Hervé Hasquin victime d'une incroyable «escroquerie intellectuelle». La revue « Arabies » a réécrit son texte. Document
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Hervé Hasquin victime d'une incroyable «escroquerie intellectuelle». La revue « Arabies » a réécrit son texte. Document

on

  • 14,031 views

Le secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique est tombé de sa chaise en constatant que l’un de ses textes avait été réécrit par la revue « Arabies ». ...

Le secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique est tombé de sa chaise en constatant que l’un de ses textes avait été réécrit par la revue « Arabies ».

Lire l'article sur lesoir.be - http://bit.ly/1g1YcOC

Statistics

Views

Total Views
14,031
Views on SlideShare
730
Embed Views
13,301

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

2 Embeds 13,301

http://www.lesoir.be 13300
https://www.facebook.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Hervé Hasquin victime d'une incroyable «escroquerie intellectuelle». La revue « Arabies » a réécrit son texte. Document Hervé Hasquin victime d'une incroyable «escroquerie intellectuelle». La revue « Arabies » a réécrit son texte. Document Document Transcript

    • Comparatif de l’original et de la version de la revue Arabies    En  barré,  les  parties  de  la  version  originale  qui  ont  été  supprimées  par  les  responsables de la revue. En rouge, les ajouts de la revue Arabies.    Tolérance : L’Iislam et la Ffranc­maçonnerie    Bien  sûr,  les  rapports  entre  l’Islam  et  la  Franc‐maçonnerie  peuvent  pouvaient  paraître  conflictuels,  mais  au  total  final  ils  ne  le  sont  pas  davantage  que ceux qu’ont entretenu qu’avaient entretenus longtemps et qu’entretiennent  encore  la  plupart  des  confessions  religieuses  chrétiennes  avec  cette  société  philosophique née dans les îles britanniques au XVIIe siècle. (renvoi à la ligne)  Qui On peut s’étonner d’une société qu’elle prône l’égalité, la fraternité, la  libre  discussion,  la  tolérance  religieuse  à  l’égard  des  croyants  et  des  non‐ croyants,  sinon  puisque  toute  loge  maçonnique  comporte  des  fondamentalistes  radicaux.  On  en  compte  dans  toutes  les  religions !  Il  est  d’ailleurs  curieux  de  constater que . Cela explique les principales critiques de l’Islam à l’encontre de la  Franc‐maçonnerie  des  maçons.  Elles  ont  sont  toutes  inspirées  apporté,  sans  exception, des condamnations formulées par les des papes, par des théologiens  catholiques, protestants et orthodoxes : le .  Le secret, la suspicion d’hérésie qui  peut déboucher sur l’athéisme et la dépravation des mœurs puisque la toute loge  maçonnique  accepte  en  son  sein  des  individus  d’horizons  religieux  et  philosophiques  différents.  ,  le  complot  contre  l’ordre  établi,  la  conspiration  judéo‐maçonnique. Toutes ces accusations formulées au sein du monde chrétien  entre le milieu du XVIIIe siècle et la fin du XIXe siècle ont été totalement intégrées    1
    • dans le courant du XXe siècle par l’Islam intégriste et politique. Il est évident que  le conflit judéo‐palestinien né du sionisme, de la naissance de l’État d’Israël et de  la  négation  de  cet  État  par  une  frange  importante  des  États  à  dominante  musulmane, d’Afrique et d’Asie, n’a fait qu’envenimer les préjugés à l’égard des  maçons.  La  En  dépit  de  la  fatwa  publiée  par  le  Collège  de  jurisprudence  de  la  Mecque en 1978 a été le couronnement de ce processus. , à l’égard des maçons,  force est de rappeler que Or, des musulmans pratiquants et éminents ont été des  francs‐maçons.  Comme  le  prince  Abdel  Kader  al‐Jazairi  qui  avait  sauvé  les  chrétiens  en  Syrie  des  agressivités  des  Turcs,  colonialistes  de  la  région  à  l’époque ; ou encore, le philosophe, Jamal Addine al‐Afghani ; et aussi le symbole  du réformisme social, cheikh Mohamed Abdou. Tous ont été des francs‐maçons  au  XIXe  siècle.  Ces  derniers,  musulmans,  croyants  et  pratiquants  de  grande  envergure   :  ils  avaient  vu  dans  la  maçonnerie  l’esprit,  comme  l’islam  de  tolérance,  d’une  société  progressiste  et  humaniste,  .  Cette  dernière  étant  susceptible de favoriser l’émancipation de sociétés trop très souvent tenues sous  le joug des régimes autoritaires partout dans le monde. Abdel‐Khader, l’oulema  persan  al‐Afghani  et  le  mufti  égyptien  Muhammad  Abduh  Ces  figures  emblématiques  de  tolérance  ont  témoigné  par  leur  appartenance  tangible  et  récente à la maçonnerie, qu’il était possible de concilier une foi islamique sincère  et la participation aux travaux des loges ainsi que l’adhésion aux valeurs qu’elles  promeuvent  promettent.  Rappelons  d’ailleurs  que  dans  un  passé  récent,  c’était  Autre exemple de tolérance de l’islam vis‐à‐vis de la franc‐maçonnerie : en 1973,  un  jugement  du  tribunal  de  Casa  Blanca  a  établi  qu’il  n’existait  aucune  contradiction  entre  les  principes  maçonniques,  d’une  part,  et,  d’autres  part,  les  préceptes  de  la  religion  islamique  musulmane  et  de  la  Constitution  marocaine    2
    • d’autre part. En fait, une analyse de la situation politique des pays d’Islam depuis  le  milieu  des  années  1950  et  leur  accession  à  l’indépendance  démontre,  contrairement à bien des idées reçues, que le défaut de démocratie s’est révélé  bien plus néfaste pour la franc‐maçonnerie que la haine religieuse dans ces pays.  Avec  un  triste  constat :  la  franc‐maçonnerie  ne  survit  plus  aujourd’hui  qu’en  Turquie,  au  Liban  et  au  Maroc.  Bref,  la  suppression  de  l’ordre,  mis  au  ban  de  l’Islam par les religieux radicaux et considéré comme un reliquat de l’Occident et  des  ingérences  étrangères,  a  offert  à  peu  de  frais  à  bien  des  despotes  et  monarques  absolus  l’occasion  de  se  draper  d’un  nationalisme  vertueux  tout  en  éliminant une société de pensée libre et de nature interconfessionnelle.   Malheureusement,  ces  dernières  années,  les  ingérences  militaires  des  Occidentaux – comme cela a été le cas en  Lybie – et les conséquences néfastes  sur les plans humains  et matériels – comme  en Irak – ont donné des alibis aux  courants  musulmans  radicaux  pour  s’attaquer  par  la  violence  à  ceux  qu’ils  considèrent comme leurs ennemis.  Ce qui est loin des principes de tolérance de l’islam. Et voilà ce que doivent  comprendre  les  Occidentaux,  hommes  politiques,  citoyens  et  intellectuels.  Afin  d’éviter  les  amalgames  et  les  diatribes  contre  l’islam,  et  surtout  contre  les  Occidentaux  de  confession  musulmane.  Ce  qu’il  faut  comprendre  –  et  il  faut  en  être  convaincu  –,  c’est  que    l’islam,  religion  de  tolérance,  n’avait  jamais  été  menaçant envers les autres religions ni vis‐à‐vis des maçons.    Hervé Hasquin,  Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique,  ancien ministre,    3
    • ancien Professeur et ancien Recteur de l’Université  libre de Bruxelles    Cette rubrique permet à diverses personnalités d’exprimer leurs opinions en  toute liberté.     Pour une information plus large, voir HASQUIN, H., Les Pays d’Islam et la Franc­ maçonnerie, Éditions L’Académie en Poche, Bruxelles, 2013.    Vous trouverez cet ouvrage au format papier (5€) ou en version électronique  (3,99€) sur le site des Éditions de l’Académie :   http://academie‐editions.be   et également sur Amazon :   http://www.amazon.fr      4