• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
La lettre ouverte des communes
 

La lettre ouverte des communes

on

  • 971 views

L'Union des villes et communes wallonnes réunit ce jeudi matin son assemblée générale annuelle. Au centre des préoccupations des municipalistes: les finances des pouvoirs locaux soumises à des ...

L'Union des villes et communes wallonnes réunit ce jeudi matin son assemblée générale annuelle. Au centre des préoccupations des municipalistes: les finances des pouvoirs locaux soumises à des tensions négatives très fortes qui ne sont pas toujours à mettre à charge des élus de proximité.

Statistics

Views

Total Views
971
Views on SlideShare
884
Embed Views
87

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

2 Embeds 87

http://www.lesoir.be 70
http://newsgate.redactionconnect.net 17

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    La lettre ouverte des communes La lettre ouverte des communes Document Transcript

    • Lannée politique communalePériode du 1erjanvier 2012 au 31 mars 20132012Rapportdactivités
    • Rapport d’activités 20122Le présent rapport d’acti-vités est le fruit de l’actionpolitique portée, avec forceet conviction, par le Conseild’administration sous la hou-lette de son Président, JacquesGobert, et du travail de terrainde toute une équipe, quoti-diennement au service despouvoirs locaux.Il a été rédigé par MichelLHoost, Conseiller Presse& Communication à lUniondes Villes et Communes deWallonie.Toute information à proposde ce document peut être ob-tenue auprès de Louise-MarieBataille, Secrétaire générale.TABLE DES MATIERESLe mot du Président...............................................................................................................................................................................................................................3L’Union en action - Der Verband in Aktion....................................................................................................................................4A la une....................................................................................................................................................................................................................................................................................5L’aménagement du territoire.....................................................................................................................................................................................10La culture.....................................................................................................................................................................................................................................................................11Le développement durable..............................................................................................................................................................................................12Le développement économique.............................................................................................................................................................................13L’énergie............................................................................................................................................................................................................................................................................14Lenfance et la jeunesse........................................................................................................................................................................................................17L’environnement..........................................................................................................................................................................................................................................18L’Europe et l’International...............................................................................................................................................................................................22Les finances communales................................................................................................................................................................................................25Le fonctionnement de la commune et les modes de gestion..............................................30La gouvernance............................................................................................................................................................................................................................................32Les intercommunales .................................................................................................................................................................................................................33Le logement.............................................................................................................................................................................................................................................................35Les mandataires...........................................................................................................................................................................................................................................39Les marchés publics.......................................................................................................................................................................................................................40La mobilité, le transport et la voirie.................................................................................................................................................42Les nouvelles technologies et l’e-gouvernement............................................................................................45Le personnel communal........................................................................................................................................................................................................46La police...........................................................................................................................................................................................................................................................................48La ruralité..................................................................................................................................................................................................................................................................50La sécurité.................................................................................................................................................................................................................................................................51Les services d’incendie............................................................................................................................................................................................................52Les services postaux......................................................................................................................................................................................................................53Une équipe au service des pouvoirs locaux......................................................................................................................54
    • Rapport d’activités 2012 3L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALELE MOT DU PRESIDENTEn 2012, année électorale, l’Union a redoublé d’efforts pour ses membresLe millésime 2012 a été marqué du sceau du scrutin communal du 14 octobre, àl’issue duquel ont été installés les 262 nouveaux conseils communaux et conseils del’action sociale.Sous le nom de code Opération nouveaux élus, l’Union a concocté un impressionnantdispositif pour aider ses membres à affronter avec succès l’organisation ou le passagede l’épreuve électorale, ainsi que pour permettre aux 5.306 anciens ou nouveaux élusde démarrer de façon optimale la législature 2013-2018.Pas moins de 9 changements ayant été apportés au Code de la démocratie locale et dela décentralisation (CDLD) juste avant le scrutin, il importait pour l’Union d’aider sesmembres à les appliquer. De même, le Programme stratégique transversal communal(PST) a nécessité pédagogie et promotion auprès des femmes et des hommesdésignés à la gouverne des municipalités wallonnes pour 6 années.L’Union, qui assiste, conseille, forme et informe en continu ses membres, a redoubléd’efforts dans ce contexte électoral fort chargé. Cet accompagnement spécifique atouché 20.000 candidats, bénéficiant, entre février et juin 2012, d’un Calendrier desélections, d’une brochure La Commune expliquée aux candidats et aux nouveaux élus,d’un site internet www.lacommune.be et d’un dossier spécial dans le Mouvementcommunal.Octobre et novembre 2012 ont été synonymes d’activité intense pour les conseillersde l’UVCW, assaillis de questions techniques et procédurales émanant des membres.Ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour leur assurer assistance-conseil et information.Comme de tradition tous les 6 ans, le Service Formation de l’Union a proposé uncopieux et varié programme sur mesure à destination des mandataires locaux,spécialement des nouveaux élus. Au total, plus de 52 dates entre décembre et juin2013, partout en Wallonie, pour informer, sensibiliser et mobiliser quant à la bonnegouvernance, à la planification stratégique, au fonctionnement et aux missionsdes communes, ainsi qu’à toutes les thématiques spécifiques liées aux métiers encommune.En décembre 2012, est paru l’ouvrage grand public La Commune, édition 2013.Last but not least, un Espace ressources a été rendu accessible aux mandataires locauxsur le site internet de l’Union : www.uvcw.be/nouveaux-elus.Bref,toutaétémisenœuvreparleséquipesdel’Unionpourqu’ainsioutillés,informéset formés, les femmes et les hommes à qui les électeurs ont donné leur confiancepour 6 ans soient parés pour démarrer ou poursuivre la formidable aventure de ladémocratie locale et du service public local. Pour le plus grand bénéfice du citoyen !Jacques GobertPrésident
    • Rapport d’activités 20124L’UNION EN ACTIONLes lignes qui suivent sont le reflet dynamique de l’action efficace et pragmatiqueque l’Union des Villes et Communes de Wallonie poursuit journellement pour ladéfense et la promotion de ses membres. C’est également le panorama de l’annéepolitique communale.Sont sélectionnés ici les combats-phares que le Conseil d’administration de l’UVCW,sous la houlette de son Président, a menés pour la démocratie locale. Les principauxdossiers et les travaux prospectifs essentiels y sont relatés.Pour davantage d’exhaustivité, le lecteur est invité à notamment consulter le siteinternet www.uvcw.be et ses actualités.DER VERBAND IN AKTIONDie folgenden Zeilen sind das dynamische Abbild der wirksamen und pragmatischenAktion, die der Städte- und Gemeindeverband der Wallonie tagtäglich für dieVerteidigung und Unterstützung seiner Mitglieder unternimmt. Sie sind ebenfallsdas Panorama des politischen Jahres auf Gemeindeebene.Wir haben hier die wichtigsten Gefechte ausgewählt, die der Verwaltungsratdes Verbandes unter der Führung seines Präsidenten für die lokale Demokratieausgetragen hat. Unsere wichtigsten Dossiers, sowie die wesentlichenzukunftsorientierten Arbeiten werden hier kurz vorgestellt.Um ausführlichere Informationen zu erhalten, laden wir unsere Leser dazu ein,insbesondere unsere Internet-Seite www.uvcw.be zu besuchen und die Neuigkeitennachzulesen.
    • Rapport d’activités 2012 5L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEFinances localesA LA UNELe point sur les finances locales au terme de lalégislature communale1En mai 2012, à l’occasion de son Assemblée générale, l’Union a dressé le bilanfinancier de l’année écoulée et de la législature communale 2007-2012.La croissance des recettes a poursuivi son ressac : une faible moyenne de 2,8 % paran sur 2007-2011. Les municipalités sont parvenues à contenir la croissance des dé-penses à 2,8 % par an sur la législature. C’est une véritable prouesse !Les dépenses en faveur des zones de police, des services d’incendie, des CPAS et deshôpitaux ont connu une croissance de 5 % par an, la même évolution que celles enpersonnel. C’est dire l’effort sur les frais de fonctionnement, en dépit d’un énormetransfert de charges du Fédéral vers les pouvoirs locaux. Le spectre du financementdes pensions des agents statutaires équivaut à un surcoût cumulé d’1 milliard d’eurosd’ici 2016 pour les pouvoirs locaux belges. Ces chiffres insoutenables plaident pourune réforme que l’Union a appelée de ses vœux : la pension mixte. Avec la crise éco-nomique, la croissance des dépenses d’aide sociale accordée par les CPAS a explosé(+ 8,8 % en 2011).Dans ce contexte, les villes et communes wallonnes, respectant la trajectoire etl’équilibre budgétaires, ont maintenu leurs finances à flot, ce qui constitue un véri-table tour de force. Pour rappel, la part des communes dans la dette publique belgen’est que de 5 %. Le boni cumulé connaît toutefois une érosion, lente mais inexo-rable. Il a atteint 288 millions d’euros en 2012. Globalement, la situation financièredes communes wallonnes reste donc saine.Mais pour combien de temps? Et non sans un prix à payer : la stagnation des inves-tissements en 2010 et 2011, signe de difficultés financières évidentes. Auquel s’ajouteun «effet ciseau» résultant des transferts croissants de tâches fédérales, assortis dedotations insuffisantes pour y faire face. C’est inquiétant, car les villes et communesconcentrent près de 50 % des investissements publics belges. Face à ce constat,l’Union a tracé une série de pistes pour optimiser les recettes et les dépenses. Pour enassurer la prévisibilité et la stabilité aussi.D’abord, elle a réclamé des autorités, régionales et fédérales, davantage de soutienpour investir dans les services de proximité. Ensuite, elle attend de la Région et dela Communauté une simplification radicale des procédures d’octroi de subventions.Du droit de tirage, l’UVCW espère une évolution vers un véritable Fonds d’investis-sements pour accélérer le rythme et permettre une dynamique de programmationstratégique communale.L’Union a réfléchi à des sources de rentrées supplémentaires, à commencer par lafiscalité immobilière (18 % des recettes communales), moyennant le recours à desindicateurs experts (de quoi récupérer 40 millions d’euros). L’Union a proposé degénéraliser la redevance de voirie à tous les impétrants et de créer une ristourne de lavignette autoroutière, pour compenser l’utilisation de la voirie locale (90 % de la voi-rie wallonne) par les usagers. Dans un second temps, il serait question de simplifierla fiscalité locale, de taxer les mâts éoliens et de réformer la fiscalité patrimoniale.1 Personnes de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale, Katlyn Van Overmeire, Conseil-ler, Amaury Bertholomé, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances et Fiscalité).
    • Rapport d’activités 20126Programme stratégiquetransversal communal(PST)Programme stratégique transversal communal :c’est parti !2En janvier 2012, le Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de la Ville et l’Union ontprésenté le Programme stratégique transversal communal (PST), un outil neuf pouraider les majorités issues du scrutin d’octobre 2012 à optimiser leur gouvernancelocale.Les communes ont été incitées à proposer, dans les 6 mois après l’installationdes conseils, un PST en lieu et place de la traditionnelle déclaration de politiquecommunale. Le PST représente une volonté inédite de généraliser la culture de laplanification et de l’évaluation à l’échelon local, car de bonnes pratiques existaientdéjà en maints endroits de Wallonie.Pour l’élaboration de leur PST, les communes ont déjà pu s’appuyer sur un vade-mecum simple et didactique concocté par l’Union (Mouv. comm., Hors série,12/2011). Elles bénéficient désormais d’un Guide pratique du PST pour définir sesobjectifs et indicateurs édité chez Politeia. Réalisé par l’Union et BSB ManagementConsulting, en étroite collaboration avec le Cabinet du Ministre, ses administrations(DGO5, DGO1 et CRAC) et un groupe d’experts communaux, cet ouvrage démystifiele PST en permettant à toutes les communes de s’approprier les clés pour le créer etle faire vivre.Les communes ont également bénéficié, depuis début 2012, d’une informationspécifique de l’Union. En décembre 2012, après le scrutin local, l’Union a organisé3 séances de formation/information sur le thème du PST, toujours en collaborationavec le Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de laVille et son administration. Ce futun beau succès : pas moins de 300 municipalistes, issus de la moitié des communeswallonnes et de plusieurs CPAS, y ont participé, témoignant de l’intérêt porté à cettedémarche de gouvernance innovante.En janvier 2013, le Ministre a lancé l’appel à candidatures PST dans le but de choisirun groupe de communes-pilotes acceptant de servir de «laboratoire». Non sans suc-cès : pas moins de 132 communes y ont répondu favorablement, signalant leur inté-rêt pour la démarche et leur souhait d’y être associées, dont 87 ont rentré un dossierde candidature pour devenir une commune pilote subventionnée.Les 24 communes lauréates se sont engagées à réaliser un PST pour le mois d’oc-tobre 2013 au plus tard et à partager leur expérience et leurs réflexions avec toutes lesautres intéressées par la démarche via un Réseau PST. Elles bénéficient de l’accom-pagnement d’un groupe de travail spécifique composé du Cabinet, des administra-tions concernées (DGO5, DGO1 et CRAC) et de l’Union.L’Union soutient évidemment toutes les villes et communes manifestant de l’intérêtpour le PST, pas seulement celles retenues en qualité de communes pionnières. Carl’opération, évaluée au cours de la législature 2013-2018, pourrait être généralisée.Une rubrique de notre site est consacrée au PST : www.uvcw.be/pst.2 Personnes de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe, Alexandre Maitre, Directeur du DépartementGouvernance locale, et Edouard Vercruysse, Conseiller Expert.
    • Rapport d’activités 2012 7L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALESchéma de Développementde l’Espace régional(SDER)Actualisation du SDER : l’avis de l’Union3En septembre 2012, l’Union a transmis au Ministre wallon de l’Aménagementdu Territoire un avis volumineux et fort étayé à propos de la révision du Schémade développement de l’espace régional (SDER). Le SDER exprime les optionsd’aménagement et de développement durable pour tout le territoire wallon auxhorizons 2020 et 2040, au regard de 6 défis majeurs : démographie, cohésion sociale,compétitivité, mobilité, énergie et climat.L’Union a salué la volonté de réviser ce document d’orientation essentiel, devenu ob-solète, tout en plaidant pour une indispensable réforme parallèle du Code wallon del’aménagement du territoire, de l’urbanisme, du patrimoine et de l’énergie (Cwatupe).Face à la multiplicité des objectifs définis dans la note régionale, l’Union a demandéune clarté forte sur les priorités et une grille de lecture pour faire du SDER un véri-table outil d’appui à la décision. L’Union a aussi souhaité que soit précisée la contri-bution des autorités locales. Et quid de la marge de manœuvre laissée aux communesquant à la maîtrise de leur territoire ?L’Union a surtout pointé plusieurs oublis majeurs du projet de SDER. La Wallonie nes’y trouve pas inscrite dans l’espace européen. L’absence de prise en compte des mé-tropoles voisines et le manque d’ambition suprarégionale interpellent. La révisiondes plans de secteur n’apparaît que trop ponctuellement dans le projet ; or, elle estprioritaire vu leur obsolescence.Si la notion de bassin de vie sous-tend avec ambition certains objectifs du SDER,l’Union entend qu’ils portent un réel projet territorial de développement. Le spectredes compétences embrassées par les bassins doit être élargi, et les conditions néces-saires à leur émergence et leur bon fonctionnement, entre autres en termes de gou-vernance, doivent être clarifiés.Pour l’Union, la démarche idéale consisterait en la rencontre entre vision régionale etvolontés politiques locales, dans une logique de complémentarité, la Wallonie fixantles grands pôles, des projets territoriaux d’initiative locale (communautés urbainesou communautés de communes à un niveau supra-communal) venant se maillerlibrement autour d’eux.La ruralité, composante essentielle du territoire wallon, est insuffisamment prise encompte. Dans les objectifs du SDER, l’Union veut voir inscrire une réelle ambitionpour les espaces ruraux wallons. Parallèlement, l’Union a clairement plaidé pour unrenforcement du rôle des villes dans la structuration de l’espace régional wallon. Ellea souhaité l’inscription des prémisses d’une véritable politique wallonne de la villedans les objectifs du SDER.Enfin, l’articulation entre les pôles urbains et le monde rural fait défaut. L’Union as-pire à un développement territorial équilibré, où chaque territoire, selon ses spéci-ficités et ses potentialités, peut participer au déploiement régional, sans hiérarchieentre eux.3 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur du Département Développement territorial, Thibault Ceder, ConseillerExpert, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Aménagement du territoire).
    • Rapport d’activités 20128édition - PoliteiaL’Union relance son activité d’édition avec Politeia4Janvier 2013 a marqué le début d’une collaboration entre l’Union et la maison d’édi-tion Politeia, déjà partenaire de longue date de notre homologue flamande, la VVSG.Depuis ses origines, l’Union a toujours exercé une activité édition à destination deses membres. Sur le site internet, dans le Mouvement communal ou sous forme decontributions pointues juridiques ou techniques, la production des conseillers/au-teurs de l’Union est riche, variée et, surtout, très à jour. Elle fait également preuved’une bienvenue vulgarisation dans des matières éminemment complexes.C’est ce savoir-faire au sein de ses équipes et ce fonds de publications que l’Unionmet désormais à disposition de tous ses membres au sein des pouvoirs locaux, encréant et en lançant avec Politeia une collection baptisée Les indispensables des pou-voirs locaux.La collection abordera progressivement, par thèmes, l’ensemble des préoccupationsqui agitent aujourd’hui les pouvoirs locaux au sens large (villes et communes, CPAS,intercommunales, zones de police, sociétés de logement de service public, etc.).Elle s’adressera tantôt aux mandataires, tantôt aux techniciens des administrationslocales, mais aussi plus largement au monde académique ou aux citoyens intéresséspar la démocratie locale dans toutes ses composantes.Le parti a été pris de privilégier des ouvrages de petit format, concis, pratiques etaccessibles, concrets, actualisés. L’Union a tenu à proposer des prix très abordables,assortis de conditions préférentielles en faveur de ses membres. Des formulesd’abonnement intéressantes sont également disponibles.Cette collaboration démarre sur les chapeaux de roue, puisque 5 ouvrages sont déjàproposés à l’issue du 1erquadrimestre 2013 :• Modèles pratiques de règlements d’ordre intérieur à l’usage des communes, CPAS etintercommunales ;• Guide du PST à l’usage des pouvoirs locaux ;• La responsabilité pénale du mandataire ;• Modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale.Les praticiens de la matière se sont aussi arrachés le Vade-mecum des marchéspublics des pouvoirs locaux, un ouvrage hors collection paru en avril 2013.Il est possible de commander l’ensemble de ces ouvrages sur www.politeia.be.4 Personnes de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe, et Michel L’Hoost, Conseiller Presse et Communication.
    • Rapport d’activités 2012 9L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEUWEFédérations sectoriellesMunicipalistes wallons et entrepreneurs:des liens plus forts5 Il existe une tradition de dialogue étroit et soutenu entre le monde patronal et lesmunicipalistes wallons. Ces liens ont encore trouvé à se renforcer dans le courant del’année 2012, notamment par le biais de contacts entre l’UVCW, d’une part, l’Unionwallonne des Entreprises (UWE) ou certaines de ses fédérations sectorielles (CCW,FWEV, FEGC, Fediex, Comeos, …), d’autre part.Fin août, l’Union et l’UWE se sont ainsi réunies à Beloeil. Au cours de cette rencontre,de nombreux points de convergence ont été identifiés, principalement en aménage-ment du territoire et développement économique, mais aussi en mobilité, déchets,marchés publics et grands travaux d’infrastructure. La recherche de l’efficience parles communes wallonnes et la vision stratégique pluriannuelle via le Programmestratégique transversal communal (PST) a fort intéressé le monde de l’entreprise.Peu avant les élections communales, une délégation du secteur wallon de laconstruction a été reçue par l’Union. La CCW a notamment appelé les pouvoirslocaux, gros donneurs d’ordres avec plus de 50 % de l’investissement public du pays,à maintenir le volume de leurs investissements malgré la crise. Les deux associationsont plébiscité le droit de tirage pour davantage de prévisibilité et de programmationdes investissements. La CCW a souligné la bonne expérience qu’elle a du droit detirage en voirie, tandis que l’UVCW a insisté sur une extension du système à d’autrestypes de travaux et le besoin d’une procédure plus légère.Les partenariats Public-Privé (PPP), l’effort de simplification administrative enmatière de marchés publics ont été salués et encouragés de part et d’autre. Les gi-gantesques défis de l’urbanisme et du logement ont naturellement été débattus, demême que la transition vers une société basse énergie, la fiscalité immobilière, la ges-tion des déchets de construction et de démolition ou des terres de voiries, la questiondes impétrants. Dans tous ces domaines, de nombreux points de convergence ourevendications communes ont émergé.CCW et UVCW ont convenu de refaire le point très régulièrement sur toutes ces ma-tières, inévitablement appelées à connaître d’autres développements dans le futur.Début 2013 aura également vu la parution croisée d’interviews du nouveau pré-sident de l’UWE, Monsieur Héris, dans le Mouvement communal et de son homo-logue de l’Union, Monsieur Gobert, fraîchement reconduit dans ses fonctions, dansDynamisme.5 Personne de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe.
    • Rapport d’activités 201210Code wallon del’Aménagement duTerritoire,de l’Urbanisme,du Patrimoine etde l’EnergiePolitique foncièreLAMENAGEMENT DU TERRITOIRE6Développement territorial, planification, urbanisme… les communes sont lespartenaires de proximité de la Région en matière de gestion de l’espace et de cadrede vie.6Cwatupe : une action plus discrète, mais non moinssoutenueDans la foulée du travail colossal accompli en 2011, l’Union a continué, tout au longde l’année 2012, à suivre de très près le cheminement du projet gouvernementalde refonte du Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, dupatrimoine et de l’énergie (Cwatupe).L’Unionasaisichaqueoccasionderappelersapositionetsespropositions,entérinéespar son Conseil d’administration et exprimées dès mai 2011 lors d’auditions auParlement wallon. Au total, plus de 200 constats et propositions concrètes, issus d’unegrande enquête de terrain, classés par thème, par outil et par article, destinés à tendrevers un aménagement durable du territoire.Les propositions formulées par les municipalistes au Ministre wallon del’Aménagement duTerritoire visent à accélérer, simplifier et optimiser les procédureset les outils, notamment en les allégeant des éléments susceptibles de détournerla commune des enjeux de la police de l’aménagement du territoire et de celle del’urbanisme et de l’architecture; finalités qui devraient pouvoir constituer l’épinedorsale structurant une nouvelle approche du développement territorial.Politique foncière locale : l’Union dépose une noteprospective7La Wallonie est confrontée à des défis majeurs : pression foncière, étalement urbain,saturation du trafic, sous-utilisation du foncier, détériorations de certains quartiers,immeubles abandonnés, … Afin de les relever, les pouvoirs publics peuvent jouer dela «politique foncière», soit une multitude d’instruments contenus dans des législa-tions éparses leur permettant d’influer positivement sur le développement territorialen disposant du sol.En mai 2012, le Conseil d’administration de l’Union a interpellé les ministres régio-naux et fédéraux concernés, leur rappelant que les pouvoirs locaux sont incontesta-blement LE niveau de pouvoir le plus approprié pour quantité d’actions publiques,tant les enjeux et les réalités de terrain peuvent différer d’un territoire à l’autre.Identifiant 5 axes d’optimalisation de la politique foncière locale, l’Union a réclaméla création d’instruments juridiques diversifiés et complémentaires, ainsi que l’amé-lioration des outils existants. Un soutien régional aux politiques foncières localesserait bienvenu, assorti de moyens conséquents, pour permettre aux autorités lo-cales d’œuvrer pleinement à la satisfaction de l’intérêt général. Ce soutien prendraitla forme d’un fonds régional organisé sous la forme d’un droit de tirage et doté d’uneenveloppe suffisamment importante.6 Personnes de référence : Thibault Ceder, Conseiller Expert, Arnaud Ransy, Conseiller, Philippe Pieters, Consultant et MarieDéom, Secrétaire (Cellule Aménagement du territoire).7 Personne de référence : Alexandre Ponchaut, Conseiller
    • Rapport d’activités 2012 11L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEBibliothèquesPrêt publicLA CULTURE8Bibliothèques et rémunération pour prêt public :l’Union en appelle à la Fédération WallonieBruxelles8En septembre 2012, l’Union a remis avis au Ministre fédéral de l’Economie et à laMinistre de la Culture de la Communauté française quant au projet d’arrêté royalrelatif à la rémunération pour prêt public.L’Union a fait part de ses grandes inquiétudes quant aux répercussions financièresdu projet d’arrêté royal pour les bibliothèques publiques, donc pour les finances despouvoirs locaux. En particulier, les 8 années d’effet rétroactif (2004-2012) du nouvelarrêté risquaient d’entraîner des difficultés financières pour les institutions de prêtpublic.L’Union a été très déçue de constater que le nouvel arrêté royal, adopté le 13 dé-cembre, fixe des montants de rémunération pour prêt public sensiblement plus éle-vés que prévu.Heureusement, le texte prévoit des dispositions transitoires pour la période 2004-2012 : un échelonnement des paiements sur 3 années, en coordination avec d’autrespouvoirs publics, est expressément prévu. Pour la même période, les Communautésdevront remettre une déclaration centralisée à la société de gestion des droits pour lecompte des institutions de prêt de leur ressort. Et une réduction forfaitaire de 5 % estprévue en raison de la déclaration et du paiement centralisé par les Communautés.L’Union voit dans ces dispositions une invite à la Fédération Wallonie-Bruxelles àprendre en charge le paiement des rémunérations pour prêt public en lieu et placedes institutions de prêt (à l’exemple de la Communauté flamande). Dans son arrêt du30 juin 2011, la Cour de Justice européenne a en effet rappelé que les Etats membrespeuvent fixer les montants de la rémunération en fonction de leurs propres objectifsde promotion culturelle. Or, cette matière est du ressort des Communautés.L’Union entend rester vigilante sur ce dossier. Il est hors de question que le paiementdes arriérés de 8 années soit supporté par les institutions de prêt et les communes.Les conséquences de l’arrêt de la Cour de Justice européenne du 30 juin 2011 ne sonten effet pas de leur responsabilité et ne peuvent dès lors être mises à leur charge.8 Personnes de référence : Caroline Francotte, Conseiller, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule Sport, Culture, Enfance etEgalité des chances).
    • Rapport d’activités 201212Agenda local 21Principe de subsidiaritéDroit de tirageLE DEVELOPPEMENT DURABLE9Stratégie régionale de développement durable :l’UVCW pour le développement de l’Agenda 21 local9A l’été 2012, le Conseil d’administration de l’Union a remis avis quant à la stratégierégionale de développement durable dont la Wallonie entend se doter pour 2014.L’Union, qui promeut et encourage le Programme stratégique communal transversal(PST) dans les villes et communes wallonnes, a salué la volonté régionale de lancerune démarche similaire.Pour l’Union, cette stratégie doit :• être ambitieuse, notamment en termes de gouvernance et de concertation ;• être financièrement planifiée, soutenue et transparente ;• être assortie d’un plan reprenant des actions concrètes prioritaires ;• avoir pour vocation première la coordination des outils régionaux existants ;• être partagée, s’il le faut, via une nouvelle architecture des instances consultatives.Face à l’apparente volonté wallonne de faire participer les communes aux objectifsdu plan, l’Union a rappelé le principe de subsidiarité, reconnu au niveau suprana-tional. Pas question donc d’imposer des objectifs, les moyens de les atteindre ou deprévoir des sanctions, dans aucun domaine (entre autres environnemental).Dans l’optique d’un partenariat fort entre la Région et les communes, l’Union a ré-pété sa priorité d’une évolution vers un réel droit de tirage qui permettrait une réelleplanification des stratégies locales, concourrait à la simplification administrative etappuierait les pouvoirs locaux dans leurs politiques de développement durable.Les pouvoirs locaux sont confrontés à des enjeux importants en matière de déve-loppement durable, notamment dans leurs aspects territoriaux. Les municipalistesaimeraient voir leurs efforts en la matière reconnus et soutenus. En termes de pro-motion, l’Union a prôné la création d’un label ‘Agenda 21 local’ pour les outils de pla-nification stratégiques locaux répondant aux critères de l’Agenda 21 local.Le décret-cadre relatif au développement durable en gestation au Gouvernementwallon pourrait prévoir à la fois le processus de labellisation et les critères à rencon-trer pour y prétendre. La labellisation pourrait être progressive selon le degré d’inté-gration et de participation des divers processus. L’obtention du label ouvrirait, pourla commune, l’accès à des soutiens régionaux pour concrétiser les actions du planstratégique de développement durable local.9 Personne de référence : Tom De Schutter, Directeur du Département Développement territorial.
    • Rapport d’activités 2012 13L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAgences deDéveloppement local(ADL)AgrémentLE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE10La commune est un levier important pour quantité d’entreprises et pour la vitalitééconomique en général. Par sa connaissance du terrain, sa capacité à rassemblerles hommes et les informations, à mobiliser les énergies et à créer des partenariatslocaux, la commune joue un rôle prépondérant en matière de développement local,notamment par le biais des agences de développement local (ADL).10ADL: l’Union pour un allongement de l’agrément de3 à 6 ansVu l’impact considérable des agences de développement local (ADL) sur le tissu éco-nomique local, l’Union estime que la durée de l’agrément des ADL devrait être por-tée de 3 à 6 ans via une modification décrétale. En octobre 2012, elle l’a fait savoir aux3 Ministres wallons en charge de ce dispositif.En collaboration avec les acteurs locaux, les agents de développement local posentun diagnostic fouillé du territoire local (analyse AFOM), dont ils dégagent des priori-tés à court, moyen et long termes. Ce lourd travail est accompli une première fois lorsde la demande d’agrément par la commune auprès de la Région, et 3 ans plus tard,lors du renouvellement de l’agrément.Passer de 3 à 6 ans permettrait aux agents ADL de se consacrer pleinement aux pro-jets en étant moins accaparés par des tâches administratives, de bénéficier d’uncadre stable et durable pour réaliser les projets et de mieux coller à la stratégie com-munale exprimée dans la déclaration de politique générale communale (DPC) ou leprogramme stratégique transversal communal (PST). Enfin, offrir des perspectivesd’emploi à plus long terme aux agents de développement local concourrait à dimi-nuer la rotation de personnel importante qui les caractérise. L’Union a sollicité un examen en urgence de sa proposition, car la plupart des ADLvoient leur agrément prendre fin le 31 décembre 2013 et les demandes de renouvel-lement d’agrément sont attendues dès le 1er mai 2013.10 Personnes de référence : KatlynVan Overmeire, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Développement local/ADL).
    • Rapport d’activités 201214Cadre éolienL’ENERGIE11L’un des défis du XXIesiècle, la question énergétique, impacte les communes : coûtsliés à la libéralisation, gestion rationnelle, intégration aux permis d’urbanisme.11Cadre de référence éolien : les inquiétudes etles réserves de l’UnionLe 21 février 2013, le Gouvernement wallon a adopté le cadre de référence éolienactualisé, accompagné d’une cartographie. Ce cadre, qui s’inscrit dans les objectifswallons en matière d’énergie renouvelable (4500 GWh en 2020), détermine les critèresà respecter en Wallonie pour l’implantation des éoliennes de puissance (>100 kW)et intègre les enjeux actuels tels que la multiplication des parcs, les impacts sur lepaysage et le cadre de vie, la participation citoyenne et des pouvoirs locaux dans lesprojets.La cartographie des zones de développement éolien découpe tout le territoire wallonen lots possèdant un productible éolien à atteindre et comprenant plusieurs zonessusceptibles d’accueillir un parc éolien. De quoi fournir à l’autorité publique uneanalyse comparative des sites et mettre fin au système du «premier arrivé, premierservi».Dans son avis remis au printemps 2012 au Ministre wallon du Développementdurable, l’Union a exprimé de vives craintes quant au respect de l’autonomie com-munale et a ardemment plaidé pour la concertation active avec les garanties du bonaménagement local. A cet égard, le caractère provisoire de la carte adoptée réjouit lesmunicipalistes, qui pourront réagir avant même le lancement d’enquêtes publiques.L’Union a exigé le maintien de la maîtrise communale quant à la gestion de son fon-cier. Le caractère d’utilité publique de la production éolienne ne peut conduire àl’accaparement ou la perte de disponibilité de territoires communaux.Compte tenu de l’impact des projets éoliens sur leur territoire, un retour financierpour les communes est indispensable. L’Union a revendiqué le maintien absolu del’autonomie communale existant dans les négociations libres entre communes etopérateurs éoliens. Qui dautre que les villes et communes, est mieux à même d’esti-mer la formule qui rencontre l’intérêt public sur leur territoire (taxe, redevance, in-demnisation pour préjudice voyer ou environnemental, location, droit de superficieou d’emphytéose) ?Pour favoriser la participation des communes le souhaitant à un projet éolien,l’Union a également souhaité des mécanismes d’aide à l’investissement, l’assainisse-ment du marché de revente des permis et l’adaptation de la législation relative auxrégies communales autonomes.Sous l’angle de l’environnement et de la santé publique, l’Union a plaidé pour unemodulation de la norme de bruit et un suivi médical des populations exposées auxéoliennes, par une instance faisant autorité, afin d’objectiver la polémique sur lesnuisances et risques subis.Enfin, vu le développement soutenu de l’énergie renouvelable en Wallonie, l’Uniona rappelé au Ministre son exigence, dès 2013, d’un mécanisme de compensationdirecte, disposant d’une base légale et garantissant la neutralité budgétaire de lahausse des quotas de certificats verts pour les pouvoirs locaux.11 Personnes de référence : Marianne Duquesne, Conseiller, et Véronique Bierlaire, Secrétaire (Cellule Energie).
    • Rapport d’activités 2012 15L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEEfficacité énergétiqueéclairage publicDirective efficacité énergétique : l’Union interpellele Secrétaire d’EtatEn 2012, l’autorité européenne a travaillé sur une directive relative à l’efficacité éner-gétique. L’Union a naturellement suivi de près l’ensemble de ce processus législatif,en collaboration avec son organisation faîtière européenne, le Conseil des Com-munes et Régions d’Europe (CCRE).La directive en projet pouvait en effet impacter considérablement les autorités lo-cales et régionales, acteurs-clés dans la mise en œuvre des politiques relatives à l’effi-cacité énergétique. En mai 2012, avant la négociation finale au Parlement européen,l’Union a donc plaidé auprès du Secrétaire d’Etat à l’Energie pour une approcheflexible, basée sur le rapport coût-efficacité.L’Union a plus particulièrement ferraillé à propos de 2 dispositions. En ce quiconcerne la rénovation annuelle de 3 % de bâtiments publics, l’Union a fait en sorteque le Fédéral propose de se concentrer seulement sur les bâtiments appartenant auniveau fédéral, à l’exclusion des infrastructures locales et régionales.En matière de marchés publics, l’Union a toujours pensé et défendu que le choixdoit être laissé aux autorités publiques d’inclure des critères d’efficacité énergétiquedans les appels d’offres publics. Elle a donc demandé au Secrétaire d’Etat de soutenirl’approche la moins prescriptive dans ce domaine.La directive a été adoptée le 25 octobre 2012 et l’Union a été largement entendue,puisque les deux dispositions ne concernent finalement que les Etats centraux etnon les entités régionales ou locales.Eclairage public : l’Union salue le financementéquilibré du remplacement des lampes à mercureA l’automne 2012, la Wallonie a décidé le financement du dispositif accélérant leremplacement des 63.000 lampes à mercure assurant l’éclairage public. Très énergi-vores, elles seront en effet interdites à la vente en Europe dès 2015.Malgré une politique volontariste menée en Wallonie depuis plus de 20 ans pouraméliorer l’efficacité énergétique de l’éclairage public communal, grâce notammentaux programmes EPEE (1989-1998) et EPURE (depuis 1999), l’Union a déploré àmaintes reprises le budget insuffisant et a calculé qu’il faudrait encore plus de 20 anspour mener à terme cette politique.L’Union voulait accélérer la modernisation des parcs lumineux via un dispositif no-vateur inspiré des contrats de performance énergétique français, mais adapté à lasituation wallonne (où la gestion de l’éclairage public est confiée aux gestionnairesde réseau de distribution d’électricité - GRD).En octobre 2012, l’Union s’est réjouie de l’adoption, par le Gouvernement wallon,d’un mécanisme de financement s’inspirant de ce modèle et assurant une neutralitébudgétaire pour les communes. Concrètement, un tiers du coût de remplacement(équivalent à la maintenance) est intégré à l’obligation de service public (OSP) enmatière d’éclairage public, les deux autres tiers sont prêtés par les GRD aux com-munes, qui les remboursent grâce aux économies d’énergie réalisées.L’Union a salué l’équilibre de la mesure, qui tient à la fois compte des besoins desvilles et communes ayant encore beaucoup de luminaires à remplacer et de l’intérêtde celles ayant déjà procédé à ces investissements par le passé. Certes, comme toutconsommateur d’électricité, elles contribuent à l’OSP, mais la très grande majoritéont obtenu jadis des subsides pour financer la modernisation de leur parc d’éclai-rage public et bénéficient depuis des réductions de consommations d’énergie.
    • Rapport d’activités 201216Programme UREBAUREBA : l’Union réclame une éligibilité pour tous lesservices à la collectivité financés par les communesLe programme UREBA soutient financièrement les personnes de droit public et lesorganismes non commerciaux voulant réduire la consommation énergétique deleurs bâtiments. Un décret de 1993 (utilisation rationnelle de l’énergie, économiesd’énergie et énergies renouvelables) et un arrêté de 2003 (amélioration de la perfor-mance énergétique des bâtiments) édictent les règles d’éligibilité à ces subventions.Sont ainsi visés par le décret : «écoles, hôpitaux, piscines, et autres services àla collectivité, asbl et associations de fait poursuivant un but philanthropique,scientifique,technique ou pédagogique,dans les domaines de lénergie,de la protectionde lenvironnement ou de la lutte contre lexclusion sociale». L’arrêté définit quant àlui les personnes de droit public : «toute commune, centre public d’aide sociale etprovince de Wallonie».Depuis lors toutefois, des dispositions légales ont modifié l’organisation de certainsservices à la collectivité, comme la réforme des polices de 1998. Il en résulte unediscrimination : une zone de police mono-communale, personne de droit public, aaccès aux subsides UREBA pour l’a mélioration énergétique de ses commissariats,tandis qu’une zone pluri-communale ne peut y prétendre, car dotée d’une person-nalité juridique propre.En janvier 2013, l’Union a sensibilisé le Ministre wallon du Développement durableet de la Fonction publique à cette anomalie qui impacte in fine certaines communes,alors que toutes contribuent largement au financement de ces services. Un problèmesimilaire est susceptible de se poser après la création des zones de secours issues dela réforme en cours des services d’incendie pour les casernes de pompiers.L’UVCW a donc demandé une adaptation des textes légaux régissant l’octroi des sub-sides UREBA, en ajoutant aux bénéficiaires les services à la collectivité financés parles communes, tels que la police et les services de secours.
    • Rapport d’activités 2012 17L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAccueil de la petiteenfanceAires de jeuxLENFANCE ET LA JEUNESSE12Accueil de la petite enfance : accessibilité pour tous ?12En octobre 2012, l’Union, interrogée au sujet de l’accessibilité des milieux d’accueilagréés par l’ONE aux enfants dont les parents sont sans emploi, a dressé un tristeconstat : les moyens dégagés par la FédérationWallonie-Bruxelles pour l’accueil de lapetite enfance (de 0 à 3 ans), et plus largement pour l’enfance, sont insuffisants pourcouvrir les besoins du terrain.Dans ce contexte, les droits des parents à pouvoir bénéficier d’un service d’accueil,principalement pour développer une activité professionnelle, sont mis en cause.Pratiquement, afin de concilier les intérêts en présence et de décloisonner la réflexionsur la politique à mener, l’Union invite à distinguer les parents qui ont un emploi (etun besoin structurel d’accueil pour se rendre au travail et pouvoir le conserver) desparents à la recherche d’un emploi (et un besoin ponctuel d’accueil pour se rendreà des entretiens de sélection, suivre des formations ou reprendre très rapidement letravail suite à un entretien d’embauche concluant).Pour l’Union, nul doute que la solution appropriée doive prendre en compte les be-soins distincts des parents, étant entendu que les pouvoirs organisateurs locaux sontles mieux à même d’identifier et d’intégrer les situations concrètes des parents.Un modèle de cahier de charges pour la constructiond’aires de jeux13En juin 2012, l’Union a mis à disposition de ses membres un modèle de cahier spécialdes charges pour la construction d’aires de jeux, ainsi qu’un modèle de délibérationet un modèle de rapport d’attribution. Il est accessible aux membres sur le RéseauMarchés publics & PPP (http://marchespublics.uvcw.be).Ces modèles sont le fruit d’un travail mené de concert par un groupe de travail in-terne de l’Union, avec le précieux concours de l’Association des Etablissements spor-tifs (AES). D’autres projets de modèles en matière d’infrastructures sportives sont enprojet dans le cadre de cette collaboration avec l’AES.12 Personnes de référence: Caroline Francotte, Conseiller, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule Sport, Enfance, Social,Culture).13 Personne de référence : Sylvie Bollen et Mathieu Lambert, Conseillers Experts, Marie-Laure Van Rillaer, Conseiller (CelluleMarchés publics et Fonctionnement institutionnel)
    • Rapport d’activités 201218Natura 2000Compensations fiscalesEnquêtes publiquesL’ENVIRONNEMENT14Protection de la nature, gestion des impacts sur l’eau, l’air, le bruit, les sols viales permis d’environnement, répression de la délinquance environnementale, lacommune protège en 1èreligne le cadre et la qualité de vie des citoyens.14Natura 2000 : enfin la compensation fiscaleen faveur des communes15L’exonération du précompte immobilier pour les propriétaires de terrain sis enNatura 2000 est une mesure fiscale prise par le Gouvernement wallon pour aider lespropriétaires à adopter le projet Natura 2000. Cependant, les communes wallonnesvoient leur budget annuel amputé des centimes additionnels perçus pour ces ter-rains. Dès 2001, l’autorité régionale s’est engagée à compenser intégralement laperte de ces revenus additionnels locaux au précompte immobilier. Elle a confirmécet engagement en 2007.Pour 2011, c’est chose faite : les communes ont reçu, fin 2012, un courrier les assurantd’une juste compensation de ces pertes financières et leur indiquant le modus ope-randi. Chaque commune reçoit un montant adapté à sa situation particulière, mon-tant revu chaque année en fonction des variations des additionnels perçus. La des-tination de ces montants est décidée en toute autonomie par la commune, commepour toute recette issue de la perception des additionnels au précompte immobilier. Natura 2000 : une aide précieuse autourdes enquêtes publiques16Début novembre 2012, les avant-projets d’arrêtés portant désignation de 240 sitesNatura 2000, et l’avant-projet d’arrêté fixant les objectifs de conservation pour le ré-seau Natura 2000, ont passé la rampe du Gouvernement wallon. Cette étape a permisla fixation des dates de lancement des enquêtes publiques. Pour chaque site Natura2000, une enquête publique de 45 jours a ainsi pu être tenue, conformément au pres-crit légal. Et, après le scrutin communal, comme l’avait demandé l’Union.L’Union n’a pas ménagé ses efforts à l’approche de cette période cruciale. Dans lecourant du mois d’octobre 2012, elle a organisé de nombreuses séances de formationà destination de ses membres. Fin novembre 2012 a vu la mise en ligne d’une nouvelleversion de l’Espace Natura 2000 du site internet de l’Union. Outre des informationsgénérales quant au fonctionnement de ce projet de protection de la biodiversité, lesacteurs intéressés par Natura 2000 y ont trouvé la teneur du nouvel arrêté de sub-vention et les différentes procédures d’interdiction, d’autorisation et de notification. Surtout, en collaboration avec Naturawal, l’Union a mis à disposition de tous lespropriétaires et gestionnaires (forestiers ou agricoles, privés ou publics) un guided’aide à la participation aux enquêtes publiques. Ce guide a fait office de véritableboussole pour s’orienter et réagir à propos dans ces procédures complexes. 14 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur du département Développement territorial, Gwenaël Delaite, ArnaudRansy et ChristelTermol, Conseillers, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture, ruralité, nature et forêts).15 Personnes de référence : Christel Termol, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture,ruralité, nature et forêts).16 Personnes de référence : Christel Termol, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture,ruralité, nature et forêts).
    • Rapport d’activités 2012 19L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALESacs prépayésCoût-vérité des déchetsDistribution des sacs prépayés :la tolérance administrative reste de mise17L’arrêté «coût-vérité» du 5 mars 2008 relatif à la gestion des déchets ménagers définitle service minimum offert par les communes à leurs citoyens en la matière et leurimpose entre autres la distribution d’un certain nombre de sacs prépayés adaptés àla collecte des ordures.L’Union a toujours attiré l’attention sur les difficultés logistiques rencontrées par cer-taines communes dans la mise en œuvre de cette disposition, dont l’impact béné-fique pour l’environnement n’est nullement démontré.L’incertitude persistant quant au caractère obligatoire de la mesure, certaines com-munes n’ont pas été en mesure de prévoir une distribution, ni d’adapter le montantde leur taxe déchets. Au printemps 2012, l’Union a donc sollicité le Ministre wallonde l’Environnement pour qu’il garantisse aux communes concernées l’absence desanction. Ce qui fut fait lors d’une intervention devant le Parlement wallon.Toutefois, malgré la bonne volonté ministérielle, aucun accord n’a depuis été établidans ce sens, si bien que l’obligation légale est maintenue pour 2013. Interrogés parl’Union en février 2013, les Ministres Furlan et Henry ont tous deux affirmé que, pourl’exercice 2013, la tolérance administrative prévaudrait encore pour les communesen défaut d’application de la mesure.Vigilante et tenace, l’Union continue de réclamer la suppression pure et simple de lamesure ou à tout le moins son caractère facultatif. Les reports successifs conjugués àl’absence de sanctions démontrent le bien-fondé de cette position et plaident pourune clarification définitive de la situation. Cout-vérité des déchets :un taux de couverture plus acceptable18Le décret déchets de juin 1996 impose aux communes de répercuter le coût de lagestion des déchets ménagers sur leurs citoyens, à concurrence d’un taux déterminé.Pour l’exercice 2013, la menace planait d’un taux oscillant entre 100 % et 110 %.Toutefois, la circulaire budgétaire d’octobre 2012 a finalement retenu une fourchettecomprise entre 95 % et 110 %.L’Union s’est réjouie de cet assouplissement, tout en rappelant sa revendicationhistorique d’une fourchette encore plus large, variant de 90 % à 110 %. De quoipermettre une meilleure prise en compte des aléas de la vie communale et éviterla nécessaire surestimation des recettes (donc une taxation plus élevée) en vue deréduire les risques de non-respect de la mesure.17 Personnes de référence : Gwenaël Delaite, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture,ruralité, nature et forêts).18 Personnes de référence : Arnaud Ransy, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).
    • Rapport d’activités 201220DélinquanceenvironnementaleAgents constatateursProlifération des chatsDélinquance environnementale :les agents constatateurs sont prolongés19En vertu d’un décret de juin 2008, les communes peuvent adopter un règlementassorti de sanctions administratives et procéder à l’engagement d’agents pourprévenir, constater et réprimer les actes de délinquance environnementale, véritablenuisance et source d’insécurité. Cette politique est essentielle pour les pouvoirslocaux, en ce qu’elle permet une nette amélioration de la qualité et du cadre de vie.Toutefois, l’engagement et le maintien de ces agents constatateurs ne sont possiblespour les communes que grâce au soutien régional, au travers de points APE et d’unmontant forfaitaire pour couvrir les coûts de fonctionnement. Les municipalités enbénéficient certes depuis 5 ans, mais l’Union doit se battre chaque année auprès desministres wallons de l’Emploi et de l’Environnement pour la reconduction de la me-sure et le dispositif reste précaire.En l’absence du financement pérenne qu’elle réclame depuis toujours, l’Union ade nouveau sollicité, en juin 2012, la reconduction du soutien régional, qui devaitprendre fin début 2013.C’est donc avec soulagement et gratitude que l’Union a appris, début 2013, la confir-mation des points APE jusqu’au 31 décembre 2014 (le subside relatif aux frais defonctionnement pour 2013 était acquis depuis plusieurs mois). L’Union n’aban-donne cependant pas sa revendication d’un soutien financier pérenne des agentsconstatateurs, pour assurer la continuité et la professionnalisation de leurs missionsau service de la collectivité.Prolifération des chats : l’Union sort ses griffes20A l’été 2012, l’Union a pris connaissance du projet d’arrêté royal destiné à luttercontre la prolifération des chats retournés à l’état sauvage. Si l’utilité publique decette mesure n’est pas contestable, l’Union a tout de même fait savoir à la Ministrefédérale de la Santé publique qu’elle ne relevait pas des missions communales envertu de l’article 135 de la nouvelle loi communale (salubrité, sécurité et tranquillitépubliques), mais visait plutôt le bien-être animal, compétence fédérale.L’Union a dénoncé cette tentative d’imposition d’une nouvelle mission aux pou-voirs locaux, sans transfert de moyens budgétaires. Car le texte prévoyait que lescommunes prennent en charge la stérilisation, le nourrissage et la pose d’abris pourchats, le traitement de données statistiques et l’élaboration d’un plan de lutte contrela prolifération des chats.Sans être insensibles au bien-être animal, les municipalistes ont fait savoir à laMinistre, par la voix de l’Union, qu’ils ne pouvaient en aucun cas accepter cesobligations en l’absence d’un financement de la mesure. En conséquence, l’Union ademandé de suspendre l’adoption de cet arrêté royal ou, à tout le moins, d’en rendreles dispositions facultatives pour les pouvoirs locaux.19 Personnes de référence: Arnaud Ransy, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).20 Personnes de référence: Arnaud Ransy, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).
    • Rapport d’activités 2012 21L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEGrand gibierDéclarationenvironnementaleou urbanistiqueétang de RolySurdensité de grand gibier : l’Union sort du bois21Le 13 mars 2012, le Conseil d’administration de l’Union s’est penché sur la question desimpacts liés à la surdensité de grand gibier. L’avis remis au Ministre wallon de la Natureet de la Forêt préconise une série de mesures indispensables pour tendre à l’équilibreentre les fonctions agro-sylvicoles, la biodiversité et la pratique de l’activité cynégétique.En effet, la surdensité de grand gibier met à mal l’équilibre des forêts wallonnes, avecdes impacts considérables sur la production forestière, la biodiversité, et même la sé-curité et la santé publiques. Ce déséquilibre peut aussi affecter à terme les financescommunales, car il malmène la certification forestière PEFC et la production sylvicole.L’Union a suggéré une action à l’échelle wallonne, tant sur la densité de gibier quesur sa localisation. En outre, elle a recommandé un plan de réduction des popula-tions de sangliers et de cerfs (là où il y a surnombre), sur 5 ans par exemple, assortid’une évaluation annuelle.Elle a prôné des mesures structurelles pour s’assurer de l’accomplissement de ceplan de réduction (possibilités complémentaires de chasse en battue, souplesse desconsignes de tirs quant aux paramètres physiques, plan de réduction drastique pourle sanglier) et des actions complémentaires, le cas échéant.Quant au nourrissage dissuasif (interdit dans les forêts domaniales et dans une com-mune forestière sur trois), l’Union a demandé de le recadrer dans sa fonction premièreet de ne plus l’autoriser toute l’année, ni en tout lieu. A terme, une fois les effets de cerecadrage engrangés et cumulés avec ceux d’un retour à un niveau de population sup-portable par le milieu, la pratique du nourrissage ne devrait quasi plus être nécessaire.L’Union a exprimé son souhait de participer à la définition des modalités de mise enœuvre concrète des modifications de la pratique du nourrissage.Déclaration environnementale ou urbanistique :l’Union dénonce une transposition bancaledes obligations européennes en droit wallonL’arrêté du 1erdécembre 2012 transpose en droit wallon un arrêt de la Cour de Justiceeuropéenne dit «Etang de Roly». Dans cette affaire, l’Etat belge s’est vu condamnerpour n’avoir pas imposé, pour certaines activités soumises à un régime déclaratif,une évaluation appropriée des incidences quand ces activités sont susceptibles d’af-fecter un site Natura 2000.Par cet arrêté, le Gouvernement wallon soumet toutes les activités nécessitant décla-ration environnementale (classe 3) et tous les actes et travaux nécessitant une décla-ration urbanistique préalable (Cwatupe, art. 263) au régime d’obligation de notifica-tion en vigueur pour Natura 2000.Pour l’Union, ce n’est pas la meilleure manière de répondre à l’arrêt de la Cour de Jus-tice. En effet, pourquoi viser l’ensemble des activités soumises à déclaration environ-nementale ou urbanistique, dès lors que la Cour ne se focalisait que sur les projetssusceptibles d’avoir une incidence sur un site Natura 2000 ?L’Union s’est également étonnée de voir l’obligation de notification mise à charge de lacommune, engendrant des frais et difficultés d’application. L’Union a d’ailleurs rédigéune circulaire explicative à destination de ses membres pour pallier cette lacune.L’Union a regretté le manque de concertation dans ce dossier, qu’elle voudrait lieraux travaux relatifs à la dématérialisation de la déclaration environnementale et à laréforme du Cwatupe.21 Personnes de référence: Christel Termol, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).
    • Rapport d’activités 201222Projets communauxeuropéensJumelagesCoopérationinternationalecommunale(CIC)L’EUROPE ET L’INTERNATIONAL22Les pouvoirs locaux agissent toujours davantage au-delà des frontières wallonnes.L’UVCW développe et pérennise les outils permettant une meilleure participationde tous à cette dynamique. Elle appuie les communes qui le souhaitent sur deuxterrains privilégiés : l’Europe (programmes européens) et le reste du monde(coopération décentralisée).22Des projets communaux à dimension européenneLe Service Europe/International facilite l’accès des communes wallonnes à lascène internationale en fournissant, dans un contexte complexe et changeant, uneinformation ciblée, pertinente et constamment actualisée. La rubrique Europe/International du site internet de l’Union offre, depuis plus de 10 ans, le recensementpermanent des appels à projets européens destinés aux autorités locales, desactualités intéressantes, une base de données des institutions étrangères à la recherchede partenaires wallons et un répertoire des projets internationaux impliquant descommunes wallonnes.Cette base de données a été remaniée en profondeur et mise à jour en 2012. Sastructure met davantage en lumière les projets européens et internationaux menéspar les villes et communes deWallonie. Le répertoire permet désormais de découvrir,commune par commune, une fiche reprenant les points de contact et les projetsmenés dans le cadre de ses activités européennes et internationales.Le Service Europe/International diffuse largement et environ tous les mois unenewsletter électronique. Le lecteur y trouve des informations relatives aux expérienceslocales réussies à l’étranger, à la défense des intérêts des pouvoirs locaux au niveaueuropéen et mondial, aux opportunités de financement, à la mise en réseau avecdes partenaires étrangers, aux conférences et bonnes pratiques. Les communeswallonnes y dénichent de nouvelles ouvertures et de quoi contribuer à asseoir leurvisibilité sur la scène internationale.A la demande, l’Union appuie directement les communes wallonnes souhaitantmettre en place des projets européens. Elle les encadre ainsi dans des programmescentralisés tels que ‘L’Europe pour les citoyens’ (dont l’action ‘Jumelage de villes’), enleur offrant assistance et conseil dans l’élaboration de leur dossier de candidature.Chaque année, plusieurs dossiers examinés par nos services sont ainsi sélectionnéspar la Commission européenne.La coopération internationale communale,l’appui institutionnel aux communes du SudLa solidarité internationale Nord-Sud prend une place croissante dans le cœur etles actions des communes wallonnes. L’Union a poursuivi la mise en œuvre duProgramme fédéral de coopération internationale communale (CIC) en appuyantles 38 communes wallonnes et bruxelloises partenaires d’une municipalité du Sud.Cet engagement d’un genre nouveau des municipalités wallonnes semble entrédurablement dans les mœurs.En plus de la coordination et des réunions au niveau belge, la concertation entrecommunes partenaires gagne en efficacité grâce à la tenue de plateformes de travailSud-Sud et Nord-Sud. Des réunions de concertation se sont ainsi tenues au BurkinaFaso, et au Maroc. Et la Ville de Virton, partenaire de Tchaourou, a représentél’ensemble du groupe de travail Bénin lors du Forum national sur la réforme de l’étatcivil, qui s’est tenu en juillet à Cotonou.Enoutre,mêmesilaphasedeprogrammation2008/2009-2012aétéprolongéejusquefin 2013, un bilan et des réflexions quant aux orientations à donner au programme22 Personnes de référence: Isabelle Compagnie, Chef du Service Europe-International, Clarisse Goffin et Frank Willemans,Chargés de mission, et Elisabeth Manteau, Secrétaire.
    • Rapport d’activités 2012 23L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEBéninBurkina FasoSénégalCongo RDCse sont avérés nécessaires. Ainsi, en novembre 2012, l’Union a soumis à la Directiongénérale de la Coopération au Développement (DGD) un programme d’action 2013et de cadre stratégique pour 2014-2019, s’appuyant sur :• les enseignements tirés par l’UVCW de la programmation terminée ;• l’évaluation externe menée par PriceWaterhouseCoopers (PwC), mettant enlumière le réel potentiel du programme ;• les expériences de terrain des partenariats ;• les nouvelles approches souhaitées par la coopération belge et les instancesinternationales.Parmi les réorientations stratégiques proposées pour une évolution positive duProgramme :• le renforcement de l’ancrage institutionnel en Belgique et dans les pays parte-naires, dans le but d’accroître la qualité et la durabilité de la relation partenariale ;• le renforcement des capacités des communes partenaires à gérer leur dévelop-pement au bénéfice direct de leurs populations, via la création d’un Fonds dedéveloppement communal (FDC) dans chaque pays partenaire ;• le renforcement de l’implication des élus dans le programme ;• la sensibilisation de la société civile ;• le renforcement des capacités des acteurs locaux dans les communes partenairesà prendre la responsabilité sur le processus ;• la stimulation des échanges entre communes africaines.Par ailleurs, le blog consacré au Programme CIC http://www.cic-gis.be s’est révélé unoutilefficaceetfortutiliséparlespartenaires,encecomprisduSud.Ilestrégulièrementalimenté en informations administratives, pédagogiques ou directement liées auxrésultats du programme, tant par les communes que par l’UVCW.Tableau récapitulatif23: les partenariats entre communes wallonnes et africainesPays – Objectif principal Communes du Nord Communes du SudBénin : augmentationdes recettes fiscaleset mobilisation desressources exogènesHuyArlonVirtonTintignyBouillonNatitingouBemberekeTchaourouDjidjaSavalouBurkina Faso :mobilisation desressources financières etassainissement public(eau et déchets)LessinesMouscronOupeyeHabayFernelmontRamilliesBraine-le-ComteLeuze-en-HainautPerwezDoDedougouGourcyKombissiriTiébéléMoussodougouSig NoghinBaskuyNiangolokoSénégal : outils dedéveloppement local, enparticulier économiqueGesves Région de DiourbelRDC : état civil et popu-lationNamurHerveCourt-Saint-EtienneViroinvalFlémalleWalhainOlneMasinaNgaliemaKasa VubuNzobe LuziN’DjiliMadimbaMatete23 Ne sont citées ici que les communes ayant déjà signé leur convention de partenariat avec une commune africaine. Unequinzaine de communes bruxelloises sont également présentes avec des partenariats répartis dans les 5 pays du Programme(en 2012, il n’y a pas eu, au niveau wallon, de partenariat actif avec le Maroc).
    • Rapport d’activités 201224Conseil des Communes etrégions d’Europe(CCRE)Congrès des Pouvoirslocaux et régionauxdu Conseil de l’Europe(CPLRE)Le Service Europe/International a continué d’assister les membres désireux derépondre aux appels lancés par Wallonie-Bruxelles International (WBI), en vue,soit de développer des projets de coopération décentralisée dans les pays du Sud,soit de mettre en œuvre une action d’éducation au développement, soit encore departiciper à la Semaine de la solidarité internationale. En 2012, respectivement huit,cinq et trois nouveaux projets communaux ont été sélectionnés et ont bénéficié dessubventions de WBI.Les intérêts des pouvoirs locaux, toujours à défendre24L’Union défend les intérêts de ses membres en salle des machines, là où se décidentles politiques. Elle participe activement entre autres au Conseil Wallonie-Bruxellesde la Coopération internationale et contribue donc à l’élaboration de cette politiquespécifique.Pour toutes les autres politiques relevant du monde communal, l’UVCW estreprésentée au sein de 2 instances européennes :• le Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE), la fédération des pouvoirslocaux européens, qui promeut et défend les intérêts des autorités locales dansl’élaboration des politiques de l’Union européenne ;• le Congrès des Pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe (CPLRE), quicontribue à la réflexion sur le développement de la démocratie locale en Europe.Sans oublier l’intervention technique efficace des conseillers de l’Union au sein dedifférentes commissions de travail liées à ces deux instances supranationales.24 Personne de référence : Louise-Marie Bataille, Secrétaire générale.
    • Rapport d’activités 2012 25L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEBudgets fédéralet régionalAjustements budgétaireséquilibre financierLES FINANCES COMMUNALES25L’Union des Villes et Communes de Wallonie nourrit une préoccupation de tous lesinstants quant à l’état des finances locales. Sur ce front, elle oeuvre sans relâche àobtenir des résultats tangibles pour ses membres.25Budgets et ajustements budgétaires :l’Union vigilante sur tous les fronts26Début 2012, suite à la détérioration accélérée des finances publiques et à la trèsnette baisse des prévisions de croissance du pays, le Gouvernement fédéral et lesexécutifs régionaux et communautaires ont dû ajuster leurs budgets. Compressiondes dépenses et recherche de nouvelles recettes étaient au menu pour contribuer auretour à l’équilibre budgétaire en 2015.Au niveau wallon, l’Union s’est réjouie de constater que, grâce à ses interpellationscontinues, les grandes sources de financement structurelles des communes ont étéépargnées (Fonds des communes ou travaux subsidiés). Il aurait été pour le moinsillogique et surréaliste que les communes se voient invitées à combler un trouqu’elles n’ont pas creusé !En revanche, l’Union a déploré certaines promesses non tenues par le Gouvernementwallon. En effet, il n’y a finalement pas eu d’intervention régionale en faveur desvilles et communes dans les déboires du Holding communal, alors que la Région etl’Etat les avaient clairement poussées à cet investissement à perte.A l’échelon fédéral également, l’Union a fait preuve tout au long de 2012 et début 2013d’une vigilance totale lors des ajustements budgétaires et de la confection du budget.Elle a ainsi fait barrage à toute tentative de report de charges (services d’incendie,police locale, CPAS ou politiques de sécurité) ou de réduction de moyens.Dans le débat sur les matières dites «usurpées», l’Union a ainsi évité que les pouvoirslocaux ne soient victimes ou otages d’esclandres ne les concernant pas. Le finance-ment de politiques telles que la politique des grandes villes a donc pu être reconduit.De même, le spectre de la taxation des intercommunales a été écarté à deux reprises.Mais combien de temps durera ce sursis ?Dans la tourmente financière,les communes ont tenu le cap en 201227En octobre 2012, au terme d’une législature communale 2007-2012 très chahutée,l’Union a fait le point sur la situation financière des communes wallonnes au fil dedeux analyses parues dans le Mouvement communal. Des événements exceptionnelsétant venus perturber l’ensemble des pouvoirs publics, les villes et communes n’ontpas échappé aux secousses financières à l’origine de troubles économiques et sociaux.La Cellule Finances de l’Union a dressé l’évolution des recettes et dépenses dans unlong article intitulé D’une législature à l’autre, analyse des finances communales en 2012.Elle s’est aussi penchée, dans une veille informative fédérale, sur les reports de chargesdu pouvoir fédéral vers les communes sans transferts de moyens, ces reports étant ana-lysés sous l’angle des manques à gagner et des risques financiers pour les municipalités.Ces deux articles témoignent de l’attention appuyée de l’UVCW vis-à-vis de l’évo-lution des finances communales, entre deux législatures locales, période charnièremarquée par des turbulences économiques toujours en cours, et une importantemue institutionnelle à venir.25 Personnes de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale, Mathieu Lambert, Conseiller Expert,Amaury Bertholomé et KatlynVan Overmeire, Conseillers, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances, fiscalité et ADL).26 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).27 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).
    • Rapport d’activités 201226Trajectoire budgétaireInstitut des Comptesnationaux (ICN)Les communes continueront à assurer leurs nombreuses missions, dans l’espritconstructif d’une gouvernance efficiente et transparente visant l’amélioration duquotidien de chaque concitoyen. Pour ce faire, elles auront besoin du respect dechaque niveau de pouvoir, ce respect se traduisant par la pérennisation de sourcesde financement ne souffrant pas de coupes arbitraires et obscures, l’absence de re-port de charges sans contrepartie, et la prise en compte des nouvelles réalités, no-tamment sociales, auxquelles les pouvoirs locaux font face.Dans ces conditions seulement, les villes et communes wallonnes pourront, encorepour 6 ans, gérer leurs compétences avec la même rigueur budgétaire.Trajectoire budgétaire : les communes ne creusentpas le déficit public !28Fin mars 2012 a vu la parution du rapport de l’Institut des Comptes nationaux (ICN)sur les comptes des administrations publiques 2011. Il en est clairement ressorti queles administrations locales présentent un solde de financement à l’équilibre. Le défi-cit des pouvoirs locaux atteignait en effet 158 millions d’euros en 2011 (contre 13,7milliards pour l’ensemble des pouvoirs publics belges, dont 12,4 milliards pour l’Etatfédéral).L’Union attendait avec impatience cette confirmation de la bonne gestion financièremunicipale, caractérisée, à la différence de celle des entités fédérées et de l’Etat fé-déral, par une obligation d’équilibre budgétaire. D’autant que le rapport d’octobre2011 du Conseil supérieur des Finances (CSF) sur la trajectoire budgétaire pointaitun effort à fournir en 2012 par les pouvoirs locaux à hauteur d’1,4 milliard d’euros,suscitant l’ire et les plus vives critiques de l’Union.Mieux, l’ICN corrigeait ses conclusions pour la période 2004-2010, concluant à «uneamélioration du solde de financement des administrations locales et de l’ensemble desadministrations publiques de 0,2 % du PIB».Il est donc apparu que les pouvoirs locaux, responsables de près de la moitié desinvestissements publics en Belgique, pèsent à peine plus d’1 % du déficit public glo-bal, sans contribuer à la dégradation du solde de financement des pouvoirs publics. Cependant, en raison du marasme économique prolongé depuis 2008, et aussi sousla pression croissante des reports de charges opérées par le Fédéral (police, incendie,aide sociale), le solde des pouvoirs locaux a plongé, passant de + 725 millions d’eurosà - 158 millions d’euros.Si les pouvoirs locaux, et singulièrement les communes, ont maintenu leurs financesà l’équilibre, c’est dès lors au prix de sacrifices sur leurs autres missions et investisse-ments, donc au détriment de la population et des entreprises.Lors de leur Assemblée générale de mai 2012, les municipalistes se sont engagés à dé-velopper et mettre en œuvre des solutions en vue d’optimaliser recettes et dépenses,mais ont redit attendre de l’Etat fédéral qu’il prenne ses responsabilités, notammentfinancières, dans ses compétences.A l’adresse des autorités européennes, l’Union a formulé le vœu que les futures direc-tives sur les marchés publics n’empêchent pas les coopérations et mutualisations,indispensables à une plus grande efficience dans la gestion publique locale.28 Personne de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale.
    • Rapport d’activités 2012 27L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAdditionnels auPrécompte immobilierBelgacomAdditionnels au précompte immobilier : Belgacom veutse soustraire au paiement de ses impôts locaux !29En décembre 2012, au détour du constat d’un recul des recettes à l’impôt foncierdans certaines communes, l’Union a découvert les négociations menées entre Bel-gacom et les services fiscaux fédéraux en charge du traitement de son précompteimmobilier.La manoeuvre fiscale vise à éluder l’impôt foncier sur le matériel et l’outillage et à ré-clamer remboursement d’un soi-disant «indu» de plusieurs années, majoré d’intérêtssubstantiels, aux bénéficiaires de l’impôt et de ses additionnels que sont la Région (àhauteur de 2 %), les provinces (38 %), mais surtout les villes et communes (60 %).En février 2013, le Conseil d’administration de l’Union a appelé l’autorité fédérale àrevoir d’urgence le mécanisme d’imposition pour ‘inerter’ les techniques d’évasionfiscale en cause, notamment dans le chef de Belgacom, et récupérer les montantsperdus ou leur équivalent. Soit 60 millions d’euros pour les municipalités wallonnes.L’Union a qualifié cette échappatoire fiscale d’inadmissible dans le chef d’une en-treprise publique comme Belgacom. D’autant que l’opérateur téléphonique n’a eude cesse de contester la fiscalité locale (entre autres, la taxe sur les pylônes GSM) etd’utiliser la voirie communale essentielle à ses profits, pour l’usage et la dégradationde laquelle il ne paie aucune contribution.L’Union a profité de l’occasion pour remettre sur le tapis son exigence d’une généra-lisation des redevances de voirie à charge du secteur des télécoms, histoire d’enfinobtenir de ce dernier une juste contribution aux infrastructures publiques locales.Sur le principe, l’Union s’est encore interrogée sur le rôle joué par l’Etat fédéral, dontles services ont géré ce dossier dans la totale ignorance des destinataires de l’impôt,entraînant une difficulté de financement majeure pour les villes et communes, et unretard dommageable dans la recherche de solutions législatives ou réglementairespermettant de mettre fin à l’évasion.Réestimation des recettes communales :l’Union interpelle le Ministre30Début 2013, de nombreuses communes ont été informées par l’administration fis-cale fédérale de réestimations budgétaires pour l’année 2012, touchant notammentaux recettes en matière d’additionnels communaux à l’impôt des personnes phy-siques (IPP). Ces recettes représentent plus de 800 millions € annuellement et globa-lement, soit 18 % des recettes ordinaires des communes wallonnes. C’est dire si ellessont essentielles pour l’équilibre financier des villes et communes.En janvier 2013, l’Union a attiré l’attention du Ministre fédéral des Finances à proposde deux conséquences directes de cette situation.La première difficulté est de nature comptable. L’Union a constaté, sous l’angle macro-économique, une diminution de 5,3 % en 2012 par rapport aux recettes IPP initiale-ment budgétisées par les communes wallonnes, les obligeant à ouvrir de coûteuseslignes de crédit pour combler leurs besoins en liquidité. L’analyse micro-économiquerévèle d’importantes variations selon les communes (plus de 20 % entre le montantbudgétisé initialement et le montant estimé par le SPF Finances en fin d’exercice).29 Personnes de référence : Mathieu Lambert, Conseiller Expert, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances, fiscalité et ADL).30 Personnes de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances, fiscalité et ADL).
    • Rapport d’activités 201228Recettes communalesCirculaire budgétaireUne autre difficulté survient au niveau des résultats des comptes des administrationslocales libellés selon la méthode comptable SEC 95. Comme c’est la date d’enrôle-ment de l’impôt qui constitue le point de rattachement de la recette communale àl’exercice, et non la date de versement effectif des additionnels communaux dans lacaisse communale, il est capital que l’administration fédérale enrôle les impôts del’exercice 2012 en décembre 2012. L’Union a sensibilisé le Ministre des Finances surcette question qui inquiète fortement les municipalistes.Plus globalement, l’Union a redit son désir de voir un système permanent d’avancesfixes se substituer à des versements irréguliers et imprévisibles du Fédéral vers lescommunes. De quoi éliminer définitivement le risque de trésorerie et répondre aubesoin de financement des communes, important au premier semestre.Dans un rapport datant de janvier 2011, le Conseil supérieur des Finances ne recom-mandait pas autre chose, arguments majeurs à l’appui.Circulaire budgétaire 2013 : l’UVCW entendue !31En septembre 2012, l’Union a relayé les positions et revendications de son Conseild’administration auprès du Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de la Ville en cequi concerne la traditionnelle circulaire budgétaire guidant les gestionnaires com-munaux dans la confection de leur budget 2013.Quant aux dépenses de personnel, l’Union a demandé au Ministre de veiller à la bonnetransmission des informations de l’ONSSAPL vers les communes, afin qu’elles sachentrapidement la hauteur des cotisations de responsabilisation à acquitter en 2013.En ce qui concerne les compensations Plan Marshall, l’Union a réclamé au Ministrel’indispensable mise à jour des données cadastrales des entreprises. La non-compensation de l’exonération du précompte immobilier dans les périmètresdes aéroports publics régionaux lèse considérablement 4 communes, en totalecontradiction avec le principe de neutralité budgétaire inscrite dans la DPR. L’Uniona exprimé son plus vif mécontentement à ce sujet.En matière de dépenses de transfert, l’Union a donné de la voix au sujet des boniséventuellement constatés aux comptes des entités consolidées des communes sousplan de gestion et des dotations communales aux zones de police. Elle a eu ses apai-sements sur ces deux aspects.L’Union, qui a demandé à être associée à la réflexion quant à la refonte de l’architecturede la fiscalité locale, a obtenu une promesse ministérielle en ce sens. La possibilitépour les communes de lever une taxe sur les mâts d’éoliennes, pourtant retenue dansle 1erprojet de circulaire, a finalement disparu, ce que l’Union a vivement regretté,car c’est un droit des communes, analogue à celui de taxer les pylônes GSM, reconnupar la Cour constitutionnelle.Enfin, suite au lobbying tenace de l’Union, la circulaire a prévu la possibilité d’indexerautomatiquement les redevances si elle est prévue dans les règlements.31 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).
    • Rapport d’activités 2012 29L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEFonds des frontaliersRéseau FiscalitéFonds des frontaliers : les demandes de l’Unionportent leurs fruits32En raison de sa taille et de sa position géographique, notre pays voit chaque jourses frontières traversées par des citoyens belges, français, néerlandais, allemandsou luxembourgeois, à des fins professionnelles. L’Union a relevé qu’entre 2000 et2011, le nombre de frontaliers résidant en Belgique et travaillant au Grand-Duchéde Luxembourg est passé de 23.000 à près de 40.000 personnes. Ces situations nesont pas sans conséquence sur les recettes fiscales de nos communes, qui ne peuventtaxer ces personnes en raison d’accords fiscaux entre les deux pays pour éviter les casde double imposition.Le Fonds des frontaliers a été créé en 2001 pour compenser le sérieux manque à ga-gner ainsi subi par les communes wallonnes. Financé par le Grand-Duché et indexéde 2 % chaque année, ce Fonds n’a cependant pas connu la même progression que leflux migratoire. Il atteignait 17,1 millions d’euros en 2011, dont 15,7 millions d’eurosrevenant aux communes wallonnes. Selon les calculs de l’Union, le Fonds devraitdépasser 28 millions d’euros.En mai 2012, elle a interpellé le Ministre fédéral des Finances quant à cette situationqui lèse chaque année davantage les communes wallonnes et a réclamé un refinan-cement du Fonds. Fin juin, devant le Sénat, le Ministre des Finances a annoncé avoirchargé son administration d’engager des négociations avec son homologue luxem-bourgeois.C’est une excellente nouvelle pour les communes directement voisines du Grand-Duché, mais également pour l’ensemble des communes wallonnes qui sont quasitoutes, à des degrés divers, bénéficiaires du Fonds des frontaliers !L’Union s’est naturellement félicitée de ces avancées, tout en restant attentive à laconcrétisation de ces promesses ainsi qu’au sort des communes frontalières avecla France, qui n’ont pas encore perçu les retombées positives du dernier avenant àla convention entre la Belgique et la France. Elle a également demandé au Ministred’insister auprès de son administration pour qu’elle régularise les cas fréquents defraudes à l’immatriculation entre ces deux pays.Un nouveau Réseau Fiscalité sur le site de l’Union33La fiscalité est une matière complexe, et la fiscalité locale n’échappe pas à la règle.En avril 2012, pour aider ses membres à faire face aux questions et défis dansce domaine, l’Union a mis en ligne un nouvel outil à disposition exclusive de sesmembres, le Réseau Fiscalité : http://reseaux.uvcw.be/fiscalite.Construit sur le modèle des réseaux déjà mis en ligne sur le site de l’Union, il consti-tue une plateforme d’échanges, de réflexions et de concertation. Son contenu estdestiné à évoluer dans le temps, mais, dès son lancement, il a offert la possibilité deposer des questions, déposer des documents (modèles, etc.) ou articles et répondreaux questions. Des courriels sont aussi envoyés aux membres inscrits pour les infor-mer en temps réel des mises à jour.L’Union est bien entendu active sur le réseau, ses conseillers suivant les discussions(juridiques, techniques, etc.) et intervenant si nécessaire. Elle pourra également re-layer, vers les instances régionales et/ou fédérales concernées, les constats et préoc-cupations rencontrés sur le terrain local, via ce nouveau canal.32 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances et fiscalité).33 Personne de référence : Mathieu Lambert, Conseiller Expert (Cellule Finances et fiscalité).
    • Rapport d’activités 201230Règlement d’Ordreintérieur (ROI)Régie communaleautonome (RCA)LEFONCTIONNEMENTDELACOMMUNEETLESMODESDEGESTION34Le fonctionnement optimal de l’institution communale constitue le cœur de métierde l’Union desVilles et Communes de Wallonie.34Les décrets du 26 avril 2012 et du 31 janvier 2013 ont tous deux apporté desmodifications relativement importantes au Code de la démocratie locale et de ladécentralisation (CDLD). L’Union s’est évidemment fort investie pour aider lesmandataires et le personnel des pouvoirs locaux à digérer tous ces changements.Elle a notamment adapté toute une série de modèles à destination de ses membres.Nouveaux modèles de ROI pour communes, CPAS etintercommunales35En décembre 2012, comme de tradition à l’aube de chaque nouvelle législature com-munale, l’Union a élaboré un nouveau modèle de règlement d’ordre intérieur (ROI)du conseil communal, assorti d’un commentaire des articles.L’exercice n’était pas anodin, car la réforme du Code de la démocratie locale et dela décentralisation (CDLD) du 26 avril 2012 a introduit nombre de modifications,notamment dans le libellé du ROI : droit d’interpellation des habitants, présidencedu conseil communal, bulletin d’information communal, droits des conseillers com-munaux dans les asbl à prépondérance communale, etc.Les équipes de l’Union ont également rédigé des modèles de ROI pour les CPAS et lesintercommunales. Le recueil de ces 3 modèles a fait l’objet d’une publication en col-laboration avec les éditions Politeia. Il a été distribué gratuitement à tous les visiteurslors du Salon des mandataires en février 2013.Mise à jour du vade-mecum de la régie communaleautonome36Le même décret du 26 avril 2012 modifiant le CDLD a modifié le régime des régiescommunales autonomes (RCA). L’Union a donc profité de l’été 2012 pour mettre àjour son Vade-Mecum de la régie communale autonome.Ce document présente brièvement la RCA (activités et fonctionnement), énumère lesavantages et contraintes liés à la création d’une telle structure, dresse un inventairedes démarches à entreprendre (tant sur le plan administratif que civil) et propose unmodèle de statuts.Il est disponible gratuitement sur le site de l’Union.34 Personnes de référence : Sylvie Bollen, Conseiller Expert, Laetitia Vander Borght, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire(Cellule Fonctionnement institutionnel et modes de gestion).35 Personnes de référence : Sylvie Bollen, Conseiller Expert (Cellule Fonctionnement institutionnel), Luigi Mendola, ConseillerExpert (Cellule Personnel et RH), LaetitiaVander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion), BernardAntoine, Directeur général de la Fédération des CPAS.36 Personnes de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion).
    • Rapport d’activités 2012 31L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAsbl communalesContrat de GestionCode de la Démocratielocale et de laDécentralisation (CDLD)Un modèle de contrat de gestion entre unecommune et son asbl communale37L’année 2012 a également vu se concrétiser la réforme des asbl communales.L’Union a eu la satisfaction d’y voir ses revendications essentielles rencontrées : uncadre minimal et souple, reposant sur la notion de contrat de gestion et offrant unmaximum de transparence.Dans le sillage de ce nouveau régime, en juillet 2012, l’Union a mis à disposition deses membres un modèle de contrat de gestion formalisant les relations entre unecommune et son asbl communale.Ce modèle est accessible gratuitement sur le site de l’Union. Depuis avril 2013, il estégalement disponible en version papier, dans le cadre du partenariat éditorial nouéavec Politeia.Décret du 31 janvier 2013 modifiant le CDLDAprès celui du 26 avril 2012, le décret du 31 janvier 2013 a également entraîné unesérie de modifications au CDLD. Ces nouvelles règles touchent principalement auxdroits des conseillers communaux (extension du droit à l’information), à la simpli-fication des règles de tutelle (fin de la tutelle provinciale) et à l’octroi et au contrôledes subventions.L’Union a vu d’un très bon œil l’entrée en vigueur de ces dispositions, dont bon nombrecorrespondaient à des demandes émises de longue date par les municipalistes.C’était le cas de l’unification des procédures de tutelle entre les mains du Gouverne-ment wallon, véritable moteur de simplification administrative, et du raccourcisse-ment des délais d’instruction des dossiers.Mais aussi de la suppression de la tutelle générale d’annulation avec transmissionobligatoire sur les plans stratégiques des intercommunales et de l’exclusion des sub-ventions octroyées entre commune et CPAS du champ d’application du régime juri-dique relatif à l’octroi et au contrôle des subventions.L’Union a donc décerné un «satisfecit» global à l’autorité régionale, même si elle au-rait souhaité un allègement encore plus substantiel de certaines règles (en matièrede tutelle notamment).37 Personnes de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion).Laetitia Vander BorghtModèledecontratdegestionentreunecommuneetsonasblcommunaleModèledecontratdegestionentreunecommuneetsonasblcommunaleL’Union des Villes et Communes de Wallonie a le plaisir de mettreà disposition des municipalistes ainsi que des personnes issues dumondeassociatifunmodèledecontratdegestionformalisantlesre-lationsentreunecommuneetsonasbldite«communale».Cemodèleaccompagné de son commentaire intéressera tout particulièrementles fonctionnaires et mandataires publics ainsi que les acteurs dumonde associatif tenus, conformément aux nouvelles dispositionsduCodedeladémocratielocaleetdeladécentralisation,des’atteleràlarédactiond’unetelleconvention.Le lecteur y trouvera notamment des dispositions visant à définirla nature et l’étendue des missions confiées par la commune à sonasbl, leurs conditions d’exécution, les moyens mis à disposition del’asblparlacommunepourlesmeneràbien,etlesrèglesrelativesaucontrôledelacommunesursonasbl:évaluationdestâchesconfiéeset emploi conforme de la subvention.Soit une excellente base pouradapterlalégislationrégionaleàleursréalités.L’ouvrage intègre déjà la nouvelle réglementation concernantles subventions,entrant en vigueur au 1er juin 2013.Les indispensablesdes pouvoirs locauxLivre_collection_UVCW_G&S_Mars2013_B.indd 2-3 10/04/13 18:11
    • Rapport d’activités 201232Synergies communes/CPASSupracommunalitéLA GOUVERNANCEL’Union des Villes et Communes de Wallonie aide quotidiennement ses membres àtendre vers la meilleure gouvernance possible via des conseils, l’aide à la gestion, ladiffusion de bonnes pratiques, des formations…38Un vade-mecum pour les synergies entre communeset CPAS38En juillet 2012, l’Union a mis en ligne un Vade-Mecum pour les synergies entre com-munes et CPAS, ce document résultant lui-même d’une belle synergie entre l’Union,le Gouvernement wallon et l’administration régionale (CRAC et DGO5).Au cœur d’un projet-pilote de 2007 à 2012, le développement de synergies entre com-munes et CPAS est un objectif clair du Gouvernement wallon. Par leurs liens fonc-tionnels, financiers et de tutelle, les communes et les CPAS sont en effet fort proches,tout en étant des entités juridiquement distinctes. Les synergies (marchés publicscommuns, centrale d’achats, partage de personnel ou prêt d’équipements) obéissentau bon sens et permettent rationalisation des dépenses et bonne gouvernance. Ensus des économies d’échelle, ces collaborations renforcées exercent aussi un impactpositif sur les relations de travail, au bénéfice des partenaires comme des citoyens.Le vade-mecum, conçu comme un outil d’accompagnement didactique et évolu-tif, éclaircit des points de droit qui pourraient poser question et recense quantitéde fiches de bonnes pratiques, soit autant de projets inspirants potentiels pour lespouvoirs locaux intéressés.La supracommunalité39En 2012, l’Union a continué à travailler sur cette thématique très importante pour ledevenir des projets transcommunaux.Que ce soit dans le cadre du Schéma de développement de l’espace régional (SDER)ou de l’évolution des provinces, notre association n’a jamais manqué d’agir en forcede propositions constructives.Après avoir participé activement à la préparation du colloque régional «Bassinde ville, Bassin de vie» à l’automne 2011, l’Union a suivi de près les travaux de laplateforme d’intelligence territoriale wallonne en 2012.Notre association a également intégré le groupe de réflexion du Conseil économiqueet social de Wallonie (CESW) dédié à la politique de la ville.38 Personnes de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale, et Laetitia Vander Borght,Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion)39 Personne de référence : Louise-Marie Bataille, Secrétaire générale
    • Rapport d’activités 2012 33L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEImpôt des sociétés (ISOC)CDLDLES INTERCOMMUNALES40L’Union accompagne les intercommunales, précieux bras de l’action locale.40Soumettre les intercommunales à l’ISOC ?Une dangereuse idée… pour tous41Al’automne2012,danslecadreduconclavebudgétairefédéral,l’Unionestmontéeaucré-neau à deux reprises, avec ses associations-sœurs flamande et bruxelloise, pour défendreles intercommunales menacées de se voir soumises à l’impôt des sociétés (ISOC).Dans un communiqué de presse largement diffusé et au fil de plusieurs actualités,l’Union a rappelé que les intercommunales forment des pôles de mutualisation demétiers communaux techniques, assurant un service public à moindre coût pour lescommunes associées.A la différence d’entreprises privées, les recettes des intercommunales sont réinjectéesdans les services publics, via le versement de dividendes aux communes (permettant lefinancement des missions communales) ou via le réinvestissement dans des infrastruc-tures et des services intercommunaux au bénéfice direct de la population et des entre-prises (énergie, eau, déchets, développement économique, soins hospitaliers).En effet, avec une mesure à court terme comme l’ISOC, l’Etat fédéral aurait pris lerisque de mettre à mal un levier de relance économique capital en période de crise.Certainement en Wallonie, qui a bien besoin de toutes ses plumes pour voler.Taxer les intercommunales revient à taxer les communes, des pouvoirs publics déjàlargement mis à contribution par l’Etat fédéral, ce qu’elles ne peuvent accepter.Cette énergique mise au point et ce niet catégorique de l’Union ont eu pour effet d’éloi-gner le spectre qui planait sur les intercommunales… mais pour combien de temps ?CDLD : des nouveautés pour les intercommunales42L’Union, le secteur intercommunal et les communes associées espéraient depuisbelle lurette une réforme du régime intercommunal pour davantage d’efficacitéet d’efficience. Bien que ces attentes n’aient pas été rencontrées par les décrets du26 avril 2012 et du 31 janvier 2013 modifiant le Code de la démocratie locale et de ladécentralisation (CDLD), les nouvelles dispositions ne sont pas sans conséquencepour les intercommunales.Les modifications introduites par le décret du 26 avril 2012 ont concerné :• les assemblées générales des intercommunales (possibilité, pour les citoyens, d’yassister et d’y inscrire un point à l’ordre du jour selon des modalités définies) ;• les conseillers de CPAS élus sur les listes de partis démocratiques (droit de visitedes bâtiments et services de l’intercommunale, droit de consultation des bud-gets, comptes et délibération des organes de gestion et de contrôle des intercom-munales) ;• la composition du conseil d’administration (chaque groupe politique démo-cratique, disposant d’au moins un élu dans une des communes associées et auParlement wallon et non représenté selon la clé d’Hondt, a droit à un siège ; uneclé de répartition différente pour les communes et les provinces) ;• la suppression de la forme juridique de l’asbl (seules subsistent la société coopé-rative à responsabilité limitée –SCRL -) ou la société anonyme – SA -).40 Personnes de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Intercommunales).41 Personnes de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe, Alexandre Maitre, Directeur du Département Gou-vernance locale, Laetitia Vander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales), Katlyn Van Overmeire, Conseiller (CelluleFinances et fiscalité)42 Personne de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales).
    • Rapport d’activités 201234Associations de projetQuant au décret du 31 janvier 2013, il a supprimé la tutelle générale d’annulationavec transmis obligatoire pour les décisions des intercommunales relatives au planstratégique, au choix du mode de passation des marchés publics, et aux subventionsde plus de 2.500 euros. Le plan stratégique doit cependant encore être communiquépour information au Gouvernement.En tutelle spéciale d’approbation, le collège provincial disparaît, le Gouvernementwallon restant seule autorité de tutelle. En conséquence, le système de l’évocationest abrogé, de même que le recours du Gouverneur auprès du Gouvernement et lerecours de l’autorité communale auprès du Gouvernement.L’Union a évidemment abondamment communiqué et expliqué ces nouvelles dispo-sitions à ses membres, notamment par le biais de plusieurs actualités.Un vade-mecum pour les associations de projet43Dès 2006, dans le cadre de sa réflexion sur la coopération intercommunale, le législa-teur wallon a institué une nouvelle forme de coopération entre communes, directe-ment inspirée de la législation flamande : l’association de projet.L’objectif était de doter la Wallonie de structures de coopération entre communesplus flexibles que les intercommunales. L’association de projet vise en effet desprojets concrets à portée limitée, qui concernent un nombre restreint de communes.Certaines communes ont ainsi commencé à s’intéresser à ce mode de gestion del’intérêt communal, notamment dans le cadre de la mise en place de parcs naturels.Depuis août 2012, afin de donner visibilité accrue à ce mode de coopération entrecommunes encore souvent méconnu, l’Union met à disposition de ses membres unVade-mecum de l’association de projet.Ce document reprend les informations de base nécessaires à toute commune dési-reuse de créer cette structure : présentation de l’association de projet (objet, organi-sation et fonctionnement) et inventaire des démarches à entreprendre.43 Personne de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller.
    • Rapport d’activités 2012 35L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEObligation de relogementLE LOGEMENT44Le droit au logement est un droit fondamental, socle de dignité humaine. Lesmunicipalités,pivotdel’ancragelocaldulogement,sonttrèsactivesdanscesecteur.44Obligation de relogement à charge du bourgmestre45Le décret du 9 février 2012 modifiant le Code wallon du logement a introduit uneobligation de relogement au bénéfice de toute personne expulsée (suite à un arrêtéd’inhabitabilité ou de surpeuplement) ou interdite d’occupation (suite au retraitd’un permis de location).Interrogée sur cette mesure, l’Union n’avait pas caché ses craintes au regard de laconcrétisation du droit au (re)logement, du droit à l’intégration sociale et de la res-ponsabilité du bourgmestre, entre autres sous l’angle de la sécurité publique. Ledécret devait apporter une réelle plus-value en donnant aux acteurs concernés lesmoyens adaptés – procéduraux, financiers et humains – pour garantir sur le terrainune mise en œuvre effective, équitable et conforme aux droits et attentes des occu-pants expulsés.Si le Ministre du Logement a donné certaines assurances lors de débats parlemen-taires autour de la modification décrétale, l’Union a bien dû constater à l’automne2012 que le projet d’arrêté peinait à consolider ces avancées. Pire, par une flagranteméconnaissance des réalités locales, il risquait de constituer un réel frein à l’actiondes communes en la matière.Le Conseil d’administration de l’Union n’a pas manqué de relever qu’il existait déjàdans le dispositif réglementaire une obligation (de moyens) de relogement et qu’au-cun bourgmestre (ni CPAS) n’y était insensible.Dans un souci d’équilibre financier, de simplification administrative, de sécuritéjuridique et d’articulation des missions à la volonté régionale, l’Union a aussi appeléà la gestion administrative des dossiers par une autorité centralisée (SWL ou admi-nistration wallonne).L’Union a également souhaité une certaine souplesse pour rencontrer les situationsd’urgence et prendre en compte au mieux les attentes des occupants concernés, leursituation de vie ou de famille. Elle a en outre réclamé la responsabilisation de l’en-semble des parties (occupants bénéficiaires ou SWL, entre autres dans la gestion dedossiers supra-communaux).Enfin, l’Union a plaidé pour une réflexion plus audacieuse au sujet des bénéficiaires,certains d’entre eux devant pouvoir être exclus du dispositif de l’obligation de relo-gement (les propriétaires, les personnes à revenus moyens, les occupants créant unsurpeuplement délibéré ou ne réalisant pas de travaux d’amélioration).Le projet d’arrêté étant à ce point perfectible, l’Union a répété sa disponibilité pourmûrir la réflexion et assurer la cohérence du mécanisme repensé. Ce qui fut fait : àl’issue de la 2electure du texte, de nombreuses remarques de l’Union ont finalementété intégrées.44 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur et Secrétaire du Comité permanent des SLSP, Thibault Ceder et MathieuLambert, Conseillers Experts, Caroline Francotte, Katlyn Van Overmeire et Laetitia Vander Borght, Conseillers, Chantal VanDessel, Secrétaire (Cellule SLSP).45 Personnes de référence : Thibault Ceder, Conseiller Expert, et Chantal Van Dessel, Secrétaire (Cellule Logement).
    • Rapport d’activités 201236Attribution de logementssociauxAncrage communalAttribution des logements sociaux : l’Union obtientune phase de transition46Fin novembre 2012, les représentants des 69 sociétés de logement de service public(SLSP) de l’Union, réunis à Charleroi pour leur 4erencontre annuelle, ont agité vigou-reusement la sonnette d’alarme à propos de la réforme du mécanisme d’attributiondes logements sociaux. Les bailleurs sociaux ont dénoncé l’entrée en vigueur pré-cipitée (1erjanvier 2013) d’un arrêté insatisfaisant, avec des conséquences socialesnombreuses et difficiles pour les 100.000 bénéficiaires d’un logement social et les36.000 candidats en attente d’un logement en Wallonie.Depuis 2007, les SLSP réclament un système d’attribution amélioré et plus simple,plus lisible pour les bénéficiaires, une simplification administrative pour les acteursde terrain et une autonomie plus grande des comités d’attribution pour gérer les casd’urgence sociale dérogatoires.Associées à un groupe de travail avec la Société wallonne du Logement (SWL) et lecabinet du Ministre wallon du Logement, les SLSP (délégation officielle de l’UVCW)ont travaillé à un nouvel arrêté. Elles y ont proposé des amendements et des inter-prétations pour que le nouveau régime rencontre des chances de succès, obtenantplusieurs avancées.Toutefois, en dépit de certains mérites du nouvel arrêté, les SLSP et l’UVCW ont dûdéplorer la complexité et l’opacité des nouvelles modalités d’attribution, ainsi quel’impraticabilité de certains éléments du dispositif.Faute de réponse, les SLSP se voyaient déjà contraintes de gérer, seules et en 1èreligne,les conséquences sociales et les lourdeurs administratives d’une réforme. C’est pour-quoi les villes et communes wallonnes et leurs SLSP ont demandé au Ministre duLogement un report de l’entrée en vigueur de l’arrêté et un phasage du dispositif.La demande a été finalement entendue, puisque le 26 décembre, le Gouvernementwallon actait par circulaire une période transitoire en matière d’attribution des loge-ments aux candidats locataires, entre le 1erjanvier et le 31 mars 2013.L’Union a salué l’adoption de cette disposition transitoire, qui permet d’assurer auxSLSP praticabilité et sécurité juridique, tout en favorisant la continuité du servicepublic. Subventions de l’ancrage communal : l’Union mitigée47Le droit à un logement décent passe par l’action des sociétés de logement, des pou-voirs locaux et des régies, qui mettent à disposition des personnes les plus vulné-rables des logements publics respectueux de leur dignité humaine.Afin d’augmenter le parc de logements disponibles, la Wallonie a pris en mars 2013des arrêtés soutenant financièrement la construction et la réhabilitation de loge-ments sociaux, d’insertion et de transit.Consultée sur les avant-projets d’arrêtés, l’Union avait souligné certaines avancéessignificatives (augmentation du montant des subventions, suppression de certainsplafonds, ...) tout en plaidant pour leur amplification, entre autres vu les conditionsminimales imposées et les coûts de construction.46 Personnes de référence : Tom De Schutter, Secrétaire du Comité permanent des SLSP, et Thibault Ceder, Conseiller Expert(Cellule SLSP).47 Personne de référence : Alexandre Ponchaut, Conseiller (Cellule Logement).
    • Rapport d’activités 2012 37L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAgences immobilièressociales (AIS)Associations depromotion du logement(APL)Régies de quartierL’Union a remercié le Gouvernement pour l’écho favorable réservé à certaines de sesrevendications. Le mode de liquidation du subside a ainsi été modifié, réduisant lanécessité pour les sociétés de logement d’avancer les sommes. Et le plafond, fonctionde la superficie utile du logement, a sauté. L’Union a toutefois dû déplorer la réduc-tion de 70.000 à 60.000 euros du montant dévolu pour la création de logements detransit ou d’insertion, composés d’une chambre.Si l’augmentation du parc de logements est un enjeu majeur en Wallonie, les opé-rations immobilières des SLSP, dans le cadre des subventions prévues, ne leur per-mettent pas d’atteindre l’équilibre financier. L’Union estime essentielle une réformedu loyer social et la mise en place d’un mécanisme de compensation régionale parlequel la Wallonie prendrait à sa charge le différentiel entre la valeur locative norma-lisée et le loyer social. Elle fonde beaucoup d’espoirs sur le groupe de travail mis enplace par le Ministre du Logement et auquel elle participe pour pallier les difficultésfinancières du secteur.AIS, APL, régies de quartier et SLSP : une bienvenuehausse des subsides48Les autorités locales sont des acteurs fondamentaux de la politique du logement etde l’insertion socioprofessionnelle en Wallonie. Certaines agissent via des structuresparticulières à finalité sociale, comme les agences immobilières sociales (AIS), lesassociations de promotion du logement et les régies de quartiers.Par un arrêté du 13 décembre 2012, le Gouvernement wallon a augmenté les subsideset consenti de nouvelles subventions pour ces organismes. Une indexation annuelleest également prévue de plein droit, épousant l’évolution de l’indice santé.L’Union a salué et souligné cette hausse du soutien financier, signe de la bonne com-préhension des défis du secteur par l’autorité régionale. L’Union a dit en espérer au-tant pour les sociétés de logement de service public (SLSP), autres acteurs majeursde la politique sociale et du logement.En effet, les SLSP aussi connaissent des frais de personnel et de gestion conséquents,sans compensation financière comparable. Il en découle un important déséquilibrefinancier. L’Union a dès lors plaidé pour des mécanismes leur assurant une viabilitéfinancière pérenne : réforme du loyer social, compensation régionale couvrant la dif-férence entre le loyer social et la valeur locative normale, compensation des frais degestion des SLSP en cas de prise en gestion des immeubles privés.Elle a été entendue en février 2013, l’autorité wallonne prenant un arrêté étendantaux SLSP un pan de ce soutien financier pour la réhabilitation ou restructuration debiens immobiliers, quels qu’ils soient, en un ou plusieurs logements répondant auxnormes de salubrité.L’Union a bien sûr salué ce 1erpas vers la prise en gestion effective de biens immobi-liers par les SLSP, notamment pour les bâtiments situés dans des communes dépour-vues d’AIS. Des mécanismes régionaux complémentaires demeurent indispensablespour permettre aux sociétés des opérations immobilières financièrement équili-brées, telles des aides modérant les loyers des logements pris en gestion.48 Personnes de référence : Alexandre Ponchaut, Conseiller, et Chantal Van Dessel, Secrétaire (Cellule Logement).
    • Rapport d’activités 201238Sociétés de Logement deService public (SLSP)Logements sociauxétudiantsOccupation précaireLogements sociaux étudiants : l’Union entendue49La Wallonie a décidé de remédier au manque de logements étudiants. L’arrêté du 12juillet 2012 soutient la création, par les SLSP, de logements sociaux à destination desétudiants via le programme d’ancrage. La subvention concerne la création d’un ouplusieurs logements, comprenant de 5 à 10 chambres et impose des règles minimalesen termes de performance énergétique et thermique, de parachèvement et d’équipe-ment minimum (mobilier, local de services communs).Consultée sur l’avant-projet d’arrêté, l’Union a eu la grande satisfaction de voir sesremarques largement entendues. Le coût maximum autorisé par logement est fixé à50.000 euros et le montant du subside atteint 30.000 euros, ou même plus si les loge-ments sont passifs ou équivalents ou les chambres accessibles aux personnes à mo-bilité réduite. Le seuil pour le dédoublement des équipements sanitaires (doucheset toilettes incorporées) a été revu à la hausse. De quoi réaliser des économies etrencontrer les critères de salubrité et de confort souhaités par les locataires.Par ailleurs, l’arrêté «attribution» du 19 juillet 2012 comporte d’importantes avan-cées en matière de logements d’étudiants. Il permet dorénavant aux SLSP de s’as-surer d’une rentrée financière sous forme de loyer, en compensation des coûts deconstruction et de gestion.Dans un premier temps, cet arrêté ne s’appliquera qu’à Ottignies-Louvain-la-Neuve,seule ville estudiantine rencontrant une réelle pénurie (environ 1.300 logements).L’Union a plaidé pour un élargissement, au vu des besoins avérés, à d’autre villes etcommunes étudiantes.Un modèle de bail pour les occupations précairesde bâtiments et terrains communaux50En décembre 2012, l’Union a mis à disposition de ses membres un Modèle de bailpour les occupations précaires de bâtiments et terrains communaux pour tirer lemeilleur parti de telles situations : le bien reste productif grâce à l’indemnité d’occu-pation versée à l’autorité publique et la présence dans les lieux permet un meilleurentretien du bien et limite le risque d’actes de vandalisme.49 Personnes de référence : Alexandre Ponchaut, Conseiller, et Chantal Van Dessel, Secrétaire (Cellule Logement).50 Personnes de référence : Alexandre Ponchaut, Conseiller, et Chantal Van Dessel, Secrétaire (Cellule Logement).
    • Rapport d’activités 2012 39L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALENouveaux éluscommunauxBourgmestresSalon des MandatairesLES MANDATAIRES51Il importe de rappeler l’ampleur de la mission du mandataire local, pilote de sacommune, les exigences de bonne gouvernance et la responsabilité, parfois lourde,qui est la sienne. L’Union épaule l’élu local pour assumer au mieux sa fonction.51Bon vent aux (nouveaux) bourgmestres wallons !A la mi-novembre 2012, soit un mois à peine après le scrutin du 14 octobre, l’Uniona été la première à rendre publique et à mettre en ligne la liste des 262 (futurs)bourgmestres wallons, nouvellement élus ou reconduits dans leur mandat. Avec lesréserves d’usage, puisque des recours étaient toujours pendants dans certaines com-munes et que l’installation des conseillers communaux devait encore survenir.Par la volonté de l’électeur, 33 dames et 229 messieurs ont ainsi été désignés «pre-mier magistrat» de leur cité pour la période 2013-2018. Sur ces 262 bourgmestres,80 étaient nouveaux et 182 ont été reconduits dans leur fonction par les électeurs.La fonction de bourgmestre est primordiale pour les citoyens. Pour faire bref, il ouelle est le garant de l’ordre public et de la bonne exécution des missions commu-nales. Elle ou il est, en tous les cas, la première personne vers qui l’administré setourne généralement lorsqu’il a un problème «sur sa commune». L’Union, à leurservice, leur a souhaité à tous un fructueux mandat. Les fiches communales du sitewww.uvcw.be constituent une véritable mine d’informations sur les nouvelleséquipes communales.Grosse affluence au Salon des mandataires !52Les équipes de l’Union étaient naturellement présentes au 8eSalon des mandataires,les 7 et 8 février 2013, au WEX de Marche-en-Famenne. Au fil des éditions, lamanifestation s’est imposée comme le rendez-vous incontournable des pouvoirslocaux et de tous ceux qui participent à la gestion quotidienne des communes, desCPAS, des intercommunales, des zones de police ou encore des sociétés de logementde service public en Wallonie.Pour ce millésime 2013, l’Union avait décidé de s’associer à divers partenaires pourmieux encore accueillir ses membres de passage. Ainsi, aux conseillers de l’UVCW,de la Fédération des CPAS wallons et d’Inforum, se sont joints des émissaires del’ONSSAPL et de l’éditeur Politeia pour fournir explications et informations.Le staff de l’Union a pris la parole lors de diverses conférences ou ateliers, sur desthèmes tels que la responsabilité civile et pénale des mandataires locaux, les défisdes CPAS liés au vieillissement de la population et l’outil que représente l’Agence dedéveloppement local.Avec l’opération mosaïque, l’Union a profité du Salon pour lancer un défi : connaîtreet dévoiler les visages d’un maximum de mandataires parmi les 5.306 que comptentles communes wallonnes. Parce que la gestion d’une commune est avant tout unehistoire d’hommes et de femmes qui s’investissent pleinement dans cet exercicedémocratique.51 Personnes de référence : Luigi Mendola, Conseiller Expert, et Valérie Houmard (Cellule Mandataires).52 Personnes de référence : Michel L’Hoost, Conseiller Presse & Communication, Alain Depret, Conseiller Expert, Nicolas Deswysen,Responsable web et e-projets (Département Communication).
    • Rapport d’activités 201240Directive MarchéspublicsCahiers des ChargesLES MARCHES PUBLICS53Les marchés publics figurent dans le top 5 des procédures complexes abordées aveccrainte par les communes. L’UVCW et sa Cellule Marchés publics sont aux côtés deleurs membres pour les orienter dans le maquis de la législation.53Directives marchés publics : la voix de l’Union porteen Europe5454En décembre 2011, la Commission européenne a déposé 3 projets de nouvelles di-rectives en matière de marchés publics. Dès le mois de février 2012, l’Union, active ausein du Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE), a attiré l’attention desparlementaires européens et du Gouvernement fédéral sur les enjeux fondamentauxde ces nouvelles règles pour les villes et communes.Le Conseil d’administration de l’Union a également remis un avis sur le sujet en mai2012, ainsi qu’une proposition d’amendement à propos de la coopération public-pu-blic (in house et contrat de coopération), exceptions aux règles des marchés publicsdégagées par la jurisprudence de la Cour de Justice de l’Union européenne.Le dessein européen de restreindre ces exceptions pouvait en effet remettre en causedifférentes formes de coopération et de synergie entre pouvoirs publics, pourtantindispensables en temps de crise économique et financière.Dans son avis, l’Union a plaidé pour un retour aux principes initiaux (transparence,égalité et non-discrimination), pour la recherche d’un objectif de qualité à un prixjuste, et pour des solutions pragmatiques, simples (réduire la charge administrativeet simplifier les procédures) et souples (un cadre légal équilibré et proportionné et dela marge pour les pouvoirs adjudicateurs et les opérateurs privés).L’Union a souligné l’importance de laisser jouer l’initiative locale pour un usage op-timal des deniers publics. Les synergies entre pouvoirs locaux, et leurs économiesd’échelle, contribuent en effet à la rationalisation des dépenses et à l’amélioration desservices publics, objectifs a priori difficilement compatibles. Ces synergies, nouéesvia des mécanismes de marchés conjoints ou de centrales d’achats, respectent lalégislation des marchés publics. Et le secteur privé profite d’une opportunité liée aulancement de nouveaux projets publics.L’Union nourrissait également les plus grandes craintes en termes de gouvernance,la directive en projet prévoyant un niveau de tutelle supplémentaire : une autoriténationale unique chargée de mettre en œuvre, suivre et contrôler les règles relativesaux marchés publics.Face aux objectifs européens d’user des marchés publics pour favoriser l’innovation,respecter l’environnement et lutter contre le changement climatique, tout en amé-liorant l’emploi, la santé publique et les conditions sociales, aussi louables soient-ils,l’Union a rappelé le principe d’autonomie locale, et donc la volonté des collectivitéslocales de déterminer leurs propres priorités en matière d’achats.Sur le fait de faciliter l’accès aux procédures de passation de marché pour les PME,l’Union rejoignait le point de vue de la Commission, tout en divergeant sur la mé-thode. Au nom de l’autonomie locale, pas question de division obligatoire des mar-chés en lots distincts ou de limitation des exigences en termes de sélection qualita-tive des soumissionnaires (capacités technique, économique et financière).En décembre 2012, un projet remanié (600 amendements, dont 100 pour la coopérationpublic-public)dedirectiveaétéadoptéenCommissionduMarchéintérieurduParlementeuropéen. L’Union a été ravie d’y relever plusieurs avancées conformes à ses attentes.53 Personnes de référence : Sylvie Bollen et Mathieu Lambert, Conseillers Experts, Marie-Laure Van Rillaer, Conseiller, et AnneFilleul, Secrétaire (Cellule Marchés publics & PPP).54 Personnes de référence : Mathieu Lambert, Conseiller Expert, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Marchés publics).
    • Rapport d’activités 2012 41L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEVade-Mecumdes Marchés publicsdes Pouvoirs locauxElles portent sur le in-house (le seuil du chiffre d’affaires moyen de l’entité contrôléeréalisé par le(s) pouvoir(s) adjudicateur(s) qui la contrôle(nt) est passé de 90 à 80 %),sur la composition des organes de décision de l’entité contrôlée (une même per-sonne peut représenter un ou plusieurs des pouvoirs adjudicateurs participants), surles accords de coopération (ouverture du champ d’application), sur le champ d’ap-plication de la directive (pas pour les transferts de compétences ou de tâches de ser-vice liés à l’organisation institutionnelle et administrative interne de l’Etat membre).Malgré ces avancées non négligeables, l’Union attend encore la levée des dernièresrestrictions à la coopération public-public. Le texte adopté en commission est ainsiparticulièrement restrictif au regard des synergies déjà développées entre de nom-breuses communes et CPAS. Et des assurances supplémentaires sont espérées enmatière de contrôle analogue dans le cas de la relation in house.Rien n’est joué : le texte amendé doit encore être adopté en séance plénière duParlement européen, avant d’être transmis au Conseil avec lequel l’assemblée doits’entendre pour aboutir à un texte définitif. L’Union poursuit donc sa sensibilisationauprès de l’ensemble des eurodéputés wallons, du Conseil et du COREPER. Cinq nouveaux modèles de cahiers des charges55Dans le courant de l’année 2012, l’Union a mis en ligne sur son Réseau Marchéspublics (http://marchespublics.uvcw.be) 5 modèles de cahier spécial des charges.En mars 2012, un modèle de cahier des charges relatif aux services postaux a vu lejour, grâce à une excellente collaboration entre les équipes de l’Union, la Communed’Ixelles et la Ville de Liège.En juin 2012, ont suivi un modèle de cahier spécial des charges relatif aux servicesd’archivage et un modèle de cahier spécial des charges pour la construction d’aires dejeux, avec le précieux concours de l’Association des Etablissements sportifs (AES).Enfin, en décembre 2012, des modèles de cahier spécial de charges relatif aux planscommunaux d’aménagement et d’avis de marché ont vu le jour, avec le concours ins-piré de la Chambre des Urbanistes de Belgique.Tous ces modèles ont pour ambition commune d’aider les pouvoirs adjudicateursà élaborer des documents efficients et praticables par les soumissionnaires, de pro-mouvoir la qualité des services proposés en insistant sur les vertus du dialogue entrefuturs partenaires et de défendre les principes d’une saine concurrence, dans l’inté-rêt général.55 Personnes de référence : Thibault Ceder, Conseiller Expert (Cellule Aménagement du territoire) et Marie-Laure Van Rillaer,Conseiller (Cellule Marchés publics).Vade-mecumdesmarchéspublicsdespouvoirslocauxSylvie BollenMathieu LambertLaetitia Vander BorghtMarie-Laure Van RillaerEdouard Vercruysse(édition2013)Le Vade-mecum des marchés publics des pouvoirs locaux (édition2013) analyse la nouvelle réglementation des marchés publics en-trant en vigueur en 2013, depuis la loi du 15 juin 2006 jusqu’à l’ar-rêté royal établissant les nouvelles règles générales d’exécution du14 janvier 2013. L’e-procurement et la simplification administra-tive qui doit en découler ne sont pas en reste. Enfin, une attentionparticulière est accordée aux possibilités de coopération entrepouvoirs publics en dehors de cette réglementation, leurs enjeuxpour les pouvoirs locaux et leurs perspectives d’évolution.Le Vade-mecum s’adresse aux pouvoirs adjudicateurs locaux, etaux entreprises soumissionnaires et adjudicataires désireuses demaîtriser les procédures et obligations présidant à la conclusionet à l’exécution des contrats qui les lient à ces pouvoirs publics. Intégrant les spécificités du contexte institutionnel des pouvoirslocaux wallons, et conçu comme un ouvrage scientifique, didac-tique et pratique, il est destiné aux praticiens confirmés soucieuxde mettre à jour et d’approfondir leurs connaissances ainsi qu’auxnéophytes découvrant la matière.Vade-mecumdesmarchéspublicsdespouvoirslocaux(édition2013)Cover - Le vadémécum des marchés publics 7.indd 2-3 11/04/13 18:19
    • Rapport d’activités 201242Service d’hiverImpétrantsLA MOBILITE, LE TRANSPORTET LA VOIRIE56Conscientes de l’impact de la mobilité et des transports sur le développementterritorial, les communes s’impliquent davantage dans ces matières. Elles sontaussi en 1èreligne au niveau de la sécurité routière.56Service d’hiver : enfin la centrale de marchés !En janvier 2013, la Wallonie a désigné la firme qui assurera la fourniture de fon-dants chimiques (saumure) destinés au traitement hivernal des routes et autorouteswallonnes. Cette décision a concrétisé la très attendue centrale de marchés aubénéfice des communes, les dispensant du même coup des procédures de marchéspublics.Les communes demeurent responsables des modalités d’exécution du marché à par-tir de la commande des fournitures jusqu’au paiement inclus (réception, appel à lagarantie, application des amendes et paiements).La centrale de marchés constitue un élément du Plan hiver mis en place par leMinistre wallon des Travaux en faveur des communes. L’Union a salué cette initiativeet a répété sa volonté de travailler avec l’autorité régionale en faveur d’une politiqueintégrée en matière de service d’hiver.Décret impétrants : l’Union émet des réserves57En Wallonie, 90 % des voiries (71.000 km) sont des voiries communales. Les com-munes jouent un rôle essentiel dans la gestion de la voirie publique, patrimoine àdisposition de tous.La révision du décret impétrants de 2009 a été mise en chantier durant l’année 2012.Le terme «impétrants» désigne les propriétaires de câbles et de canalisations et leursentrepreneurs, qui, ensemble, réalisent des travaux de voirie. Le décret les oblige àse faire connaître, à se coordonner, à recevoir une autorisation avant de débuter lechantier, à fournir caution, etc.Si le décret ancien confortait les communes dans leur attribution de gestionnaire devoiries et de garant de la sécurité et de l’intégrité du domaine public (éviter les (ré)ouvertures intempestives des routes, veiller au bon encadrement des chantiers, s’as-surer de la correcte réfection des trottoirs, etc.), le décret en projet risquait d’écornerce rôle historique des communes.En effet, l’autorité régionale entendait faire dépendre le nouveau régime d’autorisa-tion envisagé d’une «commission» composée aux 2/3 tiers d’impétrants et d’entre-preneurs de voirie. La Wallonie voulait aussi faire jouer à cette commission un rôleexcessif : élaborer toutes les modalités de mise en œuvre du décret et trancher lesrecours, donc octroyer une autorisation là où la commune l’avait refusée.En juin 2012, l’Union a exprimé une opposition vigoureuse au projet ainsi libellé eta appelé au respect des rôles et responsabilités de chacun. Concrètement, l’Union asuggéré que la Commission reçoive une simple mission d’avis et se mue en un lieud’échange et de concertation, permettant aux municipalistes, aux impétrants et auxentrepreneurs de gérer harmonieusement une problématique commune, dans l’in-térêt de tous : intégrité de la voirie, partage et aboutissement à de bonnes pratiquesen matière de chantiers.En octobre 2012, l’Union a encore attiré l’attention du Ministre wallon des Pouvoirslocaux et de la Ville sur deux points essentiels restant problématiques.56 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur, Ambre Vassart, Conseiller, Françoise Bradfer, Consultant et VéroniqueBierlaire, Secrétaire (Cellule Mobilité).57 Personne de référence: Ambre Vassart, Conseiller (Cellule Mobilité).
    • Rapport d’activités 2012 43L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEForum mobilitéVignette routièreDans la composition de la Commission, la représentation attribuée aux gestionnairescommunaux de voirie, égale à celle accordée respectivement aux représentants desentrepreneurs et aux impétrants, est apparue trop faible au regard de l’importancedes missions confiées à la Commission et à la part des voiries communales dans letotal des voiries wallonnes. L’Union a réclamé une augmentation impérative de lareprésentation communale.L’Union a également jugé imbuvable l’existence d’un recours devant la Commissiondes Refus d’autorisation de chantier, ce qui aurait mené à une privatisation de déci-sions en principe exclusivement publiques. L’Union a proposé que ce recours soitexercé par l’autorité de tutelle institutionnalisée, à savoir la Région.L’Union a enfin demandé que les décisions de dispenses, exceptions et dérogationsaux obligations imposées par le décret ne relèvent nullement de la compétence dela Commission.Un nouveau Forum Mobilité58En collaboration avec le Réseau des Conseillers en mobilité, l’Union a lancé en juin2012 un Forum Mobilité accessible en ligne : http://reseaux.uvcw.be/mobilite/.Il s’agit d’une plateforme de partage, de réflexion et de concertation réservée auxConseillers en mobilité et aux praticiens traitant de tous les aspects de la mobilité,des transports et de la voirie. Les conseillers de l’Union animent et alimentent leForum, en veillant à la meilleure interaction entre les membres issus d’horizonsdivers : communes, administrations régionales, sociétés de transport en commun.Un espace réservé du Forum permet en outre aux communes-pilotes désignées dansle cadre du PlanWallonie cyclable, d’échanger à propos de leurs succès et difficultés.Vignette routière : l’UVCW affiche ses priorités59Les autorités régionales de Wallonie, Flandre et Bruxelles-Capitale prévoient l’intro-duction d’un système de prélèvement kilométrique pour les poids lourds (> 3,5T) etune vignette routière pour les véhicules légers (</= 3,5T) immatriculés en Belgiqueou à l’étranger, qui contribueront ainsi de façon plus équitable à l’usage et à l’entre-tien du réseau routier belge dans son ensemble.En octobre 2012, durant la phase de consultation des parties, l’Union a rappelé auGouvernement wallon ses priorités, déjà exprimées dès 2005.D’abord, une compensation pour la perte des additionnels communaux résultantdu payement automatique de la vignette routière et de la réduction de la taxe decirculation pour les véhicules immatriculés en Belgique. Cette compensation de-vrait rester liée au nombre de véhicules en circulation, en augmentation constante(+ 15 % entre 2005 et 2011).L’Union a ensuite réclamé pour les municipalités le bénéfice d’une partie des recettesnouvelles issues de la vignette routière, afin que les véhicules étrangers participent àl’entretien du réseau communal. A cet égard, l’Union a chaleureusement remercié leMinistre d’avoir intégré les voiries communales au système, évitant par là tout reportde trafic du réseau structurant vers les voiries communales à vocation de grande cir-culation.58 Personne de référence : Ambre Vassart, Conseiller (Cellule Mobilité).59 Personne de référence : Tom De Schutter, Directeur du Département Développement territorial.
    • Rapport d’activités 201244Voirie communaleSi le réseau routier communal représente 90 % de l’ensemble du réseau wallon,22 % du trafic y sont concentrés. L’Union a dit espérer un retour financier pour lescommunes à hauteur de la part du trafic observé sur les voiries communales.L’Union a rappelé que les véhicules de plus de 3,5 T des services communaux servantà l’entretien des routes sont dispensés du payement de la taxation d’usage desinfrastructures, en vertu d’une directive européenne de 2006. Elle a donc demandéune exonération du prélèvement kilométrique pour les véhicules communauxconcernés. Dans la même logique, la taxe de circulation n’étant pas d’applicationpour les véhicules communaux de moins de 3,5 tonnes, ils devraient être exonérésdu payement de la vignette routière.Voirie communale : l’Union indique le chemin60Le Gouvernement wallon ambitionne depuis 2010 une réforme globale du régime dela voirie communale. L’Union a rendu, en mars 2013, un avis dans lequel elle saluaitcette volonté de cheminer vers un régime unique au travers du décret en projet. Ellea globalement applaudi la plupart des dispositions, qui convergent en matière demobilité, de mobilité douce et d’aménagement du territoire, dans le respect de l’au-tonomie communale, gage de gestion cohérente par les pouvoirs locaux.Toutefois, le texte en projet habilite le gouvernement à adopter un règlement généralde police des voiries communales, ce que l’Union assimile à une atteinte simulta-née aux compétences communales et fédérales en matière d’ordre public. Le projetenlève à la fois aux communes le constat des infractions et la faculté de les traiter pardes sanctions administratives ; elles ne sont plus en mesure de garantir l’intégrité, lasécurité et la commodité de passage sur leurs voiries.En outre, soumettre les décisions communales à la tutelle provinciale semble contre-productif et va à contre-courant de l’évolution en cours des relations entre ces enti-tés. Enfin, l’impact financier de la réforme doit être compensé par la Région, car il nes’agit plus simplement de mettre à jour l’Atlas des voiries, mais de créer un nouveloutil, plus ambitieux et coûteux.Autant d’arguments sur base desquels l’Union a invité la Wallonie à revoir sa copie.60 Personnes de référence : Ambre Vassart, Conseiller, et Véronique Bierlaire, Secrétaire (Cellule Mobilité).
    • Rapport d’activités 2012 45L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEGoogle MapsSignatureélectronique impriméeLES NOUVELLES TECHNOLOGIES ETL’E-GOUVERNEMENT61Les communes doivent relever les défis des nouvelles technologies de l’Informationet de la communication (NTIC). Pour les aider, l’Union a mis en place, dès 2005,une Cellule E-communes.61Les communes désormais délimitées dans GoogleMaps62Pendant longtemps, les cartes des Google (Google Maps) ne permettaient pas d’avoirune bonne perception de l’étendue du territoire des communes, faute d’afficher leurslimites administratives. La chose est corrigée depuis le 27 mars 2012, quand Googlea mis à jour son service pour la Belgique en y intégrant les limites administratives.Les limites en question ne sont toutefois pas visibles de manière permanente et pourl’ensemble des communes. Google a en effet opté pour un système d’affichage dyna-mique qui ne fait apparaître les limites d’une commune que lorsqu’une rechercheest effectuée sur le nom de celle-ci. Certains regretteront dès lors qu’il ne soit paspossible d’afficher les limites administratives de plus d’une commune à la fois.Malgré cette restriction, la nouveauté devrait profiter aux communes, en leur per-mettant de présenter leur territoire de manière plus efficace que précédemment.Elles sont en effet nombreuses à intégrer les cartes Google à leur site internet.Un cadre juridique pour les signatures électroniquesimprimées63Les administrations communales sont parfois réticentes à délivrer des copies et ex-traits qui sont la matérialisation (impression) de documents établis par voie électro-nique. La loi du 15 février 2012 a modifié le cadre juridique pour les signatures élec-troniques, le recommandé électronique et les services de certification, en conférantexplicitement une valeur légale aux documents matérialisés de ce type.Pour être reconnue légalement, la matérialisation d’un document signé électroni-quement doit est liée uniquement au signataire, permettre son identification, êtrecréée par des moyens que le signataire puisse garder sous son contrôle exclusif, etêtre liée aux données auxquelles elle se rapporte, de telle sorte que toute modifica-tion ultérieure des données soit détectée.Le recours à la signature électronique et sa matérialisation ne sont qu’une faculté,garantissant en principe la neutralité entre papier et voie électronique. Mais il s’agitcertainement d’une opportunité supplémentaire dont pourront se saisir les munici-palités désireuses d’avancer dans le sens de l’e-gouvernement.61 Personnes de référence : Edouard Vercruysse, Conseiller Expert, Marie-Laure Van Rillaer, Conseiller, et Valérie Houmard,Secrétaire (Cellule E-communes).62 Personnes de référence : Edouard Vercruysse, Conseiller Expert, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule E-communes).63 Personnes de référence : Marie-Laure Van Rillaer, Conseiller, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule E-communes).
    • Rapport d’activités 201246Grades légauxSecrétaire communalReceveurLE PERSONNEL COMMUNAL6464Les pouvoirs locaux wallons, ce sont 135.000 hommes et femmes65au servicedu devenir local. L’Union souhaite soutenir ses membres dans leur gestion dupersonnel, depuis les multiples questions juridiques jusqu’à la GRH.Réforme des grades légaux: l’Union soutient la nouvellegouvernanceDébut 2013, parallèlement à l’entrée du PST communal dans sa phase-pilote, le projetde décret de modernisation de la gouvernance locale a fait son entrée au Parlementwallon. Il contient une série de nouveautés soulignant l’importance fondamentale,pour un service public communal optimal, du binôme formé par l’autorité politique(conseil/collège) et l’administration communale, pilotée par ses grades légaux :secrétaire et receveur.Sont apparues ainsi des notions déjà expérimentées dans certaines communes etdont la Wallonie ambitionne de doter l’ensemble des municipalités : le comité dedirection, la lettre de mission et le contrat d’objectifs, la création de synergies entrecommune et CPAS.Le projet de décret ambitionne de confier au secrétaire communal la véritable direc-tion générale des services : coordination, exécution des axes politiques, préparationdes dossiers, présidence du comité de direction, contrôle interne, participation ren-forcée au recrutement et à l’évaluation du personnel, sanctions disciplinaires mi-neures, etc.Le receveur communal va se muer en inspecteur des finances locales, gardien dela légalité financière et de la logique économique de l’administration : son avis estrequis en amont des procédures pour tout dossier à impact financier ; il peut éga-lement suggérer des initiatives susceptibles d’accroître l’efficacité financière de lacommune.Ces rôles, que le projet de décret veut davantage stratégiques, entraînent des modifi-cations dans le recrutement et la gestion de la carrière des grades légaux : le certificaten management public, le stage (période d’essai) font ainsi leur apparition, au mêmetitre que l’évaluation et son influence sur la carrière de l’agent.En corollaire direct, une juste revalorisation barémique des grades légaux accompa-gnera cette réforme, ce que l’Union a soutenu. Elle a, à cet égard, plaidé pour que lescommunes disposent toujours de la capacité financière de s’adjoindre les collabora-teurs nécessaires à la professionnalisation communale et à la gestion de matières deplus en plus complexes, pour la bonne marche du service public local aux citoyens.64 Personnes de référence : Luigi Mendola, Conseiller Expert, Sylvie Smoos, Isabelle Dugailliez, Caroline Francotte, Conseillers,et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule Personnel, RH et mandataires).65 104.909 équivalents temps plein en 2011.
    • Rapport d’activités 2012 47L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEPensions des agentsstatutaires locauxPension anticipéePension des agents statutaires locaux :l’Union veut des outils adaptésEn janvier 2013, inquiète pour la pension des agents statutaires locaux, l’Union ademandé des outils adaptés à l’ONSSAPL.Depuis l’entrée en vigueur de la réforme du 24 octobre 2011, la facture pension ré-clamée à chaque autorité locale affiliée à l’ONSSAPL (cotisation de base, cotisationde responsabilisation et cotisation de régularisation) a grimpé pour bon nombred’entre elles.Les autorités fédérales s’étaient engagées à assurer un maximum de prévisibilité auxpouvoirs locaux pour leur permettre de confectionner leurs budgets (en octobre del’année N-1) en leur fournissant, en temps utile, une simulation du montant de lafacture qui leur serait réclamée.Or, force est de constater que l’époque à laquelle ces simulations sont adressées auxautorités locales (en mars 2013 pour les chiffres 2013) ne leur est d’aucune utilité.Consciente que la collecte de données et leur transmission génèrent un travail consi-dérable, l’Union a toutefois demandé de presser la transmission des informations aumaximum.Relèvement des conditions d’accès à la pensionanticipée : l’Union veilleLe 28 décembre 2011 était adoptée la loi modifiant les pensions du secteur public.Après un nouvel examen des renvois entre réglementations, il apparaît que la ré-forme aurait des incidences imprévues sur la pension des mandataires locaux, enclair un durcissement des conditions d’accès à la pension anticipée.Ainsi, un mandataire local ne pourra voir ouvrir son droit à la pension de retraited’ancien élu local qu’à partir de 65 ans, à moins de prouver des conditions de carrièredans les différents secteurs. La norme antérieure prévoyait un âge minimal de 60 anset un exercice minimal de 12 mois de mandat. Une pension anticipée avant 65 anspourrait être ouverte aux mandataires ayant 62 ans et 40 ans de service. Quelquesdérogations sont prévues.La vérification des données de carrière auprès de divers organismes va causer biendes difficultés pratiques pour les pouvoirs locaux. Pour leur faciliter le travail, unebanque de données intégrée a été promise mais, ne voyant rien venir, l’Union a écritau Ministre des Pensions et relancé l’ONSSAPL, car les nouvelles conditions sontentrées en vigueur au 1erjanvier 2013.
    • Rapport d’activités 201248Santé financière deszones de policeLA POLICE 66Les missions de police sont essentielles pour la protection des citoyens.Cette compétence locale de base connaît des problèmes liés aux réformes, passéeset en cours.66Santé financière des zones de police :l’Union rappelle les chiffres !67Les zones de police locales fonctionnent principalement grâce aux dota-tions communales et aux dotations fédérales. Les dotations des communeswallonnes aux zones de police atteignaient plus de 410 millions d’euros en2011. Les frais de personnel représentent le principal poste de dépenses(90 %) pour les zones. Toute modification de la structure des dépenses de personnelimpacte donc très fortement les soldes des zones de police.Or, les états comptables des zones de police ne sont pas le reflet de leur réelle santéfinancière, car ils sont tronqués depuis 2009 par une circulaire budgétaire de laMinistre fédérale de l’Intérieur. Pour l’élaboration des budgets, la Ministre de l’Intérieur recommande de façon ré-currente aux zones de réaliser des budgets ne contenant que 11 mois de rémunéra-tions, alors qu’elles paient bel et bien 12 mois ! Conséquence : un mystérieux maisfactice redressement des soldes budgétaires était soudainement apparu.L’Union avait déjà corrigé les chiffres en 2011 (pour les budgets 2010) et les avaitrendus publics. Ils ont fourni un constat sans appel : la santé financière des zones depolice ne s’est pas améliorée. Le maintien du solde global des zones à un niveau justepositif résulte uniquement de l’effort financier consenti par les communes pour sou-tenir leurs zones.En mars 2012, elle en a fait de même pour les budgets 2011. Il est apparu qu’unetrès large majorité (90 %) des zones a suivi la circulaire (75 % en 2010). Les zonesredoutent probablement de recevoir un arrêté du gouverneur désapprouvant leurbudget, comme certaines zones l’ont éprouvé en 2012, encaissant un blocage incon-fortable en termes de fonctionnement.Plus de zones ayant suivi la circulaire, il en a résulté un plus grand décalage encoreentre réalité financière des zones et apparence comptable. L’Union a appelé unefois de plus la Ministre à suivre la voie du bon sens pour mettre fin à l’insécuritéjuridique, car la tutelle est très imprévisible d’une année à l’autre face, pourtant, àdes pratiques semblables.66 Personnes de référence : John Robert, Conseiller Expert (Police, sécurité, incendie, état civil, cultes et funérailles), AmbreVassart, Conseiller (Police administrative générale et sanctions administratives communales en PAG), et Valérie Houmard,Secrétaire.67 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).
    • Rapport d’activités 2012 49L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALESanctionsadministrativescommunalesDébits de boissonsSanctions administratives communales :2 avis de l’Union68En juillet 2012, le Conseil d’administration de l’Union a remis avis à la Ministre del’Intérieur sur l’avant-projet de loi modifiant les sanctions administratives commu-nales (SAC). Les municipalistes y réclamaient globalement des balises, de l’efficacitéet des moyens.En février 2013, découvrant le projet de loi amendé, le Conseil d’administration del’Union a exprimé une série d’inquiétudes fortes, en dépit de quelques avancées (laprestation citoyenne pour les dégradations, le régime applicable aux mineurs).Pour l’Union, le mécanisme des SAC doit rester un outil de soutien aux communesdans leur mission fondatrice liée à l’ordre public. L’introduction d’infractionsnouvelles (étrangères à l’ordre public ou d’une gravité certaine) et de procéduresparallèles fait tendre le régime des SAC vers un corps de règles répressives séparé duCode pénal.Pas question pour les communes de pallier les difficultés judiciaires ou d’aller versun désengagement de la police à leurs dépens, sous prétexte que les agents consta-tateurs se chargent de certaines tâches. La police de proximité reste essentielle pourles villes et communes.Débits de boissons :l’UVCW favorable à une régulation69En février 2013, l’Union, extrêmement favorable à un règlement communal impo-sant une heure de fermeture obligatoire aux débits de boissons, a salué une proposi-tion de loi régularisant les pratiques et apportant la sécurité juridique.Pour les communes, la compétence de police administrative est fondatrice et essen-tielle. Garantes et responsables de l’ordre public sur leur territoire, elles doivent pou-voir résoudre efficacement des situations quotidiennes, pour fournir aux citoyens uncadre de vie agréable.Garantir la sécurité et la tranquillité de tous, éviter les troubles, cela revient parfoisà limiter à certaines heures, certains jours ou certains quartiers les ouvertures dedébits d’alcool.Le but des autorités locales n’est pas de limiter délibérément la liberté de commerceet d’industrie, ni d’empêcher le divertissement sur le territoire de la commune, maisl’organisation du cadre de vie, dans le respect de tous, via un règlement communalspécifique encadrant les heures d’ouverture des débits de boissons, permet d’éviterl’action improvisée du bourgmestre et sécurise le dispositif.68 Personnes de référence : Ambre Vassart, Conseiller (Police administrative générale et sanctions administratives commu-nales en PAG), et Valérie Houmard, Secrétaire.69 Personnes de référence : Ambre Vassart, Conseiller (Police administrative générale et sanctions administratives commu-nales en PAG), et Valérie Houmard, Secrétaire.
    • Rapport d’activités 201250Développement ruralCharte de la ruralitéLa ruralité dans le SDERLA RURALITE70Plus de la moitié des 262 communes wallonnes sont essentiellement rurales. Lesaider à préserver leur authenticité, leur spécificité et leur ruralité est un combatquotidien de l’Union.70Développement rural : l’Union vigilanteEn octobre 2012, le Ministre wallon de la Ruralité a produit une circulaire modifiantles modalités de mise en œuvre des opérations de développement rural. L’ambitionest l’utilisation optimale de l’enveloppe budgétaire régionale et la mise en œuvreplus efficace des opérations.Le texte modifie ainsi l’analyse de la recevabilité des dossiers de candidature et desmodalités d’approbation des projets de Programme communal de développementrural (PCDR). Préalablement à toute demande de convention, la circulaire prévoitune analyse par l’administration régionale concernée (DGO3), rapportant à son Mi-nistre quant à la faisabilité et à l’opportunité du projet. Une fois l’assentiment duMinistre acté, la DGO3 prépare le projet de convention et notifie l’accord de principeà la commune concernée.La circulaire module aussi les taux de subventions applicables aux projets pour pou-voir faire face au nombre croissant de sollicitations. Si ces modifications sont com-préhensibles dans le contexte budgétaire difficile, l’Union s’est inquiétée en janvier2013 auprès du Ministre régional de cette baisse de capacité d’action pour les com-munes et s’est assuré que les projets en cours ne seraient pas mis à mal.Un modèle de charte pour mieux vivre ensemble enmilieu ruralEn septembre 2012, l’Union a élaboré (au sein de sa Commission Ruralité) et misà disposition de ses membres un Modèle de charte de la ruralité destiné à favori-ser le mieux-vivre ensemble en milieu rural. Le document rassemble les élémentsessentiels à la compréhension de la vie rurale et de son rythme, afin de permettreaux nouveaux habitants, néo-ruraux, mais également citoyens des villages, de mieuxcomprendre et d’accepter les impératifs de la vie à la campagne.Le modèle proposé aborde plusieurs thèmes et peut être adapté en fonction descirconstances locales, le cas échéant avec une commission locale, afin d’assurer labonne appropriation du document par les citoyens.Et la ruralité dans le SDER ?En septembre 2012, dans son avis à propos du SDER, l’Union a estimé que la ruralité,composante essentielle du territoire wallon, était insuffisamment prise en compte.Dans le document, l’Union veut voir inscrite une réelle ambition pour les espacesruraux wallons.70 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur, Christel Termol, Arnaud Ransy et Gwenaël Delaite, Conseillers, MarieDéom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture, ruralité, nature et forêts).
    • Rapport d’activités 2012 51L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEPlans zonaux de sécurité(PZS)LA SECURITE71Les trois Unions obtiennent la prolongation desplans zonaux de sécurité71En mars 2012, l’Union et ses associations-sœurs (AVCB et VVSG) ont demandé à laMinistre de l’Intérieur de prolonger pour un an les plans zonaux de sécurité (PZS),censés se terminer en 2012 comme la mandature locale.Or, c’est seulement en 2013 que les nouvelles majorités locales peuvent adopter leurPZS 2014-2019. Il va de soi que la sécurité constitue une thématique importante dansla politique locale, et doit s’intégrer efficacement dans les plans de gestion de la com-mune. Les citoyens attendent des responsables locaux une gestion harmonieuse afinde répondre efficacement aux défis posés par le vivre-ensemble, l’insécurité, les inci-vilités ou encore la sécurité routière. Si le terme des PZS avait été maintenu à 2012, les mandataires nouvellement élusauraient dû appliquer des PZS décidés par les anciennes majorités, ce qui est peudémocratique, contraire aux recommandations régionales à l’approche des élec-tions. Pour les Unions, synchroniser et intégrer les politiques locales sont un signede bonne gestion.Poussant la logique, elles ont aussi enjoint la Ministre à œuvrer en faveur d’une poli-tique globale et structurelle en matière de sécurité, via une mise en phase des diversplans de gestion, tant sur le plan fédéral que zonal. De la sorte, la chaîne de sécuritéentre les différents niveaux de pouvoir serait intégrée au maximum.Par extension, les Unions ont encore proposé à la Ministre d’aligner les autres plansde politique policière sur les 6 ans de la législature communale : les PZS, mais aussiles plans stratégiques de sécurité et de prévention (PSSP). Cette idée recueille un fortsoutien des bourgmestres et des chefs de corps, les deux acteurs-clés des PZS. Il enva du renforcement futur de la politique locale de sécurité, que tous appellent deleurs vœux.71 Personnes de référence : John Robert, Conseiller Expert, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule Police, Sécurité, Incendie).
    • Rapport d’activités 201252Zones de secoursPré-zonesopérationnelles (PZO+)Pompiers volontairesLES SERVICES D’INCENDIE72La sécurité incendie est une autre mission extrêmement importante des villes etcommunes. La saga de la réforme se poursuit.72La personnalité juridique et des moyens pour leszones de secoursLa réforme des services d’incendie menée par la Ministre de l’Intérieur a suivi soncours en 2012. Les 34 pré-zones opérationnelles, créées en 2011, ont obtenu la per-sonnalité juridique, devenant des PZO+. En dépit de ce signal favorable vers unevéritable mue en zones de secours, l’Union a tenu à souligner la persistance de nom-breux écueils juridiques (statut) et pratiques (année électorale).Ainsi, l’arrêté précisant déjà les normes minimales d’intervention à l’horizon 2018 aparu bien trop prématuré, hasardeux et périlleux en termes financiers au regard dela situation dans les communes.Dès juin 2012, l’Union a exigé, conformément à la loi de 2007 sur la réforme del’incendie, une prise en charge intégrale par le Fédéral des surcoûts de la réforme,devant mener à terme à un équilibrage 50/50 entre les efforts financiers des com-munes et de l’Etat (90/10 actuellement). Ce qui fut acté. Cette référence explicite àl’effort fédéral constitue une garantie importante pour les finances communales etune belle victoire pour l’Union.Dans la foulée, désireuse d’accompagner au mieux la mise en œuvre des PZO+,l’Union a élaboré et mis à disposition de ses membres un Guide pratique de 10questions-réponses.Pompiers volontaires de Couvin :l’Union obtient raison en appel73En juin 2012, l’Union a appris que la Cour d’appel de Liège donnait raison à la Villede Couvin dans le litige l’opposant à certains de ses pompiers volontaires. Cette trèsbelle et définitive victoire en justice est venue méritoirement couronner des annéesd’efforts acharnés.L’Union avait, dès l’origine, décidé de soutenir Couvin, vu les enjeux financiers sous-jacents (un coût de 200 millions d’euros par an, rien que pour la Wallonie), vitauxpour toutes les communes wallonnes. Pour les municipalistes, le temps de garde àdomicile des pompiers volontaires ne constitue pas du temps de travail, à l’excep-tion des prestations effectives, et ce temps de garde inactif ne doit dès lors pas êtrerémunéré. Ce plaidoyer de l’Union a été logiquement entendu, et cet arrêt qui faitjurisprudence, a rassuré toutes les villes et communes employant des pompiers vo-lontaires.L’Union plaide de façon intangible pour un statut des pompiers revalorisé et maî-trisé. Elle veut le maintien du système des pompiers volontaires, entre autres dansles zones rurales, et un statut social amélioré du volontaire.72 Personnes de référence : John Robert, Conseiller Expert (Cellule Police, Sécurité, Incendie), Isabelle Dugailliez, Conseiller(cellule Personnel, RH et mandataires), et Valérie Houmard, Secrétaire.73 Personne de référence : Isabelle Dugailliez, Conseiller.
    • Rapport d’activités 2012 53L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEB-postContrat de gestionLES SERVICES POSTAUX74Au sein des grandes villes comme dans les communes rurales, le service public localdoit être plus que jamais défendu.74Contrat de gestion B-Post : quid des besoins locaux ?Début 2012, B-Post, opérateur du service universel postal, a sollicité plusieurs com-munes pour négocier la suppression de certaines boîtes aux lettres, singulièrementen milieu rural. Toute la question du service postal en milieu rural a resurgi à cetteoccasion, de même que les déséquilibres patents du contrat de gestion entre B-Postet l’Etat belge.En mai 2012, le Conseil d’administration de l’Union a donc réclamé avec force unemeilleure prise en compte des besoins locaux dans la définition des services postaux.Pour le futur contrat de gestion en discussion, l’Union a exigé la prise en compte de3 éléments essentiels : des normes relatives au réseau de collecte (boîtes aux lettres),le maintien et le renforcement du réseau de bureaux de poste (et non son affaiblisse-ment), et l’obligation de succès pour la concertation avec les pouvoirs locaux.74 Personne de référence : Tom De Schutter, Directeur du Département Développement territorial.
    • Rapport d’activités 201254L’Union des Villes et Communes de Wallonie, c’est aussi une équipe polyvalente etsoudée,somme de talents au service de l’ensemble de nos membres (villes et communes,CPAS, zones de police, SLSP, intercommunales affiliées), réunie autour d’un Conseild’administration,travaillant sous la houlette de son Président,Jacques Gobert.Le Conseil d’administration 2013-2018 de l’UnionCentre de décision de l’association, le Conseil d’administration arrête toutes lesprises de position et actions de l’Union des Villes et Communes de Wallonie.Suite aux élections communales d’octobre 2012, le Conseil d’administration afait l’objet d’une procédure de renouvellement complet au cours d’une Assembléegénérale extraordinaire qui s’est tenue le 5 mars 2013 à Namur.PrésidentGOBERT Jacques Bourgmestre de La Louvière BureauVice-PrésidentsDISPA Benoît Bourgmestre de GemblouxHUART Pierre Bourgmestre de Nivelles JAVAUX Jean-Michel Bourgmestre d’Amay Président de la Fédération des CPASEMONTS Claude Président du CPAS de Liège MembresBARVAIS Marc Président du CPAS de Mons BARZIN Anne Echevine à Namur BORSUS Willy Bourgmestre de Somme-Leuze BOUCHAT André Bourgmestre de Marche-en-Famenne CASTELLAN Rose Conseillère communale à Andenne COUPEZ Didier Secrétaire communal de TournaiCRUCKE Jean-Luc Bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing DASPREMONT Françoise Echevine à Charleroi DEMORTIER Nathalie Présidente du CPAS de Wavre DEVIN Laurent Bourgmestre de Binche FASSIAUX Françoise Bourgmestre de Chimay FIRKET Michel Echevin à Liège FLAHAUX Jean-Jacques Bourgmestre de Braine-le-Comte FONTAINE Philippe Conseiller communal à Manage FOURNY Bernard Secrétaire communal de Trooz GOFFETTE Francis Secrétaire communal de Chiny HINDERYCKX Isabelle Echevine à La Hulpe HOYOS Emily Conseillère communale à Profondeville JAMAR Hervé Bourgmestre de Hannut LEGASSE Dimitri Bourgmestre de Rebecq MORREALE Christie Echevine à Esneux MOSON Pierre Echevin à Verviers PARMENTIER Claude Bourgmestre de Wanze PIEDBOEUF Benoît Bourgmestre de Tintigny POLL Bénédicte Bourgmestre de Seneffe RADEMAKER Martine Receveur communale d’OupeyeSAINT-AMAND Olivier Bourgmestre d’Enghien SENESAEL Daniel Bourgmestre d’Estaimpuis STOFFELS Edmund Conseiller communal à Amel TOURNEUR Aurore Bourgmestre d’Estinnes VAN DER ELST Anne Présidente du CPAS de Perwez WAROUX Véronique Conseillère communale à Péruwelz YLIEFF Yvan Bourgmestre de Dison YZERBYT Damien Echevin à Mouscron ObservateursBASTIN Jean-Paul Bourgmestre de Malmedy KARIGER Stéphane Echevin à Visé Secrétaire BATAILLE Louise-Marie Secrétaire généraleUNE EQUIPE AU SERVICEDES POUVOIRS LOCAUXle conseildadmisnistrationde lunionle bureau de lunion
    • Rapport d’activités 2012 55L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEDépartements d’étudesLes départements d’études : gouvernance locale etdéveloppement territorialDeux départements d’études sont au service des pouvoirs locaux. Cette consultancequotidienne s’est notamment traduite, en 2012, par la réponse à quelque 2.000courriers et 11.000 appels téléphoniques.Les conseillers de l’Union préparent les dossiers politiques pour le Conseild’administration, défendent les intérêts municipaux dans nombre d’enceintes(cabinetsministériels,administrations,comitésetcommissionsinstitutionnalisées75),rédigent modèles de documents ou de règlements, publient articles et ouvrages àdestination des membres. Dans leur travail, ils sont aidés par des commissionsinternes composées d’experts municipaux animant divers réseaux.Le Département « Gouvernance locale »76traite notamment de l’organisation del’institution communale (Cellule Fonctionnement institutionnel), de l’évaluationdes politiques, des marchés publics et des partenariats public-privé (CelluleMarchés publics et PPP), de la fiscalité locale et des finances locales (CelluleFinances et Fiscalité), du développement économique local (Réseau ADL), du statutet de la gestion du personnel, du statut des mandataires (Cellule Personnel, RHet mandataires), des intercommunales et autres modes de gestion para- et supra-communaux (Cellule Intercommunales et modes de gestion), de la police locale,des services d’incendie, de la sécurité et de la police administrative (Cellule Police,incendie & sécurité), de l’état civil et de la population, des funérailles et sépultures,des cultes (Cellule Etat civil, cultes et funérailles), de la responsabilité civile et pénaledes élus, de la participation citoyenne, du sport, de l’enfance et de la culture.Le Département « Développement territorial »77s’occupe d’environnement (eau,déchets, sols, permis d’environnement, délinquance environnementale et gestiondes pollutions, conservation de la nature), de ruralité, de tourisme, d’aménagementdu territoire et d’urbanisme, de patrimoine, de logement, en ce compris les sociétésde logement de service public (SLSP), de mobilité, de transport et de voirie ainsi qued’énergie dans le cadre d’une gestion durable de la chose publique.75 La liste exhaustive des commissions et conseils apparaît sur le site internet : www.uvcw.be/union.76 Personne de référence : Alexandre Maître, Directeur.77 Personne de référence : Tom De Schutter, Directeur.
    • Rapport d’activités 201256SLSPFédération des CPASLe Comité permanent des sociétés de logement deservice publicMembres de l’Union depuis 2008, les SLSP peuvent compter sur un Comitépermanent78paritairement composé d’élus et de directeurs-gérants, pluraliste etrendant compte de la diversité du secteur du logement social en Wallonie. Il préparedes avis sur des dossiers politiques pour le Conseil d’administration de l’UVCW, etest chargé de définir les positions du secteur au niveau de la commission paritaire339 et de déterminer les actions à mettre en œuvre pour améliorer les compétencesau sein des SLSP (formations, information, mise en place de groupes de travail surdes thématiques précises, etc.).La Fédération des CPAS : la dignité au cœur de la cité79L’année 2012, marquée par un début de législature fédérale et des électionscommunales, a réclamé toute la vigilance de la Fédération dans la défense desintérêts de ses membres.Si, dans le contexte macroéconomique et conjoncturel européen, la Belgique peutêtre fière et satisfaite de politiques permettant le maintien global des équilibres et unpouvoir d’achat «viable» pour la majorité des citoyens, les décisions prises ont peuou prou impacté les CPAS.En 2012, la Fédération n’a dès lors eu de cesse d’expliquer, aux décideurs politiquesde tous niveaux, les enjeux pour les CPAS des changements législatifs projetés etleurs conséquences prévisibles sur les conditions d’exercice de leurs missions.A côté de certaines avancées annoncées par le Gouvernement fédéral, plusieursincertitudes, voire inquiétudes, sont venues poindre. La 6èmeréforme de l’Etat et sontransfert de compétences vers les entités fédérées peut être, à terme, la meilleure oula pire des choses.Ainsi, les régions deviennent compétentes en matière de revenus d’intégration. LaFédération a rappelé que l’intégration professionnelle des bénéficiaires est bienplus qu’une forme d’aide à l’emploi, puisqu’il s’agit de la concrétisation d’un projetindividuel de la personne, inscrit dans un travail d’accompagnement social. Enaucun cas, cette disposition ne peut être contrainte budgétairement et doit pouvoircontinuer à évoluer dans le giron de l’aide sociale.A cet égard, la gestion de l’activation est performante, puisqu’elle s’incorpore danscelle du droit à l’intégration sociale via le réseau de la banque carrefour de la sécuritésociale. La Fédération a dès lors plaidé pour maintenir en l’état le dispositif degestion de l’activation (via une forme de guichet unique fédéral), de conserver uneforme de cohérence d’action entre les trois Régions et de réclamer une enveloppeouverte pour le financement du dispositif.La Fédération a aussi clamé son inquiétude face à la communautarisation du secteurmaison de repos, qui va engendrer de nombreux problèmes et planter un jalon dansla voie de la scission de la sécurité sociale. La Fédération des CPAS y est clairementdéfavorable, car le principe de solidarité ne peut être remis en cause. Le financementfutur du secteur et sa gestion par le niveau de pouvoir le plus adéquat ont été pointéscomme les deux problèmes majeurs.78 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur et Secrétaire du Comité permanent des SLSP, et la Cellule SLSP (Thi-bault Ceder, Caroline Francotte, Mathieu Lambert, Katlyn Van Overmeire, Laetitia Vander Borght, Conseiller Expert etConseillers ; Chantal Van Dessel, Secrétaire).79 Personne de référence : Bernard Antoine, Directeur général de la Fédération des CPAS de l’UVCW.
    • Rapport d’activités 2012 57L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEService FormationEn 2012, la Fédération a également donné de la voix contre certaines mesures prisespar le Gouvernement fédéral, impactant de façon intolérable les CPAS. Ce fut le cas,en avril, contre la décision inacceptable de réduire le financement de l’accueil desdemandeurs d’asile en initiatives locales. Ce fut la contestation des mesures liées àla dégressivité des allocations de chômage. Au-delà de cet accroissement de chargespour les CPAS sans aucun moyen en compensation, ni financier, ni en personnel,c’est une forme de communalisation de la protection sociale que la Fédération avoulu stigmatiser.La solidarité, ciment entre tous les citoyens, se désagrège peu à peu au profit d’uneindividualisation du droit à l’aide sociale laissé à la décision arbitraire locale. LeCPAS devient ainsi le réceptacle de politiques publiques que d’autres n’assumentplus, tout en lui imposant de réussir, sans en recevoir les moyens. Cette logiqueschizophrénique inacceptable, imposée aux CPAS, a été combattue par la Fédérationavec véhémence et persuasion.La Fédération des CPAS a eu, et conserve, le souci permanent de défendre et faireconnaître l’action de ses membres, mettant en évidence leur professionnalisme etleur efficacité. C’est ensemble, en lien permanent, qu’ainsi fédérés, les CPAS bâtirontune société plus juste au service de la dignité dans leur cité.Le rapport d’activités 2012 de la Fédération des CPAS est en ligne : www.uvcw.be/cpas.Le Service Formation80Le Service Formation de l’Union outille les membres à la gestion du quotidien, à laréponse aux attentes des citoyens et les rapproche des autres niveaux de pouvoir(cabinets, administrations, tutelle, etc.) par un dialogue concret ancré dans lesréalités de terrain.L’UVCW offre des formations très diversifiées, de 4 types :• des rencontres politiques, les Midis de la gouvernance : moment privilégié derencontre et d’échanges entre décideurs locaux sur des thèmes stratégiques etd’actualité ;• des journées d’étude, séminaires, colloques thématiques, avec des intervenantsmaîtrisant parfaitement leur sujet ;• des ateliers de formation (de 15 à 40 personnes) confèrent au personnel d’enca-drement la maîtrise d’une méthode de travail et d’outils ;• des formations à la demande, organisées au sein même d’une entité, à l’attentionde son personnel.Les thématiques de formation sont nombreuses et variées. Sans prétendre àl’exhaustivité, 2012 a permis d’aborder le Programme stratégique transversalcommunal (PST), la réforme du Code wallon du logement et de l’habitat durable,l’impact de la réforme locative pour les SLSP, le renouvellement des organes ausein des intercommunales, les nouvelles dispositions en matière de marchéspublics, la réforme des pensions du secteur public, le rôle de l’indicateur-expertet les mécanismes du précompte immobilier, la gestion de crise et la planificationd’urgence, la poursuite des infractions urbanistiques, la formation des conseillers enénergie, des conseillers en logement et des agents ADL…En 2012, 130 journées de formation UVCW ont rassemblé près de 6.000 participants.80 Personnes de référence : Stijn Bredo, Responsable Formations, Fabienne Surin et Pierre Bassleer, Chargés de formations, etTrang Phan, Secrétaire.
    • Rapport d’activités 201258InformationMédias de l’UnionMouvement communalPresse - MédiasL’information : les médias de l’Union, toujours plusproches81Le Mouvement communal82Organe analytique d’information de l’Union, fortement ancré dans l’actualitécommunale, ce mensuel se révèle indispensable aux décideurs qui veulentcontribuer de façon active à la gestion de leur commune. Le Mouvement communalreste la première source d’information, dans les matières locales, pour ses5.000 abonnés, grâce à la publication de nombreux textes de fond offrant une grandelisibilité. Particulièrement attaché à promouvoir les bonnes pratiques communales,il peut être envoyé sous format électronique PDF. Plus dynamique, comprenant denouvelles rubriques, capitalisant sur une synergie avec le site internet, le Mouvementcommunal se veut, plus que jamais, LA référence du monde municipal.Le Trait d’Union (Newsletter)Les visiteurs du site internet de l’Union peuvent s’inscrire à une newsletter quiinforme, deux fois par mois et quasi en temps réel, quant à l’actualité communale.En février 2013, le Trait d’Union comptait près de 25.000 abonnés.Des newsletters spécifiques sont également envoyées ponctuellement, de façon plusciblée. Elles portent sur les matières suivantes : logement, formations, CPAS, Natura2000, ADL, insertion socioprofessionnelle, Europe/International…Le Mouvement communal + (Newsletter destinée aux grades légaux)L’information véhiculée via le Mouvement communal est de plus en plus associéeau site internet de l’Union qui traite l’actualité immédiate en matière communale.Certains modèles, textes légaux ou articles de fond, annoncés par des articles courtsdans le mensuel de l’Union, trouvent donc une place exhaustive sur le web dans unerubrique intitulée Les dossiers du Mouvement communal, soit autant de prolonge-ments à la lecture permettant d’approfondir certaines matières.Par le biais d’une newsletter baptisée Mouvement communal +, ces dossiers sontrégulièrement envoyés aux secrétaires communaux et aux receveurs, véritablespivots de l’information juridique, financière et technique au sein des communes.Les contacts avec les médias83L’Union n’a pas ménagé ses efforts pour assurer sa visibilité et accroître sa présencedans les médias, qu’il s’agisse de la presse écrite ou audiovisuelle, de leur version enligne ou encore des nouveaux médias émergents.En 2012, tant pour l’Union que pour la Fédération des CPAS, environ 700 demandesde journalistes ont été traitées (un peu plus de 3 par jour ouvrable en moyenne– année électorale). Pas moins de 6 conférences de presse ont été données et12 communiqués de presse diffusés. Une demi-douzaine d’actualités ou annoncesont été relayées vers les médias en 2012. Un accent tout spécifique a été mis sur lamédiatisation des formations UVCW, en particulier les formations destinées auxnouveaux élus.Un espace presse est régulièrement alimenté sur le site internet de l’Union.Il reprend notamment tous nos communiqués de presse, nos actualités importantes,des photos et un tableau de bord des retombées médiatiques: http://www.uvcw.be/espaces/presse/434.cfm.81 Personnes de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe, Alain Depret, Conseiller Expert, Michel L’Hoost,Conseiller Presse & Communication, Nicolas Deswysen, Responsable Web & e-projets, Janine Collige et Manon Van Moer,Secrétaires (Département Communication).82 Personne de référence : Alain Depret, Conseiller Expert Mouvement communal et projets associés.83 Personne de référence : Michel L’Hoost, Conseiller Presse & Communication.
    • Rapport d’activités 2012 59L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEwww.uvcw.beLe site internet (www.uvcw.be)84Incontournable pour tous les usagers, qu’ils soient mandataires ou non, le siteinternet véhicule en ligne toute l’information de l’Union. Il est quotidiennement misà jour, de sorte qu’une consultation régulière s’impose. Comptant plusieurs milliersde pages, il informe en temps réel l’internaute sur l’actualité brûlante en matièrecommunale, notamment au moyen de plusieurs fils RSS.En termes de fréquentation, sur l’année 2012, il a été consulté par 1.075.489 visiteurs.Soit une moyenne de 2.946 visiteurs par jour85. Un ensemble de 340 actualités dumonde communal ont été publiées sur le site dans le courant de l’année 2012.Une trentaine de rubriques matières, couvrant l’ensemble de l’activité communale,sontalimentéesdemanièrerégulièrepardesarticlesdefondrédigésparlesconseillersde l’Union ou par des collaborateurs extérieurs. Certains ouvrages publiés parl’Union sont proposés en téléchargement gratuit ou peuvent être commandés sur lesite. Des modèles de documents (règlements, ordonnances, …) sont téléchargeablessur le site en format Word. Les communes peuvent les adapter à leur usage propre.Les Fiches communales demeurent les plus visitées. Pour chacune des 262communes, une fiche claire et détaillée reprend un ensemble d’informations : lesmandataires et leurs attributions, les adresses, téléphone/fax, e-mail, site internet,population, superficie, … Suite aux élections communales, les fiches ont été mises àjour et enrichies fin 2012.‘Jobcom’, deuxième rubrique la plus populaire, permet toujours aux membres del’Union de mettre en ligne leurs offres d’emploi. En moyenne, 402 visiteurs surfentquotidiennement sur la page.En plus de ces rubriques traditionnelles, le site recense 14 espaces thématiquesrégulièrement alimentés : développement local/ADL, environnement,aménagement du territoire, logement/sociétés de logement, Europe/International,intercommunales, mobilité, para/supra-communal/régies, personnel/RH, police,sécurité et incendie, e-communes, CPAS, formations, presse.L’année 2012 a vu l’apparition de plusieurs nouvelles rubriques. Citons l’espaceconsacré au PST et le recensement de bonnes pratiques en matière de synergiescommunes/CPAS.Chaque formation organisée par l’Union est annoncée sur le site, avec le programmedétaillé et la possibilité de s’inscrire en ligne.Un calendrier électoral communalEn février 2012, avec le concours d’Inforum et du GAPEC, l’Union a publié uncalendrier des opérations électorales communales.Tiré à 2.000 exemplaires et illustréde manière attrayante et humoristique par le cartooniste Jacques Sondron, il a étédistribué lors du Salon des mandataires 2012 en une seule matinée. Un réel succès !Une brochure destinée aux candidatsAvec le soutien du Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de la Ville, l’Union aédité, sous la plume de Michel L’Hoost, en juillet 2012, une brochure grand publicintitulée La Commune expliquée aux candidats et aux nouveaux élus. Tirée à 12.500exemplaires et distribuée gratuitement dans les 262 communes wallonnes au proratade leur population, elle a contribué à vulgariser les réalités liées à l’institution la plusproche du citoyen (missions, fonctionnement, finances, etc.) et donc à promouvoirla démocratie locale.84 Personne de référence : Nicolas Deswysen, Responsable Web et e-projets.85 L’Union utilise désormais Google analytics pour l’analyse des visites. Par rapport aux résultats précédents (basés sur l’ana-lyse des logs), les chiffres sont clairement en baisse. Les raisons sont multiples : les fichiers Office (word, pdf, …) ne sont pluspris en compte dans les statistiques, les robots des moteurs de recherche sont mieux reconnus et retirés des statistiques, …Nous repartons donc sur un tout nouveau référent, certes moins flatteur, mais nous permettant d’effectuer de meilleurescomparaisons.
    • Rapport d’activités 201260Réseaux de l’UnionLa parution de cet ouvrage a été accompagnée du lancement d’un site internetspécifique (www.lacommune.be) reprenant non seulement l’ouvrage découpé enchapitres, mais de nombreuses autres fonctionnalités : dates-clés des électionscommunales, évolutions du CDLD et actualités liées aux élections, foire auxquestions et veille informative.Un ouvrage s’adressant aux nouveaux élusEn janvier 2013, dans la foulée des élections et de l’installation des nouveaux conseilscommunaux, l’Union a, sous la plume de Michel L’Hoost en collaboration avecMichèle Boverie, édité un ouvrage destiné aux nouveaux élus intitulé La Commune2013. Sur le fond, il s’agit d’une version largement enrichie de la brochure éditéeen juillet, agrémentée d’une dizaine de schémas explicatifs et d’une vingtaine decartoons humoristiques.Réalisé avec le soutien d’Ethias et tiré à 5.000 exemplaires, il a été gratuitementdistribué à tous les collèges des communes wallonnes et bruxelloises, ainsi qu’auxsecrétaires et receveurs communaux. Ce livre a également été offert à tous lesparticipants inscrits aux formations «nouveaux élus locaux» de l’Union ainsi qu’auSalon des mandataires 2013.Les réseaux de l’Union86Les réseaux de l’Union constituent de réelles plateformes de libres échanges, deréflexion et de concertation réservées aux membres. Animés et alimentés par lesconseillers de l’Union, Ils favorisent et facilitent le partage d’expériences, de bonnespratiques et l’entraide.En 2012, deux nouveaux réseaux ont vu le jour : le Réseau Fiscalité locale et le ForumMobilité.En février 2012, 2.584 abonnés fréquentent les réseaux87, 1.407 questions ont étéposées et 3.096 commentaires postés. La montée en puissance de ces outils estpalpable.86 Personne de référence : Nicolas Deswysen, Responsable Web et e-projets.87 Réseau de l’Aménagement du territoire, Réseau Marchés publics/PPP, Réseau Police et délinquance environnementale,Réseau Population, Réseau des Conseillers en logement, Réseau Fiscalité locale et le Forum Mobilité.
    • Rapport d’activités 2012 61L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEFocus sur la communeService Europe/InternationalE-communesFocus sur la commune : 150 fiches pour une gestion communaleidéale88Avec le soutien du Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de la Ville, l’Union proposedepuis 2008 un recueil intitulé Focus sur la commune. Cet outil s’est vite révélé unevaleur sûre et une indispensable source d’information à propos de la commune, ter-reau de démocratie, pouvoir le plus proche du citoyen.Dans les fiches abordables et pratiques de Focus sur la commune, les experts del’Union ont mis leur talent, leur pédagogie et leur connaissance de la commune àdisposition des internautes, dans un style clair et accessible. Ainsi, le lecteur n’ignoreplus rien des rouages de l’institution communale, du statut des mandataires et desagents, des multiples missions assurées par les villes et communes, sans oublier lesCPAS et les para-locaux (intercommunales, sociétés de logement de service public,zones de police, régies, asbl…).Focus sur la commune fait l’objet d’une mise à jour annuelle. Ce fut encore le cas àl’automne 2012, juste avant les élections. Une version PDF de l’ouvrage est téléchar-geable sur le site de l’Union: www.uvcw.be. En 2012, l’ouvrage au format PDF a ététéléchargé 5.328 fois.Le nombre de consultations par les internautes est passé de 7.500 en 2008 à 17.000 en2011 et à plus de 28.000 fin 2012 (année électorale). Le nombre de fiches a égalementconsidérablement gonflé, passant de 100 en 2008 à 150 en 2012.L’Europe et l’International89Construction de l’Europe, coopération au développement, autant de réalités indui-sant de nouvelles missions pour les autorités locales. En soutien des villes et com-munes de Wallonie désireuses de s’inscrire dans cette dynamique d’ouverture, leService Europe/International :• propose une information structurée et adaptée à propos des programmes/financements ;• développe les outils y facilitant l’accès (site internet, newsletter, mise en réseau,formation, …) ;• conseille et assiste en matière de présentation de projets et la prise de contacts auniveau international.L’e-communes90La Cellule E-communes de l’Union entend favoriser le développement technologiquedes communes pour un fonctionnement optimal de l’administration et de meilleursservices aux citoyens et aux entreprises. Son travail s’articule en 4 axes :• information et sensibilisation des communes en matière d’e-gouvernement ;• assistance et conseil aux communes dans leurs projets en nouvelles technologies ;• représentation des communes et défense de leurs intérêts dans les projets ITmenés par les pouvoirs fédéral et régional ;• formation des communes aux enjeux et opportunités des nouvelles technologies.88 Personne de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe.89 Personnes de référence : Isabelle Compagnie, Chef du Service Europe-International, Clarisse Goffin et Frank Willemans,Chargés de mission, et Elisabeth Manteau, Secrétaire.90 Personnes de référence : Edouard Vercruysse, Conseiller Expert, et Marie-Laure Van Rillaer, Conseiller (Cellule E-com-munes).
    • Rapport d’activités 201262Facility managementSecrétariatsLe Facility Management91Depuis 2011, la gestion des services généraux a fait place au Facility Management,une approche plus globale et professionnelle de la gestion et de la coordination desactivités de support nécessaires à l’exercice du métier principal de notre organisation.Le Facility Management recouvre un large éventail de disciplines mises en interactionet en interdépendance. Sa finalité principale est d’optimaliser les performances del’organisation pour ses membres en proposant un ensemble de services de supportperformants, des solutions technologiques innovantes, pour une réduction des coûtset de l’empreinte environnementale.L’accueil téléphonique général est la première voix de l’Union qui doit refléter lavolonté de donner une image de qualité de service à rendre aux membres.Le centre documentaire gère un fonds documentaire et une bibliothèqueindispensables à une consultance de qualité : de l’acquisition des livres à la gestionquotidienne de plus de 170 revues, en passant par le suivi journalier des activitésparlementaires fédérales, régionales et communautaires.L’économat gère l’achat des fournitures de bureau, des copieurs et biens mobiliers. Ilassure la distribution du courrier, l’agencement des espaces, l’entretien du bâtiment,les flux et le contrôle de la consommation énergétique et la gestion des déchets.Le service informatique assure la stabilité et la sécurité du réseau, la maintenanceet le renouvellement des parcs PC, serveurs, imprimantes et équipements detélécommunication, le help desk aux utilisateurs et la gestion des licences.Quant au service comptable, il permet d’assurer une gestion rigoureuse et correctedes flux financiers, indispensable au bon fonctionnement de l’association, et uneadministration du personnel exemplaire qui contribue à la satisfaction des équipesde l’Union.Parmi les réalisations majeures de l’année 2012, la gestion rationnelle et optimaledes serveurs en les virtualisant et la mise en location du parc des copieurs etimprimantes, engendrant une réduction substantielle des coûts et un monitoringdes consommations.Au service de tous : les secrétariats92Cette machine bien huilée qu’est l’Union ne pourrait fonctionner sans sessecrétariats qui offrent un service de première ligne à nos membres municipalistes,que ce soit via le contact téléphonique ou l’accueil aux réunions. Les secrétariatsassurent également relecture, collationnement, rédaction, classement, recherches,encodage, envois postaux, bref un support et une aide précieux de chaque instantaux départements. 91 Personnes de référence : Patrice Gauthier, Directeur HR & Facility Management, Olivier De Bod, Gestionnaire Economat,Ludovic Decruyenaere, Responsable ICT, Pascale Desarcy, Documentaliste , Fabienne Leclercq, Accueil téléphonique, Patrick Remy,Documentaliste, OlivierVandenmuisenberg, Comptable, LauraWellin, Employée Economat et Centre documentaire.92 Personnes de référence : Carol Balfroid, Véronique Bierlaire, Janine Collige, Inès Degembe, Marie Déom, Sophie Derivaux,Bénédicte Dujardin, Anne Filleul, Valérie Houmard, Fabienne Leclercq, Anne-Catherine Lens, Elisabeth Manteau, TrangPhan, Claudine Ska, Chantal Van Dessel, Manon Van Moer (Secrétariat général, Département Gouvernance locale, Dépar-tement Développement territorial, Département Communication, Services généraux, Service Formation, Service Europe/International, Fédération des CPAS).
    • rue de l’Étoile 14 – B-5000 NamurTél. 081 24 06 11 – Fax 081 24 06 10E-mail : commune@uvcw.beSite internet : www.uvcw.be