Coline Delaunois
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Coline Delaunois

on

  • 728 views

 

Statistics

Views

Total Views
728
Views on SlideShare
728
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Coline Delaunois Coline Delaunois Document Transcript

  • Concours “Sur la Route” – Le SoirColine Delaunois (25/05/1990)(Illustrations à la fin du document) –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––Jour 1 – ColineÇa commence bien: American Airlines a perdu notre valise. Nous n’avons plus que nospapiers d’identité et téléphones portables, plus un peu d’argent. Et puis, la voiture c’est pasune Ford Mustang, c’est une Prius hybride. Super rock’n’roll. En route pour Beverly Hills, legénérique de la série télé en tête. Palmiers, maisons blanches, grosses voitures, chaquequidam est une star richissime potentielle. Et si on croisait Hank Moody ? T’imagines ?! Onl’a pas croisé. Juste un Spiderman un peu bedonnant sur le Walk of Fame. Laurane estpersuadée d’avoir la même taille de mains que Michelle Pfeiffer. Pas tout-à-fait. Et puis PaulMcCartney, et puis Charlie Chaplin. Et puis Bruce Willis. On s’achète vite fait deux t-shirts « ILove LA ». Cliché, mais on n’a plus rien à se mettre non plus. Le soir on monte sur la collined’Hollywood, voir ces fameuses lettres de plus près. Y a des grillages tout autour, mais lavue sur Los Angeles toute de lumière vêtue est incroyable.Jour 2 – LauraneEn route vers Santa Barbara, on roule le long de locéan. Au bord de la route, deuxcaliforniens, Will et Andy font du stop. Ils se rendent au jardin botanique eux aussi, alors onles emmène et ils nous font la visite avec explications, puis nous accompagnent pour labalade dans le Los Padres National Forest. On hallucine devant ces espaces immenses etpréservés. La marche nous a donné faim, et nos compagnons de route nous conseillent unexcellent fast-food. Nous partageons des burgers extra-large chez Wendys avant de nousquitter. Coline et moi reprenons la voiture pour nous rendre à East Beach. Après une courteséance de shopping, nous voilà prêtes pour affronter lhiver californien : bikini, serviette deplage et crème solaire. Nous profitons du soleil, en sirotant des cocktails de jus de fruits.Après une longue baignade, on se rend à Arroyo Burro. Nous y affrontons lépreuve depatience absolue, finalement récompensée par lapparition dune baleine. Incroyable.Jour 3 – ColineLever tôt pour partir vers San Francisco. Encore une fois, la route est magnifique. Le bleuazur de l’océan se confond avec le ciel, si bien qu’on distingue à peine l’horizon. Le sableblanc des plages au pied des montagnes offre un incroyable contraste de couleurs. On a mis
  • la radio, c’est les Beach Boys ! Une Cadillac décapotable rouge flamboyant nous dépasse ennous klaxonnant. À Monterey, on traverse un magnifique pont qui surplombe les plagespleines de vacanciers dorés. On boit un verre dans un petit bar, le Bulldog Pub, face à lamer. Nous sommes à peines installées qu’une famille d’orques traverse la baie. Du coup onva visiter l’aquarium, un des plus grands d’Amérique. Nous arrivons à Frisco de nuit, maispersonne n’est couché ! La ville brille de mille feux, tout le monde est dehors, la musique etles éclats de voix résonnent dans les ruelles. Un message d’American Airlines nous attend àl’hotel : notre valise est saine et sauve… à Bruxelles !Jour 4 – LauraneLa voilà. LA journée à San Francisco. Une balade en tramway nous fait découvrir la ville dejour : la baie immense, les rues en pente, lesprit décontracté. On loue des vélos pourtraverser la baie sur le Golden Gate Bridge. Cest fort, ça donne des frissons. En retournantvers le centre-ville pour prendre le bateau, on passe dans Lombard St, une rue sinueuse àmourir de rire. On a moins ri lors de la visite dAlcatraz : encore des frissons, maisdépouvante cette fois ! De retour sur terre, nous dévorons une des meilleures pizzas dupays chez Delfina, dans le quartier italien. On débute laprès-midi sur Telegraph Hill qui nousoffre une vue panoramique sur la ville. On continue la visite : Chinatown, Castro, HaightAshbury (où se trouve la maisons de Janis Joplin). On termine cette superbe journée enassistant à un concert funk/jazz au Boom Boom Room : une ambiance folle, à limage de laville. On y danse une partie de la nuit avant de retrouver lhôtel.Jour 5 – ColineImmersion nature au Yosemite Park. Et ce fut réussi ! Entre les gigantesques séquoias, lescascades, les rochers de granit et les nombreux animaux, nous ne savions plus où donner dela tête ! La Prius au parking : pour une fois, on fait tout à pied. On a croisé quelques fousqui escaladaient El Capitan, la plus haute falaise entière du monde. Et puis des rangers,beaucoup de rangers, et un raton laveur, peu farouche, qui s’est empressé de me voler mondéjeuner, alors que nous nous reposions au bord d’un lac. Il nous a fallu deux bonnesheures et quelques litres de sueur pour arriver au sommet de Glacier Point, mais lepanorama en valait la peine. Vue sur toute la vallée de Yosemite, un silence complet, à partévidemment les soupirs d’émerveillement des randonneurs et les cliquetis des appareilsphotos. Nous avons été tentées de camper sur place, comme beaucoup de touristes, maisbon, on ne peut pas tout avoir.Jour 6 – LauraneAujourdhui : on roule ! On quitte Fresno aux petites heures, direction Bakersfield, notre villeétape sur la route de Las Vegas. La Golden State Highway nous fait quitter le paysageverdoyant des parcs naturels et nous amène dans le désert des Mojaves. Une étendue deplaines rocailleuses parsemées de yuccas nous fait face. On vérifie nos réserves deau et onse lance : 200 miles à parcourir pour atteindre la ville du péché. Cette fois, la radio estéteinte : nous sommes plongées dans la contemplation du paysage défilant. Un spectacleincessant dont la beauté nous coupe le souffle. Nous rentrons dans létat du Nevada, etarrivons enfin à Las Vegas . On se pose au Cozymel Grill pour engloutir un super repasmexicain : nachos et fajitas ! Puis, la nuit tombe et Las Vegas nous montre son vrai visage :néons clignotants, fontaines jaillissantes, tout brille ! On se rend au Mirage pour quelques
  • mises à la roulette. Coline mise sur le bon numéro et remporte 900 dollars !Jour 7 – ColineAvant de quitter Las Vegas, on décide de faire une dernière petite folie : nous cédons laPrius et les 900 dollars gagnés à un vieux garagiste en échange de la magnifique FordMustang décapotable de nos rêves ! Quel plaisir de conduire ce bolide à travers la DeathValley National Park ! J’ai du mal à céder le volant quand vient le tour de conduite deLaurane. Arrivées à Los Angeles, nous nous rendons direct au Getty Center. Le bâtiment,dessiné par Richard Meier, est aussi magnifique que les collections qu’il abrite. Puis on tenteun tour sur Rodeo Drive, mais les boutiques sont hors de prix ! Inutile de se faire du mal, onse rabat sur le Santa Monica Pier et ses attractions foraines. L’atmosphère est paisible, etnous décidons de terminer la journée par une balade sur la plage. À notre grande suprise,nous y croisons Will et Andy ! On termine la soirée tous ensemble, autour d’un feu de campsur le sable et de quelques hot-dogs.Jour 8 – LauraneNos nouveaux amis nous emmènent aux studios Universal. Il sagit en fait dun mélange deplateaux de tournages et de parcs dattractions sur les thèmes des plus grands films. Nousvoici au volant de la DeLorean de "Retour vers le Futur". Et là, un T-Rex sorti de JurassicPark ! Petit tour en ville, pour admirer de beaux bâtiments : Bradbury Building, Avila Adobe,Walt Disney Concert Hall. On continue notre virée en Mustang à travers Beverly Hills, et onse retrouve dans un petit canyon, au milieu de la ville. On retourne vers le centre-ville viaMullholland Drive. Panorama spectaculaire ! Pause-repas dans un restaurant mythique deL.A. : The Pantry, ouvert non-stop depuis 1924. On se régale de cheese-cakes et de milk-shakes. Nous assistons ensuite à un match de Base-ball entre les Dodgers, léquipe locale, etles Mets de New York, léquipe favorite de Coline. Ils ont gagné 5 à 2. Victoire que lon fêteau Rooftop Bar, au sommet dune tour, qui nous offre une splendide vue de nuit.Jour 9 - ColineIl est déjà temps de regagner laéroport. Le loueur de voitures nest pas très contentlorsquon lui ramène la Mustang, mais il tentera dannuler le deal avec le gars de Las Vegas.Will et Andy nous accompagnent jusquà la porte dembarquement, on gardera le contact,bien sûr. Pas de bagages à enregistrer cette fois, les souvenirs sont dans la tête et dansnotre carnet de bord. Lavion décolle à peine que déjà nous regrettons que laventure setermine si vite. Tiens, un jeton de casino dans ma veste. Le seul que lon navait pas misé,juste pour garder un petit morceau de chance en poche.