Le marché français du corporate venture
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le marché français du corporate venture

on

  • 7,718 views

 

Statistics

Views

Total Views
7,718
Views on SlideShare
4,523
Embed Views
3,195

Actions

Likes
2
Downloads
209
Comments
0

8 Embeds 3,195

http://www.pmefinance.org 2457
http://minhtran.typepad.com 709
http://www.texetera.net 14
http://translate.googleusercontent.com 6
http://pmefinance.org 4
http://www2.pmefinance.org 3
https://www.google.fr 1
http://www.google.fr 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Le capital-investissement est un métier à part entière. Vous le savez… et les industriels aussi! A l’affut d’innovation, les grands groupes sont prêts à investir dans des sociétés innovantes de leur écosystème. Alors que les fonds de capital-risque peinent à lever de nouveaux véhicules, les structures d’animation et d’investissements menées par des industriels se sont multipliées. Avec cette étude sur « le marché français du corporate venture », je suis fière de pouvoir apporter ici une nouvelle pierre à l’observatoire des entrepreneurs de PME Finance. La première pierre avait été posée par Jean Rognetta avec la publication en 2010 d’une étude sur le « marché des FIP/FCPI » publié elle aussi chez Eurostaf Groupe Les Echos.
  • Ce rapport se divise en deux grandes parties: une qui permet de comprendre le marché actuel et l’autre utilisable comme un annuaire. Concernant le marché , il est intéressant de comprendre que c’est une histoire de cycles… nous en serions d’ailleurs au 5 ème cycle… Les premières initiatives de corporate venture sont nées aux Etats-Unis au début des années 70’s, après le succès des 1ers fonds d’investissement et le début de l’innovation ouverte. S’intéressant déjà à la façon de faire grandir les technologies et les sociétés de leur écosystème, Les industriels s’impliquent dans le monde du capital investissement, comme bailleur de fonds, et comme co-investisseurs. L’annuaire est constitué de 23 monographies, autant de structures d’investissements, plus ou moins intégrées au groupe industriel dont elles sont issues. Sur les 35 groupes rencontrés entre Juillet et décembre 2011, notre choix s’est porté sur les 23 structures toutes actives depuis au moins 2009.
  • Sur l’analyse de marché, Je tiens à remercier Thomson Reuters, l’EVCA et l’AFIC pour la mise à disposition de leurs bases de données, sur les trois zones géographiques qui nous intéressaient particulièrement La France, l’Europe et Les Etats-Unis. Quel montant des fonds levés en 2010 en EUROPE/ France? A titre d’exemple, voici quelques unes des informations recueillies sur le marché européen: L’Origine des bailleurs de fonds du capital-investissement : les industriels européens contribuent globalement à 3,2% des levées de fonds. l’Allemagne et la France tiennent le haut du pavé, respectivement avec 13, 3% et 7,2% du total des souscriptions provenant des industriels. Une revue par secteur d’activité , et une comparaison des investissements réalisés en 2000 et 2010. Les investissements de corporate venture aux Etats-Unis intègrent les opérations de buyout… beaucoup moins fréquent en Europe et en France. Le choix a été de réaliser l’étude hors buyout. Depuis 2001 le marché américain du corporate venture se stabilise autour de 8% des investissements réalisés dans le venture. En Europe, il se oscille entre 4 et 6% du total des montants investis. En France, on est plutôt autour de 2%... Et pourtant avant la bulle internet les industriels français contribuaient proportionnellement largement autant que les industriels américains à 19% En Europe, les investissements corporate ont été dominés à part égale par les projets IT et sciences de la vie avec respectivement 38% et 36% des montants investis. Industrie et Energie sont en 3 ème position avec 23% des investissements réalisés. Quant aux USA, 60% IT, et 28% sciences de la vie… seulement 10% pour l’energie! Classement des fonds les plus actifs (parmi les groupes interrogées pour l’étude on retrouve 1 er Novartis/ 3 ème Deutsche Telekom/ 5 ème Bertelsmann (BDMI) – les groupes allemands n’ont pas d’incitation mais naturellement tendent à soutenir les sociétés de leur écosystèmes…
  • Analyse sur les bailleurs de fonds : En France, les fonds privés sont largement soutenus par l’état via le FSI (18,2%), et CDC entreprise (10,9%). Les personnes physiques (incluant Family office et business angels) constituent la 2 ème source de financement pour les fonds français à 12,6%, les industriels ne sont qu’en 6 ème place à 7,2% du total. Quel montant des fonds levés en 2010 en EUROPE/ France? Analyse sectorielle avec un parallèle avec les investissements réalisés en 2000 et 2010 . les industriels privilégient le capital-risque, moins capital-intensive et plus facile à accompagner! Classement des fonds les plus actifs Seront présents dans la salle… Jean-Marc Bally (Aster), François Valencony (Mérieux), Régis Saleur (CEA), FX Meyer… (Seb Alliance) et Stéphanie Hajjar (SFR), Cyril Bertrand (Xange), Adrien Henry (Suez Env.) Seuls innovacom, et Aster (SE) existaient il y a dix ans en France TRI négatif 2,7% capital-risque fin 2010
  • Les 8 principaux secteurs d’activité intéressés par le corporate venture. Relancé en 2008-2009 par les acteurs du cleantech, tous les secteurs s’y intéressent à nouveau. Avec une tendance à la spécialisation sectorielle. Loin de l’euphorie internet, qui dans les années 2000, à pousser même les sociétés du luxe à investir dans les technologies. Depuis « Chacun son métier…Et les innovations seront bien gardées!»
  • Le corporate venture est multiforme – une segmentation est possible en fonction des objectifs stratégiques et financiers de chaque groupe investisseur et du degré d’implication dans l’activité des sociétés en portefeuille. La structure règlementée n’est pas indispensable pour le succès des investissements, et les meilleures performances stratégiques et financières. cf Intel Capital = fonds evergreen Investissements directement réalisés sous la holding ou filiale de tête. La structure mis en place se concentre sur l’animation d’écosystème, orchestré par la direction de l’innovation à l’image de Bizpark chez Microsoft ou Global Entrepeneur chez IBM. Aucun budget n’est prévu pour les prises de participation – seulement mise à disposition de moyen humain et technologique. La création d’une structure dédiée, avec un budget d’investissement souvent pilotée par la direction Innovation/stratégie. Investissement de type R&D… difficile de l’ouvrir à des tiers! Les objectifs de rentabilité seront plus importants si l’activité est pilotée par la direction financière. Celle-ci laisse aussi plus d’indépendance dans la gestion des participations aux équipes en place. Certaines équipes ont souhaité leur indépendance, avec la constitution d’une société de gestion règlementée (exemple de la Poste, FT et Schneider Electric) Enfin certains préfèrent laisser les fonds d’investissement gérer les investissements minoritaires; Activité de fonds de fonds.
  • Veolia : 200 dossiers étudiés – 5 partenariats signés en 12 mois (phases laboratoires, pilote, et accès marché) (un an après le lancement) Nova SG : 4 invt indirects depuis 2001, 7 personnes à l’international, +1600 projets référencés, 400 dossiers par an, 40 partenariats signés Rhodia : 1 invt direct, 2 invts indirects + 2M€ par an à investir – centralisateur avec 11 filiales et direction innovation Dassault : depuis 2002, invt directs, 20 participations, 3500 sociétés dans le radar, 7 opérations par an privilégiant la préemption d’actifs…
  • Alcatel-lucent : Equipe 6 pers. Liée CTO, le retour financier est analysé à la marge… Laurent Le Gourrierec – évaluation technologique des opportunités d’investissement. Internal (2/3) et external (1/3) ventures cf Sequans (dialogue avec G.Karam …relations entrepreneurs/investisseurs plus grosse IPO d’une société fçse au Nasdaq en 2011) Bouygues : Renaud Trnka, structure d’accompagnement et d’invt : 20M€ budget fin 2008, 5M€ x an pour constituer un département de R&D externe : l’incubation sur 12 mois et l’investissement éventuel si la 1 ère phase OK… plus de 400 dossiers examinés : 14 en incubation dont 5 invts. ( « la ville intelligente »… Vincent Maret dans la salle). Réduire les risques avec la période d’incubation. SFR : Stéphanie Hajjar. Créée en 2006, 19 sociétés en portefeuille, environ 20M€ investis. Très français. Tjs en co-invt. SNCF : Fabienne Herlaut, Stratégie multimodale du groupe. 15M€ par la SNCF (investi à 65%), Ecomobilité Partenaire >> Ecomobilité venture (montant levé: 30M€ en nov 2011… 45M€?) invt 500k€ et 3M€… avec Total, Peugeot et Orange. Suez Env. : Blue Orange 50Me sur 10 ans. Total : 4 invt directs + 2 indirects. Capital-développement 3-10M€
  • Groupes étrangers, rompus aux méthodes du PE, des équipes internes dotées d’une indépendance de gestion. BDMI/ BAI (2006) amorçage et risque, 63M€ de dotation. 19 invts directs et 8 indirect (Europe/ US et Asie) – outil de veille technologique (long-terme). Portefeuille de Random House avant… belles sorties – performances financières. T-Venture (1997): plusieurs structures d’investissements par logique d’invt sectoriel (mobile, vie connectée, systèmes,…). 180 invts, 880 sous gestion. Entre 1 et 5M€ investis. Intel (1990): 2,18Mds$ d’actifs sous gestion, structure d’invt assimilé à un fonds, réparti par interets sectoriels et geographiques. Non règlementés ces fonds peuvent évolués selon les besoins. En 2011, 136 prises de participation, 3,5M$ investis en moyenne, 6 IPO et 25 cessions d’actifs. Activités dédiées aux entrepreneurs Technology day, et Global summit. 20 ans d’expérience, équipe dédiée à l’invt. 100pers. +100 pers x administratif. Investissement moyen de 8 ans vs. PE 4-5 ans. Novartis (1996) 70 participations 850M$ sous gestion, recherche le meilleur retour financier. 3 structures d’investissement. fusion Giba-Geigy et Sandoz pour l’essaimage de technologie. Amorçage au cap devt. Plus de 4000 projets référencés, 1000 projets x an, 5-10 investit par an. Qualcomm (2000), 500M$ sous gestion, sur 3 continents avec équipe internationale. Lien très fort avec les technodéveloppés par le groupe… et aussi avec les concurrents. Co-investisseurs aussi dans Sequans!
  • FT > innovacom : invt « venture » depuis 20 ans. Innovation interne et externe. Tout le spectre de l’invt: financier w/ Innovacom, financier et stratégie : w/ Publicis, très stratégique avec SNCF. La création d’un fonds, avec Publicis, doté de 150M€ pour accompagner des start-ups et investir risque/ cap devt et co-invt international. Innovacom : 500Me sous gestion. Groupe techno > investisseurs techno (business development c/o Innovacom). Lancement de 350 sociétés innovantes en Europe et USA, jusqu’à l’IPO. En 10 ans, Deux tiers du portefeuille a signé partenariat avec FT-Orange. La Poste> Xange Capital 2003, Direction de l’innovation (Lab Postal 2010) 17 sociétés accompagnées. Cellule de veille entre Xange et La Poste en 2007… quels résultats? Structure technique (direction de l’innovation). Chaque filiale investit : rentabilité court-terme. Xange Capital : plateforme d’échanges (club). 65M€ investi en 2003 dans les métiers connexes de la Poste. 24 sociétés en portefeuille risque et cap devt SE> Aster (JM Bally) : 2000 invt direct… 50M€ investis avec une équipe interne dédiée à l’investissement. FCPR en 2002. Retour financiers et partenariats. Sur 8 ans… clés du succès : gestion de l’activité et ouverture géographique. outil de veille technologique (long-terme) Aster en 2009, 14% de TRI fin 2010… 85M€ levés : 40M€ SE, 30M€ Alstom, 15M€ Rhodia. Opérationnels groupe intégrés à l’équipe de gestion. Focus sectoriel facilement identifiables pour les fonds et start-ups à la recherche d’invt.
  • ACE Management: société gérant plusieurs fonds sectoriels, maritime, defense, aeronautique, Des professionnels du PE Alstom : choix de l’investissement indirect exclusivement via Aster!
  • Spécialisation sectorielle L’approche Open Innovation permet de réaliser des investissements sur le long-terme et de façon plus cohérente avec la stratégie du groupe investisseur. La maturité des investisseurs et la capacité à agir avec les méthodes d’investisseurs financiers permet de pérenniser l’activité d’investissement au sein du groupe. Etapes de la mise en place d’une structure d’investissement (bonnes pratiques) Déterminer les objectifs Fixer un budget et un ROI optimal Recruter une équipe (en interne et dans le secteur du PE) Identifier les technologies ou les domaines susceptibles d’être accompagnées S’assurer d’un soutien au plus haut niveau dans le groupe Pérenniser le processus en relayant l’information au sein du groupe et faire en sorte que les différents interlocuteurs avec les PME de l’écosystème s’approprient la démarche et soit incentivées ! Bénéficier d’une expertise PE pour s’allier à terme avec les professionnels de l’investissement et crédibiliser la démarche et favoriser le développement indépendant de l’entreprise accompagnée.

Le marché français du corporate venture Le marché français du corporate venture Presentation Transcript

  •  
  • Le Marché Français du Corporate Venture Etude rédigée par Isabelle Veil Publiée par Les Echos Etudes et l’Observatoire des Entrepreneurs de PME Finance Conférence organisée par Morgan Lewis Cercle de l’Union Interalliée, Paris 8 ème
  • Le Corporate Venture, Relais pour le Financement des PME
    • Les monographies, classées par ordre alphabétique
    • 18 groupes français
    • 5 groupes étrangers
    • Les cycles du corporate venture
    • Les industriels dans le monde du venture
    • La structure multiforme du corporate venture
    • Check-list
  • Marché Européen en 2010
    • Au niveau européen, les industriels contribuent pour 3,2% des fonds levés (Allemagne 13,3% et UK 0,3%)
    • 5 % des investissements venture
    • Les secteurs privilégiés :
      • IT (38%), Sciences de la vie (36%) Energie (23%)
    Source EVCA, European Private Equity and Venture Capital Association (fonds levés), classement Thomson Reuters Classement Europe Investissements Novartis Venture Funds 15 Siemens Venture Capital 10 T-Venture 7 Novo AS 6 Bertelsmann 5 DSM Corporate Venturing 4 Robert Bosch VC 4 Vodafone Ventures 4 Swisscom Ventures 4 Tate & Lyle PLC 3
  • Marché Français en 2010
    • Les industriels contribuent pour 7,2% des fonds levés
    • 1,2% des investissements venture, 34,7M€ investis par 7 membres corporate AFIC
    Source EVCA, European Private Equity and Venture Capital Association (fonds levés), classement Capital IQ S&P – Eurostaf - Observatoire PME Finance Classement 2010 Montants investis Innovacom +15M€ Total Energy Ventures 5-10M€ Aster Capital 5-10M€ Mérieux Développement 5-10M€ CEA Investissement 1-5M€ Suez Environnement 1-5M€ XAnge Capital 500k€-1M€ Bouygues Telecom Initiatives 500k€-1M€ SEB Alliance 500k€-1M€ SFR Développement <500k€
  • 23 Monographies
    • Biotechnologies ( Novartis ).
    • Chimie ( Saint Gobain, Rhodia );
    • Composants électroniques ( Alcatel-Lucent, Intel, Qualcomm );
    • Energie ( Alstom, Schneider Electric, Suez Environnement, Total, Veolia );
    • Logiciels ( Dassault Systèmes );
    • Médias ( Bertelsmann, La Poste );
    • Télécommunications ( Bouygues Telecoms, Deutsche Telekom, Orange France Telecom, SFR );
    • Transports ( SNCF );
    • Les sociétés de gestion indépendantes:
    • ACE Management, Aster Capital, Innovacom, et XAnge Capital.
    Chiffres clés du groupe Stratégies d’investissement Processus d’investissement Sociétés en portefeuille Témoignages
  • Corporate Venture Multiforme Structures d’ investissement (innovation + stratégie) Suez Environnement Bouygues Telecom Total SNCF SFR Alcatel-Lucent Investissements directs sous la holding Dassault Systèmes Rhodia/Solvay Saint Gobain Veolia Investissements indirects ACE management (Thalès, Airbus, EADS, Areva…) Alstom Structures d’ investissement (financier) Bertelsmann Deutsche Telekom Intel Novartis Qualcomm Sociétés de gestion règlementées captives Xange Capital (La Poste) Innovacom (FT-Orange) Aster Capital (Schneider Electric)
  • Investissements Directs SANS structure dédiée
    • Objectif stratégique
    • (activité rattachée à la direction générale)
    • Développement de collaborations externes (Rhodia, DS)
    • Typologie variée de partenariats
    • Processus d’ accompagnement structuré , possible mais pas nécessaire
    • Logique d’intégration avec implication du M&A pour l’opération financière
    • Implication des filiales pour l’investissement (sponsor opérationnel)
    • Exposition internationale
      • Equipe (St Gobain, Veolia)
      • fonds partenaires (St Gobain, Rhodia, Veolia)
      • S’approprier les outils du capital-risque, possible mais pas nécessaire
    • Dassault Systèmes (DS)
    • Rhodia
    • Saint-Gobain (Nova)
    • Veolia (VIA)
  • Investissements Directs AVEC structure dédiée
    • Objectif stratégique
    • (structure rattachée à la direction de l’innovation)
    • Développement de collaborations externes sur moyen-long terme (BTI)
    • Typologie variée de partenariats (BO, Suez, Total)
    • Processus d’accompagnement structuré et centralisé
    • Implication du M&A pour l’opération financière
      • Implication des filiales pour l’investissement (Alcatel, SNCF, BTI)
    • Exposition internationale
      • Equipe (Alcatel)
      • Investissement hors de France (Total, BO, Alcatel)
      • Fonds étrangers (Total)
      • S’approprier les outils du venture , co-investissement (Alcatel, SFR, BO)
    • Alcatel-Lucent
    • Bouygues Telecoms (BTI)
    • SFR
    • SNCF
    • Suez Environnement (BO)
    • Total
  • Investissements Directs AVEC structure dédiée
    • Objectif stratégique et financier ++
    • (structure rattachée à la direction financière)
    • Développer collaborations externes « outil de veille technologique »
    • Processus d’accompagnement structuré et centralisé
    • Solidité de l’équipe sur les aspects technologiques et financiers.
    • Exposition internationale : équipe interne déployée sur plusieurs zones, en lien avec les équipes opérationnelles du groupe
    • Implication des filiales pour l’investissement, possible mais pas nécessaire
    • Budget d’investissement direct et indirect centralisés
    • Méthode du venture, et co-investissements
    • Bertelsmann (BDMI)
    • Deutsche Telekom (T-Venture)
    • Intel
    • Novartis
    • Qualcomm
  • 3 groupes français 3 structures règlementées
    • Objectif stratégique > Financier
    • Choix d’une structure règlementée : indépendance de gestion, dealflow propriétaire, outils du private equity, performances financières
    • Investissements minoritaires seulement
      • Relais avec le(s) groupe(s) , via des membres de l’équipe recrutés en interne
      • Expérience approfondie des mécanismes de financement
      • Loin des conflits d’intérêts , et de la stratégie du groupe
    • Exposition internationale, nécessaire au développement du portefeuille
    • Implication des fonds dans le développement
    • FT- Orange> Innovacom
    • La Poste > XAnge
    • Schneider Electric > Aster
  • Investissements Indirects
    • Objectif Financier
    • (+ tendance de marché long-terme)
    • Choix d’une structure règlementée : indépendance de gestion , dealflow propriétaire, outils du PE, performances financières
    • Expérience approfondie des mécanismes financiers
    • Détection de tendances de marché, loin de la stratégie du groupe
      • Relais et synergie avec le(s) groupe(s), possible mais pas nécessaire
      • Loin des conflits d’intérêts
    • Logique sectorielle ou de filière
    • ACE Management , exemple de fonds de filières : (Maritime, Aéronautique, Défense, etc…)
    • Alstom , investi en fonds de fonds
  • Conclusions
    • A l’image du capital investissement , les corporate venture sont prudents…
      • Faibles valorisations
      • Tours de table plus restreints
      • Réserves pour le refinancement
    • Spécificité du Corporate Venture
    • Recherche de modèles alternatifs, intégrable au business
    • Meilleure qualification des performances stratégiques
    • Professionnalisation des méthodes (valorisation, sélection et accompagnement)
    • Plus de spécialisation sectorielle
      • Les fonds multi-corporate (Aster Capital, SNCF, Orange/Publicis)
      • Fonds de filières (avec le soutien de CDC entreprises)
    «  L’Open Innovation est le driver de l’intérêt pour le capital-risque et pour les start-ups innovantes » Denis Champenois , président d’Innovacom