Déclaration de politique générale du ministre président Rudy Vervoort

1,872
-1

Published on

Déclaration de politique générale du ministre président de la Région de Bruxelles Capitale, Rudy Vervoort

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,872
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Déclaration de politique générale du ministre président Rudy Vervoort

  1. 1. 11DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALEDU MINISTRE PRÉSIDENT RUDI VERVOORTSÉANCE PLÉNIÈRE DU PARLEMENT DE LA RÉGIONBRUXELLES CAPITALEmardi 7 mai 2013
  2. 2. 22Madame la Présidente,Mesdames, Messieurs les Députés,Ce jour, je tourne une page importante de ma viepolitique.C’est pourquoi je souhaiterais tout d’abord féliciterchaleureusement le nouveau chef de groupe PS,Philippe Close, à qui je souhaite beaucoup de succèsdans la fonction que j’ai occupée pendant 14 ans.Permettez-moi de commencer par quelques mots àpropos de celui que nous avons vu si souventmonter à la tribune de cette assemblée.Un de mes éminents nouveaux collègues déclaraitrécemment à son propos : « Charles Picqué, c’estplus qu’un homme, c’est un concept ».Je dois à la vérité de dire que cette formule n’auraitpas pu être mieux trouvée.Incarner une institution peut être simplement larançon d’une certaine longévité.S’identifier avec elle et être identifié à ellen’appartient qu’à ceux qui, aux yeux de tous, lui ontdonné son existence véritable.Avec toi Charles, la politique régionale a d’embléeacquis sa dimension propre, bien au-delà de lagestion de compétences définies sur le territoire des19 communes.
  3. 3. 33Il a dabord fallu prendre le pari de faire fonctionnerdes institutions nouvelles.Et à ce propos, soyons francs.Les institutions bruxelloises ont été le fruit duncompromis complexe et ne correspondaient pasalors exactement à ce que les Bruxellois, dans leurgrande majorité, auraient dessiné seuls pour leurRégion.Tu as fait le pari de les faire fonctionner pleinement,avec la plus grande honnêteté, sans se disperser àtous moments dans de sempiternels regrets sur cequelles auraient dû être.Tu as fait le pari que de cette manière allait se créerprogressivement, dans lopinion comme chez lesreprésentants politiques, un devoir de cohérence, unsentiment dappartenance, une loyauté régionale.Cette loyauté, nous lavons vue croître au fil desans, jusque dans cette grande revendication pour lerefinancement de Bruxelles, derrière laquelle nousnous sommes tous retrouvés, francophones commenéerlandophones.En ces temps de tensions communautaires fortes,Bruxelles apparaît aujourdhui comme un modèle deconcorde et de respect.Lidentité bruxelloise transcende peu à peu lesclivages linguistiques.
  4. 4. 44Elle transcende d’ailleurs peu à peu tous les autresclivages qui composent la population bruxelloise.Elle est faite de cette conviction que la différence estune richesse et qu’il est possible à chacun de trouversa place dans notre société du vivre ensemble.Elle assume sa particularité de région carrefour del’Europe, avec ses cultures qui la traversent et quidoivent être non pas un facteur de division mais unedémonstration de force.Voilà ce qu’est l’identité bruxelloise.Voilà la voie dans laquelle nous devons poursuivreavec l’ensemble des membres du Gouvernement etdu Parlement.* **Mesdames, Messieurs les Députés,Ce qui compte, c’est l’avenir de Bruxelles.Et c’est en équipe, avec l’ensemble des partis et desMinistres de la majorité, sous le contrôle del’opposition démocratique, que nous y travailleronsd’arrache pied durant cette dernière année delégislature.La seule œuvre à laquelle j’entends me consacrer àpartir de ce jour est de donner du souffle et del’ambition à mon Gouvernement.
  5. 5. 55Les défis majeurs auxquels Bruxelles est confrontéesont connus par nous tous.Les contraintes de tout ordre qui pèsent sur notreRégion également.Chacun d’entre nous sait qu’il n’existe aucunebaguette magique capable de régler d’un coup lesproblèmes auxquels Bruxelles est confrontée.Je ne serai donc pas un magicien.Ik ben geen tovenaar en dat wil ik ook niet zijn.Mais je serai l’homme d’une méthode pour monGouvernement : se fixer des objectifs concrets et lesatteindre.Bruxelles a besoin d’actes concrets, d’actionsdéterminées, de choix forts et de priorités.Entre autres, il faut prendre à bras le corps le défide l’explosion démographique et de l’avenir de notrejeunesse.Trop souvent, j’entends Bruxelles présentée commeune région malade où la croissance de notrepopulation est perçue comme des problèmespotentiels.Il faut complètement renverser le paradigme !Tout ceci est une immense opportunité pourBruxelles.Soyons fiers de notre force d’attraction.
  6. 6. 66Ce dynamisme est un atout majeur qui, certes nousimpose des obligations, mais surtout nous ouvre lesvoies d’une Région plus forte et plus belle.* **Mesdames, Messieurs les Députés,Le Gouvernement que je conduirai a tout juste un anpour démontrer que sans baguette magique, il y a,concrètement, moyen de changer en mieux la viedes Bruxellois.Je mesure l’immensité du défi.Et ce sont précisément, les défis qui peuventchanger en mieux la vie des gens pour qui nousnous battons, qui rendent la vie politiqueintéressante.Les surmonter donne un sens à la vie politique quenous partageons tous, ici présents.Ces défis sont à la hauteur des attentes légitimes denos concitoyens.Nous serons comptables des réussites comme deséchecs de ce que nous aurons annoncé.Telle est la gouvernance que je veux incarner à latête de ce Gouvernement.Il va sans dire que je le mènerai dans le cadre del’accord de Gouvernement conclu en 2009.
  7. 7. 77Mieux, je serai le garant de son respect scrupuleux.* **Mesdames, Messieurs les Députés,Faire fonctionner les institutions ne suffit pas pourcréer une véritable politique régionale.Il faut asseoir laction gouvernementale sur unevision de Bruxelles.Sur une vision de la ville.Les villes, ce sont les lieux de tous les contrastes etde toutes les tensions que la vie en société génère.C’est dans les villes que l’on côtoie les plus grandesrichesses et la plus grande pauvreté à la fois.C’est dans les villes que les migrations passent enpermanence et changent continuellement leurvisage.C’est dans les villes que les besoins sociaux sont lesplus grands.C’est dans les villes que les pressions surl’environnement et la santé sont les plus fortes.C’est dans les villes que les violences sont les plusfortes.
  8. 8. 88En un mot comme en cent, c’est dans les villes quese joue notre avenir collectif.Het regeringsbeleid moet gestoeld zijn op eenduidelijke visie van wat Brussel is. Op eenstadsvisie.Steden zijn de plek bij uitstek van de grotecontrasten en van de grote spanningen die eigenzijn aan het gemeenschapsleven.Het is in de steden dat men zowel de grootstearmoede als de grootste rijkdom aantreft.Het is in de steden dat migratiestromen voortdurendplaatsvinden en het aanzien van steden veranderen.Het is in de steden dat de sociale noden het hoogstzijn.Het is in de steden dat het geweld het hardst omzich heen grijpt.Cest dans les villes que nous jouissons le plus denos libertés.Stadslucht maakt vrij !Réussir la ville est une tâche immense, maistotalement exaltante.Faire bouger en harmonie et dans le vivre ensemblecet amalgame hétéroclite que constitue la ville est –j’en suis convaincu – le grand défi d’aujourd’hui etde demain.
  9. 9. 99A cet égard, il est impossible de penser l’avenird’une ville comme Bruxelles en la cloisonnant auxcompétences données à la Région bruxelloise.Penser la ville, c’est embrasser tout ce qui fait la vieen société, sans se poser la question de qui estcompétent ou qui ne l’est pas.Penser la ville, c’est aussi embrasser la vision la pluscomplète qui soit du développement durable, celleoù l’on recherche en permanence les synergies entrele dynamisme économique, le bien être social, ladiminution de notre empreinte écologique et laconscience que nous sommes là pour lesgénérations à venir.Penser la ville, c’est aussi garantir une qualité devie, des services publics efficaces et un espacepublic de qualité et convivial pour chacun.Penser la ville, c’est comprendre que sans cultures(au pluriel), il n’y a pas de véritable identité.C’est pourquoi durant cette année, je compte bienmettre toute l’énergie du Gouvernement au servicede ce seul objectif : rassembler tous les Bruxelloisautour d’un objectif commun, à savoir une Régionforte, qui assume son projet global, et qui met touten œuvre sans affrontement social ou identitaire.Pour cela, nous devrons poser des actes.Des actes forts.Je préfère vous le dire.
  10. 10. 1010Oui, bien évidemment, nous adopterons en premièrelecture un Plan Régional de Développement Durable.Cela démontrera d’ailleurs la force et la cohérencede la vision de ce Gouvernement pour l’avenir deBruxelles.Mais nous allons surtout agir.Sur le concret. Sur les faits. Sur le réel.Les urgences sont nombreuses.Et nous allons nous y attaquer de front.* **Mesdames, Messieurs les Députés,Je vous l’ai déjà dit, je serai l’homme d’uneméthode.Het is methodisch dat ik te werk zal gaan.Fixer des objectifs concrets et ambitieux, agir enconcertation et rendre des comptes.C’est ainsi qu’en tout premier lieu, je réunirai lespartenaires sociaux bruxellois pour un Sommetextraordinaire dans le courant du mois de mai.Ma volonté est claire : fixer la feuille de route pourcette année de travail.
  11. 11. 1111Dans le cadre du Pacte de croissance urbainedurable – le « new deal » – signé le 29 avril 2011, jeveux aboutir à concrétiser un certain nombred’objectifs.Nous les fixerons ensemble et nous les évalueronsau moyen de la méthodologie mise en place parl’Institut bruxellois de la statistique et de l’analyse.Je veux que nous nous concentrions sur ce double etinsupportable paradoxe bruxellois.Le paradoxe du bien être tout d’abord puisque lesrevenus générés sur notre territoire – près de 20%des richesses (du PIB) de toute la Belgique – neprofitent que très partiellement à ses habitants.Le paradoxe de l’emploi ensuite.Ik wil dat we ons concentreren op die dubbele enonaanvaardbare Brusselse paradox.Om te beginnen, is er de welvaartsparadox, wanthet inkomen dat geproduceerd wordt op onsgrondgebied – vrijwel 20 % van het rijkdom vanheel België – komt slechts in zeer beperkte mate tengoede van de inwoners.En dan is er de paradox van de tewerkstelling.Tout en constituant le principal bassin d’emploi dupays – plus de 700.000 emplois sont occupés àBruxelles – notre Région présente un taux dechômage beaucoup trop important, principalementchez les jeunes.
  12. 12. 1212Ce sont ces jeunes que je veux soutenir et aider enpremier lieu.Nous devons prioritairement mobiliser tous nosmoyens en faveur de la jeunesse bruxelloise. Etcontinuer de nous appuyer sur l’Union européennequi en fait une priorité.En effet, à Bruxelles, la croissance démographiqueest de plus de 2% alors qu’elle est en dessous de1% tant en Wallonie qu’en Flandre !Cette jeunesse bruxelloise ne peut pas être lagénération sacrifiée sur le double autel de la criseéconomique et de la complexité institutionnellebruxelloise.Je suis convaincu que ces jeunes ont la force et ledynamisme en eux pour améliorer leur vie et cellede notre région.Nous n’avons pas le droit de les décourager.Il est de notre responsabilité et de notre devoir deleur donner tous les moyens dont nous disposonspour leur offrir des perspectives d’avenir.Les budgets consacrés au New Deal serontprincipalement orientés vers eux : tout faire pourmieux former les jeunes bruxellois.Et cela commence dès le plus jeune âge.* **
  13. 13. 1313Mesdames, Messieurs les Députés,Je voudrais à cet égard rendre un hommage appuyéà ceux et celles, qui permettront aux Commissionscommunautaires francophones et néerlandophonesd’investir plus de 10 millions € en 2013 dans desnouvelles infrastructures d’accueil scolaire,préscolaire et para scolaire.Lors de la dernière rentrée scolaire, les écolesbruxelloises comptaient près de 4.000 nouvellesplaces pour accueillir les élèves toujours de plus enplus nombreux.On le sait, le prochain défi à relever pour nos écoles,c’est la formation linguistique.Het is algemeen bekend dat de volgende uitdagingvan onze scholen gelinkt is met de taalopleidingJe l’ai déjà dit, ma conviction est que nous nepourrons nous attaquer efficacement à cetteproblématique sans une certaine capacité dinfluencesur lenseignement obligatoire, son organisation, sesmissions et ses objectifs pédagogiques.La maîtrise de la deuxième langue nationale et desnotions danglais sont aujourdhui les exigences debase pour la plupart des offres demploi.Malheureusement, moins de 10 % des demandeursd’emploi bruxellois sont en mesure dy répondre.
  14. 14. 1414Cette double exigence relève – ou plutôt devraitrelever – des objectifs de lenseignement obligatoire.Je le dis, nous avons eu raison de consacrer desmoyens importants dans la formationprofessionnelle, de développer des réseauxdopérateurs, des parcours dinsertion et nousdevons plus que jamais soutenir ces efforts, j’yreviendrai.Mais nous ne pouvons raisonnablement espérerrésoudre ainsi, avec des moyens régionaux limités,un problème qui prend sa source à l’école.De taalbeheersing – die essentieel is op de Brusselsearbeidsmarkt – moet in het leerplichtonderwijs inBrussel de prioritaire doelstelling worden.Maar daarvoor moeten we er heel de pedagogischegemeenschap bij betrekken.Laten we duidelijk zijn, ik pleit niet voor eenregionalisering van het onderwijs, hetgeen voorBrussel financieel nauwelijks haalbaar is enadministratief absurd zou zijn.Maar ik ben ervan overtuigd dat we de weg moetenvrijmaken voor een duidelijk afgelijnd debat binnende Federatie Wallonië-Brussel en de VlaamseGemeenschap, die hun veraantwoordelijkhedenmoeten opneem.
  15. 15. 1515Brussel heeft nood aan een formule die waarborgenbiedt voor de financiering en de identiteit van denormen op gemeenschapsvlak.Het vastleggen van de pedagogische doelstellingenen de middelen om deze te verwezenlijken moetende autonomie versterken die essentieel is voorBrussel.* **Mesdames, Messieurs les Députés,Ce sera ensuite aux leviers et aux moyens financiersdu New Deal de prendre la relève en ce qui concernela formation post ou para scolaire.La 6èmeréforme de l’Etat nous permettra de mettreen place des programmes de formation beaucoupplus adaptés aux besoins des chômeurs bruxellois.La réforme qu’Actiris met en œuvre pour serapprocher des entreprises et de leurs besoinsconstitue un geste majeur qui doit être amplifié.Il faut que dès demain, Actiris, Bruxelles-Formationet le VDAB réfléchissent ensemble à la meilleuremanière d’implémenter cette importante réforme dela formation dont nous avons besoin.La complexité de la tuyauterie nest pas lapréoccupation majeure du Bruxellois pourvu que lesrobinets fonctionnent.
  16. 16. 1616Wat kan het de Brusselaar schelen dat de buizen ende leidingen ingewikkeld zijn, als er maar water uitde kraan komt!Et cela cest notre boulot.Le Gouvernement doit s’engager pour que ledemandeur demploi nait plus quun seul parcours àeffectuer pour sa recherche d’emploi et la formation,voilà le vrai défi.Et quimporte après tout si son interlocuteur estpayé par la Région, la Cocof ou la VlaamsGemeenschap.Je l’ai dit, je veux aussi une concentration desmoyens qui soient orientés vers les publics les moinsformés afin de les remettre dans la spirale vertueusede la formation et de l’emploi.A cet égard, en tenant compte des beaux acquis duGouvernement à ce jour, je proposerai notammentau Gouvernement d’opter pour l’amplification ou lacréation de centres de référence et pôles decompétences tournés vers cinq thématiquesprioritaires parce que de forts potentiels d’emploi ysont liés :- les nouvelles technologies- la mécanique et les autres métiers techniques- la construction durable et la logistique- les métiers de la ville, en compris la fonctionpublique et l’ensemble de la filière touristique- et les métiers de la sécurité
  17. 17. 1717Comment accepter, par exemple, qu’à Bruxelles, sur36.000 mécaniciens occupés, seuls 6.000 soientBruxellois ?Nous ne le pouvons simplement pas.Enfin, nous ne pourrons nous passer de continuer àtravailler à la lutte contre la discrimination àlembauche, véritable fléau dans le contexteéconomique et social actuel de la Région.Comme je l’ai déjà dit, je compte sur un travail deconcertation permanent avec les partenaires sociauxpour réussir et amplifier toutes ces politiques.* **Mesdames, Messieurs les Députés,Je vous ai déjà à plusieurs reprises parlé deméthode.Je ne citerai ni Descartes ni Mendes France mais jevous dirai tout simplement que ma méthode, cestdabord se fixer des objectifs raisonnables maisambitieux, rationnels, liés à une connaissanceprécise de la situation.C’est pourquoi j’ai déjà convenu avec monGouvernement que nous nous réunirons enséminaire tout le week-end des 25 et 26 mai.Sur base de la feuille de route que nous aurons miseau point avec les partenaires sociaux, l’objectif de ce
  18. 18. 1818séminaire est clair : assigner à chaque Ministre ainsiqu’au Gouvernement dans son ensemble desrésultats concrets à atteindre dans un délai donné.Je vais proposer sept axes qui structureront lesmesures concrètes qui sortiront de ce séminaire :1) Tout d’abord, en matière d’aménagement duterritoire et de rénovation urbaine :Je veux donner la priorité à 7 zones dedéveloppement pour y concentrer tous lesmoyens disponibles, en ce compris le nouveaudispositif de zones franches urbaines. L’objectifest simple mais fondamental : construire dulogement accessible et adapté et deséquipements d’intérêt général tout en favorisantl’attractivité de Bruxelles pour les entreprises.En terme de logement, le Gouvernement sepenchera à cette occasion sur la poursuite de ladynamique damplification et de diversificationde loffre de logement public et à finalité socialevers lobjectif de 15 pourcent par commune,avec une nouvelle vision budgétairepluriannuelle à ce sujet.Bien évidemment, ces nouvelles zones devront,en premier lieu, être accessibles en transportpublic.Je proposerai au Gouvernement les pôlessuivants :a. Ten eerste, de uitbouw van een heusmediadorp op de Reyers-site
  19. 19. 1919De beslissingen van de raden van bestuurvan de VRT en de RTBF – die ik toejuich endie wij gedurende het hele proces waaruithet nieuwe richtschema is voortgekomen,hebben begeleid en omkaderd – moeten onseen nieuwe impuls bezorgen om in ditdossier vooruitgang te boeken.Naast de inplanting van de tweetelevisiezenders, gaat het hier om eenproject met Europese ambitie dat wij totontwikkeling gaan brengen : eenvolwaardige wijk uitbouwen die gewijd is aande mediaberoepen, met nieuwe woningen,een universiteitscampus en economischeontwikkelingszones.b. Le développement de Tour & Taxi, qui a déjàconnu un renouveau avec la rénovation desbâtiments patrimoniaux – l’Entrepôt Royal,les Magasins, l’Hôtel des douanes – etlaccueil dactivités culturelles, se poursuitavec le début de premiers chantiersdenvergure comme celui du nouveaubâtiment exemplaire de l’IBGE.Encore toutefois en partie en friche, ledéveloppement de ce site doit être accéléréafin de doter la Région dun nouveauquartier aux activités diversifiées pourl’activité économique, le logement, la cultureet des équipements denvergures régionales
  20. 20. 2020ou locales. Tour & Taxi verra également lacréation du plus grand parc urbain depuisLéopold II.L’arrivée en Europe et plus précisément àTour & Taxi – comme c’est déjà en route auCap en Afrique du Sud – du Polaris d’AlainHubert mettra Bruxelles au cœur descapitales promouvant les solutions durablespour l’avenir des villes.c. NEO sur le plateau du Heysel estcertainement l’un des projets les plusemblématiques de la volonté de partenariatentre les différentes autorités publiques decette Région.Avec la ville de Bruxelles, c’est l’ambition dedonner à notre capitale un nouveau quartiermixte, une nouvelle porte dentrée deBruxelles mais aussi et surtout un nouvelatout touristique majeur qui nous anime.Une nouvelle salle de concert de 15.000places y ouvrira bientôt ses portes. Et dansquelques années, un nouveau centre decongrès de 5.000 places viendra compléterl’offre que Square propose déjà au centreville.Cette démarche fait intégralement partie dela vision de la Région d’attirer des nouvelles
  21. 21. 2121entreprises et, ensemble avec lesentreprises, de l’emploi pour les Bruxellois.Voilà le type de complémentarité dont abesoin notre Région.d. Il faut également jeter les bases dedéveloppement de Schaerbeek formation ety implanter LA plateforme logistique del’ensemble de la Région, permettant dès lorsde libérer du foncier que la Région pourradensifier en logements et équipements.En effet, le schéma directeur dont létude arécemment été clôturée et que jeprésenterai prochainement auGouvernement, propose de localiser desactivités économiques et logistiques à hautevaleur ajoutée dans le Nord de la zone. Cecipermettra de libérer du foncier pourdévelopper un quartier mixte au Sud.Vous laurez compris, il sagit là dun projet-levier pour la zone de Schaerbeek-Formationmais également pour lentièreté de laRégion.e. La zone d’intérêt régional Josaphat a troplongtemps été délaissée, il faut lui donnerune impulsion nouvelle et majeure.La société d’acquisition foncière – que jecompte renforcer – adjugera dans les toutprochains jours un marché d’étude pour
  22. 22. 2222réaliser un plan directeur pour cette zone.Les conclusions devront être tirées avant lafin de l’année.f. Il faut aussi poursuivre et amplifier tout letravail déjà commencé concernant la zonedu Canal qui doit être l’axe structurant del’ouest de Bruxelles.La première phase de ce plan aboutira pourjuin prochain, après 9 mois de travail autravers de workshops sur 6 sites témoins –Biestebroeck, Birmingham, Sainctelette,Armateurs, Van Praet et Buda – dontlaménagement doit donner limpulsion audéveloppement du reste de la zone.g. Enfin, désaffecté depuis trop longtemps, leréaménagement du site de lHippodrome deBoitsfort en espace vert récréatif et cultureldoit également être poursuivi.La Société dAcquisition Foncière (SAF),future bénéficiaire dun bail emphytéotiquesur le site, procédera avant lété àlattribution du marché dexploitation.C’est une avancée majeure pour cette partiedu sud de Bruxelles.2) Le second axe de travail concernera lesavancées sur les pôles de compétence déjàévoqués en matière de formation.
  23. 23. 23233) Ten derde wil ik ook dat mijn Regeringbelangrijke en verwachte beslissingen neemt inverband met de grote sport encultuurinfrastructuren die Brussel nodig heeftom ten volle zijn statuut van internationalegrootstad waar te maken.Ik denk hierbij in het bijzonder aan een nieuwvoetbalstadion met internationale uitstraling enaan een groot volwaardig museum voormoderne en hedendaagse kunst.4) Le 4èmeaxe concerne la justice sociale àBruxelles, qui passe entre autres par un accèségal à la santé, notamment à l’hôpital, sansoublier le défi des seniors, la lutte contre lapauvreté et l’inclusion des personneshandicapées. Je proposerai au Gouvernementde mettre en place un véritable plan« hôpitaux » qui repense l’offre de soins dansl’ensemble de la Région bruxelloise.L’avenir du réseau Iris, le redéploiement duChirec à Delta, la création du nouvel hôpitalBordet sans oublier le futur nouvel hôpitalErasme, la présence des multiples hôpitauxuniversitaires sont autant d’opportunités pourréaliser un tel plan.Mais ce plan « hôpitaux » ne se limitera pas auxinfrastructures.Je veux aussi qu’il embrasse toute la thématiquede la connaissance médicale, du développement
  24. 24. 2424de nos universités et centres de recherchejusqu’à la valeur ajoutée dans l’économiebruxelloise.Toutes ces matières sont l’exemple type deslimites d’une réflexion cloisonnée sur lescompétences.5) Le 5èmeaxe de travail est un chantier titanesquemais nécessaire.Il s’agit de jeter les bases d’une réforme fiscalefavorable au logement, à l’entreprise et à lamobilité, qui implique tant la Région que les 19communes.Les nouvelles compétences fiscales que varecevoir la Région ainsi que l’état des financescommunales – j’y reviendrai – nous obligent àmettre à plat l’ensemble de la fiscalité tantlocale que régionale.Entre autres, une « Task force de haut niveau »sera mise en place. Elle sera composéed’universitaires et devra rendre ses conclusionspour le mois de septembre. Celles-ci serontprésentées et débattues devant cetteAssemblée.Tant que faire se peut nous approuverons ouajusterons le budget régional 2014 en prenanten considération les pistes les plusopérationnelles immédiatement.
  25. 25. 2525Nous proposerons également une méthode detravail pour que les budgets 2014 descommunes puissent intégrer certaines de cesmesures.6) Le 6èmeAxe concernera l’AllianceEnvironnement-Emploi.Dans l’objectif de relever deux défis que sont ledéfi de lemploi, de la formation et delenseignement, ainsi que le défienvironnemental, le Gouvernement bruxelloisse doit de continuer à mobilier les acteurs tantpublic que privés dans le cadre de lAllianceEmploi-Environnement et de ses différents axessectoriels.Les 3 secteurs déjà entamés sont laConstruction durable, l’Eau et les Déchets.L’alimentation durable devrait être le 4èmeaxe.Les domaines d’attention sont l’amplificationdes opportunités d’emploi pour les moinsqualifiés; l’enseignement et la formation pourchercheurs d’emploi, ouvriers et cadres ;l’innovation et les références techniques pourêtre une Région à la pointe, pourvoyeused’emplois, économe en énergie et en utilisationdes ressources.7) Onze laatste en per definitie transversalewerkpijler tot slot bestaat uit de uitvoering vanalle zowel federale als Brusselse akkoorden die
  26. 26. 2626moeten leiden tot een ingrijpende verbeteringvan het Brussels bestuur.Dit moet er uiteindelijk toe leiden dat we inoktober van dit jaar de manier bepalen waaropBrussel dit alles ten uitvoer gaat brengen.Ik kom daar binnen een paar minuten op terug.Chacun de ces six axes ne sera décliné qu’enmesures concrètes, directement exécutables et dontla pertinence sera, à chaque fois, mesurée.Les marges budgétaires mobilisables serontprincipalement dédiées à ces politiques.Et c’est ce que nous ferons dès le contrôlebudgétaire 2013 et le budget initial 2014 que noustenterons de réaliser en même temps durant cetété.A ce propos, Mesdames, Messieurs les Députés, sinous ne pouvons bien évidemment que nous réjouirdu refinancement de la Région intervenu dans lecadre de l’accord sur la 6èmeréforme de l’Etat, nousdevons rester sur nos gardes.A cet égard, nous demandons que le second volet durefinancement démarre dès cette année 2013.La Belgique vient de remettre à la Commissioneuropéenne son programme de stabilité 2013-2015.Brussel zal zijn afspraken nakomen. De voorbijetwee jaar hebben we ons tekort versneld
  27. 27. 2727afgebouwd. Ook volgend jaar zetten we dit beleidkrachtig voort. In 2014 zal ons tekort tot 74 miljoenworden herleid om in 2015 een begroting inevenwicht te hebben. Dat hebben we beloofd. Datzullen we doen.Nous ferons évidemment notre part du travail maisje tiens à dire haut et fort en ce lieu qu’il n’estaucunement question pour Bruxelles de « rendre »d’une main ce que le refinancement nous a donné del’autre.L’argent du refinancement, ce sont les moyens desinvestissements dont nous avons impérativementbesoin :- en matière d’infrastructures de formation pour lajeunesse bruxelloise- pour construire massivement du logement enfaveur des 180.000 Bruxellois supplémentairesqui seront là dans les 10 prochaines années- pour doter Bruxelles d’une mobilité digne duXXIèmesiècle, entre autres au travers dudéveloppement du métro et de tous les modesalternatifs de transport- pour garantir le virage d’une économie plusdurable et d’une ville plus solidaire- pour prendre à bras le corps les nouvellescompétences que nous aurons prochainement en
  28. 28. 2828matière de sécurité, un droit pour tous que laRégion doit également garantirLa Région devra également tenir particulièrement àl’œil les finances de nos 19 communes. Sans êtredramatique, la situation est préoccupante danscertaines d’entre elles.Comme elle l’a toujours été, la Région sera unpartenaire loyal des communes.Mais je le dis avec la plus grande solennité, noussommes à la croisée des chemins dans la définitiondes rapports entre la Région et les communes.Mesdames, Messieurs les Députés,Le Gouvernement de la Région de Bruxelles Capitalen’est pas un super Collège communal, de même quece Parlement n’est pas un méga Conseil communal.L’intérêt supérieur régional nous oblige à prendre dela hauteur.La réforme intra-bruxelloise conduite sous lahoulette de Philippe Moureaux, le refinancement dela Région et le transfert massif de compétences del’Etat fédéral vers les Régions nous obligent àrepenser le rôle respectif de la Région et descommunes.Er worden ons reële vragen gesteld.En het is onze verantwoordelijkheid er reëleantwoorden op te formuleren.
  29. 29. 2929Reële vragen, zoals die in verband met desolidariteit, onder meer op fiscaal vlak.Reële vragen, zoals die – het vergt de nodige moedom het te zeggen – over het buitensporige aantalopenbare mandatarissen in deze stad.Reële vragen, zoals die met betrekking tot deoverlapping van sommige bevoegdheden, zonder datdit noodzakelijk leidt tot meer billijkheid endoeltreffendheid voor de burger.Reële vragen, zoals die over de sterk uiteenlopendeomvang van de gemeenten en de complexiteit vanhun grenzen.Ook reële vragen zoals het behoud en hetaantrekken van de middenkclassen in het Gewest.Ik zeg het zonder omwegen : laten we deze vragenbeantwoorden, met durf, met vastberadenheid enzonder te dralen.En laten we op die manier definitief een eindemaken aan dit schijndebat, waarbij men deBrusselaars tracht te doen geloven dat al hundagelijkse problemen opgelost zullen worden doorvan hen burgers van een district of eenarrondissement, eerder dan van een gemeente.C’est pour répondre à toutes ces questions – et denombreuses autres – que je proposerai à monGouvernement de lancer – dès le mois de juin – des
  30. 30. 3030« Assises » associant toutes les forces vives localeset régionales, majorité comme opposition.Le sujet est d’une trop grande importance pour enfaire un enjeu politicien.Je détaillerai les conclusions de ces Assises au plustard au mois de décembre de cette année.Elles seront concrètes et opérationnelles.Je le sais, une telle démarche ne sera possible que sinous laissons tous tomber certains de nos tabous.N’en ayons pas peur, la population bruxelloise nousen sera reconnaissante.* **Mesdames, Messieurs les Députés,La Région bruxelloise ne vit pas en vase clos et plusque jamais nous devons aborder notre identitécomme une force dans nos rapports aux autresinstitutions de ce pays.La 6èmeréforme de l’Etat fait de la Régionbruxelloise, une région à part entière, une région quise situe rigoureusement sur un pied d’égalité avecles deux autres Régions.Je le dis clairement, Bruxelles sera un acteur majeurdu fédéralisme belge de demain.
  31. 31. 3131Région légalement bilingue et factuellementmultilingue, elle doit être un concentré de la réussitedu modèle belge.Bruxelles, c’est l’atout capital de notre pays.C’est aussi pour cela que nous voulons ardemmentmettre en place la zone métropolitaine consacréepar la 6èmeréforme de l’Etat.Elle doit devenir un lieu majeur de collaboration aubénéfice des habitants tant des Brabants que deBruxelles.Ici aussi, « gagnant-gagnant ».N’ayons peur ni de l’Etat fédéral, ni de la Flandre, nide la Wallonie.N’ayons surtout pas peur de nous-mêmes.Il n’y a aucune raison : tout est entre nos mainspour construire une région florissante.Au placard, les complexes souvent d’infériorité maismalheureusement parfois aussi de supériorité.Soyons-nous mêmes et négocions d’égal à égal,avec chacune des entités, des accords decollaboration qui soient « gagnant-gagnant ».Avec l’Etat fédéral, outre Beliris qui est un acteuravec lequel la collaboration est exemplaire, nousdevons, entre autres, renforcer nos relations avec laSNCB.
  32. 32. 3232Les dernières sorties médiatiques doivent nousrappeler que nous avons des revendicationslégitimes à faire valoir.Le train à Bruxelles doit être un réel moyenalternatif de mobilité pour les Bruxellois et passeulement pour les navetteurs.C’est avec plus de vigueur que Bruxelles doitrevendiquer un nombre élevé de gares et de pointsd’arrêt RER qui maillent convenablement l’ensemblede la Région.Et à ceux qui rêvent de ne jamais mettre en fonctionle RER, je leur dis que nous ne nous laisserons pasfaire.Bruxelles ne se laissera pas asphyxier. Nousexigerons le RER pour au plus tard 2018 et que leslignes disponibles soient directement mises enexploitation.Cela fait trop longtemps que nous attendons desinvestissements qui rénovent la gare du Midi et lagare du Nord.Trop longtemps que nous attendons une lignedirecte entre l’aéroport de Charleroi et la gare duMidi.Nous irons négocier ces doléances auprès du fédéraldans les prochaines semaines avant que ne soitadopté le Plan pluriannuel d’investissements de laSNCB.
  33. 33. 3333Mais nous continuerons aussi à faire notre boulot enmatière de mobilité.Le nouveau contrat de gestion de la STIB, lapoursuite des études de l’extension du métro, lesavancées de certains grands dossiersd’infrastructure comme la place Meiser, le futur planrégional de stationnement, la mise en place del’agence de stationnement, le développement desmodes alternatifs à la voiture, tout cela doit êtreamplifié.Mais nous le savons, nous ne pourrons pas faire toutcela seuls.Mesdames, Messieurs les Députés,Il ne faut pas se le cacher, Bruxelles est parfoisl’oubliée du fédéralisme belge.Cela doit changer.Pour ce faire, j’entamerai sans délai des démarchesvis-à-vis de Rudy Demotte et Kris Peeters.Que cela soit en matière d’emploi, de mobilité, decrèches, d’écoles et j’en passe, nous avons besoinplus qu’un dialogue avec la Flandre, la Wallonie et laFédération Wallonie Bruxelles.Ce dont nous avons besoin, c’est d’un grandpartenariat « intra fédéral ».C’est fondamental à tout le moins en matièred’emploi et de mobilité.
  34. 34. 3434Bruxelles est un bassin d’emplois pour plus de360.000 Wallons et Flamands. Deux accords decoopération ont permis de développer unedynamique de mobilié inter régionale.Néanmoins, seuls 65.000 Bruxellois travaillent enFlandre et en Wallonie.Il y a pourtant aux portes de Bruxelles, denombreuses entreprises qui ne requièrent pas lesmêmes qualifications que les emplois qu’il y aprincipalement ici.Il faut démultiplier les accords relatifs à l’emploientre les 3 Régions.Assurer une meilleure fluidité du marché du travailest dans l’intérêt de tout le monde.Wat mobiliteit betreft, is het vooral met Vlaanderendat er een constructieve dialoog tot stand moetworden gebracht.Als De Lijn van plan is vier nieuwe tramlijnen naarBrussel door te trekken, dan dient dat ook in hetbelang van de Brusselaars te zijn, onder meer doorte voorzien in verbindingen die de Brusselsewoonzones verbinden met de tewerkstellingszonesin Vlaanderen.Een win-winoperatie dus.Mesdames, Messieurs les Députés,
  35. 35. 3535Nos interlocuteurs liés à l’avenir de notre Région nesont pas que Belges.Bruxelles et l’Europe sont devenus des mots, voiredes concepts, consubstantiellement liés.Il n’est plus possible de penser l’avenir de Bruxellessans l’Europe.Aujourd’hui, résident à Bruxelles plus de 350.000habitants de nationalités étrangères. Parmi ceux-ci,plus de 220.000 viennent des Etats membres del’Union européenne.Ce destin de capitale de l’Europe, nous devons plusque jamais l’embrasser.C’est ainsi que je proposerai à l’Etat fédéral de fairede la Région bruxelloise le point central de lapolitique de siège de ces institutions.De nombreuses questions concernent au premierchef notre Région :- le développement immobilier des institutions- leurs nouvelles implantations- l’avenir des écoles européennes- la réurbanisation de la rue de la Loi- l’avenir des espaces publics comme le rond-pointSchumansont autant d’enjeux où les Bruxellois doivent être àla barre.
  36. 36. 3636Pour toutes ces questions, j’entamerai despourparlers avec la Commission Européenne en tantque réel partenaire.Etre la capitale de l’Europe est un atout dont nousn’imaginons pas encore toutes les potentialités,entre autres sur le plan touristique.Nous le savons tous, le tourisme – tant de loisirsqu’économique – est l’or bruxellois de demain.Cela crée de la richesse et des emplois à Bruxelles,principalement occupés par des Bruxellois.Tout ce dont nous avons besoin !La régionalisation de cette compétence est uneformidable opportunité que nous allons saisirpleinement.Demain, nous maîtriserons les leviers de lapromotion internationale de Bruxelles. Nous allonsenfin pouvoir nous vendre nous-mêmes.C’est aussi dans cette perspective que nousfinalisons actuellement une redéfinition complète del’image de notre Région.Dans quelques semaines, j’aurai le plaisir de vousprésenter une homogénéisation complète de tout cequi touche de près ou de loin à la « marque »régionale.C’est un pas très important vers l’affirmation plusforte de notre identité régionale.
  37. 37. 3737* **Mesdames, Messieurs les Députés,Cette identité régionale, nous en fêterons les 25 ansl’année prochaine.Bruxelles, ce sont avant tout des hommes et desfemmes.Quelle que soit leur langue, leur origine, leur couleurde peau, leur conviction philosophique ou religieuse,les Bruxellois ont une identité à part entière.Cette identité là, il faut la développer.Bruxelles doit être son propre ciment.Mais l’identité bruxelloise est ouverte sur le monde,sur l’Europe et évidemment sur la Belgique.Le vivre ensemble doit être notre force.Je veux redire qu’identité ne signifie pas rupture ourepli.Nous devons refuser tous les ghettos sociaux,culturels, intellectuels et être ouverts comme jamaisaux autres, solidaires et accueillants.Telle est l’identité bruxelloise que veut porter leGouvernement que j’ai dorénavant la charge demener à bon port.Je vous remercie.
  38. 38. 3838

×