Your SlideShare is downloading. ×
Eco guide-peintre
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Eco guide-peintre

764
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
764
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. ECO-GESTES ECO-Guide PROFESSIONNELle métier de PEINTRE Les ECO-GESTES de nouveaux réflexes pour préserver l’environnement
  • 2. avantpropos Pour les entreprises, lenvironnement constitue lun des enjeux des prochaines années : réduire les coûts de fabrication en économisant lénergie et les matières premières, limiter les rejets, gagner des marchés à lexport et construire une image citoyenne de lentreprise respectueuse de lenvironnement. Relever cet enjeu nécessite un effort continu de formation et dinformation adapté à la diversité des métiers et des champs dactivité économique. Cest pourquoi en collaboration notamment avec la Fédération Régionale du Bâtiment, le Rectorat de lAcadémie dAmiens et les Agences de lEau Artois-Picardie et Seine-Normandie, le Conseil Régional de Picardie a souhaité réaliser cet ECO-Guide professionnel "Le métier de peintre". Lobjectif est dapporter aux chefs dentreprise des informations utiles dans la gestion quotidienne de leurs ateliers et aux formateurs des futurs professionnels des recommandations pratiques pour leur action pédagogique. Réglementation, informations pratiques, conseils ou encore adresses et contacts sont ainsi présentés dans cet ouvrage adapté aux spécificités de la profession du bâtiment. Je tiens à remercier lensemble des partenaires qui se sont associés à la réalisation de cet ECO-Guide qui, jen forme le vœu, répondra aux préoccupations concrètes des chefs dentreprise et des formateurs, et plus largement permettra de rapprocher plus encore les secteurs de lenvironnement et de léconomie en Picardie. Charles BAUR Président du Conseil Régional de Picardie 1
  • 3. le métier de peintre Les risques du métier Le peintre embellit En qualité de peintre professionnel, vous la vie. C’est son métier et souvent Écologie et économie êtes en contact quotidien avec de nombreux produits chi- sa passion. Les réglementations concernant la protec- miques dont certains présen- Mais cette activité tion de l’environnement seront de tent des risques, et ceci au l’oblige à utiliser plus en plus strictes. Elles s’appli- cours de chacune des étapes de de nombreux queront aux fabricants, mais aussi à vos travaux : produits chimiques tous les utilisateurs de produits – préparation des supports : dont certains toxiques ou dangereux pour l’envi- décapants, lessives, abrasifs… peuvent se révéler ronnement. En adoptant dès – mise en peinture et pose de revê- dangereux pour aujourd’hui les ECO-GESTES, tement : la santé et pour vous anticipez sur l’évolution de pigments, colorants, diluants, votre métier. Vous préservez colles… l’environnement. votre santé et celle de vos – nettoyage du matériel : La finalité de cette employés. Vous repectez l’environ- solvants, alcools… brochure est nement qui est notre patrimoine d’encourager tous les peintres commun et donnez également satis- Un outil à conserver faction à vos clients de plus en plus professionnels à Cet ECO-GUIDE PROFESSIONNEL a sensibles aux problèmes d’écologie. découvrir Par ailleurs, l’adoption de méthodes été conçu spécialement à votre les ECO-GESTES : de travail plus respectueuses de intention par ECO-CONSEILdes comportements l’environnement vous permet de ENTREPRISE, votre conseiller simples et bénéficier de certaines aides professionnel qui vous aidera à facilement financières et techniques. gérer au mieux les enjeux et applicables qui ont contraintes liés à l’environnement.un double objectif : Écologie et– préserver la santé de toutes les professionnalisme Conservez-le, personnes qui Ce guide rassemble les informations qui manipulent desproduits dangereux; vous permettront de mieux et reportez-vous répondre aux nouvelles exigences – préserver l’environnement en matière d’environnement. Vous régulièrement découvrirez le label NF Envi- pour maintenir notre cadre de vie ronnement et comment réduire, traiter, éliminer ou recycler les à ses pages. et par égard pour déchets issus de votre activité. les générations futures.
  • 4. Chapitre 1 5 LES SOLVANTS Chapitre 2 9 STOCKAGE DES PRODUITS DANGEREUX Chapitre 3 13 LESSIVAGE-DÉCAPAGE-PONÇAGE Chapitre 4 17 L’APPLICATION DE PEINTURE Chapitre 5 23 LA POSE DE REVÊTEMENTS DE SOL Chapitre 6 27 LA GESTION DES DÉCHETS Chapitre 7 35 ADRESSES UTILES,CONTACTS FACILESsommaire
  • 5. Chapitre 1LES SOLVANTS De drôles de “volatiles” ! Les solvants sont des liquides volatils car ils émettent des vapeurs. Ils ont le pouvoir de dissoudre d’autres substances comme les graisses, les résines ... Ils sont présents dans les peintures, les vernis, les diluants, les colles, les cires, les produits de dégraissage, de nettoyage et de traitement de matériaux. 5
  • 6. QUI SONT-ILS ?Il existe deux familles de solvants : les solvants d’origine minéraleet les solvants d’origine organique. L’eau est le solvant minéral le plus Les solvants organiques appartiennent courant. C’est le seul solvant à la famille des composés organiques complètement inoffensif pour volatils ou COV. la santé. La particularité des COV est d’émettre des vapeurs à température Les solvants organiques proviennent ambiante et d’être réactifs au essentiellement du pétrole. Ils ont un niveau biologique et chimique. pouvoir dissolvant puissant et sont par conséquent agressifs pour Ils forment une famille nombreuse et les êtres vivants. complexe regroupant des milliers de composés, la plupart d’origine pétrochi- Parmi les solvants organiques on dis- mique. tingue : s les solvants pétroliers (essences spé- ciales, toluène, xylène, white-spirit…) qui sont les plus courants et les plus inflam- mables ; s les solvants chlorés (trichloréthylène, dichlorométhane) qui sont moins inflammables mais très stables chimique- ment et peu biodégradables ; s les solvants oxygénés (acétone, alcools, esters, éthers...) qui sont moins agressifs mais plus inflammables ; s les solvants d’origine végétale (terpè- ne, limonène) qui sont moins dange- reux pour l’environnement : - les terpènes, issus d’essences de conifères comme la térébenthine (essence de pins) ; - les limonènes qui sont des distillats d’agrumes (pelures d’oranges, de citrons).6
  • 7. QUELS SONT LEURS EFFETS SUR LA SANTÉ ?Que ce soit par contact direct sur lapeau ou par inhalation de vapeurs,les S O LVA N T S O R G A N I Q U E S exposent à des phénomènes d’allergies, de brûlures et à des intoxications. Allergies Intoxications Les solvants organiques dessèchent la peau L’inhalation des vapeurs, même à de faibles et favorisent l’apparition d’allergies. Ils concentrations, a des effets narcotiques détruisent la pellicule lipo-acide protectrice et provoque des troubles digestifs. Des de la peau et pénètrent dans le sang. inhalations à faibles doses, mais répétées et prolongées, peuvent provoquer des Brûlures maladies de l’appareil respiratoire, Les risques les plus impressionnants sont des lésions du foie et des reins. l’incendie et l’explosion dus à l’accumula- tion des vapeurs dans des milieux confinés (pièces non ventilées, récipient de stockage). 7
  • 8. ET LEUR IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT ? Il y a de la rumba dans l’air... traitements qui sont effectués ne suffisent pas à éliminer ces produits. On les retrou- Les solvants organiques participent à l’aug- ve finalement dans l’eau des rivières et mentation de la teneur en ozone en basse dans la nappe phréatique. Ils s’accumulent atmosphère (0-10 km). À ces altitudes, dans la chaîne alimentaire dont l’être l’ozone, gaz irritant pour les organismes humain est l’un des derniers maillons. vivants, favorise la formation d’autres pol- luants plus toxiques et cancérigènes. Quelle est À l’inverse, l’ozone présent naturellement la législation dans la haute atmosphère protège les actuelle ? organismes vivants en filtrant les rayons ultra-violets. La législation du travail impose des Et dans l’eau ... seuils de concentration de vapeurs de solvant à ne pas dépasser sur les lieux de Le rejet de solvants organiques dans le travail. Ces valeurs limites sont définies réseau d’assainissement perturbe le fonc- en fonction des risques d’explosion et de tionnement des stations d’épuration. Les toxicité connus des solvants. ECO-GESTES Qu’est-ce que je peux faire ?1. Evitez les produits agressifs, utili- 3. Soyez économe, laissez décantersez les solvants les moins volatils les solvants usagés et réutilisez-les pour(pétrole lampant) notamment pour le nettoyer le matériel.nettoyage du matériel. N’employez pasde solvants organiques chlorés. 4. Soyez organisé, stockez convena- blement les solvants neufs et usagés2. Soyez attentif, fermez les récipients dans des locaux ventilés et prévus à cetcontenant les solvants propres ou usagés. effet.Ne jetez pas les solvants usagés dans le Voir chapitre 2 : Stockage des produits.réseau d’assainissement mais faites-lesrégénérer ou éliminer par des entreprisesautorisées.8
  • 9. Chapitre 2STOCKAGE DES PRODUITS DANGEREUXRisque en stock : un homme averti en vaut deux Peintures, vernis, solvants, décapants, produits de nettoyage... Ce sont des produits souvent volatils et inflammables, pouvant provoquer des accidents et entraîner des maladies. Ils nécessitent des précautions particulières en matière de stockage et de manipulation. 9
  • 10. COMMENT LES APPRIVOISER ? En se familiarisant avec les symboles des étiquettes. Il existe trois familles de symboles pour signaler : TOXIQUE s les produits dangereux pour la santé, classés TOXIQUE, NOCIF, CORROSIF, IRRITANT. s les produits dangereux pour l’environnement, NOCIF s les risques d’incendie et d’explosion, dus à l’uti- lisation des produits qui sont classés INFLAMMABLE, COMBURANT, EXPLOSIF. CORROSIF En cas d’intoxication, téléphonez au centre anti-poison : 03 20 44 44 44 ou composez le 15 (le SAMU) ou le 18 (les pompiers). IRRITANT L’étiquetage répond à une réglementation européenne. Cependant, absence de sym- bole ne signifie pas absence de risque ! DANGEREUX POUR Sur les emballages de white-spirit, vous ne L’ENVIRONNEMENT trouverez pas systématiquement le symbole de la flamme, car le point éclair du white- spirit est supérieur au seuil de 21° C fixé FACILEMENT pour l’étiquetage. De même, la présence de substances dangereuses n’est signalée que si INFLAMMABLE leur teneur dépasse un certain seuil (0,15% en poids pour le plomb, 12,5% en poids pour le butylglycol). D’autre part la connaissance des risques est COMBURANT imparfaite. Certaines substances ne sont reconnues comme dangereuses qu’après de nombreuses années de commercialisation.10 EXPLOSIF
  • 11. COMMENT SE PROTÉGER ? Lire l’étiquette, c’est déjà se protéger. L’étiquette est une source d’informations s pour les soins en cas d’accident ; s pour l’achat des produits ; s pour l’organisation du stockage des produits ; s pour l’élimination des déchets des produits. Regarder le symbole ne suffit pas ! Il faut lire entièrement l’étiquette pour mieux connaître les risques. Les dangers les plus importants signalés par ces deux symboles OLOR Le nom et BONC la Source de l’adresse du 1b rue 390 Porly 92 ique fabricant ou T - Tox du distributeur t ilemen F - Fac mable ITE inflam INTOX tion" dinges e en cas s brûlures" "toxiqu de grave aleur" e la ch "prov oque ction d " sous la ropriés losion p ouillé Le nom r dexp des gants ap ment sdu produit "dange "porter ut vête ent to édiatem é" "enlev er imm ou éclabouss Les risques particuliers du produit Les précautions que vous devez prendre pour vous protéger La conduite à tenir en cas d’accident 11
  • 12. ECO-GESTES Qu’est-ce que je peux faire ? 1. Soyez prévoyant, équipez le local 5. Portez les moyens de protection de stockage d’un extincteur et respectez individuelle lors de la manipulation et les consignes de sécurité, notamment de l’utilisation de produits dangereux. l’interdiction de fumer. 6. Evitez de salir le sol et les murs 2. Soyez bien organisé, rangez du local, nettoyez-les en cas de fuite convenablement les produits dangereux de produits. Evitez tout déversement à l’abri des chocs dans un lieu bien à l’égout, utilisez si nécessaire un pro- ventilé, prévu à cet usage. Ce lieu doit duit absorbant et récupérez les déchets être équipé de bacs ou d’aires de dans un seau ou un fût qui sera fermé rétention, de cloisons et de portes anti- hermétiquement. feux, d’une installation électrique de sécurité pour les stockages importants. 7. Ne jetez pas de produits Les solvants neufs et usagés doivent dangereux dans le réseau d’eaux être stockés dans des récipients hermé- usées ni sur le sol à l’intérieur, ni tiques. à l’extérieur. 3. Suivez les instructions de sécurité 8. Soyez prudent, affichez la liste des sur les étiquettes des emballages. symboles de danger et l’interdiction de fumer à proximité du lieu de stockage. 4. Réclamez les fiches de données de sécurité à vos fournisseurs et lisez-les 9. Etablissez la liste des produits attentivement. Elles vous renseignent dangereux stockés dans l’entreprise sur les risques que présentent les pro- et classez leurs fiches de données duits et les mesures de prévention à de sécurité. respecter.12
  • 13. LE LESSIVAGEsupports propres mais eaux sales ! Les lessives contiennent généralement de la d’assainissement risque d’abord de perturber soude qui est une substance agressive pour la le fonctionnement de la station d’épuration, puis de peinture mais également pour la peau et les polluer la rivière. Les détergents contenus dans les yeux . lessives contribuent à la diminution de l’oxygène Les risques d’irritation sont importants dissous dans l’eau et donc à la disparition de cer- lors de la manipulation de produits taines espèces de poissons. concentrés ou lors de l’inhalation des Remarque à propos des décolleuses à vapeurs chaudes. papiers non électriques : elles dégagent du Les eaux de lessivage et de rinçage monoxyde de carbone (CO), gaz mortel à contiennent des détergents, des résidus de faible concentration. Leur utilisation s’avère peinture, de résine, de sable, de métaux. dangereuse à l’intérieur de locaux mal venti- L’écoulement de ces eaux dans le réseau lés. LE PONÇAGE de la poussière plein le nez ! Le ponçage manuel ou mécanique des supports neufs ou anciens génère des poussières d’origines diverses : abrasif, bois, béton, ciment, enduit, peinture, métal... L’inhalation de ces poussières provoque des irritations des voies respira- toires. Les précautions (masque anti-pous- sières) s’imposent pour des peintures anciennes contenant du plomb. Lors du ponçage, le plomb présent dans les peintures en sous-couches profondes est libèré en forte quantité. Peu à peu, les poussières retombent sur le sol et risquent de polluer le sol puis la nappe phréatique, si elles contiennent des sub- stances dangereuses.14
  • 14. LE DÉCAPAGEun nuage de poussières et de fumées. Le décapage à l’aide de décapants Le décapage au jet à l’aide La majorité des décapants sont à base de d’abrasifs dichlorométhane, appelé chlorure de Le décapage au jet entraîne la formation méthylène, qui est un solvant organique de poussières abondantes qui peuvent chloré. Comme tous les solvants organiques, renfermer de la silice libre, si les abrasifs le dichlorométhane est agressif pour les yeux ou les supports en contiennent. et la peau. L’usage d’abrasif contenant plus de 5% de L’utilisation de décapants à base de solvants silice (sable) est interdit. Les résidus de haut- entraîne des émissions de composés orga- fourneau moins préjudiciables à la santé sont niques volatils (COV) qui participent à la tolérés comme abrasif pour les bâtiments . pollution de l’air et à l’effet de serre. Le décapage de façade induit une production Le décapage par brûlage importante de résidus liquides et solides Lors du décapage à la flamme ou à l’air constitués d’un mélange de substances miné- chaud, la combustion des résines et des rales inertes et de produits chimiques. Ces pigments des anciennes peintures génère derniers, s’ils sont en fortes concentrations des fumées nocives et éventuellement des et s’ils ne sont pas correctement dégradés gaz toxiques tel le phosgène. par des procédés adéquats en centre d’inci- nération et/ou d’épuration, présentent des risques de pollution pour le sol, l’eau et l’air. TABLEAU RÉCAPITULATIF DES PRINCIPAUX RISQUES POUR L’ENVIRONNEMENT Techniques Matériels-Produits Risques pour l’environnement LESSIVAGE lessives (soude) pollution de l’eau par rejet de produits dangereux dans le réseau d’égouts compresseurs bruit et nuisance sonore PONÇAGE abrasifs pollution de l’air, du sol par émission de poussières ponceuse production de déchets DÉCAPAGE décapants pollution de l’air par émission de COV production de déchets décapeurs pollution de l’air par émission de gaz nocifs lors de la combustion production de déchets compresseurs bruit et nuisance sonore 15
  • 15. ECO-GESTES ECO-GESTES Qu’est-ce que je peux faire ? 1. Soyez prudent, respectez les 5. Soyez bien organisé pour trier les mesures de sécurité et de prévention déchets et les faire traiter ou valoriser, selon pour la santé. Lisez les fiches tech- leur nature et leur toxicité, par des entre- niques de sécurité. Portez les protec- prises spécialisées. Récupérez les résidus de tions : gants , lunettes et masque ou décapage et les poussières de peintures dans cagoule (obligatoire pour le décapage à des récipients destinés à l’incinération en l’aide d’abrasif). centres spécialisés. 2. N’utilisez pas de produits 6. Soyez bon gestionnaire, investis- «agressifs», employez si possible des sez dès aujourd’hui dans du matériel produits moins dangereux (sans sol- d’avenir : vant, biodégradable ...). Achetez des s décapeur-aspirateur qui aspire et décapants sans dichlorométhane. Mais filtre l’eau avant évacuation ; attention, ces décapants contiennent s système de recyclage de l’eau de d’autres composés, qui ne sont pas lessivage ; toujours inoffensifs. s ponceuse mécanique munie d’un système efficace d’aspiration ; 3. Prenez des précautions, protégez le s compresseur insonorisé. sol et les surfaces par des toiles étanches. 7. Soyez exigeant, faites appel pour 4. Soyez économe, privilégiez les le décapage des façades à des entre- techniques nécessitant moins de pro- prises spécialisées qui mettent en duits chimiques (nettoyage à haute œuvre des techniques respectueuses pression uniquement à l’eau) et moins de l’environnement. d’eau.16
  • 16. Chapitre 4L’APPLICATION DE PEINTURELa peinture nous en fait voir de toutes les couleurs ! Un mélange complexe Une peinture est un mélange complexe constitué de solvants, de liants (résines), de pigments et de charges, auxquels s’ajoutent, en faibles quantités, divers agents de formulation. Selon sa composition et les techniques de mise en œuvre, l’application de la peinture a des effets différents sur votre santé mais aussi sur l’environnement. Les risques sont signalés par les étiquettes sur les emballages des produits. 17
  • 17. SOLVANTS : LES PREMIERS FACTEURS DE RISQUE Le risque d’explosion et d’incendieest important lors de la pulvérisation au pistolet de produits contenant des solvants organiques. La pulvérisation de peinture ou vernis à glycol. Ils sont moins agressifs pour la solvant est interdite à l’intérieur des locaux santé. en dehors d’une cabine de vernissage et de Mais des recherches récentes montrent peinture. que les éthers de glycol ont des effets Les solvants fluidifient la peinture et en nocifs sur la capacité de reproduction de facilitent l’application. L’eau remplace de l’être humain. plus en plus les solvants organiques. Les peintures acryliques ne sont pas Les peintures et les vernis à l’eau sans danger pour l’environne- contiennent également une faible quantité ment. Elles contiennent d’autres substances de co-solvants organiques (5 à 20%) géné- dangereuses : résines, pigments et additifs... ralement des alcools ou des éthers deLIANTS : DES PRODUITS TROP ATTACHANTSDes mesures de prévention s’imposent au stade de la fabrication. Le liant est le constituant principal de la Elles sont susceptibles, surtout au stade peinture. Il assure l’adhérence de la peintu- de la fabrication, de provoquer des re au support. irritations ou des allergies de la Le liant est généralement une résine peau. synthétique. Les résines synthétiques sont Les résines contenant des isocyanates libres très variées : résines acryliques, phéno- (comme les peintures polyuréthane à liques, époxidiques, organométalliques, etc. deux composants utilisées surtout pour la peinture industrielle), provoquent des irri- La fabrication des résines synthétiques tations des voies respiratoires nécessite une grande quantité de matières et notamment de l’asthme (maladie premières non renouvelables et beaucoup professionnelle). Certaines amines pré- d’énergie. sentes dans les résines époxydiques sont18 cancérigènes.
  • 18. TYPE PRODUITS PRODUITSDE SUPPORT A PRÉFÉRER A PROSCRIRE PIERRE - Peinture minérale silicatée norme NF T30808, Solvant organique hautement - Peinture avec label NF Environnement volatil, éther de glycol BETON - Peinture minérale silicatée norme NF T30808, Solvant organique hautement - Peinture avec label NF Environnement volatil, éther de glycol METAL - Apprêt anti-rouille à base de phosphate Apprêt anti-rouille au plomb, au de zinc, chrome, au cadmium - Peinture avec label NF Environnement PLATRE - Peinture minérale silicatée norme NF T30808, Solvant organique hautement - Peinture avec label NF Environnement volatil - Peinture à composantes naturelles Ether de glycol BOIS - Peinture avec label NF Environnement Lindane, pentachlorophénol - Peinture ou lasure à composantes natu- relles et insecticides végétaux ou borax PAPIER - Peinture avec label NF Environnement Solvant organique hautement - Peinture à composantes naturelles volatil, éther de glycolNB : Le fournisseur est tenu de remettre les fiches de données de sécurité des produits à la demande des clients. La composition, les risques et mesures de prévention des produits sont indiqués sur ces fiches.Les liants naturels d’origine végétale sont Les silicates, liants minéraux d’origine natu-constitués principalement d’huiles de lin, de relle, sont certainement les pluscarthame ou de résines de pin, de mélèze respectueux pour l’environnement, car(résine balsamique), de peuplier, de bouleau, de facilement disponibles dans la nature et peudammar (arbre exotique). Leur fabrication ne polluants. La nouvelle norme AFNOR NF Tnécessite pas de transformation coûteuse. Ils 30-808 concernant les peinturessont moins nocifs pour la santé et se dégradent minérales donne une garantie sur l’originedans le milieu naturel. minérale du liant : 95% minimum de silicates et moins de 5% de résine organique. En revanche, les peintures silicones contiennent davantage de résines organiques. 19
  • 19. PIGMENTS : DES COULEURS QUI FONT PÂLIR Leur fabrication occasionne généralement des rejets polluants quinécessitent des équipements d’épuration de l’eau. La manipulation de pigments concentrés nécessite des précautions. Les pigments sont des particules solides Ce sont des micro-polluants toxiques très fines. Ce sont des extraits de sub- même en très faibles concentrations. stances naturelles d’origine minérale ou Les autres pigments métalliques ne sont végétale, pas dangereux pour la santé : phosphates ou des produits de synthèse organique. de zinc, oxydes de fer, mais leur fabrica- Ils colorent, protégent des rayons tion génère des rejets polluants pour les ultra-violets et augmentent dans certains rivières et les océans (oxydes de titane). cas la résistance à la chaleur, à la corro- sion. Par l’intermédiaire des égouts et du sol, les métaux toxiques tels cadmium, chrome, Les pigments sont dangereux pour plomb contenus dans les pigments intè- l’environnement et la santé, lorsqu’ils grent le cycle de l’eau puis la chaîne alimen- contiennent des métaux toxiques : taire. cadmium, chrome, plomb. N’étant pas éliminés par les organismes vivants, ils se concentrent progressivement et provoquent des intoxications chroniques ou aigües, parfois mor- telles. Attention : La combustion de ces pigments métalliques libère des gaz très dange- reux, tels que l’oxyde de cadmium et le chlorure de cadmium, qui sont cancéri- gènes. Pour cette raison, il est très impor- tant de les faire éliminer et traiter par des centres spécialisés. Les unités d’incinéra- tion des ordures ménagères ne sont pas, quant à elles, conçues et équipées pour brûler ces produits toxiques.20
  • 20. LES FONGICIDES ET LES INSECTICIDES Les peintures qui en contiennent sont à manipuler avec prudence et parcimonie.Ce sont des substances dites «actives». Les insecticides et les fongicides d’ori-Elles ont une action biocide sur les champi- gine végétale sont beaucoup moinsgnons, les insectes etc. La plupart sont nocifs.toxiques pour l’être humain et pour l’en- Ils ne s’accumulent pas au sein de la chainevironnement. alimentaire et se dégradent progressive- ment dans le milieu naturel. Toutefois, ils ne sont pas totalement inoffensifs. 21
  • 21. ECO-GESTES Qu’est-ce que je peux faire ? 1. Soyez exigeant, réclamez à vos s portez masque et gants lors de l’ap- fournisseurs des produits peu polluants plication au pistolet. et demandez-leur de vous remettre les fiches de données de sécurité des pein- 4. Soyez économe, réutilisez les tures que vous achetez. restes de peinture en sous-couche, en accord avec les prescriptions des fabri- 2. Soyez efficace, utilisez les peintures cants. Vous réduisez par la même occa- qui présentent le plus faible degré de sion vos quantités de déchets spéciaux. toxicité et qui sont compatibles avec s Regénérez vous-même d’anciens l’application envisagée : fonds de peinture en rajoutant une s les peintures à l’eau ; base non siccativée et du diluant. s les peintures certifiées NF Environ- nement, garantissant des teneur mini- 5. Soyez organisé, pour adopter des males en solvants et en métaux lourds pratiques quotidiennes respectueuses de (pigments) ; l’environnement et trier vos déchets : s les peintures dites biologiques, ayant s ne mélangez plus les fonds de peinture l’avantage d’être biodégradables ; à l’eau et les fonds de peinture à solvant ; s les peintures minérales norme s ne rejetez jamais les peintures à solvant NF T 30-808 , garantissant des teneurs à l’égout ; maximales en silicates. s remettez les fonds de peinture à des organismes spécialisés pour la 3. Soyez prévoyant, respectez les régénération ou l’élimination de mesures de sécurité et de prévention : ces produits. s ventilez bien les locaux ;22
  • 22. Chapitre 5 LA POSE DEREVÊTEMENTS DE SOL Quand la colle vous colle à la peau ! 23
  • 23. Il existe de nombreux types de colles en fonction de l’usage et de la nature des éléments à assembler : s les colles à papier en poudre ou les colles blanches contiennent généralement de l’amidon et de l’eau. Elles ne présentent pas de dangers. s les colles pour revêtements de sol sont soit en émulsion vinylique ou acrylique, soit plus généralement en solution dans des solvants organiques inflammables. Elles présentent les mêmes risques que les solvants (voir chapitre 1 : Les solvants).24
  • 24. ATTENTION, DANGER D’EXPLOSION ! Le principal danger, lors de la pose de revêtement de sol est le risque d’explosion accidentelle, liée à la présence des solvants organiques inflammables entrant dans la composition des colles en solution (70% de solvant). C’est au ras du sol, où la concentration des vapeurs est la plus importante, que l’inflammation se produit le plus souvent, à une distance non négligeable du lieu d’application. L’existence d’un point chaud ou d’une étincelle à proximité suffit à provoquer l’explosion. Les colles au néoprène sont à éviter, car elles sont très inflam- mables et très dangereuses pour la santé. Les colles vinyliques ou acryliques à l’eau ne présentent pas les mêmes inconvénients. Mais en cas de projection sur la peau, il y a risque d’allergie et d’irritation. DES REVÊTEMENTS QUI NE SONT PAS NEUTRES. Selon leur composition, les revêtements de sol (moquettes) dégagent des composés organiques volatils (COV) quicontaminent l’air à l’intérieur des locaux. De plus, la majorité des revêtements de sol plastiques sont en PVC (Polychlorure de vynile). Ceux-ci dégagent de l’acide chlorhydrique toxique lorsqu’ils sont brûlés. 25
  • 25. ECO-GESTES Qu’est-ce que je peux faire ? 1. Evitez les produits agressifs, s Portez des moyens de protection employez des produits moins dange- individuelle (gants et lunettes). reux. s Portez des vêtements en fibres s Les colles à l’eau, présentent moins naturelles ( coton, laine) et évitez les d’inconvénients que celles en solution vêtements en fibres synthétiques très dans des solvants organiques. inflammables. s Les colles en solution dans les solvants chlorés ininflammables, évitent le 3. Soyez bon conseiller, proposez risque d’explosion, mais elles sont au client un revêtement non synthé- néanmoins dangereuses pour la santé tique (laine, sisal, linoléum...), produit et l’environnement. de qualité supérieure offrant un s Privilégiez les techniques de meilleur confort et dont l’installation pose sans colle, en fixant le revête- présente moins de risque pour l’envi- ment sur les bords avec des bandes ronnement. adhésives ou des baguettes et des clous. 4. Soyez soigneux, refermez les 2. Soyez prévoyant, ventilez le local récipients après usage et rangez les par tous les moyens et avertissez chiffons imbibés de colle ou de solvant des risques de danger : panneaux dans un récipient clos . Ne jetez pas «danger d’explosion» , «défense de fumer» les résidus de colles à l’égout. s Ne fumez pas et ne provoquez pas d’étincelle. 5. Soyez organisé pour trier les s Neutralisez les appareils à flamme déchets et les faire traiter ou valoriser, (brûleurs ou veilleuses de chaudières) selon leur nature et leur toxicité, par et les appareils électriques automa- des entreprises spécialisées. tiques ou commandés à distance (réfri- gérateurs, thermostats, minuteries…).26
  • 26. Chapitre 6LA GESTIONDES DÉCHETS Tout reste à faire, ou presque… Toute activité est productrice de déchets. Le peintre professionnel est confronté en permanence au problème de l’élimination des déchets variés issus de son activité. 27
  • 27. QU’APPELLE-T-ON «DÉCHET» ? Est considéré comme “déchet” : “tout résidu d’un processus de (article 1 de la loi du 15 juillet 1975 relative à production, de transformation ou l’élimination des déchets). d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus géné- ralement tout bien meuble aban- donné ou que son détenteur des- tine à l’abandon”.QUI A LA RESPONSABILITÉ DES DÉCHETS ? «Chaque producteur ou détenteur de déchets est responsable de l’élimination de ses déchets» (article 2 de la loi du 15 juillet 1975) s Déchets dangereux : s Déchets d’emballage : obligation de obligation de traitement. valorisation. (voir tableau gestion des déchets dangereux). (voir tableau gestion des déchets banals). Des systèmes mis en place par les collectivi- tés sont accessibles à toute entreprise pro- duisant un volume hebdomadaire de déchets d’emballage inférieur à 1100 litres (article 3 du décret du 13 juillet 1994). Sinon, selon les dispo- sitions des collectivités, les entreprises doi- vent s’adresser directement à des collecteurs et recycleurs agréés.28
  • 28. QUELLES SONT LES CATÉGORIES DE DÉCHETS ? Selon leur nature et leur toxicité, les possibilités de recyclage et le type de traitement nécessaire à leur élimination, les déchets issus des activités industrielles, artisanales et com- merciales sont classés en 3 grandes catégories : LES DÉCHETS LES DÉCHETS LES DÉCHETS INERTES MÉNAGERS ET DANGEREUX ASSIMILÉS Ils ne se décomposent pas, Ils comprennent les déchets Ils contiennent soit des sub- ne brûlent pas et ne produi- des ménages et des activités stances nocives ou toxiques sent aucune autre réaction de toute nature, dès lors pour la santé ou pour l’envi- chimique ou physique. qu’ils ne sont ni inertes, ni ronnement, soit des sub- Ils n’ont aucun effet domma- dangereux. stances à caractère corrosif, geable sur d’autres matières Lorsqu’ils proviennent des explosif, inflammable, etc. entreprises, ils sont égale- Lorsqu’ils proviennent des avec lesquelles ils entrent en ment appelés déchets indus- entreprises, ils sont également contact, d’une manière sus- triels banals. appelés “déchets spéciaux“. ceptible d’entraîner une pol- Ils peuvent nuire à l’environ- lution de l’environnement ou Exemples : les papiers-peints, nement et à la santé lorsqu’ils de nuire à la santé humaine. les emballages plastiques, le sont stockés ou traités de bois non traité. façon inappropriée. Leur Exemples : les gravats, les élimination nécessite des briques, le béton, la céramique. traitements particuliers dans des centres spécialisés. Exemples : les restes de pein- tures, les solvants usés, les rési- dus de décapage. Les tableaux des pages suivantes détaillent cette classification, plus particulièrement pour les déchets des entreprises de pein- tures en bâtiment. 29
  • 29. GESTION DESNature et Risques pourcatégorie de Valorisation Valorisation la santé etdéchets matière énergétique l’environnementChutes de papiers Recyclage dans la fabrication Assez bon pouvoir calori- Aucun risque si le papierpeints, papier de de pâte à papier. fique. Valorisation énergé- peint est constitué unique-bureau, revues, Tri nécéssaire : les papiers tique éventuelle. ment de papier.journaux, emballages plastifiés, paraffinés ou dou- Risques avec certains papierscartons. blés d’aluminium, les papiers composites : la combustion peints vinyliques ne sont pas des papiers peints vinyliques recyclables. donne lieu à des émissions Récupération et réemploi d’acide chlorhydrique, corro- des rouleaux de papiers sives pour les matériaux et peints entiers et peu entam- nocives pour les êtres més par des associations vivants : irritation des caritatives. muqueuses, troubles immu- nitaires, effets mutagènes*.Chutes de revêtements Réemploi des bâches jusqu’à Pouvoir calorifique élevé : La combustion des plas-de sol en plastique, usure complète. 5 à 7 kcal/g. tiques en PVC provoquentbâches, films et Recyclage possible, dans la Valorisation énergétique des émissions d’acide chlor-emballages plastiques, fabrication de plastiques. souhaitable. hydrique corrosives et dan-restes de polystyrène. Récupération et réemploi gereuses pour les êtres des chutes importantes de vivants : irritation des revêtement de sol par des muqueuses, troubles immu- associations caritatives. nitaires, effets mutagènes*.Emballages plastiques Réemploi comme récipients. Bon pouvoir calorifique : Mêmes risques que précé-vides égouttés, secs. 5 à 7 kcal/g. demment, liés à la présence Valorisation énergétique de PVC. souhaitable.Emballages métalliques Réemploi comme récipients. Recyclage possible dans four Risque d’émissions de pol-vides, égouttés ou secs. de fonderie, à l’étude. Pas luants organo-chlorés et de pouvoir calorifique. organo-métalliques lors de la combustion selon la com- position des produits et la nature des solvants et des pigments. * L’incinération de ces déchets doit pour cela être effectuée dans des installations autorisées et disposant d’un traitement adéquat des fumées. 30
  • 30. DÉCHETS BANALS Nature et Risques pour catégorie de Valorisation Valorisation la santé et déchets matière énergétique l’environnement Matériels (rouleaux, Pas de recyclage. Pouvoir calorifique très Du fait de la nature des pinceaux) souillés secs. Attention : les emballages variable. produits qu’ils contiennent Emballages souillés secs souillés non secs sont consi- (résine, colle, solvant…), de mousse de polyuré- dérés comme des déchets les emballages souillés thane, de colle, de spéciaux. présentent les mêmes décapant, de mastic, risques de pollution de d’enduit… l’eau, de l’air, des sols. Leur combustion nécessite des contrôles et des tech- niques spécifiques. Incinération en centre spécialisé conventionné par l’Agence de l’Eau*. Quincaillerie, Recyclage pour la fabrica- Pas de pouvoir calorifique serrurerie, pièces tion de nouvelles pièces. Récupération des métaux métalliques usagées. Tri nécessaire : métaux fer- ferreux par déferraillage. reux et non ferreux. Récupération et réemploi des pièces entières par des associations caritatives. Chutes de panneaux Réemploi possible si conser- Bon pouvoir calorifique 4 à La combustion du bois s’ac- de bois peints, vation des qualités initiales 5 Kcal/g. compagne d’émission de emballages en bois, des produits. Valorisation énergétique composés organiques vola- déchets de bois non Recyclage dans la fabrication souhaitable. tils (COV) dangereux. souillés. d’agglomérés, de panneaux La combustion des pein- de particules. tures dégage des gaz nocifs* Chutes d’isolants, Réemploi si conservation Pas de pouvoir calorifique. Les fibres fines irritent les débris de verre non des qualités initiales des muqueuses des voies respi- souillés, récipients, produits. ratoires. bouteilles en verre Recyclage dans la fabrication vides. de verre. 31
  • 31. GESTION DES DÉCHETS DANGEREUXNature et Incinération ou Risques pourcatégorie de Valorisation traitement la santé etdéchets matière physico-chimique l’environnementRestes de peintures Réemploi des restes de pein- Incinération par entreprise Certaines peintureset laques. ture en sous-couches dans la spécialisée et convention- contiennent des composés mesure du possible.. Les fonds néee par l’Agence de l’Eau. dangereux pour l’homme et de peinture peuvent être Le traitement des peintures l’environnement car leur régénérés en ajoutant une contenant des solvants combustion dégage des gaz base non siccativée et un organiques chlorés et des nocifs. diluant. Les pots à moitié vides pigments métalliques est Pollution de l’eau et du sol peuvent être mis à disposition plus onéreux. Il exige des par les rejets directs des d’associations caritatives. températures de combus- restes de peintures dans le Régénération industrielle tech- tion plus élevées et des milieu naturel. niquement possible mais maté- techniques spécifiques de riellement très difficile pour un traitement des rejets dans gisement varié et diffus. l’atmosphère. Fort pouvoir calorifique. Valorisation énergétique pos- sible.Solvants et diluants Réemploi direct après Fort pouvoir calorifique. Les solvants organiquesorganiques souillés. décantation des solvants Incinération par une entre- émettent des vapeurs souillés. prise spécialisée et conven- toxiques. Régénération industrielle tionnée par l’Agence de l’eau. La combustion des solvants possible par catégories de Séparer les solvants orga- chlorés dégage des vapeurs solvants. niques chlorés et les sol- acides, irritantes pour les vants non chlorés. muqueuses et corrosives L’élimination des solvants pour les métaux. chlorés est plus difficile et plus coûteuse.Résidus de décapage. Impossible. Incinération si la nature et Risques identiques aux l’origine des résidus le per- solvants si les résidus sont mettent, sinon traitement liquides. spécifique.Restes de colles. Impossible. Incinération en général Risques identiques aux selon nature et origine des solvants. Si les résidus résidus. contiennent des isocyanates, risques d’intoxication.Résidus d’amiante. Impossible. Impossible. Les déchets de Pollution de l’air : l’inhala- produits d’isolation conte- tion des fibres d’amiante est nant de l’amiante sous forme dangereuse pour la santé de fibres ou de poussières. - risque de cancer. Ils doivent être conditionnés en double emballage avant enfouissement en décharge 32 contrôlée.
  • 32. COMMENT GÉRER LES DÉCHETS ? La gestion des déchets englobe toutes les opérations visant à r é d u i r e , à t r i e r, à c o l l e c t e r, à v a l o r i s e r, à t r a i t e r, à t r a n s p o r t e r et à stocker les déchets dans des conditions propres à éviter des pollutions.Une bonne gestion des déchets se traduit par :La réduction de la production de déchets : La collecte organisée et un transport adapté- moins d’emballages en favorisant par des déchets.exemple les conditionnements plus grands… La valorisation maximale des résidus,- moins de produits toxiques, en utilisant notamment des résidus d’emballage (cf.notamment des éco produits… décret du 13 juillet 1994) par incinération des- moins de solvants, en utilisant de préféren- déchets en centres spécialisés avec récupéra-ce les peintures à l’eau… tion de la chaleur produite (valorisation énergé-Le tri, c’est à dire le dépôt des déchets dans tique) ou par réemploi, régénération,des conteneurs distincts, afin d’en permettre recyclage des matières constituant leune valorisation optimale. déchet (valorisation matière).(voir tableaux gestion des déchets ci-joints). Le traitement spécialisé des déchets non valorisables dans des unités spécifiques, afin d’en réduire le volume et la toxicité. La mise en décharge contrôlée dans les meilleures conditions de sécurité, des “déchets ultimes”, résidus non valorisables issus de l’incinération ou du traitement des déchets. 33
  • 33. ECO-GESTES Qu’est-ce que je peux faire ? 1. Soyez économe. Réduisez la pro- 3. Séparez dans des conteneurs distincts, duction de déchets en réutilisant les les déchets de peinture à l’eau et les restes de peinture en sous-couche par déchets de peinture à solvant. exemple. Videz bien les seaux de peinture. Réclamez et conservez les justificatifs Un emballage vide et sec coûte beau- de prise en charge des déchets spéciaux. coup moins cher à éliminer qu’un embal- Associez-vous à d’autres entreprises lage souillé non sec ou contenant encore de peinture pour organiser une collecte des résidus. et une élimination groupée des déchets Utilisez moins de peintures en phase de peinture, de solvants et de résidus solvant, l’élimination des déchets vous de décapage. coûtera moins cher. Choisissez les peintures en pensant à l’élimination de leurs déchets. CE QU’IL NE FAUT SURTOUT PAS FAIRE : 2. Soyez efficace et organisez-vous s Ne brûlez pas les déchets à l’air bien. Triez les déchets : déchets d’em- libre ni sur le chantier ou en décharge, ballage, déchets banals, déchets spéciaux. ni dans la nature, ni dans une chaudière Devant l’augmentation des coûts de trai- ou un incinérateur individuel non tement et d’élimination, vous avez inté- conforme. rêt à séparer les matériaux valorisables s N’abandonnez pas, ne dispersez (papiers, cartons, bois, métaux, etc). Le pas ou n’enfouissez pas de déchets recyclage n’est possible que si les (même des déchets inertes), ni sur le déchets sont triés et propres. chantier, ni hors du chantier, ni dans Suivez les recommandations données la nature. dans les tableaux ci-joints. Sur les s Ne souillez pas les déchets valori- chantiers, prévoyez des sacs différents, sables. Ne mélangez pas dans une de couleurs différentes selon le type benne ce type de déchets ( papiers, de déchets. Dans l’atelier, déposez verre , métaux, etc.) et les déchets les déchets triés dans des conteneurs spéciaux. séparés, prévus à cet effet.34
  • 34. Chapitre 7 ADRESSES UTILESCONTACTS FACILES Où ? Qui ? Comment ? Vous trouverez dans ce chapitre les adresses, les numéros de téléphone et les noms des organismes et entreprises spécialisées par secteurs d’activités, que ce soit pour obtenir des renseigne- ments, une aide financière ou technique, pour éliminer et faire traiter ou valoriser vos déchets, etc. 35
  • 35. Organisations professionnelles et chambres consulaires Adresse Téléphone TélécopieChambre Régionale des Cité des Métiers 03 22 50 40 55 03 22 50 49 59Métiers de Picardie 80440 BOVESChambre des Métiers Château de Mailly 03 23 21 86 86 03 23 21 66 20de lAisne 02007 LAONChambre des Métiers 3 rue Léonard de Vinci 03 44 10 14 14 03 44 10 14 16de lOise 60006 BEAUVAISChambre des Métiers Cité des Métiers 03 22 50 40 30 03 22 50 40 07de la Somme 80440 BOVESChambre Syndicale 240 avenue Marcel Dassault 03 44 06 15 00 03 44 06 15 06du Bâtiment de lOise 60008 BEAUVAISFédération du Bâtiment 33 mail Albert 1er 03 22 92 31 03 03 22 91 14 16de la Région Picardie 80000 AMIENSFédération du Bâtiment 53 boulevard de Lyon 03 23 23 26 31 03 23 79 29 05et des Travaux Publics 02002 LAONde lAisneFédération du Bâtiment 33 mail Albert 1er 03 22 91 53 62 03 22 92 45 89et des Travaux Publics 80000 AMIENSde la SommeCAPEB - Chambre de 18 rue Buffon 03 23 23 09 10 03 23 79 57 41l’Artisanat et des Petites 02000 LAONEntreprises du Bâtiment 1 rue Léonard de Vinci 03 44 05 03 42 03 44 05 91 17 60000 BEAUVAIS Cité des Métiers 03 22 50 40 50 03 22 50 40 42 80440 BOVES36
  • 36. Conseils techniques - Aides financières Informations règlementairesPossibilités d’aides aux études, aux investissements, aux transports ou autraitement des déchets auprès des organismes suivants : Adresse TéléphoneDECHETS Agence de lEnvironnement 2 rue Delpech 03 22 45 18 90 et de la Maîtrise de lEnergie 80000 AMIENS (ADEME ) Délégation PicardieEAU et Agence de lEau 200 rue Marceline Desbordes 03 27 99 00 00DECHETS Artois-Picardie 59500 DOUAI Agence de lEau Rue du Docteur Guerin 03 44 20 41 00 Seine-Normandie 60200 COMPIÈGNEINSTALLATIONS Direction Régionale de 44 rue Alexandre Dumas 03 22 33 66 00CLASSEES lIndustrie, de la Recherche 80094 AMIENS et de lEnvironnement de Picardie (DRIRE)SANTE et Caisse Régionale 8 place Louis Sellier 03 22 97 37 37SECURITE dAssurance Maladie 80000 AMIENS Nord-Picardie (CRAM) 37
  • 37. Traitement et élimination des déchets Liste des opérateurs Adresse Téléphone TélécopieButin (2) ZA Outreville 03 44 08 99 55 03 44 08 99 55 60540 BORNELDecamp Dubos 9 rue du Maréchal Joffre 03 44 45 11 58 03 44 48 10 43Michel 60000 BEAUVAISDectra Rue Antoine de Saint Exupéry 03 23 73 29 32 03 23 73 31 29 02200 VILLENEUVE SAINT GERMAINDucamp (1) Rue Antoine Parmentier 03 23 06 29 00 03 23 64 01 98 02100 SAINT QUENTIN (2) 46 bis route de Choisy au Bac 03 44 38 36 00 03 44 40 13 40 60200 COMPIÈGNEEcosita (2) ZI Moru Point 03 44 72 32 65 03 44 72 12 69 60723 PONT SAINTE MAXENCEEcosita (1) ZI de Longpré - rue Archicamps 03 22 44 13 77 03 22 43 22 95 80000 AMIENSEtablissements Rue du Maréchal Joffre 03 23 68 30 91 03 23 68 22 61Haubourdin 02100 SAINT QUENTINEuronet 13 rue de Nesle 03 22 85 79 79 03 22 85 79 78 80200 ESTREE DENIECOURTFrance Déchets Rue Marie Rotsen 03 44 87 63 10 03 44 59 10 29 60800 CREPY EN VALOISIpodec 100 quai Amont 03 44 55 97 97 03 44 55 81 23Ile de France 60180 NOGENT SUR OISELantenois (2) 9 bis avenue de lEurope 03 23 69 01 00 03 23 70 81 97 02400 CHATEAU THIERRYLe Camion Sentier des Moulins 03 22 30 73 71 03 22 30 35 65Blanc (1) 80460 OUST MARESTNettoyage de 34 rue Prairie 03 23 83 73 57 03 23 83 73 58lAisne 02400 CHÂTEAU THIERRY
  • 38. Traitement et élimination des déchets Liste des opérateurs Adresse Téléphone TélécopiePicardie 5 route de Soissons 03 23 39 99 66 03 23 39 42 61Rénégération 02300 CHAUNYSarp - Ile de 5 rue Gustave Eiffel 03 44 05 24 25 03 44 02 11 80France 60 (2) 60000 BEAUVAISSarp - Ile de 412 route départementale 03 22 52 41 27 03 22 52 32 96France 80 (1) 80046 AMIENSSerp SA rue Abbé Corson 03 44 29 68 00 03 44 29 68 10 60700 SACY LE GRANDSvp Déchets 23 rue Ormeau 03 44 90 12 01 03 44 90 02 57 60280 BIENVILLESolvakem 256 rue des Marronniers 03 44 42 11 37 03 44 42 94 99chemicals 60350 CUISE LA MOTTESRRHU 16 rue du Général Leclerc 08 00 03 09 26 01 47 33 69 40 80440 BOVESTrd/Vidam (3) 38 rue du 8 mai 1945 03 22 48 38 47 03 22 48 16 94 80380 VILLERS BRETONNEUXValrecoise 79 rue Auguste Bonamy 03 44 77 52 10 03 44 77 52 11 60130 SAINT JUST EN CHAUSSEEVandenboosche 31 rue Fontaines 03 44 24 06 05 03 44 24 44 40Frères 60740 SAINT MAXIMINVidam (1) 128 rue Sully 03 22 66 66 60 03 22 66 66 61 80000 AMIENSWillaume 18 rue Saint Waast 03 23 53 39 58 03 23 53 61 41Assainissement (2) 02205 SOISSONS(1) : Collecteur conventionné par lAgence de lEau Artois-Picardie(2) : Collecteur conventionné par lAgence de lEau Seine-Normandie(3) : Centre de traitement et prétraitementconventionnés par lAgence de lEau Artois-Picardie 39
  • 39. Elimination des déchets Les coordonnées des entreprises citées ci-dessous sont détaillées page précédentes. Ce tableau a été établi d’après une enquête réalisée auprès des opérateurs déchets en juillet 1998. Opérateurs el ich ce sM ran ts n bo rdi he eF Du ou éc ed is ub eD mp mp no c Il et ita Ha a ron nc nte ctr de ca ca tin os Fra Ets Ipo De De Du Bu Eu Ec LaDéchetsDéchets amiantés q q q q q qDéchets de peinture (restes, matériels souillés) q q q q q q qEmballages souillés par des produits dangereux q q q q q q qPoussières de ponçage q q q q q qSolides imprégnés (chiffons, absorbants souillés) q q q q q q q qSolvants de dégraissage ou de nettoyage souillés q q q q q q qPlastiques q q q q q q qVieux papiers-cartons q q q q q q q q 40
  • 40. Tableau récapitulatif des opérateursPour tout complément d’information, consultez le «Guide Pratique des Déchets Industrielsen Picardie» (1997). Ce document est disponible à la Délégation Picardie de l’Ademe. nt es me ion 0 0 rèr e e6 e8 ls se isn rat ica eF nc nc inis nc gé lA em Fra Fra ch Bla né sa de ch ts os As Ré he de de on ise m ge bo m me éc da mi SA ie ke U Ile Ile ya en co ard RH am pD Ca /Vi llau lva tto lre nd rp rp rp Trd Vid Pic SR Ne Sa Sa Se So Va Va Sv Wi Leq q q q q q qq q q q q q q q q qq q q q q q q q q q q qq q q q q q q qq q q q q q q q q q q q q q q q q q q q 41
  • 41. Adresses complémentaires42
  • 42. Notes 43
  • 43. remerciementsUn comité de pilotage a été constitué pour engager une opération régionale de sensibilisation àlenvironnement avec pour objectifs :s de réaliser cet ECO-Guide à lattention des professionnels et des formateurs de futurs profes- sionnels,s dengager une démarche de sensibilisation à lenvironnement dans deux établissements de for- mation (un Centre de Formation dApprentis et un Lycée Professionnel) et de la transférer à tous les établissements de la région Picardie.Ces remerciements sadressent à tous ceux qui, individuellement ou au titre dun organisme, ontcontribué à la réalisation de cet ECO-Guide professionnel "Le métier de peintre" :s le Conseil Régional de Picardie ;s le Rectorat de lAcadémie dAmiens ;s le Lycée Professionnel Montaigne à Amiens ;s le CFA du Bâtiment à Clermont de l’Oise.et les représentants régionaux :s de la Fédération Régionale du Bâtiment ;s de la Chambre Régionale des Métiers ;s de lAgence de lEau Artois-Picardie ;s de lAgence de lEau Seine-Normandie ;s de lADEME. Ce document a été financé par le Conseil Régional de Picardie avec une contribution de lAgence de lEau Artois-Picardie et de lAgence de lEau Seine-Normandie. Il a été réalisé par ECO-Conseil Entreprise à partir de lECO-Guide professionnel "Le métier de peintre" paru en Alsace en mai 1996. Le document initial alsacien sinscrivait dans un programme pilote de la DGXI de la Commission Européenne. Il fait partie dune série réalisée dans le cadre de la politique régionale daide aux Illustrations : Anne-Sophie Lanquetin q Conception graphique : Vol de Nuit filières professionnelles animée et financée par le Conseil Régional dAlsace. Il a bénéficié du soutien technique de la Délégation Alsace de lADEME, de lAgence de leau Rhin-Meuse, de la Direction Régionale de lIndustrie de la Recherche et de lEnvironnement et de la Caisse Régionale dAssurance Maladie dAlsace. ECO-Conseil Entreprise 31 grandrue Institut Européen pour le Conseil en Environnement 68100 MULHOUSE Tél : 03 89 45 50 99 Fax 03 89 45 83 59
  • 44. en collaboration avec

×