Présentation soutenance 07 11 13 Rebecca Dahm

  • 271 views
Uploaded on

Texte de la soutenance de thèse de doctorat présentée le 7 novembre 2013 à l'Université Bordeaux Segalen. Mention très honorable avec félicitations du jury à l'unanimité. …

Texte de la soutenance de thèse de doctorat présentée le 7 novembre 2013 à l'Université Bordeaux Segalen. Mention très honorable avec félicitations du jury à l'unanimité.

Cette recherche doctorale s’inscrit dans le cadre de la didactique de l’anglais et prend appui sur les
champs théoriques propres à la didactique des langues et aux sciences du langage. Elle a pour objet l’étude de
l’introduction d’approches plurielles fondées sur les langues inconnues (APLI) au sein du cours d’anglais et
cherche à comprendre les effets d’une telle modification du savoir sur les acteurs de la relation pédagogique
(l’élève et l’enseignant). Une quasi-expérimentation fut menée sur l’année scolaire 2011-2012 dans cinq classes
de collège, de niveau cinquième. Les élèves, regroupés par tétrades, ont successivement été confrontés à trois
langues inconnues (néerlandais, italien et finnois). Pour chacune de ces langues, ils ont été amenés à résoudre
des problèmes d’ordre métasémantique, métasyntaxique, puis métaphonologique.
Après avoir circonscrit le cadre institutionnel et théorique nécessaire à l’étude, le cadre méthodologique
est précisé. Puis est abordée l’analyse des effets de la modification du savoir devenu plurilingue, tant sur les
élèves que sur les enseignants.
Lorsqu’on observe les effets des APLI sur la relation Savoir-Professeur, on constate que cette
modification didactique a permis aux enseignants de mieux comprendre les concepts de situation-problème, de
conceptualisation, de stratégies d’apprentissage et de compétence. La transposition didactique s’en trouve
modifiée : les enseignants ont progressivement été amenés à concevoir des séquences didactiques donnant plus
de place à l’élève, avec des exigences plus élevées. L’étude de la relation Enseignant-Élève met en exergue une
modification de la pratique, essentiellement liée à la mise en place du travail de groupe. Le rôle de
l’enseignant est alors révisé : il devient facilitateur du travail qui s’effectue en collaboration au sein du groupe.
Finalement, l’analyse de la relation Savoir-Élève souligne la nécessaire conscientisation qui mène vers le
développement de compétences plurilingues et la mise en oeuvre de stratégies d’apprentissage transférables à
l’étude de la L2.

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
271
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
7
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Effets de l’introduction d’une approche plurielle fondée sur des langues inconnues sur le système didactique Des éléments de cadrage à la mise en place expérimentale en classe d’anglais au collège Soutenance de thèse Rebecca DAHM jeudi 7 novembre 2013 - Université Bordeaux Segalen Diapo 1 Cette présentation fait le point sur l’état de mon travail de recherche doctorale qui porte sur les effets de l’introduction d’une approche plurielle fondée sur des langues inconnues sur le système didactique. Cette recherche s’inscrit avant tout dans un parcours de formation personnelle, d’apprenti chercheur qui a débuté avec le master recherche. Je me suis alors intéressée aux effets de la pratique réflexive sur la langue. De plus, fascinée par le courant de Language Awareness, j’ai multiplié les lectures, tant sur les pratiques pédagogiques que sur les processus cognitifs sousjacents à l’apprentissage des langues. J’ai alors découvert les recherches mettant en exergue les avantages cognitifs que possèdent les plurilingues. Je me suis donc demandée si on pouvait aider nos élèves monolingues à développer de tels avantages cognitifs. J’ai par conséquent choisi de créer des situations plurilingues artificielles, s’appuyant sur des séances d’approches plurielles fondées sur des langues inconnues (que j’appelle APLI) dans le cadre d’une expérimentation que je préciserai ultérieurement. Or, comme je viens de le dire, cette recherche s’inscrit dans un parcours et a vu son champ s’élargir. Diapo 2 En effet, c’est au fur et à mesure de mes investigations, que j’ai pris conscience de la portée de la recherche en didactique qui est réellement une approche holistique, examinant à la fois les 3 pôles et les trois axes du système didactique. Il s’agit non seulement de comprendre les effets de la modification du savoir sur le professeur et sur l’élève, mais également d’examiner   1  
  • 2. les trois heuristiques de la recherche en didactique : l’axe épistémologique qui examine la manière dont l’enseignant procède à l’élaboration didactique, l’axe praxéologique qui va étudier la manière dont l’enseignement est mis en œuvre et finalement l’axe psycholinguistique qui permet de comprendre la manière dont l’élève s’approprie le savoir. J’ai donc souhaité mener une recherche qui peut paraître très vaste ; l’étude d’un de ces axes aurait pu suffire. Mais c’est la conscience de la nécessaire vision holistique, la conscience des interactions entre tous ces éléments qui m’a amenée à élargir l’objet de ma recherche. Diapo 3 Après ces éléments de contextualisation, je vous présenterai mes hypothèses et questions de recherche, la méthodologie mise en œuvre et l’analyse effectuée. Ces différents éléments me permettront de vous présenter les résultats et de proposer qqs pistes pour la recherche et la formation. Diapo 4 Voici mes hypothèses et questions de recherche Diapo 5 Comme mon étude porte à la fois sur l’élève et l’enseignant, j’ai émis deux séries d’hypothèses : des hypothèses portant sur les effets des APLI sur l’élève et son apprentissage et des questions cherchant à comprendre l’impact des APLI sur l’enseignant et son enseignement. J’ai donc émis l’hypothèse que la mise en œuvre des APLI au sein du cours d’anglais permet à l’élève de prendre conscience des stratégies d’apprentissage qu’il met en œuvre lorsqu’il cherche à résoudre le problème d’accès au sens du texte en langue inconnue. De plus, j’ai postulé que le travail de réflexion métalinguistique requis par la résolution du problème de création de phrases nouvelles pouvait contribuer au développement de ses compétences plurilingues. Finalement, en tant que didacticienne de l’anglais, j’ai souhaité comprendre si de tels apprentissages pouvaient être transférés vers la L2 anglais. Pour étudier les effets sur l’enseignant et son enseignement, j’ai cherché à comprendre l’élaboration didactique et les stratégies d’enseignement mises en œuvre par l’enseignant et j’ai souhaité vérifier si travailler avec une APLI permet de développer ses compétences professionnelles, ce qui pourrait alors avoir un effet sur l’enseignement de sa discipline, en l’occurrence l’anglais L2.   2  
  • 3. Diapo 6 La méthodologie de recherche mise en œuvre s’appuie sur un double dispositif d’observation. Diapo 7 Pour vérifier les hypothèses portant sur l’élève et son apprentissage, une quasiexpérimentation a été menée en 2011-2012 dans 9 classes de collège, mais mon étude ne prend en compte que les résultats des 5 classes de 5° (elle concerne 136 élèves mais les données analysées ne portent que sur 88 élèves, qui se sont déclarés monolingues dans leur environnement familial). Les élèves ont été regroupés par groupes de 4 afin de favoriser la conscientisation par l’interaction de groupe : j’ai donc étudié les résultats de 22 groupes. La quasi-expérimentation prend appui sur 9 séances d’APLI : les élèves on été confrontés successivement à 3 langues inconnues (néerlandais choisi pour sa proximité typologique avec l’anglais, l’italien pour sa proximité avec le français et finalement le finnois, qui ne présente aucun point d’ancrage immédiat). Pour chacune de ces langues, 3 types d’activités métalinguistiques ont été proposes : des activités métasémantiques (accès au sens), métasyntaxiques (création de phrases nouvelles), métaphonologiques (association phoniegraphie). Les séances ont été menées de manière régulière et systématique, de manière à pouvoir obtenir des éléments comparables. Les effets des APLI sur l’enseignant et son enseignement ont été étudiés à travers le dispositif de recherche-action. Cette recherche-action a été menée avec une équipe de réflexion et de recherche composée de 9 enseignants de collège, ayant tous mis en œuvre les séances d’APLI, en 5° ou en 3°. Pour chacun des dispositifs, on obtient un corpus différent : Pour la quasi-expérimentation, j’ai à la fois les vidéos des séances, les enregistrements et transcriptions des interactions des 22 groupes. Des Pré- et post-tests stratégiques et syntaxiques ont été administrés à la fois aux classes expérimentales et à des classes-témoin. Les tests stratégiques sont des tests permettant de mesurer la capacité des élèves à prendre conscience des stratégies qu’ils mettent en œuvre pour comprendre un texte en anglais qui est difficile, de niveau C1. Les tests syntaxiques ont permis de mesurer leur maîtrise de concepts grammaticaux et leur aptitude à les utiliser pour répondre à des exercices de grammaire.   3  
  • 4. Finalement des questionnaires pré- et post-expérimentation permettent d’obtenir des informations complémentaires. Les données concernant l’enseignant/l’enseignement ont été récoltées grâce à la rechercheaction. Quatre regroupements ont eu lieu tout au long de l’année. Le corpus est donc constitué des • Vidéos des regroupements • Transcription des interactions • 4 questionnaires Diapo 8 L’analyse qui s’ensuivit peut être représentée de la manière suivante : Diapo 9 La matière première de la quasi-expérimentation est constituée des élèves, de leurs enregistrements et des divers documents produits alliés à l’intervention de la chercheure (lors de la réalisation des questionnaires, du recueil des données ou encore lors des retranscriptions) MAIS AUSSI des enseignants (qui ont participé à l’élaboration des fiches de travail). J’obtiens donc le matériau suivant duquel seront extraits les données : il s’agit des transcriptions et des fiches de groupe. J’ai tout d’abord conduit une première analyse de contenu en optant pour une approche qualitative, manuelle afin de découvrir les éléments extraits des enregistrements permettant de déterminer les processus cognitifs en jeu. Ensuite, j’ai mené une deuxième analyse de contenu, quantitative (avec Excel), pour mettre en perspective les premiers éléments de résultats obtenus précédemment. On aboutit ainsi à la compréhension des phénomènes relatifs à l’utilisation de stratégies ou le développement de compétences. Il apparaît alors nécessaire de croiser ces résultats avec les données qualitatives et quantitatives issues des questionnaires, ce qui permet d’obtenir des informations complémentaires concernant la transférabilité des apprentissages. Diapo 10 Pour la recherche-action, la matière première est constituée par les enseignants et les divers documents recueillis alliées à l’intervention de la chercheure, et le matériau est constitué par les enregistrements et les questionnaires. L’approche fut tout d’abord qualitative, manuelle et   4  
  • 5. menée avec le logiciel NVivo pour parvenir à extraire des nœuds significatifs puis elle fut complétée par une analyse quantitative, avec Excel pour compléter les résultats obtenus précédemment. On obtient ainsi des informations permettant de comprendre les stratégies utilisées par les enseignants ou le développement de leurs compétences plurilingues et professionnelles. Diapo 11 Les résultats ont été analysés en prenant en compte, une fois de plus, le système didactique de Chevallard Diapo 12 : • Le savoir présenté se trouve modifié, puisqu’il est désormais inscrit dans un contexte plurilingue. Il véhicule des valeurs d’ouverture et de tolérance comme dans tout enseignement de langues, mais il est également centré sur l’épanouissement de l’individu. De plus, il devient objet de réflexion et n’est plus un objet d’apprentissage • Cette modification du savoir a tout d’abord un effet sur l’enseignant : le regard qu’il porte sur l’élève se trouve modifié. De la même façon, son attitude vis-à-vis des langues inconnues évolue puisqu’il a moins de préjugés sur facilité/difficulté d’accès à la langue. Finalement, il effectue plus de tentatives personnelles pour accéder à la compréhension des textes en langue inconnue ET pour concevoir de séances si bien qu’on peut considérer que l’enseignant a développé à la fois ses compétences plurilingues et professionnelles. • En ce qui concerne l’élève, on constate que celui-ci a modifié son attitude vis-à-vis de l’objet-langue et a développé à la fois son estime de soi, son envie d’apprendre à apprendre et sa curiosité vis-à-vis des langues inconnues • Lorsqu’on examine l’axe épistémologique, on remarque que l’enseignant a une meilleure compréhension des concepts (que ce soit la situation-problème, la conceptualisation, les stratégies d’apprentissage ou le concept central de compétence). De plus, la transposition didactique qu’il effectue se trouve modifiée : il conçoit désormais des séquences didactiques donnant plus de place à l’élève, avec des exigences plus élevées. • Lorsqu’on examine l’axe praxéologique, on remarque que le rôle de l’enseignant se trouve révisé : il devient facilitateur, voire passeur. la gestion de la classe est   5  
  • 6. également modifiée, puisque l’organisation se fait par groupes ce qui permet de mettre en place un travail de collaboration qui mobilise le savoir social. • Finalement, l’axe psycholinguistique met en exergue la prise de conscience des stratégies d’apprentissage mises en œuvre par les élèves et souligne le développement de leurs compétences plurilingues • On peut donc considérer que non seulement l’élève agit, mais également qu’il réfléchit. Diapo 13 Les effets de l’introduction des APLI sur l’enseignement/apprentissage de l’anglais L2 ont également été analysés Diapo 14 • Lors de l’analyse des pré- et post-tests stratégiques (donc des tests portant sur la compréhension des textes de niveau C1), j’ai fait une découverte surprenante qui n’était pas une hypothèse initialement formulée : il semblerait que les élèves réutilisent les stratégies d’apprentissage qu’ils ont mises en œuvre lors des séances d’APLI mais ceci à condition que l’intervention de l’enseignant pendant ces séances soit limitée. • Les pré- et post-tests syntaxiques (qui évaluaient la maîtrise de concepts grammaticaux et prenaient appui également sur des exercices de grammaire) n’ont pas permis de mesurer une meilleure appropriation et réutilisation des concepts étudiés. • Par contre, l’analyse des séances d’activités métasyntaxiques met en exergue une mobilisation efficace des diverses ressources (savoirs, savoir-faire et savoir-être), si bien qu’on peut considérer que la compétence métalinguistique est développée. Malheureusement, le type de test proposé n’a pas permis de mesurer une telle transférabilité à la L2. • On ne peut pas non plus prouver un développement de la compétence linguistique puisque celle-ci ne saurait être directement mesurée et est indépendante de la compétence métalinguistique. Diapo 15 • En ce qui concerne l’effet sur l’enseignement L2, plusieurs résultats sont saillants : tout d’abord, les enseignants maîtrisent mieux les concepts et conçoivent plus   6  
  • 7. aisément des séquences d’enseignement en anglais sous forme de résolution de problème. • De plus, 7 enseignants sur 9 ont réorganisé leurs classes et font travailler leurs élèves en groupes, de manière très fréquente. • Certains enseignants ont naturellement développé une valorisation des langues de l’environnement de l’élève et certains utilisent ce savoir social pour débloquer des situations de communication en L2. (Si vous le souhaitez, je pourrai vous donner un exemple ultérieurement). Je voudrais cependant souligner quelques limites de cette recherche : • L’absence de phase d’institutionnalisation, que ce soit lors de l’expérimentation ou lors des séances de recherche-action semble préjudiciable au transfert qui de fait, est resté ‘spontané’. Il s’agit d’un choix maîtrisé puisque je cherchais à analyser le transfert naturellement mis en œuvre. Néanmoins, si on veut aider l’élève (ou l’enseignant !) à mettre en œuvre des stratégies, il semble nécessaire de l’accompagner, de manière consciente, dans son cheminement. • De même, il est nécessaire de bien définir la situation-problème si on veut aider l’élève à donner du sens aux tâches • On rejoint ainsi la nécessaire pratique de référence qui n’a pas été suffisamment développée dans cette expérimentation. Diapo 16 Voici quelques perspectives, tant pour la recherche en didactique que pour la formation des enseignants. Diapo 17 En me basant sur le corpus existant, non encore exploité à ce jour, on pourrait imaginer les prolongements suivants : il serait intéressant d’étudier l’impact des activités métaphonologiques, d’explorer les résultats des niveaux 3° afin d’établir une comparaison avec les résultats des élèves de 5° ou bien d’examiner les résultats des élèves ayant l’allemand comme L2. De la même façon, je pourrais comparer les résultats des plurilingues à ceux des monolingues. Il est évident que les résultats présentés ici n’ont qu’une validité interne. Par conséquent, il serait intéressant d’en vérifier la réplicabilité en mettant en œuvre ces mêmes séances d’APLI   7  
  • 8. dans d’autres établissements, voire dans un contexte d’enseignement différent (par ex, en Grande Bretagne ou en Finlande). On pourrait alors étudier l’impact de l’environnement sur les différentes variables observées. Il semble également intéressant d’étudier, de manière comparative, l’anxiété ressentie lors des séances d’APLI et lors des séances d’enseignement/apprentissage de l’anglais L2. Il en est de même pour l’étude de la mise en place de l’étayage par les pairs. Or, pour cela, il est nécessaire de construire un dispositif d’observation différent, incluant des questionnaires ou grilles adaptés. Mais en tant que didacticienne et formatrice à l’ESPE, il me semble important d’explorer la formation des enseignants. Diapo 18 Inscrire les APLI dans la formation, qu’elle soit initiale (dans le cadre du Master MEEF, par exemple) ou continue me paraît une piste très intéressante. • Permettre aux étudiants ou enseignants de réfléchir sur les langues inconnues, en résolvant les différents problèmes rencontrés, devrait autoriser le développement de leur maturité cognitive. Ils abordent les concepts grammaticaux différemment, en leur donnant plus de sens. • De plus, de telles activités permettraient de modifier leurs attitudes vis-à-vis des langues inconnues ou de l’apprentissage des langues en général. • Finalement, ils sont amenés à réfléchir sur eux-mêmes, en tant qu’apprenants, ou sur leur future pratique. Je pourrais donc associer rechercher et formation en analysant, par exemple, le corpus constitué par les extraits des « journaux » complétés par les étudiants en formation Master MEEF. Chaque année, je leur fais vivre les différentes séances d’APLI, puis je leur demande de noter dans un journal en ligne, leurs impressions en tant qu’apprenant et leurs observations en tant que futur enseignant… Pour conclure, je voudrais vous soumettre quelques extraits : ce sont, après tout, les utilisateurs qui en parlent le mieux… Mais auparavant, j’aimerais vous remercier pour votre attention.   8