• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Tendancesveille2011 ebook
 

Tendancesveille2011 ebook

on

  • 1,901 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,901
Views on SlideShare
1,890
Embed Views
11

Actions

Likes
0
Downloads
124
Comments
0

1 Embed 11

http://blog.proximity.fr 11

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Tendancesveille2011 ebook Tendancesveille2011 ebook Document Transcript

    • Quelles tendances pour la veille en 2011 ? La vision d’experts sur la question MARS 2011Pour suivre les tendances de la veille :Pour nous contacter :
    • TABLE DES MATIERESPRÉFACE .............................................................................................................................4LES EXPERTS ........................................................................................................................5INTRODUCTION ....................................................................................................................6VEDOCCI - Mael Le Hir ............................................................................................................7Nécessaire évolution des pratiques de veille ............................................................................................................. 7Nouveaux enjeux ................................................................................................................................................... 7Conclusion ............................................................................................................................................................ 8En guise d’ouverture : Net-neutralité ....................................................................................................................... 8Biographie de Mael Le Hir – Editeur du blog Vedocci.fr ............................................................................................... 8BRAINSFEED - Christian Vanden Berghen – Pierre-Yves Debliquy.......................................................9La veille se spécialise, en direction des individus ........................................................................................................ 9Les espaces se multiplient ..................................................................................................................................... 10Les entreprises à la découverte de la veille .............................................................................................................. 10Biographie de Christian Vanden Berghen - Fondateur et directeur de la société Kyberco ............................................... 11Biographie de Pierre-yves Debliquy - Fondateur d’Euresis ......................................................................................... 11DIGIMIND - Christophe Asselin ...............................................................................................12Mobilité.............................................................................................................................................................. 12Evolution des plateformes de veille vers l’engagement et le Social CRM ..................................................................... 12Démocratisation des pratiques de veille auprès des non spécialistes de linformation ................................................. 12Une décentralisation plus forte des cellules et services dédiés à la veille dans lentreprise ............................................ 12Une spécialisation et segmentation accrue de la veille ............................................................................................. 13Une augmentation des volumes informationnels à traiter......................................................................................... 13Des outils danalyses de plus en plus visuels et interactifs ......................................................................................... 13Un besoin renforcé de qualification des informations .............................................................................................. 13Un multilinguisme non latin .................................................................................................................................. 14Multiformats, multi supports et cartographie .......................................................................................................... 14Biographie de Christophe Asselin – Spécialiste veille internet et e-réputation .............................................................. 14 contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • DIGITAL REPUTATION BLOG - Amal Belkamel & Amine Benhamza ..................................................15Etat actuel de la veille des médias sociaux .............................................................................................................. 15Tendances détectées............................................................................................................................................ 15Biographie d’Amal Belkamel & d’Amine Benhamza – Co-fondateurs du blog www.digitalreputationblog.com ................. 16BLUEBOAT – Christophe Thil ..................................................................................................17Les tendances 2011 ? On continue mais en mieux ! .................................................................................................. 17L’e-réputation encore et toujours .......................................................................................................................... 17La veille sur les personnes : personal branding ........................................................................................................ 18La veille sera sémantique ou… sera sémantique !..................................................................................................... 18Tendances en conclusion ...................................................................................................................................... 19Biographie de Christophe Thil – Spécialiste en e-réputation....................................................................................... 19INTER-LIGERE – Jérôme Bondu ...............................................................................................20Commençons, et suivons le fil des pensées… ........................................................................................................... 20Et le veilleur dans tout cela ? ................................................................................................................................. 21Biographie de Jérôme Bondu – Fondateur de la société Inter-Ligere ........................................................................... 22OPINION WATCH – Laurent Magloire .......................................................................................23Curation digitale (« digital curation »)..................................................................................................................... 23Identifier les influenceurs...................................................................................................................................... 24L’e-réputation ..................................................................................................................................................... 24Beaucoup d’outils de social media monitoring ! ....................................................................................................... 26Les conversations deviennent globales ................................................................................................................... 26En conclusion ...................................................................................................................................................... 26Biographie de Laurent Magloire – Auteur du blog Opinion Watch .............................................................................. 27CONCLUSION : SINDUP - Mickaël Réault ..................................................................................28Biographie de Mickaël Réault - Fondateur de la plateforme de veille SINDUP .............................................................. 29 contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • PRÉFACE Dans un monde de plus en plus transparent, où les conversations digitales influencent le développement de votre entreprise, la veille devient clé. La veille prend de multiples formes et évolue à grande vitesse avec l’arrivée des médias sociaux notamment. Ce mot valise couvre aujourd’hui de nombreuses pratiques et peut être abordé de différentes manières (veille concurrentielle, veille sociale, veille marché...) dans différents contextes (B2B, B2C, PME, grandes entreprises). En ce début Mars 2011, il nous a semblé intéressant de prendre un peu de recul parrapport à la question pour savoir dans quelle direction le marché de la Veille va évoluer cette année.Nous avons donc posé la question “Quelles sont les tendances de la veille en 2011” à 10 experts afin qu’ils puissentnous apporter leurs points de vues indépendants. L’objectif est d’avoir une vision plus claire de ce qui nous attenddans les prochains mois.Grâce au soutien de Mickael Réault et de son équipe SINDUP, nous avons pu récolter ces différentes contributionsexpertes et les avons regroupés dans ce document.Pour ma part, je pense que cette année la tendance sera la Veille à 360° collaborative et en temps réels. Je crois quede plus en plus d’entreprise vont souhaiter mettre en place des dispositifs de veille leur permettant d’identifierl’information pertinente sur les médias sociaux. Elles auront également à mettre en place des process p our letraitement de l’information en temps réels et collaboratif au sein de leurs entreprises.J’espère que vous apprécierez autant que nous les contributions originales des experts et qu ’elles vous apporterontdes repères pour gérer au mieux votre veille en 2011.Pour suivre les tendances tout au long de l’année, inscrivez-vous sur Tendances-Veille.com et suivez le fil twitter@tendancesveille.A bientôt !Jean-François RuizCEO & Co-Fondateur @ PowerOnjf@poweron.fr contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • LES EXPERTS contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • INTRODUCTIONCes deux dernières années les chiffres du e-commerce n’ont cessé de progresser malgré la crise : +25% en 2009 et+24% en 2010 (chiffres Fevad).Dans un même temps les réseaux sociaux ont atteint des scores impressionnants, en 2009 une étude del’Observatoire Ipsos montrait que 77% des internautes français étaient membre d’un réseau social, ce taux atteignaitdéjà 96% chez les 18-24 ans sans compter les autres comportements sociaux : forums de discussions, sites d’avisconsommateurs, blogs…Selon le baromètre Fevad - Médiamétrie, 81% des internautes consultent internet avant de réaliser leurs achats (enligne ou en magasin).La convergence de ces deux phénomènes (enjeux du e-commerce + impact des réseaux sociaux) pousse lesentreprises à surveiller leur e-réputation et à s’équiper de solutions de veille concurrentielle et commerciale. Enpremier lieu ce sont bien évidemment les sociétés engagées dans la course du e -commerce qui s’organisent,cependant l’impact des réseaux sociaux est tellement fort que toute entreprise est aujourd’hui concernée, quelleque soit sa taille et son secteur…Comment les entreprises ont-elles réagi ? En utilisant des outils gratuits d’abord et de manière non structurée autravers d’initiatives individuelles. Généralement les nouvelles pratiques en entreprises suivent le principe du bottom-up : elles se généralisent auprès des collaborateurs avant d’être structurées sous l’impulsion de la direction pour lesuniformiser, les optimiser et leur donner une finalité stratégique avec des objectifs clairs.Face à cette accélération annoncée du déploiement de la veille en entreprise et aux nombreuses évolutions dumétier de veilleur, il nous est apparu intéressant de nous interroger, avec le concours d’experts reconnus, sur ce quesont les tendances de la veille en 2011.Nous souhaitons que cette initiative permette un échange riche et contribuera à aider les entreprises à faire face auxnouveaux enjeux de la veille.Nous sommes très heureux de vous livrer les points de vue des experts qui ont participé, j’en profite d’ailleurs pourles remercier.Mickaël RéaultFondateur de la plateforme de veille stratégique SINDUPm.reault@sindup.fr contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • VEDOCCI - Mael Le HirNécessaire évolution des pratiques de veilleMême si un moteur de recherche domine en France (Google) et que d’autres (Bing) cherchent à accroître leurs partsde marché, les moteurs généralistes ne sont plus satisfaisants. La maîtrise de moteurs spécialisés devientincontournable, qu’ils soient thématiques ou qu’ils surveillent une source particulière (notamment certains réseauxsociaux, pour citer un type qui suit l’évolution du web). Bref, le chargé de veille ne doit pas négliger sa veille méta-veille ou veille métier.Ensuite, avec l’explosion du web social, avec la production d’informations toujours plus importante, le chargé deveille doit dépasser certains piliers de la documentation. Non, il n’est plus possible d’être totalement exhaustif ; non,tout ne rentrera pas forcément dans un plan de classement (et vous, vous classiez où les signaux faibles ?) ; non, le« sourcing » n’est jamais fini, etc.Enfin, les pratiques de veille non professionnelle se développement. Tout Internaute, un brin curieux et pasforcément geek, peut développer son propre écosystème d’information. Il serait dommage que les professionnels del’information se laissent déborder !Nouveaux enjeuxLes réseaux sociaux se multiplient, l’information coule dans les tuyaux de l’Internet, disponible en temps réel… Denouveaux outils d’analyse, liés aux concepts de web 3.0 et de web sémantique, ont fait leur apparition, d’autres vontêtre bientôt disponibles. Qu’ils soient pertinents (traduction automatique, résumés automatiques, cartographie,etc.) et le métier de veille continuera à évoluer ! Où l’on retrouve la nécessité de la veille méta-veille…Le « métier » de l’année (ou la compétence) était en 2010 le community manager (je n’aborderai pas la question dela curation), soit – pour faire simple – de la veille et de la comm’. Les services de veille (et agences) doivents’emparer des enjeux de gestion de « communautés ». La présence des entreprises – à leur initiative ou pas – sur leweb (2.0) implique la mise en place d’une « veille image » : nouvelles perspectives pour les professionnels del’information. Toutefois, ces nouveaux enjeux ne concernent pas que les services doc ou veille : ces services ont descompétences transférables, et les entreprises doivent trouver l’organisation optimale pour répondre à ces nouvellesproblématiques.Le développement des réseaux sociaux repose de manière critique la question de la diffusion de l’information danset en dehors des organisations. La rigueur du professionnel de l’information l’oblige à qualifier et à recouper lesdonnées qu’il est amené à collecter. Ses bonnes pratiques doivent être mises en avant par les directions, et adoptéespar tous les collaborateurs. Même si ce n’est pas évident dans un contexte de « temps réel ».Le développement du web 2.0 et les réseaux sociaux sont également une excellente source… d’inspiration ! La veillecollective se développe en entreprise, des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) pouvant être utilisés comme support.Le métier du chargé de veille évolue : outre ses missions « de base », il est aussi animateur du réseau decollaborateurs qui veillent (non spécialistes de la veille, mais de domaines particuliers) et, avant cela, formateur. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • ConclusionLe métier change, les sources se diversifient, les outils nouveaux apparaissent, les enjeux changent… Pour autant, lechargé de veille ne doit pas oublier ses fondamentaux. Parmi ceux -ci : le cycle de l’information et la très importanteétape de la validation, du traitement et de l’analyse des données. C’est notamment sur cette étape que le rôle duchargé de veille est crucial, étape qui doit lui assurer sa légitimité !En guise d’ouverture : Net-neutralitéRevues de presse papier, interrogation de bases de données… ont historiquement constitué le quotidien des servicesdocumentation ou de veille technologique. Depuis, Internet a pris une place importante dans les pratiques de veille(et même si le web est loin d’être la seule source d’information à considérer).C’est pourquoi, aujourd’hui, les professionnels de l’information en général doivent se préoccuper de la neutralité dunet, « principe fondateur dInternet qui exclut toute discrimination à légard de la source, de la destination ou ducontenu de linformation transmise. » Menacée à la fois par des Etats et des opérateurs de télécommunication, elleest la garante de l’Internet du futur, et donc d’un des outils de travail du chargé de veille.Biographie de Mael Le Hir – Editeur du blog Vedocci.fr Titulaire d’un Master en Gestion de l’Information en Entreprise, Mael Le Hir a travaillé successivement pour le service Veille d’un grand groupe industriel du secteur des cosmétiques, et pour le service Documentation d’un groupe de bancassurance. Depuis 2006, il est en charge de la communication et de l’information économique à la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ardèche. Passionné par les problématiques d’intelligence économique (orientée veille et partage de l’information) et du « web 2.0 », il anime le site web Vedocci.fr consacré aux pratiques d’intelligence économique dans les CCI et à l’appropriation des outils labellisés « web 2.0 » par le réseau consulaire.Contact www.vedocci.fr www.facebook.com/lehir et www.facebook.com/vedocci @maellehir et @vedocci www.linkedin.com/in/maellehir www.viadeo.com/fr/profile/mael.lehir www.diigo.com/profile/vedocci contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • BRAINSFEED - Christian Vanden Berghen – Pierre-Yves DebliquyChez Brainsfeed, nous expliquons aux chefs dentreprises pourquoi et comment intégrer le Web dans la stratégie deleur entreprise. Nous construisons notre vision du Web, notre pratique et nos conseils à partir de notre activité deveille. Celle-ci nous permet didentifier de nouveaux outils, de nouveaux usages, de nouvelles tendances... que noustestons et pratiquons afin den évaluer le potentiel pour les entreprises ainsi que les meilleures conditions de miseen œuvre.Notre pratique couvre ce que nous appelons les "4 C du Web" qui sont les 4 domaines dans lesquels nous pensonsque les entreprises se doivent dintégrer les nouvelles technologies et les nouvelles pratiques commerciales,organisationnelles ou industrielles. Les "4 C du Web" sont:  Connaître  Communiquer  Collaborer  CommercerNos clients et prospects sont principalement des PME, orientés B2B, situées en Wallonie. Cest à partir de cescontacts que nous avons construit le regard sur lévolution de la veille en 2011 que no us vous proposons ci-après.La veille se spécialise, en direction des individusIl y a quelques temps encore, la vie du consultant en veille était assez confortable: il pouvait sans trop de souciproposer un programme de veilles à ses clients. La mise en place ne posait pas de probl ème non plus : un logicielpour surveiller les sites Web, un agrégateur de fils RSS pour les blogs et les news, le tout alimenté par quelques motsclés bien choisis pour bien orienter les résultats. Depuis un ou deux ans, on sent émerger une tendance à laspécialisation des activités de veille associée à un regard de plus en plus insistant en direction des individus. Et ilnous semble évident que cette tendance ne faiblira pas en 2011, ni dans les prochaines années. Le paysage de laveille nous semble donc aller vers:  des actions de veille ponctuelles, dautres permanentes  des actions de veille groupées, dautres spécifiques à lentreprise  des actions de veille sur des organisations (entreprises), dautres focalisées sur les individusEn règle générale, les PME ne disposent pas des ressources pour mettre en place des plans de veilles permanentes.Donc, dans un grand nombre de cas, les PME sadonnant à des activités de veille (principalement technologique,concurrentielle, juridique...) se contentent de campagnes de veille ad-hoc, destinées à protéger ou à acquérir unavantage concurrentiel. Ces campagnes sont alors gérées comme des projets, en lien avec les évolutions de laconcurrence ou avec un mouvement stratégique propre à lentreprise. Par ailleurs, ave c la prise de pouvoir desconsommateurs, à travers les réseaux sociaux, une politique de veille permanente simpose de plus en plus en raisonde limprévisibilité totale des réactions des consommateurs.De nombreuses entreprises reposent une part importante de leur veille sur des actions collectives, souventproposées par des associations professionnelles et autres clusters. Dans un environnement WEB 1.0, cette pratiquese justifie dans la mesure où linformation qui circule est globalement générique et qu e chaque entreprise, en contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • fonction de sa situation et de ses analyses, peut en tirer profit. Dans lenvironnement Web 2.0, dans lequel lemarché nous précipite, les consommateurs sont de plus en plus producteurs dinformation et de contenus. Petit àpetit, leurs contenus, très ciblés sur les marques et les acteurs individuels (retour de manivelle en direction desindustriels dans notre économie hyper marketée), supplantent ceux des entreprises et des autres acteursinstitutionnels plutôt centrés sur les marchés et autres agrégats.Finalement, alors quhier lentreprise se devait de surveiller principalement les leaders (de marché,technologiques...), qui souvent étaient bien identifiés et pérennes, aujourdhui elle doit se focaliser sur les individusleaders dopinion. Avec la difficulté quils peuvent surgir de tous côtés et que nombre dentre -eux sontparticulièrement éphémères.Les espaces se multiplientDans lesprit de nombreux chefs dentreprise, Internet se limite au Web, cest-à-dire à cette constellation de sites etde pages Web. Cest la raison pour laquelle la plupart des entreprises gèrent un site Web plus ou moins réussi.Etrangement, ces mêmes chefs dentreprise nont pas encore pris conscience que leurs employés sont au ssi de plusen plus présents sur la toile, mais pas dans le Web traditionnel. Ils ont plutôt investi le Web social (Web 2.0). Il y adonc une fracture numérique qui sinstalle entre les entreprises qui gèrent (surveillent) leur présence sur le Web àtravers un site Web, et les individus qui sexpriment plus ou moins librement, sans surveillance, à travers les réseauxet les médias sociaux. Ces nouveaux espaces dexpressions représentent donc pour les entreprises à la fois desopportunités, mais aussi des risques. A ce titre, ils méritent quon les surveille et quon en tienne compte dans lecadre de la définition des plans de veille.Malheureusement pour les entreprises, en parallèle à la multiplication des personnes qui sexpriment, on constateégalement la multiplication des médias utilisés comme vecteurs de cette communication. Si les sites web, et lesblogs leurs avatars, sont encore prisés pour certains types de communication et par certains acteurs, on voit de plusen plus dinternautes sexprimer sur Facebook et Twitter avec des mots, sur Youtube et autres Dailymotion avec devidéos, sur Flickr et autres Picasa avec des photos, sur Scribd et autres Slideshare avec des documents, avec duson... Le tout dans un brouhaha de plus en plus fort puisque tout ce petit monde se cite, se twitte et retwitteallègrement.Un des défis pour les professionnels, mais les solutions tomberont-elles en 2011, est de mieux comprendre lasociologie de ces nouveaux moyens dexpression et didentifier les espaces pertinents à surveiller, ceux qui donnentle meilleur résultat à léquation dont les principales variables sont la vitesse dapparition de linformation, lapertinence et la validité des sources et de linformation, les coûts et la facilité dutilisation...Les entreprises à la découverte de la veilleEn Wallonie, plus particulièrement, lidée de la veille et de lutilisation dInternet doit encore progresser. On constatenéanmoins une croissance des actions visant à promouvoir les vertus de cette activité et de cette sourcedinformation. On constate parallèlement une frilosité persistante du côté des entreprises. Les discours ex-cathedra,et autres exemples plutôt académiques qui leurs sont proposés, ne les convainquent pas. Nos pratiques deformateurs et de vulgarisateurs de la veille et de lintelligence économique (stratégique) nous montrent que lemeilleur moyen de mettre le pied à létrier des entreprises est de les amener à une première (petite) expérienceencadrée par des professionnels compétents. A lissue de cette expérience, elles auront compris que les bénéfices delutilisation de ces outils est aussi pour elles. Même en ny investissant que des ressources compatibles avec leurs contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • moyens. Mais il faut quelles envisagent la veille comme un véritable proj et stratégique et quelles y associent devéritables compétences. Cest seulement dans ces conditions que le syndrome petit neveu, celui qui laisse croire auxchefs dentreprises que la veille peut être réalisée par nimporte qui équipé dun PC et dune co nnexion Internet,volera en éclat.En conclusion, nous pensons donc que la pratique de la veille va continuer à simposer dans les PME et quelle serade plus en plus orchestrée par des spécialistes. On devrait toutefois aussi constater une division du m arché en deux.Une partie continuant à soccuper de veille traditionnellement plus stratégique (technologique, économique,juridique...) lautre, plus opérationnelle, sintéressera davantage aux informations circulant à travers les médiassociaux. Cette dernière devant bénéficier dune croissance plus rapide.Biographie de Christian Vanden Berghen - Fondateur et directeur de la société Kyberco Fondateur (en 1997) et directeur de la société Kyberco spécialisée en marketing et référencement de sites Web. Après la vente de Kyberco à Virtuology, Christian Vanden Berghen a créé en 2003 la société Totem Consult avec Philippe Molderez. Depuis 2006, Christian Vanden Berghen sest associé à Pierre-yves Debliquy pour créer un cabinet dintelligence économique sous la marque commune BrainsFeed. Il donne de nombreuses formations et séminaires sur la recherche dinformations, sur la veille stratégique sur Internet ainsi que sur lintelligence économique. Dans le cadre de ses activités, Christian Vanden Berghen travaille comme consultant en veille et intelligence économique pour de nombreuses entreprises belges, françaises et suisses. Il collabore avec plusieurs revues spécialisées et est lauteur de nombreux articles sur ces sujets.Christian Vanden Berghen est également passionné par limpact de lInternet sur notre vie privée et professionnelle.Contact : cvb@brainsfeed.com +32 477 477 570 christotBiographie de Pierre-Yves Debliquy - Fondateur d’Euresis Depuis 2000, il sest positionné comme spécialiste en gestion des documents et de linformation, domaines dans lesquels il agit comme consultant, expert et formateur. Avec Euresis, il a développé une vision plus stratégique et concurrentielle de linformation. En 2006, il sest associé à Christian Vanden Berghen sous la dénomination commerciale Brainsfeed. Sa mission est de faire comprendre aux acteurs économiques belges de limportance quil y a à gérer linformation de leurs organisations. Cette gestion peut être soit défensive (protection contre le vol ou lespionnage), soit offensive (collecter et analyser de linformation sur les technologies et les produits concurrents, lévolution des contraintes légales...).Contact : dyp@brainsfeed.com +32 478 412 942 epystemic contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • DIGIMIND - CHRISTOPHE ASSELINMobilitéLévolution des pratiques culturelles et les modes de vie (augmentation des temps de transport par exemple)entraine une nette augmentation des consultations des applications via les mobiles et notamment les Smartphones.Le nombre d’utilisateurs mobiles en Europe a bondit de 75% en 2010.Les veilleurs consultent eux aussi de plus en plus leurs applications via leur mobile. Cela concerne aussi bien leursflux dinformations brutes que les informations sélectionnées et partagées par leurs collègues.Au-delà de lévolution des pratiques, le développement des problématiques de-réputation et la nécessité de gérercertaines crises informationnelles en temps réel impliquent une connexion mobile quasi -permanente sur les flux deveille, pour la lecture comme pour la contribution (remontée dinformation terrain).Evolution des plateformes de veille vers l’engagement et le Social CRMLes solutions et prestations de veille complètes intègrent de plus en plus des fonctionnalités dengagement etdintégration des réseaux sociaux en terme de Social CRM : au-delà de lécoute, il faut en effet pouvoir qualifier,suivre les contributeurs 2.0, converser mais aussi capitaliser un workflow de discussions afin de pouvoir ensuitemettre en place des analyses et des indicateurs. Ce type doutil équipera dune part certains veilleurs qui ont àremplir quelques fonctions de Community Management et dautre part, les plateformes de centres dappels quidoivent peu à peu intégrer les réseaux sociaux dans le processus de gestion de la relation client .Démocratisation des pratiques de veille auprès des non spécialistes de linformationAuparavant apanage des spécialistes (veilleurs, documentalistes), la veille est peu à peu intégré e comme unepratique courante auprès de fonctions supports comme le marketing, la communication, la relation client. Raison :une nécessité accrue de connaître son environnement, la multiplication des sources dinformation, undéveloppement des conversations sur le web et des outils de plus en plus ergonomiques facilitant une prise en mainrapide.Une décentralisation plus forte des cellules et services dédiés à la veille dans lentrepriseEn 2008, plus de 51% des cellules de veille sinscrivaient dans une organisation transverse, non centralisée, contre38% en 2007 (Baromètre des pratiques de veille des grandes entreprises françaises). Conséquence notamment de ladémocratisation évoquée précédemment, en 2011, la décentralisation continue à saccroitre : les personnes,fonctions ou simplement les pratiques sont maintenant intégrées transversalement aux départements Stratégie,R&D, Business Development (par exemple). Dans une telle organisation, la cellule de veille joue davantage le rôle defacilitateur, de mise en relation et de promotion des cultures de veille quun fournisseur dinformation à des clientsinternes même si cette mission reste un des piliers fondateurs du métier. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Une spécialisation et segmentation accrue de la veilleA lheure où les internautes connaissent mieux Facebook que les syntaxes dun moteur ou lexistence mêmedannuaires, lapport du professionnel de la veille et de linformation est essentiel : il devient le seul à maîtriser lesmécanismes de recherche sur internet, à connaitre les ressources essentielles, à appréhender la richesse et lacomplexité des formats et médias du net.Parallèlement, les axes de veille se différencient de plus en plus, même si les grandes étapes du cycle demeurent :Ainsi, les veilles dopinion (veille image, veille e-réputation) impliquent de maîtriser un environnement biendifférent de la veille technologique et juridique.Le nombre de ressources, bases de données, applications, process devenant de plus en plus riche chaque jour, unespécialisation par type de veille savère souvent nécessaire.Une augmentation des volumes informationnels à traiterLes volumes dinformations augmentent : linformation produite croit constamment et une même information peutêtre reproduite de nombreuses fois sur les différents médias internet.Conséquences :  le veilleur doit mettre en place des process, outils et systèmes lui permettant de faire face lors de la sélection de linformation : définition précise des objectifs, cartographie des experts, qualification fine des sources, filtres puissants, tri automatique, …  le veilleur, lorsquil travaille sur lanalyse de tendances, de ruptures, va devoir sappuyer sur des volumes dinformations les plus élevés possibles sous peine de produire des biais et des analyses erronées compte tenu de linformation non traitée: mes clients apparaissent en majorité mécontents sur les 200 conversations traitées. La tendance sinverse avec plus de 1000 conversations analysées…Des outils danalyses de plus en plus visuels et interactifsLe volume dinformation à analyser saccroit donc. Mais pas forcément les ressources temps et humaines. Aussi,certains outils proposent des tableaux de bord danalyses permettant de traduire les flux dinformations envisualisation interactives: une courbe pour visualiser les tendances dun buzz, une matrice des concepts majoritairesextraits de milliers de documents. Le gain de temps est conséquent : il nest plus forcément nécessaire de lire untexte pour évaluer sa résonnance, son poids. Mais ces visualisations napportent un réel gain que si elles permettentde passer facilement dun point de la courbe ou dun secteur du camembert aux informations correspondantes.Un besoin renforcé de qualification des informationsLe processus de qualification et de validation des sources comme des informations na jamais été aussi importantdans le bouillon des conversations et le volume dinformation produite vi a les réseaux sociaux :Par exemple, pour la veille dopinion et limpact sur le Social CRM, il convi ent de savoir et pouvoir identifier etconstruire précisément "le profil" de chaque contributeur : sagit-il dun novice, client, prospect, rationnel, agitateur?En outre, si une organisation veut exploiter linformation transmise via Twitter ou Facebook, elle devra analyserlauteur, croiser les sources, et si possible détecter la provenance. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Un multilinguisme non latinLa tendance nest pas nouvelle mais elle saccroit : la veille implique de gérer de plus en plus de langues. Si langlaisest toujours la langue majoritaire sur internet, il est talonné par le chinois. Les plus fortes croissances ces dernièresannées concernent les langues non latines : chinois, arabe, russe. Résultat : les veilleurs comme les outils doiventpeu à peu intégrer et maitriser ces langues sous peine de manquer des informations stratégiques.Multiformats, multi supports et cartographiePlus que jamais, la veille doit sinscrire :  dans une approche 360°, les formats son nombreux (html, word, pdf, powerpoint, video..), les supports sont pléthoriques : un internaute peut poster une présentation pertinente sur SlideShare, évoquer une actualité sur Twitter, écrire un avis produit sur Ciao, faire part de recrutement sur Viadeo .  …via un environnement cartographié Il sagit non seulement de pouvoir surveiller cette multiplicité de formats mais de pouvoir les mettre en perspective : une offre de poste publiée sur un site demploi mise en relation avec lévolution dun profil sur LinkedIN peut mettre en lumière un choix stratégique de la part dune entreprise à lexport… Aussi, le préalable à toute démarche de veille est plus que jamais la cartographie : des acteurs, des sources, afin de comparer, mettre en balance plus facilement les informations autour dune même actualité. La cartographie sentend au sens de la démarche comme des outils : elle peut seffectuer sans logiciel dédié comme avec des solutions perfectionnées.Biographie de Christophe Asselin – Spécialiste veille internet et e-réputation Issu d’un cabinet d’études de marché B2B et spécialisé depuis 1997 dans la mise en place de systèmes de veille (e-France.org, Ecole Militaire), Christophe Asselin allie une connaissance approfondie des secteurs économiques et une maîtrise des outils de recherche sur internet et des solutions avancées de veille. Expert reconnu, il a lancé le site http://www.intelligence-center.com dès 2001. En 2007, il a popularisé avec Philippe Duhot le concept de-réputation. Spécialiste de la veille internet et de le-réputation chez Digimind, éditeur de logiciel de veille, il conseille les clients dans la mise en place de leur dispositif de veille et est responsable du contenu à valeur ajoutée http://www.digimind.fr/actus/publications . Ilest lauteur de Livre Blancs comme : le Web 2.0 pour la veille, le-réputation, écoutez et analyser le buzz digital,Réputation Management et e-réputation, les Forums Web pour la veille, le Web Invisible pour la veille stratégique…Contact : www.digimind.fr/services/conseil/christophe-asselin-expert-veille-internet @asselin contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • DIGITAL REPUTATION BLOG - Amal Belkamel & Amine BenhamzaNotre humble contribution à ce livre collaboratif, concernera la veille sur les médias sociaux à vocation desentreprises ou institutions désireuses de gérer leur notoriété en ligne et protéger leur image dans le web.Etat actuel de la veille des médias sociauxAvant d’évoquer les tendances, parlons dans un premier temps de l’état actuel de la veille des médias sociaux :  La maturité des techniques de collecte des documents et conversations. En effet, plusieurs projets Open Source permettent d’accéder facilement aux API des sites sociaux ou de crawler de larges domaines du web. (Cf. « La recherche d’information à l’ère du web social»)  Le nombre important d’applications gratuites dédiées à la veille sur le web social. Ces applications sont soit dédiées à un service social donné comme Twitter ou bien agrègent des données en provenance d’une multitude de plateformes sociales comme Facebook et LinkedIn.  Le grand coup de promotion aux médias sociaux suscité par les soulève ments populaires dans les pays arabes. Ces médias sont considérés désormais comme un média de relai et d’expressions (Cf. Le pouvoir politique des médias sociaux). Ils ont plus de crédits auprès des agences de presse, des journalistes et des politiques. Exemple intéressant : tableau de bord Twitter d’Aljazeera  Des retours d’expériences probants sur la veille des médias sociaux, outre atlantique et en France  Débuts d’expérimentations pour intégrer les données issues du web aux données de l’entreprise, notamment les données CRM (CaptainDash)  Les moteurs de recherche classiques intègrent la recherche en temps réel (Google) et les scores issus des médias sociaux (Bing)  Les médias sociaux génèrent un volume important de données, très difficiles à gérer par des processus 100% humains.  Ignorance, dénigrement ou méfiance vis-à-vis des médias sociaux par les décideurs. D’où, le peu de crédit accordé à la veille. Mais dès qu’une crise survient, comme le cas de Nestlé, ils s’empressent de créer des profils sociaux sans réelle stratégie derrière.  L’analyse des données collectées et les corrélations possibles sont très peu exploitées dans les outils de veille. Le passage Données –> Information manque souvent.Tendances détectéesDans ce contexte, voici comment nous pensons que les choses vont évoluer en 2011/2012 :  La prise de conscience progressive des décideurs de l’importance de la veille des médias sociaux grâce à la multiplication des crises qui sont survenues par le passé ou qui surviendront dans le futur. Les contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • professionnels du domaine joueront un rôle important dans la sensibilisation et la formation des décideurs à la culture du web social.  L’utilisation de la veille des médiaux par les politiques en vue des prochaines échéances électives en France et ailleurs dans le monde, prévues en 2012 pour sonder et influencer les opinions.  L’intégration des données de la veille des médias sociaux aux données de l’entreprise pour constituer des tableaux de bords décisionnels globaux. L’environnement numérique deviendra partie intégrante de l’environnement global de l’entreprise.  L’intégration des processus de veille des médias sociaux au sein des processus de l’entreprise. Dorénavant, le décideur prendra en compte les tendances et informations remontées en temps réel pour prendre ses décisions.  La prise de conscience progressive du volume important des données à traiter et du besoin d’automatiser la collecte.  Une meilleure exploitation du web sémantique afin de donner plus de sens aux données collectées.  Intégration des aspects de géo-localisation dans les besoins en veille des médias sociaux, surtout à des fins Marketing et sécuritaires.  Vulgarisation progressive de l’expression : social media monitoring au sein des sociétés et dans le milieu universitaire  La veille des médias sociaux suscitera de plus en plus de challenges (entre autres analyse du son et de l’image) et par conséquent de plus en plus de projets Open Source.  Utilisation de la veille des médias sociaux pour prédire le comportement des individus et des institutions. (Cf. Recorded Futures).Article sous Licence Creative Commons 3.0 CC BY-NCNDBiographie d’Amal Belkamel & d’Amine Benhamza – Co-fondateurs du blog Digitalreputationblog Amal Belkamel, consultante en e-réputation, veille image & stratégie web social, co- fondatrice du blog digitalreputationblog.com. Diplômée en Intelligence Économique (ESIEE 2008), Amal travaille depuis 2007 dans le domaine de la veille et du conseil en image sur le web social. Pour en savoir plus: www.amalbelkamel.com Amine Benhamza, ingénieur en Informatique (développement logiciel & gestion de projet), co-fondateur du digitalreputationblog.comContact : www.digitalreputationblog.com contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • BLUEBOAT – Christophe ThilLes tendances 2011 ? On continue mais en mieux !Après avoir passé 10 ans dans ce domaine de la veille je ne voudrais pas sembler être blasé par ce questionnementmais plutôt déçu par les réponses apportées jusque-là. Dire que le secteur de la veille n’a pas évolué serait unegrossière erreur, tant techniquement qu’au niveau de la méthodologie mais c’est plutôt l’état d’esprit des clients ouprospects qui reste à améliorer.Les clients / prospects vont devoir prendre en compte plusieurs aspects en 2011 mais également après. Dans unpremier temps établissons quelques vérités (qui ne sont que les miennes) :  un logiciel qui fait des beaux graphiques n’est pas forcément efficace  la veille a un coût, certes on peut trouver des logiciels gratuits mais le temps homme n’est pas compressible  l’e-réputation (une des évolutions de la veille) c’est le far-west actuellement, faites attention à choisir le bon interlocuteur  une méthode de veille à ne pas négliger : s’appuyer sur la communauté pour recevoir des informations. Twitter en est un bon exemple.  Les notions de mesure automatiques de la tonalité (positif, négatif, neutre, questionnement) ne sont pas efficaces à ce jourA partir de cette mise à niveau on va pouvoir rentrer dans le vif du sujet, 2011 et la veille ?L’e-réputation encore et toujoursUne des certitudes de cette année 2011 est la place de plus en plus importante de l’e -réputation dans les stratégiesde développement des sociétés. Toutes les entreprises seront touchées par ce phénomène de près ou de loin. Aumême titre que posséder un site internet, avoir une démarche d’e-réputation sera nécessaire, elle sera à différentsniveaux, pour certain ça passera par une simple page sur Facebook animée régulièrement, pour les autresl’intervention dans les forums et/ou sur Twitter sera nécessaire.Mais la veille sur l’image de la marque restera une des composantes importante de cette démarche. En effet lessociétés ne peuvent plus se permettre de découvrir tardivement des informations les concernant. Il est nécessairede rappeler qu’entre 70 et 90 % des consommateurs se renseignent en ligne sur les avis de consommateurs (enFrance cela se résume à Google). Ce chiffre augmente selon le caractère impactant de l’achat. On imagine bien lesdangers liés à une mauvaise e-réputation, d’autant plus si elle est ignorée par l’intéressé.Donc pour 2011 une tendance qui a commencé en 2010 et qui va s’accélérer, est le développement et la mise àdisposition de solutions de veille image, basiques et accessibles au plus grand nombre. Ce qui permettra auxdéveloppeurs de logiciels ou de solutions de fédérer une communauté autour d’un outil et ensuite de proposer desversions payantes, plus complètes et plus efficaces. On peut citer actuellement des outils simple d’utilisation etgratuits tels que (pas tous nouveaux mais utiles) :Google alertes : Vous serez averti par e-mail lorsque de nouveaux articles correspondant aux termes que vousrecherchez seront publiés (Web, actualités, etc.) contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Hyperalerts : Il vous permet de recevoir dans votre boîte mail la liste exhaustive des commentaires, posts ou autrescontenus laissés sur vos Pages Facebook, ou sur celles des autres. Vous pouvez choisir la fréquence de réception deces mails : chaque heure, chaque jour, chaque semaine ou chaque mois.Alerti : Exemple d’un éditeur qui vous permet de tester dans des conditions réelles l’outil mais qui nous proposeratrès prochainement une version payante. Il vous permet de faire des alertes un peu plus poussées que les 2précédents, attention néanmoins à l’analyse de la tonalité et à sa fiabilité.Tweetdeck ou Hootsuite : 2 outils très intéressants car ils vous permettent de mettre en place une veille à partir dela ressource Twitter. Dans ce cas on détourne l’utilisation première de ces clients Twitter pour en faire des outils deveille du quotidien. Seule contrainte, être devant votre PC ou application lorsque l’information paraît.La veille sur les personnes : personal brandingL’année 2011 va également renforcer cette activité liée à la veille sur le personal branding. 2 éléments vont accélérerce mouvement cette année.Le premier, le sujet de l’image des personnes sur les médias sociaux est de plus en plus abordé par les médiastraditionnels ce qui va accélérer la volonté des particuliers de surveiller leur image, même s’il serait préférabled’éduquer les utilisateurs plutôt que de leur faire peur avec les conséquences d’une e -réputation mal gérée. Cettetendance pour 2011 va renforcer ou développer la présence des solutions sur ce marché. On peut juste espérer queles offres proposées seront sérieuses et répondront à la demande des particuliers, ce qui aujourd’hui n’est pastoujours le cas.Le second, nous sommes une année avant une élection présidentielle, qui sera la première impactée fortement parle web et encore plus les médias sociaux. Les candidats devront « soigner » leur image numérique et donc veiller enamont à leur image. On peut s’attendre à des offres commerciales reprenant ces arguments et en conséquence celapermettra de sensibiliser chacun à l’impact de son image sur les médias sociaux.La veille sera sémantique ou… sera sémantique !Ce sujet de la veille basée sur des moteurs sémantiques est un des marronniers de notre profession, il revientrégulièrement.Mais la tendance insufflée par les activités liées à l’e-réputation va contraindre les logiciels de veille à développercette partie sémantique. En effet un des enjeux actuel est la capacité pour ces logiciels à identifier la tonalité d’undocument. La seule parade est de passer par la sémantique (ou par des humains qui vous qualifieront l’information,plus contraignant !), afin d’identifier le sens des phrases et donc au final le sens de l’intervention.Cette tendance est initiée depuis quelques temps par les moteurs de recherches, comme Exalead ou encore Googleavec sa « roue magique », qui nous permettent de rechercher des informations, tout en précisant la recherche via unthésaurus. Pour le moment cela reste loin des moteurs de recherche sémantiques intégrés dans certains logicielsmais ces tentatives d’approches nous laissent entrevoir de belles performances… et gratuites. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Tendances en conclusionLa veille a enfin trouvé une finalité comprise par le plus grand nombre, l’e -réputation. Il suffit de constater le nombrede veilleurs qui s’orientent vers ce marché et le nombre de logiciels de veille qui ont lancé leur module e -réputation(souvent un simple repackaging de l’offre). 2011 n’échappera pas à cette tendance. On peut imaginer que lesbesoins grandissants des entreprises en termes d’e-réputation vont modifier les demandes en termes de veille etdonc les logiciels et les méthodologies associés.Biographie de Christophe Thil – Spécialiste en e-réputation, dirigeant de BlueBoat Christophe est gérant de l’agence Blueboat qu’il a créée en 2003. 10 ans d’expérience dans le web et l’intelligence économique :  Responsable du e-marketing et du développement stratégique de Blueboat  Chargé de la gestion des projets pour les clients Les prestations Blueboat vont de lanalyse de la e-réputation, au community management, la veille sur limage de marque, la rédaction et lanimation de blog dentreprise et enfin la réalisation de vidéos virales et leur diffusion. Collaborations significatives qui constituent cette expertise : MAIF, April group, Crédit Mutuel, Waterair, Hager Group, EPS télésurveillance, DeDietrich thermique, EDF,Viadom, Eléctricité de Strasbourg, Swatch, Tryba, Gaggenau, Beiser Environnement.Contact : @christophe_thil ou @Blueboat www.blueboat.fr contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • INTER-LIGERE – Jérôme BonduQuelles seront les pratiques de veille dans l’avenir ? Cette question est plus difficile qu’il n’y parait. On pourrait biensûr regarder les tendances des années précédentes et prolonger les lignes. Mais à l’instar des sondages dont on saitqu’ils « se trompent toujours » cette méthode nous présenterait certainement une image fallacieuse de ce qui nousattend. Qui aurait pu imaginer par exemple la place que Twitter allait occuper dans l’univers numérique ? Et quitte àse livrer à cet exercice de perspective, je me suis amusé à lâcher la bride à l’imagination et à envisager l’avenir sansentrave !Commençons, et suivons le fil des pensées…Les outils gratuits de veille vont très certainement se populariser et se déployer. Premièrement, parce qu’ils sontfaciles à utiliser, parce que les consultants (comme moi) communiquent beaucoup pour leur utilisation, et bien sûrparce qu’ils peuvent rendre de réels services. Ainsi les Alertes Google et les flux RSS vont devenir des outilsstandards comme le sont aujourd’hui les gestionnaires de mails, les tableurs ou autres traitements de texte.Ces outils se déployant dans les entreprises, ces dernières vont prêter une oreille plus attentive à la veille, et à toutce qui y a trait : la capacité de recherche d’informations sur leur environnement, leurs concurrents, leursfournisseurs, leurs partenaires, leurs clients,… Ils vont mettre en place des systèmes, d’abord gratuits, puiscertainement payants.Puis ces entreprises vont réaliser que ce qu’elles font sur les autres, les autres le font sur elle ! Viendra alors le tempsde la protection des informations, de la maîtrise des informations, d’une surveillance des canaux de productiond’informations.Parallèlement, internet nous poussant toujours plus dans une logique de flux plutôt que dans une logique de stock,les entreprises et organisations vont être incitées à produire des informations pour être visibles. Produire, toujoursproduire. Ceux qui ne produisent pas n’existent pas. Déjà à l’heure actuelle on voit fleurir les conseils sur une bonneutilisation de Twitter : il faut poster deux ou trois messages par jour, à des heures de grande « écoute », ne pashésiter à diffuser plusieurs fois la même information, ne pas casser le rythme (même en période de vacances), cré erune communauté de « suiveurs », les inciter à relayer les messages… Nous allons vers un monde de redondanceinformationnelle.Sauf que les deux impératifs présentés dans les deux derniers paragraphes sont antinomiques. Et l’obligation deproduction d’informations pour être visible dans l’univers numérique, se heurte frontalement à la nécessairediscrétion que doivent avoir les entreprises si elles ne veulent pas être véritablement scannées par leursconcurrents. Cette situation pour le moins schizophrénique sera à mon avis résolue par deux positions opposées.Une partie des entreprises optera pour la communication à outrance prenant le parie que le gain en visibilitésurpasse l’inconvénient de la transparence. Une autre partie des entreprises choisira l a discrétion. Tout dépendra dusecteur, du type de produit, de la culture de l’entreprise, … et de l’âge du capitaine. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Et le veilleur dans tout cela ?  Face à l’organisation qui ne communique pas, ou très peu, il aura forcément du mal à aller à la pêche aux informations. Les sources humaines seront alors privilégiées aux sources informatiques. Les cabinets spécialisés dans l’animation de vastes réseaux de correspondants, dans les divers couches sociales de la population d’un pays cible ou à travers le monde tireront leur épingle du jeu.  Face à l’organisation qui sur-communique, la tâche n’en sera pas moins difficile. On peut même parier qu’elle sera plus ardue. Car ce type d’organisation fleurettera avec la surinformation, voire la désinformation. Pour venir à bout des flots d’informations, le veilleur pourra utiliser des outils sophistiqués, dont l’avenir résidera certainement dans les capacités de filtrage. Filtrage qui pour être pleinement efficace sera en parti sémantique. La capacité à détecter les rumeurs fera partie des fonctionnalités importantes.Ces outils d’investigation permettront de reconstituer l’écosystème informationnel d’une entreprise, d’unepersonne, ou d’une information. Imaginons ce que cela peut donner : Le veilleur fait une recherche. Il pourraretrouver les personnes, les supports de presses, les blogs ou forums qui ont diffusé toutes informations utiles par lepassé. L’outil produira un graphe sous forme d’un arbre, avec des racines (ceux qui l’ont dit en premier), un tronc(ceux qui l’ont relayé) et des branches (ceux qui l’ont exploité).Selon la qualité de l’écosystème, et la fiabilité de ces éléments, le veilleur pourra apporter du crédit à cetteinformation. Car l’enjeu ne sera plus de trouver des informations : tout le monde dira n’importe quoi sur n’importequi dans la sphère numérique mondiale. L’enjeu sera de trouver entre des versions contradictoires, qui dit la« vérité », qui est le mieux informé.Cette vision n’est pas forcément agréable. Les guerres passées ont produit des morts, les guerres économiquesactuelles produisent des chômeurs, les guerres de l’information futures produiront des personnes sans capacités derecul ni d’analyse vis-à-vis de rumeurs ou de toutes autre manipulations des informations. Une sorte d’info -déficiant,qui serait sous perfusion de données informationnelles.Il est évident que dans cette vision « informatico-centriste » le veilleur aura une place importante. Mais au-delà dumétier actuel qui vise surtout à paramétrer des outils (gratuits ou payants) et analyser (manuellement ouautomatiquement) les informations collectées, il sera dans le futur celui qui saura interpréter les informations .L’interprétation sera au cœur de la maitrise des organisations. Tous les points de vue étant de toutes manièresdisponibles sur la toile,… celui qui saura écarter le bon grain de l’ivraie informationnelle aura le pouvoir.En tout cas un pouvoir potentiel, car la réalité n’aura que peu de poids face à l’interprétation des massesd’internautes. La capacité d’interprétation devra se doubler d’une capacité d’influence.Enfin, on peut imaginer aussi dans l’avenir un renforcement des liens physiques, des ré seaux humains, dans unmonde devenu trop virtuel. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Biographie de Jérôme Bondu – Fondateur de la société Inter-Ligere Jérôme Bondu exerce depuis près de 10 ans dans le domaine de l’intelligence économique. Titulaire de plusieurs postes à responsabilité, il a créé début 2008 le cabinet de conseil : Inter-Ligere. Il est ancien auditeur du MISTE, de la session IE de lIHEDN, et préside le Club IES (AAE IAE). Titulaire dune triple formation (sciences humaines, gestion, et intelligence économique). Il a réalisé le premier benchmarking des pratiques dintelligence économique en 2000. Il a dirigé lInstitut Français dIntelligence Economique et, mené des actions de sensibilisation et de consulting. Il a été responsable marketing-communication chez un éditeur de solution de veille, avant de fonder début 2008 son propre cabinet de conseil : Inter-Ligere.Dans ce cadre, il a réalisé récemment un benchmarking des plateformes d’intelligence économique, et finalisel’écriture d’un livre sur les « réseaux relationnels » (parution fin avril 2011 chez Lavauzelles).Jérôme Bondu est ancien auditeur du Mastère en IE de l’ESIEE, de la session IE de lIHEDN (Institut des Hautes Etudesde Défense Nationale), président du Club IES, membre permanent de l’Académie de l’Intelligence Economique, etanime de nombreux groupes de travail sur les pratiques dIE en entreprise.Inter-Ligere est une société spécialisée dans la veille et lintelligence économique.Contact : @jeromebondu www.inter-ligere.net contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • OPINION WATCH – Laurent MagloireCuration digitale (« digital curation ») On est passé d’une logique de ‘search’ prédominante vers un filtrage de l‘information en temps réel par le prisme deson propre réseau social numérique. L’ « infobésité » nous a en quelque sorte conduit vers un réflexe de repli sur soncercle primaire d’amis et relations pour sélectionner les contenus. Google a annoncé il y a peu la possibilité pour sesutilisateurs de bloquer les contenus spams dans les résultats du moteur et cela sonne en effet comme un aveu defaiblesse du filtrage algorithmique. Pour les marques et les veilleurs, il s’agit donc de plus en plus d’identifier ces« curateurs » pour pouvoir surveiller son environnement stratégique online. Souvent passionnés et experts dans leurdomaine, ils diffusent les informations qu’ils jugent intéressantes au sein de leur communauté. Ils deviennent unmaillon essentiel dans la mécanique virale et donc très impactant pour l a réputation des entreprises.De nombreux services comme scoop.it et Pearltrees ont participé à la diffusion de cette tendance ; les pluspopulaires étant sans doute Paper.li et Flipboard sur l’IPad. LinkedIn lance cette semaine LinkedIn Todayprécisément sur ce modèle curatif. Quora surfe également sur cette vague en couplant réseaux sociaux et micro -blogging dans l’optique de créer du contenu et des conversations de qualité pour ses membres. Enfin, on voitapparaitre des outils intéressants comme Storify pour permettre aux entreprises d’agréger et de capitaliser sur lescontenus dispersés sur les réseaux sociaux. A titre d’exemple, l’association humanitaire Save The Children a utiliséStorify pour médiatiser les dons récoltés via les média sociaux suite à la catastrophe du Japon. Copie d’ecran: Storify utilise par l’association Save The Children. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Identifier les influenceurs.Ce contexte replace l’individu et sa subjectivité au cœur de l’information et donc de la veille. Ces deux dernièresannées, on a progressivement basculé du PageRank vers une notion plus egocentrique de PeopleRank. L’analyse desinfluenceurs – aussi appelée Influence Mining par Jay Baer - prend une place de plus en plus importante dans leniveau d’attention et de crédibilité à accorder a une source sur un thème particulier (Automobile, Finance,Cosmétique etc – ex: PeerIndex, liste des top 5 influenceurs en écologie,). C’est devenu une niche attractive commeen témoigne la levée de fond de Traackr en février ainsi que l’intérêt médiatique porté aux services de social scoringtels que Klout, PeerIndex et Post Rank Connect. Twitter va prochainement doter son tableau de bord analytique d’unscore d’influence, ce qui va encore d’avantage démocratiser le phénomène. In fine, pour les entreprises, l’objectifest de créer du lien social avec de vrais ambassadeurs de marque pour augmenter leur visibilité au sein decommunautés thématiques. Aux Etats-Unis, l’hôtel Las Vegas Palms propose désormais des avantages basés surl’indice Klout de ses clients. La compagnie aérienne britannique Virgin a également utilisé l’influence sur Twitter pouroffrir des vols gratuits. Copie d’écran: Traackr, solution pour mesurer les influenceurs online.L’e-réputationElle reste au cœur des problématiques de marque sur internet. La multiplication des contenus et le caractèreinstantané des conversations continu de représenter un défi majeur pour les entreprises. Le dernier exemple en dateconcerne la compagnie Air France sur Twitter et son manque de réactivité perçue par les internautes face auxtremblements de terre survenu au Japon. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Source : Frenchweb, « La community Manager dAir France décrypte le bad buzz du week-end dernier »L’intégration de la veille en entreprise et la diffusion des pratiques va sans doute contrebalancer la situation avec letemps ; Jeremiah Owyang parlait en Décembre 2010 de « Year of Integration » pour définir l’année 2011. Latendance va vers un retour en force des sites de marque intégrant une couche sociale et conversationnelle - sorte de« branded curation » - reposant sur de nouveaux services comme DialogueFeed.Certains groupes comme Pfizer échafaudent des procédures pour réagir rapidement en cas de crise. D’ordre général,la marge de progression est énorme : Seulement 14% des entreprises ont effectivement mis en place une procédurepour répondre aux commentaires négatifs sur Facebook (Emarketer, Janvier 2011) et seuls 23% des social mediamanagers avouent avoir des objectifs clairs à long terme. Il faut souligner aussi que la plupart des projetsd’entreprise sur les media sociaux n’ont pas plus de deux ans d’existence. Ceci étant, des initiatives novatrices voientle jour : Gatorade appartenant au groupe Pepsico et Dell ont mis en place de véritables « social media customercenters » conçus en partenariat avec Radian6 pour opérer une veille élargie et pouvoir ensuite redistribuée lesinformations vers tous les départements internes de manière transversale et en temps réel. L’opérateur Orangeinnove également dans son approche des communautés d’internautes en formant des web -conseillers à répondredirectement dans les fils de discussions de certains forums thématiques. Source: ZDNet, The Social Media Listening Command Center from Dell contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Beaucoup d’outils de social media monitoring !Pour répondre à cette demande nouvelle, les outils se sont multipliés et le wiki de Ken Burbary compte aujourd’hui150 entreprises listées sans être proche du compte. Les éditeurs lowcost fleurissent : Viralheat, Beevolve et eCairnproposant leurs services à moins de $100 par mois. Dans cette jungle, certains acteurs historiques cherchent desleviers de croissance externe comme Radian6 en rachetant l’anglais 6Consulting et viser le marché Européen.D’autres se lancent tardivement dans l’aventure comme Adobe avec le lancement de Adobe SocialAnalytics basé surla technologie Omniture. L’institut Forrester table sur une structuration de l’offre en trois pôles : 1. les tableaux de bord sociaux (ASP – ex : Brandwatch, Trackur) 2. les outils analytiques multicanaux (Web + données internes – ex :Attensity, Autonomy) 3. les partenaires de veille (Conseil - ex : Converseon, Visible Technologies).Peut-être allons-nous assister en parallèle à une verticalisation du marché, avec les exemples de ListenLogic etNewistic qui proposent une offre entièrement dédiée à l’industrie pharmaceutique.En tout cas, on parle aujourd’hui moins d’analyse automatique des sentiments ( sentiment analysis). Le débat restevif entre professionnels de la veille et du marketing – notamment dans certains groupes LinkedIn - même si laplupart s’accordent sur le manque de fiabilité des résultats. On est souvent loin des 80% affichés par les éditeurs etles tests comparatifs « traitement humain vs logiciel » invitent à la prudence (Cf Ignite et Radian6). Il semble que lesévolutions dans ce domaine soient limitées par la technologie sémantique actuelle et la catégorisation en avispositif/neutre/négatif.Les conversations deviennent globalesComme l’a observé Bonin Bough, Directeur Digital & Social Media du groupe PepsiCo lors de la Social Media WeekNY en février dernier, les conversations deviennent globales. Par conséquent, le besoin des entreprises en matièrede veille internationale et multilingue se fait ressentir. On voit désormais émerger des prestataires par région,notamment en Asie avec Media Monitors, JamiQ et CIC. L’Amérique latine fait également partie des continents àsuivre de près : le Brésil compte aujourd’hui la 2eme plus large communauté sur Twitter, le taux d’adoption deFacebook le plus rapide au monde et près de 20% de la population qui anime un blog (Source : Global Web Index,2011). Si on prend l’exemple de McDonald, l’enjeu est de pouvoir suivre et traiter toutes ces conversations et d’yrépondre en un temps réduit. Rick Wion, directeur des media sociaux du groupe, confiait il y a peu lors d’uneinterview avec Mark Schaefer que l’automatisation d’une partie des échanges sur Twitter n’était pas à exclure.En conclusionLe veilleur doit faire face à un afflux grandissant de données – checking mobiles, tweets, Facebook updates etc – et àun rythme de diffusion de l’information effréné. En terme de compétences, on verra peut-être le métier de socialmedia manager se scinder en deux : un insight manager en charge de la collecte et de l’analyse des données issuesdes différentes plateformes de conversations (Blogs, Forums, Facebook, Twitter…) et un community managerresponsable des échanges avec les internautes. Pour Altimeter, a l’heure actuelle, il existe deux options de carrièrepour le social media manager : être sollicité uniquement pour du customer service dans une démarche réactive etdevenir ainsi une sorte de “Social Media Help Desk” ou développer une démarche proactive dans l’organisation etopérer ainsi a un niveau plus stratégique. contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Source: Web-strategist.com, The Two Career Paths of the Corporate Social StrategistEnfin selon l’excellent Nathan Gilliat, le secteur risque de se spécialiser en trois pôles de compétences distincts: 1. le social media monitoring/SCRM pour répondre aux demandes de consommateurs 2. le social media analytics pour surveiller les indicateurs de performance : Facebook likes, commentaires, nombre de fans/followers, part de voix etc 3. la social media intelligence qui concerne l’analyse des conversations en profondeur (thèmes de discussion, opinions, tendances, ressorts émotionnels etc)Il y a sans doute du vrai dans ces trois visions et il est certain que la profession se fragmente pour mieux sespécialiser. Une chose est sure, les métiers liés à la veille ont de beaux jour devant eux !Biographie de Laurent Magloire – Auteur du blog Opinion Watch Laurent Magloire réside à New York et accompagne en freelance des marques locales sur des projets d’e-reputation, community management, SEO et content marketing. Auparavant, il a travaillé chez Boléro au sein du pôle « Web intelligence » sur des missions de veille dopinion et de communication d’influence pour des grands comptes (Gaz de France, Groupama, Lafarge etc.). Sorti major de promotion en 2007, Il est diplômé dun Master en Intelligence Economique de l’EEIE. Parallèlement, Il anime le blog Opinion Watch et le réseau d’experts ‘Influence On’ qui compte aujourd’hui plus de 350 membres.Contact : @opinionwatch www.opinion-watch.com contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • CONCLUSION : SINDUP – Mickaël RéaultIl apparaît clairement que les tendances de la veille sont des conséquences de la vague sociale qui emporte le web :les sources d’information se multiplient, les formats et types de sources se diversifient, les volumes ne cessent decroitre, la vitesse de diffusion et de propagation s’accélère, les enjeux pour les entreprises sont toujours plusimportants…La tendance est à l’organisation transversale de la veille dans l’entreprise avec une approche plus architecturale desflux d’information. Chaque collaborateur a un rôle à jouer, son profil utilisateur dépend de ses fonctions : veilleurs,curateurs, destinataires, community managers, agents d’engagement… le processus de veille s’industrialise enamont comme en aval.Si la veille s’organise entre les collaborateurs et les différents services de l’entreprise, elle se structure égalementchez les prestataires : éditeurs de solutions de veille, agences de communication, centres d’appels et professionnelsde la relation client, juristes, avocats, plateformes de traitement offshore, etc. Le s différents acteurs s’organisentpour apporter des solutions globales aux entreprises. Dans ce contexte, la notion d’ « engagement », qui consiste àrépondre aux messages des internautes, devient un nouveau service répondant à un besoin croissant des entr eprisesface à l’essor des réseaux sociaux et aux enjeux liés à l’e-réputation.Autre tendance intéressante, le terme de « curation » qui a récemment fait son apparition, rappelle l’importance demettre de l’intelligence humaine dans le processus de veille et jusque dans les algorithmes des outils pour que labonne information soit transmise au bon moment à la bonne personne.L’analyse, l’interprétation et la vérification des informations sont des étapes nécessaires pour éviter l’infobésité.Constatant que la veille évolue systématiquement en réaction aux nouvelles pratiques et standard s du web, ilsemble nécessaire d’entreprendre à la suite de ce livre, une veille des tendances du web… Nous travaillons chezSINDUP à l’élaboration d’une méthodologie qui ira dans ce sens, rendez-vous sur notre blog ou sur Twitter poursuivre les nouveautés (@sindup @tendancesveille).A bientôt ! contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Biographie de Mickaël Réault - Fondateur de la société de vielle SINDUP Fondateur de la plateforme de veille stratégique SINDUP créée en 2005 et issue de 3 ans de R&D, il a également développé en 2006 la plateforme professionnelle de transfert de fichiers NEXTSEND comptant aujourdhui plus de 150.000 utilisateurs. Depuis 2007, il est co-gérant de la SSII HEGYD spécialisée en réalisation de projets web sur mesure (extranets, e-commerce, portails) pour grands comptes, groupements d’entreprises et réseaux de franchises. Mickaël Réault est associé et participe au développement de la société VIADUC, adhérente AFNIC, EURID et ICANN, spécialisée en gestion de noms de domaine (dépôt, rachat, protection et surveillance), adresses emails, hébergement et création de sitesweb, accompagnant plus de 15.000 clients TPE / PME.Il édite par ailleurs différents portails d’informations consultés chaque mois par plus d’1 million de visiteurs uniques.Début 2011, il lance avec plusieurs experts lagence webmarketing 1789.fr réunissant des spécialistes en marketing,communication et intelligence numérique.Contact m.reault@sindup.fr http://www.viadeo.com/fr/profile/mickael.reault @mickaelreault http://www.sindup.fr http://entreprise.sindup.fr http://blog.sindup.fr contact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille
    • Votre avis nous intéresse… Nous vous invitons à nous envoyer vos réactions, commentaires ou témoignages à l’adresse contact@tendances-veille.com Rendez-vous lors de la webconférence du 27 avril 2011 à 14h, le lien de connexion vous sera envoyé quelques jours avant par email. Suivre les tendances de la veille sur http://twitter.com/tendancesveillecontact@tendances-veille.com http://twitter.com/tendancesveille