Your SlideShare is downloading. ×
Mémoire platre carreau hopital  p_pfe_-_claire_casenave
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Mémoire platre carreau hopital p_pfe_-_claire_casenave

638
views

Published on

Published in: Technology

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
638
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Mémoire de PFE Guide pratique de la plâtrerie en milieu hospitalier Spécialité Génie CivilAuteur : Claire CASENAVEINSA de Strasbourg, Spécialité Génie Civil, Option COTuteur entreprise : Elise POISONIngénieur structure, DV ConstructionTuteur INSA Strasbourg : Bertrand GUYVARC’HProfesseur Agrégé de Génie CivilJuin 2010
  • 2. Pour protéger l’environnement, ce mémoire a été imprimé sur du papier recyclé Page 2
  • 3. Remerciements Je tiens à adresser, dans un premier temps, ma profonde gratitude à Elise POISON, matutrice de stage, au sein de DV Construction, pour son accueil chaleureux et sa disponibilité toutau long de ces 20 semaines. Je remercie également Thierry DELVERT, Directeur Technique, dem’avoir permis d’effectuer ce stage au sein de la Direction Technique de DV Construction. Dans un second temps, pour leur accueil, leur sympathie et leurs réponses à mesquestions, je tiens { remercier l’ensemble de l’équipe de la Direction Technique. Ces semainespassées au sein de leur équipe, n’auraient pas été les mêmes sans leur entrain et leurprofessionnalisme. Je remercie également Julien Duret, sur le chantier de l’hôpital de Bourgoin, pour sadisponibilité, et Hervé Caretero et Thomas Montchamp, sur le chantier de l’hôpital de Purpan,pour m’avoir accueilli sur le chantier et pour avoir pris le temps de répondre à mes questions. Je souhaiterais enfin, adresser mes remerciements { Bertrand Guyvarc’h, mon tuteurécole, pour son suivi et ses conseils, tout au long de mon projet. Page 3
  • 4. Résumé Améliorer son savoir et sa technique constitue des points importants pour uneentreprise, pour paraître plus compétitive. Capitaliser l’information, les expériences, les bonnespratiques, est un moyen de devenir plus performant.Bouygues Construction participe en grand nombre à la réalisation d’hôpitaux, dans le cadre desplans « Hôpital 2007 » et « Hôpital 2012 ». Sensible à la qualité de ces ouvrages, le groupeBouygues Construction, représenté ici par DV Construction, recherche toujours à être plusperformant. La réalisation d’un guide pratique de la plâtrerie en hospitalier remplit ce rôle pourle lot plâtrerie. Le guide est adressé aux équipes techniques et aux équipes des travaux, leurdonnant une base de travail. Scindé en trois tomes – cloisons, gaine technique et désenfumage, et faux plafonds -, leguide est un condensé d’informations. Définition des éléments, explication et mise en avant de larèglementation (acoustique, sécurité incendie, mise en œuvre, …) permettent unecompréhension complète du lot plâtrerie. Présentation des produits et guide de choix aident àune conception et une étude plus rapide. Enfin, mise en œuvre, carnet de détails et bonnespratiques, relevant de retour d’expérience de divers chantier, participent à la réalisation destravaux dans les meilleures conditions, en mettant en avant des points à anticiper. Il est le résultat de recherches bibliographiques, de lectures de document de typerèglementaire (DTU, arrêtés, …), de réflexions et calculs conduisant à une standardisation decertains locaux et donc de certains choix. Il est également l’aboutissement d’échanges avec leschantiers d’hôpitaux en cours ou passés. Le guide étant basé essentiellement sur la règlementation, on veillera à son évolutiondans le temps. En effet, l’utilisation du guide n’est valable que dans le cas, où la règlementationcitée est toujours en vigueur.Mots clésPlâtrerie, Règlementation, Acoustique, Sécurité Incendie, Mise en œuvre Page 4
  • 5. SommaireListe des figures ..................................................................................................................................7Liste des tableaux ............................................................................................................................. 111 Introduction .............................................................................................................................. 122 Présentation de l’entreprise ...................................................................................................... 13 2.1 Le groupe Bouygues .......................................................................................................... 13 2.2 L’entreprise Bouygues construction et ses filiales .............................................................. 14 2.3 L’entité Bouygues Entreprise France-Europe (BYEFE), ........................................................ 15 2.4 L’entreprise DV Construction ............................................................................................. 16 2.4.1 Présentation générale ................................................................................................ 16 2.4.2 La Direction Technique .............................................................................................. 163 Présentation de l’étude ............................................................................................................. 17 3.1 La politique actuelle des hôpitaux...................................................................................... 17 3.2 Objectif de l’étude à l’échelle de BYEFE ............................................................................. 17 3.3 Le cadre de l’étude ............................................................................................................ 18 3.4 Le déroulement de l’étude................................................................................................. 194 Le développement de projet ..................................................................................................... 20 4.1 Avant propos sur la typologie d’un hôpital ......................................................................... 20 4.1.1 Définition de quelques termes ................................................................................... 20 4.1.2 La conception architecturale ...................................................................................... 20 4.1.3 La définition des locaux .............................................................................................. 22 4.2 La sécurité incendie ........................................................................................................... 26 4.2.1 Le classement des ERP ............................................................................................... 26 4.2.2 Les notions relatives à la sécurité incendie ................................................................. 26 4.2.3 Les textes règlementaires .......................................................................................... 28 4.3 L’acoustique ...................................................................................................................... 31 4.3.1 Les notions d’acoustique ............................................................................................ 31 4.3.2 Le contexte règlementaire pour les locaux accessibles aux patients ........................... 33 4.3.3 Le contexte règlementaire pour les bureaux et locaux non accessibles aux patients... 35 4.3.4 Les calculs acoustiques .............................................................................................. 355 Les cloisons ............................................................................................................................... 38 5.1 La base de données ........................................................................................................... 38 5.1.1 Présentation des fournisseurs .................................................................................... 38 5.1.2 Les Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires (FDES) ............................. 38 5.1.3 La certification des produits : CE ou NF ? .................................................................... 39 5.1.4 Les divers produits existants ...................................................................................... 39 5.1.5 Les trois solutions en plaques de plâtre existantes ..................................................... 42 5.1.6 La démarche utilisée pour créer la base de données .................................................. 43 5.1.7 Exemple d’une cloison type issue de la base de données ........................................... 44 5.1.8 Les solutions spéciales pour les locaux EB+C et EC...................................................... 45 5.1.9 Cas particulier : les cloisons cintrées .......................................................................... 45 Page 5
  • 6. 5.2 Le choix des cloisons .......................................................................................................... 47 5.2.1 Les locaux « acoustique » ........................................................................................... 47 5.2.2 Les locaux « non acoustique » .................................................................................... 49 5.3 L’exécution ........................................................................................................................ 50 5.3.1 La mise en œuvre....................................................................................................... 50 5.3.2 La préparation des travaux : ....................................................................................... 52 5.3.3 La logistique sur chantier ........................................................................................... 54 5.3.4 Les interfaces à traiter ............................................................................................... 56 5.3.5 Les points particuliers ................................................................................................ 656 Les parois des gaines techniques ............................................................................................... 67 6.1 La base de données ........................................................................................................... 67 6.1.1 Présentation des fournisseurs .................................................................................... 67 6.1.2 Les solutions de parois de gaines existants ................................................................. 67 6.1.3 Les produits ............................................................................................................... 68 6.1.4 La démarche utilisée pour réaliser la base de données ............................................... 68 6.1.5 Exemple issu de la base de données ........................................................................... 68 6.2 Le choix des parois des gaines techniques.......................................................................... 69 6.3 L’exécution ........................................................................................................................ 69 6.3.1 Les parois en cloison et en contre cloison................................................................... 69 6.3.2 Les parois en complexes ............................................................................................ 697 Les conduits de désenfumage ................................................................................................... 70 7.1 La base de données ........................................................................................................... 70 7.1.1 Présentation des fournisseurs .................................................................................... 70 7.1.2 Les éléments constituants les conduits :..................................................................... 70 7.1.3 Caractéristiques des éléments ................................................................................... 70 7.2 L’exécution ........................................................................................................................ 71 7.2.1 Règles de mise en œuvre selon l’instruction n°246 du 22 mars 2004 .......................... 71 7.2.2 Règles de mise en œuvre suivant PROMAT ................................................................ 718 Les plafonds suspendus ............................................................................................................. 72 8.1 La base de données ........................................................................................................... 72 8.1.1 Présentation des fournisseurs .................................................................................... 72 8.1.2 Les types de faux plafond existant.............................................................................. 72 8.1.3 Exemple issu de la base de données ........................................................................... 76 8.2 Le choix du plafond............................................................................................................ 77 8.3 L’exécution ........................................................................................................................ 77 8.3.1 Les règles de mise en œuvre ...................................................................................... 77 8.3.2 Le traitement des interfaces ...................................................................................... 809 Le guide pratique de la plâtrerie en hospitalier.......................................................................... 8110 Les compétences acquises au cours du PFE ........................................................................... 8211 Conclusion............................................................................................................................. 83Bibliographie .................................................................................................................................... 84 Page 6
  • 7. Liste des figuresFigure 1 : Les entreprises du groupe Bouygues .................................................................................. 13Figure 2 : Répartition du chiffre daffaires en 2009 ............................................................................ 13Figure 3 : Répartition de leffectif en 2009 ........................................................................................ 13Figure 4 : Implantation de Bouygues Construction dans le monde..................................................... 14Figure 5 : Répartition du chiffre daffaires au sein de Bouygues Construction .................................... 14Figure 6 : Les entités de Bouygues Construction et leurs dirigeants ................................................... 15Figure 7 : Implantation de BYEFE en Europe ...................................................................................... 15Figure 8 : Agences DV Construction ................................................................................................... 16Figure 9 : Interaction des services de la DT ........................................................................................ 16Figure 10 : Carte des hôpitaux réalisés par BYEFE .............................................................................. 18Figure 11 : Positionnement du Projet de Fin d’Etude dans la DT ........................................................ 19Figure 12 : Cycle de désenfumage ..................................................................................................... 20Figure 13 : Trame dun hôpital .......................................................................................................... 20Figure 14 : Exemple de configuration des hauteurs détage ............................................................... 21Figure 15 : Schéma dune chambre 1 lit ............................................................................................. 21Figure 16 : Schéma dune chambre 2 lits ........................................................................................... 21Figure 17 : Schéma dun bureau administratif ................................................................................... 21Figure 18 : Schéma d’un box de consultation .................................................................................... 21Figure 19 : Schéma dune salle dopérations ...................................................................................... 21Figure 20 : Illustration du classement européen ................................................................................ 27Figure 21 : Notion de coupe feu ........................................................................................................ 28Figure 22 : Notion de coupe feu de traversée .................................................................................... 28Figure 23 : Echelle de son en décibels ............................................................................................... 31Figure 24 : Echelle des bruits de chocs et d’équipement.................................................................... 32Figure 25 : Notion d’interphonie ....................................................................................................... 32Figure 26 : Exemple de note de calcul acoustique pour déterminer l’affaiblissement des cloisons ..... 36Figure 27 : Exemple de note de calcul acoustique pour déterminer les faux-plafond ......................... 37Figure 28 : Illustration d’une FDES ..................................................................................................... 38Figure 29 : Illustration d’une ossature : cas d’un rail .......................................................................... 39Figure 30 : Illustration d’une ossature : cas d’une cornière ................................................................ 39Figure 31 : Montant simple ............................................................................................................... 39Figure 32 : Montants accolés ............................................................................................................ 39Figure 33 : Schéma d’un montant acoustique .................................................................................... 39Figure 34 : Vue en coupe d’un montant acoustique........................................................................... 39Figure 35 : Types de finitions............................................................................................................. 40Figure 36 : Plaque standard............................................................................................................... 40Figure 37 : Plaque hydrofuge ............................................................................................................ 40Figure 38 : Plaque Haute Dureté ....................................................................................................... 41Figure 39 : Plaque ignifuge ................................................................................................................ 41Figure 40 : Plaque phonique.............................................................................................................. 41Figure 41 : Plaque de ciment ............................................................................................................. 41 Page 7
  • 8. Figure 42 : Plaque Prégy Wab............................................................................................................ 41Figure 43 : Plaque Fermacell ............................................................................................................. 41Figure 44 : Bande Calico .................................................................................................................... 41Figure 46 : Exemple d’une cloison à ossature simple – Vue 3D .......................................................... 42Figure 48 : Exemple de cloison à ossature simple et montants alternés– Vue 3D ............................... 42Figure 45 : Vue en plan d’une cloison à ossature simple .................................................................... 42Figure 47 : Vue en plan d’une cloison à ossature simple et montants alternés ................................... 42Figure 50 : Exemple de cloison à double ossature – Vue 3D ............................................................... 43Figure 49 : Vue en plan d’une cloison à double ossature ................................................................... 43Figure 51 : Extrait de la partie « base de données » du guide ............................................................ 44Figure 52 : Coupe d’un élément composite ....................................................................................... 45Figure 53 : Photo d’un élément composite ........................................................................................ 45Figure 54 : Exemple de cloison cintrée .............................................................................................. 45Figure 55 : Exemple de forme pouvant être exécutées avec la technologie Platec ............................. 46Figure 56 : Exigences acoustiques d un local de type 1 ...................................................................... 47Figure 57 : Exigences acoustiques d’un local de type 2 ...................................................................... 47Figure 58 : Exigences acoustiques d’un local de type 3 ...................................................................... 47Figure 59 : Exemple extrait du guide de choix – Local « acoustique » ................................................ 48Figure 60 : Exemple extrait du guide de choix – Local « non acoustique » ......................................... 49Figure 61 : Aplomb d’un élément ...................................................................................................... 50Figure 62 : Planéité d’un élément...................................................................................................... 50Figure 63 : Flèche d’un poteau .......................................................................................................... 50Figure 64 : Flèche d’un plancher ....................................................................................................... 50Figure 65 : Etapes 2 : cas de la circulation ......................................................................................... 52Figure 66 : Etape 2 : cas de deux locaux ............................................................................................ 52Figure 67 : Etape 3 : fermeture des cloisons ...................................................................................... 52Figure 68 : Plan de synthèse .............................................................................................................. 53Figure 69 : Liste des renforts à mettre en œuvre ............................................................................... 54Figure 70 : Recette à matériaux......................................................................................................... 54Figure 71 : Lift Extérieur .................................................................................................................... 54Figure 72 : Palettisation plus adaptée ............................................................................................... 55Figure 73 : Bennes pour les déchets des plaquistes ........................................................................... 55Figure 74 : Fixation des portes légères .............................................................................................. 56Figure 75 : Montant simple ............................................................................................................... 56Figure 76 : Montants boxés ............................................................................................................... 56Figure 77 : Fixation des portes lourdes .............................................................................................. 56Figure 78 : Exemple d’une adaptation de menuiserie non adaptée ................................................... 57Figure 79 : Barre de renfort et talons des huisseries métalliques ....................................................... 57Figure 80 : Exemple de parement à préférer ..................................................................................... 57Figure 81 : Exemple de parement à éviter ......................................................................................... 57Figure 82 : Raccordement électrique pour une gâche, non conforme ................................................ 58Figure 83 : Préconisation de renfort dans le cas section de l’angle du montant ................................. 58Figure 84 : Mise en situation d’une huisserie entre voile béton et cloison à ossature métallique ....... 58Figure 85 : Détails de problème de fixation d’une huisserie métallique sur voile béton ..................... 59Figure 86 : Châssis de grande portée ................................................................................................. 59Figure 87 : Exemple de solution à adopter dans le cas d’un angle vitré .............................................. 59 Page 8
  • 9. Figure 88 : Mise en situation d’une percussion sur MEXT .................................................................. 60Figure 89 : Détail de mise en œuvre : percussion d’une cloison sur une menuiserie extérieure ......... 60Figure 90 : Solution 1 pour la percussion sur MEXT ........................................................................... 60Figure 91 : Solution 2 pour la percussion sur MEXT ........................................................................... 60Figure 95 : Mise en œuvre pour la percussion non alignée sur béton ............................................... 61Figure 92 : Solution 1 pour la percussion alignée sur béton ............................................................... 61Figure 93 : Solution 2 pou la percussion alignée sur le béton ............................................................. 61Figure 94 : Solution 3 pour la percussion alignée sur béton ............................................................... 61Figure 96 : Problèmes liés à la percussion sur poteau chanfreiné ...................................................... 62Figure 97 : Solution pour la percussion sur poteau chanfreiné........................................................... 62Figure 98 : Traitement du joint de dilatation 1 .................................................................................. 62Figure 99 : Traitement du joint de dilatation 2 .................................................................................. 62Figure 100 : Forme de pente réalisée hors cycle ................................................................................ 63Figure 101 : Forme de pente réalisée en cycle ................................................................................... 63Figure 102 : Distance minimum d’écoinçon ....................................................................................... 63Figure 103 : Implantation conforme des boîtiers ............................................................................... 63Figure 104 : Implantation non conforme des boîtiers ........................................................................ 63Figure 105 : Boîtiers coupe-feu ......................................................................................................... 64Figure 106 : Dimensions et emplacement préconisés pour les réservations....................................... 64Figure 107 : Réservation avec montants de renfort ........................................................................... 64Figure 108 : Mise en œuvre d’un chevêtre ........................................................................................ 64Figure 109 : Mise en œuvre d une cloison plombée .......................................................................... 65Figure 110 : Hauteur de la feuille de plomb nécessaire...................................................................... 65Figure 111 : Imposte de cloison plombée en BA 15 ........................................................................... 65Figure 112 : Contre cloison pour le passage des réseaux ................................................................... 65Figure 113 : Mise en œuvre du Tarket Douche .................................................................................. 66Figure 114 : Calfeutrement traditionnel ............................................................................................ 66Figure 115 : Calfeutrement par plaquage .......................................................................................... 66Figure 116 : Liaison en T .................................................................................................................... 66Figure 117 : Bonne pratique pour la mise en place des voyants lumineux ......................................... 66Figure 118 : Solution de parois de gaines technique en cloison ......................................................... 67Figure 119 : Solution de parois de gaine technique en contre cloison ................................................ 67Figure 120 : Solution de parois de gaines technique en complexe ..................................................... 67Figure 121 : Exemple issu de la base de données des gaines techniques ........................................... 68Figure 122 : Plaque PROMATECT L-500 ............................................................................................. 70Figure 123 : Exemple de conduit horizontal....................................................................................... 71Figure 124 : Exemple de conduit vertical ........................................................................................... 71Figure 125 : Schématisation d’une suspente ..................................................................................... 71Figure 126 : Exemple de plaques de plâtre acoustique ...................................................................... 72Figure 127 : Type de bords existants pour les dalles de plâtre ........................................................... 72Figure 128 : Exemple de suspente pour béton ................................................................................... 73Figure 129 : Fourrure ........................................................................................................................ 73Figure 130 : Profilé en T .................................................................................................................... 73Figure 131 : Illustration d’un montant simple et de montants accolés ............................................... 73Figure 132 : Illustration de la périphérie du plafond avec des rails..................................................... 73Figure 133 : Illustration de la périphérie du plafond avec des cornières ............................................ 73 Page 9
  • 10. Figure 135 : Ossature d’un plafond classique non démontable .......................................................... 74Figure 134 : Ossature d’un plafond démontable ................................................................................ 74Figure 136 : Ossature d’un plafond longue portée non démontable .................................................. 75Figure 137 : Procédé Knauf Techniplac .............................................................................................. 76Figure 138 : Système Knauf coupole .................................................................................................. 76Figure 139 : Désaffleurement de deux éléments ............................................................................... 78Figure 140 : Bâillement d’un élément d’habillage .............................................................................. 78Figure 141 : Disposition perpendiculaire des plaques par rapport à l’ossature................................... 79Figure 142 : Détail de mise en œuvre : joint de fractionnement ........................................................ 79Figure 143 : Premières de couverture des 3 guides ........................................................................... 81 Page 10
  • 11. Liste des tableauxTableau 1 : Classement des locaux humides ...................................................................................... 22Tableau 2 : Classement des locaux humides pour les plafonds suspendus ......................................... 22Tableau 3 : Les locaux à risques dans un hôpital ................................................................................ 23Tableau 4 : Classement des locaux exposés aux rayons X .................................................................. 24Tableau 5 : Epaisseur de plomb à mettre en œuvre pour la protection .............................................. 24Tableau 6 : Equivalence des matières en plomb ................................................................................ 24Tableau 7 : Classement des locaux suivant leur hygiène à respecter .................................................. 25Tableau 8 : Classement ISO des salles blanches et des locaux traités ................................................. 25Tableau 9 : Correspondance des classifications à la réaction au feu des matériaux ............................ 27Tableau 10 : Correspondance des classements de résistance au feu .................................................. 27Tableau 11 : Résistance au feu imposée aux éléments verticaux ....................................................... 29Tableau 12 : Résistance au feu des gaines techniques et des conduits (hors désenfumage) ............... 30Tableau 13 : Résistance et réaction au feu des conduits de désenfumage ......................................... 30Tableau 14 : Exigences de réaction au feu des plafonds suspendus ................................................... 30Tableau 15 : Valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter : locaux publics ......................... 33Tableau 16 : Valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter pour être label HQE : locauxpublics .............................................................................................................................................. 33Tableau 17 : Valeurs maximales des durées de réverbération : locaux publics ................................... 34Tableau 18 : Valeurs maximales des durées de réverbération pour être label HQE : locaux publics ... 34Tableau 19 : Valeurs maximales de niveau de pression vis-à-vis des bruits d’équipement : locauxpublics .............................................................................................................................................. 34Tableau 20 : Valeurs maximales de niveau de pression vis-à-vis des bruits d’équipement pour êtrelabel HQE : locaux publics ................................................................................................................. 34Tableau 21 : Exigences vis-à-vis de l’interphonie ............................................................................... 35Tableau 22 : Valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter : locaux administratifs .............. 35Tableau 23 : Valeurs maximales de niveau de pression à respecter : locaux administratifs ................ 35Tableau 24 : Rayon minimum de cintrage dans le cas de la méthode traditionnelle........................... 45Tableau 25 : Tolérance de mise en œuvre – Béton et plaque de plâtre .............................................. 50Tableau 26 : Entraxe de vissage des plaques de plâtre ...................................................................... 51Tableau 27 : Rayon minimum de cintrage dans le cas de la méthode traditionnelle........................... 75Tableau 28 : Tolérances d’exécution des plafonds non démontables et du béton .............................. 78Tableau 29 : Tolérances de mise en œuvre pour des plafonds démontables...................................... 78 Page 11
  • 12. 1 Introduction Le Projet de Fin d’Etudes (PFE) représente une partie importante de notre formation,avant l’obtention du diplôme. Il doit permettre de mettre en pratique certaines connaissances, etde travailler en autonomie sur un sujet précis, nécessitant une réflexion d’ingénieur. Ce sujet devait donc être un travail d’étude au sens propre, et non un travail demanagement, de gestion. Ayant un attrait pour les travaux, autrement dit pour les chantiers, j’aivoulu choisir un sujet de PFE technique et en rapport direct avec les travaux. Réaliser un guidepratique de la plâtrerie en hospitalier répondait à mes attentes. Avec une partie technique et règlementaire et une partie de détails d’exécution et retourd’expérience travaux, la réalisation du guide répondait aux critères d’un PFE et me permettaitégalement d’avoir une expérience dans le domaine de la construction de la constructionhospitalière. La réalisation de ce guide représente un enjeu pour l’entreprise DV Construction et legroupe Bouygues Entreprise France Europe. En effet, depuis quelques années, Bouyguesparticipe largement { la réalisation d’hôpitaux, dans le cadre du plan Hôpital 2007 (reconduit enplan Hôpital 2012). Une capitalisation des informations et des expériences semblait nécessaire. Après une brève présentation du groupe Bouygues et de l’entreprise DV Construction, uneprésentation plus approfondie de l’étude sera abordée. Ainsi, le plan Hôpital sera expliqué etl’implication du groupe Bouygues dans ce plan sera plus amplement développée. Le cadre del’étude sera présenté ainsi que la répartition du temps, durant ces 20 semaines, pour mener {bien cette étude. Dans un second temps, l’étude sera développée suivant 4 axes. Une première partie seraconsacrée au développement du projet, incluant, entre autre, la règlementation applicable auxhôpitaux et les différentes notions s’y apparentant.Les trois autres parties sont dédiées à des éléments constituant le lot plâtrerie : les cloisons, lesparois de gaines techniques et le désenfumage, et les faux plafonds. Chacune de ces partiesprésentent et définissent les différents termes et produits apparentés, les fournisseurs, etdécrivent la mise en œuvre de ces éléments. Cette étude a donc conduit à la conception d’un guide, composé de trois tomes,correspondant aux trois éléments étudiés, cités ci-dessus. Sa présentation constitue la dernièrepartie de ce mémoire. Page 12
  • 13. 2 Présentation de l’entreprise 2.1 Le groupe Bouygues Bouygues est un groupe mondial et diversifié. En effet, il regroupe, à part entière ou enpartie, plusieurs entreprises : Figure 1 : Les entreprises du groupe Bouygues Le groupe Bouygues représente une part importante du marché puisqu’il représente unchiffre d’affaires d’environ 31,4 milliards d’euros en 2009 et emploie plus de 145 150collaborateurs : Effectifs Bouygues : Chiffre d’affaires 2009 145 150 collaborateurs consolidé par Bouygues : 31,4 Md€ 2,6 8600 4100 5,1 9,1 1600 53700 2,9 70500 12,7 Bouygues Construction (29 %) Colas (39 %) Bouygues Immobilier (9 %) Bouygues Telecom (15 %) TF1 (8 %) Figure 3 : Répartition de leffectif en 2009 Figure 2 : Répartition du chiffre daffaires en 2009 Page 13
  • 14. 2.2 L’entreprise Bouygues construction et ses filiales Bouygues Construction représente trois grands métiers : travaux publics, bâtiment etélectricité/maintenance qui agissent sur l’ensemble de la planète : Figure 4 : Implantation de Bouygues Construction dans le monde Fort de ce rayonnement, son carnet de commandes et son chiffre d’affaires ne cessent decroître pour atteindre en 2009, 9,5 milliards d’euros, dont 4,2 milliards { l’international. Enfin, Bouygues Construction regroupe 7 entités : - Bouygues Bâtiment Ile de France - Bouygues Entreprises France-Europe - Bouygues Bâtiment International - Bouygues Travaux Publics - Pôle Entreprises spécialisées : VSL et DTP Terrassement - Pôle Concessions - ETDE Figure 5 : Répartition du chiffre daffaires au sein de Bouygues Construction Page 14
  • 15. Figure 6 : Les entités de Bouygues Construction et leurs dirigeants 2.3 L’entité Bouygues Entreprise France-Europe (BYEFE), Cette entité participe { 30% du chiffre d’affaires de Bouygues Construction, ce quireprésente 2 850 millions d’euros. BYEFE met en collaboration environ 9 000 personnes. Elleregroupe une dizaine d’entreprises (NB : Norpac regroupe Norpac et Bouygues Belgium) : Figure 7 : Implantation de BYEFE en Europe Page 15
  • 16. 2.4 L’entreprise DV Construction2.4.1 Présentation générale DV Construction est la branche de BYEFE qui agit sur le centre/sud-ouest - Orléans,Bordeaux, Tours, La Réole, Toulouse, Limoges. De plus, elle assure les activités de TravauxPublics et Ouvrages d’Art dans la région sud-est – Lyon et Aix en Provence. Figure 8 : Agences DV Construction DV Construction, entreprise générale, représente un chiffre d’affaires de 319 millionsd’euros. 960 collaborateurs permettent d’atteindre ce chiffre, en réalisant plus de 70 chantierspar an.2.4.2 La Direction Technique Dirigée par Thierry Delvert, la Direction Technique (DT) comporte une trentaine depersonnes. Elle regroupe plusieurs aspects d’un projet : les VRD (Voirie, Réseaux et Divers),l’Etude et Valorisation de Projets (EVP) en CES et en GO, les bureaux d’études de conception etd’études techniques, les méthodes, l’étude de prix gros œuvre et les fluides. Pour réaliser une étude de projet, les différents services de la DT interagissent : Phase commerciale EVP CES Etudes techniques et GO Projet Conception (structure, architectural VRD acoustique, …) Fluide Phase travaux Méthodes Figure 9 : Interaction des services de la DT Durant mon PFE, j’ai travaillé au sein du bureau d’études techniques, sous la tutelle d’ElisePOISON, Ingénieur Structure, spécialisée en acoustique. Page 16
  • 17. 3 Présentation de l’étude 3.1 La politique actuelle des hôpitaux En 2002, l’Etat a enclenché un plan hôpital 2007, visant entre autre à moderniser lesstructures hospitalières. Ce plan a été reconduit en 2007 avec le plan hôpital 2012. Ce nouveau plan veutpoursuivre la dynamique dinvestissement et de modernisation des établissements hospitaliers.Ce plan prévoit le financement de 10 milliards deuros de projets dinvestissements. Deux catégories d’opérations sont éligibles au plan : - Les opérations de recomposition hospitalière et de mise en œuvre des Schémas Régionaux d’Organisation Sanitaire (SROS). Il détermine des priorités régionales, fixe des objectifs et évalue ses résultats. Le SROS doit permettre la rationalisation de loffre hospitalière, par : o linstauration de plateaux techniques sophistiqués ; o la réflexion sur des formes alternatives de soin, comme lhospitalisation à domicile (HAD) ; o loptimisation des moyens, notamment la complémentarité des établissements de santé, particulièrement en ce qui concerne les équipements lourds, comme les scanners ; o lamélioration de la qualité des soins. - L’accélération de la mise en œuvre des Systèmes d’Information Hospitaliers (SIH) dès lors qu’elle correspond { une informatisation du processus de soins. Le SIH couvre lensemble des informations utilisées dans un établissement de santé. 3.2 Objectif de l’étude à l’échelle de BYEFE Le plan hôpital permet d’affirmer qu’il y a un marché important autour des hôpitaux, quiva en grandissant. DV Construction et, plus généralement, Bouygues Bâtiment France-Europe,participe activement à ce plan. On dénombre déjà quelques projets hospitaliers en service(Nouvel Hôpital d’Estaing, …), certains en cours de réalisation (Nouvel Hôpital de Metz, Hôpitalde Purpan (Toulouse), Hôpital de Bourgoin, …) et d’autres en projet d’étude (URM – Urgence,Réanimation, Médecine – Toulouse, Hôpital de Parthenay). Les marchés hospitaliers traités par BYEFE sont soit des marchés publics auxquelsBYEFE répond en entreprise générale ou dans certains cas en lots séparés (macro lotcomprenant le GO, le clos-couvert et le lot plâtrerie – la plâtrerie est souvent regroupée avec leclos couvert), soit des marchés Conception/Construction, soit des PPP (PartenariatsPrivé/Public). Page 17
  • 18. Figure 10 : Carte des hôpitaux réalisés par BYEFE Le lot plâtrerie représente toujours une part importante dans les hôpitaux (exemples :90 000 m² de cloison sur le Nouvel Hôpital d’Estaing, 60 000 m² sur l’hôpital de Bourgoin,100 000 m² sur l’hôpital de Purpan) ainsi qu’un coût important, de 2 { 6 millions d’euros (soit 1à 2% du marché). C’est pourquoi il existe un réel besoin de créer un document regroupant latechnique et le règlementaire des produits présents dans le lot plâtrerie et rassemblant diversesexpériences travaux. Ceci, afin de capitaliser l’information, les techniques et l’expérience, pourêtre plus performant. Ce guide est destiné aux équipes de la Direction Technique et de la Direction Travaux. Ilse doit d’être simple, complet et intuitif. 3.3 Le cadre de l’étude Comme évoqué auparavant, l’étude porte sur le lot plâtrerie. On entend par cette entité : - Les cloisons sèches classiques - Les cloisons sèches spécifiques : pour les locaux humides, pour les locaux à émission de rayons X, pour les locaux { acoustique spécifique, … - Les gaines techniques (contre-cloison et conduits techniques) - Les faux plafonds Page 18
  • 19. Ces termes sont définis et règlementés par le DTU 25.41 « Ouvrages en plaques deplâtre ».A noter : chaque produit du commerce est, ensuite, complété par un Procès Verbal d’essai,garantissant son emploi et ses caractéristiques. L’étude est divisée en deux grandes parties : la phase développement de projet et la phasechoix et mise en œuvre des produits. La phase développement de projet reprend les textesrèglementaires, les notions et différents calculs à mener pour le choix des produits. La phasechoix et mise en œuvre est divisée suivant les produits de plâtrerie étudié (cloisons, parois desgaines techniques, désenfumage et faux plafonds) et comprend les différents produits etsolutions, le traitement des interfaces et la logistique liée au chantier. Pour réaliser cette étude, j’ai interagi avec plusieurs services : Figure 11 : Positionnement du Projet de Fin d’Etude dans la DT 3.4 Le déroulement de l’étude Afin de bien répartir son temps de travail, il est nécessaire de faire un planning desdifférentes tâches à effectuer avant de commencer l’étude. Voici donc un schéma heuristiquereprenant les différents points à traiter et les durées à y consacrer : Page 19
  • 20. 4 Le développement de projet 4.1 Avant propos sur la typologie d’un hôpital4.1.1 Définition de quelques termes 4.1.1.1 Les cloisons et contre-cloison D’après le DTU 25.41 : - Cloisons : « paroi verticale de distribution autostable, non porteuse, à deuxparements { l’intérieur d’une construction et régnant sur toute la hauteur entre plancher bas etplafond fixe (non démontable) ou plancher haut et séparant deux locaux » ; - Contre cloisons : « paroi verticale, non porteuse, { un seul parement { l’intérieurd’une construction, régnant sur toute la hauteur entre plancher bas et plafond fixe (nondémontable) ou plancher haut et doublant une paroi existante. L’ossature verticale ouhorizontale de la contre cloison peut ou non comporter des appuis intermédiaires la reliant àcette paroi ». 4.1.1.2 Les parois des gaines techniques D’après le DTU 25.41 : « les parois des gaines techniques sont des parois verticale auto-stables, non porteuses { une, deux, trois ou quatre faces, { l’intérieur d’une construction etrégnant sur toute la hauteur entre plancher bas et plancher haut, et assurant l’encoffrementd’équipements techniques. Ces parois doivent en outre satisfaire à des exigences propres à cetype d’ouvrage (isolation acoustique, protection incendie, …) ». 4.1.1.3 Le désenfumage Le désenfumage constitue un circuit grâce auquel les fumées peuvent être évacuées pourêtre remplacée par de l’air frais. Il est constitué par deux types deconduits : les conduits d’extraction de fumées, qui doivent résister àun feu intérieur, et les conduits d’amenée d’air frais, qui doiventrésister à un feu extérieur. Ils sont chacun équipés de voletscommandés à distance, situés en hauteurpour l’évacuation des fumées et en partie Figure 12 : Cycle de désenfumagebasse pour l’amenée d’air. 4.1.1.4 Les plafonds suspendus (faux-plafonds) D’après la norme NF EN 13964, les plafonds suspendus sont des « plafonds suspendus aumoyen d’un système de suspension ou par une ossature ou profil de rive fixé directement { lastructure porteuse, à distance du panneau ou de la toiture le surplombant ». Le DTU 58.1 défini le caractère démontable ou non du plafond. Si l’élément d’habillage estfixé { demeure sur l’ossature support, le plafond n’est pas démontable ; sinon il est démontable.4.1.2 La conception architecturale La trame de construction, la plus courante pour un hôpital, est7,20 m par 7,20 m On peut cependant trouver des variantes à 3,60 m (soit unedemi-trame). Figure 13 : Trame dun hôpital Page 20
  • 21. Les hauteurs d’étage, sont sensiblement les mêmes d’un établissement { un autre. On distingue deux zones : - Les étages bas, avec une hauteur sous dalle allant de 4,20 m à 4,55 m, regroupant les plateaux médico-technique, les secteurs ambulatoires, la médecine nucléaire, … (Faux plafond à 3,20m en général) - Les étages hauts, avec une hauteur sous dalle allant de 3,45 m { 3,55 m, regroupant les secteurs d’hospitalisation, les plateaux tertiaires, … (Faux plafond à 2,50m en général) Figure 14 : Exemple de configuration des hauteurs détageOn peut, de plus, généraliser la typologie de certains locaux :- Chambre 1 lit : surface de 16 à 19 m² avec une largeur { l’axe de 3,50 m à 3,60 m (= une demi-trame). Figure 15 : Schéma dune chambre 1 lit- Chambre 2 lits : surface de 24 à 26 m² avec une largeur à l’axe de 3,50 à 3,60 m (= une demi-trame). Figure 16 : Schéma dune chambre 2 lits- Bureaux administratifs : surface de 10 à 12 m² avec une largeur { l’axe de 2,35 à 2,40m (= une trame). Figure 17 : Schéma dun bureau administratif- Bureaux avec poste de soins ou box de consultation : surface de 14 à 17 m² avec une largeur de 3,00 m { 3,60 m { l’axe. Figure 18 : Schéma d’un box de consultation- Salle d’opérations : surface variant de 40 à 75 m² suivant l’utilisation, avec une largeur { l’axe de 7,20 m (= une trame). Figure 19 : Schéma dune salle dopérations Page 21
  • 22. 4.1.3 La définition des locaux 4.1.3.1 Les groupes de locaux Plusieurs pièces sont à définir dans le milieu hospitalier : les chambres, les sanitaires etvestiaires, les circulations, les blocs opératoires, les salles de radiologies, les box de consultation,les bureaux, les salles de détente, vestiaires, … Afin de réduire les cas à étudier, les normes ontdéfinit 5 groupes de locaux : - Locaux d’hébergement et de soins ; - Salles d’examen et de consultations, bureaux médicaux et soignants, salles d’attente ; - Salles d’opérations, d’obstétrique et salles de travail ; - Circulations internes ; - Autres locaux. 4.1.3.2 Les locaux humides 4.1.3.2.1 Classement général des locaux D’après le cahier n°3567 du CSTB de Mai 2006, les locaux humides sont classés suivantleur exposition { l’humidité : Type Dénomination Description Taux hygrométrie W/n Locaux secs ou faiblement EA Faible hygrométrie ≤ 2,5 g/m3 humide EB Locaux moyennement humide Hygrométrie moyenne 2,5<W/n<5 g/m3EB+Privatif Locaux privatif humides Forte hygrométrie 5<W/n<7,5 g/m3EB+Collectif Locaux collectifs humides Forte hygrométrie 5<W/n<7,5 g/m3 Très forte EC Locaux très humides >7,5 g/m3 hygrométrie Tableau 1 : Classement des locaux humidesLe choix des plaques se fait ainsi en fonction de ce taux d’hygrométrie. Le DTU 25.41 impose : - Des plaques standard, de type A (cf. Partie 5 : La base de données) pour les locaux EA et EB - Des plaques hydrofuge, de type H1 (cf. Partie 5 : La base de données) pour les locaux EB+privatifs Les locaux EB+Collectif et EC ne sont pas traités par le DTU 25.41. Généralement, lecloisonnement de ces locaux s’effectue { l’aide d’une mise en œuvre spécifique ou { l’aideplaques de ciment (dérivées des plaques de plâtres). 4.1.3.2.2 Classement des locaux pour les plafonds suspendus à base d’éléments d’habillage en plâtre (hors plaque de plâtre) Le DTU 58.1 propose un classement des locaux par rapport à l’humidité, propre { la miseen œuvre des plafonds suspendus : Classe Ambiance maximum Correspondance avec le classement CSTB A 70% HR et 25°C EA et EB B 90%HR et 30°C EB+Privatif >90%HR C EB+Collectif et EC Risque de condensation >90%HR – Risque de condensation et D EB+Collectif et EC ambiance agressive Tableau 2 : Classement des locaux humides pour les plafonds suspendus Page 22
  • 23. 4.1.3.3 Les locaux à risques D’après l’Article U13 du règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux ERP, dispositions particulières pour le type U : Groupe de Locaux à risques particulier Désignation locaux Moyen Importants Si la puissance des appareils de cuisson ou de remise en température est > 20 kW ou Cuisines en cas d’utilisation de friteuse ouverte, quelle que soit la Locaux puissance fonctionnels Si point chaud ou 5 m3 < V < Menuiserie ou 200 L < Q < Ateliers techniques 100 m3 ou 10 L < Q < 200 L 400 L ou V > 100 m3 Local fermé d’accès d’ambulance Oui Stérilisation et/ou centrale Oui d’oxyde d’éthylène Stockage des gaz médicaux 50 L < CE < 200 L CE > 200 LLocaux où sont Q > 400 L sans Groupe de locaux de laboratoires, 10 L < Q < 400 L avec un utilisés ou communication avec le pharmacie maximum de 200 L par local stockés des bâtiment liquides Réserves 10 L < Q < 100 L Interdit inflammables Services ou unités de soins 3 L < Q < 10 L (par local) InterditLocaux où sont Archives 50 m3 < V < 100 m3 (*) V > 100 m3 (*) stockés des Lingerie, Locaux de déchets, Autres matières 5 m3 < V < 100 m3 (*) V > 100 m3 (*) réserves, Pharmacie inflammables Tableau 3 : Les locaux à risques dans un hôpital Légende : Q : Quantité de liquides inflammables, exprimée en litres, quelle que soit leur catégorie. V : Volume des locaux, exprimé en mètres cubes. (*) : Volume à doubler si le local est dans un espace qui ne comporte pas de locaux à sommeil. CE : Capacité en eau Ces locaux à risques font généralement l’objet d’une sécurité incendie renforcée (cf. § 4.2 Sécurité incendie). 4.1.3.4 Les locaux à émissions de rayons X Les salles possédant des appareils émettant des rayons X ou des champs magnétiques (IRM), doivent faire l’objet de protections particulières. On recense trois types de protection suivant les utilisations des locaux : - Les cloisons plombées : Ce sont des cloisons en plaques de plâtre dans lesquelles est incorporée une feuille de plomb de faible épaisseur (jusqu’{ 2mm en général). Cette dernière a pour but de stopper les faibles radiations. Ce type de cloison est utilisée pour les salles de radiologie (radiographie, mammographie, ostéodensimétrie, …) et pour les salles de scanner. L’épaisseur du plomb est déterminée { l’aide des normes NF C15-160 « Installations pour la production et l’utilisation de rayons X » et NF C15-161 « Installations de radiodiagnostic médical et vétérinaire (hors dentaire) ». Page 23
  • 24. Afin de simplifier les cas, les locaux sont classés suivant leur exposition, d’après la norme NF C15-161 : Locaux et espaces voisins Code Déshabilloirs et sas I Salles de travails et de séjour du personnel directement II affecté à des travaux sous rayonnement Corridors, dégagement, escaliers, ascenseurs, toilettes etLocaux ou lieux placés sous la surveillance tous lieux analogues à occupation transitoire. Cours, jardin III exclusive de l’utilisateur responsable et tous lieux analogues Salles de travails et de séjour du personnel non directement IV affecté à des travaux sous rayonnement Chambres d’hospitalisation, salles d’attente IV Lieux de passage sans stationnement de personnes (voies V Lieux non placés sous la surveillance publiques, etc.) exclusive de l’utilisateur responsable Lieux matériellement inaccessibles pendant l’irradiation VI Tous les autres lieux VI Tableau 4 : Classement des locaux exposés aux rayons X La détermination de l’épaisseur de plomb par la méthode analytique ( cf. NF C15- 160) étant complexe, seule la méthode simplifiée (cf. NF C15-161) apparaît ici. Elle donne, suivant le classement des locaux précédent, les valeurs de plomb nécessaire pour la protection : Ostéodensimétrie, mammographie ou Radiographie TomodensimétrieDésignation radioscopie exclusives des lieux Plafond ou Parois Parois latérales Plafond Plancher Plancher, plafond plancher latérales I 0,2 0,2 0,2 0,5 0,5 0,2 II III V 0,2 0,5 0,2 1,5 1 1 IV 0,5 0,5 0,5 2 1,5 1 VI 0,5 1 1 2,5 2 1,5 Tableau 5 : Epaisseur de plomb à mettre en œuvre pour la protection Nota : le constructeur des appareils, informe généralement sur l’épaisseur de plomb nécessaire pour la protection. Il faut bien évidemment respecter cette dernière valeur. On peut noter que la norme exige une certaine qualité du plomb : pureté minimale de 99,97%. Enfin une équivalence en plomb de certains matériaux est fournie afin de pouvoir présenter d’autres solutions de cloisonnement : Epaisseur équivalente de matière Epaisseur de plomb Béton Béton baryté (ρmoy = 2,35 kg/m3) (ρmoy = 3,2 kg/m3) 1 mm 90 12 2 mm 176 22 Tableau 6 : Equivalence des matières en plomb - Les cloisons faradisées : Ce sont des cloisons sur lesquelles est disposé un maillage en cuivre. Ce dernier a pour but d’empêcher les ondes de radiofréquences émises par l’appareil de sortir de la salle et les ondes de radiofréquences extérieures de pénétrer dans la salle. Page 24
  • 25. Généralement, le maillage de cuivre est disposé sur toutes les parois de la salle (plafonds, murs, portes, …) formant ainsi une cage de Faraday. Ce type de cloisons est utilisé pour les salles d’IRM. Le maillage étant indépendant de la cloison, qui peut être en plaque de plâtre, la cage de Faraday n’est pas détaillée ici. - Les bunkers : Réalisés en béton (baryté, généralement) d’épaisseur variant jusqu’{ 2,00m, il permet de stopper les radiations importantes émises lors de radiothérapie, curiethérapie, … Ne concernant pas des cloisons en plaque de plâtre, les bunkers ne sont pas traités dans cette étude. 4.1.3.5 L’hygiène des locaux La norme NF S 90-351 définit les risques sanitaires des locaux d’un ERP type U : Nombre deDésignation Niveau Risques particules Locaux concernés selon la norme de la zone Requis sanitaires supérieures à 0,5µm/m3 d’air Locaux non A Minimes - Halls, bureaux, services administratifs et techniques spécifiques Circulations, salles d’attente, consultations externes, B ISO 8 Moyens 3 500 000 maternités, long et moyens séjour, hébergement pour personnes âgées, sanitaires, blanchisserie, pharmacies Réanimations, laboratoires, nurseries, pédiatrie, C ISO 7 Elevés 350 000 hémodialyse, radiologie, salle de réveil, d’accouchement, d’autopsie Très Soins intensifs, blocs opératoires, urgences, services de D ISO 5 3 500 élevés greffe, de brûlés Tableau 7 : Classement des locaux suivant leur hygiène à respecter Ce classement importe notamment sur le choix des plafonds suspendus. En effet, généralement les cloisons et le sol sont recouvert d’un revêtement, choisi en conséquence mais ne faisant pas partie du lot plâtrerie ; les plafonds, eux, ont généralement un aspect fini, laissé tel quel (quelque fois recouvert d’une couche de peinture) et doivent donc de par leur finition assurer le niveau d’hygiène requis. Nota : les niveaux ISO sont définis par la norme ISO 14-644, comme suit : Nombre de particules supérieures à (particules(µm)/m3) d’air Classification 0,1 µm 0,2 µm 0,3 µm 0,5 µm ISO 1 10 2 ISO 2 100 24 10 4 ISO 3 1 000 240 102 35 ISO 4 10 000 2 400 1 020 350 ISO 5 100 000 24 000 10 200 3 500 ISO 6 1 000 000 240 000 102 000 35 000 ISO 7 350 000 ISO 8 3 500 000 ISO 9 35 000 000 Tableau 8 : Classement ISO des salles blanches et des locaux traités Page 25
  • 26. 4.2 La sécurité incendie Les Etablissements Recevant du Public (ERP) étant destinés à recevoir du public, commeson nom l’indique, ils doivent être intransigeant au niveau de la sécurité incendie. Ainsi, il existeun « règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant du public ». Cedernier comporte plusieurs parties. Deux d’entre elles nous intéresse dans notre cas : - La partie généraliste de construction, dont les articles sont précédés par CO. - La partie concernant particulièrement les constructions de type U, dont les articles sont précédés par U.4.2.1 Le classement des ERP Les ERP font l’objet d’un classement particulier suivant le type et la catégorie : - Le type correspond à la nature du bâtiment (ex : O – Hôtels et pensions de famille ; T – Salles d’expositions, …). Les établissements sanitaires sont classés en structure de type U. - La catégorie correspond { l’effectif total de l’établissement, ou encore à la capacité maximum d’accueil. On dénombre 5 catégories : o 1ère catégorie : + de 1500 personnes o 2ème catégorie : de 701 à 1500 personnes o 3ème catégorie : de 301 à 700 personnes o 4ème catégorie : de 100 à 300 personnes o 5ème catégorie : - de 100 personnes.4.2.2 Les notions relatives à la sécurité incendie 4.2.2.1 La réaction au feu La réaction au feu est la manière dont le matériau va se comporter comme combustible.Cette définition est gérée par l’Arrêté du 20 décembre 2002 Il existe une classification française et une classification européenne. o Classification française : elle est écrite par le CSTB. On y dénombre 5 catégories de M0 à M4, M0 étant le plus difficilement inflammable. A noter, une classe NC pour les matériaux non classé. o Classification européenne : elle divise les matériaux de construction en deux parties : les sols et les autres produits. Le classement des sols est précédé de l’indice « fl », pour différencier du reste. On dénombre 5 catégories A2, B, C, D et E, correspondant à la classification française (F correspondant à NC) et une catégorie faisant entrer en jeu la notion d’incombustible : A1. En complément, la norme européenne tient compte de deux autres critères : l’opacité des fumées (quantité et vitesse) s1 { s3 – respectivement dégagement très limité, limité, autre - et les gouttelettes et débris enflammés d0 à d2 – respectivement pas de gouttelettes, gouttelettes pendant au plus 10s, autres -. Page 26
  • 27. La correspondance des classifications se fait ainsi, d’après l’Arrêté du 20 décembre 2002 : Classement européen (NF EN 13-501-1) Classement français A1 - - Incombustible A2 s1 d0 M0 s1 d1 A2 s2 d0 M1 s3 d1 s1 d0 B s2 d1 M1 s3 - s1 d0 C s2 d1 M2 s3 - s1 d0 M3 D s2 d1 M4 s3 - (sans gouttant) E - d2 M4 F - - NC Tableau 9 : Correspondance des classifications à la réaction au feu des matériaux 4.2.2.2 La résistance au feu Elle caractérise le temps pendant lequel les éléments de construction conservent leurs caractéristiques mécaniques et d’isolation. Elle est définit par l’Arrêté du 22 Mars 2004 qui introduit une nouvelle classification européenne. Les différents niveaux de résistance au feu correspondant à des durées, le classement européen exige de notifier cette durée en minutes (et non en heures, comme dans la classification française). Classement Classement Explications Désignation français européenCapacité portante SF R L’élément assume sa fonction L’élément est stable au feu etEtanchéité au feu PF E étanche aux flammes L’élément est stable au feu,Etanchéité au feu étanche aux flammes et la EI (REI si élément et isolation CF température du côté non porteur) thermique exposé ne dépasse pas 140°C en moyenne E ou EI avec Coupe feu de CFT indication du sens traversée du feu (i→o, o→i) Tableau 10 : Correspondance des classements de résistance au feu Figure 20 : Illustration du classement européen Page 27
  • 28. 4.2.2.3 Les différentes zones liées à la sécurité incendieLes zones protégées : Ce sont des zones délimitées par des cloisons caractérisées par un coupe- feu particulier, nécessaires lors de la présence de locaux à sommeil. Le passage d’une zone protégée { une autre se fait obligatoirement par les circulations.Les zones de mise { l’abri : Si la zone protégée regroupe plus de 20 lits, cette dernière doit être recoupée en zones de mise { l’abri de capacité maximum de 20 lits et ayant le même ordre de grandeur de capacité. Elles sont isolées entre elles par des cloisons de degré coupe feu spécifiques.Les compartiments : Volume { l’intérieur duquel les exigences de résistance au feu ne s’appliquent pas. Ils sont autorisés dans les espaces sans locaux { sommeil ou dans les espaces avec locaux { sommeil mais disposant d’une surveillance humaine particulière et permanente. Ils sont délimités par un cloisonnement ayant une résistance au feu spécifiée. 4.2.2.4 La notion de coupe feu et de coupe feu de traversée On parle de coupe feu pour une paroi (ou une ouverture : porte, trappe,châssis vitré) séparant deux locaux, le feu pouvant seulement se transmettre par lebiais de la paroi : Figure 21 : Notion de coupe feu On parle de coupe feu de traversée en présence de gaine technique ou deconduits traversant plusieurs locaux, en horizontal ou en vertical. En effet, le feupeut encore se propager par le biais de la paroi (ou de la dalle) mais il peutégalement se transmettre par le biais du conduit ou de la gaine : c’est le coupe feude traversée : Figure 22 : Notion de coupe feu de traversée4.2.3 Les textes règlementaires 4.2.3.1 Le cloisonnement La règlementation fixe les différents niveaux de résistance au feu des éléments verticaux Selon les codes de construction en vigueur, 4 types de structure sont identifiables : - Les bâtiments sur un seul niveau ; - Les bâtiments ayant une hauteur inférieure à 8 m ; - Les bâtiments ayant une hauteur de 8 m à 28 m ; - Les bâtiments de grande hauteur, supérieure à 28 m. Page 28
  • 29. Chaque type de bâtiment se décline ensuite selon les 5 catégories définies dans leclassement des ERP : 1ère, 2ème, 3ème, 4ème et 5ème catégorie. D’après le règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant dupublic : dispositions générales et le règlement de sécurité contre l’incendie relatif auxétablissements recevant du public, dispositions particulières du type U Type RDC H<8m 8 m < H < 28 m H > 28 m Catégorie 1-2-3-4-5 1-2-3-4-5 2-3-4-5 1 1-2-3-4-5 Structure SF h SF 1h SF 1h SF 2h Locaux à Cloison CF h CF 1h risques courants Porte PF h* Locaux à Cloison CF 1h risques moyens Porte PF h* Locaux à Cloison CF 2h risques importants Porte CF 1h * Locaux non Cloison PF h réservés au sommeil Porte PF hLocaux réservé Cloison CF h CF 1h au sommeil Porte PF h Blocs Parois CF 2h opératoires Portes CF h* Espaces spécifiques Paroi CF 1h (réa, dyalise,soins intensifs, Portes PF 1h * …) Cloison PF h PF 1h PF 1h PF 2hCompartiment Porte CF h CF 1h CF 1h CF 2h Cloison CF 1hZone protégée Porte PF h*Zone de mise à Parois CF 1h l’abri Portes CF h* * : Nécessite l’ajout d’un ferme porte ou d’une fermeture automatique Tableau 11 : Résistance au feu imposée aux éléments verticaux Page 29
  • 30. 4.2.3.2 Les gaines techniques et les conduits (hors désenfumage) D’après le règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant dupublic : dispositions générales et le règlement de sécurité contre l’incendie relatif auxétablissements recevant du public, dispositions particulières du type U : Local traversé ou desservi Conduits Risques courants et moyens Risques importants Conduits d’eau en charge Pas de spécification Pas de spécification d < 75 mm Pas de spécification Pas de spécification 75 < d < 125 mm PF de traversée 1/2h PF de traversée 1/2h -Si le conduit ne dessert pas le local : 125 mm < d < 315 mm PF de traversée 1/2h CF de traversée = CF de la paroi -Sinon : PF de traversée1/2h Gaine : MO ou A2 s2 d0 Gaine : MO ou A2 s2 d0 CF de traversée = CF de la paroi CF de traversée = CF de la paroid > 315 mm = gaine obligatoire (ou CF 1h maxi) (ou CF 1h maxi) Trappe : PF ½ h Trappe : PF ½ h Tableau 12 : Résistance au feu des gaines techniques et des conduits (hors désenfumage) 4.2.3.3 Le désenfumage D’après l’Instruction technique n°246 du 22 mars 2004 : relative au désenfumage dansles établissements recevant du public : Conduits Résistance au feu Réaction au feu Les conduits traversent d’autres locaux Ventilation CF de traversée = CF de la paroi A2 s2 d0 (ou MO) Extraction des fumées CF = CF de la paroi A2 s2 d0 (ou MO) Les conduits ne traversent pas d’autres locaux Ventilation ou extraction des SF ¼ h SF ¼ h fumées Tableau 13 : Résistance et réaction au feu des conduits de désenfumage 4.2.3.4 Les plafonds suspendus D’après le règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant dupublic : dispositions générales, article AM4 : Désignation Réaction au feu M1 sur la totalité Elément d’habillage (plaques ou dalles) ou M1 et 25% maximum de la surface totale en M2 dans les dégagements ou M3 dans les locaux Suspentes et fixation M0 Isolation (si e≥5mm) A2 s2 d0 (ou M0) Tableau 14 : Exigences de réaction au feu des plafonds suspendus Page 30
  • 31. 4.3 L’acoustique L’hôpital est un établissement public où cohabitent patients, médecins, infirmière etvisiteurs. Pour le bien être de tous, un niveau acoustique spécifique est à respecter. Il permetainsi la confidentialité des discussions mais aussi le calme vis-à-vis des circulations et sallesd’attente qui peuvent s’avérer très bruyantes.4.3.1 Les notions d’acoustique 4.3.1.1 Le bruit et le niveau de bruit Le bruit correspond à un mélange confus de sons. Ce mélangeest caractérisé par sa fréquence en Hertz et par son niveau en décibels(dB). L’acoustique se base essentiellement sur les décibels, que ce soitau niveau calculatoire, ou au niveau règlementaire. Pour mieuxpercevoir cette notion de niveau de bruit et de décibels, voici uneéchelle de son : L’échelle des décibels n’étant pas linéaire (logarithmique), onpeut noter qu’en augmentant un bruit de 3dB, on « double » lapuissance acoustique du bruit. Figure 23 : Echelle de son en décibels 4.3.1.2 Les différents types de bruitIl existe 5 sources de bruit identifiables : - Bruits aériens : ils se transmettent par la voie de l’air et peuvent être intérieurs ou extérieurs. Ils sont caractérisés, au niveau des calculs, par les valeurs d’indices d’affaiblissement et d’isolement acoustique. - Bruits solidiens : ils se transmettent par l’intermédiaire d’un élément vertical (mur, fenêtre, …), puis se diffusent dans l’air. Ils sont caractérisés, au niveau des calculs, par le niveau de pression acoustique (niveau de bruit) et l’absorption acoustique des matériaux. - Bruits d’impact ou de choc : ce sont des bruits solidiens mais transmis par un élément horizontal (sol). - Bruits de voisinage : issu de l’activité humaine. Ils sont généralement pris en compte dans les valeurs règlementaires de confort acoustique. - Bruits d’équipement : ils sont soit solidiens, soit aériens. Ils sont notifiés dans les textes règlementaires. 4.3.1.3 Le temps de réverbération C’est le temps que met l’intensité du son pour décroître de 60dB, après que la sourcesonore ait cessé d’émettre. Plus les matériaux sont absorbants, plus le temps de réverbérationdiminue. Le temps de réverbération est obtenu à partir de la formule de Sabine : Avec : V : volume du local (m3) A : aire d’absorption équivalente : Avec : Si : surface du matériau i (m²) αi : coefficient d’absorption du matériau i Page 31
  • 32. 4.3.1.4 L’indice d’affaiblissement d’un matériau C’est une caractéristique intrinsèque au matériau (ou { l’assemblage de plusieursmatériaux – les cloisons, par exemple). Il correspond à la performance face à un bruitd’émission. Ra s’utilise pour des bruits aériens intérieurs (ou pour les bruits du trafic aérien). 4.3.1.5 L’isolement acoustique Il caractérise le local de réception face { un local d’émission de bruit et dépend de lanature des séparatifs mise en œuvre dans le local. Il est obtenu { l’aide d’une formulesimplificatrice : Avec Ra : affaiblissement du matériau ou du complexe (dB) V : volume de la pièce de réception du bruit (m3) S : surface de la paroi commune de séparation (m²) Β : coefficient fonction du temps de réverbération : pour pour pour a : perte d’isolement pas transmission par les parois latérales et 4.3.1.6 Le niveau de pression acoustique Théoriquement, c’est la pression acoustique convertie àl’échelle des décibels (dB). La pression acoustique (Pa) correspond { lavariation de pression de l’air produite par une source de bruit. Afin de mieux percevoir cette notion, voici un tableau recensantcertains bruits : De manière pratique, deux notions traduisent ce niveau depression acoustique : les bruits de chocs (ou d’impact) et les bruitsd’équipements. - Les bruits de chocs : Ils correspondent aux bruits d’impact sur le sol, aux pas des personnes utilisant le local d’émission, ou Figure 24 : Echelle des bruits de chocs et aux chocs provoqués par une machine à laver par exemple. d’équipement - Les bruits d’équipements : Ils sont caractérisés par le niveau de pression L nAT en dB(A). Ils correspondent soit { des bruits d’équipement individuels (robinetteries, les chutes d’eaux (sanitaires et pluviales), le chauffage et la ventilation individuelle) ou à des bruits d’équipements collectifs (les ascenseurs, les vide-ordures, la chaufferie collective et la VMC). 4.3.1.7 La notion d’interphonie Elle est le pendant du coupe-feu de traversée, en termes d’acoustique.En effet, l’interphonie est en fait le pont phonique crée par une gaine (ou unconduit), qu’il faut résorber pour conserver l’isolement entre deux locaux : L’interphonie est caractérisé par un affaiblissement limite des paroisdes gaines, ou conduits, Σ (Rw+C)gt, à respecter. Cet affaiblissementcorrespond à la somme des affaiblissements des parois de la gaine ou duconduit. Figure 25 : Notion d’interphonie Page 32
  • 33. 4.3.2 Le contexte règlementaire pour les locaux accessibles aux patients 4.3.2.1 L’isolement acoustique L’Arrêté du 25 Avril 2003 définit, entre autre, les valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter. Ces valeurs sont définies pour un temps de réverbération de référence Salles d’examen Emission et de Salles Locaux consultations, d’opération, Circulations Autres locaux d’hébergement et bureaux d’obstétrique, internes d’activité de soins médicaux et salles de travailRéception soignants, salles d’attentes Salles d’opération,d’obstétrique, salles DnT,A ≥ 47 dB DnT,A ≥ 47 dB DnT,A ≥ 47 dB DnT,A ≥ 32 dB DnT,A ≥ 47 dB de travail Locauxd’hébergement et de soins, salles d’attentes (hors urgences), salles d’examen et de DnT,A ≥ 42 dB DnT,A ≥ 42 dB DnT,A ≥ 47 dB DnT,A ≥ 27 dB DnT,A ≥ 42 dB consultation,bureaux médicaux et soignants, autres locaux où peuvent être présents des malades Porte entre cabine de déshabillage et cabinet de consultation : Ra = Rw+C ≥ 35 dB Tableau 15 : Valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter : locaux publics On peut de plus, améliorer le confort acoustique afin de construire un bâtiment labellisé HQE. Dans ce cas, il faut, d’après le référentiel HQE du CSTB, Février 2008 : Critère Désignation Caractéristique Intitulé Niveau DnT,A ≥ DnT,A réglementaire pour 100% des Isolement au B locaux bruit aérien des Isolement acoustique DnT,A ≥ DnT,A réglementaire + 3 dB pour au locaux sensibles standardisé pondéré DnT,A P moins 75% des locaux vis-à-vis des entre locaux (dB) DnT,A ≥ DnT,A réglementaire + 3 dB pour au autres locaux TP moins 90% des locaux Tableau 16 : Valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter pour être label HQE : locaux publics Légende : B : base P : performant TP : très performant Page 33
  • 34. 4.3.2.2 Le temps de réverbération L’Arrêté du 25 Avril 2003 fixe les valeurs maximales de durée de réverbération : Volume des locaux (m3) Nature des locaux Temps de réverbération (s) Salles de restauration Tr ≤ 0,8 Salles de repos du personnel Tr ≤ 0,5 V ≤ 250 Local public d’accueil Tr ≤ 1,2 Local d’hébergement ou de soins, salles d’examen et de Tr ≤ 0,8 consultations, bureaux médicaux et soignants 250 ≤ V ≤ 512 Local et circulation accessible au public (excepté les Tr ≤ 1,2 V ≥ 512 circulations dans les zones d’hébergement et de soins Tr ≤ Tableau 17 : Valeurs maximales des durées de réverbération : locaux publics On peut de plus, améliorer le confort acoustique afin de construire un bâtiment labellisé HQE. Dans ce cas, il faut, d’après le référentiel HQE du CSTB, Février 2008 : Critère Désignation Caractéristique Intitulé Niveau Pour tous les locaux : Durée de réverbération Tr (s) en fonction Respect des Tr et A de l’arrêté B du volume V (m3) ou aire d’absorption équivalente (A en m²) d’avril 2003 Respect des exigences de durée Maîtrise de Etude acoustique pour les locaux suivants : de réverbération moyenne P l’acoustique - halls et circulations issues de l’étude acoustique interne des - locaux nécessitant une bonne intelligibilité de la parole (salle Respect d’exigences basées sur locaux de conférence, auditorium, local à diffusion sonore, etc.) les indicateurs spécifiques issus TP - locaux de volume > 500 m3 dune étude acoustique détaillée Tableau 18 : Valeurs maximales des durées de réverbération pour être label HQE : locaux publics Légende : B : base P : performant TP : très performant 4.3.2.3 Le niveau de pression acoustique L’Arrêté du 25 Avril 2003 fixe les valeurs maximales de niveau de pression à respecter, pour une durée de réverbération : Réception Niveau de pression maximum exigée Equipement hydraulique et sanitaire Autres équipements Local d’hébergement LnA,T ≤ 35 dB (A) LnA,T ≤ 30 dB (A) Salles d’examens et de consultations, les bureaux médicaux LnA,T ≤ 35 dB (A) et soignants et les salles d’attente Les salles d’opérations, d’obstétrique et les salles de travail LnA,T ≤ 40 dB (A) Tableau 19 : Valeurs maximales de niveau de pression vis-à-vis des bruits d’équipement : locaux publics On peut de plus, améliorer le confort acoustique afin de construire un bâtiment labellisé HQE. Dans ce cas, il faut, d’après le référentiel HQE du CSTB, Février 2008 : Critère Désignation Caractéristique Intitulé Niveau Isolement au LnA,T ≥ LnA,T réglementaire pour 100% des locaux Bbruit aérien des Isolement acoustiquelocaux sensibles standardisé pondéré LnA,T ≥ LnA,T réglementaire - 3 dB pour au moins 75% des locaux P vis-à-vis des DnT,A entre locaux (dB) autres locaux LnA,T ≥ LnA,T réglementaire - 3 dB pour au moins 90% des locaux TP Tableau 20 : Valeurs maximales de niveau de pression vis-à-vis des bruits d’équipement pour être label HQE : locaux publics Légende : B : base P : performant TP : très performant Page 34
  • 35. 4.3.2.4 L’interphonie Il n’y pas d’exigences requises pour l’interphonie dans l’arrêté du 25 Avril 2003, relatif {la limitation du bruit dans les établissements de santé. Cependant, on peut rappeler lesexigences en bâtiment d’habitation au niveau règlementaire, notamment pour les zonesd’hébergement des hôpitaux (Rw+C)gt Local d’émission Local de réception Sans laine minérale Avec laine minérale (1) Tout local d’un logement et Pièce principale 72 67circulation sans porte palière Salle d’eau 69 64 Pièce principale 77 72 Local d’activités Salle d’eau 75 70 Tableau 21 : Exigences vis-à-vis de l’interphonie(1) : pour une laine minérale d’épaisseur supérieure ou égale { 3cm et de surface minimale 2m²/niveau4.3.3 Le contexte règlementaire pour les bureaux et locaux non accessibles aux patients 4.3.3.1 L’isolement acoustique La norme NF S 31-080 « Bureaux et espaces associés » informe sur les isolementsacoustique à respecter : Emission Tous locaux Circulations Réception Bureaux individuels, Bureaux collectifs, Espace de détente DnTA ≥ 35 dB DnTA ≥ 30 dB Salles de réunion / de formation DnTA ≥ 40 dB DnTA ≥ 35 dB Tableau 22 : Valeurs minimales d’isolement acoustique à respecter : locaux administratifs 4.3.3.2 Le temps de réverbération La norme NF S 31-080 « Bureaux et espaces associés » informe sur les temps deréverbération à respecter. Dans la majorité des cas, le temps de réverbération doit être inférieurà 0,6 secondes. 4.3.3.3 Le niveau de pression acoustique vis-à-vis des bruits d’équipement La norme NF S 31-080 « Bureaux et espaces associés » informe sur les niveaux depression à respecter : Réception Tous locaux Bureaux individuels, Bureaux collectifs LnA,T ≤ 35 dB Salles de réunion / de formation et Espace de LnA,T ≤ 40 dB détente Tableau 23 : Valeurs maximales de niveau de pression à respecter : locaux administratifs4.3.4 Les calculs acoustiques 4.3.4.1 Démarche acoustique pour le choix des produits Les cloisons sont choisies en fonction de l’isolement acoustique règlementaire, pour un . Grâce à la formule, vue auparavant, on détermine un affaiblissement minimal,caractéristique intrinsèque d’une cloison, qui permet de se diriger vers la solution la plusappropriée. Ce calcul a pu être « automatisé » dans une feuille de calcul : Page 35
  • 36. Indice d’affaiblissement acoustique de chaque Surface de chaque composant de la paroi: composant de la paroi Calcul de l’affaiblissement de la paroi composite Affaiblissement de la paroi composite : Figure 26 : Exemple de note de calcul acoustique pour déterminer l’affaiblissement des cloisons Les gaines techniques sont définies en fonction de leur capacité à isoler des bruitsd’équipement, dans un premier temps et dans un second temps, { conserver l’isolementacoustique par rapport { la notion d’interphonie. Page 36
  • 37. Enfin, le faux plafond est déterminé { l’aide de la formule du temps de réverbération.Ainsi, toutes les parois du local sont recensé et par itération, on choisi le faux plafond qui permetd’atteindre le temps de réverbération règlementaire. De même que pour les cloisons, le calculpeut être automatisé : Aire d’absorption de chaque matériau : Coefficient d’absorption alpha sabine α (Caractéristique intrinsèque du matériau) Moyenne arithmétique sur les fréquences 500, 1 000 et 2 000 Hz Figure 27 : Exemple de note de calcul acoustique pour déterminer les faux-plafond Page 37
  • 38. 5 Les cloisons 5.1 La base de données5.1.1 Présentation des fournisseurs L’ensemble de l’étude a été menée avec les principaux fournisseurs de plaques de plâtre :Lafarge, Knauf et Placo. Le produit Fermacell, de l’entreprise Xella, fait également partie de cetteétude. 5.1.1.1 Lafarge Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge intervient en ciment, granulats,béton et plâtre (n°3). Le groupe est présent dans 79 pays. Il représente un chiffre d’affaires de19 milliards d’euros, 84 000 collaborateurs et 2187 sites de production. L’entité Lafarge plâtre représente, à elle seule, 77 sites industriels dans 28 pays. 5.1.1.2 Knauf Knauf est le premier producteur européen de plaques de plâtre. L’entreprise représente4 milliards de chiffre d’affaires, 18 500 collaborateurs et une implantation dans 35 pays. 5.1.1.3 Placo Placoplatre est le n°1 français des produits à base de plâtre et fait partie du groupemondial, Saint-Gobain, et plus précisément de l’entité Saint-Gobain Gypse. Placoplatre, c’est2000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 600 Millions d’euros. Saint-Gobain Gypsereprésente 150 sites industriels et 75 carrières à travers le monde entier. 5.1.1.4 Fermacell Fermacell est la marque des panneaux en fibro-plâtre de l’entreprise Xella. L’entrepriseXella est placée au premier plan du marché européen des matériaux de construction. Ellereprésente 1,3 milliards d’euros et fait collaborer 7650 personnes. Elle distribue les produitsYtong, entre autre.5.1.2 Les Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires (FDES) Afin de répondre à une démarche HQE, la plupart des produits proposés par lesentreprises ont une FDES. Elles permettent essentiellement de répondre à quatre cibles (n°2 :choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction, n°11 : confort olfactif, n°12 :qualité sanitaire des espaces, n°13 : qualité sanitaire de l’air) (définition des cibles HQE enAnnexe n°4) Ces fiches permettent de réaliser un bilan environnemental des matériaux deconstruction, { l’aide d’une analyse de cycle de vie : Figure 28 : Illustration d’une FDES Page 38
  • 39. 5.1.3 La certification des produits : CE ou NF ? Depuis septembre 2006, le marquage CE des plaques de plâtre (et des accessoires demontage : rails, montants, …) est obligatoire. Cette certification est équivalente à un « passeportde circulation » dans l’Union Européenne. Elle n’est basée que sur une simple déclaration dufabricant qui atteste de la conformité de leurs produits aux spécifications des normeseuropéennes harmonisées. Le marquage CE ne signifie donc pas que les produits soientconformes au DTU 25.41. Le marquage NF n’est pas obligatoire mais permet de choisir un produit conforme auDTU 25.41. Il est basé sur le volontariat du fabricant mais fait appel { l’AFNOR pour valider lacertification. C’est donc une marque de qualité des produits.5.1.4 Les divers produits existants Une cloison est constituée de 3 produits : des rails (ou cornières), desmontants et des plaques de plâtre. L’ensemble rails+montants se nommeossature. Figure 29 : Illustration d’une ossature : cas d’un rail 5.1.4.1 Les rails (ou cornières) Elément horizontal placé en pied et en tête des plaques. On caractériseun rail par un nombre qui correspond à sa largeur en mm, ex : 36. Il estremplacé dans certains cas par une cornière (par exemple lorsque iln’existe pas de montants assez large pour réaliser la solution) Figure 30 : Illustration d’une ossature : cas d’une cornière 5.1.4.2 Les montants Elément vertical placé suivant un entraxe défini (généralement 0,40 m ou 0,60 m). Oncaractérise un montant par deux nombre, ex : 36/40, 36 étant la dimension du rail dans lequel lemontant doit rentrer et 40 étant le retour des montants. On trouve des montants simples ouaccolés : Figure 31 : Montant simple Figure 32 : Montants accolésCas particulier : Les montants acoustiques : C’est un montant que l’on trouve chez Lafarge et chez Placo. Son profil estdifférent et donc plus performant niveau acoustique : Figure 33 : Schéma d’un Figure 34 : Vue en coupe d’un montant acoustique montant acoustique Page 39
  • 40. 5.1.4.3 Les plaques de plâtre Les plaques de plâtre sont constituées de plâtre moulé entre deux couches de carton. 5.1.4.3.1 Les dimensions standards des plaques - Epaisseurs : o 12,5 mm : la plus courante o 18 et 25 mm : pour le milieu hospitalier o 6 mm, 10 mm : pour les cas particuliers (cintrage par exemple) o 15 mm : moins utilisée. - Largeurs : o 120 cm : la plus courante o 90 cm : pour les plaques de 25 mm o 60 cm : pour des applications spécifiques (lieux exigus par exemple) - Longueur : o 250 cm : plaque commercialisée grand public o De 200 à plus de 300 cm en commande 5.1.4.3.2 Les types de finitions des plaquesSelon norme NF EN 520 : o Bords Amincis BA : (le plus courant) 2 BA (cloisons, gaines, …) ou 4 BA (plafonds) o Bords Ronds BR : o Bords Droits BD : o Bords Ronds Amincis BRA : o Bords Chanfreinés : Figure 35 : Types de finitions 5.1.4.3.3 Les plaques courantesLa plaque standard : Sans caractéristique particulière, c’est la plaque de base. Elleest facilement repérable par sa couleur grise/blanche.Selon la norme NF EN 520 : plaque de type A Figure 36 : Plaque standardLa plaque hydrofuge : Plus résistante { l’humidité grâce { une compositionde plâtre différente, elle se repère par sa couleur verte.Selon la norme NF EN 520 : plaque de type H Figure 37 : Plaque hydrofugeLa plaque haute dureté : Plus résistante aux chocs, elle se repèregénéralement par la couleur jaune.Selon la norme NF EN 520 : plaque de type D et/ou I Page 40
  • 41. La plaque ignifuge : Plus résistante au feu grâce à une composition différente, Figure 38 : Plaque Haute Duretéelle se repère par sa couleur rose.Selon la norme NF EN 520 : plaque de type D et/ou F Figure 39 : Plaque ignifugeLa plaque phonique : Plus performante niveau acoustique, généralement grâce àune masse volumique différente, elle est repérable par la couleur bleue ou parme,suivant les fournisseurs.Selon la norme NF EN 520 : plaque de type D, F et/ou I Figure 40 : Plaque phonique 5.1.4.3.4 Les plaques spécialesLa plaque de ciment : Plaque de plâtre dont l’âme est liée au ciment et armée {l’aide d’un treillis. Figure 41 : Plaque de cimentLa plaque haute résistance { l’humidité – Prégy Wab – Lafarge : Plaque composéed’un cœur de plâtre spécialement formulé et d’un parement non cartonné,hydrofugé, elle convient pour les locaux EB+C, ainsi que pour les cuisines etdouches collectives. Elle se distingue par sa couleur orange. Figure 42 : Plaque Prégy WabLa plaque de protection pour les rayons X : Plaque composée d’une plaque dite « courante »,complétée par une feuille de plomb, collée en usine (Placoplatre et Knauf) ou intégrée surchantier (Lafarge). Généralement, on parle de cloisons de protection pour les rayons X, un seuldes deux parements étant réalisé à l’aide d’une plaque renforcée en plomb. L’ajout de la feuille deplomb ne change aucunes des propriétés de la solutionLa plaque Fermacell : Plaque qui regroupe les différentes caractéristiquesprésentées auparavant : hydrofuge, ignifuge et haute dureté : plaque Fermacell BA.Elle comporte également de bonnes propriétés acoustiques. Ce sont des plaques degypse renforcées par des fibres celluloses et ne comporte pas de finitions en carton :Cette plaque n’existe qu’en épaisseur 15mm, 12,5mm et 10mm. Figure 43 : Plaque Fermacell 5.1.4.4 Les produits de finition 5.1.4.4.1 Le MAP Le MAP est un mortier colle servant au rebouchage et au collage.Nota : MAP est la dénomination du mortier colle de Placo ; elle s’est cependant vulgarisée 5.1.4.4.2 Les bandes Calico Ce sont des bandes papier servant à effectuer les joints entre plaques. Elles sontencollées par l’intermédiaire d’un enduit et recouverte par le même produit par la suite. Figure 44 : Bande Calico Page 41
  • 42. 5.1.5 Les trois solutions en plaques de plâtre existantes En assemblant les produits existants, de multiples solutions apparaissent. On peutcependant les regrouper en trois sortes : - Cloison à ossature simple : Constituée d’un parement simple ou double peau fixé sur une ossature. Les montants peuvent être simples ou accolés : Figure 45 : Vue en plan d’une cloison à ossature simpleFigure 46 : Exemple d’une cloison à ossature simple – Vue 3D - Cloison à ossature simple mais avec montants alternés : Constituée d’un parement simple ou double peau fixé sur une ossature. Les montants peuvent être simples ou accolé. Le rail peut, dans ce cas, être remplacé par des deux cornières, pour des grandes largeurs de montant. Figure 47 : Vue en plan d’une cloison à ossature simple et montants alternésFigure 48 : Exemple de cloison à ossature simple et montants alternés– Vue 3D Page 42
  • 43. - Cloison à ossature double indépendante : Constituée d’un parement simple, double, triple peau symétrique ou dissymétrique, fixé sur une ossature. Les montants peuvent être simples ou accolés. Figure 49 : Vue en plan d’une cloison à double ossatureFigure 50 : Exemple de cloison à double ossature – Vue 3D5.1.6 La démarche utilisée pour créer la base de données Après avoir pris connaissance des divers matériaux existants, le but était de regroupertoutes les solutions de cloisons existantes pour avoir une vision globale de l’offre proposée parles divers fournisseurs. Cette base de données devant permettre une comparaison d’unfournisseur à un autre, seule les solutions transverses à au moins deux des fournisseursapparaissent dans la base. Il a donc fallu trouver un moyen de présenter chaque type de cloison, de manièresynthétique mais de façon à avoir accès à toutes les informations indispensables. En comparant les notions règlementaires et les données fournies par les constructeurssur leurs différentes cloisons, trois notions sont apparues nécessaire à faire apparaître danscette base de données : - L’affaiblissement acoustique des solutions que ce soit avec isolant, sans isolant, avec ou sans montant acoustique - La résistance au feu de chacune d’elles - Les hauteurs maximum d’utilisation, sachant que les milieux hospitaliers font souvent l’objet de grande hauteur (cf. § 4.1 – Avant-propos sur la typologie d’un hôpital). Les comparaisons se font sur les solutions proposées par Lafarge, Placo et Knauf. Lessolutions émises pas Fermacell apparaissent seulement pour les solutions utilisant des plaquesBA 13 (cf. § 5.3.3.3 – Les types de plaque : les plaques Fermacell). Cette partie représente un peu plus de 23 fiches-produit. Elles sont classées suivant letype de solutions (ossature simple, ossature simple avec montants alternés, ossature double) etde la plus petite à la plus grande épaisseur. Page 43
  • 44. 5.1.7 Exemple d’une cloison type issue de la base de données Schéma visuel de la solution Affaiblissement acoustiqueRésistance au feu Hauteur maxi d’utilisation Figure 51 : Extrait de la partie « base de données » du guide Page 44
  • 45. 5.1.8 Les solutions spéciales pour les locaux EB+C et EC Comme vu précédemment (cf. § 4.1.3.2 – Les locaux humides), les plaques de plâtre nepeuvent pas s’appliquer dans les locaux humides classés EB+C et EC. Plusieurs solutions sont possibles : - Cloison en plaque de ciment (définition cf. § 5.4.3.4 – Les plaques spéciales), disponible chez Placo, Knauf et Fermacell ; - Cloison en plaque Prégy Wab , solution Lafarge (définition cf. § 5.4.3.4 – Les plaques spéciales) ; - Cloison en élément composite : Cloisons constituées d’une âme isolante collée entre deux parements métalliques. Elles résistent { l’humidité et supportent un lavage intensif ; Parement métallique Figure 52 : Coupe d’un élément composite Isolant (laine de roche, mousse Figure 53 : Photo d’un élément composite polyuréthane) Fournisseurs : Dagard, Isover, … - Cloison en matériau lourd : Il est envisageable de réaliser ces cloisons en parpaing enduit.5.1.9 Cas particulier : les cloisons cintrées 5.1.9.1 Méthode traditionnelle Le cintrage des cloisons est une opération délicate et longue, qui peut,traditionnellement s’effectuer de trois manières différentes : - A l’état sec ; - A l’état humide ; Figure 54 : Exemple de cloison cintrée - A l’état humide avec un préformage sur gabarit. Le cintrage ne peut s’effectuer que sur des plaques de faible épaisseur, assez souples poursupporter l’opération. Ce sont les plaques BA 6, BA 10 et BA 13. Placo est le seul fournisseur à n’utiliser que cette méthode. Il permet de créer les rayons decourbure suivants :Type de plaque Rayon minimum de cintrage Pose { l’état sec Pose { l’Etat humide Pose { l’Etat humide + préformage BA 6 (6 mm) 0,90 m 0,65 m 0,40 mBA 10 (9,5 mm) 1,60 m 1,20 m 0,70 mBA 13(12,5 mm) 2m 1,50 m 0,90 m Tableau 24 : Rayon minimum de cintrage dans le cas de la méthode traditionnelle 5.1.9.2 La solution Knauf Curvex Knauf a « industrialisé » la méthode traditionnelle et propose ainsi des plaques pré-cintrées. Knauf Curvex est composé de deux plaques de 6,5 mm, pré-cintrées et pré-encolléesdeux par deux. Cette solution permet d’atteindre des rayons de courbure de 15cm minimum. C’est donc une solution compétitive par rapport { la méthode traditionnelle puisqu’elleest plus performante (rayon de cintrage) et elle permet une plus grande productivité. Page 45
  • 46. 5.1.9.3 Platec, la solution Lafarge Platec est une filiale, indépendante, de Lafarge ; elle propose la fabrication de formes surmesure en plaque de plâtre, avec une précision au 1/10ème.Les pièces sont livrées prêtes à être posées. Ce système permet un gain de temps nonnégligeable. Cette solution se rapproche de celle de Knauf mais permet de faire d’autres formes pluscomplexes. Dans le cas de formes complexes, la question du stockage et de la manutention est enprendre en compte. En effet, les pièces sont assez fragiles. Figure 55 : Exemple de forme pouvant être exécutées avec la technologie Platec Page 46
  • 47. 5.2 Le choix des cloisons Deux groupes de locaux à cloisonner ont été identifiés dans un premier temps : les locauxoù l’acoustique prédomine et dimensionne les cloisons et ceux où un autre critère (sécuritéincendie, humidité, …) oriente le choix de la cloison.5.2.1 Les locaux « acoustique » Trois types de locaux peuvent être formés au sein de ce groupe suivant leurs critèresacoustiques (exigences selon l’arrêté du 25 avril 2003 relatif à la limitation du bruit dans lesétablissements de santé et la norme NF S 31-080 relative { l’acoustique dans les bureaux etespaces associés) : - Locaux de type 1 : Les locaux d’hébergement, de soins, les salles d’examen et de consultations, les bureaux médicaux et soignants, les salles d’attente (hors urgence) et les autres locaux où peuvent être présents des malades : Figure 56 : Exigences acoustiques d un local de type 1 - Locaux de type 2 : Les salles d’opération, d’obstétrique et les salles de travail. Figure 57 : Exigences acoustiques d’un local de type 2 - Locaux de type 3 : Les bureaux administratifs, les espaces de travail partagés, les espaces de détente et les salles de réunion et/ou formation*. Figure 58 : Exigences acoustiques d’un local de type 3* : +5dB pour les exigences d’une salle de réunion et/ou formation Page 47
  • 48. Le choix est ensuite fait à l’aide de la base de données (cf. 5 La base de données) et desnotes de calcul acoustique (cf.4.3.3 Les calculs acoustiques). Rappel des exigences Validité de la Détermination fiche de choix de la solution minimale Figure 59 : Exemple extrait du guide de choix – Local « acoustique » Page 48
  • 49. 5.2.2 Les locaux « non acoustique » Le critère acoustique n’étant pas déterminant, le choix du cloisonnement pour ces locauxse fait au cas par cas. Cependant, quelques locaux sont généralisables, au moins sur leraisonnement, permettant ainsi de donner une première approche de la solution à choisir. Le choix est également fait { l’aide de la base de données (cf. § 5 La base de données) etdes notes de calcul acoustique (cf. § 4.3.3 Les calculs acoustiques). Figure 60 : Exemple extrait du guide de choix – Local « non acoustique » Page 49
  • 50. 5.3 L’exécution5.3.1 La mise en œuvre 5.3.1.1 Les tolérances de mise en œuvre Les tolérances de mise en œuvre se regroupent, pour le béton et pour les ouvrages en plaquede plâtre, autour de quatre notions : - L’aplomb : qui représente la verticalité d’un élément par rapport { l’horizontale Figure 61 : Aplomb d’un élément - La planéité générale : correspondant à la rectitude de la paroi, sur une longueur de règle de 2,00m. - La planéité locale : qui s’associe à la rectitude de la paroi, sur une longueur de règle de 0,20m. Figure 62 : Planéité d’un élément - La flèche : représentant la déformation d’un élément : Figure 64 : Flèche d’un plancher Figure 63 : Flèche d’un poteau Les tolérances admises pour les ouvrages en béton sont décrites dans le DTU 21 et dansle DTU 25.41 pour les ouvrages en plaque de plâtre : Ecarts admissibles Δ Types d’écart Cloisons Ouvrages béton – Poteaux et murs DTU 25.41 DTU 21 5 mm 15 mm Aplomb (pour une hauteur de 2,50 m) (pour h ≤ 4,50 m sinon h/300) 6 mm : parement ordinaire Planéité locale 1 mm 2 mm : parement courant 2 mm : parement soigné 15 mm : parement ordinaire Planéité générale 5 mm 7 mm : parement courant 5 mm : parement soigné Flèche (pour poteau 15 mm / seulement) (pour h ≤ 4,50 m sinon h/300) Flèche (pour plancher l/500 pour l<5m / seulement) l/1000 + 0,5 pour l>5m Tableau 25 : Tolérance de mise en œuvre – Béton et plaque de plâtre On constate une différence non négligeable de tolérance entre le béton et les plaques deplâtre. Elle est { l’origine de certains problèmes d’exécution qui seront traités dans la partie7.1.4 : Interfaces avec le gros-œuvre. Page 50
  • 51. 5.3.1.2 La mise en œuvre classique La mise en œuvre des plaques de plâtre est réglementée par le DTU 25.41. Les règlesconcernant tout type d’ouvrage sont : - Les vis de fixations doivent avoir une longueur suffisante : - Les fixations se répètent suivant un entraxe donné ci-dessous : Désignation Entraxe de vissage (sur la hauteur) Première plaque d’un parement multiple ≈ 60 cm Parement simple ou plaque extérieure d’un ≈ 30 cm parement multiple Tableau 26 : Entraxe de vissage des plaques de plâtre - Les plaques sont disposées en butée en tête de cloison tandis qu’un jeu de 1cm est prévu en pied de cloison ; - Les fixations se disposent à 10mm au moins du bord des plaques ; - Le jointoiement des plaques s’effectue au droit des montants et alternés d’un parement { l’autre ainsi qu’entre deux plaques d’un même parement ; - Dans le cas de montants accolés, la fixation s’effectue sur les deux montants. Enfin, il est notifié que les traversées d’ouvrages (découpes, rebouchages, étanchéité, …)sont { la charge de l’entreprise traversant la paroi. 5.3.1.3 La mise en œuvre en zone sismique Aucune parution officielle ne décrit des précautions particulières pour la mise en œuvreen zone sismique. Seule une formation concernant la conception et réalisation d’hôpitaux en zone sismique,réalisé par Victor Davidovoci, préconise quelques dispositions particulières. On retiendra : - Le montage sur profilé d’épaisseur 15/10ème au lieu de 6/10ème ; - La fixation des plaques par le biais de vis tous les 15 cm ; - Le maintien parfait des huisseries ; - La surface de cloison restreinte : la diagonale du mur créée doit être inférieure à 50*épaisseur. 5.3.1.4 Les conditions de mise en œuvre D’après le DTU 25.41, il faut respecter quelques conditions pour assurer la qualité desouvrages. Ainsi, les travaux ne doivent pas débuter avant que le bâtiment soit hors d’eau et horsd’air. Cela implique un bâtiment avec toiture fermée ou un décalage d’au moins cinq niveaux,entre l’étage cloisonné et l’étage en cours de bétonnage, avec une étanchéité provisoire. Le stockage des plaques doit être { l’abri des intempéries et les plaques doivent être {plat. De plus, afin d’éviter la déformation des plaques pendant leur stockage, les cales doiventavoir une largeur minimum de 5 cm et être espacées de 60 cm maximum. Enfin, il est recommandé de ne pas effectuer les joints des plaques sous une températureinférieure à 5°C. Page 51
  • 52. 5.3.1.5 Le phasage des opérations de mise en œuvre Il n’y a aucune règle concernant l’ordre de montage des cloisons mais, une bonnepratique, récurrente sur les chantiers, permet de travailler sur les réseaux sans avoircomplètement fini le montage des cloisons. Le montage se réalise en trois étapes : Figure 65 : Etapes 2 : cas de la circulation - Etape 0 : Le traçage des cloisons au sol et la fixation des rails et des montants ; - Etape 1 : Une première phase de fixation des plaques comprenant : o Entre une circulation et un local : fixation du parement côté local et de l’imposte côté circulation ; o Entre deux locaux : fixation d’un des deux parements ; Figure 66 : Etape 2 : cas de deux locaux - Etape 2 : Une deuxième et dernière phase de fixation : la fixation des parements manquants pour fermer les cloisons. Figure 67 : Etape 3 : fermeture des cloisons5.3.2 La préparation des travaux : 5.3.2.1 L’éclairage et l’alimentation provisoire La mise en place des tableaux de chantier et de l’éclairage provisoire s’effectuent dès quepossible. Ainsi, il peut y avoir un « conflit » entre la pose des cloisons et cette alimentationprovisoire, dû { l’implantation de cette dernière. Il faut donc être vigilant par rapport { cette implantation et s’assurer qu’il n’y a pasd’interférence entre les câbles (ou autres) et la pose de la cloison. Page 52
  • 53. 5.3.2.2 La gestion des renforts et des réservations - Synthèse 5.3.2.2.1 Les renforts Dans un hôpital, de nombreux renforts sont nécessaires { mettre en œuvre. Ils assurent généralement la pérennité des éléments, notamment { l’arrachement (main courante sur laquelle les patients s’appuient, barre de relevage, …). Il est donc nécessaire de faire un travail de synthèse afin de fournir des documents complets aux plaquistes. Les renforts étant insérés entre un parement et les montants, un oubli ne se voit pas, une fois la cloison terminée. Un contrôle est donc nécessaire avant la fermeture. Généralement, on utilise des « bons à fermer », permettant un dialogue facile avec les entreprises. 5.3.2.2.2 Les réservations Une grande quantité de réseaux prend part dans la réalisation d’un hôpital (CVC, fluides médicaux, sanitaires, électricité, …). Ceci est donc la conséquence de nombreuses réservations à effectuer dans les cloisons. Le DTU 25.41 notifie que les traversées d’ouvrages ne sont pas { la charge du plaquiste. Cependant, les réservations de dimensions supérieures à 100mm par 100 mm (ou diamètre 100mm) nécessitant la création de renforts ou d’un chevêtre. Les réservations dans ces cas sont faites par le plaquiste. Il est donc nécessaire d’effectuer une synthèse des différents réseaux traversant pour répertorier toutes les réservations à effectuer. 5.3.2.2.3 Les documents de synthèse Les retours d’expérience des chantiers ont fait ressortir deux méthodes de synthèse. La réalisation des plans de synthèse, comprenant les renforts et les réservations, en plus de l’implantation des cloisons et le type { mettre en œuvre, constitue la première solution. On obtient ainsi des plans complets et donc un seul plan par zone : Désignation du type derenfort (n° qui renvoie à Description des réservations : la légende) et - 1 couleur par lot localisation - N° de la réservation - Dimensions - Arase inférieure (par rapport à la dalle + niveau NGF) Figure 68 : Plan de synthèse Page 53
  • 54. L’unicité d’un plan pour toute une zone représente un des grandsavantages de cette solution. L’uniformisation des types de renforts par unclassement numéroté, permet une rapidité d’exécution. Cependant, on pourra noter que les plans apparaissent très chargés ; unelecture méthodique est à adopter. De plus, des élévations de certains locauxtype, permettrait une compréhension plus rapide de certains renforts. Figure 69 : Liste des renforts à mettre en œuvre Une deuxième solution consiste à la réalisation de fiches « locaux ». Chaque local est doncédité sur une fiche sur laquelle apparaissent les différentes finitions : cloisons, renforts,réservations, revêtement, faux plafond. Elle est complétée par une élévation des élémentsverticaux afin de repérer les renforts et réservations à mettre en place, constituant unemeilleure perception Chaque fiche est placée dans son local pour permettre aux entreprises de réaliser enconformité leur travail. Néanmoins, un des inconvénients de cette méthode est la quantité de fiches, tropimportantes pour les entreprises sous-traitantes.5.3.3 La logistique sur chantier 5.3.3.1 L’approvisionnement Les hôpitaux étant, généralement, des chantiers de grande envergure, il est rare que lestravaux de gros-œuvre soient terminés lorsque le lot plâtrerie débute le montage des cloisons.Ceci implique l’impossibilité de mobiliser la (ou les) grue(s) pour l’approvisionnement desmatériaux. Deux solutions d’approvisionnement, indépendant des grues, sont alors envisageables :le lift extérieur ou la recette à matériaux : Figure 70 : Recette à matériaux Figure 71 : Lift Extérieur 5.3.3.2 La palettisation des plaques Le lot plâtrerie représentant entre 50 000 et 100 000 m² de cloisons en plaques deplâtre, il est impossible de faire rentrer tous les matériaux avant de commencer lecloisonnement. Ainsi, l’approvisionnement se fait au fur et à mesure, impliquant le transport despalettes dans des circulations déjà cloisonnées. Les palettes standard sont conditionnées tel que l’engin de transport puisse les prendreperpendiculairement par rapport { la longueur. Ainsi, c’est la longueur qui conditionne le Page 54
  • 55. passage et il est alors impossible de transporter ces palettes (longueur plaque supérieure à lalargeur du couloir). Il faut alors demander au fabricant de conditionner les palettes, afin que le transportpuisse s’effectuer, de la manière suivante : Figure 72 : Palettisation plus adaptée 5.3.3.3 Le fractionnement du lot Comme vu précédemment, le lot plâtrerie représente un métré important de cloisons. Unseul sous-traitant peut difficilement faire face { un marché aussi important, c’est pourquoi il estfréquent de trouver deux, ou plusieurs, entreprises plaquistes sur un même chantier hospitalier. Il est rare que les diverses entreprises travaillent avec le même fournisseur de plaquesde plâtre ; ainsi, il faut procéder à un découpage du lot stratégique. Le plus souvent, ledécoupage se fait par zones suivant les différents secteurs de l’hôpital : secteur médico-technique, secteur hébergement, … 5.3.3.4 Le traitement des déchets 5.3.3.4.1 Tri des déchets Les fabricants (Lafarge, Knauf, Placo) ont signé une charte de gestion des déchets deplâtre, qui consiste à contribuer à une gestion durable des déchets de plâtre. Ainsi, certainsfabricants sensibilisent leurs entreprises partenaires au tri des déchets afin de pouvoir recyclerle plâtre et les incitent à réduire au maximum les déchets de plâtre (optimisation des coupes,réutilisation des chutes au maximum, …). 5.3.3.4.2 Evacuation des déchets L’évacuation des déchets se fait au moyen de petites bennes, manipulables { l’aide d’unengin de chantier, type Maniscopic. Figure 73 : Bennes pour les déchets des plaquistes Page 55
  • 56. 5.3.4 Les interfaces à traiter 5.3.4.1 Les menuiseries intérieures 5.3.4.1.1 Les différents types de portes On distingue trois types d’huisseries : légères, lourdes et très lourdes, déterminéessuivant le poids des portes.Les portes légères ont un poids inférieur à 50kg. Les portes lourdes se situent entre 50 et 90 kg.Enfin, les portes très lourdes ont un poids supérieur à 90 kg. 5.3.4.1.2 La fixation des huisseries suivant le DTU 25.41 Les portes étant classées en trois catégories, la fixation de l’huisserie dépend donc de laporte qu’elle supporte. Figure 75 : Montant simple Dans le cas d’une porte légère, la fixation s’effectue sur un montant simpleau moyen de trois omégas soudés sur l’huisserie. La fixation au sol est effectuée parle biais d’une équerre (elle peut être remplacée par un Figure 74 : Fixation des portes légèresoméga de fixation supplémentaire en pied d’huisserie). Dans le cas d’une porte lourde, un montant renforcé (épaisseur Figure 76 : Montants boxés1,5mm au lieu de 0,6mm) ou deux montants boxés ensemble remplace le montantsimple. De plus, un oméga de fixation supplémentaire est nécessaire Enfin, lafixation au sol est réalisée grâce { une patte soudée au pied de l’huisserie. Figure 77 : Fixation des portes lourdes Enfin, dans le cas de porte très lourde, le maintien de l’huisserie doit être assuré par lemenuisier, indépendamment de la cloison légère. 5.3.4.1.3 Cas des menuiseries non adaptées Dans le cas d’un changement de solution ou d’un problème de livraison, il peut arriverque les huisseries ne soient pas adaptées { l’ossature métallique mise en œuvre (impact sur lespattes de fixation en présence d’une porte lourde). Ainsi, il est donc impossible de fixerl’huisserie au sol. Une solution revient à appliquer la fixation d’une porte légère (omégasupplémentaire en pied d’huisserie). Page 56
  • 57. Figure 78 : Exemple d’une adaptation de menuiserie non adaptée 5.3.4.1.4 Talons et barres de renfort des huisseries Les huisseries métalliques sont fournies avec une barre de renfort afin d’éviterla déformation des montants et un talon, prévoyant la mise en place d’un revêtement. La barre de renfort doit être conservée le plus longtemps possible, jusqu’{fermeture de la cloison. Les talons, pour des huisseries standard, ont une hauteur de 10 à 15 mm. Dansle cas d’huisserie placée dans un décaissé avec chape rapportée, il est nécessaired’avoir un talon de plus grande hauteur. Il faut donc anticiper la commande de ceshuisseries en spécifiant bien la hauteur voulue au fournisseur afin d’obtenir unebonne qualité de montage, par la suite. Figure 79 : Barre de renfort et talons des huisseries métalliques 5.3.4.1.5 La mise en œuvre des plaques au dessus d’une huisserrie L’angle de l’huisserie est un lieu propice aux fissurations, dûes à une ouverture etfermeture fréquente de la porte et au claquement de la porte. Il faut donc éviter de faire correspondre un joint de plaques de parement, au droit del’angle ; on préfèrera un plaque filante. Découpe adaptée Mise en œuvre horizontale Risque de fissuration Figure 81 : Exemple de parement à éviter Figure 80 : Exemple de parement à préférer Page 57
  • 58. 5.3.4.1.6 Cas des portes avec gâches électriques La présence de gâche électrique dans une porte, implique un raccordement électrique à intégrer. Il faut donc créer un passage dans les montants pour la gaine électrique. Pour éviter d’endommager les performances mécaniques du montant, il faut éviter de sectionner l’angle des montants : Dans le cas où il est nécessaire de sectionner le montant, y compris l’angle, il est judicieux de renforcer l’ossature au droit de ces portes, { l’aide d’un montant simple ou double (suivant la hauteur) : Figure 82 : Raccordement électrique pour une gâche, non conformeFigure 83 : Préconisation de renfort dans le cas section de l’angle du montant 5.3.4.1.7Cas des portes encastrées entre un voile béton et une cloison à ossature métallique Lorsqu’il y a une porte dans un voile béton, on utilise des huisseries à bancher, intégrées dans le voile. En présence d’une porte dans une cloison à ossature, on utilise des huisseries standard, métalliques la plupart du temps. Le cas où l’huisserie est entre un voile béton et une cloison à ossature métallique, est plus difficile à traiter et nécessite une réflexion en conception. Dans le meilleur des cas, la porte peut être Figure 84 : Mise en situation d’une huisserie entre voile béton et déplacée et le problème est réglé. S’il n’est pas cloison à ossature métallique possible d’éviter cette solution, il faut anticiper la mise en place de l’huisserie, en faisant le meilleur choix. Page 58
  • 59. La solution de l’huisserie métallique pourrait être une solution mais ilest difficile de la fixer sur du béton. Une solution consiste à remplir lemontant de l’huisserie avec du plâtre pour permettre sa fixation. Mais cettesolution doit être faite délicatement pour ne pas « bomber » le montant ; ellerelève plus d’un « bricolage » que d’une solution correcte. Figure 85 : Détails de problème de fixation d’une huisserie métallique sur voile béton La solution la plus simple { mettre en œuvre consiste { utiliser une huisserie bois. Lamise en œuvre sur l’ossature métallique se fait de la même façon qu’avec une huisseriemétallique. En ce qui concerne la fixation sur béton, elle se fait par chevillage ; le nombre etl’emplacement des fixations suivent les règles de fixations des portes selon DTU 25.41. Rail 5.3.4.1.8 Les huisseries implantées dans un décaissé On veillera { la mise en place d’un film polyane sous les ossatures, pourpermettre d’effectuer un relevé étanche pour le coulage de la chape rapportée Lorsque cela est possible, on préfèrera implanter la cloison en « haut » du Film polyanedécaissé, évitant les problèmes d’étanchéité et les commandes d’huisserie avectalon supérieur (cf. § 5.3.4.1.4). 5.3.4.1.9 Les châssis vitrés La mise en place de châssis vitrés ne pose pas de problèmes majeurs,si ce n’est la réalisation du chevêtre, sauf dans deux cas précis : - Le châssis forme un angle vitré : il est impossible de réaliser cette solution dans le cas de cloisons à ossature métallique. En effet, le Figure 87 : Exemple de solution à montant d’angle représente un élément structurel que l’on ne peut adopter dans le cas d’un angle vitré pas ôter ; il est donc nécessaire de conserver un angle plein ; - Le châssis s’étend sur une grande longueur (plus de 1,50m) : des renforts sont nécessaires pour éviter le renversement de la cloison. La partie basse étant difficile à rigidifier, seule la partie haute l’est. Deux solutions de renforts sont possibles : o Présence de faux-plafond rigidifiant la structure o Mise en place d’un système de haubanage { l’aide de Figure 86 : Châssis de grande portée câble ou de profilé. 5.3.4.2 Les menuiseries extérieures Dans le cas de façade rideau, il n’est pas rare de constater une percussion de cloison surun des cadres de menuiserie extérieure (MEXT). Cette percussion est à anticiper au niveau de laconception. En effet, ce cas de percussion est difficile à traiter autant au niveau du coupe feuqu’au niveau de l’acoustique. Page 59
  • 60. Voici un schéma type d’une percussion sur MEXT, permettant d’illustrer les différents points sensibles : Coupe feu de la cloison non assuréPont phonique Ouvrant basculant : impossibilité de percuter le parement sur le vitrage pour améliorer le coupe- Figure 89 : Détail de mise en œuvre : percussion feu ou l’acoustique d’une cloison sur une menuiserie extérieure Figure 88 : Mise en situation d’une percussion sur MEXT Voici quelques pistes pour anticiper cette percussion : Equerre et joint souple pour désolidariser la - Conception d’épine plus large : cloison de l’épine Large épine permettant une percussion nette Figure 90 : Solution 1 pour la percussion sur MEXT Equerre et joint souple - Rétrécissement de la cloison : pour désolidariser la cloison de l’épine Remplissage de l’épine par de la Réduction de l’isolement laine minérale acoustique de la cloison : impact plus ou moins important sur l’isolement total de la paroi suivant laqualité de la mise en œuvre. Figure 91 : Solution 2 pour la percussion sur MEXT Rétrécissement de la cloison pour atteindre la largeur de l’épine - Calepinage de la façade en fonction de l’aménagement intérieur : cela permet une correspondance parfaite entre les épines des MEXT et l’implantation des cloisons. De plus, on peut alors éviter d’avoir un ouvrant { proximité d’une cloison, pouvant contraindre la mise en œuvre des cloisons. Ceci nécessite un travail en amont sur des détails, généralement non visibles sur des plans au 1/50ème. Page 60
  • 61. 5.3.4.3 Le gros œuvre 5.3.4.3.1 La percussion sur voile béton avec alignement Cette percussion pose un problème fréquent : les différences de tolérances d’aplombentre le béton et les cloisons. Il est donc difficile d’obtenir un alignement parfait. Plusieurs solutions pour traiter cette percussion : - Aligner au mieux la cloison puis soit : o Recourir à une finition gros-œuvre avec un ragréage ou un enduit pour rattraper la différence ; o Soit laisser tel quel, lorsque un revêtement mural plastique épais est prévu. Figure 92 : Solution 1 pour la percussion Cette solution peut néanmoins s’effectuer que alignée sur béton dans le cas ou le denivellé n’est pas trop important. De plus, il y a risque de fisuration à la jonction ; - Décaler légèremement la cloison, de manière à obtenir un retrait. Cela permet de revenir à la solution sans alignement. Il faut cependant que la solution soit acceptée ; Figure 93 : Solution 2 pou la percussion alignée sur le béton - Faire passer une plaque devant le voile béton pour avoir une continuité du mur parfaite. Figure 94 : Solution 3 pour la percussion alignée sur béton 5.3.4.3.2 La percussion sur voile béton sans alignement La percussion se fait sans problème majeur. Il faut cependant traiter la jonction afind’assurer l’étanchéité { l’air de la cloison. Figure 95 : Mise en œuvre pour la percussion non alignée sur béton Page 61
  • 62. 5.3.4.3.3 La percussion sur poteau béton La percussion sur poteau chanfreiné est délicate vis-à-vis du chanfrein. En effet, ce dernier ne permet pas une percussion nette et n’assure pas un coupe-feu et un isolement acoustique correct. Figure 96 : Problèmes liés à la percussion sur poteau chanfreiné La solution la plus adaptée à ce problème consiste à faire passer un des deux parements devant le poteau, créant ainsi un parement filant : Figure 97 : Solution pour la percussion sur poteau chanfreiné 5.3.4.3.4 Les joints de dilation Les joints de dilatation sont à prendre en compte dès la conception du bâtiment, afin de réduire au maximum les interfaces cloisons/joints de dilatation, qui nécessite une mise en œuvre soignée et plus longue. Deux cas d’interfaces sont identifiables : - Joint de dilatation perpendiculaire à la cloison : il faut permettre à la cloison de se dilater de la même manière que les joints. Pour cela, une mise en œuvre spécifique est nécessaire. Couvre-joint ou joint élastique Espace permettant àla cloison de coulisser Figure 98 : Traitement du joint de dilatation 1 Superposition de bandes Joint de dilatation de plaque de plâtre - Joint au pied d’un voile béton où vient percuter une cloison : Joint souple : sa mise en Espace permettant à œuvre n’est pas nécessaire la cloison de coulisser dans tous les cas Superposition de bandes Couvre-joint ou de plaque de plâtre joint élastique Figure 99 : Traitement du joint de dilatation 2 Joint de dilatation Page 62
  • 63. 5.3.4.3.5 Les cloisons sur forme de pente Les formes de pente peuvent être faites de deux manières : - Soit le béton est coulé avec un décaissé et une chape est rapportée pour créer la forme de pente ; dans ce cas là, les cloisons sont disposées en haut de décaissé et la forme de pente est ensuite créée. Cette méthode hors cycle de bétonnage est la plus facile à exécuter. Elle représente cependant un temps supplémentaire après coulage. Figure 100 : Forme de pente réalisée hors cycle - Soit la forme de pente est intégrée au cycle de bétonnage, { l’aide d’un outil coffrant. Cette méthode en cycle, est une économie de temps mais il est difficile d’obtenir un fini de même aspect qu’une chape rapportée. Figure 101 : Forme de pente réalisée en cycle Dans ce cas, les cloisons sont implantées, après coulage. Il est fréquent que l’outil coffrant ait légèrement bougé lors de la mise en œuvre Il faut s’assurer que le support soit plan avant la mise en œuvre de la cloison. 5.3.4.4 Les fluides 5.3.4.4.1 Les implantations des boîtiers électrique Le DTU préconise un écoinçon minimum de 25 cm. 20 cm miniCependant, il est rare que cette distance soit respectée sur les planset donc sur la mise en œuvre. On essayera, néanmoins, de respecter une côte minimum de20 cm, lorsqu’il y a une implantation de boîtier électrique pourpermettre sa mise en place sans empieter sur l’huisserie. Figure 102 : Distance minimum d’écoinçon De plus, on veillera à ce que deux boîtiers ne soient pas en vis-à-vis, pouréviter d’avoir un pont phonique et pour assurer le coupe-feu de la cloison. Onrespectera ainsi un entraxe minimum entre deux boîtiers d’environ 50 cm : 50 cm Figure 104 : Implantation non conforme des boîtiers Figure 103 : Implantation conforme des boîtiers Page 63
  • 64. Dans le cas où il est impossible de respecter cette distance, l’utilisation d’unboîtier coupe-feu est obligatoire. Résorbant le problème de coupe-feu, il ne supprimeaucunement le pont phonique. Remplissage plâtre Figure 105 : Boîtiers coupe-feu 5.3.4.4.2 Les réservations Le domaine hospitalier nécessitant un important réseau de fluides, lesréservations à effectuer dans les cloisons sont nombreuses. Elles sont effectuées par l’entreprise traversant l’ouvrage lorsqu’ilne faut pas de chevêtre (réservations de faibles dimensions) et enpartenariat avec le plaquiste lorsqu’il est nécessaire de réaliser unchevêtre. La forme des réservations peut être rectangulaire ou circulaire etleur taille dépend des réseaux à passer. Cependant, les industries du plâtreconseillent de respecter une réservation maximale de dimensions1070mm par 600mm, afin de préserver les performances des ouvrages. Deplus, il est préférable de placer les réservations dans le tiers supérieur dela cloison, pour les mêmes raisons que les dimensions maximales. Figure 106 : Dimensions et emplacement préconisés pour les réservations Plusieurs finitions sont possibles pour une réservation : - Découpe de la réservation sans dispositions particulières (réservations de faibles dimensions - 100mm par 100mm ou diamètre 100mm) - Réservation sans chevêtre mais avec des montants de renforts (réservation moyenne) - Réservation avec chevêtre et finition avec bande de plaques (réservation de grandes dimensions) - Réservation avec chevêtre et finition sans bande de plaques (réservation Figure 107 : Réservation avec de grandes dimensions) montants de renfort Figure 108 : Mise en œuvre d’un chevêtre Les finitions des réservations varient suivant les fournisseurs. Cependant, la mise enplace d’un chevêtre permet de conserver au mieux les performances des cloisons Page 64
  • 65. 5.3.5 Les points particuliers 5.3.5.1 Les salles de radiologie, de scanner : cloisons plombées et contre-cloisons Les cloisons plombées nécessitent une mise en œuvre appliquée afin d’assurer unmaximum de protection. De plus, elles doivent assurer le niveau acoustique, tout en permettantle passage des nombreux réseaux, liés aux installations. 5.3.5.1.1 La feuille de plomb Elle est généralement collée en usine sur une plaque de BA 13 pour être directementmise en œuvre sur chantier. Lors de la mise en œuvre, il existe donc un creux entre les deuxfeuilles de plomb, que l’on ne peut pas laisser tel quel. Ainsi, le jointement doit être fait avec desbandes spéciales, plombées, pour assurer la continuité de la protection. Figure 109 : Mise en œuvre d une cloison plombée De plus, la feuille de plomb ne doit pas obligatoirement recouvrir la paroi sur toute sahauteur. En effet, elle peut seulement être appliquée sur une hauteur de 2 m ; les rayons étantémis vers le bas, il n’y a pas de répercussion sur les hauteurs des parois de la salle. Figure 110 : Hauteur de la feuille de plomb nécessaire Les plaques plombées sont des plaques BA 13, surlesquelles la feuille de plomb et collée. Dans la majorité des cas,l’épaisseur de plomb est de 2 mm, ce qui porte l’épaisseur de laplaque à 15 mm. Comme vu précédemment, cette plaque n’est pas toutehauteur ; il faut donc placer une imposte composée d’une plaquenon plombée. On retiendra qu’il est préférable de prendre des Figure 111 : Imposteplaques de BA 15, évitant ainsi de recharger les 2 mm de différence de cloison plombéeen plâtre. en BA 15 5.3.5.1.2 Le passage de réseaux : ajout de contre-cloison Une cloison 98/48 (voire 84/48 sur circulation) suffit généralement à assurer lesexigences acoustiques et de sécurité incendie. Cependant, le vide entre parement de 48mm, déjà « occupé » par la laine de verre danscertains cas, ne suffit pas à faire passer tous les réseaux des salles médico-techniques(notamment pour les négatoscopes – appareil de visionnage de clichés radiographiques). Il estdonc d’usage de rajouter une contre cloison pour faciliter le passage des réseaux. Figure 112 : Contre cloison pour le passage des réseaux Page 65
  • 66. 5.3.5.2 Le Tarket Douche Le revêtement mural et de sol, detype Tarket Douche, est de plus en plusutilisé dans les salles de bain des chambreshospitalières, pour ses propriétés et sonaspect « pratique », notamment au niveaude l’hygiène. De plus, il permet de faire deséconomies par rapport aux plaqueshydrofuges. En effet, l’Avis Technique 12/08– 1518, concernant le « Concept TarketDouche », autorise l’utilisation d’une plaque Figure 113 : Mise en œuvre du Tarket Douchestandard dans un local EB+privatif, dans le cas de l’utilisationdu Tarket et de la mise en œuvre ci-contre. 5.3.5.3 Calfeutrement et rebouchage divers Le calfeutrement n’est pas { la charge du lot plâtrerie, mais en tant qu’entreprisegénérale, DV Construction se doit de s’assurer que les calfeutrements sont bien effectués. Généralement, les calfeutrements sont effectués { l’aide de MAP, seul ou utilisé avec de la laine minérale ou de le mousse expansive coupe-feu. Figure 114 : Calfeutrement traditionnel On trouve aussi des calfeutrements par plaquage, une manière deréutiliser les chutes de plaques de plâtre. Figure 115 : Calfeutrement par plaquage 5.3.5.4 Les liaisons en T sur une cloison Lors d’une percussion d’une cloison sur une autre cloison, il faut s’assurer de la bonnetenue de cette liaison. Pour cela, il est nécessaire de mettre un montant supplémentaire desoutien : Montant non structurel mais raidissant la liaison Figure 116 : Liaison en T 5.3.5.5 Huisserie et voyants lumineux d’activité Les chambres hospitalières ont généralement un voyant lumineuxd’activité, disposé au dessus des portes, au centre.La mise en œuvre des huisseries impose un montant double, centré au dessusde la porte. Il interfère donc avec le passage du câble alimentant le voyantlumineux. On peut bien évidemment traverser le montant sans que cela diminueles performances de l’ossature mais cela représente un travail pluscontraignant. Une des solutions consiste à décentraliser légèrement lemontant double afin de permettre un passage de câble plus libre. Figure 117 : Bonne pratique pour la mise en place des voyants lumineux Page 66
  • 67. 6 Les parois des gaines techniques 6.1 La base de données6.1.1 Présentation des fournisseurs Les parois des gaines techniques sont, en majeure partie, des dérivées des cloisons àossature métallique. Ainsi, on retrouve les mêmes fournisseurs : Lafarge, Knauf et Placo.Fermacell n’est plus dans la liste des fournisseurs ; leurs produits pourraient être adaptés à desgaines techniques mais aucune documentation, et donc aucune valeur, ne sont disponibles. On peut cependant noter deux fournisseurs supplémentaires Isover et Rockwool, pourdes parois de gaines techniques sous la forme de complexes.Isover, est une filiale du groupe Saint-Gobain, comme Placo. Elle représente 6% des activités dugroupe et un chiffre d’affaire de 330 000 000 d’euros. Isover emploie 9 000 personnes dans lemonde, répartis sur 50 pays (850 collaborateurs en France).Rockwool est le leader mondial des solutions en laine de roche et le premier fabricant de lainede roche au monde. Le groupe représente un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros et faitcollaborer plus de 7 800 personnes dans le monde entier.6.1.2 Les solutions de parois de gaines existants On recense trois types de solutions : - Les parois de type cloison : Nécessitant deux ossatures pour la mise en œuvre de la plaque côté gaine, elle est plus longue { mettre en œuvre mais possède des bonnes performances pour l’acoustique et la sécurité incendie. Figure 118 : Solution de parois de gaines technique en cloison - Les parois de type contre-cloison : Plus facile à mettre en œuvre (1 seule ossature entre autre), cette solution est cependant moins performante au niveau acoustique et protection incendie. Figure 119 : Solution de parois de gaine technique en contre cloison - Les parois de type complexe : Composés de laine de roche collée à deux parements en plaque de plâtre standard ou hydrofugée, leur mise en œuvre est simple. Figure 120 : Solution de parois de gaines technique en complexe Page 67
  • 68. 6.1.3 Les produits Les divers éléments constituants les parois, quelque soit la solution, sont les mêmes quepour les cloisons : montants, rails, cornières (cf. § 5.1.4)Les solutions utilisant des plaques de plâtres, ces dernières sont également les mêmes que pourles cloisons (cf. § 5.1.4)6.1.4 La démarche utilisée pour réaliser la base de données Sur le même système que la base de données des cloisons, les produits sont présentéssous forme de tableaux récapitulant les caractéristiques essentielles guidant le choix des paroisdes gaines techniques. Comme vu précédemment dans le développement de projet, ces parois doivent assurerune certaine résistance au feu mais aussi un isolement acoustique vis-à-vis des bruitsd’équipements. Ce sont ces propriétés qui seront mises en avant dans la base de données.6.1.5 Exemple issu de la base de données Figure 121 : Exemple issu de la base de données des gaines techniques Page 68
  • 69. 6.2 Le choix des parois des gaines techniques Les gaines techniques sont largement présentes dans un hôpital. Cependant, aucunegaine technique ne donne sur une chambre, une salle d’opération ou autre local exigeant, auniveau de l’acoustique. Elles se trouvent généralement au niveau des circulations. Ainsi, lesexigences acoustiques sont moindres. De plus, la notion d’interphonie n’intervient pas (cf. § 4.3.2.4), puisque le passage desréseaux de dalle à dalle est calfeutré. Ainsi, il est fréquent que la gaine soit réalisée avec une solution de type cloison, utilisantle même type de cloison que les parois entourant la gaine. 6.3 L’exécution6.3.1 Les parois en cloison et en contre cloison La mise en œuvre des parois constituées de cloisons ou contre cloisons est règlementéepar le DTU 25.41, tout comme les cloisons. Ainsi, les tolérances, la mise en œuvre classique et enzone sismique sont les mêmes (cf. § 5.3.1)6.3.2 Les parois en complexes En ce qui concerne les parois en complexe, certains fabricants mentionnent le DTU 25.41,d’autre non. Le fait que le DTU 25.41 concerne ce type de matériau est un peu tangent ; en effet,le DTU 25.41 stipule qu’il ne s’applique pas « aux cloisons en panneaux préfabriqués, utilisantces plaques comme parement », ni « aux complexes d’isolation thermique plaques de plâtre ».Les complexes utilisés pour les gaines ne sont pas vraiment des complexes thermiques (isolant àbase de laine minérale et non à base de PSE - polystyrène expansé), ni vraiment des cloisonscomposées de panneaux préfabriqués. Afin d’assurer une mise en œuvre correcte du produit, les prescriptions de mise enœuvre à suivre, dans ces cas-là, sont celles des fournisseurs. Page 69
  • 70. 7 Les conduits de désenfumage 7.1 La base de données7.1.1 Présentation des fournisseurs Les entreprises Placo, Knauf et Lafarge proposent des solutions pour les conduits dedésenfumage. Cependant, l’entreprise, { ce jour la plus qualifiée pour la réalisation des conduits dedésenfumage est Promat. Promat fait partie du groupe Etex, implanté dans 39 pays etreprésentant un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. Promat travaille sur la protectionincendie constructive depuis plus de 50 ans, ce qui leur permet d’être compétitif sur le marchédu désenfumage et d’être le fabricant le plus présent sur les chantiers, au niveau dudésenfumage. C’est pourquoi, seuls les produits Promat apparaissent dans le guide et sont décrit ici.7.1.2 Les éléments constituants les conduits : Les conduits sont constitués de plaques PROMATECT L 500, de colle PROMACOL-S, etd’agrafes ou de vis. La mise en œuvre est souvent complétée par du PROFOAM, mousseexpansive coupe feu. 7.1.2.1 Les plaques PROMATECT L 500 Ce sont des plaques silico-calcaire incombustibles. D’épaisseur variantentre 20 et 60 mm, elles ont, généralement, la même dimension que les plaques deplâtre, soit 1200 par 2500 mm. 7.1.2.2 La colle PROMACOL-S Colle spéciale à base de silicate, incombustible permettant d’encoller les Figure 122 : Plaqueplaques PROMATECT L 500. PROMATECT L-500 7.1.2.3 Les vis ou agrafes Elles s’ajoutent { la colle pour la fixation mécanique des plaques entre elles. Ce sont soitdes agrafes résinées, soit des vis à bois. 7.1.2.4 La mousse expansive PROMAFOAM Grâce { ses propriétés coupe feu, elle permet d’assurer un coupe feu pour calfeutrer.7.1.3 Caractéristiques des éléments Les conduits sont réalisés avec la même plaque, seule l’épaisseur diffère suivant lecoupe-feu uniquement ou le coupe-feu et la taille du conduit. Les différentes caractéristiquessont fournies par PROMAT (cf. Guide – Tome II). Page 70
  • 71. 7.2 L’exécution La mise en œuvre des conduits de désenfumage est régie par l’instruction techniquen°246 du 22 mars 2004 et par les documents (PV, prescriptions de mise en œuvre, …) dufournisseur PROMAT. Seules les principales règles de montage sont évoquées ici ; lescalfeutrements et les reprises de charges des conduits sont détaillés dans le Guide – Tome II.7.2.1 Règles de mise en œuvre selon l’instruction n°246 du 22 mars 2004 Deux règles essentielles à respecter : - Les conduits verticaux d’évacuation peuvent comporter au plus deux dévoiements dont l’angle avec la verticale n’excède pas 20 degrés ; - La longueur des raccordements horizontaux d’étages des conduits d’évacuation, dits trainasses, ne doit pas excéder 2 m, à moins de justifier d’un débit suffisant.7.2.2 Règles de mise en œuvre suivant PROMAT 7.2.2.1 Règles générales Le montage des conduits doit se faire suivant les prescriptions suivantes afin d’assurerson étanchéité { l’air et sa conformité : - Le décalage minimum des joints de plaque d’une face { l’autre doit être de 60 cm : Entraxe de 60 cm mini Joints des plaques Figure 123 : Exemple de conduit horizontal Figure 124 : Exemple de conduit vertical - Le collage s’effectue sur les deux plaques mise en œuvre. De plus, on réalise une cueillie à l’intérieur des joints pour assurer une parfaite étanchéité ; - La fixation s’effectue au moyen d’agrafes ou de colle, disposées tous les 10 cm environ. De plus, les fixations seront effectuées à au moins 2,5 cm, du bord des joints des plaques. 7.2.2.2 Règles particulières aux conduits verticaux Les conduits verticaux doivent impérativement avoir une plaque disposée au sol,constituant le socle du conduit ; sans cette plaque, le conduit n’est pas étanche { l’air et neprotège donc pas comme il se doit. 7.2.2.3 Règles particulières aux conduits horizontaux Suspente Les conduits horizontaux sont soutenus par des suspentes et des traverses disposéestous les 1,20 m. Les dimensions de la traverse et des suspentes dépendent de l’épaisseur dela plaque mise en œuvre et des dimensions des conduits ; elles sont définies par PROMAT. Traverse Figure 125 : Schématisation d’une suspente Page 71
  • 72. 8 Les plafonds suspendus 8.1 La base de données8.1.1 Présentation des fournisseurs Comme nous le verrons dans la suite, il y a deux types de plafonds : les plafonds nondémontables et ceux démontables. Les premiers se réalisent à l’aide de plaques de plâtres. Les fournisseurs sont donc lesmêmes que pour les cloisons (cf. § 5.1.1). Les autres se réalisent à partir de dalles de plâtre ou de dalles en fibres minérales. Lesfournisseurs de plaques de plâtre fabriquent également des dalles de plâtre mais ne sont pascompétitifs. Ainsi, les produits présentés dans le guide et sur lesquels le travail est effectuéproviennent des fournisseurs Rockfon et Armstrong.8.1.2 Les types de faux plafond existant 8.1.2.1 Les composants d’un plafond suspendu 8.1.2.1.1 Les éléments d’habillage L’habillage des plafonds suspendus peut être fait au moyen de plaques de plâtre, ou avecdes dalles de plâtre. - Les plaques de plâtre : on différencie deux types de plaques : les plaques classiques et les plaques acoustiques. o Les plaques classiques ont les mêmes caractéristiques que les plaques mise en œuvre pour les cloisons (cf. § 5.1.4.3). Les plus utilisées sont les plaques standards et les plaques hydrofuges, en Bords Amincis (2 bords ou 4 bords) ; o Les plaques acoustiques sont des dérivés des plaques de plâtre standard. Elles sont perforées suivant divers motifs, permettant d’améliorer leurs performances acoustiques. Figure 126 : Exemple de plaques de plâtre acoustique - Les dalles de plâtre ou dalles en fibre minérale sont soit carrées, soit rectangulaires (si le rapport Longueur/largeur dépasse 2, on parle de panneau). Néanmoins, les dalles carrées de dimensions 600x600mm sont les courantes. Elles sont, de plus, soit pleines, soit perforées, de la même manière que les plaques, vues précédemment, pour les dalles en plâtre ; elles sont toujours pleines pour les dalles en fibres minérales. Les dalles sont ensuite caractérisées par la forme de leur bord (suivant la norme NF EN 13964) : Figure 127 : Type de bords existants pour les dalles de plâtre Page 72
  • 73. 8.1.2.1.2 Les suspentes Les suspentes sont les éléments reliant la structure principale { l’ossature soutenant leséléments d’habillage. Elles diffèrent selon le matériau constituant la structure (béton, bois,métal, …). Figure 128 : Exemple de suspente pour béton 8.1.2.1.3 L’ossature Suivant les types de plafonds et les types de montages, les ossatures diffèrent.Elles peuvent être composées de : - Fourrure : Elément placé horizontalement et fixé directement aux suspentes ou par l’intermédiaire de profilés porteur. Les fourrures sont utilisées pour les plafonds non démontables ; Figure 129 : Fourrure - Profilé porteur : Elément de l’ossature pouvant reprendre plus de charge qu’une fourrure. Dans le cas de plafonds non démontables, les profilés interviennent dans certains cas, en complément des fourrures (ossature primaire). Dans le cas des plafonds démontables, les profilés font toujours Figure 130 : Profilé en T partie de l’ossature ; - Montant : Elément similaire aux fourrures mais permettant d’obtenir des plus grandes portées. Ils sont cependant toujours utilisés seuls et pour des plafonds non démontables. Ce sont les mêmes montants que pour les cloisons (cf. § 5.1.4.2) ; ils peuvent être simple ou accolés ; Montant simple Montants accolés Figure 131 : Illustration d’un montant simple et de montants accolés - Entretoise : Pièce rigide qui relie deux éléments (profilés porteurs ou entretoises) et qui les maintient dans un écartement fixe. On retrouve généralement cet élément dans des plafonds démontables.L’ossature peut, enfin, être renforcée par un soutien périphérique composé : - Soit de rails : Ce sont les mêmes produits que pour les cloisons (cf. § 5.1.4.1). Ils sont positionnés sur les murs, pour créer un pourtour et sont généralement associés à des plafonds non démontables et à une ossature à base de montants ; Figure 132 : Illustration de la périphérie du plafond avec des rails - Soit de cornières : Elément en L, disposés de la même manière que les rails. On retrouve des cornières pour le montage des plafonds démontables. Figure 133 : Illustration de la périphérie du plafond avec des cornières Page 73
  • 74. 8.1.2.2 Les plafonds démontables Les plafonds démontables sont constitués de dalles et d’une ossature composée deprofils porteurs et d’entretoises. Figure 134 : Ossature d’un plafond démontable On recense plusieurs types de montage : ossature apparente, semi-apparente ou nonapparente. 8.1.2.2.1 Les plafonds à ossature apparente Au sens de la norme NF EN 13964, une ossature apparente est une ossature dont la sousface est visible. Ce montage est possible avec des dalles ou panneaux ayant des bords de type A(droit), B (Chanfreiné) ou E (Feuilluré). 8.1.2.2.2 Les plafonds à ossature semi-apparente Au sens de la norme NF EN 13964, une ossature semi-apparente est une ossature dont lasous face est visible dans une direction, et les profils intermédiaires, qui forment un angle avecles profils porteurs, sont cachés. Ce montage est possible avec des dalles ou panneaux ayant desbords de type A (droit), B (Chanfreiné) ou E (Feuilluré). 8.1.2.2.3 Les plafonds à ossature non apparente Au sens de la norme NF EN 13964, une ossature apparente est une ossature dont la sousface n’est pas visible. Ce montage est possible avec des dalles ou panneaux ayant des bords detype A (droit), B (Chanfreiné), C (Rainuré), D (Feuilluré et rainuré) ou F (Languette et rainure). 8.1.2.3 Les plafonds non démontables 8.1.2.3.1 Les plafonds classiques On caractérise un plafond classique lorsqu’il est possible de fixer des suspentes suivantun entraxe de 1,00 à 1,50m maximum, cest-à-dire dans la majorité des cas. Dans ce cas l{, l’ossature est composée de fourrure ou de montants uniquement, le toutrelié aux suspentes : Figure 135 : Ossature d’un plafond classique non démontable Page 74
  • 75. 8.1.2.3.2 Les plafonds longue portée Les plafonds longue portée correspondent à des plafonds pour lesquels les suspentes ne peuvent être positionnées que suivant un entraxe supérieur à 1,00 – 1,50m. Les portées étant plus grande, l’ossature doit pouvoir supporter un poids supérieur sans fléchir. On fait donc appel à une ossature primaire (profilés) sur laquelle vient s’accrocher une ossature secondaire (fourrures ou montants) : Figure 136 : Ossature d’un plafond longue portée non démontable 8.1.2.4 Cas particulier : les plafonds cintrées Comme pour les cloisons cintrées, plusieurs solutions existent pour les plafonds cintrés allant de la méthode traditionnelle à la méthode industrialisée. 8.1.2.4.1 Méthode traditionnelle : la solution Placo Le cintrage des cloisons est une opération délicate et longue, qui peut, traditionnellement s’effectuer de trois manières différentes : - A l’état sec ; - A l’état humide ; - A l’état humide avec un préformage sur gabarit. Le cintrage ne peut s’effectuer que sur des plaques de faible épaisseur, assez souples pour supporter l’opération. Ce sont les plaques BA6, BA 10 et BA 13 pour les plaques classiques et Gyptone Line et Quattro, pour les plaques acoustiques. Placo est le seul fournisseur { n’utiliser que cette méthode. Il permet de créer les rayons de courbure suivants : Type de plaque Rayon minimum de cintrage Pose { l’état sec Pose { l’Etat humide Pose { l’Etat humide + préformage BA 6 (6 mm) 0,90 m 0,65 m 0,40 m BA 10 (9,5 mm) 1,60 m 1,20 m 0,70 m BA 13(12,5 mm) 2m 1,50 m 0,90 m Gyptone Line 7 B1 0,90 m 0,65 m 0,40 m Gyptone Line 6SP 2m 1,50 m 1,20 mGyptone Quattro 41, 42, 46, 47 SP Tableau 27 : Rayon minimum de cintrage dans le cas de la méthode traditionnelle 8.1.2.4.2 La solution Lafarge : Platec Le système est exactement le même que pour les cloisons (cf. § 5.1.9.3). Page 75
  • 76. 8.1.2.4.3 La solution Knauf Deux techniques peuvent être mise en avant : Knauf Curvex et Knauf Techniplac (V ou R). Knauf Curvex, également employé pour les cloisons cintrées (cf. § 5.1.9.2), est un procédé industrialisé qui permet d’obtenir des plaques formées suivant un rayon de courbure Knauf Techniplac est également une plaque industrialisée permettant de réaliser des formes angulaires (ou arrondies) diverses sans traitement des joints des angles cueillis Figure 137 : Procédé Knauf Techniplac La réalisation de coupole : Knauf propose un système pré-industrialisé pour la création de coupole ; les plaques pouvant être découpées suivant un calepinage permettent d’obtenir une coupole parfaite. Figure 138 : Système Knauf coupole 8.1.3 Exemple issu de la base de données Données acoustiques pour le calcul du temps de réverbérationPermet de comparer lessolutions des différents Domaine d’emploi, orientant fournisseurs le choix du plafond Page 76
  • 77. 8.2 Le choix du plafond Le choix du plafond est fonction de deux critères principaux : l’acoustique et l’hygiène. Lorsqu’un plafond est choisi suivant l’acoustique, c’est généralement pour absorber lebruit et atteindre une exigence sur le temps de réverbération. Ainsi, le critère sur lequel on sebase pour le calcul, est l’alpha sabine (αw). Plus ce dernier est élevé, plus le plafond seraabsorbant.Le choix est effectué grâce à la note de calcul présenté au § 4.3.4.1. Lorsqu’un plafond doit être, avant tout, hygiénique, on se base sur sa classificationd’utilisation (ISO ou zone dans lequel son emploi est accepté, cf. § 4.1.3.5), pour les dalles. Pourles plaques de plâtre, seule les plaques de plâtre classiques, pleines, utilisées avec un revêtementadapté peuvent satisfaire au critère d’hygiène. Enfin, pour satisfaire des exigences élevées d’acoustique et des exigences d’hygiène,élevées également, seuls les plafonds en dalles de fibres minérales conviennent. Ainsi, en prenant en compte tous ces critères et en s’appuyant sur la base de données, ilest possible de choisir la solution qui convient le mieux. 8.3 L’exécution8.3.1 Les règles de mise en œuvre 8.3.1.1 Les conditions de mise en œuvre 8.3.1.1.1 Cas des plafonds suspendus non démontables D’après le DTU 25.41, il faut respecter quelques conditions pour assurer la qualité desouvrages. Ainsi, les travaux ne doivent pas débuter avant que le bâtiment soit hors d’eau et horsd’air. Cela implique un bâtiment avec toiture ou un décalage d’au moins cinq niveaux, entrel’étage cloisonné et l’étage en cours de bétonnage, avec une étanchéité provisoire. Le stockage des plaques doit être { l’abri des intempéries et les plaques doivent être {plat. De plus, afin d’éviter la déformation des plaques pendant leur stockage, les cales doiventavoir une largeur minimum de 5 cm et être espacées de 60 cm maximum. Enfin, il est recommandé de ne pas effectuer les joints des plaques sous une températureinférieure à 5°C. 8.3.1.1.2 Cas des plafonds suspendus démontables Selon le DTU 58.1, plusieurs conditions doivent être satisfaites pour pouvoir procéder àla mise en œuvre. On retiendra que les locaux doivent être mis { l’abri des intempéries (vitragesposés notamment) et qu’il ne doit pas y avoir une réhumidification importante des locaux.De plus, les canalisations d’eau chaude et d’eau froide, présentes dans le plénum, doivent êtrecalorifugées. Enfin, la pose doit s’effectuer dans une fourchette d’humidité relative compatible avec lesmatériaux, d’après le classement { l’humidité des locaux pour plafonds. Page 77
  • 78. 8.3.1.2 Tolérances de mise en œuvre 8.3.1.2.1 Cas des plafonds suspendus non démontables Comme vu précédemment dans la partie cloison, les tolérances de mise en œuvre sontdécrites par rapport à plusieurs notions : - Planéité locale et générale : cf. § 5.3.1.1 ; - Flèche : cf. § 5.3.1.1 ; - Horizontalité : cela correspond au parallélisme d’un ouvrage par rapport { une ligne de référence. Les tolérances admises pour les ouvrages en béton sont décrites dans le DTU 21 et dans leDTU 25.41 pour les plafonds non démontables : Ecarts admissibles Δ Types d’écart Plafonds - DTU 25.41 Ouvrages béton – Dalle et planchers - DTU 21 6 mm : parement ordinaire Planéité locale 1 mm 2 mm : parement courant 2 mm : parement soigné 15 mm : parement ordinaire Planéité générale 5 mm 7 mm : parement courant 5 mm : parement soigné Horizontalité 3mm/m sans dépasser 2cm / Flèche (pour l/500 pour l<5m /plancher seulement) l/1000 + 0,5 pour l>5m Tableau 28 : Tolérances d’exécution des plafonds non démontables et du béton 8.3.1.2.2 Cas de plafonds suspendus démontables Règlementée par le DTU 58.1, les tolérances pour ce type de plafond ne sont pas lesmêmes et ne s’appuient pas sur les mêmes termes : - Désaffleurement : il se définit comme la différence de niveau entre deux carreaux juxtaposés ; Figure 139 : Désaffleurement de deux éléments - Bâillement : utilisé dans le cas d’ossature apparente ou d’appuis apparents, il correspond { un écartement ponctuel de l’élément d’habillage par rapport { l’ossature ou { Figure 140 : Bâillement d’un élément d’habillage l’appui ; - Planéité : cf. § 5.3.1.1 D’après le DTU 58.1, on a : Types d’écart Ecarts admissibles Δ - Plafonds - DTU 58.1 5/10ème de mm pour des éléments chanfreinés Désaffleurement 3/10ème de mm pour des éléments non chanfreinés Bâillement 1 mm Planéité sur 1m 2 mm Planéité sur 5m 5 mm Tableau 29 : Tolérances de mise en œuvre pour des plafonds démontables Page 78
  • 79. 8.3.1.3 La mise en œuvre classique 8.3.1.3.1 Cas des plafonds suspendus non démontablesLa mise en œuvre doit respecter le DTU 25.41. On retiendra :- L’entraxe des ossatures est fixé { 0,60m maximum et les plaques sont fixées perpendiculairement aux lignes d’ossatures :- Les aboutages des éléments d’ossature doivent se trouver Figure 141 : Disposition perpendiculaire des décalés d’une ligne d’ossature { une autre et doivent satisfaire plaques par rapport à l’ossature une des conditions suivantes : o Recouvrement de 15cm minimum et un vissage ; o Eclissage d’au moins 9cm.- L’ouvrage (ossature et plaques) doit être interrompu par un joint de fractionnement au droit des joints de dilation de la structure. Les joints sont crées par une double ligne d’ossature de part et d’autre du joint : Figure 142 : Détail de mise en- La distance à la paroi de la première ligne d’ossature (de la 1ère suspente) œuvre : joint de fractionnement ne doit pas excéder : o une distance égale à un entraxe courant (à la distance entre suspentes en partie courante) si un profilé support (cornière, rail, …) est fixé en périphérie ; o 10 cm en l’absence de profilé périphérique.- La longueur des plaques doit être un multiple de l’entraxe de l’ossature de façon { ce que le jointement des plaques soit au droit d’un élément.- La fixation des plaques se fait tous les 30cm maximum. 8.3.1.3.2 Cas des plafonds suspendus démontables La mise en œuvre doit suivre le DTU 58.1- Les éléments de suspension sont soit disposés et fixés sur une ossature unique suspendue aux structures porteuses ; soit disposés et fixés sur une ossature secondaire rendue elle-même solidaire d’uns ossature dite primaire qui est suspendue aux structures porteuses ;- Les éléments d’habillage sont fixés ou reposent sur une ossature apparente, semi- apparente ou cachée ;- Le passage au droit des joints de dilatation doit être traité de la manière suivante : o Dans le cas d’ossature apparente ou semi-apparente, les panneaux doivent permettre le mouvement du gros œuvre sans risque de chute ; o Dans le cas d’ossature non apparente, les panneaux doivent être interrompus { l’aplomb de la ligne de joint de dilatation.- Dans le cas de plénums de grande hauteur, une ossature de reprise de charge est obligatoire lorsque la longueur de la suspente est supérieure à 2m. Page 79
  • 80. 8.3.1.4 La mise en œuvre en zone sismique 8.3.1.4.1 Cas des plafonds suspendus non démontables Aucune prescription n’est spécifiée dans le DTU 25.41 pour la mise en œuvre desplafonds en zone de sismicité. 8.3.1.4.2 Cas des plafonds suspendus démontables Pour des plafonds répondant au DTU 58.1, les dispositions suivantes sont à prendre enconsidération : - Tous les profils de rives doivent avoir une aile d’appui d’au moins 30mm ; - Toutes les traversées du plafond suspendu (colonnes, sprinklers, …) et les appareils supportés de manière indépendante doivent être considérés comme rive et traités comme telles ; - La première suspente de chaque porteur doit être fixée à 200mm maximum du mur ou de la cloison ; - Les entretoises découpées s’appuyant sur la rive, de longueur supérieure { 300mm, doivent être maintenues verticalement par un fil d’acier d’au moins 2,5mm de diamètre ou tout autre dispositif évitant leur chute ; - L’extrémité des porteurs, entretoises et des panneaux doit reposer sur la rive avec un jeu, entre l’extrémité et le mur ou la pénétration, de 8 { 10mm ; - Tous les accessoires reposant sur le plafond suspendu doivent être fixés rigidement sur l’ossature du plafond ; - Pour des surfaces supérieures à 15m² et pour tous les 15m² commencés, un double contreventement pour chacune des deux directions, celle des porteurs et celle perpendiculaire à ceux-ci, est mis en place.8.3.2 Le traitement des interfaces Les terminaux (grilles de ventilation, lumières, boîtiers, …) et les trappes constituent lesprincipales interfaces des faux plafonds, lors de la mise en œuvre. Elles doivent être anticipées avant l’exécution des travaux, au moyen d’un calepinage del’ossature. La mise en place des trappes impliquent, de plus, la réalisation d’un chevêtre. Page 80
  • 81. 9 Le guide pratique de la plâtrerie en hospitalier Le guide pratique est composé de 3 guides distincts : - Tome I : les cloisons (Annexe n°1) ; - Tome II : les gaines techniques et le désenfumage (Annexe n°2) ; - Tome III : les plafonds suspendus (Annexe n°3). La réalisation des guides s’est faite au fur et { mesure des recherches effectuées. Cependant,il a fallu déterminer au début une mise en page qui devait être visuelle, colorée et permettantune compréhension rapide et facile des guides. Le tome I du guide pratique de la plâtrerie en hospitalier, sur les cloisons, a été le guide« test » sur lequel une longue réflexion concernant l’organisation des parties, les repèrescouleurs, la rédaction (qui se devait explicative mais pas trop dense). Il a donc été le plus long àréaliser, d’autant plus que le sujet « cloisons » de la plâtrerie est le plus dense des trois sujetstraités. Les tome II et III ont ensuite été réalisés sur la même base (mêmes parties et même mise enpage), ce qui a permis une plus rapide exécution de ces derniers. Figure 143 : Premières de couverture des 3 guides Page 81
  • 82. 10 Les compétences acquises au cours du PFE Le travail, effectué durant mon projet de fin d’étude, m’a permis d’acquérir et d’enrichirplusieurs compétences, que l’on peut classer en deux parties : des compétences généralesreflétant les qualités d’un ingénieur, et des compétences techniques vis-à-vis de sujets bienprécis. Une grande partie de mon travail sur ces guides relève de recherches bibliographiques,d’interprétation de documents et de croisement de données. Cela m’a permis de développer larecherche d’informations et de me familiariser avec les outils de recherche et les bases dedonnées de DV Construction. Il est important, en tant qu’ingénieur, de savoir trouver uneinformation, en s’assurant de son authenticité et de sa validité. Les nombreuses recherches, lectures et interprétations de normes, arrêtés et autresguides, qui ont rythmées mon projet de fin d’études, m’ont permis d’améliorer ma capacité àsynthétiser. Au vue des quantités des documents, seuls les points les plus importants de chacundevaient se retrouver dans les guides et être retranscris de manière simple, mais juste. Ce fut donc également pour moi, un « exercice de style ». La rédaction de documentstechnique fait partie du métier d’ingénieur ; ce stage m’a permis de m’y exercer, notammentconcernant les tournures de phrases mais aussi l’orthographe ! Divers points techniques ont, de plus, été abordés pour la réalisation du guide et m’ontpermis d’approfondir des connaissances vue lors de la formation { l’école. Je souhaite attirerplus particulièrement l’attention sur l’acoustique, sujet sur lequel j’ai largement travaillé,notamment pour élaborer les différents guides de choix. Grâce { des documents et { l’aide de matutrice, je me suis formée sur les différents calculs acoustiques à mener, en relation avec le sujet. Les échanges avec les différents chantiers en cours de réalisation, m’ont permis derecenser divers problèmes et informations. L’exploitation de ces données a été essentielle à lafinalisation du guide et a été réalisé, en majeure partie, au travers de schémas. Ces échangesm’ont permis de vérifier la conformité de mon guide par rapport aux ouvrages réalisés. Le lot plâtrerie n’était, pour moi, qu’un vaste domaine dont je n’avais que très peu deconnaissances. Désormais, je pense pouvoir dire, { l’inverse, que très peu de points me sontinconnus dans ce domaine.J’apparais { présent compétente dans le domaine de la plâtrerie, tant au niveau des techniquesde mise en œuvre, des règlementations, des calculs, des différents termes employés que dans laconnaissance des différents produits existants chez les fournisseurs. Cette compétence apparaît comme un atout dans le monde professionnel. Elle mepermettra d’exercer plus facilement la conduite de travaux de plâtrerie, ou de procéder plusaisément { de la conception ou { des études de prix en corps d’état secondaires. Cette période de stage m’a permis également de découvrir et de me familiariser avecdifférents métiers et de développer des relations humaines. Pensant débuter ma carrière enconduite en travaux, ce PFE m’a conforté dans mon idée, ayant pu observer le travail des équipestechniques et celui des équipes travaux. Le stage de fin d’études pouvant être un « tremplin »pour une première embauche, je pense qu’il est important de s’intégrer dans l’entreprise nousaccueillant et de s’intéresser { son fonctionnement. Ces quelques mois passés au sein de laDirection Technique, ont permis mon intégration au sein de DV Construction. Page 82
  • 83. 11 Conclusion Le développement de cette étude, proposée par DV Construction, et soutenue parBouygues Entreprise France Europe (BYEFE) a conduit { la réalisation d’un guide de trois tomes,sur la plâtrerie en milieu hospitalier. C’est la réponse { un besoin de capitalisation del’information et de l’expérience, pour les projets hospitaliers, présents en grand nombre dans legroupe. La réalisation de ce guide est l’aboutissement de nombreuses recherches, de lectures,d’interprétation de documents techniques et de réflexions. Il est un condensé d’informations,d’explication mais aussi de détails d’exécution et de bonnes pratiques. La conception ou la mise en œuvre des éléments constituant le lot plâtrerie n’est pas uneréelle difficulté. Il est cependant plus délicat d’être sûr de respecter les nombreusesrèglementations mais il est surtout plus dur d’anticiper divers points techniques, causantgénéralement des difficultés lors de la mise en œuvre.Les cloisons, dont il est difficile de compter le nombre de solutions existantes, sont en interfaceavec une multitude d’éléments. Le désenfumage se doit d’être parfait au niveau de la mise enœuvre et dans le respect des règlementations. Enfin, les faux plafonds font apparaître unenouvelle notion : l’hygiène, qui doit pouvoir s’additionner avec le respect des exigencesacoustiques dans certains cas. Les hôpitaux sont règlementés par de nombreux documents. Ils comportent beaucoup deréseaux et des spécificités typiques (renfort pour main courante, cloisons plombées, …). Lestypes de locaux sont nombreux mais peuvent, pour certains, être standardisés. Il aurait été judicieux de faire apparaître des estimations de prix (fourni ou fourni/posé)des solutions proposées par le guide de choix, afin de connaître la rentabilité de ces dernières.Néanmoins, par manque de temps, et ayant préféré approfondir les points techniques, aucuncoût n’apparaît dans ce guide. Ce guide, comme on peut le constater, est basé sur des règlementations. Il est donc daté,ainsi que les normes utilisées, afin qu’il ne soit pas utilisé { mauvais escient. En effet, ce guidedoit évoluer en même temps que les normes. Il pourra servir de base, après un changement derèglementations mais les différentes valeurs et choix décrits, dans celui-ci, devront être adaptés. Page 83
  • 84. Bibliographie[1] L’intégrale Placo : Guide de conception, Placo, Janvier 2008, 394p.[2] L’intégrale Placo : Guide de mise en œuvre, Placo, Juin 2008, 385p.[3] Le mémento – conforme au DTU 25.41 de Février 2008, Lafarge Plâtres, 2009, 208p.[En ligne]. Disponible sur : www.lafarge-platres.fr[4] Catalogue général, Knauf, 2010, 792p.[En ligne]. Disponible sur : www.knauf-batiment.fr[5] Cloisons Fermacell : Prescription et mise en œuvre, Xella Systèmes Construction Sèche, Avril 2009,83p.[En ligne]. Disponible sur : www.fermacell.fr[6] Fermacell : Système cloisons : type de montages et performances , Xella Systèmes Construction Sèche,Mars 2010, 11p.[En ligne]. Disponible sur : www.fermacell.fr[7] Règlement de sécurité contre les incendies relatifs aux établissements recevant du public – Dispositions généraleset commentaires de la commission centrale de sécurité, 22ème édition, Edition France Sélection, 2006, 447p.(ISBN : 2-85266-022-5)[8] Règlement de sécurité contre les incendies relatifs aux établissements recevant du public – Dispositionsparticulières du type U (Etablissements de soins), 13ème édition, Edition France Sélection, 30 juillet 2007,46p. (ISBN : 978-2-85266-039-7)[9] MESSIER M., L’acoustique du bâtiment par l’exemple, Isolation et corrections acoustiques dans le neuf etl’ancien : 50 cas réels analysés et commentés – 2ème édition, Editions le Moniteur, 1994, 303p. (ISBN : 2-281-11142-3)[10] HAMAYON L. et SCHLECHT B., Isolation acoustique, Cours DESS, 1999/2000, 315p.[11] DAVIDOVICI V., Conception et réalisation d’hôpitaux en zone sismique , Dynamique Concept, 29 Mai2007, 137p.[12] Guide des corps d’état secondaires , Quille, 2ème trimestre 2009[13] Guide Veritas, Techniques de la construction – TOME 3 – Second-œuvre et équipements, EditionCollection Moniteur Référence Technique, Décembre 2007[14] DTU 25.41 : Ouvrages en plaques de parement en plâtre, Edition AFNOR, Février 2008, 89p.[15] DTU 58.1 : Plafonds suspendus, Edition AFNOR, Décembre 2008, 34p.[16] DTU 21 : Exécution des ouvrages béton, Edition AFNOR, Mars 2004, 26p.[17] Cahier CSTB n°3567 : Classement des locaux en fonction de l’exposition à l’humidité des parois etnomenclature des supports pour revêtements muraux intérieurs , Mai 2006, Edition CSTB[18] Norme NF EN 520 + A1 : Plaques de plâtre : définition, spécification et méthodes d’essai, EditionAFNOR, Novembre 2009, 49p. Page 84
  • 85. [19] Norme NF EN 13964 : Plafonds suspendus : exigences et méthodes d’essai, Edition AFNOR,Septembre 2004, 75p.[20] Norme NF EN 13964/A1 : Plafonds suspendus : exigences et méthodes d’essai, Edition AFNOR, Avril2007, 15p.[21] Norme NF EN 14190 : Produits de transformation secondaire de plaques de plâtre : définitions, exigenceset méthodes d’essai, Edition AFNOR, Décembre 2005, 30p.[22] Norme NF EN 14246 : Eléments en plâtre pour plafonds suspendus : définitions, spécifications etméthodes d’essai, Edition AFNOR, Août 2006, 30p.[23] Norme NF S 31-080 : Acoustique – Bureaux et espaces associés, Edition AFNOR, Janvier 2006, 18p.[24] Norme NF C15-160 et NF C15-160 ADD1 : Installations pour la -production et l’utilisation de rayonsX – Règles générales, Edition AFNOR, Novembre 1975 (Additif : Septembre 1984), 28p.[25] Norme NF C15-161 : Installations pour la production et l’utilisation de rayons X – Règles particulièrespour les installations de radiodiagnostic médical et vétérinaire (sauf dentaire) , Edition AFNOR, Décembre1990,[26] Arrêté du 25 avril 2003 : relatif à la limitation du bruit dans les établissements de santé, Ministère del’écologie et du développement durable, Avril 2003, 4p.[27] Arrêté du 21 novembre 2002 : relatif à la réaction au feu des produits de construction et d’aménagement ,Journal Officiel de la République Française, 15p.[28] Arrêté du 22 mars 2004 : relatif à la résistance au feu des produits, éléments de construction et d’ouvrages ,Journal Officiel de la République Française, 16p.[29] Référentiel du CSTB, pour la qualité environnementale des bâtiments – Etablissements de santé – Version1, Edition CSTB, Février 2008, 193p.[30] Fiche conseil du Syndicat National des Industries de Plâtre n°5, Résistance au feu des ouvrages : traverséesde cloisons, Les industries du plâtre, Avril 2005, 4p.[31] Guide NF DTU 25.41, L’essentiel à connaître et à appliquer, Les Industries du Plâtre, 2008, 7p. Page 85