière pays, visiter le Botanic Garden, une sorte de temple de lafleur. L’Eden pour Maya l’abeille en somme. Ensuite, nous avons quitté Santa Barbara pourla petite ville de San Simeon sur la Route 101. On est assez loin des cotes et je râle un peuparce que j’aurais voulu aller visiter le Hearst Castle, maison de William Hearst, ce magnatde la presse dont Orson Wells s’était inspiré pour Citizen Kane. Note que si demain on fait undétour, j’aurais droit à mon château.Ce matin, on est parti très tôt de San Simeon direction San Francisco. Je crois que j’aitellement été casse-pieds que j’ai finalement pu voir le Hearst Castle. Verdict : c’est trèsmégalomane par sa démesure. Après cette petite visite, on a repris la route pour rejoindreMonterey, ville de la Sardine. La première chose qu’on apprend sur Monterey, c’est qu’elle ale plus grand aquarium du pays. Et qui dit grand aux USA, dit gigantesque chez nous.L’aquarium de Monterey a des espèces par centaines. C’était une folie aquatique surtoutquand on a vu ce grand requin blanc. Même derrière une baie vitrée, ce mammifère mefoutait une peur bleu. Ensuite, on a repris la Route 1 qui longe la côte Ouest sous un air deScott McKenzie. Ce fut, sur les 340 kilomètres de route, un spectacle magique tant c’étaitmagnifique. Nous nous sommes d’ailleurs arrêté des dizaines de fois pour prendre desphotos du paysage. Il est clair qu’avec ce genre de route on n’était pas pressé d’arriver à SanFrancisco. 2
  3. 3. Scholze MichaelQuatrième jour de notre périple : la journée a été plus cool dans l’ensemble vu qu’on n’étaitpas sur la route. On avait donc la journée entière pour en profiter. On s’en levé super tôttant on avait à visiter. Le fameux Golden Gate, l’île d’Alcatraz où nous nous sommes prispour Sean Connery dans The Rock, Le Palace of Fine Arts, ... Nous avons évidemment pris letram qui traverse la ville et ces rues pentues comme tout bon touriste. Et comme les Giantsjouaient ce soir là, il était indéniable qu’on aille voir un match de baseball. Ah oui, derniertruc, on ne pouvait pas quitter cette magnifique ville sans notre jeans Levi’s : Donc on apassé quelques heures à faire du shopping. Hey ! Ce n’est pas tous les jours qu’on est enCalifornie et surtout à San Francisco ou comme disent les locaux : Frisco. 3
  4. 4. Scholze MichaelCinquième jour : on arrive à la moitié de notre périple californien. Aujourd’hui, c’étaitdirection le parc Yosemite. Des amis qui y étaient allés nous l’avaient décrit commemagnifique, mais le voir de ses propres yeux, c’est d’autant plus incroyable. J’avaisl’impression d’être en plein cœur de ces films américains où le père part camper avec son filsentre bois et montagnes. C’était juste à couper le souffle. Je pense que nous n’avons jamaisété aussi silencieux du voyage tant on était envahi par la beauté de ce paysage. Et dire quela veille, nous étions dans une ville bruyante et lumineuse et qu’ici ne règne que calme ettranquillité. On a eu du mal à quitter le parc mais bon, il fallait qu’on rejoigne Fresno ce soir.Et comme on voulait absolument voir à quoi ça ressemblait, on s’est remis en route. Fresno,c’est la sixième ville la plus peuplée de Californie. Du coup, ça ne nous changeait deYosemite et son havre de paix. 4
  5. 5. Scholze MichaelAujourd’hui, c’est direction Las Vegas. Journée marathon. Au-delà des 640 kilomètres deroute qui reliaient Fresno à Vegas, nous nous sommes arrêtés à Bakersfield, ville du célèbregroupe Korn. Autant dire, que c’était pour nous un mini pèlerinage. Une fois passéBakersfield, nous avons filé sur le Nevada et Vegas. Sin City, encore une ville où le mot limitene fait pas partie du vocabulaire. Je crois que je ne vous mentirais pas si je vous disais qu’ona directement filé sur le Strip pour admirer les hôtels comme le Bellagio ou le Caesar Palacequi étaient à deux rues de notre hôtel. Vegas, c’est La ville de la nuit. Donc en résumé pournous, notre nuit fut très très longue entre bars, casinos et autres shows ricains. Mais promis,on ne l’a pas faite comme dans Very bad trip. Note qu’on a hésité à se marier sous la grâced’Elvis. 5
  6. 6. Scholze MichaelAprès une nuit très courte, on entame notre septième jour californien. Retour à L.A. : onaura roulé toute la matinée sur la route 15. Après un passage en vitesse à l’hôtel, on acommencé à réaliser toutes ces choses qu’on voulait faire le premier jour à notre arrivée àl’aéroport. On a donc commencé par la plage et surtout Venice Beach. Là, j’ai eu l’impressiond’être ce fameux Hank Moody. Note qu’avec l’appareil photo autour du coup, t’as juste l’aird’un gros touriste. J’ai d’ailleurs réalisé un de mes rêves en tant que supporter des Lakers,jouer à L.A. sauf que c’était sur un terrain de Venice Beach mais tout de même, laissez-moirêver. Ensuite, comme on était à côté, on est allé à Santa Monica où l’on a flâné entre laplage et les rues commerçantes. En fin d’après-midi, nous avons remis le couvert dushopping. Notre cible était le centre de L.A. On a fait à peu près toutes les rues possibles. Onest même passé devant le Staple Center, temple de Kobe Bryant et des Lakers. 6
  7. 7. Scholze MichaelDernier jour avant notre retour en Belgique. La journée a commencé une fois de plus trèstôt. Nous sommes allés dans le quartier d’Hollywood une bonne partie de la journée. On amarché sur Hollywood Boulevard et le Walk of Fame, avant de filer pour une visite trèscinéma au Universal Studio. Et pour ponctuer ce voyage matinal, nous avons été au pied deslettres de Hollywood Land. Dans l’après midi, nous en avons profité pour flâner encore dansle centre ville et à la plage de Malibu pour essayer de repérer des petits maillots rouges decette fameuse série. En soirée, nous avons assisté un match des Los Angeles Galaxy au HomeDeport Center qui est situé à Carson, à 25 miles du centre de Los Angeles. C’était chouette,mais ça ne valait pas un match de NBA. Dommage que la saison n’ait pas encorerecommencé. 7
  8. 8. Scholze MichaelVoilà, il est l’heure de repartir pour la Belgique. On est dans le hall d’embarquement et jerepars la tête pleine de rêves réalisés, des centaines de photos de ce voyage, des rencontressympathiques avec les locaux et surtout une certitude de revenir, car j’aurais clairementvoulu ne jamais partir. C’est aussi à ce moment là que j’ai compris que la chanson desMamas and the Papas « California Dreamin’ » était un hymne à la beauté de cet Etat commeon venait de la découvrir pendant plus d’une semaine entière. L’Amérique est magique et laCalifornie…. c’est un voyage au septième ciel. 8

×